D. Macey, Frantz Fanon : une vie, lu par Cédric Vincent

Frantz Fanon- Une vieMACEY (David), Frantz Fanon : une vie, Paris, La Découverte, 2011, 8 cartes, index, 597 pages.

Dans un livre récent (Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale, Paris, Amsterdam, 2011), Matthieu Renault s’interrogeait sur les publications dédiées à Frantz Fanon en France, qui faisaient la part belle aux seuls récits biographiques ou de témoignages de proches, au détriment des enjeux théoriques posés par ses écrits. La conséquence, selon lui, est de reléguer la pensée de Fanon dans le passé et donc suggérerait qu’elle ne réponde plus aux situations actuelles. La traduction de l’imposante biographie de David Macey, parue à l’occasion du cinquantenaire du décès du penseur martiniquais, lui donne raison. À ceci près que ce livre, publié aux États-Unis en 2001, se veut lui-même une réaction aux inflations théoriques et aux interprétations spéculatives dont a fait l’objet le travail de Fanon depuis sa disparition en 1961. Dès lors, ce projet peut se comprendre comme une réponse au défi lancé par Henry Louis Gates de « ré-historiciser Fanon » (p. 50).

Le premier chapitre pose clairement les termes. Il s’attache à sa postérité : « Entre oubli et souvenir ». Si l’oubli l’a emporté en France, le souvenir s’est maintenu parmi les révolutionnaires du Tiers-monde, du Frente de Libertação de Moçambique au Front de libération nationale (FLN) mais aussi au Front islamique du Salut en Algérie, des leaders de l’African National Congress à ceux du Black Panther Party, pour être à nouveau actualisé par les théoriciens des études postcoloniales. Sur ce dernier point, Macey considère que « la sophistication même des lectures postcoloniales de Fanon est, en un sens, la cause de leur faiblesse » (p. 49). Souvent, ces travaux développent une approche superficielle de l’œuvre ou oublient l’aspect du militantisme politique auprès du FLN, alors qu’il y a là de quoi, sinon enrichir, du moins nuancer l’utilisation de l’arsenal théorique conçu par Fanon.

Selon l’auteur, plus que tout autre, l’accueil contemporain de l’œuvre de Fanon a conduit à le transformer en une icône révolutionnaire stéréotypée et abstraite, évoluant dans une dimension purement textuelle. Le propos du livre est donc de redonner un corps à Fanon, de le situer dans sa spécificité et sa subjectivité, d’en faire un cas particulier. Il n’empêche que Macey, féru de l’exercice biographique (Foucault, Lacan), développe un récit plutôt classique dans sa facture face à cette « figure mystérieuse et inclassable » (p. 29).

Le découpage suit scrupuleusement les étapes de sa courte vie (1925-1961) dans un effort constant de contextualisation à la fois historique et des situations intellectuelles, mais au prix de digressions trop longues : sa jeunesse en Martinique dans un milieu « petit-bourgeois » (chap. 2), sa participation à la Seconde Guerre mondiale comme simple soldat mais déjà très critique sur son engagement (chap. 3), ses années d’étudiant en médecine à Lyon et l’écriture de Peau Noire, Masques Blancs (chap. 4), texte analysé en détail (chap. 5). Arrive ensuite son affectation à l’hôpital psychiatrique de Blida et une pratique thérapeutique qui s’oriente vers une sorte d’ethnopsychiatrie (chap. 6), un développement bienvenu alors que sa carrière de psychiatre clinicien a plutôt été négligée jusqu’ici par les commentateurs de son travail, hormis Françoise Vergès. Lorsqu’éclatent les événements d’Algérie, en novembre 1954, son engagement est progressif au côté du FLN, handicapé notamment par le fait qu’il ne parle pas l’arabe. Il devient surtout un porte-parole intransigeant, un polémiste efficace et un collaborateur d’El Moujahid (chap. 7-9). À la fin de 1958, commence la dernière période de sa vie comme délégué du Gouvernement provisoire de la république algérienne dans les pays africains (chap. 10). La biographie se termine sur une analyse rigoureuse de Les Damnés de la Terre, son ouvrage posthume (chap. 11). Une postface inédite conclut le livre, dans laquelle l’auteur fait une revue critique des biographies parues (en France) depuis la sienne (aux États-Unis).

L’un des axes forts du travail de Macey consiste à reconsidérer la place du contexte antillais et de l’expérience coloniale dans la pensée et les écrits de Fanon. Éluder le fait que la Martinique sert d’arrière-plan à Peau noire, c’est courir le risque d’une généralisation stérilisante et d’approximations. Il en résulte des lectures stimulantes aussi bien de Peau Noire que des Damnés de la Terre. Pour expliquer les causes de l’effacement progressif du contexte antillais, l’auteur pointe les traductions anglaises approximatives qui ont affecté la réception de la pensée fanonienne dans les milieux anglophones. Appliqué à Fanon, le procédé biographique largement éprouvé de la lecture des écrits à travers la vie de leur auteur apporte certes un éclairage nouveau. Mais ce procédé risque de figer Fanon dans un atavisme de l’« auteur martiniquais ».

Cédric Vincent

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

P. Le Billon, Wars of Plunder. Conflict, Profits and the Politics of Resources, lu par Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Wars of plunderLE BILLON (Philippe), Wars of Plunder. Conflict, Profits and the Politics of Resources, Londres, Hurst, 2012, 363 pages.

Le livre de Philippe Le Billon intéressera les lecteurs qui se préoccupent de la compétition pour les ressources naturelles en Afrique et, d’une manière plus générale, dans les pays en développement. Déjà connu pour ses travaux sur la question, l’auteur développe en effet à ce sujet une analyse plus subtile que les habituelles semonces et prophéties des théoriciens de la « malédiction des ressources naturelles ». À partir de cas d’études dans les secteurs du pétrole, du diamant et du bois, Philippe Le Billon suggère que la présence de ressources naturelles influence le déroulement des conflits armés mais n’en est pas forcément la cause. Soucieux d’échapper au piège du déterminisme environnemental, il cherche à mieux comprendre ces phénomènes en conjuguant des approches quantitatives et qualitatives à la confluence de la géographie, de la sociologie, de l’ethnologie et de l’économie politique. En outre, il prend bien soin de distinguer les « ressources des conflits », à savoir le financement des belligérants, des « conflits pour les ressources », où le contrôle des matières premières devient un motif et un objectif de guerre.

Ainsi, l’auteur affine son analyse en fonction de la localisation et de la nature des ressources considérées, sans oublier le niveau de dépendance des économies étudiées relativement à l’exportation de produits non transformés. Le Billon insiste, à juste titre, sur la nécessité d’éviter les amalgames. Certaines ressources, explique-t-il, sont plus vulnérables aux attaques ou plus faciles à être transportées puis revendues au marché noir, à l’instar de la drogue ou des diamants. Leur valeur marchande, leur caractère légal (ou non) et les conditions de leur exploitation sont également déterminantes. À cet égard, Le Billon compare utilement le Botswana et la Sierra Leone, deux pays producteurs de diamants où les revenus par habitant sont respectivement de 2 500 dollars et 150 dollars. Dans le premier cas, l’extraction de diamants se fait sur une base industrielle et a démarré après l’Indépendance, quand le Botswana, devenu souverain, a été en mesure d’obtenir des taxes minières qui atteignent aujourd’hui 1 500 dollars par habitant, contre seulement 8 dollars en Sierra Leone. Dans le deuxième cas, en revanche, les mines restent très largement artisanales et ont été ouvertes pendant la période coloniale, avec une moindre capacité à négocier un prélèvement fiscal.

Philippe Le Billon est tout aussi convaincant lorsqu’il emprunte les chemins de la géographie pour développer une analyse spatiale des modes de production, d’extraction et de contrôle des ressources naturelles en fonction de leur localisation à terre (avec d’évidentes différences entre les gisements de pétrole onshore ou offshore) et de leur accessibilité à proximité des centres de pouvoir ou, au contraire, de frontières poreuses. L’auteur avance ainsi l’idée que les insurgés peuvent plus facilement s’emparer des ressources lorsque celles-ci sont dispersées à travers le territoire et produites par un grand nombre de firmes (p. 28).

Relativement à la vulgate des théoriciens de la « malédiction des ressources naturelles », le livre de Le Billon a également le mérite d’inverser les perspectives pour interroger la façon dont les matières premières peuvent faciliter la fin des conflits à travers un éventail d’options qui vont du blocus militaire à l’embargo économique en passant par des poursuites judiciaires contre les contrevenants, une redistribution de la rente en vue d’acheter la paix sociale, des procédures de certification du type de Kimberley afin d’éviter le phénomène des « diamants du sang », ou encore des sanctions ciblées dans le cadre de campagnes de plaidoyer destinées à stigmatiser les opérateurs les plus malfaisants. Selon l’auteur, la lutte contre la corruption, les mécanismes de stabilisation des prix et la surveillance des modalités de redistribution de la rente sont en l’occurrence plus efficaces que l’aide ou les sanctions économiques (p. 154). Pour accélérer le retour à la paix, Philippe Le Billon propose ainsi de mettre en œuvre un dosage subtil de sanctions internationales, d’occupation militaire des gisements et de réorganisation du mode de partage de la rente (p. 185 et suiv.). À chaque type de ressource correspondrait une formule plus efficace : l’occupation militaire des gisements pour les produits qui ne peuvent être pillés ; la réorganisation du partage des revenus pour les ressources illégales et faciles à convoyer ; les sanctions internationales pour les ressources légales et faciles à convoyer. En revanche, il conviendrait de ne pas pénaliser les économies de subsistance dont les ressources agricoles nourrissent les rebelles comme la population, qui pâtit trop souvent de regroupements forcés dans des « hameaux stratégiques » interdisant aux paysans d’aller cultiver leurs champs.

Au final, l’analyse emporte presque entièrement l’adhésion du lecteur. À force d’accumuler les exemples, Le Billon réduit cependant la puissance de sa démonstration du fait de quelques approximations. On sait ainsi que la tentative de sécession du Biafra a d’abord été provoquée par les pogroms de 1966 et la détermination des Ibo à lutter pour leur survie parce qu’ils craignaient un génocide. Or Philippe Le Billon soutient que la guerre a été « largement » motivée par la présence de gisements d’hydrocarbures et le soutien des compagnies pétrolières françaises (p. 36). Dans le même ordre d’idées, il passe sous silence l’insurrection des Anya Nya au Sud-Soudan (1956-1972) pour affirmer que ce sont les découvertes de pétrole réalisées à partir de 1979 qui ont précipité la guerre de sécession du Sud du Soudan qui a éclaté en 1983 (p. 171)… dans un pays où les gisements ont en fait été mis en production en 1999. Reprenant la doxa humanitaire à propos d’une prétendue recrudescence de la violence en Afrique subsaharienne, enfin, il prétend qu’à partir de 1996, les interventions militaires et les convoitises de l’Ouganda et du Rwanda sur les ressources de la République démocratique du Congo auraient entraîné le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale (p. 158).

Heureusement, Philippe Le Billon est plus mesuré lorsqu’il analyse d’autres cas. Il montre par exemple comment la présence de phosphates a dynamisé le nationalisme sahraoui parce qu’elle a rendu viable le projet d’indépendance du Front Polisario et attisé la crainte d’une mainmise marocaine sur l’exploitation des mines (p. 32). Revenant à son propos introductif, l’auteur admet ainsi la pluralité des causes d’une insurrection et renonce à faire des ressources l’unique grille de lecture de la conflictualité : un constat que beaucoup d’économistes gagneraient à méditer…

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).

Contestation, négociation et résistance : L’État congolais au quotidien, par Pierre Englebert et Denis Tull

intro129Introduction au dossier « République démocratique du Congo : terrains disputés », Politique africaine N°129.

Saisir l’essentiel du politique congolais n’est pas tâche aisée. Comment faire l’état des lieux d’un État gigantesque où la multitude d’acteurs rivalisent avec des institutions faibles pour créer une atmosphère constante d’incertitude et de chaos apparent ? Les observateurs occasionnels peuvent être tentés d’affirmer que le Congo ne va nulle part, au regard des développements de ces dernières années. Le cycle de violence pratiquement jamais interrompu dans les provinces du Kivu, par exemple, les violations continues des droits de l’homme, l’échec de la réforme du secteur de sécurité, les intimidations et répressions étatiques contre certains opposants, des élections frauduleuses (2011), et plus généralement l’effritement du processus de démocratisation, sont autant de signes d’une crise persistante.

Crise, sans doute, mais sur fond de flux, de transformations et d’adaptations. Comme le disait une jeune résidente de Goma en juillet 2010 : « Ce pays est toujours en mouvement, tout le temps. C’est juste que nous ne sommes jamais sûrs si c’est vers le haut ou vers le bas »1. Témoignant d’une profonde ambivalence, cette déclaration nous rappelle que la certitude n’est pas de mise au Congo, pour la majorité des habitants dans leur vie quotidienne comme pour les observateurs que nous sommes et qui peinent à donner du sens aux événements en cours.

Dans cette introduction et dans ce dossier, toutefois, nous souhaitons suggérer trois pistes qui permettent d’appréhender, au moins en partie, les logiques de la politique congolaise. La première concerne le caractère hautement contesté du politique au Congo, qui se joue notamment à travers l’usage de la violence qui continue d’affecter certaines parties du pays depuis maintenant deux décennies. Ainsi, et bien que les conflits aient été inégalement vifs dans l’espace et dans le temps, la violence s’est imposée comme un fait dominant, voire une force structurante. Les deux numéros de Politique africaine consacrés antérieurement à la RDC2 en témoignent. Les lecteurs ne seront par surpris que le présent numéro insiste sur le fait que la violence – et les stratégies violentes des acteurs politiques – continue de marquer le pays, comme le montrent les contributions de Jason Stearns, Maria Eriksson Baaz et Judith Verweijen, bien qu’il ne s’agisse pas du sujet principal de ce dossier. Au contraire, plutôt que de traiter de la violence comme dimension principale de la politique congolaise, nous y référons comme une des manifestations de ses caractéristiques essentielles, au premier rang desquelles figure la contestation.

Il est en effet erroné de réduire la RDC à la violence, sorte de condition permanente, apparemment dénuée de toute rationalité à moins que celle-ci ne soit économique – si l’on en croit le discours dominant sur la relation entre celle-ci et la richesse du Congo en ressources naturelles. Il apparaît plus judicieux de comprendre une part importante de la violence récente dans l’Est du Congo comme l’effet de modes politiques militarisés où la coercition et la menace associée à celle-ci représentent une stratégie de contestation et de négociation très cohérente, et souvent couronnée de succès, pour faire entendre des revendications.

La contestation est monnaie courante au Congo à tous niveaux, le plus souvent sous des formes non-violentes. La vie politique à Kinshasa, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du parlement, est très conflictuelle, y compris au sein de la « majorité présidentielle » où les orientations des dirigeants sont souvent mises au défi ou simplement ignorées par les députés3. La contestation est également présente dans les relations entre Kinshasa et les provinces, lesquelles représentent un enjeu important à l’échelle nationale. La nouvelle constitution de 2006 prévoit une décentralisation plutôt forte qui, si elle était mise en place, promettrait de véritables bouleversements en matière d’accès aux ressources financières et politiques. Son manque de mise en œuvre à ce jour en fait un sujet contentieux entre « centre » et « périphérie », entre Kinshasa et les provinces, y compris celles officiellement contrôlées par le parti de Kabila4.

Ces observations nous conduisent à la deuxième piste explorée dans ce numéro, intimement liée à la première : il s’agit de la négociation. Nous ne faisons pas ici simplement référence à la nature négociée de la gouvernance, telle qu’abordée il y a déjà quelque temps par les travaux de Christian Lund pour l’Afrique en général, et clairement illustrée par Kristof Titeca et Tom de Herdt au Congo5. Ce que nous voulons mettre en valeur, c’est le rôle joué par la négociation quasi permanente dans les rapports sociaux et politiques. Bien sûr, le pouvoir est partout le sujet de négociations et son exercice en nécessite souvent davantage. Mais au Congo, la négociation n’apparaît pas tant comme instrumentale à la pratique de la politique que comme son but ou son activité principale. Le corollaire de cet état des choses est que, puisqu’il faut toujours matière à négocier et à renégocier, rien n’est jamais conclu. Le système politique congolais en vient à manquer de permanence, d’où ce caractère de flux auquel nous faisions référence plus haut.

Pourquoi ces négociations et qu’est ce qui est ainsi négocié ? On peut d’abord affirmer que dans le champ politique et économique, peu ou même rien ne se négocie sans que l’État soit impliqué sous une forme ou sous une autre. Le but premier des négociations semble être l’inclusion, que ce soit dans l’État, l’armée, ou la société, qui n’est jamais entièrement acquise ou garantie. Qu’on les appelle « Dialogue Inter-Congolais », « Processus Amani »6, « accords du 23 mars », « forum » divers et variés ou, plus récemment, « négociations de Kampala », il s’agit toujours de négocier les termes de l’inclusion et de la participation de chacun dans le système, comme si le contrat social congolais ne parvenait jamais à se conclure, mais restait l’objet de tractations sans fins. Cela indique notamment qu’il n’y a guère d’opportunités politiques et économiques en dehors de son cadre – malgré les rumeurs persistantes de son effondrement et de sa faillite. C’est davantage le manque de mise en œuvre par les autorités des décisions obtenues lors des négociations précédentes – que ce soit par mauvaise volonté, incompétence ou corruption – qui mène à la nécessité de nouvelles négociations (l’exemple du Congrès National pour la Défense du Peuple [CNDP] vient à l’esprit comme la dernière incarnation en date de ce problème)7. C’est donc la prévalence de l’incertitude (des normes, des lois, des institutions…) qui gouverne le besoin de négocier, de façonner de nouveaux arrangements ou d’en sécuriser la mise en œuvre. Un manque généralisé de légitimité sociale du système politique en résulte avec pour effet que la négociation finit par caractériser le politique plutôt qu’en être un instrument. On met peu en œuvre au Congo. On passe relativement peu de temps, en politique, à faire quelque chose. Mais on négocie.

Paradoxalement, la troisième piste que nous souhaitons développer se ramène à cette proposition : tant les acteurs qui contestent et négocient en permanence l’État et ses politiques que l’État lui-même résistent en fait à toute tentative de l’abolir, de s’en débarrasser ou de le réformer radicalement. Il n’est pas surprenant que l’État, par l’intermédiaire de ses agents, résiste à son effacement, au mépris de son autorité et aux tentatives des bailleurs de contraindre ses actions. Ce qui l’est, par contre, c’est que les acteurs non-étatiques, qu’ils soient rebelles, ONG, églises, chefs coutumiers ou encore simples citoyens – qui, souvent, se substituent aux carences de cet État – s’attachent pourtant à le reproduire dans leurs actions, et aillent jusqu’à demander sa présence.

