Anderson Ruben, 2014, Illegality, INC., lu par Clara Lecadet

9780520282520ANDERSSON (RUBEN), Illegality, Inc., Oakland, University of California Press, 2014, 360 pages

Que recouvre le spectacle tragique et régulièrement médiatisé de migrants africains qui tentent de franchir l’enclave espagnole de Ceuta et Melilla ou dont on peine à dénombrer les corps échoués dans la Méditerranée ? De quoi le branding de l’illégalité, qui légitime l’utilisation de technologies toujours plus sophistiquées pour détecter les mouvements de ceux qui cherchent à rejoindre l’Europe sur terre ou par la mer et les intercepter, est-il le produit ? En quoi la construction de la figure du « migrant clandestin » est-elle au cœur de la définition et de la mise en œuvre d’une frontière européenne ?

Ruben Andersson, anthropologue à la London School of economics and political science (LSE), a mené une enquête multisite dans des lieux épars et souvent inattendus où se manifeste cette frontière en construction : le siège de l’agence européenne Frontex à Varsovie et le quartier général de la Garde civile à Madrid où sont conçus et mis en œuvre les dispositifs de surveillance, le Mali, la Mauritanie, le Sénégal et le Maroc, où les migrants dessinent des itinéraires et des stratégies pour partir et reviennent parfois après une, voire plusieurs expulsions, ainsi que dans les camps de migrants qui ont réussi à franchir la frontière espagnole à Ceuta mais sont empêchés de rejoindre le continent. Il en tire un récit dont la dimension littéraire est à la mesure de la finesse des analyses anthropologiques.

L’auteur cherche les ressorts de cette frontière éclatée et diffuse dans une « industrie de l’illégalité » (illegality industry) à laquelle participe une pluralité d’acteurs étatiques, institutionnels et privés, en Europe et en Afrique. Cette économie de la frontière réunit en effet les agents européens de l’agence Frontex, de la garde civile espagnole et leurs collègues africains, les travailleurs sociaux à l’œuvre dans les centres de réception des migrants, les ONG mais aussi les médias, les chercheurs et les activistes, qui tous ensemble, volontairement ou involontairement, font advenir la question de l’illégalité et participent à la construction de la figure du « migrant clandestin ».

Cet éclatement spatial et cette pluralité d’acteurs renforcent l’hypothèse selon laquelle il n’est plus ici seulement question de la frontière européenne mais de l’émergence d’une frontière euro-africaine. Les États et les forces de police africaines sont en effet constamment sollicités et entraînés dans ce processus de coproduction de la frontière par l’Europe, au nom d’une coopération qui se veut à la fois économique et politique. L’argent de l’« illégalité » va ainsi aux gouvernements africains qui acceptent le principe de coopération entre les polices et font allégeance à la politique de dissuasion menée par l’Europe, mais il profite aussi aux ONG qui complètent d’un volet humanitaire la dimension répressive de cette politique.

L’économie de l’illégalité repose en effet sur un brouillage constant entre police et humanitaire, aide et contrôle. Ce processus de légitimation de la surveillance des frontières par une rhétorique humaniste permet aux agents européens de défendre l’interception des bateaux de migrants par la nécessité de sauver des vies, quand, dans le même temps, les logisticiens de Frontex parlent de « sécurisation » de la frontière ou de prévention des risques pour gommer la dimension politique du contrôle.

La force du livre est de ne pas se contenter d’une description des technologies et des dispositifs de surveillance mais de montrer comment ceux-ci sont continuellement traversés, investis, éventuellement reformulés par ces différents acteurs. Les scènes relatées font alterner le point de vue des agents de la migration et celui de sujets captifs ou éprouvés par ces mesures. Car l’ouvrage donne une place égale, et en cela politiquement signifiante, aux dispositifs de contrôle, d’enfermement et aux tentatives de contournement et de résistance dont ils sont constamment l’objet. Il relate par exemple, dans des pages inspirées, le mouvement de révolte des migrants survenus à Ceuta durant l’été 2010, mais aussi la complexité de mobilisations transnationales contre une frontière insaisissable et fuyante lors d’une caravane organisée en 2011 par des activistes africains et européens à l’occasion du Forum social de Dakar.

L’industrie de l’illégalité renforce paradoxalement cette migration clandestine qu’elle a pour objectif de combattre : les techniques de contrôle mais aussi les possibilités d’assistance sont incorporées dans les tactiques et les stratégies de plus en plus risquées des migrants sur leurs routes. Un théâtre de l’absurde, une politique spectacle de la frontière, dans lesquels les responsabilités sont diluées et des vies immobilisées.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/12 (N° 136)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *