Le Monde Afrique, entretien avec Jean-Nicolas Bach, coordinateur du dossier « L’Éthiopie après Meles Zenawi »

Éthiopie : « Privilégier la stabilité économique à l’ouverture politique a créé une situation explosive »
Un miracle économique. Un « lion africain ». Jusqu’à récemment, l’Éthiopie était citée en exemple par de nombreux économistes du continent. Avec une croissance officielle à deux chiffres sur la dernière décennie et une stabilité encensée par Barack Obama lors de son séjour africain en août 2015, le discours sur la renaissance d’un pays assimilé à la famine des années 1980 était porteur d’espoir. Mais la sécheresse et la succession de manifestations, violemment réprimées, depuis près d’un an viennent noircir le tableau. Le chercheur Jean-Nicolas Bach, spécialiste du pays et coordinateur du dossier de la revue Politique africaine consacré à « L’Éthiopie après Meles Zenawi » [l’ancien premier ministre décédé en août 2012] revient sur ce modèle éthiopien : est-il à bout de souffle ?

Disparition d’Alain Ricard

L’ACPA a la grande tristesse de vous faire part du décès d’Alain Ricard survenu le samedi 27 aout à Bordeaux.  Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste mondial de langues et littératures africaines, Alain fut co-fondateur de la revue Politique africaine et de l’ACPA avec Jean-Francois Bayart, Christian Coulon, Comi Toulabor et bien d’autres. Il a publié abondamment dans les colonnes de la revue mais il a également activement œuvré au sein de l’ACPA et tout au long de sa carrière au décloisonnement disciplinaire entre sciences humaines et sciences sociales notamment lorsqu’il fut co-rédacteur en chef de la revue et directeur de publication de 1993 à 1996. Les parties « magazine » et « informations scientifiques » qui donnaient place à des billets courts, la partie « débat » inaugurée en mars 1996, ouvrant la colonne aux controverses académiques se sont significativement développées sous son mandat. Lecteur insatiable et d’une grande curiosité, ouvert aux objets de recherche les plus divers, contributeur régulier de la revue et membre actif de l’ACPA en dépit de ses multiples engagements dans d’autres associations, il n’a cessé de batailler au sein de l’association contre les dérives bureaucratiques et pour la promotion de la spontanéité et de la liberté académiques. L’ACPA, la revue et le monde de la recherche perdent un de ses membres éminents et un humaniste généreux qui avait toujours table ouverte chez lui à Bordeaux.

Un portait de son histoire et de ses multiples engagements vient d’être publié sur le site de LAM http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/evenement/disparition-dalain-ricard

Un sourire, un artiste

Alain Ricard a été notre professeur de littérature africaine au DEA « Etudes africaines » du CEAN. C’est à ce titre que ma promotion 1993-1994 a vécu avec sourire, sa diction, son humour et surtout son immense culture livresque, artistique, philosophique et politique. Il nous faisait découvrir dans leur contexte familial, historique, social et politique des auteurs que nous pensions connaître, il nous ouvrait des champs inexplorés. Chaque texte était un voyage. Chaque auteur était un poème. Je l’entends encore prononcer les noms des écrivains et des philosophes qui devenaient de fait des personnages de romans et de contes. Il était lui-même un personnage de roman et transformait le cours en voyage au pays des batailles, de mille feux de brousse et de bois. Son regard s’illuminait de ses passions de théâtre et de littérature à chaque nom qu’il prononçait. Et toujours avec ce sourire qui accompagnait ses mots, cette exceptionnelle diction d’acteur de théâtre.

Nous regardions parfois la porte en suivant son regard. Pendant un instant suspendu entre son sourire et son regard, nous étions persuadés que Wole Soyinka ou Valentin-Yves Mudimbe allaient pénétrer dans la salle de cours. Sa passion était un appel à la lecture et ses contes de fées donnaient envie de lire et de relire, d’écouter, de l’écouter encore et encore.
Comme tous les magiciens et les artistes il pouvait donner l’impression que les histoires qu’il décortiquait pour nous auraient pu jaillir de nous-mêmes. Les artistes sont des prestidigitateurs dont il faut se méfier des pouvoirs. Je m’étais donc risqué à pondre un poème que je lui ai soumis à la fin d’un cours. Il l’avait lu, sa réponse avait été un sourire qui en disait long sur sa bienveillance et sur la platitude de ma prose. Il riait souvent avec nous, il riait souvent de nous parce que, nous aussi étions pour lui des personnages de roman. Nous étions assignés à travailler en binôme sur des ouvrages que nous choisissions dans une longue bibliographie. Avec un camarade venu de Mauritanie nous avions entrepris de rendre compte de la longue épopée de Chaka par Thomas Mofolo (1876-1948). La recherche effectuée pour cet exposé nous avait révélé l’étendue de notre ignorance en même temps que cette volonté de nous laisser désaltérer par les œuvres soumises à notre curiosité. Au bout de notre exposé qu’avait suivi le sourire d’Alain Ricard, il avait ri en soulignant nos efforts conjugués. La classe, un peu ébahie, ne comprenait pas bien l’éclat de rire d’Alain Ricard. Il nous a regardés mon camarade et moi et il a dit ce qui l’avait fasciné pendant notre exposé. « Vous avez les mêmes oreilles ! ». Le fou rire collectif qui a suivi s’est décuplé lorsque mon camarade et moi, comme par enchantement, nous nous sommes regardés pour sonder cette curieuse ressemblance qui avait fait de nous, le temps d’un exposé, des personnages dépeints par un artiste. Le sourire d’Alain Ricard est vivant. Il accompagnera encore très longtemps le souvenir éternel de cet artiste érudit à qui nous devons les plus belles histoires de notre voyage d’Etudes africaines.

Fred Eboko

Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational, par Gabrielle Angey-Sentuc

9782811115340Article paru dans la revue Politique Africaine, n° 139

Lien vers l’article sur Cairn

Résumé en français

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

(English)

The Turkish Muslim Movement Fethullah Gülen in Subsaharan Africa: Education, Schooling and Schools at Transnational LevelThis article focuses on the role of the Fethullah Gülen movement in the education sector in Sub-Saharan Africa. Fethullah Güllen is a transnational Muslim organisation, originating in Turkey, which focuses on the creation of schools worldwide. The insertion of these schools in Africa dates back to the second half of the 1990s, in the context of the liberalization of education. We examine how the transnational dimension of this movement impacts on the way it manufactures education, schooling and schools in Sub-Saharan Africa, through international alignment, (human and financial) resource flows and adaptation to the education market of specific African countries.

Disillusioned tomorrows ? « Authoritarian restorations »

Call for papers for the academic journal Politique africaine

Disillusioned tomorrows ?

« Authoritarian restorations »

Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Call-for-proposals

« Authoritarian restoration ». The term is commonly invoked, yet rarely defined. Is this a sign that it is merely an expression, not claiming to any use but a loose use? The scenario of « authoritarian restoration » has long mainly referred to the so-called « suspended transitions » or « illusive democratizations » that many sub-Saharan countries experienced in the 1990s. It has been brought up to date on the occasion of the « Arab Spring ». How do we account for these « moments » in which authoritarian reconfigurations of power follow democratization processes? What can we do with these tomorrows disillusioned?

The authoritarian restoration as a “moment”

The crucial challenge of this special issue is to counter pitfalls of democratic teleology as well as those of an equally harmful authoritarian teleology. Building on the perspective of “eventfull sociology” developed by William H. Sewell, we consider authoritarian restoration as a “moment” in which one or more events occur and significantly transform the structures « by forming and giving power to new groups of actors, or by empowering previously existing groups »1. This perspective invites us to think how change happens « within » restoration. It dispels the false impression that restoration would only consist in the mere reinstatement of the previously existing order. Talking about restoration conveys the idea, intentionally or not, that the events would not alter significantly the persistent stability of social structures upon which the authoritarian order is based. Restoration would only be the end of an illusory interlude of change, and the visible return of unchanged structures or deeper « driving processes », which events could not but affect superficially.

The eventfull sociological perspective provides with another understanding of moments of authoritarian restoration. It involves three assumptions. First, the temporal sequence in which facts happen is important in order to interpret sociologically social processes at work. First, the analysis should take the form of a causal narrative that reconstructs trajectories and inflections over time, without presupposing when the “moment” ends. Second, this approach considers that the different registers of causality (structures, conjunctures, contingent events) are interwoven rather than separate. In this regard, it should for instance leave open the question of whether the arrival in power of new actors does or does not change the tenacious structures of the authoritarian order, or whether the grip of previous incumbents on power prevents or not any transformation of these structures. Special attention should be paid, too, to how events can profoundly and quickly alter categories of perception and judgment, thereby redefining the rules of the social and political game, the value of social resources, the legitimate status of actors, etc., therefore modifying the logic of causality. Third, in order to properly understand how these events reconfigure social relationships, we should take seriously the conflicting ways in which events are retrospectively re-appropriated, commented, and socially constructed as constituting an authoritarian restoration or not. As we argue here, the authoritarian restoration is a moment of intense clashes between conflicting perceptions of what is happening, clashes in which cleavages crystallize.

