Journée d’étude de l’Association des chercheurs de Politique africaine (ACPA)

acpa

Journée d’étude de l’Association des chercheurs de

Politique africaine (ACPA)

Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

& L’Ethiopie après Meles Zenawi (à paraître)

31 mai 9h00-16h00. CERI, 56 Rue Jacob, Salle de conférences

Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Responsables scientifiques : Sandrine Perrot (CERI- Sciences Po), Marie-Emmanuelle Pommerolle (IFRA Nairobi), Justin Willis (Durham University)

9h00-12h00. Présidence : Richard Banégas (Sciences Po-CERI)

Introduction par Sandrine Perrot (CERI- Sciences Po), Marie-Emmanuelle Pommerolle (IFRA Nairobi), Justin Willis (Durham University)

De qu(o)i le bulletin de vote est-il le nom  ? Les modalités pratiques de l’expression électorale au Rwanda (1956 – 1990)

par Florent Piton (CESSMA, Université Paris Diderot)

Waiting and voting in the village: Electronic voting machines in Namibia’s 2014 elections

par Gregor Dobler (Institute for Social and Cultural Anthropology, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg)

Élections, entre modernité et tradition : l’exemple malgache

par Denis Lahiniriko (Université d’Antananarivo)

12h00-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30. Présidence : Florence Brisset (IMAF, Université de Paris 1)

Le chitenje de la discorde. Vêtement partisan et négociation du lien politique au Malawi

par Paul Grassin (CESSP, Université Paris 1)

A steady and orderly flow’: polling stations and the material culture of elections

par Justin Willis (Durham University)

L’Ethiopie après Meles Zenawi

Responsable scientifique : Jean-Nicolas Bach (LAM, IEP de Bordeaux)

15h30-16h00 : Présentation du numéro « L’Ethiopie après Meles Zenawi : un autoritarisme à bout de souffle ? » par Jean-Nicolas Bach (LAM, IEP de Bordeaux). Numéro de Politique africaine à paraître en juin 2016.

La journée d’étude sera suivie de l’Assemblée générale de l’ACPA 16h00 à 18h00 (réservée aux membres de l’ACPA) et d’un pot.

Les anciennes et nouvelles figures de la planification en Afrique.

Appel à contributions

Les anciennes et nouvelles figures de la planification en Afrique.

Dossier coordonné par Boris Samuel

Chaire d’études africaines comparées, EGE-Rabat / SciencePo-CERI

Appel-polaf1

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (remplacés par les Objectifs de développement durable en 2015) ont entrainé l’emploi des procédés néolibéraux de la nouvelle gestion publique (new public management), incarnés en Afrique par la « gestion axée sur les résultats » (Egil 2015 ; Fioramonti 2014 ; Samuel 2013) ; mais ils ont aussi induit des appels au retour d’un Etat planificateur, volontariste, et à l’emploi de techniques rappelant l’ingénierie du développement des années 1960, parfois importée des pays du bloc soviétique (Ward 2004 ; Ziai 2011). Ces hybridations ne doivent pas surprendre : comme l’ont montré des travaux récents, le planisme d’inspiration soviétique et la gestion néolibérale par indicateurs présentent des similitudes dans les formes et les mécanismes (Hibou 2012 ; Salais 2013 ; Supiot 2015). De tels constats incitent à questionner les significations que recouvrent les pratiques de pilotage des politiques de développement. Derrière une apparente unicité de forme, la planification peut être porteuse d’une multiplicité de répertoires politiques qui doivent être compris à la lumière des trajectoires historiques nationales (Laborier et Trom 2003).

Après des décennies 1980 et 1990 dédiées à la privatisation et à la « décharge » (Hibou 1999), les interventions directes de l’Etat sont à nouveau au goût du jour dans le développement. L’« inclusion », devenue un des nouveaux mots d’ordre des organisations internationales depuis les printemps arabes de 2011, se traduit par la mise en place de filets sociaux, de subventions à la consommation, de programmes d’emploi de jeunes chômeurs, ou de programmes de transferts monétaires aux « pauvres » (Bono 2010 ; Ferguson 2015 ; Sardan et al. 2014). A l’heure où les logiques entrepreneuriales et capitalistes prennent le haut du pavé dans les sociétés du continent (Cooper 2014 ; Kelsall 2013), les discours sur l’ « émergence » poussent en outre les Etats à reprendre un rôle de modernisateur et de développeur. Ils revitalisent les directions et agences en charge de la promotion de l’investissement et lancent des programmes d’infrastructure, d’aménagement du territoire ou de développement des communications, tout en les couplant avec des réformes réglementaires et de libéralisation censées attirer les investisseurs. Ces interventions témoignent de l’entrée dans une période de pluralisation des pratiques et discours économiques en Afrique. Le dossier étudiera les modes d’action des Etats qui impulsent, financent et pilotent ces politiques.

Planifier et gouverner en Afrique, de la période coloniale au XXIe siècle

Utiliser le terme de planification pour évoquer l’Afrique contemporaine peut sembler anachronique : l’Etat africain développementaliste et volontariste a connu jusqu’aux années 1970 de très importants échecs, et depuis les années 1980, l’ajustement structurel a fortement affaibli les institutions étatiques (Cooper 2014) si bien que l’Etat planificateur est censé avoir laissé sa place au laisser-faire et aux technologies néolibérales de la privatisation. Pourtant, la planification demeure un site majeur d’énonciation du politique dans les pays dits « en développement ».

Itinéraires planificateurs

La figure de l’Etat planificateur, au cœur de répertoires et d’imaginaires politiques, reste un horizon de pensée : mémoires de l’Etat bienfaiteur, frustration de sa disparition sous le coup de l’ajustement, ou appel au retour du volontarisme développementaliste orientent les demandes d’Etat (Lachenal et Mbodj-Pouye 2014), les débats publics (Bonnecase 2013 ; Siméant 2014) et les discours officiels (Hibou 2011). En outre, au sein des appareils administratifs nationaux les directions du « plan » ont longtemps été de hauts lieux de l’économie politique du développement, jouant un rôle central non seulement dans la formulation des politiques économiques et sociales, mais aussi dans les circuits d’accumulation liés à la gestion de l’argent de l’aide et des « projets », à la rencontre de la « politique du ventre » (Bayart) et des savoir-faire du Gatekeeper State (Cooper). Aujourd’hui, les administrations en charge de la programmation des politiques et des investissements sont encore souvent désignées par le terme de « plan », et leurs fonctionnaires par celui de « planificateurs », même lorsqu’un pays ne possède plus officiellement de direction du plan. Par le biais des réalités institutionnelles ou des imaginaires politiques, le « Plan » continue de recouper une réalité sociale multiforme.

Des techniques aux situations politiques

Aborder l’ « Afrique planificatrice » ne signifie pas limiter les observations aux processus de confection des plans. La compréhension des pratiques et discours planificateurs et de leurs effets appelle une étude des situations sociales et politiques dans lesquelles ils s’insèrent, ainsi que des domaines ou « secteurs » qu’ils entendent gouverner (filières économiques, grandes politiques publiques, villes et territoires, etc.). Les modalités de l’enchâssement de la planification dans les dynamiques sociales doivent en effet être pensées ainsi que, à l’inverse, la manière dont les plans façonnent les rapports sociaux et provoquent des transformations sociopolitiques. Etudier l’Afrique des plans demande donc de recourir à des jeux d’échelles, de prendre en compte les rapports de force qui entourent les plans, de décrire le « hors-champ » qui les accompagne (de Certeau 1990 ; Hibou et Samuel 2011). Cette démarche doit permettre de décrire la variété des situations dans lesquelles la planification est au centre de la vie sociale et politique, et de jeter la lumière sur la politisation de la technique, à l’encontre des arguments sur la dépolitisation (Ferguson 1994 ; Jobert 2003 ; Linhardt et Muniesa 2011).

Partir des techniques en action

Dans ce but, le présent dossier appelle à effectuer un déplacement méthodologique par rapport à ce qui est usuellement envisagé sur le continent : il invite à partir des techniques et outils pour étudier le politique. Les travaux qui étudient les techniques de la gestion économique en Afrique commencent maintenant à se développer, sur le calcul du PIB (Jerven 2013, Samuel 2013, Speich 2008), la mesure de la pauvreté (Bonnecase 2011, Davie 2015, Guyer 2004), l’histoire des technologies du développement (Cooper 2010 ; Desrosières 2014 ; Hodge et al. 2014 ; Morgan 2008), les recensements (Gervais et Mandé 2007). Néanmoins, les outils des administrations économiques africaines restent peu décrits[1]. La spécificité du dossier sera de proposer une description détaillée et une genèse des procédés et catégories qui guident le pilotage de l’économie. A l’instar des analyses élaborées sur d’autres zones que l’Afrique (Blum et Mespoulet 2003 ; Desrosières 2008 ; Fourquet 1980 ; Porter 1995; Tooze 2001), l’objectif sera d’analyser les techniques de la planification comme des pratiques sociales, et de rendre compte de la sociologie des acteurs de la planification, ainsi que de leurs manières de faire et de voir. Pour cela, l’approche du dossier sera bien sûr en dialogue étroit avec les travaux sur les instruments de l’action publique, qui connaissent un renouveau actuellement dans les études africaines (Eboko 2016 ; Enguéléguélé 2008), tout comme avec l’anthropologie du développement (Biershenk et Olivier de Sardan 2014), même si le dossier ne cherchera pas à opposer normes technocratiques « théoriques » et normes « pratiques » mais plutôt, en les approchant par le bas, à montrer que le maniement quotidien des outils techniques et une infinité de modes d’actions et répertoires peuvent se combiner (Hibou et Samuel 2011 ; Mosse et Lewis 2005). Diverses méthodes pourront être employées pour ce faire : sociologie politique ou économique, histoire, anthropologie, économie politique…

Axes du numéro

Plusieurs axes de recherche seront privilégiés :

L’histoire et la circulation des modèles et techniques de la planification :

L’histoire et l’historicité de la planification africaine méritent d’être revisitées. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les moments de volontarisme étatique ont jalonné les trajectoires de nombreux pays et ont donné lieu à des projets de planification ambitieux, du développementalisme post-indépendance, aux périodes socialistes de divers Etats, sans oublier les planifications impulsées dans des cadres impériaux depuis les années 1940 et 1950. Ces projets ont parfois marqué les systèmes administratifs, les histoires économiques et politiques et les imaginaires nationaux de manière durable. La circulation des modèles planificateurs de l’Empire vers les pays anciennement colonisés constitue un sujet mal connu. Plus encore, les échanges de techniques entre les pays du bloc soviétique et les pays africains, socialistes ou non, restent peu explorés. Ces circulations renvoient en outre à un ensemble plus vaste : les trajectoires de l’ingénierie planificatrice ont été portées par le biais des organisations sous-régionales, panafricaines, ou internationales – parfois au nom de coopérations essentiellement techniques (au sein de l’OPEP, ou de l’OCI…) – par des experts (Morgan 2008), par des voies universitaires (Nubukpo 2011), ou encore par des corps et réseaux professionnels (Charoy et Diop 2006) qu’il conviendra d’étudier.

Les outils et acteurs de la planification :

La résurgence planificatrice des années 2000 s’est traduite par l’apparition de nouveaux outils de planification (programmes de lutte contre la pauvreté, « plans d’atteinte » des OMD, « stratégies d’accélération » de la croissance ou de la scolarisation, etc.). Dans le même temps, l’avènement de l’ère néolibérale a induit la montée en puissance de nouveaux corps professionnels et savoirs légitimes – ceux des financiers, évaluateurs ou auditeurs (Bezès 2009 ; Eboko 2016 ; Samuel 2013 ; Strathern 2000). La multiplication des agences nationales, banques d’investissement, grands projets sectoriels a en outre conduit à la dissémination des enjeux de la planification en une myriade de sites plus ou moins émancipés de la tutelle des Etats. Les travaux de planification sont enfin conduits au sein de nouveaux réseaux d’acteurs internationaux, qu’ils soient en charge de faire respecter de nouvelles normes de la « bonne gestion » ou de la conduite d’opérations de développement. Les propositions pourront porter sur ces nouveaux acteurs et pratiques à partir de l’examen détaillé de systèmes de planification nationaux ou sectoriels (éducation, santé, environnement…) à différentes périodes historiques. Elles pourront aussi envisager de décrire la « chaine planificatrice »[2], afin de faire apparaître les interactions entre la myriade d’acteurs et d’institutions qui participent à la production des plans. Par extension, les modes de diffusion, les critiques, débats et controverses suscités par les plans pourront aussi être étudiés. Les modes de « vulgarisation » des récits issus de la planification (discours des Etats, des médias, des partis et associations etc.) doivent en effet être saisis pour analyser leur rôle dans l’exercice du pouvoir. Pour cela, les approches de sociologie des sciences et techniques (Lampland 1996) pourront se combiner à celles de la sociologie, de l’anthropologie, ou la science politique.

Les répertoires politiques et imaginaires de la planification :

Les plans et leurs modèles formalisent des représentations et imaginaires du monde social (Desrosières 2008 ; Morgan 2012). Ils mettent en chiffres les visions téléologiques du progrès social et du développement ainsi que les représentations de l’Etat frugal, de l’Etat généreux et volontariste, ou encore porteur de maitrise l’espace et du territoire, etc. Les articles pourront proposer d’identifier la manière dont ces imaginaires se sont construits, ont cheminé, ou dont ils sont mobilisés dans une diversité de situations sociales. Ils pourront aussi mettre en lumière le fait que les catégories de description de la réalité utilisées par les plans peuvent être saisies par leur généalogie technicienne comme par leur ancrage dans des mondes sociaux pluriels (Bowker et Star 1999), au sein desquels elles se sont forgées et imposées. La planification est en outre un mode d’énonciation du politique (Hibou et Samuel 2011). De nombreux clivages, revendications ou discours politiques plus ou moins contestataires trouvent à s’exprimer au sein des travaux de planification, ou se construisent sur les scènes politiques et sociales autour des figures de l’Etat planificateur. Les récits issus des plans peuvent aussi, à l’inverse, servir d’instrument de normalisation (Bono 2010 ; Hibou et Samuel 2011), en peuplant par exemple les discours d’allégeance aux régimes.

Les marges de la planification :

Enfin, les formes de l’action planificatrice peuvent être très diverses. La planification n’est pas toujours le fait de l’action d’Etats omniscients, volontaristes et visionnaires. Les procédures et travaux de planification de nombreux pays sont, ou ont été réalisés par les agences internationales, qui se substituent aux administrations nationales (Soudan du Sud, Centrafrique, Guinée Equatoriale etc.). A l’inverse, en l’absence de soutien international, des quasi-Etats (comme le Somaliland) parviennent à stabiliser des procédures administratives et institutionnelles qui sont en rupture avec le formalisme économique international, mais permettent la gestion étatique. Les techniques planificatrices peuvent aussi être portées par des acteurs privés dans une logique de décharge, par exemple dans des services publics privatisés au profit d’entreprises, de grandes ONG ou d’Eglises. Par ailleurs, la planification ne s’adresse pas uniquement aux politiques de développement dans leur acception restreinte, sociale ou économique. Dans de multiples situations, la violence ou la guerre sont étroitement reliées, voire organisées par une logique de planification (Rwanda). Nom-breuses sont aussi les situations d’urgence, par exemple alimentaires, dans lesquelles la planification guide les interventions des acteurs. Le lien entre les techniques planificatrices et la gestion d’Etats d’exception ou d’urgence mérite d’être considéré, notamment en mettant au jour les manières dont un exercice autoritaire ou violent du pouvoir peut se combiner avec la promotion d’une rationalité bureaucratique (Blum et Mespoulet 2003 ; Tooze 2001 ; Samuel 2014).

 

Calendrier

10 juin 2016:                          envoi des propositions d’article (1 page  maximum) à Boris Samuel (boris.samuel@sciencespo.fr)

24 juin 2016:                          notification aux auteurs des propositions retenues

25 octobre 2016:                   envoi des articles retenus au comité de rédaction de la revue (50’000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

Oct. 2016-Févr. 2017            Evaluation, révision et traduction éventuelle des textes retenus par la rédaction de la revue

Le dossier sera publié dans le numéro de mars 2017. Les propositions d’articles peuvent être envoyées en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

 

Bibliographie

Anders, In the Shadow of Good Governance: An Ethnography of Civil Service Reform in Africa, Leiden, Brill, 2010.

J.F. Bayart, L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 (1989)

Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), States at Work. Dynamics of African Bureaucracies, Leyde, Brill, 2014, p. 249-269

Bezès, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), PUF, Paris, 2009

Blum et M. Mespoulet, L’Anarchie bureaucratique. Statistiques et pouvoirs sous Staline, La Découverte, Paris, 2003

Bonnecase, La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011,

Bonnecase  « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey: quels répertoires locaux de la colère ? », Politique Africaine n°130, 2013

Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les « Activités génératrices de revenus » à El Hajeb »,
Politique africaine, 2010/4 N° 120, p. 25-44

Bowker et S.L. Star, Sorting Things Out. Classification and its Consequences, The MIT Press, Cambridge, 1999

de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Gallimard, Folio Essai, Paris, 1990 (1980)

Charoy, L. Diop, « Le CESD – Paris : au service de la formation statistique », Stateco, 100, Paris, 2006 pp. 63-68

Cooper (dir.), « Writing the history of Development », Journal of Modern European History, vol. 8-1, 2010.

