Le travail : un phénomène politique complexe et ses mutations conjoncturelles, par Laurent Bazin

intro133

Introduction au dossier « Travail et politique », Politique africaine N° 133.

Affirmer le caractère politique du travail semble aller de soi. Pourtant, ce ne sont guère les travaux sociologiques actuels qui permettent de comprendre en quoi le travail est un phénomène politique, ni comment aborder ce phénomène dans le monde contemporain. Si l’importance politique du travail est généralement reconnue − elle a fourni un jalon essentiel de l’histoire de toutes les sciences sociales1 − elle s’est peu à peu effacée des problématiques scientifiques. Plus rare encore est l’optique inverse, c’est-à-dire l’idée que la politique est présente dans les univers de travail et qu’elle contribue puissamment à les structurer. C’est à l’articulation de cette double perspective que ce dossier souhaite apporter une contribution. Les articles recueillis abordent la question à partir de terrains de recherche et d’angles d’analyse très divers auxquels Jean Copans fournit un cadrage épistémologique et historique. Le lecteur pourra trouver dans ces textes des apports spécifiques et originaux à la connaissance du travail − au Cameroun, en Europe, en Égypte et dans le Golfe, en Afrique du Sud − ainsi que des propositions visant à étayer empiriquement et théoriquement des approches politiques du travail.

Cependant, c’est en essayant d’englober dans un seul regard les processus à l’œuvre dans l’ensemble du monde que l’on peut aujourd’hui tenter de saisir le sens politique du travail, non pour en faire un élément abstrait et homogène qui présenterait partout la même façade, mais pour être capable de recontextualiser des études fragmentaires portant sur des situations particulières, des scènes de travail porteuses de dynamiques et de conflits propres, des représentations et des significations ancrées dans des contextes productifs qui sont aussi le produit d’histoires politiques. Celles-ci sont par définition toujours localisées, mais elles s’inscrivent également dans des conjonctures globales, dans le temps du monde. C’est à cet exercice de problématisation que s’efforce ce texte de présentation.

Le travail dans la gouvernance globale

Si les deux termes − travail et politique − paraissent aujourd’hui dans un voisinage familier, cela procède moins des approches scientifiques actuelles que de la prégnance d’une histoire mondiale, marquée jusqu’à une période récente par l’existence d’un mouvement ouvrier international, acteur imaginaire qui se traduisait par des élaborations idéologiques et des formations actives, affirmant partout la centralité politique du travail. La guerre froide, par l’affrontement qu’elle mettait en scène entre un « bloc » socialiste qui était parvenu à englober la moitié du monde, et un « bloc » capitaliste, constituait en elle-même jusque dans les années 1980 une théâtralisation de l’antagonisme entre le capital et le travail. Cette trame historique imprègne encore les esprits, scientifiques ou profanes, mais plus ou moins confusément selon les contextes sociaux et les sensibilités idéologiques et politiques. L’englobement du socialisme dans le marché mondial l’a en quelque sorte reléguée dans un recoin de la mémoire. Ces mutations de la conjoncture géopolitique et idéologique mondiale, de même que leurs traductions en termes épistémologiques, constituent déjà le cadre politique global dans lequel le travail prend sens.

La seconde raison pour laquelle le caractère politique du travail semble aller de soi tient aux discours publics. Les thèmes du travail, de l’emploi et du chômage, de la pauvreté aussi, forment un leitmotiv des discours gouvernementaux et des organisations internationales : le travail est à l’évidence partout une question de politique, mais la politique entendue cette fois-ci comme exercice de la rhétorique. Elle a sa traduction dans des dispositifs de politique publique, mais ceux-ci sont animés par des résolutions d’apparence contradictoire. Dans l’optique néolibérale qui exerce une position hégémonique, la préoccupation pour l’emploi (c’est-à-dire le chômage) − ou pour le « travail décent » au niveau international qui est celui de l’Organisation internationale du travail (OIT)2 − s’affirme par des projections qui euphémisent leur objet et leurs objectifs, parallèlement à l’intention de flexibiliser le travail, de le déprotéger, d’en abaisser le coût, pour accroître sa compétitivité et sa productivité face à l’intensification sans cesse accrue de la concurrence internationale. L’avenir s’annonce radieux, comme au temps du socialisme et du développement, mais dans un monde où la ligne d’horizon n’est plus une lointaine visée politique de formation d’un homme nouveau, moderne ou développé. La ligne de fuite est désormais balisée par le marché et la consommation, ainsi que par l’argent qui assure la liaison entre les deux ; elle vise la formation d’un homme dynamique préoccupé par son bien-être, autre nom de la jouissance.

Question centrale de rhétorique, le travail est l’objet d’un effort international de standardisation − de sa définition, de sa mesure, des politiques d’emploi − qui s’inscrit dans un processus de normalisation des sociétés par la généralisation de l’économie de marché. Il devient un objet de gouvernance, c’est-à-dire l’objet d’une gestion globale dans le cadre du marché mondial, au même titre que l’économie elle-même, la santé, l’environnement, la pauvreté ou encore le genre, mais à la différence des masses financières qui échappent précisément à tout effort de régulation mondiale depuis le moment de leur libéralisation dans les années 1980. Cette gouvernance globale se bâtit – non sans conflits et sans contradictions – en sécrétant une masse considérable d’expertises, de rapports, de conférences exprimés dans un langage incompréhensible qui devient progressivement le nouvel idiome administratif mondial. Tout un appareil de connaissance se développe, qui tend à se substituer à la connaissance scientifique, exerce sur elle un pouvoir d’attraction considérable, et en assure la subordination.

« Gouvernance » est le terme clé de ce processus de normalisation. Il s’impose rapidement dans les années 1990 sous l’impulsion de la Banque mondiale. Tout comme le terme de globalisation lui-même, il est directement emprunté au vocabulaire des grandes entreprises transnationales qui cherchent, dans les années 1980, les moyens d’ajuster leurs stratégies d’expansion au marché qui se mondialise. Dans une période où la terminologie marxiste et tiers-mondiste s’efface, où l’impérialisme − conceptualisé dans la pensée marxiste-léniniste exactement comme stratégie d’expansion mondiale du capitalisme − ne constitue plus qu’une cible marginale de la contestation, c’est en quelque sorte l’impérialisme lui-même qui impose au niveau international son langage et donc ses propres catégories de pensée. Le travail est par exemple reconsidéré à travers le concept à succès de capital humain ; son envers est donc la pauvreté, dont l’éradication est décrétée objectif du millénaire. La solution peut alors être recherchée dans l’adaptation des moyens d’accès à la finance : le développement de la microfinance est censé permettre à chaque chômeur, à chaque travailleur pauvre, perçus comme entrepreneurs en puissance, de faire fructifier leur capital personnel en participant au développement du marché, tout en restaurant leur solvabilité pour s’intégrer au monde de la consommation.

Tout comme le taux de chômage, celui de la pauvreté est devenu un indicateur clé de l’estimation des économies nationales et de leur comparaison : il s’agit des indicateurs complémentaires de celui du PIB, qui mesure la richesse produite par le travail, en agrégeant les valeurs ajoutées dans l’ensemble du système productif. L’effort de définition de cette grandeur qu’est le PIB et de sa concrétisation par les appareils statistiques officiels3, on le sait, efface les significations du travail et ne prend en compte que sa partie « utile » : les critiques bien connues des courants féministes ont, par exemple, depuis longtemps dénoncé que le travail domestique des femmes échappait ainsi à toute prise en considération. C’est que, par convention, les sciences économiques ne définissent le travail que dans la mesure où, soit lui-même, soit son produit, s’échangent contre une valeur monétaire : c’est la transaction marchande qui circonscrit le travail, tout comme elle fixe le contenu de ce qui est considéré comme économique. Toute autre option conduirait à la dissolution de l’idée même d’économie − c’est ce qu’on peut lire par exemple à travers la trajectoire intellectuelle de Maurice Godelier4 − et ruinerait donc toute possibilité de la mesurer, et a fortiori d’imposer comme évidence la nécessité de son expansion continue. Il en va de même pour la pauvreté : les techniques de randomisation mises au point par Esther Duflo, saluées comme un progrès scientifique décisif, permettent d’assurer une standardisation de sa mesure, apte à abolir toute signification sociale de la pauvreté : le sens disparaît derrière la mesure, tout comme la politique, et a fortiori le sens politique.

La mise en œuvre d’une gouvernance globale implique le développement d’un appareil de connaissance qui doit intégrer dans une formulation et une mesure homogènes au niveau mondial des réalités sociales qui sont irréductiblement hétérogènes. Ce faisant, elle se condamne à produire une fiction de connaissance, en totale déconnexion avec les réalités qu’elle prétend décrire. Mais, un peu comme dans le système soviétique où la vérité idéologique dont le Parti était détenteur primait sur la réalité qu’elle prétendait rendre conforme, l’abstraction du réel n’est pas une imperfection : c’est la condition même de l’imposition de catégories de pensée et d’action qui vise à la production d’une représentation imaginaire du monde. S’ensuit une dynamique complexe du pouvoir : les réalités sociales offrent nécessairement toujours une résistance − au sens foucaldien du terme5 − à l’emprise des dispositifs mis en place pour les rendre conformes ; mais cette représentation imaginaire du monde, à mesure qu’elle est formulée, devient immédiatement, de ce fait même, une part de la réalité, ainsi que Godelier l’a montré.

Cependant, pour suivre ce dernier jusqu’au bout, ce ne sont pas seulement les représentations de la réalité qui sont une part de la réalité elle-même, mais également les représentations des représentations de la réalité. Comme Lucile Gruntz et Judith Hayem le montrent dans ce numéro chacune à sa manière, en explorant les subjectivités politiques des travailleurs, c’est bien au niveau des représentations des représentations de la réalité qu’il faut se placer pour saisir les évolutions des inscriptions politiques du travail. Les travailleurs se situent bien, eux aussi, dans un monde quadrillé tant par l’imposition idéologique du marché que par l’exercice de l’autorité étatique, et ils s’efforcent d’en interpréter les significations, les cohérences et les contradictions ; ils ne s’y situent pas seulement par la position qu’ils occupent dans l’univers de la production, mais par l’ensemble des champs sociaux auxquels ils participent, qui constituent autant de modes d’inscription politique, dont les liaisons forment une architecture sociale, avec ses failles et ses ruptures.

D’une évidence politique du travail à une autre, un glissement s’est produit : le glissement d’un mode d’existence politique du travail, qui l’érigeait en lieu d’affrontement international, à un autre par son incorporation dans une rhétorique et une gouvernance globales du marché. C’est aussi un glissement de la structuration politique du monde, et un glissement général des orientations épistémologiques, en dépit des efforts et de la prétention de la science à ne pas se laisser berner par ce qu’elle observe. Ce glissement est le passage d’un monde structuré par un affrontement de deux ordres politico-économiques et idéologiques où le travail figure comme l’objet imaginaire de la lutte − comme une sorte de ballon sur un terrain de football que deux équipes se disputent : l’enjeu n’est pas le ballon lui-même mais il est au centre de l’attention − à un monde structuré autour de la restauration du marché comme mode d’expression et de réalisation des rapports de domination, appuyé si nécessaire par l’usage brut de la violence militaire et des démonstrations de force, ainsi que par tout un appareillage technocratique qui s’insinue jusque dans les recoins les plus reculés du monde. Le travail a cessé d’être un objet imaginaire d’affrontement pour être réincorporé au cœur du déploiement du marché.

Le marché comme technique de pouvoir

La mise en œuvre d’une gestion globale du travail − de la pauvreté, du chômage, etc. − repose sur l’instauration du marché comme technique de pouvoir6 qui se substitue à la discipline, ou qui se conjugue avec elle pour assurer la sécurisation des espaces et des fractions sociales que le marché laisse sur ses marges. La microfinance, pour revenir sur cet exemple significatif, est devenue une recette qui s’est généralisée partout à partir de son invention au Bangladesh dans les années 1970, pour tenter d’éduquer et d’intégrer au marché et aux logiques financières une masse de « pauvres » caractérisés moins par leur rapport au travail que par leur insolvabilité (chômeurs, travailleurs pauvres, paysans, femmes…)7. L’instauration du marché comme technique de pouvoir, au niveau global comme au niveau le plus local, est ainsi assurée non seulement par l’ensemble des organisations, des accords, des conventions qui élaborent et imposent à l’échelle internationale des modes de représentation et d’administration du réel, elle est non seulement relayée par les États et leurs appareils locaux, mais elle est aussi portée par tout un ensemble de dispositifs tels que les ONG ou associations dites de la « société civile », qui prennent en charge le traitement de la pauvreté, du chômage, du manque d’emploi, de l’insolvabilité, dépossédant dans certains cas totalement les pouvoirs publics de toute prise en charge sociale, particulièrement dans les pays où celle-ci est demeurée la plus rudimentaire. Ces organisations, étrangères ou locales, qui fonctionnent elles-mêmes de plus en plus clairement comme des entreprises lucratives et se professionnalisent, occupent simultanément une part croissante sur le marché du travail : elles deviennent des pourvoyeurs d’emplois (ou d’auto-emploi) qui peuvent être aussi valorisés que l’était la fonction publique dans la période antérieure, attirant notamment les plus diplômés. Les distinctions entre emploi privé et public, entre secteur marchand et non lucratif, pour tant est qu’elles avaient un sens dans le cadre d’États néopatrimoniaux, achèvent de se dissoudre dans cette juxtaposition et cette confusion généralisée entre le service des intérêts privés et celui de l’État, du public ou des communautés, selon la terminologie anglaise, reléguant l’État dans une figure de défaillance et contribuant ainsi à sa disqualification.

Ces processus sont parallèles aux innovations des méthodes de gestion des entreprises qui circulent rapidement d’une région du monde à l’autre : on y observe, depuis les années 1970, une préséance des logiques financières sur les logiques productives, et les techniques toujours plus sophistiquées d’organisation du travail internalisent le marché et en font le moyen par excellence de modeler les rapports de travail, d’obtenir assujettissement et émulation, de désamorcer les conflits en les reconfigurant autour de compétitions internes entre travailleurs. L’étude que Guillaume Vadot consacre dans ce numéro à la restructuration de la Sodecoton, l’entreprise camerounaise d’encadrement et de commercialisation de la production de coton, en offre une illustration. Sa contribution permet de suivre l’ensemble des étapes et des logiques qui conduit l’entreprise, menacée de faillite et de privatisation dans les années 1990, à l’instar de toutes ses homologues au Cameroun ou dans les pays voisins, à repenser la tutelle qu’elle exerce sur les producteurs de coton dans les termes de professionnalisation et de responsabilisation : elle trouve ainsi les moyens de neutraliser sa dépendance au marché en la transférant sur sa main-d’œuvre paysanne, réorganisée en groupements autonomes. La violence symbolique d’une éducation paternaliste au marché est le ressort de cette professionnalisation. L’opération, qui consiste à internaliser le marché en réorganisant une entreprise autour de relations de sous-traitance internes et par la généralisation des rapports de concurrence entre employés, est dans ce cas précis favorisée par le fait que les travailleurs ne sont pas salariés ; mais elle ne peut, de ce fait même, parvenir à son objectif sans simultanément s’appuyer sur un bouleversement de l’ordre hiérarchique et politique des villages de cotonculteurs, et par ricochet de l’ensemble des liens clientélistes qui, à l’échelle régionale, associe étroitement et entremêle la tutelle de la Sodecoton à celle de l’État par l’entremise des élites locales.