In short, our major proposition is to consider « authoritarian restorations » as moments in which multiple changes occur that can deeply affect social political and cultural structures, without predefined historical orientation. Misleading impressions that the previous order merely returns or that an exceptional parenthesis is just closed often hides these changes.

The eventfull sociological perspective also paves the way for comparing societies of the North and the South of the Sahara. In no case do we claim to identify constant and generalizable causal mechanisms that would explain, in a nomological and experimental illusion, the success or failure of revolutions or democratization processes. The eventfull sociological perspective rather invites us to produce heuristic narratives that help identify analogies. Hence giving meaning to details, which otherwise could be considered insignificant. It is in this aim that we call here to analyze heterogeneous historical situations through the prism of moments of authoritarian restorations, and building upon detailed empirical descriptions.

From this point of view, can the « Arab Springs » and the 1990s sub-Saharan African « National Conferences » be compared? Does the focus on moments of authoritarian restorations enable us to better understand such varied sequences as, for example, the « democratic experiment »2 in Algeria (1988-1992), the « Dead cities » operations in Cameroon (1991) 3, « the post-Zongo » period in Burkina Faso (1998-2002) 4, or the abortion of civil government in Mauritania (2007-2008) 5 ?

These situations, among others, present an analogy: they appear as « moments » of foreclosure of varied processes of pluralistic political effervescence.

By pluralistic political effervescence, we mean processes that strongly vary in time (ranging from few weeks to several years) and nature. They can be popular uprisings, sufficiently important to disrupt the stability of ruling oligarchies; they can also be situations in which ruling elites are being replaced by former opponents, a multi-party system is being orchestrated, and political expressions of dissent outpour in public spaces. More generally, processes of pluralistic effervescence are not tied up with a specific institutional change that would be the same in every contexts – transition to multi-party system, electoral transparency, media liberalization, etc.; neither are these processes bound to a radical alteration of power relations – like a change in power, inability of the regime to repress dissent, etc. Rather, they are characterized by the shared belief that something different is happening, something that is subjectively perceived as an event6, and which necessarily depends on each specific configuration. Situations of pluralistic effervescence will therefore be understood as situations of conjunctural illusio. The latter is defined as « a collective belief in the game »7, which is not produced by the internal routine of a given social field (as in Bourdieu’s definition of the illusio) but by the fluidity of the situation that precisely disrupts routines.

Papers are expected to deal with the « moments » when this dynamic of belief breaks down and when pluralistic effervescence deflates. The foreclosure of conjunctural illusio can occur in several ways. For example, it can occur due to the illegal intervention of military actors, to the autonomy of security apparatuses, to former ruling elites’ attempts to take back power, or to exceptional rule changes that undermine the actors’ « belief in the game ». Obviously, more or less bloody repression plays a prominent role in the foreclosure process. But it is also the perception of an immutable political economy, reproducing the « historical lines of social inequality »8, which weighs heavily on people’s hopes and undermines the illusio that new possibilities are opened.

These situations have in common to be perceived by some players and observers as an actual or latent restoration of authoritarian modes of control that hinder any devolution of power. We assume, more precisely, that these situations, as varied as they are, are characterized by two paradoxes that underpin their singularity as a « moment ». The first paradox is that the shared feeling of fatality and closure of possibilities does not actually bring to an end the on-going dynamics of « potentialities » and conflictualities. The second paradox is that the restoration of an unalterable facade – which gives the impression that the order is back – masks multiple movements and repositioning of actors and dynamics that shape this order. In view of this, papers will organize around these two axes.

Axis 1: Fatality and potentialities: what disillusionment does to “political utterance”.

Situations of pluralistic effervescence combine, on the one hand, « structural uncertainty »9 caused by a state of fluidity which makes it difficult for actors to carry out assessments; and on the other hand, higher visibility of “private” preferences and opinions10, even though the latter are modified in the course of action. This combination hinders calculations, but, at the same time, it creates a shared confidence in the possibilities of action – a confidence that feeds demonstrations or other forms of participation.

Conversely, with the foreclosure of conjunctural illusio, this shared confidence in the existence of opportunities for action wanes. Moments of restoration seem to combine “structural uncertainty” and invisibility, once again, of “private” preferences and opinions. This invisibility, which is specific to the authoritarian order, is certainly bound up with the simplistic picture of opinions’ distribution that is given by successful military coups or by hegemonic electoral results in favour of former incumbents. It has the effect of compromising the confidence that stakeholders could have in the fluidity of the game – and therefore in the opportunities it offers. This happens even though, sometimes, the situation remains objectively fluid and potentialities of action still exist. Here would reside a main feature of « tomorrows disillusioned »: the paradox of simultaneous declining trust and on-going potentialities. This paradox nourishes impressions of fatality while it produces specific ways of political expression that transform the configuration.

Our proposal is to take seriously the emic formulations of this paradox, according to which « all that was done did not change anything » but « nothing will ever be the same again. » During moments of foreclosure, what happens to the processes of freeing voices and intense deliberation that were engaged during the pluralistic effervescence sequence? How do these dynamics of political expression and the coercive contraction of dissent combine? How do these wavering moments reconfigure categories of perception and judgment about what is permitted, legitimate, fair, credible, real, or possible? Which conflicting temporalities (perceptions of the urgent need to act, or conversely, to wait…) are thus generated? How are events reinterpreted and re-appropriated to construct a narrative of what is happening and try to make sense of history? How, for example, to understand frequent projections of hopes and regrets on past leaders? Which reconfigurations are produced by repeated and multiple expressions of disillusionment? How, for example, do cynicism, « conspiracy theories » or « realism », become widespread repertoires of political expression? It is striking that these repertoires are not simply invested by dissenters or by disappointed people. They are as much used, though in various ways, by rulers, journalists, academics, international experts and foreign governments, etc. in order to produce a narrative of what is happening and therefore what may happen in the future. A powerful example is how the discourse on stability and return to calm, is imposed as the only rational option after a period of « disorder » that should obviously be closed.

How is disillusionment, whether negative (disappointment) or positive (back to « rationality »), produced? And which changes does it entail in the political configuration (repositioning of actors, constraints and opportunities for action, norms of legitimacy…) and social configuration (e.g. on emigration, marriage, education or work projects)? Which practices and scenes (activists, media, arts, community, domestic, professional, etc.) sustain this disillusionment process? How does it transform spaces of expression that flourished during the effervescence sequence (political groups, elected assemblies, street meetings, talk shows, new media, cultural and religious areas, cafes…)? How are discourses of disillusionment used to support the implementation of certain public policies? What are the consequences of it in reframing social classes and lifestyles? How does disillusionment relate to practices such as commemorations of martyrs, or to the regime’s efforts to create new symbols, celebrations, images of « cheering crowds »11, i.e. an imaginary of change within restored order?

Axis 2: Immutability and mobilities: what the return to order changes in the authoritarian order.

The foreclosure of pluralistic effervescence can be studied as a conflicting moment when routines and rules are being redefined and institutionalized. Building on empirical case studies, papers are expected to analyze localized processes of reformation or transformation of these routines and rules, without presupposing either that they are radically new or identical to those of the former order. Similarly, papers can examine how the constituent components and relationships of the « historical bloc »12 are reconfigured. Considering this bloc as not monolithic, it is important to study the arrangements and struggles that sustain it while it is being reshaped.

This perspective helps avoid a common mistake, which is to take it for granted that same actors, even same individuals, are actors of the same play. Below usual features of restoration moments, such as the co-optation of main opponents or symbolic gestures (release prisoners, amnesty, « gifts » to rehabilitate former elites etc.), the focus will be put on those political mobilities that are often imperceptible on the bigger picture. We thus assume that behind the facade of restoration and beyond the impression of immutability, multiple moves and changes occur in political balances and practices. It is essential to study them to properly understand the authoritarian order in the making. Which resources are valued in the emerging socio-political configuration? Which sociological profiles, which networks and affinity groups (sectarian, tribal, regional, professional, educational, etc.), which generations would pin the game to the detriment of others? What about, for example, public men and women’s styles that the new situation makes salient, such as: the telegenic MP, the rising contractor, the successful female head of a local association, who stand for icons of the « new development »? Or as the TV preacher, and arts and sport heroes who deliver new narratives of legitimacy?

It would also be interesting to study how disputes are settled or revenges are taken in the course of restoration: how do professional segments, lying at the heart of the system (police, military), engage in more or less frontal struggles? How do historically nourished jealousies between individuals or groups inside of incumbent or opponent circles gain momentum? What alliances do such groups have to make to avoid drawbacks of the return to order? What becomes of « tribalism » given that it is often reinvented in contexts of the exacerbation of political competition? We can also usefully mention examples of « faits accomplis” that the pluralistic effervescence allowed and which the new regime tries, or not, to go back on. How are being renegotiated spaces of political autonomy and illegalities, which are typical of the « quiet encroachment »13 (unlicensed small shops, street vendors…) and which intensified during the effervescence sequence?