Cooper, Africa in the World, Capitalism, Empire, Nation-State, Harvard University Press, 2014

Davie, Poverty Knowledge in South Africa. A Social History of Human Science, 18552005, Cambridge University Press, 2015 ;

Desrosières, Prouver et gouverner, Paris, La Découverte, 2014

Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification : L’Argument statistique I. et Gouverner par les nombres. L’Argument statistique II. Paris, Presses des Mines, 2008.

Egil, « Les Objectifs de développement durable, nouveau Palais de cristal ? », Politique Africaine, 140, décembre 2015

Eboko, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à l’analyse de la globalisation des politiques publiques, Karthala, 2015

Enguéléguélé, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et Sociétés, vol. 27, n°1, 2008, p. 3-28

Ferguson, The Anti-Politics Machine.’Development’, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1994.

Ferguson, Give a man a fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Duke University Press, Durham and London, 2015

Fioramonti How Numbers Rule the World : the Use and Abuse of Statistics in Global Politics, Zed Books, 2014

Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, Encres, éditions recherches, Paris, 1980

Gervais, I. Mandé, « Comment compter les sujets de l’Empire ? Les étapes d’une démographie impériale en AOF avant 1946 », Vingtième siècle, n°95-3, 2007, pp. 63-74

Guyer, Marginal Gains: Monetary Transactions in Atlantic Africa, Chicago, University Of Chicago Press, 2004.

Hibou, « La « décharge », nouvel interventionnisme. », Politique africaine n° 73, 1999, pp. 6-15

Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, 2012

Hibou et B. Samuel, « Macroéconomie et politique en Afrique: Introduction au Dossier ‘La macroéconomie par le bas’ », Politique africaine, 124, décembre 2011, pp. 5-28

Hodge, G. Hödl, M. Kopf (dir.), Developing Africa: Concepts and Practices in Twentieth Century Colonialism, Manchester University Press, 2014

Jerven, Poor Numbers: How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do About It. Cornell University Press. Ithaca and London, 2013

Jobert, « Le mythe de la gouvernance dépolitisée », in Pierre Favre et al., Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca
, Presses de Sciences Po, 2003 p. 273-285.

Kelsall, Business, Politics and the State in Africa. Challenging Orthodoxies on Growth and Transformation. Zed Books, 2013

Laborier et D. Trom (dir.), Historicités de l’action publique, PUF, Paris, 2003

Lachenal et A. Mbodj-Pouye, « Restes du développement et traces de la modernité en Afrique. Introduction au dossier Politiques de la nostalgie », Politique Africaine, n°135, septembre 2014

Lampland, The Object of Labor. Commodification in Socialist Hungary, University of Chicago Press, 1996.

Linhardt, F. Muniesa, « Tenir lieu de politique. Le paradoxe des « politiques d’économisation »», Politix 3/2011 (n° 95) , p. 7-21

Mosse et D. Lewis (dir.), The Aid Effect: Giving and Governing in International Development, Pluto Press, Londres, 2005

Morgan, « On a Mission with Mutable Mobiles », Working Papers on the Nature of Evidence: How Well Do ‘Facts’ Travel?, No. 34/08, Department of Economic History, London School of Economics and Political Science, 2008

Mary S. Morgan, The World in the Model. How Economists Work and Think, Cambridge University  Press 2012.

Nubukpo « Les macroéconomistes africains : entre opportunisme théorique et improvisation empirique », Politique Africaine, 124, décembre 2011, pp. 87-99

J.P. Olivier de Sardan, O. Hamani, N. Issaley, Y. Issa, H. Adamou, I Oumarou, « Les transferts monétaires au Niger : le grand malentendu. », Revue Tiers Monde 2/2014 (n° 218) , p. 107-130

Porter, Trust in numbers: the Pursuit of Objectivity in Science and Public Life.Princeton University Press, 1995

Salais, Le viol d’Europe, Enquête sur la disparition d’une idée, PUF, 2013

Samuel, La production macroéconomique du réel. Formalités et pouvoir au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2013

Samuel, «Statistics and Political Violence: Reflections on the Social Conflict in 2009 in Guadeloupe », Partecipazione e Conflitto, Vol. 7, no. 2, juin 2014

Siméant, Contester au mali. Formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Karthala, 2014

Speich, « Travelling with the GDP through early development economics’ history », Working Papers on the Nature of Evidence: How Well Do ‘Facts’ Travel?, No. 33/08, Department of Economic History, London School of Economics and Political Science, 2008

Strathern, (dir.) Audit Cultures: Anthropological Studies in Accountability, Ethics and the Academy, Routledge, Londres, 2000

Supiot, La gouvernance par les nombres-Cours au Collège de France 2012-2014, Fayard, 2015

Tooze, Statistics and the German state 1900-1945: The making of modern economic knowledge, Cambridge University Press, Cambridge, 2001

Van de Walle, African Economies and the Politics of Permanent Crisis, 1979–1999, Cambridge University Press, Cambridge, 2001

Ward, Quantifying the World. UN Ideas and Statistics, Bloomington, Indiana University Press, 2004

Ziai, « The Millennium Development Goals: back to the future? », Third World Quarterly, 32:1, 2011

[1] Quelques exceptions notables étant  par exemple Van de Walle (2001) ou Anders (2010)

[2] En paraphrasant Alain Desrosières qui invitait à étudier la « chaine de production statistique »

La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations

POLAF_140_L204Introduction au thème: La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations, par Lotte Pelckmans et Christine Hardung

La question de l’esclavage et de ses héritages en Afrique, longtemps carrefour des traites transatlantique, transsaharienne, ou encore de l’océan Indien, est un élément incontournable de la vie politique de nombreux pays du continent. Depuis plus d’une décennie, on assiste à un regain d’intérêt pour cet objet, aussi bien de la part des chercheurs que des groupes sociaux directement concernés. Nombre d’articles et d’ouvrages témoignent de la diversité des esclavages, de leur histoire et de leur impact sur les sociétés contemporaines 1 . La plupart de ces études traite des discriminations subies par certains groupes définis par leur statut historique d’esclave ou de serviteur dans l’accès aux responsabilités politiques, dans les structures sociales (avec, en particulier, la question de l’endogamie), dans la hiérarchisation spatiale (la répartition des terres cultivables selon le statut) ou dans l’application du droit positif et/ou religieux. Plus rares, en revanche, sont les travaux portant sur les mobilisations de ces personnes dont le lien passé à l’esclavage semble constituer jusqu’à aujourd’hui un facteur essentiel d’identification et de subjectivation au sein de leur propre société 2 .

Ce dossier questionne, à partir d’études empiriques, les différentes formes de mobilisations collectives portées récemment par des groupes de descendants d’esclaves (concernés majoritairement par les traites intra-africaines) et se reconnaissant aujourd’hui comme tels. Il s’attache également à croiser la nouvelle littérature sur l’esclavage et celle de la sociologie des mobilisations pour interroger la manière dont le statut de descendant d’esclaves peut constituer aujourd’hui non seulement une matrice réelle d’exclusion, mais aussi un vecteur de lutte contre différentes formes de domination, y compris quand celle-ci relève d’autres dynamiques politiques, notamment de classe, de race, ou de genre 3 .

Ces mobilisations peuvent aborder l’esclavage comme réalité vécue, comme réalité héritée qui, en tant que telle, continue d’inférioriser des populations, ou comme réalité subsumant d’autres biais d’infériorisation tout en amenant à les relier les unes aux autres dans des espaces publics. Afin d’appréhender sous un angle analytique les ambiguïtés constitutives de ces mobilisations, nous convoquerons la notion de « post-esclavage ». Nous suivons en cela Benedetta Rossi, selon laquelle le post-esclavage ne doit pas être compris dans une perspective linéaire, comme une étape qui suivrait l’abolition des statuts légaux et conduirait irrémédiablement à leur disparition 4 . L’esclavage et le post-esclavage peuvent donc coexister dans une même temporalité, dans un rapport dialogique que met en évidence Baz Lecocq : « Le post-esclavage renvoie aux dynamiques de servitude qui se reproduisent, sous une forme altérée, malgré les ruptures incontestables que l’abolition et l’émancipation ont apportées au système esclavagiste. [L’expression] fait en particulier référence aux pratiques discursives et culturelles qui perpétuent l’esclavage 5 ».

On le comprend, appréhender les revendications qui se formalisent au nom du « post-esclavage » requiert une approche contextuelle et nuancée. Les non-dits persistent, comme le soulignent Salah Trabelsi et Olivier Leservoisier, en insistant sur le fait que « l’étude de l’esclavage ne doit pas se focaliser uniquement sur les mobilisations identitaires et politiques et les discours revendicatifs des acteurs […]. Elle doit aussi nous conduire […] à l’indicible, aux non-dits, aux silences de l’histoire de l’esclavage 6 ». Au cœur des mobilisations politiques et publiques règnent ainsi des non-dits, voire des « semi-dits », des entre-deux qui combinent non-dits et actions revendicatives. Nombre d’entre elles s’attaquent par exemple au racisme sans évoquer l’histoire de l’esclavage et ses séquelles, qu’elles ne font que sous-entendre dans certains contextes. L’évitement de ce sujet peut faire partie des stratégies choisies par les militants d’origine servile mais peut également résulter d’un refoulement, conscient ou non, de la part de ces groupes ou des individus libres.

L’héritage de l’esclavage ainsi que la dimension historique de la traite interne ont, en effet, longtemps fait l’objet d’une autocensure de la part des populations africaines. La négation de ces questions sensibles trouvait son écho dans la recherche, bien souvent marquée par ce qu’Ibrahima Thioub a appelé une « anesthésie de la réflexion 7 ». Mais les mobilisations collectives contemporaines ont permis une critique, voire un renversement des hiérarchies sociales, en rompant le silence autour de la délicate question du statut servile au sein des espaces publics locaux et (inter-)nationaux. Dans ce contexte, la question qui se pose est de savoir si la thèse de l’existence d’un tabou sur ce sujet, jusqu’ici lieu commun de la littérature académique, est toujours pertinente au regard des développements récents empiriquement observables. Et ce d’autant plus que les mobilisations autour du post-esclavage se font dans un contexte marqué par un regain d’intérêt pour les mouvements protestataires en Afrique 8 . Cette attention s’est substantiellement renforcée dans le sillage des printemps arabes et des questionnements relatifs aux modalités de déploiement de ces mobilisations, mais aussi de leurs effets – ou pas – sur l’ensemble du continent 9 . Ce renouveau a pu également entrer en écho avec les débats suscités par les mouvements de contestation citoyenne sur d’autres continents (Occupy Wall Street aux États-Unis ou encore le mouvement des Indignados en Europe du Sud), notamment pour ce qui a trait à la transformation des répertoires d’action collective 10 . Si cette préoccupation scientifique renouvelée participe d’une forme de banalisation théorique du continent – un continent où l’on proteste comme ailleurs –, il interroge sur la pertinence d’y importer des outils de la sociologie de mobilisation, conçues au départ pour analyser la protestation sur des terrains non africains 11 .

La sélection des articles de ce dossier reflète notre volonté de combler deux lacunes observables dans les recherches initiées sur les mobilisations post-esclavagistes. Premièrement, alors que la plupart des travaux anthropologiques et historiques de ce champ se sont focalisés sur des pays sahélo-sahariens (tels que la Mauritanie, le Mali, le Niger) 12 , nous souhaitons attirer l’attention sur d’autres aires géographiques, en particulier l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Est, Madagascar – élargissant même notre réflexion aux Amériques (latine, centrale et du Nord), à titre comparatiste. Deuxièmement, alors qu’un grand nombre d’études ont pour objet les mobilisations post-esclavagistes des Afro-Américains et autres groupes autour de « l’Atlantique noir 13  », nous proposons ici de porter attention aux voix, perspectives et actions collectives qui se font entendre depuis le continent africain 14 .

On constate à cet égard un contraste entre l’Afrique et les Amériques, où les questions autour des héritages et des séquelles de l’esclavage sont plus anciennes et ont été abordées tout au long des xixe et xxe siècles. La comparaison de ces recherches post-esclavagistes distinctes amène ainsi Élisabeth Cunin à se demander, dans la postface de ce dossier, à quel point l’esclavage continue de structurer les rapports sociaux et leur analyse, à l’échelle globale 15 . Elle questionne la pertinence analytique de ce prisme pour comprendre les inégalités actuelles issues des systèmes géopolitiques néolibéraux, certains régimes carcéraux et spatiaux de gouvernance et les références aux États-Unis « postraciaux » incarnés par Barak Obama.

Le recours fréquent à l’esclavage pour expliquer les exclusions sociales contemporaines en Amérique pousse Élisabeth Cunin à appeler à ne pas « sur-esclavager » les analyses et à replacer les hiérarchies dans leur contexte historique et social concret. Pour le contexte africain, notre démarche répond à la volonté contraire de ne pas « sous-esclavager » les dynamiques sociétales à l’œuvre dans les mobilisations politiques africaines. Comme en témoignent les contributions à ce dossier, « l’ombre de l’esclavage 16 » plane sur les revendications citoyennes contemporaines même lorsqu’elle n’est pas invoquée comme cause directe des expériences d’exclusion et de discrimination. Les processus de politisation de l’esclavage varient fortement selon les contextes : d’un côté, l’esclavage et ses héritages sont revendiqués comme un facteur d’exclusion dans certaines sociétés africaines 17  et, de l’autre, le passé esclavagiste est investi par des groupes d’acteurs pour expliquer et combattre l’exclusion. C’est ce paradoxe que Benedetta Rossi appelle « l’esclavage métaphorique 18 ».

Pour ce faire, les différentes perspectives proposées dans ce dossier se basent sur des analyses de terrain approfondies. Les auteurs étudient les contextes variés ayant influencé les décisions de mobiliser sur la question de l’esclavage de manière ouverte ou détournée, de manière collective ou individuelle, tout en dévoilant la grande variété de stratégies mises en œuvre pour surmonter le stigmate de la condition servile. Pour le cas de la Tunisie, Inès Mrad Dali place les mobilisations des Noirs tunisiens à partir de 2011 dans une perspective historique, tandis que l’article sur le Kenya présente des exemples datant de 2007, moment à partir duquel Marie Pierre Ballarin observe des tensions croissantes à propos de l’accès au vote et du patrimoine d’une mission anglicane ayant hébergé les esclaves libérés de Mombasa. Concernant Madagascar, Marco Gardini propose une analyse des héritages contemporains d’un mouvement urbain qui s’est développé à Antananarivo dans les années 1970 et qui, à travers une idéologie marxiste, dénonçait les classes sociales comme étant issues de l’esclavage interne 19 .

Les démarches individuelles et collectives évoquées peuvent coexister sous des formes hybrides. Une posture individuelle de mutisme peut, par exemple, aller de pair avec une « mobilisation ponctuelle », lorsqu’un individu se joint à une revendication active autour de son statut de descendant d’esclaves ou autour des héritages qu’il considère comme liés à ce statut (discriminations raciales, situation socio-économique, ou même installation spatiale). La mobilisation des descendants d’esclaves du quartier de Frere-Town à Mombasa (Kenya), décrite par Marie Pierre Ballarin dans ce dossier, en est un exemple. Alors que, pendant des décennies, ils ont tenté de se distinguer en tant que communauté en mettant en avant leurs mérites intellectuels tout en taisant leurs origines serviles, ils ont désormais recours à ces mêmes origines pour soutenir leurs revendications dans le cadre d’un litige avec l’Église sur des questions de patrimoine. Ils dénoncent également les discriminations dont ils sont victimes et par lesquels ils se voient relégués à leur statut de descendants d’esclaves, faute de pouvoir prouver leur appartenance à un groupe ethnique reconnu par l’État – notamment lorsqu’ils doivent requérir des papiers d’identité pour participer aux élections nationales.

Historiciser les mobilisations

Un regard sur l’histoire des mobilisations en Afrique témoigne de la survivance de la question de l’esclavage qui revient cycliquement comme objet de revendications au niveau local, national et/ou international. On peut supposer que certaines sociétés esclavagistes précoloniales étaient elles aussi animées par des mouvements de protestation menés par les populations serviles, allant parfois jusqu’aux révoltes ouvertes 20  dont on a aujourd’hui perdu la trace. Les sources disponibles pour les périodes coloniale et postcoloniale nous permettent de mettre en relief plusieurs vagues de mobilisations collectives anti-esclavagistes liées aux transitions politiques nationales et/ou internationales, amorcées notamment par les abolitions, les indépendances ou les processus de démocratisation du début des années 1990 et de la période post-2011.

Un des moments-clés de transition historique correspond aux abolitions de l’esclavage à la fin du xixe siècle. Celles-ci sont, sur le continent africain, le fruit des premiers mouvements transnationaux mondiaux : ceux des abolitionnistes 21  . Contrairement à la traite négrière transatlantique, officiellement interdite sur les côtes africaines par la Grande-Bretagne en 1807 et par la France en 1815, la traite intra-africaine est restée légale tout au long du xixe siècle et fut finalement interdite en 1905 dans les colonies françaises ouest-africaines 22  . L’esclavage domestique est également aboli en 1905 dans les colonies françaises et en 1907 dans les colonies britanniques. Néanmoins, les élites locales sur lesquelles s’appuyaient les colons, loin d’encourager l’émancipation des anciens groupes serviles, contribuaient au contraire, de facto, à son empêchement 23  . Bien que l’ère des abolitions en Afrique ait été marquée par d’intenses mobilisations en dehors du continent, les initiatives émergeant sur et depuis celui-ci étaient souvent moins visibles. À cette époque, les protestations s’exprimaient avant tout au niveau individuel ou familial par la fuite, le silence et l’exil 24  . Néanmoins, comme le montre Derek Peterson, l’abolition de la traite a créé des opportunités de mobilisations collectives critiquant l’entreprise coloniale 25  .

Élisabeth Cunin montre dans la postface de ce dossier comment en Amérique latine, le post-esclavagisme coïncide avec le post-colonialisme : l’abolition survient avec les indépendances et donc avec l’initiation à la citoyenneté et à la liberté. En Afrique, au contraire, l’abolition vient avec le colonialisme et la naissance de nouveaux rapports de pouvoir et de domination. Plutôt que de mener à une réelle émancipation, elle coïncide avec la création de nouvelles hiérarchies 26  .

Dans les années 1960-1970, l’accession des États africains à l’indépendance pousse les acteurs d’origine servile de certaines régions à se mobiliser. Comme le montre Marco Gardini dans son article sur Madagascar, les luttes antiesclavagistes qui se sont développées pendant cette période étaient fortement inspirées des luttes anticoloniales. Pendant les mobilisations politiques pour l’indépendance, l’esclavage était devenu une métaphore des relations de pouvoir entre colons et colonisés, ces derniers revendiquant une libération des « chaînes » coloniales. Le mouvement de Zoam (Zatovo Orin’Asa Malagasy, Jeune chômeurs malgaches), par exemple, réunissait une jeunesse urbaine se disant anti-française et pro-marxiste. Cette jeunesse, en partie d’origine servile, s’appuyait sur une base spatiale et symbolique (les bas quartiers de la ville d’Antananarivo), et regroupait un « prolétariat » d’immigrés pauvres mais également issu de groupes statutaires d’anciens esclaves. Leur lutte était une lutte de libération contre plusieurs formes d’oppression et plusieurs sources de stigmatisation : l’héritage de l’esclavage inter-africain, le colonialisme, la xénophobie envers les étrangers immigrés arrivant en ville, allant parfois de pair avec des revendications ou du moins des métaphores raciales (Blancs-Noirs).

Dans cette même conjoncture, comme le souligne Inès Mrad Dali dans le contexte tunisien, les nations en création ont ressenti un fort besoin de privilégier un « discours politique unitaire », occultant et censé subsumer les divisions sociales et historiques de la Nation, dont celles reposant sur la question de l’esclavage interne. Les Tunisiens noirs, issus pour la plupart des traites internes et transsahariennes, préférèrent laisser sous couvert le passé esclavagiste qui pourrait partiellement expliquer leur discrimination latente. En ce sens, écrit l’auteure, ils aspirent « à rejeter toute démarche communautariste et à approfondir le sentiment de cohésion sociale » et tentent, ce faisant, d’« appeler à l’unité et à une harmonisation des identités » plutôt que de souligner les lignes de fracture issues de l’histoire de l’esclavage et de ses catégorisations raciales. En avançant que « la Tunisie n’a pas deux couleurs, [qu’]elle est arc-en-ciel », ils ont choisi une approche égalitaire, ne revendiquant ni réparations collectives, ni discrimination positive. Néanmoins, ce choix a contribué à étouffer la question de l’esclavage en Tunisie 27  .

Avec les processus de démocratisation et de décentralisation, s’ouvre un nouveau chapitre des mobilisations post-esclavagistes. En Afrique sahélo-saharienne en particulier, l’ouverture démocratique permet, à partir des années 1990, la création d’associations et de partis politiques, occasion utilisée par certains descendants d’esclaves pour revendiquer le respect de leur citoyenneté, via des interventions collectives s’adressant à l’État. Si la première organisation anti-esclavagiste africaine, El Hor, est née en Mauritanie en 1979 28  , la plupart des mouvements actuels sont apparus à cette période. La région du Sahel-Sahara constitue l’aire géographique 29  par excellence de leur émergence 30  , notamment parce que cette zone, située au carrefour des trois traites historiques (interne, transsaharienne et transatlantique), compte une proportion plus importante de populations d’origine servile 31  , mais aussi parce que le maillage administratif plus lâche du territoire a permis que s’y maintiennent des situations d’asservissement après les abolitions officielles 32  . Si ce fort héritage de l’esclavage interne peut contribuer à expliquer l’intensité de ces mobilisations locales post-esclavagistes, ces dernières ont revêtu des formes très différentes.

La plupart ont lutté pour la criminalisation de l’esclavage interne en Afrique, et notamment celui qui pouvait se maintenir sous couvert de pluralisme juridique 33  . Mais des groupes ont aussi activement sollicité le maintien de leur statut d’esclave (à distinguer de la condition d’esclave), parce que celui-ci, malgré son caractère stigmatisant, est également protecteur en ce qu’il permet de revendiquer une position d’autochtonie 34  . Au-delà de ces choix stratégiques, ces différents mouvements ont pu aussi s’inscrire dans des dynamiques transnationales de professionnalisation, permettant de ce fait à leurs dirigeants de s’affirmer comme de véritables « courtiers en développement 35  ». Cela montre aussi, comme le notent Inès Mrad Dali à propos du cas tunisien ou Marie Pierre Ballarin à partir de l’exemple kenyan, que les processus de démocratisation ne créent pas partout la même ouverture et n’amènent pas toujours les groupes subordonnés à problématiser leur statut servile ou anciennement servile de la même manière.

Enfin, on assiste aujourd’hui à l’émergence de nouvelles formes de politisation et de mobilisation autour de la question du post-esclavage dans un contexte de mondialisation libérale. Elles se caractérisent notamment par un militantisme plus que jamais transfrontalier et internationalisé, par un factionnalisme et, dans certains milieux, une militarisation progressive, mais aussi par le recours aux (nouveaux) médias comme moyen de mener le combat, par la forte implication d’une jeunesse toujours plus nombreuse et des diasporas au niveau local, ou encore par le « renouveau religieux 36  » au sein des luttes sociales.

Les mouvements sahélo­sahariens les plus récents, apparus depuis la fin des années 2000, tels que l’IRA (Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste) créée en 2008 en Mauritanie, ou MBJEN (Mouvement Bella pour la justice et l’équité dans le Nord) créé en août 2012 au Mali, sont emblématiques de ces transformations. Au moment de la création du MBJEN, en 2012, certaines élites touarègues se sont alliées aux mouvements favorables à l’application de la sharia dans le Nord du Mali. MBJEN a donc vu le jour dans le contexte d’une multiple crise géopolitique et juridico-religieuse. Ce mouvement se présente comme un groupe d’autodéfense armé luttant pour la visibilité des Bellah, et il souligne son attitude pro-républicaine tout en se distanciant des revendications de certains de ses anciens maîtres tamasheq kidalois qui se mobilisent contre l’État via le projet séparatiste d’Azawad 37  . Le mouvement IRA en Mauritanie, quant à lui, a intégré à son discours une critique radicale des concepts religieux légitimant l’apologie de l’esclavage dans ce même espace. « Si l’idéologie esclavagiste se perpétue dans le pays », critique-t-il, « c’est qu’elle puise sa légitimité et ses fondements juridiques dans les enseignements erronés de la version locale de l’islam 38  ». Alors que l’accès aux savoirs religieux avait jusqu’ici plutôt permis la mobilisation individuelle de descendants d’esclaves 39   porteurs de revendications réformistes et émancipatrices, ce sont des mouvements collectifs qui, depuis quelques années, s’appuient sur l’islam pour mobiliser et justifier l’insertion des groupes de descendants d’esclaves stigmatisés, comme c’est le cas au Sénégal 40  et au Nigeria 41  .

Au-delà des opportunités de mobilisation offertes par les tensions géopolitiques et religieuses, d’autres facteurs ont contribué à un changement profond des modes de mobilisation actuels. La communication et la mise en réseau inédites rendues possibles par les nouveaux médias en sont un. On le constate via l’exemple de jeunes femmes luttant pour la cause des Noirs tunisiens sur leurs blogs et sur Facebook, forums sur lesquels elles expriment leur indignation et attirent l’attention d’un large public. Nos enquêtes dans le contexte sahélo-saharien montrent également que les réseaux sociaux ont rendu possible la mise en relation des militants et des acteurs internationaux, permettant aux premiers de représenter un véritable contre-pouvoir au niveau national. La médiatisation des différends sur ces plateformes mais aussi par les médias internationaux a offert à ces groupes subalternes une nouvelle forme de visibilité et d’influence. L’exemple du mouvement abolitionniste IRA en Mauritanie le montre tout particulièrement. L’usage des médias par cette organisation lui a ainsi permis de gagner en visibilité, à la fois à l’échelle internationale et sur la scène politique locale, mais aussi de rendre visible la répression étatique dont elle fait l’objet 42  .

L’IRA est en outre composée majoritairement de jeunes ouvertement fiers de leur statut d’Haratin – qui réfère à une descendance servile. Méfiants envers les institutions politiques, ces derniers expérimentent des formes inédites de représentation et d’auto-organisation au-delà du contexte politique national. En cela, cette nouvelle génération d’acteurs d’origine servile se caractérise par une expression et subjectivation politiques définies par Riccardo Ciavolella et Stefano Boni comme « alterpolitiques 43  ». Avec son objectif de vouloir « déconstruire » le système politique et son soubassement, l’ordre social et religieux, l’IRA, vaste mouvement revendicatif non-violent et à la fois organisation de défense des droits de l’Homme, défie aujourd’hui l’État et la société mauritanienne dans tous ses fondements.

Réactions et contentieux autour des mobilisations post-esclavagistes

Malgré la multiplication de ces mobilisations, rares sont les pays ou régions dans lesquels l’esclavage intra-africain intervient dans les débats publics. Plusieurs articles de ce dossier évoquent la façon dont les élites dirigeantes nationales ont cherché et cherchent encore à détourner l’attention de cette question. Évitant soigneusement cette problématique, elles ont jusqu’à présent préféré culpabiliser les colonisateurs en évoquant les traites transatlantiques. Aujourd’hui, nombre de thématiques en vogue à l’international telles que le terrorisme, l’esclavage moderne et le trafic d’êtres humains leur permettent de continuer à externaliser la culpabilité, tout en évitant les questions et revendications liées aux séquelles de l’esclavage au sein des sociétés africaines.

Évoquées par Marco Gardini, les réactions et interactions des anciens maîtres d’esclaves qui, eux aussi, se mobilisent, doivent faire l’objet d’une attention particulière. Certains anciens maîtres perpétuent le discours ou même les pratiques esclavagistes comme si rien n’avait changé, et se voient, dans certains cas, soutenus en cela par les juridictions religieuses. Ailleurs, comme au Mali, d’anciens maîtres évoquent leurs propres frustrations liées à ce statut qui, noblesse oblige, les contraint à soutenir financièrement certains de leurs anciens esclaves ou à leur offrir les bénéfices de leurs réseaux politiques (pour obtenir gain de cause auprès de la police en cas de litiges par exemple) 44  . Au Mali aussi, l’ancien président Amadou Toumani Touré soutenait en secret la cause de Temedt 45  . D’autres élites, au contraire, disqualifient et condamnent ces mouvements en mettant en avant la violence de leurs membres (voir l’article de Marco Gardini). Au Niger, certains se sont indignés que le nom du pays ait été associé à l’histoire de Hadijatou Mani, une esclave qui, avec l’appui du mouvement Timidria et grâce à la législation en vigueur dans la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, a réussi à faire condamner l’État du Niger, contraint de lui verser une indemnisation pour cause de non-respect des législations anti-esclavagistes dans les tribunaux nigériens 46  .

La manière dont l’esclavage et ses héritages actuels sont perçus peut connaître d’importantes variations. Au sein d’une même société, les différentes catégories d’acteurs ont développé des rapports multiples aux hiérarchies traditionnelles basées sur le système de l’esclavage 47  . Par conséquent, les mobilisations qui en résultent sont elles-mêmes multiples et localement spécifiques. Cette diversité des interprétations qui divise les sociétés post­esclavagistes est difficile à décrire avec la terminologie existante. La plupart des termes usités sont trop homogénéisant ou anachroniques et n’accordent pas assez de place aux dynamiques de créolisation à l’œuvre dans les identités des descendants d’esclaves. La référence au continent « mère » présente dans les catégories utilisées et mobilisées en Amérique latine (« Afro-Brésilien », « Afro-Américain », etc.) et supposant une origine africaine commune et homogène, est impossible en Afrique. Sur ce continent, dans la plupart des cas, il est moins facile de « naturaliser » les liens entre race et infériorité, puisque la couleur de peau du maître et de l’esclave est souvent la même. Bien que la distinction « naturelle » entre maîtres blancs et esclaves noirs soit moins évidente dans son application à l’esclavage interne à l’Afrique, Ibrahima Thioub montre que le concept de « pureté de sang » a fait que ni les abolitions, ni les affranchissements n’ont suffi pour effacer le stigmate du statut servile 48  . D’autres soulignent combien les distinctions sociales étaient et continuent d’être bel et bien exprimées par recours à un vocable racial 49  .

La terminologie est un défi central pour les mouvements et les mobilisations analysés dans ce dossier : comment se nommer, se distinguer, se valoriser avec un appareil conceptuel peu flexible et politiquement très sensible ? Certains groupes remettent en cause – parfois très subtilement – l’assimilation entre « Noir » et « esclave ». D’autres recyclent des expressions aux connotations négatives pour leur donner une signification positive (dans une dynamique de « retournement du stigmate 50  » chère à Ervin Goffman), en allant parfois jusqu’à revendiquer la reconnaissance comme groupe ethnique à part entière 51  , comme le montre l’article de Marie Pierre Ballarin sur le Kenya. Au Mali comme au Niger, les mouvements Timidria et Temedt préfèrent par exemple le terme « Tamasheq noir », plutôt que « Bellah » au Mali et « Buzu » au Niger, pour faire référence et revaloriser, au sein de la société tamasheq, des identités issues de l’esclavage 52  . Ils s’inscrivent donc eux-mêmes dans une approche raciale relative à leur statut.

En Afrique comme ailleurs, on voit donc émerger moult combinaisons subtiles et créatives de critères d’identification : origines, genre, histoire, phénotype, ethnicité, culture, religion, comportements physiques, traits et objets culturels (embellissements matériels et corporels), ou même lieu de résidence, pauvreté, etc. Les revendications des jeunes urbains (de statut servile ou non) et celles des descendants d’esclaves se sont, par exemple, rejointes dans le mouvement Zoam à Madagascar (voir l’article de Marco Gardini). Comme le remarque Élisabeth Cunin dans sa contribution, ces combinaisons sont « mobilisées de façon fluctuante », recomposant de manière innovante des catégories vernaculaires, transfrontalières et identitaires. Cela la conduit à problématiser la pertinence de la catégorie de « descendants d’esclaves » et à se demander s’il ne faudrait pas commencer à « parler des descendants d’esclaves de deuxième ou de troisième génération » comme on le fait pour les migrants.

Regards croisés

Quelles sont les ambitions de visibilité des organisations évoquées dans ce dossier ? Cherchent-elles l’attention internationale ou s’emploient-elles à mobiliser plutôt à l’échelle locale ? La présence et l’accessibilité des acteurs de développement ont clairement influencé l’émergence d’organisations comme Temedt ou Timidria au Sahel. La coopération avec des organisations internationales a souvent eu pour conséquence l’adoption d’approches orientées vers les droits de l’Homme. Temedt aussi bien que l’IRA ont, par exemple, élargi leur approche à l’origine strictement néo-abolitionniste et/ou antiesclavagiste à des revendications antidiscriminatoires ne concernant plus seulement la communauté identitaire défendue initialement, mais aussi les tranches les plus stigmatisées de plusieurs groupes ethniques. IRA Mauritanie lutte donc aussi pour la cause des « Noirs mauritaniens », cherchant à créer ainsi une unité inédite entre les Haratins et les communautés haalpulaar/peuls, wolof et soninké mauritaniennes 53  .

À l’inverse, certaines collectivités ne mobilisent pas au-delà des structures politiques locales, sur une base spatiale (village, ville) ou sociale (groupe ethnique, lignage), et poursuivent un objectif strictement auto-émancipatoire. Ce constat s’applique, pour les mouvements des descendants d’esclaves en milieu peul décrits pour le Mali, le Bénin et la Mauritanie 54  . Dans le cas de Zoam à Madagascar, on a affaire à l’espace urbain et plus précisément aux bas quartiers d’Antananarivo. Les habitants de Frere-Town décrits par Marie Pierre Ballarin connaissent eux aussi une mobilisation assez restreinte, aussi bien dans l’espace géographique (patrimoine de la mission) que social (elle se limite aux ressortissants de leur communauté). Néanmoins, suggère l’auteure, des projets récents de patrimonialisation, comme celui d’un musée commémorant la traite vers l’océan Indien, constituent un potentiel d’élargissement de l’action collective à d’autres zones du pays, notamment rurales, où se trouvent d’autres populations descendant d’esclaves.

