Archives de catégorie : Lectures

Jean COPANS, Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, lu par Tarik Dahou

7d82704c3a2f4a9f07597e2174458393COPANS (Jean), Georges Balandier, un anthropologue en première ligne, Paris, PUF, 2014, 320 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Un livre de synthèse sur l’itinéraire et la construction de la pensée de Georges Balandier est plus que bienvenu, dans la foulée des journées d’études qui ont eu lieu en 2012 au musée du Quai Branly. Qui de mieux placé pour évoquer l’œuvre colossale de Georges Balandier (autour de 400 références évoquées) qu’un de ses anciens élèves l’ayant longtemps côtoyé dans sa vie professionnelle et qui, par son parcours, est à même d’analyser ses apports à l’anthropologie africaniste et à la sociologie générale ? Jean Copans a ici fourni un très important effort de synthèse à partir de pas moins d’une centaine d’écrits, pour restituer le travail de Balandier sous des formes thématiques qui traversent les époques et les préoccupations de l’auteur.

Cet ouvrage s’ouvre sur une présentation de ses sociabilités intellectuelles qui, d’une certaine manière, révèlent la diversité de ses emprunts aux disciplines et aux formes de pensée, depuis les philosophes tels Albert Camus, Jean-Paul Sartre, Maurice Merleau-Ponty, jusqu’aux écrivains et intellectuels – notamment africains, comme Léopold Sédar Senghor ou Alioune Diop de Présence africaine. On perçoit ainsi mieux comment ses cheminements professionnels l’ont amené à articuler sociologie appliquée et réflexions théoriques, et comment ces deux pôles ont nourri, de manière vive, sa pensée.

La suite de l’ouvrage est organisée de façon thématique autour de l’exégèse des principaux textes de Balandier avec, tout d’abord, une présentation de la célèbre notion de « situation coloniale », à partir de laquelle le chercheur invite à pratiquer les sciences sociales en tenant compte des situations globales de pouvoir issues des logiques impériales, en s’inspirant de l’École de Manchester. Balandier y recourt en déployant alors sa réflexion sur les conditions pratiques du pouvoir qui s’exerce sur les colonisés et sur leur manière d’y faire face. S’il mobilise des emprunts disciplinaires variés, c’est sur une rupture avec l’ancienne anthropologie d’avant-guerre que se fonde la prise en compte des structures internationales de pouvoir dans les interactions entre sociétés coloniale et colonisée. L’un des apports notables de ce chapitre est d’éclairer le devenir de cette notion et les débats qu’elle suppose, à l’aune de l’avènement de la catégorie postcoloniale. Il suggère la pertinence de se référer à la pensée de Balandier pour penser les sociétés postcoloniales.

Avec la période des indépendances, la question du développement surgit naturellement dans les travaux de Balandier, question parfaitement éclairée par la connaissance qu’a Jean Copans de cette thématique. Georges Balandier, sans avoir été un participant à l’idéologie tiers-mondiste, n’en a pas moins développé des analyses critiques du sous-développement, davantage à l’aune du legs colonial que de la division internationale du travail. Jean Copans nous fait ici bien saisir la prise de distance du chercheur avec les théories de la dépendance, au profit d’une analyse des mouvements anticoloniaux et nationalistes et de leurs formes latentes ou cachées, pour restituer l’évolution de la domination. C’est à partir d’une anthropologie politique penchée sur les interactions concrètes entre dominés et dominants qu’il faut analyser les phénomènes d’acculturation et de modernisation. L’anthropologie devient ainsi l’instrument d’analyse du changement social, dès lors qu’elle se penche de manière principale sur les phénomènes de pouvoir.

Par la suite, Jean Copans tente de mieux cerner les écrits de Balandier depuis une trentaine d’années, notamment ceux dédiés à l’analyse de la « surmodernité ». Il y décèle surtout un projet réflexif, indispensable à mener dans la période contemporaine, qui nous engage malgré nous dans des mondes qui adviennent avant qu’on ne les pense. Il y perçoit une volonté du chercheur de penser son rapport à la société, au-delà d’un engagement dans la pratique scientifique à l’aune de procédures localisées, pour mieux apprécier la contemporaneité des situations sociales et leur pluralité historique.

Les deux dernières parties du livre abordent ce qui aura sans doute été le principal apport de Balandier à l’anthropologie, l’analyse du politique. Dans ses écrits, il suggère de penser la situation coloniale comme la greffe de dynamiques précoloniales et de dynamiques globales contemporaines. Partant d’une monographie considérée par Jean Copans comme pionnière dans le champ francophone, Balandier en tire une analyse historicopolitique qu’il décline à partir des fondamentaux de l’anthropologie. Les rapports de parenté, d’aînesse, de pouvoir, les rapports matériels, constituent à la fois les structures et les objets de la science anthropologique (dans la mesure où l’historicité doit être appréhendée par l’anthropologie). Les dynamiques de reproduction des sociétés sont effectivement à appréhender à partir de leur pendant, la contestation de l’ordre social. On perçoit, dans cette réflexion, tout ce qui fécondera l’anthropologie politique française, depuis l’anthropologie économique en passant par l’anthropologie religieuse, jusqu’à l’analyse des formes et des pouvoirs politiques, sans que sa pensée ne puisse jamais être rangée dans l’une ou l’autre de ces catégories de la discipline. L’auteur nous rappelle l’indépendance et la pensée en mouvement du chercheur qui, tout en s’enracinant dans les débats des diverses époques qu’il a traversées, ne participera guère aux regroupements idéologiques ou d’école de pensée. Il n’en formalisera pas moins des propositions théoriques en s’attaquant à des objets politiques contemporains tel que l’État. L’auteur cherche, par la suite, les traces de la pensée de Balandier chez les anthropologues actuels et fait le constat d’un large recul de l’anthropologie politique, même s’il perçoit dans des travaux récents un legs certain.

Jean Copans conclut l’ouvrage par une revue de l’analyse politique de la surmodernité et des propositions heuristiques de Georges Balandier en la matière. L’analyse du pouvoir se fait alors sur scènes, dans ses dimensions dramatiques et métaphoriques et prend ainsi de plus en plus de distance avec l’anthropologie politique africaniste, mais aussi avec les dimensions matérielles du pouvoir. Elle suppose d’investiguer les systèmes politiques actuels à l’aune des dialectiques de l’ordre et du désordre, de l’État et du non-État. Tout en présentant la démarche de Balandier sur les nouveaux mondes politiques, l’auteur en profite pour questionner le positionnement de l’anthropologie politique à l’égard des objets contemporains et globalisés.

Au terme de ce voyage à travers les nombreux écrits de Balandier, on perçoit que le tenant de l’anthropologie dynamique n’a jamais promu de pensée figée, échappant aux rets des positionnements politiques ou à ceux des prêts-à-penser théoriques. En perpétuel renouvellement, ce libre penseur a réussi, au cours de plus d’un demi-siècle d’activité, à inspirer autant les anthropologues que les sociologues, les africanistes que les non-africanistes. Jean Copans réussit dans cet ouvrage un tour de force, en synthétisant avec pertinence les approches et apports de cette figure tutélaire des études africaines, tout en livrant son point de vue sur le devenir de sa pensée dans les travaux contemporains ou à venir.

Catherine COQUERY-VIDROVITCH & Eric MESNARD ,Être esclave. Afriques-Amériques, VXe-XIXe siècle, lu par Patrick Harries

etre-esclave-d-afrique-en-amerique-s-9782707174093_0

COQUERY-VIDROVITCH (Catherine) et MESNARD (Éric), Être esclave. Afriques-Amériques, xvexixe siècle, Paris, La Découverte, 2013, 280 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n°140 2015/4

Être esclave est un titre ambitieux pour un travail qui couvre la déportation des esclaves d’Afrique aux Amériques, du xve au xixe siècle. L’ouvrage vise à restituer l’histoire propre des esclaves, à se concentrer sur leur expérience de l’esclavage depuis ses origines en Afrique jusqu’à son aboutissement aux Amériques. Ce projet nécessite une perspective résolument africaniste de l’esclavage, qui célèbre la capacité d’action des Africains, non pas simplement en tant que victimes mais aussi en tant que partenaires de la traite transatlantique. Il s’agit d’un travail de synthèse qui enrichit d’une dimension nouvelle l’historiographie française, largement concentrée sur l’organisation de la traite et sa contribution à l’accumulation de richesse via les ports de l’Atlantique ainsi qu’au développement de ces derniers.