Ultimately, we argue that behind the return to the authoritarian order, behind the muzzling of open political dissent and dissonant expressions, behind the façade of unanimity shaped by the restoration project, many political practices and representations remain that are not strictly put under control the political elites and do not fall within « democratization ». Below the « authoritarian restoration », the challenge is to inform a moment which should be thought of as a “becoming”.

DEADLINES

1st September 2016: Paper proposals (max. 1 page) should be sent to Amin Allal (amin.allal@gmail.com) and Marie Vannetzel (marie.vannetzel@gmail.com)

5 September 2016: Accepted proposals notified to authors

15 November 2016: Papers submitted to the guest editors for review by the editorial board (max. length 40’000 characters, spaces and footnotes included)

Articles can be written in French or English (the journal will translate the accepted articles in French).

Expected publication of the special issue, with the articles accepted by the editorial board: June 2017.

Bibliography

M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, lieu ?, Presses de Sciences Po, 2015.

R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003.

J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine, n° 43, octobre 1991, p. 5- 20.

J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, 1995/1996, n°70, p. 287-326.

J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, 2014/1, n°133, p. 153-175.

A. Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol. 18, n°1, 1997, p. 53-72.

A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 3-46.

M. Camau et V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 27- 47.

R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2/2009, n°114, p. 5-23.

N. De Walle, « Démocratisation en Afrique, un bilan critique », in M. Gazibo et C. Thiriot (dir.), Le Politique en Afrique : état des débats et pistes de recherche, Paris, Karthala, 2009, p.136-163.

M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009.

P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.

T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », 2001.

A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ? », Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146

R. Otayek, « Regards croisés sur les transitions africaines et arabes », Revue internationale de politique comparée, vol.20, 2013/2.

M.-E. Pommerolle « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94.

W. H. Sewell « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart,  Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

E. Smith, « Retour historique sur les “printemps démocratiques” en Afrique subsaharienne », Afrique contemporaine, 2013/1, n°245, p. 100-101.

C. Thiriot, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile resectorisation », Revue internationale de politique comparée, 15 (1), 2008, pp. 15-34.

1 William H. Sewell « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart,  Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

2 M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, Presses de Sciences Po, 2015.

3 The signification of the « Dead cities » operations is still strongly debated among historians and political scientists in Cameroon, as explained by M.-E. Pommerolle (« La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti. », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94 ; A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373).

4 M. Hilgers, J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.


5 Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ?», Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146 ; R. Ciavolella, M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie», Politique africaine 2/2009, n°114, p. 5-23.

6 A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p.5- 20.

7 P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 22-23.

8 J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine 43, octobre 1991, p. 12 et suiv.

9 M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009, p.133.

10 M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 32. ; see also T. Kuran, Private Truths, Public Lies: The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

11 N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », Automne. 2001.

12 About this Gramscian concept, see R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003, and M. Camau, V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

13 Asef Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol.18, n°1, 1997, pp.53-72.

Des lendemains qui déchantent ? Les « restaurations autoritaires »

Appel à contribution pour la revue Politique africaine

Des lendemains qui déchantent ?

Les « restaurations autoritaires »

Coordonné par Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Appel-polaf1

« Restauration autoritaire ». L’expression est couramment invoquée, et pourtant, rarement définie. Est-ce le signe qu’elle ne serait que cela, une expression, ne prétendant à rien d’autre qu’à un emploi relâché ? Le scénario de la « restauration autoritaire » renvoyait surtout aux « transitions suspendues » ou aux « démocratisations en trompe-l’œil » que de nombreux pays d’Afrique subsaharienne avaient connues dans les années 1990. Il a été remis au goût du jour à l’occasion des « Printemps arabes ». Comment rendre compte de ces « moments » dans lesquels des reconfigurations plus ou moins autoritaires du pouvoir succèdent à des processus de démocratisation ? Que faire de ces lendemains qui déchantent ?

La restauration autoritaire comme moment

L’enjeu crucial de ce dossier est de parer aux écueils d’une téléologie démocratique autant qu’à ceux d’une téléologie autoritaire toute aussi nocive. En s’inscrivant, avec William H. Sewell, dans une perspective sociologique événementielle, le parti-pris est de considérer la restauration autoritaire comme un moment au cours duquel se produisent un ou plusieurs événements qui transforment significativement les structures « en constituant et donnant du pouvoir à de nouveaux groupes d’acteurs, ou en redonnant d’une autre façon du pouvoir à des groupes existants. » 1 Cette perspective invite à penser le changement « dans » la restauration en deçà de l’impression trompeuse qu’il ne se produirait qu’un simple rétablissement de l’ordre existant précédemment. Parler de restauration véhicule, intentionnellement ou non, l’idée que les événements n’auraient pas beaucoup d’importance par rapport à la stabilité tenace des structures sociales fondant l’ordre autoritaire. La restauration ne serait que la fin d’une parenthèse illusoire de changement, le retour visible de structures non transformées, de « processus recteurs » plus profonds que les événements ne pourraient altérer qu’en surface.

La perspective sociologique événementielle fournit une autre compréhension des moments de restauration autoritaire. Elle implique trois hypothèses. D’abord, que la séquence temporelle des faits survenus a une importance pour l’interprétation sociologique des processus sociaux à l’œuvre au cours de ce moment. L’analyse gagne alors à prendre la forme d’une narration causale qui consiste à reconstituer des trajectoires et leurs inflexions au cours du temps, sans présupposer de clôture temporelle. Ensuite, cette conception considère que les registres différents de causalité (structure, conjoncture, événements contingents) sont entrelacés plutôt que dissociés. En ce sens, il s’agit, par exemple, de laisser ouverte la question de savoir si l’arrivée au pouvoir de nouveaux acteurs peut ou non modifier des structures tenaces de l’ordre autoritaire, ou si la permanence au pouvoir d’anciens acteurs empêche ou non de transformer ces structures. En ce sens aussi, une attention particulière doit être prêtée à la façon dont les événements peuvent modifier profondément les catégories de perception et de jugement, et, par là-même redéfinir rapidement les règles du jeu social et politique, la valeur des ressources sociales, le statut légitime des uns et des autres, etc., et donc la logique même des causalités. Enfin, les façons conflictuelles dont les événements sont rétrospectivement réappropriés, commentés, construits socialement comme relevant, ou non, d’une restauration doivent être prises au sérieux pour saisir comment ces événements reconfigurent les relations sociales. Comme nous le défendrons ici, la restauration autoritaire est un moment intense d’affrontements entre des perceptions contradictoires de ce qui se passe, affrontements dans lesquels se cristallisent des clivages.

En somme, la proposition majeure de ce dossier consiste à considérer les « restaurations autoritaires » comme des moments où se produisent de multiples changements capables d’affecter en profondeur, et sans orientation historique prédéfinie, les structures sociales, politiques et culturelles – changements que masque souvent l’impression d’un retour à l’ordre précédent ou d’une fermeture de parenthèse exceptionnelle.

La perspective sociologique événementielle permet aussi de baliser le chemin de la comparaison que nous proposons d’emprunter entre le Nord et le Sud du Sahara. En aucun cas il ne s’agira d’identifier des mécanismes causaux généralisables et constants à même d’expliquer, dans une illusion nomologique et expérimentale, la réussite ou l’échec des processus de révolution ou de démocratisation. La perspective sociologique événementielle nous invite plutôt à produire des narrations heuristiques qui permettent de dégager des analogies donnant du sens à des détails, qui, autrement, pourraient passer pour anodins. C’est dans cette visée que nous appelons ici à analyser des situations historiques très hétérogènes au prisme du moment de la restauration autoritaire et à partir de descriptions empiriques minutieuses.

Peut-on, de ce point de vue, comparer les « Printemps arabes » et les « Conférences nationales » des années 1990 en Afrique subsaharienne ? Penser le moment de la restauration autoritaire permet-il d’éclairer des séquences aussi variées que, par exemple, « l’expérience démocratique »2 algérienne de 1988-1992, les opérations « villes-mortes » au Cameroun (1991)3, « l’après-Zongo » au Burkina Faso (1998-2002)4, ou encore l’alternance civile avortée en Mauritanie en 2007-20085 ?

Ces situations, parmi d’autres, paraissent présenter une analogie : celle de correspondre à des « moments » de forclusion des processus d’effervescence politique pluraliste envisagés dans leur variété.

Par processus d’effervescence pluraliste, nous entendons des situations, à la temporalité très variable (quelques semaines à plusieurs années), marquées par des soulèvements populaires d’importance qui viennent perturber les agendas et la stabilité des oligarchies régnantes; et/ou des situations de renouvellement des cercles des élites dirigeantes autour d’anciens opposants, l’orchestration d’un pluripartisme, et l’effusion d’expressions et de prises de position politiques dans les espaces publics. Plus généralement, les situations d’effervescence pluraliste ne sont pas arrimées à un changement institutionnel précis qui serait uniforme d’un contexte à l’autre – passage au multipartisme, transparence électorale, libéralisation des médias, etc. – ou à un bouleversement radical des rapports de force – alternance au pouvoir, incapacité du régime à réprimer, etc. Bien plutôt, elles sont circonscrites par la croyance partagée qu’il se passe quelque chose de différent, quelque chose qui fait subjectivement événement6, et qui est donc nécessairement relatif à la configuration propre à chaque contexte. Les situations d’effervescence pluraliste seront donc appréhendées comme des situations d’illusio conjoncturelle défini comme « une croyance collective dans le jeu »7, ici moins produite par les logiques d’un champ donné que par une conjoncture fluide qui, précisément, perturbe les routines.

Or c’est bien aux « moments » où cette dynamique de croyance s’enraye, où l’effervescence pluraliste retombe que nous nous intéressons dans ce dossier. La forclusion de l’illusio conjoncturelle peut survenir de plusieurs façons. Par exemple, en raison de l’irruption « hors procédure » d’acteurs militaires, de l’autonomie des appareils sécuritaires, des tentatives de rétablissement hégémonique des anciennes élites dirigeantes, ou des modifications exceptionnelles des règles qui ébranlent la « croyance au jeu » des acteurs. Evidemment, la répression, plus ou moins sanglante, joue un rôle prééminent dans ces processus de forclusion. Mais c’est aussi la perception d’une économie politique immuable, consacrant les « lignes historiques de l’inégalité sociale »8, qui pèse lourdement sur les espoirs et sape l’illusio conjoncturelle de croyance en l’ouverture des possibles.

Ces situations ont en commun d’être perçues par une partie des acteurs et observateurs comme une restauration, effective ou latente, des modes de contrôle autoritaire faisant obstacle au processus de dévolution du pouvoir. Plus précisément, nous faisons l’hypothèse que ces situations, aussi variées soient-elles, présentent deux paradoxes qui fondent leur singularité comme « moment ». Le premier est que l’impression partagée de fatalité et de fermeture des possibles ne met en réalité pas un terme au dynamisme des « potentialités » et conflictualités. Le second paradoxe est que la restauration d’une façade d’immuabilité – qui donne, précisément, l’impression que l’ordre est de retour – masque de multiples déplacements et repositionnements des acteurs et dynamiques constitutifs de cet ordre. Ce dossier s’organisera donc autour de ces deux axes.

Axe 1 : Fatalité et potentialités : ce que la désillusion fait aux énonciations du politique. 

Il est possible de caractériser les situations d’effervescence pluraliste par la combinaison entre, d’une part, « l’incertitude structurelle »9 induite par les difficultés qu’ont les protagonistes, en conjoncture fluide, à procéder à des évaluations ; et d’autre part, la visibilité émergente des préférences et opinions « privées » 10, quand bien même ces dernières se modifient dans le cours de l’action. Cette combinaison rend difficile les calculs, mais engendre une confiance partagée dans les possibilités d’agir – confiance qui nourrit les mobilisations ou d’autres formes de participation.

A l’inverse, la forclusion de l’illusio conjoncturelle correspond au brouillage de la confiance des acteurs en l’existence de possibilités d’action. Les moments de restauration semblent combiner incertitude structurelle et invisibilisation, derechef, de la distribution des préférences et opinions, propre à l’ordre autoritaire. Cette invisibilisation a certainement partie liée avec l’image réduite et simplifiée de la distribution des opinions que donnent les coups d’Etat réussis ou les résultats électoraux paraissant rétablir une hégémonie (« retour des anciens »). Elle a pour effet de plomber la confiance des acteurs dans la fluidité du jeu – et donc dans les possibilités qu’il offre – alors même que parfois la conjoncture demeure objectivement fluide et que les potentialités d’action sont vivaces. Telle serait donc la particularité des « lendemains qui déchantent » : le paradoxe entre érosion de la confiance et permanence des potentialités. Ce paradoxe nourrit une impression de fatalité tout en produisant des modes spécifiques d’énonciation du politique qui transforment la configuration.

La proposition consiste à prendre au sérieux les formulations émiques de ce paradoxe, souvent énoncées simultanément, selon lesquelles « tout ça n’a servi à rien » mais que « rien ne sera jamais plus comme avant ». Que deviennent, dans les moments de forclusion, les processus de libération de la parole et d’intense délibération enclenchés durant la séquence d’effervescence pluraliste ? Quelles combinatoires se créent dans la conjonction entre ces dynamiques d’expression et la contraction coercitive des contestations ? En quoi le flottement propre à ces moments reconfigure-t-il les catégories de perception et de jugement de ce qui est autorisé, légitime, juste, crédible, vrai, possible ? Quelles temporalités conflictuelles (perceptions de l’urgence de l’action, ou à l’inverse, attente…) sont engendrées par ce flottement ? Comment les événements sont-ils réinterprétés et réappropriés pour construire un récit de ce qui se passe et tenter de donner un sens à l’Histoire ? Comment, par exemple, comprendre l’effet de substitution consistant à projeter des espoirs et regrets sur le leader d’hier ou d’avant-hier ? Quelles reconfigurations produisent les expressions répétées et multiples des désillusions ? Comment, par exemple, le cynisme, le « complotisme » ou le « réalisme », deviennent-ils des modes énonciatifs privilégiés du politique? De façon singulière, ces registres ne sont pas uniquement investis par des acteurs contestataires ou des gouvernés déçus : les dirigeants, journalistes, universitaires, experts internationaux et gouvernants des puissances étrangères y ont recours, selon des modalités variées, pour produire un récit de ce qui se passe et, partant, de ce qui peut se passer à l’avenir. Un puissant exemple en est le discours sur la stabilité, sur le retour au calme, survenant comme la seule option rationnelle après une période de « troubles » qu’il faudrait bien clôturer.

Comment est produite cette désillusion, qu’elle se décline au négatif (déception) ou au positif (retour au « rationnel »), et quels changements produit-elle dans la configuration politique (repositionnements des acteurs, contraintes et opportunités d’action, normes de légitimation…) et sociale (par exemple, sur les projets d’émigration, de mariage, d’études ou de travail) ? Par quelles pratiques et sur quelles scènes (militantes, médiatiques, artistiques, associatives, domestiques, professionnelles, etc.) est-elle portée ? Comment transforme-t-elle les espaces d’expression ouverts pendant la séquence d’effervescence (groupes politiques, assemblées élues, assemblées de rue, talk-shows, nouveaux médias, lieux cultu(r)els, cafés…)? Comment est-elle mobilisée dans la mise en place de certaines politiques publiques ? Quelles catégories sociales et quels styles de vie s’en trouvent (dé)valorisés ? Comment s’articulent, à cette production de la désillusion, les usages des commémorations, des martyrs, ou les efforts du nouveau régime pour créer de nouveaux symboles, célébrations, images de « foules en liesse »11, bref un imaginaire de changement dans l’ordre restauré ?

Axe 2 : Immuabilité et mobilités : ce que le retour à l’ordre change dans l’ordre autoritaire.

La forclusion de l’effervescence pluraliste peut être étudiée comme un moment conflictuel d’institutionnalisation de routines et de règles, en redéfinition. Les contributions pourront alors analyser, par des études de cas empiriques, les processus localisés de reformation – ou de mutation – de ces routines et règles, sans présupposer qu’elles soient ni radicalement nouvelles ni identiques à celles de l’ordre ancien. De même, il s’agira d’examiner les reconfigurations des composantes et relations constitutives du « bloc historique »12. En considérant celui-ci comme non monolithique, il importe d’analyser les arrangements et les luttes qui le sous-tendent… en train de se faire.

Cette perspective devra permettre d’éviter une erreur classique qui consiste à considérer que les mêmes acteurs, parfois les mêmes individus, sont les acteurs du même jeu. En deçà de la cooptation des « grands » ou des gestes symboliques centraux de la restauration (libération des prisonniers, amnistie, « cadeaux » pour la réhabilitation des « anciens » etc), la focale sera mise sur les mobilités politiques souvent imperceptibles si l’on en reste à un discours englobant. Nous faisons ainsi l’hypothèse que derrière la façade de la restauration et son impression d’immuabilité, se trament de multiples repositionnements et pratiques politiques qu’il est primordial d’étudier pour la compréhension de l’ordre autoritaire en train de se constituer. Quelles ressources sont valorisées dans la configuration politique ? Quels profils sociologiques, quels réseaux et groupes affinitaires (sectaires, tribaux, régionaux, professionnels ou liés à des parcours particuliers de socialisation), quelles générations tirent leur épinglent du jeu et au détriment de quels autres? Que dire, par exemple, des styles d’hommes ou de femmes publics que la nouvelle donne rend saillants dans le « bloc historique » en reconstitution, à l’instar du député télégénique, de l’entrepreneur émergent ou de la cheffe d’association de quartier devenus icônes du « nouveau développement », ou encore du téléprédicateur, et des figures artistiques et sportives qui fondent un nouveau récit de légitimation ?

