LE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, lu par

9782753542709-frLE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Arts contemporains », 2015, 242 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif, mariant la littérature, l’histoire de l’art, la science politique, la muséologie et les études visuelles, est une contribution de poids à un champ de réflexions sur les liens entre artistes et archives qui, jusqu’alors, s’est principalement développé dans le monde anglo-saxon. Dans un article de 2004 paru dans la revue Octobre, Hal Foster parlait d’« impulsion archivistique » pour rendre compte des pratiques artistiques contemporaines consistant à archiver des documents variés, qu’il s’agisse d’écrits, de photographies, d’images, de sons ou de musiques, voire d’objets, mais surtout à faire usage de corpus existants pour produire des œuvres d’art. Cette production artistique puisant dans les fonds des archives nationales, des bibliothèques ou des musées s’éloigne de la pratique historienne, où les sources sont de stricts supports informatifs, malgré l’attachement sentimental qu’ils peuvent susciter. Chez les artistes, non seulement la valeur esthétique, émotionnelle ou mémorielle des documents prime, mais ces derniers deviennent la matière même de leur art, ils peuvent être recyclés, découpés ou fusionnés et toujours recombinés différemment. Ce n’est donc pas l’intégrité du document qui importe dans l’art archivistique, mais, au contraire, le travail que l’artiste opère sur lui et la création qui en résulte. Comprendre comment et pourquoi, dans l’art, les archives sont mixées et « (re) mixées » est au cœur des treize contributions de ce livre original, portant uniquement sur des cas de pratiques artistiques en Afrique ou sur l’Afrique.

Dans l’introduction, les directrices de l’ouvrage parviennent à nous transporter dans la fabrique artistique de l’archive. Elles dépeignent différentes techniques en usage chez les artistes dans les processus de reconfiguration des matériaux (extraire, sélectionner, juxtaposer, permuter, performer, etc.), pour mieux mettre en lumière les intentions d’artistes dont les créations sont porteuses de significations et d’engagement politique : donner de la visibilité aux oubliés de l’histoire officielle en mettant en scène des archives privées ou communautaires face aux archives officielles de l’État ; réexaminer le trauma causé par des événements ou des épisodes historiques particuliers, telles la colonisation, l’apartheid ou les guerres postcoloniales, pour repenser le vivre-ensemble aujourd’hui ; dénoncer les pratiques prédatrices des élites actuelles au regard des imaginaires politiques des indépendances. Les auteurs qualifient même de violence faite aux archives ou de « violation » (p. 19-21) certaines pratiques de l’art archivistique, lorsqu’elles transforment, travestissent ou détruisent des documents d’archives d’une manière qui semble répondre à la brutalité qui, d’un côté, fut la condition de possibilité historique de leur constitution et qui, de l’autre, se donne à voir dans les informations qu’ils recèlent. Entrer dans la fabrique artistique de l’archive, c’est donc aussi entrer, de façon médiatisée, dans la manière dont travaillent les archivistes et repérer, dans les corpus disponibles mais aussi dans les absences et les omissions, les classifications socioéconomiques, raciales ou genrées et les représentations de l’ordre social qui y sont opérées. Mais chez les artistes, la violation n’empêche en rien un travail de reconstruction qui, non content de chercher à briser des silences et des tabous, propose des conceptions alternatives et positives, voire utopiques, d’un rapport au passé rompant avec la nostalgie, la plainte ou la dénonciation.

Les contributeurs illustrent, par des cas variés et pour la plupart passionnants, ces créations artistiques faisant usage d’archives. C’est souvent le vécu personnel et ordinaire qui est mis en mots et en images face au grand récit surplombant, transmis par les institutions d’État. Ainsi, la guerre d’indépendance algérienne peut être narrée du point de vue des familles et des femmes dans les œuvres d’artistes qui se font « passeuses d’histoires » en assemblant des clichés et des films du passé avec des récits collectés auprès de proches (Erika Nimis). Autre exemple, l’histoire coloniale italienne en Éthiopie resurgit au travers de montages préparés à partir de photographies ordinaires de soldats italiens qui donnent à voir le quotidien guerrier mais aussi la mort et les massacres, déjouant ainsi l’amnésie qui prévaut encore en Italie (Marian Nur Goni). L’artiste, dans son processus créateur, vise généralement moins à utiliser l’autorité que peuvent octroyer les archives qu’à questionner, interroger, provoquer. C’est le cas de ceux présents à l’exposition Congo Far West (2011), tel Sammy Baloji, qui ont puisé dans les fonds du Musée royal de l’Afrique centrale de Tervuren pour interroger l’histoire coloniale du Congo, et pour investir avec provocation des objets ethnographiques témoignant de l’idéologie racialisante et ethnicisante, mais aussi prédatrice, du temps des colonies (Maëline Le Lay). Ce ne sont pas seulement les textes ou les objets qui peuvent être investis comme des archives, mais aussi les mots. L’artiste sud-africain Willem Boshoff joue ainsi avec un langage qui reflète une idéologie passée de la race et de la discrimination (Katja Gentric). Les mots et les sons peuvent résonner plus positivement, comme lorsqu’ils puisent dans un panafricanisme conçu comme émancipateur (Sophie Moulard). Enfin, diverses contributions proposent des plongées dans les trajectoires de créateurs, dans leur atelier et sur leur table de travail pour saisir la création en marche et les archives en formation.

Plusieurs réflexions autour du Musée Iwalewahaus à Bayreuth interrogent avec acuité les notions d’archive(s) et de musées pour penser les corpus et les collections non comme des objets morts mais comme de possibles objets d’art en perpétuel mouvement, et questionner le statut exact d’œuvres forgées à partir d’archives. Illustré par des photographies en couleur et de qualité montrant les œuvres d’art et certains artistes, cet ouvrage se clôt par la présentation du projet Panafest (Eloi Ficquet, Dominique Malaquais, Malika Rahal et Cédric Vincent) visant à établir les archives de quatre principaux festivals culturels africains (Dakar, 1966 ; Alger, 1969 ; Kinshasa, 1974 ; Lagos, 1977). Celles-ci devraient, si elles voulaient être fidèles à une ambition qui transparaît en filigrane dans cet ouvrage, être des archives plurielles, ouvertes et possiblement sujettes à réappropriation artistique. Un seul regret subsiste, celui de ne pas voir interrogé plus finement le concept d’archive(s), au pluriel comme au singulier, tant ses usages et les matériaux qu’il désigne dans les contributions à cet ouvrage sont variés, ni de voir engagée une réflexion critique sur l’art archivistique et les archives de l’art, telle qu’elle se dessine par exemple avec intelligence dans la contribution de Maëline Le Lay.

Marie-Aude Fouéré

École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Institut des mondes africains (Inaf)

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

SpronkAmbiguous

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, New York/Oxford, Berghahn Books, 2012, 310 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le premier ouvrage de Rachel Spronk, qui traite de la sexualité des classes moyennes à Nairobi, est novateur à plusieurs égards. D’emblée, il propose de dépasser un traitement des sexualités africaines que l’épidémie de VIH a trop longtemps circonscrit aux seuls registres médical et pathologique. Dans le sillage d’un « emotional turn » qui depuis une dizaine d’années anime les sciences sociales américaines, Rachel Spronk s’intéresse en effet à la manière dont le sentiment amoureux et les pulsions érotiques sont à la fois déterminés et constitutives de changements sociaux et culturels qui affectent plus largement la société kenyane. Elle s’attache ainsi à montrer qu’à Nairobi, la sexualité est l’un des registres par lesquels s’énonce une appartenance sociale déterminée par la classe, l’éducation et la génération : à travers leurs pratiques sexuelles, les jeunes cadres du secteur privé − les « professionals » − expriment une « identité moderne » (p. 81 et suivantes) et se constituent comme une « avant-garde culturelle » (p. 281) de la société.

