RDL Polaf n° 165: N’Guessan (Konstanze), Histories of Independence in Côte d’Ivoire: An Ethnography of the Past, Boston/Leiden, Brill, 2020, 278 pages

L’ouvrage de Konstanze N’Guessan, issu de sa thèse, interroge les mémoires concurrentes des indépendances en Côte d’Ivoire. L’ouvrage restitue l’opposition entre la mémoire officielle, pour qui l’indépendance a eu lieu en 1960, et celle dites de l’opposition, pour qui la « véritable indépendance » correspond au début du multipartisme en 1990. En croisant une approche historique des « lieux de mémoire » et une ethnographie inspirée des performances studies, l’ouvrage s’inscrit résolument dans une perspective processuelle de l’histoire. Il interroge l’utilisation du passé comme outil politique destiné à réorganiser le présent et à inventer les communautés nationales.

La force de son approche est de restituer la pluralité des points de vue mémoriaux en croisant les discours des universitaires, des politiciens, des organisateurs des commémorations nationales et des citoyens « ordinaires » rencontrés lors des enquêtes. À partir des différents récits mémoriels recueillis (traditions orales, célébrations, historiographie, etc.), Konstanze N’Guessan cherche à démontrer que la crise ivoirienne (1999-2011) est aussi une guerre de mémoire dans laquelle se joue la réalité même de l’indépendance.

Les deux premiers chapitres retracent l’histoire des commémorations nationales entre 1960 et 2000 à partir des discours qui y sont prononcés et des articles de presse les relatant. L’auteure propose d’analyser les cérémonies d’indépendances comme des performances qui mettent en scène l’image de la communauté nationale. Elle s’attarde en particulier sur les « fêtes tournantes », des formes délocalisées de la fête nationale dans les villes de l’intérieur du pays entre 1964 et 1979. Ces fêtes étaient perçues comme un moyen d’intégration des populations à la communauté nationale tout autant que comme une façon d’accélérer le développement local.

Le deuxième chapitre insiste sur la période qui fait suite au multipartisme avec l’apparition de la « fête de la Libération », organisée chaque année par le Front populaire ivoirien (FPI), principal parti d’opposition à Félix Houphouët-Boigny, dirigé par Laurent Gbagbo qui prendra le pouvoir en 2000. Cette fête, qui avait lieu le même jour que celle de l’indépendance, célébrait selon ses organisateurs la « véritable indépendance » acquise dans la lutte sociale pour le multipartisme.

Dans les chapitres 3 et 4, Konstanze N’Guessan change de perspective et analyse les historiographies produites par des universitaires. L’auteure montre là encore les tensions qui existent entre des mémoires concurrentielles, selon que les historiens adoptent une perspective nationaliste visant à unifier un pays multiethnique, ou une perspective marxiste dans laquelle la cohérence du récit national est critiquée au profit d’une histoire des luttes sociales. Les écrits de l’ex-président Laurent Gbagbo, lui-même docteur en histoire, sont au cœur de ce récit.

Le chapitre 5 s’appuie sur l’ethnographie du jubilé de l’indépendance ivoirienne en 2010, quelques mois seulement avant l’éclatement de la crise post-électorale qui se soldera par la défaite de Laurent Gbagbo, son arrestation et son transfert à la Cour pénale internationale qui l’acquittera en 2020. L’auteure analyse notamment les colloques universitaires organisés autour de ce jubilé, lors desquels les participants étaient appelés à déconstruire les discours sur le « miracle ivoirien ». En ce sens, ces événements accompagnaient directement la politique de Laurent Gbagbo qui, tout en rendant hommage au « père de la nation » Félix Houphouët-Boigny, s’inscrivait surtout dans une perspective critique vis-à-vis de son héritage, contrairement à ses deux principaux concurrents à l’élection de 2010, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié, qui se considèrent tous les deux comme des héritiers du premier président ivoirien.

Les chapitres 6 et 7 changent de nouveau de perspective et prêtent cette fois-ci attention aux récits historiques élaborés par les groupes des « jeunes patriotes ». Bien que fidèles au président Gbagbo, ceux-ci développent leur propre histoire de la libération en s’inspirant notamment des discours pentecôtistes très en vogue à cette époque. Pour eux, la véritable indépendance n’est pas encore arrivée : c’est la victoire de Laurent Gbagbo en 2010 qui devait faire advenir une nouvelle libération, à la fois dans les domaines politiques et religieux, après 10 années de crise. Sa défaite et la crise post-électorale qui suivirent découlent en partie de la radicalité de ce discours, à forte tendance messianique.

Au final, l’ouvrage propose une intéressante réflexion sur l’historiographie nationale ivoirienne en croisant des versions concurrentes de la mémoire de l’indépendance, sans oublier de s’intéresser au débat strictement académique. Si on peut regretter que les aspects ethnographiques annoncés dans le titre du livre soient finalement assez peu présents, le texte de Konstanze N’Guessan n’en reste pas moins un point de vue original et très pertinent pour qui veut saisir les dynamiques sociales et politiques des 60 dernières années en Côte d’Ivoire. En restituant la part des débats mémoriels dans la crise ivoirienne, ce livre est assurément une entrée novatrice pour la compréhension de celle-ci.

Léo Montaz

Centre population et développement (Ceped)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search