Les « crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales, par Vincent Bonnecase et Julien Brachet

intro130Introduction au dossier « Crises et chuchotements au Sahel », Politique africaine N°130.

Nul ne doute que l’Afrique sahélienne est aujourd’hui une région en crise. C’est en tout cas ce qui ressort des médias internationaux qui, au-delà de la seule guerre au Mali, consacrent régulièrement leurs titres aux multiples maux qui affectent actuellement cette partie du monde. De fait, les signes de désordres larvés ou de conflits ouverts ne manquent pas si l’on considère les évolutions qu’ont connues les pays sahéliens ces dernières années. Plusieurs de ces pays ont subi des coups d’État – la Mauritanie en 2008, le Niger en 2010, le Mali en 2012 – ainsi que des rébellions armées qui ont mené dans le cas soudanais à une partition de jure du territoire en 2011, et dans le cas malien à une partition de facto de plusieurs mois en 2012. Ces troubles politiques et militaires sont intervenus sur fond de tensions sociales et de difficultés économiques : tandis que depuis 2005, plusieurs villes sahéliennes ont été touchées par d’importants « mouvements contre la vie chère » dans un contexte d’augmentation des prix internationaux des céréales, les populations rurales restent soumises à une forte vulnérabilité alimentaire, laquelle s’est traduite par de nouvelles crises alimentaires et alertes à la famine en 2010 et en 2012. Parallèlement, une grande partie de l’espace sahélien est en proie à une criminalité importante et aux activités de groupes armés, dont certains se réclament désormais d’un islam radical. Ces groupes apparaissent comme une menace pour la stabilité des États de la région et la sécurité d’une partie de leurs populations. Et c’est au nom de la lutte contre cette menace que le gouvernement français a engagé en janvier 2013 une intervention militaire au Mali, soutenue par les forces tchadiennes et par la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) sous conduite africaine.

Pareil constat d’un Sahel en crise, loin de découler de la seule lecture médiatique de ces divers événements, apparaît tout aussi évident si l’on se réfère aux nombreux ouvrages, articles et manifestations scientifiques récemment consacrés à l’Afrique sahélienne, quand bien même ces derniers s’attachent à analyser la complexité de cette notion de crise 1) . On peut toutefois se demander à quel point un tel constat est nouveau, tant les discours sur les crises sahéliennes semblent être permanents depuis que la notion même de « Sahel » a pris son sens géopolitique, dans le contexte de la famine du début des années 1970 pour désigner un ensemble de pays africains essentiellement caractérisés par la grande pauvreté 2 . L’espace régional ainsi dénommé a d’emblée émergé comme un espace en crise sur la scène internationale et son histoire semble, depuis lors, se caractériser par une série de catastrophes sur les plans politique, économique et social, mais aussi dans les domaines démographique, écologique et, désormais, sécuritaire. C’est finalement la pertinence même de l’emploi du terme crise que l’on peut interroger, dès lors que celle-ci désigne, par une forme d’oxymore, une situation quasi-permanente et structurelle depuis une quarantaine d’années 3 . Certes, un certain nombre de déséquilibres qui affectent aujourd’hui le Sahel paraissent plus aigus que par le passé et davantage susceptibles de se propager à l’ensemble de l’espace régional. Mais ces déséquilibres ne seraient-ils pas aujourd’hui d’autant plus visibles aux yeux du monde que l’Afrique sahélienne n’est plus considérée comme une simple périphérie, mais comme une région hautement stratégique, théâtre de transformations sociales dont les enjeux économiques, politiques et sécuritaires dépassent largement le cadre de ses frontières, et dont la déstabilisation pourrait avoir des répercussions lointaines, notamment en Europe ?

Derrière les cris d’alarme des médias et des politiques, derrière cette vision d’un Sahel qui serait au bord de l’implosion, il convient d’interroger ce qui se chuchote, loin des micros et des projecteurs, dans les rues des villes et des villages autant que dans les couloirs des institutions. Nous proposons, dans ce dossier de Politique africaine, de déplacer le regard porté sur les seuls faits saillants qui mettent actuellement en lumière l’Afrique sahélienne, pour interroger ces derniers à l’aune de la vie quotidienne des populations, ainsi qu’à celle des pratiques habituelles des acteurs institutionnels. Deux enjeux principaux traversent les différents articles qui le composent. Le premier consiste à interroger les perceptions locales des « crises » dans différents domaines. Il s’agit de se demander jusqu’à quel point ce qui est défini comme crise, parfois de manière exogène, est également perçu comme tel par les populations sur place mais aussi, lorsque c’est le cas, en quoi un tel diagnostic va de pair avec une redistribution des rôles et l’ouverture de nouvelles opportunités pour certains acteurs à l’échelle locale, nationale ou régionale. Le second enjeu consiste à interroger les effets des politiques de crise mises en œuvre au Sahel, que ces dernières soient tout à fait nouvelles ou qu’elles ne soient que le prolongement de politiques antérieures par d’autres moyens 4 . Ce qui est désigné comme « crise » ne renvoie pas seulement à une réalité sociale, mais aussi à un mode de gouvernement de cette réalité. Il s’agira ainsi de s’interroger sur ces différents dispositifs nationaux et internationaux de gouvernement mis en place ces dernières années au Sahel, ainsi que sur leurs effets, délibérés ou involontaires, non pas seulement à l’endroit des phénomènes qu’ils prétendent officiellement combattre, mais aussi et surtout sur la vie ordinaire des populations 5 .

De quoi le Sahel est-il le nom ?

Si le terme Sahel, d’origine arabe (signifiant « côte », « rivage »), est assez consensuel dans son usage, il ne l’est pas dans sa définition. Quels États, quelles régions, quelles populations en font partie ? Ce flou et le questionnement qui en découle ne sont pas spécifiques à cette partie du globe, comme le montrent les études sur le monde atlantique 6 , l’océan Indien 7  ou les régions du Pacifique 8 , autant de zones bien délicates à délimiter, comme peut l’être le Sahel. Bien loin de vouloir donner de celui-ci une définition essentialiste, nous voudrions revenir ici sur ce qui fait qu’on a progressivement parlé de l’Afrique sahélienne comme d’une région, dotée d’une cohérence d’ensemble, mais aussi sur la manière dont cette région n’a cessé de voir ses limites se remodeler en fonction des caractéristiques dont elle était affublée.

Dans les grandes chroniques arabes du XVIIe siècle que sont le Ta’rīkh al-Fattāsh et le Ta’rīkh al-Sūdān, il est déjà question des royaumes du Sahel, dans la région de Gao et de Tombouctou notamment, dont certains monarques ont laissé la mémoire d’une immense richesse 9) . Le terme même de Sahel s’est d’ailleurs diffusé de l’arabe à un certain nombre de langues locales, le bambara, le fufulde et le tamasheq notamment. Au cours du xixe siècle, il apparaît cependant assez peu dans les récits des voyageurs européens : si Heinrich Barth l’emploie dans celui qu’il fait de son voyage entre Tripoli, Tombouctou et le lac Tchad 10 , en revanche il n’en est pas fait mention dans le récit de René Caillé qui s’est rendu à Tombouctou et à Djenné 11 , ni dans celui de Monteil qui a voyagé du Sénégal au lac Tchad 12 . Le terme devient plus usuel au cours de la première partie du xxe siècle chez les administrateurs coloniaux français, qui désignent par « Sahel » les régions jouxtant le Sahara, soit au Sud (le « Sahel soudanais » 13 ), soit plus fréquemment au Nord (il peut être ainsi question du « Sahel tunisien » ou encore du « Sahel d’Alger » 14 ). Mais au final, ce terme reste alors moins usité qu’il ne le sera par la suite, sinon de manière endogène par certaines populations qui vivent dans ces régions d’Afrique, et il se rapporte alors à différents endroits plus qu’il ne désigne une région à proprement parler.

Au cours du XXe siècle, le Sahel gagne une relative audience, principalement parmi les géographes et les climatologues qui dénomment ainsi l’espace de transition entre le Sahara et la zone soudanienne. Cet espace se définit alors principalement sur la base des isohyètes, même si nul ne s’accorde véritablement sur les mêmes chiffres pour en déterminer les contours 15 . Le Sahel englobe alors, selon ces critères mouvants, une vaste zone allant de l’Atlantique à l’océan Indien, comprenant non seulement une large part de l’Afrique de l’Ouest francophone, mais aussi une partie de l’Afrique anglophone, ainsi que des territoires éthiopien et somalien. Mais jusque dans les années 1960, il ne désigne toujours pas un ensemble de pays, pris au sens géopolitique du terme. De manière significative, Yves Lacoste ne fait nulle mention du Sahel dans la première édition de sa Géographie du sous-développement, publiée en 1965, où il s’attache à définir les caractéristiques communes et les singularités des pays sous-développés 16 . Le terme apparaît en revanche dans l’édition de 1976 du même ouvrage (dont le titre a été augmenté d’un sous-titre : Géopolitique d’une crise), dans le chapitre consacré à la « géographie de la faim ». Sont alors évoquées à maintes reprises « ces famine survenues en 1973-1974 dans les pays du Sahel et en Éthiopie 17 ». C’est finalement dans le contexte de cette crise alimentaire du début des années 1970, la plus grave qu’aient connue les populations de l’Afrique occidentale depuis les années 1930, que le Sahel a désormais désigné non plus seulement une zone géo-climatique, mais aussi un ensemble de pays frappés par la sécheresse et la famine. Selon les termes du démographe John Cadwell, on s’est alors mis à parler des « pays sahéliens […] pour se référer […] au Sénégal, à la Mauritanie, au Mali, à la Haute-Volta, au Niger et au Tchad 18 ».

Cette émergence de l’espace sahélien dans les représentations internationales a été favorisée par un ensemble hétérogène de mobilisations médiatiques, humanitaires, politiques et scientifiques qui venaient brusquement mettre en lumière l’importance des problèmes alimentaires et nutritionnels dans cette partie de l’Afrique. Les nombreuses organisations humanitaires, tout d’abord, venues porter assistance aux populations victimes de la famine jouent un rôle important dans le processus : les images des enfants sous-alimentés et des camps de réfugiés sont largement relayées par les médias occidentaux, jusqu’à s’imposer assez rapidement comme l’un des symboles les plus communément véhiculés de la pauvreté dans le monde 19 . Les gouvernements africains, ensuite, contribuent à ce phénomène en créant, en 1973, le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) 20 , nouvelle organisation régionale dont l’objectif initial est de susciter et de coordonner une réponse internationale face à la famine 21 . Des universitaires français, enfin, en lien avec le milieu associatif, concourent à identifier le Sahel comme une région spécifique. En 1973, un collectif de chercheurs, le Comité d’Information Sahel, se constitue notamment autour de Claude Meillassoux pour « informer sur les causes profondes de la misère qui frappe l’Afrique sahélienne et sur les résistances et les luttes que suscite la domination impérialiste 22 ». C’est à la suite de cette initiative qu’est publié en 1974 Qui se nourrit de la famine au Sahel ?, premier ouvrage académique – et militant – à porter spécifiquement sur le Sahel au sens géopolitique du terme, suivi en 1975 par Famines et sécheresses du Sahel publié sous la direction de Jean Copans 23 . Dans ce contexte de famine, le Sahel a donc gagné une visibilité inédite et de nouveaux contours, les idées de grande pauvreté puis de crises à répétition (suite à la famine de 1984-1985) lui conférant son unité aux yeux du reste du monde.

Si depuis lors, la faim et la pauvreté constituent toujours des caractéristiques centrales accolées à l’Afrique sahélienne 24 , celle-ci apparaît désormais dans les représentations politiques et médiatiques à travers un nouveau prisme qui participe de la modification de ce qui la caractérise sur la scène internationale et conséquemment de ses contours : celui de la radicalisation religieuse, vecteur désigné de déstabilisation politique et, sous une forme exacerbée, celui du terrorisme international. Certes, tout n’est pas nouveau dans de telles représentations. La crainte d’un islam d’inspiration réformiste, soumis aux influences extérieures, qui radicaliserait un « islam noir » supposé plus tolérant était présente au ministère français des Colonies depuis la fin du xixe siècle 25 : la notion de « péril confrérique », et en particulier celui représenté par des confréries créées en Afrique du Nord, avait quasiment été érigée en doctrine officielle, entretenue jusque dans les années 1930 par les services coloniaux de police et de renseignements de part et d’autre du Sahara 26 . Après les Indépendances, cette crainte a continué d’agiter un certain nombre de gouvernements ouest-africains, en particulier celui du Nigeria qui fut confronté à une contestation politique et sociale très virulente de la part de mouvements islamiques fondamentalistes, réformistes et mahdistes, notamment le mouvement Izala à partir de la fin des années 1970 27  et celui des Maitatsine, engagé au début des années 1980 dans une violente rébellion qui se solda par plusieurs milliers de morts 28 . En revanche, l’extension de la perception du risque de radicalisation religieuse et de crise sécuritaire à l’ensemble du Sahel est relativement nouvelle depuis une dizaine d’années. Cette extension est allée de pair avec un remodelage des contours géopolitiques de cet espace, la conception de ladite radicalisation étant indissociablement liée à celle du risque de sa propagation 29 .

Jusqu’à la fin des années 1990, en dehors du Nigeria, la violence politico-religieuse était principalement associée au territoire algérien, théâtre d’une guerre civile meurtrière et lieu de création, entre autre, du Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) en 1998, lui-même issu d’une dissidence du Groupe islamique armé (GIA). Après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis d’Amérique, l’Afrique sahélienne apparaît rapidement comme un foyer potentiel du terrorisme international. Cela se traduit dès 2002 par la mise en place de nouveaux dispositifs internationaux de surveillance, en particulier la Pan-Sahel Initiative (PSI), établie par le gouvernement étasunien en vue de resserrer les liens de coopération militaire et stratégique avec les gouvernements locaux. À partir de 2005, la PSI devient la Trans-Sahara counter Terrorism Initiative, placée elle-même depuis 2008 sous la responsabilité du United States Africa Command (Africom) basé à Stuttgart 30 . Sahara et Sahel se sont retrouvés presque indifférenciés 31  dans ces nouveaux dispositifs qui, loin de parvenir aux fins qui leur étaient assignées, n’ont fait qu’accompagner l’apparition de différents groupes se réclamant de l’islam radical et de la lutte armée 32 . La multiplication de ces groupes agissant dans une région de plus en plus vaste a conduit à élargir considérablement l’espace compris comme sahélien. Ainsi, à partir du début de l’année 2013, les parties septentrionales du Nigeria, du Cameroun et de la Centrafrique sont apparues sur les cartes du ministère français des Affaires étrangères comme des régions du Sahel « formellement déconseillées », alors que ces cartes ne comprenaient jusqu’alors que de larges parties de la Mauritanie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad 33. D’autres cartes du « Sahel » diffusées par les médias intégraient déjà, en outre, toute une partie de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et de l’Égypte 34 . Au plus fort de cet étirement, ce qui est désormais dénommé « l’arc de crise du Sahel 35 » recouvre ainsi parfois un petit tiers du continent africain, de la Mauritanie à la Somalie.

Derrière la visibilité des crises, interroger les chuchotements

Mais que faut-il entendre par « crise » ? Le constat de son évidence ne lui confère aucun contenu immédiatement assignable. En l’appliquant progressivement à toutes les composantes de la vie (il est ainsi aujourd’hui régulièrement question de crises politiques, économiques, financières, religieuses, sociales, migratoires, alimentaires ou démographiques, au Sahel et ailleurs), on en vient à se demander ce qui légitime cette unification sous un même qualificatif, voire une même métaphore médicale, de domaines si différents 36 . La limite entre un état supposé normal et un état supposé critique est en outre toujours floue, difficile à définir, voire idéologique en tant qu’elle résulte d’appréciations négociées entre pouvoirs, experts et populations. Pour autant, si l’on admet d’une part le fait que pour qu’il y ait crise, il faut un accroissement brusque et intense des désordres, des incertitudes, des perturbations, des blocages et des dysfonctionnements, en somme un « dérèglement organisationnel » entraînant une rupture d’équilibre 37 , et d’autre part le fait que le Sahel désigne depuis une quarantaine d’années un espace structurellement caractérisé par ce type de phénomènes, en quoi l’Afrique sahélienne serait-elle aujourd’hui particulièrement en crise ? Soit la crise est chronique, c’est-à-dire à la fois condition et contexte et non plus point de rupture momentané dans l’ordre des choses, et constitue de ce fait l’état normal et permanent des sociétés sahéliennes, ce qui transforme l’intérêt heuristique de la notion tout en rappelant que ce qui est perçu comme « équilibre » n’est pas intrinsèquement plus normal que ce qui semble être « déséquilibre » 38 . Soit on parle de crise à tort et à travers sans rien désigner de précis, ce qui ne serait pas nouveau ni même propre au Sahel : lorsque dans les années 1970, suite au premier choc pétrolier, médias et politiques européens se mirent à ne plus parler que de crise dans tous les domaines, Edgar Morin s’étonnait déjà en ces termes :

« Il est de plus en plus étrange que la crise, devenant une réalité de plus en plus intuitivement évidente, un terme de plus en plus multiplement employé, demeure un mot aussi grossier et creux ; qu’au lieu d’éveiller, il contribue à endormir 39 ».

Plutôt que de trancher entre l’une ou l’autre de ces deux postures, ce dossier a pour premier objectif d’interroger les perceptions que les populations sahéliennes peuvent avoir de ce qui tient communément lieu de crise à l’échelle internationale, quelle que soit la validité que l’on puisse par ailleurs conférer à un tel diagnostic. Cet objectif induit inévitablement un questionnement méthodologique sur le rapport au terrain et sur la possibilité de produire des données empiriques dans des zones en crise ou déclarées comme telles. Depuis quelques années, nombre d’institutions scientifiques et de représentations diplomatiques ont en effet interdit à leurs employés et ressortissants de se rendre dans de nombreuses régions sahéliennes et cela pour une durée indéterminée. Touristes, humanitaires, journalistes et chercheurs extérieurs sont peu nombreux à pouvoir encore se rendre dans toute une partie de la Mauritanie, du Mali, du Niger et du Nigeria et observer ce qui s’y passe. En revanche policiers et militaires, notamment européens, continuent de coopérer avec leurs homologues locaux afin de lutter « contre le terrorisme », « contre les trafics », ou plus discrètement « contre les migrations irrégulières ». On se retrouve ainsi dans une situation délicate, avec d’un côté des terrains qui se ferment ou tout au moins ne laissent filtrer que certaines informations, et de l’autre une demande sociale croissante d’études et d’analyses « labellisées » expertes, laquelle ne se préoccupe guère des contraintes et des logiques propres des processus de production des connaissances scientifiques. La difficile accessibilité des terrains n’empêche évidemment pas de mener des recherches 40 . Elle en modifie néanmoins les conditions de réalisation et parfois la nature.

De ce contexte d’accessibilité réduite et de demande accrue, qui n’est pas sans lien avec les agendas politiques nationaux et internationaux, résulte dans le cas présent une production croissante d’expertises reposant sur des points de vue distants sur le Sahel, et une raréfaction des travaux reposant sur une base empirique. D’où, peut-être, une survalorisation des « cris » qui portent loin, que l’on perçoit depuis les abords du Sahel et à travers la friture des téléphones, au détriment des « chuchotements » du quotidien, pourtant tout aussi révélateurs des dynamiques sociales à l’œuvre 41 . Or, les manifestations de crise même les plus patentes ne sauraient être comprises dans leur complexité dès lors qu’elles sont appréhendées isolément, comme si elles faisaient sens en elles-mêmes ou qu’elles marquaient nécessairement une nette rupture par rapport à leur environnement ordinaire, social et historique. C’est pourquoi ce dossier de Politique africaine vise à montrer le Sahel actuel à travers les vies quotidiennes et les perceptions locales de ses populations, et à replacer des faits plus ou moins visibles et médiatisés dans une analyse plus large des processus de déstabilisation, d’adaptation ou de transformation des sociétés sahéliennes contemporaines. Les différents articles qui le composent, même s’il ne couvrent inévitablement pas l’ensemble de l’espace aujourd’hui compris comme sahélien, n’en mettent pas moins en lumière la diversité des domaines où sont aujourd’hui diagnostiquées des crises, en s’intéressant davantage à ce qui se joue dans ces moments ainsi identifiés, aux activités tactiques des différents acteurs pris dans ces lieux et ces temps de crise, qu’aux « causes » de ces situations ou à leurs possibles évolutions futures 42 .

Les perceptions plurielles de la crise politique malienne et les reconfigurations rapides de la légitimité que celle-ci suscite localement sont par exemple interrogées par Julien Gavelle, Johanna Siméant et Laure Traoré, dont l’article se concentre sur un temps court allant de janvier à septembre 2012 et sur un espace resserré couvrant Bamako et la ville-garnison voisine de Kati 43 . Ce faisant, les auteurs déplacent le regard par rapport aux lectures qui feraient de la crise la résultante évidente d’une fragilité structurelle de l’État malien, accentuée depuis le Nord par la rébellion touarègue et les mouvements islamistes. Ils invitent à saisir l’existence de vies politiques dotées de certaines formes d’autonomie dans la capitale malienne, en dehors de celles dont on parle le plus. Cette crise, loin d’être réduite à un face-à-face entre les acteurs les plus visibles que sont les pouvoirs civils, l’armée et les différents groupes rebelles, fait en effet intervenir de multiples autres acteurs que sont, entre autres, les femmes des militaires, les nombreuses associations bamakoises qui se font ou se défont et les autorités islamiques de la capitale. En portant leur attention sur les rumeurs, les slogans de manifestations et les discussions de grins, les auteurs montrent en quoi la crise malienne donne lieu à une multitude de récits concurrents qui ne cessent de se reconfigurer localement au jour le jour, en fonction de l’évolution de la conjoncture politique, des opportunités qui s’ouvrent et de celles qui se ferment.