Selon certains observateurs, la situation au Congo justifierait l’affirmation selon laquelle « la RDC n’existe pas »8. Ils suggèrent par là que l’État congolais, défini comme « un pouvoir souverain présent dans toute l’étendue du pays »9, est un mythe. Cette déception vis-à-vis de l’État congolais est répandue. En termes d’efficacité institutionnelle, rares sont ceux qui en doutent : l’État congolais n’est guère plus qu’un simulacre. Mais les approches fonctionnelles ou normatives de l’État ne permettent pas de saisir l’ensemble de ce qui, il faut bien l’admettre, est difficile à cerner. Même si l’on abandonnait l’idée qu’une autorité étatique centrale puisse exister au Congo, cela ne signifierait pas pour autant que nous trouvons à l’échelon local des structures d’autorité claire et incontestée, qu’elles soient établies par des chefs traditionnels, des chefs de milices, des gouverneurs ou autres. Nous avançons l’hypothèse que ce type d’ordre politique, même à l’échelle micro-locale, est rare au Congo. Surtout, ce type d’ordre ou de gouvernance n’est jamais établi en l’absence de l’État. De nombreux acteurs locaux restent attachés à l’État central. Ceux-ci cherchent souvent, pour ne pas dire toujours, à obtenir l’approbation et la délégation de pouvoirs de la part de l’autorité régulatrice de Kinshasa. Ce n’est pas seulement vrai des principaux groupes rebelles ayant combattu lors des Première et Deuxième guerres du Congo, mais aussi pour les milices actuellement déployées dans l’Est de la RDC, y compris le M23 qui, comme son prédécesseur le CNDP, a appelé avec insistance Kinshasa à négocier son intégration dans l’État et ses structures politiques et militaires10. Il s’agit là d’un schéma plutôt ancien, d’autant qu’aucun groupe rebelle ayant surgi pendant les deux dernières décennies n’a jamais réclamé la sécession des territoires qu’il contrôlait11. L’hypothèse selon laquelle les aspirants séparatistes ne réclameraient pas la sécession parce qu’ils seraient conscients des faibles chances de reconnaissance internationale est par ailleurs insuffisante. Cette même lucidité n’a pas empêché, en effet, d’autres séparatistes de réclamer l’indépendance ailleurs (par exemple au Mali ou au Kenya), même si ce type de revendication sert surtout à attirer l’attention internationale12). L’État existe en outre bel et bien dans l’esprit de l’opinion publique. Comment expliquer autrement les protestations nationales contre le gouvernement (et la « communauté internationale ») en réaction à la chute de Goma et à sa prise par les rebelles du M23 en novembre 2012 ? Selon Radio Okapi, « Au Kasaï-Oriental, la société civile organisa une tribune d’expression populaire, à Mbuji-Mayi, pour dénoncer ce qu’elle considère comme “le manque d’intérêt au sommet de l’État” pour la situation dans le Nord-Kivu »13. Durant ce même mois de novembre 2012, des manifestants s’en prirent violemment aux bâtiments du PPRD, le parti de Kabila, à Bukavu, Bunia et Kisangani, exprimant leur colère vis-à-vis de l’État à la suite de la chute de Goma.

Il en ressort que la reproduction sociale de l’État est un fait indéniable, malgré les carences persistantes de celui-ci. On peut ajouter que cette même reproduction réaffirme aussi la légitimité de l’État en tant qu’aspiration et modèle sociopolitique. Le cynisme populaire envers l’État et ses institutions est certainement répandu, mais les condamnations de l’État, nombreuses et diverses, sont aussi l’affirmation d’un concept qui assume que l’État ne devrait pas échapper à ses responsabilités. Ceci est renforcé par l’impression (subjective, sûrement) que les Congolais sont de moins en moins enclins à attribuer la situation du pays à un ensemble de malfaiteurs externes (Nations unies, pays occidentaux, bailleurs de fonds…), même si certains acteurs extérieurs, notamment le Rwanda, restent à tort ou à raison, une cible politique.

Dans les pages qui suivent, nous explorons ces thèmes plus en profondeur, en les liant aux articles des différents auteurs qui ont contribué à ce dossier. Ce faisant, nous voulons appréhender la logique intrinsèque du politique au Congo, sans sacrifier ni aux stéréotypes d’échec et de violence, ni à leurs contrepoints d’ingénuité et de légitimité locales.

« Écoutez, Gérard » : un régime de contestation

Même si, en 2012, quelques mots de l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Susan Rice, à son homologue français Gérard Araud à propos du soulèvement du groupe M23 furent interprétés comme révélateurs du soutien des États-Unis au Rwanda, ils illustrent parfaitement la propension congolaise à la contestation : « Écoutez Gérard, c’est la RDC. Si ce n’était pas les M23, un autre groupe [rebelle] le ferait à sa place »14.

Le régime de contestation trouva sans doute son apogée nationale lors des guerres de 1996-1997 et de 1998-2002, même si on peut se demander si cette périodisation et cette césure entre les deux guerres ne devrait pas être abandonnée pour parler d’un conflit unique. Quoi qu’il en soit, ces années furent marquées par un mélange complexe de conflits locaux, nationaux et régionaux impliquant des armées étrangères, des douzaines de groupes d’insurgés et des milices locales15. Une période de calme relatif suivit la Deuxième guerre, conduisant aux premières élections libres au Congo depuis plus de 30 ans. Dans le jargon des Nations unies et d’autres organisations internationales, le Congo aurait alors passé avec succès le test d’« élection post-conflit » : le pays aurait désormais été fermement engagé dans la voie de la paix. Les Nations unies ont même à l’époque commencé à envisager le retrait de la Monuc, la mission de maintien de la paix en DR Congo – une initiative prématurée, comme les événements l’ont montré plus tard16. Avec un gouvernement élu démocratiquement sous le contrôle du président Kabila, les pays donateurs et certains partenaires internationaux espéraient l’avènement d’une phase de reconstruction politique et économique. Les préoccupations liées à la paix, au redressement économique et à la démocratie étaient certainement partagées par la majorité des électeurs congolais ayant voté pour Kabila, y compris dans l’Est déchiré par la guerre. Là, le président, en se présentant comme faiseur de la paix, remporta plus de 95 % des suffrages dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema. Dans son discours d’investiture du 6 décembre 2006, Kabila en appela à :

« une révolution des mentalités et à une mobilisation générale du génie créateur de tous les Congolais… J’ai annoncé la fin de la recréation sous toutes ses formes et la fin de l’impunité à quelque niveau que ce soit. J’entends avertir que les prisons de l’État seront ouvertes à tous ceux qui se mettront en travers de la loi. Parce que l’émergence d’un Congo nouveau, fort et prospère se construira dans l’amour du travail bien fait et la discipline individuelle et collective, ainsi que le respect des biens publics. J’ai également affirmé qu’il y a une unité dialectique entre la bonne gouvernance, la démocratie et l’État de droit qui sont, pour un pays moderne, ce que les jambes sont au corps humain17 ».

Ce « Congo nouveau » reste à inventer. Peu après les élections (qui elles mêmes fournirent un théâtre de contestation violent entre Kabila et son concurrent principal, Jean-Pierre Bemba, dont les troupes s’affrontèrent à Kinshasa pendant plusieurs jours entre les deux tours), l’insurrection du CNDP s’est imposée dans le Nord-Kivu. Suivit une série de négociations, soulèvements, alliances instables, elles-mêmes suivies de nouvelles négociations entre le gouvernement et un nombre toujours plus grand de groupes armés, certains combattant pour, d’autres contre le gouvernement, mais tous revendiquant des rangs dans l’armée et des postes politiques au sein de l’État. Incapable de résoudre la crise permanente dans les provinces du Kivu, le gouvernement a finalement été contraint de répondre aux exigences du principal groupe rebelle CNDP. Le 23 mars 2009, un accord facilité par le rapprochement entre la RDC et le Rwanda, important allié des rebelles, est signé. Il stipule l’intégration de ses combattants dans l’armée, ainsi que des hauts postes pour ses officiers dans la hiérarchie de la FARDC et de ses cadres politiques dans l’administration provinciale et nationale. Ceci reflète le désir et le succès des « rebelles » d’officialiser leur autorité de fait pour devenir des acteurs étatiques « légitimes ».

Cette évolution militaire apparemment positive sur le terrain se solda toutefois par un regain de la contestation à Kinshasa, cette fois-ci au sein même de la majorité présidentielle. Vital Kamerhe, président de l’Assemblée nationale et jusque là fidèle lieutenant du président, prit ombrage de l’intervention des troupes rwandaises sur le territoire congolais et réclama des explications au régime. Il lui en coûta son poste, mais il en profita pour lancer sa propre campagne. Cet épisode marqua le début d’une érosion assez rapide du climat politique, avec un regain considérable de la répression et une plus grande polarisation entre le régime et ses opposants, dont de nombreux acteurs de la société civile.

La violence insurrectionnelle reprit enfin début 2012, cette fois-ci à l’initiative du groupe Mouvement du 23 mars (M23), dans une large mesure une émanation de l’ancien CNDP18. Selon toute vraisemblance activement soutenu par le Rwanda voisin, le M23 infligea à l’armée congolaise une série de défaites qui forcèrent le gouvernement Kabila à entamer de nouvelles négociations et concessions19. Pendant ce temps, la Monusco (Mission de l’ONU pour la stabilisation en RD Congo), comptant toujours plus de 20 000 hommes en armes, s’est avérée incapable de jouer un rôle autre que marginal.

L’attention qu’a reçue le M23 ne devrait toutefois pas dissimuler que, ne serait-ce que dans l’Est du pays, on a recensé au moins une vingtaine de groupes armés, milices ou alliés du gouvernement, aux motifs peu explicites, sinon une demande d’accès à l’emploi public, la reconnaissance de droits fonciers, l’accès aux minerais et à leur trafic, la défense des communautés locales et l’hostilité aux étrangers. Ces groupes naissent, croissent, se divisent, disparaissent et réapparaissent continuellement.

Jason Stearns illustre dans ce numéro la logique interne de l’usage de la contestation violente parmi ces groupes armés. Il montre que la décision d’appartenir à des mouvements violents tels que le CNDP, le mouvement hutu Pareco ou la milice Mai-Mai Raia Mutoboki, n’est pas simplement le résultat de griefs locaux ou de la fameuse « malédiction des ressources ». Elle est plus largement en rapport avec la capacité de mobilisation sociale de ces groupes. Comprendre cette mobilisation nécessite à son tour une compréhension de la manière dont ces groupes s’insèrent dans la société, que ce soit par des réseaux sociaux, par opportunisme, ou par alliances avec divers politiciens. On est donc loin d’une conception de la violence imposée aux sociétés locales par les combattants eux-mêmes. On peut en revanche conceptualiser la logique locale de la violence et sa participation à une panoplie plus large de types de rapports sociaux. Le fait est que, dans un environnement toujours contesté, pouvoir mobiliser des acteurs armés représente un atout. Elle est aussi un moyen de communication et de négociation pour augmenter son prix sur « le marché politique » en vue de négocier son intégration dans un système politique en dehors duquel, il faut le répéter, les opportunités sociales et économiques sont rares20. C’est pour cette même raison que l’Est du pays n’a pas le monopole de la contestation violente. Malgré les assurances répétées du gouvernement, la RDC n’a pas été « pacifiée » après 2006. Des violences et confrontations ont eu lieu en effet dans diverses provinces du pays depuis lors : au Bas Congo en 2007-2008 ; à l’Équateur en 2009 ; au Katanga presque chaque année ; au Bandundu en 2010, à Kinshasa à plusieurs reprises en 201121.

En deçà de la violence, la contestation fait aussi le quotidien de la classe politique, à Kinshasa comme en province. Les élections hautement controversées de 2011 en fournissent un exemple. Au vu du mécontentement populaire généralisé face à ses médiocres performances pendant son premier mandat, le gouvernement estima nécessaire de manipuler massivement les scrutins parlementaires et présidentiels22. L’intimidation et la répression des voix de l’opposition furent apparemment légion. Avant et après les élections de 2011, au moins 24 personnes furent tuées par les forces de sécurité et des douzaines arbitrairement emprisonnées. À cet égard, l’assassinat du défenseur des droits de l’homme, Floribert Chebaya, en 2011 n’a jamais été éclairci.

La nation congolaise est sortie de la période électorale apparemment sous le choc, incapable jusqu’ici de réparer les déchirures sociales et la pénurie de confiance que les tricheries du camp présidentiel ont engendrées. Chacun appelle au dialogue national mais tous campent sur des positions qui prêtent peu au compromis. Ainsi, le leader « battu » de l’opposition, Étienne Tshisekedi, toujours en résidence semi-surveillée à Limete, continue à s’autoproclamer « président élu », empêchant ses disciples de participer pleinement à la vie des institutions de la République.

En outre, au sein même de l’État, le mécontentement et l’impatience relative à la gestion de la crise permanente dans les deux Kivus ont grandi. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles Kabila poursuit en grande partie les stratégies éprouvées de l’ancien président Mobutu. Cela signifie également que le régime bloque ce qui pourrait menacer sa survie politique. Ceci parait évident au regard de la mise en échec de nombreux projets de réformes (décentralisation, secteur de sécurité…) qui, en cas d’application, présenteraient certains risques pour le pouvoir du régime.

Il reste à s’interroger sur les causes de ces contestations intenses et quasi permanentes. Sont-elles le résultat des guerres récentes ou de dynamiques historiques de plus long terme ? La seconde branche de l’alternative semble évidente en regard des continuités dans les logiques et pratiques politiques sur lesquelles repose l’État congolais : processus de décisions informels suivis par des instances ne figurant sur aucun organigramme étatique, pratiques violentes et répressives bien dosées, évocation du monde invisible, spirituel ou religieux, cooptation des acteurs potentiellement autonomes et finalement extraversion comme mode politique dominant23.

Rares sont les recherches qui posent la question des effets de la guerre et des violences. Nous proposons néanmoins quelques hypothèses. Tout d’abord, il convient de souligner que les violences des deux dernières décennies ont pris place dans un contexte où les règles du jeu politique étaient en plein bouleversement. Survenant dans la foulée de la conférence nationale souveraine, la fin du régime de Mobutu en 1997 représentait la deuxième vague d’un processus de changement politique mettant en question les règles du jeu politique. Ces règles n’étaient cependant pas remplacées par un nouvel ordre structuré et prévisible. S’en suivirent la prise de pouvoir de Kabila père, la fin de la libéralisation politique avec l’interdiction des partis politiques, le déclenchement de la Deuxième guerre, l’assassinat de Kabila père et l’intronisation du fils, et nous ne sommes qu’en 2001… Autant d’événements qui expliquent que le Congo, en tant qu’espace politique et social se soit trouvé dans un « état d’urgence » permanent peu propice à une consolidation ou normalisation politique quelconque. De ce point de vue, les contestations dont nous avons fait état plus haut, ainsi que les négociations que nous allons aborder pourraient être interprétées comme autant d’effets d’une crise d’autorité et de légitimité qui conduit à une incertitude générale. Le fait que tout soit contesté (et négocié) suggère que les normes et règles se trouvent dans une phase de transition dont la fin n’est pas encore prévisible. Le manque de clarté et de légitimité des normes et institutions, prolongé et intensifié par une longue période de violence, est donc un facteur important pour saisir l’ampleur des contestations et des négociations dans le Congo contemporain.

La négociation permanente

Toute contestation mène, en principe du moins, à une négociation. Le caractère contesté du politique congolais se manifeste donc largement par la permanence et la multiplicité des négociations. Cette tendance est renforcée par la nature de l’économie politique congolaise, largement basée sur la multiplication et l’acquisition des rentes. À coup sûr, le potentiel productif de l’économie congolaise est énorme. Mais, poussées en partie par le court terme de leurs horizons politiques, les élites congolaises en charge de l’économie privilégient généralement la transaction sur la production. Elles instrumentalisent leurs positions de gardiens des ressources pour négocier des termes d’exploitation qui deviennent le but principal de leur activité. Peu importe, pour finir, si telle mine ou tel puits entre un jour en phase de production ou non. Cela reste le problème de l’exploitant. Pour ce qui est de l’officiel congolais, c’est la négociation pour l’accès à la mine ou au puits qui renferme son trésor. Les contrats sont ainsi négociés, avec nombre de « pas de porte » (bonus de signature) et autres commissions, annulés (par les officiels eux-mêmes ou leurs successeurs) aux cris de « contrats léonins » (ce qu’ils sont souvent effectivement dans la mesure où le négociateur congolais ne s’est guère préoccupé des intérêts nationaux), et ensuite renégociés dans un cycle auto-reproductif. D’où les paroles attribuées à un ministre congolais : « Pourquoi ruiner un puits pétrolier par sa mise en exploitation ? »24. Si, pour les autorités, les droits sur les ressources naturelles valent plus que leur exploitation, c’est qu’une commission personnelle et immédiate est de loin supérieure à des revenus fiscaux à plus long terme – on reconnaît ici la logique olsonienne du « bandit itinérant» qui maximise ses revenus à court terme par rapport à son collègue « stationnaire » qui bénéficie d’un horizon chronologique plus étendu25.

Ainsi s’explique en partie la longue saga des contrats miniers au Congo, et la renégociation d’une soixantaine d’entre eux après 2006. Dénoncés pour leurs termes iniques, ces contrats conclus entre 2003 et 2006 furent renégociés par les nouvelles autorités, dans un grand secret, chacun représentant autant d’opportunités pour de nouvelles transactions. Ainsi, si l’on en croit le rapport 2012 de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), quelques 364 millions de dollars déclarés par les compagnies minières comme paiements à l’État ne figurent pas parmi les revenus de celui-ci pour 2008 et 200926, et il n’est guère étonnant que le Congo fut suspendu de l’ITIE en avril 2013. De plus, une commission parlementaire d’enquête britannique a identifié un manque à gagner de plus de 5 milliards de dollars pour l’État congolais liée à la pratique par le président et son entourage de vente à bas prix des concessions minières à des compagnies qu’ils possèdent afin de les revendre ensuite à de « vrais » exploitants27.

Les logiques de la négociation et de la renégociation s’appliquent aussi aux projets de développement, qui représentent simplement une autre sphère de l’activité économique, particulièrement populaire car elle n’est pas censée être productrice et se prête facilement aux obstacles et aux transactions. Pour reprendre les mots du responsable congolais d’un centre de recherche de Kinshasa, « on approuve un projet. On dégage l’argent. C’est à ce moment que les problèmes commencent »28. L’article d’Inge Wagemakers sur un projet de développement à Kinshasa dans ce numéro en offre une bonne illustration. Dans le domaine économique, la négociation offre des opportunités de transaction et donc d’acquisition de revenus dérivés du coût de ces transactions. Alors que l’État est souvent compris dans la conception néolibérale du développement comme une institution de minimisation des coûts de transaction, au Congo il se nourrit de leur maximisation.

Dans le domaine politique, en revanche, la négociation a plus souvent pour objectif l’inclusion et la réduction de l’incertitude. Dans un monde aux institutions faibles, il faut continuellement négocier son statut, sa sécurité, et même ses droits. La négociation prend la forme collective de dialogues et de forums en parallèle des institutions formelles. Les citoyens vulnérabilisés sont demandeurs, mais aussi les dirigeants pour qui le recours aux négociations permet d’éviter une redevabilité plus formelle et de recourir au clientélisme et aux arrangements informels.

L’ethnographie militaire de Maria Eriksson Baaz et Judith Verweijen, au sein des Forces Armées de la RDC (FARDC), illustre la nature négociée du fonctionnement réel d’une institution de l’État. Au milieu du chaos et de l’insécurité, les militaires congolais réinventent un ordre dans lequel l’impunité n’est pas la règle. Les auteures montrent que de nombreuses infractions sont sanctionnées par des procédures internes à l’armée, et souvent informellement. Ce régime punitif permet la reproduction de la hiérarchie militaire car il pénalise particulièrement le manque de loyauté aux supérieurs, mais il organise aussi des séances de pénitence et de réparations vis-à-vis des communautés locales. Ce qui est frappant dans ce système c’est la manière dont un appareil d’État formellement déficient renégocie pour lui-même une nouvelle logique interne. Le système est loin d’être parfait et les droits humains fondamentaux n’y figurent pas de manière prééminente. Toutefois, le contraste avec les tentatives formelles de réduire l’impunité militaire est surprenant.

Une conséquence de la négociation est que le secteur public congolais est un terrain disputé où les revendications concurrentes de pouvoir, d’autorité et de légitimité sont permanentes, aussi bien entre les acteurs sociaux et étatiques qu’au sein de l’État et parmi ses nombreux agents. À cet égard, les conflits entre différentes agences de l’État décrits dans l’article de Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbunda sont révélateurs. On y comprend pourquoi l’État et ses interactions avec le reste de la société continuent à intéresser les chercheurs. Comme il a déjà été affirmé depuis longtemps, se concentrer sur les déficits, les déviations et la nature dysfonctionnelle de l’État congolais et d’autres n’est pas particulièrement éclairant29. Ce qui éclaire notre compréhension, ce sont les pratiques au quotidien et au niveau local ou infranational sur les trajectoires politiques, les acteurs, et leurs interactions. Et c’est de cette littérature que le caractère négocié de l’État congolais émerge30.

L’absence relative de « résultats » des politiques de développement et de gouvernance au Congo provient sans doute en partie du fait que la négociation est souvent privilégiée, ou que les résultats eux-mêmes sont souvent renégociés avant que quelque action publique puisse en découler. À cet égard, ainsi que le rappellent Cuvelier et Muamba Mumbunda dans leur article, le slogan électoral emprunté par Kabila à Jésus Christ et selon lequel, « si vous ne croyez pas à mes paroles, croyez au moins à mes œuvres », force particulièrement la crédulité de l’observateur. Pourtant, l’évocation du religieux par le président et ses « spin doctors » relève d’une double conquête de légitimité en faisant appel au répertoire religieux et matériel, « les œuvres ». Ces dernières sont rares et c’est pour cette raison qu’il est souvent affirmé que la croissance des groupements religieux au Congo est une manifestation de la crise. Mais, comme le montre si bien Nicole Eggers, il faut se méfier de conclusions qui mettent l’accent sur les aspects fonctionnels et instrumentalistes de l’appartenance aux mouvements religieux. Dans sa contribution sur les discours locaux sur le pouvoir et la transformation religieuse dans le milieu rural de la province du Sud-Kivu, elle insiste, comme Jason Stearns dans son analyse des groupements armés, sur l’importance des fondations historiques et sociales des pouvoirs locaux dans un contexte où l’incertitude, et par conséquent la compétition pour la protection (individuelle ou collective), bat son plein.

Résistance et gouvernance locale

Dans une large mesure, c’est le statut toujours incertain de l’État et de ses institutions ainsi que des règles et normes, qui conduisent à la prévalence de la contestation et de la négociation comme modes de gestion du politique. On pourrait en attendre une remise en cause de l’État ou, à tout le moins, son affaiblissement. C’est plutôt l’inverse qu’on observe. Bien sûr, l’État congolais est faible31, en tout cas au sens formel, mais il ne manque pas de force vis-à-vis des autres acteurs sociaux et des donateurs. L’État congolais résiste aux assauts dont il fait systématiquement l’objet de toute part, en grande partie parce que ceux qui mènent la charge tendent aussi à le préserver. Ce phénomène, par lequel les acteurs internationaux et locaux finissent par reproduire l’État, est particulièrement visible dans le domaine de la gouvernance locale, comme plusieurs articles dans ce numéro l’illustrent.

Pour comprendre la résilience de cet État, il faut aussi saisir la nature complexe, hybride, plurielle et décentralisée par laquelle il exerce son pouvoir. Prenons l’exemple de la pratique de l’administration et des services publics, autrement dit la « gouvernance ». Dans le contexte congolais, elle reflète les impératifs de survie ou de succès matériel des communautés locales et des membres du système politique. Au niveau local comme au niveau national, elle est faite d’adaptations, d’inventions et d’instrumentalisation des projets et programmes d’autrui. La gouvernance congolaise effective n’entretient donc qu’une relation limitée avec sa gouvernance formelle qui constitue généralement le cadre des interventions des bailleurs et dont les problèmes très réels alimentent les récits de « crise » et de « faillite ». Dans la mesure où elle consiste en une série de « bricolages »32, elle résiste aux tentatives extérieures de réformes en les diluant, en les transformant, voire en les corrompant.

Trop souvent encore, les partenaires du développement imaginent le Congo et ses communautés locales comme des espaces dépourvus de gouvernance, une impression sans doute en partie due à la faiblesse de ses institutions formelles et aux difficultés que semble rencontrer toute tentative locale d’action collective, comme dans beaucoup d’autres endroits d’Afrique33. En effet, le gouvernement congolais, tout comme les autorités et les acteurs non-étatiques locaux (ONG et coopératives), peinent souvent à mener les programmes et projets à des résultats tangibles. En témoignent les échecs des multiples réformes post-transition34, y compris celles du secteur de la sécurité35 et de la décentralisation36, ainsi que le recul démocratique notoire du pays depuis 2006 (plus prononcé encore depuis 2011)37. Mais l’absence de tels « succès » de la part des communautés et institutions formelles congolaises ne signifie pas l’absence de gouvernance locale dont les arrangements résistent, perdurent et s’adaptent. C’est dans le manque de compréhension ou d’appréciation suffisante de cet état des choses que se trouve la cause d’une autre faillite que celle de l’État, celle des nombreuses interventions extérieures, et des frustrations considérables de ceux qui souhaitent en toute bonne foi venir en aide aux Congolais.

Deux articles dans ce numéro offrent des illustrations de l’adaptation de l’« État réel » et de ses modes et normes de gouvernance locale aux réformes des donateurs axées sur les institutions formelles. Ainsi, Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbunda illustrent-ils les effets de l’installation d’un « guichet unique » au poste douanier de Kasumbalesa au Katanga, une idée d’efficacité bureaucratique dans la logique wébérienne des bailleurs afin d’endiguer les malversations engendrées par la multitude de « services » sévissant à la frontière. Contrairement aux attentes des bailleurs, les agents de ces services ont développé des stratégies pour passer outre les efforts de consolidation des transactions douanières. Une tentative de contrôler la corruption par la création d’un nouvel organe de gouvernance formel est donc détourné pas ses victimes potentielles et son intervention stérilisée. Ce détournement ne représente pas pour autant simplement un phénomène de corruption mais, plus largement, une reproduction du système effectif de gouvernance de la frontière qui tient compte de différents intérêts économiques et du pouvoir relatif de divers services d’État, et qui ne peut être éradiqué par un décret ou la construction d’un édifice public.

À Kimbanseke, une large commune périurbaine du sud de Kinshasa, Inge Wagemakers met le doigt sur trois incohérences entre les pratiques et objectifs du Programme d’Appui aux Initiatives de Développement Communautaire (Paideco), et les rapports de gouvernance locaux. D’abord, la conception qu’a le bailleur (la Coopération technique belge, dans ce cas) d’associations locales démocratiques et participatives ne correspond pas à la réalité d’un mode local de gouvernance associative non-démocratique. Ensuite, l’accent mis par ce bailleur sur le mode municipal de gouvernance se trouve aussi en porte à faux avec le poids local des modes de gouvernance marchands et associatifs qui n’impliquent pas d’habitude de consultation avec les autorités municipales38. Enfin, choisir la commune comme partenaire principal reflète une ignorance de la nature bureaucratique, fragmentée et non-démocratique de la gouvernance municipale au Congo. Le résultat en fut l’échec du programme Paideco, l’appropriation par les acteurs et structures locales de ses ressources, puis la transformation et la dilution de ses objectifs dans les logiques locales de survie et d’accumulation.

Il ressort de ces contributions que les interventions mises en place par les bailleurs et autres acteurs externes, y compris les ONG internationales, sont souvent vouées à l’échec par la résistance que leur opposent les arrangements endogènes et les processus d’adaptation en fonction des négociations qu’ils entraînent. Dans une large mesure, cette propension résulte d’une disjonction ou d’une inadéquation entre les prescriptions et propositions de réforme externes et les manières locales de faire les choses. Le Congo existe bel et bien, souvent sous la forme d’un bricolage entre logiques locales et externes, issu de négociations et de contestations.

Un ingrédient essentiel de cette résilience de l’État dans la gouvernance locale provient du fait que les acteurs non-étatiques locaux impliquent, ou au minimum invoquent, l’État dans leurs efforts. Comme l’article de Wagemakers le montre, la gouvernance congolaise effective est hybride et ad hoc, c’est-à-dire qu’elle résulte des actions d’une multiplicité d’acteurs aux rôles plus ou moins formels, qu’elle est peu institutionnalisée et/ou qu’elle est fréquemment (sinon perpétuellement) renégociée39. Toutefois, cette hybridité contribue à reproduire l’État. Donc, d’un côté, l’État résiste aux bailleurs parce qu’il est dilué dans les modes locaux de gouvernance, de l’autre il se reproduit parce qu’il continue de représenter une part importance de ces mêmes modes de gouvernance.

Une question importante qui résulte de ces observations est de savoir dans quelle mesure les arrangements congolais eux-mêmes peuvent constituer la base de phénomènes développementaux, ou bien s’ils sont foncièrement inamicaux au développement. Les récents efforts théoriques de certains auteurs supposent en effet qu’il serait adéquat pour les promoteurs africains du développement d’aller davantage « dans le sens du poil » (« with the grain »), de faciliter l’action collective en capitalisant sur les arrangements locaux plutôt que d’imposer des notions externes de gouvernance40. Le Congo suggère toutefois que l’idée de construire le développement sur le local est loin d’être évidente, surtout lorsque les arrangements locaux portent excessivement sur le court-terme, une préoccupation normale dans une société à la limite de la survie, ou reproduisent des normes prédatrices. Rappelons que nos auteurs observent que les sanctions existent surtout pour les violations de loyauté aux « Big Men » dans l’armée ; que les associations locales sont souvent anti-démocratiques ; que la sorcellerie participe au pouvoir (dans l’expression d’Eggers, « la sorcellerie est le pouvoir spirituel est la capacité de mener est le pouvoir politique ») ; et que les douaniers sont des rentiers. Certes, la « capacité créative » des Congolais, longtemps célébrée par des observateurs, existe toujours. Mais rien ou presque n’indique que cette inventivité impressionnante soit suffisante afin de construire sur l’endogène au Congo en ce qui concerne la promotion du bien-être économique et politique des Congolais. Nolens volens, le caractère profondément aléatoire des modes congolais politiques se trouve sans doute réaffirmé par ce numéro spécial.

Pierre Englebert (Pomona College, Claremont, USA), Denis Tull (Stiftung Wissenschaft und Politik, German Institute for International and Security Affairs, Berlin)

Paru dans Politique africaine 1/2013 (N° 129), p. 5-22.

Crédit image : DR.

  1. Discussion avec un des auteurs, Goma, juillet 2012 []
  2. R. Banégas et B. Jewsiewicki (dir.), « RDC, la guerre vue d’en bas », Politique africaine, n° 84, décembre 2001 ; P. Quantin (dir.), « Les deux Congos dans la guerre », Politique africaine, n° 72, décembre 1998 []
  3. « RDC : Mouvement de fronde au sein de la majorité présidentielle », RFI, 1er novembre 2012 ; entretiens avec plusieurs membres de l’Assemblée nationale, Kinshasa, novembre 2012 et mars 2013 []
  4. P. Englebert, « Incertitude, autonomie et parasitisme : les entités territoriales décentralisées et l’État en République démocratique du Congo », Politique africaine, n° 125, mars 2012, p. 169-188 ; D. Tull, « Troubled State-Building in the DR Congo : the Challenge From the Margins », The Journal of Modern African Studies, vol. 48, n° 4, 2010, p. 643-661 []
  5. C. Lund, « Twilight Institutions : Public Authority and Local Politics in Africa », Development and Change, vol. 37, n° 4, juillet 2006, p. 685-705 ; K. Vlassenroot, « Négocier et contester l’ordre public dans l’Est de la République Démocratique du Congo », Politique africaine, n° 111, octobre 2008, p. 44-67 ; K. Titeca et T. de Herdt, « Real Governance Beyond the “Failed State” : Negotiating Education in the Democratic Republic of Congo », African Affairs, vol. 110, n° 439, février 2011, p. 213-231 []
  6. Amani signifie « paix » en kiswahili []
  7. Dans le cas des acteurs armés, la négociation est typiquement précédée par la défection et/ou le recours à la violence qui crée ainsi l’objet de la future renégociation. Le casse-tête de la pacification à l’Est et ses multiples épisodes de « brassage » et de « mixage » illustrent à la fois la permanence des négociations, la faiblesse des promesses de l’État, et le systématisme du recours à la défection parmi ceux qui cherchent l’inclusion []
  8. J. Herbst et G. Mills, « There Is No Congo », Foreign Policy, mars 2009 []
  9. Ibid []
  10. « Congo Rebels Call for Negotiations with Kinshasa », Associated Press, 20 octobre 2012 []
  11. P. Englebert, Africa : Unity, Sovereignty & Sorrow, Boulder, Lynne Rienner, 2009 []
  12. Pour le cas du Mali, voir Rapport du secrétaire-général des Nations unies sur la situation au Mali, New York, 28 novembre 2012, S/2012/894, p. 10. Pour le Kenya, nous faisons allusion aux Mombasa Republican Council (MRC []
  13. « RDC : manifestations contre la chute de Goma, 3 morts à Kisangani », Radio Okapi, 21 novembre 2012 []
  14. Gérard Araud suggérait que le problème de la violence à l’Est du Congo trouvait en fait son origine au Rwanda voisin. Voir « UN Envoy Rice Faulted for Rwanda Tie in Congo Conflict », New York Times, 9 décembre 2012 []
  15. G. Prunier, Africa’s World War : Congo, the Rwandan Genocide and the Making of a Catastrophe, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; F. Reyntjens, The Great African War : Congo and Regional Geopolitics, 1996-2006, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 ; A. Autesserre, The Trouble with Congo : Local Violence and the Failure of Peacebuilding, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; J. Stearns, Dancing in the Glory of Monsters : The Collapse of the Congo and the Great War in Africa, New York, Public Affairs, 2012 []
  16. Vingt-troisième rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la Mission de l’Organisation des Nations unies en République Démocratique du Congo, New York, 23 mars 2007, p. 14 []
  17. Pour le discours complet, voir <http://www.deboutcongolais.info/actualite5/art_348.htm>, consulté le 25 avril 2013 []
  18. Le nouveau groupe justifie d’ailleurs son insurrection par le non-respect du gouvernement pour les engagements qu’il avait pris en 2009, ce qui lui donne son nom []
  19. Rapport final du Groupe d’experts sur la République Démocratique du Congo conformément au paragraphe 4 de la résolution 2021 (2011), New York, 15 novembre 2012 []
  20. A. de Waal, « Mission without End ? Peacekeeping in the African Political Marketplace », International Affairs, vol. 85, n° 1, janvier 2009, p. 99-113 []
  21. Voir D. Tull, « Troubled State-Building… » op. cit. ; Monuc Human Rights Division, « Special Inquiry into the Bas Congo Events of February and March 2008 », Nations unies, rapport spécial, mai 2008 ; United nations, Final Report of the Group of Experts on the Democratic Republic of the Congo, New York, United Nations Security Council, S/2011/738, 2 décembre 2011 []
  22. À l’exception de la Communauté de l’Afrique australe (SADC) et l’Afrique du Sud, tous les observateurs nationaux et internationaux étaient unanimes dans leurs jugement. Voir « L’Afrique du Sud juge “globalement ok” les élections en RDC », AFP, 11 décembre 2011 []
  23. D. Tull, Weak States and Successful Elites. Extraversion Strategies in Africa, Berlin, German Institute for International and Security Affairs, 2011 []
  24. Interview anonyme d’un journaliste économique, Kinshasa, novembre 2010 []
  25. M. Olson, « Dictatorship, Democracy and Development », American Political Science Review, vol. 87, n° 3, 1993, p. 567-576 []
  26. République Démocratique du Congo, Initiative pour la Transparence des industries extractives, Synthèse du 2e Rapport ITIE-RDC, Exercices : 2008 et 2009, Kinshasa, Promines, GIZ, CTB et DFID, mai 2012 []
  27. « MP exposes $5,5 Billion Loss to Congolese People Through Questionable Mining Deals with BVI “Shell” Companies », Communiqué de presse du bureau d’Eric Joyce (membre du parlement britannique), 18 novembre 2011 []
  28. Entretien avec Hamuli Kabaruza, Cenadep (Centre national d’appui au développement et à la participation populaire), Kinshasa, novembre 2010 []
  29. M. Diouf, « Privatisations des économies et des États africains. Commentaires d’un historien », Politique africaine, n° 73, mars 1999, p. 16-23 []
  30. En plus des ouvrages cités dans ce texte, voir Z. Mampilly, Rebel Rulers : Insurgent Governance and Civilian Life during War, New York, Cornell University Press, 2011 ; A. Veit, Intervention as Indirect Rule. Civil War and Statebuilding in the Democratic Republic of Congo, Francfort, Campus Verlag, 2010 []
  31. T. Trefon. Congo Masquerade : The Political Culture of Aid Inefficiency and Reform Failure, Londres, Zed Press, 2011 ; T. de Herdt (dir.), À la recherche de l’État en R-D Congo. Acteurs et enjeux d’une reconstruction post-conf lit, Paris, L’Harmattan, 2011 []
  32. E. Kasongo, La Gouvernance des entités territoriales décentralisées : défis et enjeux de la gestion des finances publiques communales à Kinshasa (2002-2008), thèse de doctorat en sciences politiques et administratives, université de Kinshasa, 2009 []
  33. D. Booth, « Development as a Collective Action Problem : Addressing the Real Challenges of African Governance », Londres, Africa Politics and Power Programme, 2012 []
  34. T. Trefon (dir.), Réforme au Congo (RDC) : attente et désillusion, Tervuren/Paris, Mrac/L’Harmattan, Cahiers africains, n° 76, 2009 []
  35. H. Hoebeke, H. Boshoff et K. Vlassenroot. « “Monsieur le Président, vous n’avez pas d’armée” : la réforme du secteur de sécurité vue du Kivu », in T. Trefon (dir.), Réforme au Congo (RDC)…, op. cit., p. 119-137 []
  36. P. Englebert, « Incertitude, autonomie et parasitisme… », op. cit., p. 169-188 []
  37. P. Bouvier et J. Omasombo Tshonda, « Les élections de 2011 en République démocratique du Congo », in S. Marysse et J. Omasombo (dir.), Conjonctures congolaises : chroniques et analyses de la RD Congo en 2011, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 29-58 []
  38. Voir à ce propos J.-P. Olivier de Sardan, « Les huit modes de gouvernance locale en Afrique de l’Ouest », Afrique : Pouvoir et Politique, Working Paper, n° 4, ODI, novembre 2009 []
  39. K. Titeca et T. de Herdt, « Real Governance Beyond the “Failed State”… », art. cit. []
  40. D. Booth, « Development as a Collective Action Problem… », op. cit. ; T. Kelsall, Business, Politics and the State in Africa : Challenging the Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres, Zed Books, 2013 []

N°129, mars 2013 – République démocratique du Congo : terrains disputés

129_couvertureDix ans après la fin officielle de ses guerres, le Congo semble toujours en crise. Contestation et violence, négociation et incertitude, bricolage et hybridité demeurent le lot quotidien d’une société qui peine à sortir de cette longue phase de conflits. Les grandes réformes de reconstruction (démocratisation, décentralisation, sécurité) semblent avoir fait long feu. Dans ce climat, comment le politique se pense et se vit au quotidien ? Comment se manifestent l’État, le pouvoir et le développement sur le terrain ? Ce dossier présente un essai général sur la nature du politique après-guerre au Congo, ainsi que des analyses nouvelles sur la logique sociale des mouvements rebelles, le fonctionnement interne de l’armée, le pouvoir du religieux, la gouvernance des projets de développement locaux et les adaptations administratives aux réformes des bailleurs. Ce dossier montre ainsi que la guerre n’a pas seulement produit une compétition accrue pour les ressources et les territoires, mais que ce sont l’ensemble des pouvoirs qui sont quotidiennement disputés et s’exercent dans la négociation permanente.

Dossier coordonné par Pierre Englebert et Denis Tull

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

 

SOMMAIRE

DOSSIER : République démocratique du Congo : terrains disputés

5 – Contestation, négociation et résistance : L’État congolais au quotidien
Pierre Englebert, Denis Tull

23 – Repenser la crise au Kivu : mobilisation armée et logique du gouvernement de transition
Jason Stearns et Raphaël Botivea
Résumé / Abstract sur Cairn

49 – La « mère des armées » n’est pas encore morte Des pratiques de justice (in)formelle dans les Forces armées de la République démocratique du Congo
Maria Eriksson Baaz et Judith Verweije
Résumé / Abstract sur Cairn

73 – Prophètes, politiciens et légitimité politique Discours locaux du pouvoir et transformation religieuse dans le conflit congolais
Nicole Egger
Résumé / Abstract sur Cairn

93 – Réforme douanière néolibérale, fragilité étatique et pluralisme normatif Le cas du guichet unique à Kasumbalesa
Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbun
Résumé / Abstract sur Cairn

113 – Les défis de l’intervention Programme d’aide internationale et dynamiques de gouvernance locale dans le Kinshasa périurbain
Inge Wagemakers
Résumé / Abstract sur Cairn

RECHERCHES

135 – « Déclaration de Paris » et dépendance à l’aide : éclairages nigériens
Philippe Lavigne Delville
Résumé / Abstract sur Cairn

LECTURES

157 – Chronique bibliographique : Le perpétuel retour du travail : penser les syndicats en Afrique entre luttes historiques et actuelles
Raphaël Botiveau

171 – La revue des livres

A. Zimmerman, Alabama in Africa : Booker T. Washington, the German Empire and the Globalization of the New South, lu par Patrick Quantin

Alabama in AfricaZIMMERMAN (Andrew), Alabama in Africa : Booker T. Washington, the German Empire and the Globalization of the New South, Princeton, Princeton University Press, 2010, 397 pages

Contrairement à ce que laisse penser la betterave sucrière illustrant la couverture de ce livre, il s’agit bien d’un travail sur le coton, et plus précisément sur l’introduction de sa culture en Afrique de l’Ouest aux alentours de 1900. Ce choix éditorial n’est pas une erreur car tout l’intérêt de la recherche consiste à montrer les connexions qui, à cette époque, réunissent des terroirs, des climats et des populations aussi divers et éloignés que ceux de la Prusse orientale, du Vieux Sud étatsunien et du Togoland.

S’il ne souligne lui-même guère l’audace de sa performance, A. Zimmerman se contente en conclusion de défendre l’apport de « l’histoire transnationale qui fournit de nouvelles voies pour observer les vieux problèmes et qui aussi révèle de nouvelles strates d’acteurs, d’événements et de processus qui, jusqu’à récemment, étaient invisibles pour l’historiographie académique qui demeurait cantonnée au sein des États nationaux » (p. 249). Le travail est concentré sur une courte période inaugurée sur les trois terrains observés par la mise en œuvre de politiques publiques spécifiques dont la convergence constitue le déclencheur d’un effet de mondialisation. L’époque de la Première Guerre mondiale marque, dans les trois lieux du globe sur lesquels se penche l’étude, la fin des conditions particulières de la séquence : passage du Togo sous mandat français, « great migration » des Afro-Américains depuis les États du Vieux Sud vers le Nord industriel et, enfin, redécoupage de la frontière polonaise qui met (provisoirement) un terme aux projets allemands dans l’Est.

Après 1871, Berlin déploie son génie organisateur dans une entreprise de colonisation interne en Prusse orientale où la lucrative expansion de la culture de la betterave dépend d’une main d’œuvre saisonnière polonaise (Sachsengängerin) perçue comme une menace pour la pureté de la race et de la Kultur germaniques (les deux termes étant d’ailleurs tellement imbriqués dans ce contexte qu’ils peuvent y être considérés comme synonymes). L’expertise des sciences sociales naissantes est sollicitée par les pouvoirs publics. Schmoller et d’autres universitaires éminents fondent dès 1872 le Verein für Sozialpolitik. Cette association, dont Max Weber devient par la suite un des membres les plus actifs, sert de creuset à la fondation de la sociologie allemande tout en s’inscrivant dans une longue tradition de politiques sociales conservatrices. D’inspiration autoritaire, nationaliste et s’attachant à préserver les hiérarchies sociales et raciales dans un contexte de libération relative de la main d’œuvre (fin du servage), la doctrine sociale qui en découle inspire néanmoins certains réformateurs « progressistes » étatsuniens à cause de l’attention qu’elle porte aux faibles et à la défense de la société.

Le grand prestige dont bénéficient alors les universités allemandes (Berlin, Heidelberg, mais aussi Strasbourg) attire des étudiants d’outre-Atlantique qui viennent y suivre les enseignements de Simmel, de Weber et de leurs collègues. C’est le cas, entre autres, des fondateurs de l’école de Chicago William I. Thomas et Robert E. Park. Le premier étudie à Berlin en 1888-1889 avant de devenir l’auteur du célèbre Polish Peasant. Le second, qui soutient une thèse à Heidelberg en 1903, sera un pilier de l’expérience de Booker T. Washington. W. E. B. DuBois lui-même suit en 1892 une formation à Berlin, manquant d’un trimestre de bourse pour y terminer une thèse.

De l’autre côté de l’océan, dans les États du « Vieux Sud », la fin des années 1870 voit la mise en place de dispositifs ségrégationnistes qui bloquent l’émancipation des Noirs et organisent la continuation de l’exploitation à bas prix de leur main d’œuvre, principalement dans la culture du coton. Booker T. Washington, métis né dans l’esclavage et célèbre défenseur de la cause afro-américaine, entendu et soutenu par les philanthropes et par le gouvernement fédéral parce qu’il dit ce que ceux-ci souhaitent entendre, développe à l’école normale de Tuskegee (Alabama) un modèle d’éducation et d’intégration des Noirs fondé sur la pérennisation de la spécialisation raciale : les Noirs seraient naturellement de bons travailleurs manuels et devraient chercher leur accomplissement dans ce seul domaine, la culture du coton étant la quintessence même de cette condition.

Le problème « noir » du Sud et le problème « polonais » de l’Est ont tôt fait d’être mis en équation par les réformateurs des deux rives de l’Atlantique, curieux d’expériences et prescripteurs d’enquêtes de terrain. Les Étatsuniens sont imprégnés des avancées allemandes et les Prussiens s’intéressent de près à Tuskegee, en particulier un conseiller d’ambassade qui est spécialement nommé à Washington dans cette perspective.

Tout est donc en place, après la conquête du Togo, pour l’importation d’un modèle hybride, testé en différents points du globe afin de réaliser sur le continent africain une expérience de « civilisation » considérée comme exemplaire et basée sur le passage à la culture du coton. La réalisation en est confiée à Booker T. Washington et à une équipe d’Afro-américains venus de Tuskegee à Atakpamé pour installer des sortes d’antennes locales dans des villages décimés par les Allemands. Le chapitre qui décrit cette expérience (paru sous forme d’article en 2005 dans l’American Historical Review) montre, dans une approche explicitement foucaldienne, que le modèle importé et imposé ne se contente pas d’introduire une innovation agronomique, mais qu’il parvient à installer, en recourant à différents moyens (violence physique, transferts institutionnels et technologiques), une gouvernementalité conçue pour une application à l’échelle mondiale. Zimmerman y décèle l’émergence d’un « Sud global ». Au passage, il rappelle que jusque dans les premières années de la Première Guerre mondiale, les politiques de colonisation pratiquées par les Allemands furent tenues en haute estime aussi bien aux États-Unis qu’en Angleterre, où des personnages haut placés défendirent l’idée de confier à Berlin la gestion de l’État libre du Congo et même de l’ensemble de l’Afrique subsaharienne (chapitre 4). Cent ans après, il est aisé de retrouver des traces de la dissémination des graines de l’Alabama en Afrique. L’action menée à l’Organisation mondiale du Commerce par les producteurs de coton ouest-africains contre leurs concurrents étatsuniens donne à voir l’évolution des rapports Nord-Sud dans un cas de figure que les colonisateurs ne pouvaient pas prévoir et qui confirme néanmoins la pérennisation de leur vision hiérarchique des sociétés.

Patrick Quantin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

A. Ricard, Le sable de Babel : traduction et apartheid, lu par Comi M. Toulabor

Le sable de BabelRICARD (Alain), Le sable de Babel : traduction et apartheid, Paris, CNRS Éditions, 2011, 448 pages.

Cet ouvrage, dont le titre ne porte a priori pas de sens particulier pour le lecteur moyen, se découvre comme un voyage initiatique à la tour de Babel, non d’une énième histoire de la littérature africaine mais d’« une réflexion sur les textes, leur production, leur dialogue » (p. 10), bref de ce que l’auteur « appelle une anthropologie de la textualité, située dans son histoire » (idem). Il a fait du sous-titre la fondation de cette réflexion qu’il déroule en quatorze chapitres, écrits et agencés comme un roman dont la lecture ne lasse pas malgré l’aridité du sujet.

Dans une introduction assez substantielle (p. 11-42) comme l’est la bibliographie (p. 397-434), Alain Ricard clarifie ses concepts clés : Babel, apartheid, texte et son dérivé textualité. Plus essentiellement encore, il campe une temporalité qui va de la révolution haïtienne de 1791 à l’élection de Nelson Mandela en 1994. Cette temporalité qui encadre son travail se caractérise par la même volonté émancipatrice des peuples et des hommes en butte au joug colonial de domination, de dépendance et de racisme dont l’apartheid n’est que le nec plus ultra. Cette temporalité définit un espace immense qui va du Cap à Bamako en passant par ses côtes et ses îles : Madagascar, Zanzibar. Ricard parcourt ce temps et cet espace qu’il débarrasse de ses frontières d’oppression afin que la rencontre et le dialogue puissent avoir lieu entre ces peuples et ces hommes interdits de parler et de se parler pour éviter la propagation et la contagion de la révolte haïtienne. Dans cette fluidité temporelle et spatiale, il va à la recherche des trésors oubliés et égarés : des textes, des fragments de texte, oraux ou écrits, inédits, produits en langues européennes et africaines (kiswahili, sotho, xhosa, zoulou, kikongo, lingala, kikuyu, notamment).

Le texte se définit comme « un fragment de discours durable et traçable » (p. 39) et englobe un vaste champ d’éléments non exhaustifs tels que des manuscrits, des rééditions de textes oubliés (p. 38), des conférences, « des transcriptions en langue originale et en traduction française et anglaise, mais aussi l’édition des traductions » (p. 39), des « récits cachés », des « graffiti », des « rumeurs » (id.), des « odes guerrières », des « hymnes religieuses » (p. 236), des «récits de vie» (p. 291) et tout ce qui est marginal par rapport à la « littérature canonique ». À partir de là, se pose la question, fondamentale, de leur traduction.

Alain Ricard démontre que traduire en contexte d’apartheid ou de domination qui ségrègue (p. 21 et suivantes), où les cultures africaines sont frappées d’inaptitude ontologique à produire des œuvres d’esprit susceptibles d’être « en dialogue avec la pensée des Lumières » (p. 12) ne va pas de soi. Il a fallu d’abord abattre des murs, ceux de la tour de Babel en l’occurrence, ceux de la supériorité proclamée d’une langue sur une autre et ceux liés à des intérêts économiques et géostratégiques. Traduire devient dans ce contexte un acte éminemment politique, sinon révolutionnaire, en tout cas jamais anodin, que seuls des téméraires ont osé tels la London Missionary Society et la Société de Paris, ou des écrivains africains/européens qui ont écrit ou traduit dans des langues africaines ou dans une langue occidentale.

Le texte n’étant pas n’importe quel fragment de discours, Ricard propose de soumettre sa sélection aux mêmes rigueurs et traitements méthodologiques que n’importe quel document. Il se préoccupe des conditions de sa collecte et de sa collation : d’où provient-il ? Comment est-il parvenu entre nos mains ? Est-il l’original ? Comment s’est effectuée sa textualisation, c’est-à-dire ce « processus qui, à partir de discours durables et traçables, produit des textes » ? (p. 39). Car la traçabilité du discours importe beaucoup en ce qu’elle permet au fragment du texte d’« être assignable à une instance spécifique, repérable dans le champ des discours, situé dans une séquence chronologique qui permet de retracer sa genèse » (p. 32). Enfin pour l’auteur, le phénomène de la traduction d’une langue européenne vers une langue africaine ou inversement, et aussi le passage d’une langue africaine à l’écrit est caractérisé par l’échange dialogique. Il écrit : « je propose de lire dans les textes la possibilité de l’ouverture à l’autre, la place de l’hospitalité, la revendication de reconnaissance d’une présence au monde. Cette présence appelle la traduction et la réception de la parole des autres ; elle demande une échappée en dehors du contrôle colonial et de ses séquelles et une attention pour les stratégies et les ruses visant à occulter ces contrôles » (id.).

C’est armé de ces postulats qu’Alain Ricard visite en mettant en tension des textes de diverses origines, de temps et de lieux, et montre leur porosité et leur fluidité quant à leur contenu. Il « déconstruit » à la Derrida le mythe de la civilisation orale que seraient les sociétés africaines (p. 147-159), analyse la production des « premiers intellectuels », poètes et écrivains sud-africains avant et sous l’apartheid, s’appuyant notamment sur la figure pionnière de Thomas Mofolo et ses romans historique Chaka et autobiographique Pitseng (p. 179-205) qui posent la question de la liberté individuelle et du pouvoir politique. Il nous montre comment la traduction ou les traductions d’un même texte évoluent d’un traducteur à l’autre dans le temps et aussi dans l’espace. Ces fragments de discours se révèlent être des témoins des mutations et des bouleversements multiformes qui affectent les sociétés africaines et de leur besoin d’éthique face à l’émergence du consumérisme dont sont porteurs les kinois Zamengo Batukezanga et Chéri Samba ou le ghanéen Benibengor Blay. Mutations sociales inscrites dans l’usage même de la langue où s’estompe la frontière entre le littéraire et le populaire comme chez Ken Saro Wiwa qui en a fait sa marque de fabrique par excellence.

La question politologique essentielle que posent ces fragments de discours est de savoir s’il existe une borne entre l’État apartheid (ou colonial) et l’État africain dit indépendant, dont le comportement anthropologique à l’égard des langues africaines diffère peu. La question linguistique, peu ou jamais résolue sur le continent, reste entière quand les élites se satisfont du contexte diglossique comme l’« étrange traducteur » qu’est Léopold Sédar Senghor (p. 317-322), figure idéal-typique de la fausse conscience linguistique débouchant sur une divinisation maladive du français. Avec Senghor, la tour de Babel restera une forteresse inexpugnable et jamais ne sera de sable : tout le contraire de ses homologues africains.

Comi M. Toulabor

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

S. Randrianja (dir.), Madagascar, le coup d’État de mars 2009, lu par Didier Galibert

madagascar-le-coup-d-etat-de-mars-2009 2RANDRIANJA (Solofo) (dir.), Madagascar, le coup d’État de mars 2009, Paris, Éditions Karthala, coll. « Hommes et Sociétés », 2012, 334 pages.

Cet ouvrage rassemble onze contributions inscrites dans un engagement orienté vers le refus du pouvoir malgache actuel dirigé par Andry Rajoelina, au cœur du paroxysme d’instabilité faisant suite au renversement du président Marc Ravalomanana en mars 2009. Ces textes à charge ont-ils leur place dans une collection de sciences sociales ? La réponse n’est pas simple parce que le livre brouille les genres, entrelaçant dans les mêmes textes des affirmations polémiques et des analyses stimulantes, juxtaposant des témoins militants et des universitaires inégalement distanciés.

Ce livre composite dénote une remise à plat du politique chez des éléments dispersés de la classe moyenne urbaine ayant refusé de faire le choix de la rente. La segmentation et la confusion du débat politique reviennent comme un leitmotiv. Tous les auteurs posent avec passion les mêmes questions : qu’est-ce que la nation malgache ? Comment voulons-nous être gouvernés ?

Le premier et le dernier chapitre sont signés par le coordinateur de l’ouvrage. Il souligne la nécessité d’emboîter les temporalités en considérant à la fois l’agenda de l’éviction de Marc Ravalomanana et « les causes endogènes lointaines » (p. 19) de l’instabilité, aucun régime n’ayant succédé au précédent sans l’intervention de la rue et de tout ou partie de l’armée. Les ambiguïtés du positionnement de la France sont justement évoquées, mais il n’est pas encore démontré, comme le suggère Randrianja (p. 14-16), que la diabolisation de Marc Ravalomanana par Andry Rajoelina et ses clientèles correspond à une conspiration longuement préparée. De même, l’affirmation d’une coordination nationale des pillages centrés sur les biens de Marc Ravalomanana est une hypothèse et non un fait avéré. Au-delà de ces réserves, la charge contre la notion de néopatrimonialisme et le rejet épistémologique du terme de tradition méritent le débat, Randrianja récusant toute vision essentialiste et « anhistorique » (p. 23) du politique à Madagascar. Si le paradigme wébérien de la domination patrimoniale mérite d’être amendé, on sait – Ranger et Sahlins ont inspiré des travaux traversant la segmentation géographique issue de la science coloniale – à quel point le champ politique est balisé par des régularités toujours reconstruites et néanmoins présentées comme immémoriales. L’analyse du conflit factionnel entre un patronat libéral mondialisé et une oligarchie d’entrepreneurs protectionnistes alliés aux politiciens écartés par l’ancien président est, par contre, lumineuse.

La « scénarisation juridique du changement des dirigeants à Madagascar » (p. 64) est abordée dans un chapitre 2 mobilisant des références précises aux décisions juridictionnelles pour déconstruire l’instrumentalisation du droit constitutionnel dans la négation même de l’État de droit. La juridicisation de la société est également abordée dans le chapitre 8, plaidoyer en faveur du respect d’une légalité en construction. Raymond Ranjeva, ancien juge à la Cour internationale de justice de La Haye, souligne dans sa postface (p. 279-284) à quel point les Républiques successives ont éludé la question de la nature de l’État, assignant au constitutionalisme une fonction de « pure cosmétique » (p. 283) éloignée de la sédimentation pluriséculaire des monarchies. Sont aussi passés en revue l’instrumentalisation de la jeunesse urbaine, le balancement de l’armée entre une tentation prétorienne et le souci d’éviter toute violence trop forte, la résilience d’un magistère politique des Églises un peu vite enterré après l’échec de la médiation de 2009. La vitalité et les limites de la blogosphère sont passées au crible d’analyses soulignant le caractère de plus en plus transnational de la citoyenneté malgache, mais la faiblesse des effets politiques de la médiatisation internationale du pillage environnemental n’est pas occultée. L’énumération des « implicites de la crise malgache » (p. 211) fournit le support d’une présentation documentée de l’exploration croissante des potentialités minières et énergétiques de Madagascar.

Cet ouvrage situé en lisière du champ académique relève le défi annoncé en introduction : rassembler des informations disparates et fournir le support d’un retour à soi, dans une société traversée par le doute et où la liberté d’expression est en recul manifeste. Il est assorti d’annexes documentaires et d’une riche bibliographie très structurée.

Didier Galibert

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

M. Lunven, Ambassadeur en Françafrique, lu par Yves Gounin

Ambassadeur en FrançafriqueLUNVEN (Michel), Ambassadeur en Françafrique, Paris, Éditions Guéna, 2011, 340 pages.

Michel Lunven est un dinosaure. Il ne s’en cache pas. Le titre provocateur des mémoires qu’il publie à près de 80 ans lui a peut-être été suggéré par son éditeur, Frédéric Guéna, fils d’Yves Guéna, figure historique du gaullisme et qui fut notamment le dernier gouverneur colonial à Abidjan… et le premier ambassadeur de France en Côte d’Ivoire. Il en est peut-être allé de même de la photo de couverture qui le montre dans un avion du Groupe de liaisons aériennes ministérielles (GLAM) aux côtés de Jacques Foccart. Ce titre percutant et cette photo révélatrice annoncent clairement la couleur. À rebours des critiques qui dénoncent les crimes incestueux dont la Françafrique se serait rendue coupable, depuis les pamphlets de François-Xavier Verschave jusqu’au récent – et excellent – documentaire de Patrick Benquet, « Françafrique : 50 années sous le sceau du secret », l’ambassadeur Lunven entend réhabiliter l’action de la France en Afrique.

Il le fait en racontant les quinze dernières années de sa carrière. En 1986, il devient l’adjoint de Jacques Foccart à Matignon, un homme qui a priori ne lui était « pas particulièrement sympathique » (p. 17) mais avec lequel s’établit rapidement « une vraie connivence » fondée sur « la même passion de l’Afrique » et la même conviction « de la nécessité de préserver, envers et contre tout, cette zone d’influence française sur ce continent » (p. 19). En 1988, il est nommé ambassadeur au Niger – où il avait auparavant déjà dirigé la mission de coopération. Il reconnaît y avoir pratiqué « l’ingérence sans états d’âme » (p. 321) en y organisant les premières élections libres du pays, mais il le justifie par le souci de la France « d’écarter un autocrate » et « d’éviter la guerre civile ». En 1993, il effectue une mission de bons offices en Centrafrique et parvient, là encore, à organiser non sans mal des élections libres. En 1995, dernier poste au Gabon, « oasis relative de prospérité et de paix » (p. 217) auprès de Omar Bongo, une personnalité qui « [l]e fascine » (p. 278), doté d’une « intelligence aigüe », d’une « mémoire prodigieuse » et d’un « humour décapant ». En 1998, frappé par la limite d’âge, l’ambassadeur Lunven rentre en France et fait bénéficier pendant quelques années le groupe Bouygues de son « carnet d’adresses » (p. 307) et des « bonnes relations » qu’il a conservées au Quai d’Orsay.

On l’aura compris, Michel Lunven assume sans ciller la fidélité à une certaine idée de la France, attachée au maintien de relations spécifiques avec l’Afrique. Par opposition aux Modernes qui entendent normaliser ces relations, il est un Ancien qui estime que la France a des intérêts particuliers en Afrique (héritage historique, francophonie, intérêts économiques, importantes communautés françaises…) qui justifient qu’elle y exerce un rôle particulier.

Sa vie entière consacrée à l’Afrique témoigne de la sincérité de son engagement. Son hostilité affichée à la réforme de la Coopération placée en 1997-1998 sous le signe de la normalisation de la relation franco-africaine (intégration du ministère de la Coopération au Quai d’Orsay) est logique. La cruauté avec lequel il dépeint la cohorte de « parasites et d’intrigants » français qui hantent les palais présidentiels africains – au nombre desquels il range Robert Bourgi – l’exonère de tout soupçon de complicité avec les pires pratiques de la Françafrique.

Pour autant, il se dégage de la lecture de ses mémoires un parfum un peu rance d’une diplomatie paternaliste et surannée. Paternaliste à l’égard des Africains, considérés à mots couverts comme des êtres immatures, déchirés par des luttes ethniques ancestrales, inaptes à la démocratie. Surannée quant au mode de fonctionnement d’une représentation diplomatique dont l’ambassadeur Lunven, bien qu’il s’en défende, donne l’image d’une féodalité dirigée par un « patron incontesté » (p. 45) assisté de sa fidèle épouse (le chapitre intitulé « La résidence de l’ambassadeur : le domaine de l’ambassadrice » est un modèle du genre), parvenant tant bien que mal à gérer une équipe de collaborateurs d’inégale qualité, dans le silence assourdissant du Quai qui le laisse sans instruction et sans moyens. Seule circonstance atténuante : l’ambassadeur Lunven a quitté le Quai d’Orsay en 1998 à une époque où Internet (le mot n’apparaît pas une seule fois dans ses mémoires) et l’évaluation 360 degrés n’y avaient pas encore fait leur entrée.

Yves Gounin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

P. Clark, The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda : Justice without Lawyers, lu par Richard Moncrieff

The Gacaca CourtsCLARK (Phil), The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda : Justice without Lawyers, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, 355 pages.

Le système judiciaire néo-traditionnel dit des Gacaca, que les autorités rwandaises ont mis en œuvre à partir de 2001 pour juger les personnes soupçonnées d’implication dans le génocide de 1994, est en train d’atteindre le terme de sa mission. Réponse pragmatique à un surpeuplement carcéral extraordinaire et à l’incapacité du système judiciaire formel à y faire face, les Gacaca ont fourni un exemple spectaculaire de justice communautaire. Dans les centaines de milliers de cas traités, des jugements ont été prononcés par des juges élus localement (les juristes professionnels n’étaient pas autorisés à siéger), les peines allant de travaux d’intérêt général à l’emprisonnement, le taux d’acquittement ayant été de 25 %.

Dans cet ouvrage, Phil Clark, passé de l’Université d’Oxford à la School of Oriental and African Studies de l’Université de Londres, présente un compte-rendu détaillé des Gacaca, de leur mise en place jusqu’à leur terme. Il procède de façon très détaillée, très locale, s’appuyant sur un travail de terrain prolongé et sur des entretiens répétés avec les mêmes interlocuteurs au fil des jugements. De ce point de vue, l’ouvrage est d’une grande profondeur, prêtant attention aux expériences traumatiques individuelles et collectives, à la réconciliation (sous ses formes diverses), au pardon (dont il souligne, sûrement à raison, l’aspect religieux) et à la véridiction. Notre compréhension du génocide rwandais et de ses suites sort ainsi renforcée de cette lecture.

Le livre est construit autour d’un débat entre ce que Clark appelle le « récit dominant » sur les Gacaca et sa propre vision. Selon le récit qu’il dit dominant, porté principalement par les organisations de défense des droits de l’homme et par certains universitaires, les Gacaca ne parviendraient pas à rendre la justice compte tenu de l’absence d’une procédure judiciaire « classique ». Clark soutient pour sa part que les Gacaca répondent à un ensemble plus large de préoccupations que la justice punitive et ont été adaptées par les individus et les communautés locales selon leurs besoins. Clark n’entend donc pas défendre les Gacaca sur la qualité juridique de la justice qu’elles rendent, mais plutôt sur d’autres aspects, comme la réconciliation, où il trouve le bilan presque entièrement positif, hormis pour quelques défauts surtout techniques. Il entend également défendre les Gacaca contre ceux qui affirment qu’ils ne sont qu’un masque qui permet à l’État de contrôler le discours populaire ou de faire peser sur les Hutu une culpabilité collective (voir en particulier p. 250).

Sa contribution aux débats sur le Rwanda contemporain et sur la justice post-conflit est considérable. Mais l’ouvrage souffre cependant de faiblesses importantes. Certaines questions sont peu traitées, comme la question du sort de ceux qui étaient mineurs en 1994. Par ailleurs, l’ouvrage est tellement centré sur les expériences locales et individuelles (au point d’aboutir au chapitre 10 à une série de recommandations théologiques plutôt hors de propos sur que ce que le pardon veut dire), que la couverture des aspects politiques, promise en introduction, n’est pas assez aboutie. Par moments (p. 152), Clark semble accepter que le contexte politique du début des Gacaca en 2001-2003 n’était guère prometteur (les pressions sur les partis d’opposition, etc.). Mais il ne parvient pas à expliquer de façon satisfaisante comment, dans ce contexte autoritaire, la liberté d’expression qu’il a trouvée au niveau local a pu être possible. Tout en mettant en avant les vertus d’une analyse locale fine, il s’efforce bien peu d’analyser avec le même soin le contexte national, au-delà de la question importante de savoir si les Gacaca ont ou non jugé des violations des droits humains commises par le Front patriotique rwandais (FPR) au pouvoir, question traitée de façon intéressante mais pas vraiment aboutie (p. 121-128).

Au final, et sans surprise, cet aspect du débat dépend profondément de l’appréciation qu’on a du régime actuel. Clark semble convaincu (p. 22-23) que ce que beaucoup perçoivent comme un régime autoritaire assez « typique », avec le maquillage habituel, est en fait plus composite et connaît l’influence de voix divergentes, plus libérales. C’est précisément cela qui, selon lui, a ouvert aux Gacaca une liberté relative au niveau local. Il s’agit là d’une piste intéressante et importante, mais le lecteur ne peut qu’être frustré de ce que l’angle politique ne soit pas travaillé avec une rigueur analytique suffisante.

Richard Moncrieff

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

J.-P. Bat, Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, lu par Guillaume Vadot

Le syndrome FoccartBAT (Jean-Pierre), Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Paris, Gallimard, collection Folio histoire, 2012, 838 pages.

Diplômé de l’École nationale des chartes, Jean-Pierre Bat est responsable du fonds Foccart aux Archives nationales. Son livre, qui constitue une véritable somme, entend imprimer un regard d’historien sur un sujet que l’auteur caractérise d’emblée comme saturé de fantasmes et de visions complotistes concentrées autour du terme « Françafrique ».

Bâti selon un plan chronologique («La matrice (1959-1974) », « La succession (1974-1994) » puis « L’héritage (de 1994 à nos jours) »), l’ouvrage entend rompre avec les conceptions totalisantes et intentionnalistes – Jean-Pierre Bat n’utilisant pas ce second qualificatif – de la politique française en Afrique après la colonisation. Il s’attache donc à restituer la construction politico-médiatique de la figure de Jacques Foccart, figure sujette jusque dans les années 2000 à d’intenses batailles mémorielles.

Cette « saturation mémorielle » (p. 43), selon l’auteur, l’amène à une tentative de caractérisation scientifique du « Monsieur Afrique » du Général de Gaulle, de sa méthode et du système institutionnel qu’il a contribué à bâtir. Foccart se serait en effet constitué comme « masque africain » (chapitre 2) du premier président de la Cinquième République, au double sens du terme. D’abord en se plaçant comme paravent d’une politique qui revêtait un caractère stratégique, mais dont les implications tactiques n’étaient pas toujours endossables officiellement par les institutions – et c’est le moins que l’on puisse dire au vu des exemples donnés par l’auteur de cet « illégalisme d’État », notamment les soutiens accordés à Moïse Tshombe ou à la sécession biafraise. Mais si Foccart et ses successeurs n’étaient que des masques, c’est aussi parce qu’ils ne se situaient pas sur le terrain de la décision politique, mais sur celui de l’application tactique – quelles qu’en soient les marges de manœuvre paradiplomatiques, sécuritaires, économiques et parfois militaires. Le donneur d’ordre reste donc bien l’Élysée, même lorsque le « feu » est « orange », c’est-à-dire que la recommandation d’action n’est qu’implicite.

En se positionnant comme « pythie gaulliste » (p. 142), Foccart a su profiter de sa relation privilégiée avec le général-président pour bâtir une architecture particulière, centralisée et élyséenne, à l’appui de la politique française en Afrique. Le livre de Bat montre ainsi comment s’est construite la centralisation autour du Secrétariat général des affaires africaines et malgaches, composé majoritairement d’anciens de l’École nationale de la France d’Outre-Mer, et qui parvint dans les années 1960 à minoriser et court-circuiter les services de la Coopération ainsi que le Quai d’Orsay. Il relate aussi comment les affinités gaullistes, souvent construites pendant la Résistance, ont constitué un vecteur privilégié de construction de ces « circuits courts » dont se dotait Foccart dans les ambassades, l’armée, les services secrets ou encore les grandes entreprises françaises – Elf au premier plan. Dans le contexte de la Guerre froide, le maintien de la pax gallica en Afrique constituait en effet un fondement du rang international de la France, et toute une ingénierie fut mise en place pour surveiller – au nom de l’anti-communisme – les sociétés africaines, leurs syndicats et partis d’opposition, promouvoir et défendre les présidents « amis de la France », flanqués de « Messieurs sécurité » liés aux services français.

Mais le livre de Jean-Pierre Bat se veut aussi une réflexion sur les évolutions de cette matrice initiale au cours du temps. Le premier point d’inflexion se situe en 1974, quand Foccart, déjà éclaboussé par un scandale en 1969, part de l’Élysée lorsqu’arrive Valéry Giscard d’Estaing. Ce dernier se présente comme un modernisateur de la politique africaine de la France, annonçant la banalisation des relations avec le pré carré et renouant fort symboliquement avec la Guinée de Sekou Touré. La « défoccartisation » du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE), amorcée par Pompidou, est poursuivie. Mais les « piliers du système » sont conservés (chapitre 8) : Elf s’ancre dans son rôle de prolongement de l’État français, notamment au Gabon, le SDECE conserve son rôle central et s’appuie sur des mercenaires comme Bob Denard, et, dans le contexte de la « Guerre fraîche », les opérations militaires se multiplient, de Kolwezi au Sahara Occidental en passant par le Tchad. Mais contrairement à de Gaulle, Giscard d’Estaing n’a pas su se parer d’un « masque africain » dans ses rapports avec les chefs d’État du pré carré. L’affaire des diamants de Bokassa l’éclabousse à la suite d’une amitié dont il avait voulu faire le symbole de son ancrage africain, lui qui ne jouissait pas de la proximité du « chef de famille » Félix Houphouët-Boigny.

L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, contempteur du « coup d’État permanent » entouré de plusieurs conseillers tiers-mondistes, est considérée à grande échelle comme l’ouverture d’une nouvelle ère pour les relations entre la France et ses anciennes colonies africaines – si bien qu’un vent de panique secoue les « présidents amis », et que de nombreux honorables correspondants du SDECE démissionnent, relate Bat. En fait, elle inaugure plutôt le temps des désillusions et de l’incrédulité, ajoutant à la défiance et à l’odeur de soufre qui entoure la « Françafrique », vécue comme un fléau du régime. Le réformiste Jean-Pierre Cot, nommé ministre de la Coopération et du Développement, est contraint à la démission dès décembre 1982, tandis que Guy Penne, nouveau conseiller Afrique, ressuscite la cellule africaine de l’Élysée, bientôt assisté de Jean-Christophe Mitterrand, alias « papamadit » et deuxième « circuit court » du président.

Le second septennat socialiste constitue néanmoins une période d’évolutions pour les relations franco-africaines, alors que la fin de la Guerre froide met à l’épreuve les définitions stratégiques établies lors des Indépendances autour de la notion de « pré carré ». Fin de partie ou expression de la nécessité de tout changer pour que rien de change ? D’une part, le discours de La Baule constitue une tentative d’adaptation à ce nouvel environnement, un coup de poker pariant sur l’adoption du vocabulaire de la libéralisation politique pour canaliser la contestation démocratique en cours.

D’autre part, cette période est marquée par de nombreux scandales françafricains, avec l’arrestation et le procès rocambolesques de Denard, mais surtout l’affaire Elf. Pour Bat, cette dernière est une véritable antithèse du projet de Foccart puisqu’elle naît de divisions profondes entre acteurs d’une politique africaine de la France qu’il avait voulue unifiée et centralisée, et projette dans l’espace public toute une série d’éléments tactiques qui avaient vocation à ne jamais y entrer. De la même manière, les errements de l’intervention française au Rwanda en 1994, et en Côte d’Ivoire entre 2004 et 2011 (« la seconde mort de Foccart », selon Bat, chapitre 15) seraient le signe de l’éclatement, de la fragmentation de cette politique d’influence, rendant archaïques les lectures totalisantes. Le retour de Foccart auprès de Chirac entre 1995 et 1997, date de la mort du vieux conseiller, ne serait ainsi qu’une parenthèse avec peu d’effets sur ce cours général.

Cette thèse conclusive s’appuie malheureusement sur bien moins d’éléments empiriques que les premiers chapitres, alors même que cette matière objective réunie par l’ouvrage constitue sa première qualité. On peut ainsi être surpris par l’insistance de Jean-Pierre Bat sur la relativisation de la France dans son ancien pré carré (par la Chine ou les États-Unis), dont l’existence même serait remise en cause par la « nouvelle géopolitique » de ce début de XXIe siècle, ou encore sur l’ajustement des moyens militaires de l’Hexagone… alors même que les exemples abondent ces dernières années de l’activisme militaire français en Afrique, de la force Licorne en Côte d’Ivoire à l’intervention Harmattan en Libye au printemps 2011, de la mise en place d’une unité anti-piraterie à Djibouti à l’opération Serval au Mali.

Bat a construit son ouvrage en croisant critères thématiques et chronologiques, provoquant quelques répétitions et des retours en arrière porteurs d’un peu de confusion. Mais c’est l’écriture linéaire qui l’emporte dans l’économie générale du livre, au détriment de la conceptualisation, et au risque de réduire l’étude de la politique française en Afrique à la question lancinante de la rupture et de la continuité par rapport à la matrice foccartienne. Tout en s’interrogeant à ce sujet dans de nombreuses transitions entre ses chapitres, l’auteur avance finalement assez peu dans la mise au jour de ce qui perdure, de ce qui change, et des déterminants de ce mouvement. Pourrait-on, par exemple, tenter l’hypothèse d’une continuité stratégique dans les rapports entre le capitalisme français et l’Afrique, les rapports de forces entre puissances et la dynamique des sociétés africaines ayant par ailleurs entraîné d’importantes évolutions tactiques et institutionnelles ? Ou, reprenant les concepts gramsciens, doit-on rattacher les éléments stables au régime construit entre la France et ses anciennes colonies africaines après 1960 (au sens où Jean-Pierre Dozon parle de « l’État franco-africain ») et les éléments changeants aux gouvernements qui se sont succédé à la tête de la Cinquième République ?

Un argument sous-tend néanmoins l’ensemble du texte : le « syndrome Foccart ». « Qu’est-ce que le syndrome Foccart ? L’idée que les années fondatrices du secrétariat général, genèse de la cellule Afrique de l’Élysée, constituent la colonne vertébrale, le modèle puis l’horizon des relations entre la France de la Cinquième République et ses anciennes colonies sub-sahariennes » (p. 726). Séduisante mais simpliste, cette vision se serait progressivement emparée de l’opinion, et Bat se fixe la tâche scientifique d’épurer la politique africaine de la France des « fantasmes » (p. 12) qui l’ont recouverte. Cette posture élitiste repose en fait sur une lacune dans l’étude de la (ou des) réception(s) de cette politique dans l’espace public. Si, comme le souligne l’auteur, le secret – énoncé et mis en scène par le vocabulaire de l’intimité, de l’initiation – est au cœur du « marigot franco-africain », alors comment s’étonner qu’il soit aussi au centre des interprétations formulées de l’extérieur – des théories du complot aux accusations en sorcellerie ? Quand la logique de la transgression et de la realpolitik qui domine le rapport de la France à l’Afrique vient contredire le discours de probité des dominants sur eux-mêmes (aide, développement, rationalité bureaucratique), revient-il au chercheur d’invalider l’intention dénonciatrice qui structure les prises de parole publique sur la « Françafrique » ?

À défaut d’être – toujours – justes et de rendre compte de la complexité et des contradictions des phénomènes étudiés, fantasmes et visions complotistes possèdent donc une légitimité certaine étant donné la constitution politique de la société dans laquelle ils sont formulés. Si les relations franco-africaines sont vraiment un fondement stratégique du pouvoir dans la France post-coloniale, alors il n’est pas possible de les aborder sans tenir compte des logiques hégémoniques, des tentatives de subversion, des oppositions matérielles, bref de l’ensemble de la conflictualité politique qu’elles mettent en œuvre, dans l’Hexagone et sur le continent.

Guillaume Vadot

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l’ordre en Afrique, par Marielle Debos et Joël Glasman

intro128Introduction au dossier « Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre », Politique africaine N°128.

L’année écoulée suffirait presque, à elle seule, à donner un aperçu complet des façons dont les professionnels en uniforme apparaissent sur la scène publique1 : la défense pacifique de leurs intérêts de corps – manifestation du Syndicat des forces de sécurité intérieure à Tunis et sit-in des policiers dans le quartier du Plateau à Abidjan en juin, grève des policiers municipaux de Cotonou en septembre – ; la répression planifiée – contre l’opposition politique à Dakar en janvier-février, contre les étudiants du campus de Libreville en mai, contre les manifestations urbaines à Lomé en juin-juillet – ; les exécutions ciblées – assassinat du chef du village guinéen de Zogota en août – sans compter les « bavures » massives – fusillade contre les mineurs grévistes de Marikana en Afrique du Sud en août –, les mutineries sporadiques – par exemple celle du régiment des Forces d’intervention de la base aéronavale d’Ivato à Antanarivo en juillet – et la rébellion organisée – les militaires du M23 au Kivu en avril –, ni oublier le coup d’État militaire, comme celui de Bamako en mars. Ce ne fut en rien, on le sait, une année exceptionnelle. Les pratiques violentes sont monnaie courante – la police nigériane tue 2 500 personnes par an, davantage que la secte Boko Haram2 – et les mutineries, voire même les coups d’État, ne sont pas rares puisqu’on en compte deux par an en Afrique depuis les Indépendances3.

La recherche sur les différents acteurs du maintien de l’ordre connaît un essor rapide. Elle s’est pourtant surtout intéressée aux acteurs (semi)privés ou informels : les polices néotraditionnelles (hisbah du nord Nigéria), les sociétés de gardiennage et de mercenariat international (Sandline, Aegis Defense Services), les milices et sociétés secrètes (dozo de Côte d’Ivoire, Kamajor de Sierra Leone) ou encore les multiples acteurs de l’ordre urbain (groupes d’auto-défense, homeguards et area boys de Lagos), etc. De façon surprenante, le cœur des métiers de l’ordre étatique reste mal connu. Ce dossier explore les rapports qu’entretiennent avec le pouvoir d’État en Afrique ces professionnels de l’ordre, tout à la fois instruments centraux de la surveillance et de la répression des populations4 et de la contestation du pouvoir d’État. Le présent dossier est une invitation à repenser – avec d’autres5 – de tels rapports en s’intéressant aux forces de l’ordre dans leur normalité, c’est-à-dire en ce qu’elles constituent d’abord un ensemble de métiers impliquant des conflits et des enjeux spécifiques. Étudier le fonctionnement routinier des forces de l’ordre suppose ainsi d’enquêter sur les politiques visant à les contrôler (par le clientélisme, la bureaucratisation ou au contraire la milicianisation) et sur les stratégies et tactiques des acteurs qui font valoir leurs intérêts.

Depuis une dizaine d’années, les grandes organisations internationales ont déployé autour de la « réforme du système de la sécurité » (RSS) un discours influent sur les métiers de l’ordre en Afrique. Des réformes sont en effet mises en œuvre dans presque tous les pays africains6, par l’intermédiaire de programmes bilatéraux ou multilatéraux7. Pour certains observateurs, la RSS serait en passe de constituer un nouveau « paradigme sécuritaire » remplaçant progressivement le « paradigme des équilibres financiers » qui prédominait du temps de l’ajustement structurel8. De façon paradoxale, les professionnels de l’ordre sont à la fois omniprésents (car ils en sont les principales cibles) et étrangement absents (car leurs intérêts propres sont peu explorés) des textes centraux de la RSS. L’axe principal par lequel cette dernière envisage les métiers de l’ordre est celui du « professionnalisme », entendu comme le renforcement des normes et des techniques professionnelles des agents9. Lorsque les aspects politiques sont évoqués, c’est toujours pour rappeler la stricte séparation entre la sphère politique et la sphère professionnelle, entre les organes de contrôle et les organes d’exécution. Lorsque la RSS s’intéresse aux « facteurs politiques » propres aux métiers de l’ordre, c’est pour identifier ceux qui « freinent » la réforme ; il s’agit alors de repérer la « résistance au changement ». Les métiers de l’ordre sont perçus à la fois comme déficitaires – manque de techniques et de normes – et comme excédentaires – en particularités culturelles et ambitions politiques.

Pourtant, les métiers de l’ordre sont autant façonnés par les politiques étatiques qu’ils interviennent dans le champ politique. Le double regard de la norme et de la technique ne peut rendre compte du large éventail des manières dont la question politique est saisie par les professionnels de l’ordre10. La perspective orthodoxe de la RSS a d’ores et déjà fait l’objet de nombreuses critiques – y compris au sein des institutions internationales qui la promeuvent. Certains auteurs mettent en garde contre le risque de subordonner toute politique à la lutte contre le terrorisme et la sécurité du Nord11, d’autres s’inquiètent du caractère idéologique12 de cette politique, d’autres encore, comme Mark Duffield, insistent sur l’intrication toujours plus étroite entre les politiques de l’aide et les politiques de l’ordre13. Alice Hills, de son côté, insiste sur le fait que la RSS n’est pas le « projet technique ou idéologiquement neutre » qu’elle prétend être14. Notre propos est ici de mettre l’accent sur un point aveugle de tels discours sur les forces de l’ordre : le rapport des métiers de l’ordre au politique et à l’État. Si le « professionnalisme » des hommes en uniforme est un des piliers de la RSS15, celle-ci ressemble à la recette du kedjénou – ce poulet à l’étouffé que l’on déguste dans le golfe de Guinée : charger le tout (nouvelles recrues, rebelles récemment intégrés aux forces régulières, matériel supplémentaire…), puis maintenir confiné au fond de la cocotte sous une couche hermétique de normes juridiques, de codes de bonnes conduites et de compétences techniques. Si malgré cela le jus politique s’échappe, si l’action des hommes en armes déborde, remettez-en une couche, ajouter des formations aux règles professionnelles, des séminaires pour officiers, des plaquettes informatives sur la conduite à tenir, etc.

Il ne s’agit pas ici de s’étonner du caractère normatif des politiques de développement. C’est évidemment le rôle de toute politique publique, qu’elle soit internationale ou nationale, que de fixer des objectifs à atteindre. Il s’agit plutôt d’interroger la relation complexe des métiers de l’ordre au pouvoir d’État. La division entre ce qui est « professionnel » et ce qui est « politique » est justement l’un des enjeux centraux des conflits sur et au sein des métiers de l’ordre. Il n’existe dans aucun des pays observés une définition unique de ce qu’est un bon professionnel de l’ordre, mais bien plusieurs définitions en compétition : en choisir une s’avère alors nécessairement un choix politique. Car si le raccourci normatif est prompt à séparer la sphère professionnelle de la sphère politique, le partage des eaux est, en réalité, nettement moins marqué. Tout un ensemble de travaux menés ces dernières années l’a clairement montré. D’un côté, la sociologie politique des hommes en armes a remis en cause les ruptures canoniques entre forces officielles et forces rebelles, entre guerre et paix, etc. De l’autre, la sociologie du policing en Afrique a montré l’articulation des différents acteurs, publics comme privés, impliqués dans les questions de sécurité16.

Dans plusieurs pays, un terme unique permet de désigner d’un seul geste l’ensemble des hommes de l’ordre. Les « corps habillés », les sodja ou les askaris ce sont tout à la fois les policiers, les soldats, les gardes, les douaniers, les gardiens de prisons. Ces métiers participent ainsi de trajectoires intriquées, émergeant à la fois en complément et en opposition les uns par rapport aux autres. Olly Owen propose dans ce numéro une généalogie du policing au Nigeria depuis l’époque coloniale et souligne que les forces de police ont toujours entretenu des relations complexes associant cooptation, régulation et concurrence avec les acteurs non étatiques de la sécurité. Les processus de différenciation, de partage des responsabilités et de définition des problèmes sont en effet centraux. Gernot Klantschnig montre également dans ce dossier comment la politique de lutte contre la drogue au Nigeria a donné naissance à un domaine spécialisé du policing étatique. La définition des tâches et des compétences nécessaires pour les effectuer sont au cœur des conflits qui structurent le champ de la sécurité. Céline Ségalini montre, quant à elle, comment au Sénégal le développement des interventions publiques pour la protection de la nature a permis l’émergence d’un nouveau groupe professionnel spécialisé, celui des agents des parcs nationaux. Chaque nouvelle façon d’énoncer la question de la sécurité, chaque problématisation de l’ordre étatique retravaille ainsi les cultures professionnelles des hommes en armes. L’intégrité territoriale, le contrôle de la rue17, la lutte contre la criminalité urbaine18, la protection de la nature19, la gestion des flux20 – pour ne citer que quelques-uns des principaux discours qui organisent ces métiers – ont ainsi tour à tour contribué à redéployer les priorités, attributions et savoir-faire, permettant à certains corps d’étendre leurs prérogatives, rendant obsolètes certaines unités et qualifications.

L’attention portée dans ce dossier aux contradictions qui traversent les métiers de l’ordre permet ainsi d’aller au-delà de l’étude du « professionnalisme ». Les analyses partent de ce que les agents de l’ordre font et de ce qu’ils disent, y compris lorsque ces pratiques, ces gestes, ces paroles rompent avec la division canonique entre « professionnel » et « politique ». Cela suppose de s’émanciper de la vision instrumentale et mécaniste qui a marqué toute une littérature sur les institutions de l’ordre et d’aller vers l’étude des procédures routinières des forces de sécurité. En étudiant de la même façon le fonctionnement ordinaire, les expressions les plus spectaculaires de l’action politique (mutineries, rebellions, coups d’État) et les modes détournés de l’action (rumeurs, chuchotements, dérision)21, on se donne les moyens de rendre compte de la complexité des métiers de l’ordre.

L’historicité des métiers de l’ordre

Émergeant à l’ombre de l’État et en son sein, le champ des professionnels de l’ordre est tributaire de la trajectoire spécifique de l’État et de la concaténation des histoires anciennes, coloniales et postcoloniales. Les désignations vernaculaires gardent d’ailleurs souvent la marque de cette histoire. Les termes d’étymologie européenne ou coloniale sont nombreux : que l’on songe aux termes « police » (polisi en bambara et swahili, mupurisa en shona), « soldier » (sodja en ewe, soja en yoruba ou musoja en shona) ou « constabulary » (konstebo en swahili), ou encore à ceux émergeant de concaténations impériales (le terme askari utilisé en Tanzanie vient sans doute de l’arabe askar ou du perse lascar qui signifient armée)22. Il serait vain de tracer a priori les contours d’un champ professionnel des hommes de l’ordre dont on pourrait ensuite chercher, ici et là, les déclinaisons nationales. L’histoire de chaque territoire engage à la fois les frontières et les logiques propres au champ, de sorte qu’il faut, à chaque enquête, identifier l’unité pertinente pour observer les enjeux professionnels.

Dans les colonies françaises, les compagnies de tirailleurs ont pris une place centrale dans la genèse du champ de l’ordre. Au Mali par exemple, comme l’a montré Gregory Mann, l’histoire des soldats se comprend non seulement sur fond de recrutements massifs de tirailleurs conscrits mais aussi par rapport à la permanence des figures du travail forcé et du statut de woloso dans une société post-esclavagiste23. Au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie – étudiés par Timothy Parsons –, les King’s African Rifles ont été la matrice de formation d’un champ de l’ordre spécifique. Mais à l’inverse des pays de Tirailleurs, l’absence de conscription a ici profondément marqué la façon dont les askaris ont été perçus et ont articulé leur rapport à l’histoire précoloniale et coloniale24. Au Zimbabwe, Timothy Stapleton a mis en évidence les circulations entre les différentes institutions de l’ordre (Rhodesian African Rifles, British South Africa Native Police, African Camp Internment Corps, etc.) ainsi que leur insertion dans le champ plus vaste d’un security field comprenant les entreprises privées de sécurité et de gardiennage25. Enfin l’histoire des policiers du Soudan est à situer, selon William Berridge, dans le contexte de l’émergence d’un legal field rassemblant juges, district commissionners, officiers de police, chefs et Nazirs se partageant les fonctions de maintien de l’ordre tout en poursuivant chacun des stratégies propres26. Il va ainsi sans dire que le champ des professionnels de l’ordre n’est pas le même d’un pays à l’autre. Dans chaque contexte, les rapports de force, les principes de division et de distinction, les conflits et les modes de règlements de ces conflits sont l’aboutissement d’une trajectoire particulière.

Pour saisir ces enjeux, il faut, en premier lieu, rompre avec le modèle diffusionniste véhiculé par une certaine littérature sur les forces de l’ordre. Selon cette approche, les problèmes contemporains des forces de maintien de l’ordre en Afrique tiendraient à l’extranéité des institutions d’origine européenne. Aux racines du mal, donc, se trouverait le malentendu entre des institutions militaires et policières calquées sur le modèle métropolitain et importées à l’époque coloniale, et des cultures locales peu empressées de s’adapter à la modernité étatique27. Les lecteurs de ces pages seront convaincus par avance de la naïveté de cette opposition entre État (exogène, moderne, européen) et culture (endogène, traditionnelle, africaine). Mais la fréquence à laquelle on retrouve cette vision, de façon implicite ou explicite, exige un rappel : les institutions de l’ordre colonial ne furent pas établies sur le modèle des forces de l’ordre européennes. Dès les premières heures de la conquête, les troupes coloniales se greffèrent sur les réseaux régionaux. Au XIXe siècle, polices et armées recrutaient leurs hommes auprès de marchands d’esclaves – la Gold Coast Constabulary par exemple à Salaga28. Les hommes ainsi « libérés » par les troupes coloniales devaient rembourser la somme de leur rachat en renonçant à une partie de leur salaire. Les soldats de cette époque exerçaient leur activité dans des espaces en constante recomposition. Au moment même où, en Europe, l’idéologie de la « nation en armes » territorialisait le recrutement, les soldats africains pouvaient, dans certaines régions, vendre leurs compétences au plus offrant. Dans le golfe de Guinée par exemple, les grandes puissances régionales (Allemagne, Ashanti, Grande Bretagne, France, royaume de Samori) se disputaient la même main d’œuvre militaire. Certes, un demi-siècle plus tard, l’État colonial tardif revendiqua plus clairement un modèle policier et militaire européen – sous les mots d’ordre convergents de « territorialisation », « bureaucratisation » et autre « modernisation ». Mais le biais colonial (citoyenneté tronquée, permanence des catégories raciales, violence répressive, etc.) continuèrent de marquer profondément ces professions.

La deuxième idée dont il faut se défaire est celle d’une vision strictement instrumentale des forces de l’ordre. Depuis cinquante ans, elles ont été décrites successivement comme des instruments de l’impérialisme29), de la modernisation30, de la bourgeoisie et du colonat européen31, des gouvernements postcoloniaux32. L’analyse menée dans ce dossier par Olly Owen sur la police nigériane met bien en évidence la tension entre deux conceptions opposées : les forces de l’ordre sont censées protéger et servir à la fois les gouvernants et le bien public. Si les forces de l’ordre sont un instrument clé du pouvoir d’État et de ses dirigeants, il faut pourtant constater que, de la période coloniale à aujourd’hui, elles ont souvent fait preuve d’une certaine autonomie. En 1893 déjà, à Douala, les hommes de la Polizeitruppe se révoltaient contre leurs officiers et s’emparaient, pour quelques jours, de la capitale coloniale allemande33. En 1936, à Lomé, des agents de police dénonçaient les exactions du commissaire français et obtenaient sa mutation34. En 1944, au camp de Thiaroye, un demi-millier de tirailleurs refusant d’être démobilisés sans solde se mutinait35. En 1951, à Khartoum, 700 policiers se mettaient en grève pour dénoncer le licenciement de certains des leurs36. Les périodes de transition et de transmission du pouvoir furent particulièrement propices à rappeler aux gouvernants que les hommes en uniforme étaient à même de défendre leurs intérêts propres – que l’on songe à la mutinerie des hommes de la Force Publique à l’Indépendance du Congo en 1960 ou à la mutinerie du premier bataillon de la Tanganyikan Rifles en 1964 à Dar es Salaam37. Les mutineries et coups d’État récents, étudiés à partir du cas de la Sierra Leone par Maggie Dwyer dans le présent dossier, s’inscrivent ainsi dans une histoire longue de mobilisation politique des forces armées. Il convient d’étudier ensemble la formation de ce champ professionnel, ses rapports au pouvoir d’État, et les répertoires d’action qui lui sont propres.

Une troisième question concerne les processus complexes de (dé)légitimation des forces de l’ordre. En constatant – tout à fait à propos – que le passé colonial combinait de façon paradigmatique confusion des pouvoirs politique et militaire, racisme institutionnalisé et brutalité extrême, d’aucuns ont tôt fait d’en conclure à l’absence d’entreprises de légitimation des forces de l’ordre coloniales et de celles qui furent leurs héritières38. C’est aller cependant un peu vite en besogne, tant les rapports entre les hommes en uniforme et le reste de la société furent complexes. Plusieurs travaux montrent ainsi que les forces de l’ordre n’incarnèrent pas seulement la coercition d’État. Elles furent aussi le site d’émergence de langages spécifiques, y compris politiques39 qui irriguèrent à des degrés divers le reste du corps social. Les langages militaires – ceux de l’honneur, de la discipline, de la masculinité, de l’ethnicité, de l’uniforme, etc. – furent certes des outils de domination, mais aussi des ferments de solidarité. Ils offrirent simultanément des justifications au pouvoir en place, mais aussi à la contestation de ce pouvoir. Toute la question était, dès lors, de savoir dans quelle mesure et sous quelles formes l’idiome professionnel des hommes en armes pouvait être intégré au récit politique de la nation. Gregory Mann constate l’incapacité des élites anticolonialistes et indépendantistes ouest-africaines à maîtriser cette forme spécifique de langage politique40. À l’inverse, le discours de l’honneur associé à l’ethos des Tirailleurs sénégalais a pu être réapproprié tant par les élites au pouvoir que par les rappeurs dakarois41. Faire l’histoire du catalogue de mots, d’idées, d’images et d’émotions associés aux hommes en armes, c’est ainsi dépasser la dichotomie entre État et société et entrer dans le jeu de représentations collectives nées dans l’institution et à ses marges. Or, l’image des métiers de l’ordre n’est pas uniquement négative. C’est d’ailleurs le mérite du tableau du peintre kinois Ekundé (en couverture de ce numéro) de le montrer. « La fille kuluna » – du nom donné aux voleurs à Kinshasa – est appréhendée par des agents sous les acclamations des marchands et des passants42. Une police féminine, garante de l’ordre et acclamée, voilà une image qui rompt avec bien des clichés.

Être professionnel-le de l’ordre

Comprendre ce que signifie être un-e professionnel-le de l’ordre suppose d’étudier les procédures routinières de recrutement, de formation et de fonctionnement des forces de sécurité. Comment entre-t-on dans l’armée, la police, la douane ? Comment y fait-on carrière ? Quels registres les acteurs mobilisent-ils pour rendre compte de leurs trajectoires professionnelles, activités, loyautés ? Les articles du présent dossier sont une invitation à étudier les métiers de l’ordre comme des espaces d’acquisition de ressources mais aussi de négociation de leurs valeurs. Il s’agit de déterminer à partir d’enquêtes fines les ressources que les différents corps, et au sein de ces corps les groupes et individus, mobilisent dans leurs luttes et leurs négociations. Ces ressources sont matérielles, relationnelles mais aussi symboliques (prestige associé aux galons, recours au registre de l’occulte, etc.).