Au Kenya, la sexualité et les rôles de genre sont depuis longtemps au cœur de tensions sociales et politiques majeures : dès les années 1920, le contrôle des femmes a suscité la création des premières associations ethniques, alors que la prostitution urbaine permettait aux femmes de s’émanciper de l’ordre patriarcal des campagnes. La question de la polygamie oppose depuis longtemps moralité chrétienne et marqueurs traditionnels de l’autorité et de la séniorité. Plus récemment, l’essor du salariat féminin a remis en question les prescriptions culturelles associées aux rôles sociaux de genre. Spronk fait état de la riche bibliographie en la matière, en proposant d’aller au-delà du seul constat de la domination masculine (p. 50 et suivantes, p. 180).

À travers une enquête ethnographique qui mobilise également entretiens et courriels, l’ouvrage analyse ainsi la condition sexuelle d’une cinquantaine de diplômés du supérieur, employés du secteur privé, âgés entre 20 et 30 ans au début des années 2000. Elle explore les pressions qui pèsent sur les jeunes femmes célibataires de la « classe moyenne » dès lors qu’elles souhaitent quitter le logement familial pour habiter seules (p. 73) ; la manière dont elles rendent la séduction difficile aux hommes afin de se distinguer des prostituées (p. 150151), mais aussi comment la libre multiplication des partenaires peut être perçue comme une marque d’appartenance à une avant-garde culturelle (p. 176). Dans l’expression d’un style de vie « moderne » et « cosmopolite », les rôles masculins sont moins équivoques : la sexualité des professionals est une compétence qui s’apprend dans la multiplication des partenaires, pour s’affirmer enfin dans la responsabilité d’un ménage monogame. Les hommes sont également demandeurs de relations de couple plus égales. Ils jugent la solidité de leur foyer à la mesure des sentiments qu’ils éprouvent pour leur compagne (258) : l’auteure analyse ainsi le rôle joué par l’importation et la diffusion au Kenya des films, des séries télévisées, du R’n’B américain dans le façonnement d’un imaginaire de l’amour romantique qui transforme les représentations patriarcales traditionnellement dominantes dans la société kenyane (chapitre 4).

L’ouvrage propose ainsi une série de vignettes ethnographiques riches d’enseignements sur la vie quotidienne de ce que Rachel Spronk appelle une « classe moyenne émergente » (p. 60, 65 et 87). Il laisse néanmoins le lecteur sur sa faim, pour plusieurs raisons. La première tient à la définition et à l’unité même du groupe social enquêté et de son style de vie, qui demeure trop peu objectivé : on parle certes ici de jeunes adultes diplômés, employés de multinationales, de grandes ONG ou exerçant une profession libérale. Tous sont nés et ont grandi à Nairobi, ils sont issus des « classes moyennes inférieures à supérieures », de parents eux-mêmes employés du secteur tertiaire dans la capitale. Pour autant, leurs conditions de vie peuvent en réalité beaucoup varier : leurs salaires d’abord, puisqu’au sein du groupe étudié ils s’étalent sur l’équivalent de 230 à 1 200 euros mensuels (p. 66). Presque tous se plaignent de la faiblesse de leurs rémunérations. De surcroît, en dépit des opportunités professionnelles « sans précédent » dont ils seraient bénéficiaires, la majorité de ces jeunes change régulièrement d’employeur, du fait d’un marché du travail qui ne peut leur proposer que des contrats de courte durée. Leur prospérité matérielle est donc incertaine ; rares sont ceux qui, par exemple, possèdent une voiture (p. 64). On peut regretter que l’ouvrage ne propose pas une analyse plus poussée des trajectoires familiales et éducatives, des professions exercées, ne serait-ce que pour comprendre la manière dont les inégalités salariales entre hommes et femmes peuvent affecter les rapports de pouvoir dans la sphère domestique. Au demeurant, on peut penser que la diversité sociale du groupe étudié empêche in fine l’auteure de dégager une véritable unité dans les comportements qu’elle étudie. Mais c’est peut-être, également, parce que le désir et l’érotisme ne peuvent être entièrement réduits à des déterminants sociaux.

De même, peut-on traiter de la sexualité des classes moyennes sans proposer plus globalement une analyse de son style de vie ? Celui-ci est qualifié de « sophistiqué », de « branché », de « moderne » et l’auteure ne différencie guère les notions d’identité et de mode de vie auxquels elle associe ces adjectifs. Une analyse plus englobante des styles de vie aurait permis d’étayer un texte qui souvent mentionne la vive conscience de ses sujets à l’égard des inégalités provoquées par la mondialisation, comme les tensions entre des imaginaires globalisés de la sexualité et les rôles de genres ordinairement prescrits au sein de la société kenyane. À ce propos, l’auteure reconnaît que l’appartenance aux « classes moyennes » ne va pas sans contradictions : les appartenances ethniques et religieuses lui semblent plus fortes que les solidarités générées par l’identification à cette classe « émergente ». Mais ce point pourtant crucial n’est mentionné qu’en passant (p. 50), alors que son texte aurait sans doute bénéficié d’un traitement plus détaillé du cas des couples ethniquement mixtes et des discours des Églises sur la sexualité, au sein d’une société qui leur est profondément perméable. Il est surprenant que l’ouvrage ne mentionne pas l’homosexualité, ni l’opinion de ses enquêtés à ce sujet, alors qu’on peut penser qu’à Nairobi, son expression dans l’espace public varie grandement selon les classes sociales. D’où un reproche plus général que l’on peut adresser à l’ouvrage et qui tient à la difficulté de saisir, pour l’étude de la sexualité de ces « classes moyennes cosmopolites », la singularité du cas kenyan. En somme, l’ouvrage de Rachel Spronk propose une approche novatrice et convaincante de la sexualité comme expression d’une aspiration sociale plus globale. Il s’agit certes d’un texte frustrant pour les lecteurs d’abord intéressés par la stratification sociale en Afrique, mais qui engage néanmoins un dépassement salutaire du traitement jusqu’ici essentiellement médical de ces questions.

Dominique Connan

Université de Nice-Sophia Antipolis

LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, lu par Nicole Stremlau

612T8dHVIhL._SY344_BO1,204,203,200_LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, Londres, Zed Books, coll. « Africa Now », 2014, 248 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif offre une plongée unique dans l’un des aspects les plus notables, et pourtant les plus négligés, des conflits contemporains : le rôle des diasporas. Il faut souligner que les études le composant ont été soigneusement rassemblées, dégageant une grande cohérence d’ensemble. Les auteurs, dirigés par deux chercheurs de l’Université d’Helsinki, ont eu la chance de participer à ce qui paraît avoir été un consortium européen très productif, ce qui a, semble-t-il, permis de s’assurer que les contributions dialoguent. Sur la base d’analyses de fond d’universitaires de renom de la région comme Bahru Zewde et Dereje Feyissa, et d’autres ayant un engagement de long terme sur les questions locales, les chapitres sont solides et fournissent des données empiriques nouvelles.

Ce livre encourage à repenser la nature même de ce qui constitue une « diaspora » ou des « communautés réfugiées », des « populations exilées » et des « migrants forcés » : un regard critique sur le vocabulaire des populations violemment déplacées est d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel des débats, en Europe, sur l’afflux des « réfugiés ». Comme le démontre cet ouvrage, les populations concernées sont extraordinairement diverses, leurs interactions avec les sociétés d’accueil et leurs régions d’origine sont complexes et se déclinent selon de multiples facettes.

Bien que les auteurs utilisent des exemples issus de toute la Corne de l’Afrique, l’ouvrage reste fondamentalement une étude comparée de l’Éthiopie et de la Somalie. Une telle comparaison est fructueuse du fait des différences substantielles entre les deux pays : l’Éthiopie et son gouvernement très centralisé, les efforts intenses de ce dernier pour mobiliser et surveiller de manière resserrée sa population diasporique, y compris via l’usage de logiciels espions ; et la Somalie avec son gouvernement en patchwork mais sa diaspora très impliquée en termes de contributions financières, mais aussi en termes de mobilisation politique.

