Archives de catégorie : Introductions aux dossiers

Penser la fabrique de l’école comme un objet politique, par Hélène Charton

9782811115340Quiconque a voyagé en Afrique ces dernières années a été frappé par le nombre d’écoles, institutions ou autres académies installées dans les grandes villes, à l’entrée des villages les plus reculés, ou perdues en rase campagne – se réduisant parfois à quatre murs recouverts d’un toit de tôle, voire sans murs du tout – et par les nuées d’élèves en uniforme qui marchent le long des routes pour rejoindre leur établissement, ardoise ou sac plastique en main, cartable sur le dos pour les plus nantis. Ces images traduisent l’importance du fait scolaire en Afrique et sa profonde inscription dans l’espace social, corrélée aux dynamiques démographiques du continent. Elles nous rappellent également que c’est là, dans ces quartiers et ces villages, dans ces espaces plus ou moins équipés et fort divers, que se fait l’école chaque jour.

Continuer la lecture de Penser la fabrique de l’école comme un objet politique, par Hélène Charton

Les juristes en Afrique : entre trajectoires d’État, sillons d’empire et mondialisation, par Sara Dezalay

intro138_vignette_JuristesIntroduction au dossier “Juristes, faiseurs d’État”, Politique Africaine N° 138, par Sara Dezalay (Université Goethe, Francfort, Cluster of excellence « The formation of normative orders »).

Bras croisés sur un costume gris et chemise bleue − incontournable cotte de l’avocat d’affaires −, Pascal Agboyibor trahit par un imperceptible sourire le triomphe qui l’a porté à la « une » du mensuel Forbes Afrique en février 20151. Cet avocat togolais de 47 ans est l’un des très rares Africains nommés au conseil d’administration de l’une des plus grandes firmes internationales de droit des affaires. À la tête du département « Afrique » du cabinet américain Orrick Herrington & Sutcliffe LLP, basé à Paris, il y est salué comme un « stratège de l’ombre » de grands contrats aux enjeux aussi discrets que formidables entre États et investisseurs étrangers sur le continent africain. Projets miniers et pétroliers, financements d’infrastructures, fusions-acquisition et contentieux : de Paris à Londres et New York − mais aussi dans ces nouvelles global cities que sont Johannesburg, Luanda ou Casablanca − les grands cabinets d’affaires internationaux se tournent vers l’Afrique comme un nouveau marché du droit. Par contraste, la visibilité médiatique de la Cour pénale internationale (CPI) comme arme juridico-politique contre la mauvaise gouvernance, les investissements massifs des agences de développement occidentales pour réformer l’État de droit dans les pays en crise ou encore la multiplication de tribunaux régionaux sur le continent renvoient également l’image – tout aussi trompeuse – d’une nouvelle mondialisation du droit en Afrique.

Continuer la lecture de Les juristes en Afrique : entre trajectoires d’État, sillons d’empire et mondialisation, par Sara Dezalay

  1. M. E. Ngisi, « Pascal Agboyibor, l’avocat qui murmure à l’oreille des grands », Forbes Afrique, février 2015, p. 33-39. Portrait complété par un entretien de l’auteure avec Pascal Agboyibor, Paris, 22 mai 2015. []

Les marges transnationales et locales de l’État algérien, par Tarik Dahou

intro137_AlgérieFruit de l’héritage de la révolution et de son cortège d’analystes du socialisme, la sociologie politique en Algérie a été influencée par une économie politique centrée sur l’étude des rapports États-société, autour du capitalisme d’État 1 . Dans ses différentes déclinaisons, c’est la bureaucratie qui a été privilégiée dans l’analyse, au détriment du fonctionnement des réseaux d’action en dehors des cadres administratifs. Les analystes politiques sont ainsi longtemps restés prisonniers d’une conception stato-centrée du politique du fait de leur perspective macro-sociologique 2 , empêchant d’apprécier l’ensemble des rapports de pouvoir du champ politique à partir des interactions qui le constituent 3 .

Continuer la lecture de Les marges transnationales et locales de l’État algérien, par Tarik Dahou

  1. K. Farsoun, State Capitalism in Algeria, MERIP Reports, n° 35, 1975, p. 3-30 ; H. Roberts, « The Algerian Bureaucracy », Review of African Political Economy, n° 24, 1982, p. 39-54. []
  2. Sans doute en raison d’approches théoriques, mais aussi parce que l’Algérie a été, pendant la guerre civile, un terrain peu propice aux observations in situ. []
  3.  Je tiens à remercier Nedjib Sidi Moussa et les membres du comité de rédaction de Politique africaine pour leurs remarques sur une version antérieure de ce texte. []

Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique, par Thomas Fouquet

blackness2Introduction au dossier “Blackness”, Politique Africaine, N° 136

Depuis quelques années, un effort certain a été produit pour documenter l’insertion des sociétés africaines dans les processus historiques globaux, rompant ainsi clairement avec les présupposés d’enclavement et d’anhistorisme qui leur ont longtemps été attribués. « Lire le monde » depuis l’Afrique 1  constitue désormais un projet intellectuel et scientifique pleinement légitime, resté néanmoins encore assez programmatique. Continuer la lecture de Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique, par Thomas Fouquet

  1. A. Mbembe et S. Nuttall, « Writing the World from an African Metropolis », Public Culture, vol. 16, n° 3, 2004, p. 347-372. []

Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

intro135Introduction au dossier “Politiques de la nostalgie”, Politique africaine n° 135.

Quelque part dans un pays d’Afrique, quelques années après l’indépendance, un village est rassemblé pour la visite du préfet. Alors que les autorités se sont succédé à la tribune pour appeler les citoyens à travailler et à payer l’impôt, une vieille dame se lève et interpelle le préfet : « je voulais demander : l’indépendance va finir quand ? ». La petite histoire a été racontée maintes fois1, située dans les années 1960 en Guinée, dans les années 1990 en Côte d’Ivoire, en passant par le Mali, la République Démocratique du Congo, le Nigeria, l’Angola, le Cameroun ou encore la Gambie, où l’on dit que la vieille dame s’est adressée directement au Président. Les médias occidentaux ont parfois repris l’anecdote, instantané d’un continent perdu pour le développement, trahi par ses gouvernants, mais toujours distrayant, même dans le constat de son échec. Continuer la lecture de Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

  1. Par exemple : T. Bah, Mon combat pour la Guinée, Paris, Karthala, 1996, p. 313 ; R. L Swarns « Angola Tries to Step Back from War’s Abyss », New York Times, 24 décembre 2000, p. 6, cité dans W. C. Bissell, « Engaging Colonial Nostalgia », Cultural Anthropology, vol. 20, n° 2, 2005, p. 215-248, ici p. 217 ; A. R. Mustapha, « When Will Independence End ? Democratization and Civil Society in Rural Africa » in L. Rudebeck, O. Tornquist, et V. Rojas (dir.), Democratization in the Third World, Basingstoke, Macmillan, 1998, p. 222-234. Les requêtes « When Will Independence End ? » et « quand l’indépendance va finir ? » renvoient à au moins une dizaine d’articles et de forums de discussions sur internet. []

L’Afrique face à la puissance économique de la Chine, par Antoine Kernen

intro134Introduction au dossier “China, Ltd. Un business africain”, Politique africaine n° 134.

Depuis une quinzaine d’années, à la suite de l’accroissement rapide des investissements chinois en Afrique et de l’explosion de la valeur des échanges commerciaux, le nombre d’articles de presse puis de travaux académiques consacrés à la présence chinoise en Afrique a lui aussi littéralement explosé. Dans un premier temps, ces différents travaux ont souligné l’exceptionnalité de cette présence. Et l’explication dominante peut se résumer ainsi : des intérêts stratégiques liés au développement de la Chine ont poussé le gouvernement chinois à promulguer des politiques qui ont conduit à la croissance des investissements et au renforcement de la coopération de la Chine en Afrique. Le terme de « colonisation » utilisé parfois dans les médias, et avec un point d’interrogation dans certains travaux de recherche, rend bien compte, au-delà de son très lourd passif, de l’idée selon laquelle la présence chinoise en Afrique est non seulement organisée, mais également le fruit d’une seule rationalité économique1. En reprenant et simplifiant l’argument des théories marxistes de l’impérialisme, ces écrits affirment comme une évidence que ce sont les besoins en matières premières nécessaires pour son développement économique qui poussent la Chine dans cette « aventure africaine ». La relative simultanéité entre le moment où la Chine est devenue importatrice de pétrole et le début de l’internationalisation de « ses » multinationales sert d’argument irréfutable pour construire l’exceptionnalité de l’« offensive chinoise2 » en Afrique. Continuer la lecture de L’Afrique face à la puissance économique de la Chine, par Antoine Kernen

  1. Voir, dans les médias, D. Blair, « Why China is Trying to Colonise Africa », The Telegraph, 31 août 2007 ; S. Johnson, « Angola à l’heure de la colonisation chinoise », Courrier international, 16 juin 2011. []
  2. P. Richer, L’Offensive chinoise en Afrique, Paris, Karthala, 2008. []

Le travail : un phénomène politique complexe et ses mutations conjoncturelles, par Laurent Bazin

intro133

Introduction au dossier “Travail et politique”, Politique africaine N° 133.

Affirmer le caractère politique du travail semble aller de soi. Pourtant, ce ne sont guère les travaux sociologiques actuels qui permettent de comprendre en quoi le travail est un phénomène politique, ni comment aborder ce phénomène dans le monde contemporain. Si l’importance politique du travail est généralement reconnue − elle a fourni un jalon essentiel de l’histoire de toutes les sciences sociales1 − elle s’est peu à peu effacée des problématiques scientifiques. Plus rare encore est l’optique inverse, c’est-à-dire l’idée que la politique est présente dans les univers de travail et qu’elle contribue puissamment à les structurer. C’est à l’articulation de cette double perspective que ce dossier souhaite apporter une contribution. Les articles recueillis abordent la question à partir de terrains de recherche et d’angles d’analyse très divers auxquels Jean Copans fournit un cadrage épistémologique et historique. Le lecteur pourra trouver dans ces textes des apports spécifiques et originaux à la connaissance du travail − au Cameroun, en Europe, en Égypte et dans le Golfe, en Afrique du Sud − ainsi que des propositions visant à étayer empiriquement et théoriquement des approches politiques du travail.

Cependant, c’est en essayant d’englober dans un seul regard les processus à l’œuvre dans l’ensemble du monde que l’on peut aujourd’hui tenter de saisir le sens politique du travail, non pour en faire un élément abstrait et homogène qui présenterait partout la même façade, mais pour être capable de recontextualiser des études fragmentaires portant sur des situations particulières, des scènes de travail porteuses de dynamiques et de conflits propres, des représentations et des significations ancrées dans des contextes productifs qui sont aussi le produit d’histoires politiques. Celles-ci sont par définition toujours localisées, mais elles s’inscrivent également dans des conjonctures globales, dans le temps du monde. C’est à cet exercice de problématisation que s’efforce ce texte de présentation.

Le travail dans la gouvernance globale

Si les deux termes − travail et politique − paraissent aujourd’hui dans un voisinage familier, cela procède moins des approches scientifiques actuelles que de la prégnance d’une histoire mondiale, marquée jusqu’à une période récente par l’existence d’un mouvement ouvrier international, acteur imaginaire qui se traduisait par des élaborations idéologiques et des formations actives, affirmant partout la centralité politique du travail. La guerre froide, par l’affrontement qu’elle mettait en scène entre un « bloc » socialiste qui était parvenu à englober la moitié du monde, et un « bloc » capitaliste, constituait en elle-même jusque dans les années 1980 une théâtralisation de l’antagonisme entre le capital et le travail. Cette trame historique imprègne encore les esprits, scientifiques ou profanes, mais plus ou moins confusément selon les contextes sociaux et les sensibilités idéologiques et politiques. L’englobement du socialisme dans le marché mondial l’a en quelque sorte reléguée dans un recoin de la mémoire. Ces mutations de la conjoncture géopolitique et idéologique mondiale, de même que leurs traductions en termes épistémologiques, constituent déjà le cadre politique global dans lequel le travail prend sens.

La seconde raison pour laquelle le caractère politique du travail semble aller de soi tient aux discours publics. Les thèmes du travail, de l’emploi et du chômage, de la pauvreté aussi, forment un leitmotiv des discours gouvernementaux et des organisations internationales : le travail est à l’évidence partout une question de politique, mais la politique entendue cette fois-ci comme exercice de la rhétorique. Elle a sa traduction dans des dispositifs de politique publique, mais ceux-ci sont animés par des résolutions d’apparence contradictoire. Dans l’optique néolibérale qui exerce une position hégémonique, la préoccupation pour l’emploi (c’est-à-dire le chômage) − ou pour le « travail décent » au niveau international qui est celui de l’Organisation internationale du travail (OIT)2 − s’affirme par des projections qui euphémisent leur objet et leurs objectifs, parallèlement à l’intention de flexibiliser le travail, de le déprotéger, d’en abaisser le coût, pour accroître sa compétitivité et sa productivité face à l’intensification sans cesse accrue de la concurrence internationale. L’avenir s’annonce radieux, comme au temps du socialisme et du développement, mais dans un monde où la ligne d’horizon n’est plus une lointaine visée politique de formation d’un homme nouveau, moderne ou développé. La ligne de fuite est désormais balisée par le marché et la consommation, ainsi que par l’argent qui assure la liaison entre les deux ; elle vise la formation d’un homme dynamique préoccupé par son bien-être, autre nom de la jouissance.

Question centrale de rhétorique, le travail est l’objet d’un effort international de standardisation − de sa définition, de sa mesure, des politiques d’emploi − qui s’inscrit dans un processus de normalisation des sociétés par la généralisation de l’économie de marché. Il devient un objet de gouvernance, c’est-à-dire l’objet d’une gestion globale dans le cadre du marché mondial, au même titre que l’économie elle-même, la santé, l’environnement, la pauvreté ou encore le genre, mais à la différence des masses financières qui échappent précisément à tout effort de régulation mondiale depuis le moment de leur libéralisation dans les années 1980. Cette gouvernance globale se bâtit – non sans conflits et sans contradictions – en sécrétant une masse considérable d’expertises, de rapports, de conférences exprimés dans un langage incompréhensible qui devient progressivement le nouvel idiome administratif mondial. Tout un appareil de connaissance se développe, qui tend à se substituer à la connaissance scientifique, exerce sur elle un pouvoir d’attraction considérable, et en assure la subordination.

« Gouvernance » est le terme clé de ce processus de normalisation. Il s’impose rapidement dans les années 1990 sous l’impulsion de la Banque mondiale. Tout comme le terme de globalisation lui-même, il est directement emprunté au vocabulaire des grandes entreprises transnationales qui cherchent, dans les années 1980, les moyens d’ajuster leurs stratégies d’expansion au marché qui se mondialise. Dans une période où la terminologie marxiste et tiers-mondiste s’efface, où l’impérialisme − conceptualisé dans la pensée marxiste-léniniste exactement comme stratégie d’expansion mondiale du capitalisme − ne constitue plus qu’une cible marginale de la contestation, c’est en quelque sorte l’impérialisme lui-même qui impose au niveau international son langage et donc ses propres catégories de pensée. Le travail est par exemple reconsidéré à travers le concept à succès de capital humain ; son envers est donc la pauvreté, dont l’éradication est décrétée objectif du millénaire. La solution peut alors être recherchée dans l’adaptation des moyens d’accès à la finance : le développement de la microfinance est censé permettre à chaque chômeur, à chaque travailleur pauvre, perçus comme entrepreneurs en puissance, de faire fructifier leur capital personnel en participant au développement du marché, tout en restaurant leur solvabilité pour s’intégrer au monde de la consommation.

Tout comme le taux de chômage, celui de la pauvreté est devenu un indicateur clé de l’estimation des économies nationales et de leur comparaison : il s’agit des indicateurs complémentaires de celui du PIB, qui mesure la richesse produite par le travail, en agrégeant les valeurs ajoutées dans l’ensemble du système productif. L’effort de définition de cette grandeur qu’est le PIB et de sa concrétisation par les appareils statistiques officiels3, on le sait, efface les significations du travail et ne prend en compte que sa partie « utile » : les critiques bien connues des courants féministes ont, par exemple, depuis longtemps dénoncé que le travail domestique des femmes échappait ainsi à toute prise en considération. C’est que, par convention, les sciences économiques ne définissent le travail que dans la mesure où, soit lui-même, soit son produit, s’échangent contre une valeur monétaire : c’est la transaction marchande qui circonscrit le travail, tout comme elle fixe le contenu de ce qui est considéré comme économique. Toute autre option conduirait à la dissolution de l’idée même d’économie − c’est ce qu’on peut lire par exemple à travers la trajectoire intellectuelle de Maurice Godelier4 − et ruinerait donc toute possibilité de la mesurer, et a fortiori d’imposer comme évidence la nécessité de son expansion continue. Il en va de même pour la pauvreté : les techniques de randomisation mises au point par Esther Duflo, saluées comme un progrès scientifique décisif, permettent d’assurer une standardisation de sa mesure, apte à abolir toute signification sociale de la pauvreté : le sens disparaît derrière la mesure, tout comme la politique, et a fortiori le sens politique.

La mise en œuvre d’une gouvernance globale implique le développement d’un appareil de connaissance qui doit intégrer dans une formulation et une mesure homogènes au niveau mondial des réalités sociales qui sont irréductiblement hétérogènes. Ce faisant, elle se condamne à produire une fiction de connaissance, en totale déconnexion avec les réalités qu’elle prétend décrire. Mais, un peu comme dans le système soviétique où la vérité idéologique dont le Parti était détenteur primait sur la réalité qu’elle prétendait rendre conforme, l’abstraction du réel n’est pas une imperfection : c’est la condition même de l’imposition de catégories de pensée et d’action qui vise à la production d’une représentation imaginaire du monde. S’ensuit une dynamique complexe du pouvoir : les réalités sociales offrent nécessairement toujours une résistance − au sens foucaldien du terme5 − à l’emprise des dispositifs mis en place pour les rendre conformes ; mais cette représentation imaginaire du monde, à mesure qu’elle est formulée, devient immédiatement, de ce fait même, une part de la réalité, ainsi que Godelier l’a montré.

Cependant, pour suivre ce dernier jusqu’au bout, ce ne sont pas seulement les représentations de la réalité qui sont une part de la réalité elle-même, mais également les représentations des représentations de la réalité. Comme Lucile Gruntz et Judith Hayem le montrent dans ce numéro chacune à sa manière, en explorant les subjectivités politiques des travailleurs, c’est bien au niveau des représentations des représentations de la réalité qu’il faut se placer pour saisir les évolutions des inscriptions politiques du travail. Les travailleurs se situent bien, eux aussi, dans un monde quadrillé tant par l’imposition idéologique du marché que par l’exercice de l’autorité étatique, et ils s’efforcent d’en interpréter les significations, les cohérences et les contradictions ; ils ne s’y situent pas seulement par la position qu’ils occupent dans l’univers de la production, mais par l’ensemble des champs sociaux auxquels ils participent, qui constituent autant de modes d’inscription politique, dont les liaisons forment une architecture sociale, avec ses failles et ses ruptures.

D’une évidence politique du travail à une autre, un glissement s’est produit : le glissement d’un mode d’existence politique du travail, qui l’érigeait en lieu d’affrontement international, à un autre par son incorporation dans une rhétorique et une gouvernance globales du marché. C’est aussi un glissement de la structuration politique du monde, et un glissement général des orientations épistémologiques, en dépit des efforts et de la prétention de la science à ne pas se laisser berner par ce qu’elle observe. Ce glissement est le passage d’un monde structuré par un affrontement de deux ordres politico-économiques et idéologiques où le travail figure comme l’objet imaginaire de la lutte − comme une sorte de ballon sur un terrain de football que deux équipes se disputent : l’enjeu n’est pas le ballon lui-même mais il est au centre de l’attention − à un monde structuré autour de la restauration du marché comme mode d’expression et de réalisation des rapports de domination, appuyé si nécessaire par l’usage brut de la violence militaire et des démonstrations de force, ainsi que par tout un appareillage technocratique qui s’insinue jusque dans les recoins les plus reculés du monde. Le travail a cessé d’être un objet imaginaire d’affrontement pour être réincorporé au cœur du déploiement du marché.

Le marché comme technique de pouvoir

La mise en œuvre d’une gestion globale du travail − de la pauvreté, du chômage, etc. − repose sur l’instauration du marché comme technique de pouvoir6 qui se substitue à la discipline, ou qui se conjugue avec elle pour assurer la sécurisation des espaces et des fractions sociales que le marché laisse sur ses marges. La microfinance, pour revenir sur cet exemple significatif, est devenue une recette qui s’est généralisée partout à partir de son invention au Bangladesh dans les années 1970, pour tenter d’éduquer et d’intégrer au marché et aux logiques financières une masse de « pauvres » caractérisés moins par leur rapport au travail que par leur insolvabilité (chômeurs, travailleurs pauvres, paysans, femmes…)7. L’instauration du marché comme technique de pouvoir, au niveau global comme au niveau le plus local, est ainsi assurée non seulement par l’ensemble des organisations, des accords, des conventions qui élaborent et imposent à l’échelle internationale des modes de représentation et d’administration du réel, elle est non seulement relayée par les États et leurs appareils locaux, mais elle est aussi portée par tout un ensemble de dispositifs tels que les ONG ou associations dites de la « société civile », qui prennent en charge le traitement de la pauvreté, du chômage, du manque d’emploi, de l’insolvabilité, dépossédant dans certains cas totalement les pouvoirs publics de toute prise en charge sociale, particulièrement dans les pays où celle-ci est demeurée la plus rudimentaire. Ces organisations, étrangères ou locales, qui fonctionnent elles-mêmes de plus en plus clairement comme des entreprises lucratives et se professionnalisent, occupent simultanément une part croissante sur le marché du travail : elles deviennent des pourvoyeurs d’emplois (ou d’auto-emploi) qui peuvent être aussi valorisés que l’était la fonction publique dans la période antérieure, attirant notamment les plus diplômés. Les distinctions entre emploi privé et public, entre secteur marchand et non lucratif, pour tant est qu’elles avaient un sens dans le cadre d’États néopatrimoniaux, achèvent de se dissoudre dans cette juxtaposition et cette confusion généralisée entre le service des intérêts privés et celui de l’État, du public ou des communautés, selon la terminologie anglaise, reléguant l’État dans une figure de défaillance et contribuant ainsi à sa disqualification.

Ces processus sont parallèles aux innovations des méthodes de gestion des entreprises qui circulent rapidement d’une région du monde à l’autre : on y observe, depuis les années 1970, une préséance des logiques financières sur les logiques productives, et les techniques toujours plus sophistiquées d’organisation du travail internalisent le marché et en font le moyen par excellence de modeler les rapports de travail, d’obtenir assujettissement et émulation, de désamorcer les conflits en les reconfigurant autour de compétitions internes entre travailleurs. L’étude que Guillaume Vadot consacre dans ce numéro à la restructuration de la Sodecoton, l’entreprise camerounaise d’encadrement et de commercialisation de la production de coton, en offre une illustration. Sa contribution permet de suivre l’ensemble des étapes et des logiques qui conduit l’entreprise, menacée de faillite et de privatisation dans les années 1990, à l’instar de toutes ses homologues au Cameroun ou dans les pays voisins, à repenser la tutelle qu’elle exerce sur les producteurs de coton dans les termes de professionnalisation et de responsabilisation : elle trouve ainsi les moyens de neutraliser sa dépendance au marché en la transférant sur sa main-d’œuvre paysanne, réorganisée en groupements autonomes. La violence symbolique d’une éducation paternaliste au marché est le ressort de cette professionnalisation. L’opération, qui consiste à internaliser le marché en réorganisant une entreprise autour de relations de sous-traitance internes et par la généralisation des rapports de concurrence entre employés, est dans ce cas précis favorisée par le fait que les travailleurs ne sont pas salariés ; mais elle ne peut, de ce fait même, parvenir à son objectif sans simultanément s’appuyer sur un bouleversement de l’ordre hiérarchique et politique des villages de cotonculteurs, et par ricochet de l’ensemble des liens clientélistes qui, à l’échelle régionale, associe étroitement et entremêle la tutelle de la Sodecoton à celle de l’État par l’entremise des élites locales.

Des cantonnements politiques du travail

Si le métalangage de la gouvernance dissout − c’est sa fonction − la question politique du travail dans une logique techniciste de gestion du marché, les travailleurs ne se laissent pas si facilement berner et enfermer dans les termes qui voudraient assurer leur asservissement. Comme le remarquait récemment Raphaël Botiveau, le travail fait donc perpétuellement « retour » par le biais des luttes syndicales8, mais bien plus généralement sur le front de conflictualités qui se développent directement avec l’État. Par exemple, lorsque les luttes de travail en deviennent tout à la fois le catalyseur, l’expression et le terrain d’affrontement, à l’instar de ce que Judith Hayem montre ici, en analysant les subjectivités politiques engagées lors de la longue grève de Marikana dont l’issue dramatique a attiré l’attention du monde. En 2011, à l’autre extrémité du continent, les révolutions tunisienne et égyptienne, leur propagation dans d’autres pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, ont également rappelé, à l’attention médiatique comme à celle des scientifiques, l’acuité politique des problèmes d’accès à l’emploi, comme l’importance des conflits dits sociaux et des mobilisations syndicales qui, souvent passés inaperçus9, ont néanmoins eu une importance décisive dans le déroulement des « printemps arabes » et le déploiement des rapports de force qui ont présidé aux basculements politiques ultérieurs. À quelques centaines de kilomètres à peine plus au nord, les émeutes et les vives luttes sociales en Grèce, tout comme les diverses formes de mobilisation dans le Sud-Ouest de l’Europe soumis à la prétendue « rigueur » des ajustements budgétaires attaquant de front le travail, l’emploi et leurs protections pour maintenir à toute force la suprématie des intérêts financiers, ont suscité des interprétations et des analyses distinctes, comme s’il s’agissait de mondes irréductiblement étrangers l’un à l’autre. La triste épopée des harragas10 venant s’échouer sur les rivages espagnols ou italiens, que l’on tente vainement de confiner dans des espaces de cantonnement, la fortification des frontières sur les limites orientales ou méridionales de l’Union européenne renforcent les représentations de deux mondes évoluant séparément, dans la période où se répète en Europe un scénario inauguré trois décennies plus tôt de l’autre côté de la Méditerranée et du Sahara : la crise d’endettement des États est le spectacle dans lequel se révèle leur assujettissement aux institutions et marchés financiers (publics ou privés) et aux conceptions de l’économie dont ils sont les porteurs, le poids de la dette et des remboursements se traduisant très directement par une pression sur le « coût du travail », qui se décline en termes de baisse des salaires, de flexibilité et de réduction des protections du travail, de diminution de la fonction publique, tandis que récession et austérité budgétaire entraînent une destruction de l’emploi, ou ce qu’il est convenu de désigner comme son informalisation, sa précarisation, en fait sa désinstitutionnalisation.

La constante politisation de la question de l’immigration en Europe, l’obsession pour une « gestion des flux migratoires » toujours mise en échec mais toujours renforcée et débouchant par exemple en France sur l’imposition d’une étroite tutelle administrative sur l’emploi de tout étranger « extra-communautaire », signalent que le travail est une question politique aiguë, qui ne se laisse en aucune façon enclore dans le cadre de frontières nationales. « Extra-communautaire » : la terminologie de l’Union européenne − la communauté renvoie ici explicitement aux contours du marché « unique » − est en elle-même significative des processus de délimitation du monde à l’œuvre dans l’imaginaire, qui s’institutionnalisent et s’impriment fortement dans le réel par le biais des législations, des appareils de répression et de contrôle. Ceux-ci complètent nécessairement la mise en œuvre du marché comme technique de pouvoir, là où celle-ci s’avère inefficace ou indésirable. Les contributions d’Ange Bergson Lendja Ngnemzué sur la gestion technocratique et policière du travail des étrangers à l’échelle de l’Union européenne et de Lucile Gruntz sur le contrôle des migrants dans les États du Golfe sont, de ce point de vue, en étroite résonance. Elles soulignent que la question du travail et de ses significations politiques en Afrique − comme partout ailleurs − est d’ordre global. Elle ne s’appréhende pas seulement depuis Le Caire, Douala, Pretoria, Kinshasa ou Monbasa : elle se gère aussi à Paris, Londres, Bruxelles, comme à Abou Dhabi, ou à New York (ONU), Washington (FMI, Banque mondiale), Genève (OIT).

Ces deux contributions montrent également que les modes de domination, d’exploitation et de contrôle s’exercent de multiples manières. Ils se conjuguent et ne sont pas localisés uniquement, voire principalement, dans le champ du travail. Le contrôle des étrangers en France s’effectue par exemple aujourd’hui par une surveillance administrative qui n’hésite pas à s’immiscer jusque dans les chambres à coucher et les salles de bain, mais délaisse largement le domaine des entreprises : si le travail « régulier » des étrangers est placé sous tutelle préfectorale, le travail « irrégulier » que ce filtrage administratif contribue à générer est l’objet d’un assentiment tacite, et les hiérarchies professionnelles de certains secteurs d’activité sont bâties sur une base ethnicisée permettant l’assujettissement de contingents de travailleurs composés, par exemple, partiellement ou entièrement de migrants africains11. Dans le Golfe, l’autorité politique délègue le pouvoir de surveillance aux employeurs (nationaux), de sorte que les dominations dans le cadre professionnel se doublent d’un contrôle sur l’ensemble de la vie sociale des travailleurs (étrangers), et leur emprise est d’autant plus forte et imparable qu’elle prend place dans un univers non seulement structuré sur le clivage nationaux/ étrangers mais aussi morcelé par les logiques d’ethnicisation. Dans le même temps, le travail s’inscrit dans un espace qui déborde et défie toujours les tentatives de le compartimenter géographiquement et bouscule de ce fait en permanence les ordonnancements politiques.

L’ethnicisation des hiérarchies professionnelles et, partant, des catégories, statuts et clivages sociaux12, est un phénomène répandu sous tous les cieux et à toutes les époques, selon des modalités infiniment variables. Dans la période actuelle, il se nourrit d’une des contradictions majeures de la globalisation. Depuis les années 1980, la libéralisation touche tendanciellement aussi bien l’usage des capitaux que celui de la main-d’œuvre, et la domination que la finance exerce au niveau mondial sur les dispositifs productifs impose les mêmes logiques au travail et au capital : l’exigence de flexibilité qui pèse sur l’un est le pendant de la recherche de fluidité de l’autre13. Pour autant, la perte de contrôle des États sur la circulation mondiale des capitaux et des marchandises se double d’une volonté de régir étroitement la circulation des travailleurs. Le cantonnement de ces derniers intervient comme un mécanisme de gestion globale du travail, toujours mis en défaut par les logiques sociales et par les contradictions qu’il génère.

De manière analogue à la période qui a précédé les impérialismes de la fin du xixe siècle14, mais dans une configuration entièrement différente, la conjoncture mondiale actuelle se caractérise par une masse de capitaux superflus qui ne trouve pas à s’investir, aspirée dans la sphère spéculative de la finance, et une masse également considérable de travailleurs inutiles qui ne trouvent pas à s’employer. Aujourd’hui siège de l’économie la plus dynamique au niveau mondial, la Chine exporte pour cette raison aussi bien ses capitaux que ses travailleurs en surnombre, notamment en Afrique. La conjoncture est également marquée par l’importance démesurée de la fraude, son érection en principe économique sur lequel repose l’ensemble du système bancaire euro-américain, et la généralisation de la corruption au cœur des appareils politiques. Les États, qui s’emploient à saper leurs propres institutions pour laisser place à des phénomènes de privatisation de différents types15, tentent de refonder leur légitimité sur des idéologies nationalistes formulées dans le registre de l’identité nationale.

Celles-ci expriment un basculement du mode de légitimation des États et des relations entre nationalité et citoyenneté. Dans une situation d’émancipation de l’économie vis-à-vis d’États qui se sont bâtis en affirmant leur maîtrise du développement économique, ces derniers ont cherché à se démarquer d’une performance économique abandonnée aux hasards de marché capricieux, pour se refonder autour de l’élaboration d’une identité nationale ancrée dans une redéfinition de l’autochtonie. Il s’agit d’un processus généralisé : il en va ainsi de pays africains16 − la Côte d’Ivoire en est un cas d’école17 − comme de l’ensemble des pays du monde18. Les significations investies dans le travail se modifient dans le même mouvement, de même que leur rapport à la politique et aux conceptions de la citoyenneté. En devenant partout un nœud des rapports sociaux, à la fois l’instrument d’une domination brutale échappant à toute régulation, un moyen de hiérarchisation par l’intégration au marché et à la consommation, l’expression unique de la valeur du travail, et l’objet d’un désir infini d’accumulation que l’on contemple dans la fascination de fortunes colossales, l’argent s’infiltre dans les édifices institutionnels et en érode les significations. L’identité nationale intervient alors précisément comme un cache-sexe, pour focaliser des attentions, des désirs, des pulsions sur un objet réduit à son expression fantasmatique. Les « valeurs de la république » deviennent par exemple d’autant plus obsessionnelles en France depuis le moment de leur exhumation dans les années 1980, que la puissance de l’État s’efface pour ne plus s’exprimer qu’à travers une production et une exclusion des « étrangers » (d’Afrique du Nord ou subsaharienne) qui vont en s’accentuant, dans le registre symbolique comme dans la pratique. Le processus n’est guère différent en Côte d’Ivoire : au milieu des années 1990, l’« ivoirité », qui affirme l’ancrage de l’État dans une autochtonie inventée de toutes pièces et cristallise des affrontements qui se feront de plus en plus violents, apparaît comme une tentative de compenser une performance économique devenue négative et de neutraliser les contradictions d’une trajectoire néocoloniale de l’État indépendant, aiguisées par les ajustements structurels19.

Abjections et avilissements

Car la période qui s’ouvre avec les ajustements structurels des années 1980 se caractérise par un retournement des rapports entre la sphère politique et la sphère économique, plus ou moins brusque selon les contextes. Les projections du développement et de la modernisation donnaient sens au nationalisme des années 1950-1970, aux mouvements de libération nationale et aux processus de « construction nationale » qui les prolongeaient ; elles balisaient l’espace-temps du monde, fragmenté selon un affrontement entre des systèmes économico-politiques opposés : deux « blocs » capitaliste et socialiste ; un « tiers-monde » cherchant entre les deux la voie de son émancipation ou négociant ses allégeances. Ces projections se sont effacées dans les années 1980 pour déboucher sur un nouvel imaginaire : un seul monde « global » réunifié par le marché « mondial » qui domine désormais les États, circonscrit le champ de leurs politiques économiques, restreint et disqualifie leur « volontarisme » antérieur, sous l’égide et la surveillance d’organisations internationales attentives à favoriser l’ouverture des échanges économiques, rétablissant par des ajustements structurels à l’échelle nationale les équilibres financiers internationaux régulièrement perturbés par la circulation des crises à travers le monde, de l’Afrique à l’Asie du Sud-est, de l’Amérique latine à l’ex-URSS, de l’Argentine à la Turquie… et à l’Europe aujourd’hui.

On peut estimer que le sentiment d’« abjection » remarqué et analysé par James Ferguson en Zambie20 résulte de cette transformation décisive des rapports entre le politique et l’économique, qui redessine les contours imaginaires du monde, c’est-à-dire les horizons qui s’ouvrent (ou se ferment) aux acteurs sociaux, pour situer leur propre condition sociale et signifier leur rapport à l’État et au travail. En ce sens, l’« abjection » est une expérience commune et banale sur tous les territoires ou dans tous les secteurs sociaux et professionnels, marqués par exemple d’une manière ou d’une autre par des processus de déclassement, de relégation, de désindustrialisation, dans un cadre international où le marché est désormais hégémonique. L’exercice de cette hégémonie ne s’entend pas seulement dans son effectivité, par exemple à travers les fluctuations du cours des matières premières qui déterminent de subites baisses de rentabilité dans la copperbelt zambienne étudiée par Ferguson ou dans le secteur cotonnier camerounais qu’aborde dans ce numéro Guillaume Vadot. L’« abjection » peut être vue comme une traduction imaginaire de la dévalorisation du travail et de l’ensemble des systèmes productifs, des travailleurs aussi bien que des entrepreneurs, des États et des sociétés dans leur ensemble face à l’instauration du marché comme norme, car celle-ci implique une exigence infinie de performance. Cette dévalorisation se combine dans chaque situation nationale avec des dynamiques socio-politiques ancrées dans une histoire particulière, et notamment en Afrique, avec la forme prise par la domination coloniale passée et la manière dont elle a été dépassée, surmontée, conservée, restaurée… c’est-à-dire resignifiée à travers la trajectoire des États indépendants.

Le travail ne peut être la cible perpétuelle de l’abaissement des coûts et du contournement des « rigidités » de ses protections sociales, il ne peut être l’objet et l’instrument d’une domination symbolique s’exerçant violemment à travers le marché sans borne ni retenue, sans devenir dans le même mouvement le support de l’abjection, c’est-à-dire de représentations négatives, infériorisantes, culpabilisatrices, avilissantes. De ce point de vue, mes recherches personnelles en Côte d’Ivoire rejoignent par exemple le constat de Ferguson en Zambie : s’il observe un processus de « dézambianisation », celui-ci peut être mis en parallèle avec ce qui se joue dans une entreprise industrielle ivoirienne au début des années 1990 où, à travers les acteurs idéologiques que sont quelques expatriés français, la domination coloniale est remise en scène pour y être tout à la fois dénoncée et restaurée. Le mécanisme d’auto-infériorisation observé constitue dans ce cadre le déplacement, la traduction et la mise en significations des rapports de domination internationaux dans cette conjoncture particulière des ajustements structurels : le domaine de l’économie dite « moderne » (qui était à l’époque coloniale catégorisé comme secteur « européen »21) redevient le lieu d’exercice d’une domination extérieure, et la logique des acteurs est alors d’en expulser l’autorité de l’État en refoulant les cadres nationaux dans l’illégitimité22.

Sur l’ensemble du continent africain au tournant des années 1980 et 1990, la notion de productivité du travail apparaît soudainement comme un indicateur clé du fait même de l’exigence d’ouverture des économies à la concurrence internationale, et son importance est véhiculée notamment par la multitude d’experts internationaux. Cette notion quitte le domaine des sciences économique dans lequel elle a une signification précise, pour être réappropriée de l’intérieur même des sociétés et traduite en un discours public stigmatisant l’improductivité des travailleurs africains, leur paresse, leur indiscipline, leur culture, leurs traditions, autant de marques de défaillances et d’infériorité dans un monde rehiérarchisé autour du critère unique de performance économique. Il en est allé de même des entrepreneurs, des gestionnaires, des cadres publiquement accusés d’absence de culture d’entreprise, d’esprit d’initiative, de compétences, de professionnalisme, de capacités de gestion23 ; c’est aussi plus généralement les sociétés et leurs « mentalités » dont on se demandait si elle n’avait pas besoin d’un ajustement culturel24. Négatives ou positives, les performances économiques − qui n’avaient aucun sens dans la période antérieure, lorsque par exemple l’implantation d’industries nationales visait un objectif politique de manifestation de la présence de l’État et de distribution d’emplois − sont dotées de nouvelles significations, qui s’inscrivent dans des visions culturalisantes ou ethnicisantes sur lesquelles s’appuient le surgissement d’idéologies de l’identité nationale. Ce ne sont plus les rapports de dépendance internationaux qui fournissent un sens au développement ou au sous-développement, mais l’organisation et les caractéristiques internes − la « culture », les « traditions » − de chaque société : le monde figure comme une compétition d’identités nationales dotées de valences économiques différentielles.

Des significations politiques du travail

Jean Copans rappelle dans sa contribution à ce numéro, en citant l’ouvrage devenu classique de Yann Moulier-Boutang25, que le capitalisme qui a progressivement inventé et institué le salariat comme forme d’exploitation du travail en Europe et en Amérique se nourrissait dans le même temps du développement de l’esclavage dans les territoires coloniaux. L’un et l’autre des régimes de travail s’opposent dans leurs principes, mais ils se sont alimentés mutuellement ; ils se sont développés, sous les mêmes jougs politiques, comme deux régimes différents de subordination de la force de travail et d’assujettissement, par l’octroi ou la privation de protections juridiques et de droits politiques. Il en est allé de même dans les cadres impériaux de l’ère coloniale unissant l’Europe à l’Afrique : l’attribution de statuts juridiques et politiques différents, dans un enrobage idéologique évolutionniste et/ou racialiste affirmant la supériorité d’un monde sur l’autre, assurait une séparation des formes de coercition nécessaires à l’instauration de différentes modalités de rapports entre le travail, sa rémunération et l’extorsion de plus-value. Tandis que les classes ouvrières consolidaient peu à peu leur condition en métropole, les réquisitions publiques et privées de travail, les cultures obligatoires et l’impôt de capitation étaient par exemple les trois piliers de l’exercice de la domination dans l’Afrique coloniale française hors Algérie. Mais ce sont précisément les champs d’exercice de la domination qui suscitent des affrontements, des résistances, des contournements, des fuites dans l’imaginaire et deviennent les terrains d’un déplacement et d’une transformation politiques. Les luttes et mobilisations de travail ont conduit, dans les années 1930, puis après la Seconde Guerre mondiale, les puissances occidentales à former et stabiliser des classes ouvrières africaines sur les modèles européens pour tenter de les affaiblir et de les arracher à leurs ancrages sociaux, laissant cependant la plus grande partie des travailleurs en dehors de toute juridiction du travail26, ce que l’on redécouvrira dans les années 1970 à travers la notion d’informel. Les États qui ont émergé de la décolonisation en Afrique, comme leurs homologues dans le reste du monde, sont ainsi en grande partie le produit des conflits du travail et de la nécessité de leur régulation.