Des efforts ont déjà été fournis pour initier, dans l’espace sahélien, des interactions transfrontalières, par le biais par exemple du Forum de Gao (Mali) du 29 au 31 mars 2008, auquel ont participé des associations de lutte contre l’esclavage et les organisations politiques de différents groupes d’origine servile, tel que Temedt, Timidria et SOS esclave. Ces réunions mettent en relief des opinions divergentes autour des questions telles que la radicalité du combat ou la volonté de se délier des anciens maîtres (au plan linguistique, social et politique). Cette orientation « inter-sahélienne » semble néanmoins s’être presque éteinte à l’heure actuelle. Si, à travers des initiatives académiques 55  et/ou des organismes internationaux de défense des droits de l’Homme, les représentants des organisations les plus reconnues à l’international trouvent parfois des opportunités d’approfondir leurs liens, les échanges restent limités en dehors de telles occasions. Un contre-exemple, assez rare pour être mentionné, se rapporte néanmoins au contexte nigérien : l’association Timidria a commencé à se faire entendre dans les médias internationaux à partir de 2003 en organisant la libération d’esclaves à grande échelle. Elle s’inspirait d’actions similaires au Soudan, ces dernières ayant cependant été initiées par des organisations chrétiennes extérieures finançant les libérations 56  .

En s’appuyant sur des études de terrain menées sur le continent africain, ce dossier met en lumière l’ampleur des mobilisations post-esclavagistes ainsi que leur variété et leurs ambiguïtés. Même si la mémoire de l’esclavage interne, en tant que telle, y reste marginale dans les espaces publics et que la célébration du cinquantenaire des indépendances a par exemple reçu plus d’attention que celle des abolitions, les articles réunis ici montrent que la catégorie de descendant d’esclaves est l’objet de mobilisations citoyennes multiples. Ils suggèrent également que les opportunités de mobilisation se sont inscrites et s’inscrivent toujours clairement dans des moments-clés de transitions politiques.

Afin de mieux comprendre certaines revendications à l’œuvre dans les dynamiques politiques africaines, il nous semble indispensable de prendre davantage en considération l’ombre de l’esclavage planant sur certaines formes de mobilisation aujourd’hui observables en Afrique. La plupart des mouvements analysés ici partagent la quête d’une citoyenneté à part entière. Celle-ci passe, selon les contextes, par l’accès au droit de vote allant de pair avec une reconnaissance de l’identité en question (par exemple pour l’obtention de cartes d’identité au Kenya), par la création d’une base juridique pour criminaliser l’esclavage et ses séquelles (la plupart des mouvements dans la région Sahel-Sahara), ou par la revendication d’un accès égalitaire aux hautes fonctions de l’État, comme le suggère Inès Dali pour la Tunisie.

Selon la conjoncture et l’aire géographique, les mobilisations se situent à l’intersection d’appartenances sociales (ancien statut servile, génération et âge, genre), de discours politiques ou idéologiques (marxisme, réformisme religieux, anti-élitisme politique) et d’expériences d’exclusion économique (les pauvres). Enfin, toutes ces mobilisations collectives deviennent en elles­mêmes des vecteurs d’émancipation dans la mesure où l’adhésion au mouvement contribue en soi à un éveil des consciences. À la différence de celles du continent latino-américain, les abolitions en Afrique ont été tardives, imposées par des acteurs extérieurs, et elles se sont inscrites dans de nouveaux rapports de domination (colonialisme). Il n’est donc pas étonnant que les mobilisations collectives observées varient considérablement dans leurs objectifs : stimuler la valorisation de l’identité d’esclave/noir et la fierté de son histoire/statut, « retourner le stigmate 57  », ou revaloriser l’histoire de l’esclavage au sein des groupes d’origine servile, par exemple à travers le patrimoine.

La composition sociale des collectivités décrites est très variée. D’un côté du spectre, on observe des mouvements fortement focalisés sur la lutte identitaire spécifique aux groupes d’origine servile. De l’autre, on retrouve des collectivités très inclusives rassemblant, à travers des idéologies « parapluie », plusieurs franges de la société partageant des conditions semblables. Les luttes anti-esclavagistes en Afrique s’associent parfois à d’autres thèmes mobilisateurs : le trafic d’êtres humains, le travail forcé, les discriminations raciales ou encore les hiérarchies sociales de castes en Afrique et ailleurs dans le monde (Inde, Amériques). C’est donc bien sous le signe de la diversité – historique, sociale, politique – que se font entendre les voix des descendants d’esclaves et que se développent et se politisent les mobilisations au nom du post-esclavage.

 

  1. Pour ne citer que quelques ouvrages collectifs récents, voir : O. Leservoisier et S. Trabelsi (dir.), Résistances et mémoires des esclavages. Espaces arabo-musulmans et transatlantiques, Paris, Karthala, 2014 ; A. Bellagamba, S. E. Green et M. Klein (dir.), The Bitter Legacy. African Slavery Past and Present, Princeton, Markus Wiener Publishers, 2013 ; C. Coquery-Vidrovitch et É. Mesnard, Être esclave. Afrique-Amériques, XVe-XIXe siècle, Paris, La Découverte, 2013 ; H. Médard, M. L. Derat, T. Vernet, M. P. Ballarin (dir.), Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l’océan Indien, Paris, Karthala, coll. « Esclavages », 2013 ; R. Botte et A. Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge-xxe siècle), Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2012 ; P. J. Lane et K. C. MacDonald, Slavery in Africa : Archaeology and Memory, Oxford, The British Academy by Oxford University Press, 2011 ; S. Beswick et J. Spaulding (dir.), African Systems of Slavery, Trenton, African World Press, 2010 ; M. Cottias, É. Cunin, et A. de Almeida Mendes (dir.), Les traites et les esclavages. Perspectives historiques et contemporaines, Paris, Karthala, 2010. []
  2. Parmi les principales exceptions, voir M. Tidjani Alou, « Démocratie, exclusion sociale et quête de citoyenneté : cas de l’association Timidria au Niger », Journal des Africanistes, vol. 1-2, n° 70, 2000, p. 173-195 ; Z. Ould Ahmed Salem, « Bare-Foot Activists : Transformations in the Haratine Movement in Mauritania », in S. Ellis et I. van Kessel (dir.), Movers and Shakers. Social Movements in Africa, Leyde, Brill, 2009, p. 156-177 ; A. E. McDougall, « The Politics of Slavery in Mauritania : Rhetoric, Reality and Democratic Discourse », The Maghreb Review, vol. 35, n° 2, 2010, p. 259-286 ; R. Botte, « Riimaybe, Haratin, Iklan : les damnés de la terre, le développement et la démocratie », in A. Bourgeot (dir.), Horizons nomades en Afrique sahélienne, Paris, Karthala, 1999, p. 55-78 ; E.-A. Ould Saleck, Les Haratins. Le paysage politique mauritanien, Paris, L’Harmattan, 2003. Voir également les travaux de É. K. Hahonou, en particulier « Culture politique, esclavage et décentralisation : la demande politique des descendants d’esclaves au Bénin et au Niger », Politique africaine, n° 111, 2008, p. 169-186 et « Past and Present African Citizenships of Slave Descent : Lessons from Benin », Citizenship Studies, vol. 15, n° 1, 2011, p. 75-92. Il existe enfin quelques études qui abordent la question de l’esclavage dans les politiques nationales à l’ère des indépendances, notamment B. Lecocq, « The Bellah Question : Slave Emancipation, Race and Social Categories in Late Twentieth-Century Northern Mali », Canadian Journal of African Studies, vol. 39, n° 1, 2005, p. 42-68. []
  3. L. A. Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power : Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2010 [2002] ; J. Butler, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 2006 [1990]. []
  4. B. Rossi, « African Post-Slavery : a History of the Future », International Journal of African Historical Studies, vol. 48, n° 2, 2015, p. 304. []
  5. B. Lecocq et É. K. Hahonou, « Introduction. Exploring Post-Slavery in Contemporary Africa », International Journal of African Historical Studies, vol. 48, n° 2, 2015, p. 184. []
  6. O. Leservoisier et S. Trabelsi, « Expériences singulières et collectives des esclavages et de leurs héritages. De l’intérêt du croisement des échelles d’analyse dans l’étude des processus d’émancipation et de mémoire », in O. Leservoisier et S. Trabelsi (dir.), Résistances et mémoires…, op. cit., p. 18. []
  7. I. Thioub, « Préface », in C. Coquery-Vidrovitch et É. Mesnard (dir.), Être esclave…, op cit., p. 12. []
  8. Voir en particulier G. Abbink, M. De Bruijn, K. Van Walraven (dir.), Rethinking Resistance. Revolt and Violence in African History, Leyde, Brill 2003 ; S. Ellis et I. van Kessel, Movers and Shakers…, op. cit. Voir aussi le colloque international organisé par Richard Banégas, Marie-Emmanuelle Pommerole et Johanna Siméant, « Lutter dans les Afrique », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 22-23 janvier 2010, qui a donné lieu à la publication, notamment, de deux dossiers de revues : « Social Movement Struggles in Africa », Review of African Political Economy, vol. 37, n° 125, 2010, p. 251-359 ; « Lutter dans les Afriques », Genèses, n° 81, 2010, p. 2-83. []
  9. A. Branch et Z. Mampilly (dir.), Africa Uprising. Popular Protest and Political Change, Londres, Zed books, 2015 ; J. Denis, « Taper sur un monde creux, pour le faire résonner » [en ligne], Le Monde diplomatique, avril 2015, p. 10-11, <www.monde-diplomatique.fr/2015/04/DENIS/52836>, consulté le 15 mai 2015. []
  10. D. della Porta et A. Mattoni (dir.), Spreading Protest. Social Movements in Times of Crisis, Colchester, ECPR Press, 2014 ; Z. Harb, « Arab Revolutions and the Social Media Effect » [en ligne], Media and Culture Journal, vol. 14, n° 2, mai 2011, <journal.media-culture.org.au/index.php/mcjournal/article/viewArticle/364%3E>, consulté le 18 septembre 2015. []
  11. J. Siméant, « Protester/mobiliser/ne pas consentir. Sur quelques avatars de la sociologie des mobilisations appliquée au continent africain », Revue internationale de politique comparée, vol. 20, n° 2, 2013, p. 125-143 ; É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements : Citizenship Struggles and the Legacies of Slavery », Stichtproben : Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien, n° 20, 2011, p. 141-162. []
  12. A. Bullard, « From Colonization to Globalization. The Vicissitudes of Slavery in Mauritania », Cahiers d’Études africaines, vol. 15, n° 179-180, 2005, p. 751-769 ; M. Tidjani Alou, « Démocratie, exclusion sociale… », art. cité ; É. K. Hahonou, « Past and Present… », art. cité ; O. Leservoisier, « Nous voulons notre part ! Les ambivalences du mouvement d’émancipation des Saalfaalbe Hormankoobe de Djéol (Mauritanie) », Cahiers d’Études africaines, vol. 15, n° 179-180, 2005, p. 987-1014 ; Z. Ould Ahmed Salem, « Bare-Foot Activists… », art. cité ; A. E. McDougall, M. Brahne, et U. P. Ruf, « Legacies of Slavery, Promises of Democracy : Mauritania in the 21st Century », in M. Smith (dir.), Globalizing Africa, Trenton, Africa World Press, 2003, p. 67-87 ; A. E. McDougall, « The Politics of Slavery… », art. cité ; B. Béridogo, « Compétition des acteurs sociaux pour le contrôle du pouvoir et des ressources dans la commune rurale de Zégoua (Mali) », Bulletin Apad, n° 16, 1998, p. 99-111 ; E.-A. Ould Saleck, Les Haratins…, op. cit., Pour une approche comparative, voir R. Botte, « Riimaybe, Haratin, Iklan… », art. cité ; É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements… », art. cité ; M. Villasante Cervello, « Les droits humains et les tensions sociales en République islamique de Mauritanie. Les cas de l’emprisonnement de Biram Ould Abeid et de la condamnation à mort de Ould Mkhaitir » [en ligne], Essais sur la Mauritanie, n° 1, mars 2015, <www.academia.edu/11341065/Les_droits_humains_et_les_tensions_sociales _en_République_Islamique_de_Mauritanie._Les_cas_de_lemprisonnement_de_Biram_ ould_Abeid_et_de_la_condamnation_à_mort_de_Mohamed_Cheikh_ould_Mkhaiti>, consulté le 27 octobre 2015. []
  13. P. Gilroy, The Black Atlantic. Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard University Press, 1993 ; voir aussi A. Reed, Pilgrimage Tourism of Diaspora Africans to Ghana, New York, Routledge, 2015. []
  14. Comme l’a proposé Thomas Fouquet dans l’introduction du dossier « Blackness » de Politique africaine : « Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique », Politique africaine, n° 136, 2014, p. 5-19. []
  15. S. Miers, Slavery in the Twentieth Century. The Evolution of a Global Problem, Walnut Creek, AltaMira Press, 2003. []
  16. R. Botte (dir.), « L’ombre portée de l’esclavage. Avatars contemporains de l’oppression sociale », Journal des africanistes, vol. 70, n° 1-2, 2000, p. 7-341. []
  17. Pour le contexte ouest africain, voir É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements… », art. cité. []
  18. B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery. West African Trajectories, Liverpool, Liverpool University Press, 2009, p. 6 ; S. Miers et I. Kopytoff (dir.), Slavery in Africa : Historical and Anthropological Perspectives, Madison, University of Wisconsin Press, 1977, p. 25. []
  19. C’est aussi dans les années 1970 que sont publiés les premiers ouvrages académiques mettant en cause l’esclavage et son héritage dans une approche néo-marxiste. Voir C. Meillassoux (dir.), L’esclavage en Afrique précoloniale, Paris, Maspéro, 1975. []
  20. Pour l’histoire de mobilisations collectives des esclaves dans le Proche-Orient, voir S. Trabelsi, « Esclaves et dynamiques protestataires. Le temps long des résistances serviles dans le ProcheOrient classique, viiexe siècles », in O. Leservoisier et S. Trabelsi (dir.), Résistances et mémoires…, op. cit., p. 23-36. []
  21. C. Tilly et S. Tarrow (dir.), Contentious Politics, Boulder, Paradigm Press, 2006, p. 1. Comme le remarque Alex de Waal, « il existe une longue association historique entre le christianisme évangélique et l’abolitionnisme […] ». A. de Waal, « Exploiter l’esclavage : droits de l’homme et enjeux politiques », Politique africaine, n° 66, 1997, p. 56. []
  22. J. Suret-Canale, Afrique noire, occidentale et centrale. L’ère coloniale (1900-1945), Paris, Éditions sociales, 1961. []
  23. Pour l’Afrique de l’Ouest francophone, cet argument a également été avancé par plusieurs auteurs. Voir par exemple M. Klein, Slavery and Colonial Rule in French West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1998. []
  24. Pour Zanzibar, voir, entre autres, J. Glassman, « Racial Violence, Universal History and Echoes of Abolition in Twentieth-Century Zanzibar », in D. R. Peterson (dir.), Abolitionism and Imperialism in Britain, Africa, and the Atlantic, Athens, Ohio University Press, coll. « Cambridge Centre of African Studies », 2010, p. 175-206. []
  25. Voir D. R. Peterson, « Introduction. Abolitionism and Political Thought in Britain and East Africa », in D. R. Peterson (dir.), Abolitionism and Imperialism…, op. cit., p. 1-37 ; J. Glassman, « Racial Violence… », art. cité. Voir également J.-G. Deutsch, « Absence of Evidence is No Proof : Slave Resistance under German Colonial Rule in East Africa », in J. Abbink, M. E. De Bruijn et K. van Walraven (dir.), Rethinking Resistance…, op. cit., p. 170-187. Voir aussi J. Glassman, Feasts and Riot. Revelry, Rebellion, and Popular Consciousness on the Swahili Coast, 1856-1888, Portsmouth/Londres, Heinemann/James Currey, 1995. []
  26. F. Renault, Libération d’esclaves et nouvelles servitudes : les rachats de captifs africains pour le compte des colonies françaises après l’abolition de l’esclavage, Dakar/Abidjan, Nouvelles éditions africaines, 1976. []
  27. Le même constat se fait ailleurs. Voir notamment B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery…, op. cit. ; B. Lecocq, « The Bellah Question… », art. cité ; M. Rodet, « Mémoires de l’esclavage dans la région de Kayes, histoire d’une disparation », Cahiers d’Études africaines, vol. 50, n° 197, 2010, p. 263-291. []
  28. Z. Ould Ahmed Salem, « Bare-Foot Activists… », art. cité. []
  29. Pour une analyse critique et transversale du Sahel, région perçue depuis longtemps comme une région en crise, voir V. Bonnecase et J. Brachet (dir.), « Crises et chuchotements au Sahel », Politique africaine, n° 130, 2013, p. 5-164. Pour le Sahara, voir D. Casajus, « Sahara en mouvement », L’Année du Maghreb, vol. 7, 2011, p. 5-23. []
  30. Voir S. Miers, Slavery in the Twentieth Century…, op. cit. ; R. Botte (dir.), « L’ombre portée… », art. cité. []
  31. Voir notamment M. Klein, Slavery and Colonial Rule…, op. cit. ; C. Meillassoux, L’esclavage en Afrique…, op. cit., p. 15-16. []
  32. À titre d’exemple, voir G. Klute, « Herren und Sklaven : Zur Frage der kolonialen Sklavenpolitik in Französisch-Westafrika », in H. Willer, T. Förster et C. Ortner-Buchberger (dir.), Macht der Identität Identität der Macht : Politische Prozesse und kultureller Wandel in Afrika, Münster, LIT, 1995, p. 241-253 ; C.Hardung, Arbeit, Sklaverei und Erinnerung. Gruppen unfreier Herkunft unter den Fulbe Nordbenins, Cologne, Rüder Köppe Verlag, 2006 ; B. Lecocq et É. K. Hahonou, « Introduction. Exploring PostSlavery… », art. cité, p. 181-192. []
  33. C’est notamment le cas de Hadijatou Mani, femme de statut servile qui, avec l’appui d’Anti Slavery International et de l’association anti-esclavagiste Timidria, a gagné en 2008 un procès contre l’État du Niger, accusé de permettre des pratiques esclavagistes sur son sol. H. Duffy, « Hadijatou Mani Koroua v Niger : Slavery Unveiled by the ECOWAS Court », Human Rights Law Review, vol. 9, n° 1, 2009, p. 151-170. []
  34. La mobilisation locale d’un groupe composé de descendants d’esclaves de la société haalpulaar, qui luttent pour leur reconnaissance sociale et politique en cherchant à réactualiser le titre de « chef des esclaves », montre bien combien ce statut est devenu un marqueur identitaire à la fois imposé (stigmatisation) et approprié (politisation). Voir O. Leservoisier, « Esclavage et usages… », art. cité. []
  35. T. Bierschenk, J.-P. Chauveau et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Paris/Mayence, Karthala/APAD, 2000. []
  36. Z. Ould Ahmed Salem, Prêcher dans le désert. Islam politique et changement social en Mauritanie, Paris, Karthala, 2013. []
  37. L. Pelckmans, « Les stratégies du Mouvement Bellah pour la justice et l’équité au Nord Mali (MBJEN) et de Temedt », Communication présentée à la « 4e European Conference on African Studies », Paris, multigr., juillet 2015. []
  38. R. Botte, « République islamique de Mauritanie : feu l’esclavage ? », [en ligne], Libération, 28 mai 2012, <www.liberation.fr/planete/2012/05/28/republique-islamique-de-mauritanie-feu-l-esclavage_821958>, consulté le 15 novembre 2015. Pour une analyse de l’IRA dans le contexte politico-religieux de la Mauritanie, voir Z. Ould Ahmed Salem, Prêcher dans le désert…, op. cit. []
  39. B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery…, op. cit., p. 2 ; R. Botte, « Stigmates sociaux et discriminations religieuses : l’ancienne classe servile au Fuuta Jaloo », Cahiers d’Études africaines, vol. 34, n° 133, 1994, p. 109-136 ; J.-R. Berndt, Closer Than your Jugular Vein : Muslim Intellectuals in a Malian Village, 1900-1960’s, thèse de doctorat, Université Northwestern, Evanston, 2008. []
  40. J. Schmitz, « Islamic Patronage and Republican Emancipation : the Slaves of the Almaami in the Senegal River Valley », in B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery…, op. cit., p. 85-115 ; I. Thioub, A. Ngaïdé et I. Seck, Endam Bilaali. Renégocier les identités en situation post-esclavagiste, film documentaire, 2014. []
  41. Entretiens avec Benedetta Rossi et Martin Klein, Grèce, juillet 2015. []
  42. Voir par exemple « Biram Dah Abeid-Prix des droits humains de l’Onu » [en ligne], IRA Mauritanie, <biramdahabeid.org>, consulté le 24 octobre 2015. []
  43. R. Ciavolella et S. Boni, « Aspiring to Alterpolitics. Anthropology, Radical Theory, and Social Movements », Focaal. Journal of Global and Historical Anthropology, vol. 72, 2015, p. 3-8. []
  44. Voir par exemple L. Pelckmans, « Negotiating the Memory of Fulbe Hierarchy among Mobile Elite Women », in M. E. de Bruijn, R. van Dijk et J.-B. Gewald (dir.), Strength beyond Structure. Social and Historical Trajectories of Agency in Africa, Leyde, Brill, coll. « African Dynamics », 2007, p. 285-311. []
  45. É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « History Must Be Rewritten : Revisionist Ambitions Among West African Slave Descendants », in D. Hamilton, K. Hodgson et J. Quirk (dir.), Slavery, Memory and Identity : National Representations and Global Legacies, Londres/Vermont, Pickering & Chatto, 2012, p. 96-97. []
  46. H. Duffy, « Hadijatou Mani Koroua… », art. cité. []
  47. Pour une analyse plus développée de la nécessité d’aller contre toute approche linéaire et contextuelle et de privilégier plutôt des approches contextuelles et relationnelles, se référer à L. Pelckmans, « Introduction », in L. Pelckmans, Travelling Hierarchies. Moving in and out of slave status in a Central Malian Fulɓe network, Leyde, African Studies Centre, 2011, p. 1-32. []
  48. I. Thioub, « Stigmates et mémoires de l’esclavage en Afrique de l’Ouest : le sang et la couleur de peau comme lignes de fracture » [en ligne], Fondation Maison des sciences de l’homme, Working Paper, 10 octobre 2012, <halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00743503>, consulté le 13 juin 2015 []
  49. B. Hall, « The Question of “Race” in the Pre-Colonial Southern Sahara », Journal of North African Studies, vol. 10, n° 3-4, p. 339-367 ; J. Glassman, « Racial Violence… », art. cité. []
  50. E. Goffman, Stigma. Notes on the Management of Spoiled Identity, Englewood Cliffs, PrenticeHall, 1963. []
  51. É. K. Hahonou, « Past and Present… », art. cité. []
  52. É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « History Must Be Rewritten… », art. cité, p. 96-97. []
  53. S. N’Diaye, « The Cause of the Slaves in Mauritania : the Initiative for the Resurgence of the Abolitionist and the Radical Affirmation of a Political and Social Presence », Communication présentée à la « 4e European Conference on African Studies », Paris, multigr., juillet 2015. []
  54. O. Leservoisier, « Esclavage et usages… », art. cité ; É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements… », art. cité. []
  55. Voir par exemple la conférence internationale « L’esclavage en Afrique : histoire, héritages et actualités » qui s’est tenue à Nairobi du 27 au 29 octobre 2014. []
  56. A. de Waal, « Exploiter l’esclavage… », art. cité, p. 55. []
  57. E. Goffman, Stigma, op. cit. []