Les termes vernaculaires insistent souvent sur les artéfacts qui marquent la division entre les professionnels de l’ordre et les autres – les mots qui désignent un élément de l’uniforme ou de l’équipement sont ainsi légion : le gardien de l’ordre est « celui qui a de grosses bottes » (sàbàràbàtígí en bambara), l’« homme au petit bâton » (kpovito en ewe), « le fils du bâton » (dan sansa en hausa), un de « ceux qui portent la ceinture » (koulou siti en mandinka) ou de ces « garçons qui possèdent des fusils » (vakomana vezvivhorovho en shona)43. Pourtant, s’il existe des enjeux de distinction entre les membres de la profession et les non-initiés, ces distinctions sont nombreuses également au sein même du champ professionnel, entre les porteurs de fusils et les porteurs de matraques, entre les agents en « tenue » et les agents « en civil ». Il faut « connaître papier »44 tandis que la « culture du diplôme »45 joue un rôle structurant. Dans le cas de la National Drug Law Enforcement Agency au Nigeria, comme le note Gernot Klantschnig dans le présent dossier, les agents en uniforme sont dominés par les agents spécialisés et mieux formés. Au Sénégal, comme le montre Céline Ségalini, les tensions entre la culture militaire et les principes promus par l’approche participative sont vécues et pensées différemment par les agents en fonction de leur niveau hiérarchique et de la génération à laquelle ils appartiennent. Là où les guerres ont permis de rapides ascensions sociales par les armes, par exemple au Tchad, le capital guerrier entre en concurrence avec le capital scolaire, les porteurs d’armes dominant les bureaucrates. Les hommes en armes disposent de ressources spécifiques et organisent ainsi, selon les sous-champs auxquels ils appartiennent, la valeur respective des différents capitaux.

Lorsque les professionnels de l’ordre rendent compte de leurs pratiques, ils se réfèrent ainsi à des répertoires de justification qui dépassent de très loin le champ de l’ordre. Même pour des militaires qui ont combattu et qui appartiennent à des groupes ayant commis des violences d’une grande brutalité, le travail administratif peut apparaître comme le « travail idéal ». Les éléments des Forces armées de République démocratique du Congo, pour qui le métier des armes est un pis-aller dans un contexte de pauvreté et de précarité, valorisent la figure du soldat éduqué effectuant un travail dans un bureau plutôt que celle du combattant envoyé sur le front46. Il faut prendre les acteurs aux mots, ceux qui les unissent comment ceux qui les distinguent, et rendre compte des différents registres d’argumentation par lesquels ils définissent leurs pratiques : le langage des normes formelles (hiérarchies, galons, rangs), des compétences militaires (expérience du maquis, de la guerre, du camp), du réseau social (réseau de fonctionnaires, fief régional, contrôle d’une proto-armée), de la réussite économique, de la réputation (visibilité, leadership), etc.

L’observation des lieux des forces de l’ordre semble être une piste prometteuse pour la compréhension de ces métiers47. Les checkpoints, péages, barrières sont l’un des espaces de travail des corps habillés. Qui a voyagé en Afrique sait qu’ils sont autant de lieux où s’exercent la petite corruption et les grands trafics. Ces arrêts imposés sont anticipés et redoutés, y compris par les voyageurs en règle. Les commerçants48 et les migrants49 doivent en effet négocier avec les « mange mille » (comprenez : mange des billets de mille FCFA)50. Les zones frontalières en particulier sont des espaces de création de richesse et de redistribution économique où les activités illégales deviennent licites51. L’économie des péages et des postes frontières est cependant marquée par de fortes inégalités : tout le monde ne peut y faire de bonnes affaires. Une faction à un rond-point n’est pas équivalente au contrôle d’un poste de douane. Or, c’est l’État qui distribue bien souvent les positions de prédation et détermine donc les possibilités d’accumulation52. La compréhension de la corruption et des activités illégales au sein des corps habillés doit ainsi passer par une analyse du clientélisme d’État.

Au camp, on est recruté, habillé, formé, on y acquiert les codes et les gestes du métier. C’est un lieu de travail, mais aussi un lieu de vie : on y mange, on y lave le linge, on y joue au football, on y reçoit des visiteurs, on y apprend à lire, à nettoyer une arme, à conduire un camion. On y a accès à des services rares (soins gratuits, école pour les enfants, ravitaillement privilégié, alimentation électrique autonome, etc.). Les lieux des hommes en armes sont parmi les plus surveillés des villes africaines – c’est-à-dire à la fois protégés et contrôlés. Pour certaines armées, comme les King’s African Rifles étudiées par Timothy Parsons, les camps ont pu correspondre à une tentative pour isoler les soldats de la population – sans toujours être couronnée de succès53. Mais ce n’est pas seulement le cas pour les casernes militaires. Au Nord Ghana, le Regional Headquarters de la police de Wa étudié par Jan Beek désigne un périmètre clos par des fils de fers barbelés et regroupant bureaux administratifs, baraques, cantines, véhicules et autres boutiques54. Pour autant, ces espaces ne sont pas hermétiques, ils restent articulés à leur environnement direct (centre ou bordure de ville, ancien « village » présidentiel…) ainsi qu’à l’archipel sécuritaire avec lequel s’organisent les va-et-vient (dépôts, postes, barrages, guérites, patrouilles, etc.). Ainsi le camp est-il un des lieux stratégiques du contrôle des hommes en uniforme par l’État – que l’on pense à Alassane Ouattara exigeant des familles de soldats qu’elles quittent les camps militaires ou à Alpha Condé voulant « encaserner les militaires »55.

Les enquêtes sur les espaces militaires et policiers débouchent sur une interrogation sur les rapports sociaux de sexe. Cette question est cruciale – et elle reste sous traitée56, y compris dans les articles présentés ici. Les femmes sont largement sous-représentées57 dans les métiers de l’ordre, même si elles ont été nombreuses dans les mouvements de libération au moment des Indépendances58 et même si elles participent activement aux mouvements rebelles. Le recrutement de femmes représente un véritable enjeu pour les États africains. Certains d’entre eux, comme le Bénin, se prévalent de forces féminines de maintien de l’ordre associées à un passé précolonial idéalisé. Pour d’autres, comme la Guinée, les forces féminines sont perçues comme l’héritage d’un passé socialiste. Ailleurs, par exemple au Rwanda, la féminisation des forces de l’ordre est un enjeu politique de rupture avec le passé. D’autres pays, comme le Togo, tentent à échéance régulière, sous la pression des bailleurs de fonds, d’étendre aux femmes le recrutement policier et militaire – pour l’instant avec un succès mitigé.

La sous-représentation des femmes dans le rang ne signifie cependant pas qu’elles soient absentes des métiers de l’ordre. Bien des tâches effectuées dépendent d’une main d’œuvre féminine présente dans les camps et les casernements (ravitaillement, cuisine, hygiène et santé, rapiéçage des uniformes, gestion du budget familial, etc.). Toute une partie des services logistiques, considérés comme subalternes – et, partant, peu ou pas rémunérés et peu valorisés – sont essentiellement féminins59. Au-delà de l’inclusion de femmes dans les métiers de l’ordre, il convient de s’interroger sur la construction genrée des rôles au sein de ces institutions60 et sur l’invisibilisation du travail des femmes. La féminisation des métiers de l’ordre ne favorise pas mécaniquement l’égalité entre les sexes. En étudiant la construction d’une masculinité virile et militarisée, on peut saisir quels types de rôles (peu valorisés) sont attribués aux femmes.

À la suite de l’adoption en 2000 de la résolution 1325 par le Conseil de sécurité de l’ONU sur le gender mainstreaming dans les politiques de défense et de sécurité, la question du genre a été prise en compte dans les programmes de RSS61. Dans la perspective des experts et praticiens de la RSS, le recrutement de femmes est à la fois un droit pour celles-ci, un moyen de promouvoir l’égalité femmes-hommes et une façon d’améliorer le fonctionnement des forces de l’ordre (les femmes étant considérées comme plus respectueuses des droits humains, plus proches des populations, etc.). Les programmes de RSS qui intègrent une perspective de genre visent enfin à lutter contre les violences sexuelles. La féminisation des forces armées s’avère cependant ne pas avoir les effets pacificateurs escomptés. La mise en œuvre de politiques visant à promouvoir les femmes dans les forces armées de RDC ont ainsi suscité de vives résistances. Le recrutement et la présence de femmes dans les forces armées sont perçus comme « une menace d’émasculation » qui se manifeste dans les tentatives de maintenir l’identité (impossible) de la masculinité militarisée62. Au-delà de la promotion des femmes militaires, l’enjeu est ainsi la construction des identités de genre dans les corps habillés63.

Les métiers de l’ordre entre guerre et paix

Si les corps habillés participent de la répression et du contrôle des populations, l’actualité – tout comme l’histoire coloniale et postcoloniale – nous rappelle qu’ils peuvent aussi être des acteurs centraux de la contestation du pouvoir. Une abondante littérature vise à décrire et à comprendre les interventions des militaires en politique. Dans les années 1970 et 1980, alors que les mutineries et les coups d’État se multipliaient en Afrique, des chercheurs se sont intéressés aux risques mais aussi au potentiel modernisateur de l’institution militaire et de ses dirigeants – certains des travaux de cette période étant marqués par les théories de la modernisation. Malgré la diversité des trajectoires historiques des pays étudiés, des hypothèses étaient avancées sur les principaux facteurs de l’activisme militaire : héritages de la colonisation, factionnalisme politique, rivalités ethniques et intérêts corporatistes64. À la suite des travaux de Samuel Finer s’interrogeant sur les facteurs et les modalités concrètes de l’intervention des militaires en politique (du coup d’État aux simples jeux d’influence sur le gouvernement civil)65, des chercheurs sont allés au-delà de l’étude des coups d’État pour analyser le fonctionnement des régimes militaires66 et leur « cycle de vie »67, les formes multiples de militarisme dans l’Afrique des années 199068, puis la difficile consolidation des relations civilo-militaires dans les « régimes post-transition »69.

Des pistes ont été ouvertes pour penser le rôle des corps habillés en politique en se démarquant des perspectives qui, dans la lignée des premiers travaux de Samuel P. Huntington70, associent un peu rapidement le professionnalisme des militaires à leur supposée neutralité politique. Des analyses attentives au fonctionnement des forces armées et aux pratiques de leurs agents à tous les niveaux de la hiérarchie permettent de saisir les ressorts des loyautés. Les relations de clientèle et de parenté, les réseaux de solidarité forgés dans des expériences communes (en temps de guerre ou de paix) constituent des éléments centraux pour saisir comment des unités de l’armée se mutinent ou organisent un coup d’État. Il ne s’agit pas d’opposer les réseaux officiels aux réseaux officieux mais d’analyser in situ les relations de compétition et de collaboration qu’ils entretiennent. L’article de Maggie Dwyer dans le présent dossier étudie les dynamiques internes des deux unités qui se sont mutinées en 1992 en Sierra Leone, et insiste sur les relations personnelles fortes au sein du groupe. C’est parce qu’il existait une discipline au sein de ces unités qu’elles ont pu se lancer dans une entreprise aussi risquée et incertaine qu’un coup d’État. Il ne s’agit pas seulement d’étudier les sources des frustrations (rémunérations faibles et irrégulières, conditions de (sur)vie difficiles), mais aussi de suivre le processus de mobilisation. Aussi spectaculaire que soit une mutinerie ou un coup d’État, l’événement doit être resitué dans le temps plus long de la fabrique de l’obéissance et de la désobéissance dans l’armée71.

C’est également en adoptant une approche attentive à l’insertion des corps habillés dans la société que l’on peut saisir leurs modes d’engagement et leurs recompositions en conflit. On ne peut tout d’abord opposer l’armée aux autres acteurs du champ de la sécurité. Dans bien des contextes, les forces régulières ressemblent aux groupes armés non- ou para-étatiques (rebelles, milices, groupes d’auto-défense, mercenaires locaux et internationaux, etc.). Le fonctionnement des forces régulières n’est pas nécessairement bureaucratique. Ceci est particulièrement important dans les pays où, comme au Tchad, les forces régulières sont un rassemblement de factions armées (ré)intégrées à la faveur d’accords de paix. La « milicianisation »72 des forces régulières n’est pas uniquement le produit des guerres : elle peut relever d’un véritable mode de gouvernement. Ainsi les forces armées tchadiennes étaient-elles marquées jusqu’en 2010 – date de lancement d’un ambitieux programme de restructuration dont les effets restent incertains – par une chaîne de commandement flexible, une discipline interne faible et des effectifs non maîtrisés. Cette gestion que l’on aurait tort d’assimiler à de l’incompétence ou à une préférence culturelle pour le désordre est loin d’être irrationnelle ou inefficace. Elle permet aux forces régulières de s’adapter aux loyautés fluides des rebelles comme de leurs propres troupes, de sanctionner les contestataires et de récompenser les officiers fidèles au régime, tandis que les pratiques de prédation offrent des opportunités d’enrichissement et irriguent le corps social73. Étudier les forces régulières en guerre suppose également de voir comment les processus endogènes aux conflits les transforment. Les armées régulières (comme les groupes armés non-étatiques) changent leurs modes de recrutement et de promotion, les façons de commander et de gérer les troupes en fonction des circonstances de la guerre. On ne peut ainsi opposer des forces régulières qui auraient un mode de fonctionnement institutionnalisé et stable à des groupes armés qui seraient par nature fluides.

Les rapprochements entre les corps habillés, les milices et les groupes d’auto-défense passent ensuite par les relations de collaboration et de concurrence qu’ils entretiennent en temps de guerre comme de paix. Les professionnels de la sécurité peuvent être recrutés alternativement ou simultanément dans plusieurs de ces groupes. Au Soudan, une partie des miliciens djandjawid qui ont participé à la répression sanglante de la rébellion du Darfour ont été intégrés dans l’armée ou dans un corps paramilitaire, les Popular Defence Forces74. Des pratiques, des cultures matérielles et des représentations circulent entre les différents groupes porteurs d’uniforme et/ou d’armes. On peut observer des phénomènes de mimétisme : les rebelles reprennent souvent des codes et des références militaires, par exemple quand les chefs (qui peuvent d’ailleurs être d’anciens militaires) se font appeler « commandant », « colonel » ou « général ». En RDC, les anciens combattants Maï-Maï veulent être intégrés dans l’armée et sont à la recherche d’une forme de reconnaissance par l’État75. En Côte d’Ivoire, les jeunes miliciens, qui aspirent également à intégrer l’armée régulière, appartiennent à la clientèle de chefs militaires. Ces derniers font figure de « grands frères ». L’uniforme prend dans ce contexte une importance particulière : il devient un élément du jeu d’identification aux militaires, entretenant l’espoir (souvent déçu) que la complicité avec ces derniers débouchera sur une intégration formelle dans l’armée76. Les militaires et les rebelles ont souvent des profils proches, voire similaires. Les jeunes hommes mobilisés lors du conflit ivoirien dans les groupes insurgés et dans les mouvements contre-insurrectionnels se ressemblent ; ce sont les lieux de recrutement, plus que leurs trajectoires sociales, qui les distinguent77. En outre, qu’ils soient militaires, miliciens ou rebelles, nombre de porteurs d’armes se retrouvent en situation de conflit dans des conditions de (sur)vie proches. Dans certains contextes, les frontières entre les forces régulières et irrégulières sont proprement brouillées. En Sierra Leone, les civils parlaient des sobels pour qualifier ces individus qui étaient « soldats le jour, rebelles la nuit ».

Enfin, il faut étudier les pratiques de prédation des forces régulières. De la petite corruption à l’extorsion et au banditisme de grand chemin, les militaires, policiers et douaniers saisissent les opportunités économiques qu’offrent les situations de guerre. Les « entrepreneurs de l’insécurité »78 peuvent franchir des frontières pour exploiter les richesses des pays voisins. Profitant de l’intervention dans l’Est de la République Démocratique du Congo, des officiers supérieurs de l’armée ougandaise ont investi dans les richesses de la région, devenant des acteurs clés des réseaux commerciaux qui lient les zones locales de production aux marchés régionaux et internationaux79. L’économie de rapine et les pratiques violentes ne sont cependant pas limitées aux situations de conflits armés ; des formes d’économie de guerre peuvent se développer dans les zones épargnées par les combats80. Dans le bassin du lac Tchad, les coupeurs de route et les réseaux militaro-commerciaux travaillent en étroite collaboration avec les notables locaux qui appartiennent aux métiers de l’ordre ou à l’appareil administratif de l’État81. Les collaborations plus ou moins institutionnalisées entre les agents des forces de l’ordre et les acteurs de l’économie illégale ont un caractère éminemment politique. Les illégalismes d’État, dans les sociétés africaines comme ailleurs82, ne relèvent pas de simples dysfonctionnements mais appartiennent aux outils de gouvernement. Les rapports d’extraction et de protection que ces réseaux entretiennent avec la population participent du renforcement de l’État et du contrôle des populations. Encouragées ou simplement tolérées, ces pratiques ne sont pas les symptômes d’une pathologie qui marquerait les forces armées, elles participent souvent des modes de gouvernement à l’œuvre en Afrique subsaharienne.

Les pistes de recherche développées dans ce numéro sont finalement une invitation à retravailler la problématique de l’État en Afrique à partir des corps habillés. Qu’ils exercent leur métier en uniforme ou en civil, dans la rue ou dans un bureau, qu’ils soient perçus comme des agents de l’ordre ou de la brutalité du pouvoir, ils rendent l’État visible. Un contrôle d’identité à un checkpoint ou à un poste frontière, une vérification de la conformité d’un véhicule (qu’ils donnent lieu ou non à de la corruption) sont des manifestations de la présence et du pouvoir d’État. Les corps habillés « forment » l’État83, non pas tel qu’il peut être souhaité, projeté et revendiqué par les populations, non pas tel qu’il est fantasmé par les développeurs et les experts internationaux soucieux de réformer le secteur de la sécurité et de « renforcer les capacités de l’État », mais tel qu’il est vécu au quotidien.

Marielle Debos (Université Paris Ouest Nanterre La Défense – ISP), Joël Glasman (Humboldt Universität zu Berlin)

Paru dans Politique africaine 4/2012 (N° 128), p. 5-23.

Crédit image : Tableau du peintre congolais Christian Bosoku Ekundé « La fille kuluna », Kinshasa, 2011 (détail).