Dans la période postérieure à l’indépendance, les régimes de parti unique ont tenté de neutraliser les clivages sociaux et les antagonismes de classe, en les plaçant sous l’égide commune des appareils d’État en charge de construire la nation, le développement et la modernisation. Ceux-ci associaient du même coup étroitement − comme à l’époque coloniale − l’exercice de la domination portant sur le travail et celui de la domination politique, et fragilisaient de ce fait l’un comme l’autre. L’URSS ayant disparu et le modèle du parti unique devenant obsolète, la « démocratisation » peut prendre place au tournant des années 1990 dans un cadre international renouvelé, dans lequel les États perdent une partie de leur souveraineté sur l’économie et sur la régulation des rapports de production, l’intégration au marché mondial devenant le nouvel horizon utopique. Mais comme Béatrice Hibou l’a bien montré27, il s’agit moins d’un effacement des États que leur redéploiement ou, pour emprunter la formulation de Bruno Théret28, une stratégie par laquelle les États tentent de se débarrasser de la gestion des conflits sociaux en s’internationalisant et en livrant ces derniers à la régulation des marchés. Mais dans le processus de globalisation, pas plus que dans les décennies des partis uniques ou dans l’ère coloniale, le travail n’a cessé d’être une question politique centrale, et c’est bien pour cela qu’il semble devoir faire « perpétuellement retour » : sa réalité politique résiste aux divers moyens et stratégies utilisés pour l’éclipser. En revanche, de même que les réalités du travail elles-mêmes se transforment, la conscience politique se remodèle constamment en fonction des conjonctures et de la manière dont le politique s’y réalise, c’est-à-dire aussi en fonction de la manière dont il se conjugue avec la sphère productive.

Un ouvrage récemment publié en France explore les sens politiques du travail29 à partir de perspectives d’une sociologie du travail française somme toute assez habituelles qui s’efforcent néanmoins d’emprunter aux problématiques anthropologiques des années 1980 et 1990 (cf. la contribution de Jean Copans à ce numéro) une volonté d’appréhender ensemble le travail et le hors-travail30 pour reconstituer des totalités sociales en articulant les différentes sphères d’insertion des travailleurs31. Ces travaux, qui ont le mérite de réintroduire une optique d’analyse politique du travail absente de la sociologie alors qu’elle a toujours été la perspective explicite en anthropologie, tout en s’éloignant des schémas sociologiques classiquement centrés sur les appareils syndicaux, la conscience ouvrière ou les « relations industrielles », semblent néanmoins assez caractéristiques − et les auteurs le soulignent eux-mêmes − d’une sociologie française du travail qui s’est fragmentée à mesure que son objet se trouvait lui-même pris dans un processus de morcellement sous l’effet de l’avancée des idéologies de la flexibilité, des progrès de la professionnalisation, ainsi que du raffinement des techniques de management. L’objectif de renouer avec un comparatisme international pour déjouer l’enfermement dans une singularité nationale se traduit dans ce cas essentiellement par une forme d’exportation des approches et des raisonnements de la sociologie française sur des terrains africains, américains et asiatiques.

Si la fragmentation est le lot commun des expériences de travail − en Europe et en Afrique comme ailleurs − la sociologie ne peut envisager de saisir le(s) sens politique(s) du travail si elle ne parvient pas elle-même à s’extraire de mécanismes d’atomisation qu’elle observe partout. Il est bien sûr important d’appréhender le sens politique du travail au sein de secteurs organisés selon les logiques productives et commerciales propres à chacun d’eux, dans des champs professionnels vecteurs d’expériences individuelles et collectives, de modes de socialisation et de représentation spécifiques. On ne peut cependant saisir pleinement le(s) sens politique(s) dont le travail est porteur si on ne replace pas chaque configuration particulière des rapports de travail dans une architecture sociale globale ; si l’on ne cherche pas à faire apparaître, à travers les représentations que les travailleurs se font de leur situation, leurs visions plus globales du monde et de ses transformations, c’est-à-dire la manière dont ils construisent eux-mêmes le sens de leurs trajectoires et de leurs rapports sociaux en les réinscrivant dans un cadre signifiant plus général. Le sens politique du travail se forge non seulement dans les expériences concrètes du travail et les rapports d’alliance, de défiance ou de conflit qu’elles produisent face aux détenteurs de l’autorité publique à différents niveaux, mais aussi dans un rapport imaginaire entretenu avec l’État, dans l’instauration des inégalités et des hiérarchies sociales, ainsi que dans les efforts d’intelligibilité déployés par les travailleurs pour interpréter les transformations de la conjoncture globale et penser les différents modes de domination qui s’y exercent, qu’ils les subissent directement ou non.

Laurent Bazin (CNRS, IRD-CESSMA)

Paru dans Politique africaine 1/ 2014 (N° 133), p. 7-23.

Crédit image :

  1. L. Bazin et M. Selim, « Travail, sexe, État. Une approche anthropologique », Variations. Revue internationale de théorie critique [en ligne], n° 17, 2012, <http://variations.revues.org/360>. []
  2. Bureau International du Travail, L’Agenda du travail décent en Afrique, 2007-2015, Onzième réunion régionale africaine, Addis-Abeba, Éthiopie, avril 2007, Rapport du directeur général, OIT, Genève, 2007. []
  3. Voir à ce sujet le débat consacré dans ce numéro au livre de M. Jerven, Poor Numbers. How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do about It, Ithaca / Londres, Cornell University Press, coll. « Cornell Studies in Political Economy », 2013, (NDLR). []
  4. Réflexion sans cesse remise en jeu depuis Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero, 1966. Voir notamment M. Godelier, Horizons. Trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero, 1973 ; L’Idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 1984 ; L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1997. []
  5. M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. []
  6. L. Bazin, « Relégation, marché et désactivation du militantisme communiste », Journal des anthropologues, n° 96-97, 2004, p. 71-108. C’est aussi le sens général des travaux de Béatrice Hibou. Voir : La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l‘appui / Hors Série », 2006 ; La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La découverte, coll. « Cahiers libres », 2012. []
  7. J.-M. Servet, Banquiers aux pieds nus. La microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006. []
  8. R. Botiveau : « Le perpétuel retour du travail : penser les syndicats en Afrique entre luttes historiques et actuelles », Politique africaine, 2013, n° 129, p. 157-170. []
  9. S. Ben Nefissa et B. Destremeau (dir.), « Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe », Revue Tiers Monde, n° hors-série, 2011. []
  10. Issu de l’arabe algérien harga (brûler : les frontières, ses papiers…), le terme harraga s’est diffusé en Afrique du Nord aussi bien qu’en France ou en Espagne pour désigner les personnes qui traversent clandestinement la Méditerranée, dans des embarcations de fortune selon le stéréotype. Le terme est aujourd’hui entré dans le dictionnaire français. []
  11. N. Joun in, Chantiers interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui / enquête de terrain », 2008. []
  12. G. Althabe, « Production de l’étranger et xénophobie », in Actes du colloque de l’AFA (9-11 janvier 1986), Vers des sociétés pluriculturelles. Études comparatives et situation en France, Paris, ORSTOM, 1987 (republié in G. Althabe et M. Selim, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998). []
  13. F. Lordon, Fonds de pension, pièges à cons ?, Paris, Raisons d’agir, 2000. []
  14. H. Arendt, Les Origines du totalitarisme. Vol. 2 : L’impérialisme, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 2006, [1951]. []
  15. B. Hibou (dir.), La Privatisation des États, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 1999. []
  16. J.-F. Bayart, P. Geschiere et F. Nyamnjoh, « Autochtonie, démocratie, et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, n° 10, 2001, p. 177-194. []
  17. Voir B. Losch (dir.), « Côte d’Ivoire, la tentation ethnonationaliste », Politique africaine, n° 78, 2000, et R. Banégas et R. Marshall-Fratani (dir.), « La Côte d’Ivoire en guerre : dynamiques du dedans et du dehors », Politique africaine n° 89, 2003. []
  18. L. Bazin, R. Gibb et M. Selim : « Nationalisation et étatisation des identités dans le monde contemporain », Journal des anthropologues, n° hors-série, 2007, p. 7-35. []
  19. L. Bazin, « Rébellions enchaînées en Côte d’Ivoire », Chimères, n° 56, 2005, p. 15-34, (entretien réalisé par Monique Selim) ; « Idéologies de l’identité nationale et formes de citoyenneté. Une réflexion comparative (Côte d’Ivoire, France, Ouzbékistan) », in J. Tolan, H. El Annabi, B. Lebdai, F. Laurent et G. Krause (dir.), Enjeux identitaires en mutations (Europe et bassin méditerranéen), Bern, Peter Lang, 2013, p. 35-60. []
  20. J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, coll. « Perspectives on Southern African », 1999 ; « Global Disconnect. Abjection and the Aftermath of Modernism », in J. X. Inda et R. Rosaldo, The Anthropology of Globalization, Malden / Oxford, Blackwell Publishing Ltd, 2002, p. 136-153. []
  21. M. Le Pape, « De l‘“indigène” à l‘“informel”, 1955-1982 », Cahiers d‘études africaines, vol. 23, n° 89-90, 1983, p. 189-197. []
  22. L. Bazin, Entreprise, politique, parenté. Une perspective anthropologique sur la Côte d‘Ivoire dans le monde actuel, Préface de Gérard Althabe et Monique Selim, Paris, L’Harmattan, coll. « Connaissance des hommes », 1998. []
  23. Ce basculement est par exemple très bien analysé par Ali El-Kenz en ce qui concerne la représentation publique des travailleurs en Algérie, et par Yves-André Fauré en ce qui concerne la représentation publique des entrepreneurs en Côte d’Ivoire. A. El-Kenz (dir.), L’Algérie et la modernité, Dakar, Codesria, 1989 ; Y.-A. Fauré, Petits entrepreneurs de Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 1994. []
  24. D. Etounga-Manguelle, L’Afrique a-t-elle besoin d’un ajustement culturel ?, Paris, Nouvelles du Sud, 1991. []
  25. Y. Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat. Économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998. []
  26. F. Cooper, Decolonization and African society. The Labor Question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « African Studies », 1996. []
  27. B. Hibou (dir.), La Privatisation des États, op. cit. []
  28. B. Théret, Protection sociale et fédéralisme. L’Europe dans le miroir de l’Amérique du Nord, Montréal / Bruxelles, Presses universitaires de Montréal / Peter Lang, 2002. []
  29. I. Sainsaulieu et M. Surdez (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, 2012. []
  30. M. Agier, J. Copans et A. Morice (dir.), Classes ouvrières d’Afrique noire, Paris, Karthala, 1987 ; R. Cabanes, J. Copans et M. Selim (dir.), Salariés et entreprises dans les pays du Sud. Contribution à une anthropologie politique, Paris, Karthala / Orstom, 1995. []
  31. G. Althabe et M. Selim, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998 ; M. Selim, L’Aventure d’une multinationale au Bangladesh, Paris, L’Harmattan, 1991 ; L. Bazin, Entreprise, politique, parenté. op. cit. ; L. Bazin et M. Selim (dir.), « Anthropologie, entreprise, entrepreneurs », Journal des anthropologues, n° 66-67, 1996 ; L. Bazin et M. Selim, Motifs économiques en anthropologie, Paris, L’Harmattan, coll. « Anthropologie critique », 2001. []

Propriété et citoyenneté. Dynamiques de reconnaissance dans l’Afrique des villes, par Christian Lund

intro132Introduction au dossier “Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes”, Politique africaine N° 132.

Porté à l’écran pour la première fois en 1949, Jim comes to Jo’burg 1  a fini par inspirer un véritable genre cinématographique, celui de l’Africain rural rencontrant la ville avec son lot d’occasions et de périls, sa diversité de races, de classes et de croyances, de richesse et de pauvreté, sa kyrielle d’opinions et de droits, de lois, d’illégalité, de violence et d’exclusion. L’hétérogénéité et la densité de ces caractéristiques paraissent bien être les lignes de force de ce qui définit les villes et l’urbanisation. Leur intrication comme leurs dimensions émotives et expérientielles sont souvent saisies par l’art de manière bien plus efficace que ne le ferait la science. Ceci étant, si les représentations artistiques des villes sont souvent si puissantes, c’est que l’espace urbain est la scène privilégiée des contrastes et des dynamiques transformatives, politiques et économiques.

Les villes – depuis les capitales ou les métropoles comme Kinshasa et Harare jusqu’aux localités moins illustres telles Kalalé et Bolgatanga – offrent une foule de débouchés économiques, notamment parce que nombreux sont ceux qui les y poursuivent, contribuant ainsi à les créer. De nouvelles catégories d’employés de services et d’ouvriers spécialisés, mais aussi de professionnels, d’intellectuels et d’administrateurs apparaissent, et l’agglomération démographique elle-même engendre de nouvelles opportunités d’emploi, de commerce et d’enrichissement. Simultanément pourtant, les inégalités sont flagrantes, et l’augmentation du prix de l’espace, de la valeur des biens immobiliers et des opportunités commerciales intensifie la compétition et l’exclusion.

Les villes sont également un espace de formation de nouvelles identités politiques. Les mouvements sécessionnistes ou pour l’indépendance nationale ont fréquemment pris naissance dans les centres urbains, où la présence de jeunes et de travailleurs, ainsi que l’existence de centres d’enseignement supérieur, de syndicats et d’autres formes d’organisation politique ont pu donner de l’élan à une mobilisation pour le changement. La citoyenneté nationale, en particulier, a porté la promesse d’une mise en subordination du patrimoine, de la famille, du genre, de l’ethnicité et d’autres éléments du même ressort. Pourtant, cette promesse n’a jamais été complètement tenue. Au lieu de subjuguer et d’homogénéiser les loyautés affectives, la citoyenneté, la démocratie et la modernité demeurent en réalité en vive compétition avec une variété d’identifications socio­politiques dans les villes. Les habitants enchaînent par conséquent les relations et les connexions, forment des associations, improvisent des cercles sociaux et tentent de gagner de l’argent, leur vie, et de donner un sens à un contexte qu’aucun participant ne peut prétendre connaître parfaitement ou maîtriser vraiment 2 .

La littérature académique sur le développement urbain dans les pays pauvres est variée. Elle comprend à la fois des perspectives apocalyptiques dans lesquelles les relations et les pouvoirs mondiaux ordonnent les conditions du développement urbain, et des analyses plus centrées sur les politiques opérationnelles 3 . Ce champ de recherche a également produit un ensemble de travaux de caractère plus kaléidoscopique, où l’accent est porté sur l’informalité et la multiplicité des contraintes et des possibilités – d’oppression comme d’autonomie 4 .

Notre ambition dans ce dossier n’est ni strictement macro-structurelle ni non plus micro-politique. Nous voudrions plutôt examiner la pluralité et l’épaisseur des relations sociales en milieu urbain telles qu’elles se déploient dans les champs de la propriété et de la citoyenneté et telles qu’elles s’y articulent. Peu de choses sont plus fondamentales dans la vie sociale et politique que ce que nous avons et qui nous sommes : avoir et être. Or, la propriété et la citoyenneté, au sens large, sont sans doute les manifestations les plus évidentes et les plus familières de ces dimensions essentielles. Elles sont, en outre, l’une et l’autre étroitement liées : les prétentions à la propriété sont en partie définies par l’identité sociale et la visibilité politique des personnes, et les revendications de citoyenneté sont quant à elles en partie arbitrées au travers des droits de propriété sur la terre et des revendications à un lieu de vie. En fait, nous suggérons que ce lien dynamique constitue un point d’entrée analytique fort enrichissant pour l’étude du pouvoir dans n’importe quelle société 5 .

Les droits et les pouvoirs publics sont tout particulièrement en jeu dans les milieux urbains en Afrique. Les habitants se rassemblent dans des implantations plus ou moins grandes, ils migrent et s’installent au centre-ville ou dans les périphéries urbaines, et les revendications de propriété et de citoyenneté sont souvent fragiles. Si se déplacer dans les villes affecte les identités des personnes, qui sont vues et « catégorisées » par les autres de différentes manières, en miroir on peut souligner que la ville offre également des possibilités d’ajustements identitaires : des individus peuvent ainsi se construire une nouvelle identité sociale en dissimulant leur origine ou bien en feignant d’appartenir à un autre groupe. Dans son travail sur les femmes entrepreneurs dans la cité naissante de Nairobi, Janet Burja a ainsi montré comment la migration vers la ville avait conféré à ces femmes l’opportunité de se redéfinir elles­ mêmes et de devenir de riches propriétaires foncières, fréquemment par le biais d’une conversion à l’Islam (à cette époque, typiquement une religion urbaine). Elles ont établi de nouvelles relations « parentales » avec d’autres musulmans et sont parvenues à repousser les limites de ce qu’être musulman signifiait d’un point de vue normatif 6 .

Les identités s’affirment en fonction des imaginaires disponibles dans un contexte et une culture politiques donnés. Il peut arriver que des migrants soient identifiés ou étiquetés comme des étrangers disposant de droits moindres et qu’ils se trouvent disqualifiés de différentes manières. Néanmoins, vivre parmi des gens que l’on ne connaît pas très bien semble bel et bien une caractéristique commune de la vie urbaine. Dans la capitale du Kenya par exemple, il est courant d’entendre dire que « personne n’est originaire de Nairobi » 7 . Dans les villes spécialement, aucune institution porteuse d’une autorité publique ne contrôle pleinement la propriété et la citoyenneté ; plutôt, c’est une multitude d’institutions qui rivalisent entre elles à propos de leur compétence et de leur autorité. Par conséquent, ni les droits de propriété et de citoyenneté, ni l’instance qui serait en mesure de les définir et de les faire respecter, ne sont tout à fait établis. « L’élaboration de règles et d’un ordre social et symbolique est une industrie humaine qui n’a d’égal que la manipulation, le contournement, le remodelage, la substitution et la destruction de règles et de symboles dans lesquels les gens semblent presque tout autant engagés 8 . »

La question de l’appartenance s’élabore souvent de manière différente dans les villes et les campagnes. D’abord, parce qu’en ville, les descendants actuels des premiers arrivants ont inéluctablement fini par devenir une minorité. Ensuite, parce que les personnes qui arrivent en ville peuvent, parfois pour la première fois de leur vie, connaître des moments d’anonymat durant lesquels l’importance des identités consacrées est en sursis, jusqu’à ce que de nouvelles identités se dessinent. De ceci découle un certain nombre de conséquences. Cela implique d’abord que les nouveaux citadins disposent de marges de manœuvre pour se redéfinir eux­mêmes et revendiquer des droits au sol et à la participation politique dans des conditions où les restrictions de l’environnement rural sont assouplies (même s’il arrive parfois que certains tentent d’accéder au foncier en manifestant leur affinité ethnique avec « les gens de chez eux », établis dans la ville avant eux). Des terrains peuvent se trouver disponibles selon des modalités qui n’existent pas au village – par le biais d’un achat ou d’une occupation illégale – quand la participation à la vie politique peut être envisageable sous des formes inconcevables chez soi – par exemple « dans la rue 9 ». Cela signifie ensuite aussi que les nouveaux urbains se trouveront parfois engagés dans nombre de nouvelles relations sociopolitiques pour lesquelles ils dépendront de courtiers plus nombreux et différents de ceux qui opèrent dans les zones rurales.

Les relations sociales sont fluides. Elles se reproduisent et se transforment dans le cadre urbain comme dans le contexte rural, mais pas à la même vitesse. La densité des relations sociales plurielles dans les villes et les cités les dote d’une viscosité particulièrement faible : les changements sont rapides, les indéterminations grandes, et les défis aux faits établis nombreux.

Propriété, citoyenneté et autorité publique

La propriété et la citoyenneté sont des expressions omniprésentes dans le discours politique. Toutefois, les variations dans le contenu, dans les dynamiques de reconnaissance et dans la mise en œuvre de ces idiomes défient toute tentative d’homogénéisation et suscitent des malentendus. La propriété et la citoyenneté (de même que « l’État », le « gouvernement » ou le « pouvoir ») sont des concepts qui charrient avec eux un énorme bagage historique, et la simple traduction de ces termes, par exemple entre l’anglais et le français, introduit des points d’incompréhension en raison des divergences de trajectoires historiques. Autant dire dans ces conditions que leur transposition depuis un contexte européo-américain, d’où provient une grande partie de la littérature académique, vers des contextes africains, dans lesquels ces questions ne sont pas moins pertinentes, soulève de bien plus grandes difficultés encore. Un défi particulier de l’emploi de concepts élaborés dans un contexte donné, si l’on veut qu’ils fassent sens dans un autre, est de les appréhender historiquement sans toutefois les transposer de manière téléologique. La solution, à notre avis, n’est pas de nier leur origine historique ou de les purifier de tout contexte afin qu’ils passent pour universels, mais plutôt de les regarder comme des faisceaux de questions heuristiques qui pourront nous donner à voir une cohérence, même approximative, lorsque nous étudions les dynamiques et les luttes historiques, sociales et politiques relatives à ce que nous avons et à qui nous sommes 10 .

La propriété et la citoyenneté sont des principes structurants primordiaux dans toute société, qui engagent des questions comme celle de savoir qui peut avoir des droits, ou encore de quels droits tel ou tel peut disposer. Cependant, l’indéniable pluralisme institutionnel et juridique en Afrique et dans d’autres sociétés postcoloniales nous engage à envisager ceci de manière particulière. Il est clair que pas une seule institution ne peut statuer unilatéralement sur la question de la propriété ou de la citoyenneté. En pratique, aucune institution en tant que telle ne définit et n’applique les droits, ou n’exerce le pouvoir sur ces questions. Ceci a plusieurs implications. Pour commencer, le gouvernement n’est pas l’apanage des institutions légales. Il peut arriver que des institutions (législatives, judiciaires et exécutives) gouvernent effectivement, mais il est mieux indiqué de considérer ceci comme un ensemble de questions empiriques plutôt que comme une donnée préétablie. De même, il nous appartient d’être ouverts à l’éventualité que l’aptitude à gouverner puisse résider dans d’autres institutions que celles du gouvernement légal 11 . En outre, nous soutenons que les luttes de pouvoir pour déterminer les paramètres de la propriété et de la citoyenneté façonnent les différentes institutions et leur confèrent la capacité de définir et de faire respecter les droits. Par conséquent, nous essayons de nous départir des hypothèses faciles selon lesquelles le pouvoir étatique et gouvernemental serait préexistant à de tels droits. Plutôt, nous considérons les revendications de droits comme des manières de développer l’autorité publique et la capacité à gouverner différentes institutions 12 .

Dans une grande partie de la littérature consacrée à la propriété et à la citoyenneté, deux tendances sont communément partagées. L’une privilégie la notion de droits complets ou absolus. L’autre favorise l’idée d’une trajectoire d’évolution aboutissant à cette complétude. Les deux ont tendance à constituer des obstacles à de sérieux travaux empiriques.

Pour ce qui nous concerne, par « propriété » nous entendons davantage que la « propriété privée ». En effet, la propriété est fréquemment – et de manière plutôt sommaire – assimilée à la possession absolue et sans entraves. Pourtant, l’idée de possession en tant « qu’exclusion totale du droit de toute autre personne dans l’univers 13 » est précisément une idée. La possession est toujours restreinte par les droits des autres, ce qui limite l’exercice d’un droit abstrait de propriété absolue. Dès lors, nous concevons la propriété comme une revendication légitimée sur des objets de valeur, sanctionnée par une quelconque forme de pouvoir politique 14 .

Les relations de propriété existent au niveau des lois et des règlements, des normes culturelles et des valeurs sociales. La manière dont les gens acquièrent et protègent leurs droits peut sembler un processus simple. Il s’avère cependant complexe lorsque plusieurs ordres normatifs se trouvent en compétition pour légitimer des revendications concurrentes, et lorsque plusieurs groupes et institutions rivalisent dans la compétence pour régler les différends et établir des normes jurisprudentielles. Le pluralisme est normatif, il est juridique et institutionnel.

Si la terre est souvent le plus patent des objets de propriété, il est néanmoins loin d’être le seul. En Afrique, la revendication de droits de propriété sur des personnes reste significative. Elle a des implications sur les revendications de droits que ces « personnes possédées » peuvent faire valoir et sur leur statut de citoyens (voir l’article d’Éric Hahonou dans ce numéro). Des formes de propriété moins tangibles façonnent également les droits des personnes à la ville. Par exemple, comme le montre Mathieu Hilgers dans ce dossier, la dénomination des lieux en tant que sites patrimoniaux soulève des questions comme celles de savoir qui peut bénéficier d’une telle propriété intellectuelle et comment cela peut se réaliser. Lorsqu’il est question de la terre, c’est souvent en référence, généralement implicite, à une théorie de l’évolution des droits vers une forme de propriété individuelle, absolue, privée et sécurisée.

En aucun cas nous ne nions qu’il existe de puissantes forces qui tentent de privatiser la terre et d’autres types de ressources. Cependant, nous pensons que les luttes et leurs diverses conséquences institutionnelles sont trop importantes pour être balayées comme s’il ne s’agissait que d’un vacarme éphémère. Nous voyons donc dans les villes des acquisitions et des allocations publiques qui s’entrecroisent avec différentes formes de privatisations. Diverses agences gouvernementales, des promoteurs privés, des propriétaires fonciers et des squatters dotés de pouvoirs et de documents variés marchandent le statut d’espaces particuliers à coups de classifications officielles, d’imitations d’actes officiels, de constructions, de présence physique 15 .

En ville, beaucoup de personnes louent leur espace de vie et de travail. Les questions de propriété et de citoyenneté n’en demeurent toutefois pas moins pertinentes. L’accès des personnes aux quartiers et au logement dépend souvent de leur identité sociale et, de même, les droits des propriétaires sont souvent conditionnés par les modalités de location de leurs chambres, maisons ou parcelles, et par l’identité de ceux à qui ils les louent. Par ailleurs, ceux qui sont locataires d’implantations illégales ou informelles auront plus souvent à faire face à des situations précaires que les locataires de terres régularisées 16 . Les contrats de location sont ainsi autant une question d’accès à l’espace qu’une transaction d’achat, et les expulsions ont autant à voir avec une modification des conditions d’occupation des terres que les occupations illégales.

Plusieurs dimensions du contrôle spatial s’imbriquent lorsque l’on parle du foncier. À qui appartient tel espace et qu’est-ce qui appartient à qui sont autant de questions qui articulent le contrôle politique sur le territoire et le contrôle juridique sur la propriété. Ils glissent l’un sur l’autre et deviennent l’un l’autre. Comme le répertoire des revendications est vaste, un large éventail de processus se déploie, dans lequel les habitants s’engagent pour défendre leurs intérêts – depuis les négociations informelles au quotidien jusqu’à des conflits politiques et juridiques à grande échelle. La territorialisation et l’ordonnancement spatial des habitants combinent différentes techniques politiques et juridiques de classification, d’enregistrement et de planification qui ne se contentent pas de structurer l’espace physique, mais qui organisent aussi sa perception sociale et politique. Les stratégies de territorialisation, menées aussi bien par des gouvernements et des organisations que par des individus, autorisent ou interdisent certaines formes d’accès à ou d’utilisation de la terre ; elles régulent certaines formes de mobilité et de transactions ; et, en différenciant les droits des ressources, elles contribuent à la structuration de la citoyenneté (lire Mathieu Hilgers dans le présent dossier).

Nous comprenons aussi la citoyenneté comme quelque chose de plus large que la « citoyenneté nationale formelle ». Si l’on prend au sérieux le pluralisme institutionnel, des droits différents engagent des liens institutionnels différents – dont certains peuvent ne pas s’établir avec le gouvernement officiel. La citoyenneté nationale formelle est souvent décrite comme un plein droit légal, politique et social, acquis au fil de l’histoire 17 . Pourtant, elle n’est qu’une des multiples configurations prises par les identités collectives socialement construites ou par les appartenances de groupe basées sur des critères statutaires comme l’ethnicité, le genre, la religion, la séniorité, la caste, la profession, etc. Ainsi, la citoyenneté peut largement être comprise comme le droit d’avoir des droits 18 . De manière générique, elle désigne une reconnaissance mutuelle et réciproque de catégories de personnes et d’institutions de pouvoir. Un même être humain peut ainsi incarner toute une gamme de subjectivités politiques symbolisant des relations aux institutions auxquelles l’individu est redevable pour tel ou tel statut particulier. Un même être humain est dès lors engagé dans de multiples dynamiques de reconnaissance réciproques.

La citoyenneté décrit l’agencéité (agency) d’une personne et la subjectivité politique qui lui est reconnue. Elle compose la « visibilité » politique et désigne l’institution politique à travers laquelle un individu tire ses droits d’appartenance à telle ou telle communauté. En Afrique, la terre est une ressource à laquelle l’accès n’est pas seulement assuré par l’appartenance à une communauté nationale : la citoyenneté locale et le statut sont souvent tout aussi importants, sinon plus. De même que de multiples ensembles de règles prévalent et que de nombreuses institutions se disputent l’exercice du pouvoir sur l’allocation des droits, dans les sociétés africaines, l’appartenance est stratifiée. Bien que les individus possèdent une nationalité qui leur apporte certains droits, il ne s’agit ni de la forme la plus significative d’appartenance à une communauté politique, ni de la seule source de droits. On peut avoir en commun une nationalité, mais l’idée d’autochtonie ou de citoyenneté locale est souvent invoquée, parallèlement au genre, à la séniorité ou à l’ethnicité par exemple, comme critère d’inclusion ou d’exclusion pour certains espaces et certains droits 19 .
La propriété et la citoyenneté sont donc intimement liées dans leur constitution. Leur essence même est la reconnaissance. Alors que la propriété et la citoyenneté sont essentielles pour la distribution des richesses matérielles et des moyens de subsistance dans la société, c’est en fait la reconnaissance qui les constitue en tant que relations sociopolitiques et juridiques. Les processus de reconnaissance des revendications à la terre ou à d’autres ressources en tant que propriétés, et de l’identité politique en tant que citoyenneté associée à des droits, confèrent en même temps à l’institution qui procure cette reconnaissance la reconnaissance de son pouvoir à le faire. Les luttes pour la propriété et la citoyenneté ont donc autant à voir avec l’étendue et les attributs de l’autorité qu’avec l’accès aux ressources et à l’appartenance. La reconnaissance mutuelle constitue un contrat vertical, si l’on peut dire (n’en déplaise à Rousseau), qui lie la propriété et la citoyenneté à l’autorité politique dans la société. Ce contrat implique aussi l’échange de valeurs matérielles. Contre des droits de propriété reconnus et précieux sur la terre, ou d’autres allocations encore, les gens reconnaissent le pouvoir politique des institutions par le paiement de taxes, sous forme d’argent, de tribut, de travail, d’allégeance ou par d’autres moyens. De tels contrats ne sont pas vraiment volontaires, pas toujours consensuels, ils sont souvent litigieux et toujours voués à la renégociation. Ainsi, ils n’impliquent pas forcément la reconnaissance de la légitimité des conditions contractuelles ; ils articulent tout simplement les notions d’avoir et d’être au pouvoir. Comme les droits et l’autorité publique sont coproduits, l’érosion des uns signifie aussi l’émiettement de l’autre.

Les dynamiques contractuelles verticales et horizontales

La reconnaissance des droits et du pouvoir peut, schématiquement, être perçue comme engageant des dynamiques verticales et horizontales. Par verticalité nous entendons une reconnaissance réciproque entre ceux qui requièrent des droits et les institutions de pouvoir, c’est-à-dire un contrat. Dans l’horizontalité nous comprenons deux aspects : d’une part, les relations entre les différentes institutions d’autorité, incluant la coopération ou la compétition à propos de leurs compétences juridictionnelles ; et d’autre part, les relations établies entre des demandeurs réclamant les mêmes droits. Nous les analyserons successivement en commençant par la dimension verticale.

Les contrats de droits et le pouvoir

Les droits tirent leur origine des revendications qui en sont faites. Ils sont parfois conquis de haute lutte, car ils ne sont pas juste accordés à des personnes par une instance supérieure bienveillante, mais plutôt arrachés au pouvoir. Les revendications sont concrétisées avec plus ou moins de succès, qu’elles soient ou non entérinées par des institutions politiques importantes, et, en conséquence, les droits qui en découlent se consolident et s’enracinent plus ou moins profondément. Le contrat entre droits et autorité n’est donc pas établi une bonne fois pour toutes ; au contraire ses dispositions demeurent sujettes à débat. Il arrive que des droits et des avantages ressortent de normes et de pratiques généralement admises par la société comme légitimes et valables. Il peut s’avérer difficile de repérer de tels liens précis entre droits et institutions dans des situations où règne un consensus tacite, ou dans des cas de forte domination hégémonique. Il semblerait alors que de tels droits « existent », tout simplement. Malgré tout, il semble que parfois ces droits « naturels » soient aussi contestés – par exemple les droits des hommes à contrôler la terre des femmes, ceux des nobles à diriger le travail des esclaves, ceux des premiers occupants à limiter l’implantation des nouveaux venus, ou encore les droits des gouvernements à expulser les squatters. Dans de tels moments de tension, il devient plus aisé d’identifier ceux à qui les personnes sont redevables de leurs droits et, par conséquent, quelles institutions entérinent le sort des défavorisés (femmes, esclaves, derniers venus, occupants illégaux …). Des institutions émergent pour reconduire des contrats anciens et protéger des droits consacrés, tandis que d’autres au contraire les sapent en se montrant sensibles aux demandes de remise en cause des contrats établis. Ainsi, la subjectivité politique ne concerne pas seulement les relations nouées avec les gouvernements officiels, mais encore celles qui se trament avec tout acteur institutionnel en mesure d’octroyer et de garantir le droit de sujets politiques. C’est dans ce mouvement que les dynamiques de propriété et de citoyenneté s’entrelacent.

Quelle institution est susceptible de soutenir quelle demande de droits et, surtout, comment, sont des questions déterminantes. Les droits charriés par la reconnaissance du sujet politique peuvent être limités ou étendus. Ils peuvent s’étendre du mineur légal à la personne dotée d’une personnalité juridique entière, ou du sujet dominé à l’individu émancipé disposant de certaines facultés de participation : même les droits les plus minimes sont des droits. La tension relative entre institutions politiques et sujets politiques varie bien sûr énormément selon les contextes. Elle peut aller de l’assujettissement complet des sujets par des institutions despotiques qui les taxent lourdement, jusqu’à des citoyens demandant des comptes aux organes gouvernementaux. Il s’agit d’un champ conflictuel dans lequel différentes catégories de sujets politiques contestent des positions catégorielles désavantageuses comme celles du genre, de la race, de la caste ou du lignage … Souvent, le but est d’effacer le lien entre ces catégories et les privilèges ou l’infériorité des individus, de manière à ce que les droits ne dépendent plus de ces attributs discrétionnaires. Inversement, les groupes qui tirent avantage de ce type de catégorisations tendent à travailler à leur reproduction 20 . En conséquence les femmes, les gens de basse caste, les esclaves ou encore les nouveaux arrivants se débattront volontiers pour modifier leur contrat afin d’être investis de droits plus complets, alors que les hommes, les membres des hautes sphères sociales, les aristocrates ou encore les primo-arrivants veilleront plutôt à empêcher de tels changements. Le contrôle permanent par les biens nantis et la relative permanence de certains quartiers sont des témoignages de l’inégalité persistante produite par l’entrecroisement des questions de richesse, de pouvoir, d’estime, de séniorité, de genre et d’origine ethnique.

Un individu est redevable auprès d’institutions distinctes pour des droits divers. En retour, différentes entités institutionnelles sont confirmées au travers de ces relations. Dans des sociétés où existent plusieurs institutions concurrentes, des relations multiples sont donc établies, reproduites ou taraudées entre la population et une série d’institutions en parallèle ; aussi le pouvoir de l’une peut­il venir questionner ou au contraire réaffirmer celui d’une autre. Deux individus peuvent par exemple jouir de la même nationalité – voire ils peuvent venir du même village ou vivre dans la même ville – mais leur situation sera différente s’ils sont un homme ou une femme, ou un noble ou un roturier, en d’autres termes selon qu’ils posséderont des caractéristiques plutôt valorisantes ou disqualifiantes. Bien que ces catégories et ces attributs aboutissent à former des groupes ou des collectifs, aucun de ceux-ci n’est indemne de mélanges parce que les critères du groupe et des attributs de valeur culturelle et juridique variés interfèrent les uns avec les autres. Ainsi, les contrats ne sont pas soumis aux seules dynamiques internes. Même si un « contrat de reconnaissance » entre les sujets politiques et l’institution politique est établi, tant bien que mal et au moins temporairement, sa seule reproduction n’assure pas pour autant la stabilité. Le fait que les gens incarnent diverses identités politiques signifie souvent que les droits découlant d’une certaine position interfèrent avec ceux dérivant d’une autre, et à ce titre on peut dire que tous les contrats ne sont pas d’égale importance dans toutes les situations. Par conséquent, de nouvelles revendications émergent au moment où d’autres s’évanouissent, tout comme évoluent aussi les revendications des institutions à l’autorité.

Non seulement la multiplicité des relations crée la disparité et la différence, mais aussi elle fabrique et renforce une inégalité complexe. Lorsque différentes relations se fortifient l’une l’autre, des dynamiques récursives sont en jeu (par exemple être un propriétaire foncier ou un bailleur, et être membre d’une faction politique puissante, d’un groupe ethnique influent ou associé à une confrérie puissante, ou, à l’inverse, être un squatter, un journalier, de bas statut social, et être migrant …). Manifestement, une vaste gamme de combinaisons est possible. Il nous faut donc, pour paraphraser Fraser 21 , explorer les formes de la reconnaissance ou de la méconnaissance qui surgissent lorsque des institutions concurrentes construisent une interaction conformément à certaines normes culturelles et juridiques. Et nous devons aussi accorder une attention particulière aux dynamiques qui font obstacle à l’égalité de participation et excluent certains groupes, comme aux mouvements qui permettent à d’autres groupes de combiner différentes sources institutionnelles de reconnaissance de leurs demandes à leur statut et leur richesse. Dans les villes, spécialement dans celles qui ont englouti les agglomérations rurales et périurbaines, les revendications concurrentes d’accès à la propriété foncière et à la résidence reflètent des modèles anciens ou nouveaux de propriété et de citoyenneté. Bien souvent, des doléances qui se chevauchent sont adressées aux autorités coutumières, anciennes ou récentes, aux bureaux de planification urbaine, aux hommes forts du voisinage ou à d’autres personnes qui, à leur tour, entrent dans des conflits de compétence 22 .

Dans sa contribution à ce dossier, Gabriella Körling montre comment les habitants de Niamey tentent de devenir visibles, c’est-à-dire des citoyens dignes aux yeux de la municipalité. De manière à établir un « contrat » de reconnaissance réciproque, ils agissent en anticipant sur ce que la municipalité s’attendrait à voir de la part de citoyens jugés « convenables ». De manière assez proche, Claudia Gastrow explique que squatter à Luanda est une réaction de frustration face à l’absence d’un gouvernement avec lequel les gens pourraient engager une relation en tant que citoyens. Ces personnes squattent pour avoir un domicile, mais elles le font avec ostentation, de manière à susciter une réaction de reconnaissance de la part du gouvernement. Rony Emennegger, pour sa part, décrit comment l’introduction de la citoyenneté dite ethnique en Éthiopie a ouvert à la population de nouvelles voies pour articuler ses revendications auprès du gouvernement. Les Somali, depuis longtemps « invisibles », sont ainsi devenus des sujets juridiques bien identifiables. Mais cela a également conduit au durcissement des frontières ethniques à l’intérieur du pays. Enfin, une notion de contrat assez subtile est exposée dans l’article de Mathieu Hilgers, où l’on voit des aspirants citadins briguer les ressources matérielles, culturelles et sociales offertes par les villes. Celles-ci peuvent avoir diverses caractéristiques en tant que villes minières, sites touristiques ou centres administratifs par exemple, et Hilgers souligne à quel point ces spécificités jouent sur la manière dont les gens revendiquent leur appartenance.