L’ouvrage propose notamment des études de cas sur des initiatives particulières de la diaspora ayant eu une influence sur la politique ou les dynamiques de conflit dans la région. D’autres examinent la manière dont la diaspora s’engage dans les sociétés européennes, et particulièrement comment les acteurs du développement, soutenus par des bailleurs de fonds et des gouvernements européens, créent des liens avec ces populations.

Ces études de cas sont essentielles car la recherche sur les manières dont les mobilisations de la diaspora affectent concrètement les dynamiques locales sont peu nombreuses. À souligner, un chapitre consacré à la Tigray Development Association (TDA), une organisation lancée à Washington mais qui, depuis, est devenue un acteur de développement central dans la partie Nord de l’Éthiopie après la prise de pouvoir du régime actuel. La TDA présente des similarités et fait écho à la Relief Society of Tigray (Rest), qui était fortement articulée au mouvement de guérilla éthiopien ayant mené l’insurrection des années 1980 au début des années 1990. Rest fut établie pour fournir des services, y compris des écoles et des hôpitaux, dans les régions contrôlées par le Front de libération du peuple du Tigray (Tigrayan People Liberation Front, TPLF), afin de s’assurer le soutien des populations. Cette histoire du TDA et de Rest, organisations qui continuent à être actives aujourd’hui, reflète l’histoire de ce qu’on pourrait appeler le gouvernement de la diaspora, l’implication de ces communautés transnationales en politique ainsi que l’approche adoptée par le parti au pouvoir en Éthiopie en termes de mobilisation politique et de participation citoyenne.

Si l’étude de cas éthiopienne est concentrée sur l’établissement d’une organisation de développement formelle, celle sur le Somaliland est dédiée à l’entreprenariat et à l’investissement privé de la diaspora. En examinant l’industrie hôtelière émergente et la prolifération des universités privées à travers le Somaliland, Markus Virgil Hoehne et Mohamed Hassan Ibrahim proposent une interprétation plus générale sur l’activité économique des acteurs de la diaspora. L’histoire complexe du Maansoor Hotel, par exemple, offre une mise en récit sous forme de métaphore sur l’impact plus large de ce type d’investissements sur les relations sociales locales, sur le réseautage international et la coopération, via la mise à disposition de lieux privilégiés pour les réunions politiques et gouvernementales, qui font souvent défaut dans des espaces en conflit ou post-conflit.

Un chapitre comparatif traitant des communautés somalies en Italie et en Finlande permet de comprendre les manières distinctes selon lesquelles les diasporas ont évolué et se mobilisent en fonction de leur implantation géographique. Il y a des différences contextuelles substantielles entre les deux pays (héritage historique et notamment passé colonial, générations de migrants, politiques d’intégration, financement et structures de financement disponibles pour les groupes diasporiques et approche en termes de coopération et d’aide au développement), mais les diasporas y ont joué un rôle stratégique similaire dans le développement d’organisations légitimes qui opèrent à la fois en Europe et en Somalie. Un aspect que j’aurais aimé voir davantage développé est le rôle des nouvelles technologies, notamment les smartphones et les réseaux sociaux, pour bâtir et altérer les relations sociales transnationales décrites dans l’ouvrage. Les auteurs notent avec justesse que l’investissement de longue distance dans les conflits est loin d’être un phénomène nouveau. Cependant, les diasporas sont aujourd’hui en mesure de transcender les institutions formelles et les organisations, de travailler avec leur pays d’origine de manière autonome, ce qui ouvre, on l’admettra, un important chantier de futures recherches.

Nicole Stremlau

Université d’Oxford

Faculté des lettres, Université de Johannesburg

LORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, lu par Lucille Gallardo

9780253015204_medLORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2015, 155 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Quelles sont les conséquences de l’implantation d’une ONG d’émancipation et de reconnaissance des droits des gays et lesbiennes sur les subjectivités de « jeunes Rainbow » namibiens et namibiennes pauvres ? Telle est la question à laquelle Robert Lorway s’attache à répondre dans ce premier livre issu de ses recherches de doctorat d’anthropologie réalisé à l’Université de Toronto, complété par des travaux ultérieurs.

Alors que la question homosexuelle est l’objet de polémiques publiques importantes depuis le milieu des années 1990 en Namibie, notamment initiées par le principal parti politique du pays, l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain, (South West Africa People’s Organization, Swapo) l’auteur propose une analyse d’une grande richesse empirique et analytique. Il dépasse les approches fonctionnalistes qui décrivent le traitement de la question (homo)sexuelle dans l’espace public seulement comme un outil politique permettant de détourner l’attention de problèmes sociaux et économiques majeurs. L’auteur décrit plutôt la place essentielle qu’occupe la sexualité dans « la gouvernance politique contemporaine », et plus particulièrement dans « la fabrication de l’autorité traditionnelle, du post-colonialisme et de la démocratie libérale » (p. 13).

La Swapo et les organisations dites « LGBT » sont présentés comme les acteurs-clés de cette fabrication. Si la première défend l’idée d’une culture africaine et namibienne traditionnellement hétérosexuelle, les secondes argumentent au contraire sur l’existence d’une homosexualité africaine traditionnelle et précoloniale : ces deux catégories d’acteurs se rejoignent par leur rhétorique anhistorique de l’authenticité. Ainsi, malgré des objectifs opposés, les deux discours participent à essentialiser et nationaliser la sexualité.

D’emblée, l’auteur porte un regard critique sur les actions de l’ONG The Rainbow Project (TRP) et son approche, qu’il qualifie de néolibérale. En effet, en traitant la sexualité des personnes de manière isolée, c’est-à-dire sans prendre en compte les conditions sociales, historiques et économiques dans lesquelles les jeunes bénéficiaires vivent au quotidien, cette ONG contribue, selon lui, à renforcer leur précarité « en ayant recours aux rationalités néolibérales de l’autonomie individuelle et de la responsabilité personnelle » qui « remettent en cause les chances de mobilisation politique », ce qui a des implications « bien au-delà des Namibiens ayant des relations avec des personnes du même sexe ». Il ajoute que ces programmes pourraient en réalité renforcer les inégalités sociales (p. 3-4). L’auteur s’inspire de travaux qui revisitent les théories de Michel Foucault sur la « gouvernementalité » en contexte postcolonial africain, et de ceux qui s’intéressent à la construction sociale et langagière du désir, pour montrer comment ce projet, dont l’intention est de libérer les sexualités des jeunes, agit, en défi plutôt comme une « violence post-structurelle » impactant leurs désirs et subjectivités.

Cette violence prend la forme de conflits internes entre leurs volontés de libération personnelle et leur appartenance nationale, sociale et culturelle. L’apparition de ces questionnements n’est pas immédiate et c’est la prise en compte diachronique des trajectoires individuelles des enquêtés de 2001 à 2008 qui permet à Robert Lorway d’en déceler les premiers signes.

L’anthropologue s’intéresse d’abord aux conflits intérieurs rencontrés par les jeunes lesbiennes d’un quartier pauvre de la capitale. Celles-ci sont prises entre des désirs globaux de reconnaissance, qu’elles matérialisent à travers une « esthétique de la résistance », et leur condition de femmes évoluant dans un État patriarcal postcolonial familialiste, associant la condition des femmes à la maternité. Il montre également que les plus pauvres d’entre elles sont souvent amenées à se prostituer, augmentant leurs risques de contracter le VIH, sans que ces questions ne soient jamais abordées par l’ONG TRP (chapitre 3). Concernant les jeunes hommes « efféminés », l’auteur décrit comment l’action de l’ONG participe à naturaliser la violence sexuelle qu’ils subissent de la part des « vrais hommes », qui, dans un contexte de construction sociale genrée des relations sexuelles entre hommes, sont leurs partenaires sexuels privilégiés. La domination masculine présente dans la société namibienne et les discours nationalistes anti-homosexuels de la Swapo sont à l’origine de cette violence qui, pour autant, n’est pas abordée par l’ONG (chapitre 4). Le dernier chapitre replace les trajectoires de ces jeunes dans « l’économie transnationale des désirs » et le contexte de l’industrie capitaliste du tourisme en Namibie. L’organisation TRP et ses partenaires internationaux participent alors à produire un « fétichisme de l’étranger » chez les « jeunes Rainbow » pour qui les relations avec des étrangers, bien souvent des blancs, représentent un des accès privilégiés à leurs désirs de libération personnelle. Finalement, l’auteur montre combien cette fascination ne fait que renforcer les inégalités socio-économiques et la précarité de ces jeunes et, en cela, augmente également leurs risques face aux VIH/sida.