Dans un autre domaine, le mécontentement social face à l’augmentation des prix des denrées alimentaires, qui a marqué bon nombre de villes du Sahel et du reste du monde depuis le milieu des années 2000, a souvent donné lieu à des labellisations de crise assez généralistes, comme s’il s’agissait d’un même mouvement de protestation qui se serait propagé au gré des fluctuations du marché. Interroger les expressions locales de la colère dans la ville de Niamey, non seulement dans le cadre de mobilisations collectives face à « la vie chère », mais aussi dans des situations plus ordinaires, en dehors des espaces les plus visibles de la contestation, permet à Vincent Bonnecase d’en proposer une autre lecture. L’auteur montre en effet que cette colère face à l’augmentation des prix, loin de constituer une simple réaction induite par la dégradation des conditions de vie, charrie des imaginaires politiques locaux, eux-mêmes liés à la mémoire des politiques de contrôle des prix et d’approvisionnement des marchés qui ont précédé le tournant libéral de la fin des années 1980. Il explique également que les modèles de légitimité bâtis par les autorités nigériennes de l’époque, entretenus par celles qui leur ont succédé, ont alimenté des discours et des pratiques de contestation dès lors que les obligations régulatrices prêtées à l’État n’étaient plus honorées. Vue sous cet angle, la colère face à la vie chère apparaît beaucoup plus construite, plus rationnelle et plus politique que ne peuvent le laisser penser des projections fondées sur sa seule dimension émotionnelle et conjoncturelle.

Des crises entre diagnostic et dispositifs

Le second objectif du dossier est d’interroger l’incidence effective des discours de crise sur la conjoncture critique en Afrique sahélienne, voire la dimension performative de ces discours, c’est-à-dire de réfléchir sur la crise comme situation construite, parfois de manière externe plus qu’interne 44 . Si parler sans cesse de crise peut finir par endormir l’auditoire à force d’accoutumance, un tel diagnostic n’est pas pour autant sans effet et s’avère même souvent lourd de conséquences. Lorsque Henry Bernstein remettait en cause la validité de la description de la « crise » générale de l’Afrique subsaharienne faite par la Banque mondiale dans les années 1980 45 , il tentait ainsi d’invalider l’argumentation qui permettait à l’organisation libérale de justifier la mise en œuvre de ses programmes d’ajustement structurel 46 . Les processus de catégorisation de situations et d’interventions qui en découlent peuvent être étudiés dans la perspective de l’analyse séquentielle des politiques publiques : comment une « crise » émerge-t-elle et est-elle perçue comme telle, comment arrive-t-elle sur un agenda politique et de quelle façon des « solutions » sont-elles invoquées et mises en œuvre, et ensuite, plus rarement ou moins visiblement, évaluées 47 ? Depuis quelques années, l’assignation du Sahel au statut de zone en crise a suscité la multiplication de dispositifs nationaux et transnationaux, en particulier d’aide et de contrôle. Ces dispositifs apparaissent d’autant moins discutables qu’ils prétendent répondre à des situations d’urgence, de drame ou de tensions extrêmes. Pourtant, tout en prétendant sécuriser la région dans leurs différents domaines d’application, ils peuvent aussi constituer des facteurs d’insécurité pour les populations locales ou donner lieu à de multiples instrumentalisations et réappropriations, concourant à redessiner de nouveaux rapports de pouvoir à différentes échelles. Que sait-on en effet des fondements de ces politiques « anti-crises », de leur utilité, de leurs limites, voire de leurs effets pervers, si ce n’est que le seul fait de déclarer la crise est aussi pour de multiples acteurs une manière de gérer certaines situations.

Afin de saisir dans quelle mesure ces dispositifs participent d’une transformation des sociétés sahéliennes, il s’agit donc d’appréhender au mieux l’ensemble de leurs incidences, volontaires et involontaires, non pas seulement sur les objets bien identifiés contre lesquels ils prétendent lutter directement et officiellement (le terrorisme, les trafics marchands ou les famines par exemple), mais aussi et surtout sur l’ensemble des domaines de la vie ordinaire des populations. L’un des exemples les mieux documentés, sur lequel revient Daouda Gary-Tounkara dans le présent dossier à partir du cas malien, est sans doute celui des migrations entre l’Europe et l’Afrique, à propos desquelles on a commencé à parler de « crise migratoire » au début des années 2000. Partant d’une supposée « invasion » de l’Europe par des migrants irréguliers en provenance d’Afrique de l’Ouest et du Nord 48 , annoncée ad nauseam dans les médias et les discours politiques, et malgré les études prouvant l’absence de fondement statistique à ce discours 49 , des politiques migratoires ont été mises en place en Afrique, sur injonctions ou tout au moins incitations européennes. Ces politiques qui depuis lors n’ont fait que s’étendre et se renforcer, ont, entre autres, entraîné un durcissement des contrôles aux frontières septentrionales des pays du Sahel, ce qui a engendré une augmentation de la clandestinité, du coût financier et de la dangerosité des voyages des migrants au Sahara 50 . Sous couvert d’une lutte contre des migrations irrégulières à destinations de l’Europe, extrêmement marginales d’un point de vu relatif (au regard de l’ensemble des migrations entre les deux continents) et absolu (au regard des populations totales des espaces concernés), ces politiques perturbent ainsi un système migratoire et commercial qui existe depuis des décennies et qui est majoritairement intra-africain 51 . Constatant que ces politiques migratoires concourent également à créer de nouvelles catégories « d’indésirables » qui sont amenés à revenir – volontairement ou non – dans leur pays d’origine, Daouda Gary-Tounkara montre à quel point la gestion des migrations de retour constitue un paramètre important et trop peu considéré de l’actuelle crise politique malienne.

La question des dispositifs de crise apparaît également au cœur de l’article de Barbara M. Cooper sur les perceptions des questions de natalité au Sahel. Dans un contexte de médiatisation des projections démographiques qui concernent tout particulièrement l’espace sahélien (qui comptait 31 millions d’habitants en 1950, en compte 100 millions aujourd’hui, et pourrait en compter 300 millions en 2050 52 ), l’auteure analyse le décalage entre la perception endogène de la fertilité par les femmes sahéliennes elles-mêmes et sa perception allogène par les institutions internationales. Elle prend ainsi à revers tout le discours institutionnel actuel sur ce qui est conçu comme une « crise démographique » en montrant que, localement, le premier problème des femmes sahéliennes en matière de fécondité est le manque de fertilité – et plus précisément l’infertilité secondaire –, lequel expose davantage au divorce, à la séparation ou à la polygamie, et plus globalement à la fragilité sociale. De son approche de démographie et d’anthropologie historique résulte un questionnement critique des politiques de régulation des naissances mises en œuvre depuis des décennies dans la région, et en découle en filigrane une interrogation sur la légitimité de ces interventions 53 , mais aussi sur leur simple efficacité. Ces politiques, précisément parce qu’elles ne tiennent aucun compte des problèmes tels qu’ils sont vécus par les premières intéressées, finissent par avoir des effets non voulus qui peuvent être opposés aux objectifs mêmes qui leur sont assignés. La gestion de crise dans ces domaines migratoires et démographiques, comme dans de nombreux autres, constituerait finalement un art bien incertain de la gouvernance internationale 54 .

Le Sahel à travers le prisme de la menace

La question des dispositifs mis en place pour faire face à des situations de crise, indexées et traitées comme telles par différents acteurs institutionnels, rappelle ce que Didier Bigo désignait déjà il y a plus de vingt ans comme « l’idéologie de la menace du Sud 55 ». Si celle-ci se décline dans différents champs couverts par le dossier – à commencer par le risque d’« explosion démographique » dont il vient d’être question –, les faits aujourd’hui les plus visibles désignés comme constituant des menaces au Sahel sont certainement ceux qui relèvent de la radicalisation religieuse et, plus particulièrement, de l’islamisme politique 56 .

L’essor d’un islamisme politique en Afrique sahélienne, que ce soit dans la contestation du pouvoir étatique ou dans sa prise de contrôle, ne peut se comprendre sans tenir compte des trajectoires proprement locales de ses protagonistes. En analysant les « constellations d’intérêts disséminées dans les dispositifs et les logiques économiques 57 » de groupes et d’individus zaghawas impliqués dans le conflit du Darfour, Raphaëlle Chevrillon-Guibert montre ainsi dans son article comment ces derniers ont eu temporairement des intérêts qui s’articulaient avec ceux des islamistes soudanais avant et après qu’ils n’arrivent au pouvoir en 1989. L’auteure reprend l’histoire du conflit et souligne que le soutien zaghawa au régime islamiste n’avait pas forcément de fondements politiques ou religieux, ce qui permet d’appréhender la guerre du Darfour non pas seulement comme un changement d’alliances entre les acteurs à un moment donné, mais aussi dans ses aspects plus structurels liés au jeu économique. De même, Adam Higazi retrace l’histoire des Talibans nigérians, connus sous le nom de Boko Haram (bien que les membres de ce groupe réfutent généralement cette appellation et revendiquent celle de Jamā‘at ahl al-sunnah li’l-da ‘wah wa’l-jihād 58 ), en l’inscrivant dans une économie politique de la violence au sein de laquelle insurrection armée et répression d’État sont étroitement liées. La montée du conflit à partir de 2003 puis plus fortement de 2009 n’apparaît pas, à travers cette analyse, comme le produit attendu et prévisible d’une seule opposition idéologique entre un mouvement islamiste et un État fédéral séculier, mais davantage comme le fait d’interactions qui ne cessent de se redéfinir en fonction d’une trame événementielle proprement locale.

Ces analyses amènent à questionner la peur d’un islamisme qui se développerait en réseau sur l’ensemble de la zone sahélienne. Cette peur semble souvent reposer sur l’amalgame de plusieurs phénomènes, lesquels devraient prioritairement être lus de manière dissociée, même si des liens entre les uns et les autres peuvent naturellement être interrogés. Voir dans les éléments aussi divers que le développement des médersas et des écoles arabo-musulmanes 59 , le déploiement de la finance islamique 60 , l’évolution des pratiques cultuelles 61  ou encore l’essor récent du jihadisme politique 62  les signes d’un seul et même processus de radicalisation religieuse ne rend vraisemblablement pas bien compte des dynamiques réelles. Sur le simple plan organisationnel, les travaux menés sur différents groupes islamistes les dépeignent généralement comme un ensemble de factions disparates jouissant d’une grande autonomie d’action et de pensée les unes par rapports aux autres 63 , et fonctionnant selon des logiques en grande partie locales. L’instauration de la sharī‘ah constitue certes une revendication partagée (sans qu’il n’y ait nécessairement d’accord sur le niveau, l’étendue et l’intensité de son application), mais il est essentiel de rappeler que la vie quotidienne de la très grande majorité des populations sahéliennes est déjà régie depuis des décennies par le droit musulman. Prières, mariages, baptêmes, divorces, héritages, aumônes ou encore décès se font selon les règles de la sharī‘ah, c’est-à-dire les règles du « chemin du respect de la loi de Dieu ». Ce n’est ainsi pas l’application en soi de la sharī‘ah qui a pu poser problème dans le Nord du Mali en 2012, mais bien la manière dont certaines de ses parties y ont été interprétées et appliquées dans la plus grande violence. Quant à l’évolution des pratiques religieuses dans un sens plus rigoriste, il importe de distinguer sa dimension littéraliste, qui s’exprime à travers une volonté de respect de l’orthodoxie qui n’est pas nouvelle 64 , et l’une de ses transcriptions politiques qui consisterait à promouvoir la conquête du pouvoir étatique 65 . Lire ces deux phénomènes comme étant intrinsèquement liés – voire, parfois, les amalgamer sous le seul terme d’islamisme 66 – témoigne sans doute autant de l’évolution des regards portés sur l’islam que de l’évolution de l’islam lui-même 67 .

Ensuite, l’idée de consensus face à une « menace islamiste globale » empêche d’interroger d’autres réalités qui, quand bien même elles seraient d’une ampleur limitée, paraissent pourtant importantes à considérer, notamment celles des arrangements, de la participation ou de l’adhésion sociale. Plusieurs travaux, revenant sur l’instauration de la sharī‘ah dans le Nord du Nigeria à partir des années 1999-2000, ont montré que cette mesure, en plus d’avoir suscité un important débat public sur l’ampleur de son application 68 , avait été favorablement accueillie par une bonne partie des populations, notamment parce qu’elle semblait aller de pair avec la lutte contre la corruption et la restauration d’un État fort, non pas seulement dans les domaines policiers et judiciaires, mais aussi sur les plans économique et social 69 . De même, après la prise du pouvoir par les tribunaux islamiques à Mogadiscio en 2006 – et avant les interventions militaires éthiopienne et américaine –, il semble que les nouveaux pouvoirs aient été perçus, en-deçà de toute forme d’assentiment religieux, comme des éléments de stabilisation et de restauration de l’État face au désordre et à l’arbitraire politiques qui prévalaient dans les années précédentes 70 . Certes, le Mali n’est ni le Nigeria, ni la Somalie, mais jusqu’à présent les seules images des réactions populaires qui ont suivi la fuite des islamistes de Tombouctou et de Gao en janvier 2013, images qui témoignaient d’un rejet des éphémères autorités de ces deux villes, étaient produites et diffusées par l’armée française, ou par des médias soigneusement encadrés. Ces images de propagande d’une armée à ce moment là victorieuse ne laissaient évidemment pas de place au doute ou à la contradiction qui, dans tous les cas, ne devaient plus s’exprimer publiquement tant il est toujours préférable d’être dans le camp du vainqueur, quitte à le rallier tardivement. Pour autant, on peut se demander dans quelle mesure certains services publics n’ont pas continué de fonctionner avant l’intervention militaire, sur un modèle de gouvernement indirect sous la houlette des groupes islamistes 71 . On peut aussi se demander en quoi la nouvelle donne a représenté, pour certaines populations subalternes, des nouvelles opportunités en termes d’accès aux ressources, que ce soit sur un plan matériel ou sur un plan plus symbolique. Comme le remarquait Jean Schmitz lors du débat « Nord Mali/Algérie : trafics, fraude et religion au Sahara » 72 , la question de l’affichage d’une sharī‘ah égalitaire entraînant une adhésion, même minoritaire et partielle, de personnes dont les conduites ne sauraient s’expliquer par la seule subjectivité religieuse, doit être soulevée.

Finalement, à la lecture de ce dossier, force est de constater que tous les articles présentés renvoient plus ou moins directement à trois notions fondamentales de l’étude des crises et de leur gestion, à quelque échelle qu’on se place : la population comme objet, le gouvernement comme cadre politique théorique et pratique, et la sécurité comme objectif 73 . Aussi, en faisant progressivement entrer des pans entiers de la vie et des vivants – à travers leur surveillance, leur contrôle, leur orientation, leur modelage – dans des stratégies politiques qui peuvent être envisagées comme autant de stratégies de pouvoir, les dispositifs sécuritaires anti-crises apparaissent comme autant d’outils majeurs du gouvernement contemporain des individus et des groupes à travers le Sahel.

Vincent Bonnecase (CNRS – Les Afriques dans le monde), Julien Brachet (IRD – Université Paris 1)

Paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130), p. 5-22.

Crédit image : Julien Brachet, Niger, 2005.