Il serait également intéressant d’étudier les phénomènes de règlement de comptes, voire de vengeances, que l’opportunité politique nouvelle rend possible : des segments professionnels au cœur du régime (police, armée) qui se livrent à des luttes plus ou moins frontales, ou encore des jalousies historiquement nourries entre groupes ou personnalités des partis du pouvoir ou de l’ancienne opposition. Dans ce contexte que devient le « tribalisme » souvent réinventé lors de l’exacerbation des compétitions politiques ? Quelles alliances ces groupes doivent-ils désormais nouer pour ne pas payer les frais du retour à l’ordre ? On peut encore utilement penser à toute une série de « faits accomplis » que l’effervescence pluraliste a permis et sur lesquels le nouveau régime essaye ou non de revenir : comment sont renégociés les espaces d’autonomie politique, les illégalismes caractéristiques du « quiet encroachment »13 (petits commerces sans licence, vendeurs ambulants…) qui se sont intensifiés pendant la séquence d’effervescence ?

En définitive, ce dossier défend l’idée que derrière le retour à l’ordre autoritaire, le musellement des initiatives politiques frontales ou le contrôle des expressions et revendications dissonantes, derrière l’unanimisme de façade que le projet de restauration façonne, demeurent des pratiques et des représentations politiques dans la société qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle des élites politiques ni d’une « démocratisation ». En deçà de la « restauration autoritaire », la gageure est d’informer un moment à penser comme devenir.

Calendrier

1er septembre 2016: Envoi des propositions d’article (1 page maximum) à Amin Allal (amin.allal@gmail.com) et Marie Vannetzel (marie.vannetzel@gmail.com)

5 septembre 2015: Notification aux auteurs des propositions retenues

15 novembre 2016: Soumission des articles retenus par le comité de rédaction de la revue (50’000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

La publication de ce dossier est programmée pour le numéro de juin 2017.

Les contributions et résumés peuvent être soumis en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

Bibliographie

M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, lieu ?, Presses de Sciences Po, 2015.

R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003.

J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine, n° 43, octobre 1991, p. 5- 20.

J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, 1995/1996, n°70, p. 287-326.

J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, 2014/1, n°133, p. 153-175.

A. Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol. 18, n°1, 1997, p. 53-72.

A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 3-46.

M. Camau et V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 27- 47.

R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2/2009, n°114, p. 5-23.

N. De Walle, « Démocratisation en Afrique, un bilan critique », in M. Gazibo et C. Thiriot (dir.), Le Politique en Afrique : état des débats et pistes de recherche, Paris, Karthala, 2009, p.136-163.

M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009.

P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.

T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », 2001.

A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ? », Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146 

R. Otayek, « Regards croisés sur les transitions africaines et arabes », Revue internationale de politique comparée, vol.20, 2013/2.

M.-E. Pommerolle « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94.

W. H. Sewell « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart,  Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

E. Smith, « Retour historique sur les “printemps démocratiques” en Afrique subsaharienne », Afrique contemporaine, 2013/1, n°245, p. 100-101.

C. Thiriot, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile resectorisation », Revue internationale de politique comparée, 15 (1), 2008, pp. 15-34.

1 William H. Sewell, « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

2 M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, lieu ?, Presses de Sciences Po, 2015.

3 Ce que les villes-mortes ont représenté demeure très controversé au Cameroun, parmi les historiens et les politistes, comme l’explique M.-E. Pommerolle (« La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94 ; A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373).

4 M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.


5 Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ? », Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146 ; R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie», Politique africaine, 2/2009, n°114, p. 5-23.

6 A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

7 « Une certaine forme d’adhésion au jeu, de croyance dans le jeu et dans la valeur des enjeux qui fait que le jeu vaut la peine d’être joué, est au principe du fonctionnement du jeu, et (…) la collusion des agents dans l’illusio est au fondement de la concurrence qui les oppose et qui fait le jeu lui-même. Bref, l’illusio est la condition du fonctionnement d’un jeu dont elle est aussi, au moins partiellement, le produit. », P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 22-23.

8 J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine, n° 43, octobre 1991, p. 12 et suiv.

9 M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009, p.133.

10 Michel Camau parle d’une rupture de « l’ignorance pluraliste » spécifique aux régimes autoritaires : « La distribution des opinions et dispositions n’(y) est connue de personne. Les individus opposés au régime croient que la plupart des autres y sont favorables ou l’acceptent alors même qu’en réalité la majorité peut y être hostile. Il en résulte, sauf chez une minorité d’opposants résolus, en butte à la répression, une inclination au mutisme, qui contribue au maintien du statu quo et nourrit un sentiment d’impuissance. » M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 32 ; voir aussi T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

11 N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », 2001.

12 Nous reprenons ce concept de Gramsci en référence aux usages qu’en ont fait Richard Banégas (La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003), ou Michel Camau et Vincent Geisser (Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003). Pour ces derniers, examinant le cas tunisien, le bloc historique reposait sur l’interdépendance profonde des élites sectorielles et sur « l’infrastructure centrale du système », par définition intersectorielle, formée par le « Palais », l’appareil sécuritaire, l’armée et le milieu des affaires. Loin d’en livrer une image figée, fidèle à la « surface immobile » que le bloc historique entendait donner de lui-même, les auteurs soulignaient les multiples et conflictuelles mobilités qui le traversaient.

13A. Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol. 18, n°1, 1997, p.53-72.

LE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, lu par

9782753542709-frLE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Arts contemporains », 2015, 242 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif, mariant la littérature, l’histoire de l’art, la science politique, la muséologie et les études visuelles, est une contribution de poids à un champ de réflexions sur les liens entre artistes et archives qui, jusqu’alors, s’est principalement développé dans le monde anglo-saxon. Dans un article de 2004 paru dans la revue Octobre, Hal Foster parlait d’« impulsion archivistique » pour rendre compte des pratiques artistiques contemporaines consistant à archiver des documents variés, qu’il s’agisse d’écrits, de photographies, d’images, de sons ou de musiques, voire d’objets, mais surtout à faire usage de corpus existants pour produire des œuvres d’art. Cette production artistique puisant dans les fonds des archives nationales, des bibliothèques ou des musées s’éloigne de la pratique historienne, où les sources sont de stricts supports informatifs, malgré l’attachement sentimental qu’ils peuvent susciter. Chez les artistes, non seulement la valeur esthétique, émotionnelle ou mémorielle des documents prime, mais ces derniers deviennent la matière même de leur art, ils peuvent être recyclés, découpés ou fusionnés et toujours recombinés différemment. Ce n’est donc pas l’intégrité du document qui importe dans l’art archivistique, mais, au contraire, le travail que l’artiste opère sur lui et la création qui en résulte. Comprendre comment et pourquoi, dans l’art, les archives sont mixées et « (re) mixées » est au cœur des treize contributions de ce livre original, portant uniquement sur des cas de pratiques artistiques en Afrique ou sur l’Afrique.

Dans l’introduction, les directrices de l’ouvrage parviennent à nous transporter dans la fabrique artistique de l’archive. Elles dépeignent différentes techniques en usage chez les artistes dans les processus de reconfiguration des matériaux (extraire, sélectionner, juxtaposer, permuter, performer, etc.), pour mieux mettre en lumière les intentions d’artistes dont les créations sont porteuses de significations et d’engagement politique : donner de la visibilité aux oubliés de l’histoire officielle en mettant en scène des archives privées ou communautaires face aux archives officielles de l’État ; réexaminer le trauma causé par des événements ou des épisodes historiques particuliers, telles la colonisation, l’apartheid ou les guerres postcoloniales, pour repenser le vivre-ensemble aujourd’hui ; dénoncer les pratiques prédatrices des élites actuelles au regard des imaginaires politiques des indépendances. Les auteurs qualifient même de violence faite aux archives ou de « violation » (p. 19-21) certaines pratiques de l’art archivistique, lorsqu’elles transforment, travestissent ou détruisent des documents d’archives d’une manière qui semble répondre à la brutalité qui, d’un côté, fut la condition de possibilité historique de leur constitution et qui, de l’autre, se donne à voir dans les informations qu’ils recèlent. Entrer dans la fabrique artistique de l’archive, c’est donc aussi entrer, de façon médiatisée, dans la manière dont travaillent les archivistes et repérer, dans les corpus disponibles mais aussi dans les absences et les omissions, les classifications socioéconomiques, raciales ou genrées et les représentations de l’ordre social qui y sont opérées. Mais chez les artistes, la violation n’empêche en rien un travail de reconstruction qui, non content de chercher à briser des silences et des tabous, propose des conceptions alternatives et positives, voire utopiques, d’un rapport au passé rompant avec la nostalgie, la plainte ou la dénonciation.