L’ouvrage commence par souligner que nombreux étaient ceux qui, parmi les esclaves transportés aux Amériques, étaient originaires de sociétés esclavagistes, que l’esclavage prenait des formes variées en Afrique et que ces formes produisaient les marchandises humaines exportées de l’autre côté de l’Atlantique. Le deuxième chapitre rappelle qu’un négoce des esclaves existait à travers le Sahara bien avant la traite transatlantique et que les êtres humains ont toujours et partout été un produit commercial très convoité. Le chapitre suivant retrace l’émergence d’un commerce des esclaves au Portugal dans lequel les îles comme celles du Cap Vert et de Sao Tomé ont joué un rôle important. Cependant la traite a commencé au cœur de l’Afrique, nourrissant différents systèmes d’esclavage ainsi que les États dépendants du travail captif pour leur développement. Le cinquième chapitre s’intéresse au voyage des esclaves à travers l’Atlantique. Il permet d’adjoindre une représentation de la « réalité de la vie humaine » à la « froideur scientifique » des statistiques.

La seconde partie de l’ouvrage livre un exposé de l’expérience des esclaves après leur arrivée aux Amériques. Ici l’analyse est concentrée sur les vies des esclaves agricoles dans les Antilles, en particulier à Saint-Domingue (Haïti). Elle est également consacrée à la capacité d’action des esclaves qui ont résisté à leur condition servile en Afrique, sur la route vers les Amériques et sur les plantations. Les huitième et neuvième chapitres insistent sur le thème, présent à travers tout le livre, de la « déracialisation », en examinant la créolisation associée à l’expérience servile. Ici, l’attention est portée aux savoirs importés aux Amériques par les esclaves (médicaments, plantes) et sur l’émergence d’une « culture atlantique » partagée. En Afrique, les relations entre Africains, Européens et Américains ont produit des personnages métis issus de la traite, comme Domingo Alvares, Francisco Félix de Souza et les signares de Saint-Louis du Sénégal. Aux Amériques, la capacité d’action des esclaves africains doit également être prise en compte lorsqu’ils ont développé des formes innovantes et originales de christianisme, de musique et de danse. L’affranchissement a offert la liberté à beaucoup d’esclaves qui ont rejoint la catégorie des hommes libres de couleur et qui, cependant, bien qu’ils aient adopté les manières de leurs anciens maîtres, ont souffert de différentes formes de discrimination.

Les derniers chapitres du livre s’intéressent à l’histoire de l’abolition dans les Amériques et à la ténacité de l’esclavage en tant qu’institution dans certaines parties du monde atlantique. Cette partie de l’ouvrage s’ouvre sur Bartolomé de Las Casas, s’attarde sur les États américains qui ont aboli l’esclavage après la Révolution et finit sur un portrait remarquablement désuet des « saints » britanniques qui ont porté la cause abolitionniste. Mais les esclaves en étaient les avocats les plus influents et ce fut leur soulèvement à Saint-Domingue qui poussa la France à abolir l’esclavage une première fois en 1794, suivie bien plus tard par la Grande-Bretagne, où l’émancipation définitive des esclaves dans l’empire fut effective en 1838. La traite fut finalement proscrite en France par le décret de 1848. Mais alors que les esclaves quittaient les plantations, les gouvernements coloniaux initièrent un mouvement massif de travailleurs libres depuis l’Inde et la Chine, mais aussi depuis les chasses gardées des esclavagistes en Afrique. Beaucoup de ces travailleurs étaient transportés et soumis à des conditions de travail qui ne différaient que peu de celles de la traite.

Malgré l’abolition formelle de la traite et de l’esclavage, un « second esclavage » a émergé aux États-Unis, au Brésil et à Cuba où les planteurs étaient en quête de nouvelles sources de main-d’œuvre pour la culture du coton, du café et du sucre. La montée en puissance en Europe des classes ouvrières, consommatrices de ces biens, contribua à la poursuite de l’asservissement à Cuba et au Brésil jusqu’aux années 1880. Des sociétés africaines ont également continué à employer des esclaves pour produire les marchandises qui alimentaient le « commerce légitime » promu par les abolitionnistes (en particulier l’huile de palme, l’arachide et les clous de girofle). La croissance de ce nouveau marché et le déclin de la demande d’esclaves dans les Amériques ont concouru au développement des sociétés esclavagistes dans beaucoup de régions d’Afrique. En Afrique centrale et orientale, ces États prédateurs ont alimenté la demande grandissante d’esclaves à Zanzibar, en Somalie et dans le golfe Persique, au moment même où la traite transatlantique s’amenuisait.