En conclusion, cet ouvrage contribue à analyser les effets de la globalisation de la reconnaissance des droits des minorités sexuelles depuis le début des années 2000. Ce travail contribue à dépasser les analyses qui décrivent le continent africain comme intrinsèquement homophobe en montrant comment se construisent et s’alimentent les discours d’acteurs a priori opposés. Il complète les travaux d’Ashley Currier à propos des stratégies de visibilisation et d’invisibilisation des mobilisations collectives LGBT en Namibie. Robert Lorway livre une analyse précieuse des rouages et conséquences de l’implantation de politiques démocratiques néolibérales qui, en voulant politiser l’intime, ici la sexualité, participent à démobiliser et dépolitiser les jeunes citoyens des enjeux économiques et sociaux majeurs de leur pays.

Lucille Gallard

Sophiapol, Université Paris Ouest

Nanterre La Défense

BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? lu par Yves Gounin

14110292692_Afrique-258BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? Paris, Éditions Sciences Humaines, septembre 2014, 192 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le stimulant ouvrage de Sylvie Brunel renvoie dos à dos les présentations afropessimistes et afro-optimistes qui caricaturent l’Afrique. La première remonte au brûlot prophétique de René Dumont (L’Afrique noire est mal partie, Seuil, [1962] 2012). C’est celle d’un continent misérable, lesté par les héritages de l’esclavage et de la colonisation, dévasté par les guerres civiles, les famines et les pandémies. À cette vision pessimiste s’est surimposée, sans totalement l’effacer, une vision plus optimiste : celle d’une Afrique émergente, qui connaît des taux de croissance insolents, où s’enracine une classe moyenne, où s’ancre la démocratie tandis que recule le spectre de la guerre… Cette vision a notamment été portée en France par Jean-Michel Sévérino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010). Elle inspire désormais nos politiques publiques si l’on en croit les propositions du rapport Védrine-Zinsou (Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France, Fayard/Pluriel, 2014), ou celles des sénateurs Lorgeoux et Bockel (L’Afrique est notre avenir, Rapport d’information de la Commission des affaires étrangères, n° 104, Sénat, 29 octobre 2013).

Avec une lucidité bienvenue, Sylvie Brunel tempère les excès de cette nouvelle bien-pensance. Si les Cassandre, tenants de l’afro-pessimisme, avaient tort de peindre l’Afrique en noir, les afro-optimistes se trompent en la peignant en rose : « Encenser l’Afrique paraît […] aussi excessif que l’accablement dont elle était hier l’objet. L’engouement qu’elle suscite est tout aussi caricatural que l’était le catastrophisme à tous crins des quinze ans qui ont suivi la fin de la guerre froide […] » (p. 12).

« Parler de « l’Afrique » au singulier est aussi mensonger que réducteur : il existe bien des Afriques aux personnalités et aux trajectoires opposées » (p. 16). C’est en ayant conscience de l’immense diversité du continent africain qu’on évite, avec Sylvie Brunel, les raccourcis simplificateurs. C’est ainsi par exemple qu’on ne se laissera emporter par un taux de croissance moyen. Sans doute le PIB africain a-t-il, dans son ensemble, connu une croissance annuelle de 5 % depuis une décennie alors que les économies occidentales peinaient à se relever de la crise financière de 2008. Mais ce taux moyen cache bien des disparités. Disparités d’un pays à l’autre, l’essentiel de la croissance étant captée par quelques pays littoraux, riches en matières premières, ouverts sur les grandes aires de la mondialisation alors que les pays enclavés de l’intérieur végètent encore dans la très grande pauvreté. Sylvie Brunel se fait géopoliticienne, montrant que l’Afrique est mitée de maillons faibles : le « Djihadistan » au Sahel péniblement endigué par les opérations Serval-Barkhane, la Somalie dans la Corne de l’Afrique, les Kivus en Afrique centrale, le Zimbabwe en Afrique australe. Disparités à l’intérieur d’un même pays : nombreux sont les États africains qui enregistrent, selon l’expression de l’économiste ghanéen Georges Ayittey, une « croissance sans développement », qui bénéficie à une poignée de riches sans toucher une majorité de pauvres, voire de très pauvres. Cette croissance inégale condamne l’Afrique à rester « un continent riche peuplé de pauvres » (p. 15) : la moitié de la population y vit encore avec moins de 1,25 dollar par jour.

Un exemple illustre à l’envi les erreurs de perspectives que l’Afrique inspire : le Rwanda dont on vante volontiers la stabilité retrouvée depuis le génocide de 1994. Son PIB par habitant a certes été multiplié par trois en vingt ans. Mais avec 700 dollars, il reste parmi les plus bas au monde. Sans parler du bilan polémique du régime Kagamé dans le domaine des droits de l’homme et de l’État de droit.

Sans doute l’Afrique est-elle sortie de ce que Sylvie Brunel qualifie de « décennie du chaos » (p. 68). Pour autant, les hypothèques sont nombreuses sur la voie du développement. Le catalogue qu’elle en dresse est classique : le défi de l’urbanisation, celui de l’alimentation – que l’auteure de l’excellent Famines et politique, régulièrement réédité aux Presses de Sciences Po, connaît bien – la transition vers un mix énergétique moins gourmand en énergies non renouvelables grâce à l’exploitation des rentes bleue (l’hydroélectricité) et jaune (l’énergie solaire), la fragile émergence d’une « classe moyenne »…

Refusant de céder à la facilité des essayistes qui entendent enfermer l’Afrique dans une formule attrape-tout, rose ou noire selon les époques, Sylvie Brunel cherche au contraire à en cerner la diversité. Diversité géographique, culturelle, économique, politique qui interdit les raccourcis simplificateurs et les jugements à l’emporte-pièce. Souhaitons à son essai, d’une lecture limpide, qu’il touche un large public et qu’il ébranle les contre-vérités qui sont trop souvent diffusées.

Yves Gounin

Délégué aux relations internationales du Conseil d’État

PERROT (Sandrine), MAKARA (Sabiti), LAFARGUE (Jérôme) et FOUÉRÉ (Marie-Aude) (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls, lu par Michaela Collord

cover-1PERROT (Sandrine), MAKARA (Sabiti), LAFARGUE (Jérôme) et FOUÉRÉ (Marie-Aude) (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls, Kampala, Fountain Publishers, 2014, 512 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cette étude empirique, dense, des élections de 2011 en Ouganda, est une contribution importante à la littérature sur les régimes « hybrides » ou « semi-autoritaires ». Elle offre une exploration en profondeur des outils utilisés pour assurer la survie politique de l’immuable président Yoweri Museveni et du Mouvement de résistance nationale (NRM) dans une arène électorale réformée, plus compétitive. Cette contribution vient également à point nommé, fournissant une contextualisation utile pour ceux qui cherchent à comprendre ce qui s’est joué lors des dernières élections ougandaises (février 2016). En effet, un nombre important des forces et des faiblesses potentielles du régime de Museveni, identifiées dans cette étude, ont ré-émergé lors du scrutin de cette année.