Les contributeurs illustrent, par des cas variés et pour la plupart passionnants, ces créations artistiques faisant usage d’archives. C’est souvent le vécu personnel et ordinaire qui est mis en mots et en images face au grand récit surplombant, transmis par les institutions d’État. Ainsi, la guerre d’indépendance algérienne peut être narrée du point de vue des familles et des femmes dans les œuvres d’artistes qui se font « passeuses d’histoires » en assemblant des clichés et des films du passé avec des récits collectés auprès de proches (Erika Nimis). Autre exemple, l’histoire coloniale italienne en Éthiopie resurgit au travers de montages préparés à partir de photographies ordinaires de soldats italiens qui donnent à voir le quotidien guerrier mais aussi la mort et les massacres, déjouant ainsi l’amnésie qui prévaut encore en Italie (Marian Nur Goni). L’artiste, dans son processus créateur, vise généralement moins à utiliser l’autorité que peuvent octroyer les archives qu’à questionner, interroger, provoquer. C’est le cas de ceux présents à l’exposition Congo Far West (2011), tel Sammy Baloji, qui ont puisé dans les fonds du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren pour interroger l’histoire coloniale du Congo, et pour investir avec provocation des objets ethnographiques témoignant de l’idéologie racialisante et ethnicisante, mais aussi prédatrice, du temps des colonies (Maëline Le Lay). Ce ne sont pas seulement les textes ou les objets qui peuvent être investis comme des archives, mais aussi les mots. L’artiste sud-africain Willem Boshoff joue ainsi avec un langage qui reflète une idéologie passée de la race et de la discrimination (Katja Gentric). Les mots et les sons peuvent résonner plus positivement, comme lorsqu’ils puisent dans un panafricanisme conçu comme émancipateur (Sophie Moulard). Enfin, diverses contributions proposent des plongées dans les trajectoires de créateurs, dans leur atelier et sur leur table de travail pour saisir la création en marche et les archives en formation.

Plusieurs réflexions autour du Musée Iwalewahaus à Bayreuth interrogent avec acuité les notions d’archive(s) et de musées pour penser les corpus et les collections non comme des objets morts mais comme de possibles objets d’art en perpétuel mouvement, et questionner le statut exact d’œuvres forgées à partir d’archives. Illustré par des photographies en couleur et de qualité montrant les œuvres d’art et certains artistes, cet ouvrage se clôt par la présentation du projet Panafest (Eloi Ficquet, Dominique Malaquais, Malika Rahal et Cédric Vincent) visant à établir les archives de quatre principaux festivals culturels africains (Dakar, 1966 ; Alger, 1969 ; Kinshasa, 1974 ; Lagos, 1977). Celles-ci devraient, si elles voulaient être fidèles à une ambition qui transparaît en filigrane dans cet ouvrage, être des archives plurielles, ouvertes et possiblement sujettes à réappropriation artistique. Un seul regret subsiste, celui de ne pas voir interrogé plus finement le concept d’archive(s), au pluriel comme au singulier, tant ses usages et les matériaux qu’il désigne dans les contributions à cet ouvrage sont variés, ni de voir engagée une réflexion critique sur l’art archivistique et les archives de l’art, telle qu’elle se dessine par exemple avec intelligence dans la contribution de Maëline Le Lay.

Marie-Aude Fouéré

École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Institut des mondes africains (Inaf)

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

SpronkAmbiguous

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, New York/Oxford, Berghahn Books, 2012, 310 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le premier ouvrage de Rachel Spronk, qui traite de la sexualité des classes moyennes à Nairobi, est novateur à plusieurs égards. D’emblée, il propose de dépasser un traitement des sexualités africaines que l’épidémie de VIH a trop longtemps circonscrit aux seuls registres médical et pathologique. Dans le sillage d’un « emotional turn » qui depuis une dizaine d’années anime les sciences sociales américaines, Rachel Spronk s’intéresse en effet à la manière dont le sentiment amoureux et les pulsions érotiques sont à la fois déterminés et constitutives de changements sociaux et culturels qui affectent plus largement la société kenyane. Elle s’attache ainsi à montrer qu’à Nairobi, la sexualité est l’un des registres par lesquels s’énonce une appartenance sociale déterminée par la classe, l’éducation et la génération : à travers leurs pratiques sexuelles, les jeunes cadres du secteur privé − les « professionals » − expriment une « identité moderne » (p. 81 et suivantes) et se constituent comme une « avant-garde culturelle » (p. 281) de la société.

Au Kenya, la sexualité et les rôles de genre sont depuis longtemps au cœur de tensions sociales et politiques majeures : dès les années 1920, le contrôle des femmes a suscité la création des premières associations ethniques, alors que la prostitution urbaine permettait aux femmes de s’émanciper de l’ordre patriarcal des campagnes. La question de la polygamie oppose depuis longtemps moralité chrétienne et marqueurs traditionnels de l’autorité et de la séniorité. Plus récemment, l’essor du salariat féminin a remis en question les prescriptions culturelles associées aux rôles sociaux de genre. Spronk fait état de la riche bibliographie en la matière, en proposant d’aller au-delà du seul constat de la domination masculine (p. 50 et suivantes, p. 180).

À travers une enquête ethnographique qui mobilise également entretiens et courriels, l’ouvrage analyse ainsi la condition sexuelle d’une cinquantaine de diplômés du supérieur, employés du secteur privé, âgés entre 20 et 30 ans au début des années 2000. Elle explore les pressions qui pèsent sur les jeunes femmes célibataires de la « classe moyenne » dès lors qu’elles souhaitent quitter le logement familial pour habiter seules (p. 73) ; la manière dont elles rendent la séduction difficile aux hommes afin de se distinguer des prostituées (p. 150151), mais aussi comment la libre multiplication des partenaires peut être perçue comme une marque d’appartenance à une avant-garde culturelle (p. 176). Dans l’expression d’un style de vie « moderne » et « cosmopolite », les rôles masculins sont moins équivoques : la sexualité des professionals est une compétence qui s’apprend dans la multiplication des partenaires, pour s’affirmer enfin dans la responsabilité d’un ménage monogame. Les hommes sont également demandeurs de relations de couple plus égales. Ils jugent la solidité de leur foyer à la mesure des sentiments qu’ils éprouvent pour leur compagne (258) : l’auteure analyse ainsi le rôle joué par l’importation et la diffusion au Kenya des films, des séries télévisées, du R’n’B américain dans le façonnement d’un imaginaire de l’amour romantique qui transforme les représentations patriarcales traditionnellement dominantes dans la société kenyane (chapitre 4).

L’ouvrage propose ainsi une série de vignettes ethnographiques riches d’enseignements sur la vie quotidienne de ce que Rachel Spronk appelle une « classe moyenne émergente » (p. 60, 65 et 87). Il laisse néanmoins le lecteur sur sa faim, pour plusieurs raisons. La première tient à la définition et à l’unité même du groupe social enquêté et de son style de vie, qui demeure trop peu objectivé : on parle certes ici de jeunes adultes diplômés, employés de multinationales, de grandes ONG ou exerçant une profession libérale. Tous sont nés et ont grandi à Nairobi, ils sont issus des « classes moyennes inférieures à supérieures », de parents eux-mêmes employés du secteur tertiaire dans la capitale. Pour autant, leurs conditions de vie peuvent en réalité beaucoup varier : leurs salaires d’abord, puisqu’au sein du groupe étudié ils s’étalent sur l’équivalent de 230 à 1 200 euros mensuels (p. 66). Presque tous se plaignent de la faiblesse de leurs rémunérations. De surcroît, en dépit des opportunités professionnelles « sans précédent » dont ils seraient bénéficiaires, la majorité de ces jeunes change régulièrement d’employeur, du fait d’un marché du travail qui ne peut leur proposer que des contrats de courte durée. Leur prospérité matérielle est donc incertaine ; rares sont ceux qui, par exemple, possèdent une voiture (p. 64). On peut regretter que l’ouvrage ne propose pas une analyse plus poussée des trajectoires familiales et éducatives, des professions exercées, ne serait-ce que pour comprendre la manière dont les inégalités salariales entre hommes et femmes peuvent affecter les rapports de pouvoir dans la sphère domestique. Au demeurant, on peut penser que la diversité sociale du groupe étudié empêche in fine l’auteure de dégager une véritable unité dans les comportements qu’elle étudie. Mais c’est peut-être, également, parce que le désir et l’érotisme ne peuvent être entièrement réduits à des déterminants sociaux.

