RDL Polaf n° 165: Zerbini (Laurick) (dir.), L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle). Dépouiller, partager, restituer, Paris, Hémisphères éditions/Maisonneuve et Larose, 2021, 630 pages

À l’heure où le débat sur les restitutions fait rage et alors que les 26 œuvres réclamées par le Bénin ont été restituées par la France le 9 novembre 2021, collections et musées missionnaires prennent enfin part aux discussions et réfléchissent à de nouvelles modalités de partage et de transmission.

Publié à la suite d’un colloque organisé à Lyon du 27 au 29 novembre 2019 et intitulé « Expositions et musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : capturer, dépouiller, partager l’objet africain. Construction, représentation et circulation des savoirs », cet ouvrage met en lumière les enjeux historiques et contemporains qui sous-tendent les phénomènes de collecte, de monstration et de transmission missionnaires des artefacts africains. Nous notons d’ailleurs avec intérêt le glissement sémantique entre le titre du colloque et celui de la publication : le terme « capturer » a disparu lorsque celui de « restituer » a fait son apparition. Un choix qui ne semble pas anodin au vu des questions abordées.

Comportant pas moins de 630 pages et 84 planches couleurs, ce livre collectif regroupe les contributions de 24 auteurs aux profils variés – historiens, historiens de l’art, ethnologues, un théologien, un gestionnaire de patrimoine ou encore le membre d’une congrégation religieuse –, apportant au sujet des perspectives plurielles et complémentaires. Publié sous la direction de Laurick Zerbini, maîtresse de conférences en histoire des arts d’Afrique subsaharienne à l’université Lyon 2 et spécialiste incontournable de la question missionnaire, cet ouvrage dense et complet, à la croisée de l’anthropologie, de l’histoire, des sciences politiques, de l’histoire de l’art et de la muséologie, se divise en quatre parties.

La première est intitulée « Évangélisation et construction des savoirs ». Elle met en exergue la façon dont se sont instituées les collections missionnaires, leur dimension scientifique et leurs liens avec l’anthropologie. La seconde – « Sélectionner, collecter pour mettre en scène » – analyse certaines des nombreuses expositions missionnaires qui ont fleuri en Europe à la fin du XIXe et au XXe siècle, ainsi que les ressorts qui les sous-tendent. Dans un troisième temps, est également abordée la question cruciale des liens entre fait missionnaire et fait colonial dans une partie nommée « Le musée missionnaire, un musée colonial[1] ? ». Enfin, la quatrième partie, la plus intéressante car la plus novatrice de l’ouvrage selon nous, ouvre sur des questionnements actuels, à savoir « Héritage, réappropriation, restitution du patrimoine culturel ».

Il est tout d’abord important de signaler la dimension exhaustive de cette publication qui se déploie dans des champs plus vastes que ceux habituellement traités. Ainsi, Laurick Zerbini souligne l’impact du fait colonial et missionnaire et de l’action muséale sur la transformation du sens donné aux œuvres. À travers les notions de disqualification, de mésusage et d’iconoclasme, son étude mêle muséologie et sémiologie. Le terme « iconoclasme » est en effet bien plus vaste que la destruction à laquelle il est généralement associé car il implique également un processus de disqualification et de dévaluation de l’objet visant à rompre le lien signifiant-signifié. Les collectes et les expositions permettent ainsi de confisquer, de désacraliser et de neutraliser le pouvoir des « fétiches ». Julien Bondaz sort de son côté du cadre des missions en démontrant l’importance du travail missionnaire au sein d’institutions laïques, tel que l’Institut français d’Afrique noire à Dakar (actuel musée Théodore Monod d’art africain). Ce dernier disposait d’un réseau important de collaborateurs œuvrant à l’enrichissement des collections, comprenant notamment des missionnaires basés en Afrique de l’Ouest. Un paradoxe à cette époque puisque le début du XXe siècle est marqué par une mise au banc croissante des envoyés de Dieu au profit des ethnographes. Patricia Van Schuylenberg, en introduisant le cas des collections naturalistes du musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren (Belgique), attire l’attention sur le fait que les missionnaires n’ont pas seulement étudié les objets mais aussi les « archives du vivant ». Alasanne Waongo, quant à lui, nous fait découvrir les fonds iconographiques et photographiques de la Société des missionnaires d’Afrique – essentiellement ceux de l’archevêché de Ouagadougou –, rappelant que les archives missionnaires recèlent également de nombreux trésors, notamment en Afrique.

Et d’Afrique il est bien question dans cet ouvrage puisqu’il nous amène à décentrer notre regard en traitant de collections et de musées missionnaires présents sur ce continent, ce qui est encore bien trop rarement le cas lorsque l’on aborde ces sujets. On lira ainsi avec intérêt les contributions de Vendelin Abouna Abouna à propos du musée des bénédictins du mont Fébé à Yaoundé, de Mahamat Abba Ousman sur le musée communautaire – anciennement missionnaire – du Logone ou encore celle de Salvador Eyezo’o sur l’évolution de l’ancien musée d’Art nègre de Yaoundé, rebaptisé Alioune Diop en 1981. Une nouvelle appellation judicieuse puisque Engelbert Mveng, prêtre jésuite ayant beaucoup œuvré à l’art missionnaire et fondateur de ce musée, qualifiait lui-même le créateur de Présence africaine « d’homme à la dimension de tous les continents[2] ».

La dimension internationale de ce colloque et de l’ouvrage mérite également d’être soulignée puisqu’elle fait dialoguer entre elles diverses études menées dans des langues différentes. La publication de certaines recherches en français complète et met en lumière l’importante et riche production anglophone, germanophone ou encore italienne et espagnole. Mentionnons ainsi les textes d’Ilaria Gasparotto, de Luis Ángel Sánchez Gómez, d’Ana Rita Amaral et de Rebecca Loder-Neuhold, qui ont respectivement travaillé sur les expositions missionnaires en Italie (1858-1906), celles au Portugal et en Espagne (1887-1940), les missions portugaises, l’Angola et les spiritains à l’exposition missionnaire du Vatican en 1925, et les collections missionnaires et les musées africains en Europe germanophone. Est également traduite ici la contribution de l’historienne Cécile Fromont, même si celle-ci reprend un chapitre déjà publié dans un ouvrage de 2011[3].

On regrette cependant que cet effort de traduction n’ait pas pu être poursuivi avec le texte de Melvina Araujo. En effet, certains extraits en italien ne sont malheureusement pas traduits alors que la conclusion insiste justement sur le fait que les archives de la congrégation de la Consolata à Turin sont aujourd’hui encore méconnues en dehors de l’Italie, du fait sans doute de la barrière de la langue.

Par ailleurs, bien que la publication d’actes de colloques aussi riches et denses soit un exercice complexe, une forme plus travaillée aurait permis de servir davantage un fond qui le méritait amplement, évitant ainsi les nombreux problèmes ortho-typographiques qui émaillent l’ouvrage.

Enfin, nous conclurons sur l’aspect le plus novateur de ce livre, à savoir sa dernière partie consacrée à l’héritage, à la réappropriation et à la restitution du patrimoine culturel. Abordant de front ces questions, celle-ci analyse notamment le rôle des collectionneurs occidentaux concernant l’entrée des artefacts dans le monde des musées et du marché de l’art. Silvie Memel Kassi pointe ainsi du doigt le fait que l’arrivée de ces objets sur ce marché n’est pas sans conséquence sur les trafics actuels des œuvres d’art et les pillages des musées africains. Cela a été le cas selon elle en 2010 au musée des Civilisations de Côte d’Ivoire, musée dont elle est la directrice. Dans ce chapitre, nous saluerons la contribution passionnante de l’anthropologue Sally Price, qui met en lumière la vie sociale de ces objets, passant du statut de « fétiche » à celui d’œuvre d’art, avec toutes les conséquences économiques, sociales et culturelles que cela engendre. À l’aune de cette évolution, elle se questionne sur les différentes problématiques soulevées par les demandes de restitutions et, citant Toni Morrison, s’interroge sur cette nouvelle frontière mouvante entre les « définissants » et les « définis » (p. 554).

Bien que les collections et les musées missionnaires s’inscrivent dans des histoires complexes et contrastées, cette publication démontre que de nombreux efforts ont été menés ces dernières années, tant par des acteurs directs (membres de congrégations religieuses, théologiens) que par des acteurs indirects (chercheurs). Ces efforts ont permis de déconstruire le regard posé sur ces objets, et plus largement sur leur passé. François Nicolas explique ainsi dans sa contribution que la question de la restitution des objets s’est posée lors de la réflexion menée autour de la création du musée spiritain des arts africains d’Allex. Lorsqu’il convie le directeur du musée de Libreville à venir visiter son musée et à donner son avis sur le sujet, celui-ci répond que « le Gabon possède actuellement assez d’objets du même type, alors que celui d’Allex est important pour faire découvrir l’Afrique aussi bien à des Français qu’à des Africains immigrés ».

Ces dernières années, il semblerait qu’une nouvelle étape soit franchie puisque nombreux sont celles et ceux qui s’interrogent sur le devenir et la transmission de ces collections, qu’elles se trouvent en Europe ou dans d’autres régions du monde.

 

Gwenaël Ben Aissa

Chercheuse indépendante

 

[1]. Thème que nous avions par ailleurs abordé à propos des musées missionnaires bretons lors du colloque « Les arts coloniaux. Circulation d’artistes et d’artefacts entre la France et ses colonies », Paris, Musée du quai Branly-Jacques Chirac, 10-11 octobre 2018, sous la direction de Dominique Jarassé et Sarah Ligner.

[2]. S.-M. Eno-Belinga, « Le musée Alioune Diop de Yaoundé », Présence africaine, n° 125, 1983, p. 326. Cité dans la contribution de S. Eyezo’o, p. 439.

[3]. C. Fromont, « Collecting and Translating Knowledge Across Cultures: Capuchin Missionary Images of Early Modern Central Africa », in D. Bleichmar et P. Mancall (dir.), Collecting Across Cultures: Material Exchanges in the Early Modern Atlantic World, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2011, p. 134-154.




Citer ce billet
Sandrine Perrot (2022, 12 juillet). RDL Polaf n° 165: Zerbini (Laurick) (dir.), L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle). Dépouiller, partager, restituer, Paris, Hémisphères éditions/Maisonneuve et Larose, 2021, 630 pages. Politique africaine. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sy1q

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search