Une hégémonie compétitive contre vents et marées : les élections générales de 2015 en Tanzanie et à Zanzibar

Conjoncture par Marie-Aude Fouéré et Cyrielle Maingraud-Martinaud, publié dans le numéro 140 de la revue Politique Africaine 2015/4, Post-esclavage et mobilisations, Page 145 à 163

Dans le contexte récent de protestations collectives en Afrique de l’Ouest ou des printemps arabes, les dernières élections générales en République unie de Tanzanie 1 ont rappelé que dans un régime d’autoritarisme électoral, et dans le cas bien particulier d’une situation d’hégémonie compétitive 2 , le pouvoir en place peut assurer sa propre succession sans grands heurts, avec ruse et efficacité 3 . Le 25 octobre dernier, le Parti de la révolution (Chama Cha Mapinduzi, CCM) a ainsi remporté des élections estampillées libres et transparentes 4 . Cette victoire s’explique par le recours à des mécanismes rodés qui associent le contrôle de l’environnement institutionnel, la mainmise sur les forces de l’ordre et de sécurité, des pratiques anciennes de clientélisme, de cooptation et d’évergétisme, et l’usage des répertoires classiques du nationalisme tanzanien. Allégeance, loyauté, crainte aussi, ont souvent contenu la protestation en Tanzanie. Et si la transition démocratique a eu pour effet de libérer la parole alors que la critique politique s’énonçait auparavant à mots couverts 5 , la contestation a rarement pris la voie de la rue.

Au soir du 4 août 2015, date de la nomination du candidat officiel de l’opposition pour les présidentielles, tous les éléments semblaient s’aligner en Tanzanie pour faire de ces cinquièmes élections multipartites le moment de l’alternance partisane. Après trente ans de régime CCM, certains pensaient qu’un tel scénario avait ses chances 6 . Jamais en effet la compétition ne s’était annoncée aussi serrée entre le parti au pouvoir et l’opposition, et jamais l’insatisfaction populaire à l’égard du régime n’avait été aussi forte. Les clameurs d’un « Y’en a marre » tanzanien semblaient vouloir percer sous le terme en vogue de « Mabadiliko ! » (changements !), le slogan de l’opposition repris en chœur par la jeunesse urbaine, placardé sur les affiches et les autocollants électoraux, véhiculé dans les médias et scandé dans les meetings de campagne. Un tel engouement contrastait avec des décennies de tiédeur politique 7  face à un régime qui reste de facto un État-parti 8 . 2014 avait constitué un annus horribilis pour le CCM, pris en tenaille entre un (nouveau) scandale majeur de corruption impliquant des cadres du parti, des hauts fonctionnaires et des ministres, l’échec du processus de réforme constitutionnelle aux soubresauts médiatisés 9  et, en décembre, un sérieux revers du parti aux élections locales avec une chute de près de 20 points 10 . Des fissures dans l’hégémonie compétitive du régime étaient donc pressenties. De son côté, l’opposition, dont les principaux partis étaient pour la première fois unis sous une même bannière, Ukawa 11 , venait d’être rejointe par Edward Ngoyai Lowassa, un cacique du CCM et ancien Premier ministre de 2005 à 2008. Celui-ci avait été évincé trois semaines plus tôt des primaires à la présidentielle du CCM par une coalition d’intérêts au premier rang desquels figurait le président sortant, Jakaya Mrisho Kikwete. Rongeant son frein depuis des années, Lowassa avait fait la démonstration de ses puissants relais dans les sphères économiques et de réseaux de soutien au sein mais aussi en marge du parti, en déposant 800 000 signatures de soutien à sa nomination, sur les 8,4 millions d’adhérents revendiqués par le CCM, au lieu des 450 requis. Après son départ du CCM, Lowassa avait très rapidement été désigné comme le présidentiable d’Ukawa, les opposants historiques et leaders des partis de cette coalition s’effaçant devant ce transfuge récent – tels Wilbroad Slaa (Chadema, Chama Cha Demokrasia na Maendeleo, Parti de la démocratie et du progrès) et Ibrahim Lipumba (CUF, Civic United Front, le Front civique uni). Sa défection semblait constituer ce « plus » qui avait manqué à l’opposition depuis 1995 pour réussir enfin à déboulonner le plus vieux parti au pouvoir du continent africain, et venir illustrer cette hypothèse qu’« en Afrique, l’opposition a une chance de victoire lorsque des barons du parti au pouvoir entrent en opposition, détournant une fraction des ressources matérielles et militantes du parti au pouvoir 12  », mais aussi utilisant leurs propres ressources dans un contexte où le parti n’est plus l’unique vecteur d’accès au pouvoir et à la richesse. Une économie planifiée et centralisée d’inspiration socialiste avait été mise en place après l’indépendance autour de deux principales visions du développement et de la modernisation − en swahili Ujamaa (socialisme africain) et Kujitegemea (compter sur ses propres forces 13 ). Depuis sa libéralisation au milieu des années 1980, les réseaux personnels autour des big men du CCM ou de l’opposition se sont renforcés et ont acquis une indépendance financière croissante, venant fortement concurrencer la mainmise de l’État-parti sur les trajectoires d’enrichissement et les carrières politiques.

Pourtant, quatre mois plus tard, la victoire du CCM est sans appel à l’échelle nationale : le 29 octobre 2015, son candidat à la présidence, John Pombe Magufuli remporte les élections avec 58,46 % des voix, et le parti, 164 circonscriptions sur 211 14 . Si l’opposition a refusé de reconnaître les résultats, la communauté internationale a donné un blanc-seing au CCM quant aux élections en Tanzanie continentale. Le scrutin de 2015 semble ainsi avoir sonné le glas des espoirs de l’opposition et a donné aux observateurs une furieuse impression de déjà-vu. Mais ces résultats sanctionnent-ils plutôt une défaite de l’opposition ou une victoire du CCM ? Quelles sont les conditions et les stratégies qui ont permis au parti au pouvoir de se maintenir malgré l’émergence d’une opposition solide, institutionnalisée et perçue comme légitime, et le renfort de Lowassa ? Comment expliquer qu’à Zanzibar, dont une partie du scrutin est autonome du reste de la Tanzanie en raison de la spécificité de son système politique et institutionnel au sein de l’Union 15  et, par ricochet, des logiques politiques et électorales qui s’y observent, le CCM tente d’assurer son maintien au pouvoir en ayant recours à des pratiques autoritaires plus classiques qui associent fraude, intimidation et violence ? Quels éléments de changements laissent entrevoir les nouvelles dynamiques du régime politique tanzanien, au-delà de l’apparence de continuité qui caractérise les élections de 2015 ?

Les clés d’une succession réussie en Tanzanie continentale

La victoire du CCM aux élections présidentielle et parlementaires, dans un contexte d’adversité inédit, tient principalement à son emprise continue sur le système institutionnel dans le cadre d’un présidentialisme fort, sur la reconduction de mécanismes de production de l’hégémonie aux ressorts symboliques mais aussi matériels, et sur des capacités stratégiques électorales efficaces. Mais elle ne doit pas cacher des évolutions sensibles du système politique tanzanien et de la gouvernementalité politique qui pèseront sans conteste sur le scrutin de 2020.

Une emprise continue sur le système institutionnel

Le système électoral constitue la pierre angulaire de la domination du CCM qui conserve la maîtrise de ses différentes facettes 16 . La victoire de 2015 s’appuie à la fois sur le mode de scrutin uninominal à un tour hérité des autorités britanniques, et sur des opérations de redécoupage électoral qui se sont accélérées depuis 2005 afin de contrer la montée en puissance de l’opposition. La Commission nationale électorale (CNE) a, cette année, procédé à la création de 25 nouvelles circonscriptions, soit l’équivalent de la moitié de celles remportées par l’opposition en 2010. Dans plus de la moitié des cas, c’est la décision antérieure du gouvernement de créer un conseil de district (l’équivalent d’un conseil général) qui a conduit la CNE à diviser une circonscription existante. Mais pour l’autre moitié, le choix des circonscriptions à diviser s’est fait de manière obscure et arbitraire. Si deux nouvelles circonscriptions ont finalement été créées à Dar es Salaam, les zones rurales, traditionnellement acquises au CCM, ont de nouveau été favorisées par ce processus. Les résultats électoraux montrent que les opérations de redécoupage électoral mises sur pied pour permettre la surreprésentation, à l’échelle nationale, des élus du CCM par rapport à ceux de l’opposition, au regard du nombre moyen d’électeurs qu’ils représentent, ont été couronnées de succès : les circonscriptions où il était évident que l’opposition allait l’emporter ont été découpées pour inclure un grand nombre de votants (en moyenne 84 000) alors que les circonscriptions acquises au CCM étaient délimitées de manière à restreindre le nombre d’électeurs (60 000 environ).

De plus, si la journée du vote en elle-même s’est déroulée dans le calme, l’opposition a critiqué les manquements à la neutralité de l’administration au cours de la campagne, du fait de l’utilisation des moyens de l’État en faveur des candidats du CCM et des actes de répression qui, sans être systématiques, peuvent être menés stratégiquement pour démobiliser l’opposition dans certaines circonscriptions. En outre, elle a dénoncé des irrégularités dans la compilation des votes au niveau national dont seule la CNE était en charge. Cette dernière ayant annoncé que les résultats seraient affichés dans chaque bureau de vote, la coalition Ukawa avait prévu de procéder à un décompte parallèle. Ces opérations ont cependant été interrompues par la police, qui a organisé une descente dans les trois centres mis en place à cet effet à Dar es Salaam, ainsi que dans celui de l’ONG de défense des droits de l’homme la plus connue en Tanzanie, Legal and Human Rights Center, impliquée dans l’observation des élections. Plusieurs membres du Chadema ont été arrêtés et inculpés de publication de faux résultats, tombant sous le coup de la loi sur la cyber criminalité votée opportunément au printemps dernier. Enfin, l’opposition, qui refuse de reconnaître la légitimité des résultats à la présidentielle, n’a pas pu les contester devant une Cour de justice puisque la décision de proclamer le vainqueur ou de procéder à un nouveau décompte dépend uniquement du président de la CNE, lui-même nommé par le président de la République, et qu’il n’existe pas de Cour suprême en Tanzanie.

