Boukari-Yabara, Amzat, 2014, Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme lu par Lazare Ki Zerbo

unitedBOUKARI-YABARA (AMZAT), Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 300 pages.

Cet ouvrage constitue une percée dans l’historiographie en langue française de ce que l’auteur appréhende comme une « énigme historique » (p. 5), mais aussi « un sentiment » (p. 239) : le panafricanisme. En dehors du recueil de textes publié en 2006 par l’Organisation internationale de la francophonie, Le Mouvement panafricaniste au vingtième siècle, et depuis le Que sais-je, Le panafricanisme de Philippe Decraene paru en 1979, il n’existait pas de synthèse de cette nature en français.

Dans la première partie, Amzat Boukari-Yabara, historien, retrace les prémices du panafricanisme dans le pan-négrisme. L’imbrication des représentations de l’Afrique-mère comme Éthiopie invaincue depuis les temps bibliques (« éthiopianisme ») et de l’organisation d’un retour salvateur en Sierra Leone, puis au Liberia, est exposée avec brio, même si ce versant atlantique de la genèse du panafricanisme aurait pu être complété par une étude des processus d’intégration politique de ces populations sur le continent. Les pages consacrées à Antenor Firmin et Bénito Sylvain, deux savants haïtiens, permettent de jeter un regard totalement neuf sur l’histoire des études africaines en France et sur l’impact de la victoire éthiopienne d’Adoua dans les cercles panafricains de la diaspora. L’un des apports de l’ouvrage est ainsi de montrer la récurrence du motif éthiopien dans la littérature et l’activisme issus du panafricanisme, par exemple sa survivance en Jamaïque au xxe siècle dans le rastafarisme et le mouvement créé par Marcus Garvey, ainsi que sa revitalisation lors de l’agression italienne en 1936. Le chapitre consacré au Congrès national de l’Afrique de l’Ouest britannique montre à cet égard que les efforts contemporains d’intégration régionale étaient préfigurés par les leaders de l’époque.

La deuxième partie, « “Africa for the Africans” : les rêves de libération et d’unité », traite de la lutte anticoloniale. Cette séquence historique s’ouvre avec le retour de Kwame Nkrumah à Londres, après son long séjour en Amérique. Il est appuyé par le Trinidadien George Padmore, intellectuel et activiste panafricaniste proche du mouvement communiste international. La contribution de cet organisateur hors pair à la stratégie anticoloniale et post-coloniale de Nkrumah illustre le rôle des centaines d’activistes afro-diasporiques, dont W. E. B. Du Bois, qui rejoignirent le bastion du panafricanisme qu’était devenu le Ghana de Nkrumah jusqu’à sa chute en 1966. De manière générale, l’auteur prend soin de souligner le rôle de l’intelligentsia, que ce soit à travers les organisations d’étudiants, la revue Présence africaine et les figures intellectuelles telles que Cheikh Anta Diop et Joseph Ki-Zerbo.

La troisième et dernière partie, « Don’t agonize, organize ! Espoirs et désillusions du panafricanisme de 1960 à nos jours », est à l’image de la couverture de l’ouvrage (aux couleurs du garveyisme) : combattante, avec des chapitres sur le rôle de conscientisation assumé par des compositeurs comme Bob Marley, Fela Anikulapo Kuti, Myriam Makeba, ou les Conférences panafricaines des États et des peuples, les festivals artistiques panafricains, le Black power. Au plan politique, la naissance de l’Organisation de l’unité africaine en 1963, l’essor du pôle tanzanien, et, beaucoup plus tard, l’irruption de Thomas Sankara au Burkina Faso, constituent les traits saillants des avancées concrètes, certes éphémères, du panafricanisme sur le continent. S’agissant du président burkinabé, l’étude de la relation avec le Ghana et la diaspora (voyage à Harlem en 1984) aurait pu contribuer à rétablir une continuité avec des épisodes antérieurs du mouvement panafricaniste.

Finalement, les derniers chapitres illustrent le reflux des régimes panafricanistes (Ghana, Guinée, Tanzanie). Pour Boukari-Yabara Amzat, la chute de Mouammar Kadhafi, promoteur de l’Union africaine et nouveau défenseur des États-Unis d’Afrique, ainsi que les interventions militaires occidentales dans le Sahel, semble confirmer cela.

Toutefois l’épilogue traduisant l’engagement panafricaniste de l’auteur fait de cette fresque un élément de la renaissance du panafricanisme en écho à Aimé Césaire : « La voie la plus courte vers l’avenir est toujours celle qui passe par l’approfondissement du passé ». Un approfondissement auquel cet ouvrage et le corpus bibliographique qu’il nous livre pour explorer plus avant les pistes mentionnées, contribue largement.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/12 (N° 136)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search