Cet ouvrage collectif fournit une approche multidisciplinaire pour analyser et expliquer les résultats des élections qui ont bénéficié à Museveni et au NRM. L’importance de la victoire de 2011 en a surpris plus d’un, qui pensaient que les partis d’opposition consolideraient les gains des élections de 2006, la première à laquelle ils furent autorisés à participer après le retour du multipartisme en 2005. Un premier chapitre examine comment les résultats suivent, en réalité, les sondages pré-électoraux, qui avaient pourtant été critiqués pour leurs distorsions. Un deuxième chapitre écrit par la démographe Valérie Golaz et la géographe Claire Médard fournit une analyse plus systématique des résultats. Leur pointage des fiefs de l’opposition et du NRM à travers une comparaison des résultats aux niveaux local et national est d’un intérêt tout particulier. Leurs résultats permettent de nuancer l’impression initiale d’un monopole national du NRM. Elles montrent au contraire que la profondeur du soutien au mouvement reste relativement superficielle dans des régions stratégiques où Museveni a réussi à reprendre des voix à l’opposition.

L’hétérogénéité des résultats en fonction des régions et l’apparente superficialité du soutien au NRM dans certaines localités sont des questions sur lesquels les chapitres suivants reviennent en détail. Dans son analyse pénétrante des efforts fournis par le NRM pour regagner certaines parties de l’Est de l’Ouganda, Sandrine Perrot explique les décisions des électeurs de soutenir le parti au pouvoir comme une démarche stratégique de leur part, visant à contrecarrer leur apparente marginalisation politique plutôt que comme une expression d’une confiance profonde dans le régime. Paul Omach dresse un tableau similaire de la victoire du NRM dans le Nord de l’Ouganda, où de récentes améliorations au niveau sécuritaire ont aussi joué en faveur du parti au pouvoir.

D’autres chapitres dans l’ouvrage s’intéressent plus généralement aux mécanismes utilisés par le régime pour s’assurer un soutien continu, notamment le maintien d’une commission électorale partisane, l’intimidation des médias ou l’usage intensif de l’argent. Sur ce dernier point, Kristof Titeca détaille la manière dont le NRM manipule les mécanismes de prêt offerts par le gouvernement pour capturer des électeurs sympathisants de l’opposition au sein du secteur informel de l’économie urbaine. Son analyse fournit une réflexion brillante sur les moyens à travers lesquels un régime sortant peut exercer un contrôle politique sur un électorat par ailleurs marginalisé, et qui pourrait − apparemment −, assez naturellement, pencher du côté de l’opposition.

Cela vaudrait la peine de mentionner d’autres chapitres − notamment celui sur les intersections entre la compétition électorale et la politique interne du royaume du Buganda. Mais cela n’est pas possible, faute d’espace. Il y a cependant quelques sujets-clés sur lesquels ce livre fait l’impasse et qui représenteraient un apport conséquent à tout futur agenda de recherche sur ce terrain. Par exemple, il n’y a pas de chapitre sur les questions de mobilisation partisane dans l’Ouest de l’Ouganda, berceau d’une grande partie de l’élite du NRM et également un fief central du parti au pouvoir… qui apparaît cependant de plus en plus vulnérable aux incursions de l’opposition. Un autre sujet-clé : la politique en interne des forces de sécurité, armée et police, qui constituent toutes deux des piliers fondamentaux − bien que parfois factieux − du régime de Museveni. Au final toute étude similaire des élections de 2016 devrait fournir davantage de connaissances sur la politique interne et les efforts de mobilisation des partis politiques, qui ont sans doute dépassé les attentes (certes peu élevées) formulées à leur égard, en ce qui concerne leur capacité à consolider et à étendre leur base de soutien.

Michaela Collord

Université d’Oxford

Département de politique et de relations internationales

DE SAINT-MARTIN (Monique), SCARFO GHELLAB (Grazia) et MELLAKH (Kamal) (dir.),Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains, lu par Françoise Blum

etudier-a-lest-experiences-de-diplomes-africainsDE SAINT-MARTIN (Monique), SCARFO GHELLAB (Grazia) et MELLAKH (Kamal) (dir.), Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains, Paris, Karthala-FMSH, coll. « Hommes et sociétés », 2015, 300 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

On connaissait déjà la belle thèse de Constantin Katsakioris, Leçons soviétiques. La formation des étudiants africains et arabes en Union Soviétique pendant la guerre froide (Paris, EHESS, 2015). On en espère d’ailleurs la publication rapide. Étudier à l’Est vient d’une certaine façon compléter cette thèse en élargissant les espaces considérés à d’autres pays d’Europe de l’Est (RDA, Roumanie, Tchécoslovaquie) et en produisant de multiples récits des expériences vécues par les étudiants africains dans le monde du « socialisme réel », mais aussi de leurs expériences de l’effondrement de l’empire soviétique et de ce qui en a découlé pour eux. L’ouvrage est issu d’un colloque tenu à Mohammedia (Maroc) en 2013 et organisé par le programme Elitaf (Élites africaines) de la Fondation Maison des sciences de l’homme, qui a su constituer un solide réseau de recherche sur ces thématiques et organiser séminaires et colloques.

Il est difficile de résumer un tel ouvrage, par ailleurs fort agréable à lire, car il se caractérise par l’extrême diversité des témoignages recueillis et des histoires de vie qui en font la matière. Cette diversité est de plusieurs ordres : d’abord celle des pays d’accueil concernés, nous l’avons dit, mais aussi la diversité des pays de départ et des régimes afférents ; ensuite, la diversité des voies d’accès au séjour en URSS. Elles peuvent être globalement de deux ordres : les bourses pouvaient être obtenues via les différents gouvernements africains (y compris des régimes qui n’avaient pas spécialement d’affinités avec le socialisme) ou via des partis ou organisations militantes amis. La générosité des pays de l’Est en matière de bourses a permis à un nombre important d’étudiants africains d’y suivre leurs cursus. Ils sont 154 en 1959-1960 mais déjà 3725 en 1970-1971 et 18 118 en 1985-1986.

Cette générosité se comprend dans le cadre de la guerre froide et en rapport au désir de faire de l’Afrique postcoloniale une zone d’influence. Mais il y a eu aussi, de la part des autorités soviétiques – sinon des populations – un véritable rêve internationaliste. Enfin, la diversité des types d’études est à relever. On peut d’ailleurs noter que dans le volume, on trouve surtout des témoignages d’étudiants ayant fait des études scientifiques, à l’exception de la contribution de Charles Bowao et Abel Kouvouama qui s’intéresse à des philosophes congolais ayant suivi leurs études en URSS. L’expérience faite à l’Est n’a pas toujours été vécue de la même manière. On en garde un souvenir enchanté ou plutôt amer, cela dépend. Il reste, du côté des bons souvenirs, la qualité des études elles-mêmes, la qualité de la vie liée à des bourses généreuses qui suscitaient parfois la jalousie des étudiants soviétiques, de même que la plus grande tolérance vis-à-vis des étudiants africains qui jouissent d’une liberté de circulation plus étendue et passent souvent leurs vacances à l’Ouest. Cela leur permet aussi de petits trafics de marchandises prisées par les Soviétiques, tels les jeans. Il y a aussi le dévouement des professeurs. Du côté des souvenirs amers, reste le racisme des populations, qui s’aggrave encore après la chute de l’Union soviétique, et ce d’autant plus que les autorités russes se montrent encore moins protectrices que ne l’avaient été les autorités soviétiques. Relevons enfin la diversité des situations au retour au pays, avec les plus ou moins grandes difficultés à trouver des postes correspondants aux formations reçues, à valoriser études et diplômes. Les études à l’Ouest restent encore, largement, la référence.

Il est à noter que, dans ce volume de témoignages, les analyses de la politisation des étudiants restent rares, à l’exception du texte de Tasé Abye sur « la trajectoire d’un guérillero éthiopien ». Et pourtant, ce sont les étudiants africains qui ont fait la première manifestation sur la place Rouge pour protester contre la mort d’un des leurs dans des circonstances jamais élucidées. Ce sont eux aussi qui, au sein d’amicales et de la Fédération des étudiants africains en Union soviétique (FASSS, selon l’acronyme soviétique), ont débattu des mérites respectifs du soviétisme et du maoïsme. Cette – partielle – absence tient sans aucun doute au hasard du recueil de témoignages. Il est vrai aussi que cela avait été largement traité par Constantin Katsakioris.