Le CCM, un parti aux reins solides

La victoire du CCM aux élections présidentielles et législatives a également tenu à sa capacité à rester uni, en dépit des défections : la forte institutionnalisation de l’ancien parti unique se caractérise par une structuration et une cohérence interne qui ont perduré jusqu’à aujourd’hui 17 . La campagne de 2015 a démontré, dans une conjoncture particulièrement défavorable, la solidité des structures du parti et de ses mécanismes centripètes. Si plusieurs défections de cadres locaux ont été signalées dans les premières semaines suivant celle de Lowassa, l’architecture institutionnelle du CCM, qui multiplie les postes à tous les échelons, a permis de remplacer les partants et d’assurer la continuité de la campagne. En outre, celle-ci a été largement pilotée au niveau local par des secrétaires nommés et payés par le parti, ainsi que par les candidats à la députation, dont très peu ont rejoint l’opposition puisque cette dernière avait déjà nominé ses candidats quand Lowassa a fait défection. Ce format institutionnel a permis une nouvelle fois, sinon de résoudre, du moins de limiter les conflits internes au parti et les défections, d’assurer la fidélisation des élites bureaucratico-politiques et de reconduire l’encadrement du monde rural dont le poids démographique, donc électoral, reste massif avec près de 70 % de la population vivant dans les villages.

Le régime continue en outre de combiner cooptation, clientélisme et néopatrimonialisme, sans compter une imbrication étroite entre pouvoir politique et forces de l’ordre. Point focal de ces mécanismes, le parti assure l’accès à des positions de pouvoir et aux ressources financières, que ce soit au cœur du régime, aux différents échelons de l’administration ou au niveau des autorités locales. Malgré les efforts entrepris par le Chadema et le CUF, au cours des dix dernières années, pour implanter des branches dans les régions marginalisées et les campagnes – telles l’« Opération Sangara » du Chadema en 2005, fondée sur le recrutement et la formation d’un leadership local −, l’opposition ne peut se mesurer au système du CCM : la solidité et l’ancienneté de ce dernier lui permettent de disposer de larges capacités redistributives et d’une respectabilité sans égal. La mainmise du parti sur l’ensemble du territoire, imposée dès après l’indépendance par l’entremise de ses branches locales au niveau de la région, du district, du village et même des quartiers (système dit nyumba kumi kumi, groupement de dix ménages) reste efficace : le parti est au cœur de la vie professionnelle, domestique, éducative, religieuse, etc., irriguant toutes les dimensions sociales, de l’enfance à la vieillesse, que l’on soit homme ou femme, et encadrant autant par le contrôle que la prodigalité, par la surveillance que le clientélisme 18 . Outre le fait de bénéficier de petits cadeaux distribués pendant la campagne, voter CCM, encore plus au vu et su de tous et dans les régions contrôlées par le parti, c’est donc s’assurer à moyen terme une position hiérarchique au sein d’une coopérative ou d’une entreprise, voir rapidement accepter sa demande de mutation dans une école en ville, obtenir un lit à l’hôpital – entre quête de statut et d’autorité mais aussi recherche de bénéfices matériels ou financiers. Le CCM a tiré une nouvelle fois profit de ce quadrillage de la vie privée et publique et de ses réseaux de patronage au niveau local. La montée en puissance de l’opposition n’est pas parvenue à le contrer. En dépit des ressources apportées par Lowassa, l’opposition a dû faire appel à la générosité de ses supporteurs, quelques semaines avant le scrutin, pour pouvoir terminer sa campagne.

Une campagne réussie

Si les mécanismes de redistribution de l’État-parti fonctionnent toujours à plein, les deux mandats du président sortant Kikwete ont été marqués par une perte de popularité et de légitimité de son élite dirigeante. Pour y faire face, ce sont les qualités personnelles du candidat Magufuli qui ont été mises en avant pendant la campagne, débutée fin août 2015. Politicien peu connu des Tanzaniens, n’appartenant à aucune faction au sein du parti, il est l’outsider que le régime a travaillé à présenter comme un homme intègre (il avait dénoncé publiquement, en 2011, une escroquerie au sein de son ministère des Constructions publiques) et un travailleur acharné. Les qualités de celui qui est surnommé « le bulldozer » (Tingatinga) portaient aussi en creux la critique de son opposant : mchapakazi (travailleur) en opposition à Lowassa et à sa santé visiblement fragile ; muadilifu (éthique, intègre), en référence aux scandales de grande corruption EPA et Richmond 19  qui, en 2008, avaient impliqué Lowassa, alors Premier ministre, et entraîné sa démission et la dissolution du gouvernement. Le CCM a ainsi cherché à réactiver un imaginaire éthique lié à la période de l’Ujamaa : l’austérité assumée de son candidat et son slogan principal – Hapa kazi tu ! (Ici, on travaille !) – renouaient avec la matrice morale du pouvoir légitime fondée sur la discipline et le travail.

La campagne a aussi joué sur la continuité en faisant appel aux figures historiques du parti, dont le très populaire ancien président Benjamin Mkapa et Maria Nyerere, la veuve du père de la nation. Cette orientation a contribué à renouveler l’association entre le CCM et Nyerere, figure tutélaire à l’échelle nationale, et à asseoir la légitimité symbolique du régime. Elle a permis de flouter, auprès de la population, l’ampleur de l’emprise autoritaire sous les apparats d’une moralité politique forte héritée du passé 20 .

Dans le même temps, Magufuli n’a pas hésité à se démarquer clairement de l’administration sortante, reprochant ouvertement au président Kikwete de n’avoir pas su s’entourer de ministres honnêtes, alors que la Tanzanie se remettait tout juste d’une nouvelle affaire de corruption, le scandale IPTL ou Escrow 21 . Magufuli a ainsi cherché à adopter la thématique du « changement » − par exemple en détournant le slogan M4C d’Edward Lowassa, Movement For Change (Mouvement pour le changement) en Magufuli For Change (Magufuli pour le changement) − tout en insistant sur le fait que les déboires du précédent gouvernement étaient de la responsabilité de quelques « moutons noirs » et non celle du parti comme institution.

Analyse des résultats : poussée contenue de l’opposition et reconduction des bastions du CCM

Cette campagne a permis au CCM de conserver ses bastions dans le centre du pays, qui lui assurent quasiment à eux seuls la victoire. Magufuli a recueilli la majorité des scrutins dans toutes les circonscriptions de 16 des 25 régions du pays 22 , regroupant 60 % des électeurs. De son côté, l’opposition a doublé son nombre de sièges en gagnant de nouvelles circonscriptions, généralement dans des régions qu’elle conquiert peu à peu : au Nord dans les régions d’Arusha, du Kilimanjaro, de Mara et de Manyara pour le Chadema, au Sud sur la côte swahilie à Lindi et Mtwara pour le CUF, ainsi que dans la région de Morogoro pour le Chadema.

Ces résultats semblent confirmer une tendance grandissante du régionalisme dans le système politique tanzanien. La victoire du CCM s’est largement jouée dans la région de Mwanza, second poumon économique du pays au sud du lac Victoria, comptant près d’un million d’électeurs. Alors que l’opposition y avait beaucoup investi, cette région a voté à 64 % pour Magufuli et le Chadema a perdu ses deux circonscriptions urbaines pour ne remporter que la circonscription de l’île d’Ukerewe. Élu de la circonscription de Chato dans la région voisine de Geita, Magufuli avait assis sa campagne électorale sur l’injonction d’élire un « enfant du pays », dans une rhétorique régionaliste teintée d’ethnicité. Parallèlement, la région d’Arusha, dont est originaire Lowassa, a fini de basculer dans le giron de l’opposition alors que la moitié de ses circonscriptions, particulièrement vers la frontière kenyane, constituaient des bastions du CCM. De la même façon, la campagne locale s’est focalisée sur la nécessité pour cette région, l’une des plus riches en PIB par habitant, de voir l’un de ses élus accéder à la magistrature suprême.

Enfin, la stratégie de personnalisation de la campagne autour de la figure de Magufuli a permis au CCM de conserver le vote à la présidentielle des électeurs déçus : le panachage du vote (vote splitting), c’est-à-dire le phénomène consistant à donner sa voix à un parti donné à la présidentielle mais à un parti concurrent aux législatives (qui se tiennent pourtant le même jour), semble ainsi avoir largement favorisé le candidat du parti au pouvoir puisque dans 19 circonscriptions, les électeurs ont choisi un parlementaire de l’opposition tout en donnant une majorité à Magufuli. Parallèlement, l’opposition a échoué à rassembler autour de Lowassa des électeurs traditionnels du CCM, qui auraient été prêts à élire l’ancien Premier ministre en tant que président, tout en se refusant à choisir un parlementaire de l’opposition : dans quatre circonscriptions seulement (dont trois à Dar es Salaam), un parlementaire du CCM a été élu alors qu’une majorité des suffrages avait été donnée à Lowassa.

Des évolutions dans la continuité

La nouvelle victoire du CCM ne doit cependant pas cacher des évolutions sensibles du système politique tanzanien. Si elles n’ont pas rendu possible une alternance partisane, elles n’en constituent pas moins des changements dont il ne faut pas minimiser la portée sur la gouvernementalité tanzanienne, et sur les élections générales de 2020.

La première spécificité de cette évolution consiste en l’union de l’opposition, qui avait, jusqu’alors, été divisée en deux partis principaux, le CUF et le Chadema. Cette coalition, sous la bannière de l’Ukawa, s’était forgée dans l’opposition à une réforme constitutionnelle verrouillée par la machine parti-État et l’organisme décisionnel au sein du CCM, le comité national exécutif 23 , rendant impossible la transformation de la Constitution de 1977 qui reposait sur un triple socle : « la suprématie du parti, une Union à deux gouvernements, et une “présidence impériale” 24 ». Le maintien de la coalition lors des élections a permis à ces deux principaux partis de doubler chacun leur nombre de sièges au parlement. Une fusion semble à ce jour exclue mais la campagne a favorisé une meilleure interconnaissance et coordination des hommes et des appareils qui pourrait perdurer, les partis n’étant pas en réelle concurrence en raison de leur implantation territoriale très différente : pour le CUF, la côte et Zanzibar ; pour le Chadema, les centres urbains et le Nord du pays. Si les échéances électorales sont encore lointaines – pas avant décembre 2019 pour les élections locales –, la coalition pourrait être réactivée à ce moment-là et permettre de renforcer une implantation timide mais réelle dans les bastions du CCM. La prochaine reprise du processus de révision de la Constitution testera la capacité de l’opposition à rester soudée.

On observe en outre une habituation certaine des Tanzaniens à la compétition partisane et une exigence grandissante de transparence. Ces demandes ont par exemple contraint la Commission nationale électorale à organiser dans les règles l’enregistrement des électeurs – des kits biométriques ont été utilisés pour la première fois – ou à publier les résultats du vote dans chaque bureau. Les obstacles institutionnels à un processus électoral juste et à la tenue d’élections libres et transparentes restent importants mais le pouvoir doit jouer avec des exigences internes et externes. Il semble que si la communauté internationale, largement séduite par la personnalité du nouveau Président et inquiète face à de potentielles violences postélectorales quelques mois après les événements du Burundi, se soit satisfaite de ce scrutin, elle n’en presse pas moins le gouvernement d’opérer des réformes dans le domaine de la lutte contre la corruption et de la construction d’un État de droit.

Enfin, si le CCM a réussi à canaliser les demandes de changement en insistant sur la personnalité de son candidat présidentiel tout en jouant des faiblesses de son opposant, il a dû faire face à des critiques inédites sur la scène publique et à une popularité en chute libre : accusations de corruption et de népotisme, incapacité à traduire les chiffres de la croissance en développement réel, ressentiment face aux manipulations du système institutionnel, irrespect des droits civiques et humains, etc. Cette demande de changement semble s’être, cette fois-ci, principalement exercée sur le vote pour les parlementaires, avec de nombreux cadres et certains ministres qui n’ont pas été reconduits. Mais si les ressorts historiques de l’hégémonie du CCM ont une nouvelle fois porté leurs fruits, les demandes venant du corps social et de l’intérieur du parti n’ont jamais été aussi fortes et s’expriment désormais plus facilement dans l’espace public. Si, par ailleurs, les résultats économiques et sociaux attendus ne sont pas réalisés au cours de la prochaine décennie, il n’est pas certain que le parti réussisse de nouveau à se sortir d’une si mauvaise passe. Les dernières élections à Zanzibar signalent, comme nous allons le montrer, que le CCM pourrait ne pas réussir à s’assurer indéfiniment le contrôle des urnes, une idée qui pourrait faire son chemin en Tanzanie continentale lors des élections à venir. L’issue qui sera trouvée à l’impasse électorale zanzibarite actuelle aura des conséquences sur les représentations citoyennes de l’hégémonie électorale, donc du vote. Elle pourrait aussi avoir des répercussions sur l’architecture institutionnelle de l’Union et enclencher la dissociation de l’État et du CCM.

Zanzibar, une reprise en main autoritaire

Zanzibar n’est pas une région de Tanzanie, mais un espace à part. Elle a son gouvernement et son parlement, aux compétences définies dans le cadre de l’Union, et une histoire politique spécifique au regard de la trajectoire historique de la partie continentale du pays. Ses modes de fonctionnement, certes dépendants et surdéterminés par l’État tanzanien, suivent un cours original. L’année électorale 2015 n’illustre donc pas, à une échelle infranationale, les logiques et résultats électoraux de l’échelle nationale. Elle révèle une fois encore que l’hégémonie électorale du CCM est vacillante et que le parti doit de plus en plus avoir recours à des pratiques autoritaires – avec l’aide du gouvernement national – s’il veut se maintenir au pouvoir. Une victoire de l’opposition scellerait en effet une remise à plat des termes de l’Union dont l’État-parti ne veut pas entendre parler. Ceci explique l’impasse politique actuelle malgré les négociations en cours, alors que l’annonce officielle des résultats a été interrompue et que le CCM appelle à l’organisation de nouvelles élections.

Le CCM, une légitimité en chute libre

Contrairement à la Tanzanie continentale, l’opposition, représentée par le CUF et son leader historique, Seif Sharif Hamad, se distingue par sa popularité et son poids électoral depuis les premières élections en contexte multipartite en 1995. Les élections de 1995, 2000 et 2005 ont été marquées par des irrégularités patentes orchestrées par le CCM et par des violences importantes, notamment en 2000 lorsque des manifestations postélectorales organisées à l’appel du CUF ont fait près de 60 morts, plus de 300 blessés, et ont chassé vers le Kenya environ 2 300 insulaires 25 . Les élections de 2010 ont semblé ouvrir une nouvelle ère politique et sociale grâce à l’inscription dans la Constitution de la nécessité de former un gouvernement d’unité nationale (GUN) 26 . Malgré les forts soupçons de manipulations des listes électorales au moment des inscriptions et de fraudes durant le vote et au moment du décompte des voix 27 , les appels au calme lancés par le CUF à l’issue des résultats avaient tempéré les esprits. Le CCM est sorti victorieux, mais le candidat du CCM, Ali Mohamed Shein, ne l’a emporté que de justesse avec 50,1 % des votes contre 49,1 % pour Hamad, soit seulement 3 471 de voix de différence, pour un taux de participation élevé (89,5 %). Malgré la surreprésentation du CCM au sein du GUN, le CUF a obtenu la position de premier vice-président, octroyé à Hamad, et différents ministères. L’opposition entrait enfin au gouvernement.

Différents éléments expliquent la chute vertigineuse de la légitimité du CCM à Zanzibar au cours des cinq dernières années. Le grand événement du premier quinquennat du président Shein a été la mobilisation contre le projet de révision de la Constitution tanzanienne. Ce processus de révision déjà décrit a réactivé les revendications pour une plus grande autonomie de l’archipel, voire une totale souveraineté. De telles revendications sont récurrentes depuis les années 1970 et un enjeu de taille depuis les années 1990 en raison de l’empiétement croissant de l’Union sur les prérogatives insulaires 28 . L’opposition réclame la création de trois gouvernements contre le système bi-gouvernemental actuel : deux gouvernements souverains, l’un pour la Tanzanie continentale, l’autre pour Zanzibar, et un gouvernement national de type fédéral. C’est l’entrée de la société civile dans les débats sur la révision, en affirmant faire entendre la voix des citoyens ordinaires contre l’expertise technocrate et l’hégémonie du parti au pouvoir qui, dès 2011, a mobilisé la population. Une organisation musulmane, Jumuiya ya Uamsho na Mihadhara ya Kiislam (Jumiki, l’association pour l’éveil et la propagation de l’islam), aussi appelée Uamsho, a joué un rôle prépondérant dans cette mobilisation jusqu’à l’emprisonnement sans procès de ses dirigeants 29 . Le CUF a bénéficié de cette mobilisation citoyenne sans précédent pour défendre, pendant la campagne de 2015, un programme électoral de type souverainiste. Le CCM, dont la position est la préservation de la structure institutionnelle actuelle, se retrouve en décalage avec les aspirations de la population, dont les espoirs de développement économique et social sont maintenant arrimés à l’idée de souveraineté.