Des cantonnements politiques du travail

Si le métalangage de la gouvernance dissout − c’est sa fonction − la question politique du travail dans une logique techniciste de gestion du marché, les travailleurs ne se laissent pas si facilement berner et enfermer dans les termes qui voudraient assurer leur asservissement. Comme le remarquait récemment Raphaël Botiveau, le travail fait donc perpétuellement « retour » par le biais des luttes syndicales8, mais bien plus généralement sur le front de conflictualités qui se développent directement avec l’État. Par exemple, lorsque les luttes de travail en deviennent tout à la fois le catalyseur, l’expression et le terrain d’affrontement, à l’instar de ce que Judith Hayem montre ici, en analysant les subjectivités politiques engagées lors de la longue grève de Marikana dont l’issue dramatique a attiré l’attention du monde. En 2011, à l’autre extrémité du continent, les révolutions tunisienne et égyptienne, leur propagation dans d’autres pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, ont également rappelé, à l’attention médiatique comme à celle des scientifiques, l’acuité politique des problèmes d’accès à l’emploi, comme l’importance des conflits dits sociaux et des mobilisations syndicales qui, souvent passés inaperçus9, ont néanmoins eu une importance décisive dans le déroulement des « printemps arabes » et le déploiement des rapports de force qui ont présidé aux basculements politiques ultérieurs. À quelques centaines de kilomètres à peine plus au nord, les émeutes et les vives luttes sociales en Grèce, tout comme les diverses formes de mobilisation dans le Sud-Ouest de l’Europe soumis à la prétendue « rigueur » des ajustements budgétaires attaquant de front le travail, l’emploi et leurs protections pour maintenir à toute force la suprématie des intérêts financiers, ont suscité des interprétations et des analyses distinctes, comme s’il s’agissait de mondes irréductiblement étrangers l’un à l’autre. La triste épopée des harragas10 venant s’échouer sur les rivages espagnols ou italiens, que l’on tente vainement de confiner dans des espaces de cantonnement, la fortification des frontières sur les limites orientales ou méridionales de l’Union européenne renforcent les représentations de deux mondes évoluant séparément, dans la période où se répète en Europe un scénario inauguré trois décennies plus tôt de l’autre côté de la Méditerranée et du Sahara : la crise d’endettement des États est le spectacle dans lequel se révèle leur assujettissement aux institutions et marchés financiers (publics ou privés) et aux conceptions de l’économie dont ils sont les porteurs, le poids de la dette et des remboursements se traduisant très directement par une pression sur le « coût du travail », qui se décline en termes de baisse des salaires, de flexibilité et de réduction des protections du travail, de diminution de la fonction publique, tandis que récession et austérité budgétaire entraînent une destruction de l’emploi, ou ce qu’il est convenu de désigner comme son informalisation, sa précarisation, en fait sa désinstitutionnalisation.

La constante politisation de la question de l’immigration en Europe, l’obsession pour une « gestion des flux migratoires » toujours mise en échec mais toujours renforcée et débouchant par exemple en France sur l’imposition d’une étroite tutelle administrative sur l’emploi de tout étranger « extra-communautaire », signalent que le travail est une question politique aiguë, qui ne se laisse en aucune façon enclore dans le cadre de frontières nationales. « Extra-communautaire » : la terminologie de l’Union européenne − la communauté renvoie ici explicitement aux contours du marché « unique » − est en elle-même significative des processus de délimitation du monde à l’œuvre dans l’imaginaire, qui s’institutionnalisent et s’impriment fortement dans le réel par le biais des législations, des appareils de répression et de contrôle. Ceux-ci complètent nécessairement la mise en œuvre du marché comme technique de pouvoir, là où celle-ci s’avère inefficace ou indésirable. Les contributions d’Ange Bergson Lendja Ngnemzué sur la gestion technocratique et policière du travail des étrangers à l’échelle de l’Union européenne et de Lucile Gruntz sur le contrôle des migrants dans les États du Golfe sont, de ce point de vue, en étroite résonance. Elles soulignent que la question du travail et de ses significations politiques en Afrique − comme partout ailleurs − est d’ordre global. Elle ne s’appréhende pas seulement depuis Le Caire, Douala, Pretoria, Kinshasa ou Monbasa : elle se gère aussi à Paris, Londres, Bruxelles, comme à Abou Dhabi, ou à New York (ONU), Washington (FMI, Banque mondiale), Genève (OIT).

Ces deux contributions montrent également que les modes de domination, d’exploitation et de contrôle s’exercent de multiples manières. Ils se conjuguent et ne sont pas localisés uniquement, voire principalement, dans le champ du travail. Le contrôle des étrangers en France s’effectue par exemple aujourd’hui par une surveillance administrative qui n’hésite pas à s’immiscer jusque dans les chambres à coucher et les salles de bain, mais délaisse largement le domaine des entreprises : si le travail « régulier » des étrangers est placé sous tutelle préfectorale, le travail « irrégulier » que ce filtrage administratif contribue à générer est l’objet d’un assentiment tacite, et les hiérarchies professionnelles de certains secteurs d’activité sont bâties sur une base ethnicisée permettant l’assujettissement de contingents de travailleurs composés, par exemple, partiellement ou entièrement de migrants africains11. Dans le Golfe, l’autorité politique délègue le pouvoir de surveillance aux employeurs (nationaux), de sorte que les dominations dans le cadre professionnel se doublent d’un contrôle sur l’ensemble de la vie sociale des travailleurs (étrangers), et leur emprise est d’autant plus forte et imparable qu’elle prend place dans un univers non seulement structuré sur le clivage nationaux/ étrangers mais aussi morcelé par les logiques d’ethnicisation. Dans le même temps, le travail s’inscrit dans un espace qui déborde et défie toujours les tentatives de le compartimenter géographiquement et bouscule de ce fait en permanence les ordonnancements politiques.

L’ethnicisation des hiérarchies professionnelles et, partant, des catégories, statuts et clivages sociaux12, est un phénomène répandu sous tous les cieux et à toutes les époques, selon des modalités infiniment variables. Dans la période actuelle, il se nourrit d’une des contradictions majeures de la globalisation. Depuis les années 1980, la libéralisation touche tendanciellement aussi bien l’usage des capitaux que celui de la main-d’œuvre, et la domination que la finance exerce au niveau mondial sur les dispositifs productifs impose les mêmes logiques au travail et au capital : l’exigence de flexibilité qui pèse sur l’un est le pendant de la recherche de fluidité de l’autre13. Pour autant, la perte de contrôle des États sur la circulation mondiale des capitaux et des marchandises se double d’une volonté de régir étroitement la circulation des travailleurs. Le cantonnement de ces derniers intervient comme un mécanisme de gestion globale du travail, toujours mis en défaut par les logiques sociales et par les contradictions qu’il génère.