L’établissement des gouvernements coloniaux a initialement exercé peu d’influence sur la pratique de l’esclavage en Afrique. Ceux-ci dépendaient du soutien de riches propriétaires d’esclaves et encourageaient l’usage de main-d’œuvre bon marché. Le travail forcé a fait partie intégrante de la vie coloniale tout au long du xxe siècle et, n’a jamais été complètement éradiqué depuis. L’esclavage reste en vigueur aujourd’hui dans plusieurs régions d’Afrique, de manière cachée, et se limite souvent aux enfants.

Comme l’illustre ce numéro de Politique africaine, l’esclavage est aujourd’hui visible dans les mémoires de différentes communautés. Les visiteurs africains-américains, sur les sites de l’esclavage en Afrique, sont confrontés à un passé victimaire nourri par des entrepreneurs locaux. Cette mémoire reste vivante également dans des cercles gouvernementaux et d’anciens ports négriers en Europe où certains hommes politiques mobilisent l’héritage de l’esclavage en des termes visant à réduire les tensions communautaires.

Être esclave est un livre court qui couvre un large éventail de sujets. De ce fait, inévitablement, on peut déplorer des manques et des biais. Il n’y a pas de référence au travail riche et récent accompli sur l’abolition britannique par exemple. Plus important, l’ouvrage ne laisse pas transparaître la diversité immense des systèmes d’esclavages, en Afrique et aux Amériques. Il n’y a pas non plus beaucoup d’espace consacré aux changements subis par ces systèmes. Peu de choses sont dites sur la manière dont l’Afrique de l’Est a contribué à la traite transatlantique, en particulier le « deuxième esclavage ». Alors que le Brésil importait le plus grand nombre d’esclaves jusqu’alors, il reçoit beaucoup moins d’attention que les Antilles françaises et les États-Unis. Mais l’ouvrage articule les résultats des recherches sur l’histoire africaine et ceux des études sur l’esclavage pour produire une synthèse remarquable qui réussit à présenter un point de vue « par le bas ». Et pourtant, ce point de vue n’est pas uniquement celui d’Africains victimes de l’avidité européenne, car ils sont partenaires dans la traite et exercent une capacité d’action et une mobilité dans les Amériques. Les auteurs affirment que leur ouvrage est une simple histoire des esclaves mais en réalité, il est bien plus que cela. Il éclaire, à nouveaux frais, les disputes sur la culpabilité et les compensations, et devrait avoir une influence sur les débats politiques concernant les réparations et la réconciliation.

Alain Ricard, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, lu par Maëline Le Lay

wole-soyinka-et-nestor-zinsou-de-la-scene-a-lespace-public-politique-et-religionRICARD (Alain), Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2015, 192 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Après une cinquantaine d’années passées à écrire sur la littérature en Afrique, ses formes, son histoire et les enjeux de son élaboration, Alain Ricard revient en quelque sorte à ses premières amours : le théâtre, qui constitua sa porte d’entrée sur la textualité en Afrique. Sa thèse portait en effet sur l’écriture en situation de diglossie au Togo, à partir d’une analyse comparative des romans « populaires » en français de Félix Couchoro et des spectacles de concert-party en ewe. Ce livre est aussi un retour à la première région du continent sillonnée par l’infatigable explorateur des textes en Afrique, celle de la côte du Bénin, qui s’étend du Ghana au Nigeria en passant par le Togo et le Bénin, cette région yoruba qu’il découvrit en 1970 et qu’il décrit si bien.

Continuer la lecture de Alain Ricard, Wole Soyinka et Nestor Zinsou : de la scène à l’espace public. Politique et religion, lu par Maëline Le Lay

La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique , lu par Clément Cayla-Giraudeau

FoccartBAT (Jean-Pierre), La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique, Paris, Nouveau Monde éditions, 2015, 510 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Trois ans après la publication de la somme Le Syndrome Foccart. La politique française en Afrique de 1959 à nos jours, Jean-Pierre Bat poursuit son exploitation systématique du fonds Foccart afin d’aborder la question françafricaine à travers le prisme « barbouzard ». En dépit de son titre, cette monographie se concentre sur un nombre limité d’acteurs de la vie politique des deux Congo durant les premières décennies de l’après-guerre.

Si son terrain demeure modeste, l’auteur entretient l’ambition d’interroger à travers lui tout « l’univers interlope » (p. 10) dans lequel évoluent les hommes de Jacques Foccart à l’heure de la décolonisation. Cherchant à clarifier l’appartenance des « fausses barbes » (p. 7) à l’histoire du continent, autrement dit leur intérêt comme objet scientifique, Jean-Pierre Bat retrace les chemins croisés d’une poignée de ces conseillers semi-clandestins. Pour mettre fin à l’« amnésie organisée » (p. 492) qui entoure leur mémoire, l’auteur propose une progression chronologique, à laquelle se mêlent des considérations thématiques.

Continuer la lecture de La Fabrique des « Barbouzes ». Histoire des réseaux Foccart en Afrique , lu par Clément Cayla-Giraudeau

Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

histoire environnementaleBLANC (Guillaume), Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 320 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

En faisant dialoguer l’évolution de trois parcs nationaux, tous créés au début des années 1970 et sur trois continents (le parc du Semen en Éthiopie, le parc des Cévennes en France et le parc Forillon au Canada), c’est d’abord une entreprise de définition de ce qu’est l’objet « parc national » que propose Guillaume Blanc, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (Imaf). Si un parc national correspond, dans tous les cas, à un processus de patrimonialisation du territoire, au sens où la nature devient un haut lieu du patrimoine national, et donc de la nation, il possède de multiples facettes. Territoire « saisi par la puissance publique » (p. 47), il constitue « un environnement façonné par la société, espace à la fois naturel et culturel, territoire investi par diverses logiques identitaires » (p. 25), il est « un dispositif narratif susceptible de susciter un sentiment d’appartenance à la nation » (p. 219), il représente « un territoire local préservé pour être consommé par une collectivité nationale, voire internationale » (p. 132). Mais un parc national, c’est aussi « un appareil coercitif » (p. 219) qui, « avant d’être un espace naturel, […] est aussi et surtout, pour les hommes et les femmes qui l’occupent ou l’occupaient, un territoire de violence » (p. 270). Cette kyrielle de définitions montre combien les parcs nationaux sont des objets plastiques, investis de logiques, d’intérêts et de visions du monde pluriels et bien souvent antagonistes. Ce sont des territoires matériels, institutionnels, mais aussi idéels.

Continuer la lecture de Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire , lu par Sonia Languille

the inventionDIMIER (Véronique), The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire, Palgrave, Macmillan, coll. « Palgrave Studies in European Union Politics », 2014, 240 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Le Fonds européen de développement (Fed), institué en 1957 par le Traité de Rome, est le principal instrument de l’Union européenne pour l’aide publique au développement en Afrique sub-saharienne. L’administration en charge de sa gestion, la Direction générale VIII (DG8), rebaptisée Direction générale du développement en 1998, est le sujet de l’ouvrage de Véronique Dimier. À partir d’archives et d’entretiens, elle étudie le lent processus de bureau-cratisation de cette organisation au cours des cinquante dernières années.

Continuer la lecture de The Invention of a European Development Bureaucracy. Recyling Empire , lu par Sonia Languille