Les luttes autour des compétences juridictionnelles

Les institutions se font concurrence. Le contrat et la compétition verticale entre les requérants et les autorités se mêlent donc à la concurrence horizon- tale existant entre les différents organes de pouvoir. En fait les institutions (conseils municipaux, mairies, ministère de l’Intérieur, associations de quartier, chefferies …) sont organisées en hiérarchies de pouvoirs, de compétences et de responsabilités formelles, fonctionnelles et structurées qui s’inscrivent dans la constitution ou d’autres textes légaux. Néanmoins, alors que ces relations et ces pouvoirs sont très officiellement consignés dans les législations, les pratiques elles-mêmes s’affranchissent bien souvent du scénario écrit et établissent, concrètement et de manière efficace, les relations de collaboration ou de compétition, de coordination et d’affirmation des compétences. Les relations réelles entre les institutions sont donc toujours « en devenir ». Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas de hiérarchie, qu’il n’existe pas de délimitation des compétences ou de reconnaissance réciproque des pouvoirs. Cela signifie seulement que nous devrions regarder cela comme une dynamique constante : ce sont non seulement les législations officielles, mais aussi le pouvoir et la pratique politiques qui façonnent la définition et la mise en application réelles des revendications comme droits, et qui déterminent les contours effectifs des juridictions et de l’autorité compétente en la matière. La domination coloniale offre à cet égard un bon exemple de politiques mises en place par un « nouveau pouvoir » qui oscillent entre la négation et la réprimande, ou la célébration et la réinvention des chefs traditionnels en tant que dépositaires de pouvoir, et où les dirigeants locaux tentent de se faire une niche au creux de ladite « autorité traditionnelle ».

Ainsi, nous avons affaire à une structure en partie hiérarchique et en partie divisée entre juridictions fonctionnelles distinctes, plutôt qu’à un système de pouvoirs parfaitement imbriqués. Différents ministères, directions régionales et organismes gouvernementaux se disputent un territoire et des compétences sur des questions particulières, que ce soit pour y prétendre (pour le pouvoir, la rentabilité, le prestige …) ou au contraire pour les renier (par exemple pour se soustraire aux reproches et à la responsabilité …). En outre, les institutions coutumières peuvent aussi batailler entre elles, au moment où des agences non gouvernementales comme les ONG ou les organisations internationales de développement peuvent également devenir parties prenantes des rivalités de compétence. Sur le papier, une solution peut être d’en passer par l’arbitrage du gouvernement ou des tribunaux, mais en réalité, dans un contexte local, l’accès à ces organes est souvent limité et difficile pour les gens ordinaires, et d’autres institutions paraissent alors pouvoir exercer une autorité effective sur les problèmes fonciers en question. Par exemple, il peut arriver que les « institutions coutumières » s’efforcent de déterminer qu’une question relève du « coutumier » et dès lors de leurs propres compétences, s’affranchissant ainsi de toute autorité du gouvernement central ou du système judiciaire officiel.

Comme le montre Gabriella Körling dans ce numéro, au sein des nouvelles agglomérations urbaines peuvent émerger de nouveaux pouvoirs par simple effet d’antériorité de leur présence et grâce au sens des affaires que développent certains en allouant des terres à d’autres. Des situations plus spectaculaires peuvent aussi se rencontrer, comme l’explique Rony Emmenegger. Ainsi à Jigjiga, en Éthiopie, les changements du gouvernement local ont ravivé des revendications et des contrats basés sur l’identité et en ont rendu d’autres caducs. Mais on peut aussi observer qu’au sein d’un même organisme légal peuvent exister des mécanismes contradictoires de régulation de la propriété. À propos de la ville de Luanda dans l’après-guerre civile, Claudia Gastrow nous raconte comment une image idéalisée du camp perdant de Savimbi a été forgée par les habitants pour contester la légitimité des politiques du gouvernement actuel. Pendant ce temps, de petites transactions – à proprement parler illégales – sont exécutées et supervisées par des comités de riverains affiliés au gouvernement. Ainsi, même dans ce qui ressemble à un régime de parti unique comme en Angola, des doutes et des incertitudes apparaissent sur ce qu’est le parti, et ce qu’est le gouvernement. Dans certains endroits, des gens ont d’ailleurs l’impression qu’ils sont plutôt sujets du parti que citoyens de droit de la nation. Évidemment, comme le souligne Mathieu Hilgers, la gamme des pouvoirs qui se trouvent en concurrence reflète la taille et les caractéristiques socio-économiques des villes.

La nature fragmentée de l’autorité sur le foncier et les multiples options concernant l’identité politique des individus ont donc des répercussions importantes sur les rivalités entre ceux qui réclament des droits. Cela implique des luttes autour des droits, des identités et des catégories, et cela suppose des stratégies de légitimation, de visibilité et, parfois, de violence. Voyons maintenant ce qui conditionne ces luttes et comment celles­ci influent sur la définition des catégories sociales.

Les rivalités entre requérants, ou comment s’établissent des contrats en situation de concurrence juridictionnelle

La question de savoir qui peut acquérir, posséder et négocier la propriété engage aussi des questions de citoyenneté, à partir du moment où la collaboration avec les institutions s’opère très souvent selon des lignes de démarcation ethniques, genrées, professionnelles et générationnelles, ainsi que sur des écarts de classe et de richesse. Les individus et les groupes travaillent à forger, maintenir, minimiser ou déconstruire leurs propres catégories d’appartenance, mais en l’occurrence pas selon leur propres critères de choix. Des catégories comme celles d’initiés et d’outsiders, de nobles et de roturiers, d’hommes et de femmes, de bons croyants et d’infidèles, d’ethniques­ci et d’ethniques­ça, de vieux et de jeunes, ou d’autres encore, sont importantes pour la légitimation de la population dans ses revendications foncières. De surcroît, les sociétés, les entreprises et les organismes gouvernementaux dotés d’une « personnalité juridique », qui accèdent aux biens et les contrôlent en vertu des textes légaux, font eux aussi partie de la « population » des demandeurs dans la ville. Manifestement, ces attributs s’articulent de manière diverse et complexe – il peut être plus facile pour un chef d’entreprise d’une couleur ethnique particulière d’obtenir du bureau du maire un permis de construire, de louer ou d’acheter, que pour un autre dont les marqueurs identitaires seraient de moindre intérêt 23 .

Ignorer délibérément ou ne pas reconnaître la portée de relations et de contrats multiples conduit facilement à des situations dans lesquelles certains groupes se voient accorder une priorité politique ou analytique. Dans de tels cas, des caractéristiques homogénéisantes telles que l’ethnicité, la nationalité ou la classe sociale, pour ne donner que ces exemples, sont mises en avant pour créer un corps politique visible dont les justifications importent. D’autres éléments de différenciation, comme le genre, la race ou la caste, les croyances ou les convictions, se trouvent alors minimisés ou extraits du tableau bien qu’ils constituent, eux aussi, des marqueurs de l’inclusion ou de l’exclusion.

La fabrication, la reproduction et l’érosion des catégories sont des processus politiques centraux. L’action collective démarre souvent à partir d’un grief ou d’une question spécifiques comme l’accès à la terre, à la vie politique, aux services publics, à la justice, etc. Cependant, souvent aussi, ce type d’action collective se consolide et se reproduit au travers de la catégorisation et de la différenciation des personnes dans des groupes. Ces classifications structurent les idéologies et les aspects juridiques au travers desquels les revendications foncières ou celles d’autres ressources précieuses peuvent légitimement être mises en avant. Bien sûr, les catégorisations sont le produit de processus historiques complexes, plus ou moins longs. Certaines comme la séniorité, le genre ou la caste notamment, datent d’avant la colonisation, alors que d’autres sont plus récentes. Certaines ont été développées à l’époque coloniale, quand les administrations européennes ont établi des tribunaux ayant compétence sur certains groupes de population définis par exemple par leur religion ou leur race. La séparation des populations dans les quartiers selon des critères comme la race, le « stade de civilisation » atteint, l’ethnie, la religion ou le commerce s’est révélée être un travail de Sisyphe pour les pouvoirs coloniaux 24 . En empilant les cartes des droits et privilèges de cette manière, la rivalité et la compétition ont facilement pris une forme communautaire, et la violence a aussi largement suivi ce modèle. Comme le soulignaient Richard Banégas et ses coauteurs dans un précédent dossier de Politique africaine, « la prise de parole est loin d’être antithétique du recours à la violence 25 ». La violence communautaire est ainsi rarement la simple conséquence de la différence de droits ou d’identités politiques ; elle est en réalité alimentée et structurée par des institutions rivalisant dans leur autorité et leur inégalité catégorielle 26 .

Toutes les discriminations n’ont pas une seule source ou un seul responsable facilement identifiables, comme par exemple telle politique officielle ou tel gouvernement. Ou plus exactement, ces différentes paternités peuvent s’estomper au fil du temps. Comme Charles Tilly l’a écrit :

« l’inégalité durable entre les catégories découle de ce que ceux qui contrôlent l’accès aux ressources de valeur et à leur production résolvent les problèmes urgents d’organisation par le biais de distinctions catégorielles. Par inadvertance, ou pour d’autres raisons, ils mettent ainsi en place des systèmes d’isolement, d’exclusion et de contrôle social. Plusieurs parties – pas toujours puissantes et parfois même victimes d’exploitation – acquièrent alors des intérêts dans ces solutions 27 ».

Certaines discriminations seront éphémères ou de courte durée, rapidement compromises ou rendues hors de propos – au moins pour un moment. D’autres, toutefois, se reproduiront avec efficacité, se durciront ou s’institutionnaliseront, et seront renforcées par la loi, les règlements, la force ou d’autres mesures. Elles pourront devenir habituelles et parfois même essentielles pour tous les acteurs impliqués. Dans ce numéro, Éric Hahonou décrit ainsi comment une citoyenneté inégalitaire – en réalité, la forme la plus extrême d’esclavage – est devenue une base de la norme dominante de la société au nord du Bénin. Cet ordre oppressif classant certains comme des sous-hommes est socialement et politiquement débilitant. Mais le discours hégémonique justifiant le bien-fondé de cette segmentation a été reproduit dans les dynamiques économiques, politiques, juridiques et culturelles. Ainsi, des discriminations comme celle-ci seront plus durables si leur reproduction s’aligne sur des intérêts puissants dans la société – encore qu’elles soient moins permanentes que ce que la société des puissants revendique souvent, comme le montre aussi Hahonou. Les choses peuvent changer.

Fréquemment, les acteurs plus puissants que ceux dont les identités sont en jeu manipulent les identités. La nationalité officielle, couplée à la promesse de droits universels, est souvent conjuguée à une pratique gouvernementale concrète d’objectivation et d’instrumentalisation des identités afin de faire la différence entre les groupes de personnes et leurs droits fonciers. Donc, certaines communautés sont considérées, en bloc, comme appartenant à l’un ou l’autre groupe, et des communautés entières, le plus souvent définies en termes d’ethnicité, peuvent être considérées comme dignes de voir leurs droits reconnus, ou au contraire mériter plus de contrôle ou l’exclusion. L’idée des Bantoustans en Afrique du Sud en est un exemple particulièrement pertinent, mais bien d’autres cas pourraient être mentionnés.

Les organes dirigeants fonctionnent souvent à la fois comme des acteurs revendiquant des droits de propriété vis-à-vis de la population locale et comme des institutions ordonnatrices qui décident de la réponse à apporter à ces questions. Cette instrumentalisation du pouvoir décisionnel est banale dans la mesure où les occasions pour le gouvernement et les fonctionnaires de maximiser la rente sont colossales. Comme l’indique Gabriella Körling, selon les possibilités qui existent de lancer des projets de lotissement, les gouvernements profitent de ce double rôle qui rend précaires les requêtes des résidents les plus faibles. La légitimation des demandes de propriété et d’espace dans la ville varie en fonction de la nature des centres urbains et des manières par lesquelles ils se trouvent connectés aux flux nationaux et mondiaux des capitaux, comme le met en lumière Mathieu Hilgers. Dans cette veine, on observe que l’expulsion violente des occupants « illégaux » ne paraît jamais très lointaine quand les enjeux sont pressants, comme Claudia Gastrow le montre par exemple à propos de Luanda, capitale d’une économie en plein essor. Dans l’Éthiopie d’aujourd’hui, Rony Emmenegger décrit bien comment les demandes de restitution ou de compensation pour les terres perdues durant les régimes précédents doivent être appuyées par des attestations de propriété légale au moment de l’expropriation ou de la spoliation si l’on souhaite se voir accorder une indemnisation. C’est seulement en prouvant qu’un contrat social légitime sur le foncier était alors détenu que les revendications deviennent visibles, et donc audibles. La visibilité est essentielle pour être en mesure de posséder et de disposer des terres, ou même pour exercer une fonction et bénéficier d’une intégrité sociale et politique. La reconnaissance d’un être doué de toutes les facultés et potentialités humaines ne peut jamais être tenue pour acquise, ce qui apparaît très clairement dans l’analyse de la trajectoire récente des Gando au Bénin proposée par Éric Hahonou.

Alors que les « catégories dures », telles que la race ou le genre, permettent de distinguer clairement entre les ayant-droits et les autres – une citoyenneté de distinction pour ainsi dire –, les catégorisations de tous les jours en ville sont surtout affaire de degré et de bricolage. Les projets de contrôle, de fiscalisation, de recensement, de confiscation ou d’expulsion rendent, à juste titre, la population très méfiante à l’encontre du gouvernement 28 . Cependant, pour beaucoup de personnes la triste réalité est, si l’on paraphrase Oscar Wilde, qu’il n’y a qu’une seule chose pire que d’être vu par le gouvernement, c’est de ne pas l’être.

Ainsi, on peut dire que la visibilité est à double tranchant, et les choix comme les stratégies de visibilité ou de maintien dans l’ombre dépendent largement du contexte, des ambitions et des ressources des autorités, ainsi que des options disponibles pour la population. Tout en veillant à éviter certains organismes de gestion gouvernementale, la population déploie simultanément beaucoup d’efforts, d’imagination et de souplesse pour être vue par d’autres. Afin d’être vus – ou d’être reconnus, pour le dire autrement –, les demandeurs improvisent des façons de se présenter eux-mêmes et d’exposer leurs revendications de manière à se rendre visibles auprès de l’institution de pouvoir adéquate. En fait, la population revendique et obtient des droits étape par étape, un pas en avant rendant le suivant possible et plus aisé. Ainsi par exemple, occuper la terre peut permettre à un groupe de gagner en visibilité politique et juridique. Par ailleurs, en formant des « clubs » ou des « associations » avec des « présidents de secteurs », les habitants sont en mesure de résister aux expulsions ou de les éviter et peuvent assurer un accès aux services publics. Une présence avérée peut leur permettre d’obtenir des cartes d’identité par exemple, ou encore des documents comme des cartes de votant, de membres d’associations politiques et culturelles, etc. D’ailleurs, payer pour des services permet aux clients de se procurer des reçus certifiant et légitimant leur résidence. On sou lignera aussi que le fait que des habitants occupent des terres et que parallèlement des institutions gouvernementales tolèrent ou fassent mine d’ignorer l’existence d’un marché foncier, autorise un renforcement progressif des attentes en matière de reconnaissance. Dans le même sens, on notera encore que la formation de comités de santé, de groupements de commerçants ou d’associations de parents d’élèves avant qu’il n’existe un dispensaire, un marché ou une école, permet aux citoyens d’entrer dans l’orbite de certains organes de gouvernance et de faire apparaître l’exercice du pouvoir et la reconnaissance en anticipant sur le « contrat » 29 . Enfin, Körling comme Gastrow montrent dans leurs contributions à ce numéro à quel point l’esthétique des documents, des plans et des dessins est importante pour étayer des revendications et les faire entrer en résonance avec la bienséance de la citoyenneté urbaine.

La consolidation des droits est une tâche difficile. Les droits sont souvent établis par le renforcement progressif des plus petites demandes ayant été concédées et par la reconnaissance graduelle accordée par divers organes de pouvoir, entrant souvent en concurrence, comme les cours judiciaires, les autorités de santé, les administrations territoriales, les régies scolaires, les services d’utilité publique, les services fiscaux, l’état­civil, les ONG, les chefs, les tribunaux de quartier, les milices, les « areas boys », etc. Pourtant, ce sont aussi ces nombreuses instances qui peuvent être à l’origine du blocage de telles revendications ou du démantèlement des droits établis. Ces derniers peuvent facilement s’éroder si l’institution censée les protéger est affaiblie. Ainsi, si quelqu’un détient une terre grâce à la coutume, ses droits pourront se réduire si l’autorité coutumière vient à être marginalisée, et si un propriétaire foncier détient une parcelle à la faveur d’un programme de lotissement municipal, ses droits seront pareillement vidés de toute substance si l’exécution du projet n’a finalement pas lieu.

Diverses combinaisons entre propriété et citoyenneté sont produites dans les contextes urbains, et constamment de nouvelles alliances institutionnelles ayant aptitude à définir et faire respecter les règles de propriété et de citoyenneté apparaissent. Ceci nécessite un effort de recherche spécifique, avec des travaux fondés sur le terrain et des données empiriques, ce qui permettrait d’aller au-delà des théories sur l’État modélisées d’après des idéaux-types a-historiques. L’objet de ce numéro de Politique africaine est donc d’identifier et de res(t)ituer les dynamiques et techniques politiques, sociales et juridiques qui instaurent des rapports de propriété et de citoyenneté et renforcent les différentes instances de la puissance publique, de même que celles qui remettent en cause ou sapent les revendications de droits ou d’autorité.

Notes
  1. Aussi connu sous le titre African Jim, ce moyen métrage (50 mn) a été réalisé par Donald Swanson en 1949 (note de la traductrice). []
  2. F. Cooper (dir.), Struggle for the City. Migrant Labour, Capital and the State in Urban Africa, Beverly Hills, Sage, 1983 ; J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, 1999 ; B. Freund, The African City. Cambridge, Cambridge University Press, 2007 ; J. Holston et A. Appadurai, « Cities and citizenship », Public Culture, n° 8, 1996, p. 187-204 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities. Competing Claims on Urban Spaces, Leiden, Brill, 2009 ; A. Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala, 1997 ; C. Young, « Nation, ethnicity, and citizenship. Dilemmas of democracy and civil order in Africa », in S. Dorman, D. Hammett et P. Nugent (dir.), Making Nations, Creating Strangers. States and Citizenship in Africa, Leiden, Brill, 2007, p. 241-264. []
  3. M. Davis, Planet of Slums, Londres, Verso, 2006 ; C. Kessides, The Urban Transition in Sub-Saharan Africa, Washington, The World Bank, Workingpaper, n° 97, 2005. []
  4. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground. Kinshasa’s Future in the Light of Congo’s Spectral Urban Politics », Cultural Anthropology, vol. 26, n° 2, 2011, p. 266-286 ; J. Ferguson, Expectations of Modernity …, op. cit., 1999 ; J. Guyer, « Describing urban “no man’s land” in Africa », Africa, vol. 81, n° 3, 2012, p. 474-492 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit. ; G. Myers, African Cities. Alternative visions of Urban Theory and Practice, Londres, Zed Books, 2011 ; J. Rasmussen, « Inside the System – Outside the Law. Operating the Matatu Sector in Nairobi », Urban Forum, vol. 23, n° 4, 2012, p. 415-432 ; A. Simone, For the City Yet to Come. Changing African Life in Four Cities. Durham, Duke University Press, 2004 ; A. Tostensen, I. Tvedten et M. Vaa (dir.), Associational Life in African Cities. Popular Responses to Urban Crisis, Uppsala, Nordic Africa Institute, 2001. []
  5. S. L. Engeman et J. Metzer (dir.), Land Rights, Ethno-Nationality and Sovereignty in History. Londres, Routledge, 2004 ; J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, 2010 ; A. Pottage, « The Fabrication of Persons and Things », in A. Pottage et M. Mundy (dir.), Law, Anthropology and the Constitution of the Social. Making Persons and Things, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 1-39 ; M. Strathern, Property, Substance and Effect. Anthropological essays on Persons and Things, Londres, The Athlone Press, 1999. []
  6. J. Burja, « Woman “Entrepreneurs” of Early Nairobi », Revue canadienne des études africaines, vol. 9, n° 2, 1975, p. 213-234. []
  7. Nous tenons à remercier Hannah Elliott qui nous a fourni cet exemple. []
  8. S. F. Moore, Law as Process, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1978, p. 1. []
  9. R. Banégas, F. Brisset-Foucault et A. Cutolo, « Espaces publics de la parole et pratiques de la citoyenneté en Afrique », Politique africaine, n° 127, octobre 2012, p. 5-20 ; F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. []
  10. N. Bobbio, The Age of Rights, Oxford, Polity Press, 1996 ; J. Brewer et S. Staves, « Introduction », in J. Brewer et S. Staves (dir.), Early Modern Conceptions of Property, Londres, Routledge, 1995, p. 1-18 ; C. Neveu, Anthropologie de la citoyenneté, Université de Provence, thèse d’habilitation à diriger des recherches, 2005 ; J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation. Paris, Albin Michel, 2006 (1re éd. 1991) ; A. Pottage, « The Fabrication of Persons and Things », art. cit. ; M. Somers, Genealogies of Citizenship. Markets, Statelessness and the Right to Have Rights, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 ; E. P. Thompson, The Poverty of Theory and other essays, Londres, Merlin Press, 1978. []
  11. Se reporter au travail très inspirant de B. Hibou, « From Privatising the Economy to Privatising the State. An Analysis of the Continual Formation of the State », in B. Hibou (dir.), Privatizing the State, New York, University of Columbia Press, 2004, p. 1-46 ; A. Mbembe, On the Postcolony, Berkeley, University of California Press, 2001 ; T. Mitchell, « The Limits of the State : Beyond Statist Approaches and their Critics », American Political Science Review, vol. 85, n° 1, 1991, p. 77-96 ; P. Nugent, « States and Social Contracts in Africa », New Left Review, n° 63, 2010, p. 35-68 ; C. Tilly, « War Making and State Making as Organized Crime », in P. Evans, D. Rueschemeyer et T. Skocpol (dir.), Bringing the State Back in, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 169-191 ; F. von Benda-Beckmann, « Le Monopole d’État de la violence dans la perspective de l’anthropologie juridique », in É. Le Roy et T. von Trotha (dir.), La Violence et l’État. Formes et évolution d’un monopole, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 35-57. []
  12. Le nombre de termes difficiles à traduire est particulièrement élevé dans cette section. Ailleurs, j’ai utilisé l’expression « qualité d’État » (« state quality ») pour définir la capacité effective de l’État à déterminer et faire respecter les droits. Voir C. Lund, « Property and Citizenship. Conceptually Connecting Land Rights and Belonging in Africa », Africa Spectrum, vol. 46, n° 3, 2011, p. 71-75. []
  13. C. Rose, « Canons of Property Talk, or, Blackstone’s Anxiety », Yale Law Journal, vol. 108, n° 3, 1998, p. 601. []
  14. M. Godelier, The Mental and the Material, Londres, Verso, 1986 ; É. Le Roy, A. Karsenty et A. Bertrand, La Sécurisation foncière en Afrique, Paris, Karthala, 1996 ; C. B. MacPherson, Property, Oxford, Blackwell, 1978 ; C. Rose, Property and Persuasion. Essays on the History, Theory and Rhetoric of Ownership, Boulder, Westview Press, 1994 ; T. Sikor et C. Lund (dir.), Politics of Possession, Londres, Blackwell, 2009. []
  15. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; S. Joireman, Where there is no Government. Enforcing Property Rights in Common Law Africa, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; P. Lavigne Delville, Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité, Paris, Karthala, 1998 ; M. Nielsen, « Inverse Governmentality. The Paradoxical Production of Peri-urban Planning in Maputo, Mozambique », Critique of Anthropology, vol. 31, n° 4, 2011, p. 329-358 ; J.-P. Platteau, « The Evolutionary Theory of Land Rights as Applied to Sub-Saharan Africa. A Critical Assessment », Development and Change, vol. 27, n° 1, 1996, p. 29-86. []
  16. C. Rakodi et T. Lloyd-Jones (dir.), Urban Livelihoods, Londres, Earthscan, 2002. []
  17. A. Honneth, The Struggle for Recognition. The Moral Grammar of Social Conflicts, Cambridge, Polity Press, 1995 ; T. H. Marshall, Citizenship and Social Class, Londres, Pluto Press, 1992. []
  18. H. Arendt, The Origins of Totalitarianism, New York, Harvest, 1979 (1re éd. 1948), p. 296. []
  19. H. Arendt, The Origins of Totalitarianism, New York, Harvest, 1979 (1re éd. 1948), p. 296. []
  20. C. Tilly, Durable Inequality, Berkeley, University of California Press, 1998. []
  21. N. Fraser, « Recognition without Ethics ? », Theory, Culture and Society, vol. 18, n° 2-3, 2001, p. 24. []
  22. R. T. Akinyele, « Contesting for Space in an Urban Centre. The Omo Onile Syndrome in Lagos », in F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit., p. 187-217 ; S. Berry, « Property, Authority and Citizenship. Land Claims, Politics and the Dynamics of Social Division in West Africa », in T. Sikor et C. Lund (dir.), Politics of Possession, op. cit., p. 23-45 ; F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance …, op. cit. ; A. K. Onoma, The Politics of Property Rights Institutions in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; J. Ubink, In the Land of the Chiefs. Customary Law, Land Conflicts and the Role of the State in Peri-Urban Ghana, Leiden, Leiden University Press, 2008. []
  23. J.-P. Chauveau et J.-P. Colin, « Customary Transfers and Land Sales in Côte d’Ivoire. Revisiting the Embeddedness Issue », Africa, vol. 80, n° 1, 2010, p. 81-103. []
  24. L. Benton, Law and Colonial Cultures. Legal Regimes in World History, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; M. Chanock, « A Peculiar Sharpness. An Essay on Property in the History of Customary Law in Colonial Africa », Journal of African History, vol. 32, n° 1, 1991, p. 65-88 ; J. Comaroff, « Governmentality, Materiality, Legality, Modernity. On the Colonial State in Africa », in J.-G. Deutsch, P. Probst et H. Schmidt (dir.), African Modernities, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 107-134 ; L. Fourchard, « Dealing with “Strangers”. Allocating Urban Space to Migrants in Nigeria and French West Africa. End of the Nineteenth Century to 1960 », in F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit., p. 187-217 ; M. Mamdani, Citizen and Subject. Contemporary Africa and the Legacy of Late Colonialism, Londres, James Currey, 1996 ; T. Mitchell, Rule of Experts, Berkeley, University of California Press, 2002. []
  25. R. Banégas, F. Brisset-Foucault et A. Cutolo, « Espaces publics de la parole … », art. cit, p. 19. []
  26. A. Jega (dir.), Identity Transformation and Identity Politics under Structural Adjustment in Nigeria, Uppsala, Nordic Africa Institute, 2000 ; S. Jensen, Gangs, Politics and Dignity in Cape Town, Oxford, James Currey, 2008 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit. ; C. Lund, Local Politics and the Dynamics of Property in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. []
  27. C. Tilly, Durable Inequality …, op. cit., p. 7-8. []
  28. J. Scott, « La montagne et la liberté, ou pourquoi les civilisations ne savent pas grimper », Critique internationale, vol. 2, n° 11, 2001, p. 85-104 ; J. Scott, The Art of not Being Governed, New Haven, Yale University Press, 2009. []
  29. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; G. Körling, In the Search of the State. An Ethnography of Public Service Provision in Urban Niger, Uppsala, Uppsala University, 2011 ; M. Nielsen, « Inverse Governmentality … », art. cit. []

Les sociétés africaines face aux investissements miniers, par Benjamin Rubbers

intro131Introduction au dossier “Micropolitiques du boom minier”, Politique africaine N° 131.

Depuis la moitié des années 2000, les investissements étrangers ont fortement augmenté dans l’ensemble des pays africains riches en ressources minières 1 . Portant pour l’essentiel sur l’or, le cuivre et le platine, ils ont non seulement touché l’Afrique du Sud ou le Ghana, mais également des destinations moins traditionnelles telles que la Guinée, le Burkina Faso ou la République démocratique du Congo. Bien que la pertinence de l’analogie pose question 2 , l’extension et l’ampleur de ces investissements évoquent irrésistiblement un « new scramble for Africa ».

Ce boom des investissements étrangers dans le secteur minier est principalement le fruit des réformes promues par la Banque mondiale 3 . Depuis les années 1980, celle-ci préconise en effet une stratégie de relance du secteur minier africain axée sur la privatisation des entreprises publiques et la cession totale ou partielle de leurs actifs à des investisseurs privés. De manière à attirer ces derniers, les gouvernements concernés ont été encouragés à adopter de nouveaux codes miniers et à développer un ensemble de dispositions institutionnelles, légales et fiscales visant à rendre le « climat des affaires » plus favorable.

Ces réformes néolibérales ont pu attirer, dans la seconde moitié des années 1990 et au début des années 2000, des petites entreprises, des sociétés d’exploration et de grandes compagnies multinationales. Entre 1998 et 2000, avant même le boom minier proprement dit, la proportion des investissements miniers à destination de l’Afrique passait ainsi, sur le total de ceux réalisés à l’échelle du monde, de 12 à 28 % 4 . Réputée disposer d’une part non négligeable des réserves mondiales en différents minerais, l’Afrique représentait alors une nouvelle « frontière » pour ces investisseurs : négocier des contrats miniers avec les dirigeants africains était un pari risqué, mais potentiellement très profitable si la situation politique s’améliorait et si le prix des minerais augmentait. Contre toute attente, c’est ce qui s’est passé dans les années qui ont suivi.

La stratégie élaborée par la Banque mondiale n’a en effet commencé à porter ses fruits que suite à la forte hausse du cours des minerais dans la seconde moitié des années 2000. Le secteur minier africain est alors entré dans une nouvelle ère caractérisée par un afflux d’entreprises étrangères : les multinationales traditionnelles, des sociétés d’exploration canadiennes, australiennes et sud-africaines, mais aussi des entreprises des pays émergents ou de l’ancien bloc de l’Est. Partout, ces investisseurs ont développé des activités d’exploration, de commerce et/ou d’exploitation, qui ont eu des conséquences multiformes dans les régions où elles se sont établies. L’enjeu qui se pose alors aux sciences sociales est de cerner la portée des changements économiques, politiques et sociaux causés par l’implantation de tels investisseurs.

Fondée sur des sources secondaires (rapports institutionnels, sites web, etc.), parfois complétées par des enquêtes rapides (interviews téléphoniques, brefs séjours, etc.), la littérature sur le boom minier porte principalement sur la mise en œuvre des réformes promues par la Banque mondiale 5 , la politique minière de différents pays vis-à-vis de l’Afrique 6 , la gouvernance des grandes multinationales 7  et les initiatives internationales touchant à la Responsabilité sociale des entreprises, la RSE (Initiative pour la transparence des industries extractives, Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’Homme, Processus de Kimberley, etc.) 8 . Ces travaux mettent non seulement en lumière les ressorts des politiques poursuivies par ces différents acteurs, mais également les nouvelles configurations de pouvoir qu’elles induisent et leurs conséquences pour les populations locales.

En termes de conséquences, le constat général est que, si les investissements miniers au cours de cette dernière décennie ont permis à certains gouvernements africains d’afficher des taux de croissance élevés (souvent au-delà de 5 %), ils ont surtout bénéficié aux actionnaires des compagnies étrangères et aux leaders politiques nationaux 9 . Du fait qu’ils se concentrent souvent dans des enclaves sécurisées, qu’ils recourent à une technologie de pointe et qu’ils jouissent de conditions fiscales favorables, ils contribuent peu – comparativement aux anciennes entreprises publiques – à l’emploi, aux caisses de l’État, à l’économie nationale et à la délivrance de services publics à la population – bref, au développement. De surcroît, les compagnies minières sont susceptibles de déplacer les populations de leur site, de priver des milliers de creuseurs de leur principale source de revenus, de recourir à des formes de travail précaire, ou encore de provoquer différents dégâts écologiques. À plusieurs reprises, leur implantation a donné lieu, pour ces différents motifs, à des actions de protestation que certaines compagnies n’ont pas hésité à réprimer violemment avec le soutien des forces de police. Ce bilan globalement négatif a pu alimenter la thèse de la « malédiction des ressources naturelles » (resource curse), qui veut que l’abondance de richesses minérales soit corrélée à un faible développement économique et social, et favorise la corruption, la consolidation du pouvoir des élites, voire l’émergence de conflits armés (conflict minerals) 10 .

Face à ce constat, certains auteurs dénoncent les politiques de ces acteurs extérieurs en dévoilant les mécanismes de pouvoir plus large dont elles participent, tandis que d’autres formulent des recommandations pour que ces politiques puissent effectivement contribuer au développement 11 . L’étude du secteur minier est alors replacée dans le cadre d’une problématique développementiste, dirigée vers l’évaluation normative des effets (positifs ou négatifs) des mesures de libéralisation et des investissements étrangers. À de rares exceptions près 12 , la littérature existante offre ainsi une perspective essentiellement « macro » sur le boom des investissements miniers en Afrique, centrée sur ses principaux instigateurs, les institutions internationales, les gouvernements et les compagnies minières.

Sans remettre en question la pertinence de tels travaux pour comprendre le contexte de ce boom, nous pouvons leur adresser au moins trois critiques. Tout d’abord, ils présentent généralement ces acteurs à l’origine du boom (les compagnies minières, la Banque mondiale, etc.) comme des entités monolithiques sans tenir compte des conflits internes, de la réflexivité de leurs agents et des multiples ajustements que la mise en œuvre de leurs politiques implique à différents niveaux 13 . Ensuite, ils tendent à surestimer les effets des politiques qu’ils étudient, en laissant finalement peu de place à « l’agencéité » des acteurs africains au sens large (hommes politiques, consultants, creuseurs, etc.), volontiers présentés comme des collaborateurs ou des victimes du capitalisme international 14 . Enfin, ils dressent un tableau général du mode opératoire des institutions internationales, des gouvernements et des compagnies minières ainsi que des maux qu’ils occasionnent. Ce faisant, ils passent sous silence la grande diversité des dynamiques occasionnées en fonction des acteurs, des pays et des régions en cause 15 . Dans cette optique, les investissements miniers ont partout des conséquences assez analogues.

Ces critiques ont en commun d’appeler des recherches plus fines sur les jeux d’acteurs auxquels le boom minier donne lieu dans différents pays. Cette introduction a pour ambition de proposer un cadre d’analyse pour de telles recherches en développant une approche socio-anthropologique des investissements miniers, qui s’intéresse à la manière dont ils sont négociés au jour le jour par l’ensemble des acteurs formant la chaîne de l’exploitation minière 16 . Inspirée par la socio-anthropologie du développement (Norman Long, Jean-Pierre Olivier de Sardan, etc.), la sociologie historique africaniste (Jean-François Bayart, Béatrice Hibou, etc.) et, dans une moindre mesure, l’anthropologie de l’exploitation minière (Chris Ballard, Glenn Banks, etc.), cette approche n’a pas pour but principal de déterminer si les investissements miniers contribuent ou non au développement, mais de saisir comment ils sont mis en œuvre, appropriés et modifiés par ceux qui y participent.

Plus précisément, nous voudrions ici interroger la façon dont ils transforment les sociétés africaines et réciproquement, en nous concentrant sur « l’agencéité » 17  des acteurs africains et l’historicité de leurs mondes sociaux : les investisseurs miniers ne colonisent pas une terra nullius ; ils sont pris dans un espace social déjà structuré par différents champs de lutte et logiques d’action. Il s’agit alors de cerner les rapports que les acteurs africains (les creuseurs, les travailleurs, les politiques, etc.) entretiennent avec les compagnies minières et de replacer ces rapports dans le contexte historique qui les a vus émerger. Quatre pistes d’analyse semblent mériter une attention particulière : le devenir de la filière artisanale, les changements du travail, l’emboîtement des arènes politiques et les représentations et rumeurs entourant les investissements étrangers.

Le devenir de la filière artisanale

Dans nombre de pays, les compagnies étrangères n’ont pas pris possession de gisements vierges. À partir des années 1980, dans un contexte marqué par le déclin économique et les politiques d’ajustement structurel, une population croissante de creuseurs a investi ces gisements peu ou pas exploités – des gisements d’or et de diamant, mais aussi de minerais moins précieux tels que le cuivre, la cassitérite ou le coltan. Très vite, une filière de commercialisation s’est constituée autour de l’exploitation de ces minerais, impliquant des négociants, des comptoirs, des sociétés d’exportation et, dans certains cas, des petites industries de transformation. Depuis lors, l’exploitation minière artisanale s’est considérablement développée et a fait l’objet de diverses tentatives de régulation 18 . Mais l’afflux d’investisseurs étrangers depuis une décennie semble remettre progressivement en cause cette évolution et conduire, dans plusieurs pays, à une marginalisation croissante de la filière artisanale : les creuseurs, qui sont de plus en plus stigmatisés, sont progressivement expulsés des gisements. Il est essentiel, dans ces conditions, de mieux comprendre les rapports qui s’établissent entre les creuseurs et les compagnies minières.

Contrairement à ce qui est souvent affirmé, ces rapports ne se réduisent pas à un combat épique de David contre Goliath. Il y a bien eu, nous l’avons dit, des confrontations violentes en République démocratique du Congo (RDC), au Ghana ou en Tanzanie 19 . Mais celles-ci ne doivent pas amener à passer sous silence la diversité des arrangements plus ou moins durables qui peuvent être trouvés entre compagnies et creuseurs. Au Katanga, toutes les compagnies n’ont pas d’emblée expulsé les creuseurs de leur concession. Nombreuses sont celles – y compris des majors – qui ont commencé par s’approvisionner auprès des comptoirs de la filière artisanale, voire financé des équipes de creuseurs dans les gisements de la société publique Gécamines, en collaboration avec cette dernière. Ensuite, elles ont pu trouver différentes formules de compromis : certaines ont recruté des creuseurs comme journaliers, d’autres ont toléré leur présence aux marges de leurs concessions. Au Burkina Faso, la présence de creuseurs sur un site est interprétée par les sociétés d’exploration comme le signe d’un filon d’or à exploiter 20 . Une fois qu’elles ont obtenu un permis d’exploration sur le site concerné, elles bloquent certes l’accès des zones les plus profitables aux creuseurs, mais tout en les laissant travailler dans le reste du site, sous la supervision d’une société burkinabè.

Par ailleurs, comme la contribution de Luigi Arnaldi di Balme et Cristiano Lanzano vient le rappeler, de nombreux gisements miniers – au Katanga, au Burkina Faso et ailleurs – n’ont pas (encore) été alloués à des compagnies étrangères, de telle sorte que l’exploitation artisanale perdure, voire continue à se développer. On constate ainsi que la filière industrielle n’a pas complètement « capturé » la filière artisanale : les deux filières continuent à coexister dans le même espace et à s’enchevêtrer de différentes manières, de l’extraction des minerais à leur commercialisation sur les marchés mondiaux.

Du fait qu’elle repose sur des recherches réalisées avant le boom des investissements étrangers au milieu des années 2000, ou dans des régions qui demeurent peu touchées par ces derniers, la plus grande partie de la littérature sur les creuseurs ne traite pas de leurs rapports avec les compagnies minières. Elle nous offre néanmoins plusieurs pistes de réflexion pour penser le récent boom minier dans une perspective socio-anthropologique.

En premier lieu, certains auteurs voient dans les migrations des creuseurs une « frontière » qui ouvre de nouveaux espaces au commerce des minerais et des biens de consommation avec l’extérieur 21 . Comme le montrent en particulier les travaux sur les « minerais de conflit », la filière de l’exploitation minière artisanale relie en effet, par l’intermédiaire de différents réseaux, les espaces ruraux aux marchés urbains et aux centres de l’économie mondiale 22 . On peut alors penser que le front pionnier des creuseurs a dans une certaine mesure préparé le terrain aux compagnies industrielles et, partant, à une forme de capitalisme plus « moderne » au sens de Karl Marx – tout comme l’économie de comptoir avait été, au xixe siècle, l’avant-garde du capitalisme colonial 23 .

C’est ce que suggère notamment la contribution de Arnaldi di Balme et Lanzano pour le Burkina Faso. Sur la base d’une étude de cas menée à Bantara (commune de Kampti), elle montre que, tout en faisant le lien avec les marchés internationaux, les sociétés de commercialisation burkinabè jouent un rôle crucial dans l’organisation économique et politique des sites d’orpaillage artisanal en milieu rural : elles n’encadrent pas seulement l’exploitation, la transformation et la commercialisation des minerais ; elles négocient également la présence des creuseurs auprès des autorités locales et créent les conditions pour offrir à ces derniers différents services (commerces, lieux de culte, etc.). Rien de surprenant, dès lors, à ce que ces sociétés privées nationales apparaissent souvent comme des intermédiaires incontournables aux compagnies étrangères lorsque celles-ci entendent prendre possession des sites en question.