De même, peut-on traiter de la sexualité des classes moyennes sans proposer plus globalement une analyse de son style de vie ? Celui-ci est qualifié de « sophistiqué », de « branché », de « moderne » et l’auteure ne différencie guère les notions d’identité et de mode de vie auxquels elle associe ces adjectifs. Une analyse plus englobante des styles de vie aurait permis d’étayer un texte qui souvent mentionne la vive conscience de ses sujets à l’égard des inégalités provoquées par la mondialisation, comme les tensions entre des imaginaires globalisés de la sexualité et les rôles de genres ordinairement prescrits au sein de la société kenyane. À ce propos, l’auteure reconnaît que l’appartenance aux « classes moyennes » ne va pas sans contradictions : les appartenances ethniques et religieuses lui semblent plus fortes que les solidarités générées par l’identification à cette classe « émergente ». Mais ce point pourtant crucial n’est mentionné qu’en passant (p. 50), alors que son texte aurait sans doute bénéficié d’un traitement plus détaillé du cas des couples ethniquement mixtes et des discours des Églises sur la sexualité, au sein d’une société qui leur est profondément perméable. Il est surprenant que l’ouvrage ne mentionne pas l’homosexualité, ni l’opinion de ses enquêtés à ce sujet, alors qu’on peut penser qu’à Nairobi, son expression dans l’espace public varie grandement selon les classes sociales. D’où un reproche plus général que l’on peut adresser à l’ouvrage et qui tient à la difficulté de saisir, pour l’étude de la sexualité de ces « classes moyennes cosmopolites », la singularité du cas kenyan. En somme, l’ouvrage de Rachel Spronk propose une approche novatrice et convaincante de la sexualité comme expression d’une aspiration sociale plus globale. Il s’agit certes d’un texte frustrant pour les lecteurs d’abord intéressés par la stratification sociale en Afrique, mais qui engage néanmoins un dépassement salutaire du traitement jusqu’ici essentiellement médical de ces questions.

Dominique Connan

Université de Nice-Sophia Antipolis

LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, lu par Nicole Stremlau

612T8dHVIhL._SY344_BO1,204,203,200_LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, Londres, Zed Books, coll. « Africa Now », 2014, 248 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif offre une plongée unique dans l’un des aspects les plus notables, et pourtant les plus négligés, des conflits contemporains : le rôle des diasporas. Il faut souligner que les études le composant ont été soigneusement rassemblées, dégageant une grande cohérence d’ensemble. Les auteurs, dirigés par deux chercheurs de l’Université d’Helsinki, ont eu la chance de participer à ce qui paraît avoir été un consortium européen très productif, ce qui a, semble-t-il, permis de s’assurer que les contributions dialoguent. Sur la base d’analyses de fond d’universitaires de renom de la région comme Bahru Zewde et Dereje Feyissa, et d’autres ayant un engagement de long terme sur les questions locales, les chapitres sont solides et fournissent des données empiriques nouvelles.

Ce livre encourage à repenser la nature même de ce qui constitue une « diaspora » ou des « communautés réfugiées », des « populations exilées » et des « migrants forcés » : un regard critique sur le vocabulaire des populations violemment déplacées est d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel des débats, en Europe, sur l’afflux des « réfugiés ». Comme le démontre cet ouvrage, les populations concernées sont extraordinairement diverses, leurs interactions avec les sociétés d’accueil et leurs régions d’origine sont complexes et se déclinent selon de multiples facettes.

Bien que les auteurs utilisent des exemples issus de toute la Corne de l’Afrique, l’ouvrage reste fondamentalement une étude comparée de l’Éthiopie et de la Somalie. Une telle comparaison est fructueuse du fait des différences substantielles entre les deux pays : l’Éthiopie et son gouvernement très centralisé, les efforts intenses de ce dernier pour mobiliser et surveiller de manière resserrée sa population diasporique, y compris via l’usage de logiciels espions ; et la Somalie avec son gouvernement en patchwork mais sa diaspora très impliquée en termes de contributions financières, mais aussi en termes de mobilisation politique.

L’ouvrage propose notamment des études de cas sur des initiatives particulières de la diaspora ayant eu une influence sur la politique ou les dynamiques de conflit dans la région. D’autres examinent la manière dont la diaspora s’engage dans les sociétés européennes, et particulièrement comment les acteurs du développement, soutenus par des bailleurs de fonds et des gouvernements européens, créent des liens avec ces populations.

Ces études de cas sont essentielles car la recherche sur les manières dont les mobilisations de la diaspora affectent concrètement les dynamiques locales sont peu nombreuses. À souligner, un chapitre consacré à la Tigray Development Association (TDA), une organisation lancée à Washington mais qui, depuis, est devenue un acteur de développement central dans la partie Nord de l’Éthiopie après la prise de pouvoir du régime actuel. La TDA présente des similarités et fait écho à la Relief Society of Tigray (Rest), qui était fortement articulée au mouvement de guérilla éthiopien ayant mené l’insurrection des années 1980 au début des années 1990. Rest fut établie pour fournir des services, y compris des écoles et des hôpitaux, dans les régions contrôlées par le Front de libération du peuple du Tigray (Tigrayan People Liberation Front, TPLF), afin de s’assurer le soutien des populations. Cette histoire du TDA et de Rest, organisations qui continuent à être actives aujourd’hui, reflète l’histoire de ce qu’on pourrait appeler le gouvernement de la diaspora, l’implication de ces communautés transnationales en politique ainsi que l’approche adoptée par le parti au pouvoir en Éthiopie en termes de mobilisation politique et de participation citoyenne.

Si l’étude de cas éthiopienne est concentrée sur l’établissement d’une organisation de développement formelle, celle sur le Somaliland est dédiée à l’entreprenariat et à l’investissement privé de la diaspora. En examinant l’industrie hôtelière émergente et la prolifération des universités privées à travers le Somaliland, Markus Virgil Hoehne et Mohamed Hassan Ibrahim proposent une interprétation plus générale sur l’activité économique des acteurs de la diaspora. L’histoire complexe du Maansoor Hotel, par exemple, offre une mise en récit sous forme de métaphore sur l’impact plus large de ce type d’investissements sur les relations sociales locales, sur le réseautage international et la coopération, via la mise à disposition de lieux privilégiés pour les réunions politiques et gouvernementales, qui font souvent défaut dans des espaces en conflit ou post-conflit.

Un chapitre comparatif traitant des communautés somalies en Italie et en Finlande permet de comprendre les manières distinctes selon lesquelles les diasporas ont évolué et se mobilisent en fonction de leur implantation géographique. Il y a des différences contextuelles substantielles entre les deux pays (héritage historique et notamment passé colonial, générations de migrants, politiques d’intégration, financement et structures de financement disponibles pour les groupes diasporiques et approche en termes de coopération et d’aide au développement), mais les diasporas y ont joué un rôle stratégique similaire dans le développement d’organisations légitimes qui opèrent à la fois en Europe et en Somalie. Un aspect que j’aurais aimé voir davantage développé est le rôle des nouvelles technologies, notamment les smartphones et les réseaux sociaux, pour bâtir et altérer les relations sociales transnationales décrites dans l’ouvrage. Les auteurs notent avec justesse que l’investissement de longue distance dans les conflits est loin d’être un phénomène nouveau. Cependant, les diasporas sont aujourd’hui en mesure de transcender les institutions formelles et les organisations, de travailler avec leur pays d’origine de manière autonome, ce qui ouvre, on l’admettra, un important chantier de futures recherches.

Nicole Stremlau

Université d’Oxford

Faculté des lettres, Université de Johannesburg

LORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, lu par Lucille Gallardo

9780253015204_medLORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2015, 155 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Quelles sont les conséquences de l’implantation d’une ONG d’émancipation et de reconnaissance des droits des gays et lesbiennes sur les subjectivités de « jeunes Rainbow » namibiens et namibiennes pauvres ? Telle est la question à laquelle Robert Lorway s’attache à répondre dans ce premier livre issu de ses recherches de doctorat d’anthropologie réalisé à l’Université de Toronto, complété par des travaux ultérieurs.

Alors que la question homosexuelle est l’objet de polémiques publiques importantes depuis le milieu des années 1990 en Namibie, notamment initiées par le principal parti politique du pays, l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain, (South West Africa People’s Organization, Swapo) l’auteur propose une analyse d’une grande richesse empirique et analytique. Il dépasse les approches fonctionnalistes qui décrivent le traitement de la question (homo)sexuelle dans l’espace public seulement comme un outil politique permettant de détourner l’attention de problèmes sociaux et économiques majeurs. L’auteur décrit plutôt la place essentielle qu’occupe la sexualité dans « la gouvernance politique contemporaine », et plus particulièrement dans « la fabrication de l’autorité traditionnelle, du post-colonialisme et de la démocratie libérale » (p. 13).

La Swapo et les organisations dites « LGBT » sont présentés comme les acteurs-clés de cette fabrication. Si la première défend l’idée d’une culture africaine et namibienne traditionnellement hétérosexuelle, les secondes argumentent au contraire sur l’existence d’une homosexualité africaine traditionnelle et précoloniale : ces deux catégories d’acteurs se rejoignent par leur rhétorique anhistorique de l’authenticité. Ainsi, malgré des objectifs opposés, les deux discours participent à essentialiser et nationaliser la sexualité.

