Decker Alicia, 2014, In Idi Amin’s Shadow. Women, Gender and Militarism in Uganda, lu par Florence Brisset-Foucault

ouganda2DECKER (ALICIA), In Idi Amin’s Shadow. Women, Gender and Militarism in Uganda, Athens, Ohio University Press, 2014, 256 pages.

L’ouvrage d’Alicia Decker, professeure associée d’études sur les femmes et d’études africaines à la Pennsylvania State University, s’inscrit dans un renouveau historiographique bienheureux concernant les années 1970 en Ouganda. Il vient ainsi enrichir nos connaissances du fonctionnement des régimes dits autoritaires, au-delà d’une vision homogénéisante et caricaturale, sans pour autant en sous-estimer la violence. Il permet de complexifier notre connaissance d’Idi Amin, souvent décrit sur le mode de la bouffonnerie, du chaos, voire de la folie. En prenant au sérieux les décisions, les discours et les politiques d’Amin, il permet de les appréhender de manière historique et sociologique et de mieux en comprendre les applications et les conséquences. Les formes de la violence elle-même et leurs effets, en termes de façonnement des sujets et de façonnement de sujets genrés, sont étudiés de manière précise. La violence, les décisions et les discours d’Amin constituent aux yeux de l’auteure autant de « performances de genre » qui s’offrent à l’analyse.

En effet, l’ouvrage pose bien sûr la question de la construction sociale des identités de genre en lien avec la militarisation du politique. L’auteure décrit l’ambition de refonder et l’instrumentalisation politique de la féminité et de la masculinité, et analyse la manière dont le militarisme lui-même est construit sur la base de discours de genre. Loin d’être étrangères à l’exercice du pouvoir, nous dit Alicia Decker, les femmes en étaient des matériaux et des protagonistes centraux (p. 11). L’auteure nous en dit cependant autant sur les hommes que sur les femmes, ce qui est une des richesses du livre.

Les huit chapitres s’ouvrent chacun sur un portrait de femme. L’incarnation sociale de l’analyse via le recours fréquent aux histoires de vie et aux anecdotes personnelles fait de ce livre un ouvrage agréable à lire, lui donne une épaisseur sociologique, même si l’auteure en abuse un peu (voir infra). Le découpage chronologique permettra au lecteur non familier de l’histoire ougandaise de s’y retrouver aisément. Il permet, tout au long du livre, de revenir sur les relations personnelles d’Amin avec les femmes au rythme de ses nombreux mariages, l’occasion de décliner les différents modèles féminins mis en valeur par le dictateur.

L’un des chapitres les plus intéressants est consacré aux manières dont certaines femmes, notamment les conjointes de militaires, ont bénéficié de la redistribution aux fidèles du régime des entreprises dont les Asiatiques expulsés en 1972 avaient été dépossédés (chapitre 4). Alicia Decker nous montre qu’une certaine part de ces commerces ont été réinvestis, parfois avec succès, par des femmes qui en ont fait, au niveau individuel, de véritables tremplins d’émancipation, notamment, selon leurs propres mots, en leur « apprenant à travailler », c’est-à-dire en leur apprenant à manier des outils bureaucratiques, à devenir des femmes d’affaires, et donc en renégociant des attributions sexuées classiques des tâches (p. 90). L’auteure prend garde de ne pas exagérer cette dimension libératrice en resituant ces trajectoires dans un contexte plus large d’oppression. Cependant, elle montre bien comment pour les femmes, souvent peintes comme les premières victimes des dynamiques coercitives, la violence peut aussi être source d’opportunités, voire d’émancipation.

Plus directement, Amin a également mené des politiques de promotion de la cause des femmes en plaçant certaines d’entre elles à de hautes responsabilités, notamment la princesse Elizabeth Bagaya du Toro, dont l’ascension et la déchéance sont analysées de manière précise. L’une des idées centrales du livre est qu’au moment où les bases militaires du régime s’amenuisaient, Amin a investi le terrain des femmes comme nouveau support de légitimation, aussi bien en interne (en se posant comme porte-drapeau d’un renouveau moral national) qu’en externe (en se posant comme défenseur avant-gardiste de l’émancipation des femmes en Afrique). Malgré son caractère quelque peu mécaniciste, cette thèse reste convaincante et offre un éclairage original sur le régime.

L’ouvrage a le grand mérite enfin de nous permettre d’historiciser les interventions politiques sur les corps aujourd’hui visibles en Ouganda, qu’il s’agisse des mobilisations politiques et religieuses contre l’homosexualité − qui ont fait la triste renommée du pays depuis la fin des années 2000 − ou la loi sur la pornographie, adoptée à la fin de l’année 2013. On a vu à l’occasion du débat sur ce texte, abusivement surnommé le « mini skirt ban », de nombreuses références à l’interdiction de ce vêtement par Amin en 1972. Et c’est précisément sur cette question du contrôle du corps des femmes, des mesures légales et des débats sociaux y afférant, que l’ouvrage d’Alicia Decker est le plus stimulant. C’est là aussi que le travail semble le plus rigoureux, au regard de la richesse et de la diversité des sources mobilisées, notamment policières. Ce sont non seulement les mini-jupes qui ont été interdites (avec des passages édifiants sur l’ambiguïté de la définition de la « ligne du genou », et des dilemmes dans lesquels se trouvaient les policiers pour procéder aux arrestations) mais aussi les perruques, pantalons, collants et shorts moulants. Alicia Decker illustre combien cette loi a pu être populaire au sein de la population et analyse de manière fine les liens entre paniques morales, interventions sur les corps féminins, reformulations du nationalisme, et énonciation de valeurs militaristes/masculines. Les corps des femmes sont autant de supports de démonstration d’un projet national reposant sur une division genrée entre des hommes censés embrasser la « modernité », et des femmes érigées en gardiennes de la tradition et de l’Africanité, et dont la citoyenneté est étroitement articulée à la maternité.

De manière intéressante, Alicia Decker montre également comment via cette loi, la police a pu reformuler son rôle face à l’armée au sein de l’appareil répressif, en tant qu’entrepreneur de moralité, illustrant les compétitions entre les différents services de sécurité et la nécessité de prendre en compte l’hétérogénéité de l’État et du régime. Elle donne aussi à voir les pratiques de résistance, parfois cocasses, souvent très courageuses, des jeunes filles face à ces tentatives de contrôler les atours de leur féminité.

Au-delà des femmes en mini-jupe, il y avait les femmes en uniforme sous Amin, et Alicia Decker le mentionne à plusieurs reprises : on regrette cependant de ne pas en apprendre davantage sur ces mobilisations directes des femmes dans l’appareil répressif, mais on mesure toute la difficulté d’accès aux sources. Par ailleurs, si le choix d’une focale sur les vies ordinaires et la grande place accordée aux histoires individuelles représentent une respiration utile dans une littérature encore trop focalisée sur la personne d’Amin, on regrette qu’elles éclipsent trop souvent l’analyse, en particulier dans les derniers chapitres, qui entremêlent histoires personnelles et récit général de la chute du régime, sans renouveler notre connaissance ou notre compréhension de ces mois décisifs dans l’histoire du pays. Au final, on craint par ailleurs que la grille de lecture originale du régime, par la matrice du genre que nous propose Alicia Decker, ne devienne un raccourci commode, comme lorsque certaines décisions d’Amin sont expliquées d’un laconique « pour réaffirmer sa masculinité » (p. 26 par exemple).

Malgré ces quelques réserves, l’éclairage novateur et bien étayé empiriquement sur les formes d’action déployées par ces femmes et sur l’investissement de la cause féminine comme stratégie de légitimation et plateforme de formulation du militarisme offrent une contribution particulièrement bienvenue sur un pan de l’histoire ougandaise encore trop peu connu.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/12 (N° 136)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.