Il ressort clairement de ces travaux sur les creuseurs, en deuxième lieu, que leurs pratiques et représentations offrent non seulement de nombreux parallèles d’un coin à l’autre de l’Afrique subsaharienne, mais également plusieurs éléments de continuité avec celles du passé précolonial 24 . Ces observations invitent à ne pas surestimer la portée de l’introduction de l’industrie minière depuis le siècle dernier : dans une perspective de longue durée, elle reste un épiphénomène récent et très probablement éphémère. Quant à l’exploitation artisanale, elle est à différents égards, depuis deux mille ans, au cœur de la fabrique des sociétés africaines 25 . Autour de l’extraction de l’or, du cuivre et surtout du fer se sont en effet développés, jusqu’à nos jours, de nouveaux rapports sociaux, des rites, des croyances et plus largement, des espaces politiques et des réseaux marchands aux ramifications plus ou moins étendues.

Cela dit, si elles présentent des éléments de continuité avec le passé, les sous-cultures des creuseurs qui se sont constituées à partir des années 1980 ont pu représenter, dans différents contextes, une rupture. Comme le montre la contribution de Timothy Makori, c’est le cas dans le camp de la Gécamines de Panda en RDC, où l’ethos des creuseurs adopté par certains enfants de travailleurs a provoqué une remise en question des normes de comportement héritées de la période coloniale 26 . Forts de leurs gains dans l’exploitation minière, ils rejettent l’école comme une perte de temps pour préférer partir à la mine et dépenser leur argent dans l’alcool et les filles. Sur le modèle des rappeurs américains ou des musiciens congolais, ils portent des lunettes de soleil, des bijoux, des vêtements extravagants. À ceux qui tentent de les rappeler à l’ordre, ils répondent familièrement, sans égard pour leur âge ou leur statut. Par ce style de vie, ces creuseurs dits « voyous » revendiquent leur autonomie en contestant les valeurs autrefois promues par l’entreprise et l’Église (l’éducation scolaire, la respectabilité, le respect des aînés, etc.). La question qui se pose alors, dans le cadre de ce numéro de Politique africaine, est de savoir comment de telles sous-cultures vont à leur tour être affectées par l’implantation des compagnies minières, l’expulsion des creuseurs des gisements qu’ils exploitaient et l’apparition de nouvelles catégories de travailleurs.

Enfin, plusieurs auteurs mettent l’accent sur la gestion des risques, la circulation des dettes et le problème de la confiance dans l’organisation du travail entre les creuseurs ainsi que dans leurs rapports avec les négociants 27 . À l’évidence, ces thématiques (le risque, la dette et la confiance) jouent également un rôle central dans la filière industrielle : les pays africains sont réputés offrir un environnement risqué pour les investissements, qui nécessitent de ce fait des garanties financières et des dispositifs de sécurité particuliers ; la dette des entreprises publiques et des gouvernements nationaux est ce qui fonde l’intervention des organisations financières internationales et des compagnies minières étrangères ; et la confiance – en l’occurrence, le manque de confiance – revient comme un leitmotiv dans les discours que tiennent les expatriés des entreprises minières sur leurs travailleurs et collaborateurs africains. Nous avons donc là, au-delà des camps de creuseurs et du clivage entre filières artisanale et industrielle, trois thématiques particulièrement fécondes pour analyser les formes d’interdépendance qui structurent le secteur minier dans ses multiples ramifications.

Les changements du travail

Si les travailleurs du secteur minier ont occupé une place centrale dans les recherches sur le capitalisme, les classes sociales et l’urbanisation en Afrique, la littérature récente sur le boom minier a en revanche peu abordé cette thématique. Pourtant, comparativement à leurs prédécesseurs publics ou privés, les compagnies minières recourent davantage à la sous-traitance et licencient plus facilement leurs travailleurs. Elles ne cherchent pas, comme ce fut le cas au Congo ou en Zambie, à « stabiliser » ces derniers avec leurs familles dans des camps : si ces compagnies sont établies loin de toute agglomération, elles préfèrent loger leurs travailleurs seuls, entre eux, pour des périodes de travail déterminées 28 . En même temps, les plus grandes compagnies peuvent offrir à une catégorie restreinte de travailleurs des salaires élevés et des formations à l’étranger, et développer dans l’enceinte de leurs concessions et bâtiments un dispositif disciplinaire impressionnant pour garantir la sécurité au travail – ce qui leur permet d’afficher de bons résultats en termes de RSE. Dans tous les cas, qu’elles soient américaines, chinoises ou indiennes, ces entreprises importent des formes d’organisation du travail souvent éloignées de celles qui ont marqué l’histoire de l’industrie minière dans nombre de pays africains (paternalisme, militantisme syndical, jeux clientélistes, etc.).

On peut dès lors, dans le cadre de ce numéro, s’interroger sur la manière dont les travailleurs africains se sont adaptés à ces organisations de travail. Il y a tout d’abord, dans de nombreuses entreprises, la question de la langue. Au Katanga, l’incompréhension mutuelle entre les travailleurs et leurs supérieurs chinois ou américains donne lieu à de nombreux malentendus, mais aussi à des moqueries réciproques en la présence des uns et des autres. Elle confère également un pouvoir considérable aux interprètes, dont les manipulations sont parfois dignes du personnage de Wangrin dans le roman d’Amadou Hampaté Bâ 29 . Cela étant, nombreux sont ceux qui se mettent à suivre des cours d’anglais (plus rarement de chinois) pour se faire engager dans les multinationales et connaître une ascension socioprofessionnelle. Dans ces circonstances, la maîtrise de l’anglais se diffuse dans la société par le haut et apparaît de plus en plus comme un critère de distinction sociale.

Il y a ensuite la découverte de nouvelles formes d’organisation du travail. En Zambie, celle qui règne au sein de la mine de Chambishi, propriété d’une entreprise chinoise, suscite chez les travailleurs des comparaisons avec celle qui prévalait à l’époque de l’entreprise publique Zambia Consolidated Copper Mines, et inspire de ce fait des sentiments ambivalents 30 .  Héritiers d’une longue tradition paternaliste, mais aussi syndicale, ces travailleurs voient dans leur niveau de rémunération et dans l’emploi de journaliers une « exploitation » inhumaine – en particulier à la suite de l’accident qui a coûté la vie à cinquante journaliers en 2005. À plusieurs reprises, ils ont déclenché des grèves spontanées pour dénoncer leurs conditions de travail, avant que l’entreprise n’accepte d’augmenter les salaires et d’offrir des contrats permanents aux journaliers 31 . En même temps, ils sont reconnaissants envers les Chinois d’avoir relancé la mine et estiment que ces derniers pratiquent moins de discrimination envers les Zambiens que ne le faisaient les Blancs. Plus largement, nombreux sont les Zambiens qui éprouvent une certaine fascination pour l’éthique du travail ascétique des Chinois, celle-ci étant présentée par ces derniers comme le fondement du développement rapide de leur pays.

Depuis le milieu des années 2000 se multiplient partout des actions de grève et de protestation plus ou moins spontanées, qui remettent en cause le nouvel ordre économique et social créé par les réformes néolibérales de la Banque mondiale. Cette observation appelle une réflexion sur le rôle des syndicats dans la nouvelle configuration du secteur minier. L’article de Raphaël Botiveau nous explique pourquoi, après avoir été le fer de lance des intérêts des mineurs noirs durant l’Apartheid, le National Union of Mineworkers a fini par être désavoué par une large partie de ses adhérents à l’occasion des événements de Marikana en 2012 – un exemple édifiant des actions de protestation, et de la répression dont elles peuvent faire l’objet, dans le contexte de transformation du secteur minier. Ce rejet doit beaucoup, selon Botiveau, à la stratégie des responsables depuis les années 1980 qui a conduit à faire de ce syndicat une organisation de plus en plus technocratique, en phase avec la vision du monde légaliste et économiciste des multinationales du secteur minier et du gouvernement sud-africain post-Apartheid. Si cette stratégie lui a permis de devenir un intermédiaire institutionnel et social puissant, elle l’a aussi éloigné de la base, laquelle aspire à une représentation plus militante, voire conflictuelle de ses intérêts devant les employeurs.

L’histoire du champ syndical sud-africain a partie liée avec celle du pays et ses spécificités, de telle sorte qu’elle est difficilement comparable avec celle du champ syndical en Zambie ou en RDC, par exemple 32 . Cela dit, il semble possible de dégager au moins trois lignes de force. Partout, que ce soit dans le secteur platine (Afrique du Sud) ou cuivre (Zambie et RDC), le boom minier a entraîné une résurgence de l’activité syndicale en raison de la hausse de l’emploi. Dans un contexte marqué par une libéralisation relative de la vie politique et associative, les syndicats se livrent à une rivalité accrue pour représenter les travailleurs dans les entreprises, les plus petits d’entre eux n’hésitant pas à adopter un discours plus radical, populiste, pour détrôner les organisations les mieux établies. Pour différentes raisons, ils semblent malgré tout éprouver des difficultés à poursuivre leur agenda militant une fois entrés en négociation avec l’employeur. Du fait de ce décalage entre radicalisme face au personnel et complaisance face à la direction, nombreux sont les travailleurs qui continuent à éprouver une profonde méfiance envers leurs représentants syndicaux et à préférer des actions spontanées, qui ne passent pas par leur intermédiaire. Ainsi, si les syndicats ont pu, à différents moments dans le passé, porter les aspirations des mineurs et jouer un rôle politique majeur sur la scène nationale, il n’est pas du tout évident qu’ils contribueront à changer la donne actuelle.

Au-delà des usines et des syndicats, on pourrait suggérer que l’implantation des investisseurs étrangers a entraîné des disparités économiques et sociales croissantes au sein de la population. D’un côté, elle a permis l’apparition d’une nouvelle classe moyenne jeune, relativement aisée, principalement composée de cadres du secteur privé et de petits indépendants (fournisseurs, sous-traitants, consultants, etc.). Diplômés de l’enseignement supérieur, ces derniers ont réussi à s’insérer dans la nouvelle économie en développant un rapport essentiellement instrumental au travail : en réponse à la politique néolibérale des compagnies minières, ils changent fréquemment d’occupation selon les salaires offerts et les opportunités de marché qui s’offrent à eux. Forts de leurs revenus, ils sont en mesure de développer un style de vie bourgeois cosmopolite : ils construisent de nouvelles maisons, fréquentent les lieux « branchés », passent leurs vacances à l’étranger, etc. Tout se passe comme si les booms miniers, par l’afflux d’argent qu’ils entraînent et les nouvelles connexions globales qu’ils permettent, suscitaient chez ceux qui en tirent parti de nouveaux imaginaires de réussite, de nouvelles formes de subjectivation 33 .

De l’autre, nous trouvons la masse des laissés-pour-compte de la libéralisation du secteur minier : les creuseurs expulsés des gisements acquis par les compagnies minières, les journaliers condamnés à travailler pour cinquante dollars par mois, ou encore les agents des anciennes sociétés publiques, qui ont été licenciés et voient leur situation se détériorer. Rencontrant de plus en plus de difficultés à faire face à l’augmentation du coût de la vie (provoquée notamment par le boom minier), ils tendent – comme le montre bien la contribution de Makori – soit à se replier dans la nostalgie du passé, soit à vivre au jour le jour. L’expérience des ex-agents de la Gécamines rencontrés par Makori est ainsi marquée par le sentiment d’avoir perdu la sécurité matérielle que leur procurait autrefois la politique paternaliste de l’entreprise. Quant à leurs enfants, dont bon nombre sont devenus creuseurs, ils vivent moins, selon Makori, dans la mémoire du passé que dans le présent, au gré des opportunités de gain ou de jouissance qui s’offrent à eux. Dans les deux cas, ils éprouvent des difficultés à se projeter dans l’avenir.

Les arènes politiques

Les investissements miniers représentent un enjeu politique de taille à différents niveaux. Le premier enjeu qui se développe autour de ces investissements est, selon le contexte, la cession des gisements aux entreprises privées ou la signature de contrats de joint-venture. Comme l’a montré Bonnie Campbell, la réforme du secteur minier africain – tel qu’il a été envisagé par la Banque mondiale – ne vise pas tant un retrait de l’État qu’une redéfinition de son rôle comme instance régulatrice : il a pour mission de mettre en place un cadre institutionnel et légal à même d’organiser le transfert des ressources minières du domaine public aux investisseurs privés dans le respect des principes de transparence et de concurrence, et d’offrir à ces derniers des conditions favorables pour développer leurs activités 34.

Dans les faits, ces réformes néolibérales ont été, dans nombre de pays, instrumentalisées par différents acteurs, qui ont trouvé dans la négociation des contrats avec les investisseurs étrangers une source de revenus personnels, et donc un moyen de consolider leur position politique 35 . Ainsi que le suggèrent les contributions de Victoria Lickert et de Samuel Nguiffo pour le Cameroun, tous ceux qui sont en mesure de revendiquer une parcelle du pouvoir souverain de l’État dans la gestion des ressources minières sont susceptibles de faire des promesses à ces investisseurs (voire de signer des contrats avec eux), qu’ils soient en mesure de les honorer ou non. Les cartes qui accompagnent l’analyse de Nguiffo montrent ainsi que l’administration minière camerounaise n’hésite pas à jouer sur le pluralisme légal qui prévaut en matière foncière pour allouer à ces investisseurs des concessions qui empiètent sur celles de sociétés forestières et/ou de parcs naturels.

Néanmoins, le dernier mot revient souvent – compte tenu du caractère éminemment stratégique de ces ressources – à la présidence et à son entourage 36 . Le nouveau code minier camerounais, explique Lickert, n’offre pas seulement des conditions favorables aux investisseurs privés, mais confère également des pouvoirs discrétionnaires au président Paul Biya dans la négociation des contrats. Il s’ensuit que la libéralisation du secteur minier a abouti non pas à sa « dépolitisation », mais au contraire à une multiplication des acteurs politiques qui y interviennent et, dans le même temps, à une recentralisation du pouvoir autour de l’espace présidentiel.

Indépendamment de la négociation des contrats miniers avec les autorités nationales, les compagnies étrangères doivent négocier l’accès au site minier proprement dit avec l’ensemble des acteurs sur place pouvant légitimement revendiquer des droits sur celui-ci : les creuseurs qui l’exploitent, les agriculteurs qui y habitent, les pasteurs qui y font paître leur bétail, etc. 37 . C’est le cas en particulier des chefs traditionnels, dont l’autorité « coutumière » sur leurs terres est, dans de nombreux pays, reconnue par l’État. Comme l’a fait remarquer Rohit Negi, ceux-ci peuvent, en échange de leur consentement, tenter d’obtenir des compagnies qu’elles leur offrent des cadeaux, recrutent en priorité des membres de leur « tribu », ou encore mettent en œuvre des projets de développement dans leur territoire 38 . L’implantation des investisseurs miniers peut ainsi contribuer à la consolidation du pouvoir des chefs et, plus largement, à la résurgence du discours de l’autochtonie.

La contribution de Sarah Geenen et Francine Iragi Mukotanyi rappelle toutefois que les arènes politiques locales sont souvent travaillées par de multiples clivages39 . Dans les conflits qui se développent autour des ressources d’une entreprise étrangère, plusieurs individus ou groupes stratégiques peuvent, en jouant de leurs réseaux et de leurs compétences culturelles, se positionner comme « courtiers » et ainsi rivaliser avec le chef et son entourage 40 . Le jeu politique qui se construit autour des investissements miniers dans l’arène villageoise apparaît alors largement indéterminé. Dans l’étude de cas que Geenen et Iragi Mukotanyi proposent sur Luhwindja, le chef, qui était hostile à l’implantation de l’entreprise canadienne Banro, a été contraint de s’exiler à Kinshasa suite à une opération militaire contre un groupe rebelle auquel il était allié. C’est l’épouse de l’ancien chef – la mwamikazi – qui fut alors appelée par le président Joseph Kabila pour devenir la principale interlocutrice de Banro sur le terrain. Elle a réussi à tirer parti de cette position pour créer des entreprises de sous-traitance, servir d’intermédiaire dans les projets de développement financés par la compagnie minière et devenir une femme politique puissante. Cette ascension lui a toutefois valu des critiques acerbes de la part de la population, qui ont été relayées par des associations à Bukavu. Celles-ci ont même lancé une pétition exigeant le départ de la mwamikazi, avant que leur initiative ne soit bloquée par la police.

Comme le montre cet exemple, loin de se limiter à l’arène locale, les doléances des habitants – mais aussi des travailleurs et des creuseurs – sont susceptibles d’être récupérées par des acteurs qui participent à d’autres arènes (ou champs) à l’échelle régionale, nationale et internationale pour servir leur propre agenda politique 41 . Ce qui est intéressant dans ce processus, c’est qu’en passant d’une échelle à l’autre, les revendications des acteurs locaux sont généralement filtrées et recodées dans un nouveau vocabulaire qui élargit la définition morale du problème en cause 42 . Ce travail de sélection et de traduction tend à reproduire la position subalterne de ces acteurs en déplaçant le débat vers la ville, la capitale, les pays occidentaux, où il est de plus en plus monopolisé par des experts, des activistes et des chercheurs. Mais il permet également de donner à leurs revendications un plus large écho et de mobiliser un plus vaste réseau de soutien. Il est susceptible, pour cette raison, d’avoir des effets sur la manière dont les acteurs locaux perçoivent eux-mêmes les compagnies minières et articulent leurs doléances. Les « entrepreneurs de morale 43 » qui critiquent l’industrie minière à différents niveaux contribuent ainsi, de manière indirecte, à l’apparition de nouvelles normes et de nouveaux discours dans l’arène locale.

En raison de cet emboîtement des arènes, l’ensemble des acteurs doit jouer en même temps plusieurs parties, à différents niveaux de pouvoir. L’engagement des grandes multinationales dans le domaine de la RSE, par exemple, procède autant de leur souci de défendre leur réputation à l’échelle internationale que des multiples pressions dont elles sont l’objet de la part des acteurs africains pour reproduire le régime de la « décharge » instauré à l’époque coloniale 44 . Compte tenu de la défaillance de l’État, ces compagnies suscitent des attentes très fortes en matière d’emploi, d’infrastructures, de projets sociaux – ce qu’illustrent bien les contributions de Lickert pour Sinosteel au Cameroun, et de Geenen et Iragi Mukotanyi pour la Banro en RDC. De ce fait, les élites politiques – de la présidence aux chefs coutumiers en passant par les autorités régionales – tentent de les instrumentaliser pour financer leurs projets au bénéfice de la population et consolider ainsi leur base clientéliste. Quand bien même les grandes multinationales estiment ces requêtes excessives, elles se doivent d’y répondre si elles souhaitent maintenir leur accès aux ressources minières. L’injonction de donner dans l’évergétisme ne concerne d’ailleurs pas seulement ces compagnies, mais également les plus petites de ces entreprises, même si leurs dons restent souvent plus symboliques (construire un marché, réaménager un parc public, etc.).

Représentations et rumeurs

Évaluer la portée du boom minier dans ses multiples conséquences est un exercice particulièrement difficile dans la mesure où il est déjà saturé par les discours, les images et les chiffres produits par les acteurs en présence et les observateurs extérieurs – une problématique riche en perspectives de recherche, que nous pouvons lire en creux dans les contributions de ce numéro.

Tout boom minier dans une région donnée commence par une rumeur. Dans le lancement de celle-ci, les sociétés d’exploration – dont l’objet social est de repérer des gisements prometteurs, de les représenter sous la forme de chiffres et de plans, et de revendre leurs droits sur ceux-ci à des investisseurs avec une plus-value – jouent souvent un rôle déterminant. Compte tenu de leur objet spéculatif, la représentation que ces sociétés offrent des gisements en question ne reflète pas un état objectif : elle est construite et communiquée de manière à attirer l’attention des investisseurs sur eux et à faire circuler des bruits sur leur potentiel. De façon plus insidieuse, les sociétés d’exploration contribuent également à rendre le secteur minier intangible, insaisissable, du fait qu’elles achètent et revendent rapidement les titres miniers et changent elles-mêmes constamment de nom, d’adresse et d’actionnaires 45 . Avant que les gisements ne soient acquis par des compagnies qui décident de les exploiter, l’activité minière d’une région donnée se présente ainsi comme une « économie des apparences » – un marché spéculatif de titres miniers qui passent sans cesse de main en main entre des sociétés à l’identité elle-même changeante 46 .

Comme en témoigne la luxuriance de leurs sites web, le volume de leurs rapports et le soin apporté à leurs exposés en public, les entreprises majors ne s’investissent pas moins que les juniors dans la production de représentations. C’est que l’enjeu n’est pas seulement pour elles de faire miroiter la plus-value que leur projet d’investissement peut apporter aux actionnaires ; il est également de réduire et de contrecarrer les critiques susceptibles de remettre en question celui-ci. D’une part, elles mettent en avant leurs œuvres au bénéfice des communautés locales et les montants qu’elles y ont consacrés en invoquant les best practices en matière de responsabilité sociale des entreprises 47 . De l’autre, elles veillent à contrôler ce qui est publié à leur sujet en limitant l’accès des chercheurs indépendants à leur concession et aux communautés qui l’entourent 48. On pourrait ainsi suggérer, pour reprendre une terminologie marxiste, que le contrôle des moyens de communication est devenu, du point de vue de ces grandes compagnies, une modalité essentielle de leur contrôle continu des moyens de production (le capital, la mine, etc.).

Ces dispositifs mis en place pour monopoliser l’information n’empêchent pas bien sûr la prolifération des commentaires, des critiques et des rumeurs 49 . On parle de la politique de recrutement « tribale » de telle entreprise et de « l’esclavage » imposé aux travailleurs dans telle autre. On soupçonne l’identité des politiciens et des intérêts étrangers qui se cachent derrière tel homme d’affaires, ainsi que leurs liens avec des activités de guerre, criminelles ou terroristes. On a entendu dire que la majorité des Chinois sont des forçats expédiés par leur gouvernement pour travailler en Afrique. Nourries par l’opacité qui entoure les contrats et les acteurs du secteur minier, ces rumeurs, parfois colportées par la presse locale, offrent une critique populaire sur le boom minier. Toutefois, loin de s’épuiser dans les réseaux de sociabilité qui parcourent les régions minières, elles peuvent – au même titre que les doléances des communautés locales – être reprises dans les publications des experts, des activistes ou des chercheurs en sciences sociales (« Un informateur bien placé nous a affirmé que… »), et alimenter ainsi des débats à l’étranger 50 .

À l’échelle internationale, les observateurs étrangers dont nous venons de parler convoquent volontiers des termes forts pour décrire l’implantation des investisseurs miniers étrangers en Afrique : il est question de pillage, de « new scramble », de malédiction des ressources, de nouveau départ de l’Afrique, etc. Ces termes suggèrent que le récent « boom » minier – un autre terme évocateur – est investi par différents imaginaires, ceux de la ruée vers l’or, de la conquête coloniale, du décollage économique, ou encore des bulles spéculatives. Ils témoignent également du fait que ce boom donne lieu à des conflits non seulement autour des ressources, mais également autour des catégories au travers desquelles il convient de le représenter. D’un côté, les compagnies minières soutiennent qu’elles contribuent au « développement durable » de la région dans laquelle elles sont établies, et cherchent à criminaliser les acteurs de la filière artisanale, accusés de recourir au travail des enfants, de polluer les sols et les rivières, etc.51 . De l’autre, les activistes, soutenus par de nombreux chercheurs et journalistes, voient dans les discours de responsabilité sociale et environnementale des entreprises un vernis de légitimation susceptible de dissimuler les abus qu’elles commettent52 .

Pour défendre leur thèse, compagnies minières et activistes lancent des chiffres (souvent invérifiables), citent des témoignages (bien choisis) et reconstruisent l’histoire des pays concernés (à leur avantage). Ce faisant, ils visent à former une « communauté interprétative » qui rallie à leur cause le public, les décideurs politiques et les institutions internationales. Pour l’heure, si la Banque mondiale – qui joue un rôle clé dans la régulation du secteur minier à l’échelle mondiale – reconnaît officieusement les nombreux problèmes posés par l’extraction minière, elle refuse de changer de stratégie et continue donc à soutenir l’ouverture du secteur minier africain aux investissements étrangers 53 .

En développant ces pistes d’analyse, cette introduction a fait en sorte de jeter les bases d’une approche socio-anthropologique des investissements miniers, qui attache une attention privilégiée à « l’agencéité » des acteurs et à l’histoire des sociétés africaines. Dans cette approche, le boom auquel nous assistons depuis le milieu des années 2000 n’est pas seulement le fruit des réformes promues par la Banque mondiale, mais plus largement celui d’un processus de « formation » largement indéterminé, qui implique aussi bien des gouvernements étrangers, des compagnies multinationales et des petites entreprises, que les élites politiques, les travailleurs et les creuseurs 54 . Il ne s’agit donc pas de sous-estimer l’influence des acteurs étrangers, ni même de contester la thèse de l’émergence de nouveaux régimes de dépendance économique et politique, mais bien de sortir de ce que Jean-François Bayart appelait, dans les premières pages de L’État en Afrique, le « paradigme du joug » – un paradigme à ce point focalisé sur les politiques de ces acteurs extérieurs qu’il en vient à dénier toute forme d’historicité aux sociétés africaines 55 .

Dans cette perspective socio-anthropologique, le boom des investissements étrangers offre un excellent point d’entrée pour étudier la trajectoire politique des régions riches en ressources minières. En premier lieu, l’exploitation minière est, dans nombre de ces régions, au cœur de la fabrique des sociétés depuis des décennies, voire des siècles. Dans ce cadre, les conflits qui se développent autour des compagnies minières ne semblent pas entièrement neufs ; ils réveillent, dans un contexte transformé, ce qui apparaît comme de vieux démons. En deuxième lieu, l’établissement de ces entreprises a des effets en chaîne – nous l’avons vu – dans différentes arènes à plusieurs niveaux. La formation du secteur minier participe donc, en même temps, de la formation de l’État, du champ du développement, etc. Suivre la manière dont un conflit passe d’un espace de lutte à un autre, et conduit les acteurs à jouer plusieurs parties en même temps, constitue un dispositif méthodologique particulièrement intéressant pour pénétrer la complexité des sociétés africaines. Enfin, le boom minier offre un champ d’analyse comparative relativement pertinent du fait qu’il met très souvent aux prises, dans différents contextes, les mêmes enjeux, les mêmes acteurs (ou catégories d’acteurs), et les mêmes technologies politiques.

Il reste que tout boom minier est par définition éphémère, comme l’histoire économique des anciennes régions minières en Afrique en atteste : elle s’est déroulée comme une succession de périodes de croissance rapide et de déclin plus longues. Dès lors, si l’implantation des entreprises minières provoque aujourd’hui de nombreux changements, comment évaluer la portée de ceux-ci dans les années, les décennies, qui viennent ? Sans céder aux prophétismes qui prédisent le « nouveau départ » de l’Afrique ou, au contraire, un retour au « cœur des ténèbres », l’analyse gagne ici à évaluer l’orientation prise par les dynamiques en cours et, plus largement, à interroger la manière dont les acteurs eux-mêmes se représentent le futur et le préparent (ou non) 56 . Les espoirs et les craintes que celui-ci suscite sont, dans un certain sens, sous-jacents à l’ensemble des rapports sociaux qui entourent les investissements miniers étrangers en Afrique.

Benjamin Rubbers (Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle, Université de Liège)

Paru dans Politique africaine 3/2013 (N° 131), p. 5-25.

Crédit image : © Raphaël Botiveau, manifestation pour la sécurité au travail dans les mines, Johannesbourg, 4 octobre 2011.

  1. R. Custers et K. Mattysen, Africa’s Natural Resources in a Global Context, Anvers, International Peace Information Service (IPIS), août 2009, <www.ipisresearch.be/att/20090812_Natural_Resources.pdf>, consulté le 16 octobre 2013 []
  2. J. G. Frynas et M. Paulo, « A New Scramble for African oil ? Historical, Political and Business Perspectives », African Affairs, vol. 106, n° 423, 2006, p. 229-251 ; R. Southall, « Scrambling for Africa ? Continuities and Discontinuities With Formal Imperialism », in H. Melber et R. Southall (dir.), A New Scramble for Africa ? Imperialism, Investment and Development, Scottville, University of KwaZulu-Natal Press, 2009, p. 1-35 []
  3. B. Campbell (dir.), Enjeux des nouvelles réglementations minières en Afrique, Uppsala, Nordiska AfrikaInstitutet, Document de recherche 3, 2004 ; B. Campbell (dir.), Mining in Africa. Regulation and Development, Londres, Pluto Press, 2009 ; D. Szablowski, Transnational Law and Local Struggles. Mining, Communities and the World Bank, Oxford/Portland, Hart Publishing, 2007 []
  4. G. Bridge, « Mapping the Bonanza : Geographies of Mining Investment in an Era of Neoliberal Reform », The Professional Geographer, vol. 56, n° 3, 2004, p. 411 []
  5. Nonobstant les nombreux rapports et articles consacrés à des pays spécifiques, voir, dans une visée comparative, B. Campbell (dir.), Enjeux des nouvelles réglementations minières…, op. cit. ; B. Campbell (dir.), Mining in Africa…, op. cit []
  6. La littérature est ici abondante. Pour un aperçu d’ensemble, voir H. Melber et R. Southall (dir.), A New Scramble for Africa ?…, op. cit []
  7. Pour une étude de cas, voir par exemple J. Hönke, « Transnational Pockets of Territoriality. Governing the Security of Extraction in Katanga (DRC) », Working Paper Series, n° 2, Graduate Centre Humanities and Social Sciences of the Research Academy Leipzig, 2009. Les principales références théoriques sur cette question sont J. Ferguson, Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Order, Durham/Londres, Duke University Press, 2006, chap. 8 et R. Abrahamsen et M. C. Williams, Security Beyond the State. Private Security in International Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, chap. 4 []
  8. Deux numéros spéciaux ont notamment été consacrés à cette thématique dans Third World Quarterly, « Beyond Corporate Social Responsibility ? Business, Poverty and Social Justice », vol. 28, n° 4, 2007 et Resources Policy, « Corporate Social Responsibility in the Extractive Industries : Experiences from Developing Countries », vol. 37, n° 2, 2012 []
  9. Que ce soit pour le Ghana, la Zambie ou la RDC, de nombreux rapports produits par des ONG aboutissent à cette conclusion. Pour une argumentation plus générale, voir R. Bush, « Scrambling to the Bottom ? Mining, Resources and Underdevelopment », Review of African Political Economy, vol. 35, n° 117, 2008, p. 361-368 ; R. Bush, « Mining, Dispossession, and Transformation in Africa », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism. Boom and Bust on the Globalized Copperbelt, New York, Palgrave Macmillan, 2010, p. 237-268 ; A. Bebbington et al., « Contention and Ambiguity : Mining and The Possibilities of Development », Development and Change, vol. 39, n° 6, 2008, p. 887-914 ; S. Pegg, « Mining and Poverty Reduction : Transforming Rhetoric into Reality », Journal of Cleaner Production, vol. 14, n° 3-4, 2006, p. 376-387 []
  10. Pour un compte-rendu de ces débats, voir M. L. Ross, « The Political Economy of the Resource Curse », World Politics, vol. 51, n° 2, 1999, p. 297-322 ; A. Rosser, The Political Economy of the Resource Curse : A Literature Survey, Institute of Development Studies, Working Paper, n° 268, University of Sussex, 2006 ; A. Bebbington et al., « Contention and Ambiguity… », art. cit []
  11. Un bon exemple pour les premiers est R. Bush, « Scrambling to the Bottom ?… », art. cit. et, pour les seconds, G. Hilson et B. Murck, « Sustainable Development in the Mining Industry : Clarifying the Corporate Perspective », Resources Policy, vol. 26, n° 4, 2000, p. 227-238. On retrouve ainsi pour le secteur minier les deux postures morales et politiques – la posture critique et la posture appliquée – qui polarisent le champ des sciences du développement en général []
  12. Par exemple, A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit. ; S. Luning, « Liberalisation of the Gold Mining Sector in Burkina Faso », Review of African Political Economy, vol. 35, n° 117, 2008, p. 387-401 ; S. Luning, « Corporate Social Responsibility (CSR) for Exploration : Consultants, Companies and Communities in Processes of Engagements », Resources Policy, vol. 37, n° 2, 2012, p. 205-211 ; ou encore S. Geenen et K. Claessens, « Disputed Access to the Gold Sites in Luhwindja, Eastern Democratic Republic of Congo », Journal of Modern African Studies, vol. 51, n° 1, 2013, p. 85-108 []
  13. En ce qui concerne les compagnies minières, voir C. Ballard et G. Banks, « Resource Wars : The Anthropology of Mining », Annual Review of Anthropology, vol. 32, 2003, p. 290 []
  14. R. Southall, « The “New Scramble” and Labour in Africa », Labour, Capital and Society, vol. 41, n° 2, 2008, p. 148 []
  15. Nombreux sont, par exemple, les travaux qui traitent de la politique économique de la Chine en Afrique sans mesurer l’autonomie dont jouissent les sociétés privées vis-à-vis du gouvernement, ou encore la grande hétérogénéité des migrants chinois sur le sol africain. Voir notamment Y. J. Park, « Chinese Migration in Africa », Occasional Paper, n°24, South African Institute of International Affairs, 2009 ; J. Gu, « China’s Private Entreprises in Africa and the Implications for African Development », European Journal of Development Research, vol. 21,n° 4, 2009, p. 570-587 ; J. Jansson, « Views From the “periphery”. The Manifold Reflections of China’s Rise in the D. R. Congo », in X. Li et S. Christensen (dir.), The Rise of China. The Impact on Semi-Periphery and Periphery Countries, Aalborg, Aalborg University Press, 2012, p. 173-203 []
  16. Plusieurs idées développées dans cette introduction sont esquissées et illustrées par des exemples concrets dans B. Rubbers, Le Paternalisme en question. Les anciens ouvriers de la Gécamines face à la libéralisation du secteur minier katangais (R.D. Congo), Paris, L’Harmattan, Cahiers africains, 2013 []
  17. L’agencéité (agency) est comprise ici comme la capacité des individus à agir, à influencer le monde social qui les entoure et, partant, à maîtriser leur propre devenir []
  18. En 1995, 36 pays africains avaient, à l’instigation de la Banque mondiale, édicté des lois et mis en place des institutions pour tenter de la structurer. E. Fischer, « Occupying the Margins : Labour Integration and Social Exclusion in Artisanal Mining in Tanzania », Development and Change, vol. 38, n° 4, 2007, p. 736-737 []
  19. Voir l’article de S. Geenen et F. Mukotanyi, « “Les grands poissons mangent les petits” : multiples aspects d’un conflit autour d’une concession minière au Sud-Kivu », dans le présent numéro ; S. Geenen et K. Claessens, « Disputed Access to the Gold Sites… », art. cit. ; G. Hilson, et N. Yakovleva, « Strained Relations : A Critical Analysis of the Mining Conflict in Prestea, Ghana », Political Geography, vol. 26, n° 1, 2007, p. 98-119 ; R. Bush, « “Soon There Will Be No-One Left to Take the Corpses to the Morgue” : Accumulation and Abjection in Ghana’s Mining Communities », Resources Policy, vol. 34, n° 1-2, 2009, p. 57-63 ; A. Aubynn, « Sustainable Solution or a Marriage of Inconvenience ? The Coexistence of Large Scale Mining and Artisanal and Small-Scale Mining on the Abosso Goldfields Concession in Western Ghana », Resources Policy, vol. 34, n° 1-2, 2009, p. 64-70 ; J. Carstens et G. Hilson, « Mining, Grievance and Conflict in Rural Tanzania », International Development Planning Review, vol. 31, n° 3, septembre 2009, p. 301-326 []
  20. S. Luning, « Liberalisation of the Gold Mining Sector… », art. cit. ; S. Luning, « Gold Mining in Samatenga, Burkina Faso : Governing Sites, Appropriating Wealth », in J. Abbink et A. Van Dokkum (dir.), Dilemmas of Development. Conflicts of Interest and Their Resolutions in Modernizing Africa, Leiden, African Studies Centre, 2008, p. 189-205 []
  21. F. de Boeck, « Garimpeiro Worlds : Digging, Dying and “Hunting” for Diamonds in Angola », Review of African Political Economy, vol. 28, n° 90, 2001, p. 548-562 ; T. Grätz, « Les Frontières de l’orpaillage en Afrique occidentale », Autrepart, vol. 2, n° 30, 2004, p. 135-150 ; K. Werthmann et T. Grätz (dir.), Mining Frontiers in Africa. Anthropological and Historical Perspectives, Cologne, Köppe, 2012 []
  22. Pour l’Est de la RDC par exemple, voir M. Nest, Coltan, Cambridge, Polity Press, 2011 ; J. Cuvelier (dir.), The Complexity of Resource Governance in a Context of State Fragility : The Case of Eastern DRC, rapport International Peace Information Service/International Alert, novembre 2010 []
  23. W. Reno, « Order and Commerce in Turbulent Areas : 19th Century Lessons, 21st Century Practice », Third World Quarterly, vol. 25, n° 4, 2001, p. 607-625 []
  24. F. de Boeck, « Domesticating Diamonds and Dollars : Identity, Expenditure and Sharing in Southwestern Zaire (1984-1997 », Development and Change, vol. 29, n° 4, octobre 1998, p. 777-810 ; K. Werthmann, « “Frivolous squandering” : Consumption and Redistribution in Mining Camps », in J. Abbink et A. Van Dokkum (dir.), Dilemmas of Development…, op. cit., p. 60-76 ; J. Cuvelier, Men, Mines and Masculinities : The Lives and Practices of Artisanal Miners in Lwambo (Katanga Province, DR Congo), thèse de doctorat en anthropologie sociale et culturelle, Université catholique de Louvain, 2011 []
  25. E. Herbert, « Mining as Microcosm in Precolonial Sub-Saharan Africa. An Overview », in A. B. Knapp, V. C. Pigott et E. W. Herbert (dir.), Social Approaches to an Industrial Past. The Archaeology and Anthropology of Mining, Londres/New York, Routledge, p. 138-154 []
  26. Voir B. Rubbers, Le Paternalisme en question…, op. cit., chap. 6 []
  27. T. Grätz, « Gold Mining and Risk Management : A Case Study from Northern Benin », Ethnos, vol. 68, n° 2, 2003, p. 192-208 ; T. Grätz, « Gold Trading Networks and the Creation of Trust : A Case Study from Northern Benin », Africa, vol. 74, n° 2, 2004, p. 146-172 ; T. Grätz, « Moralities, Risk and Rules in West African Artisanal Gold Mining Communities : A Case Study of Northern Benin », Resources Policy, vol. 34, n° 1-2, mars-juin 2009, p. 12-17 ; C. Panella (dir.), Worlds of Debts. Interdisciplinary Perspectives on Gold Mining in West Africa, Amsterdam, Rotzenberg, 2010 ; L. Arnaldi di Balme et C. Lanzano, « “Entrepreneurs de la frontière” : le rôle des comptoirs privés dans les sites d’extraction artisanale de l’or au Burkina Faso », dans le présent numéro []
  28. J. Ferguson, « Seeing Like an Oil Company : Space, Security, and Global Capital in Neoliberal Africa », American Anthropologist, vol. 107, n° 3, 2005, p. 379 ; J. Hönke, « Transnational Pockets of Territoriality… », art. cit, p. 18 ; B. Rubbers, Le Paternalisme en question…, op. cit []
  29. A. Hampaté Bâ, L’étrange destin de Wangrin ou les roueries d’un interprète africain, Paris, Union Générale d’Éditions, 1973 []
  30. C. K. Lee, « Raw Encounters : Chinese Managers, African Workers, and the Politics of Casualization in Africa’s Chinese Enclaves », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 127-154 []
  31. Ces événements s’inscrivent dans un contexte de montée du sentiment anti-Chinois en Zambie. Lors des élections présidentielles de 2006 et 2011, le candidat du Patriotic Front, Michael Sata, a construit sa campagne sur ce thème []
  32. M. Larmer, « Historical Perspectives on Zambia’s Mining Booms and Busts », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 31-58 ; G. Martens, « Congolese Trade Unionism : the Colonial Heritage », Brood en Rozen, vol. 4, n°2, 1999, p. 129-149. Pour un compte-rendu des recherches récentes sur le syndicalisme en Afrique, qui remet en perspective les spécificités du cas sud-africain, voir R. Botiveau, « Le Perpétuel retour du travail : penser les syndicats en Afrique entre luttes historiques et actuelles », Politique africaine, n°129, mars 2013, p. 157-170 []
  33. R. Banégas et J.-P. Warnier, « Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir », Politique africaine, n°82, juin 2001, p. 5-21 []
  34. B. Campbell (dir.), Enjeux des nouvelles réglementations…, op. cit. ; B. Campbell (dir.), Mining in Africa…, op. cit. ; D. Szablowski, Transnational Law and Local Struggles…, op. cit []
  35. Sur ces stratégies d’extraversion, voir B. Hibou, « Le “capital social” de l’État falsificateur, ou les ruses de l’intelligence économique », in J.-F. Bayart, S. Ellis et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 105-158 []
  36. W. Reno, « How Sovereignty Matters : International Markets and the Political Economy of Local Politics in Weak States », in T. Callaghy, R. Kassimir et R. Latham (dir.), Intervention and Transnationalism in Africa. Global-Local Networks of Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 197-215 []
  37. Voir G. Hilson, « An Overview of Land Use Conflicts in Mining Communities », Land Use Policy, vol. 19, n° 1, janvier 2002, p.65-73 ; S. Lange, « Gold and Governance : Legal Injustices and Lost Opportunities in Tanzania », African Affairs, vol. 110, n° 439, 2011, p. 233-252 ; S. Geenen et K. Claessens, « Disputed Access to the Gold Sites… », art. cit. Comme l’illustre ce dernier article, cette problématique gagne à être analysée à partir de la théorie générale de l’accès proposé par J. Ribot et N. Peluso, « A Theory of Access », Rural Sociology, vol. 68, n° 2, 2003, p. 153-181 ; voir aussi T. Sikor et C. Lund, « Access and Property : A Question of Power and Authority », Development and Change, vol. 40, n° 1, janvier 2009, p. 1-22 []
  38. R. Negi, « The Mining Boom, Capital and Chiefs in the “New Copperbelt” », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 209-236 []
  39. T. Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), Les Pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala, 1998 []
  40. T. Bierschenk, J.-P. Chauveau et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Paris, Karthala, 2000 []
  41. M. Keck et K. Sikkink, Activists Beyond Borders. Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1998 ; J. Ferguson, Global Shadows…, op. cit., chap. 4 []
  42. Ce que D. A. Snow et al. appellent une amplification de cadre : D. A. Snow, E. Burke Rochford, J. S. K. Worden et R. D. Benford, « Frame Alignement Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, vol. 51, n° 4, 1986, p. 464-481 []
  43. H. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1985 []
  44. Voir M. Williams, « The Gold Standard of Governance : Mining, Decentralization and State Power in Senegal », Politique africaine, n°117, avril 2010, p. 127-148 ; J. Hönke, « New Political Topographies. Mining Companies and Indirect Discharge in Southern Katanga (DRC) », Politique africaine, n°120, décembre 2010, p. 105-127 []
  45. J.-B. Gewald et S. Soeters, « African Miners and Shape-Shifting Capital Flight : The Case of Luanshya/Baluba », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 155-184 []
  46. []
  47. A. Tsing, Friction : An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2004, chap. 2 []
  48. J. Hönke et T. A. Borzel, « From Compliance to Practice. Mining Companies and the Voluntary Principles on Security and Human Rights in the Democratic Republic of Congo », SFB-Governance working paper series, n° 25, 2011 []
  49. M. A. Welkker, « ‘Corporate Security Begins in the Community’ : Mining, the Corporate Social Responsibility Industry, and Environmental Advocacy in Indonesia », Cultural Anthropology, vol. 24, n° 1, 2009, p. 142-179 []
  50. S. Jackson, « “Nos richesses sont pillées !”. Économies de guerre et rumeurs de crime au Kivu », Politique africaine, n°84, décembre 2001, p. 117-135 []
  51. On en retrouve une belle illustration dans les travaux de la Commission sénatoriale belge sur le « pillage » au Congo en 2002. En l’absence de preuves, les questions parlementaires visaient avant tout à confirmer les allégations portant sur les hommes d’affaires incriminés dans le financement de la guerre. Voir B. Rubbers, Faire fortune en Afrique. Anthropologie des derniers colons du Katanga, Paris, Karthala, 2009, chap. 4 []
  52. Pour témoigner de ces abus à l’encontre de l’environnement, des droits sociaux ou encore des populations indigènes, ils prennent appui sur des scandales bien documentés tels ceux impliquant Freeport en Indonésie et BHP en Papouasie-Nouvelle-Guinée []
  53. S. Pegg, « Mining and Poverty Reduction… », art. cit []
  54. B. Berman et J. Lonsdale, Unhappy Valley : Conflict in Kenya and Africa, Londres, James Currey, 1992 ; B. Hibou, L’Afrique est-elle protectionniste ? Les chemins buissonniers de la libéralisation extérieure, Paris, Karthala, 1996 []
  55. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989, p. 20. À mon sens, le « paradigme du joug » demeure dominant dans la littérature sur l’économie politique en Afrique, que celle-ci s’inscrive dans une perspective critique ou appliquée. Mais la persistance de ce paradigme – ou sa réactivation sous de nouveaux atours théoriques – se fait le plus souvent sur un mode implicite, en négligeant tout simplement de prendre en considération l’agencéité des acteurs africains. Sur ce problème (la reproduction implicite de schémas d’analyse critiqués depuis longtemps), voir notamment J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, 1999 []
  56. J. Smith, « Tantalus in the Digital Age. Coltan Ore, Temporal Dispossession, and “Movement” in the Eastern Democratic Republic of Congo », American Ethnologist, vol. 38, n° 1, 2011, p. 17-35 ; T. Makori, « Abjects retraités, jeunesse piégée : récits du déclin et d’une temporalité multiple parmi les générations de la “Copperbelt” congolaise », dans le présent numéro []

Les « crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales, par Vincent Bonnecase et Julien Brachet

intro130Introduction au dossier “Crises et chuchotements au Sahel”, Politique africaine N°130.