DIOUF (Abdou), Mémoires , lu par Étienne Smith

memoiresDIOUF (Abdou), Mémoires, Paris, Seuil, 2014, 384 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Les mémoires d’Abdou Diouf étaient attendues, tant l’ancien président sénégalais (de 1981 à 2000) était resté discret après son départ du pouvoir. Alternant réflexions sur l’exercice du pouvoir et récit de vie, l’ouvrage se lit aisément, suivant le parcours linéaire d’un haut fonctionnaire aspiré très tôt par le pouvoir senghorien. Diplômé de la dernière promotion de l’École de la France d’outre-mer (1958-1960), adjoint de Jean Collin au secrétariat général du gouvernement, puis gouverneur du Sine et Saloum à 26 ans, il devient en 1963, à 27 ans, directeur de cabinet du président Senghor. Son histoire se confond avec celle du Sénégal indépendant et des événements marquants de la présidence Senghor (conflit Senghor-Dia en 1962, Festival mondial des arts nègres en 1966, ou encore mai 1968). S’il n’apporte rien de nouveau sur la crise de 1962, l’ouvrage fait quelques révélations sur l’immixtion des militaires, menés par le général Jean-Alfred Diallo, qui réclament et obtiennent un remaniement gouvernemental en 1968. Il montre également à quel point le président Senghor se désintéressait de l’intendance, confiée à Diouf, secrétaire général de la présidence (1965) puis Premier ministre (1970), mais confirme à quel point Senghor a soigneusement préparé sa succession.

Continuer la lecture de DIOUF (Abdou), Mémoires , lu par Étienne Smith

The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa (2013) , lu par Isabel Hofmeyr

the power to nameNEWELL (Stephanie), The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa, Athens, Ohio University Press, coll. « New African Histories », 2013, 255 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

Au cours des dernières décennies, les études littéraires africaines se sont progressivement étendues de leur concentration initiale sur les romans de l’élite à un intérêt marqué pour la littérature populaire et les cultures de l’imprimé de manière plus générale. Stephanie Newell fut l’une des pierres angulaires de ce tournant.

Son dernier ouvrage est consacré à la presse ouest-africaine entre les années 1880 et 1930. Il explore l’une de ses caractéristiques : la publication d’écrits anonymes et le recours à des pseudonymes, la présence « d’auteurs introuvables usant de personnalités inventées » opérant derrière un « écran de papier » (p. 2). Ces stratégies textuelles ont permis à des auteurs d’échapper, de se jouer et de contrarier les désirs de l’État de classer et de nommer ses sujets, de les rendre lisibles et, de ce fait, gouvernables. L’anonymat et le pseudonymat ont offert un mode d’adresse qui a mis au premier plan non pas le messager mais le message, qui a séparé le texte du corps et permis le déploiement de modes d’adresse multiples. Ces stratégies ont facilité l’émergence d’« un nouveau type de public, pensé comme anonyme, détaché des affiliations personnelles et familiales et capables d’exprimer une opinion publique, pour la première fois dans ce nouvel espace public constitué de journaux détenus par des Africains » (p. 30).

Continuer la lecture de The Power to Name : A History of Anonymity in Colonial West Africa (2013) , lu par Isabel Hofmeyr

Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

ErythreeJEANGÈNE VILMER (Jean-Baptiste) et GOUÉRY (Franck), Érythrée. Un naufrage totalitaire, Paris, Puf, 2015, 344 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 139, 2015/3

Publié quelques mois avant la crise des migrants qui a pris forme durant l’été 2015, ce livre propose une analyse sans compromis, ou plutôt un acte d’accusation du régime érythréen, qualifié de totalitaire, et l’un des principaux producteurs africains d’exilé(e)s. Les théoriciens du totalitarisme, Hannah Arendt et Michael Walzer notamment, sont ainsi mobilisés pour décrire les mille et une facettes de cette réalité. Et les auteurs, sans trop de modestie, nous invitent même à lire ce livre comme un traité de philosophie politique sur ce thème. On le lira ici simplement en sociologue.

