RDL Polaf n°165: Gunner (Liz), Radio Soundings: South Africa and the Black Modern Cambridge, Cambridge University Press, 2019, 224 pages

En 1941, trois minutes d’actualités en zoulou inaugurent un créneau radiophonique régulier dans cette langue au sein d’une antenne de la radio nationale sud-africaine (la South African Broadcasting Corporation, SABC) localisée à Durban. En pleine guerre mondiale, les autorités affirmaient ainsi leur souci de maîtriser l’information. Des débuts du service radiophonique en zoulou jusqu’à la chaîne Ukhozi FM, qui s’impose dans le paysage médiatique post-apartheid en comptant plus de 7 millions d’auditeurs, Radio Soundings suit les développements de la radio en zoulou en Afrique du Sud. Liz Gunner prend pour fil conducteur l’étude des pièces de théâtre et des créations musicales radiophoniques. Depuis les années 1960, des centaines de ces radio dramas diffusés en feuilletons ont tenu en haleine pendant des semaines, voire des mois, des générations d’auditeurs. Si ce genre a connu des adaptations, des éléments clefs perdurent : l’ancrage dans l’univers domestique et l’exploration des tensions dans l’ordre patriarcal et entre générations ; la combinaison de descriptions sociales réalistes et d’intervention d’éléments surnaturels ; la recherche de solutions moralement acceptables tout en laissant leur place à des personnages ambigus.

Professeure d’études littéraires et spécialiste de la littérature orale zoulou, l’auteure s’appuie sur une analyse fine de ces œuvres, de leurs intrigues, personnages et choix expressifs. L’étude est attentive aux dimensions sonores de ces objets, interprétant le choix des musiques et des effets spéciaux sonores, s’arrêtant sur les qualités des voix. Liz Gunner a mené ce patient travail d’écoute, de transcription et d’analyse en compagnie de son assistant de recherche, Wiseman Masango. L’expertise linguistique de ce dernier, mais aussi ses commentaires et ses souvenirs de la radio sont signalés au-delà des espaces paratextuels, où se situe habituellement la reconnaissance de telles collaborations : outre la dédicace, les remerciements et les notes de bas de pages, Wiseman Masango est plusieurs fois cité dans le texte. Liz Gunner évoque aussi à l’occasion ses propres souvenirs d’écoute.

Organisé de manière chronologique, le livre débute par un portrait de King Edward Masinga, cet instituteur qui, en 1941, est le premier speaker en zoulou à la SABC. Son récit de son entrée à la radio est une mise en scène de son rôle de passeur, puisqu’il aurait obtenu cet espace radiophonique en adressant au journaliste et ethnomusicologue blanc Hugh Tracey une poésie d’éloge – genre oral établi et reconnu par l’ethnologie de l’époque. Quatre ans plus tard, c’est une coproduction entre Masinga et Tracey qui ouvre l’espace de la fiction radiophonique en zoulou avec un conte agrémenté de chansons.

Cette émergence de la radio en zoulou témoigne d’une volonté de contrôle et d’enfermement culturel qui se stabilise durant le régime d’apartheid. Liz Gunner démontre la façon dont ce projet est mis à mal par la radio, média « moderne et modernisateur » (p. 15) qui subvertit d’entrée de jeu ce projet. En effet, bien que ces années constituent une période de durcissement et forcent à l’exil ou réduisent au silence de nombreux musiciens, les années 1960 voient se stabiliser le genre du feuilleton radiophonique. Cet argument, qui occupe le cœur de l’ouvrage consacré aux décennies de l’apartheid, se déploie sur trois plans : l’émergence de personnalités radiophoniques qui acquièrent expertise et renommée malgré les rapports de subordination racistes qui imprègnent cet espace professionnel ; la constitution de publics qui contrecarre la division politique et géographique des populations noires ; le recours à la fiction comme espace d’expression difficile à contrôler par le régime d’apartheid.

S’ils pénètrent, en tant que Noirs, dans les locaux de la SABC par une entrée de service, nombre d’hommes et de femmes de radio se forgent à travers les ondes des personnalités radiophoniques fortes. Empreints de traditions orales vivantes, ils arrivent à la radio avec des cultures diverses forgées dans des espaces familiaux, informels, tels que les bars, ou institués, comme l’école ou l’église. Écrivains de pièces mais aussi interprètes de certains rôles, beaucoup contribuent à la fois à l’écriture et à la performance. Ces personnes circulent aussi au sein de l’espace de la radio, comme Winnie Mahlangu qui passe d’interprète dans un opéra musical à traductrice d’une pièce du xhosa au zoulou, avant d’être animatrice de sa propre émission.

Deux portraits amènent une perspective transnationale qui constitue un point fort de l’ouvrage. Par ses circulations sonores et ses connexions institutionnelles (tels que les prix internationaux), la radio est un média qui échappe partiellement aux tentatives de contrôle de la SABC. Mais le livre témoigne aussi de l’exil auquel sont contraints les intellectuels et les artistes noirs. Le versant radiophonique des productions de deux écrivains, Bloke Modisane (1923-1986) et Lewis Nkosi (1936-2010), est ainsi exploré. Londres est un nœud impérial où, dans les années 1960, se rencontrent et se confrontent Africains de pays décolonisés ou non, Afro-Américains et d’autres mem-bres des diasporas noires. La BBC (British Broadcasting Corporation) apparaît comme un espace de possibilités, mais aussi comme un lieu tramé de relations de pouvoir qui s’expriment notamment dans le travail d’édition et de sélection des pièces des auteurs diasporiques.

Au-delà du travail de production radiophonique, Liz Gunner insiste sur le rôle subversif de ce média, en raison de la constitution de publics « permettant, avec certaines formes de musique populaire, le maintien d’un pont fragile entre classes et groupes dans la communauté fragmentée des locuteurs du zoulou » (p. 20). L’auteure documente bien le large attrait de ces émissions, à travers les souvenirs multiples qu’il en reste ou la manière dont des noms de personnages ont marqué les mémoires. La dimension participative était d’ailleurs d’emblée présente puisque certaines pièces s’achevaient sur un appel aux commentaires du public, suscitant une masse imposante de courrier d’auditeurs (introuvable dans les archives mais évoquée dans les entretiens). Parfois, c’est à la demande des auditeurs qu’une suite était commandée à une production. Fortement entravées dans leur mobilité, divisées entre ruraux et urbains, les populations noires se sont donc rejointes dans leur engouement commun pour ces émissions, qui combinaient recours à des formes connues de l’oralité et bruitage technologique, chants folkloriques et musique urbaine.

Enfin, c’est le caractère de fiction en langues africaines qui a permis à ce genre d’échapper à la censure, contrairement à l’information qui faisait l’objet d’un contrôle serré. Quelques exemples d’un usage du genre à des fins idéologiques sont donnés, comme une pièce adaptée de la traduction zoulou d’un poème en afrikaans pétri de stéréotypes racistes en 1963 (p. 53) ou une pièce de 1970 qui relaie la propagande contre les résistants au régime de l’apartheid en mettant en scène des « terroristes laquais des communistes » (p. 133). Mais, en général, la fiction permet d’échapper aux commandes idéologiques et au contrôle. Elle autorise d’une part un recours à l’implicite, avec des personnages ou des dénouements ambivalents, susceptibles de niveaux de lecture différents, d’autre part un usage de la langue et de ses subtilités qui permettait d’échapper au contrôle des supérieurs blancs.

Les deux derniers chapitres abordent les pièces radiophoniques de l’ère post-apartheid. Le genre se renouvelle en prenant en charge les sujets du moment, de l’épidémie de sida à l’émergence d’une culture de la consommation en passant par les reconfigurations des rapports familiaux et de genre induites par les profondes transformations sociales et économiques du pays. La comparaison entre ces pièces et le répertoire antérieur permet à l’auteure de souligner la manière dont, par exemple, l’image du monde rural passe d’un conservatoire rêvé des traditions à un espace vide et terrifiant. Liz Gunner y pose des questions passionnantes, assumant parfois de s’en tenir à des hypothèses comme quand elle pose la question des enjeux de la rediffusion de pièces des années 1960 trente ans plus tard : s’agit-il de nostalgie, d’un souci d’économies à l’intérieur de la radio qui conduit au recyclage du répertoire enregistré, ou de la perception d’une possible actualité de ces pièces par-delà les époques (p. 162) ?

Cet ouvrage s’inscrit dans un champ d’étude dynamique des formes expressives en Afrique australe1. La force de ce livre tient à son attention aux textes, aux modes de narration et aux jeux sur la langue. L’auteure relève l’importance des accents comme indexation sonore d’une origine sociale, raciale ou géographique, souvent exagérée à l’antenne et mettant en scène la variété linguistique du zoulou à l’intérieur d’une même production. L’usage du concept de modernité comme outil d’analyse, des années 1940 à nos jours, pose toutefois problème. Parler de modernité semble éclairant pour évoquer le cosmopolitisme des univers radiophoniques (à travers les choix musicaux par exemple), et pour suggérer les dynamiques d’hybridation et d’appropriation qui permettent que se consolide dans la durée un espace d’expression à la fois public et relativement à l’abri du contrôle et de l’intervention politique, mais ce recours au terme de modernité est moins convaincant pour la période post-apartheid, où l’injonction à « parler en tant qu’individu » renvoie à l’hypothèse de l’émergence d’une subjectivité (néolibérale ?) nouvelle via la radio. Si cette piste est évoquée en passant (p. 170), aucune articulation n’est proposée par l’auteure entre ces formes de prise de parole ou d’intérêt pour l’intériorité des personnes et les traits « modernes » de l’époque antérieure. On retiendra donc surtout de ce livre les leçons méthodologiques dans l’analyse de corpus radiophoniques, la richesse des éclairages sur des périodes et des aspects différents d’une Afrique du Sud connectée à des espaces continentaux et diasporiques, et une écriture qui entremêle analyse textuelle, reconstitution de trajectoires biographiques et mise en contexte historique de manière virtuose.

Aïssatou Mbodj-Pouye
CNRS, Institut des mondes africains (Imaf)

  1.  Pour un point récent, voir S. Dulucq, N. Nieftagodien et M. Rey, “Cultures urbaines en Afrique australe (XXe-XXIe siècles)” (enligne, Revue d’histoire contemporaine de l’Afrique, n°2, 2021, p. 1-17, <https://oap.unige.ch/journals/rhca/article/view/02dulucqnieftagodienrey/00fr>, consulté le 21 janvier 2022 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sandrine Perrot (16 juin 2022). RDL Polaf n°165: Gunner (Liz), Radio Soundings: South Africa and the Black Modern Cambridge, Cambridge University Press, 2019, 224 pages. Politique africaine. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sy1p


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search