Nul ne doute que l’Afrique sahélienne est aujourd’hui une région en crise. C’est en tout cas ce qui ressort des médias internationaux qui, au-delà de la seule guerre au Mali, consacrent régulièrement leurs titres aux multiples maux qui affectent actuellement cette partie du monde. De fait, les signes de désordres larvés ou de conflits ouverts ne manquent pas si l’on considère les évolutions qu’ont connues les pays sahéliens ces dernières années. Plusieurs de ces pays ont subi des coups d’État – la Mauritanie en 2008, le Niger en 2010, le Mali en 2012 – ainsi que des rébellions armées qui ont mené dans le cas soudanais à une partition de jure du territoire en 2011, et dans le cas malien à une partition de facto de plusieurs mois en 2012. Ces troubles politiques et militaires sont intervenus sur fond de tensions sociales et de difficultés économiques : tandis que depuis 2005, plusieurs villes sahéliennes ont été touchées par d’importants « mouvements contre la vie chère » dans un contexte d’augmentation des prix internationaux des céréales, les populations rurales restent soumises à une forte vulnérabilité alimentaire, laquelle s’est traduite par de nouvelles crises alimentaires et alertes à la famine en 2010 et en 2012. Parallèlement, une grande partie de l’espace sahélien est en proie à une criminalité importante et aux activités de groupes armés, dont certains se réclament désormais d’un islam radical. Ces groupes apparaissent comme une menace pour la stabilité des États de la région et la sécurité d’une partie de leurs populations. Et c’est au nom de la lutte contre cette menace que le gouvernement français a engagé en janvier 2013 une intervention militaire au Mali, soutenue par les forces tchadiennes et par la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) sous conduite africaine.

Pareil constat d’un Sahel en crise, loin de découler de la seule lecture médiatique de ces divers événements, apparaît tout aussi évident si l’on se réfère aux nombreux ouvrages, articles et manifestations scientifiques récemment consacrés à l’Afrique sahélienne, quand bien même ces derniers s’attachent à analyser la complexité de cette notion de crise 1) . On peut toutefois se demander à quel point un tel constat est nouveau, tant les discours sur les crises sahéliennes semblent être permanents depuis que la notion même de « Sahel » a pris son sens géopolitique, dans le contexte de la famine du début des années 1970 pour désigner un ensemble de pays africains essentiellement caractérisés par la grande pauvreté 2 . L’espace régional ainsi dénommé a d’emblée émergé comme un espace en crise sur la scène internationale et son histoire semble, depuis lors, se caractériser par une série de catastrophes sur les plans politique, économique et social, mais aussi dans les domaines démographique, écologique et, désormais, sécuritaire. C’est finalement la pertinence même de l’emploi du terme crise que l’on peut interroger, dès lors que celle-ci désigne, par une forme d’oxymore, une situation quasi-permanente et structurelle depuis une quarantaine d’années 3 . Certes, un certain nombre de déséquilibres qui affectent aujourd’hui le Sahel paraissent plus aigus que par le passé et davantage susceptibles de se propager à l’ensemble de l’espace régional. Mais ces déséquilibres ne seraient-ils pas aujourd’hui d’autant plus visibles aux yeux du monde que l’Afrique sahélienne n’est plus considérée comme une simple périphérie, mais comme une région hautement stratégique, théâtre de transformations sociales dont les enjeux économiques, politiques et sécuritaires dépassent largement le cadre de ses frontières, et dont la déstabilisation pourrait avoir des répercussions lointaines, notamment en Europe ?

Derrière les cris d’alarme des médias et des politiques, derrière cette vision d’un Sahel qui serait au bord de l’implosion, il convient d’interroger ce qui se chuchote, loin des micros et des projecteurs, dans les rues des villes et des villages autant que dans les couloirs des institutions. Nous proposons, dans ce dossier de Politique africaine, de déplacer le regard porté sur les seuls faits saillants qui mettent actuellement en lumière l’Afrique sahélienne, pour interroger ces derniers à l’aune de la vie quotidienne des populations, ainsi qu’à celle des pratiques habituelles des acteurs institutionnels. Deux enjeux principaux traversent les différents articles qui le composent. Le premier consiste à interroger les perceptions locales des « crises » dans différents domaines. Il s’agit de se demander jusqu’à quel point ce qui est défini comme crise, parfois de manière exogène, est également perçu comme tel par les populations sur place mais aussi, lorsque c’est le cas, en quoi un tel diagnostic va de pair avec une redistribution des rôles et l’ouverture de nouvelles opportunités pour certains acteurs à l’échelle locale, nationale ou régionale. Le second enjeu consiste à interroger les effets des politiques de crise mises en œuvre au Sahel, que ces dernières soient tout à fait nouvelles ou qu’elles ne soient que le prolongement de politiques antérieures par d’autres moyens 4 . Ce qui est désigné comme « crise » ne renvoie pas seulement à une réalité sociale, mais aussi à un mode de gouvernement de cette réalité. Il s’agira ainsi de s’interroger sur ces différents dispositifs nationaux et internationaux de gouvernement mis en place ces dernières années au Sahel, ainsi que sur leurs effets, délibérés ou involontaires, non pas seulement à l’endroit des phénomènes qu’ils prétendent officiellement combattre, mais aussi et surtout sur la vie ordinaire des populations 5 .

De quoi le Sahel est-il le nom ?

Si le terme Sahel, d’origine arabe (signifiant « côte », « rivage »), est assez consensuel dans son usage, il ne l’est pas dans sa définition. Quels États, quelles régions, quelles populations en font partie ? Ce flou et le questionnement qui en découle ne sont pas spécifiques à cette partie du globe, comme le montrent les études sur le monde atlantique 6 , l’océan Indien 7  ou les régions du Pacifique 8 , autant de zones bien délicates à délimiter, comme peut l’être le Sahel. Bien loin de vouloir donner de celui-ci une définition essentialiste, nous voudrions revenir ici sur ce qui fait qu’on a progressivement parlé de l’Afrique sahélienne comme d’une région, dotée d’une cohérence d’ensemble, mais aussi sur la manière dont cette région n’a cessé de voir ses limites se remodeler en fonction des caractéristiques dont elle était affublée.

Dans les grandes chroniques arabes du XVIIe siècle que sont le Ta’rīkh al-Fattāsh et le Ta’rīkh al-Sūdān, il est déjà question des royaumes du Sahel, dans la région de Gao et de Tombouctou notamment, dont certains monarques ont laissé la mémoire d’une immense richesse 9) . Le terme même de Sahel s’est d’ailleurs diffusé de l’arabe à un certain nombre de langues locales, le bambara, le fufulde et le tamasheq notamment. Au cours du xixe siècle, il apparaît cependant assez peu dans les récits des voyageurs européens : si Heinrich Barth l’emploie dans celui qu’il fait de son voyage entre Tripoli, Tombouctou et le lac Tchad 10 , en revanche il n’en est pas fait mention dans le récit de René Caillé qui s’est rendu à Tombouctou et à Djenné 11 , ni dans celui de Monteil qui a voyagé du Sénégal au lac Tchad 12 . Le terme devient plus usuel au cours de la première partie du xxe siècle chez les administrateurs coloniaux français, qui désignent par « Sahel » les régions jouxtant le Sahara, soit au Sud (le « Sahel soudanais » 13 ), soit plus fréquemment au Nord (il peut être ainsi question du « Sahel tunisien » ou encore du « Sahel d’Alger » 14 ). Mais au final, ce terme reste alors moins usité qu’il ne le sera par la suite, sinon de manière endogène par certaines populations qui vivent dans ces régions d’Afrique, et il se rapporte alors à différents endroits plus qu’il ne désigne une région à proprement parler.

Au cours du XXe siècle, le Sahel gagne une relative audience, principalement parmi les géographes et les climatologues qui dénomment ainsi l’espace de transition entre le Sahara et la zone soudanienne. Cet espace se définit alors principalement sur la base des isohyètes, même si nul ne s’accorde véritablement sur les mêmes chiffres pour en déterminer les contours 15 . Le Sahel englobe alors, selon ces critères mouvants, une vaste zone allant de l’Atlantique à l’océan Indien, comprenant non seulement une large part de l’Afrique de l’Ouest francophone, mais aussi une partie de l’Afrique anglophone, ainsi que des territoires éthiopien et somalien. Mais jusque dans les années 1960, il ne désigne toujours pas un ensemble de pays, pris au sens géopolitique du terme. De manière significative, Yves Lacoste ne fait nulle mention du Sahel dans la première édition de sa Géographie du sous-développement, publiée en 1965, où il s’attache à définir les caractéristiques communes et les singularités des pays sous-développés 16 . Le terme apparaît en revanche dans l’édition de 1976 du même ouvrage (dont le titre a été augmenté d’un sous-titre : Géopolitique d’une crise), dans le chapitre consacré à la « géographie de la faim ». Sont alors évoquées à maintes reprises « ces famine survenues en 1973-1974 dans les pays du Sahel et en Éthiopie 17 ». C’est finalement dans le contexte de cette crise alimentaire du début des années 1970, la plus grave qu’aient connue les populations de l’Afrique occidentale depuis les années 1930, que le Sahel a désormais désigné non plus seulement une zone géo-climatique, mais aussi un ensemble de pays frappés par la sécheresse et la famine. Selon les termes du démographe John Cadwell, on s’est alors mis à parler des « pays sahéliens […] pour se référer […] au Sénégal, à la Mauritanie, au Mali, à la Haute-Volta, au Niger et au Tchad 18 ».

Cette émergence de l’espace sahélien dans les représentations internationales a été favorisée par un ensemble hétérogène de mobilisations médiatiques, humanitaires, politiques et scientifiques qui venaient brusquement mettre en lumière l’importance des problèmes alimentaires et nutritionnels dans cette partie de l’Afrique. Les nombreuses organisations humanitaires, tout d’abord, venues porter assistance aux populations victimes de la famine jouent un rôle important dans le processus : les images des enfants sous-alimentés et des camps de réfugiés sont largement relayées par les médias occidentaux, jusqu’à s’imposer assez rapidement comme l’un des symboles les plus communément véhiculés de la pauvreté dans le monde 19 . Les gouvernements africains, ensuite, contribuent à ce phénomène en créant, en 1973, le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) 20 , nouvelle organisation régionale dont l’objectif initial est de susciter et de coordonner une réponse internationale face à la famine 21 . Des universitaires français, enfin, en lien avec le milieu associatif, concourent à identifier le Sahel comme une région spécifique. En 1973, un collectif de chercheurs, le Comité d’Information Sahel, se constitue notamment autour de Claude Meillassoux pour « informer sur les causes profondes de la misère qui frappe l’Afrique sahélienne et sur les résistances et les luttes que suscite la domination impérialiste 22 ». C’est à la suite de cette initiative qu’est publié en 1974 Qui se nourrit de la famine au Sahel ?, premier ouvrage académique – et militant – à porter spécifiquement sur le Sahel au sens géopolitique du terme, suivi en 1975 par Famines et sécheresses du Sahel publié sous la direction de Jean Copans 23 . Dans ce contexte de famine, le Sahel a donc gagné une visibilité inédite et de nouveaux contours, les idées de grande pauvreté puis de crises à répétition (suite à la famine de 1984-1985) lui conférant son unité aux yeux du reste du monde.

Si depuis lors, la faim et la pauvreté constituent toujours des caractéristiques centrales accolées à l’Afrique sahélienne 24 , celle-ci apparaît désormais dans les représentations politiques et médiatiques à travers un nouveau prisme qui participe de la modification de ce qui la caractérise sur la scène internationale et conséquemment de ses contours : celui de la radicalisation religieuse, vecteur désigné de déstabilisation politique et, sous une forme exacerbée, celui du terrorisme international. Certes, tout n’est pas nouveau dans de telles représentations. La crainte d’un islam d’inspiration réformiste, soumis aux influences extérieures, qui radicaliserait un « islam noir » supposé plus tolérant était présente au ministère français des Colonies depuis la fin du xixe siècle 25 : la notion de « péril confrérique », et en particulier celui représenté par des confréries créées en Afrique du Nord, avait quasiment été érigée en doctrine officielle, entretenue jusque dans les années 1930 par les services coloniaux de police et de renseignements de part et d’autre du Sahara 26 . Après les Indépendances, cette crainte a continué d’agiter un certain nombre de gouvernements ouest-africains, en particulier celui du Nigeria qui fut confronté à une contestation politique et sociale très virulente de la part de mouvements islamiques fondamentalistes, réformistes et mahdistes, notamment le mouvement Izala à partir de la fin des années 1970 27  et celui des Maitatsine, engagé au début des années 1980 dans une violente rébellion qui se solda par plusieurs milliers de morts 28 . En revanche, l’extension de la perception du risque de radicalisation religieuse et de crise sécuritaire à l’ensemble du Sahel est relativement nouvelle depuis une dizaine d’années. Cette extension est allée de pair avec un remodelage des contours géopolitiques de cet espace, la conception de ladite radicalisation étant indissociablement liée à celle du risque de sa propagation 29 .

Jusqu’à la fin des années 1990, en dehors du Nigeria, la violence politico-religieuse était principalement associée au territoire algérien, théâtre d’une guerre civile meurtrière et lieu de création, entre autre, du Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) en 1998, lui-même issu d’une dissidence du Groupe islamique armé (GIA). Après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis d’Amérique, l’Afrique sahélienne apparaît rapidement comme un foyer potentiel du terrorisme international. Cela se traduit dès 2002 par la mise en place de nouveaux dispositifs internationaux de surveillance, en particulier la Pan-Sahel Initiative (PSI), établie par le gouvernement étasunien en vue de resserrer les liens de coopération militaire et stratégique avec les gouvernements locaux. À partir de 2005, la PSI devient la Trans-Sahara counter Terrorism Initiative, placée elle-même depuis 2008 sous la responsabilité du United States Africa Command (Africom) basé à Stuttgart 30 . Sahara et Sahel se sont retrouvés presque indifférenciés 31  dans ces nouveaux dispositifs qui, loin de parvenir aux fins qui leur étaient assignées, n’ont fait qu’accompagner l’apparition de différents groupes se réclamant de l’islam radical et de la lutte armée 32 . La multiplication de ces groupes agissant dans une région de plus en plus vaste a conduit à élargir considérablement l’espace compris comme sahélien. Ainsi, à partir du début de l’année 2013, les parties septentrionales du Nigeria, du Cameroun et de la Centrafrique sont apparues sur les cartes du ministère français des Affaires étrangères comme des régions du Sahel « formellement déconseillées », alors que ces cartes ne comprenaient jusqu’alors que de larges parties de la Mauritanie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad 33. D’autres cartes du « Sahel » diffusées par les médias intégraient déjà, en outre, toute une partie de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et de l’Égypte 34 . Au plus fort de cet étirement, ce qui est désormais dénommé « l’arc de crise du Sahel 35 » recouvre ainsi parfois un petit tiers du continent africain, de la Mauritanie à la Somalie.

Derrière la visibilité des crises, interroger les chuchotements

Mais que faut-il entendre par « crise » ? Le constat de son évidence ne lui confère aucun contenu immédiatement assignable. En l’appliquant progressivement à toutes les composantes de la vie (il est ainsi aujourd’hui régulièrement question de crises politiques, économiques, financières, religieuses, sociales, migratoires, alimentaires ou démographiques, au Sahel et ailleurs), on en vient à se demander ce qui légitime cette unification sous un même qualificatif, voire une même métaphore médicale, de domaines si différents 36 . La limite entre un état supposé normal et un état supposé critique est en outre toujours floue, difficile à définir, voire idéologique en tant qu’elle résulte d’appréciations négociées entre pouvoirs, experts et populations. Pour autant, si l’on admet d’une part le fait que pour qu’il y ait crise, il faut un accroissement brusque et intense des désordres, des incertitudes, des perturbations, des blocages et des dysfonctionnements, en somme un « dérèglement organisationnel » entraînant une rupture d’équilibre 37 , et d’autre part le fait que le Sahel désigne depuis une quarantaine d’années un espace structurellement caractérisé par ce type de phénomènes, en quoi l’Afrique sahélienne serait-elle aujourd’hui particulièrement en crise ? Soit la crise est chronique, c’est-à-dire à la fois condition et contexte et non plus point de rupture momentané dans l’ordre des choses, et constitue de ce fait l’état normal et permanent des sociétés sahéliennes, ce qui transforme l’intérêt heuristique de la notion tout en rappelant que ce qui est perçu comme « équilibre » n’est pas intrinsèquement plus normal que ce qui semble être « déséquilibre » 38 . Soit on parle de crise à tort et à travers sans rien désigner de précis, ce qui ne serait pas nouveau ni même propre au Sahel : lorsque dans les années 1970, suite au premier choc pétrolier, médias et politiques européens se mirent à ne plus parler que de crise dans tous les domaines, Edgar Morin s’étonnait déjà en ces termes :

« Il est de plus en plus étrange que la crise, devenant une réalité de plus en plus intuitivement évidente, un terme de plus en plus multiplement employé, demeure un mot aussi grossier et creux ; qu’au lieu d’éveiller, il contribue à endormir 39 ».

Plutôt que de trancher entre l’une ou l’autre de ces deux postures, ce dossier a pour premier objectif d’interroger les perceptions que les populations sahéliennes peuvent avoir de ce qui tient communément lieu de crise à l’échelle internationale, quelle que soit la validité que l’on puisse par ailleurs conférer à un tel diagnostic. Cet objectif induit inévitablement un questionnement méthodologique sur le rapport au terrain et sur la possibilité de produire des données empiriques dans des zones en crise ou déclarées comme telles. Depuis quelques années, nombre d’institutions scientifiques et de représentations diplomatiques ont en effet interdit à leurs employés et ressortissants de se rendre dans de nombreuses régions sahéliennes et cela pour une durée indéterminée. Touristes, humanitaires, journalistes et chercheurs extérieurs sont peu nombreux à pouvoir encore se rendre dans toute une partie de la Mauritanie, du Mali, du Niger et du Nigeria et observer ce qui s’y passe. En revanche policiers et militaires, notamment européens, continuent de coopérer avec leurs homologues locaux afin de lutter « contre le terrorisme », « contre les trafics », ou plus discrètement « contre les migrations irrégulières ». On se retrouve ainsi dans une situation délicate, avec d’un côté des terrains qui se ferment ou tout au moins ne laissent filtrer que certaines informations, et de l’autre une demande sociale croissante d’études et d’analyses « labellisées » expertes, laquelle ne se préoccupe guère des contraintes et des logiques propres des processus de production des connaissances scientifiques. La difficile accessibilité des terrains n’empêche évidemment pas de mener des recherches 40 . Elle en modifie néanmoins les conditions de réalisation et parfois la nature.

De ce contexte d’accessibilité réduite et de demande accrue, qui n’est pas sans lien avec les agendas politiques nationaux et internationaux, résulte dans le cas présent une production croissante d’expertises reposant sur des points de vue distants sur le Sahel, et une raréfaction des travaux reposant sur une base empirique. D’où, peut-être, une survalorisation des « cris » qui portent loin, que l’on perçoit depuis les abords du Sahel et à travers la friture des téléphones, au détriment des « chuchotements » du quotidien, pourtant tout aussi révélateurs des dynamiques sociales à l’œuvre 41 . Or, les manifestations de crise même les plus patentes ne sauraient être comprises dans leur complexité dès lors qu’elles sont appréhendées isolément, comme si elles faisaient sens en elles-mêmes ou qu’elles marquaient nécessairement une nette rupture par rapport à leur environnement ordinaire, social et historique. C’est pourquoi ce dossier de Politique africaine vise à montrer le Sahel actuel à travers les vies quotidiennes et les perceptions locales de ses populations, et à replacer des faits plus ou moins visibles et médiatisés dans une analyse plus large des processus de déstabilisation, d’adaptation ou de transformation des sociétés sahéliennes contemporaines. Les différents articles qui le composent, même s’il ne couvrent inévitablement pas l’ensemble de l’espace aujourd’hui compris comme sahélien, n’en mettent pas moins en lumière la diversité des domaines où sont aujourd’hui diagnostiquées des crises, en s’intéressant davantage à ce qui se joue dans ces moments ainsi identifiés, aux activités tactiques des différents acteurs pris dans ces lieux et ces temps de crise, qu’aux « causes » de ces situations ou à leurs possibles évolutions futures 42 .

Les perceptions plurielles de la crise politique malienne et les reconfigurations rapides de la légitimité que celle-ci suscite localement sont par exemple interrogées par Julien Gavelle, Johanna Siméant et Laure Traoré, dont l’article se concentre sur un temps court allant de janvier à septembre 2012 et sur un espace resserré couvrant Bamako et la ville-garnison voisine de Kati 43 . Ce faisant, les auteurs déplacent le regard par rapport aux lectures qui feraient de la crise la résultante évidente d’une fragilité structurelle de l’État malien, accentuée depuis le Nord par la rébellion touarègue et les mouvements islamistes. Ils invitent à saisir l’existence de vies politiques dotées de certaines formes d’autonomie dans la capitale malienne, en dehors de celles dont on parle le plus. Cette crise, loin d’être réduite à un face-à-face entre les acteurs les plus visibles que sont les pouvoirs civils, l’armée et les différents groupes rebelles, fait en effet intervenir de multiples autres acteurs que sont, entre autres, les femmes des militaires, les nombreuses associations bamakoises qui se font ou se défont et les autorités islamiques de la capitale. En portant leur attention sur les rumeurs, les slogans de manifestations et les discussions de grins, les auteurs montrent en quoi la crise malienne donne lieu à une multitude de récits concurrents qui ne cessent de se reconfigurer localement au jour le jour, en fonction de l’évolution de la conjoncture politique, des opportunités qui s’ouvrent et de celles qui se ferment.

Dans un autre domaine, le mécontentement social face à l’augmentation des prix des denrées alimentaires, qui a marqué bon nombre de villes du Sahel et du reste du monde depuis le milieu des années 2000, a souvent donné lieu à des labellisations de crise assez généralistes, comme s’il s’agissait d’un même mouvement de protestation qui se serait propagé au gré des fluctuations du marché. Interroger les expressions locales de la colère dans la ville de Niamey, non seulement dans le cadre de mobilisations collectives face à « la vie chère », mais aussi dans des situations plus ordinaires, en dehors des espaces les plus visibles de la contestation, permet à Vincent Bonnecase d’en proposer une autre lecture. L’auteur montre en effet que cette colère face à l’augmentation des prix, loin de constituer une simple réaction induite par la dégradation des conditions de vie, charrie des imaginaires politiques locaux, eux-mêmes liés à la mémoire des politiques de contrôle des prix et d’approvisionnement des marchés qui ont précédé le tournant libéral de la fin des années 1980. Il explique également que les modèles de légitimité bâtis par les autorités nigériennes de l’époque, entretenus par celles qui leur ont succédé, ont alimenté des discours et des pratiques de contestation dès lors que les obligations régulatrices prêtées à l’État n’étaient plus honorées. Vue sous cet angle, la colère face à la vie chère apparaît beaucoup plus construite, plus rationnelle et plus politique que ne peuvent le laisser penser des projections fondées sur sa seule dimension émotionnelle et conjoncturelle.

Des crises entre diagnostic et dispositifs

Le second objectif du dossier est d’interroger l’incidence effective des discours de crise sur la conjoncture critique en Afrique sahélienne, voire la dimension performative de ces discours, c’est-à-dire de réfléchir sur la crise comme situation construite, parfois de manière externe plus qu’interne 44 . Si parler sans cesse de crise peut finir par endormir l’auditoire à force d’accoutumance, un tel diagnostic n’est pas pour autant sans effet et s’avère même souvent lourd de conséquences. Lorsque Henry Bernstein remettait en cause la validité de la description de la « crise » générale de l’Afrique subsaharienne faite par la Banque mondiale dans les années 1980 45 , il tentait ainsi d’invalider l’argumentation qui permettait à l’organisation libérale de justifier la mise en œuvre de ses programmes d’ajustement structurel 46 . Les processus de catégorisation de situations et d’interventions qui en découlent peuvent être étudiés dans la perspective de l’analyse séquentielle des politiques publiques : comment une « crise » émerge-t-elle et est-elle perçue comme telle, comment arrive-t-elle sur un agenda politique et de quelle façon des « solutions » sont-elles invoquées et mises en œuvre, et ensuite, plus rarement ou moins visiblement, évaluées 47 ? Depuis quelques années, l’assignation du Sahel au statut de zone en crise a suscité la multiplication de dispositifs nationaux et transnationaux, en particulier d’aide et de contrôle. Ces dispositifs apparaissent d’autant moins discutables qu’ils prétendent répondre à des situations d’urgence, de drame ou de tensions extrêmes. Pourtant, tout en prétendant sécuriser la région dans leurs différents domaines d’application, ils peuvent aussi constituer des facteurs d’insécurité pour les populations locales ou donner lieu à de multiples instrumentalisations et réappropriations, concourant à redessiner de nouveaux rapports de pouvoir à différentes échelles. Que sait-on en effet des fondements de ces politiques « anti-crises », de leur utilité, de leurs limites, voire de leurs effets pervers, si ce n’est que le seul fait de déclarer la crise est aussi pour de multiples acteurs une manière de gérer certaines situations.

Afin de saisir dans quelle mesure ces dispositifs participent d’une transformation des sociétés sahéliennes, il s’agit donc d’appréhender au mieux l’ensemble de leurs incidences, volontaires et involontaires, non pas seulement sur les objets bien identifiés contre lesquels ils prétendent lutter directement et officiellement (le terrorisme, les trafics marchands ou les famines par exemple), mais aussi et surtout sur l’ensemble des domaines de la vie ordinaire des populations. L’un des exemples les mieux documentés, sur lequel revient Daouda Gary-Tounkara dans le présent dossier à partir du cas malien, est sans doute celui des migrations entre l’Europe et l’Afrique, à propos desquelles on a commencé à parler de « crise migratoire » au début des années 2000. Partant d’une supposée « invasion » de l’Europe par des migrants irréguliers en provenance d’Afrique de l’Ouest et du Nord 48 , annoncée ad nauseam dans les médias et les discours politiques, et malgré les études prouvant l’absence de fondement statistique à ce discours 49 , des politiques migratoires ont été mises en place en Afrique, sur injonctions ou tout au moins incitations européennes. Ces politiques qui depuis lors n’ont fait que s’étendre et se renforcer, ont, entre autres, entraîné un durcissement des contrôles aux frontières septentrionales des pays du Sahel, ce qui a engendré une augmentation de la clandestinité, du coût financier et de la dangerosité des voyages des migrants au Sahara 50 . Sous couvert d’une lutte contre des migrations irrégulières à destinations de l’Europe, extrêmement marginales d’un point de vu relatif (au regard de l’ensemble des migrations entre les deux continents) et absolu (au regard des populations totales des espaces concernés), ces politiques perturbent ainsi un système migratoire et commercial qui existe depuis des décennies et qui est majoritairement intra-africain 51 . Constatant que ces politiques migratoires concourent également à créer de nouvelles catégories « d’indésirables » qui sont amenés à revenir – volontairement ou non – dans leur pays d’origine, Daouda Gary-Tounkara montre à quel point la gestion des migrations de retour constitue un paramètre important et trop peu considéré de l’actuelle crise politique malienne.

La question des dispositifs de crise apparaît également au cœur de l’article de Barbara M. Cooper sur les perceptions des questions de natalité au Sahel. Dans un contexte de médiatisation des projections démographiques qui concernent tout particulièrement l’espace sahélien (qui comptait 31 millions d’habitants en 1950, en compte 100 millions aujourd’hui, et pourrait en compter 300 millions en 2050 52 ), l’auteure analyse le décalage entre la perception endogène de la fertilité par les femmes sahéliennes elles-mêmes et sa perception allogène par les institutions internationales. Elle prend ainsi à revers tout le discours institutionnel actuel sur ce qui est conçu comme une « crise démographique » en montrant que, localement, le premier problème des femmes sahéliennes en matière de fécondité est le manque de fertilité – et plus précisément l’infertilité secondaire –, lequel expose davantage au divorce, à la séparation ou à la polygamie, et plus globalement à la fragilité sociale. De son approche de démographie et d’anthropologie historique résulte un questionnement critique des politiques de régulation des naissances mises en œuvre depuis des décennies dans la région, et en découle en filigrane une interrogation sur la légitimité de ces interventions 53 , mais aussi sur leur simple efficacité. Ces politiques, précisément parce qu’elles ne tiennent aucun compte des problèmes tels qu’ils sont vécus par les premières intéressées, finissent par avoir des effets non voulus qui peuvent être opposés aux objectifs mêmes qui leur sont assignés. La gestion de crise dans ces domaines migratoires et démographiques, comme dans de nombreux autres, constituerait finalement un art bien incertain de la gouvernance internationale 54 .

Le Sahel à travers le prisme de la menace

La question des dispositifs mis en place pour faire face à des situations de crise, indexées et traitées comme telles par différents acteurs institutionnels, rappelle ce que Didier Bigo désignait déjà il y a plus de vingt ans comme « l’idéologie de la menace du Sud 55 ». Si celle-ci se décline dans différents champs couverts par le dossier – à commencer par le risque d’« explosion démographique » dont il vient d’être question –, les faits aujourd’hui les plus visibles désignés comme constituant des menaces au Sahel sont certainement ceux qui relèvent de la radicalisation religieuse et, plus particulièrement, de l’islamisme politique 56 .

L’essor d’un islamisme politique en Afrique sahélienne, que ce soit dans la contestation du pouvoir étatique ou dans sa prise de contrôle, ne peut se comprendre sans tenir compte des trajectoires proprement locales de ses protagonistes. En analysant les « constellations d’intérêts disséminées dans les dispositifs et les logiques économiques 57 » de groupes et d’individus zaghawas impliqués dans le conflit du Darfour, Raphaëlle Chevrillon-Guibert montre ainsi dans son article comment ces derniers ont eu temporairement des intérêts qui s’articulaient avec ceux des islamistes soudanais avant et après qu’ils n’arrivent au pouvoir en 1989. L’auteure reprend l’histoire du conflit et souligne que le soutien zaghawa au régime islamiste n’avait pas forcément de fondements politiques ou religieux, ce qui permet d’appréhender la guerre du Darfour non pas seulement comme un changement d’alliances entre les acteurs à un moment donné, mais aussi dans ses aspects plus structurels liés au jeu économique. De même, Adam Higazi retrace l’histoire des Talibans nigérians, connus sous le nom de Boko Haram (bien que les membres de ce groupe réfutent généralement cette appellation et revendiquent celle de Jamā‘at ahl al-sunnah li’l-da ‘wah wa’l-jihād 58 ), en l’inscrivant dans une économie politique de la violence au sein de laquelle insurrection armée et répression d’État sont étroitement liées. La montée du conflit à partir de 2003 puis plus fortement de 2009 n’apparaît pas, à travers cette analyse, comme le produit attendu et prévisible d’une seule opposition idéologique entre un mouvement islamiste et un État fédéral séculier, mais davantage comme le fait d’interactions qui ne cessent de se redéfinir en fonction d’une trame événementielle proprement locale.

Ces analyses amènent à questionner la peur d’un islamisme qui se développerait en réseau sur l’ensemble de la zone sahélienne. Cette peur semble souvent reposer sur l’amalgame de plusieurs phénomènes, lesquels devraient prioritairement être lus de manière dissociée, même si des liens entre les uns et les autres peuvent naturellement être interrogés. Voir dans les éléments aussi divers que le développement des médersas et des écoles arabo-musulmanes 59 , le déploiement de la finance islamique 60 , l’évolution des pratiques cultuelles 61  ou encore l’essor récent du jihadisme politique 62  les signes d’un seul et même processus de radicalisation religieuse ne rend vraisemblablement pas bien compte des dynamiques réelles. Sur le simple plan organisationnel, les travaux menés sur différents groupes islamistes les dépeignent généralement comme un ensemble de factions disparates jouissant d’une grande autonomie d’action et de pensée les unes par rapports aux autres 63 , et fonctionnant selon des logiques en grande partie locales. L’instauration de la sharī‘ah constitue certes une revendication partagée (sans qu’il n’y ait nécessairement d’accord sur le niveau, l’étendue et l’intensité de son application), mais il est essentiel de rappeler que la vie quotidienne de la très grande majorité des populations sahéliennes est déjà régie depuis des décennies par le droit musulman. Prières, mariages, baptêmes, divorces, héritages, aumônes ou encore décès se font selon les règles de la sharī‘ah, c’est-à-dire les règles du « chemin du respect de la loi de Dieu ». Ce n’est ainsi pas l’application en soi de la sharī‘ah qui a pu poser problème dans le Nord du Mali en 2012, mais bien la manière dont certaines de ses parties y ont été interprétées et appliquées dans la plus grande violence. Quant à l’évolution des pratiques religieuses dans un sens plus rigoriste, il importe de distinguer sa dimension littéraliste, qui s’exprime à travers une volonté de respect de l’orthodoxie qui n’est pas nouvelle 64 , et l’une de ses transcriptions politiques qui consisterait à promouvoir la conquête du pouvoir étatique 65 . Lire ces deux phénomènes comme étant intrinsèquement liés – voire, parfois, les amalgamer sous le seul terme d’islamisme 66 – témoigne sans doute autant de l’évolution des regards portés sur l’islam que de l’évolution de l’islam lui-même 67 .

Ensuite, l’idée de consensus face à une « menace islamiste globale » empêche d’interroger d’autres réalités qui, quand bien même elles seraient d’une ampleur limitée, paraissent pourtant importantes à considérer, notamment celles des arrangements, de la participation ou de l’adhésion sociale. Plusieurs travaux, revenant sur l’instauration de la sharī‘ah dans le Nord du Nigeria à partir des années 1999-2000, ont montré que cette mesure, en plus d’avoir suscité un important débat public sur l’ampleur de son application 68 , avait été favorablement accueillie par une bonne partie des populations, notamment parce qu’elle semblait aller de pair avec la lutte contre la corruption et la restauration d’un État fort, non pas seulement dans les domaines policiers et judiciaires, mais aussi sur les plans économique et social 69 . De même, après la prise du pouvoir par les tribunaux islamiques à Mogadiscio en 2006 – et avant les interventions militaires éthiopienne et américaine –, il semble que les nouveaux pouvoirs aient été perçus, en-deçà de toute forme d’assentiment religieux, comme des éléments de stabilisation et de restauration de l’État face au désordre et à l’arbitraire politiques qui prévalaient dans les années précédentes 70 . Certes, le Mali n’est ni le Nigeria, ni la Somalie, mais jusqu’à présent les seules images des réactions populaires qui ont suivi la fuite des islamistes de Tombouctou et de Gao en janvier 2013, images qui témoignaient d’un rejet des éphémères autorités de ces deux villes, étaient produites et diffusées par l’armée française, ou par des médias soigneusement encadrés. Ces images de propagande d’une armée à ce moment là victorieuse ne laissaient évidemment pas de place au doute ou à la contradiction qui, dans tous les cas, ne devaient plus s’exprimer publiquement tant il est toujours préférable d’être dans le camp du vainqueur, quitte à le rallier tardivement. Pour autant, on peut se demander dans quelle mesure certains services publics n’ont pas continué de fonctionner avant l’intervention militaire, sur un modèle de gouvernement indirect sous la houlette des groupes islamistes 71 . On peut aussi se demander en quoi la nouvelle donne a représenté, pour certaines populations subalternes, des nouvelles opportunités en termes d’accès aux ressources, que ce soit sur un plan matériel ou sur un plan plus symbolique. Comme le remarquait Jean Schmitz lors du débat « Nord Mali/Algérie : trafics, fraude et religion au Sahara » 72 , la question de l’affichage d’une sharī‘ah égalitaire entraînant une adhésion, même minoritaire et partielle, de personnes dont les conduites ne sauraient s’expliquer par la seule subjectivité religieuse, doit être soulevée.

Finalement, à la lecture de ce dossier, force est de constater que tous les articles présentés renvoient plus ou moins directement à trois notions fondamentales de l’étude des crises et de leur gestion, à quelque échelle qu’on se place : la population comme objet, le gouvernement comme cadre politique théorique et pratique, et la sécurité comme objectif 73 . Aussi, en faisant progressivement entrer des pans entiers de la vie et des vivants – à travers leur surveillance, leur contrôle, leur orientation, leur modelage – dans des stratégies politiques qui peuvent être envisagées comme autant de stratégies de pouvoir, les dispositifs sécuritaires anti-crises apparaissent comme autant d’outils majeurs du gouvernement contemporain des individus et des groupes à travers le Sahel.

Vincent Bonnecase (CNRS – Les Afriques dans le monde), Julien Brachet (IRD – Université Paris 1)

Paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130), p. 5-22.

Crédit image : Julien Brachet, Niger, 2005.

  1. Si l’on se réfère aux colloques organisés dans les universités européennes depuis 2012, les intitulés sont parfois éloquents : « Menaces en Afrique du Nord et au Sahel et sécurité globale de l’Europe » (Maison de la Recherche, Paris, 28 février 2012), « Rebels, Terrorists and Refugees : Focus on the Current Crisis in the Sahel » (Roskilde University, Roskilde, 21-22 mai 2012), « The Sahel Crisis : Where do European and African Perspectives Meet ? » (Institute for African Studies, Bruxelles, 27 février 2013). Parallèlement, de nombreux articles académiques ont été publiés sur cette thématique des crises sahéliennes, ainsi que quelques numéros spéciaux de revues d’actualité (Questions internationales, dossier « Sahel en crises », novembre 2012 ; World Politics Review, dossier « Mali’s Conflict, the Sahel’s Crisis », janvier 2013 ; Stability, dossier « Region in Crisis : Stabilizing Mali and the Sahel », juin 2013 []
  2. V. Bonnecase, La Pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2012 []
  3. N. Van de Walle, African Economies and the Politics of Permanent Crisis, 1979-1999, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; au-delà du seul continent africain, voir également M. Revault d’Allonnes, La Crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Le Seuil, 2012 []
  4. M. Dobry, « Mobilisations multisectorielles et dynamique des crises politiques : un point de vue heuristique », Revue française de sociologie, vol. 24, n° 3, 1983, p. 395-419 []
  5. Michel Foucault définit un dispositif comme étant un réseau formé par « un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit » : M. Foucault, « Le jeu de Michel Foucault », Dits et Écrits 1954-1988, tome III, Paris, Gallimard, 1994, p. 299 []
  6. B. Bailyn, Atlantic History : Concept and Contours, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2005 []
  7. M. Pearson, The Indian Ocean, Londres, Routledge, 2003 []
  8. A. Dirlik (dir.), What Is in a Rim ? Critical Perspectives on the Pacific Region Idea, Boulder, Co, Westview Press, 1993 []
  9. A. A. I. A. Es-Sadi, Tarikh Es-Soudan, Paris, E. Leroux, 2 vol., 1898-1900 (édition originale, 1613) ; M. K. M. Kâti, Tarikh el-Fettach, Paris, E. Leroux, 1913 (édition originale, vers 1665 []
  10. H. Barth, Voyages et découvertes dans l’Afrique septentrionale et centrale pendant les années 1849 à 1855, traduit de l’Allemand par Paul Ithier, tome I, Paris, A. Bohné, 1860 []
  11. R. Caillié, Journal d’un voyage à Tombouctou et à Jenné, dans l’Afrique centrale, Paris, P. Mongie, 1830 []
  12. P. L. Monteil, De Saint-Louis à Tripoli par le lac Tchad. Voyage au travers du Soudan et du Sahara accompli pendant les années 1890-91-92, Paris, Éditions Félix Alcan, 1894 []
  13. F. de Zeltner, Mission dans le Sahel soudanais, Paris, Impr. nationale, 1911 []
  14. R. de Lamothe, Les Anciennes lignes de rivage du Sahel d’Alger et d’une partie de la côte algérienne, Paris, Société géologique de France, 1911 []
  15. B. Alpha Gado, Crises alimentaires en Afrique sahélienne. Les réponses paysannes, Cotonou, Éditions du Flamboyant, 2010, p. 35-36 ; J. Gallais, Hommes du Sahel. Espaces-temps et pouvoirs. Le Delta intérieur du Niger 1960-1980, Paris, Flammarion, 1984 []
  16. Y. Lacoste, Géographie du sous-développement, Paris, PUF, 1965 []
  17. Y. Lacoste, Géographie du sous-développement. Géopolitique d’une crise, Paris, PUF, 1976, p. 74 []
  18. J. Cadwell, La Sécheresse dans le Sahel et ses conséquences démographiques, Conseil de la Population du Conseil économique et social des Nations unies, 1975, p. 6. []
  19. J. Copans, « Images, problématiques et thèmes », in J. Copans (dir.), Sécheresses et famines du Sahel, tome 1, Paris, Maspero, 1975, p. 9-39 []
  20. Comprenant à l’origine la Haute-Volta, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad, le CILSS a depuis été rejoint par le Cap-Vert, la Gambie et la Guinée Bissau []
  21. P. Robinson, « The Political Context of Regional Development in the West African Sahel », The Journal of Modern African Studies, vol. 16, n° 4, 1978, p. 579-595 []
  22. Comité d’informations Sahel, Qui se nourrit de la famine en Afrique ?, Paris, Maspero, 1974, p. 8 []
  23. J. Copans, Sécheresses et famines…, op. cit. Voir aussi D. Dalby et R. Harrison-Church (dir.), Drought in Africa, (2 tomes), Londres, SOAS, International African Institute, 1973 []
  24. Depuis les années 1990, les pays sahéliens apparaissent invariablement à la fin des classements annuels du Pnud sur le « développement humain », voire aux tous derniers rangs pour ce qui est du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Tchad []
  25. O. Depont et X. Coppolani, Les Confréries religieuses musulmanes, Alger, A. Jourdan, 1897. Sur la perception coloniale de l’islam en Afrique subsaharienne, voir également V. Monteil, L’Islam noir, Paris, Le Seuil, 1964 []
  26. J.-L. Triaud, La Légende noire de la Sanûsiyya : une confrérie musulmane saharienne sous le regard français, 1840-1930, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1995 []
  27. O. Kane, « Izala : The Rise of Muslim Reformism in Northern Nigeria », in M. E. Marty et R. S. Appleby (dir.), Accounting for Fundamentalisms : The Dynamic Character of Movements, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 490-512 []
  28. E. Isichei, « The Maitatsine Risings in Nigeria, 1980-1985 : a Revolt of the Disinherited », Journal of Religion in Africa, vol. 17, n° 3, 1987, p. 194-208 ; A. O. Adesoji, « Between Maitatsine and Boko Haram : Islamic Fundamentalism and the Response of the Nigerian State », Africa Today, vol. 57, n° 4, 2011, p. 98-119 []
  29. C’est ce à quoi renvoie implicitement la notion de « Sahélistan » notamment utilisée par le ministre français des Affaires étrangères en juillet 2012, laissant à la fois supposer une analogie entre l’Afghanistan et le Mali, mais aussi l’existence d’un arc islamiste qui irait de Kaboul à Kidal []
  30. Voir notamment B. Lecocq et P. Schrijver, « The War on Terror in a Haze of Dust : Potholes and Pitfalls on the Saharan Front », Journal of Contemporary African Studies, vol. 25, n° 1, 2007, p. 141-166 ; A. Tisseron, « Enchevêtrements géopolitiques autour de la lutte contre le terrorisme dans le Sahara », Hérodote, n° 142, 2011, p. 98-107 []
  31. D. Retaillé et O. Walther, « Guerre au Sahara-Sahel : la reconversion des savoirs nomades », L’information géographique, vol. 76, n° 3, 2011, p. 51-68 []
  32. En particulier les Talibans du Nigeria en 2003 (depuis connus sous le nom de Boko Haram), Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi, directement issu du GSPC) en 2007, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) en 2011, Ansār al-Dīn en 2012, ou encore la katiba des Moulhatamines en 2013 []
  33. Carte « Les zones du Sahel formellement déconseillées par le Quai d’Orsay », Le Monde, 22 mars 2013 []
  34. []
  35. « Paris met en garde contre les risques d’attentats ou d’enlèvement au Bénin », Le Monde, 22 février 2013 []
  36. N. Ameline, Un arc de crise aux portes de l’Europe : un nouveau partenariat stratégique Nord/Sud pour le Sahel, Projet de rapport spécial 063 DSC 13F, Commission de la défense et de la sécurité, Assemblée parlementaire de l’Otan, 10 avril 2013 []
  37. Avant d’être une notion floue des sciences sociales qui, depuis le xixe siècle, a progressivement été utilisée dans les domaines de la psychologie, de la morale, de la politique et de l’économie, puis dans l’ensemble des domaines de la vie, le latin crisis désignait à l’origine la « phase décisive d’une maladie » []
  38. E. Morin, « Pour une crisologie », Communications, n° 25, 1976, p. 149-163 []
  39. H. Vigh, « Crisis and Chronicity : Anthropological Perspectives on Continuous Conflict and Decline », Ethnos : Journal of Anthropology, vol. 73, n° 1, 2008, p. 5-24 []
  40. E. Morin, « Pour une crisologie », art. cit., p. 163 []
  41. F. Bouillon, M. Fresia et al. (dir.), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’Études Africaines, EHESS, 2005 ; E. J. Wood, « The Ethical Challenges of Field Research in Conflict Zones », Qualitative Sociology, n° 29, 2006, p. 373-386 []
  42. Sur la question de l’écriture scientifique sur des crises en cours, voir notamment : F. Bernault, « L’écriture scientifique en temps de crise (Rwanda, Côte-d’Ivoire, Mali) », Afrique & histoire, vol. 2, n° 1, 2004, p. 267-294 []
  43. M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1987 ; voir également C. J. Greenhouse, « Introduction : Altered States, Altered Lives », in C. J. Greenhouse, E. Mertz et K. B. Warren (dir.), Ethnography in Unstable Places : Everyday Lives in Contexts of Dramatic Political Change, Durham, Duke University Press, 2002 []
  44. B. G. Jones, « The Global Political Economy of Social Crisis : Towards a Critique of the “Failed State” Ideology », Review of International Political Economy, n° 15, 2008, p. 180-205 []
  45. Notamment dans le rapport intitulé « Sub-Saharan Africa : From Crisis to Sustainable Growth. A Long-Term Perspective Study », Washington, World Bank study, 1989 []
  46. H. Bernstein, « Agricultural “Modernisation” and the Era of Structural Adjustment : Observations on Sub-Saharan Africa », The Journal of Peasant Studies, vol. 18, n° 1, 1990, p. 3-35. Voir aussi J. Ferguson, « From African Socialism to Scientific Capitalism : Reflections on the Legitimation Crisis in IMF-Ruled Africa », in D. B. Moore et G. J. Schmitz (dir.), Debating Development Discourse : Popular and Institutionalist Perspectives, New York, St. Martins Press, 1995, p. 129-148 []
  47. J. W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, MASS, Little, Brown, 1984 ; P. A. Sabatier (dir.), Theories of the Policy Process, Boulder, CO, Westview Press, 1999 []
  48. H. de Haas, « The Myth of Invasion. The Inconvenient Realities of African Migration to Europe », Third World Quarterly, vol. 29, n° 7, 2008, p. 1305-1322 []
  49. Voir notamment D. Lessault et C. Beauchemin, « Ni invasion, ni exode. Regards statistiques sur les migrations d’Afrique subsaharienne », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 25, n° 1, 2009, p. 163-194 []
  50. J. Brachet, « The Blind Spot of Repression : Migration Policies and Human Survival in the Central Sahara », in T.-D. Truong et D. Gasper (dir.), Transnational Migration and Human Security. The Migration-Development-Security Nexus, New York, Springer, 2011, p. 57-66 []
  51. A. Bensaâd (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, 2009 ; J. Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009 ; S. Bredeloup et O. Pliez (dir.), dossier « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, n° 36, 2005 []
  52. M. Potts, E. Zulu et al., Crisis in the Sahel. Possible Solutions and the Consequences of Inaction, Oasis Report, Berkeley, University of California, 2013 []
  53. Il est à noter que les services de coopération qui depuis les années 1950 promeuvent le contrôle des naissances dans les pays sahéliens sont issus de pays où, au cours de la même période, des politiques pro-natalistes étaient mises en œuvre. Voir à ce propos J. Gregory, « La démographie africaniste ou la recherche d’une technicité qui devient biais idéologique », Revue canadienne des Études africaines, vol. 13, n° 1-2, 1979, p. 197-208 []
  54. G. Harrison et R. Cline-Cole, « Global Crisis, African Governance and a Sense of Déjà vu », Review of African Political Economy, vol. 36, n° 119, 2009, p. 1-7 []
  55. D. Bigo, « L’idéologie de la menace du Sud », Cultures et conflits, n° 2, 1991, p. 3-15 ; pour une critique des catégorisations « Nord » et « Sud », voir le numéro spécial de la revue Autrepart, « On dirait le Sud… », n° 41, 2007 []
  56. Sur l’islam et l’islamisme politique, voir O. Roy, L’échec de l’Islam politique, Paris, Le Seuil, 1992 ; O. Roy et A. Boubekeur (dir.), Whatever Happened to the Islamists ? Salafis, Heavy Metal Muslims and the Lure of Consumerist Islam, New York, Columbia University Press, 2012 []
  57. B. Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La découverte, 2011 []
  58. Soit littéralement : « Assemblée des gens de la Sunna [du Prophète] pour l’appel [à l’islam] et le jihad ». []
  59. F. Bouhlel Hardy, « Les médersas du Mali : réforme, insertion et transnationalisation du savoir islamique », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 819-830 ; N. M. Baba, « Islamic Schools, the Ulama, and the State in the Educational Development of Northern Nigeria », Bulletin de l’APAD, n° 33, 2011, <http://apad.revues.org /4092 > ; L. Brenner, Controlling Knowledge. Religion, Power and Schooling in a West African Muslim Society, Londres, Hurst and Company, 2002 []
  60. M. Fall Ould Bah, « Les réseaux de la finance islamique en Afrique », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 805-817 ; A. Sounaye, « Doing Development the Islamic Way in Contemporary Niger », Bulletin de l’APAD, n° 33, 2011, <http://apad.revues.org /4084 > []
  61. D. Schulz, « Evoking Moral Community, Fragmenting Muslim Discourse. Sermon Audiorecordings and the Reconfiguration of Public Debate in Mali », Journal of Islamic Studies, n° 26, 2007, p. 39-71 ; A. Masquelier, Women and Islamic Revival in a West African Town, Bloomington, Indiana University Press, 2009 ; A. Sounaye, « Alarama is All at Once : Preacher, Media “savvy”, and Religious Entrepreneur in Niamey », Journal of African Cultural Studies, vol. 25, n° 1, 2013, p. 88-102 []
  62. J.-P. Filiu, « Les quatre fronts d’Al-Qaida », Études, vol. 413, n° 4, octobre 2010, p. 295-305 []
  63. A. Antil, « Introduction au dossier “L’islam en Afrique, un acteur transnational” », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 800-804 []
  64. J.-L. Amselle, « Le wahhabisme à Bamako (1945-1985) », Canadian Journal of African Studies, vol. 19, n° 2, 1985, p. 345-357 ; R. Otayek (dir.), Le Radicalisme islamique au sud du Sahara. Da‘wa, arabisation et critique de l’Occident, Paris, Karthala, 1993 ; O. Kane et J.-L. Triaud (dir.), Islam et islamisme au sud du Sahara, Paris, Karthala, 1999 []
  65. C. Coulon, Les Musulmans et le pouvoir en Afrique, Paris, Karthala, 1983 ; J.-P. Filiu, « Définir Al-Qaida », Critique internationale, n° 47, 2010, p. 111-133 []
  66. Voir également la critique de l’emploi du terme « islamisme » dans R. C. Martin et A. Barzegar, Islamism : Contested Perspectives on Political Islam, Stanford, CA, Stanford University Press, 2010 []
  67. O. Kane, « L’ “islamisme” d’hier et d’aujourd’hui. Quelques enseignements de l’Afrique de l’Ouest », Cahiers d’Études africaines, n° 206-207, 2012, p. 545-574 ; J.-L. Triaud et L. Villalón, « L’islam subsaharien entre économie morale et économie de marché : contraintes du local et ressources du global », Afrique contemporaine, vol. 231, n° 3, 2009, p. 23-42 []
  68. M. O’Brien et É. Smith, « La charia contestée : démocratie, débat et diversité musulmane dans les “États charia” du Nigeria », Politique africaine, n° 106, juin 2007, p. 46-68 []
  69. M. Last, « La Charia dans le Nord-Nigeria », Politique africaine, n° 79, octobre 2000, p. 141-152 []
  70. R. Marchal, « Warlordism and Terrorism : How to Obscure an Already Confusing Crisis ? The Case of Somalia », International Affairs, vol. 83, n° 6, 2007, p. 1091-1106 []
  71. Sur le possible rôle social joué par des groupes jihadistes, voir notamment : A. Norton, Hezbollah : A Short History, Princeton, Princeton University Press, 2007, ou Z. Abuza, « Jemaah Islamiyah Adopts the Hezbollah Model », Middle East Quarterly, vol. 16, n° 1, 2009, p. 15-26 []
  72. Débat autour de l’ouvrage de Judith Scheele, Smugglers and Saints of the Sahara : Regional Connectivity in the Twentieth Century, New York, Cambridge University Press, 2012, organisé par le CERI à Sciences Po, Paris, 15 avril 2013 []
  73. Voir M. Foucault, Sécurité, Territoire, Population, Paris, Le Seuil/Gallimard, 2004 []

Contestation, négociation et résistance : L’État congolais au quotidien, par Pierre Englebert et Denis Tull

intro129Introduction au dossier “République démocratique du Congo : terrains disputés”, Politique africaine N°129.

Saisir l’essentiel du politique congolais n’est pas tâche aisée. Comment faire l’état des lieux d’un État gigantesque où la multitude d’acteurs rivalisent avec des institutions faibles pour créer une atmosphère constante d’incertitude et de chaos apparent ? Les observateurs occasionnels peuvent être tentés d’affirmer que le Congo ne va nulle part, au regard des développements de ces dernières années. Le cycle de violence pratiquement jamais interrompu dans les provinces du Kivu, par exemple, les violations continues des droits de l’homme, l’échec de la réforme du secteur de sécurité, les intimidations et répressions étatiques contre certains opposants, des élections frauduleuses (2011), et plus généralement l’effritement du processus de démocratisation, sont autant de signes d’une crise persistante.

Crise, sans doute, mais sur fond de flux, de transformations et d’adaptations. Comme le disait une jeune résidente de Goma en juillet 2010 : « Ce pays est toujours en mouvement, tout le temps. C’est juste que nous ne sommes jamais sûrs si c’est vers le haut ou vers le bas »1. Témoignant d’une profonde ambivalence, cette déclaration nous rappelle que la certitude n’est pas de mise au Congo, pour la majorité des habitants dans leur vie quotidienne comme pour les observateurs que nous sommes et qui peinent à donner du sens aux événements en cours.

Dans cette introduction et dans ce dossier, toutefois, nous souhaitons suggérer trois pistes qui permettent d’appréhender, au moins en partie, les logiques de la politique congolaise. La première concerne le caractère hautement contesté du politique au Congo, qui se joue notamment à travers l’usage de la violence qui continue d’affecter certaines parties du pays depuis maintenant deux décennies. Ainsi, et bien que les conflits aient été inégalement vifs dans l’espace et dans le temps, la violence s’est imposée comme un fait dominant, voire une force structurante. Les deux numéros de Politique africaine consacrés antérieurement à la RDC2 en témoignent. Les lecteurs ne seront par surpris que le présent numéro insiste sur le fait que la violence – et les stratégies violentes des acteurs politiques – continue de marquer le pays, comme le montrent les contributions de Jason Stearns, Maria Eriksson Baaz et Judith Verweijen, bien qu’il ne s’agisse pas du sujet principal de ce dossier. Au contraire, plutôt que de traiter de la violence comme dimension principale de la politique congolaise, nous y référons comme une des manifestations de ses caractéristiques essentielles, au premier rang desquelles figure la contestation.

Il est en effet erroné de réduire la RDC à la violence, sorte de condition permanente, apparemment dénuée de toute rationalité à moins que celle-ci ne soit économique – si l’on en croit le discours dominant sur la relation entre celle-ci et la richesse du Congo en ressources naturelles. Il apparaît plus judicieux de comprendre une part importante de la violence récente dans l’Est du Congo comme l’effet de modes politiques militarisés où la coercition et la menace associée à celle-ci représentent une stratégie de contestation et de négociation très cohérente, et souvent couronnée de succès, pour faire entendre des revendications.

La contestation est monnaie courante au Congo à tous niveaux, le plus souvent sous des formes non-violentes. La vie politique à Kinshasa, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du parlement, est très conflictuelle, y compris au sein de la « majorité présidentielle » où les orientations des dirigeants sont souvent mises au défi ou simplement ignorées par les députés3. La contestation est également présente dans les relations entre Kinshasa et les provinces, lesquelles représentent un enjeu important à l’échelle nationale. La nouvelle constitution de 2006 prévoit une décentralisation plutôt forte qui, si elle était mise en place, promettrait de véritables bouleversements en matière d’accès aux ressources financières et politiques. Son manque de mise en œuvre à ce jour en fait un sujet contentieux entre « centre » et « périphérie », entre Kinshasa et les provinces, y compris celles officiellement contrôlées par le parti de Kabila4.

Ces observations nous conduisent à la deuxième piste explorée dans ce numéro, intimement liée à la première : il s’agit de la négociation. Nous ne faisons pas ici simplement référence à la nature négociée de la gouvernance, telle qu’abordée il y a déjà quelque temps par les travaux de Christian Lund pour l’Afrique en général, et clairement illustrée par Kristof Titeca et Tom de Herdt au Congo5. Ce que nous voulons mettre en valeur, c’est le rôle joué par la négociation quasi permanente dans les rapports sociaux et politiques. Bien sûr, le pouvoir est partout le sujet de négociations et son exercice en nécessite souvent davantage. Mais au Congo, la négociation n’apparaît pas tant comme instrumentale à la pratique de la politique que comme son but ou son activité principale. Le corollaire de cet état des choses est que, puisqu’il faut toujours matière à négocier et à renégocier, rien n’est jamais conclu. Le système politique congolais en vient à manquer de permanence, d’où ce caractère de flux auquel nous faisions référence plus haut.

Pourquoi ces négociations et qu’est ce qui est ainsi négocié ? On peut d’abord affirmer que dans le champ politique et économique, peu ou même rien ne se négocie sans que l’État soit impliqué sous une forme ou sous une autre. Le but premier des négociations semble être l’inclusion, que ce soit dans l’État, l’armée, ou la société, qui n’est jamais entièrement acquise ou garantie. Qu’on les appelle « Dialogue Inter-Congolais », « Processus Amani »6, « accords du 23 mars », « forum » divers et variés ou, plus récemment, « négociations de Kampala », il s’agit toujours de négocier les termes de l’inclusion et de la participation de chacun dans le système, comme si le contrat social congolais ne parvenait jamais à se conclure, mais restait l’objet de tractations sans fins. Cela indique notamment qu’il n’y a guère d’opportunités politiques et économiques en dehors de son cadre – malgré les rumeurs persistantes de son effondrement et de sa faillite. C’est davantage le manque de mise en œuvre par les autorités des décisions obtenues lors des négociations précédentes – que ce soit par mauvaise volonté, incompétence ou corruption – qui mène à la nécessité de nouvelles négociations (l’exemple du Congrès National pour la Défense du Peuple [CNDP] vient à l’esprit comme la dernière incarnation en date de ce problème)7. C’est donc la prévalence de l’incertitude (des normes, des lois, des institutions…) qui gouverne le besoin de négocier, de façonner de nouveaux arrangements ou d’en sécuriser la mise en œuvre. Un manque généralisé de légitimité sociale du système politique en résulte avec pour effet que la négociation finit par caractériser le politique plutôt qu’en être un instrument. On met peu en œuvre au Congo. On passe relativement peu de temps, en politique, à faire quelque chose. Mais on négocie.

Paradoxalement, la troisième piste que nous souhaitons développer se ramène à cette proposition : tant les acteurs qui contestent et négocient en permanence l’État et ses politiques que l’État lui-même résistent en fait à toute tentative de l’abolir, de s’en débarrasser ou de le réformer radicalement. Il n’est pas surprenant que l’État, par l’intermédiaire de ses agents, résiste à son effacement, au mépris de son autorité et aux tentatives des bailleurs de contraindre ses actions. Ce qui l’est, par contre, c’est que les acteurs non-étatiques, qu’ils soient rebelles, ONG, églises, chefs coutumiers ou encore simples citoyens – qui, souvent, se substituent aux carences de cet État – s’attachent pourtant à le reproduire dans leurs actions, et aillent jusqu’à demander sa présence.

Selon certains observateurs, la situation au Congo justifierait l’affirmation selon laquelle « la RDC n’existe pas »8. Ils suggèrent par là que l’État congolais, défini comme « un pouvoir souverain présent dans toute l’étendue du pays »9, est un mythe. Cette déception vis-à-vis de l’État congolais est répandue. En termes d’efficacité institutionnelle, rares sont ceux qui en doutent : l’État congolais n’est guère plus qu’un simulacre. Mais les approches fonctionnelles ou normatives de l’État ne permettent pas de saisir l’ensemble de ce qui, il faut bien l’admettre, est difficile à cerner. Même si l’on abandonnait l’idée qu’une autorité étatique centrale puisse exister au Congo, cela ne signifierait pas pour autant que nous trouvons à l’échelon local des structures d’autorité claire et incontestée, qu’elles soient établies par des chefs traditionnels, des chefs de milices, des gouverneurs ou autres. Nous avançons l’hypothèse que ce type d’ordre politique, même à l’échelle micro-locale, est rare au Congo. Surtout, ce type d’ordre ou de gouvernance n’est jamais établi en l’absence de l’État. De nombreux acteurs locaux restent attachés à l’État central. Ceux-ci cherchent souvent, pour ne pas dire toujours, à obtenir l’approbation et la délégation de pouvoirs de la part de l’autorité régulatrice de Kinshasa. Ce n’est pas seulement vrai des principaux groupes rebelles ayant combattu lors des Première et Deuxième guerres du Congo, mais aussi pour les milices actuellement déployées dans l’Est de la RDC, y compris le M23 qui, comme son prédécesseur le CNDP, a appelé avec insistance Kinshasa à négocier son intégration dans l’État et ses structures politiques et militaires10. Il s’agit là d’un schéma plutôt ancien, d’autant qu’aucun groupe rebelle ayant surgi pendant les deux dernières décennies n’a jamais réclamé la sécession des territoires qu’il contrôlait11. L’hypothèse selon laquelle les aspirants séparatistes ne réclameraient pas la sécession parce qu’ils seraient conscients des faibles chances de reconnaissance internationale est par ailleurs insuffisante. Cette même lucidité n’a pas empêché, en effet, d’autres séparatistes de réclamer l’indépendance ailleurs (par exemple au Mali ou au Kenya), même si ce type de revendication sert surtout à attirer l’attention internationale12). L’État existe en outre bel et bien dans l’esprit de l’opinion publique. Comment expliquer autrement les protestations nationales contre le gouvernement (et la « communauté internationale ») en réaction à la chute de Goma et à sa prise par les rebelles du M23 en novembre 2012 ? Selon Radio Okapi, « Au Kasaï-Oriental, la société civile organisa une tribune d’expression populaire, à Mbuji-Mayi, pour dénoncer ce qu’elle considère comme “le manque d’intérêt au sommet de l’État” pour la situation dans le Nord-Kivu »13. Durant ce même mois de novembre 2012, des manifestants s’en prirent violemment aux bâtiments du PPRD, le parti de Kabila, à Bukavu, Bunia et Kisangani, exprimant leur colère vis-à-vis de l’État à la suite de la chute de Goma.

Il en ressort que la reproduction sociale de l’État est un fait indéniable, malgré les carences persistantes de celui-ci. On peut ajouter que cette même reproduction réaffirme aussi la légitimité de l’État en tant qu’aspiration et modèle sociopolitique. Le cynisme populaire envers l’État et ses institutions est certainement répandu, mais les condamnations de l’État, nombreuses et diverses, sont aussi l’affirmation d’un concept qui assume que l’État ne devrait pas échapper à ses responsabilités. Ceci est renforcé par l’impression (subjective, sûrement) que les Congolais sont de moins en moins enclins à attribuer la situation du pays à un ensemble de malfaiteurs externes (Nations unies, pays occidentaux, bailleurs de fonds…), même si certains acteurs extérieurs, notamment le Rwanda, restent à tort ou à raison, une cible politique.

Dans les pages qui suivent, nous explorons ces thèmes plus en profondeur, en les liant aux articles des différents auteurs qui ont contribué à ce dossier. Ce faisant, nous voulons appréhender la logique intrinsèque du politique au Congo, sans sacrifier ni aux stéréotypes d’échec et de violence, ni à leurs contrepoints d’ingénuité et de légitimité locales.

« Écoutez, Gérard » : un régime de contestation

Même si, en 2012, quelques mots de l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Susan Rice, à son homologue français Gérard Araud à propos du soulèvement du groupe M23 furent interprétés comme révélateurs du soutien des États-Unis au Rwanda, ils illustrent parfaitement la propension congolaise à la contestation : « Écoutez Gérard, c’est la RDC. Si ce n’était pas les M23, un autre groupe [rebelle] le ferait à sa place »14.

Le régime de contestation trouva sans doute son apogée nationale lors des guerres de 1996-1997 et de 1998-2002, même si on peut se demander si cette périodisation et cette césure entre les deux guerres ne devrait pas être abandonnée pour parler d’un conflit unique. Quoi qu’il en soit, ces années furent marquées par un mélange complexe de conflits locaux, nationaux et régionaux impliquant des armées étrangères, des douzaines de groupes d’insurgés et des milices locales15. Une période de calme relatif suivit la Deuxième guerre, conduisant aux premières élections libres au Congo depuis plus de 30 ans. Dans le jargon des Nations unies et d’autres organisations internationales, le Congo aurait alors passé avec succès le test d’« élection post-conflit » : le pays aurait désormais été fermement engagé dans la voie de la paix. Les Nations unies ont même à l’époque commencé à envisager le retrait de la Monuc, la mission de maintien de la paix en DR Congo – une initiative prématurée, comme les événements l’ont montré plus tard16. Avec un gouvernement élu démocratiquement sous le contrôle du président Kabila, les pays donateurs et certains partenaires internationaux espéraient l’avènement d’une phase de reconstruction politique et économique. Les préoccupations liées à la paix, au redressement économique et à la démocratie étaient certainement partagées par la majorité des électeurs congolais ayant voté pour Kabila, y compris dans l’Est déchiré par la guerre. Là, le président, en se présentant comme faiseur de la paix, remporta plus de 95 % des suffrages dans les provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema. Dans son discours d’investiture du 6 décembre 2006, Kabila en appela à :

« une révolution des mentalités et à une mobilisation générale du génie créateur de tous les Congolais… J’ai annoncé la fin de la recréation sous toutes ses formes et la fin de l’impunité à quelque niveau que ce soit. J’entends avertir que les prisons de l’État seront ouvertes à tous ceux qui se mettront en travers de la loi. Parce que l’émergence d’un Congo nouveau, fort et prospère se construira dans l’amour du travail bien fait et la discipline individuelle et collective, ainsi que le respect des biens publics. J’ai également affirmé qu’il y a une unité dialectique entre la bonne gouvernance, la démocratie et l’État de droit qui sont, pour un pays moderne, ce que les jambes sont au corps humain17 ».

Ce « Congo nouveau » reste à inventer. Peu après les élections (qui elles mêmes fournirent un théâtre de contestation violent entre Kabila et son concurrent principal, Jean-Pierre Bemba, dont les troupes s’affrontèrent à Kinshasa pendant plusieurs jours entre les deux tours), l’insurrection du CNDP s’est imposée dans le Nord-Kivu. Suivit une série de négociations, soulèvements, alliances instables, elles-mêmes suivies de nouvelles négociations entre le gouvernement et un nombre toujours plus grand de groupes armés, certains combattant pour, d’autres contre le gouvernement, mais tous revendiquant des rangs dans l’armée et des postes politiques au sein de l’État. Incapable de résoudre la crise permanente dans les provinces du Kivu, le gouvernement a finalement été contraint de répondre aux exigences du principal groupe rebelle CNDP. Le 23 mars 2009, un accord facilité par le rapprochement entre la RDC et le Rwanda, important allié des rebelles, est signé. Il stipule l’intégration de ses combattants dans l’armée, ainsi que des hauts postes pour ses officiers dans la hiérarchie de la FARDC et de ses cadres politiques dans l’administration provinciale et nationale. Ceci reflète le désir et le succès des « rebelles » d’officialiser leur autorité de fait pour devenir des acteurs étatiques « légitimes ».

Cette évolution militaire apparemment positive sur le terrain se solda toutefois par un regain de la contestation à Kinshasa, cette fois-ci au sein même de la majorité présidentielle. Vital Kamerhe, président de l’Assemblée nationale et jusque là fidèle lieutenant du président, prit ombrage de l’intervention des troupes rwandaises sur le territoire congolais et réclama des explications au régime. Il lui en coûta son poste, mais il en profita pour lancer sa propre campagne. Cet épisode marqua le début d’une érosion assez rapide du climat politique, avec un regain considérable de la répression et une plus grande polarisation entre le régime et ses opposants, dont de nombreux acteurs de la société civile.

La violence insurrectionnelle reprit enfin début 2012, cette fois-ci à l’initiative du groupe Mouvement du 23 mars (M23), dans une large mesure une émanation de l’ancien CNDP18. Selon toute vraisemblance activement soutenu par le Rwanda voisin, le M23 infligea à l’armée congolaise une série de défaites qui forcèrent le gouvernement Kabila à entamer de nouvelles négociations et concessions19. Pendant ce temps, la Monusco (Mission de l’ONU pour la stabilisation en RD Congo), comptant toujours plus de 20 000 hommes en armes, s’est avérée incapable de jouer un rôle autre que marginal.

L’attention qu’a reçue le M23 ne devrait toutefois pas dissimuler que, ne serait-ce que dans l’Est du pays, on a recensé au moins une vingtaine de groupes armés, milices ou alliés du gouvernement, aux motifs peu explicites, sinon une demande d’accès à l’emploi public, la reconnaissance de droits fonciers, l’accès aux minerais et à leur trafic, la défense des communautés locales et l’hostilité aux étrangers. Ces groupes naissent, croissent, se divisent, disparaissent et réapparaissent continuellement.

Jason Stearns illustre dans ce numéro la logique interne de l’usage de la contestation violente parmi ces groupes armés. Il montre que la décision d’appartenir à des mouvements violents tels que le CNDP, le mouvement hutu Pareco ou la milice Mai-Mai Raia Mutoboki, n’est pas simplement le résultat de griefs locaux ou de la fameuse « malédiction des ressources ». Elle est plus largement en rapport avec la capacité de mobilisation sociale de ces groupes. Comprendre cette mobilisation nécessite à son tour une compréhension de la manière dont ces groupes s’insèrent dans la société, que ce soit par des réseaux sociaux, par opportunisme, ou par alliances avec divers politiciens. On est donc loin d’une conception de la violence imposée aux sociétés locales par les combattants eux-mêmes. On peut en revanche conceptualiser la logique locale de la violence et sa participation à une panoplie plus large de types de rapports sociaux. Le fait est que, dans un environnement toujours contesté, pouvoir mobiliser des acteurs armés représente un atout. Elle est aussi un moyen de communication et de négociation pour augmenter son prix sur « le marché politique » en vue de négocier son intégration dans un système politique en dehors duquel, il faut le répéter, les opportunités sociales et économiques sont rares20. C’est pour cette même raison que l’Est du pays n’a pas le monopole de la contestation violente. Malgré les assurances répétées du gouvernement, la RDC n’a pas été « pacifiée » après 2006. Des violences et confrontations ont eu lieu en effet dans diverses provinces du pays depuis lors : au Bas Congo en 2007-2008 ; à l’Équateur en 2009 ; au Katanga presque chaque année ; au Bandundu en 2010, à Kinshasa à plusieurs reprises en 201121.

En deçà de la violence, la contestation fait aussi le quotidien de la classe politique, à Kinshasa comme en province. Les élections hautement controversées de 2011 en fournissent un exemple. Au vu du mécontentement populaire généralisé face à ses médiocres performances pendant son premier mandat, le gouvernement estima nécessaire de manipuler massivement les scrutins parlementaires et présidentiels22. L’intimidation et la répression des voix de l’opposition furent apparemment légion. Avant et après les élections de 2011, au moins 24 personnes furent tuées par les forces de sécurité et des douzaines arbitrairement emprisonnées. À cet égard, l’assassinat du défenseur des droits de l’homme, Floribert Chebaya, en 2011 n’a jamais été éclairci.

La nation congolaise est sortie de la période électorale apparemment sous le choc, incapable jusqu’ici de réparer les déchirures sociales et la pénurie de confiance que les tricheries du camp présidentiel ont engendrées. Chacun appelle au dialogue national mais tous campent sur des positions qui prêtent peu au compromis. Ainsi, le leader « battu » de l’opposition, Étienne Tshisekedi, toujours en résidence semi-surveillée à Limete, continue à s’autoproclamer « président élu », empêchant ses disciples de participer pleinement à la vie des institutions de la République.

En outre, au sein même de l’État, le mécontentement et l’impatience relative à la gestion de la crise permanente dans les deux Kivus ont grandi. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles Kabila poursuit en grande partie les stratégies éprouvées de l’ancien président Mobutu. Cela signifie également que le régime bloque ce qui pourrait menacer sa survie politique. Ceci parait évident au regard de la mise en échec de nombreux projets de réformes (décentralisation, secteur de sécurité…) qui, en cas d’application, présenteraient certains risques pour le pouvoir du régime.

Il reste à s’interroger sur les causes de ces contestations intenses et quasi permanentes. Sont-elles le résultat des guerres récentes ou de dynamiques historiques de plus long terme ? La seconde branche de l’alternative semble évidente en regard des continuités dans les logiques et pratiques politiques sur lesquelles repose l’État congolais : processus de décisions informels suivis par des instances ne figurant sur aucun organigramme étatique, pratiques violentes et répressives bien dosées, évocation du monde invisible, spirituel ou religieux, cooptation des acteurs potentiellement autonomes et finalement extraversion comme mode politique dominant23.

Rares sont les recherches qui posent la question des effets de la guerre et des violences. Nous proposons néanmoins quelques hypothèses. Tout d’abord, il convient de souligner que les violences des deux dernières décennies ont pris place dans un contexte où les règles du jeu politique étaient en plein bouleversement. Survenant dans la foulée de la conférence nationale souveraine, la fin du régime de Mobutu en 1997 représentait la deuxième vague d’un processus de changement politique mettant en question les règles du jeu politique. Ces règles n’étaient cependant pas remplacées par un nouvel ordre structuré et prévisible. S’en suivirent la prise de pouvoir de Kabila père, la fin de la libéralisation politique avec l’interdiction des partis politiques, le déclenchement de la Deuxième guerre, l’assassinat de Kabila père et l’intronisation du fils, et nous ne sommes qu’en 2001… Autant d’événements qui expliquent que le Congo, en tant qu’espace politique et social se soit trouvé dans un « état d’urgence » permanent peu propice à une consolidation ou normalisation politique quelconque. De ce point de vue, les contestations dont nous avons fait état plus haut, ainsi que les négociations que nous allons aborder pourraient être interprétées comme autant d’effets d’une crise d’autorité et de légitimité qui conduit à une incertitude générale. Le fait que tout soit contesté (et négocié) suggère que les normes et règles se trouvent dans une phase de transition dont la fin n’est pas encore prévisible. Le manque de clarté et de légitimité des normes et institutions, prolongé et intensifié par une longue période de violence, est donc un facteur important pour saisir l’ampleur des contestations et des négociations dans le Congo contemporain.

La négociation permanente

Toute contestation mène, en principe du moins, à une négociation. Le caractère contesté du politique congolais se manifeste donc largement par la permanence et la multiplicité des négociations. Cette tendance est renforcée par la nature de l’économie politique congolaise, largement basée sur la multiplication et l’acquisition des rentes. À coup sûr, le potentiel productif de l’économie congolaise est énorme. Mais, poussées en partie par le court terme de leurs horizons politiques, les élites congolaises en charge de l’économie privilégient généralement la transaction sur la production. Elles instrumentalisent leurs positions de gardiens des ressources pour négocier des termes d’exploitation qui deviennent le but principal de leur activité. Peu importe, pour finir, si telle mine ou tel puits entre un jour en phase de production ou non. Cela reste le problème de l’exploitant. Pour ce qui est de l’officiel congolais, c’est la négociation pour l’accès à la mine ou au puits qui renferme son trésor. Les contrats sont ainsi négociés, avec nombre de « pas de porte » (bonus de signature) et autres commissions, annulés (par les officiels eux-mêmes ou leurs successeurs) aux cris de « contrats léonins » (ce qu’ils sont souvent effectivement dans la mesure où le négociateur congolais ne s’est guère préoccupé des intérêts nationaux), et ensuite renégociés dans un cycle auto-reproductif. D’où les paroles attribuées à un ministre congolais : « Pourquoi ruiner un puits pétrolier par sa mise en exploitation ? »24. Si, pour les autorités, les droits sur les ressources naturelles valent plus que leur exploitation, c’est qu’une commission personnelle et immédiate est de loin supérieure à des revenus fiscaux à plus long terme – on reconnaît ici la logique olsonienne du « bandit itinérant» qui maximise ses revenus à court terme par rapport à son collègue « stationnaire » qui bénéficie d’un horizon chronologique plus étendu25.

Ainsi s’explique en partie la longue saga des contrats miniers au Congo, et la renégociation d’une soixantaine d’entre eux après 2006. Dénoncés pour leurs termes iniques, ces contrats conclus entre 2003 et 2006 furent renégociés par les nouvelles autorités, dans un grand secret, chacun représentant autant d’opportunités pour de nouvelles transactions. Ainsi, si l’on en croit le rapport 2012 de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), quelques 364 millions de dollars déclarés par les compagnies minières comme paiements à l’État ne figurent pas parmi les revenus de celui-ci pour 2008 et 200926, et il n’est guère étonnant que le Congo fut suspendu de l’ITIE en avril 2013. De plus, une commission parlementaire d’enquête britannique a identifié un manque à gagner de plus de 5 milliards de dollars pour l’État congolais liée à la pratique par le président et son entourage de vente à bas prix des concessions minières à des compagnies qu’ils possèdent afin de les revendre ensuite à de « vrais » exploitants27.

Les logiques de la négociation et de la renégociation s’appliquent aussi aux projets de développement, qui représentent simplement une autre sphère de l’activité économique, particulièrement populaire car elle n’est pas censée être productrice et se prête facilement aux obstacles et aux transactions. Pour reprendre les mots du responsable congolais d’un centre de recherche de Kinshasa, « on approuve un projet. On dégage l’argent. C’est à ce moment que les problèmes commencent »28. L’article d’Inge Wagemakers sur un projet de développement à Kinshasa dans ce numéro en offre une bonne illustration. Dans le domaine économique, la négociation offre des opportunités de transaction et donc d’acquisition de revenus dérivés du coût de ces transactions. Alors que l’État est souvent compris dans la conception néolibérale du développement comme une institution de minimisation des coûts de transaction, au Congo il se nourrit de leur maximisation.

Dans le domaine politique, en revanche, la négociation a plus souvent pour objectif l’inclusion et la réduction de l’incertitude. Dans un monde aux institutions faibles, il faut continuellement négocier son statut, sa sécurité, et même ses droits. La négociation prend la forme collective de dialogues et de forums en parallèle des institutions formelles. Les citoyens vulnérabilisés sont demandeurs, mais aussi les dirigeants pour qui le recours aux négociations permet d’éviter une redevabilité plus formelle et de recourir au clientélisme et aux arrangements informels.

L’ethnographie militaire de Maria Eriksson Baaz et Judith Verweijen, au sein des Forces Armées de la RDC (FARDC), illustre la nature négociée du fonctionnement réel d’une institution de l’État. Au milieu du chaos et de l’insécurité, les militaires congolais réinventent un ordre dans lequel l’impunité n’est pas la règle. Les auteures montrent que de nombreuses infractions sont sanctionnées par des procédures internes à l’armée, et souvent informellement. Ce régime punitif permet la reproduction de la hiérarchie militaire car il pénalise particulièrement le manque de loyauté aux supérieurs, mais il organise aussi des séances de pénitence et de réparations vis-à-vis des communautés locales. Ce qui est frappant dans ce système c’est la manière dont un appareil d’État formellement déficient renégocie pour lui-même une nouvelle logique interne. Le système est loin d’être parfait et les droits humains fondamentaux n’y figurent pas de manière prééminente. Toutefois, le contraste avec les tentatives formelles de réduire l’impunité militaire est surprenant.

Une conséquence de la négociation est que le secteur public congolais est un terrain disputé où les revendications concurrentes de pouvoir, d’autorité et de légitimité sont permanentes, aussi bien entre les acteurs sociaux et étatiques qu’au sein de l’État et parmi ses nombreux agents. À cet égard, les conflits entre différentes agences de l’État décrits dans l’article de Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbunda sont révélateurs. On y comprend pourquoi l’État et ses interactions avec le reste de la société continuent à intéresser les chercheurs. Comme il a déjà été affirmé depuis longtemps, se concentrer sur les déficits, les déviations et la nature dysfonctionnelle de l’État congolais et d’autres n’est pas particulièrement éclairant29. Ce qui éclaire notre compréhension, ce sont les pratiques au quotidien et au niveau local ou infranational sur les trajectoires politiques, les acteurs, et leurs interactions. Et c’est de cette littérature que le caractère négocié de l’État congolais émerge30.

L’absence relative de « résultats » des politiques de développement et de gouvernance au Congo provient sans doute en partie du fait que la négociation est souvent privilégiée, ou que les résultats eux-mêmes sont souvent renégociés avant que quelque action publique puisse en découler. À cet égard, ainsi que le rappellent Cuvelier et Muamba Mumbunda dans leur article, le slogan électoral emprunté par Kabila à Jésus Christ et selon lequel, « si vous ne croyez pas à mes paroles, croyez au moins à mes œuvres », force particulièrement la crédulité de l’observateur. Pourtant, l’évocation du religieux par le président et ses « spin doctors » relève d’une double conquête de légitimité en faisant appel au répertoire religieux et matériel, « les œuvres ». Ces dernières sont rares et c’est pour cette raison qu’il est souvent affirmé que la croissance des groupements religieux au Congo est une manifestation de la crise. Mais, comme le montre si bien Nicole Eggers, il faut se méfier de conclusions qui mettent l’accent sur les aspects fonctionnels et instrumentalistes de l’appartenance aux mouvements religieux. Dans sa contribution sur les discours locaux sur le pouvoir et la transformation religieuse dans le milieu rural de la province du Sud-Kivu, elle insiste, comme Jason Stearns dans son analyse des groupements armés, sur l’importance des fondations historiques et sociales des pouvoirs locaux dans un contexte où l’incertitude, et par conséquent la compétition pour la protection (individuelle ou collective), bat son plein.

Résistance et gouvernance locale

Dans une large mesure, c’est le statut toujours incertain de l’État et de ses institutions ainsi que des règles et normes, qui conduisent à la prévalence de la contestation et de la négociation comme modes de gestion du politique. On pourrait en attendre une remise en cause de l’État ou, à tout le moins, son affaiblissement. C’est plutôt l’inverse qu’on observe. Bien sûr, l’État congolais est faible31, en tout cas au sens formel, mais il ne manque pas de force vis-à-vis des autres acteurs sociaux et des donateurs. L’État congolais résiste aux assauts dont il fait systématiquement l’objet de toute part, en grande partie parce que ceux qui mènent la charge tendent aussi à le préserver. Ce phénomène, par lequel les acteurs internationaux et locaux finissent par reproduire l’État, est particulièrement visible dans le domaine de la gouvernance locale, comme plusieurs articles dans ce numéro l’illustrent.

Pour comprendre la résilience de cet État, il faut aussi saisir la nature complexe, hybride, plurielle et décentralisée par laquelle il exerce son pouvoir. Prenons l’exemple de la pratique de l’administration et des services publics, autrement dit la « gouvernance ». Dans le contexte congolais, elle reflète les impératifs de survie ou de succès matériel des communautés locales et des membres du système politique. Au niveau local comme au niveau national, elle est faite d’adaptations, d’inventions et d’instrumentalisation des projets et programmes d’autrui. La gouvernance congolaise effective n’entretient donc qu’une relation limitée avec sa gouvernance formelle qui constitue généralement le cadre des interventions des bailleurs et dont les problèmes très réels alimentent les récits de « crise » et de « faillite ». Dans la mesure où elle consiste en une série de « bricolages »32, elle résiste aux tentatives extérieures de réformes en les diluant, en les transformant, voire en les corrompant.

Trop souvent encore, les partenaires du développement imaginent le Congo et ses communautés locales comme des espaces dépourvus de gouvernance, une impression sans doute en partie due à la faiblesse de ses institutions formelles et aux difficultés que semble rencontrer toute tentative locale d’action collective, comme dans beaucoup d’autres endroits d’Afrique33. En effet, le gouvernement congolais, tout comme les autorités et les acteurs non-étatiques locaux (ONG et coopératives), peinent souvent à mener les programmes et projets à des résultats tangibles. En témoignent les échecs des multiples réformes post-transition34, y compris celles du secteur de la sécurité35 et de la décentralisation36, ainsi que le recul démocratique notoire du pays depuis 2006 (plus prononcé encore depuis 2011)37. Mais l’absence de tels « succès » de la part des communautés et institutions formelles congolaises ne signifie pas l’absence de gouvernance locale dont les arrangements résistent, perdurent et s’adaptent. C’est dans le manque de compréhension ou d’appréciation suffisante de cet état des choses que se trouve la cause d’une autre faillite que celle de l’État, celle des nombreuses interventions extérieures, et des frustrations considérables de ceux qui souhaitent en toute bonne foi venir en aide aux Congolais.

Deux articles dans ce numéro offrent des illustrations de l’adaptation de l’« État réel » et de ses modes et normes de gouvernance locale aux réformes des donateurs axées sur les institutions formelles. Ainsi, Jeroen Cuvelier et Philémon Muamba Mumbunda illustrent-ils les effets de l’installation d’un « guichet unique » au poste douanier de Kasumbalesa au Katanga, une idée d’efficacité bureaucratique dans la logique wébérienne des bailleurs afin d’endiguer les malversations engendrées par la multitude de « services » sévissant à la frontière. Contrairement aux attentes des bailleurs, les agents de ces services ont développé des stratégies pour passer outre les efforts de consolidation des transactions douanières. Une tentative de contrôler la corruption par la création d’un nouvel organe de gouvernance formel est donc détourné pas ses victimes potentielles et son intervention stérilisée. Ce détournement ne représente pas pour autant simplement un phénomène de corruption mais, plus largement, une reproduction du système effectif de gouvernance de la frontière qui tient compte de différents intérêts économiques et du pouvoir relatif de divers services d’État, et qui ne peut être éradiqué par un décret ou la construction d’un édifice public.

À Kimbanseke, une large commune périurbaine du sud de Kinshasa, Inge Wagemakers met le doigt sur trois incohérences entre les pratiques et objectifs du Programme d’Appui aux Initiatives de Développement Communautaire (Paideco), et les rapports de gouvernance locaux. D’abord, la conception qu’a le bailleur (la Coopération technique belge, dans ce cas) d’associations locales démocratiques et participatives ne correspond pas à la réalité d’un mode local de gouvernance associative non-démocratique. Ensuite, l’accent mis par ce bailleur sur le mode municipal de gouvernance se trouve aussi en porte à faux avec le poids local des modes de gouvernance marchands et associatifs qui n’impliquent pas d’habitude de consultation avec les autorités municipales38. Enfin, choisir la commune comme partenaire principal reflète une ignorance de la nature bureaucratique, fragmentée et non-démocratique de la gouvernance municipale au Congo. Le résultat en fut l’échec du programme Paideco, l’appropriation par les acteurs et structures locales de ses ressources, puis la transformation et la dilution de ses objectifs dans les logiques locales de survie et d’accumulation.

Il ressort de ces contributions que les interventions mises en place par les bailleurs et autres acteurs externes, y compris les ONG internationales, sont souvent vouées à l’échec par la résistance que leur opposent les arrangements endogènes et les processus d’adaptation en fonction des négociations qu’ils entraînent. Dans une large mesure, cette propension résulte d’une disjonction ou d’une inadéquation entre les prescriptions et propositions de réforme externes et les manières locales de faire les choses. Le Congo existe bel et bien, souvent sous la forme d’un bricolage entre logiques locales et externes, issu de négociations et de contestations.

Un ingrédient essentiel de cette résilience de l’État dans la gouvernance locale provient du fait que les acteurs non-étatiques locaux impliquent, ou au minimum invoquent, l’État dans leurs efforts. Comme l’article de Wagemakers le montre, la gouvernance congolaise effective est hybride et ad hoc, c’est-à-dire qu’elle résulte des actions d’une multiplicité d’acteurs aux rôles plus ou moins formels, qu’elle est peu institutionnalisée et/ou qu’elle est fréquemment (sinon perpétuellement) renégociée39. Toutefois, cette hybridité contribue à reproduire l’État. Donc, d’un côté, l’État résiste aux bailleurs parce qu’il est dilué dans les modes locaux de gouvernance, de l’autre il se reproduit parce qu’il continue de représenter une part importance de ces mêmes modes de gouvernance.

Une question importante qui résulte de ces observations est de savoir dans quelle mesure les arrangements congolais eux-mêmes peuvent constituer la base de phénomènes développementaux, ou bien s’ils sont foncièrement inamicaux au développement. Les récents efforts théoriques de certains auteurs supposent en effet qu’il serait adéquat pour les promoteurs africains du développement d’aller davantage « dans le sens du poil » (« with the grain »), de faciliter l’action collective en capitalisant sur les arrangements locaux plutôt que d’imposer des notions externes de gouvernance40. Le Congo suggère toutefois que l’idée de construire le développement sur le local est loin d’être évidente, surtout lorsque les arrangements locaux portent excessivement sur le court-terme, une préoccupation normale dans une société à la limite de la survie, ou reproduisent des normes prédatrices. Rappelons que nos auteurs observent que les sanctions existent surtout pour les violations de loyauté aux « Big Men » dans l’armée ; que les associations locales sont souvent anti-démocratiques ; que la sorcellerie participe au pouvoir (dans l’expression d’Eggers, « la sorcellerie est le pouvoir spirituel est la capacité de mener est le pouvoir politique ») ; et que les douaniers sont des rentiers. Certes, la « capacité créative » des Congolais, longtemps célébrée par des observateurs, existe toujours. Mais rien ou presque n’indique que cette inventivité impressionnante soit suffisante afin de construire sur l’endogène au Congo en ce qui concerne la promotion du bien-être économique et politique des Congolais. Nolens volens, le caractère profondément aléatoire des modes congolais politiques se trouve sans doute réaffirmé par ce numéro spécial.

Pierre Englebert (Pomona College, Claremont, USA), Denis Tull (Stiftung Wissenschaft und Politik, German Institute for International and Security Affairs, Berlin)

Paru dans Politique africaine 1/2013 (N° 129), p. 5-22.

Crédit image : DR.

  1. Discussion avec un des auteurs, Goma, juillet 2012 []
  2. R. Banégas et B. Jewsiewicki (dir.), « RDC, la guerre vue d’en bas », Politique africaine, n° 84, décembre 2001 ; P. Quantin (dir.), « Les deux Congos dans la guerre », Politique africaine, n° 72, décembre 1998 []
  3. « RDC : Mouvement de fronde au sein de la majorité présidentielle », RFI, 1er novembre 2012 ; entretiens avec plusieurs membres de l’Assemblée nationale, Kinshasa, novembre 2012 et mars 2013 []
  4. P. Englebert, « Incertitude, autonomie et parasitisme : les entités territoriales décentralisées et l’État en République démocratique du Congo », Politique africaine, n° 125, mars 2012, p. 169-188 ; D. Tull, « Troubled State-Building in the DR Congo : the Challenge From the Margins », The Journal of Modern African Studies, vol. 48, n° 4, 2010, p. 643-661 []
  5. C. Lund, « Twilight Institutions : Public Authority and Local Politics in Africa », Development and Change, vol. 37, n° 4, juillet 2006, p. 685-705 ; K. Vlassenroot, « Négocier et contester l’ordre public dans l’Est de la République Démocratique du Congo », Politique africaine, n° 111, octobre 2008, p. 44-67 ; K. Titeca et T. de Herdt, « Real Governance Beyond the “Failed State” : Negotiating Education in the Democratic Republic of Congo », African Affairs, vol. 110, n° 439, février 2011, p. 213-231 []
  6. Amani signifie « paix » en kiswahili []
  7. Dans le cas des acteurs armés, la négociation est typiquement précédée par la défection et/ou le recours à la violence qui crée ainsi l’objet de la future renégociation. Le casse-tête de la pacification à l’Est et ses multiples épisodes de « brassage » et de « mixage » illustrent à la fois la permanence des négociations, la faiblesse des promesses de l’État, et le systématisme du recours à la défection parmi ceux qui cherchent l’inclusion []
  8. J. Herbst et G. Mills, « There Is No Congo », Foreign Policy, mars 2009 []
  9. Ibid []
  10. « Congo Rebels Call for Negotiations with Kinshasa », Associated Press, 20 octobre 2012 []
  11. P. Englebert, Africa : Unity, Sovereignty & Sorrow, Boulder, Lynne Rienner, 2009 []
  12. Pour le cas du Mali, voir Rapport du secrétaire-général des Nations unies sur la situation au Mali, New York, 28 novembre 2012, S/2012/894, p. 10. Pour le Kenya, nous faisons allusion aux Mombasa Republican Council (MRC []
  13. « RDC : manifestations contre la chute de Goma, 3 morts à Kisangani », Radio Okapi, 21 novembre 2012 []
  14. Gérard Araud suggérait que le problème de la violence à l’Est du Congo trouvait en fait son origine au Rwanda voisin. Voir « UN Envoy Rice Faulted for Rwanda Tie in Congo Conflict », New York Times, 9 décembre 2012 []
  15. G. Prunier, Africa’s World War : Congo, the Rwandan Genocide and the Making of a Catastrophe, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; F. Reyntjens, The Great African War : Congo and Regional Geopolitics, 1996-2006, Cambridge, Cambridge University Press, 2009 ; A. Autesserre, The Trouble with Congo : Local Violence and the Failure of Peacebuilding, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; J. Stearns, Dancing in the Glory of Monsters : The Collapse of the Congo and the Great War in Africa, New York, Public Affairs, 2012 []
  16. Vingt-troisième rapport du Secrétaire général des Nations unies sur la Mission de l’Organisation des Nations unies en République Démocratique du Congo, New York, 23 mars 2007, p. 14 []
  17. Pour le discours complet, voir <http://www.deboutcongolais.info/actualite5/art_348.htm>, consulté le 25 avril 2013 []
  18. Le nouveau groupe justifie d’ailleurs son insurrection par le non-respect du gouvernement pour les engagements qu’il avait pris en 2009, ce qui lui donne son nom []
  19. Rapport final du Groupe d’experts sur la République Démocratique du Congo conformément au paragraphe 4 de la résolution 2021 (2011), New York, 15 novembre 2012 []
  20. A. de Waal, « Mission without End ? Peacekeeping in the African Political Marketplace », International Affairs, vol. 85, n° 1, janvier 2009, p. 99-113 []
  21. Voir D. Tull, « Troubled State-Building… » op. cit. ; Monuc Human Rights Division, « Special Inquiry into the Bas Congo Events of February and March 2008 », Nations unies, rapport spécial, mai 2008 ; United nations, Final Report of the Group of Experts on the Democratic Republic of the Congo, New York, United Nations Security Council, S/2011/738, 2 décembre 2011 []
  22. À l’exception de la Communauté de l’Afrique australe (SADC) et l’Afrique du Sud, tous les observateurs nationaux et internationaux étaient unanimes dans leurs jugement. Voir « L’Afrique du Sud juge “globalement ok” les élections en RDC », AFP, 11 décembre 2011 []
  23. D. Tull, Weak States and Successful Elites. Extraversion Strategies in Africa, Berlin, German Institute for International and Security Affairs, 2011 []
  24. Interview anonyme d’un journaliste économique, Kinshasa, novembre 2010 []
  25. M. Olson, « Dictatorship, Democracy and Development », American Political Science Review, vol. 87, n° 3, 1993, p. 567-576 []
  26. République Démocratique du Congo, Initiative pour la Transparence des industries extractives, Synthèse du 2e Rapport ITIE-RDC, Exercices : 2008 et 2009, Kinshasa, Promines, GIZ, CTB et DFID, mai 2012 []
  27. « MP exposes $5,5 Billion Loss to Congolese People Through Questionable Mining Deals with BVI “Shell” Companies », Communiqué de presse du bureau d’Eric Joyce (membre du parlement britannique), 18 novembre 2011 []
  28. Entretien avec Hamuli Kabaruza, Cenadep (Centre national d’appui au développement et à la participation populaire), Kinshasa, novembre 2010 []
  29. M. Diouf, « Privatisations des économies et des États africains. Commentaires d’un historien », Politique africaine, n° 73, mars 1999, p. 16-23 []
  30. En plus des ouvrages cités dans ce texte, voir Z. Mampilly, Rebel Rulers : Insurgent Governance and Civilian Life during War, New York, Cornell University Press, 2011 ; A. Veit, Intervention as Indirect Rule. Civil War and Statebuilding in the Democratic Republic of Congo, Francfort, Campus Verlag, 2010 []
  31. T. Trefon. Congo Masquerade : The Political Culture of Aid Inefficiency and Reform Failure, Londres, Zed Press, 2011 ; T. de Herdt (dir.), À la recherche de l’État en R-D Congo. Acteurs et enjeux d’une reconstruction post-conf lit, Paris, L’Harmattan, 2011 []
  32. E. Kasongo, La Gouvernance des entités territoriales décentralisées : défis et enjeux de la gestion des finances publiques communales à Kinshasa (2002-2008), thèse de doctorat en sciences politiques et administratives, université de Kinshasa, 2009 []
  33. D. Booth, « Development as a Collective Action Problem : Addressing the Real Challenges of African Governance », Londres, Africa Politics and Power Programme, 2012 []
  34. T. Trefon (dir.), Réforme au Congo (RDC) : attente et désillusion, Tervuren/Paris, Mrac/L’Harmattan, Cahiers africains, n° 76, 2009 []
  35. H. Hoebeke, H. Boshoff et K. Vlassenroot. « “Monsieur le Président, vous n’avez pas d’armée” : la réforme du secteur de sécurité vue du Kivu », in T. Trefon (dir.), Réforme au Congo (RDC)…, op. cit., p. 119-137 []
  36. P. Englebert, « Incertitude, autonomie et parasitisme… », op. cit., p. 169-188 []
  37. P. Bouvier et J. Omasombo Tshonda, « Les élections de 2011 en République démocratique du Congo », in S. Marysse et J. Omasombo (dir.), Conjonctures congolaises : chroniques et analyses de la RD Congo en 2011, Paris, L’Harmattan, 2012, p. 29-58 []
  38. Voir à ce propos J.-P. Olivier de Sardan, « Les huit modes de gouvernance locale en Afrique de l’Ouest », Afrique : Pouvoir et Politique, Working Paper, n° 4, ODI, novembre 2009 []
  39. K. Titeca et T. de Herdt, « Real Governance Beyond the “Failed State”… », art. cit. []
  40. D. Booth, « Development as a Collective Action Problem… », op. cit. ; T. Kelsall, Business, Politics and the State in Africa : Challenging the Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres, Zed Books, 2013 []

Politique des corps habillés. État, pouvoir et métiers de l’ordre en Afrique, par Marielle Debos et Joël Glasman

intro128Introduction au dossier “Corps habillés. Politique des métiers de l’ordre”, Politique africaine N°128.

L’année écoulée suffirait presque, à elle seule, à donner un aperçu complet des façons dont les professionnels en uniforme apparaissent sur la scène publique1 : la défense pacifique de leurs intérêts de corps – manifestation du Syndicat des forces de sécurité intérieure à Tunis et sit-in des policiers dans le quartier du Plateau à Abidjan en juin, grève des policiers municipaux de Cotonou en septembre – ; la répression planifiée – contre l’opposition politique à Dakar en janvier-février, contre les étudiants du campus de Libreville en mai, contre les manifestations urbaines à Lomé en juin-juillet – ; les exécutions ciblées – assassinat du chef du village guinéen de Zogota en août – sans compter les « bavures » massives – fusillade contre les mineurs grévistes de Marikana en Afrique du Sud en août –, les mutineries sporadiques – par exemple celle du régiment des Forces d’intervention de la base aéronavale d’Ivato à Antanarivo en juillet – et la rébellion organisée – les militaires du M23 au Kivu en avril –, ni oublier le coup d’État militaire, comme celui de Bamako en mars. Ce ne fut en rien, on le sait, une année exceptionnelle. Les pratiques violentes sont monnaie courante – la police nigériane tue 2 500 personnes par an, davantage que la secte Boko Haram2 – et les mutineries, voire même les coups d’État, ne sont pas rares puisqu’on en compte deux par an en Afrique depuis les Indépendances3.

La recherche sur les différents acteurs du maintien de l’ordre connaît un essor rapide. Elle s’est pourtant surtout intéressée aux acteurs (semi)privés ou informels : les polices néotraditionnelles (hisbah du nord Nigéria), les sociétés de gardiennage et de mercenariat international (Sandline, Aegis Defense Services), les milices et sociétés secrètes (dozo de Côte d’Ivoire, Kamajor de Sierra Leone) ou encore les multiples acteurs de l’ordre urbain (groupes d’auto-défense, homeguards et area boys de Lagos), etc. De façon surprenante, le cœur des métiers de l’ordre étatique reste mal connu. Ce dossier explore les rapports qu’entretiennent avec le pouvoir d’État en Afrique ces professionnels de l’ordre, tout à la fois instruments centraux de la surveillance et de la répression des populations4 et de la contestation du pouvoir d’État. Le présent dossier est une invitation à repenser – avec d’autres5 – de tels rapports en s’intéressant aux forces de l’ordre dans leur normalité, c’est-à-dire en ce qu’elles constituent d’abord un ensemble de métiers impliquant des conflits et des enjeux spécifiques. Étudier le fonctionnement routinier des forces de l’ordre suppose ainsi d’enquêter sur les politiques visant à les contrôler (par le clientélisme, la bureaucratisation ou au contraire la milicianisation) et sur les stratégies et tactiques des acteurs qui font valoir leurs intérêts.

Depuis une dizaine d’années, les grandes organisations internationales ont déployé autour de la « réforme du système de la sécurité » (RSS) un discours influent sur les métiers de l’ordre en Afrique. Des réformes sont en effet mises en œuvre dans presque tous les pays africains6, par l’intermédiaire de programmes bilatéraux ou multilatéraux7. Pour certains observateurs, la RSS serait en passe de constituer un nouveau « paradigme sécuritaire » remplaçant progressivement le « paradigme des équilibres financiers » qui prédominait du temps de l’ajustement structurel8. De façon paradoxale, les professionnels de l’ordre sont à la fois omniprésents (car ils en sont les principales cibles) et étrangement absents (car leurs intérêts propres sont peu explorés) des textes centraux de la RSS. L’axe principal par lequel cette dernière envisage les métiers de l’ordre est celui du « professionnalisme », entendu comme le renforcement des normes et des techniques professionnelles des agents9. Lorsque les aspects politiques sont évoqués, c’est toujours pour rappeler la stricte séparation entre la sphère politique et la sphère professionnelle, entre les organes de contrôle et les organes d’exécution. Lorsque la RSS s’intéresse aux « facteurs politiques » propres aux métiers de l’ordre, c’est pour identifier ceux qui « freinent » la réforme ; il s’agit alors de repérer la « résistance au changement ». Les métiers de l’ordre sont perçus à la fois comme déficitaires – manque de techniques et de normes – et comme excédentaires – en particularités culturelles et ambitions politiques.

Pourtant, les métiers de l’ordre sont autant façonnés par les politiques étatiques qu’ils interviennent dans le champ politique. Le double regard de la norme et de la technique ne peut rendre compte du large éventail des manières dont la question politique est saisie par les professionnels de l’ordre10. La perspective orthodoxe de la RSS a d’ores et déjà fait l’objet de nombreuses critiques – y compris au sein des institutions internationales qui la promeuvent. Certains auteurs mettent en garde contre le risque de subordonner toute politique à la lutte contre le terrorisme et la sécurité du Nord11, d’autres s’inquiètent du caractère idéologique12 de cette politique, d’autres encore, comme Mark Duffield, insistent sur l’intrication toujours plus étroite entre les politiques de l’aide et les politiques de l’ordre13. Alice Hills, de son côté, insiste sur le fait que la RSS n’est pas le « projet technique ou idéologiquement neutre » qu’elle prétend être14. Notre propos est ici de mettre l’accent sur un point aveugle de tels discours sur les forces de l’ordre : le rapport des métiers de l’ordre au politique et à l’État. Si le « professionnalisme » des hommes en uniforme est un des piliers de la RSS15, celle-ci ressemble à la recette du kedjénou – ce poulet à l’étouffé que l’on déguste dans le golfe de Guinée : charger le tout (nouvelles recrues, rebelles récemment intégrés aux forces régulières, matériel supplémentaire…), puis maintenir confiné au fond de la cocotte sous une couche hermétique de normes juridiques, de codes de bonnes conduites et de compétences techniques. Si malgré cela le jus politique s’échappe, si l’action des hommes en armes déborde, remettez-en une couche, ajouter des formations aux règles professionnelles, des séminaires pour officiers, des plaquettes informatives sur la conduite à tenir, etc.

Il ne s’agit pas ici de s’étonner du caractère normatif des politiques de développement. C’est évidemment le rôle de toute politique publique, qu’elle soit internationale ou nationale, que de fixer des objectifs à atteindre. Il s’agit plutôt d’interroger la relation complexe des métiers de l’ordre au pouvoir d’État. La division entre ce qui est « professionnel » et ce qui est « politique » est justement l’un des enjeux centraux des conflits sur et au sein des métiers de l’ordre. Il n’existe dans aucun des pays observés une définition unique de ce qu’est un bon professionnel de l’ordre, mais bien plusieurs définitions en compétition : en choisir une s’avère alors nécessairement un choix politique. Car si le raccourci normatif est prompt à séparer la sphère professionnelle de la sphère politique, le partage des eaux est, en réalité, nettement moins marqué. Tout un ensemble de travaux menés ces dernières années l’a clairement montré. D’un côté, la sociologie politique des hommes en armes a remis en cause les ruptures canoniques entre forces officielles et forces rebelles, entre guerre et paix, etc. De l’autre, la sociologie du policing en Afrique a montré l’articulation des différents acteurs, publics comme privés, impliqués dans les questions de sécurité16.

Dans plusieurs pays, un terme unique permet de désigner d’un seul geste l’ensemble des hommes de l’ordre. Les « corps habillés », les sodja ou les askaris ce sont tout à la fois les policiers, les soldats, les gardes, les douaniers, les gardiens de prisons. Ces métiers participent ainsi de trajectoires intriquées, émergeant à la fois en complément et en opposition les uns par rapport aux autres. Olly Owen propose dans ce numéro une généalogie du policing au Nigeria depuis l’époque coloniale et souligne que les forces de police ont toujours entretenu des relations complexes associant cooptation, régulation et concurrence avec les acteurs non étatiques de la sécurité. Les processus de différenciation, de partage des responsabilités et de définition des problèmes sont en effet centraux. Gernot Klantschnig montre également dans ce dossier comment la politique de lutte contre la drogue au Nigeria a donné naissance à un domaine spécialisé du policing étatique. La définition des tâches et des compétences nécessaires pour les effectuer sont au cœur des conflits qui structurent le champ de la sécurité. Céline Ségalini montre, quant à elle, comment au Sénégal le développement des interventions publiques pour la protection de la nature a permis l’émergence d’un nouveau groupe professionnel spécialisé, celui des agents des parcs nationaux. Chaque nouvelle façon d’énoncer la question de la sécurité, chaque problématisation de l’ordre étatique retravaille ainsi les cultures professionnelles des hommes en armes. L’intégrité territoriale, le contrôle de la rue17, la lutte contre la criminalité urbaine18, la protection de la nature19, la gestion des flux20 – pour ne citer que quelques-uns des principaux discours qui organisent ces métiers – ont ainsi tour à tour contribué à redéployer les priorités, attributions et savoir-faire, permettant à certains corps d’étendre leurs prérogatives, rendant obsolètes certaines unités et qualifications.

L’attention portée dans ce dossier aux contradictions qui traversent les métiers de l’ordre permet ainsi d’aller au-delà de l’étude du « professionnalisme ». Les analyses partent de ce que les agents de l’ordre font et de ce qu’ils disent, y compris lorsque ces pratiques, ces gestes, ces paroles rompent avec la division canonique entre « professionnel » et « politique ». Cela suppose de s’émanciper de la vision instrumentale et mécaniste qui a marqué toute une littérature sur les institutions de l’ordre et d’aller vers l’étude des procédures routinières des forces de sécurité. En étudiant de la même façon le fonctionnement ordinaire, les expressions les plus spectaculaires de l’action politique (mutineries, rebellions, coups d’État) et les modes détournés de l’action (rumeurs, chuchotements, dérision)21, on se donne les moyens de rendre compte de la complexité des métiers de l’ordre.

L’historicité des métiers de l’ordre

Émergeant à l’ombre de l’État et en son sein, le champ des professionnels de l’ordre est tributaire de la trajectoire spécifique de l’État et de la concaténation des histoires anciennes, coloniales et postcoloniales. Les désignations vernaculaires gardent d’ailleurs souvent la marque de cette histoire. Les termes d’étymologie européenne ou coloniale sont nombreux : que l’on songe aux termes « police » (polisi en bambara et swahili, mupurisa en shona), « soldier » (sodja en ewe, soja en yoruba ou musoja en shona) ou « constabulary » (konstebo en swahili), ou encore à ceux émergeant de concaténations impériales (le terme askari utilisé en Tanzanie vient sans doute de l’arabe askar ou du perse lascar qui signifient armée)22. Il serait vain de tracer a priori les contours d’un champ professionnel des hommes de l’ordre dont on pourrait ensuite chercher, ici et là, les déclinaisons nationales. L’histoire de chaque territoire engage à la fois les frontières et les logiques propres au champ, de sorte qu’il faut, à chaque enquête, identifier l’unité pertinente pour observer les enjeux professionnels.

Dans les colonies françaises, les compagnies de tirailleurs ont pris une place centrale dans la genèse du champ de l’ordre. Au Mali par exemple, comme l’a montré Gregory Mann, l’histoire des soldats se comprend non seulement sur fond de recrutements massifs de tirailleurs conscrits mais aussi par rapport à la permanence des figures du travail forcé et du statut de woloso dans une société post-esclavagiste23. Au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie – étudiés par Timothy Parsons –, les King’s African Rifles ont été la matrice de formation d’un champ de l’ordre spécifique. Mais à l’inverse des pays de Tirailleurs, l’absence de conscription a ici profondément marqué la façon dont les askaris ont été perçus et ont articulé leur rapport à l’histoire précoloniale et coloniale24. Au Zimbabwe, Timothy Stapleton a mis en évidence les circulations entre les différentes institutions de l’ordre (Rhodesian African Rifles, British South Africa Native Police, African Camp Internment Corps, etc.) ainsi que leur insertion dans le champ plus vaste d’un security field comprenant les entreprises privées de sécurité et de gardiennage25. Enfin l’histoire des policiers du Soudan est à situer, selon William Berridge, dans le contexte de l’émergence d’un legal field rassemblant juges, district commissionners, officiers de police, chefs et Nazirs se partageant les fonctions de maintien de l’ordre tout en poursuivant chacun des stratégies propres26. Il va ainsi sans dire que le champ des professionnels de l’ordre n’est pas le même d’un pays à l’autre. Dans chaque contexte, les rapports de force, les principes de division et de distinction, les conflits et les modes de règlements de ces conflits sont l’aboutissement d’une trajectoire particulière.

Pour saisir ces enjeux, il faut, en premier lieu, rompre avec le modèle diffusionniste véhiculé par une certaine littérature sur les forces de l’ordre. Selon cette approche, les problèmes contemporains des forces de maintien de l’ordre en Afrique tiendraient à l’extranéité des institutions d’origine européenne. Aux racines du mal, donc, se trouverait le malentendu entre des institutions militaires et policières calquées sur le modèle métropolitain et importées à l’époque coloniale, et des cultures locales peu empressées de s’adapter à la modernité étatique27. Les lecteurs de ces pages seront convaincus par avance de la naïveté de cette opposition entre État (exogène, moderne, européen) et culture (endogène, traditionnelle, africaine). Mais la fréquence à laquelle on retrouve cette vision, de façon implicite ou explicite, exige un rappel : les institutions de l’ordre colonial ne furent pas établies sur le modèle des forces de l’ordre européennes. Dès les premières heures de la conquête, les troupes coloniales se greffèrent sur les réseaux régionaux. Au XIXe siècle, polices et armées recrutaient leurs hommes auprès de marchands d’esclaves – la Gold Coast Constabulary par exemple à Salaga28. Les hommes ainsi « libérés » par les troupes coloniales devaient rembourser la somme de leur rachat en renonçant à une partie de leur salaire. Les soldats de cette époque exerçaient leur activité dans des espaces en constante recomposition. Au moment même où, en Europe, l’idéologie de la « nation en armes » territorialisait le recrutement, les soldats africains pouvaient, dans certaines régions, vendre leurs compétences au plus offrant. Dans le golfe de Guinée par exemple, les grandes puissances régionales (Allemagne, Ashanti, Grande Bretagne, France, royaume de Samori) se disputaient la même main d’œuvre militaire. Certes, un demi-siècle plus tard, l’État colonial tardif revendiqua plus clairement un modèle policier et militaire européen – sous les mots d’ordre convergents de « territorialisation », « bureaucratisation » et autre « modernisation ». Mais le biais colonial (citoyenneté tronquée, permanence des catégories raciales, violence répressive, etc.) continuèrent de marquer profondément ces professions.

La deuxième idée dont il faut se défaire est celle d’une vision strictement instrumentale des forces de l’ordre. Depuis cinquante ans, elles ont été décrites successivement comme des instruments de l’impérialisme29), de la modernisation30, de la bourgeoisie et du colonat européen31, des gouvernements postcoloniaux32. L’analyse menée dans ce dossier par Olly Owen sur la police nigériane met bien en évidence la tension entre deux conceptions opposées : les forces de l’ordre sont censées protéger et servir à la fois les gouvernants et le bien public. Si les forces de l’ordre sont un instrument clé du pouvoir d’État et de ses dirigeants, il faut pourtant constater que, de la période coloniale à aujourd’hui, elles ont souvent fait preuve d’une certaine autonomie. En 1893 déjà, à Douala, les hommes de la Polizeitruppe se révoltaient contre leurs officiers et s’emparaient, pour quelques jours, de la capitale coloniale allemande33. En 1936, à Lomé, des agents de police dénonçaient les exactions du commissaire français et obtenaient sa mutation34. En 1944, au camp de Thiaroye, un demi-millier de tirailleurs refusant d’être démobilisés sans solde se mutinait35. En 1951, à Khartoum, 700 policiers se mettaient en grève pour dénoncer le licenciement de certains des leurs36. Les périodes de transition et de transmission du pouvoir furent particulièrement propices à rappeler aux gouvernants que les hommes en uniforme étaient à même de défendre leurs intérêts propres – que l’on songe à la mutinerie des hommes de la Force Publique à l’Indépendance du Congo en 1960 ou à la mutinerie du premier bataillon de la Tanganyikan Rifles en 1964 à Dar es Salaam37. Les mutineries et coups d’État récents, étudiés à partir du cas de la Sierra Leone par Maggie Dwyer dans le présent dossier, s’inscrivent ainsi dans une histoire longue de mobilisation politique des forces armées. Il convient d’étudier ensemble la formation de ce champ professionnel, ses rapports au pouvoir d’État, et les répertoires d’action qui lui sont propres.

Une troisième question concerne les processus complexes de (dé)légitimation des forces de l’ordre. En constatant – tout à fait à propos – que le passé colonial combinait de façon paradigmatique confusion des pouvoirs politique et militaire, racisme institutionnalisé et brutalité extrême, d’aucuns ont tôt fait d’en conclure à l’absence d’entreprises de légitimation des forces de l’ordre coloniales et de celles qui furent leurs héritières38. C’est aller cependant un peu vite en besogne, tant les rapports entre les hommes en uniforme et le reste de la société furent complexes. Plusieurs travaux montrent ainsi que les forces de l’ordre n’incarnèrent pas seulement la coercition d’État. Elles furent aussi le site d’émergence de langages spécifiques, y compris politiques39 qui irriguèrent à des degrés divers le reste du corps social. Les langages militaires – ceux de l’honneur, de la discipline, de la masculinité, de l’ethnicité, de l’uniforme, etc. – furent certes des outils de domination, mais aussi des ferments de solidarité. Ils offrirent simultanément des justifications au pouvoir en place, mais aussi à la contestation de ce pouvoir. Toute la question était, dès lors, de savoir dans quelle mesure et sous quelles formes l’idiome professionnel des hommes en armes pouvait être intégré au récit politique de la nation. Gregory Mann constate l’incapacité des élites anticolonialistes et indépendantistes ouest-africaines à maîtriser cette forme spécifique de langage politique40. À l’inverse, le discours de l’honneur associé à l’ethos des Tirailleurs sénégalais a pu être réapproprié tant par les élites au pouvoir que par les rappeurs dakarois41. Faire l’histoire du catalogue de mots, d’idées, d’images et d’émotions associés aux hommes en armes, c’est ainsi dépasser la dichotomie entre État et société et entrer dans le jeu de représentations collectives nées dans l’institution et à ses marges. Or, l’image des métiers de l’ordre n’est pas uniquement négative. C’est d’ailleurs le mérite du tableau du peintre kinois Ekundé (en couverture de ce numéro) de le montrer. « La fille kuluna » – du nom donné aux voleurs à Kinshasa – est appréhendée par des agents sous les acclamations des marchands et des passants42. Une police féminine, garante de l’ordre et acclamée, voilà une image qui rompt avec bien des clichés.

Être professionnel-le de l’ordre

Comprendre ce que signifie être un-e professionnel-le de l’ordre suppose d’étudier les procédures routinières de recrutement, de formation et de fonctionnement des forces de sécurité. Comment entre-t-on dans l’armée, la police, la douane ? Comment y fait-on carrière ? Quels registres les acteurs mobilisent-ils pour rendre compte de leurs trajectoires professionnelles, activités, loyautés ? Les articles du présent dossier sont une invitation à étudier les métiers de l’ordre comme des espaces d’acquisition de ressources mais aussi de négociation de leurs valeurs. Il s’agit de déterminer à partir d’enquêtes fines les ressources que les différents corps, et au sein de ces corps les groupes et individus, mobilisent dans leurs luttes et leurs négociations. Ces ressources sont matérielles, relationnelles mais aussi symboliques (prestige associé aux galons, recours au registre de l’occulte, etc.).

Les termes vernaculaires insistent souvent sur les artéfacts qui marquent la division entre les professionnels de l’ordre et les autres – les mots qui désignent un élément de l’uniforme ou de l’équipement sont ainsi légion : le gardien de l’ordre est « celui qui a de grosses bottes » (sàbàràbàtígí en bambara), l’« homme au petit bâton » (kpovito en ewe), « le fils du bâton » (dan sansa en hausa), un de « ceux qui portent la ceinture » (koulou siti en mandinka) ou de ces « garçons qui possèdent des fusils » (vakomana vezvivhorovho en shona)43. Pourtant, s’il existe des enjeux de distinction entre les membres de la profession et les non-initiés, ces distinctions sont nombreuses également au sein même du champ professionnel, entre les porteurs de fusils et les porteurs de matraques, entre les agents en « tenue » et les agents « en civil ». Il faut « connaître papier »44 tandis que la « culture du diplôme »45 joue un rôle structurant. Dans le cas de la National Drug Law Enforcement Agency au Nigeria, comme le note Gernot Klantschnig dans le présent dossier, les agents en uniforme sont dominés par les agents spécialisés et mieux formés. Au Sénégal, comme le montre Céline Ségalini, les tensions entre la culture militaire et les principes promus par l’approche participative sont vécues et pensées différemment par les agents en fonction de leur niveau hiérarchique et de la génération à laquelle ils appartiennent. Là où les guerres ont permis de rapides ascensions sociales par les armes, par exemple au Tchad, le capital guerrier entre en concurrence avec le capital scolaire, les porteurs d’armes dominant les bureaucrates. Les hommes en armes disposent de ressources spécifiques et organisent ainsi, selon les sous-champs auxquels ils appartiennent, la valeur respective des différents capitaux.

Lorsque les professionnels de l’ordre rendent compte de leurs pratiques, ils se réfèrent ainsi à des répertoires de justification qui dépassent de très loin le champ de l’ordre. Même pour des militaires qui ont combattu et qui appartiennent à des groupes ayant commis des violences d’une grande brutalité, le travail administratif peut apparaître comme le « travail idéal ». Les éléments des Forces armées de République démocratique du Congo, pour qui le métier des armes est un pis-aller dans un contexte de pauvreté et de précarité, valorisent la figure du soldat éduqué effectuant un travail dans un bureau plutôt que celle du combattant envoyé sur le front46. Il faut prendre les acteurs aux mots, ceux qui les unissent comment ceux qui les distinguent, et rendre compte des différents registres d’argumentation par lesquels ils définissent leurs pratiques : le langage des normes formelles (hiérarchies, galons, rangs), des compétences militaires (expérience du maquis, de la guerre, du camp), du réseau social (réseau de fonctionnaires, fief régional, contrôle d’une proto-armée), de la réussite économique, de la réputation (visibilité, leadership), etc.

L’observation des lieux des forces de l’ordre semble être une piste prometteuse pour la compréhension de ces métiers47. Les checkpoints, péages, barrières sont l’un des espaces de travail des corps habillés. Qui a voyagé en Afrique sait qu’ils sont autant de lieux où s’exercent la petite corruption et les grands trafics. Ces arrêts imposés sont anticipés et redoutés, y compris par les voyageurs en règle. Les commerçants48 et les migrants49 doivent en effet négocier avec les « mange mille » (comprenez : mange des billets de mille FCFA)50. Les zones frontalières en particulier sont des espaces de création de richesse et de redistribution économique où les activités illégales deviennent licites51. L’économie des péages et des postes frontières est cependant marquée par de fortes inégalités : tout le monde ne peut y faire de bonnes affaires. Une faction à un rond-point n’est pas équivalente au contrôle d’un poste de douane. Or, c’est l’État qui distribue bien souvent les positions de prédation et détermine donc les possibilités d’accumulation52. La compréhension de la corruption et des activités illégales au sein des corps habillés doit ainsi passer par une analyse du clientélisme d’État.

Au camp, on est recruté, habillé, formé, on y acquiert les codes et les gestes du métier. C’est un lieu de travail, mais aussi un lieu de vie : on y mange, on y lave le linge, on y joue au football, on y reçoit des visiteurs, on y apprend à lire, à nettoyer une arme, à conduire un camion. On y a accès à des services rares (soins gratuits, école pour les enfants, ravitaillement privilégié, alimentation électrique autonome, etc.). Les lieux des hommes en armes sont parmi les plus surveillés des villes africaines – c’est-à-dire à la fois protégés et contrôlés. Pour certaines armées, comme les King’s African Rifles étudiées par Timothy Parsons, les camps ont pu correspondre à une tentative pour isoler les soldats de la population – sans toujours être couronnée de succès53. Mais ce n’est pas seulement le cas pour les casernes militaires. Au Nord Ghana, le Regional Headquarters de la police de Wa étudié par Jan Beek désigne un périmètre clos par des fils de fers barbelés et regroupant bureaux administratifs, baraques, cantines, véhicules et autres boutiques54. Pour autant, ces espaces ne sont pas hermétiques, ils restent articulés à leur environnement direct (centre ou bordure de ville, ancien « village » présidentiel…) ainsi qu’à l’archipel sécuritaire avec lequel s’organisent les va-et-vient (dépôts, postes, barrages, guérites, patrouilles, etc.). Ainsi le camp est-il un des lieux stratégiques du contrôle des hommes en uniforme par l’État – que l’on pense à Alassane Ouattara exigeant des familles de soldats qu’elles quittent les camps militaires ou à Alpha Condé voulant « encaserner les militaires »55.

Les enquêtes sur les espaces militaires et policiers débouchent sur une interrogation sur les rapports sociaux de sexe. Cette question est cruciale – et elle reste sous traitée56, y compris dans les articles présentés ici. Les femmes sont largement sous-représentées57 dans les métiers de l’ordre, même si elles ont été nombreuses dans les mouvements de libération au moment des Indépendances58 et même si elles participent activement aux mouvements rebelles. Le recrutement de femmes représente un véritable enjeu pour les États africains. Certains d’entre eux, comme le Bénin, se prévalent de forces féminines de maintien de l’ordre associées à un passé précolonial idéalisé. Pour d’autres, comme la Guinée, les forces féminines sont perçues comme l’héritage d’un passé socialiste. Ailleurs, par exemple au Rwanda, la féminisation des forces de l’ordre est un enjeu politique de rupture avec le passé. D’autres pays, comme le Togo, tentent à échéance régulière, sous la pression des bailleurs de fonds, d’étendre aux femmes le recrutement policier et militaire – pour l’instant avec un succès mitigé.

La sous-représentation des femmes dans le rang ne signifie cependant pas qu’elles soient absentes des métiers de l’ordre. Bien des tâches effectuées dépendent d’une main d’œuvre féminine présente dans les camps et les casernements (ravitaillement, cuisine, hygiène et santé, rapiéçage des uniformes, gestion du budget familial, etc.). Toute une partie des services logistiques, considérés comme subalternes – et, partant, peu ou pas rémunérés et peu valorisés – sont essentiellement féminins59. Au-delà de l’inclusion de femmes dans les métiers de l’ordre, il convient de s’interroger sur la construction genrée des rôles au sein de ces institutions60 et sur l’invisibilisation du travail des femmes. La féminisation des métiers de l’ordre ne favorise pas mécaniquement l’égalité entre les sexes. En étudiant la construction d’une masculinité virile et militarisée, on peut saisir quels types de rôles (peu valorisés) sont attribués aux femmes.

À la suite de l’adoption en 2000 de la résolution 1325 par le Conseil de sécurité de l’ONU sur le gender mainstreaming dans les politiques de défense et de sécurité, la question du genre a été prise en compte dans les programmes de RSS61. Dans la perspective des experts et praticiens de la RSS, le recrutement de femmes est à la fois un droit pour celles-ci, un moyen de promouvoir l’égalité femmes-hommes et une façon d’améliorer le fonctionnement des forces de l’ordre (les femmes étant considérées comme plus respectueuses des droits humains, plus proches des populations, etc.). Les programmes de RSS qui intègrent une perspective de genre visent enfin à lutter contre les violences sexuelles. La féminisation des forces armées s’avère cependant ne pas avoir les effets pacificateurs escomptés. La mise en œuvre de politiques visant à promouvoir les femmes dans les forces armées de RDC ont ainsi suscité de vives résistances. Le recrutement et la présence de femmes dans les forces armées sont perçus comme « une menace d’émasculation » qui se manifeste dans les tentatives de maintenir l’identité (impossible) de la masculinité militarisée62. Au-delà de la promotion des femmes militaires, l’enjeu est ainsi la construction des identités de genre dans les corps habillés63.

Les métiers de l’ordre entre guerre et paix

Si les corps habillés participent de la répression et du contrôle des populations, l’actualité – tout comme l’histoire coloniale et postcoloniale – nous rappelle qu’ils peuvent aussi être des acteurs centraux de la contestation du pouvoir. Une abondante littérature vise à décrire et à comprendre les interventions des militaires en politique. Dans les années 1970 et 1980, alors que les mutineries et les coups d’État se multipliaient en Afrique, des chercheurs se sont intéressés aux risques mais aussi au potentiel modernisateur de l’institution militaire et de ses dirigeants – certains des travaux de cette période étant marqués par les théories de la modernisation. Malgré la diversité des trajectoires historiques des pays étudiés, des hypothèses étaient avancées sur les principaux facteurs de l’activisme militaire : héritages de la colonisation, factionnalisme politique, rivalités ethniques et intérêts corporatistes64. À la suite des travaux de Samuel Finer s’interrogeant sur les facteurs et les modalités concrètes de l’intervention des militaires en politique (du coup d’État aux simples jeux d’influence sur le gouvernement civil)65, des chercheurs sont allés au-delà de l’étude des coups d’État pour analyser le fonctionnement des régimes militaires66 et leur « cycle de vie »67, les formes multiples de militarisme dans l’Afrique des années 199068, puis la difficile consolidation des relations civilo-militaires dans les « régimes post-transition »69.

Des pistes ont été ouvertes pour penser le rôle des corps habillés en politique en se démarquant des perspectives qui, dans la lignée des premiers travaux de Samuel P. Huntington70, associent un peu rapidement le professionnalisme des militaires à leur supposée neutralité politique. Des analyses attentives au fonctionnement des forces armées et aux pratiques de leurs agents à tous les niveaux de la hiérarchie permettent de saisir les ressorts des loyautés. Les relations de clientèle et de parenté, les réseaux de solidarité forgés dans des expériences communes (en temps de guerre ou de paix) constituent des éléments centraux pour saisir comment des unités de l’armée se mutinent ou organisent un coup d’État. Il ne s’agit pas d’opposer les réseaux officiels aux réseaux officieux mais d’analyser in situ les relations de compétition et de collaboration qu’ils entretiennent. L’article de Maggie Dwyer dans le présent dossier étudie les dynamiques internes des deux unités qui se sont mutinées en 1992 en Sierra Leone, et insiste sur les relations personnelles fortes au sein du groupe. C’est parce qu’il existait une discipline au sein de ces unités qu’elles ont pu se lancer dans une entreprise aussi risquée et incertaine qu’un coup d’État. Il ne s’agit pas seulement d’étudier les sources des frustrations (rémunérations faibles et irrégulières, conditions de (sur)vie difficiles), mais aussi de suivre le processus de mobilisation. Aussi spectaculaire que soit une mutinerie ou un coup d’État, l’événement doit être resitué dans le temps plus long de la fabrique de l’obéissance et de la désobéissance dans l’armée71.

C’est également en adoptant une approche attentive à l’insertion des corps habillés dans la société que l’on peut saisir leurs modes d’engagement et leurs recompositions en conflit. On ne peut tout d’abord opposer l’armée aux autres acteurs du champ de la sécurité. Dans bien des contextes, les forces régulières ressemblent aux groupes armés non- ou para-étatiques (rebelles, milices, groupes d’auto-défense, mercenaires locaux et internationaux, etc.). Le fonctionnement des forces régulières n’est pas nécessairement bureaucratique. Ceci est particulièrement important dans les pays où, comme au Tchad, les forces régulières sont un rassemblement de factions armées (ré)intégrées à la faveur d’accords de paix. La « milicianisation »72 des forces régulières n’est pas uniquement le produit des guerres : elle peut relever d’un véritable mode de gouvernement. Ainsi les forces armées tchadiennes étaient-elles marquées jusqu’en 2010 – date de lancement d’un ambitieux programme de restructuration dont les effets restent incertains – par une chaîne de commandement flexible, une discipline interne faible et des effectifs non maîtrisés. Cette gestion que l’on aurait tort d’assimiler à de l’incompétence ou à une préférence culturelle pour le désordre est loin d’être irrationnelle ou inefficace. Elle permet aux forces régulières de s’adapter aux loyautés fluides des rebelles comme de leurs propres troupes, de sanctionner les contestataires et de récompenser les officiers fidèles au régime, tandis que les pratiques de prédation offrent des opportunités d’enrichissement et irriguent le corps social73. Étudier les forces régulières en guerre suppose également de voir comment les processus endogènes aux conflits les transforment. Les armées régulières (comme les groupes armés non-étatiques) changent leurs modes de recrutement et de promotion, les façons de commander et de gérer les troupes en fonction des circonstances de la guerre. On ne peut ainsi opposer des forces régulières qui auraient un mode de fonctionnement institutionnalisé et stable à des groupes armés qui seraient par nature fluides.

Les rapprochements entre les corps habillés, les milices et les groupes d’auto-défense passent ensuite par les relations de collaboration et de concurrence qu’ils entretiennent en temps de guerre comme de paix. Les professionnels de la sécurité peuvent être recrutés alternativement ou simultanément dans plusieurs de ces groupes. Au Soudan, une partie des miliciens djandjawid qui ont participé à la répression sanglante de la rébellion du Darfour ont été intégrés dans l’armée ou dans un corps paramilitaire, les Popular Defence Forces74. Des pratiques, des cultures matérielles et des représentations circulent entre les différents groupes porteurs d’uniforme et/ou d’armes. On peut observer des phénomènes de mimétisme : les rebelles reprennent souvent des codes et des références militaires, par exemple quand les chefs (qui peuvent d’ailleurs être d’anciens militaires) se font appeler « commandant », « colonel » ou « général ». En RDC, les anciens combattants Maï-Maï veulent être intégrés dans l’armée et sont à la recherche d’une forme de reconnaissance par l’État75. En Côte d’Ivoire, les jeunes miliciens, qui aspirent également à intégrer l’armée régulière, appartiennent à la clientèle de chefs militaires. Ces derniers font figure de « grands frères ». L’uniforme prend dans ce contexte une importance particulière : il devient un élément du jeu d’identification aux militaires, entretenant l’espoir (souvent déçu) que la complicité avec ces derniers débouchera sur une intégration formelle dans l’armée76. Les militaires et les rebelles ont souvent des profils proches, voire similaires. Les jeunes hommes mobilisés lors du conflit ivoirien dans les groupes insurgés et dans les mouvements contre-insurrectionnels se ressemblent ; ce sont les lieux de recrutement, plus que leurs trajectoires sociales, qui les distinguent77. En outre, qu’ils soient militaires, miliciens ou rebelles, nombre de porteurs d’armes se retrouvent en situation de conflit dans des conditions de (sur)vie proches. Dans certains contextes, les frontières entre les forces régulières et irrégulières sont proprement brouillées. En Sierra Leone, les civils parlaient des sobels pour qualifier ces individus qui étaient « soldats le jour, rebelles la nuit ».

Enfin, il faut étudier les pratiques de prédation des forces régulières. De la petite corruption à l’extorsion et au banditisme de grand chemin, les militaires, policiers et douaniers saisissent les opportunités économiques qu’offrent les situations de guerre. Les « entrepreneurs de l’insécurité »78 peuvent franchir des frontières pour exploiter les richesses des pays voisins. Profitant de l’intervention dans l’Est de la République Démocratique du Congo, des officiers supérieurs de l’armée ougandaise ont investi dans les richesses de la région, devenant des acteurs clés des réseaux commerciaux qui lient les zones locales de production aux marchés régionaux et internationaux79. L’économie de rapine et les pratiques violentes ne sont cependant pas limitées aux situations de conflits armés ; des formes d’économie de guerre peuvent se développer dans les zones épargnées par les combats80. Dans le bassin du lac Tchad, les coupeurs de route et les réseaux militaro-commerciaux travaillent en étroite collaboration avec les notables locaux qui appartiennent aux métiers de l’ordre ou à l’appareil administratif de l’État81. Les collaborations plus ou moins institutionnalisées entre les agents des forces de l’ordre et les acteurs de l’économie illégale ont un caractère éminemment politique. Les illégalismes d’État, dans les sociétés africaines comme ailleurs82, ne relèvent pas de simples dysfonctionnements mais appartiennent aux outils de gouvernement. Les rapports d’extraction et de protection que ces réseaux entretiennent avec la population participent du renforcement de l’État et du contrôle des populations. Encouragées ou simplement tolérées, ces pratiques ne sont pas les symptômes d’une pathologie qui marquerait les forces armées, elles participent souvent des modes de gouvernement à l’œuvre en Afrique subsaharienne.

Les pistes de recherche développées dans ce numéro sont finalement une invitation à retravailler la problématique de l’État en Afrique à partir des corps habillés. Qu’ils exercent leur métier en uniforme ou en civil, dans la rue ou dans un bureau, qu’ils soient perçus comme des agents de l’ordre ou de la brutalité du pouvoir, ils rendent l’État visible. Un contrôle d’identité à un checkpoint ou à un poste frontière, une vérification de la conformité d’un véhicule (qu’ils donnent lieu ou non à de la corruption) sont des manifestations de la présence et du pouvoir d’État. Les corps habillés « forment » l’État83, non pas tel qu’il peut être souhaité, projeté et revendiqué par les populations, non pas tel qu’il est fantasmé par les développeurs et les experts internationaux soucieux de réformer le secteur de la sécurité et de « renforcer les capacités de l’État », mais tel qu’il est vécu au quotidien.

Marielle Debos (Université Paris Ouest Nanterre La Défense – ISP), Joël Glasman (Humboldt Universität zu Berlin)

Paru dans Politique africaine 4/2012 (N° 128), p. 5-23.

Crédit image : Tableau du peintre congolais Christian Bosoku Ekundé « La fille kuluna », Kinshasa, 2011 (détail).

  1. Nous remercions, pour leurs commentaires ainsi que les informations sur les dénominations des hommes en uniforme, les auteur-e-s du dossier, ainsi que David Ambrosetti, Klaus Beyer, Lutz Diegner, Peter Lambertz, Shumirai Nyota, Andreas Wetter et le comité de rédaction de Politique africaine []
  2. Selon l’Open Society Foundation, citée dans « Nigeria’s Crisis. A Threat to the Entire Country », The Economist, n°8804, 29 septembre 2012, p. 40 []
  3. P. Collier, Wars Guns and Votes. Democracy in Dangerous Places, Londres, Bodley Head, 2009, p. 142 []
  4. R. Marchal, « Surveillance et répression en post-colonie », Politique africaine, n° 42, juin 1991, p. 40-51 []
  5. Nous renvoyons le lecteur, en dehors des études de cas présentées ici, à celles citées dans les notes, ainsi qu’aux discussions collectives menées dans différents espaces, notamment : le panel « Bureaucrats in Uniform: Historical and Anthropological Explorations of an African Professional Field » organisé par G. Blundo, I. Bierschenk et J. Glasman, European Conference on African Studies, Uppsala, juin 2011 ; les dossiers « Ordre colonial », Genèses, n° 86, 2012, et « Métiers de police en situation coloniale », Crime, Histoire & Sociétés, vol. 15, n° 2, 2011 coordonnés par E. Blanchard ; J.-P. Bat et N. Courtin (dir.), Le Maintien de l’ordre en situation coloniale. Afrique et Madagascar, Rennes, PUR, 2012. Voir aussi le projet en cours Boundary Work: Police in West Africa de l’Université de Mayence dirigé par Carola Lentz []
  6. OCDE-CAD, Lignes directrices et ouvrages de référence du CAD. Réforme des systèmes de sécurité et gouvernance. Principes et bonnes pratiques, Paris, OCDE, 2005, p. 85 []
  7. Parmi de nombreux exemples : formation des policiers et soldats du Togo par l’UNREC (United Nations Regional Centre for Peace and Disarmament in Africa), formation des soldats nigérians par l’International Military Education and Training américain, recyclage des militaires du Zimbabwe par le British Military Assistance Training Team participation du Pnud à l’établissement du Code de conduite de la police du Mali, etc []
  8. J.-M. Châtaigner, « La réforme du secteur de sécurité dans les États et sociétés fragiles. Préalable indispensable au développement ou dernière des illusions néocoloniales ? », Afrique contemporaine, n° 218, 2006, p. 108 []
  9. Pour l’OCDE, « la tâche qui consiste à renforcer le professionnalisme des forces de sécurité – armée, services de renseignement et police – a des aspects à la fois normatifs et techniques », OCDE-CAD, Lignes directrices…, op. cit., p. 49. Par « normes », il faut comprendre notamment le respect du droit international humanitaire, de l’égalité femmes-hommes, des codes déontologiques, etc. Par « techniques », c’est l’aptitude à « mener à bien des fonctions opérationnelles » qui est désignée. À ces deux composantes principales sont parfois ajoutés des aspects culturels (le respect des cultures particulières des populations policées) et politiques (la soumission à la hiérarchie politique). Voir CDD (Centre for Democracy and Development), Security Sector Governance in Africa: a Handbook, Lagos, CDD, 2005, p. 109 []
  10. Parmi les documents fondateurs du concept de RSS, celui de l’agence britannique de développement : DFID, Poverty and the Security Sector, Londres, DFID, 1999. Pour une périodisation de la RSS, voir : A. Bryden, Des principes à la pratique : le rôle évolutif de l’OCDE dans la réforme des systèmes de sécurité, Genève, Centre pour le contrôle démocratique des forces armées, document d’orientation, n° 22, 2007 ; N. Ball et D. Hendrickson, Trends in Security Sector Reform (SSR): Policy, Practice and Research, CSDG Papers, n° 20, Londres, King’s College, 2009 ; N. Ball, « The Evolution of the Security Sector Reform Agenda », in M. Sedra (dir.), The Future of Security Sector Reform, Waterloo, Centre for International Governance Innovation, 2010, p. 29-44 []
  11. Voir E. Hutchful et K. Fayemi, « Réforme des systèmes de sécurité en Afrique », in OCDE, Lignes directrices…, op. cit., p. 85-86 ; J.-F. Bayart, « Le piège de la lutte anti-terroriste en Afrique de l’Ouest », Sociétés politiques comparées, n° 26, 2010, p. 1-5 []
  12. D. Chuter, « Understanding Security Sector Reform », Journal of Security Sector Management, vol. 4, n° 2, 2006, p. 1-21 []
  13. M. Duffield, Development, Security and Unending War: Governing the World of Peoples, Cambridge, Polity Press, 2007 []
  14. A. Hill, « Learning the Hard Way: Implementing SSR in Africa’s Post-Authoritarian States », in M. Sedra (dir.), The Future of Security Sector Reform…, op. cit., p. 177 []
  15. N. Ball, « The Evolution of the Security Sector Reform… », art. cit., p. 35 []
  16. B. Baker, Multi-Choice Policing in Africa, Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, 2008 ; J. Beek, Friend of the Police. Polizei in Nord-Ghana (Upper West Region), Mayence, Johannes Gutenberg Universität, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, Arbeitspapiere, n° 93, 2008 ; A. Hills, Policing Africa: Internal Security and the Limits of Liberalization, Boulder, Lynne Rienner, 2000 ; M. Göpfert, « Security in Niamey. An Anthropological Perspective on Policing and an Act of Terrorism in Niger », Journal of Modern African Studies, vol. 50, n° 1, mars 2012, p. 53-74 []
  17. L. Fourchard et I. O. Albert (dir.), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’Ouest du XIXe siècle à nos jours, Paris, Karthala, 2003 []
  18. J. Beek, Friend of the Police…, op. cit []
  19. J. Poppe, « A History of Surveillance, Commodification and Participation in Nature Conservation. The Case of Park “W”, Burkina Faso », Afriche e Orienti, 2010, p. 103-146 ; G. Blundo, « “Comme un ballon de foot”. La gestion quotidienne des ressources humaines dans les services forestiers en Afrique de l’Ouest », in N. Schareika, E. Spies et P.-Y. Le Meur (dir.), Auf dem Boden der Tatsachen. Festschrift für Thomas Bierschenk, Cologne, Köppe Verlag, 2011, p. 377-394 []
  20. T. Cantens, « Is it Possible to Reform a Customs Administration: The Role of Bureaucratic Elite in Cameroon », UNU WIDER Working Paper series, n° 118, 2010 []
  21. L’analyse de Bruce Whitehouse sur les usages publics de l’uniforme par les auteurs du coup d’État au Mali est de ce point de vue remarquable. B. Whitehouse, « Captain Amadou Sanogo: Power is his Middle Name », Think Africa Press, 29 mars 2012 []
  22. S. Michels, Schwarze deutsche Kolonialsoldaten. Mehrdeutige Repräsentationsräume und früher Kosmopolitismus in Afrika, Bielefeld, Transcript Verlag, 2009, p. 23 []
  23. G. Mann, Native Sons: West African Veterans and France in the 20th Century, Durham (NC), Duke University Press, 2006 []
  24. T. H. Parsons, The African Rank and File. Social Implications of Colonial Military Service in the King’s African Rifles, 1902-1964, Londres, James Currey, 1999. Voir aussi le projet en cours Reworking War and Society: Colonial Military Communities, Labor, and Generations in Africa, ca. 1890-1968 de Michelle Moyd []
  25. T. Stapleton, African Police and Soldiers in Colonial Zimbabwe, 1923-1980, Rochester, University of Rochester Press, 2011, p. 238 []
  26. W. J. Berridge, Under the Shadow of the Regime: The Contradictions of Policing in Sudan, c. 1924-1989, thèse d’histoire, Université de Durham, 2011, p. 11 []
  27. Ce modèle diffusionniste informe de façon implicite tout un pan de la littérature, mais il est parfois mis en avant de façon très explicite, par exemple par l’ancien directeur du programme de réforme du secteur de sécurité du think tank sud-africain Institute of Security Studies qui parle d’institutions de l’ordre « étrangères dans leur idée » (foreign in inspiration) aux cultures africaines : W. Rocklyn, « Africa and the Challenges of Security Sector Reform », in J. Cilliers et A. Hilding-Norberg (dir.), Building Stability in Africa: Challenges for the New Millennium, Pretoria, Institute for security Studies, 2000, p. 3-11. Dans d’autres rapports, la distance culturelle entre les populations cibles des réformes et les normes institutionnelles apparaît en fond d’argumentation, comme dans les « lignes directrices » de l’OCDE. Celles-ci imputent notamment les avancées plus rapides de la RSS en Europe centrale et orientale par rapport aux autres continents à « des divergences culturelles moins profondes avec les Occidentaux », et ramènent une partie des difficultés à une « perception africaine traditionnelle de la sécurité » trop « élastique » et donc peu opérationnelle : OCDE, Lignes directrices…, op. cit., p. 78 et 92 []
  28. J. Glasman, Les corps habillés. Genèse des métiers de police au Togo, Paris, Karthala 2013 []
  29. F. Fanon, Les Damnés de la terre, Paris, La Découverte, 2001 (1ère édition, 1961 []
  30. S. P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New York, New York University Press, 1968 []
  31. P. T. Ahire, The Emergence and Role of the Police in Colonial Nigeria, 1860-1960, Buckingham, The Open University Press, 1991 []
  32. W. Berridge, Under the Shadow of the Regime…, op. cit., p. 2 []
  33. A. P. Oloukpona-Yinnon, La Révolte des esclaves mercenaires, Douala 1893, Bayreuth, Bayreuth African Studies, n° 10, 1987 []
  34. J. Glasman, Les corps habillés…, op. cit []
  35. M. Echenberg, Colonial Conscripts: The Tirailleurs Sénégalais in French West Africa, 1857-1960, Londres/Portsmouth, James Currey/Heinemann, 1991 []
  36. W. Berridge, Under the Shadow of the Regime…, op. cit., p. 101-140 []
  37. T. H. Parsons, The 1964 Army Mutinies and the Making of Modern East Africa, Westport, Praeger, 2003 []
  38. J. Tankebe, « Colonialism, Legitimation and Policing in Ghana », International Journal of Law, Crime and Justice, n° 36, 2008, p. 67-84 []
  39. Sur le langage politique des Tirailleurs, voir G. Mann, Native Sons…, op. cit., p. 4 []
  40. Ibid., p. 5 []
  41. Voir la thèse en anthropologie (en cours) de Martin Mourre, Comment on écrit la mémoire. Culture politique et narration des événements de Thiaroye 44, EHESS et université de Montréal []
  42. Entretien de Peter Lambertz avec le peintre Christian Bosoku Ekundé, Kinshasa, juin 2011 []
  43. En shona, on utilise aussi l’expression de « frmungonjo om » pour désigner les policiers, une onomatopée rappelant le bruit des menottes []
  44. J. Glasman, « “Connaître papier”. Métiers de police et État colonial tardif au Togo », Genèses, n° 86, 2012, p. 37-54 []
  45. T. Bierschenk, States at Work in West Africa: Sedimentation, Fragmentation and Normative Double-Binds, Working Papers, n° 113, Mayence, Institut für Ethnologie und Afrikastudien, 2010, p. 15 []
  46. M. Eriksson Baaz et M. Stern, « Making Sense of Violence: Voices of Soldiers in the Congo (DRC) », Journal of Modern African Studies, vol. 46, n° 1, 2008, p. 57-86 []
  47. M. Moyd, « Making the Household, Making the State: Colonial Military Communities and Labor in German East Africa », International Labor and Working-Class History, vol. 80, n° 1, 2011, p. 53-76 ; T. H. Parsons, « All Askaris are Family Men: Sex, Domesticity and Discipline in the King’s African Rifles, 1902-1964 », in D. Killingray et D. Omissi (dir.), Guardians of Empire, The Armed Forces of the Colonial Powers c. 1700-1964, Manchester, Manchester University Press 1999, p. 157-179 ; T. Stapleton, African Police and Soldiers… op. cit., p. 88-138 ; J. Beek, Friends of the Police…, op. cit. ; ainsi que le travail en cours d’Olly Owen sur les commissariats au Nigeria []
  48. K. Bennafla, Le Commerce frontalier en Afrique centrale. Acteurs, espaces, pratiques, Paris, Karthala, 2002 []
  49. J. Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Bellecombe en Bauges, Éditions du Croquant, 2009 []
  50. Cette expression utilisée en Afrique de l’Ouest témoigne de la centralité de la figure du militaire ou du policier corrompu. Sur le langage de la corruption, voir G. Blundo et J.-P. Olivier de Sardan, « Sémiologie populaire de la corruption », in G. Blundo et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), État et corruption en Afrique, Paris, Karthala, 2007, p. 119-140 []
  51. J. Roitman, Fiscal Disobedience. An Anthropology of Economic Regulation in Central Africa, Princeton, Princeton University Press, 2005 []
  52. M. Debos, « Les limites de l’accumulation par les armes. Itinéraires d’ex-combattants au Tchad », Politique africaine, n° 109, mars 2008, p. 167-181 []
  53. T. H. Parsons, The African Rank and File…, op. cit []
  54. J. Beek, Friends of the Police…, op. cit []
  55. Jeune Afrique, 28 mars 2011 []
  56. Voir, cependant, à propos de l’Afrique du Sud, L. Heinecken et N. van der Waag, « The Politics of Race and Gender in the South African Armed Forces: Issues, Challenges and Lessons », Commonwealth & Comparative Politics, vol. 47, n° 4, 2009, p. 517-538 []
  57. Pour un état des lieux de la place des femmes dans le secteur de la sécurité en Afrique de l’Ouest, voir M. Gaanderse et K. Valasek (dir.), Le Secteur de la sécurité et le genre en Afrique de l’Ouest. Une étude de la police, de la défense, de la justice et des services pénitentiaires dans les pays de la CEDEAO, Genève, DCAF (Geneva Centre for the Democratic Control of Armed Forces), 2011 []
  58. Voir par exemple, T. Lyons, Guns and Guerilla Girls: Women in the Zimbabwean Liberation Struggle, Trenton, Africa World Press, 2004 ; M. Terretta, « A Miscarriage of Nation: Cameroonian Women and Revolution, 1949-1971 », Stichproben, Vienna Journal of African Studies, n° 12, 2007, p. 61-90 []
  59. Il ne s’agit évidemment pas d’une spécificité africaine. Voir J. Falquet, « Division sexuelle du travail révolutionnaire : réflexions à partir de l’expérience salvadorienne (1970-1994) », Cahiers des Amériques latines, n° 40, 2003, p. 109-128 []
  60. S. Miescher, Making Men in Ghana, Indianapolis, Bloomington, 2005 []
  61. Pour une revue critique de la littérature grise sur le genre dans les programmes RSS, voir C. Hendricks, Gender and Security in Africa. An Overview, Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, 2011 []
  62. M. Eriksson Baaz et M. Stern, « Whores, Men and Other Misfits: Undoing the “Feminization” of the Armed Forces in the DR Congo », African Affairs, vol. 110, n° 441, octobre 2011, p. 563-585 []
  63. M. Eriksson Baaz et M. Utas (dir.), Beyond “Gender and Stir”. Reflections on Gender and SSR in the Aftermath of African Conflicts Policy Dialogue, Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, n° 9, 2012 []
  64. S. Decalo, Coups and Army Rule in Africa. Studies in Military Style, Londres, Yale University Press, 1976 ; P. McGowan et T. Johnson, « African Military Coup d’État and Underdevelopment: a Quantitative Historical Analysis », Journal of Modern African Studies, vol. 22, n° 4, 1984, p. 633-666 []
  65. S. E. Finer., The Man on Horseback. The Role of the Military in Politics, Londres, Pall Mall Press, 1962 []
  66. J. W. Harbeson, The Military in African politics, New York, Praeger, 1987 []
  67. Michel Louis Martin a envisagé les trois phases du « cycle de vie » du militarisme en Afrique : une phase de prétorianisme modéré (de la seconde moitié des années 1960 au début des années 1970), suivie d’une période de radicalisation (années 1970), laissant la place à un mouvement de normalisation qu’il qualifie de « thermidorien » (à partir du début des années 1980). M. L. Martin, Le Soldat africain et le politique. Essais sur le militarisme et l’État prétorien au sud du Sahara, Toulouse, Presses de l’Institut d’Études Politiques, 1990 []
  68. E. Hutchful et A. Bathily, The Military and Militarism in Africa, Dakar, Codesria, 1998 []
  69. C. Thiriot, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile restructuration », Revue internationale de politique comparée, vol. 15, n° 1, 2008, p. 15-34 []
  70. S. P. Huntington, The Soldier and the State: The Theory and Politics of Civil-Military Relations, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University, 1957 []
  71. Pour une approche similaire dans un autre contexte, voir A. Loez, 14-18. Les Refus de la guerre. Une histoire des mutins, Paris, Gallimard, 2010 []
  72. R. Marchal, « Terminer une guerre », in R. Marchal et C. Messiant, Les Chemins de la guerre et de la paix. Fins de conflit en Afrique orientale et australe, Paris, Karthala, 1997, p. 34 []
  73. M. Debos, Le Métier des armes au Tchad, Paris, Karthala, à paraître en 2013. Voir en particulier le chap. 5, « La milicianisation décrétée des forces régulières » []
  74. A. Haggar, « The Origins and Organization of the Janjawiid un Darfur », in A. de Waal (dir.), War in Darfur and the Search for Peace, Harvard/Londres, Harvard University Press/Justice Africa, 2007, p. 113-139 []
  75. Voir la thèse en science politique (en cours) de Mehdi Belaid, Guerillas et sortie de guerre en République Démocratique du Congo. La reconversion des mouvements armés en question, une approche comparative, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne []
  76. K. Arnaut, « Corps habillés, Nouchis and Subaltern Bigmanity in Côte d’Ivoire », in M. Utas (dir.), African Conflicts and Informal Power. Big Men and Networks, Londres, Zed Books, 2012, p. 78-100 []
  77. M. Chelpi-den Hamer, « Militarized Youth in Western Côte d’Ivoire. Who are They? Why Did They Fight? », in Y. Guichaoua (dir.), Understanding Collective Political Violence, Londres, Palgrave Macmillan, 2011, p. 21-45 []
  78. S. Perrot, « Entrepreneurs de l’insécurité : la face cachée de l’armée ougandaise », Politique africaine, n° 75, octobre 1999, p. 60-71 []
  79. K. Vlassenroot et S. Perrot, « Ugandan Military Entrepreneurialism on the Congo Border », in M. Utas (dir.), African Conflicts and Informal Power op. cit., p. 35-59 []
  80. R. Marchal, « Terminer une guerre… », art. cit., p. 2-48 []
  81. J. Roitman, Fiscal Disobedience…, op. cit. ; I. Saïbou, Les coupeurs de route. Histoire du banditisme rural et transfrontalier dans le bassin du lac Tchad, Paris, Karthala, 2010 []
  82. N. Fischer et A. Spire, « L’État face aux illégalismes », Politix, vol. 3, n° 87, 2009, p. 7-20 ; J.-L. Briquet et G. Favarel-Garrigues (dir.), Frontières de l’illicite. Milieux criminels et pouvoirs politiques, Paris, Karthala, 2008 []
  83. Pour reprendre la distinction désormais classique entre « construction » et « formation » de l’État. J. Lonsdale, « The Conquest State of Kenya 1895-1905 », in B. Berman et J. Lonsdale, Unhappy Valley. Conflict in Kenya and Africa, vol. 1, State and Class, Londres/Nairobi/Athens, James Currey/Heinemann Kenya/Ohio University Press, 1992, p. 13-44 []