Continuer la lecture de Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

Saharan Jews and the Fate of French Algeria, lu par Thomas Serres

9780226123745STEIN ABREVAYA (Sarah), Saharan Jews and the Fate of French Algeria, Chicago, The University of Chicago Press, 2014, 272 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Sarah Stein, professeur d’histoire à l’université de Californie à Los Angeles et figure bien connue des Jewish Studies, propose dans cet ouvrage une histoire de l’Algérie coloniale en s’intéressant à une population très minoritaire, celle des juifs habitant le Sahara. En se concentrant sur la communauté établie à Ghardaïa, dans le Mzab, elle nous plonge dans une chronique de l’inégalité de statut s’étendant de 1882 à 1962, rythmée par les tâtonnements des administrateurs français et la production d’images mythiques légitimant la sujétion des colonisés. Ce livre très documenté s’appuie sur un travail d’archive dense. En utilisant pétitions et correspondances, Stein fait entendre la voix de ces juifs qui se heurtent à un droit colonial erratique, mais essayent aussi d’en tirer profit individuellement et collectivement. Le prologue et l’épilogue offrent un aperçu de cette quête de documents visant à restituer fidèlement l’histoire d’une communauté tout en révélant les interventions des administrateurs. Pour clore l’ouvrage, Sarah Stein réussit à se servir de l’absence des registres rabbiniques recherchés pour réaffirmer le rôle de l’administration française dans la création d’une catégorie de « juifs indigènes » soit­disant issue du passé (p. 156). Saharan Jews s’inscrit dans une historiographie américaine de l’Algérie coloniale déjà riche, qui s’attache à comprendre l’articulation entre les pratiques administratives et militaires de l’occupant français et les formes culturelles et symboliques de sa domination. Stein s’appuie donc sur les travaux de référence de Patricia Lorcin, Benjamin Brower ou encore George Trumbull. Certes, elle emprunte des sillons théoriques déjà bien creusés, mais cela n’enlève rien au sérieux de l’enquête et à l’intérêt de son objet. De surcroît, l’ouvrage apporte sa pierre à l’historiographie de l’exception légale en situation coloniale, en mettant en lumière les mécanismes d’exclusion, les définitions changeantes des statuts et l’adaptation des différents échelons de l’appareil étatique, à l’instar par exemple des travaux de Laure Blévis ou d’Emmanuel Blanchard.

Continuer la lecture de Saharan Jews and the Fate of French Algeria, lu par Thomas Serres

L’« étranger » en Côte d’Ivoire. Crises et controverses autour d’une catégorie sociale, lu par Armando Cutolo

indexBABO (Alfred), L’« étranger » en Côte d’Ivoire. Crises et controverses autour d’une catégorie sociale, Paris, L’Harmattan, coll. « Afrique : politiques publiques, sécurité, défense », 2013, 296 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Dans sa préface à cet ouvrage, Yvan Droz souligne le courage de l’auteur qui aborde la question des étrangers en Côte d’Ivoire. Il s’agit effectivement d’un thème qui, encore aujourd’hui, peut entrainer le chercheur, surtout s’il est Ivoirien, dans un débat dont les termes sont réduits à des positions partisanes. Nous voudrions, pour notre part, souligner un autre type de courage : celui d’aborder à nouveau un sujet qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. À partir des années 1980, plusieurs recherches historiques et anthropologiques ont montré comment la question des étrangers et des « allochtones » doit être replacée dans le contexte des politiques de mise en valeur et de développement territorial différentiel conçues par l’« État planteur » (houphouëttiste, mais, bien avant, colonial) : des politiques où un Nord « voltaïque » fournisseur de main­d’œuvre était orienté vers un Sud forestier à mettre en valeur (voir Jean­Pierre Chauveau et Jean­Pierre Dozon). D’autres recherches plus récentes (d’Ousmane Dembélé, Marc Le Pape, Claudine Vidal, par exemple) nous ont montré comment ces mêmes catégories ont été transformées pendant la crise.

Continuer la lecture de L’« étranger » en Côte d’Ivoire. Crises et controverses autour d’une catégorie sociale, lu par Armando Cutolo

Redfield, 2013, Life in Crisis. The Ethical Journey of Doctors Without Borders, lu par Elsa Rambaud

9780520274853REDFIELD (Peter), Life in Crisis. The Ethical Journey of Doctors Without Borders Berkeley, University of California Press, 2013, 298 pages. Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/2 (N° 138).

Professeur d’anthropologie à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, Peter Redfield a étudié l’ONG Médecins sans frontières (MSF) pendant plus de dix ans et de près : en s’immergeant dans ses programmes en Ouganda, dans les principaux sièges du mouvement et dans sa littérature. Life in crisis rassemble la plupart des travaux publiés depuis 2005 à partir de cette enquête multi­située et les replace dans une réflexion sur la mise à l’épreuve par MSF d’un principe apparemment simple : « les vies méritent d’être sauvées ».

Continuer la lecture de Redfield, 2013, Life in Crisis. The Ethical Journey of Doctors Without Borders, lu par Elsa Rambaud