Les échecs de l’expérience de partage du pouvoir entre le CCM et le CUF ont également pesé sur le scrutin de 2015. Les deux partis n’ont pas réussi à collaborer au sein du gouvernement de coalition, créant de nombreux blocages dans l’adoption et la mise en place des projets de développement économique et social. Si les deux partis se renvoient la responsabilité de ces ratés, pour les Zanzibarites, le résultat final est que les promesses de la campagne 2010, en termes de développement et de modernisation, n’ont pas été tenues, ceci dans un contexte d’inflation des prix qui exerce une forte pression sur les budgets des ménages. Le CCM a fait valoir la construction de routes et d’écoles dans les deux îles, et d’un hôpital public à Pemba. Mais le chômage reste élevé et le niveau de vie n’a pas décollé, surtout dans les campagnes qui dépendent d’une économie paysanne à faible rentabilité 30 , de sorte que les services publics (éducation, santé) restent difficiles d’accès pour une large majorité de la population. S’il a des fondements objectifs, le sentiment insulaire de marginalisation, voire de paupérisation, et les insatisfactions socio-économiques qui l’accompagnent sont aussi alimentés par la comparaison avec le dynamisme de la capitale économique de Tanzanie, Dar es Salaam, pourtant un îlot de développement bien particulier au sein d’un pays où prédomine une ruralité paupérisée.

Face à la déferlante CUF, le CCM a mené sa campagne tambours battants, avec quantité de matériels de communication distribués lors des meetings politiques, tels que T-shirts, casquettes et pagnes, sans compter les posters qui ont recouvert les murs de la ville de Zanzibar et les panneaux publicitaires massifs placés à ses principaux carrefours, tentant ainsi de construire l’idée d’une hégémonie électorale par le contrôle de l’espace public. Il a aussi réactivé deux types de discours de division aux relents de haine et de revanche : tout d’abord, celui de la division raciale entre Africains – qui seraient représentés par le CCM – et Arabes, lesquels seraient tous des musulmans fondamentalistes et terroristes 31 et dont le CUF serait le bastion. On rappelle que l’ancien parti unique est arrivé au pouvoir en 1964 par une révolution, affirmant reprendre le pouvoir détenu par l’élite arabo-swahili pour le redonner aux « Africains ». Cette révolution fut accompagnée de massacres ciblant les populations considérées comme étrangères à l’archipel, et a laissé la société zanzibarite dans un état de traumatisme collectif dont elle se remet lentement 32 . Le CCM a aussi remobilisé une rhétorique de l’animosité entre l’île d’Unguja et l’île de Pemba. Ceci s’explique par le fait que l’île de Pemba est entièrement acquise au CUF, alors que le soutien au CUF est inégal à Unguja. Il se distribue dans l’ensemble de l’île mais est plus fort dans le Nord, dans la capitale (la ville de Zanzibar) et dans les zones périurbaines. La région Sud, rurale et composée de populations revendiquant des origines continentales, reste acquise au CCM, que ce soit pour les élections présidentielles de l’Union ou de Zanzibar.

Pour pouvoir remporter les élections de 2015, le CCM a principalement opté pour un ensemble de stratégies déployées bien en amont du scrutin. Diverses manipulations (refus d’avaliser les demandes d’obtention d’une carte d’identité sans laquelle les résidents ne peuvent s’inscrire comme électeurs, « retards » dans la délivrance de ces cartes d’identité, etc.) ont bloqué de nombreuses demandes d’inscription sur les listes électorales. Des cartes d’identité auraient été établies au nom de non-résidents, ou d’électeurs n’ayant pas encore atteint l’âge légal pour voter 33 . De nombreux électeurs auraient été intimidés par des groupes de jeunes miliciens pour ne pas aller s’inscrire 34 . La Commission électorale de Zanzibar (CEZ) a tardé à publier et afficher les listes électorales dans les bureaux de vote, inquiétant l’opposition et la société civile. Par ailleurs, en mai 2015, un redécoupage des circonscriptions électorales – dans un système électoral où le mode de scrutin uninominal est à un tour – a été mis en place dans le but de favoriser le poids électoral du CCM au détriment du CUF 35 . De son côté, le CUF avait renforcé ses mesures de précaution, formant avec rigueur ses observateurs postés dans les bureaux de vote pour déceler les possibles irrégularités et refuser les pots-de-vin qui leur seraient proposés.

L’annonce faite le lendemain du scrutin, le 26 octobre, par le candidat de l’opposition à la présidence, d’avoir remporté les élections avec 52,87 % des voix, preuves à l’appui (à savoir, les photographies prises par téléphone portable des formulaires des résultats par bureau de vote, signés par les différentes parties en présence), paraît donc refléter la situation électorale d’un scrutin libre où les irrégularités ont été largement contenues. Mais l’annulation du scrutin par le président de la CEZ, Jecha Salim Jecha, le 28 octobre, soit trois jours après les élections et alors que l’annonce des résultats était toujours en cours bien que dispensée avec une lenteur troublante, a donc mis le feu aux poudres entre les deux partis. Cette annulation a été justifiée sur la base de fraudes présumées organisées par le CUF. Elle s’est accompagnée d’un appel du CCM à tenir de nouvelles élections dès que possible. Le CUF s’est empressé de condamner cette annulation, affirmant qu’elle résultait d’une décision discrétionnaire et non d’une décision collégiale de la CEZ. Le gouvernement de l’Union aurait demandé au Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) d’aider l’archipel à tenir de nouvelles élections en date du 12 décembre 36  mais les agences internationales étaient réticentes à accéder à cette demande alors que le scrutin a été considéré comme libre et transparent par les observateurs internationaux 37 .

Quelle sortie de l’impasse politique ?

Depuis début novembre, la situation s’est enlisée à Zanzibar et Shein assure un mandat présidentiel pour lequel il n’a pas été réélu. Le CUF, n’ayant cesse d’appeler ses militants au calme, a initialement rappelé que le mandat de Shein s’achevait le 2 novembre et que le gouvernement devait aussi être dissout à cette date. Des tentatives de médiation internationale, restées confidentielles, ont été menées par l’Union européenne et le Haut-commissariat britannique, mais elles n’ont pas permis de dénouer la situation. Des pourparlers organisés au palais présidentiel entre Shein et Hamad, en présence d’anciens présidents à la retraite, comme Amani Abeid Karume et Ali Hassan Mwinyi qui œuvrent tels des médiateurs nationaux entre les deux partis en conflit, ont débuté le 9 novembre mais depuis lors, aucun accord n’a été atteint ou tout du moins révélé au public. Des sources confidentielles affirment que le CCM pourrait renoncer à la présidence en échange de la garantie que le CUF ne réclamera pas l’autonomie accrue de Zanzibar lorsque la révision de la Constitution de l’Union reprendra. Mais officiellement, le CCM continue de déclarer que Zanzibar doit se préparer à un nouveau scrutin. Quant au CUF, il rappelle, via maintes conférences de presse et dans les réseaux sociaux, qu’il n’acceptera pas une nouvelle tenue des élections, de sorte que la situation paraît sans issue. Les pratiques autoritaires auquel le parti a actuellement recours montrent à quel point l’État et le parti sont consubstantiels. Ainsi, l’annulation des élections a été inscrite dans le bulletin officiel du gouvernement de Zanzibar le 6 novembre. Ces pratiques autoritaires tentent donc de se vêtir d’un apparat juridique pour paraître légitimes.

Le CCM serait-il prêt à accepter sa défaite ? C’est un scénario incertain, au vu des différents éléments en jeu : une hégémonie politique du parti à l’échelle insulaire assise sur la référence à une révolution conçue comme éternelle (donc contraire à l’idée d’une alternance partisane) ; une hégémonie politique insulaire du parti imbriquée dans une hégémonie politique nationale, de sorte qu’une défaite du CCM à Zanzibar pourrait laisser prévoir une victoire difficile du parti à l’échelle de l’Union lors des élections à venir ; la reprise de la révision de la Constitution au cours du premier mandat de Magufuli, avec des discussions serrées à prévoir sur le statut de Zanzibar et les modalités institutionnelles de son association à la Tanzanie continentale, qui remettrait totalement en question l’architecture institutionnelle de tout le pays. Le CUF accepterait-il de se voir refuser (une fois encore) la victoire ? Cela paraît peu probable, au vu du travail accompli, depuis cinq ans, pour remporter les élections de 2015. Cette année, le succès du CUF est lié à un contexte particulier, celui d’une fenêtre ouverte sur une révision de la Constitution de l’Union pouvant permettre de donner de nouveaux pouvoirs au gouvernement de Zanzibar, si ce n’est sa souveraineté. Il est lié aussi à la popularité d’Hamad, lequel pourra cependant difficilement se représenter en 2020 en raison de son âge, et parce qu’il s’agirait de sa sixième candidature à la présidence de Zanzibar. Même si, à court terme, des compromis satisfaisant les deux camps pouvaient être atteints et sortir Zanzibar de cette impasse électorale, il est à craindre que les cinq prochaines années seront marquées par la réactivation de divisions partisanes, de micro-pratiques de harcèlement voire de violence insidieuse et d’un contexte de stagnation économique et social en situation de blocage politique.

Loors de la cérémonie d’investiture à la présidence de l’Union, le 5 novembre 2015, Magufuli déclarait : « Ces élections sont finies, rassemblons-nous pour travailler ensemble et mettre de côté nos différences idéologiques et partisanes ». La phrase peut paraître anodine, voire laisser présager un quinquennat présidentiel apaisé où l’efficacité primerait sur les clivages partisans. Mais elle donne surtout à voir un des principaux mécanismes de l’hégémonie compétitive qui est toujours à l’œuvre en Tanzanie et fonctionne autant au plan rhétorique que dans les formes effectives de la gouvernementalité tanzanienne. Magufuli rappelle en effet un des grands piliers sur lesquels repose la longévité du parti au pouvoir, à savoir le maintien à tout prix de « la paix et la tranquillité » (amani na utulivu, en swahili). Située au fondement de la culture politique nationale 38 , cette rhétorique du rassemblement révèle pourtant, en creux, le refus de prendre en compte les principes même du fonctionnement démocratique. En effet, elle réduit l’ouverture politique à un formalisme électoral plutôt que d’en faire un principe de fonctionnement d’un régime où le débat, la négociation, le compromis seraient au cœur de la prise de décision politique. Dans un contexte où les deux grands chantiers institutionnels du nouveau Président seront la révision de la Constitution de l’Union et, de manière concomitante, le statut de l’archipel de Zanzibar, les modalités de la négociation et de l’inclusion d’acteurs politiques ayant des positions différentes, voire oppositionnelles, constitueront des marqueurs-clés du processus de démocratisation en Tanzanie au cours des cinq prochaines années.

Cherchant pour le moment à construire sa popularité afin d’assurer son emprise sur le parti et de mener ensuite, peut-être, des réformes de fond, le nouveau Président capitalise sur son image de travailleur zélé : fidèle à son habitude, il a rendu des visites impromptues à différents ministères, a démis de leurs fonctions plusieurs fonctionnaires accusés de corruption, notamment au sein de l’administration fiscale tanzanienne, et a diminué drastiquement les dépenses en festivités et voyages officiels de l’État tanzanien. Secondé de son Premier ministre Kassim Majaliwa dans le cadre d’un nouveau gouvernement fortement resserré par rapport à celui de son prédécesseur — 34 ministres (contre 60 auparavant) administrant 18 ministères (au lieu de 30) − Magufuli a en outre fait montre de son intention de s’attaquer à l’inefficacité de l’administration et à la corruption quotidienne qui mine la vie des Tanzaniens. Les usagers des médias sociaux s’envoient des messages signés d’un #WhatWouldMagufuliDo (#QueferaitMagufuli) pour ironiser – avec sympathie voire assentiment, mais parfois aussi appréhension – sur le déploiement actuel d’austérité et de discipline dont ils ne savent encore s’il ne sera que de façade ou s’il doit ouvrir une nouvelle ère dans les modes de gouvernance en Tanzanie.

Photographie : portrait des deux principaux candidats à l’élection présidentielle tanzanienne de 2015. A droite John Magufuli (Chama Cha Mapinduzi, parti au pouvoir) ; à gauche Edward Lowassa (Chadema, candidat de la coalition d’opposition). Mbagala, Dar es Salaam, septembre 2015.

  1. Les auteures remercient l’Institut français de recherche en Afrique (Ifra) de Nairobi pour le soutien qu’il leur a accordé dans le cadre d’un programme de recherche sur les élections de 2015 en Tanzanie mis en place en partenariat avec l’université de Dar es Salaam et son département de science politique et d’administration publique. Ce soutien leur a permis de mener des recherches de terrain en Tanzanie continentale et à Zanzibar pour suivre la campagne électorale le jour du vote, et une partie de la période post-électorale. Les laboratoires de l’Institut des mondes africains (Imaf) et Les Afriques dans le monde (Lam) sont aussi vivement remerciés pour leur appui. []
  2. Sur les autoritarismes électoraux et les régimes hybrides, voir notamment A. Schedler, Electoral Authoritarianism : The Dynamics of Unfree Competition, Boulder/Londres, Lynne Rienner Publishers, 2006 ; S. Levitksy et L. Way, Competitive Authoritarianism : Hybrid Regimes after the Cold War, New York, Cambridge University Press, 2010 ; R. Beatty Riedl, Authoritarian Origins of Democratic Party Systems in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2014. Sur l’hégémonie compétitive, voir notamment Y. L. Morse, « Party Matters : The Institutional Origins of Competitive Hegemony in Tanzania », Democratization, vol. 21, n° 4, 2014, p. 655-677. []
  3. Sur le contexte de mobilisations collectives, voir K. Tall, M.-E. Pommerolle et M. Cahen (dir.), Collective Mobilisations in Africa, Enough is Enough ! Mobilisations collectives en Afrique, Ça suffit !, Leyde, Brill/Africa-Europe Group for Interdisciplinary Studies, 2015. []
  4. Voir notamment le communiqué de presse « Highly Competitive, Generally well Organised Elections but with Insufficient Efforts at Transparency From the Election Administrations » [en ligne], 27 octobre 2015, Mission d’observation électorale de l’Union européenne, <www.eueom.eu/files/pressreleases/english/05pressreleaseprelimstatement_en.pdf> consulté le 22 décembre 2015 ; voir aussi le rapport interne de la mission européenne d’observation électorale à l’adresse de l’Union européenne, Interim Report n° 5. Post-electoral Report 10 November 2015, 11 novembre 2015, document confidentiel. []
  5. D.-C. Martin, Tanzanie, l’invention d’une culture politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques/Karthala, 1988. []
  6. En 1985, lorsque Julius Nyerere quitte le pouvoir, la Tanzanie est toujours dans un système de parti unique. Nyerere désigne pour dauphin Ali Hassan Mwinyi. Les premières élections multipartites se tiennent en 1995. Les deux présidents qui se succèdent jusqu’en 2015 sont Benjamin Mkapa (1995-2005) et Jakaya Kikwete (2005-2015). []
  7. H. Campbell, « The Politics of Demobilization in Tanzania : Beyond Nationalism », in H. Campell et H. Stein (dir.), Tanzania and the FMI. The Dynamics of Liberalization, Boulder, Westview Press, 1992, p. 56-75. []
  8. A. Makulilo, Tanzania : A de Facto One Party State ?, Saarbruck, Verlag Dr Müller, 2008. []
  9. Cette réforme, voulue par le président Kikwete et visant à réviser la Constitution de 1977 avait, dès son annonce début 2011, rencontré l’hostilité de son propre parti. L’ambitieux projet issu des travaux de la commission Warioba (du nom de l’ancien Premier ministre qui la présidait), qui proposait de remettre à plat l’équilibre entre les branches du pouvoir, notamment pour contrer un présidentialisme fort, de créer de nouveaux droits sociaux et, surtout, de modifier en profondeur l’architecture institutionnelle de l’Union entre la Tanzanie et Zanzibar, a été sapé au printemps 2014 par les parlementaires du CCM au cours de l’Assemblée constituante. Ce processus très fermé a provoqué la colère de l’opposition qui, après avoir décidé de boycotter les débats, a ensuite signé un mémorandum créant la coalition Ukawa (voir note 11) afin de présenter un front uni aux prochaines échéances électorales. Pour plus de détails, voir C. Maingraud-Martineau, « Katiba mpya ? Dynamics and Pitfalls of the Constitutional Reform Process in Tanzania », Mambo !, vol. 13, n° 1, 2015, p. 1-4. []
  10. Le CCM est passé de 91,72 % des suffrages en 2009 à 71,22 % en décembre 2014, perdant des milliers de sièges de conseillers. Organisé par l’administration et non par la Commission nationale électorale, ce scrutin a été marqué par de nombreuses fraudes et difficultés d’organisation. []
  11. Umoja wa katiba ya wananchi (en swahili) : Coalition pour une constitution du peuple. []
  12. V. Foucher, « Difficiles successions en Afrique subsaharienne : persistance et reconstruction du pouvoir personnel », Pouvoirs, n° 129, 2009, p. 127-137. []
  13. J. K. Nyerere, Ujamaa : Essays on Socialism, Dar es Salaam, Oxford University Press, 1968 [1962]. []
  14. Voir les résultats officiels sur le site de la Commission électorale et B. Taylor, « Presidential Results by Constituency – Matokeo ya uchaguzi wa Rais jimbo hadi jimbo » [en ligne], Uchaguzitz, 25 octobre 2015, <www.uchaguzitz.co.tz/election-results/presidential-results-by-constituency-matokeo-ya-uchaguzi-wa-rais-jimbo-hadi-jimbo/>, consulté le 5 novembre 2015. []
  15. On rappelle que la République unie de Tanzanie est issue d’une Union passée le 26 avril 1964 entre le Tanganyika et la République populaire de Zanzibar et de Pemba. Dans le vocabulaire officiel, l’ancien Tanganyika est appelé « Tanzanie continentale » et Zanzibar « Tanzanie insulaire ». Au sein de la république, Zanzibar conserve un gouvernement indépendant qui a autorité sur les affaires internes comme l’éducation, la santé, les infrastructures ou la culture. Il cède à l’Union les affaires régaliennes telles la défense, l’intérieur, les affaires étrangères ou les douanes. Zanzibar possède aussi sa Chambre des représentants. []
  16. C. Maingraud-Martinaud, « Arrangements ou changement ? Politique de (non-)réforme électorale en situation autoritaire en Tanzanie » [en ligne], juin 2014, Congrès de l’Association française de science politique, section thématique « réformes électorales », <www.congres-afsp.fr/st/st6/st6maingraudmartinaud.pdf>, consulté le 21 décembre 2015. []
  17. Y. L. Morse, « Party Matters… », art. cité. []
  18. Voir notamment D.-C. Martin, Tanzanie…, op. cit. ; L. Priya, « Militants, Mothers, and the National Family : Ujamaa, Gender, and Rural Development in Postcolonial Tanzania », The Journal of African History, vol. 51, n° 1, 2010, p. 1-20. Sur les facteurs qui orientent le vote dans le monde rural et contribuent au maintien de l’hégémonie du CCM, voir aussi M. O’Gorman, « Why the CCM Won’t Lose : The Roots of Single-Party Dominance in Tanzania », Journal of Contemporary African Studies, vol. 30, n° 2, 2012, p. 313-333. []
  19. L’acronyme EPA fait référence aux fonds bancaires de la Banque centrale de Tanzanie destinés au règlement de la dette extérieure et utilisés en 2006 par des membres du gouvernement pour des paiements illicites à une vingtaine de compagnies privées nationales ou étrangères, pour un montant de près de 70 millions d’euros. Richmond est le nom d’une compagnie américaine avec laquelle le gouvernement tanzanien a signé, lors d’une grande sécheresse en 2006, un contrat de plus de 100 millions d’euros concernant la production et la fourniture en électricité alors que la société nationale d’électricité ne parvenait pas à couvrir la demande. Le Bureau tanzanien de prévention et de lutte contre la corruption va révéler, dix ans plus tard, que les procédures illicites d’attribution de ce marché ont autorisé malversations et détournements de fonds, sans compter que Richmond n’a jamais produit un seul watt. Suite à ce scandale, en février 2008, Edward Lowassa, alors Premier ministre de Jakaya Kikwete, avait été forcé à la démission. Il estime aujourd’hui avoir été la victime d’une vengeance politique et accuse le Président d’être l’acteur central de cette affaire. Sur la grande corruption en Tanzanie, voir H. Gray, « The Political Economy of Grand Corruption in Tanzania », African Affairs, vol. 114, n° 456, 2015, p. 382-403. []
  20. M.-A. Fouéré (dir.), Remembering Julius Nyerere : History, Memory, Legacy, Dar es Salaam, Mkuki na Nyota, 2015. []
  21. Le scandale IPTL ou Escrow a tenu les Tanzaniens en haleine courant 2014, après la révélation que plus de 100 millions d’euros auraient « disparu » d’un compte de la Banque centrale de Tanzanie, ouvert par la société nationale d’électricité afin de racheter des centrales électriques à une obscure entreprise kenyane. Plusieurs hauts fonctionnaires et ministres ont directement été accusés d’être impliqués, et certains forcés à la démission. En réaction à la timide réponse du gouvernement face à ce scandale, les bailleurs internationaux ont gelé 558 millions de dollars d’aide, grevant fortement le budget national pour l’exercice 2014-2015. []
  22. Les 16 régions ayant voté unanimement pour Magufuli sont : Dodoma, Geita, Kagera, Katavi, Kigoma, Morogoro, Mwanza, Njombe, Pwani, Rukwa, Ruvuma, Shinyanga, Simiyu, Singida, Tabora, et Tanga. []
  23. C. Maingraud-Martinaud, « Katiba mpya ?… », art. cité. []
  24. I. Shivji, Pan-Africanism or Pragmatism ? Lessons of the Tanganyika-Zanzibar Union, Dar es Salaam, Mkuki na Nyota, 2008, p. 181. []
  25. Human Right Watch, « The Bullets were Raining. The January 2001 Attack on Peaceful Demonstrators in Zanzibar », Human Right Watch Report, vol. 14, n° 3 (A), 2002. Les chiffres varient selon les sources. []
  26. L’adjectif « national » peut prêter à confusion : il ne s’agit pas du gouvernement de l’Union, mais uniquement du gouvernement de Zanzibar. Pour des détails sur la campagne de 2010, voir aussi M.-A. Fouéré, « Chronique des élections de 2010 à Zanzibar », Politique africaine, n° 121, 2011, p. 127-145. []
  27. A. Makulilo, « The Zanzibar Electoral Commission and its Feckless Independence », Journal of Third World Studies, vol. 28, n° 1, 2011, p. 263-283. []
  28. I. Shivji, Pan-Africanism or Pragmatism ?…, op. cit. []
  29. M.-A. Fouéré, « Zanzibar indépendant en 2015 ? Révision constitutionnelle, islam politisé et revendications séparatistes », Mambo !, vol. 10, n° 2, 2012, p. 1-4. []
  30. L’économie paysanne dépend fortement de la production de clous de girofle, notamment dans l’île de Pemba, dont les prix sont contrôlés par l’État. La hausse du prix d’achat des clous de girofle aux paysans fait partie des promesses de campagne. []
  31. Voir la lettre ouverte, relevant du pamphlet de propagande, publiée le 10 septembre 2015 dans le journal américain The Hill par le secrétaire général actuel du CCM, Abdulrahman Kinana, et qui a fait beaucoup de remous à Zanzibar : A. Kinana, « Tanzania Cannot be Allowed to be the New Front for Terrorists » [en ligne], The Hill, 10 septembre 2015, <thehill.com/blogs/congress-blog/foreign-policy/253142-tanzania-cannot-be-allowed-to-be-the-new-front-for>, consulté le 10 septembre 2015. []
  32. M.-A. Fouéré, « Sortie de clandestinité des années sombres à Zanzibar (1964-1972) », Cahiers d’Études africaines, n° 197, 2010, p. 95-122 ; J. Glassman, War of Words, War of Stones. Racial Thought and Violence in Colonial Zanzibar, Bloomington, Indiana University Press, 2011. []
  33. L’article 12(1) de la Loi électorale de Zanzibar de 1984 révisée dispose qu’« aucune personne ne doit être inscrite comme électeur si elle ne possède pas une carte d’identité délivrée comme énoncé dans la loi n° 7 de 2005 ». Pour pouvoir participer aux élections, il convient d’être de nationalité tanzanienne mais aussi zanzibarite (Zanzibar ayant sa propre loi sur la nationalité), d’avoir plus de 18 ans, et d’avoir résidé au moins trois ans dans une même circonscription électorale. []
  34. M. Chauvin, « Electoral Shenanigans in Zanzibar : a Sign of CCM Desperation ? », African Research Institute, 6 août 2015, <www.africaresearchinstitute.org/blog/electoral-shenanigans-in-zanzibar-a-sign-of-ccm-desperation/#_ftnref1>, consulté le 7 août 2015. []
  35. Ibid. []
  36. Lettre de l’océan Indien, « Vers une nouvelle élection à Zanzibar avec l’aide du PNUD ? », n° 1414, 6 novembre 2015. []
  37. Voir l’International Observer Missions’ Joint Statement on the Elections in Zanzibar, « International Observers Express Concern at the Situation in Zanzibar, and Call for Transparency in the Electoral Process » [en ligne], The Commonwealth Observer Group, 29 octobre 2015, <www.eueom.eu/files/pressreleases/english/internationalobservermissionsjointstatement _en.pdf>, consulté le 22 décembre 2015 ; voir aussi le communiqué de la mission européenne d’observation électorale, « EU Election Observation Mission Calls for a Swift Completion of the Electoral Process in Zanzibar in Line with Principles for Inclusive, Transparent, Periodic and Credible Election » [en ligne], European Union Election Observation Mission Tanzania – General Elections 2015, 8 décembre 2015, <www.eueom.eu/files/pressreleases/english/06_DepartureEOM_en.pdf>, consulté le 22 décembre 2015. []
  38. D.-C. Martin, Tanzanie…, op. cit. []

Call for Papers: Voting materiality: technologies and imaginations of citizenship

Call-for-proposalsCall for papers for the journal Politique africaine

Guest editors: Sandrine Perrot, Marie-E. Pommerolle & Justin Willis

« Voting materiality: technologies and imaginations of citizenship »

At election time, public space is crowded with the stuff of campaigns: posters, tee-shirts, and audiovisual messages flow into the streets, as well as in more specific social spaces like churches, administrative offices, and marketplaces. At the same time, electoral institutions create, buy and circulate technologies meant to ensure « free and fair » elections, from registration to counting of the votes. A variety of objects are conceived and produced to build institutions and citizenship in conformity with the idea of « modern » political representation. This abundance of official and unofficial materials opens new avenues for research in the near-saturated field of electoral sociology. Objects are at the centre of symbolic and material transactions; studying them may help trace changing forms of control, exchanges, subjugation and disobedience which erupt during electoral situations.

Continuer la lecture de Call for Papers: Voting materiality: technologies and imaginations of citizenship

Appel à contributions : Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Appel-polaf1Appel à contributions pour Politique africaine

Dossier coordonné par Sandrine Perrot, Marie-E. Pommerolle & Justin Willis

« Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté »

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans les espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administration, marchés…). En même temps, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « libre et juste » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de recherches de la sociologie électorale saturé. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Alain Ricard, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, lu par Maëline Le Lay

wole-soyinka-et-nestor-zinsou-de-la-scene-a-lespace-public-politique-et-religionRICARD (Alain), Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2015, 192 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Après une cinquantaine d’années passées à écrire sur la littérature en Afrique, ses formes, son histoire et les enjeux de son élaboration, Alain Ricard revient en quelque sorte à ses premières amours : le théâtre, qui constitua sa porte d’entrée sur la textualité en Afrique. Sa thèse portait en effet sur l’écriture en situation de diglossie au Togo, à partir d’une analyse comparative des romans « populaires » en français de Félix Couchoro et des spectacles de concert-party en ewe. Ce livre est aussi un retour à la première région du continent sillonnée par l’infatigable explorateur des textes en Afrique, celle de la côte du Bénin, qui s’étend du Ghana au Nigeria en passant par le Togo et le Bénin, cette région yoruba qu’il découvrit en 1970 et qu’il décrit si bien.

Continuer la lecture de Alain Ricard, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, lu par Maëline Le Lay

La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique , lu par Clément Cayla-Giraudeau

FoccartBAT (Jean-Pierre), La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique, Paris, Nouveau Monde éditions, 2015, 510 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Trois ans après la publication de la somme Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Jean-Pierre Bat poursuit son exploitation systématique du fonds Foccart afin d’aborder la question françafricaine à travers le prisme « barbouzard ». En dépit de son titre, cette monographie se concentre sur un nombre limité d’acteurs de la vie politique des deux Congo durant les premières décennies de l’après-guerre.

Si son terrain demeure modeste, l’auteur entretient l’ambition d’interroger à travers lui tout « l’univers interlope » (p. 10) dans lequel évoluent les hommes de Jacques Foccart à l’heure de la décolonisation. Cherchant à clarifier l’appartenance des « fausses barbes » (p. 7) à l’histoire du continent, autrement dit leur intérêt comme objet scientifique, Jean-Pierre Bat retrace les chemins croisés d’une poignée de ces conseillers semi-clandestins. Pour mettre fin à l’« amnésie organisée » (p. 492) qui entoure leur mémoire, l’auteur propose une progression chronologique, à laquelle se mêlent des considérations thématiques.

Continuer la lecture de La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique , lu par Clément Cayla-Giraudeau

Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

histoire environnementaleBLANC (Guillaume), Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 320 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

En faisant dialoguer l’évolution de trois parcs nationaux, tous créés au début des années 1970 et sur trois continents (le parc du Semen en Éthiopie, le parc des Cévennes en France et le parc Forillon au Canada), c’est d’abord une entreprise de définition de ce qu’est l’objet « parc national » que propose Guillaume Blanc, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (Imaf). Si un parc national correspond, dans tous les cas, à un processus de patrimonialisation du territoire, au sens où la nature devient un haut lieu du patrimoine national, et donc de la nation, il possède de multiples facettes. Territoire « saisi par la puissance publique » (p. 47), il constitue « un environnement façonné par la société, espace à la fois naturel et culturel, territoire investi par diverses logiques identitaires » (p. 25), il est « un dispositif narratif susceptible de susciter un sentiment d’appartenance à la nation » (p. 219), il représente « un territoire local préservé pour être consommé par une collectivité nationale, voire internationale » (p. 132). Mais un parc national, c’est aussi « un appareil coercitif » (p. 219) qui, « avant d’être un espace naturel, […] est aussi et surtout, pour les hommes et les femmes qui l’occupent ou l’occupaient, un territoire de violence » (p. 270). Cette kyrielle de définitions montre combien les parcs nationaux sont des objets plastiques, investis de logiques, d’intérêts et de visions du monde pluriels et bien souvent antagonistes. Ce sont des territoires matériels, institutionnels, mais aussi idéels.

Continuer la lecture de Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire , lu par Sonia Languille

the inventionDIMIER (Véronique), The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire, Palgrave, Macmillan, coll. « Palgrave Studies in European Union Politics », 2014, 240 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Le Fonds européen de développement (Fed), institué en 1957 par le Traité de Rome, est le principal instrument de l’Union européenne pour l’aide publique au développement en Afrique sub-saharienne. L’administration en charge de sa gestion, la Direction générale VIII (DG8), rebaptisée Direction générale du développement en 1998, est le sujet de l’ouvrage de Véronique Dimier. À partir d’archives et d’entretiens, elle étudie le lent processus de bureau-cratisation de cette organisation au cours des cinquante dernières années.

Continuer la lecture de The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire , lu par Sonia Languille

DIOUF (Abdou), Mémoires , lu par Étienne Smith

memoiresDIOUF (Abdou), Mémoires, Paris, Seuil, 2014, 384 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Les mémoires d’Abdou Diouf étaient attendues, tant l’ancien président sénégalais (de 1981 à 2000) était resté discret après son départ du pouvoir. Alternant réflexions sur l’exercice du pouvoir et récit de vie, l’ouvrage se lit aisément, suivant le parcours linéaire d’un haut fonctionnaire aspiré très tôt par le pouvoir senghorien. Diplômé de la dernière promotion de l’École de la France d’outre-mer (1958-1960), adjoint de Jean Collin au secrétariat général du gouvernement, puis gouverneur du Sine et Saloum à 26 ans, il devient en 1963, à 27 ans, directeur de cabinet du président Senghor. Son histoire se confond avec celle du Sénégal indépendant et des événements marquants de la présidence Senghor (conflit Senghor-Dia en 1962, Festival mondial des arts nègres en 1966, ou encore mai 1968). S’il n’apporte rien de nouveau sur la crise de 1962, l’ouvrage fait quelques révélations sur l’immixtion des militaires, menés par le général Jean-Alfred Diallo, qui réclament et obtiennent un remaniement gouvernemental en 1968. Il montre également à quel point le président Senghor se désintéressait de l’intendance, confiée à Diouf, secrétaire général de la présidence (1965) puis Premier ministre (1970), mais confirme à quel point Senghor a soigneusement préparé sa succession.

Continuer la lecture de DIOUF (Abdou), Mémoires , lu par Étienne Smith

The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa (2013) , lu par Isabel Hofmeyr

the power to nameNEWELL (Stephanie), The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa, Athens, Ohio University Press, coll. « New African Histories », 2013, 255 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Au cours des dernières décennies, les études littéraires africaines se sont progressivement étendues de leur concentration initiale sur les romans de l’élite à un intérêt marqué pour la littérature populaire et les cultures de l’imprimé de manière plus générale. Stephanie Newell fut l’une des pierres angulaires de ce tournant.

Son dernier ouvrage est consacré à la presse ouest-africaine entre les années 1880 et 1930. Il explore l’une de ses caractéristiques : la publication d’écrits anonymes et le recours à des pseudonymes, la présence « d’auteurs introuvables usant de personnalités inventées » opérant derrière un « écran de papier » (p. 2). Ces stratégies textuelles ont permis à des auteurs d’échapper, de se jouer et de contrarier les désirs de l’État de classer et de nommer ses sujets, de les rendre lisibles et, de ce fait, gouvernables. L’anonymat et le pseudonymat ont offert un mode d’adresse qui a mis au premier plan non pas le messager mais le message, qui a séparé le texte du corps et permis le déploiement de modes d’adresse multiples. Ces stratégies ont facilité l’émergence d’« un nouveau type de public, pensé comme anonyme, détaché des affiliations personnelles et familiales et capables d’exprimer une opinion publique, pour la première fois dans ce nouvel espace public constitué de journaux détenus par des Africains » (p. 30).

Continuer la lecture de The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa (2013) , lu par Isabel Hofmeyr

Le carnet de la revue