  1. Si l’on se réfère aux colloques organisés dans les universités européennes depuis 2012, les intitulés sont parfois éloquents : « Menaces en Afrique du Nord et au Sahel et sécurité globale de l’Europe » (Maison de la Recherche, Paris, 28 février 2012), « Rebels, Terrorists and Refugees : Focus on the Current Crisis in the Sahel » (Roskilde University, Roskilde, 21-22 mai 2012), « The Sahel Crisis : Where do European and African Perspectives Meet ? » (Institute for African Studies, Bruxelles, 27 février 2013). Parallèlement, de nombreux articles académiques ont été publiés sur cette thématique des crises sahéliennes, ainsi que quelques numéros spéciaux de revues d’actualité (Questions internationales, dossier « Sahel en crises », novembre 2012 ; World Politics Review, dossier « Mali’s Conflict, the Sahel’s Crisis », janvier 2013 ; Stability, dossier « Region in Crisis : Stabilizing Mali and the Sahel », juin 2013 []
  2. V. Bonnecase, La Pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2012 []
  3. N. Van de Walle, African Economies and the Politics of Permanent Crisis, 1979-1999, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; au-delà du seul continent africain, voir également M. Revault d’Allonnes, La Crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Le Seuil, 2012 []
  4. M. Dobry, « Mobilisations multisectorielles et dynamique des crises politiques : un point de vue heuristique », Revue française de sociologie, vol. 24, n° 3, 1983, p. 395-419 []
  5. Michel Foucault définit un dispositif comme étant un réseau formé par « un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit » : M. Foucault, « Le jeu de Michel Foucault », Dits et Écrits 1954-1988, tome III, Paris, Gallimard, 1994, p. 299 []
  6. B. Bailyn, Atlantic History : Concept and Contours, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2005 []
  7. M. Pearson, The Indian Ocean, Londres, Routledge, 2003 []
  8. A. Dirlik (dir.), What Is in a Rim ? Critical Perspectives on the Pacific Region Idea, Boulder, Co, Westview Press, 1993 []
  9. A. A. I. A. Es-Sadi, Tarikh Es-Soudan, Paris, E. Leroux, 2 vol., 1898-1900 (édition originale, 1613) ; M. K. M. Kâti, Tarikh el-Fettach, Paris, E. Leroux, 1913 (édition originale, vers 1665 []
  10. H. Barth, Voyages et découvertes dans l’Afrique septentrionale et centrale pendant les années 1849 à 1855, traduit de l’Allemand par Paul Ithier, tome I, Paris, A. Bohné, 1860 []
  11. R. Caillié, Journal d’un voyage à Tombouctou et à Jenné, dans l’Afrique centrale, Paris, P. Mongie, 1830 []
  12. P. L. Monteil, De Saint-Louis à Tripoli par le lac Tchad. Voyage au travers du Soudan et du Sahara accompli pendant les années 1890-91-92, Paris, Éditions Félix Alcan, 1894 []
  13. F. de Zeltner, Mission dans le Sahel soudanais, Paris, Impr. nationale, 1911 []
  14. R. de Lamothe, Les Anciennes lignes de rivage du Sahel d’Alger et d’une partie de la côte algérienne, Paris, Société géologique de France, 1911 []
  15. B. Alpha Gado, Crises alimentaires en Afrique sahélienne. Les réponses paysannes, Cotonou, Éditions du Flamboyant, 2010, p. 35-36 ; J. Gallais, Hommes du Sahel. Espaces-temps et pouvoirs. Le Delta intérieur du Niger 1960-1980, Paris, Flammarion, 1984 []
  16. Y. Lacoste, Géographie du sous-développement, Paris, PUF, 1965 []
  17. Y. Lacoste, Géographie du sous-développement. Géopolitique d’une crise, Paris, PUF, 1976, p. 74 []
  18. J. Cadwell, La Sécheresse dans le Sahel et ses conséquences démographiques, Conseil de la Population du Conseil économique et social des Nations unies, 1975, p. 6. []
  19. J. Copans, « Images, problématiques et thèmes », in J. Copans (dir.), Sécheresses et famines du Sahel, tome 1, Paris, Maspero, 1975, p. 9-39 []
  20. Comprenant à l’origine la Haute-Volta, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad, le CILSS a depuis été rejoint par le Cap-Vert, la Gambie et la Guinée Bissau []
  21. P. Robinson, « The Political Context of Regional Development in the West African Sahel », The Journal of Modern African Studies, vol. 16, n° 4, 1978, p. 579-595 []
  22. Comité d’informations Sahel, Qui se nourrit de la famine en Afrique ?, Paris, Maspero, 1974, p. 8 []
  23. J. Copans, Sécheresses et famines…, op. cit. Voir aussi D. Dalby et R. Harrison-Church (dir.), Drought in Africa, (2 tomes), Londres, SOAS, International African Institute, 1973 []
  24. Depuis les années 1990, les pays sahéliens apparaissent invariablement à la fin des classements annuels du Pnud sur le « développement humain », voire aux tous derniers rangs pour ce qui est du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Tchad []
  25. O. Depont et X. Coppolani, Les Confréries religieuses musulmanes, Alger, A. Jourdan, 1897. Sur la perception coloniale de l’islam en Afrique subsaharienne, voir également V. Monteil, L’Islam noir, Paris, Le Seuil, 1964 []
  26. J.-L. Triaud, La Légende noire de la Sanûsiyya : une confrérie musulmane saharienne sous le regard français, 1840-1930, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1995 []
  27. O. Kane, « Izala : The Rise of Muslim Reformism in Northern Nigeria », in M. E. Marty et R. S. Appleby (dir.), Accounting for Fundamentalisms : The Dynamic Character of Movements, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 490-512 []
  28. E. Isichei, « The Maitatsine Risings in Nigeria, 1980-1985 : a Revolt of the Disinherited », Journal of Religion in Africa, vol. 17, n° 3, 1987, p. 194-208 ; A. O. Adesoji, « Between Maitatsine and Boko Haram : Islamic Fundamentalism and the Response of the Nigerian State », Africa Today, vol. 57, n° 4, 2011, p. 98-119 []
  29. C’est ce à quoi renvoie implicitement la notion de « Sahélistan » notamment utilisée par le ministre français des Affaires étrangères en juillet 2012, laissant à la fois supposer une analogie entre l’Afghanistan et le Mali, mais aussi l’existence d’un arc islamiste qui irait de Kaboul à Kidal []
  30. Voir notamment B. Lecocq et P. Schrijver, « The War on Terror in a Haze of Dust : Potholes and Pitfalls on the Saharan Front », Journal of Contemporary African Studies, vol. 25, n° 1, 2007, p. 141-166 ; A. Tisseron, « Enchevêtrements géopolitiques autour de la lutte contre le terrorisme dans le Sahara », Hérodote, n° 142, 2011, p. 98-107 []
  31. D. Retaillé et O. Walther, « Guerre au Sahara-Sahel : la reconversion des savoirs nomades », L’information géographique, vol. 76, n° 3, 2011, p. 51-68 []
  32. En particulier les Talibans du Nigeria en 2003 (depuis connus sous le nom de Boko Haram), Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi, directement issu du GSPC) en 2007, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) en 2011, Ansār al-Dīn en 2012, ou encore la katiba des Moulhatamines en 2013 []
  33. Carte « Les zones du Sahel formellement déconseillées par le Quai d’Orsay », Le Monde, 22 mars 2013 []
  34. []
  35. « Paris met en garde contre les risques d’attentats ou d’enlèvement au Bénin », Le Monde, 22 février 2013 []
  36. N. Ameline, Un arc de crise aux portes de l’Europe : un nouveau partenariat stratégique Nord/Sud pour le Sahel, Projet de rapport spécial 063 DSC 13F, Commission de la défense et de la sécurité, Assemblée parlementaire de l’Otan, 10 avril 2013 []
  37. Avant d’être une notion floue des sciences sociales qui, depuis le xixe siècle, a progressivement été utilisée dans les domaines de la psychologie, de la morale, de la politique et de l’économie, puis dans l’ensemble des domaines de la vie, le latin crisis désignait à l’origine la « phase décisive d’une maladie » []
  38. E. Morin, « Pour une crisologie », Communications, n° 25, 1976, p. 149-163 []
  39. H. Vigh, « Crisis and Chronicity : Anthropological Perspectives on Continuous Conflict and Decline », Ethnos : Journal of Anthropology, vol. 73, n° 1, 2008, p. 5-24 []
  40. E. Morin, « Pour une crisologie », art. cit., p. 163 []
  41. F. Bouillon, M. Fresia et al. (dir.), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’Études Africaines, EHESS, 2005 ; E. J. Wood, « The Ethical Challenges of Field Research in Conflict Zones », Qualitative Sociology, n° 29, 2006, p. 373-386 []
  42. Sur la question de l’écriture scientifique sur des crises en cours, voir notamment : F. Bernault, « L’écriture scientifique en temps de crise (Rwanda, Côte-d’Ivoire, Mali) », Afrique & histoire, vol. 2, n° 1, 2004, p. 267-294 []
  43. M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1987 ; voir également C. J. Greenhouse, « Introduction : Altered States, Altered Lives », in C. J. Greenhouse, E. Mertz et K. B. Warren (dir.), Ethnography in Unstable Places : Everyday Lives in Contexts of Dramatic Political Change, Durham, Duke University Press, 2002 []
  44. B. G. Jones, « The Global Political Economy of Social Crisis : Towards a Critique of the “Failed State” Ideology », Review of International Political Economy, n° 15, 2008, p. 180-205 []
  45. Notamment dans le rapport intitulé « Sub-Saharan Africa : From Crisis to Sustainable Growth. A Long-Term Perspective Study », Washington, World Bank study, 1989 []
  46. H. Bernstein, « Agricultural “Modernisation” and the Era of Structural Adjustment : Observations on Sub-Saharan Africa », The Journal of Peasant Studies, vol. 18, n° 1, 1990, p. 3-35. Voir aussi J. Ferguson, « From African Socialism to Scientific Capitalism : Reflections on the Legitimation Crisis in IMF-Ruled Africa », in D. B. Moore et G. J. Schmitz (dir.), Debating Development Discourse : Popular and Institutionalist Perspectives, New York, St. Martins Press, 1995, p. 129-148 []
  47. J. W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, MASS, Little, Brown, 1984 ; P. A. Sabatier (dir.), Theories of the Policy Process, Boulder, CO, Westview Press, 1999 []
  48. H. de Haas, « The Myth of Invasion. The Inconvenient Realities of African Migration to Europe », Third World Quarterly, vol. 29, n° 7, 2008, p. 1305-1322 []
  49. Voir notamment D. Lessault et C. Beauchemin, « Ni invasion, ni exode. Regards statistiques sur les migrations d’Afrique subsaharienne », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 25, n° 1, 2009, p. 163-194 []
  50. J. Brachet, « The Blind Spot of Repression : Migration Policies and Human Survival in the Central Sahara », in T.-D. Truong et D. Gasper (dir.), Transnational Migration and Human Security. The Migration-Development-Security Nexus, New York, Springer, 2011, p. 57-66 []
  51. A. Bensaâd (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, 2009 ; J. Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009 ; S. Bredeloup et O. Pliez (dir.), dossier « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, n° 36, 2005 []
  52. M. Potts, E. Zulu et al., Crisis in the Sahel. Possible Solutions and the Consequences of Inaction, Oasis Report, Berkeley, University of California, 2013 []
  53. Il est à noter que les services de coopération qui depuis les années 1950 promeuvent le contrôle des naissances dans les pays sahéliens sont issus de pays où, au cours de la même période, des politiques pro-natalistes étaient mises en œuvre. Voir à ce propos J. Gregory, « La démographie africaniste ou la recherche d’une technicité qui devient biais idéologique », Revue canadienne des Études africaines, vol. 13, n° 1-2, 1979, p. 197-208 []
  54. G. Harrison et R. Cline-Cole, « Global Crisis, African Governance and a Sense of Déjà vu », Review of African Political Economy, vol. 36, n° 119, 2009, p. 1-7 []
  55. D. Bigo, « L’idéologie de la menace du Sud », Cultures et conflits, n° 2, 1991, p. 3-15 ; pour une critique des catégorisations « Nord » et « Sud », voir le numéro spécial de la revue Autrepart, « On dirait le Sud… », n° 41, 2007 []
  56. Sur l’islam et l’islamisme politique, voir O. Roy, L’échec de l’Islam politique, Paris, Le Seuil, 1992 ; O. Roy et A. Boubekeur (dir.), Whatever Happened to the Islamists ? Salafis, Heavy Metal Muslims and the Lure of Consumerist Islam, New York, Columbia University Press, 2012 []
  57. B. Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La découverte, 2011 []
  58. Soit littéralement : « Assemblée des gens de la Sunna [du Prophète] pour l’appel [à l’islam] et le jihad ». []
  59. F. Bouhlel Hardy, « Les médersas du Mali : réforme, insertion et transnationalisation du savoir islamique », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 819-830 ; N. M. Baba, « Islamic Schools, the Ulama, and the State in the Educational Development of Northern Nigeria », Bulletin de l’APAD, n° 33, 2011, <http://apad.revues.org /4092 > ; L. Brenner, Controlling Knowledge. Religion, Power and Schooling in a West African Muslim Society, Londres, Hurst and Company, 2002 []
  60. M. Fall Ould Bah, « Les réseaux de la finance islamique en Afrique », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 805-817 ; A. Sounaye, « Doing Development the Islamic Way in Contemporary Niger », Bulletin de l’APAD, n° 33, 2011, <http://apad.revues.org /4084 > []
  61. D. Schulz, « Evoking Moral Community, Fragmenting Muslim Discourse. Sermon Audiorecordings and the Reconfiguration of Public Debate in Mali », Journal of Islamic Studies, n° 26, 2007, p. 39-71 ; A. Masquelier, Women and Islamic Revival in a West African Town, Bloomington, Indiana University Press, 2009 ; A. Sounaye, « Alarama is All at Once : Preacher, Media “savvy”, and Religious Entrepreneur in Niamey », Journal of African Cultural Studies, vol. 25, n° 1, 2013, p. 88-102 []
  62. J.-P. Filiu, « Les quatre fronts d’Al-Qaida », Études, vol. 413, n° 4, octobre 2010, p. 295-305 []
  63. A. Antil, « Introduction au dossier “L’islam en Afrique, un acteur transnational” », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 800-804 []
  64. J.-L. Amselle, « Le wahhabisme à Bamako (1945-1985) », Canadian Journal of African Studies, vol. 19, n° 2, 1985, p. 345-357 ; R. Otayek (dir.), Le Radicalisme islamique au sud du Sahara. Da‘wa, arabisation et critique de l’Occident, Paris, Karthala, 1993 ; O. Kane et J.-L. Triaud (dir.), Islam et islamisme au sud du Sahara, Paris, Karthala, 1999 []
  65. C. Coulon, Les Musulmans et le pouvoir en Afrique, Paris, Karthala, 1983 ; J.-P. Filiu, « Définir Al-Qaida », Critique internationale, n° 47, 2010, p. 111-133 []
  66. Voir également la critique de l’emploi du terme « islamisme » dans R. C. Martin et A. Barzegar, Islamism : Contested Perspectives on Political Islam, Stanford, CA, Stanford University Press, 2010 []
  67. O. Kane, « L’ “islamisme” d’hier et d’aujourd’hui. Quelques enseignements de l’Afrique de l’Ouest », Cahiers d’Études africaines, n° 206-207, 2012, p. 545-574 ; J.-L. Triaud et L. Villalón, « L’islam subsaharien entre économie morale et économie de marché : contraintes du local et ressources du global », Afrique contemporaine, vol. 231, n° 3, 2009, p. 23-42 []
  68. M. O’Brien et É. Smith, « La charia contestée : démocratie, débat et diversité musulmane dans les “États charia” du Nigeria », Politique africaine, n° 106, juin 2007, p. 46-68 []
  69. M. Last, « La Charia dans le Nord-Nigeria », Politique africaine, n° 79, octobre 2000, p. 141-152 []
  70. R. Marchal, « Warlordism and Terrorism : How to Obscure an Already Confusing Crisis ? The Case of Somalia », International Affairs, vol. 83, n° 6, 2007, p. 1091-1106 []
  71. Sur le possible rôle social joué par des groupes jihadistes, voir notamment : A. Norton, Hezbollah : A Short History, Princeton, Princeton University Press, 2007, ou Z. Abuza, « Jemaah Islamiyah Adopts the Hezbollah Model », Middle East Quarterly, vol. 16, n° 1, 2009, p. 15-26 []
  72. Débat autour de l’ouvrage de Judith Scheele, Smugglers and Saints of the Sahara : Regional Connectivity in the Twentieth Century, New York, Cambridge University Press, 2012, organisé par le CERI à Sciences Po, Paris, 15 avril 2013 []
  73. Voir M. Foucault, Sécurité, Territoire, Population, Paris, Le Seuil/Gallimard, 2004 []

Le Tchad entre deux guerres ? Remarques sur un présumé complot, par Roland Marchal

conj130Arx tarpeia Capitoli proxima. L’actualité du début de l’année 2013 sur le continent a mis en exergue le rôle du Tchad dans différentes crises. En effet, reconnu comme puissance tutélaire de la République centrafricaine (RCA), le Tchad qui fournit le principal contingent de la force régionale en RCA a pesé de manière décisive sur l’issue de la crise dans ce pays. Fin décembre 2012, Ndjamena annonçait que les rebelles ne pourraient aller au-delà de la ville de Damara (environ 70 km de Bangui), ouvrant ainsi la voie à une solution politique à Libreville. Trois mois plus tard, Ndjamena décidait qu’il fallait passer outre cet accord mal respecté par le président François Bozizé et laissait les rebelles entrer dans Bangui et conquérir le pouvoir par les armes.

Cette capacité à projeter des forces combattantes et à influencer, voire dicter une solution dans sa région, lui a valu peut-être rapidement de se voir attribué la qualité de puissance régionale, même si c’est le Mali, justement en dehors de son environnement traditionnel, qui a puissamment contribué à crédibiliser ce nouveau statut. La communauté internationale a célébré le courage politique du chef d’État tchadien lors de son engagement dans le conflit malien à un moment où ses collègues d’Afrique de l’Ouest manifestaient de grandes réticences.

Pourtant, à peine célébrée, voici que la nouvelle puissance régionale montre sa fragilité intérieure, si l’on en croit la dénonciation faite le 1er mai 2013 par Idriss Déby Itno d’une conspiration visant son régime organisée par des personnalités civiles et quelques anciens rebelles dont la crédibilité politique n’a jamais été très grande. Les arrestations se multipliaient alors, après un incident armé mineur dans un faubourg de la capitale et, à la mi-mai, près d’une vingtaine de personnalités étaient arrêtées, dont quatre parlementaires, des journalistes (habitués de ces vagues de répression) et des hauts fonctionnaires du Centre et du Sud du pays. à cette vague d’arrestations s’ajoutaient bientôt des mandats d’arrêt visant un certain nombre de personnalités qui auraient été liées aux violations massives des droits de l’homme sous Hissène Habré. Certaines ont en fait occupé pendant des années d’importantes fonctions dans le régime actuel, quelques-unes d’entre elles étant devenues au fil des ans des figures de l’opposition en exil. Comme pour rajouter à la confusion entre différentes affaires et périodes de l’histoire mouvementée du Tchad, les conditions d’arrestation des députés provoquaient une protestation du Bureau de l’Assemblée nationale, pourtant pleinement acquise au régime actuel, alors que le Sénégal s’interrogeait sur le droit du parquet tchadien d’arrêter des gens dans un procès relevant de l’autorité judiciaire à Dakar.

Les allégations de complot ne sont plus exceptionnelles au Tchad : un autre aurait été tenté – sans preuve incontournable ni davantage de succès – en juin 2012. Certaines font l’objet d’une publicité immodérée, d’autres sont souvent tues. Faute d’être toujours crédibles, ces pratiques de l’État doivent être interrogées comme un mode spécifique de gouvernement qui, en instaurant un arbitraire récurrent, vise peut-être autant à se débarrasser d’opposants réels ou potentiels qu’à suggérer aux partisans du régime de serrer les rangs derrière son chef.

L’analyse qui suit a une ambition tout à fait modeste, à savoir décrire cette conjoncture particulière lors de laquelle un pouvoir apparemment fort réagit soudainement et de façon disproportionnée à la perception d’une menace intérieure dont les termes apparaissent incertains à beaucoup. Contrairement à certaines analyses, cette contribution défend le point de vue qu’un tel comportement est causé par l’accession du Tchad au statut de puissance plus que l’inverse. Il ne s’agit pas ici de nier l’effet d’aubaine et la rente diplomatique que représente pour le président Idriss Déby l’intervention de l’armée tchadienne au Mali : on les voit trop à l’œuvre dans les silences occidentaux. Encore faut-il souligner qu’ils ne peuvent seuls fournir l’explication.

Enfin, si l’analyse qui suit se limite à certains aspects très spécifiques de la réalité du Tchad, elle ne peut valoir comme étude des transformations politiques dans ce pays depuis son accession au statut de pays producteur de pétrole.

Une intrigue en trois actes

2003 est l’année du grand tournant au Tchad. Cette année-là voit d’abord la fragilité de l’homme qui a dirigé le Tchad depuis décembre 1990 : Idriss Déby tombe dans le coma lors du sommet de l’Union africaine à Maputo en juillet et n’est sauvé que par l’action décisive et rapide de la France1. Pendant sa convalescence naît un nouveau pacte avec Paris qui resserre une relation distendue par les années de cohabitation entre Lionel Jospin et Jacques Chirac (1997­-2002). Si l’on n’en connaît pas les termes, il est troublant de voir le soutien français se maintenir année après année, alors qu’ailleurs en Afrique la diplomatie française fait souvent preuve d’une plus grande retenue dans son appui à certaines pratiques. Ainsi, il n’est pas courant de voir un ministre français célébrer le changement constitutionnel qui met fin à la limitation de deux mandats pour un président africain. à rebours du silence gêné que l’on observe habituellement, c’est pourtant bien ce qui se passe dans le cas du Tchad2, malgré l’annonce faite par Idriss Déby, après les élections tronquées de 2001, de ne pas se représenter.

L’exploitation du pétrole3 qui débute en 2003 laisse augurer une radicale embellie financière, même si celle-ci est initialement sous tutelle de la Banque mondiale. Lors de son congrès en novembre, le Mouvement Populaire du Salut (MPS), le parti présidentiel, se propose de changer la constitution et demande à Idriss Déby de se représenter, une initiative sans surprise pour beaucoup d’opposants, tout comme la réponse positive du chef d’État tchadien. Cependant cette rupture d’engagement prend les barons du régime à contre-pied et incite parents et alliés politiques à redéfinir les termes de leur allégeance. Certains, et non des moindres, choisissent de basculer dans l’opposition, d’abord feutrée puis ouverte, au régime à l’automne 2005 : parmi eux on citera notamment Ahmat Hassaballah Soubiane, alors ambassadeur à Washington, Tom et Timan Erdimi proches parents du président et parmi ses plus proches conseillers, Mahamat Nouri, ambassadeur en Arabie saoudite qui fait défection en 2006 et de nombreux officiers supérieurs souvent membres du même groupe ethnique qu’Idriss Déby. Timan Erdimi et Mahamat Nouri deviennent les figures clés de l’opposition armée dans l’année qui suit.

2003 est aussi l’année du Darfour. Après des incidents en 2002, le Darfour s’enflamme à partir de février 2003, et ce conflit divise les élites gouvernantes au Tchad. Certains, y compris dans la famille la plus proche d’Idriss Déby, jouent la carte de l’insurrection et parient sur certains de ses chefs, notamment (mais pas uniquement) Khalil Ibrahim Mohamed, le leader charismatique du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM). D’autres, comme Idriss Déby, ne veulent pas remettre en cause les bonnes relations avec Khartoum qui ont garanti une réelle stabilité du régime et craignent également que les conséquences du conflit au Darfour ne modifient les équilibres internes au pouvoir au Tchad. Comme on l’a analysé ailleurs4, on a soudain l’articulation de deux crises différentes. Idriss Déby, qui se conçoit aussi comme le leader des Zaghawa, son groupe ethnique, s’enferre dans une médiation sans but pendant des mois et doit constater que tout lui échappe. Le réchauffement des liens avec le JEM en juin 2005 est une manière de reprendre le contrôle sur les initiatives des uns et des autres pour soutenir la rébellion au Darfour et empêcher une conjonction avec les opposants de son premier cercle. Manœuvre réussie mais qui coûte alors à Idriss Déby l’appui de Khartoum et conduit à la sanctuarisation d’une opposition armée hétéroclite, divisée, et sans autre projet que la fin de son règne.

L’attaque des rebelles tchadiens sanctuarisés au Darfour fin janvier et début février 2008 contre Ndjamena est un autre moment où sont validées différentes options. D’abord, le soutien français et libyen à Déby est confirmé puisque les troupes françaises préservent l’aéroport alors que des officiers supérieurs, dont l’attaché de défense à Ndjamena et le général Benoît Pugat alors à l’état-major des armées à Paris, contribuent de manière essentielle à la sanctuarisation de la présidence tchadienne et à la contre-offensive le dimanche 3 février. Qadhdhâfî, quant à lui, fournit les munitions pour les tanks tchadiens que transportent les avions français. Ce soutien prend également la forme de l’opération Eufor Tchad/RCA dont le seul véritable acquis aura été de donner à Idriss Déby le temps d’acheter de l’armement grâce aux revenus pétroliers et de former les hommes pour obtenir une suprématie militaire contre ses rebelles5.

Cette bataille n’est pas simplement une défaite militaire des rebelles, elle est également une déroute politique. Les chefs de la rébellion, entrés dans la capitale, n’ont pu se mettre d’accord sur le partage du pouvoir. Le dimanche après-midi, c’est l’opposition civile qui est frappée : certains de ses dirigeants sont enlevés et Ibni Oumar Mahamat Saleh, grande figure de l’opposition démocratique et rassembleur national, ne réapparaîtra plus. Son assassinat pèse jusqu’à aujourd’hui dans l’équation tchadienne et souligne la permanence d’une impunité tolérée par les pays occidentaux, la France mais également les États-Unis qui ont poursuivi la formation anti-terroriste de la garde prétorienne du régime.

On oublie trop souvent que ladite bataille de Ndjamena a été précédée d’un autre affrontement, le vendredi 1er février, à proximité de la ville de Massaguet. La colonne d’Idriss Déby était alors pilonnée par l’opposition qui faisait le calcul que, Déby mort, son régime s’effondrerait sans résistance. L’importance de ce moment est dans l’identité des tués au combat : la garde rapprochée de Déby, ses parents et les proches de son sous-clan. La rébellion qui échoue alors peut être lue de nombreuses façons, mais l’une est essentielle et tient aux rivalités internes au sein des Zaghawa, qui dirigent à la fois l’État tchadien et les groupes de la rébellion les plus influents. Pour ces morts, Idriss Déby sera contraint de dédommager les familles, récompenser les survivants et justifier la violence d’un affrontement que certains ne comprennent pas.

Le voyage à Khartoum en février 2010 illustre le paradoxe de la victoire du chef d’État tchadien. Il a défait la rébellion tchadienne sanctuarisée grâce à l’appui de Salah Abdallah Gosh, le chef des services secrets soudanais. Dès le printemps 2009, pourtant, il a montré à Khartoum sa bonne foi et tenté une ultime médiation avec le JEM qui a tourné court. Cet échec lui a permis un double gain tactique : d’une part, il a fait la preuve à ceux des siens qui soutenaient encore Khalil Ibrahim que ce dernier ne voulait pas un accord mais le pouvoir à Khartoum ; de l’autre, il a pu rompre publiquement avec ce dernier et lui refuser même l’hospitalité à Ndjamena en mai 2010. Le réchauffement des relations avec Khartoum est aussi accéléré par la mise à pied de Salah Abdallah Gosh, accusé d’être trop ambitieux et proche des services américains en août 2009. Cette amélioration se traduit dans la suite par la mise en place d’une force conjointe qui surveille la frontière commune et combat les insurgés soudanais du Darfour, voire par le mariage du président Déby et de la fille de Moussa Hilal, un des premiers responsables des Janjaweed soudanais et surtout un des chefs coutumiers de la tribu des Mahamid, également présente au Tchad où elle a été plutôt dans l’opposition.

Cette visite à Khartoum, la première depuis 2004, est aussi le moment d’une illumination si l’on en croit ses proches6. En six ans, la capitale soudanaise dopée par l’argent du pétrole s’est profondément transformée : un nouveau pont sur le Nil, des immeubles en grand nombre, des hôtels de luxe, les rues agrandies et goudronnées. à son retour au Tchad, Idriss Déby se mue en grand architecte, multipliant les projets de réaménagement de la capitale. On dénonce justement la spéculation immobilière, les infrastructures mal construites, les quartiers peuplés de nouveaux riches, les impératifs sécuritaires à peine dissimulés derrière les destructions de certains lieux, sans voir peut-être l’essentiel : la construction d’une nouvelle capitale pour une nouvelle population et la rupture avec l’histoire urbaine de l’avant pétrole.

Au terme de ces quelques rappels, il faudrait donc en conclure qu’Idriss Déby, servi par un sens tactique et un courage physique hors du commun, a réussi à contenir ses opposants et qu’il peut goûter aux délices de l’État développementiste promu par la Chine, devenue depuis juillet 2006 un acteur économique prépondérant. En avril 2011, il est réélu triomphalement avec plus de 88 % des voix, ses principaux adversaires ayant appelé au boycott. Peu importe alors la fraude : les députés d’opposition élus en plus grand nombre permettent de signaler à la communauté internatio­nale sa bonne volonté démocratique quand bien même l’évaluation purement technique soulève nombre de problèmes et indique qu’il conserve avec plus de 71 % des députés le contrôle exclusif du Parlement7.

La remontée des oppositions

Surtout, après ces élections générales de 2011, le climat politique évolue à Ndjamena. La défaite militaire de l’opposition armée permet l’utilisation d’une plus grande fraction des revenus pétroliers pour des usages civils et non plus seulement l’achat de matériel militaire. Par ailleurs, un accord signé avec l’EximBank chinoise en août 2011 ouvre une ligne de crédit gagée sur les ressources pétrolières à venir du Tchad. Même s’il est indexé sur l’avenir, l’argent est bien là et peut couler à flots.