D’emblée, l’auteur porte un regard critique sur les actions de l’ONG The Rainbow Project (TRP) et son approche, qu’il qualifie de néolibérale. En effet, en traitant la sexualité des personnes de manière isolée, c’est-à-dire sans prendre en compte les conditions sociales, historiques et économiques dans lesquelles les jeunes bénéficiaires vivent au quotidien, cette ONG contribue, selon lui, à renforcer leur précarité « en ayant recours aux rationalités néolibérales de l’autonomie individuelle et de la responsabilité personnelle » qui « remettent en cause les chances de mobilisation politique », ce qui a des implications « bien au-delà des Namibiens ayant des relations avec des personnes du même sexe ». Il ajoute que ces programmes pourraient en réalité renforcer les inégalités sociales (p. 3-4). L’auteur s’inspire de travaux qui revisitent les théories de Michel Foucault sur la « gouvernementalité » en contexte postcolonial africain, et de ceux qui s’intéressent à la construction sociale et langagière du désir, pour montrer comment ce projet, dont l’intention est de libérer les sexualités des jeunes, agit, en défi plutôt comme une « violence post-structurelle » impactant leurs désirs et subjectivités.

Cette violence prend la forme de conflits internes entre leurs volontés de libération personnelle et leur appartenance nationale, sociale et culturelle. L’apparition de ces questionnements n’est pas immédiate et c’est la prise en compte diachronique des trajectoires individuelles des enquêtés de 2001 à 2008 qui permet à Robert Lorway d’en déceler les premiers signes.

L’anthropologue s’intéresse d’abord aux conflits intérieurs rencontrés par les jeunes lesbiennes d’un quartier pauvre de la capitale. Celles-ci sont prises entre des désirs globaux de reconnaissance, qu’elles matérialisent à travers une « esthétique de la résistance », et leur condition de femmes évoluant dans un État patriarcal postcolonial familialiste, associant la condition des femmes à la maternité. Il montre également que les plus pauvres d’entre elles sont souvent amenées à se prostituer, augmentant leurs risques de contracter le VIH, sans que ces questions ne soient jamais abordées par l’ONG TRP (chapitre 3). Concernant les jeunes hommes « efféminés », l’auteur décrit comment l’action de l’ONG participe à naturaliser la violence sexuelle qu’ils subissent de la part des « vrais hommes », qui, dans un contexte de construction sociale genrée des relations sexuelles entre hommes, sont leurs partenaires sexuels privilégiés. La domination masculine présente dans la société namibienne et les discours nationalistes anti-homosexuels de la Swapo sont à l’origine de cette violence qui, pour autant, n’est pas abordée par l’ONG (chapitre 4). Le dernier chapitre replace les trajectoires de ces jeunes dans « l’économie transnationale des désirs » et le contexte de l’industrie capitaliste du tourisme en Namibie. L’organisation TRP et ses partenaires internationaux participent alors à produire un « fétichisme de l’étranger » chez les « jeunes Rainbow » pour qui les relations avec des étrangers, bien souvent des blancs, représentent un des accès privilégiés à leurs désirs de libération personnelle. Finalement, l’auteur montre combien cette fascination ne fait que renforcer les inégalités socio-économiques et la précarité de ces jeunes et, en cela, augmente également leurs risques face aux VIH/sida.

En conclusion, cet ouvrage contribue à analyser les effets de la globalisation de la reconnaissance des droits des minorités sexuelles depuis le début des années 2000. Ce travail contribue à dépasser les analyses qui décrivent le continent africain comme intrinsèquement homophobe en montrant comment se construisent et s’alimentent les discours d’acteurs a priori opposés. Il complète les travaux d’Ashley Currier à propos des stratégies de visibilisation et d’invisibilisation des mobilisations collectives LGBT en Namibie. Robert Lorway livre une analyse précieuse des rouages et conséquences de l’implantation de politiques démocratiques néolibérales qui, en voulant politiser l’intime, ici la sexualité, participent à démobiliser et dépolitiser les jeunes citoyens des enjeux économiques et sociaux majeurs de leur pays.

Lucille Gallard

Sophiapol, Université Paris Ouest

Nanterre La Défense

BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? lu par Yves Gounin

14110292692_Afrique-258BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? Paris, Éditions Sciences Humaines, septembre 2014, 192 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le stimulant ouvrage de Sylvie Brunel renvoie dos à dos les présentations afropessimistes et afro-optimistes qui caricaturent l’Afrique. La première remonte au brûlot prophétique de René Dumont (L’Afrique noire est mal partie, Seuil, [1962] 2012). C’est celle d’un continent misérable, lesté par les héritages de l’esclavage et de la colonisation, dévasté par les guerres civiles, les famines et les pandémies. À cette vision pessimiste s’est surimposée, sans totalement l’effacer, une vision plus optimiste : celle d’une Afrique émergente, qui connaît des taux de croissance insolents, où s’enracine une classe moyenne, où s’ancre la démocratie tandis que recule le spectre de la guerre… Cette vision a notamment été portée en France par Jean-Michel Sévérino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010). Elle inspire désormais nos politiques publiques si l’on en croit les propositions du rapport Védrine-Zinsou (Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France, Fayard/Pluriel, 2014), ou celles des sénateurs Lorgeoux et Bockel (L’Afrique est notre avenir, Rapport d’information de la Commission des affaires étrangères, n° 104, Sénat, 29 octobre 2013).

Avec une lucidité bienvenue, Sylvie Brunel tempère les excès de cette nouvelle bien-pensance. Si les Cassandre, tenants de l’afro-pessimisme, avaient tort de peindre l’Afrique en noir, les afro-optimistes se trompent en la peignant en rose : « Encenser l’Afrique paraît […] aussi excessif que l’accablement dont elle était hier l’objet. L’engouement qu’elle suscite est tout aussi caricatural que l’était le catastrophisme à tous crins des quinze ans qui ont suivi la fin de la guerre froide […] » (p. 12).

« Parler de « l’Afrique » au singulier est aussi mensonger que réducteur : il existe bien des Afriques aux personnalités et aux trajectoires opposées » (p. 16). C’est en ayant conscience de l’immense diversité du continent africain qu’on évite, avec Sylvie Brunel, les raccourcis simplificateurs. C’est ainsi par exemple qu’on ne se laissera emporter par un taux de croissance moyen. Sans doute le PIB africain a-t-il, dans son ensemble, connu une croissance annuelle de 5 % depuis une décennie alors que les économies occidentales peinaient à se relever de la crise financière de 2008. Mais ce taux moyen cache bien des disparités. Disparités d’un pays à l’autre, l’essentiel de la croissance étant captée par quelques pays littoraux, riches en matières premières, ouverts sur les grandes aires de la mondialisation alors que les pays enclavés de l’intérieur végètent encore dans la très grande pauvreté. Sylvie Brunel se fait géopoliticienne, montrant que l’Afrique est mitée de maillons faibles : le « Djihadistan » au Sahel péniblement endigué par les opérations Serval-Barkhane, la Somalie dans la Corne de l’Afrique, les Kivus en Afrique centrale, le Zimbabwe en Afrique australe. Disparités à l’intérieur d’un même pays : nombreux sont les États africains qui enregistrent, selon l’expression de l’économiste ghanéen Georges Ayittey, une « croissance sans développement », qui bénéficie à une poignée de riches sans toucher une majorité de pauvres, voire de très pauvres. Cette croissance inégale condamne l’Afrique à rester « un continent riche peuplé de pauvres » (p. 15) : la moitié de la population y vit encore avec moins de 1,25 dollar par jour.

Un exemple illustre à l’envi les erreurs de perspectives que l’Afrique inspire : le Rwanda dont on vante volontiers la stabilité retrouvée depuis le génocide de 1994. Son PIB par habitant a certes été multiplié par trois en vingt ans. Mais avec 700 dollars, il reste parmi les plus bas au monde. Sans parler du bilan polémique du régime Kagamé dans le domaine des droits de l’homme et de l’État de droit.

Sans doute l’Afrique est-elle sortie de ce que Sylvie Brunel qualifie de « décennie du chaos » (p. 68). Pour autant, les hypothèques sont nombreuses sur la voie du développement. Le catalogue qu’elle en dresse est classique : le défi de l’urbanisation, celui de l’alimentation – que l’auteure de l’excellent Famines et politique, régulièrement réédité aux Presses de Sciences Po, connaît bien – la transition vers un mix énergétique moins gourmand en énergies non renouvelables grâce à l’exploitation des rentes bleue (l’hydroélectricité) et jaune (l’énergie solaire), la fragile émergence d’une « classe moyenne »…

Refusant de céder à la facilité des essayistes qui entendent enfermer l’Afrique dans une formule attrape-tout, rose ou noire selon les époques, Sylvie Brunel cherche au contraire à en cerner la diversité. Diversité géographique, culturelle, économique, politique qui interdit les raccourcis simplificateurs et les jugements à l’emporte-pièce. Souhaitons à son essai, d’une lecture limpide, qu’il touche un large public et qu’il ébranle les contre-vérités qui sont trop souvent diffusées.

Yves Gounin

Délégué aux relations internationales du Conseil d’État

Le carnet de la revue