  1. Nous remercions, pour leurs commentaires ainsi que les informations sur les dénominations des hommes en uniforme, les auteur-e-s du dossier, ainsi que David Ambrosetti, Klaus Beyer, Lutz Diegner, Peter Lambertz, Shumirai Nyota, Andreas Wetter et le comité de rédaction de Politique africaine []
  2. Selon l’Open Society Foundation, citée dans « Nigeria’s Crisis. A Threat to the Entire Country », The Economist, n°8804, 29 septembre 2012, p. 40 []
  3. P. Collier, Wars Guns and Votes. Democracy in Dangerous Places, Londres, Bodley Head, 2009, p. 142 []
  4. R. Marchal, « Surveillance et répression en post-colonie », Politique africaine, n° 42, juin 1991, p. 40-51 []
  5. Nous renvoyons le lecteur, en dehors des études de cas présentées ici, à celles citées dans les notes, ainsi qu’aux discussions collectives menées dans différents espaces, notamment : le panel « Bureaucrats in Uniform: Historical and Anthropological Explorations of an African Professional Field » organisé par G. Blundo, I. Bierschenk et J. Glasman, European Conference on African Studies, Uppsala, juin 2011 ; les dossiers « Ordre colonial », Genèses, n° 86, 2012, et « Métiers de police en situation coloniale », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 15, n° 2, 2011 coordonnés par E. Blanchard ; J.-P. Bat et N. Courtin (dir.), Le Maintien de l’ordre en situation coloniale. Afrique et Madagascar, Rennes, PUR, 2012. Voir aussi le projet en cours Boundary Work: Police in West Africa de l’Université de Mayence dirigé par Carola Lentz []
  6. OCDE-CAD, Lignes directrices et ouvrages de référence du CAD. Réforme des systèmes de sécurité et gouvernance. Principes et bonnes pratiques, Paris, OCDE, 2005, p. 85 []
  7. Parmi de nombreux exemples : formation des policiers et soldats du Togo par l’UNREC (United Nations Regional Centre for Peace and Disarmament in Africa), formation des soldats nigérians par l’International Military Education and Training américain, recyclage des militaires du Zimbabwe par le British Military Assistance Training Team participation du Pnud à l’établissement du Code de conduite de la police du Mali, etc []
  8. J.-M. Châtaigner, « La réforme du secteur de sécurité dans les États et sociétés fragiles. Préalable indispensable au développement ou dernière des illusions néocoloniales ? », Afrique contemporaine, n° 218, 2006, p. 108 []
  9. Pour l’OCDE, « la tâche qui consiste à renforcer le professionnalisme des forces de sécurité – armée, services de renseignement et police – a des aspects à la fois normatifs et techniques », OCDE-CAD, Lignes directrices…, op. cit., p. 49. Par « normes », il faut comprendre notamment le respect du droit international humanitaire, de l’égalité femmes-hommes, des codes déontologiques, etc. Par « techniques », c’est l’aptitude à « mener à bien des fonctions opérationnelles » qui est désignée. À ces deux composantes principales sont parfois ajoutés des aspects culturels (le respect des cultures particulières des populations policées) et politiques (la soumission à la hiérarchie politique). Voir CDD (Centre for Democracy and Development), Security Sector Governance in Africa: a Handbook, Lagos, CDD, 2005, p. 109 []
  10. Parmi les documents fondateurs du concept de RSS, celui de l’agence britannique de développement : DFID, Poverty and the Security Sector, Londres, DFID, 1999. Pour une périodisation de la RSS, voir : A. Bryden, Des principes à la pratique : le rôle évolutif de l’OCDE dans la réforme des systèmes de sécurité, Genève, Centre pour le contrôle démocratique des forces armées, document d’orientation, n° 22, 2007 ; N. Ball et D. Hendrickson, Trends in Security Sector Reform (SSR): Policy, Practice and Research, CSDG Papers, n° 20, Londres, King’s College, 2009 ; N. Ball, « The Evolution of the Security Sector Reform Agenda », in M. Sedra (dir.), The Future of Security Sector Reform, Waterloo, Centre for International Governance Innovation, 2010, p. 29-44 []
  11. Voir E. Hutchful et K. Fayemi, « Réforme des systèmes de sécurité en Afrique », in OCDE, Lignes directrices…, op. cit., p. 85-86 ; J.-F. Bayart, « Le piège de la lutte anti-terroriste en Afrique de l’Ouest », Sociétés politiques comparées, n° 26, 2010, p. 1-5 []
  12. D. Chuter, « Understanding Security Sector Reform », Journal of Security Sector Management, vol. 4, n° 2, 2006, p. 1-21 []
  13. M. Duffield, Development, Security and Unending War: Governing the World of Peoples, Cambridge, Polity Press, 2007 []
  14. A. Hill, « Learning the Hard Way: Implementing SSR in Africa’s Post-Authoritarian States », in M. Sedra (dir.), The Future of Security Sector Reform…, op. cit., p. 177 []
  15. N. Ball, « The Evolution of the Security Sector Reform… », art. cit., p. 35 []
  16. B. Baker, Multi-Choice Policing in Africa, Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, 2008 ; J. Beek, Friend of the Police. Polizei in Nord-Ghana (Upper West Region), Mayence, Johannes Gutenberg Universität, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Arbeitspapiere, n° 93, 2008 ; A. Hills, Policing Africa: Internal Security and the Limits of Liberalization, Boulder, Lynne Rienner, 2000 ; M. Göpfert, « Security in Niamey. An Anthropological Perspective on Policing and an Act of Terrorism in Niger », Journal of Modern African Studies, vol. 50, n° 1, mars 2012, p. 53-74 []
  17. L. Fourchard et I. O. Albert (dir.), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’Ouest du XIXe siècle à nos jours, Paris, Karthala, 2003 []
  18. J. Beek, Friend of the Police…, op. cit []
  19. J. Poppe, « A History of Surveillance, Commodification and Participation in Nature Conservation. The Case of Park “W”, Burkina Faso », Afriche e Orienti, 2010, p. 103-146 ; G. Blundo, « “Comme un ballon de foot”. La gestion quotidienne des ressources humaines dans les services forestiers en Afrique de l’Ouest », in N. Schareika, E. Spies et P.-Y. Le Meur (dir.), Auf dem Boden der Tatsachen. Festschrift für Thomas Bierschenk, Cologne, Köppe Verlag, 2011, p. 377-394 []
  20. T. Cantens, « Is it Possible to Reform a Customs Administration: The Role of Bureaucratic Elite in Cameroon », UNU WIDER Working Paper series, n° 118, 2010 []
  21. L’analyse de Bruce Whitehouse sur les usages publics de l’uniforme par les auteurs du coup d’État au Mali est de ce point de vue remarquable. B. Whitehouse, « Captain Amadou Sanogo: Power is his Middle Name », Think Africa Press, 29 mars 2012 []
  22. S. Michels, Schwarze deutsche Kolonialsoldaten. Mehrdeutige Repräsentationsräume und früher Kosmopolitismus in Afrika, Bielefeld, Transcript Verlag, 2009, p. 23 []
  23. G. Mann, Native Sons: West African Veterans and France in the 20th Century, Durham (NC), Duke University Press, 2006 []
  24. T. H. Parsons, The African Rank and File. Social Implications of Colonial Military Service in the King’s African Rifles, 1902-1964, Londres, James Currey, 1999. Voir aussi le projet en cours Reworking War and Society: Colonial Military Communities, Labor, and Generations in Africa, ca. 1890-1968 de Michelle Moyd []
  25. T. Stapleton, African Police and Soldiers in Colonial Zimbabwe, 1923-1980, Rochester, University of Rochester Press, 2011, p. 238 []
  26. W. J. Berridge, Under the Shadow of the Regime: The Contradictions of Policing in Sudan, c. 1924-1989, thèse d’histoire, Université de Durham, 2011, p. 11 []
  27. Ce modèle diffusionniste informe de façon implicite tout un pan de la littérature, mais il est parfois mis en avant de façon très explicite, par exemple par l’ancien directeur du programme de réforme du secteur de sécurité du think tank sud-africain Institute of Security Studies qui parle d’institutions de l’ordre « étrangères dans leur idée » (foreign in inspiration) aux cultures africaines : W. Rocklyn, « Africa and the Challenges of Security Sector Reform », in J. Cilliers et A. Hilding-Norberg (dir.), Building Stability in Africa: Challenges for the New Millennium, Pretoria, Institute for security Studies, 2000, p. 3-11. Dans d’autres rapports, la distance culturelle entre les populations cibles des réformes et les normes institutionnelles apparaît en fond d’argumentation, comme dans les « lignes directrices » de l’OCDE. Celles-ci imputent notamment les avancées plus rapides de la RSS en Europe centrale et orientale par rapport aux autres continents à « des divergences culturelles moins profondes avec les Occidentaux », et ramènent une partie des difficultés à une « perception africaine traditionnelle de la sécurité » trop « élastique » et donc peu opérationnelle : OCDE, Lignes directrices…, op. cit., p. 78 et 92 []
  28. J. Glasman, Les corps habillés. Genèse des métiers de police au Togo, Paris, Karthala 2013 []
  29. F. Fanon, Les Damnés de la terre, Paris, La Découverte, 2001 (1ère édition, 1961 []
  30. S. P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New York, New York University Press, 1968 []
  31. P. T. Ahire, The Emergence and Role of the Police in Colonial Nigeria, 1860-1960, Buckingham, The Open University Press, 1991 []
  32. W. Berridge, Under the Shadow of the Regime…, op. cit., p. 2 []
  33. A. P. Oloukpona-Yinnon, La Révolte des esclaves mercenaires, Douala 1893, Bayreuth, Bayreuth African Studies, n° 10, 1987 []
  34. J. Glasman, Les corps habillés…, op. cit []
  35. M. Echenberg, Colonial Conscripts: The Tirailleurs Sénégalais in French West Africa, 1857-1960, Londres/Portsmouth, James Currey/Heinemann, 1991 []
  36. W. Berridge, Under the Shadow of the Regime…, op. cit., p. 101-140 []
  37. T. H. Parsons, The 1964 Army Mutinies and the Making of Modern East Africa, Westport, Praeger, 2003 []
  38. J. Tankebe, « Colonialism, Legitimation and Policing in Ghana », International Journal of Law, Crime and Justice, n° 36, 2008, p. 67-84 []
  39. Sur le langage politique des Tirailleurs, voir G. Mann, Native Sons…, op. cit., p. 4 []
  40. Ibid., p. 5 []
  41. Voir la thèse en anthropologie (en cours) de Martin Mourre, Comment on écrit la mémoire. Culture politique et narration des événements de Thiaroye 44, EHESS et université de Montréal []
  42. Entretien de Peter Lambertz avec le peintre Christian Bosoku Ekundé, Kinshasa, juin 2011 []
  43. En shona, on utilise aussi l’expression de « frmungonjo om » pour désigner les policiers, une onomatopée rappelant le bruit des menottes []
  44. J. Glasman, « “Connaître papier”. Métiers de police et État colonial tardif au Togo », Genèses, n° 86, 2012, p. 37-54 []
  45. T. Bierschenk, States at Work in West Africa: Sedimentation, Fragmentation and Normative Double-Binds, Working Papers, n° 113, Mayence, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, 2010, p. 15 []
  46. M. Eriksson Baaz et M. Stern, « Making Sense of Violence: Voices of Soldiers in the Congo (DRC) », Journal of Modern African Studies, vol. 46, n° 1, 2008, p. 57-86 []
  47. M. Moyd, « Making the Household, Making the State: Colonial Military Communities and Labor in German East Africa », International Labor and Working-Class History, vol. 80, n° 1, 2011, p. 53-76 ; T. H. Parsons, « All Askaris are Family Men: Sex, Domesticity and Discipline in the King’s African Rifles, 1902-1964 », in D. Killingray et D. Omissi (dir.), Guardians of Empire, The Armed Forces of the Colonial Powers c. 1700-1964, Manchester, Manchester University Press 1999, p. 157-179 ; T. Stapleton, African Police and Soldiers… op. cit., p. 88-138 ; J. Beek, Friends of the Police…, op. cit. ; ainsi que le travail en cours d’Olly Owen sur les commissariats au Nigeria []
  48. K. Bennafla, Le Commerce frontalier en Afrique centrale. Acteurs, espaces, pratiques, Paris, Karthala, 2002 []
  49. J. Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Bellecombe en Bauges, Éditions du Croquant, 2009 []
  50. Cette expression utilisée en Afrique de l’Ouest témoigne de la centralité de la figure du militaire ou du policier corrompu. Sur le langage de la corruption, voir G. Blundo et J.-P. Olivier de Sardan, « Sémiologie populaire de la corruption », in G. Blundo et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), État et corruption en Afrique, Paris, Karthala, 2007, p. 119-140 []
  51. J. Roitman, Fiscal Disobedience. An Anthropology of Economic Regulation in Central Africa, Princeton, Princeton University Press, 2005 []
  52. M. Debos, « Les limites de l’accumulation par les armes. Itinéraires d’ex-combattants au Tchad », Politique africaine, n° 109, mars 2008, p. 167-181 []
  53. T. H. Parsons, The African Rank and File…, op. cit []
  54. J. Beek, Friends of the Police…, op. cit []
  55. Jeune Afrique, 28 mars 2011 []
  56. Voir, cependant, à propos de l’Afrique du Sud, L. Heinecken et N. van der Waag, « The Politics of Race and Gender in the South African Armed Forces: Issues, Challenges and Lessons », Commonwealth & Comparative Politics, vol. 47, n° 4, 2009, p. 517-538 []
  57. Pour un état des lieux de la place des femmes dans le secteur de la sécurité en Afrique de l’Ouest, voir M. Gaanderse et K. Valasek (dir.), Le Secteur de la sécurité et le genre en Afrique de l’Ouest. Une étude de la police, de la défense, de la justice et des services pénitentiaires dans les pays de la CEDEAO, Genève, DCAF (Geneva Centre for the Democratic Control of Armed Forces), 2011 []
  58. Voir par exemple, T. Lyons, Guns and Guerilla Girls: Women in the Zimbabwean Liberation Struggle, Trenton, Africa World Press, 2004 ; M. Terretta, « A Miscarriage of Nation: Cameroonian Women and Revolution, 1949-1971 », Stichproben, Vienna Journal of African Studies, n° 12, 2007, p. 61-90 []
  59. Il ne s’agit évidemment pas d’une spécificité africaine. Voir J. Falquet, « Division sexuelle du travail révolutionnaire : réflexions à partir de l’expérience salvadorienne (1970-1994) », Cahiers des Amériques latines, n° 40, 2003, p. 109-128 []
  60. S. Miescher, Making Men in Ghana, Indianapolis, Bloomington, 2005 []
  61. Pour une revue critique de la littérature grise sur le genre dans les programmes RSS, voir C. Hendricks, Gender and Security in Africa. An Overview, Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, 2011 []
  62. M. Eriksson Baaz et M. Stern, « Whores, Men and Other Misfits: Undoing the “Feminization” of the Armed Forces in the DR Congo », African Affairs, vol. 110, n° 441, octobre 2011, p. 563-585 []
  63. M. Eriksson Baaz et M. Utas (dir.), Beyond “Gender and Stir”. Reflections on Gender and SSR in the Aftermath of African Conflicts Policy Dialogue, Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, n° 9, 2012 []
  64. S. Decalo, Coups and Army Rule in Africa. Studies in Military Style, Londres, Yale University Press, 1976 ; P. McGowan et T. Johnson, « African Military Coup d’État and Underdevelopment: a Quantitative Historical Analysis », Journal of Modern African Studies, vol. 22, n° 4, 1984, p. 633-666 []
  65. S. E. Finer., The Man on Horseback. The Role of the Military in Politics, Londres, Pall Mall Press, 1962 []
  66. J. W. Harbeson, The Military in African politics, New York, Praeger, 1987 []
  67. Michel Louis Martin a envisagé les trois phases du « cycle de vie » du militarisme en Afrique : une phase de prétorianisme modéré (de la seconde moitié des années 1960 au début des années 1970), suivie d’une période de radicalisation (années 1970), laissant la place à un mouvement de normalisation qu’il qualifie de « thermidorien » (à partir du début des années 1980). M. L. Martin, Le Soldat africain et le politique. Essais sur le militarisme et l’État prétorien au sud du Sahara, Toulouse, Presses de l’Institut d’Études Politiques, 1990 []
  68. E. Hutchful et A. Bathily, The Military and Militarism in Africa, Dakar, Codesria, 1998 []
  69. C. Thiriot, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile restructuration », Revue internationale de politique comparée, vol. 15, n° 1, 2008, p. 15-34 []
  70. S. P. Huntington, The Soldier and the State: The Theory and Politics of Civil-Military Relations, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University, 1957 []
  71. Pour une approche similaire dans un autre contexte, voir A. Loez, 14-18. Les Refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010 []
  72. R. Marchal, « Terminer une guerre », in R. Marchal et C. Messiant, Les Chemins de la guerre et de la paix. Fins de conflit en Afrique orientale et australe, Paris, Karthala, 1997, p. 34 []
  73. M. Debos, Le Métier des armes au Tchad, Paris, Karthala, à paraître en 2013. Voir en particulier le chap. 5, « La milicianisation décrétée des forces régulières » []
  74. A. Haggar, « The Origins and Organization of the Janjawiid un Darfur », in A. de Waal (dir.), War in Darfur and the Search for Peace, Harvard/Londres, Harvard University Press/Justice Africa, 2007, p. 113-139 []
  75. Voir la thèse en science politique (en cours) de Mehdi Belaid, Guerillas et sortie de guerre en République Démocratique du Congo. La reconversion des mouvements armés en question, une approche comparative, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne []
  76. K. Arnaut, « Corps habillés, Nouchis and Subaltern Bigmanity in Côte d’Ivoire », in M. Utas (dir.), African Conflicts and Informal Power. Big Men and Networks, Londres, Zed Books, 2012, p. 78-100 []
  77. M. Chelpi-den Hamer, « Militarized Youth in Western Côte d’Ivoire. Who are They? Why Did They Fight? », in Y. Guichaoua (dir.), Understanding Collective Political Violence, Londres, Palgrave Macmillan, 2011, p. 21-45 []
  78. S. Perrot, « Entrepreneurs de l’insécurité : la face cachée de l’armée ougandaise », Politique africaine, n° 75, octobre 1999, p. 60-71 []
  79. K. Vlassenroot et S. Perrot, « Ugandan Military Entrepreneurialism on the Congo Border », in M. Utas (dir.), African Conflicts and Informal Power op. cit., p. 35-59 []
  80. R. Marchal, « Terminer une guerre… », art. cit., p. 2-48 []
  81. J. Roitman, Fiscal Disobedience…, op. cit. ; I. Saïbou, Les coupeurs de route. Histoire du banditisme rural et transfrontalier dans le bassin du lac Tchad, Paris, Karthala, 2010 []
  82. N. Fischer et A. Spire, « L’État face aux illégalismes », Politix, vol. 3, n° 87, 2009, p. 7-20 ; J.-L. Briquet et G. Favarel-Garrigues (dir.), Frontières de l’illicite. Milieux criminels et pouvoirs politiques, Paris, Karthala, 2008 []
  83. Pour reprendre la distinction désormais classique entre « construction » et « formation » de l’État. J. Lonsdale, « The Conquest State of Kenya 1895-1905 », in B. Berman et J. Lonsdale, Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa, vol. 1, State and Class, Londres/Nairobi/Athens, James Currey/Heinemann Kenya/Ohio University Press, 1992, p. 13-44 []

N°128, Décembre 2012 – Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

128_couvertureRépressions violentes, engagements guerriers, mutineries, coups d’État : les « corps habillés » apparaissent régulièrement avec fracas dans l’actualité africaine. Avec la multiplication des programmes de « réforme du système de la sécurité » (RSS), les professionnels de l’ordre font désormais l’objet d’une grande attention sur la scène internationale. On sait pourtant peu de choses des militaires, des policiers ou des gardes forestiers qui exercent leur métier en uniforme ou en civil, dans la rue ou dans un bureau. Quels sont les savoirs, les pratiques et les conflits propres à ce champ professionnel ? En se défaisant de la perspective du « professionnalisme » qui marque les expertises de la RSS, ce dossier montre que les forces de l’ordre sont à la fois des instruments centraux de la surveillance et de la répression des populations, et de la contestation du pouvoir d’État. À partir d’études de cas au Sénégal, au Nigeria et en Sierra Leone, il invite à penser les rapports des métiers de l’ordre à l’État en étudiant ensemble leur fonctionnement ordinaire et les expressions les plus spectaculaires de l’action politique.

Dossier coordonné par Marielle Debos et Joël Glasman

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

 

SOMMAIRE

DOSSIER : Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre

5 – Introduction au thème : Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l’ordre en Afrique
Marielle Debos et Joël Glasman
Résumé / Abstract sur Cairn

25 – Maintenir l’ordre au Nigeria : vers une histoire de la souveraineté de l’État
Olly Owen
Résumé / Abstract sur Cairn

53 – Les politiques de contrôle des stupéfiants au Nigeria : centralisation, répression et insécurité
Gernot Klantschnig
Résumé / Abstract sur Cairn

77 –  Anatomie d’une unité mutine : le coup d’État de 1992 en Sierra Leone
Maggie Dwyer
Résumé / Abstract sur Cairn

101 – Les agents des parcs nationaux au Sénégal : soldats de la participation ?
Céline Ségalini
Résumé / Abstract sur Cairn

RECHERCHES

121 – Can organisations learn without political leadership? The case of public sector reform among South African Home Affairs official
Aurelia Segatti, Colin Hoag, Darshan Vigneswaran
Résumé / Abstract sur Cairn

CONJONCTURE

143 –  « Le roi est mort, vive le roi » : Meles Zenawi règne, mais ne gouverne plus
Jean-Nicolas Bach
Résumé / Abstract sur Cairn

LECTURES

159 – Chronique bibliographique Planification urbaine, identification raciale et violence à Zanzibar
Roman Loimeier 

166 – La revue des livres
____________________________

Le carnet de la revue