Cette étude foisonnante est d’un grand intérêt. Elle contribue à la fois à une meilleure compréhension de la guerre froide, en mettant en lumière à quel point la seule vision des seuls deux blocs est réductrice. Elle contribue aussi à esquisser le portrait de la société soviétique, puis russe vue par des personnes qui lui étaient étrangères, et donc à décentrer le regard. Elle apporte sa pierre à une histoire des élites africaines et donc, plus largement, de l’Afrique postcoloniale. Et enfin, elle accroît les connaissances sur les circulations étudiantes et, partant, sur celles des savoirs.

Françoise Blum

Centre d’histoire sociale du xxe siècle

CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Journée d’étude de l’Association des chercheurs de Politique africaine (ACPA)

acpa

Journée d’étude de l’Association des chercheurs de

Politique africaine (ACPA)

Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

& L’Ethiopie après Meles Zenawi (à paraître)

31 mai 9h00-16h00. CERI, 56 Rue Jacob, Salle de conférences

Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Responsables scientifiques : Sandrine Perrot (CERI- Sciences Po), Marie-Emmanuelle Pommerolle (IFRA Nairobi), Justin Willis (Durham University)

9h00-12h00. Présidence : Richard Banégas (Sciences Po-CERI)

Introduction par Sandrine Perrot (CERI- Sciences Po), Marie-Emmanuelle Pommerolle (IFRA Nairobi), Justin Willis (Durham University)

De qu(o)i le bulletin de vote est-il le nom  ? Les modalités pratiques de l’expression électorale au Rwanda (1956 – 1990)

par Florent Piton (CESSMA, Université Paris Diderot)

Waiting and voting in the village: Electronic voting machines in Namibia’s 2014 elections

par Gregor Dobler (Institute for Social and Cultural Anthropology, Albert-Ludwigs-Universität Freiburg)

Élections, entre modernité et tradition : l’exemple malgache

par Denis Lahiniriko (Université d’Antananarivo)

12h00-13h30 : Pause déjeuner

13h30-15h30. Présidence : Florence Brisset (IMAF, Université de Paris 1)

Le chitenje de la discorde. Vêtement partisan et négociation du lien politique au Malawi

par Paul Grassin (CESSP, Université Paris 1)

A steady and orderly flow’: polling stations and the material culture of elections

par Justin Willis (Durham University)

L’Ethiopie après Meles Zenawi

Responsable scientifique : Jean-Nicolas Bach (LAM, IEP de Bordeaux)

15h30-16h00 : Présentation du numéro « L’Ethiopie après Meles Zenawi : un autoritarisme à bout de souffle ? » par Jean-Nicolas Bach (LAM, IEP de Bordeaux). Numéro de Politique africaine à paraître en juin 2016.

La journée d’étude sera suivie de l’Assemblée générale de l’ACPA 16h00 à 18h00 (réservée aux membres de l’ACPA) et d’un pot.

Molly SUNDBERG, Training for Model Citizenship : an Ethnography of Civic Education and State-Making in Rwanda Uppsala, lu par Ilaria Buscaglia

dynamiccontent.properties.jsfSUNDBERG (Molly), Training for Model Citizenship : an Ethnography of Civic Education and State-Making in Rwanda Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, coll. « Uppsala studies in cultural anthropology », n° 54, 2014, 296 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Training for Model Citizenship est l’aboutissement d’un travail de terrain anthropologique (dix mois entre 2011 et 2012) effectué à Kigali par Molly Sundberg, à l’époque doctorante à l’université d’Uppsala. L’ouvrage vise à contribuer au débat académique sur le Rwanda postgénocide et à produire une recherche ethnographique sur la manière dont les Rwandais, les habitants de Kigali en particulier, adhérent, tout autant qu’ils y sont confrontés, à la domination de l’État, en tant que citoyens. Cela, à travers l’ethnographie de deux espaces : d’une part, l’Itorero ry’Igihugu, un programme national d’éducation civique qui vise à transformer chaque Rwandais en un citoyen modèle (intore), de l’autre, les pratiques quotidiennes de gouvernement qui prennent place au sein du quartier (umudugudu) de résidence de l’auteur. La méthodologie repose sur des observations d’entrainements itorero, la participation à des réunions locales régulières au sein du quartier, des entretiens avec des participants à l’Itorero, avec des habitants ordinaires de Kigali et des leaders locaux ainsi que l’analyse de texte des programmes d’éducation civique et des matériaux de formation. Le cadre théorique proposé est inspiré de l’appropriation anglo-saxonne néofoucaldienne des concepts de gouvernement et de gouvernementalité, et sur les approches de l’exercice libéral et nonlibéral du pouvoir en vigueur en science politique comme en anthropologie.

L’histoire de l’institution de l’Itorero est présentée, depuis ses origines précoloniales jusqu’à sa restauration après le génocide. En tant que technologie de gouvernement, l’Itorero d’aujourd’hui a amplement recours à l’usage de traditions réinventées et de mises en récits historiques, ainsi qu’à des discours, tournés vers l’avenir, de modernisation. L’identité du citoyen modèle (intore signifi littéralement « les élus ») apparaît comme un hybride d’un esprit précolonial réinventé d’unité (ou de rwandité) contre les divisions charriées par la colonisation, avec une discipline et une éthique militaires, mêlé à des concepts néo-libéraux d’efficacité et d’utilité. L’expérience de l’Itorero façonne des « citoyens modèles » et contribue à construire, au niveau discursif, l’État (Leta) rwandais, son système de leadership (le parti au pouvoir, le Front patriotique rwandais) et son leader (Paul Kagame, qui incarne l’intore par excellence). Ils deviennent des fétiches, qui doivent être défendus contre le « nouvel autre émergent » (p. 117), c’est-à-dire tous ceux (Rwandais ou étrangers) qui remettent en cause ou interrogent le récit politiquement dominant du passé du pays, de son présent et de son futur. Différentes visions et expériences de l’Itorero et des récits officiels sont explorées parmi les habitants de Kigali, dévoilant une complexité qui va bien plus loin que les discours officiels. Celle-ci est, dans une certaine mesure, liée au profil personnel des enquêtés (survivants tutsi du génocide, rapatriés tutsi, personnes définies de manière extensive comme hutu) qui, dans certains cas, engendre une expérience de dé-légitimation pour ceux qui ne correspondent pas complètement au système. Au-delà de l’Itorero, l’auteur explore les pratiques quotidiennes du gouvernement au niveau du quartier, en mettant l’accent plus spécifiquement sur les imihigo (contrats de performance), les réunions, les commémorations du génocide et le travail communal mensuel (umuganda). Les deux derniers chapitres s’intéressent plus particulièrement aux discours et aux pratiques du gouvernement dans le champ de la sécurité et du développement national.

Deux points sont clarifiés de manière forte à travers ce travail. Tout d’abord, même si beaucoup de pratiques gouvernementales, au sein de l’Itorero comme du quartier, n’affectent pas de manière significative la vie des enquêtés (beaucoup ne participent pas à ces activités, y assistent de manière passive ou y participent de manière stratégique et pragmatique), elles rappellent constamment aux Rwandais le potentiel de l’État pour rendre son pouvoir bien réel.

Ensuite, une ambiguïté nichée au cœur du mode de gouvernement de l’État rwandais semble expliquer le soutien international continuel dont a bénéficié le gouvernement FPR par les acteurs de l’aide au développement. L’hypothèse du « crédit du génocide », c’est-à-dire l’idée que la communauté internationale continuerait à soutenir aveuglément les efforts rwandais de développement, via l’aide, afin de se faire pardonner leur absence pendant le génocide de 1994, est affinée par un examen plus rigoureux de la nature réelle du gouvernement, qui apparaît comme une combinaison d’éléments libéraux, néo-libéraux et illibéraux, qui en font un bon, ou tout du moins un assez bon partenaire aux yeux des bailleurs.

La contribution théorique de l’ouvrage est particulièrement intéressante du fait que les travaux anthropologiques sur les États autoritaires et leurs citoyens ne sont pas nombreux. Cependant, malgré une tentative dans le premier chapitre, l’auteur ne déconstruit pas complètement le concept d’autoritarisme en soi et elle n’aboutit pas non plus à une définition (forcément située) de ce concept à la fin de son travail.

La contribution au débat académique actuel sur le Rwanda est en réalité plus pertinente que ce que l’auteur avance explicitement. Cette ethnographie aide à dépasser une sorte de débat stérile entre pro et anti-gouvernement rwandais qui s’est développéloppé depuis quelques années et qui a été caractérisé par une tendance, soit à célébrer de manière quasi obsessive le développement du pays, soit à dénoncer ses aspects illibéraux. L’introduction précise que l’objectif de la recherche n’est pas simplement de décrire la résistance à la domination autoritaire, mais plutôt de comprendre, de manière générale, comment les formes autoritaires du gouvernement « travaillent localement les corps et les esprits des gens, affectent leur expérience de pouvoir de l’État et leur expérience de soi en relation avec le pouvoir d’État » (p. 35). Après cela, il apparaît clairement que l’image univoque des Rwandais comme supporters sincères du régime du FPR ou, au contraire, celle de simples sujets d’une domination oppressive voilant une « vérité » qui ne s’exprime que sous des discours subalternes demandant à être déchiffrés, ne sont ni l’une ni l’autre assez précises. La manière dont les gens s’impliquent dans l’État semble être plus complexe, variant entre l’adhésion sincère à certaines idées et pratiques, le conformisme stratégique et pragmatique, et/ou le retrait non confrontationnel. Les schèmes de l’acceptation et de la résistance peuvent cohabiter dans le même individu, comme l’illustre l’exemple de Mohammed au début du livre. Fier d’avoir achevé l’Itorero, il était particulièrement satisfait d’avoir obtenu le certificat intore, nécessaire pour trouver un travail. Il n’a pas adhéré au FPR comme ses collègues de l’Itorero, cependant, il était convaincu que Kagame était le meilleur président possible pour son pays, même si son père a été tué par le FPR quand ils étaient réfugiés au Congo. De telles ambiguïtés se nichent au cœur de la majorité des relations individuelles à l’État rwandais et la force de ce travail est de les saisir sans tomber dans la dichotomie « résistance versus adhésion ».

Antoine AGLASER, AfricaFrance. Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, lu par Yves Gounin

1540-1GLASER (Antoine), AfricaFrance. Quand les dirigeants africains deviennent les maîtres du jeu, Paris, Fayard, 2014, 352 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Un mot et une carte en couverture résument la thèse d’Antoine Glaser. La Françafrique est morte, vive l’AfricaFrance ! Entre le colonisateur et le colonisé, le rapport de domination s’est inversé. Le temps n’est plus à la France tirant les fi en Afrique. Désormais, comme le précise le sous-titre de ce court essai, les dirigeants africains sont devenus « les maîtres du jeu ». Et une réalité géographique simple suffit à illustrer ce rapport de forces inversé : l’Afrique et ses 30 millions de km² (sans parler de son milliard d’habitants et de sa croissance à 5 %) pèsent désormais plus lourd que la minuscule France.

L’auteur qui, avec son collègue Stephen Smith, a décrypté dans de nombreux ouvrages la politique africaine de la France, illustre cette thèse percutante à travers dix chapitres consacrés chacun à l’un des pays du pré carré : Gabon, Côte d’Ivoire, Congo, Tchad… Le procédé, un brin paresseux, n’est pas sans défaut. Il a certes le mérite de la lisibilité. Dix chapitres, dix pays, c’est autant d’anecdotes égrainées, qui étaient jusqu’alors réservées aux lecteurs des pages confidentielles de La lettre du continent, dont Antoine Glaser fut le rédacteur en chef pendant trois décennies. On y apprend comment le Niger négocie à la hausse le prix de l’uranium qu’il livre à la France, comment Idriss Déby a su se rendre indispensable au règlement de la crise malienne ou à quel point Ali Bongo mène, envers la France, une politique différente de celle de son père.

En revanche, cette présentation a le défaut de laisser de côté des pays aussi importants que le Mali, la République centrafricaine, les Comores ou Madagascar, sur lesquels il y aurait eu beaucoup à dire. Plus ennuyeux : en racontant une succession de relations bilatérales, avec leurs aléas et leurs nuances, Antoine Glaser fragilise sa thèse. C’est le cas, par exemple, de la relation contrariée entre la France et Abdoulaye Wade. En voulant faire adouber son fils par la France, le président sénégalais a reproduit sans succès des comportements d’un autre âge où la légitimité d’un chef d’État africain était censée dériver du soutien que Paris lui accordait.

Antoine Glaser a raison de souligner l’évolution de la relation franco-africaine. La donne a changé avec la mondialisation, l’irruption de nouveaux acteurs sur la scène africaine (la Chine mais aussi le Brésil, la Turquie, les monarchies du Golfe), la croissance et la paix restaurées sur le continent. Mais cette évolution ne saurait se résumer au renversement d’un rapport de domination. Antoine Glaser rappelle lui-même, dans son introduction, que les premiers chefs d’État africains n’étaient ni des « pantins » ni des « béni-oui-oui » (p. 12), et que, bien entendu, la France aujourd’hui n’est pas devenue l’obligée de l’Afrique. L’évolution est d’une nature différente : la relation, hier si forte entre la France et l’Afrique, s’est distendue. L’Afrique s’est ouverte à de nouveaux partenaires. Et la France s’en est désintéressée.

Gregory MANN, From Empires to NGOs, in the West African Sahel. The Road to Nongovernmentality, lu par Laure Traoré

9781107602526MANN (Gregory), From Empires to NGOs, in the West African Sahel. The Road to Nongovernmentality New York, Cambridge University Press, coll. « African Studies », 2015, 291 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

« Qu’est-ce que gouverner ? » (p. 8). C’est la question que pose l’ouvrage de Gregory Mann, historien et professeur à l’université Columbia. Spécialisé sur l’histoire coloniale et postcoloniale de l’Afrique de l’Ouest en général, et du Mali en particulier, il s’intéresse ici aux modes de gouvernement qui caractérisent la période 1945-1980. Plus précisément, il pose les questions de savoir comment les gouvernements territoriaux coloniaux ont envisagé le pouvoir, comment les États ont exercé leur souveraineté nouvellement acquise, et comment ils en sont arrivés à en déléguer une partie à des ONG, au moment même où ils étaient « les plus forts et les plus ambitieux » (p. 2).

Gregory Mann s’inscrit ainsi dans l’approche des auteurs du « gouvernement privé indirect » qui analysent les frontières floues entre le privé et le public et postulent que la délégation de certaines prérogatives de l’État à des acteurs non étatiques ne signifie pas forcément son affaiblissement (Béatrice Hibou, Mamadou Diouf, Achille Mbembe, Janet Roitman). Cependant, s’il part du même constat, il ne partage pas les mêmes explications. En effet, il ne cherche pas les origines du fossé entre l’État et le gouvernement des hommes dans l’avènement de l’ère néolibérale et les plans d’ajustements structurels des années 1980. Au contraire, il propose de repenser la temporalité du phénomène en le faisant remonter à une période antérieure, où la souveraineté étatique était fortement valorisée autant par les États africains que par une frange des ONG : les années 1970, avec l’arrivée des ONG de lutte contre la famine et les détentions de prisonniers politiques, voire même les années 1960 lorsque les migrants, s’efforçant d’échapper au contrôle de l’État, développent des stratégies d’évitement et de contournement.

En s’inspirant du concept de gouvernementalité de Michel Foucault, il définit la « non gouvernementalité » (nongovernmentality) comme la « production de nouvelles formes de rationalité gouvernementale réalisée à travers les ONG » par les États africains et les « nouvelles communautés transnationales de la solidarité et de l’aide, des sciences sociales et du militantisme » (p. 2).

L’auteur s’intéresse au Sahel ouest-africain en ce qu’il offre la possibilité d’étudier les « affinités politiques changeantes et les formes novatrices de politiques postcoloniales incarnées dans l’humanitaire et les droits de l’Homme » (p. 7). Bien que le titre ne le mentionne pas et que des exemples ponctuels impliquent notamment la Guinée et le Niger, l’ouvrage se focalise principalement sur le Mali. Le pays constitue une illustration d’un État de la région qui, avec la Guinée, a poussé le plus loin sa quête d’indépendance et de souveraineté et qui, pourtant, a aussi délégué certaines de ses prérogatives dès les années 1970.

L’ouvrage est divisé en trois parties, organisées de manière chronologique et thématique. La première couvre la période coloniale tardive, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à l’indépendance du Mali en 1960. Elle montre comment le parti Union soudanaise-rassemblement démocratique africain (US-RDA) envisage la souveraineté et comment il tente de créer une société, en tant qu’objet de son gouvernement, grâce aux réformes coloniales et à une certaine proximité avec les sciences sociales engagées. La deuxième partie de l’ouvrage porte sur le premier régime du Mali indépendant, de 1960 à 1968. Elle garde pour centre d’attention l’US-RDA et analyse la continuité de sa politique pour construire l’État dans une posture fortement anticoloniale et indépendantiste. En prenant l’exemple du contrôle des migrations, l’auteur étudie comment la citoyenneté est élaborée et pensée comme un moyen de distanciation vis-à-vis de l’ancienne métropole. Enfin, la troisième partie se concentre sur les années 1970, première décennie du régime militaire de Moussa Traoré. La sécheresse de 1973, la famine qui s’ensuit et les détentions de prisonniers politiques font du Sahel un objet d’interventionnisme. L’auteur montre comment l’humanitaire et les droits de l’Homme deviennent les « idiomes de l’engagement politique » (p. 8) et, à partir d’exemples précis, comment les ONG contribuent à redéfinir les modes de gouvernement. S’opposant à certaines hypothèses de la littérature sur les ONG en Afrique, il montre que les acteurs sociaux et politiques qui leur ouvrent la voie sont justement ceux qui valorisent le plus la souveraineté des États africains (notamment la gauche française et les militants afro-américains).

L’ouvrage questionne ainsi de nombreux aspects familiers des études postcoloniales sur l’Afrique de l’Ouest : décentralisation, migration, politiques anticoloniales, interventionnismes, construction de l’État et délégation de souveraineté aux acteurs non étatiques. Mais il propose d’y réfléchir autrement, de voir, dans l’histoire coloniale et les débuts des indépendances, comment se sont construites, de manière contingente, leurs conditions d’existence.

 

Knut NUSTAD, Creating Africas. Struggles over Nature, Conservation and Land, lu par Guillaume Blanc

41WQ80sJhqL._SX317_BO1,204,203,200_NUSTAD (Knut G.), Creating Africas. Struggles over Nature, Conservation and Land Londres, Hurst & Company, 2015, 192 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Cet ouvrage offre une socio-anthropologie historique du parc d’iSimangaliso et de la forêt adjacente de Duduku, dans la province orientale sud-africaine du KwaZulu-Natal. Les spécialistes pourront critiquer son titre : Creating South Africas aurait peut-être été moins trompeur. Mais il offre tout de même une formidable introduction au lecteur soucieux de savoir pourquoi, sur le continent africain peut-être davantage qu’ailleurs, la nature constitue un enjeu et un lieu de lutte.

La première partie propose une définition de l’aire protégée, traduction matérielle et symbolique de la vision du monde qui sépare la nature du reste de la société. Cette vision, explique Knut Nustad, naît au xixe siècle dans la vieille Europe où, au fur et à mesure que l’industrialisation fait de l’environnement un élément menacé, le romantisme fait de la nature une entité à préserver. Exportée en Afrique, cette vision se traduit par la création de réserves de chasse, puis d’aires protégées. Dans chacune d’entre elles, les populations sont sinon expulsées, au moins criminalisées pour des pratiques cynégétiques et agro-pastorales jugées éthiquement inacceptables et considérées, à ce titre, comme illégales.

Cette introduction donne lieu, dans une seconde partie, à une véritable histoire socioécologique du KwaZulu-Natal, province héritière du royaume zulu (ou Zululand). Au côté d’une chasse locale alimentaire et rituelle s’ajoute, au milieu du xixe siècle, une chasse coloniale commerciale. Quelques années après l’arrivée des Britanniques, éléphants, buffles hippopotames et rhinocéros sont en voie d’extinction. L’émergence d’une nouvelle culture de la nature enraye alors le processus : « Est alors advenue une transformation de la relation homme-animal, du chasseur au chassé » (p. 73). Faisant du chasseur sportif britannique un être supérieur au braconnier africain, la législation coloniale instaure des réserves de chasse où les colons éradiquent les animaux considérés comme nuisibles, tels les chiens sauvages, et préservent, pour une chasse au trophée, la faune dite sauvage. Cependant, à la fi du xixe siècle, avec l’essor de l’industrie agricole, forestière et sucrière, les conservationnistes sont contraints de renoncer à la plupart de leurs réserves : champs, pâturages et troupeaux de bovins se substituent progressivement aux enclos pourvus en grande faune. Mais un troisième processus se dessine : l’invention afrikaaner d’une nature intacte, symbole du pays que les colons ont su aménager par la suite. Servant à la construction de l’identité nationale sud-africaine, puis à l’apartheid, cette politique de la nature débute en 1926 au parc Kruger. Elle se concrétise au milieu des années 1970 dans le parc d’iSimangaliso, inscrit par l’Unesco en 1999 sur la liste du patrimoine mondial naturel de l’humanité. Knut Nustad signale à quel point cette nature est tout sauf naturelle. Façonnée par l’homme depuis des millénaires, profondément transformée depuis l’arrivée des colons, puis préservée « en l’état » depuis sa mise en parc, elle renvoie à l’imaginaire d’un Éden africain autrefois vierge et sauvage, mais aujourd’hui menacé par ses occupants.

Si une seule lecture de l’espace peut être préservée en aire protégée, la nature n’en demeure pas moins tout à la fois ressource à exploiter, territoire à construire et représentation à imposer dans l’espace public. À travers l’histoire de la forêt de Duduku, dont la partie septentrionale est intégrée au parc d’iSimangaliso, la troisième partie de l’ouvrage s’intéresse à la lutte qu’engendre cette confrontation de natures concurrentes. Un siècle durant, les pouvoirs publics expulsent les populations locales habitant puis squattant la forêt. Leur éviction renvoie au développement de l’industrie forestière puis, au début des années 1970, à l’impératif de préservation de la nature. Et depuis la fi de l’apartheid, populations locales et autorités publiques s’affrontent : les premières revendiquent la propriété de terres qui, selon elles, appartenaient à leurs ancêtres ; les secondes réclament l’expulsion de ces populations occupant illégitimement un territoire, à leurs yeux, avant tout vierge de présence humaine. Ces représentations divergentes de ce qu’est la nature, ou plutôt de ce qu’elle aurait été et de ce qu’elle devrait être, se traduisent depuis 1994 par des conflits armés entre gardes du parc et habitants de la forêt.

En décryptant avec minutie les mécanismes de cette violence inhérente à l’aire protégée, Knut Nustad démontre qu’aussi longtemps qu’elle sera dédiée à la sauvegarde d’une entité authentiquement indépendante de l’homme, la protection de la « nature » n’offrira pas de solution aux problématiques environnementales. Bien au contraire, elle continuera d’être au cœur du problème.

Le carnet de la revue