à vrai dire, au Tchad, le gouvernement ne gouverne pas depuis longtemps si bien qu’il vaut mieux considérer le Premier ministre comme un Secrétaire général de la présidence mettant simplement en forme les décisions du président, et les ministres comme de simples collaborateurs. Cette situation qui prévaut depuis de nombreuses années s’est encore intensifiée du fait de la rente pétrolière. Ainsi, une bonne partie du budget des ministères est reversée à la Direction des projets spéciaux, gérée directement par la présidence, et ne suit aucune des règles d’attribution des marchés publics. Dans le même temps, on perçoit une nette évolution dans le personnel ministériel : la génération plus jeune appelée à occuper ces postes a pour caractéristiques son absence d’engagement politique et sa totale dépendance à l’égard du président pour occuper de telles fonctions. Cette concentration accrue du pouvoir décisionnel à la présidence a de nombreux effets.

Tout d’abord, une très forte instabilité ministérielle : l’actuel gouvernement en est à son troisième remaniement en moins de quatre mois, le premier ayant eu lieu deux semaines après l’installation du gouvernement. Les ministres sont ainsi nommés et changés davantage sur la base de l’influence changeante des réseaux de courtisans que de leurs activités ou influence politique.

Ensuite, une forte compétition pour contrôler l’accès au président et à son premier cercle. Cet aspect est particulièrement important compte tenu du rôle joué par l’une des épouses du président, Hinda Mahamat Abderahim, et de son influence sur son époux8. Cette dernière a su, avec un réel brio politique, se construire un réseau influent dans l’appareil d’État et à la présidence afin de marginaliser ses rivaux et accroître sa puissance financière. Cette situation suscite des jalousies et une hostilité à peine contenue de la part de nombreux Zaghawa qui estiment n’avoir pas à passer sous les fourches caudines d’une Arabe9. Ainsi, paradoxalement, l’accroissement des ressources n’aura pas permis un élargissement de la base politique du pouvoir tchadien : elle aura au contraire abouti à sa rétraction.

Cette remarque est corroborée par l’analyse des nouveaux acteurs économiques. Le Tchad peut certes compter sur de nouvelles ressources pétrolières, au point que l’Eximbank chinoise n’a aucune hésitation à financer d’importants projets d’infrastructure dont la rentabilité mériterait d’être attestée. Mais dans ce boom des travaux publics, plusieurs aspects devraient retenir l’attention. Une nouvelle classe d’entrepreneurs a ainsi fait son apparition, pour l’essentiel composée des affidés du pouvoir, en très grande majorité de Zaghawa qui vivent uniquement des contrats octroyés par la présidence (quitte, le plus souvent, à prélever une dîme et à contractualiser une entreprise possédant l’expertise ad hoc). Ce crony capitalism ne laisse pas indifférent les autres milieux d’affaires qui profitent bien moins de la manne, notamment les Goranes qui ont joué un rôle essentiel dans la survie du régime lors de la crise des années 2000. L’absence de planification ou de rationalisation accroît le risque d’un endettement très lourd à gérer de l’État tchadien dès lors que les prêts chinois devront être remboursés10. Cette inquiétude est également nourrie de l’accroissement des subventions au secteur paraétatique et de la corruption au sein des différents secteurs de l’appareil d’État. Les proches du président n’ont pas les pudeurs d’antan et n’hésitent plus à contrôler les régies financières de l’État ou à en privatiser les fonctions les plus rémunératrices.

Enfin, les crises régionales ont eu des effets ambivalents sur le régime tchadien. Idriss Déby a pris sur la crise libyenne une position courageuse et lucide : il n’avait pas d’illusion sur ce qui pourrait suivre et l’a dit pendant des mois avant de s’incliner en juin 2011 et de rallier ses alliés occidentaux. Évidemment, cette posture relevait non seulement de sa clairvoyance mais aussi de ses intérêts bien compris: avec la disparition de Mouammar Qadhdhâfî, il perdait son meilleur (et plus riche) allié dans la région. De fait, malgré des déclarations conciliantes de part et d’autre, les relations avec le nouveau régime à Tripoli restent tendues.

Idriss Déby est soupçonné d’aider les Toubous (un groupe transfrontalier) afin que ces derniers gardent le contrôle des villes de Koufra et Sebha, et de la route commerciale qui les lie et constitue un axe essentiel du commerce sahélien. De plus, une partie des ex-rebelles tchadiens a grossi les rangs de l’opposition à Mouammar Qadhdhâfî sous l’impulsion de Khartoum et vit désormais dans le Sud et l’Est libyens dans l’attente de l’émergence d’une nouvelle rébellion. Enfin, Doha n’a pas oublié le choix d’Idriss Déby, contraire à sa politique, et l’on peut penser que le gel d’importants projets qataris dans la capitale tchadienne est lié à cette différence. L’intervention tchadienne au Mali a revigoré ce mécontentement comme l’illustre en mars 2013 la déclaration de Timan Erdimi (l’une des principales figures de l’opposition armée, en exil au Qatar depuis la fin 2009) annonçant l’apparition prochaine d’une opposition armée, un appel public difficilement possible sans l’accord des autorités qataries. Cette rhétorique guerrière aurait pu ne pas être prise au sérieux tant le crédit politique de cet opposant a été entamé par son attitude dans la rébellion et son échec devant Ndjamena en février 2008. Mais c’eût été sans prendre la mesure de l’activisme militaire du Tchad dans la région.

L’arrivée au pouvoir à Bangui d’une coalition de groupes armés, la Séléka, le 24 mars 2013 n’aurait pas été possible en effet sans l’acquiescement du Tchad. Celui-ci n’a pas été acquis sans engagement de la part des deux principaux dirigeants du mouvement, Michel Am­Nondroko Djotodia (aujourd’hui chef d’État de la transition) et Noureddin Adam (aujourd’hui ministre de la Sécurité). En effet, fin décembre 2012, le chef d’État tchadien annonce que les rebelles de la Séléka ne pourraient dépasser la ville de Damara à 70 km de la capitale centrafricaine. Son inquiétude alors est double11.

D’une part, les pays de la région et les États-Unis ne sont pas insensibles aux déclarations de François Bozizé (chef d’État avant le 24 mars 2013) évoquant la présence de Janjaweed et autres islamistes au sein de la Séléka, ce qui incite à la prudence même si ces déclarations relèvent pour l’essentiel de la pure propagande, comme les semaines suivantes le démontreront. D’autre part, Idriss Déby est conscient que parmi les gens de la Séléka se trouvent de nombreux combattants tchadiens, qui ont servi sous les ordres de Mahamat Nouri, Adouma Hassaballah et Adoum Yacoub Kougou et, pour l’essentiel, appartiennent à des groupes ouaddaïens. De plus, anticipant une victoire militaire de la Séléka, de nombreux opposants tchadiens dans les pays de la grande région s’agitent et parlent de reprendre la lutte armée avec cette fois-ci la RCA comme sanctuaire.

Ce n’est qu’après avoir obtenu de fortes assurances de la part des dirigeants de la Séléka (notamment la nomination à des postes clefs de l’appareil d’État centrafricain de membres des services de sécurité tchadiens)12, avoir remisé l’argument religieux de Bozizé (qui faisait de la Séléka, le cheval de Troie des islamistes soudanais) et assisté aux ultimes tentatives de ce dernier de se remettre en selle, qu’Idriss Déby donne son feu vert à l’attaque de Bangui en mars 2013. L’implication accrue du Tchad dans la force régionale apparaît alors autant comme un signe de puissance que comme l’expression d’une faiblesse face à la possible menace que représente un mouvement comme la Séléka, dont une partie des commandants au niveau intermédiaire n’obéit qu’imparfaitement à la direction et est prompte à vendre ses services aux plus offrants.

L’implication au Mali a également créé des problèmes. Le contingent tchadien dans ce pays est composé d’un peu plus de 900 hommes formés par les États-Unis au contre-terrorisme et, pour le reste, de troupes d’élite de la Garde républicaine (formellement depuis 2005, la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’État). La majorité de ces hommes sont des Zaghawa, souvent même du sous­clan Bideyat de Déby, les Bilia. En quelques mois, ces soldats ont combattu dans des conditions difficiles et perdu officiellement 38 hommes, dont une vingtaine lors d’une seule embuscade, peut-être due à une erreur de commandement. Une profonde acrimonie est née du fait du rôle que les médias d’État au Tchad – avec l’acquiescement présidentiel – font jouer au fils d’Idriss Déby, Mahamat, général à 29 ans et commandant en second du contingent tchadien. Une critique souvent formulée à son égard affirme qu’il n’est pas souvent au front bien qu’il soit devenu le héros national de la campagne au Mali13. Les familles des soldats tués ou blessés sur ce même front, souvent proches en termes de parentèle, goûtent mal cette mise en scène qui magnifie la famille présidentielle.

Ce sentiment doit se comprendre dans un double contexte. Le premier est habituel au Tchad. De multiples allégations circulent, y compris à l’initiative de personnalités bien placées pour en parler, pour affirmer que les soldats envoyés au Mali ne sont pas payés et récompensés de la même manière et que les détournements sont nombreux14. De telles critiques doivent rappeler que, malgré une énième tentative de réorganisation en 2010 avec l’aide française, l’armée tchadienne n’est toujours pas une institution, loin s’en faut. Le second est beaucoup plus important : le projet toujours contesté du président tchadien de se prévaloir d’une séniorité «traditionnelle » au sein de son propre clan.

Il faut rappeler que l’hostilité au sein des Bideyat vis-à-vis d’Idriss Déby au début des années 2000 est en particulier liée à la nomination par ce dernier de son frère, Timan Déby, comme sultan et chef de canton. Les frères Erdimi, notamment, ont alors multiplié les sarcasmes sur cette famille plébéienne qui voulait s’anoblir alors même que la mère d’Idriss Déby n’appartenait pas à son clan Bilia (elle est originaire d’un autre clan Zaghawa, Borogate) et qu’en conséquence Idriss Déby n’avait de parents que d’un seul côté. Cette polémique s’est réinvestie après 2005 dans le champ militaire et étatique sans pour autant cesser lorsque les rebelles ont été défaits.

En 2011, sa victoire acquise et les siens dûment récompensés, Idriss Déby s’est à nouveau lancé dans une réforme de l’administration locale en pays Zaghawa avec le même objectif et en provoquant la même ire au sein des Bilia (et plus largement des Bideyat) mais également des Kobé. Ceux-ci forment l’ossature, en termes de recrutement, du JEM et ont une longue histoire d’antagonisme politique vis-à-vis d’Idriss Déby, coupable à leurs yeux d’avoir fait assassiner leur leader Abbas Koty en 1993, exilé l’un de ses lieutenants, Bichara Idriss Haggar, et humilié à de multiples reprises la famille du sultan des Kobé à Iriba.

Cet antagonisme des Kobé, malgré la présence dans l’entourage de Déby d’un de leurs parents, Mahamat Ali Abdalla Nassour, est également nourri par les événements au Darfour. Même si plus grand monde ne prête attention à la situation au Darfour, le conflit s’y poursuit et la communauté Zaghawa en paie un prix important. Idriss Déby avait su regagner une partie du soutien des Kobé en 2009. En 2011, les hostilités au Darfour ont repris, la chute de Qadhdhâfî ayant mis fin à la sanctuarisation du JEM et l’Indépendance du Soudan du Sud ayant mécaniquement dopé la militarisation des oppositions politiques au Nord Soudan. Idriss Déby, pour ne pas refaire l’erreur de 2004, s’est attaché à affaiblir le JEM de mille manières au point qu’il est aujourd’hui accusé d’avoir fait exécuter Khalil Ibrahim et de travailler pour Khartoum sans considération pour les siens. Il a suscité des divisions dans le JEM et œuvré à la signature d’accords de paix entre ces factions et Khartoum. Cette politique a un coût réel d’autant qu’elle est mise en œuvre dans un contexte passablement délétère.

Un coup d’État ?

Si l’analyse qui précède a une validité, on conçoit que l’annonce d’une conspiration visant à mettre à bas ce régime en a moins. Il y a plusieurs lectures possibles des événements du mois de mai 2013. D’abord, celui qui est promu putschiste en chef, Moussa Tao Mahamat, est certes un ancien rebelle du groupe de Mahamat Nouri, mais il n’a jamais eu un rôle significatif dans la rébellion, ni d’ailleurs un crédit politique particulier parmi ses pairs. Les responsables militaires arrêtés sont âgés et dans des fonctions qui ne leur permettraient pas de disposer de troupes ou de faciliter leurs mouvements. Les cadres civils sont quant à eux originaires du Centre et du Sud du pays, mais leur dispersion ethnique et l’absence de sociabilité commune, voire même leurs clivages politiques connus (deux des quatre députés appartiennent au MPS), rendent plus qu’improbable l’existence d’un complot digne de ce nom15. On peut aisément concevoir que des gens au Tchad rêvent d’un changement de régime, et ce d’autant plus que les mouvements sociaux y sont laissés sans réponse, que le dialogue et le compromis ne font pas partie de la culture des gouvernants, et qu’une partie du pays voit ses conditions de vie se détériorer16. L’analyse habituelle de cette péripétie veut que le régime tchadien utilise sa nouvelle stature internationale pour éliminer (ou mettre au pas) son opposition intérieure.

Ce qui précède entend au contraire souligner combien un certain type de gouvernance intérieure et une ambition régionale accroissent les contradictions sociales et politiques et créent un champ d’affrontement que le régime n’avait pas initialement cherché. C’est la conscience d’une menace qui pousse à l’identification d’une conspiration, mais la menace n’est pas celle annoncée dans les médias. Elle est dans la stasis, dans la crise morale et politique, au cœur du régime. L’annonce d’un complot sert surtout à rappeler que sans Idriss Déby, les Bideyat, les Zaghawa ou les affidés du régime auraient à faire face à des jours autrement plus difficiles.

On ne dira rien ici du comportement alambiqué de ladite communauté internationale, de la France socialiste pusillanime comme elle seule sait l’être, d’une politique américaine qui bégaie dans son engouement anti-terroriste et joue l’aveuglement une fois de plus. Alors que l’environnement régional du Tchad est de plus en plus instable, il serait tentant comme on le fait trop vite aux États-Unis d’identifier dans Boko Haram, les islamistes soudanais, et les djihadistes libyens, maliens ou autres, les menaces potentielles qui pèsent sur le Tchad. Le danger tient plus à un certain type de gouvernance intérieure, à l’incapacité du régime de se réformer dans son arbitraire et sa prévarication, bref à toujours se comporter comme s’il était entre deux guerres17.

Roland Marchal (CNRS – CERI – Sciences Po Paris)

Paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130), p. 213-223.

Crédit image : Rond point de la Grande Armée – N’Djamena (Tchad), par Ismouz, licence Creative Commons by.

  1. Un avion médicalisé sera mis à disposition immédiatement. []
  2. Xavier Darcos, ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, n’hésite pas à déclarer lors de sa visite à Ndjamena le 28 mai 2004 : « La France soutient la position du président Déby qui a été élu démocratiquement et par deux fois, elle salue le fait que l’Assemblée nationale, à une majorité supérieure à celle qui d’habitude soutient le gouvernement, a approuvé la révision de la Constitution ». []
  3. G. Magrin, Le Sud du Tchad en mutation. Des champs de coton aux sirènes de l’or noir, Montpellier/Saint Maur les Forêts, Cirad et Éditions Sépia, 2001. []
  4. R. Marchal, « Tchad/Soudan : vers un système de conflits », Politique africaine, n° 102, juin 2006, p. 135-­154. []
  5. Voir le témoignage de la journaliste de RFI, Sonia Rolley, Retour du Tchad. Carnet d’une correspondante, Arles, Actes Sud, 2010 ainsi que la collection d’analyses : <http://www.bmlv.gv.at/pdf_pool/publikationen/eufor_tchad_revisited.pdf>, consulté le 10 juillet 2013. []
  6. Entretiens, Ndjamena, mars 2011. []
  7. <http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/rapport_final_MOE_UE_Tchad_270511_fr.pdf>. []
  8. Voir le dossier « Premières dames en Afrique », Politique africaine, n° 95, octobre 2004, p. 5­-124. []
  9. Hinda est la fille de Mahamat Acyl (originaire du Ouaddaï et du même groupe ethnique que le dirigeant de l’opposition Ibni Oumar Mahamat Saleh, tué en 2008). Sa mère est la sœur de la seconde épouse de Acyl Ahmat, le fondateur des Comités de Défense de la République, une importante faction dans les années de guerre civile. []
  10. Voir le dernier rapport du FMI accessible à : <http://www.imf.org/external/np/sec/pn/2013/pn1350.htm>. []
  11. Entretiens, Bangui, avril 2013. []
  12. «Chad: Déby’s Enemies Crowd in», Africa confidential, vol. 54, n° 11, 24 mai 2013. []
  13. Entretiens, Ndjamena, janvier 2013 et Paris, mars et avril 2013. []
  14. On pourrait y rajouter le fait que certains officiers tchadiens dans la région de Kidal aient pris langue avec les trafiquants de drogue, pour louer leur protection comme ils le font déjà à Bangui. []
  15. Pour s’en tenir aux députés, Routouang Yoma Galom est de Bongor, Saleh Makki de Ati, Malloum Kadre de Massenya et Gali Ngothé de Sahr. []
  16. On pourra se reporter aux résultats statistiques du recensement de 2009, récemment publiés, qui montrent combien les bénéfices de la rente pétrolière ne se traduisent pas par une amélioration des services de l’État dans une grande partie du pays. Certes, on construit des écoles ou des hôpitaux, mais sans se préoccuper de l’enseignement et de l’expertise de la force de travail ou encore de l’extension de la corruption à toutes les strates de la société. []
  17. M. Debos, Le Métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 2013. []

N°130, juin 2013 – Crises et chuchotements au Sahel

couv130Nul ne doute que le Sahel est aujourd’hui une région en crise. Cette crise apparaît d’autant plus visible aux yeux du monde que l’Afrique sahélienne n’est plus considérée comme une simple périphérie déshéritée mais comme une région hautement stratégique, théâtre de transformations sociales dont les enjeux économiques, politiques et sécuritaires dépassent largement le cadre de ses frontières, et dont la déstabilisation pourrait avoir des répercussions lointaines. Ce dossier de Politique africaine déplace le regard des seuls faits médiatisés qui mettent actuellement en lumière le Sahel et interroge les « crises » à l’aune de la vie quotidienne et des perceptions locales des populations, ainsi qu’à celle des pratiques des acteurs institutionnels et des effets des politiques qu’ils mettent en œuvre. Ces politiques de crise constituent actuellement des outils majeurs de gouvernement des populations sahéliennes.

Dossier coordonné par Vincent Bonnecase et Julien Brachet.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

 

SOMMAIRE

DOSSIER

5 – Les « crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales
Vincent Bonnecase, Julien Brachet

23 – Le court terme de la légitimité : prises de position, rumeurs et perceptions entre janvier et septembre 2012 à Bamako
Julien Gavelle, Johanna Siméant, Laure Traoré
Résumé / Abstract sur Cairn

47 – La gestion des migrations de retour, un paramètre négligé de la grille d’analyse de la crise malienne
Daouda Gary-Tounkara
Résumé / Abstract sur Cairn

69 – De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ?
Barbara M. Cooper
Résumé / Abstract sur Cairn

89 – Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ?
Vincent Bonnecase
Résumé / Abstract sur Cairn

113 – La guerre au Darfour au prisme des alliances du mouvement islamique : retour sur quelques trajectoires d’hommes d’affaires zaghawa
Raphaëlle Chevrillon-Guibert
Résumé / Abstract sur Cairn

137 – Les origines et la transformation de l’insurrection de Boko Haram dans le Nord du Nigeria
Adam Higazi
Résumé / Abstract sur Cairn

RECHERCHES

165 – “O Governo Está Aqui” : Post-war State-Making in the Angolan Periphery
Ricardo Soares de Oliveira
Résumé / Abstract sur Cairn

189 – « Prendre la rue » : les parcours citadins des Shégués de Kinshasa
Camille Dugrand
Résumé / Abstract sur Cairn

CONJONCTURE

213 – Le Tchad entre deux guerres ? Remarques sur un présumé complot
Roland Marchal

LECTURES

225 – Autour d’un livre. Danny Hoffman, The War Machines : Young Men and Violence in Sierra Leone and Liberia, Durham, Duke University Press, 2011, 320 pages.

248 – La revue des livres

_________________________

J. Hellweg, Hunting the Ethical State : The Benkadi Movement of Côte d’Ivoire, lu par Till Förster

cr2Hellweg Joseph, Hunting the Ethical State : The Benkadi Movement of Côte d’Ivoire, Chicago, University of Chicago Press, 2011, 21 ills., bibl., index, xvi, 291 pages.

Pendant la crise ivoirienne, des acteurs se sont imposés sur la scène politique. Certains, comme les groupes rebelles, étaient inconnus auparavant. D’autres, comme les chasseurs dits « traditionnels », les célèbres (parfois tristement, selon le point de vue) dozos étaient plus ou moins établis avant le soulèvement militaire de 2002. Ils se réclament volontiers d’une histoire de plusieurs siècles, et certains se voient comme les héritiers de l’empire médiéval du Mali. Mais ils sont entièrement contemporains et sont des acteurs politiques à tous les niveaux du village jusqu’à l’international. L’ouvrage de Joseph Hellweg est dédié à la(re)naissance des dozos durant les années 1990, une époque pendant laquelle l’État ivoirien ne tenait plus ses promesses d’une prospérité relative, de la paix intérieure et d’un équilibre des intérêts. Hellweg ne couvre donc pas, ou presque pas, le temps de la rébellion ni le présent. Il se concentre sur la formation du Benkadi, l’association des chasseurs, le moment où les dozos se sont engagés dans le conflit ivoirien.

Les relations entre les chasseurs et l’État figurent donc au centre du livre. L’auteur les reconstitue à partir du tournant de l’année 1993 et de la mort de Félix Houphouët-Boigny. C’est à ce moment-là que Hellweg a commencé ses recherches dans le Nord-Ouest de la Côte d’Ivoire, en particulier dans le Denguélé, une région qui correspond aujourd’hui au département d’Odienné. Là-bas, les chasseurs sont fortement enracinés dans la culture mandé, ce qui les distingue d’autres parties de la Côte d’Ivoire où leur présence est plus récente et souvent liée à la crise. La perspective de l’auteur est fondée sur cette expérience de terrain particulière, mais il en fait un avantage car ses descriptions et analyses profitent grandement de sa familiarité avec la langue et la société locales. Il s’est fait initier dans la confrérie, a sillonné villes et campagnes avec les dozos, a participé à leurs sacrifices et à leurs funérailles, mais surtout, il a partagé leur vie quotidienne. Ils lui ont fait confiance et l’ont introduit dans leur monde. Hellweg décrit en profondeur la moralité et les convictions des chasseurs qui se voient responsables du bien-être de leurs communautés. Ce sont eux qui affrontent les dangers de la forêt, espace non dominé par l’homme, et ce sont aussi eux qui, par leurs connaissances et sacrifices, protègent l’espace culturel du village. La description de l’auteur est toujours dense et convaincante.

Mais les dozos ont aussi un autre visage – un visage qui s’inscrit tout naturellement dans la vie moderne et ses enjeux. Hellweg ne construit pas l’image d’une « tradition » qui ne change pas – ses dozos sont à la hauteur de l’époque. Au moment où il partage leur vie, ils organisent des gardes de nuit pour leurs villages ou les quartiers des villes, ils érigent des barrages pour contrôler la circulation, ils infligent des amendes et parfois des châtiments corporels à tous ceux qui menacent leurs communautés. Tout cela vise à protéger la vie sociale – tout comme jadis quand la forêt était encore le lieu de l’imprévisible et du danger. Hellweg trace les continuités de leurs pratiques dans le cadre de la vie moderne avec une empathie et même une sympathie profonde. L’envers est moins souvent mentionné. L’auteur décrit néanmoins la réaction de l’État qui, sous le régime d’Henri Konan Bédié, essaye de regagner son monopole de la violence. Sans beaucoup de succès, on le sait.

L’interprétation de ces relations tourne autour de trois points : d’abord, la crise économique qui atteint un pic avec la mort du « Vieux » en décembre 1993 et la dévaluation du franc CFA en janvier 1994. Ensuite, l’insécurité croissante qui marque cette époque et le régime Bédié. Et enfin l’idéologie de l’ivoirité qui remet en cause la citoyenneté des populations du Nord. Ces trois facteurs se combinent et amènent les chasseurs à prendre les choses en mains. Hellweg voit leurs activités comme une copie des pratiques étatiques. Il se sert du concept de mimesis emprunté à Michael Taussig (et à Aristote). Si un tel concept rend justice à la capacité d’agir des chasseurs – leur agency dans le texte original –, il paraît cependant contestable. Car les dozos se situent bel et bien dans les situations actuelles auxquelles ils sont confrontés et qu’ils jugent selon des critères qui, souvent, ne sont pas ceux de l’État postcolonial. Leurs pratiques de surveillance paraissent plutôt découler d’un imaginaire social marqué par le respect réciproque et la redistribution des biens communs selon les valeurs locales et musulmanes. Hellweg attribue leur renaissance en tant qu’association à la faiblesse de l’État et à l’insécurité qui régnaient en Côte d’Ivoire en 1993-1994. Mais pourquoi devaient-ils imiter un État qui, déjà à l’époque, n’avait plus guère de crédibilité ? En outre, la politisation de ces nouveaux acteurs est engagée avant, sous le régime Houphouët-Boigny.

L’ouvrage souffre de quelques coquilles éditoriales mais le livre de Joseph Hellweg est une contribution importante pour mieux comprendre l’esprit de cette association qui a joué un rôle majeur avant et pendant la crise ivoirienne et qui reste toujours visible dans la vie politique du pays. Basé sur une participation directe aux activités des dozos, ce travail témoigne d’une qualité ethnographique extraordinaire.

Till Förster

Compte-rendu paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130).

S. Cornelissen, F. Cheru, T. M. Shaw (dir.), Africa and International Relations in the 21st Century, lu par Patrick Quantin

cr1Cornelissen Scarlett, Cheru Fantu, Shaw Thimothy M. (dir.), Africa and International Relations in the 21st Century, New York, Palgrave Macmillan, 2012, 248 pages.

Les seize auteurs réunis dans cet ouvrage collectif se retrouvent sur une problématique qui, selon l’angle d’observation choisi par les uns et les autres, est soit « Qu’est-ce que l’Afrique du point de vue des relations internationales (RI) ? », soit « Qu’est-ce que les relations internationales du point de vue de l’Afrique ? » Il en découle une variété de propos difficiles à synthétiser. Les contributions sont rangées dans trois parties consacrées successivement à la question de l’État, à celle des « innovations par le bas » et enfin, aux problèmes de sécurité. Seuls les trois chapitres consacrés à l’État à travers la recherche d’une « reconceptualisation » de l’autorité et de la souveraineté ont une dimension générale tandis que le reste de l’ouvrage s’en tient à des thèmes plus restreints ou à des études de cas. Bien que l’ensemble s’avère digne d’intérêt, cette première partie, inscrite dans la lancée du chapitre introductif rédigé par les directeurs de l’ouvrage, est indéniablement la plus ambitieuse. Il s’agit de recourir à une « épistémologie recadrée » pour mettre en lumière ce qu’apportent dans l’ordre international les processus d’émergence en Afrique. En particulier, en tirant parti de l’idée que si l’État de type westphalien s’adapte mal en Afrique, ce type de dispositif politique est aussi remis en question dans les pays du Nord. Karen Smith avance des propositions pour repérer les contributions originales de l’Afrique. Elle distingue celles qui peuvent être atteintes par une approche de RI, par exemple en adaptant les théories et les concepts aux contextes locaux, et celles qui débordent la discipline pour s’inspirer de champs académiques tels que la littérature ou l’anthropologie, ou pour étudier directement la culture populaire et la vie quotidienne. Thomas Kwasi Tieku aborde sa contribution en critiquant le « prisme de l’individualisme » qui prévaut chez les chercheurs du Nord étudiant les RI pour lui opposer la vision « collectiviste » (peut-être « holiste » serait moins ambigu en français…) qui guide les expériences des habitants du Sud. L’argument prend une certaine épaisseur quand il est appliqué au fonctionnement de l’OUA. Ulf Engel et Gorm Rye Olsen reviennent, quant à eux, sur les évaluations de la force ou de la faiblesse des États d’Afrique basée sur la coïncidence entre territoire et souveraineté et plaident pour la prise en compte de nouveaux régimes de territorialisation à différents niveaux incluant l’infra-étatique (substate) et le trans-étatique (trans-state).

Les autres contributions de ce livre peuvent être lues comme des illustrations de ce qui précède. En revenant sur la critique du stato-centrisme de la tradition des RI, Sabelo Ndlovu-Gatsheni insiste sur le caractère irréductible des questions identitaires dans le traitement du nationalisme, de l’autochtonie et de la xénophobie en Afrique. On pourra lire aussi des analyses portant sur les approches de la (re)construction de l’État en Somalie et en Sierra Leone, sur le contrôle de l’immigration en Afrique du Sud, sur le delta du Niger, sur la privatisation de la sécurité ainsi que sur les rapports entre genre et insécurité. Un panorama assez complet, en somme, des questions qui ont occupé beaucoup de spécialistes de l’Afrique subsaharienne depuis environ une quinzaine d’années, délimitant un champ d’intérêt particulier qui se garde d’aborder de front la problématique du développement économique (malgré des références nombreuses à l’économie politique internationale) et qui abandonne les « democratization studies » aux recherches euro-centrées.

Ce livre collectif n’est pas une compilation hétéroclite, et ce n’est pas là son moindre mérite. Il n’est pas certain, pourtant, qu’il parvienne à se hisser à la position qu’imperceptiblement il désigne au lecteur : celle d’un courant « africaniste » de l’étude des relations internationales qui viendrait s’ajouter à la liste bien fournie des opposants au courant dominant (néo)réaliste.

Patrick Quantin

Compte-rendu paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130).

D. Vandewalle, A History of Modern Libya, lu par Luis Martinez

A History of Modern Lybia 2VANDEWALLE (Dirk), A History of Modern Libya, Cambridge, Cambridge University Press, 2012 (deuxième édition), 344 pages.

La réédition en 2012 du livre de Dirk Vandewalle, paru initialement en 2006, offre aux lecteurs un outil nécessaire et précieux pour comprendre la Libye contemporaine. Si le printemps arabe en général et la chute de Qadhafi en particulier ont favorisé la production de livres sur la Libye, très peu ont la profondeur historique et la finesse des analyses de Vandewalle. Et pour cause : à la différence des spécialistes de la vingt-cinquième-heure, opportunément intéressés par les soubresauts de la Libye actuelle, Dirk Vandewalle travaille sur ce pays depuis plus de trois décennies. Son ouvrage Libya Since the Independence (Londres, Cornell University Press, 1998) offrait déjà une lecture pertinente des problèmes de l’État redistributeur libyen. Ses réflexions quant aux effets de l’économie rentière sur la formation de l’État montraient comment la Jamahiriyya avait, dès les années 1990, perdu la bataille du développement et s’apparentait à un système chaotique et désordonné, qui avait provoqué le départ de plus de cent mille Libyens, pour la plupart issus des élites. Dans sa conclusion, il soulevait la question suivante d’une actualité brulante : « Qu’est-ce qu’être libyen ? » De la monarchie (1951-1969) à la Libye de Qadhafi (1969-2011), le sentiment nationaliste a toujours été secondaire par rapport aux appartenances tribales ou régionales et seule la mémoire blessée de l’occupation italienne (1911-1942) et des forces étrangères (1943-1951) permet l’expression d’une histoire partagée.

Dans A History of Modern Libya, Vandewalle prolonge et approfondit ce questionnement. S’il continue à exposer, avec brio, les conséquences de l’économie pétrolière sur la formation de l’État libyen, il renouvelle son questionnement : à travers les sept chapitres du livre émerge en filigrane une interrogation sur la formation de la nation libyenne et sur les expressions visibles ou latentes de son héritage, ottoman, colonial, monarchiste et qadahfiste.

Ainsi la question du fédéralisme, analysée dans le chapitre trois, a resurgi après la chute de Qadhafi, soulignant la pertinence des analyses de l’auteur sur la fragilité de l’État libyen. L’auteur rappelle la faiblesse des liens qui unissent les trois provinces de la Libye, Tripolitaine, Cyrénaïque et Fezzan, mais sans doute n’insiste-t-il pas assez sur la particularité de la Cyrénaïque dans l’imaginaire politique de la « nation libyenne ». Au début du siècle, sous l’influence d’Omar el Moukhtar, le Djebel el Akhdar est le lieu de la résistance à la colonisation italienne. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Cyrénaïque est un vaste terrain de guerre où s’affrontent les troupes alliées et les forces allemandes et italiennes. Les batailles qui s’y déroulent aboutissent à la destruction totale de certaines villes comme Tobrouk. En 1951, à la suite de l’Indépendance de la Libye sous la monarchie d’Idris, une véritable crise de subsistance s’installe dans cette région ravagée par les offensives et contre-offensives militaires, où les déplacements sont limités par d’immenses champs de mines. La Libyan Arab Force participe à la bataille de Dernah-Tobrouk de 1942 aux cotés des troupes anglaises. La Légion senoussi qui participe à la guerre aux côtés des Alliés, fut l’un des piliers de la monarchie d’Idris. La crainte d’un émirat senoussi en Cyrénaïque sous l’influence britannique (sur le modèle jordanien) constitua la hantise des Nassériens de Libye. En 1969, après le coup d’État du colonel Qadhafi, des unités de l’armée s’opposèrent violemment à des tribus restées fidèles au roi Idris. Le Conseil du commandement de la révolution encouragea l’implantation de petites fermes sur des terres appartenant à des fondations religieuses dans le Djebel el Akhdar. Le régime du colonel Qadhafi n’aura de cesse de pourchasser les élites senoussis. Après l’instauration de la Jamahiriyya, c’est à Benghazi que les comités révolutionnaires renversent les derniers petits étalages des commerçants, privant de ressources de nombreuses familles membres de la Senoussiya. À partir des années 1990, la violence des islamistes contre le régime est nourrie de cette histoire, à laquelle ils ajoutent, dans la lignée des Frères musulmans, une dénonciation de la Jamahiriyya comme anti-islamique. Ainsi, autour de la question du fédéralisme en Libye aujourd’hui, terme auquel on attribue le sens d’autonomie, de séparation et d’indépendance, se cristallisent en fait les revendications identitaires d’une région qui se perçoit comme le berceau de la Libye, de son Indépendance, en 1951, à la révolution du 17 février 2011. Le problème est que l’intermède qadhafien a duré plus de quarante années et qu’il est difficile de défaire un héritage jamahiriyyen qui n’a eu de cesse d’affaiblir cette région.

Le livre de Vandewalle permet de comprendre pourquoi quarante années après l’abolition du fédéralisme en Libye, le retour d’un État fédéral est réclamé par une partie des Libyens afin de permettre une meilleure et plus juste répartition des richesses. La Cyrénaïque, berceau de la révolution, réclame et revendique le retour de l’État fédéral. En effet, la monarchie d’Idris avait basculé dans un processus de centralisation qui fut amplifié sous Qadhafi. Entre 1951 et 1963, la Libye est une monarchie fédérale dont l’exécutif, le Premier ministre et son Cabinet sont responsables devant la chambre basse. À la chambre haute siègent huit représentants des trois provinces. Durant cette période, la Libye est l’un des pays les plus pauvres du monde mais, en 1959, les premières découvertes de pétrole sont prometteuses. Une quarantaine de compagnies pétrolières se partagent les concessions et les résultats sont spectaculaires : la production de pétrole atteint vite 3,5 millions de barils par jour et la Libye devient en 1967 le quatrième exportateur mondial. Afin de satisfaire les exigences de simplification fiscale des compagnies pétrolières, le système fédéral est aboli. La gestion du secteur des hydrocarbures se centralise. Dix nouvelles provinces sont créées, à la tête desquelles sont nommés des gouverneurs. L’expérience centralisatrice se poursuit sous le régime de Qadhafi, mais se traduit non par l’émergence d’une bureaucratie rationnelle mais par l’édification d’un système de prédation au profit de la famille de Qadhafi et de ses affidés. Le chapitre sept analyse l’incapacité du régime de Qadhafi à corriger sa trajectoire : les reformes avortées de Seif El Islam (2003-2011) sonnent le glas de la Jamahiriyya.

En 256 pages, Dirk Vandewalle offre une lecture stimulante et agréable d’un pays dont la trame historique est souvent méconnue. On peut néanmoins regretter que l’auteur ait insuffisamment porté son attention sur les mutations et les transformations sociales. L’analyse, excessivement orientée sur les dirigeants de la Libye et ses institutions, fait finalement l’impasse sur la société libyenne.

Luis Martinez

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

E. K. Tall, Le Candomblé de Bahia. Miroir baroque des mélancolies postcoloniales, lu par Joseph Tonda

Le candomblé de BahiaTALL (Emmanuelle Kadya), Le Candomblé de Bahia. Miroir baroque des mélancolies postcoloniales, Paris, Éditions du Cerf, 2012, 172 pages.

Le livre d’Emmanuelle Kadya Tall, résultat de cinq années d’une longue confrontation avec le célèbre candomblé de Bahia, est un audacieux coup de force épistémologique dans la construction de l’objet comme dans la déconstruction du paradigme. L’objet, bien sûr, est le candomblé de Bahia, et le paradigme, la théorie du syncrétisme de masque de Roger Bastide. Le coup de force réalisé par l’auteur est de substituer à la métaphore bastidienne du masque celle du miroir. Simultanément, elle remplace un paradigme inspiré à la fois par Claude Lévi-Strauss, Lucien Lévy-Bruhl, Melville Herskovits et Georges Devereux, par un autre, nourri à la fois par l’approche théologico-politique de Louis Marin, par celles, de l’imaginaire, de Gilles Deleuze et de Cornélius Castoriadis, et enfin, par celle, pragmatique, de Ludwig Wittgenstein.

Un des principaux profits théoriques que présente cette double substitution est la mise au jour des processus historiques de production des identités dans les conditions propres au Nouveau Monde brésilien qui s’inscrit dans les échanges d’un espace plus large et insuffisamment mis en exergue dans les travaux antérieurs, à savoir, l’espace atlantique. Par ailleurs, ces conditions sont inséparables des dynamiques de construction de l’État-nation au Brésil. C’est ce que donne à voir l’opération tallienne de transsubstantiation épistémologique du masque syncrétique en miroir baroque, opération qui redouble le parti pris clairement énoncé de concevoir la transsubstantiation comme dispositif conceptuel pertinent, à distance de tout ethnocentrisme, dans la compréhension scientifique des phénomènes religieux. Car, selon Tall, qui s’appuie en cela sur Wittgenstein, ce qui « compte dans la religion, c’est bien moins la croyance que les émotions et la pratique, c’est-à-dire, in fine, l’expérience » (p. 120) ; et que, s’agissant du candomblé de Bahia, cette expérience « s’appuie sur des représentations constituées autour d’une mémoire reconstruite du passé colonial, à travers les figures de Jésus-Christ, Oxossi, saint Georges, Preto Velho et Maria Padilha » (p. 120). C’est de cette articulation de l’expérience soutenue par les émotions et la pratique avec des reconstructions travaillées par l’imaginaire dans sa double acception d’institution de la réalité et d’indiscernabilité de l’irréel et du réel, que prend tout son sens la transsubstantiation en tant que dispositif de « transformation substantielle d’objets animés ou inanimés en corps divins qui incarnent le corps mystique des croyants » (p. 119), dispositif opérationnel aussi bien dans le christianisme que dans les religions africaines ; dispositif qui permet à Emmanuelle Kadya Tall de récuser avec audace le culturalisme et l’ethnocentrisme chrétiens toujours rampants dans l’anthropologie des religions et particulièrement présents dans la théorie du syncrétisme du masque. D’où la pertinence de la notion de miroir baroque.

Culte de possession dédié à la célébration de divinités d’origine africaine réparties entre nations en compétition, objet scientifique particulièrement complexe, tant il associe des dimensions de classe, de race, et de genre, le candomblé bahianais, cette production socioreligieuse urbaine, a donc été construite par Bastide comme illustration de sa théorie du syncrétisme de masque dont les principes sont les suivants : sur les terres du Nouveau Monde où ils se trouvent implantés, les esclaves d’origine africaine, confrontés aux affres du dépaysement forcé, agissent selon un principe de coupure qui leur permet de passer sans dégâts psychologiques d’un cosmos religieux polythéiste à un autre, monothéiste, surmontant ainsi l’incompatibilité de ces univers religieux. Bastide se situe ainsi à l’opposé du principe de participation énoncé par Lévy-Bruhl, tout en résolvant la question ethnopsychiatrique théorisée par Devereux.

Cependant, le principe du compartimentage religieux est redoublé par celui des analogies entre univers symboliques catholique et païen, correspondances entre saints chrétiens et divinités africaines. Ces analogies et correspondances conduisent Bastide à élaborer sa théorie du syncrétisme de masque, elle-même adossée à des assignations identitaires ethno-raciales faites par les marchands d’esclaves. Ces derniers postulent en effet que les Africains originaires des sociétés bantoues, les premiers arrivés dans ce Nouveau Monde, soumis aux tâches les plus physiques et les plus ingrates, décrits comme intellectuellement limités, impliqués dans des pratiques syncrétiques de type fusionnel, étaient inférieurs aux Africains originaires des sociétés soudanaises, derniers arrivés, supposés plus aptes à des travaux exigeant une autonomie de mouvements et soucieux de préserver leur culture ancestrale, malgré les rudes conditions de la traversée de l’Atlantique et de la vie de servitude. C’est pour les Soudanais que Bastide élabore sa théorie du syncrétisme de masque.

À cette théorie construite sur la base d’une division ethno-raciale du travail et de l’intelligence, Tall oppose la métaphore heuristique du baroque comme miroir des mélancolies coloniales. Au Brésil, écrit-elle, « le baroque illustre remarquablement la rencontre des imaginaires amérindien, africain, et européen, qui se manifeste à travers une appropriation différenciée et singulière de l’imagerie chrétienne » (p. 137). Le miroir baroque se substitue donc au masque syncrétique ; cependant, la puissance heuristique de cette substitution réside à la fois dans la métaphore de la transsubstantiation et dans la théorie marinienne de l’art : les rituels du candomblé fonctionnent comme des tableaux, dispositifs matériels qui disparaissent sous l’effet des regards des spectateurs, pour « montrer l’invisible en tant qu’invisible » (p. 119), ou pour rendre effective « la visibilité de la représentation » (p. 117).

L’audace épistémologique de l’auteur se manifeste donc dans l’institution imaginaire du candomblé comme miroir de la réalité brésilienne, redoublant ainsi l’ensemble des imaginaires en confrontation et dans laquelle il est impossible de discerner les parts de l’irréel et du réel. Car, ce que montrent, en définitive, les rituels du candomblé, ce sont des effets des nostalgies et des mélancolies des Blancs et des Noirs qui « avaient d’emblée beaucoup de choses en commun, dont la plus importante était la même anxiété dans cette terre inconnue du Nouveau Monde. C’est pourquoi, même si leurs imaginaires s’affrontaient, ils poursuivaient les mêmes buts : rationaliser et domestiquer leur environnement, chacun interprétant dans son propre langage les interrogations sur le sens de la vie, la crainte de l’autre, dans une dénégation de la différence absolue » (p. 127). L’une des notions stratégiques de ce livre est celle d’espace atlantique qui conduit l’auteur, au cours d’une puissante exploration historique, à montrer, entre autres choses importantes, comment le fait d’être noir, a pu être lié à des stratégies portugaises du commerce dans cet espace ; comment l’Église a pu jouer un grand rôle dans cette construction coloniale des races ; et comment la solidarité était surtout déterminée par les liens malungos (en kimbundu : camarade) tissés lors de l’expérience de la traversée de l’Atlantique dans un même bateau.

Joseph Tonda

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

L. De Saint Moulin, Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels, lu par Camille Dugrand

KinshasaDE SAINT MOULIN (Léon), Kinshasa : enracinements historiques et horizons culturels, Tervuren, Paris, L’Harmattan, 2012, « Cahiers africains », n° 79, 358 pages.

Cet ouvrage est une compilation de décennies d’enquêtes menées par l’auteur à Kinshasa entre 1968 et 2008. Jésuite belge, Léon de Saint Moulin est un fin connaisseur de la République démocratique du Congo. Professeur émérite à l’Université catholique du Congo, il a vécu et enseigné dans la capitale congolaise durant de longues années, selon la démarche qu’il qualifie d’« analyse sociale appliquée à la théologie pastorale » (p. 14).

Dans la première partie, passionnante, de l’ouvrage, l’auteur reconstitue la longue histoire d’une cité devenue une mégapole de plus de dix millions d’habitants. Cartographie des « anciens villages » précoloniaux qui sont à l’origine de Kinshasa, récits d’étrangers au pays, et surtout une série de témoignages, d’entretiens avec des chefs coutumiers composent l’histoire d’une cité qui ne découle nullement d’une création coloniale. Partant d’une analyse fine de ces « anciens villages », ensemble de hameaux avec leurs chefs, leurs alliances, leurs conflits, l’auteur éclaire les résistances, les interactions, les réactions de ceux qui vécurent la transformation et la réorganisation de leur espace par l’autorité coloniale. On découvre peu à peu comment la construction de nouveaux noyaux urbains, destinés à l’origine à décongestionner le centre de la métropole, a donné naissance, au fil des ans, à l’extension continue de l’espace d’une cité attractive, objet d’intenses migrations de travailleurs rejoints par leurs familles. Squatting, hausse du chômage, investissement public quasi inexistant ont amené les citadins à assumer eux-mêmes la construction, l’entretien, la protection des parcelles et l’aménagement de territoires se développant de manière quasi-autonome. Ces zones, comme les communes de Ndjili ou de Masina, surnommée « Chine populaire », sont aujourd’hui parmi les plus peuplées de Kinshasa.

Dans la suite de l’ouvrage, l’auteur se propose de présenter les résultats d’enquêtes quantitatives (recensements, questionnaires d’entretiens à questions fermées) censées éclairer la « perception sociale » et les « valeurs » de la population kinoise. Contenu et analyses des résultats de certains questionnaires paraissent parfois moins convaincants : s’il revendique de donner la parole aux Congolais face à une histoire trop longtemps confisquée, confiée aux regards étrangers, l’auteur s’inscrit dans une démarche « missionnaire » prodiguant des recommandations à l’Église catholique afin qu’elle réponde aux « besoins pastoraux » (p. 283) des Kinois, « prêts à reconnaître aux hommes de Dieu la mission de libérer les captifs et de faire régner la paix sur terre » (p. 302). À plusieurs reprises, le contenu des questionnaires censés, par exemple, éclairer la « perception de la démocratie » des citadins est complètement détaché du contexte politique et l’auteur s’intéresse abondamment au point de vue des interrogés sur le rôle que l’Église joue (ou devrait jouer) dans la « démocratisation » et la « conscientisation » des êtres.

Il arrive que les réponses recueillies lors des enquêtes amènent l’auteur à conclure que la population est « fondamentalement d’accord avec Jean-Paul II » (p. 129), quand elles ne donnent pas lieu à de nombreuses considérations sur la « maturité remarquable » (p. 277), la « sagesse » (p. 17), le « bon niveau de compréhension » (p. 232) du Kinois marqué par « les valeurs traditionnelles de la vie, de la paix et de la solidarité » (p. 17). Nombre d’analyses apparaissent finalement tronquées par une interprétation certes bienveillante, mais fondée sur des jugements de valeur. Le milieu ouvrier est par exemple décrit comme un « monde très attachant » (p. 203) tandis que l’auteur confie à plusieurs reprises son propre « émerveillement » face à la qualité des réponses que les Kinois interrogés ont pu lui livrer. À l’inverse, il regrette que certains de ses interlocuteurs ne semblent « pas disposer d’une grille d’analyse suffisamment élaborée » (p. 305) et, tout au long de l’ouvrage, généralise les opinions des femmes et des individus les moins instruits, ramenées à des points de vue essentiellement « émotifs », donc moins rationnels. On peut citer encore parmi d’autres affirmations quelque peu hasardeuses cet exemple, quand l’auteur conclut avoir vérifié dans ses propres analyses une « différence de culture » entre individus plus ou moins instruits, ainsi qu’entre hommes et femmes : « De façon générale, on sait aussi que l’homme est plus rationnel – en partie parce qu’il bénéficie d’une formation plus poussée – et la femme plus émotive – elle est une maman » (p. 179).

Dès lors, si certains aspects de l’ouvrage soulèvent un intérêt certain – la première partie notamment –, si les enquêtes de long terme offrent des informations fort intéressantes sur l’évolution démographique, les transformations sociales de la cité, les qualités du volume paraissent submergées par le mélanges de genres entre le recours aux sciences sociales et la démarche d’un homme de foi qui se livre à des analyses, des appréciations subjectives qui viennent affaiblir des données pourtant riches.

Camille Dugrand

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

L. Nathan, Community of Insecurity : SADC’s Struggle for Peace and Security in Southern Africa, lu par Richard Moncrieff

Community of InsecurityNATHAN (Laurie), Community of Insecurity : SADC’s Struggle for Peace and Security in Southern Africa, Ashgate, Farnham, 2012, 186 pages.

Dans cette appréciable contribution à l’étude des organisations régionales en Afrique, Laurie Nathan, de l’université de Pretoria, retrace le développement de la dimension sécurité de la Southern African Development Community (SADC) depuis sa création dans les années 1990, au travers de multiples conflits et blocages. S’appuyant en partie sur la perspective d’un participant (il a occupé diverses fonctions de conseil auprès de la SADC ou auprès de ministres de la Défense ou des Affaires étrangères de pays membres entre 1992 et 1999), Nathan montre comment les institutions de la SADC ont été forgées dans l’enthousiasme de la transition sud-africaine. Il retrace ensuite, avec un soin admirable, la route tortueuse entre le lancement en 1996 de l’Organ on Politics, Defence and Security Co-operation de la SADC à sa mise en œuvre opérationnelle en 2001, après plusieurs années pendant lesquelles le président Mugabe avait pris en otage les structures intérimaires. Les conflits autour des structures institutionnelles ont trouvé un écho dans les tensions plus ou moins ouvertes autour des actions militaires menées au nom de la SADC au Lesotho et en République démocratique du Congo en 1998, et dans l’intervention planifiée ou discutée à la suite du coup d’État de 2009 à Madagascar. Les tensions en question ont pu parfois éclater publiquement, comme lors du débat sur le droit du Zimbabwe d’agir en RDC au nom de la SADC en 1998 (le porte-parole de Mandela n’était pas convaincu, p. 87), mais elles sont généralement restées cachées au nom de la solidarité régionale.

La percutante conclusion de Nathan est que l’organe de paix et de sécurité de la SADC a échoué à mettre en place le régime de sécurité qui était son objectif initial et qui figurait parmi les ambitions (rhétoriques pour certains, sincères pour d’autres) des responsables de la SADC. Cet échec s’explique par une faiblesse institutionnelle (technique), par une hésitation des États à céder une partie de leur souveraineté, ainsi que, et sans doute surtout, par une absence de valeurs communes, de vision partagée entre les États membres. Au cœur de l’argument de Nathan se trouve l’idée que si certains pays ont des valeurs démocratiques fortes, et ont en conséquence une préférence pour les solutions diplomatiques aux problèmes de sécurité, d’autres sont autoritaires et tout disposés aux solutions militaires. Cette différence crée une difficulté fondamentale à la création d’un régime de sécurité non seulement parce qu’elle suscite des controverses autour des options politiques, mais aussi parce que les valeurs partagées qui ne sont pas intrinsèquement démocratiques (la stabilité, voire la survie des gouvernements, l’anti-impérialisme) ne garantissent pas la prédictibilité nécessaire à la création d’un régime : « Les principes [de la solidarité entre États et de l’anti-impérialisme] sont limités dans leur applicabilité […] et ils sont strictement défensifs et réactifs ». (p. 149).

Cette approche maximaliste selon laquelle des régimes de sécurité ne se forment que dans des conditions quasi-idéales de prédictibilité, de valeurs partagées et de stabilité interne est riche analytiquement : la comparaison avec l’Union européenne est plus instructive que le rapprochement a priori incongru des deux ensemble ne le laisse penser. L’une des conclusions les plus intéressantes de l’ouvrage est que le régime de sécurité de la SADC s’éloigne de plus en plus de son idéal, et donc qu’il n’est ni « naissant » ni « émergent ».

On peut cependant se demander si l’échec de la SADC (ou, plus précisément, des présidents de ses États membres) à réaliser les espoirs placés en elle est véritablement l’aspect le plus intéressant des relations régionales en Afrique australe. Qui espérait vraiment que la SADC devienne un ensemble d’institutions totalement fonctionnelles et réellement autonomes opérant au profit de la sécurité de l’ensemble des États membres ? Les organisations régionales existent et survivent parce qu’elles servent les intérêts de certains acteurs, qu’elles atteignent ou non leurs objectifs officiels. La chose la plus intéressante à propos de l’appareil de sécurité de la SADC n’est donc pas son « échec » au regard de tel ou tel critère mais plutôt sa réussite au profit de tel ou tel acteur. Si Nathan est bien conscient de cela (il signale dans son introduction qu’il ne « formule pas l’hypothèse a priori que les objectifs officiels de la SADC reflètent les vraies aspirations de ses membres », p. 15), son souhait de comparer les réalisations de la SADC à ses aspirations initiales – et de repérer un décalage fort – l’empêche parfois d’avoir une perception plus nuancée de la façon dont un ensemble composite d’acteurs s’arrangent pour défendre leurs intérêts au travers des structures de l’organisation. Ici, la question du Zimbabwe devient centrale. La volonté de l’Afrique du Sud et en particulier du président Mbeki, de ne pas exprimer sa préoccupation quant aux événements au Zimbabwe, ce que Nathan analyse comme un sabrage des principes affichés par la SADC par respect pour la séniorité de Mugabe dans la lutte, marque largement l’ouvrage, et il s’agit là d’une question qui tient à cœur à son auteur. Mais cette préoccupation personnelle perceptible ne doit pas empêcher les lecteurs intéressés par l’Afrique australe et par la coopération régionale en matière de sécurité en Afrique et ailleurs d’aller vers un ouvrage bien documenté, à la grande finesse analytique et en bien des moments fascinant.

Richard Moncrieff (traduction : Vincent Foucher)

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

D. Macey, Frantz Fanon : une vie, lu par Cédric Vincent

Frantz Fanon- Une vieMACEY (David), Frantz Fanon : une vie, Paris, La Découverte, 2011, 8 cartes, index, 597 pages.

Dans un livre récent (Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale, Paris, Amsterdam, 2011), Matthieu Renault s’interrogeait sur les publications dédiées à Frantz Fanon en France, qui faisaient la part belle aux seuls récits biographiques ou de témoignages de proches, au détriment des enjeux théoriques posés par ses écrits. La conséquence, selon lui, est de reléguer la pensée de Fanon dans le passé et donc suggérerait qu’elle ne réponde plus aux situations actuelles. La traduction de l’imposante biographie de David Macey, parue à l’occasion du cinquantenaire du décès du penseur martiniquais, lui donne raison. À ceci près que ce livre, publié aux États-Unis en 2001, se veut lui-même une réaction aux inflations théoriques et aux interprétations spéculatives dont a fait l’objet le travail de Fanon depuis sa disparition en 1961. Dès lors, ce projet peut se comprendre comme une réponse au défi lancé par Henry Louis Gates de « ré-historiciser Fanon » (p. 50).

Le premier chapitre pose clairement les termes. Il s’attache à sa postérité : « Entre oubli et souvenir ». Si l’oubli l’a emporté en France, le souvenir s’est maintenu parmi les révolutionnaires du Tiers-monde, du Frente de Libertação de Moçambique au Front de libération nationale (FLN) mais aussi au Front islamique du Salut en Algérie, des leaders de l’African National Congress à ceux du Black Panther Party, pour être à nouveau actualisé par les théoriciens des études postcoloniales. Sur ce dernier point, Macey considère que « la sophistication même des lectures postcoloniales de Fanon est, en un sens, la cause de leur faiblesse » (p. 49). Souvent, ces travaux développent une approche superficielle de l’œuvre ou oublient l’aspect du militantisme politique auprès du FLN, alors qu’il y a là de quoi, sinon enrichir, du moins nuancer l’utilisation de l’arsenal théorique conçu par Fanon.

Selon l’auteur, plus que tout autre, l’accueil contemporain de l’œuvre de Fanon a conduit à le transformer en une icône révolutionnaire stéréotypée et abstraite, évoluant dans une dimension purement textuelle. Le propos du livre est donc de redonner un corps à Fanon, de le situer dans sa spécificité et sa subjectivité, d’en faire un cas particulier. Il n’empêche que Macey, féru de l’exercice biographique (Foucault, Lacan), développe un récit plutôt classique dans sa facture face à cette « figure mystérieuse et inclassable » (p. 29).

Le découpage suit scrupuleusement les étapes de sa courte vie (1925-1961) dans un effort constant de contextualisation à la fois historique et des situations intellectuelles, mais au prix de digressions trop longues : sa jeunesse en Martinique dans un milieu « petit-bourgeois » (chap. 2), sa participation à la Seconde Guerre mondiale comme simple soldat mais déjà très critique sur son engagement (chap. 3), ses années d’étudiant en médecine à Lyon et l’écriture de Peau Noire, Masques Blancs (chap. 4), texte analysé en détail (chap. 5). Arrive ensuite son affectation à l’hôpital psychiatrique de Blida et une pratique thérapeutique qui s’oriente vers une sorte d’ethnopsychiatrie (chap. 6), un développement bienvenu alors que sa carrière de psychiatre clinicien a plutôt été négligée jusqu’ici par les commentateurs de son travail, hormis Françoise Vergès. Lorsqu’éclatent les événements d’Algérie, en novembre 1954, son engagement est progressif au côté du FLN, handicapé notamment par le fait qu’il ne parle pas l’arabe. Il devient surtout un porte-parole intransigeant, un polémiste efficace et un collaborateur d’El Moujahid (chap. 7-9). À la fin de 1958, commence la dernière période de sa vie comme délégué du Gouvernement provisoire de la république algérienne dans les pays africains (chap. 10). La biographie se termine sur une analyse rigoureuse de Les Damnés de la Terre, son ouvrage posthume (chap. 11). Une postface inédite conclut le livre, dans laquelle l’auteur fait une revue critique des biographies parues (en France) depuis la sienne (aux États-Unis).

L’un des axes forts du travail de Macey consiste à reconsidérer la place du contexte antillais et de l’expérience coloniale dans la pensée et les écrits de Fanon. Éluder le fait que la Martinique sert d’arrière-plan à Peau noire, c’est courir le risque d’une généralisation stérilisante et d’approximations. Il en résulte des lectures stimulantes aussi bien de Peau Noire que des Damnés de la Terre. Pour expliquer les causes de l’effacement progressif du contexte antillais, l’auteur pointe les traductions anglaises approximatives qui ont affecté la réception de la pensée fanonienne dans les milieux anglophones. Appliqué à Fanon, le procédé biographique largement éprouvé de la lecture des écrits à travers la vie de leur auteur apporte certes un éclairage nouveau. Mais ce procédé risque de figer Fanon dans un atavisme de l’« auteur martiniquais ».

Cédric Vincent

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

P. Le Billon, Wars of Plunder. Conflict, Profits and the Politics of Resources, lu par Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Wars of plunderLE BILLON (Philippe), Wars of Plunder. Conflict, Profits and the Politics of Resources, Londres, Hurst, 2012, 363 pages.

Le livre de Philippe Le Billon intéressera les lecteurs qui se préoccupent de la compétition pour les ressources naturelles en Afrique et, d’une manière plus générale, dans les pays en développement. Déjà connu pour ses travaux sur la question, l’auteur développe en effet à ce sujet une analyse plus subtile que les habituelles semonces et prophéties des théoriciens de la « malédiction des ressources naturelles ». À partir de cas d’études dans les secteurs du pétrole, du diamant et du bois, Philippe Le Billon suggère que la présence de ressources naturelles influence le déroulement des conflits armés mais n’en est pas forcément la cause. Soucieux d’échapper au piège du déterminisme environnemental, il cherche à mieux comprendre ces phénomènes en conjuguant des approches quantitatives et qualitatives à la confluence de la géographie, de la sociologie, de l’ethnologie et de l’économie politique. En outre, il prend bien soin de distinguer les « ressources des conflits », à savoir le financement des belligérants, des « conflits pour les ressources », où le contrôle des matières premières devient un motif et un objectif de guerre.

Ainsi, l’auteur affine son analyse en fonction de la localisation et de la nature des ressources considérées, sans oublier le niveau de dépendance des économies étudiées relativement à l’exportation de produits non transformés. Le Billon insiste, à juste titre, sur la nécessité d’éviter les amalgames. Certaines ressources, explique-t-il, sont plus vulnérables aux attaques ou plus faciles à être transportées puis revendues au marché noir, à l’instar de la drogue ou des diamants. Leur valeur marchande, leur caractère légal (ou non) et les conditions de leur exploitation sont également déterminantes. À cet égard, Le Billon compare utilement le Botswana et la Sierra Leone, deux pays producteurs de diamants où les revenus par habitant sont respectivement de 2 500 dollars et 150 dollars. Dans le premier cas, l’extraction de diamants se fait sur une base industrielle et a démarré après l’Indépendance, quand le Botswana, devenu souverain, a été en mesure d’obtenir des taxes minières qui atteignent aujourd’hui 1 500 dollars par habitant, contre seulement 8 dollars en Sierra Leone. Dans le deuxième cas, en revanche, les mines restent très largement artisanales et ont été ouvertes pendant la période coloniale, avec une moindre capacité à négocier un prélèvement fiscal.

Philippe Le Billon est tout aussi convaincant lorsqu’il emprunte les chemins de la géographie pour développer une analyse spatiale des modes de production, d’extraction et de contrôle des ressources naturelles en fonction de leur localisation à terre (avec d’évidentes différences entre les gisements de pétrole onshore ou offshore) et de leur accessibilité à proximité des centres de pouvoir ou, au contraire, de frontières poreuses. L’auteur avance ainsi l’idée que les insurgés peuvent plus facilement s’emparer des ressources lorsque celles-ci sont dispersées à travers le territoire et produites par un grand nombre de firmes (p. 28).

Relativement à la vulgate des théoriciens de la « malédiction des ressources naturelles », le livre de Le Billon a également le mérite d’inverser les perspectives pour interroger la façon dont les matières premières peuvent faciliter la fin des conflits à travers un éventail d’options qui vont du blocus militaire à l’embargo économique en passant par des poursuites judiciaires contre les contrevenants, une redistribution de la rente en vue d’acheter la paix sociale, des procédures de certification du type de Kimberley afin d’éviter le phénomène des « diamants du sang », ou encore des sanctions ciblées dans le cadre de campagnes de plaidoyer destinées à stigmatiser les opérateurs les plus malfaisants. Selon l’auteur, la lutte contre la corruption, les mécanismes de stabilisation des prix et la surveillance des modalités de redistribution de la rente sont en l’occurrence plus efficaces que l’aide ou les sanctions économiques (p. 154). Pour accélérer le retour à la paix, Philippe Le Billon propose ainsi de mettre en œuvre un dosage subtil de sanctions internationales, d’occupation militaire des gisements et de réorganisation du mode de partage de la rente (p. 185 et suiv.). À chaque type de ressource correspondrait une formule plus efficace : l’occupation militaire des gisements pour les produits qui ne peuvent être pillés ; la réorganisation du partage des revenus pour les ressources illégales et faciles à convoyer ; les sanctions internationales pour les ressources légales et faciles à convoyer. En revanche, il conviendrait de ne pas pénaliser les économies de subsistance dont les ressources agricoles nourrissent les rebelles comme la population, qui pâtit trop souvent de regroupements forcés dans des « hameaux stratégiques » interdisant aux paysans d’aller cultiver leurs champs.

Au final, l’analyse emporte presque entièrement l’adhésion du lecteur. À force d’accumuler les exemples, Le Billon réduit cependant la puissance de sa démonstration du fait de quelques approximations. On sait ainsi que la tentative de sécession du Biafra a d’abord été provoquée par les pogroms de 1966 et la détermination des Ibo à lutter pour leur survie parce qu’ils craignaient un génocide. Or Philippe Le Billon soutient que la guerre a été « largement » motivée par la présence de gisements d’hydrocarbures et le soutien des compagnies pétrolières françaises (p. 36). Dans le même ordre d’idées, il passe sous silence l’insurrection des Anya Nya au Sud-Soudan (1956-1972) pour affirmer que ce sont les découvertes de pétrole réalisées à partir de 1979 qui ont précipité la guerre de sécession du Sud du Soudan qui a éclaté en 1983 (p. 171)… dans un pays où les gisements ont en fait été mis en production en 1999. Reprenant la doxa humanitaire à propos d’une prétendue recrudescence de la violence en Afrique subsaharienne, enfin, il prétend qu’à partir de 1996, les interventions militaires et les convoitises de l’Ouganda et du Rwanda sur les ressources de la République démocratique du Congo auraient entraîné le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale (p. 158).

Heureusement, Philippe Le Billon est plus mesuré lorsqu’il analyse d’autres cas. Il montre par exemple comment la présence de phosphates a dynamisé le nationalisme sahraoui parce qu’elle a rendu viable le projet d’indépendance du Front Polisario et attisé la crainte d’une mainmise marocaine sur l’exploitation des mines (p. 32). Revenant à son propos introductif, l’auteur admet ainsi la pluralité des causes d’une insurrection et renonce à faire des ressources l’unique grille de lecture de la conflictualité : un constat que beaucoup d’économistes gagneraient à méditer…

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

Contestation, négociation et résistance : L’État congolais au quotidien, par Pierre Englebert et Denis Tull

intro129Introduction au dossier « République démocratique du Congo : terrains disputés », Politique africaine N°129.

Saisir l’essentiel du politique congolais n’est pas tâche aisée. Comment faire l’état des lieux d’un État gigantesque où la multitude d’acteurs rivalisent avec des institutions faibles pour créer une atmosphère constante d’incertitude et de chaos apparent ? Les observateurs occasionnels peuvent être tentés d’affirmer que le Congo ne va nulle part, au regard des développements de ces dernières années. Le cycle de violence pratiquement jamais interrompu dans les provinces du Kivu, par exemple, les violations continues des droits de l’homme, l’échec de la réforme du secteur de sécurité, les intimidations et répressions étatiques contre certains opposants, des élections frauduleuses (2011), et plus généralement l’effritement du processus de démocratisation, sont autant de signes d’une crise persistante.

Crise, sans doute, mais sur fond de flux, de transformations et d’adaptations. Comme le disait une jeune résidente de Goma en juillet 2010 : « Ce pays est toujours en mouvement, tout le temps. C’est juste que nous ne sommes jamais sûrs si c’est vers le haut ou vers le bas »1. Témoignant d’une profonde ambivalence, cette déclaration nous rappelle que la certitude n’est pas de mise au Congo, pour la majorité des habitants dans leur vie quotidienne comme pour les observateurs que nous sommes et qui peinent à donner du sens aux événements en cours.

Dans cette introduction et dans ce dossier, toutefois, nous souhaitons suggérer trois pistes qui permettent d’appréhender, au moins en partie, les logiques de la politique congolaise. La première concerne le caractère hautement contesté du politique au Congo, qui se joue notamment à travers l’usage de la violence qui continue d’affecter certaines parties du pays depuis maintenant deux décennies. Ainsi, et bien que les conflits aient été inégalement vifs dans l’espace et dans le temps, la violence s’est imposée comme un fait dominant, voire une force structurante. Les deux numéros de Politique africaine consacrés antérieurement à la RDC2 en témoignent. Les lecteurs ne seront par surpris que le présent numéro insiste sur le fait que la violence – et les stratégies violentes des acteurs politiques – continue de marquer le pays, comme le montrent les contributions de Jason Stearns, Maria Eriksson Baaz et Judith Verweijen, bien qu’il ne s’agisse pas du sujet principal de ce dossier. Au contraire, plutôt que de traiter de la violence comme dimension principale de la politique congolaise, nous y référons comme une des manifestations de ses caractéristiques essentielles, au premier rang desquelles figure la contestation.

Il est en effet erroné de réduire la RDC à la violence, sorte de condition permanente, apparemment dénuée de toute rationalité à moins que celle-ci ne soit économique – si l’on en croit le discours dominant sur la relation entre celle-ci et la richesse du Congo en ressources naturelles. Il apparaît plus judicieux de comprendre une part importante de la violence récente dans l’Est du Congo comme l’effet de modes politiques militarisés où la coercition et la menace associée à celle-ci représentent une stratégie de contestation et de négociation très cohérente, et souvent couronnée de succès, pour faire entendre des revendications.

La contestation est monnaie courante au Congo à tous niveaux, le plus souvent sous des formes non-violentes. La vie politique à Kinshasa, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du parlement, est très conflictuelle, y compris au sein de la « majorité présidentielle » où les orientations des dirigeants sont souvent mises au défi ou simplement ignorées par les députés3. La contestation est également présente dans les relations entre Kinshasa et les provinces, lesquelles représentent un enjeu important à l’échelle nationale. La nouvelle constitution de 2006 prévoit une décentralisation plutôt forte qui, si elle était mise en place, promettrait de véritables bouleversements en matière d’accès aux ressources financières et politiques. Son manque de mise en œuvre à ce jour en fait un sujet contentieux entre « centre » et « périphérie », entre Kinshasa et les provinces, y compris celles officiellement contrôlées par le parti de Kabila4.

Ces observations nous conduisent à la deuxième piste explorée dans ce numéro, intimement liée à la première : il s’agit de la négociation. Nous ne faisons pas ici simplement référence à la nature négociée de la gouvernance, telle qu’abordée il y a déjà quelque temps par les travaux de Christian Lund pour l’Afrique en général, et clairement illustrée par Kristof Titeca et Tom de Herdt au Congo5. Ce que nous voulons mettre en valeur, c’est le rôle joué par la négociation quasi permanente dans les rapports sociaux et politiques. Bien sûr, le pouvoir est partout le sujet de négociations et son exercice en nécessite souvent davantage. Mais au Congo, la négociation n’apparaît pas tant comme instrumentale à la pratique de la politique que comme son but ou son activité principale. Le corollaire de cet état des choses est que, puisqu’il faut toujours matière à négocier et à renégocier, rien n’est jamais conclu. Le système politique congolais en vient à manquer de permanence, d’où ce caractère de flux auquel nous faisions référence plus haut.

Pourquoi ces négociations et qu’est ce qui est ainsi négocié ? On peut d’abord affirmer que dans le champ politique et économique, peu ou même rien ne se négocie sans que l’État soit impliqué sous une forme ou sous une autre. Le but premier des négociations semble être l’inclusion, que ce soit dans l’État, l’armée, ou la société, qui n’est jamais entièrement acquise ou garantie. Qu’on les appelle « Dialogue Inter-Congolais », « Processus Amani »6, « accords du 23 mars », « forum » divers et variés ou, plus récemment, « négociations de Kampala », il s’agit toujours de négocier les termes de l’inclusion et de la participation de chacun dans le système, comme si le contrat social congolais ne parvenait jamais à se conclure, mais restait l’objet de tractations sans fins. Cela indique notamment qu’il n’y a guère d’opportunités politiques et économiques en dehors de son cadre – malgré les rumeurs persistantes de son effondrement et de sa faillite. C’est davantage le manque de mise en œuvre par les autorités des décisions obtenues lors des négociations précédentes – que ce soit par mauvaise volonté, incompétence ou corruption – qui mène à la nécessité de nouvelles négociations (l’exemple du Congrès National pour la Défense du Peuple [CNDP] vient à l’esprit comme la dernière incarnation en date de ce problème)7. C’est donc la prévalence de l’incertitude (des normes, des lois, des institutions…) qui gouverne le besoin de négocier, de façonner de nouveaux arrangements ou d’en sécuriser la mise en œuvre. Un manque généralisé de légitimité sociale du système politique en résulte avec pour effet que la négociation finit par caractériser le politique plutôt qu’en être un instrument. On met peu en œuvre au Congo. On passe relativement peu de temps, en politique, à faire quelque chose. Mais on négocie.

Paradoxalement, la troisième piste que nous souhaitons développer se ramène à cette proposition : tant les acteurs qui contestent et négocient en permanence l’État et ses politiques que l’État lui-même résistent en fait à toute tentative de l’abolir, de s’en débarrasser ou de le réformer radicalement. Il n’est pas surprenant que l’État, par l’intermédiaire de ses agents, résiste à son effacement, au mépris de son autorité et aux tentatives des bailleurs de contraindre ses actions. Ce qui l’est, par contre, c’est que les acteurs non-étatiques, qu’ils soient rebelles, ONG, églises, chefs coutumiers ou encore simples citoyens – qui, souvent, se substituent aux carences de cet État – s’attachent pourtant à le reproduire dans leurs actions, et aillent jusqu’à demander sa présence.

Selon certains observateurs, la situation au Congo justifierait l’affirmation selon laquelle « la RDC n’existe pas »8. Ils suggèrent par là que l’État congolais, défini comme « un pouvoir souverain présent dans toute l’étendue du pays »9, est un mythe. Cette déception vis-à-vis de l’État congolais est répandue. En termes d’efficacité institutionnelle, rares sont ceux qui en doutent : l’État congolais n’est guère plus qu’un simulacre. Mais les approches fonctionnelles ou normatives de l’État ne permettent pas de saisir l’ensemble de ce qui, il faut bien l’admettre, est difficile à cerner. Même si l’on abandonnait l’idée qu’une autorité étatique centrale puisse exister au Congo, cela ne signifierait pas pour autant que nous trouvons à l’échelon local des structures d’autorité claire et incontestée, qu’elles soient établies par des chefs traditionnels, des chefs de milices, des gouverneurs ou autres. Nous avançons l’hypothèse que ce type d’ordre politique, même à l’échelle micro-locale, est rare au Congo. Surtout, ce type d’ordre ou de gouvernance n’est jamais établi en l’absence de l’État. De nombreux acteurs locaux restent attachés à l’État central. Ceux-ci cherchent souvent, pour ne pas dire toujours, à obtenir l’approbation et la délégation de pouvoirs de la part de l’autorité régulatrice de Kinshasa. Ce n’est pas seulement vrai des principaux groupes rebelles ayant combattu lors des Première et Deuxième guerres du Congo, mais aussi pour les milices actuellement déployées dans l’Est de la RDC, y compris le M23 qui, comme son prédécesseur le CNDP, a appelé avec insistance Kinshasa à négocier son intégration dans l’État et ses structures politiques et militaires10. Il s’agit là d’un schéma plutôt ancien, d’autant qu’aucun groupe rebelle ayant surgi pendant les deux dernières décennies n’a jamais réclamé la sécession des territoires qu’il contrôlait11. L’hypothèse selon laquelle les aspirants séparatistes ne réclameraient pas la sécession parce qu’ils seraient conscients des faibles chances de reconnaissance internationale est par ailleurs insuffisante. Cette même lucidité n’a pas empêché, en effet, d’autres séparatistes de réclamer l’indépendance ailleurs (par exemple au Mali ou au Kenya), même si ce type de revendication sert surtout à attirer l’attention internationale12). L’État existe en outre bel et bien dans l’esprit de l’opinion publique. Comment expliquer autrement les protestations nationales contre le gouvernement (et la « communauté internationale ») en réaction à la chute de Goma et à sa prise par les rebelles du M23 en novembre 2012 ? Selon Radio Okapi, « Au Kasaï-Oriental, la société civile organisa une tribune d’expression populaire, à Mbuji-Mayi, pour dénoncer ce qu’elle considère comme “le manque d’intérêt au sommet de l’État” pour la situation dans le Nord-Kivu »13. Durant ce même mois de novembre 2012, des manifestants s’en prirent violemment aux bâtiments du PPRD, le parti de Kabila, à Bukavu, Bunia et Kisangani, exprimant leur colère vis-à-vis de l’État à la suite de la chute de Goma.

Il en ressort que la reproduction sociale de l’État est un fait indéniable, malgré les carences persistantes de celui-ci. On peut ajouter que cette même reproduction réaffirme aussi la légitimité de l’État en tant qu’aspiration et modèle sociopolitique. Le cynisme populaire envers l’État et ses institutions est certainement répandu, mais les condamnations de l’État, nombreuses et diverses, sont aussi l’affirmation d’un concept qui assume que l’État ne devrait pas échapper à ses responsabilités. Ceci est renforcé par l’impression (subjective, sûrement) que les Congolais sont de moins en moins enclins à attribuer la situation du pays à un ensemble de malfaiteurs externes (Nations unies, pays occidentaux, bailleurs de fonds…), même si certains acteurs extérieurs, notamment le Rwanda, restent à tort ou à raison, une cible politique.

Dans les pages qui suivent, nous explorons ces thèmes plus en profondeur, en les liant aux articles des différents auteurs qui ont contribué à ce dossier. Ce faisant, nous voulons appréhender la logique intrinsèque du politique au Congo, sans sacrifier ni aux stéréotypes d’échec et de violence, ni à leurs contrepoints d’ingénuité et de légitimité locales.

« Écoutez, Gérard » : un régime de contestation

Même si, en 2012, quelques mots de l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Susan Rice, à son homologue français Gérard Araud à propos du soulèvement du groupe M23 furent interprétés comme révélateurs du soutien des États-Unis au Rwanda, ils illustrent parfaitement la propension congolaise à la contestation : « Écoutez Gérard, c’est la RDC. Si ce n’était pas les M23, un autre groupe [rebelle] le ferait à sa place »14.

Le régime de contestation trouva sans doute son apogée nationale lors des guerres de 1996-1997 et de 1998-2002, même si on peut se demander si cette périodisation et cette césure entre les deux guerres ne devrait pas être abandonnée pour parler d’un conflit unique. Quoi qu’il en soit, ces années furent marquées par un mélange complexe de conflits locaux, nationaux et régionaux impliquant des armées étrangères, des douzaines de groupes d’insurgés et des milices locales15. Une période de calme relatif suivit la Deuxième guerre, conduisant aux premières élections libres au Congo depuis plus de 30 ans. Dans le jargon des Nations unies et d’autres organisations internationales, le Congo aurait alors passé avec succès le test d’« élection post-conflit » : le pays aurait désormais été fermement engagé dans la voie de la paix. Les Nations unies ont même à l’époque commencé à envisager le retrait de la Monuc, la mission de maintien de la paix en DR Congo – une initiative prématurée, comme les événements l’ont montré plus tard16. Avec un gouvernement élu démocratiquement sous le contrôle du président Kabila, les pays donateurs et certains partenaires internationaux espéraient l’avènement d’une phase de reconstruction politique et économique. Les préoccupations liées à la paix, au redressement économique et à la démocratie étaient certainement partagées par la majorité des électeurs congolais ayant voté pour Kabila, y compris dans l’Est déchiré par la guerre. Là, le président, en se présentant comme faiseur de la paix, remporta plus de 95 % des suffrages dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema. Dans son discours d’investiture du 6 décembre 2006, Kabila en appela à :

« une révolution des mentalités et à une mobilisation générale du génie créateur de tous les Congolais… J’ai annoncé la fin de la recréation sous toutes ses formes et la fin de l’impunité à quelque niveau que ce soit. J’entends avertir que les prisons de l’État seront ouvertes à tous ceux qui se mettront en travers de la loi. Parce que l’émergence d’un Congo nouveau, fort et prospère se construira dans l’amour du travail bien fait et la discipline individuelle et collective, ainsi que le respect des biens publics. J’ai également affirmé qu’il y a une unité dialectique entre la bonne gouvernance, la démocratie et l’État de droit qui sont, pour un pays moderne, ce que les jambes sont au corps humain17 ».

Ce « Congo nouveau » reste à inventer. Peu après les élections (qui elles mêmes fournirent un théâtre de contestation violent entre Kabila et son concurrent principal, Jean-Pierre Bemba, dont les troupes s’affrontèrent à Kinshasa pendant plusieurs jours entre les deux tours), l’insurrection du CNDP s’est imposée dans le Nord-Kivu. Suivit une série de négociations, soulèvements, alliances instables, elles-mêmes suivies de nouvelles négociations entre le gouvernement et un nombre toujours plus grand de groupes armés, certains combattant pour, d’autres contre le gouvernement, mais tous revendiquant des rangs dans l’armée et des postes politiques au sein de l’État. Incapable de résoudre la crise permanente dans les provinces du Kivu, le gouvernement a finalement été contraint de répondre aux exigences du principal groupe rebelle CNDP. Le 23 mars 2009, un accord facilité par le rapprochement entre la RDC et le Rwanda, important allié des rebelles, est signé. Il stipule l’intégration de ses combattants dans l’armée, ainsi que des hauts postes pour ses officiers dans la hiérarchie de la FARDC et de ses cadres politiques dans l’administration provinciale et nationale. Ceci reflète le désir et le succès des « rebelles » d’officialiser leur autorité de fait pour devenir des acteurs étatiques « légitimes ».

Cette évolution militaire apparemment positive sur le terrain se solda toutefois par un regain de la contestation à Kinshasa, cette fois-ci au sein même de la majorité présidentielle. Vital Kamerhe, président de l’Assemblée nationale et jusque là fidèle lieutenant du président, prit ombrage de l’intervention des troupes rwandaises sur le territoire congolais et réclama des explications au régime. Il lui en coûta son poste, mais il en profita pour lancer sa propre campagne. Cet épisode marqua le début d’une érosion assez rapide du climat politique, avec un regain considérable de la répression et une plus grande polarisation entre le régime et ses opposants, dont de nombreux acteurs de la société civile.

La violence insurrectionnelle reprit enfin début 2012, cette fois-ci à l’initiative du groupe Mouvement du 23 mars (M23), dans une large mesure une émanation de l’ancien CNDP18. Selon toute vraisemblance activement soutenu par le Rwanda voisin, le M23 infligea à l’armée congolaise une série de défaites qui forcèrent le gouvernement Kabila à entamer de nouvelles négociations et concessions19. Pendant ce temps, la Monusco (Mission de l’ONU pour la stabilisation en RD Congo), comptant toujours plus de 20 000 hommes en armes, s’est avérée incapable de jouer un rôle autre que marginal.

L’attention qu’a reçue le M23 ne devrait toutefois pas dissimuler que, ne serait-ce que dans l’Est du pays, on a recensé au moins une vingtaine de groupes armés, milices ou alliés du gouvernement, aux motifs peu explicites, sinon une demande d’accès à l’emploi public, la reconnaissance de droits fonciers, l’accès aux minerais et à leur trafic, la défense des communautés locales et l’hostilité aux étrangers. Ces groupes naissent, croissent, se divisent, disparaissent et réapparaissent continuellement.

Jason Stearns illustre dans ce numéro la logique interne de l’usage de la contestation violente parmi ces groupes armés. Il montre que la décision d’appartenir à des mouvements violents tels que le CNDP, le mouvement hutu Pareco ou la milice Mai-Mai Raia Mutoboki, n’est pas simplement le résultat de griefs locaux ou de la fameuse « malédiction des ressources ». Elle est plus largement en rapport avec la capacité de mobilisation sociale de ces groupes. Comprendre cette mobilisation nécessite à son tour une compréhension de la manière dont ces groupes s’insèrent dans la société, que ce soit par des réseaux sociaux, par opportunisme, ou par alliances avec divers politiciens. On est donc loin d’une conception de la violence imposée aux sociétés locales par les combattants eux-mêmes. On peut en revanche conceptualiser la logique locale de la violence et sa participation à une panoplie plus large de types de rapports sociaux. Le fait est que, dans un environnement toujours contesté, pouvoir mobiliser des acteurs armés représente un atout. Elle est aussi un moyen de communication et de négociation pour augmenter son prix sur « le marché politique » en vue de négocier son intégration dans un système politique en dehors duquel, il faut le répéter, les opportunités sociales et économiques sont rares20. C’est pour cette même raison que l’Est du pays n’a pas le monopole de la contestation violente. Malgré les assurances répétées du gouvernement, la RDC n’a pas été « pacifiée » après 2006. Des violences et confrontations ont eu lieu en effet dans diverses provinces du pays depuis lors : au Bas Congo en 2007-2008 ; à l’Équateur en 2009 ; au Katanga presque chaque année ; au Bandundu en 2010, à Kinshasa à plusieurs reprises en 201121.

En deçà de la violence, la contestation fait aussi le quotidien de la classe politique, à Kinshasa comme en province. Les élections hautement controversées de 2011 en fournissent un exemple. Au vu du mécontentement populaire généralisé face à ses médiocres performances pendant son premier mandat, le gouvernement estima nécessaire de manipuler massivement les scrutins parlementaires et présidentiels22. L’intimidation et la répression des voix de l’opposition furent apparemment légion. Avant et après les élections de 2011, au moins 24 personnes furent tuées par les forces de sécurité et des douzaines arbitrairement emprisonnées. À cet égard, l’assassinat du défenseur des droits de l’homme, Floribert Chebaya, en 2011 n’a jamais été éclairci.

La nation congolaise est sortie de la période électorale apparemment sous le choc, incapable jusqu’ici de réparer les déchirures sociales et la pénurie de confiance que les tricheries du camp présidentiel ont engendrées. Chacun appelle au dialogue national mais tous campent sur des positions qui prêtent peu au compromis. Ainsi, le leader « battu » de l’opposition, Étienne Tshisekedi, toujours en résidence semi-surveillée à Limete, continue à s’autoproclamer « président élu », empêchant ses disciples de participer pleinement à la vie des institutions de la République.

En outre, au sein même de l’État, le mécontentement et l’impatience relative à la gestion de la crise permanente dans les deux Kivus ont grandi. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles Kabila poursuit en grande partie les stratégies éprouvées de l’ancien président Mobutu. Cela signifie également que le régime bloque ce qui pourrait menacer sa survie politique. Ceci parait évident au regard de la mise en échec de nombreux projets de réformes (décentralisation, secteur de sécurité…) qui, en cas d’application, présenteraient certains risques pour le pouvoir du régime.

Il reste à s’interroger sur les causes de ces contestations intenses et quasi permanentes. Sont-elles le résultat des guerres récentes ou de dynamiques historiques de plus long terme ? La seconde branche de l’alternative semble évidente en regard des continuités dans les logiques et pratiques politiques sur lesquelles repose l’État congolais : processus de décisions informels suivis par des instances ne figurant sur aucun organigramme étatique, pratiques violentes et répressives bien dosées, évocation du monde invisible, spirituel ou religieux, cooptation des acteurs potentiellement autonomes et finalement extraversion comme mode politique dominant23.

Rares sont les recherches qui posent la question des effets de la guerre et des violences. Nous proposons néanmoins quelques hypothèses. Tout d’abord, il convient de souligner que les violences des deux dernières décennies ont pris place dans un contexte où les règles du jeu politique étaient en plein bouleversement. Survenant dans la foulée de la conférence nationale souveraine, la fin du régime de Mobutu en 1997 représentait la deuxième vague d’un processus de changement politique mettant en question les règles du jeu politique. Ces règles n’étaient cependant pas remplacées par un nouvel ordre structuré et prévisible. S’en suivirent la prise de pouvoir de Kabila père, la fin de la libéralisation politique avec l’interdiction des partis politiques, le déclenchement de la Deuxième guerre, l’assassinat de Kabila père et l’intronisation du fils, et nous ne sommes qu’en 2001… Autant d’événements qui expliquent que le Congo, en tant qu’espace politique et social se soit trouvé dans un « état d’urgence » permanent peu propice à une consolidation ou normalisation politique quelconque. De ce point de vue, les contestations dont nous avons fait état plus haut, ainsi que les négociations que nous allons aborder pourraient être interprétées comme autant d’effets d’une crise d’autorité et de légitimité qui conduit à une incertitude générale. Le fait que tout soit contesté (et négocié) suggère que les normes et règles se trouvent dans une phase de transition dont la fin n’est pas encore prévisible. Le manque de clarté et de légitimité des normes et institutions, prolongé et intensifié par une longue période de violence, est donc un facteur important pour saisir l’ampleur des contestations et des négociations dans le Congo contemporain.

La négociation permanente

Toute contestation mène, en principe du moins, à une négociation. Le caractère contesté du politique congolais se manifeste donc largement par la permanence et la multiplicité des négociations. Cette tendance est renforcée par la nature de l’économie politique congolaise, largement basée sur la multiplication et l’acquisition des rentes. À coup sûr, le potentiel productif de l’économie congolaise est énorme. Mais, poussées en partie par le court terme de leurs horizons politiques, les élites congolaises en charge de l’économie privilégient généralement la transaction sur la production. Elles instrumentalisent leurs positions de gardiens des ressources pour négocier des termes d’exploitation qui deviennent le but principal de leur activité. Peu importe, pour finir, si telle mine ou tel puits entre un jour en phase de production ou non. Cela reste le problème de l’exploitant. Pour ce qui est de l’officiel congolais, c’est la négociation pour l’accès à la mine ou au puits qui renferme son trésor. Les contrats sont ainsi négociés, avec nombre de « pas de porte » (bonus de signature) et autres commissions, annulés (par les officiels eux-mêmes ou leurs successeurs) aux cris de « contrats léonins » (ce qu’ils sont souvent effectivement dans la mesure où le négociateur congolais ne s’est guère préoccupé des intérêts nationaux), et ensuite renégociés dans un cycle auto-reproductif. D’où les paroles attribuées à un ministre congolais : « Pourquoi ruiner un puits pétrolier par sa mise en exploitation ? »24. Si, pour les autorités, les droits sur les ressources naturelles valent plus que leur exploitation, c’est qu’une commission personnelle et immédiate est de loin supérieure à des revenus fiscaux à plus long terme – on reconnaît ici la logique olsonienne du « bandit itinérant» qui maximise ses revenus à court terme par rapport à son collègue « stationnaire » qui bénéficie d’un horizon chronologique plus étendu25.

Ainsi s’explique en partie la longue saga des contrats miniers au Congo, et la renégociation d’une soixantaine d’entre eux après 2006. Dénoncés pour leurs termes iniques, ces contrats conclus entre 2003 et 2006 furent renégociés par les nouvelles autorités, dans un grand secret, chacun représentant autant d’opportunités pour de nouvelles transactions. Ainsi, si l’on en croit le rapport 2012 de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), quelques 364 millions de dollars déclarés par les compagnies minières comme paiements à l’État ne figurent pas parmi les revenus de celui-ci pour 2008 et 200926, et il n’est guère étonnant que le Congo fut suspendu de l’ITIE en avril 2013. De plus, une commission parlementaire d’enquête britannique a identifié un manque à gagner de plus de 5 milliards de dollars pour l’État congolais liée à la pratique par le président et son entourage de vente à bas prix des concessions minières à des compagnies qu’ils possèdent afin de les revendre ensuite à de « vrais » exploitants27.

Les logiques de la négociation et de la renégociation s’appliquent aussi aux projets de développement, qui représentent simplement une autre sphère de l’activité économique, particulièrement populaire car elle n’est pas censée être productrice et se prête facilement aux obstacles et aux transactions. Pour reprendre les mots du responsable congolais d’un centre de recherche de Kinshasa, « on approuve un projet. On dégage l’argent. C’est à ce moment que les problèmes commencent »28. L’article d’Inge Wagemakers sur un projet de développement à Kinshasa dans ce numéro en offre une bonne illustration. Dans le domaine économique, la négociation offre des opportunités de transaction et donc d’acquisition de revenus dérivés du coût de ces transactions. Alors que l’État est souvent compris dans la conception néolibérale du développement comme une institution de minimisation des coûts de transaction, au Congo il se nourrit de leur maximisation.

Dans le domaine politique, en revanche, la négociation a plus souvent pour objectif l’inclusion et la réduction de l’incertitude. Dans un monde aux institutions faibles, il faut continuellement négocier son statut, sa sécurité, et même ses droits. La négociation prend la forme collective de dialogues et de forums en parallèle des institutions formelles. Les citoyens vulnérabilisés sont demandeurs, mais aussi les dirigeants pour qui le recours aux négociations permet d’éviter une redevabilité plus formelle et de recourir au clientélisme et aux arrangements informels.

L’ethnographie militaire de Maria Eriksson Baaz et Judith Verweijen, au sein des Forces Armées de la RDC (FARDC), illustre la nature négociée du fonctionnement réel d’une institution de l’État. Au milieu du chaos et de l’insécurité, les militaires congolais réinventent un ordre dans lequel l’impunité n’est pas la règle. Les auteures montrent que de nombreuses infractions sont sanctionnées par des procédures internes à l’armée, et souvent informellement. Ce régime punitif permet la reproduction de la hiérarchie militaire car il pénalise particulièrement le manque de loyauté aux supérieurs, mais il organise aussi des séances de pénitence et de réparations vis-à-vis des communautés locales. Ce qui est frappant dans ce système c’est la manière dont un appareil d’État formellement déficient renégocie pour lui-même une nouvelle logique interne. Le système est loin d’être parfait et les droits humains fondamentaux n’y figurent pas de manière prééminente. Toutefois, le contraste avec les tentatives formelles de réduire l’impunité militaire est surprenant.

Une conséquence de la négociation est que le secteur public congolais est un terrain disputé où les revendications concurrentes de pouvoir, d’autorité et de légitimité sont permanentes, aussi bien entre les acteurs sociaux et étatiques qu’au sein de l’État et parmi ses nombreux agents. À cet égard, les conflits entre différentes agences de l’État décrits dans l’article de Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbunda sont révélateurs. On y comprend pourquoi l’État et ses interactions avec le reste de la société continuent à intéresser les chercheurs. Comme il a déjà été affirmé depuis longtemps, se concentrer sur les déficits, les déviations et la nature dysfonctionnelle de l’État congolais et d’autres n’est pas particulièrement éclairant29. Ce qui éclaire notre compréhension, ce sont les pratiques au quotidien et au niveau local ou infranational sur les trajectoires politiques, les acteurs, et leurs interactions. Et c’est de cette littérature que le caractère négocié de l’État congolais émerge30.

L’absence relative de « résultats » des politiques de développement et de gouvernance au Congo provient sans doute en partie du fait que la négociation est souvent privilégiée, ou que les résultats eux-mêmes sont souvent renégociés avant que quelque action publique puisse en découler. À cet égard, ainsi que le rappellent Cuvelier et Muamba Mumbunda dans leur article, le slogan électoral emprunté par Kabila à Jésus Christ et selon lequel, « si vous ne croyez pas à mes paroles, croyez au moins à mes œuvres », force particulièrement la crédulité de l’observateur. Pourtant, l’évocation du religieux par le président et ses « spin doctors » relève d’une double conquête de légitimité en faisant appel au répertoire religieux et matériel, « les œuvres ». Ces dernières sont rares et c’est pour cette raison qu’il est souvent affirmé que la croissance des groupements religieux au Congo est une manifestation de la crise. Mais, comme le montre si bien Nicole Eggers, il faut se méfier de conclusions qui mettent l’accent sur les aspects fonctionnels et instrumentalistes de l’appartenance aux mouvements religieux. Dans sa contribution sur les discours locaux sur le pouvoir et la transformation religieuse dans le milieu rural de la province du Sud-Kivu, elle insiste, comme Jason Stearns dans son analyse des groupements armés, sur l’importance des fondations historiques et sociales des pouvoirs locaux dans un contexte où l’incertitude, et par conséquent la compétition pour la protection (individuelle ou collective), bat son plein.

Résistance et gouvernance locale

Dans une large mesure, c’est le statut toujours incertain de l’État et de ses institutions ainsi que des règles et normes, qui conduisent à la prévalence de la contestation et de la négociation comme modes de gestion du politique. On pourrait en attendre une remise en cause de l’État ou, à tout le moins, son affaiblissement. C’est plutôt l’inverse qu’on observe. Bien sûr, l’État congolais est faible31, en tout cas au sens formel, mais il ne manque pas de force vis-à-vis des autres acteurs sociaux et des donateurs. L’État congolais résiste aux assauts dont il fait systématiquement l’objet de toute part, en grande partie parce que ceux qui mènent la charge tendent aussi à le préserver. Ce phénomène, par lequel les acteurs internationaux et locaux finissent par reproduire l’État, est particulièrement visible dans le domaine de la gouvernance locale, comme plusieurs articles dans ce numéro l’illustrent.

Pour comprendre la résilience de cet État, il faut aussi saisir la nature complexe, hybride, plurielle et décentralisée par laquelle il exerce son pouvoir. Prenons l’exemple de la pratique de l’administration et des services publics, autrement dit la « gouvernance ». Dans le contexte congolais, elle reflète les impératifs de survie ou de succès matériel des communautés locales et des membres du système politique. Au niveau local comme au niveau national, elle est faite d’adaptations, d’inventions et d’instrumentalisation des projets et programmes d’autrui. La gouvernance congolaise effective n’entretient donc qu’une relation limitée avec sa gouvernance formelle qui constitue généralement le cadre des interventions des bailleurs et dont les problèmes très réels alimentent les récits de « crise » et de « faillite ». Dans la mesure où elle consiste en une série de « bricolages »32, elle résiste aux tentatives extérieures de réformes en les diluant, en les transformant, voire en les corrompant.

Trop souvent encore, les partenaires du développement imaginent le Congo et ses communautés locales comme des espaces dépourvus de gouvernance, une impression sans doute en partie due à la faiblesse de ses institutions formelles et aux difficultés que semble rencontrer toute tentative locale d’action collective, comme dans beaucoup d’autres endroits d’Afrique33. En effet, le gouvernement congolais, tout comme les autorités et les acteurs non-étatiques locaux (ONG et coopératives), peinent souvent à mener les programmes et projets à des résultats tangibles. En témoignent les échecs des multiples réformes post-transition34, y compris celles du secteur de la sécurité35 et de la décentralisation36, ainsi que le recul démocratique notoire du pays depuis 2006 (plus prononcé encore depuis 2011)37. Mais l’absence de tels « succès » de la part des communautés et institutions formelles congolaises ne signifie pas l’absence de gouvernance locale dont les arrangements résistent, perdurent et s’adaptent. C’est dans le manque de compréhension ou d’appréciation suffisante de cet état des choses que se trouve la cause d’une autre faillite que celle de l’État, celle des nombreuses interventions extérieures, et des frustrations considérables de ceux qui souhaitent en toute bonne foi venir en aide aux Congolais.

Deux articles dans ce numéro offrent des illustrations de l’adaptation de l’« État réel » et de ses modes et normes de gouvernance locale aux réformes des donateurs axées sur les institutions formelles. Ainsi, Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbunda illustrent-ils les effets de l’installation d’un « guichet unique » au poste douanier de Kasumbalesa au Katanga, une idée d’efficacité bureaucratique dans la logique wébérienne des bailleurs afin d’endiguer les malversations engendrées par la multitude de « services » sévissant à la frontière. Contrairement aux attentes des bailleurs, les agents de ces services ont développé des stratégies pour passer outre les efforts de consolidation des transactions douanières. Une tentative de contrôler la corruption par la création d’un nouvel organe de gouvernance formel est donc détourné pas ses victimes potentielles et son intervention stérilisée. Ce détournement ne représente pas pour autant simplement un phénomène de corruption mais, plus largement, une reproduction du système effectif de gouvernance de la frontière qui tient compte de différents intérêts économiques et du pouvoir relatif de divers services d’État, et qui ne peut être éradiqué par un décret ou la construction d’un édifice public.

À Kimbanseke, une large commune périurbaine du sud de Kinshasa, Inge Wagemakers met le doigt sur trois incohérences entre les pratiques et objectifs du Programme d’Appui aux Initiatives de Développement Communautaire (Paideco), et les rapports de gouvernance locaux. D’abord, la conception qu’a le bailleur (la Coopération technique belge, dans ce cas) d’associations locales démocratiques et participatives ne correspond pas à la réalité d’un mode local de gouvernance associative non-démocratique. Ensuite, l’accent mis par ce bailleur sur le mode municipal de gouvernance se trouve aussi en porte à faux avec le poids local des modes de gouvernance marchands et associatifs qui n’impliquent pas d’habitude de consultation avec les autorités municipales38. Enfin, choisir la commune comme partenaire principal reflète une ignorance de la nature bureaucratique, fragmentée et non-démocratique de la gouvernance municipale au Congo. Le résultat en fut l’échec du programme Paideco, l’appropriation par les acteurs et structures locales de ses ressources, puis la transformation et la dilution de ses objectifs dans les logiques locales de survie et d’accumulation.

Il ressort de ces contributions que les interventions mises en place par les bailleurs et autres acteurs externes, y compris les ONG internationales, sont souvent vouées à l’échec par la résistance que leur opposent les arrangements endogènes et les processus d’adaptation en fonction des négociations qu’ils entraînent. Dans une large mesure, cette propension résulte d’une disjonction ou d’une inadéquation entre les prescriptions et propositions de réforme externes et les manières locales de faire les choses. Le Congo existe bel et bien, souvent sous la forme d’un bricolage entre logiques locales et externes, issu de négociations et de contestations.

Un ingrédient essentiel de cette résilience de l’État dans la gouvernance locale provient du fait que les acteurs non-étatiques locaux impliquent, ou au minimum invoquent, l’État dans leurs efforts. Comme l’article de Wagemakers le montre, la gouvernance congolaise effective est hybride et ad hoc, c’est-à-dire qu’elle résulte des actions d’une multiplicité d’acteurs aux rôles plus ou moins formels, qu’elle est peu institutionnalisée et/ou qu’elle est fréquemment (sinon perpétuellement) renégociée39. Toutefois, cette hybridité contribue à reproduire l’État. Donc, d’un côté, l’État résiste aux bailleurs parce qu’il est dilué dans les modes locaux de gouvernance, de l’autre il se reproduit parce qu’il continue de représenter une part importance de ces mêmes modes de gouvernance.

Une question importante qui résulte de ces observations est de savoir dans quelle mesure les arrangements congolais eux-mêmes peuvent constituer la base de phénomènes développementaux, ou bien s’ils sont foncièrement inamicaux au développement. Les récents efforts théoriques de certains auteurs supposent en effet qu’il serait adéquat pour les promoteurs africains du développement d’aller davantage « dans le sens du poil » (« with the grain »), de faciliter l’action collective en capitalisant sur les arrangements locaux plutôt que d’imposer des notions externes de gouvernance40. Le Congo suggère toutefois que l’idée de construire le développement sur le local est loin d’être évidente, surtout lorsque les arrangements locaux portent excessivement sur le court-terme, une préoccupation normale dans une société à la limite de la survie, ou reproduisent des normes prédatrices. Rappelons que nos auteurs observent que les sanctions existent surtout pour les violations de loyauté aux « Big Men » dans l’armée ; que les associations locales sont souvent anti-démocratiques ; que la sorcellerie participe au pouvoir (dans l’expression d’Eggers, « la sorcellerie est le pouvoir spirituel est la capacité de mener est le pouvoir politique ») ; et que les douaniers sont des rentiers. Certes, la « capacité créative » des Congolais, longtemps célébrée par des observateurs, existe toujours. Mais rien ou presque n’indique que cette inventivité impressionnante soit suffisante afin de construire sur l’endogène au Congo en ce qui concerne la promotion du bien-être économique et politique des Congolais. Nolens volens, le caractère profondément aléatoire des modes congolais politiques se trouve sans doute réaffirmé par ce numéro spécial.

Pierre Englebert (Pomona College, Claremont, USA), Denis Tull (Stiftung Wissenschaft und Politik, German Institute for International and Security Affairs, Berlin)

Paru dans Politique africaine 1/2013 (N° 129), p. 5-22.

Crédit image : DR.

  1. Discussion avec un des auteurs, Goma, juillet 2012 []
  2. R. Banégas et B. Jewsiewicki (dir.), « RDC, la guerre vue d’en bas », Politique africaine, n° 84, décembre 2001 ; P. Quantin (dir.), « Les deux Congos dans la guerre », Politique africaine, n° 72, décembre 1998 []
  3. « RDC : Mouvement de fronde au sein de la majorité présidentielle », RFI, 1er novembre 2012 ; entretiens avec plusieurs membres de l’Assemblée nationale, Kinshasa, novembre 2012 et mars 2013 []
  4. P. Englebert, « Incertitude, autonomie et parasitisme : les entités territoriales décentralisées et l’État en République démocratique du Congo », Politique africaine, n° 125, mars 2012, p. 169-188 ; D. Tull, « Troubled State-Building in the DR Congo : the Challenge From the Margins », The Journal of Modern African Studies, vol. 48, n° 4, 2010, p. 643-661 []
  5. C. Lund, « Twilight Institutions : Public Authority and Local Politics in Africa », Development and Change, vol. 37, n° 4, juillet 2006, p. 685-705 ; K. Vlassenroot, « Négocier et contester l’ordre public dans l’Est de la République Démocratique du Congo », Politique africaine, n° 111, octobre 2008, p. 44-67 ; K. Titeca et T. de Herdt, « Real Governance Beyond the “Failed State” : Negotiating Education in the Democratic Republic of Congo », African Affairs, vol. 110, n° 439, février 2011, p. 213-231 []
  6. Amani signifie « paix » en kiswahili []
  7. Dans le cas des acteurs armés, la négociation est typiquement précédée par la défection et/ou le recours à la violence qui crée ainsi l’objet de la future renégociation. Le casse-tête de la pacification à l’Est et ses multiples épisodes de « brassage » et de « mixage » illustrent à la fois la permanence des négociations, la faiblesse des promesses de l’État, et le systématisme du recours à la défection parmi ceux qui cherchent l’inclusion []
  8. J. Herbst et G. Mills, « There Is No Congo », Foreign Policy, mars 2009 []
  9. Ibid []
  10. « Congo Rebels Call for Negotiations with Kinshasa », Associated Press, 20 octobre 2012 []
  11. P. Englebert, Africa : Unity, Sovereignty & Sorrow, Boulder, Lynne Rienner, 2009 []
  12. Pour le cas du Mali, voir Rapport du secrétaire-général des Nations unies sur la situation au Mali, New York, 28 novembre 2012, S/2012/894, p. 10. Pour le Kenya, nous faisons allusion aux Mombasa Republican Council (MRC []
  13. « RDC : manifestations contre la chute de Goma, 3 morts à Kisangani », Radio Okapi, 21 novembre 2012 []
  14. Gérard Araud suggérait que le problème de la violence à l’Est du Congo trouvait en fait son origine au Rwanda voisin. Voir « UN Envoy Rice Faulted for Rwanda Tie in Congo Conflict », New York Times, 9 décembre 2012 []
  15. G. Prunier, Africa’s World War : Congo, the Rwandan Genocide and the Making of a Catastrophe, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; F. Reyntjens, The Great African War : Congo and Regional Geopolitics, 1996-2006, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 ; A. Autesserre, The Trouble with Congo : Local Violence and the Failure of Peacebuilding, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; J. Stearns, Dancing in the Glory of Monsters : The Collapse of the Congo and the Great War in Africa, New York, Public Affairs, 2012 []
  16. Vingt-troisième rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la Mission de l’Organisation des Nations unies en République Démocratique du Congo, New York, 23 mars 2007, p. 14 []
  17. Pour le discours complet, voir <http://www.deboutcongolais.info/actualite5/art_348.htm>, consulté le 25 avril 2013 []
  18. Le nouveau groupe justifie d’ailleurs son insurrection par le non-respect du gouvernement pour les engagements qu’il avait pris en 2009, ce qui lui donne son nom []
  19. Rapport final du Groupe d’experts sur la République Démocratique du Congo conformément au paragraphe 4 de la résolution 2021 (2011), New York, 15 novembre 2012 []
  20. A. de Waal, « Mission without End ? Peacekeeping in the African Political Marketplace », International Affairs, vol. 85, n° 1, janvier 2009, p. 99-113 []
  21. Voir D. Tull, « Troubled State-Building… » op. cit. ; Monuc Human Rights Division, « Special Inquiry into the Bas Congo Events of February and March 2008 », Nations unies, rapport spécial, mai 2008 ; United nations, Final Report of the Group of Experts on the Democratic Republic of the Congo, New York, United Nations Security Council, S/2011/738, 2 décembre 2011 []
  22. À l’exception de la Communauté de l’Afrique australe (SADC) et l’Afrique du Sud, tous les observateurs nationaux et internationaux étaient unanimes dans leurs jugement. Voir « L’Afrique du Sud juge “globalement ok” les élections en RDC », AFP, 11 décembre 2011 []
  23. D. Tull, Weak States and Successful Elites. Extraversion Strategies in Africa, Berlin, German Institute for International and Security Affairs, 2011 []
  24. Interview anonyme d’un journaliste économique, Kinshasa, novembre 2010 []
  25. M. Olson, « Dictatorship, Democracy and Development », American Political Science Review, vol. 87, n° 3, 1993, p. 567-576 []
  26. République Démocratique du Congo, Initiative pour la Transparence des industries extractives, Synthèse du 2e Rapport ITIE-RDC, Exercices : 2008 et 2009, Kinshasa, Promines, GIZ, CTB et DFID, mai 2012 []
  27. « MP exposes $5,5 Billion Loss to Congolese People Through Questionable Mining Deals with BVI “Shell” Companies », Communiqué de presse du bureau d’Eric Joyce (membre du parlement britannique), 18 novembre 2011 []
  28. Entretien avec Hamuli Kabaruza, Cenadep (Centre national d’appui au développement et à la participation populaire), Kinshasa, novembre 2010 []
  29. M. Diouf, « Privatisations des économies et des États africains. Commentaires d’un historien », Politique africaine, n° 73, mars 1999, p. 16-23 []
  30. En plus des ouvrages cités dans ce texte, voir Z. Mampilly, Rebel Rulers : Insurgent Governance and Civilian Life during War, New York, Cornell University Press, 2011 ; A. Veit, Intervention as Indirect Rule. Civil War and Statebuilding in the Democratic Republic of Congo, Francfort, Campus Verlag, 2010 []
  31. T. Trefon. Congo Masquerade : The Political Culture of Aid Inefficiency and Reform Failure, Londres, Zed Press, 2011 ; T. de Herdt (dir.), À la recherche de l’État en R-D Congo. Acteurs et enjeux d’une reconstruction post-conf lit, Paris, L’Harmattan, 2011 []
  32. E. Kasongo, La Gouvernance des entités territoriales décentralisées : défis et enjeux de la gestion des finances publiques communales à Kinshasa (2002-2008), thèse de doctorat en sciences politiques et administratives, université de Kinshasa, 2009 []
  33. D. Booth, « Development as a Collective Action Problem : Addressing the Real Challenges of African Governance », Londres, Africa Politics and Power Programme, 2012 []
  34. T. Trefon (dir.), Réforme au Congo (RDC) : attente et désillusion, Tervuren/Paris, Mrac/L’Harmattan, Cahiers africains, n° 76, 2009 []
  35. H. Hoebeke, H. Boshoff et K. Vlassenroot. « “Monsieur le Président, vous n’avez pas d’armée” : la réforme du secteur de sécurité vue du Kivu », in T. Trefon (dir.), Réforme au Congo (RDC)…, op. cit., p. 119-137 []
  36. P. Englebert, « Incertitude, autonomie et parasitisme… », op. cit., p. 169-188 []
  37. P. Bouvier et J. Omasombo Tshonda, « Les élections de 2011 en République démocratique du Congo », in S. Marysse et J. Omasombo (dir.), Conjonctures congolaises : chroniques et analyses de la RD Congo en 2011, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 29-58 []
  38. Voir à ce propos J.-P. Olivier de Sardan, « Les huit modes de gouvernance locale en Afrique de l’Ouest », Afrique : Pouvoir et Politique, Working Paper, n° 4, ODI, novembre 2009 []
  39. K. Titeca et T. de Herdt, « Real Governance Beyond the “Failed State”… », art. cit. []
  40. D. Booth, « Development as a Collective Action Problem… », op. cit. ; T. Kelsall, Business, Politics and the State in Africa : Challenging the Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres, Zed Books, 2013 []

Le carnet de la revue