De manière analogue à la période qui a précédé les impérialismes de la fin du xixe siècle14, mais dans une configuration entièrement différente, la conjoncture mondiale actuelle se caractérise par une masse de capitaux superflus qui ne trouve pas à s’investir, aspirée dans la sphère spéculative de la finance, et une masse également considérable de travailleurs inutiles qui ne trouvent pas à s’employer. Aujourd’hui siège de l’économie la plus dynamique au niveau mondial, la Chine exporte pour cette raison aussi bien ses capitaux que ses travailleurs en surnombre, notamment en Afrique. La conjoncture est également marquée par l’importance démesurée de la fraude, son érection en principe économique sur lequel repose l’ensemble du système bancaire euro-américain, et la généralisation de la corruption au cœur des appareils politiques. Les États, qui s’emploient à saper leurs propres institutions pour laisser place à des phénomènes de privatisation de différents types15, tentent de refonder leur légitimité sur des idéologies nationalistes formulées dans le registre de l’identité nationale.

Celles-ci expriment un basculement du mode de légitimation des États et des relations entre nationalité et citoyenneté. Dans une situation d’émancipation de l’économie vis-à-vis d’États qui se sont bâtis en affirmant leur maîtrise du développement économique, ces derniers ont cherché à se démarquer d’une performance économique abandonnée aux hasards de marché capricieux, pour se refonder autour de l’élaboration d’une identité nationale ancrée dans une redéfinition de l’autochtonie. Il s’agit d’un processus généralisé : il en va ainsi de pays africains16 − la Côte d’Ivoire en est un cas d’école17 − comme de l’ensemble des pays du monde18. Les significations investies dans le travail se modifient dans le même mouvement, de même que leur rapport à la politique et aux conceptions de la citoyenneté. En devenant partout un nœud des rapports sociaux, à la fois l’instrument d’une domination brutale échappant à toute régulation, un moyen de hiérarchisation par l’intégration au marché et à la consommation, l’expression unique de la valeur du travail, et l’objet d’un désir infini d’accumulation que l’on contemple dans la fascination de fortunes colossales, l’argent s’infiltre dans les édifices institutionnels et en érode les significations. L’identité nationale intervient alors précisément comme un cache-sexe, pour focaliser des attentions, des désirs, des pulsions sur un objet réduit à son expression fantasmatique. Les « valeurs de la république » deviennent par exemple d’autant plus obsessionnelles en France depuis le moment de leur exhumation dans les années 1980, que la puissance de l’État s’efface pour ne plus s’exprimer qu’à travers une production et une exclusion des « étrangers » (d’Afrique du Nord ou subsaharienne) qui vont en s’accentuant, dans le registre symbolique comme dans la pratique. Le processus n’est guère différent en Côte d’Ivoire : au milieu des années 1990, l’« ivoirité », qui affirme l’ancrage de l’État dans une autochtonie inventée de toutes pièces et cristallise des affrontements qui se feront de plus en plus violents, apparaît comme une tentative de compenser une performance économique devenue négative et de neutraliser les contradictions d’une trajectoire néocoloniale de l’État indépendant, aiguisées par les ajustements structurels19.

Abjections et avilissements

Car la période qui s’ouvre avec les ajustements structurels des années 1980 se caractérise par un retournement des rapports entre la sphère politique et la sphère économique, plus ou moins brusque selon les contextes. Les projections du développement et de la modernisation donnaient sens au nationalisme des années 1950-1970, aux mouvements de libération nationale et aux processus de « construction nationale » qui les prolongeaient ; elles balisaient l’espace-temps du monde, fragmenté selon un affrontement entre des systèmes économico-politiques opposés : deux « blocs » capitaliste et socialiste ; un « tiers-monde » cherchant entre les deux la voie de son émancipation ou négociant ses allégeances. Ces projections se sont effacées dans les années 1980 pour déboucher sur un nouvel imaginaire : un seul monde « global » réunifié par le marché « mondial » qui domine désormais les États, circonscrit le champ de leurs politiques économiques, restreint et disqualifie leur « volontarisme » antérieur, sous l’égide et la surveillance d’organisations internationales attentives à favoriser l’ouverture des échanges économiques, rétablissant par des ajustements structurels à l’échelle nationale les équilibres financiers internationaux régulièrement perturbés par la circulation des crises à travers le monde, de l’Afrique à l’Asie du Sud-est, de l’Amérique latine à l’ex-URSS, de l’Argentine à la Turquie… et à l’Europe aujourd’hui.

On peut estimer que le sentiment d’« abjection » remarqué et analysé par James Ferguson en Zambie20 résulte de cette transformation décisive des rapports entre le politique et l’économique, qui redessine les contours imaginaires du monde, c’est-à-dire les horizons qui s’ouvrent (ou se ferment) aux acteurs sociaux, pour situer leur propre condition sociale et signifier leur rapport à l’État et au travail. En ce sens, l’« abjection » est une expérience commune et banale sur tous les territoires ou dans tous les secteurs sociaux et professionnels, marqués par exemple d’une manière ou d’une autre par des processus de déclassement, de relégation, de désindustrialisation, dans un cadre international où le marché est désormais hégémonique. L’exercice de cette hégémonie ne s’entend pas seulement dans son effectivité, par exemple à travers les fluctuations du cours des matières premières qui déterminent de subites baisses de rentabilité dans la copperbelt zambienne étudiée par Ferguson ou dans le secteur cotonnier camerounais qu’aborde dans ce numéro Guillaume Vadot. L’« abjection » peut être vue comme une traduction imaginaire de la dévalorisation du travail et de l’ensemble des systèmes productifs, des travailleurs aussi bien que des entrepreneurs, des États et des sociétés dans leur ensemble face à l’instauration du marché comme norme, car celle-ci implique une exigence infinie de performance. Cette dévalorisation se combine dans chaque situation nationale avec des dynamiques socio-politiques ancrées dans une histoire particulière, et notamment en Afrique, avec la forme prise par la domination coloniale passée et la manière dont elle a été dépassée, surmontée, conservée, restaurée… c’est-à-dire resignifiée à travers la trajectoire des États indépendants.

Le travail ne peut être la cible perpétuelle de l’abaissement des coûts et du contournement des « rigidités » de ses protections sociales, il ne peut être l’objet et l’instrument d’une domination symbolique s’exerçant violemment à travers le marché sans borne ni retenue, sans devenir dans le même mouvement le support de l’abjection, c’est-à-dire de représentations négatives, infériorisantes, culpabilisatrices, avilissantes. De ce point de vue, mes recherches personnelles en Côte d’Ivoire rejoignent par exemple le constat de Ferguson en Zambie : s’il observe un processus de « dézambianisation », celui-ci peut être mis en parallèle avec ce qui se joue dans une entreprise industrielle ivoirienne au début des années 1990 où, à travers les acteurs idéologiques que sont quelques expatriés français, la domination coloniale est remise en scène pour y être tout à la fois dénoncée et restaurée. Le mécanisme d’auto-infériorisation observé constitue dans ce cadre le déplacement, la traduction et la mise en significations des rapports de domination internationaux dans cette conjoncture particulière des ajustements structurels : le domaine de l’économie dite « moderne » (qui était à l’époque coloniale catégorisé comme secteur « européen »21) redevient le lieu d’exercice d’une domination extérieure, et la logique des acteurs est alors d’en expulser l’autorité de l’État en refoulant les cadres nationaux dans l’illégitimité22.

Sur l’ensemble du continent africain au tournant des années 1980 et 1990, la notion de productivité du travail apparaît soudainement comme un indicateur clé du fait même de l’exigence d’ouverture des économies à la concurrence internationale, et son importance est véhiculée notamment par la multitude d’experts internationaux. Cette notion quitte le domaine des sciences économique dans lequel elle a une signification précise, pour être réappropriée de l’intérieur même des sociétés et traduite en un discours public stigmatisant l’improductivité des travailleurs africains, leur paresse, leur indiscipline, leur culture, leurs traditions, autant de marques de défaillances et d’infériorité dans un monde rehiérarchisé autour du critère unique de performance économique. Il en est allé de même des entrepreneurs, des gestionnaires, des cadres publiquement accusés d’absence de culture d’entreprise, d’esprit d’initiative, de compétences, de professionnalisme, de capacités de gestion23 ; c’est aussi plus généralement les sociétés et leurs « mentalités » dont on se demandait si elle n’avait pas besoin d’un ajustement culturel24. Négatives ou positives, les performances économiques − qui n’avaient aucun sens dans la période antérieure, lorsque par exemple l’implantation d’industries nationales visait un objectif politique de manifestation de la présence de l’État et de distribution d’emplois − sont dotées de nouvelles significations, qui s’inscrivent dans des visions culturalisantes ou ethnicisantes sur lesquelles s’appuient le surgissement d’idéologies de l’identité nationale. Ce ne sont plus les rapports de dépendance internationaux qui fournissent un sens au développement ou au sous-développement, mais l’organisation et les caractéristiques internes − la « culture », les « traditions » − de chaque société : le monde figure comme une compétition d’identités nationales dotées de valences économiques différentielles.

Des significations politiques du travail

Jean Copans rappelle dans sa contribution à ce numéro, en citant l’ouvrage devenu classique de Yann Moulier-Boutang25, que le capitalisme qui a progressivement inventé et institué le salariat comme forme d’exploitation du travail en Europe et en Amérique se nourrissait dans le même temps du développement de l’esclavage dans les territoires coloniaux. L’un et l’autre des régimes de travail s’opposent dans leurs principes, mais ils se sont alimentés mutuellement ; ils se sont développés, sous les mêmes jougs politiques, comme deux régimes différents de subordination de la force de travail et d’assujettissement, par l’octroi ou la privation de protections juridiques et de droits politiques. Il en est allé de même dans les cadres impériaux de l’ère coloniale unissant l’Europe à l’Afrique : l’attribution de statuts juridiques et politiques différents, dans un enrobage idéologique évolutionniste et/ou racialiste affirmant la supériorité d’un monde sur l’autre, assurait une séparation des formes de coercition nécessaires à l’instauration de différentes modalités de rapports entre le travail, sa rémunération et l’extorsion de plus-value. Tandis que les classes ouvrières consolidaient peu à peu leur condition en métropole, les réquisitions publiques et privées de travail, les cultures obligatoires et l’impôt de capitation étaient par exemple les trois piliers de l’exercice de la domination dans l’Afrique coloniale française hors Algérie. Mais ce sont précisément les champs d’exercice de la domination qui suscitent des affrontements, des résistances, des contournements, des fuites dans l’imaginaire et deviennent les terrains d’un déplacement et d’une transformation politiques. Les luttes et mobilisations de travail ont conduit, dans les années 1930, puis après la Seconde Guerre mondiale, les puissances occidentales à former et stabiliser des classes ouvrières africaines sur les modèles européens pour tenter de les affaiblir et de les arracher à leurs ancrages sociaux, laissant cependant la plus grande partie des travailleurs en dehors de toute juridiction du travail26, ce que l’on redécouvrira dans les années 1970 à travers la notion d’informel. Les États qui ont émergé de la décolonisation en Afrique, comme leurs homologues dans le reste du monde, sont ainsi en grande partie le produit des conflits du travail et de la nécessité de leur régulation.

Dans la période postérieure à l’indépendance, les régimes de parti unique ont tenté de neutraliser les clivages sociaux et les antagonismes de classe, en les plaçant sous l’égide commune des appareils d’État en charge de construire la nation, le développement et la modernisation. Ceux-ci associaient du même coup étroitement − comme à l’époque coloniale − l’exercice de la domination portant sur le travail et celui de la domination politique, et fragilisaient de ce fait l’un comme l’autre. L’URSS ayant disparu et le modèle du parti unique devenant obsolète, la « démocratisation » peut prendre place au tournant des années 1990 dans un cadre international renouvelé, dans lequel les États perdent une partie de leur souveraineté sur l’économie et sur la régulation des rapports de production, l’intégration au marché mondial devenant le nouvel horizon utopique. Mais comme Béatrice Hibou l’a bien montré27, il s’agit moins d’un effacement des États que leur redéploiement ou, pour emprunter la formulation de Bruno Théret28, une stratégie par laquelle les États tentent de se débarrasser de la gestion des conflits sociaux en s’internationalisant et en livrant ces derniers à la régulation des marchés. Mais dans le processus de globalisation, pas plus que dans les décennies des partis uniques ou dans l’ère coloniale, le travail n’a cessé d’être une question politique centrale, et c’est bien pour cela qu’il semble devoir faire « perpétuellement retour » : sa réalité politique résiste aux divers moyens et stratégies utilisés pour l’éclipser. En revanche, de même que les réalités du travail elles-mêmes se transforment, la conscience politique se remodèle constamment en fonction des conjonctures et de la manière dont le politique s’y réalise, c’est-à-dire aussi en fonction de la manière dont il se conjugue avec la sphère productive.

Un ouvrage récemment publié en France explore les sens politiques du travail29 à partir de perspectives d’une sociologie du travail française somme toute assez habituelles qui s’efforcent néanmoins d’emprunter aux problématiques anthropologiques des années 1980 et 1990 (cf. la contribution de Jean Copans à ce numéro) une volonté d’appréhender ensemble le travail et le hors-travail30 pour reconstituer des totalités sociales en articulant les différentes sphères d’insertion des travailleurs31. Ces travaux, qui ont le mérite de réintroduire une optique d’analyse politique du travail absente de la sociologie alors qu’elle a toujours été la perspective explicite en anthropologie, tout en s’éloignant des schémas sociologiques classiquement centrés sur les appareils syndicaux, la conscience ouvrière ou les « relations industrielles », semblent néanmoins assez caractéristiques − et les auteurs le soulignent eux-mêmes − d’une sociologie française du travail qui s’est fragmentée à mesure que son objet se trouvait lui-même pris dans un processus de morcellement sous l’effet de l’avancée des idéologies de la flexibilité, des progrès de la professionnalisation, ainsi que du raffinement des techniques de management. L’objectif de renouer avec un comparatisme international pour déjouer l’enfermement dans une singularité nationale se traduit dans ce cas essentiellement par une forme d’exportation des approches et des raisonnements de la sociologie française sur des terrains africains, américains et asiatiques.

Si la fragmentation est le lot commun des expériences de travail − en Europe et en Afrique comme ailleurs − la sociologie ne peut envisager de saisir le(s) sens politique(s) du travail si elle ne parvient pas elle-même à s’extraire de mécanismes d’atomisation qu’elle observe partout. Il est bien sûr important d’appréhender le sens politique du travail au sein de secteurs organisés selon les logiques productives et commerciales propres à chacun d’eux, dans des champs professionnels vecteurs d’expériences individuelles et collectives, de modes de socialisation et de représentation spécifiques. On ne peut cependant saisir pleinement le(s) sens politique(s) dont le travail est porteur si on ne replace pas chaque configuration particulière des rapports de travail dans une architecture sociale globale ; si l’on ne cherche pas à faire apparaître, à travers les représentations que les travailleurs se font de leur situation, leurs visions plus globales du monde et de ses transformations, c’est-à-dire la manière dont ils construisent eux-mêmes le sens de leurs trajectoires et de leurs rapports sociaux en les réinscrivant dans un cadre signifiant plus général. Le sens politique du travail se forge non seulement dans les expériences concrètes du travail et les rapports d’alliance, de défiance ou de conflit qu’elles produisent face aux détenteurs de l’autorité publique à différents niveaux, mais aussi dans un rapport imaginaire entretenu avec l’État, dans l’instauration des inégalités et des hiérarchies sociales, ainsi que dans les efforts d’intelligibilité déployés par les travailleurs pour interpréter les transformations de la conjoncture globale et penser les différents modes de domination qui s’y exercent, qu’ils les subissent directement ou non.

Laurent Bazin (CNRS, IRD-CESSMA)

Paru dans Politique africaine 1/ 2014 (N° 133), p. 7-23.

Crédit image :

  1. L. Bazin et M. Selim, « Travail, sexe, État. Une approche anthropologique », Variations. Revue internationale de théorie critique [en ligne], n° 17, 2012, <http://variations.revues.org/360>. []
  2. Bureau International du Travail, L’Agenda du travail décent en Afrique, 2007-2015, Onzième réunion régionale africaine, Addis-Abeba, Éthiopie, avril 2007, Rapport du directeur général, OIT, Genève, 2007. []
  3. Voir à ce sujet le débat consacré dans ce numéro au livre de M. Jerven, Poor Numbers. How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do about It, Ithaca / Londres, Cornell University Press, coll. « Cornell Studies in Political Economy », 2013, (NDLR). []
  4. Réflexion sans cesse remise en jeu depuis Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero, 1966. Voir notamment M. Godelier, Horizons. Trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero, 1973 ; L’Idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 1984 ; L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1997. []
  5. M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. []
  6. L. Bazin, « Relégation, marché et désactivation du militantisme communiste », Journal des anthropologues, n° 96-97, 2004, p. 71-108. C’est aussi le sens général des travaux de Béatrice Hibou. Voir : La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l‘appui / Hors Série », 2006 ; La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La découverte, coll. « Cahiers libres », 2012. []
  7. J.-M. Servet, Banquiers aux pieds nus. La microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006. []
  8. R. Botiveau : « Le perpétuel retour du travail : penser les syndicats en Afrique entre luttes historiques et actuelles », Politique africaine, 2013, n° 129, p. 157-170. []
  9. S. Ben Nefissa et B. Destremeau (dir.), « Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe », Revue Tiers Monde, n° hors-série, 2011. []
  10. Issu de l’arabe algérien harga (brûler : les frontières, ses papiers…), le terme harraga s’est diffusé en Afrique du Nord aussi bien qu’en France ou en Espagne pour désigner les personnes qui traversent clandestinement la Méditerranée, dans des embarcations de fortune selon le stéréotype. Le terme est aujourd’hui entré dans le dictionnaire français. []
  11. N. Joun in, Chantiers interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui / enquête de terrain », 2008. []
  12. G. Althabe, « Production de l’étranger et xénophobie », in Actes du colloque de l’AFA (9-11 janvier 1986), Vers des sociétés pluriculturelles. Études comparatives et situation en France, Paris, ORSTOM, 1987 (republié in G. Althabe et M. Selim, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998). []
  13. F. Lordon, Fonds de pension, pièges à cons ?, Paris, Raisons d’agir, 2000. []
  14. H. Arendt, Les Origines du totalitarisme. Vol. 2 : L’impérialisme, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 2006, [1951]. []
  15. B. Hibou (dir.), La Privatisation des États, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 1999. []
  16. J.-F. Bayart, P. Geschiere et F. Nyamnjoh, « Autochtonie, démocratie, et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, n° 10, 2001, p. 177-194. []
  17. Voir B. Losch (dir.), « Côte d’Ivoire, la tentation ethnonationaliste », Politique africaine, n° 78, 2000, et R. Banégas et R. Marshall-Fratani (dir.), « La Côte d’Ivoire en guerre : dynamiques du dedans et du dehors », Politique africaine n° 89, 2003. []
  18. L. Bazin, R. Gibb et M. Selim : « Nationalisation et étatisation des identités dans le monde contemporain », Journal des anthropologues, n° hors-série, 2007, p. 7-35. []
  19. L. Bazin, « Rébellions enchaînées en Côte d’Ivoire », Chimères, n° 56, 2005, p. 15-34, (entretien réalisé par Monique Selim) ; « Idéologies de l’identité nationale et formes de citoyenneté. Une réflexion comparative (Côte d’Ivoire, France, Ouzbékistan) », in J. Tolan, H. El Annabi, B. Lebdai, F. Laurent et G. Krause (dir.), Enjeux identitaires en mutations (Europe et bassin méditerranéen), Bern, Peter Lang, 2013, p. 35-60. []
  20. J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, coll. « Perspectives on Southern African », 1999 ; « Global Disconnect. Abjection and the Aftermath of Modernism », in J. X. Inda et R. Rosaldo, The Anthropology of Globalization, Malden / Oxford, Blackwell Publishing Ltd, 2002, p. 136-153. []
  21. M. Le Pape, « De l‘“indigène” à l‘“informel”, 1955-1982 », Cahiers d‘études africaines, vol. 23, n° 89-90, 1983, p. 189-197. []
  22. L. Bazin, Entreprise, politique, parenté. Une perspective anthropologique sur la Côte d‘Ivoire dans le monde actuel, Préface de Gérard Althabe et Monique Selim, Paris, L’Harmattan, coll. « Connaissance des hommes », 1998. []
  23. Ce basculement est par exemple très bien analysé par Ali El-Kenz en ce qui concerne la représentation publique des travailleurs en Algérie, et par Yves-André Fauré en ce qui concerne la représentation publique des entrepreneurs en Côte d’Ivoire. A. El-Kenz (dir.), L’Algérie et la modernité, Dakar, Codesria, 1989 ; Y.-A. Fauré, Petits entrepreneurs de Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 1994. []
  24. D. Etounga-Manguelle, L’Afrique a-t-elle besoin d’un ajustement culturel ?, Paris, Nouvelles du Sud, 1991. []
  25. Y. Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat. Économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998. []
  26. F. Cooper, Decolonization and African society. The Labor Question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « African Studies », 1996. []
  27. B. Hibou (dir.), La Privatisation des États, op. cit. []
  28. B. Théret, Protection sociale et fédéralisme. L’Europe dans le miroir de l’Amérique du Nord, Montréal / Bruxelles, Presses universitaires de Montréal / Peter Lang, 2002. []
  29. I. Sainsaulieu et M. Surdez (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, 2012. []
  30. M. Agier, J. Copans et A. Morice (dir.), Classes ouvrières d’Afrique noire, Paris, Karthala, 1987 ; R. Cabanes, J. Copans et M. Selim (dir.), Salariés et entreprises dans les pays du Sud. Contribution à une anthropologie politique, Paris, Karthala / Orstom, 1995. []
  31. G. Althabe et M. Selim, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998 ; M. Selim, L’Aventure d’une multinationale au Bangladesh, Paris, L’Harmattan, 1991 ; L. Bazin, Entreprise, politique, parenté. op. cit. ; L. Bazin et M. Selim (dir.), « Anthropologie, entreprise, entrepreneurs », Journal des anthropologues, n° 66-67, 1996 ; L. Bazin et M. Selim, Motifs économiques en anthropologie, Paris, L’Harmattan, coll. « Anthropologie critique », 2001. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *