Archives de catégorie : Lectures

P. Clark, The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda : Justice without Lawyers, lu par Richard Moncrieff

The Gacaca CourtsCLARK (Phil), The Gacaca Courts, Post-Genocide Justice and Reconciliation in Rwanda : Justice without Lawyers, Cambridge, Cambridge University Press, 2010, 355 pages.

Le système judiciaire néo-traditionnel dit des Gacaca, que les autorités rwandaises ont mis en œuvre à partir de 2001 pour juger les personnes soupçonnées d’implication dans le génocide de 1994, est en train d’atteindre le terme de sa mission. Réponse pragmatique à un surpeuplement carcéral extraordinaire et à l’incapacité du système judiciaire formel à y faire face, les Gacaca ont fourni un exemple spectaculaire de justice communautaire. Dans les centaines de milliers de cas traités, des jugements ont été prononcés par des juges élus localement (les juristes professionnels n’étaient pas autorisés à siéger), les peines allant de travaux d’intérêt général à l’emprisonnement, le taux d’acquittement ayant été de 25 %.

Dans cet ouvrage, Phil Clark, passé de l’Université d’Oxford à la School of Oriental and African Studies de l’Université de Londres, présente un compte-rendu détaillé des Gacaca, de leur mise en place jusqu’à leur terme. Il procède de façon très détaillée, très locale, s’appuyant sur un travail de terrain prolongé et sur des entretiens répétés avec les mêmes interlocuteurs au fil des jugements. De ce point de vue, l’ouvrage est d’une grande profondeur, prêtant attention aux expériences traumatiques individuelles et collectives, à la réconciliation (sous ses formes diverses), au pardon (dont il souligne, sûrement à raison, l’aspect religieux) et à la véridiction. Notre compréhension du génocide rwandais et de ses suites sort ainsi renforcée de cette lecture.

Le livre est construit autour d’un débat entre ce que Clark appelle le « récit dominant » sur les Gacaca et sa propre vision. Selon le récit qu’il dit dominant, porté principalement par les organisations de défense des droits de l’homme et par certains universitaires, les Gacaca ne parviendraient pas à rendre la justice compte tenu de l’absence d’une procédure judiciaire « classique ». Clark soutient pour sa part que les Gacaca répondent à un ensemble plus large de préoccupations que la justice punitive et ont été adaptées par les individus et les communautés locales selon leurs besoins. Clark n’entend donc pas défendre les Gacaca sur la qualité juridique de la justice qu’elles rendent, mais plutôt sur d’autres aspects, comme la réconciliation, où il trouve le bilan presque entièrement positif, hormis pour quelques défauts surtout techniques. Il entend également défendre les Gacaca contre ceux qui affirment qu’ils ne sont qu’un masque qui permet à l’État de contrôler le discours populaire ou de faire peser sur les Hutu une culpabilité collective (voir en particulier p. 250).

Sa contribution aux débats sur le Rwanda contemporain et sur la justice post-conflit est considérable. Mais l’ouvrage souffre cependant de faiblesses importantes. Certaines questions sont peu traitées, comme la question du sort de ceux qui étaient mineurs en 1994. Par ailleurs, l’ouvrage est tellement centré sur les expériences locales et individuelles (au point d’aboutir au chapitre 10 à une série de recommandations théologiques plutôt hors de propos sur que ce que le pardon veut dire), que la couverture des aspects politiques, promise en introduction, n’est pas assez aboutie. Par moments (p. 152), Clark semble accepter que le contexte politique du début des Gacaca en 2001-2003 n’était guère prometteur (les pressions sur les partis d’opposition, etc.). Mais il ne parvient pas à expliquer de façon satisfaisante comment, dans ce contexte autoritaire, la liberté d’expression qu’il a trouvée au niveau local a pu être possible. Tout en mettant en avant les vertus d’une analyse locale fine, il s’efforce bien peu d’analyser avec le même soin le contexte national, au-delà de la question importante de savoir si les Gacaca ont ou non jugé des violations des droits humains commises par le Front patriotique rwandais (FPR) au pouvoir, question traitée de façon intéressante mais pas vraiment aboutie (p. 121-128).

Au final, et sans surprise, cet aspect du débat dépend profondément de l’appréciation qu’on a du régime actuel. Clark semble convaincu (p. 22-23) que ce que beaucoup perçoivent comme un régime autoritaire assez « typique », avec le maquillage habituel, est en fait plus composite et connaît l’influence de voix divergentes, plus libérales. C’est précisément cela qui, selon lui, a ouvert aux Gacaca une liberté relative au niveau local. Il s’agit là d’une piste intéressante et importante, mais le lecteur ne peut qu’être frustré de ce que l’angle politique ne soit pas travaillé avec une rigueur analytique suffisante.

Richard Moncrieff

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

J.-P. Bat, Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, lu par Guillaume Vadot

Le syndrome FoccartBAT (Jean-Pierre), Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Paris, Gallimard, collection Folio histoire, 2012, 838 pages.

Diplômé de l’École nationale des chartes, Jean-Pierre Bat est responsable du fonds Foccart aux Archives nationales. Son livre, qui constitue une véritable somme, entend imprimer un regard d’historien sur un sujet que l’auteur caractérise d’emblée comme saturé de fantasmes et de visions complotistes concentrées autour du terme « Françafrique ».

Bâti selon un plan chronologique («La matrice (1959-1974) », « La succession (1974-1994) » puis « L’héritage (de 1994 à nos jours) »), l’ouvrage entend rompre avec les conceptions totalisantes et intentionnalistes – Jean-Pierre Bat n’utilisant pas ce second qualificatif – de la politique française en Afrique après la colonisation. Il s’attache donc à restituer la construction politico-médiatique de la figure de Jacques Foccart, figure sujette jusque dans les années 2000 à d’intenses batailles mémorielles.

Cette « saturation mémorielle » (p. 43), selon l’auteur, l’amène à une tentative de caractérisation scientifique du « Monsieur Afrique » du Général de Gaulle, de sa méthode et du système institutionnel qu’il a contribué à bâtir. Foccart se serait en effet constitué comme « masque africain » (chapitre 2) du premier président de la Cinquième République, au double sens du terme. D’abord en se plaçant comme paravent d’une politique qui revêtait un caractère stratégique, mais dont les implications tactiques n’étaient pas toujours endossables officiellement par les institutions – et c’est le moins que l’on puisse dire au vu des exemples donnés par l’auteur de cet « illégalisme d’État », notamment les soutiens accordés à Moïse Tshombe ou à la sécession biafraise. Mais si Foccart et ses successeurs n’étaient que des masques, c’est aussi parce qu’ils ne se situaient pas sur le terrain de la décision politique, mais sur celui de l’application tactique – quelles qu’en soient les marges de manœuvre paradiplomatiques, sécuritaires, économiques et parfois militaires. Le donneur d’ordre reste donc bien l’Élysée, même lorsque le « feu » est « orange », c’est-à-dire que la recommandation d’action n’est qu’implicite.

En se positionnant comme « pythie gaulliste » (p. 142), Foccart a su profiter de sa relation privilégiée avec le général-président pour bâtir une architecture particulière, centralisée et élyséenne, à l’appui de la politique française en Afrique. Le livre de Bat montre ainsi comment s’est construite la centralisation autour du Secrétariat général des affaires africaines et malgaches, composé majoritairement d’anciens de l’École nationale de la France d’Outre-Mer, et qui parvint dans les années 1960 à minoriser et court-circuiter les services de la Coopération ainsi que le Quai d’Orsay. Il relate aussi comment les affinités gaullistes, souvent construites pendant la Résistance, ont constitué un vecteur privilégié de construction de ces « circuits courts » dont se dotait Foccart dans les ambassades, l’armée, les services secrets ou encore les grandes entreprises françaises – Elf au premier plan. Dans le contexte de la Guerre froide, le maintien de la pax gallica en Afrique constituait en effet un fondement du rang international de la France, et toute une ingénierie fut mise en place pour surveiller – au nom de l’anti-communisme – les sociétés africaines, leurs syndicats et partis d’opposition, promouvoir et défendre les présidents « amis de la France », flanqués de « Messieurs sécurité » liés aux services français.

Mais le livre de Jean-Pierre Bat se veut aussi une réflexion sur les évolutions de cette matrice initiale au cours du temps. Le premier point d’inflexion se situe en 1974, quand Foccart, déjà éclaboussé par un scandale en 1969, part de l’Élysée lorsqu’arrive Valéry Giscard d’Estaing. Ce dernier se présente comme un modernisateur de la politique africaine de la France, annonçant la banalisation des relations avec le pré carré et renouant fort symboliquement avec la Guinée de Sekou Touré. La « défoccartisation » du Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage (SDECE), amorcée par Pompidou, est poursuivie. Mais les « piliers du système » sont conservés (chapitre 8) : Elf s’ancre dans son rôle de prolongement de l’État français, notamment au Gabon, le SDECE conserve son rôle central et s’appuie sur des mercenaires comme Bob Denard, et, dans le contexte de la « Guerre fraîche », les opérations militaires se multiplient, de Kolwezi au Sahara Occidental en passant par le Tchad. Mais contrairement à de Gaulle, Giscard d’Estaing n’a pas su se parer d’un « masque africain » dans ses rapports avec les chefs d’État du pré carré. L’affaire des diamants de Bokassa l’éclabousse à la suite d’une amitié dont il avait voulu faire le symbole de son ancrage africain, lui qui ne jouissait pas de la proximité du « chef de famille » Félix Houphouët-Boigny.

L’arrivée au pouvoir de François Mitterrand, contempteur du « coup d’État permanent » entouré de plusieurs conseillers tiers-mondistes, est considérée à grande échelle comme l’ouverture d’une nouvelle ère pour les relations entre la France et ses anciennes colonies africaines – si bien qu’un vent de panique secoue les « présidents amis », et que de nombreux honorables correspondants du SDECE démissionnent, relate Bat. En fait, elle inaugure plutôt le temps des désillusions et de l’incrédulité, ajoutant à la défiance et à l’odeur de soufre qui entoure la « Françafrique », vécue comme un fléau du régime. Le réformiste Jean-Pierre Cot, nommé ministre de la Coopération et du Développement, est contraint à la démission dès décembre 1982, tandis que Guy Penne, nouveau conseiller Afrique, ressuscite la cellule africaine de l’Élysée, bientôt assisté de Jean-Christophe Mitterrand, alias « papamadit » et deuxième « circuit court » du président.

Le second septennat socialiste constitue néanmoins une période d’évolutions pour les relations franco-africaines, alors que la fin de la Guerre froide met à l’épreuve les définitions stratégiques établies lors des Indépendances autour de la notion de « pré carré ». Fin de partie ou expression de la nécessité de tout changer pour que rien de change ? D’une part, le discours de La Baule constitue une tentative d’adaptation à ce nouvel environnement, un coup de poker pariant sur l’adoption du vocabulaire de la libéralisation politique pour canaliser la contestation démocratique en cours.

D’autre part, cette période est marquée par de nombreux scandales françafricains, avec l’arrestation et le procès rocambolesques de Denard, mais surtout l’affaire Elf. Pour Bat, cette dernière est une véritable antithèse du projet de Foccart puisqu’elle naît de divisions profondes entre acteurs d’une politique africaine de la France qu’il avait voulue unifiée et centralisée, et projette dans l’espace public toute une série d’éléments tactiques qui avaient vocation à ne jamais y entrer. De la même manière, les errements de l’intervention française au Rwanda en 1994, et en Côte d’Ivoire entre 2004 et 2011 (« la seconde mort de Foccart », selon Bat, chapitre 15) seraient le signe de l’éclatement, de la fragmentation de cette politique d’influence, rendant archaïques les lectures totalisantes. Le retour de Foccart auprès de Chirac entre 1995 et 1997, date de la mort du vieux conseiller, ne serait ainsi qu’une parenthèse avec peu d’effets sur ce cours général.

Cette thèse conclusive s’appuie malheureusement sur bien moins d’éléments empiriques que les premiers chapitres, alors même que cette matière objective réunie par l’ouvrage constitue sa première qualité. On peut ainsi être surpris par l’insistance de Jean-Pierre Bat sur la relativisation de la France dans son ancien pré carré (par la Chine ou les États-Unis), dont l’existence même serait remise en cause par la « nouvelle géopolitique » de ce début de XXIe siècle, ou encore sur l’ajustement des moyens militaires de l’Hexagone… alors même que les exemples abondent ces dernières années de l’activisme militaire français en Afrique, de la force Licorne en Côte d’Ivoire à l’intervention Harmattan en Libye au printemps 2011, de la mise en place d’une unité anti-piraterie à Djibouti à l’opération Serval au Mali.

Bat a construit son ouvrage en croisant critères thématiques et chronologiques, provoquant quelques répétitions et des retours en arrière porteurs d’un peu de confusion. Mais c’est l’écriture linéaire qui l’emporte dans l’économie générale du livre, au détriment de la conceptualisation, et au risque de réduire l’étude de la politique française en Afrique à la question lancinante de la rupture et de la continuité par rapport à la matrice foccartienne. Tout en s’interrogeant à ce sujet dans de nombreuses transitions entre ses chapitres, l’auteur avance finalement assez peu dans la mise au jour de ce qui perdure, de ce qui change, et des déterminants de ce mouvement. Pourrait-on, par exemple, tenter l’hypothèse d’une continuité stratégique dans les rapports entre le capitalisme français et l’Afrique, les rapports de forces entre puissances et la dynamique des sociétés africaines ayant par ailleurs entraîné d’importantes évolutions tactiques et institutionnelles ? Ou, reprenant les concepts gramsciens, doit-on rattacher les éléments stables au régime construit entre la France et ses anciennes colonies africaines après 1960 (au sens où Jean-Pierre Dozon parle de « l’État franco-africain ») et les éléments changeants aux gouvernements qui se sont succédé à la tête de la Cinquième République ?

Un argument sous-tend néanmoins l’ensemble du texte : le « syndrome Foccart ». « Qu’est-ce que le syndrome Foccart ? L’idée que les années fondatrices du secrétariat général, genèse de la cellule Afrique de l’Élysée, constituent la colonne vertébrale, le modèle puis l’horizon des relations entre la France de la Cinquième République et ses anciennes colonies sub-sahariennes » (p. 726). Séduisante mais simpliste, cette vision se serait progressivement emparée de l’opinion, et Bat se fixe la tâche scientifique d’épurer la politique africaine de la France des « fantasmes » (p. 12) qui l’ont recouverte. Cette posture élitiste repose en fait sur une lacune dans l’étude de la (ou des) réception(s) de cette politique dans l’espace public. Si, comme le souligne l’auteur, le secret – énoncé et mis en scène par le vocabulaire de l’intimité, de l’initiation – est au cœur du « marigot franco-africain », alors comment s’étonner qu’il soit aussi au centre des interprétations formulées de l’extérieur – des théories du complot aux accusations en sorcellerie ? Quand la logique de la transgression et de la realpolitik qui domine le rapport de la France à l’Afrique vient contredire le discours de probité des dominants sur eux-mêmes (aide, développement, rationalité bureaucratique), revient-il au chercheur d’invalider l’intention dénonciatrice qui structure les prises de parole publique sur la « Françafrique » ?

À défaut d’être – toujours – justes et de rendre compte de la complexité et des contradictions des phénomènes étudiés, fantasmes et visions complotistes possèdent donc une légitimité certaine étant donné la constitution politique de la société dans laquelle ils sont formulés. Si les relations franco-africaines sont vraiment un fondement stratégique du pouvoir dans la France post-coloniale, alors il n’est pas possible de les aborder sans tenir compte des logiques hégémoniques, des tentatives de subversion, des oppositions matérielles, bref de l’ensemble de la conflictualité politique qu’elles mettent en œuvre, dans l’Hexagone et sur le continent.

Guillaume Vadot

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).

S. Straus, L. Waldorf (dir.), Remaking Rwanda: State Building and Human Rights after Mass Violence, lu par Danielle de Lame

cr6STRAUS (Scott), WALDORF (Lars) (dir.), Remaking Rwanda: State Building and Human Rights after Mass Violence, Madison, The University of Wisconsin Press, coll. « Critical Human Rights », 2011, 382 pages.

Cet ouvrage est un recueil de textes dédiés à la mémoire d’Alison Des Forges, historienne et activiste des droits de l’Homme (notamment au sein de l’ONG Human Rights Watch), décédée dans un accident d’avion en février 2009. Les 21 chapitres sont dus à des spécialistes du Rwanda, économistes, juristes, historiens, anthropologues, réunis à Londres et à Madison à l’occasion de cérémonies d’hommage. Dans une préface, David Newbury éclaire les liens entre la quête des faits par l’historien(ne) et l’activisme social. Lorsque la quête de vérité rejoint le souci de justice sociale, les textes ont des effets politiques : ce qui apparaît certainement dans les travaux de Des Forges relatifs au génocide était déjà présent dans sa thèse de doctorat – publiée à titre posthume – et qui portait sur les débuts de la colonisation. L’impartialité reste un trait majeur de la chercheuse dont la mémoire est ici célébrée.

Les travaux de Des Forges analysés par Newbury brossent le paysage culturel où se situent les analyses de la politique rwandaise actuelle. L’introduction de Scott Straus et Lars Waldorf, « Seeing like a Post-Conflict State », détaille les entreprises d’ingénierie sociale en cours et situe l’ouvrage dans un contexte théorique large en posant deux questions essentielles : que nous enseigne l’autoritarisme internationalement sponsorisé à propos de la reconstruction sociale ? Comment comprendre le processus de rétablissement du Rwanda post-génocide ?

Les directeurs de l’ouvrage entendent, à juste titre, combler un vide dans la littérature. Les chapitres réunis résultent de terrains de longue durée, pour la plupart en région rurale, menés en majorité par des chercheurs relativement récents sur le terrain rwandais, rejoints par quelques chercheurs chevronnés. L’analyse des observations de terrain est située dans le contexte politique général : l’ingénierie sociale du Front patriotique rwandais (FPR) comprend une refonte culturelle, une reconfiguration spatiale du pays qui rompt avec le passé, le remplacement des petites exploitations familiales par les monocultures et l’agro-industrie, l’endoctrinement politique et le soutien inconditionnel au gouvernement. La suppression de toute critique entraîne des exclusions qui remettent en cause toute prétention officielle à une reconstruction sociale. L’instrumentalisation du génocide justifie l’aide étrangère au Rwanda (50 % du budget national) autant que l’impunité dont bénéficie le FPR pour les crimes commis durant la guerre civile de 1990-1994.

Ces thèmes apparaissent au long des chapitres groupés en cinq parties : « Governance and State Building », « International and Regional Contexts », « Justice », « Rural Reengeneering », « History and Memory ». L’ouvrage se termine par deux articles de conclusion. Dans le premier, Joseph Sebarenzi, ancien président du parlement rwandais (1997-2000), décrit ses vains efforts pour établir l’indépendance du pouvoir législatif et rappelle que les tentatives de démocratisation à l’approche des élections de 2010 n’ont eu pour effet que des emprisonnements, des départs en exil et des tentatives d’assassinat. Dans la seconde conclusion, Aloys Habimana (Human Rights Watch, division Afrique) note quant à lui la continuité entre les deux derniers régimes rwandais.

Il n’est pas possible d’entrer ici dans les détails de chaque chapitre reprenant les observations de terrain qui font de cet ouvrage la meilleure synthèse actuelle des multiples facettes de la vie des Rwandais aujourd’hui. Au moment où l’exploitation des ressources naturelles de la RDC par le Rwanda est reconnue publiquement, ce recueil attire l’attention sur les effets du soutien aveugle de la communauté internationale, trop lente à intervenir lors du génocide des Tutsi, trop tard reconnu. Dans la pléthore d’ouvrages publiés depuis 1994, celui-ci fait date. Par ses ambitions théoriques, il dépasse le cadre du Rwanda et intéresse politistes et historiens à plus d’un titre. À quinze ans de distance, et bien fondé sur l’observation, il jette un jour à la fois complémentaire et contrasté sur la situation de la majorité de la population rwandaise laissée dans l’ombre des « Visions 2020 » et autre « miracle kigalien ».

Danielle de Lame

J. Tubiana, Chroniques du Darfour, Grenoble, lu par Roland Marchal

cr4TUBIANA (Jérome), Chroniques du Darfour, Grenoble, Glénat, coll. « Un peuple, un regard », 2010, ill., 336 pages.

Disons-le d’emblée : il ne s’agit pas d’un livre académique. Mais ce livre en dit bien plus sur le conflit au Darfour (et dans l’Est du Tchad) que bien des ouvrages rédigés par des universitaires qui se sont laissés aller à la facilité des modes idéologiques et des simplismes que le travail de terrain disqualifie. Enrichi par de très belles photos prises lors de ses multiples voyages au Darfour pendant la période 2004-2008, l’auteur livre son carnet de route nourri de ses entretiens et annotations de terrain, mais aussi de ses souvenirs d’une autre période d’avant la crise. En ce sens, il peut être comparé à un autre livre, celui de Michel Cahen, Les Bandits : un historien au Mozambique 1994, (Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 2002).

En le lisant, on est très loin des grandes théories explicatives des néoconservateurs (qu’explicite fidèlement l’ouvrage de Gérard Prunier : Le Darfour : un génocide ambigu, Paris, La Table Ronde, 2005), mais au plus près des rationalités multiples de ce conflit qui dure encore aujourd’hui. Et si l’on n’en parle plus, c’est simplement parce que l’investissement émotionnel de 2004 s’est évaporé dans le labyrinthe des trahisons et l’impasse des négociations, les Darfouris souffrant d’un pouvoir central qui les méprise et d’élites militaires locales qui, après leur avoir tout promis, se livrent aux délices du factionnalisme armé, comme cela fut le cas au Tchad.

Le talent de l’auteur est sans doute de restituer à travers des biographies ou des trajectoires de vie des combattants ces ensembles de motivations complexes – qui ont configuré les camps, en ont aussi modifié les frontières avec le temps – sans jamais se laisser prendre par une compréhension laxiste des mobilisations identitaires.

Et sans doute faut-il faire référence ici aux rapports écrits pour le projet Small Arms Survey (<www.smallarmssurveysudan.org/documents.html>) où Jérôme Tubiana continue de suivre la transformation du conflit au Darfour, qui affecte aujourd’hui des zones plus à l’intérieur du Soudan et des groupes dont certains pensaient qu’ils étaient indissolublement alliés contre les « Arabes de Khartoum ».

Roland Marchal

S. Williams, Who killed Hammarskjöld? The UN, the Cold War and White Supremacy in Africa, lu par David Mugnier

cr5WILLIAMS (Susan), Who killed Hammarskjöld? The UN, the Cold War and White Supremacy in Africa, Londres, Hurst and Company, 2011, 306 pages.

Ce livre retrace les recherches entreprises par l’auteure en vue de tirer au clair les circonstances exactes de la mort du Secrétaire général des Nations unies, Dag Hammarskjöld, dans la nuit du 17 au 18 septembre 1961, près de Ndola, en Zambie. Bien que la thèse d’une erreur de pilotage ait été avancée à plusieurs reprises pour expliquer le crash de l’avion à bord duquel avait pris place Hammarskjöld, l’hypothèse d’un attentat ou d’une l’attaque de l’appareil n’a jamais pu être totalement écartée.

Mettant à profit l’ouverture de plusieurs fonds d’archives privés ainsi que la rencontre avec des témoins directs ou indirects du drame et des experts en balistique et en évaluation médico-légale, Susan Williams reprend l’enquête à zéro. Au fil des pages, de Stockholm à Ndola en passant par la Grande-Bretagne et la Floride, elle cherche le moindre indice susceptible de démontrer les incohérences de l’enquête initiale et de remettre en cause la thèse d’un accident. Pour mieux comprendre le contexte du drame, elle consacre aussi plusieurs chapitres à décrire la situation en Afrique centrale du début des années 1960. Elle rappelle le rôle joué dans la crise congolaise par les mouvements nationalistes africains, le gouvernement sécessionniste katangais soutenu par la Belgique et l’Union minière, les anciens militaires français de l’Organisation armée secrète liés aux réseaux Foccart et les responsables de l’Opération de maintien de la paix de l’ONU au Congo (Onuc). Elle montre aussi, ce qui est peut-être moins connu, les activités du « Lobby Katanga » du parti conservateur britannique, de la CIA et de réseaux clandestins opérant à partir de l’Afrique du Sud. Elle souligne, enfin, l’importance de la mobilisation du régime blanc de la Fédération rhodésienne contre les forces de l’Onuc.

On ressort de la lecture de ce livre avec la conviction que la police du Premier ministre rhodésien, Roy Welensky, s’est comportée de façon particulièrement suspecte, lançant avec retard les secours, écartant plusieurs témoins et maquillant des pièces à conviction, comme si elle avait quelque chose à cacher sur les circonstances de ce drame. On comprend mieux aussi comment Hammarskjöld, en souhaitant agir au Congo en application des grands principes de la Charte des Nations unies, s’est trouvé en conflit direct avec des groupes d’intérêts très puissants sans qu’il soit, à ce stade, possible de déterminer lequel d’entre eux aurait finalement choisi de passer à l’action contre lui. Enfin, on ne cesse d’être étonné par la difficulté que rencontrent encore aujourd’hui les chercheurs pour accéder aux archives des États occidentaux couvrant cette période et les circonstances de ce drame.

En 1962, l’enquête menée par l’ONU avait débouché sur un « verdict ouvert », se limitant à constater le caractère suspect de la mort d’Hammarskjöld mais sans parvenir à une conclusion définitive. À l’image du travail réalisé par Ludo de Witte sur l’assassinat de Patrice Lumumba qui aboutit à la création d’une commission d’enquête parlementaire en Belgique et la mise à jour des responsabilités réelles, Williams souhaiterait que son livre provoque l’ouverture d’une nouvelle enquête internationale jugeant, peut-être de manière optimiste, le contexte post-guerre froide et postcolonial plus propice à l’établissement de la vérité. En attendant, suite à la parution de ce livre, un comité international de juristes s’est constitué autour du juge sud-africain Richard Goldstone, du juge britannique Stephen Sedley, du juge hollandais Wilhelmina Thomassen et du diplomate suédois Hans Correll afin d’étudier les éléments nouveaux mis à jour par l’auteure. Il doit remettre ses conclusions, en 2013, au Secrétariat général des Nations unies.

David Mugnier

T. Zack-Williams (dir.), When the State Fails. Studies on Intervention in the Sierra Leone Civil War, lu par Aline Lebœuf

cr3ZACK-WILLIAMS (Tunde) (dir.), When the State Fails. Studies on Intervention in the Sierra Leone Civil War, Londres, Pluto Press, 2012, 288 pages.

Avec le soutien du Nordic Africa Institute (Uppsala, Suède), huit Sierra-Léonais confrontent leur vision de la guerre, des interventions extérieures et du retour de la paix dans leur pays. Ils s’accordent sur certaines analyses : relativiser le rôle des diamants pour souligner le poids, dans le déclenchement de la guerre, de la mauvaise gestion de l’économie, rendue possible par le caractère autoritaire de l’État. Tous cherchent à comprendre la guerre mais surtout les conséquences des multiples interventions extérieures, facilitées par la nature « molle » de l’État sierra-léonais. Tous s’accordent sur les limites de la paix, qui a permis de mettre fin aux violences de masse, mais ne garantit ni le développement (plus de 70 % de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté en 2004), ni la démocratie : les violences entrées dans le lexique politique avant la guerre réapparaissent en temps de paix.

Le ton est donné par le directeur de la publication, Tunde Zack-Williams, qui critique les pratiques des intervenants extérieurs qu’il appelle « les centres impérialistes » (p. 4). Pour lui, la reconstruction de l’État ne peut se réduire au renforcement d’institutions, dans l’espoir d’un « retour à l’équilibre de l’État wébérien d’autorité légale-rationnelle » (p. 4). Bien qu’il fasse le constat d’une faillite de l’État, il ne donne guère à voir ce qui pourrait remplacer une telle approche. Il ne s’intéresse pas non plus au développement du discours sur les droits et de formes de fonctionnement de type légal-rationnel, qui témoignent d’une érosion du patrimonialisme (voir à ce sujet les travaux de Steven Archibald et Paul Richards, ou de Kieran Mitton).

L’originalité de l’ouvrage tient avant tout à la qualité des informations fournies. Michael Kargbo, dans son article sur l’engagement britannique, explique ainsi comment le Royaume-Uni a financé indirectement les partis d’opposition lors des élections de 2007, les aidant notamment à déployer des observateurs dans la plupart des bureaux de vote. Cependant, il ne mentionne pas la principale décision qui explique que le Sierra Leone People’s Party (parti au pouvoir jusque 2007, vaincu par l’All People’s Congress [APC]) impute sa défaite aux Britanniques : leur refus, peu avant les élections, de continuer à financer l’État sierra-léonais.

J. D. Ekundayo-Thompson offre une analyse très originale et complète des organisations de jeunes. Ces derniers sont très affectés par le sous-emploi (le taux de 60 % de jeunes au chômage est mentionné) et les plus touchés par l’analphabétisme (plus de 60 % d’illettrés en anglais). On aimerait toutefois que l’auteur analyse davantage l’échec des politiques du gouvernement et des bailleurs en leur faveur : celui-ci résulte-t-il seulement de la prise en compte insuffisante des jeunes comme acteurs potentiels de ces politiques ?

Sylvia Macauley souligne l’enjeu que représente la santé pour la défense des femmes dans un pays où il n’y a que trois médecins pour 100 000 habitants. Elle donne aussi beaucoup d’informations sur les différentes organisations impliquées dans les questions de genre, et sur leurs impacts. Elle ne questionne pas suffisamment le développement du discours sur le genre en Sierra Leone : dans quelle mesure est-ce un effet de la présence internationale ou existe-t-il des facteurs locaux, comme l’influence de la guerre sur le statut des femmes sierra-léonaises ?

Zubairu Wai propose une analyse très fine des différents positionnements et influences de la diaspora pendant la guerre (elle n’a jamais été une source centrale de revenus pour les belligérants), et aujourd’hui sur les partis politiques (financement de l’APC en 2007). On estime aujourd’hui que 15 % de la population du pays – soit 800 000 personnes – vit à l’étranger (dont 100 000 au Royaume-Uni).

L’ouvrage ne répond parfois pas toujours aux questions qu’il pose sur une partie encore controversée de l’histoire du pays. Zack-Williams, tout comme Osman Gbla, évoque ainsi le « démantèlement » (p. 25) de l’armée par l’ancien président de la République Kabbah, mais les deux auteurs n’en disent guère davantage sur le sujet. Malgré ce petit bémol, le livre sera utile à la fois à ceux qui souhaitent mieux comprendre l’histoire sierra-léonaise récente, et à ceux qui s’intéressent à des sujets transversaux comme la réforme du secteur de sécurité, le post-conflit, la promotion de la démocratie, les diasporas ou le genre. Il témoigne surtout que la guerre n’a pas su remettre en cause la capacité des Sierra-Léonais à s’approprier leur histoire, avec une « nouvelle » génération d’universitaires et de chercheurs qui n’ont déjà plus à faire leurs preuves.

Aline Lebœuf

 

F. Eboko, F. Bourdier, C. Broqua (dir.), Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, lu par Carolina De Rosis

vignette.phpEBOKO (Fred), BOURDIER (Frédéric), BROQUA (Christophe) (dir.), Les Suds face au sida. Quand la société civile se mobilise, Marseille, IRD Éditions, coll. « Objectifs Suds », 2011, 398 pages.

Paru après plus de vingt ans de pandémie sida, cet ouvrage se compose de dix études de cas, issues de recherches en sociologie, en anthropologie, en science politique et en économie. Il s’inscrit dans la continuité de la littérature scientifique portant sur les mobilisations sociales de la lutte contre le sida, apparues dans un premier temps au Nord, et relayées ensuite dans les pays du Sud. En les abordant comme un « exemple-type des mobilisations contemporaines, qui voient émerger des regroupements autour de causes communes » (p. 22), chaque article retrace l’historique de leur constitution et analyse leur évolution ainsi que les tendances actuelles, dans des contextes politiques, culturels et sociaux différents.

Sont ici concernées l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie et l’Europe occidentale. Le titre de l’ouvrage n’implique donc pas l’absence des Nords, élément qui avait déjà été un motif d’interrogation pour les rédacteurs du n° 7 de Face à Face. Regards sur la santé, publié en 2005 et à partir duquel « l’idée de ce livre est née » (p. 5). D’une part, les essais réunis dans le présent ouvrage ont le mérite de rendre compte de la transformation de la césure radicale entre Nord et Sud, césure que les différentes situations sanitaires, politiques, économiques, culturelles et sociales ont dans un premier temps fait ressortir. D’autre part, ils mettent en exergue la tendance de plus en plus affirmée des associations et des acteurs du Nord à orienter leur attention et leurs actions vers l’international et les Suds – des Suds qui loin de se limiter à une division géographique, sont définis par les frontières que reproduisent les diverses situations sociales et politiques, à travers les migrations Sud-Nord, par exemple. Les six premières études de cas (Brésil, Cambodge, Taïwan, Chine, Inde du Sud et Cameroun) offrent autant d’exemples différents de formes de gestion de l’épidémie, qui sont inscrites et ont façonné les espaces de coopération mais aussi de conflit et de négociation, entre les instances globales de lutte contre le sida, les États et ce que ces six essais s’efforcent de définir comme la « société civile ».

On y découvre les mutations que les appropriations locales des stratégies globales de gestion de l’épidémie aussi bien que les résistances à leur application – le cas du Brésil est emblématique à cet égard – ont induites dans les formes d’insubordination civile et institutionnelle apparues initialement sur le champ de bataille du sida dans les pays du Nord. On y retrouve également les impacts de la menace sida sur la formation de groupes sociaux issus de minorités sociales et sexuelles autrement invisibles. On y observe enfin l’émergence ou la consolidation d’oligarchies locales prenant en charge la formation d’associations et d’ONG, puis le relâchement de leur influence sur le milieu associatif, comme en témoigne l’exemple camerounais.

Trois essais situent leur analyse dans le contexte associatif français. Le premier a le mérite de mettre au jour, à travers une reconstruction de la formation des mobilisations contre le sida « de personnes originaires du Maghreb » (p. 231) et un décryptage de leurs conditions de possibilité, toute l’ambivalence du rapport spécifique de l’État français à la question de l’« immigration ». Les deux autres textes portent sur les associations Solidarité sida et Act UpParis. Dans un contexte de démobilisation générale du milieu associatif français sur ses combats initiaux (démobilisation consécutive à l’introduction des trithérapies en 1996), les auteurs montrent les nouvelles orientations bien différentes de ces deux associations. Si Solidarité sida inscrit son action dans le registre de l’humanitaire, Act Up Paris milite contre les inégalités globales, engagement caractéristique des luttes politiques postcoloniales.

L’ouvrage se clôt sur un chapitre qui porte sur les enjeux économiques et politiques de l’accès aux antirétroviraux dans les systèmes de santé publique des pays en développement. L’auteur, Jean Paul Moatti, montre comment la lutte contre le sida a contribué à un renouvellement des paradigmes économiques qui guident l’action internationale dans la santé. Une attention particulière est consacrée aux influences mutuelles entre les mobilisations et les avancées théoriques et méthodologiques en économie de la santé.

À travers les espaces géopolitiques différents dont traitent les articles, dans ce combat global contre le sida au Sud, la formation, le rôle des militants et des acteurs collectifs, sont éclairés d’un nouveau jour. L’ouvrage met bien en exergue leur double inscription géographique, à la fois locale et transnationale – ce qui en fait, pour reprendre le néologisme utilisé par les éditeurs de l’ouvrage dans l’acception que lui a donnée Jean-François Bayart des « sujets » de la « glocalisation » (p. 25), c’est-à-dire d’une production globale du social, réticulaire, transnationale et en même temps parfaitement spatialisée. Il s’agit de « sujets » en devenir qu’une « guerre », celle incarnée par le sida, a progressivement construits et transformés à travers la production de ce que les éditeurs de l’ouvrage envisagent, en reprenant Michel Wieviorka, comme le « désir », certes ambivalent, « d’individus et de groupes d’individus de se constituer en acteurs de leur propre vie » (p. 26). À l’heure où se profilent d’autres défis, comme l’accès aux nouveaux traitements pour les patients des pays les plus pauvres, et où d’autres cris d’alarme résonnent (sur les politiques migratoires, mais aussi, en raison de la crise économique, sur le possible retour en arrière des acteurs du développement dans la voie de l’accès universel au traitement et à la prévention du VIH), l’ouvrage invite à poursuivre l’étude des mobilisations, décrites et analysées ici avec finesse et sagacité. L’ambition est enfin de mettre en lumière les implicites politiques et moraux qui sous-tendent ces mobilisations dans la trame complexe des valeurs et des normes émanant des actions qui, pour évoquer JeanFrançois Bayart interprète de Michel Foucault, font les « sujets » en même temps que les « sujets » y participent – dans le cas spécifique de l’histoire du sida dans les Suds, par des formes de visibilité variées et mouvantes d’individus et de groupes d’individus se situant en marge des savoirs constitués et des pouvoirs établis.

Carolina De Rosis

O. Goerg, C. Pauthier, A. Diallo (dir.), Le NON de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, lu par Roger Botte

Le Non à la GuinéeGOERG (Odile), PAUTHIER (Céline), DIALLO (Abdoulaye) (dir.), Le NON de la Guinée (1958). Entre mythe, relecture historique et résonances contemporaines, Paris, L’Harmattan, coll. « Cahiers Afrique ; 25 », 2010, 208 pages.

Les dix auteurs de cet ouvrage issu d’une table ronde tenue le 2 octobre 2008 s’interrogent sur les usages passés et les enjeux contemporains du « non » retentissant de la Guinée à la Communauté franco africaine proposée par le général de Gaulle lors du référendum du 28 septembre 1958. Ce vote massif (94 % des votants) détonne singulièrement dans la lutte contre le colonialisme français puisque la Guinée fut le seul pays parmi les treize colonies concernées à dire « non ».

L’ouvrage analyse finement les processus de construction mémorielle et les phénomènes d’instrumentalisation politique dont le « non » fut l’objet dans le cadre de l’État postcolonial, non seulement par Sékou Touré et son régime, mais également par ses opposants et ses successeurs. Il montre également la façon dont tous ces éléments, ou leurs avatars, continuent à fonctionner dans la mesure où le « non », en tant qu’événement fondateur de la nation et de l’État guinéens, a été investi par les différents acteurs comme « lieu de mémoire » essentiel. C’est ainsi que, si l’on excepte le Ghana de Kwame Nkrumah, le « non » de la Guinée apparaît comme une étape-clé dans l’histoire de la libération du continent. Moment précurseur de la rupture entre les métropoles et les colonies africaines, il accélère le processus de décolonisation. Au passage, il souligne le divorce entre deux grandes figures du Rassemblement démocratique africain (RDA), Félix Houphouët-Boigny et Ahmed Sékou Touré.

Les textes auraient pu insister davantage sur les implications économiques du « non » : les représailles de la France avec le retrait brutal de ses agents, la recherche de nouveaux partenariats avec les pays de l’Est ou les États-Unis, le développement non capitaliste, et le constat qu’à la mort de Sékou Touré, en 1984, le sous-développement du pays se trouvait aggravé malgré les énormes richesses minières, hydrauliques et agricoles potentielles. Aurait pu être souligné ailleurs que dans l’introduction le fait que les mesures de rétorsion économiques pratiquées par l’ancienne puissance coloniale et la politique d’isolement de la Guinée qu’elle a conduite ont largement contribué au développement de ce qui est souvent présenté comme l’un des marqueurs les plus néfastes du régime : la psychose du complot permanent (pour une analyse nuancée sur ce point, voir A. Lewin, Ahmed Sékou Touré (1922–1984). Président de la Guinée, Paris, L’Harmattan, 2009-2010, 8 tomes).

Sur le cœur de sa thématique, les modes de mobilisation qui aboutirent au « non », les formes régionales, les tendances locales divergentes et les forces politiques en sa faveur, sur le bilan et l’héritage de la Première République enfin, l’ouvrage apporte des analyses extrêmement complètes et souvent inédites. En particulier, plusieurs textes insistent sur l’ambiguïté du « non » chez certains votants et, surtout, sur le rôle précurseur de divers acteurs qui prônaient une politique radicale de rupture par rapport à la position jugée attentiste de Sékou Touré comme leader du Parti démocratique de Guinée (PDG) : syndicats, organisations d’étudiants, mouvements associatifs et partis rivaux, comme le Bloc africain de Guinée (BAG) et la Démocratie socialiste de Guinée (DSG).

Ceci explique pourquoi, très tôt, le « non » fut investi de manière différente comme « lieu de mémoire » par les divers acteurs de l’indépendance. D’emblée, les enjeux vont se cristalliser autour d’une question centrale : celle de l’unité nationale. En particulier, le concept de classe– peuple forgé par Sékou Touré permet de catégoriser les « opposants » comme anti–peuple, de justifier la répression, d’éliminer, politiquement ou physiquement, tous les autres acteurs de la genèse du « non » et, au bout du compte, d’assurer au PDG le monopole du pouvoir. L’occultation du rôle des autres forces nationalistes et la « capture » de la mémoire du « non » au profit des instances dirigeantes du PDG passent ainsi par la rupture de l’unité nationale et par la décapitation d’une bonne partie de l’élite civile et militaire. Le « complot des enseignants » (1961) en est la manifestation la plus précoce : il marque la rupture avec les « intellectuels », élèves, étudiants et enseignants.

Dès lors, la « révolution permanente » et le système répressif multiplient les exclus de l’unité nationale, quels que soient les services rendus et les sacrifices consentis pour la cause de l’indépendance. En témoigne le sort réservé à de grandes figures : Ibrahima Barry dit Barry iii, Jean Faragué Tounkara, Lamine Traoré, Fodéba Keïta… La conception de l’unité nationale mise en place par un pouvoir hégémonique n’est plus désormais qu’un leurre. De fait, elle s’avère incompatible avec toute forme de diversité sociale, ethnique, régionale, politique ou idéologique.

Les contributions mettent bien en évidence cette construction a posteriori du « non » comme geste fondateur dans l’évolution politique ultérieure, son amplification, sa sacralisation et, finalement, son élaboration en tant que mythe. Le « non » devient alors l’œuvre d’un seul homme, Sékou Touré, « père fondateur » de la nation, figure charismatique de la résistance à l’ennemi colonial – à l’instar de Samory, arrêté le 28 septembre 1898 par les forces françaises, d’où le slogan : « Sékou Touré, l’homme que l’Afrique attendait depuis soixante ans » – et héros exclusif de l’indépendance nationale et de l’émancipation africaine.

Le travail de réécriture mémorielle, la création de mythes historiques – Alpha Yaya du Labé présenté comme l’archétype du résistant à la pénétration coloniale – et une politique culturelle volontariste de réhabilitation constituent sans doute les plus grands succès du régime en vue de décoloniser l’histoire et les mentalités. Il s’est agi, en réaction au déni colonial, d’affirmer le caractère national et panafricain d’une identité africaine – parfois même à travers une violente confrontation idéologique : « authenticité » contre « négritude », Fodéba Keïta et Sékou Touré versus Aimé Césaire et Léopold Sédar Senghor.

Bref, l’art (musique, danse, chant, théâtre) devait servir à la construction du nouvel État. Et avec quel succès, qu’on songe: aux Ballets africains, au Bembeya Jazz, aux Amazones de Guinée ou bien encore à l’Ensemble instrumental et choral national, vecteurs d’une renaissance culturelle et d’un foisonnement inégalés depuis. Simultanément, des émissions radiophoniques, comme celle qu’anime Jean Suret-Canale dès 1959, Les Tribunes de lhistoire africaine, ou le célèbre manuel sur l’histoire de l’Afrique occidentale destiné à l’enseignement primaire, rédigé avec Djibril Tamsir Niane, affirment cette décolonisation de l’histoire après le traumatisme colonial.

Au total, l’ouvrage montre à quel point l’image de la Guinée et de son leader Sékou Touré, entre héros de l’indépendance et tyran, demeure fondamentalement ambivalente. Les multiples réinterprétations et réajustements du « non » par les régimes successifs, entre mémoire et histoire, l’impossibilité politique de remettre en cause des mythes qui ont toujours cours, les enjeux mémoriels autour de la nature de la Première République, oblitèrent en quelque sorte le geste fondateur du « non ». Alors que la classe politique peine à se renouveler, la société guinéenne demeure profondément traumatisée par la fracture sociale entre ceux qui furent les victimes et ceux qui furent les soutiens du régime de Sékou Touré. La commémoration par l’Association des victimes du camp Boiro (AVCB), au charnier de Nongo, des cinquante ans de l’indépendance en 2008 exhortait déjà à repenser fondamentalement l’histoire nationale. La répression dans le sang et le viol des femmes par la soldatesque lors de la manifestation du 28 septembre 2009 du « non » à Dadis Camara, ajoutent, à travers cette date éponyme, de nouveaux enjeux mémoriels dramatiques entre passé et présent. Outre une bibliographie par article, l’ouvrage comporte une biblio graphie générale, aussi exhaustive que possible, et d’excellentes annexes documentaires. On regrettera toutefois la médiocrité éditoriale des reproductions.

Roger Botte

T. Struye De Swielande, La Chine et les grandes puissances en Afrique. Une approche géostratégique et géoéconomique, lu par Yves Gounin

lecture chineSTRUYE DE SWIELANDE (Tanguy), La Chine et les grandes puissances en Afrique. Une approche géostratégique et géoéconomique, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2010, 196 pages.

Le temps n’est plus où l’Afrique constituait la chasse gardée des anciennes puissances coloniales. Avec la guerre froide, elle avait fait son entrée dans le « Grand Jeu international » pour devenir un terrain d’affrontement par procuration des deux « Super-Grands ». Mais, depuis une dizaine d’années, on y assiste à un phénomène nouveau : la présence accrue des puissances émergentes. L’activisme de la Chine, de l’Inde, du Brésil ou de la Turquie marque d’autant plus les esprits que ces puissances n’entretenaient jusque -là que des relations ténues avec l’Afrique.

Professeur à l’Université catholique de Louvain et aux Facultés universitaires catholiques de Mons, Tanguy Struye de Swielande passe en revue les engagements de ces nouveaux acteurs. L’énumération est parfois fastidieuse : la documentation dont s’est entouré l’auteur est impressionnante mais l’utilisation scolaire qu’il en fait ne brille guère par son originalité. Tanguy Struye de Swielande a certes le mérite de donner à connaître des pays que les études africaines ignorent largement : l’Inde, le Brésil, mais aussi la Turquie ou l’Iran. Cependant, les développements qu’il consacre à l’Europe et aux États-Unis n’apportent rien de nouveau. Et ceux, attendus, sur la Chine frustreront le lecteur qui trouvera ailleurs (on pense notamment au récent ouvrage collectif dirigé par Jean-Jacques Gabas et Jean-Raphaël Chaponnière, Le Temps de la Chine en Afrique, Paris, Karthala, 2012) matériau plus roboratif.

Reconnaissons-lui toutefois le mérite d’éviter les ponts-aux-ânes que le sujet suscite trop souvent. On dit à tort et à travers que la Chine déploie en Afrique une stratégie prédatrice, qu’elle y a évincé les partenaires traditionnels du continent, que le « consensus de Pékin » sape les principes du « consensus de Washington ». Ce livre sait faire la part des choses.

Il souligne combien il serait paranoïaque de prêter à la Chine des vues prédatrices sur le continent africain. L’Afrique n’est pour le géant chinois qu’un champ d’expansion parmi d’autres, autrement moins important que l’Asie du SudEst ou que l’Asie centrale. Sans doute y cherche-t-elle des matières premières, des terres arables, des débouchés commerciaux. Mais l’intérêt qu’elle porte à l’Afrique reste marginal : ainsi continue -telle d’importer beaucoup plus de pétrole du Moyen-Orient que d’Afrique. L’existence d’une stratégie chinoise soigneusement planifiée relève d’autant plus du fantasme que la Chine, contrairement à l’image que l’on s’en fait, constitue de moins en moins un acteur unique, homogène. Tanguy Struye de Swielande démontre que la politique africaine de la Chine est le fruit d’arbitrages difficiles au sein de son immense bureaucratie (Conseil des Affaires d’État, ministères des Affaires étrangères et du Commerce, Eximbank…) et que les intérêts publics et privés y sont parfois en contradiction. L’auteur nous invite à ne pas surestimer la percée chinoise. Sans doute le commerce sino-africain a-t-il décuplé entre 2000 et 2010. Pour autant, l’Union européenne et les États-Unis restent les principaux partenaires commerciaux de l’Afrique. Il ne s’agit pas pour l’Afrique de substituer telle puissance à telle autre mais plutôt d’élargir et de diversifier ses relations commerciales.

La relation avec la Chine a eu, dans les premiers temps, les charmes de la nouveauté. L’auteur rappelle que certains pays africains y ont vu le moyen de s’affranchir des conditionnalités imposées par le « consensus de Washington ». Certains, parmi les plus rebelles à la légalité internationale (ainsi du Soudan ou du Zimbabwe), restent attachés à la stricte non-ingérence prônée par la Chine. Pour autant, les années passant, la coopération sino-africaine se banalise. Soucieuse de sa réputation, la Chine modère son soutien aux États parias. Quant aux États africains, ils déchantent progressivement face aux réalités d’une relation moins « gagnant-gagnant » qu’annoncée : mise en place d’un système d’échange néocolonial, non-respect des normes sociales et environnementales, concurrence de la main-d’œuvre chinoise importée…

Avec Tanguy Struye de Swielande, nous parions que la présence de la Chine en Afrique se banalisera avec le temps. Loin d’évincer les partenaires traditionnels, elle deviendra bientôt un partenaire parmi d’autres.

Yves Gounin

S. Vandeginste, Stones Left Unturned. Law and Transitional Justice in Burundi, lu par Sandra Rubli

9789400001152VANDEGINSTE (Stef) Stones Left Unturned. Law and Transitional Justice in Burundi, Anvers, Intersentia, «Series on Transitional Justice; 4», 2010, 452 pages.

Bien que la justice transitionnelle figure en bonne place dans l’accord de paix signé en août 2000 au Burundi, sa mise en œuvre politique est encore loin d’être acquise. Ainsi, ni la Commission vérité et réconciliation (CVR) ni le Tribunal pénal spécial (TPS) prévus par l’accord n’ont été créés à ce jour. L’ouvrage de Stef Vandeginste‚ issu de la thèse de doctorat qu’il a soutenue en 2009 à l’université d’Anvers, se penche sur les mécanismes de justice transitionnelle mis en place au Burundi. Le livre est divisé en deux parties. La première, fondée sur une approche inductive et empirique, décrit les différents cycles de violences que le pays a connus depuis son indépendance. Tandis que d’autres auteurs font appel à un langage pour lequel ils sont parfois accusés de prendre position en faveur d’un groupe ethnique ou l’autre, Stef Vandeginste se sert d’un vocable le plus neutre possible (p.15), sachant que le recours à des termes tels que génocide ou massacres n’est pas seulement une caractérisation légale mais surtout une déclaration politique(p.194). Les chapitres II et III examinent d’une manière chronologique les réponses qui ont été apportées aux différents cycles de violences depuis l’indépendance jusqu’à fin 2009. Ce faisant, l’auteur se réfère aux quatre objectifs «standardisés» de la justice transitionnelle vérité, responsabilité (juridique), réparation et réconciliation qui ne sont pas, à l’exception de la notion de réconciliation, explicitement définis, même si l’auteur reconnaît qu’ils ont des sens pluriels (p.367). Les réponses sont toujours situées non seulement dans leur contexte constitutionnel, institutionnel et légal, mais aussi par rapport aux développements politiques et historiques. C’est là un des grands mérites de cet ouvrage: Stef Vandeginste ne considère pas seulement les initiatives juridiques qui ont été développées pour traiter le passé douloureux, mais il se penche également sur les réponses politiques, tout en examinant leurs implications bien au-delà de la sphère du droit. Cette première partie extrêmement détaillée est fondée avant tout sur des sources légales dont la collecte est difficile et chronophage vu l’état de l’archivage au Burundi.

En suivant une approche plus normative, la deuxième partie est consacrée au potentiel et aux limites du droit. L’auteur analyse comment le processus de justice transitionnelle au Burundi pourrait être réformé afin de mieux correspondre aux règles du droit international. Le chapitre IV présente les sources et les déterminants de la loi et de la pratique de la justice transitionnelle dans le pays. Même si l’auteur admet que toutes deux sont très fortement influencées par la politique (voir graphique p.236), il est juriste et se focalise sur des aspects juridiques. Ainsi, le chapitre V analyse les obligations qui résultent des conventions que le Burundi a signées, ainsi que du droit coutumier, du droit international humanitaire, des droits de l’homme et du droit international pénal. Finalement, le chapitre VI propose de réfléchir sur la compétence de la Cour constitutionnelle comme solution possible sur le plan juridique pour que la justice transitionnelle soit conforme au droit international. Ces analyses restent, comme l’admet l’auteur(p.410), très spéculatives car à ce jour, ni la CVR ni le TPS n’ont été mis sur pied.

La conclusion de l’ouvrage reprend les points principaux de chaque chapitre pour les replacerdans le contexte politique et historique du Burundi. Selon l’auteur, les diverses réponses apportées dans le traitement du passé ont toujours reflété l’équilibre entre différents acteurs politiques et militaires qui les ont utilisées comme un instrument de maintien ou d’accession au pouvoir. Les acteurs ont trouvé des moyens créatifs pour éviter une justice transitionnelle effective. Comme le reconnaît l’auteur (p.5 et 431), son analyse est exclusivement centrée sur l’État, et seul le dernier paragraphe du livre laisse entendre que le processus de réconciliation est plus avancé parmi les Barundi «ordinaires». Il est dommage que cet écart ne soit pas discuté de façon plus approfondie.

Les lecteurs qui cherchent une analyse de la justice transitionnelle en général ne la trouveront pas dans ce livre. En revanche, il constitue une lecture indispensable pour ceux qui, juristes, politistes, historiens ou sociologues, s’intéressent à la justice transitionnelle au Burundi, un pays qui n’a pas (encore) attiré l’attention de beaucoup de recherches. Même si l’auteur ne tente pas d’élargir ses conclusions à d’autres contextes, il montre très bien comment, à l’aide d’une approche juridique, on peut aborder un cas où la justice transitionnelle ne s’est guère matérialisée au niveau formel. Grâce à ses recherches détaillées, Stef Vandeginste est devenu un expert très reconnu dans le domaine de la justice transitionnelle au Burundi et son ouvrage, malheureusement disponible uniquement en anglais, a le mérite de pouvoir être consulté dans les bibliothèques de Bujumbura, grâce à l’engagement de l’auteur lui-même.

Sandra Rubli