Archives de catégorie : Bandeau dynamique

AAC Fiscalité en Afrique contemporaine: formalités et informalités

Appel à contribution

Fiscalité en Afrique contemporaine: formalités et informalités

 Coordonné par Olly Owen
(Chargé de recherche, Oxford Department of International Development)

 Cet appel à contribution souhaite recueillir les propositions d’auteurs s’intéressant aux politiques fiscales des États africains et qui abordent dans leurs travaux, de manière directe ou indirecte, la dualité du formel et de l’informel au niveau des acteurs, des institutions ou des pratiques en matière de fiscalité. Au cours des dernières années, de nombreux États africains ont orienté leurs efforts dans le sens d’une réforme et d’une maximisation des recettes fiscales, pour faire face en particulier à l’imprévisibilité croissante des prix des ressources naturelles sur les marchés mondiaux et des flux de l’aide internationale. Cette initiative a été soutenue par une aide accrue des bailleurs en faveur de tels programmes. Elle a également renouvelé l’attention des chercheurs vis-à-vis de ces développements et des enjeux qui leur sont associés.

L’un des principaux thèmes de recherche concerne le point de rencontre entre des domaines, des pratiques et des formes institutionnelles ayant des origines étatiques et non-étatiques. L’impôt et la gouvernance fiscale présentent un éventail étendu d’articulations entre le formel et l’informel. Parfois, les États engagés dans la reconstruction du système fiscal formel ont considéré les percepteurs non étatiques comme des concurrents à éliminer et à supplanter. Ailleurs, ou à d’autres époques, il a été impossible pour les acteurs étatiques de faire fonctionner le système formel sans l’assistance d’acteurs non-étatiques (ou d’acteurs étatiques agissant dans l’exercice d’autres fonctions) en tant qu’intermédiaires (Joshi and Ayee 2008).

Ces collaborations négociées peuvent être perçues en retour, d’un point de vue émique ou analytique, comme des compromis transitoires ou comme les premières étapes de dispositifs plus institutionnels, comme le montre l’importance donnée ces dernières années aux modalités de la « gouvernance hybride » (Meagher, De Herdt and Titeca 2014). En certains endroits, les deux modes coexistent et entrent en compétition dans le cadre des pratiques quotidiennes de la gouvernance. Ou, comme Roitman l’a montré (2005), le système étatique peut être lui-même profondément informalisé, en conservant son apparence bureaucratique mais en étant redéployé dans une tout autre logique. Même dans les systèmes les plus bureaucratiques, la personnalisation et l’exceptionnalisme prennent toute leur importance au moment de la mise en œuvre de ces politiques, défiant alors les catégories comme la « corruption » et nous rappelant l’importance continue de l’affect dans la médiation des modes de gouvernance ordinaires (à titre de comparaison, voir Hornberger 2004), ou l’importance de pondérer la gouvernance avec la faisabilité politique (voir Moore & Piracha 2016 pour un exemple asiatique du lien entre fiscalisation, arts de gouverner et contours de l’État). Et l’influence de « l’informel » dans des pratiques, normes, institutions et projets non-étatiques peut se faire sentir aussi bien là où le système gouvernemental s’investit dans les secteurs de base de la société et ses formes organisationnelles au niveau local (Gatt & Owen, à paraître), ou, au contraire, au niveau des élites, où des facteurs personnels ou particularistes influencent la mise en œuvre des politiques publiques (Goodfellow 2017). Cela met l’accent sur ce que l’interaction avec l’État signifie à différentes échelles. Les organisations agissant pour le compte de l’État peuvent faire de maigres contributions matérielles à l’État bien qu’elles s’approprient son pouvoir symbolique (comme cela a été montré à travers une perspective de gouvernance par Fourchard & Albert 2003).

Un second point important concerne l’impact des modifications de procédures fiscales et leur signification politique et sociale. L’impôt implique une certaine régulation. Par conséquent, au sein de la réforme fiscale, la bureaucratisation et la technologisation croissante réifient des formes de savoirs et des représentations, y compris dans les aspects basiques de la vie sociale tel que dans le choix de noms de lieux ou de rues, passant d’usages socialement ancrés à des labels officiels et standardisés. Dans les contextes où la gouvernance d’État s’est effondrée ou  rétractée, la fiscalisation est l’une des fonctions s’apparentant à l’État que les acteurs de la gouvernance informelle occupent pour tenter de consolider, institutionnaliser et accroitre leur légitimité sociale, que cela soit externalisé volontairement par les gouvernements au secteur privé ou à des intermédiaires sociaux, ou usurpé par des entrepreneurs politiques, des militants ou des rebelles. Une autre modalité possible consiste à ce que l’État et les autorités non-étatiques jouent de manière créative avec le système fiscal, en acceptant ou se distanciant tout à tour des institutions et des politiques officielles, faisant ainsi de l’impôt une de ces zones grises ou de frontière qui caractérisent fréquemment d’autres modes de gouvernement comme celui de la sécurité (Tapscott, 2017).

Un troisième axe de recherche s’intéresse au rôle changeant de la fiscalité dans la formation d’un contrat social et d’un sens de la légitimité publique dans des ordres politiques particuliers. En de nombreux endroits, les pratiques et les systèmes fiscaux s’appuient sur des histoires longues, articulant des concepts profondément ancrés socialement qui incluent à la fois des perceptions gouvernementales et communautaires du devoir civique et du contrat social. La fiscalisation est directement liée également aux conceptions morales de la citoyenneté, de l’appartenance et des droits sur la base desquelles l’on détermine qui détient une voix politique et à qui on attribue des biens publics (Meagher, 2016). Dans toutes ces situations, l’exercice du pouvoir et les recettes fiscales peuvent faire partie soit d’un complexe d’imputabilité (accountability) et de fourniture de services, ou d’une dynamique plus clairement extractive. De plus, un examen approfondi du travail quotidien des systèmes fiscaux, et des logiques qui les régissent, permet de remettre en question la division entre le formel et l’informel, l’étatique et le non-étatique, soit parce que cet examen en affaiblit la portée analytique, soit parce que cette distinction est elle-même un imaginaire construit faisant partie des techniques de gouvernement, de la structuration sociale et du contrôle gouvernemental (Mitchell 1999, Roy 2005). Même si ce dernier point peut paraître évident, le véritable sujet d’intérêt ici consiste dans la variété des configurations produites et donc dans ce qu’un accent mis sur la fiscalisation peut nous dire des nouvelles modalités de relations entre État et société ainsi que des nouvelles formes de souveraineté qui émergent sur le continent africain.

 Thèmes

 Les contributeurs de toute discipline ou de méthodologie mixte, que ce soit en particulier (mais pas seulement) en anthropologie, sociologie, histoire ou économie politique – dans la mesure où ils incluent des éléments d’analyse qualitative – sont invités à soumettre une proposition. Ce dossier s’intéresse particulièrement aux articulations entre la structure et la pratique, les politiques publiques et leur mise en œuvre, etc. Les soumissions qui ne s’intéressent qu’à des vues d’ensemble abstraites, des changements structurels ou des analyses par le haut ne seront pas retenues.

 A l’intérieur de ces limites, les articles pourront traiter de l’un des thèmes suivants : politiques publiques et formes institutionnelles ; médiation et courtage ; pratiques fiscales « de la rue » ; gouvernance non-étatique ; réciprocité, responsabilité, légitimité et contrat social ; enregistrement et production de savoirs ; construction de l’État et pratiques fiscales ; fiscalisation des personnes, des ressources naturelles, des activités ou des services ;capacité étatique, technocrates, technologie et innovation ; les limites politiques du champ des possibles ; les conceptions gouvernementale et publique de la légitimité ;la généalogie des pratiques fiscales ; les institutions de l’ombre ou de l’entre-deux (twilight) ; ou tout autre thème pertinent pour comprendre la relation entre le formel et l’informel en matière de fiscalisation.

L’accent peut être mis sur un pays ou une région, une bureaucratie, une institution économique et ou sociale, une chaine de valeur, les marchandises ou routes commerciales, une pratique ou un type de paiement, un groupe d’acteurs étatiques ou une technologie particulière et ses usages. Mais surtout, ce dossier s’intéresse à l’interprétation que font les auteurs de ce qui constitue l’objet de cette étude.

 

Calendrier

15 janvier 2018 : Date limité d’envoi des propositions (résumé d’une page) au coordinateur (Olly Owen (oliver.owen@qeh.ox.ac.uk))

29 janvier 2018 : notification aux auteurs des propositions retenues

15 avril 2018 : Date limite denvoi des articles retenus au le comité de rédaction de la revue (50 000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

Mai-août 2018 : Evaluation, révisions et (si nécessaire) traduction des textes sélectionnés par le comité de rédaction de la revue.

 

Le numéro sera publié en Octobre 2018. Les propositions peuvent être envoyées en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

 

Bibliographie

 De Herdt, T, Meagher, K. and Titeca K. Unravelling public authority: paths of hybrid governance in Africa IS Academy Research Brief 10, 2014. http://eprints.lse.ac.uk/79860/1/Unravelling%20Public%20Authority_%20Paths%20of%20Hybrid%20Governance%20in%20Africa%20_%20Justice%20and%20Security%20Research%20Programme.pdf

Fourchard, L and Albert, I.  Security, crime and segregation in West African cities since the 19th century.  Ibadan: IFRA/Karthala, 2003.

Gatt, L. & Owen, O. (forthcoming) The Impact of Direct Taxation on State-Society Relations in Lagos, Nigeria, Development & Change. 2018.

Goodfellow, T. Taxing property in a neo-developmental state: The Politics of urban land value capture in Rwanda and Ethiopia. African Affairs, 2017.

Hornberger, Julia. “My police — your police”: the informal privatisation of the police in the inner city of Johannesburg , African Studies, 63:2, 2004, 213-230

Joshi, A. and J. Ayee. Associational Taxation: A Pathway into the Informal Sector. In: D. Brautigam, O.-H. Fjeldstad and M. Moore (eds.), Taxation and State-Building in Developing Countries. Cambridge, Cambridge University Press, 2008.

Meagher, Kate. Taxing times: taxation, divided societies and the informal economy in Northern Nigeria. Journal of Development Studies, 2016, pp. 1-17

Mitchell, T.  ‘Society, Economy and the State Effect’ in Sharma and Gupta (eds) The Anthropology of the State Oxford: Blackwell. 2006 [1999].

Moore, M. & Mujtaba Piracha. Revenue-Maximising or Revenue-Sacrificing Government? Property Tax in Pakistan, The Journal of Development Studies, 52:12, 2016, 1776-1790.

Roy, Ananya Urban Informality: Toward an Epistemology of Planning, Journal of the American Planning Association, 71:2, 2005, 147-158,

Roitman, Janet. Fiscal disobedience: an anthropology of economic regulation in Central Africa. Princeton, NJ ; Oxford: Princeton University Press, 2005.

N° 133, mars 2014 – Travail et politique

couv133Le travail cristallise les contradictions de la globalisation : abandonné à la régulation du marché, il est l’objet d’une gestion globale appuyée par des politiques migratoires qui tentent de cantonner les travailleurs. Mais ceux-ci offrent une résistance à l’emprise des dispositifs de pouvoir, débordent leurs espaces de cantonnement et bousculent les ordonnancements politiques. C’est à partir de ces contradictions que les articles réunis dans ce numéro interrogent les liens entre travail et politique. Ils illustrent la grande diversité de ces liens dans l’Afrique contemporaine et en offrent une mise en perspective épistémologique. Ils montrent l’intérêt d’aborder les espaces de travail, les modes de régulation de l’accès à l’emploi, le traitement des conflits sociaux pour comprendre les formes pratiques d’exercice de l’autorité étatique et leur mise en significations. Puisqu’il contribue puissamment à les structurer, le politique se dévoile dans l’analyse des rapports de travail.

Continuer la lecture de N° 133, mars 2014 – Travail et politique

Le travail : un phénomène politique complexe et ses mutations conjoncturelles, par Laurent Bazin

intro133

Introduction au dossier « Travail et politique », Politique africaine N° 133.

Affirmer le caractère politique du travail semble aller de soi. Pourtant, ce ne sont guère les travaux sociologiques actuels qui permettent de comprendre en quoi le travail est un phénomène politique, ni comment aborder ce phénomène dans le monde contemporain. Si l’importance politique du travail est généralement reconnue − elle a fourni un jalon essentiel de l’histoire de toutes les sciences sociales1 − elle s’est peu à peu effacée des problématiques scientifiques. Plus rare encore est l’optique inverse, c’est-à-dire l’idée que la politique est présente dans les univers de travail et qu’elle contribue puissamment à les structurer. C’est à l’articulation de cette double perspective que ce dossier souhaite apporter une contribution. Les articles recueillis abordent la question à partir de terrains de recherche et d’angles d’analyse très divers auxquels Jean Copans fournit un cadrage épistémologique et historique. Le lecteur pourra trouver dans ces textes des apports spécifiques et originaux à la connaissance du travail − au Cameroun, en Europe, en Égypte et dans le Golfe, en Afrique du Sud − ainsi que des propositions visant à étayer empiriquement et théoriquement des approches politiques du travail.

Cependant, c’est en essayant d’englober dans un seul regard les processus à l’œuvre dans l’ensemble du monde que l’on peut aujourd’hui tenter de saisir le sens politique du travail, non pour en faire un élément abstrait et homogène qui présenterait partout la même façade, mais pour être capable de recontextualiser des études fragmentaires portant sur des situations particulières, des scènes de travail porteuses de dynamiques et de conflits propres, des représentations et des significations ancrées dans des contextes productifs qui sont aussi le produit d’histoires politiques. Celles-ci sont par définition toujours localisées, mais elles s’inscrivent également dans des conjonctures globales, dans le temps du monde. C’est à cet exercice de problématisation que s’efforce ce texte de présentation.

Le travail dans la gouvernance globale

Si les deux termes − travail et politique − paraissent aujourd’hui dans un voisinage familier, cela procède moins des approches scientifiques actuelles que de la prégnance d’une histoire mondiale, marquée jusqu’à une période récente par l’existence d’un mouvement ouvrier international, acteur imaginaire qui se traduisait par des élaborations idéologiques et des formations actives, affirmant partout la centralité politique du travail. La guerre froide, par l’affrontement qu’elle mettait en scène entre un « bloc » socialiste qui était parvenu à englober la moitié du monde, et un « bloc » capitaliste, constituait en elle-même jusque dans les années 1980 une théâtralisation de l’antagonisme entre le capital et le travail. Cette trame historique imprègne encore les esprits, scientifiques ou profanes, mais plus ou moins confusément selon les contextes sociaux et les sensibilités idéologiques et politiques. L’englobement du socialisme dans le marché mondial l’a en quelque sorte reléguée dans un recoin de la mémoire. Ces mutations de la conjoncture géopolitique et idéologique mondiale, de même que leurs traductions en termes épistémologiques, constituent déjà le cadre politique global dans lequel le travail prend sens.

La seconde raison pour laquelle le caractère politique du travail semble aller de soi tient aux discours publics. Les thèmes du travail, de l’emploi et du chômage, de la pauvreté aussi, forment un leitmotiv des discours gouvernementaux et des organisations internationales : le travail est à l’évidence partout une question de politique, mais la politique entendue cette fois-ci comme exercice de la rhétorique. Elle a sa traduction dans des dispositifs de politique publique, mais ceux-ci sont animés par des résolutions d’apparence contradictoire. Dans l’optique néolibérale qui exerce une position hégémonique, la préoccupation pour l’emploi (c’est-à-dire le chômage) − ou pour le « travail décent » au niveau international qui est celui de l’Organisation internationale du travail (OIT)2 − s’affirme par des projections qui euphémisent leur objet et leurs objectifs, parallèlement à l’intention de flexibiliser le travail, de le déprotéger, d’en abaisser le coût, pour accroître sa compétitivité et sa productivité face à l’intensification sans cesse accrue de la concurrence internationale. L’avenir s’annonce radieux, comme au temps du socialisme et du développement, mais dans un monde où la ligne d’horizon n’est plus une lointaine visée politique de formation d’un homme nouveau, moderne ou développé. La ligne de fuite est désormais balisée par le marché et la consommation, ainsi que par l’argent qui assure la liaison entre les deux ; elle vise la formation d’un homme dynamique préoccupé par son bien-être, autre nom de la jouissance.

Question centrale de rhétorique, le travail est l’objet d’un effort international de standardisation − de sa définition, de sa mesure, des politiques d’emploi − qui s’inscrit dans un processus de normalisation des sociétés par la généralisation de l’économie de marché. Il devient un objet de gouvernance, c’est-à-dire l’objet d’une gestion globale dans le cadre du marché mondial, au même titre que l’économie elle-même, la santé, l’environnement, la pauvreté ou encore le genre, mais à la différence des masses financières qui échappent précisément à tout effort de régulation mondiale depuis le moment de leur libéralisation dans les années 1980. Cette gouvernance globale se bâtit – non sans conflits et sans contradictions – en sécrétant une masse considérable d’expertises, de rapports, de conférences exprimés dans un langage incompréhensible qui devient progressivement le nouvel idiome administratif mondial. Tout un appareil de connaissance se développe, qui tend à se substituer à la connaissance scientifique, exerce sur elle un pouvoir d’attraction considérable, et en assure la subordination.

« Gouvernance » est le terme clé de ce processus de normalisation. Il s’impose rapidement dans les années 1990 sous l’impulsion de la Banque mondiale. Tout comme le terme de globalisation lui-même, il est directement emprunté au vocabulaire des grandes entreprises transnationales qui cherchent, dans les années 1980, les moyens d’ajuster leurs stratégies d’expansion au marché qui se mondialise. Dans une période où la terminologie marxiste et tiers-mondiste s’efface, où l’impérialisme − conceptualisé dans la pensée marxiste-léniniste exactement comme stratégie d’expansion mondiale du capitalisme − ne constitue plus qu’une cible marginale de la contestation, c’est en quelque sorte l’impérialisme lui-même qui impose au niveau international son langage et donc ses propres catégories de pensée. Le travail est par exemple reconsidéré à travers le concept à succès de capital humain ; son envers est donc la pauvreté, dont l’éradication est décrétée objectif du millénaire. La solution peut alors être recherchée dans l’adaptation des moyens d’accès à la finance : le développement de la microfinance est censé permettre à chaque chômeur, à chaque travailleur pauvre, perçus comme entrepreneurs en puissance, de faire fructifier leur capital personnel en participant au développement du marché, tout en restaurant leur solvabilité pour s’intégrer au monde de la consommation.

Tout comme le taux de chômage, celui de la pauvreté est devenu un indicateur clé de l’estimation des économies nationales et de leur comparaison : il s’agit des indicateurs complémentaires de celui du PIB, qui mesure la richesse produite par le travail, en agrégeant les valeurs ajoutées dans l’ensemble du système productif. L’effort de définition de cette grandeur qu’est le PIB et de sa concrétisation par les appareils statistiques officiels3, on le sait, efface les significations du travail et ne prend en compte que sa partie « utile » : les critiques bien connues des courants féministes ont, par exemple, depuis longtemps dénoncé que le travail domestique des femmes échappait ainsi à toute prise en considération. C’est que, par convention, les sciences économiques ne définissent le travail que dans la mesure où, soit lui-même, soit son produit, s’échangent contre une valeur monétaire : c’est la transaction marchande qui circonscrit le travail, tout comme elle fixe le contenu de ce qui est considéré comme économique. Toute autre option conduirait à la dissolution de l’idée même d’économie − c’est ce qu’on peut lire par exemple à travers la trajectoire intellectuelle de Maurice Godelier4 − et ruinerait donc toute possibilité de la mesurer, et a fortiori d’imposer comme évidence la nécessité de son expansion continue. Il en va de même pour la pauvreté : les techniques de randomisation mises au point par Esther Duflo, saluées comme un progrès scientifique décisif, permettent d’assurer une standardisation de sa mesure, apte à abolir toute signification sociale de la pauvreté : le sens disparaît derrière la mesure, tout comme la politique, et a fortiori le sens politique.

La mise en œuvre d’une gouvernance globale implique le développement d’un appareil de connaissance qui doit intégrer dans une formulation et une mesure homogènes au niveau mondial des réalités sociales qui sont irréductiblement hétérogènes. Ce faisant, elle se condamne à produire une fiction de connaissance, en totale déconnexion avec les réalités qu’elle prétend décrire. Mais, un peu comme dans le système soviétique où la vérité idéologique dont le Parti était détenteur primait sur la réalité qu’elle prétendait rendre conforme, l’abstraction du réel n’est pas une imperfection : c’est la condition même de l’imposition de catégories de pensée et d’action qui vise à la production d’une représentation imaginaire du monde. S’ensuit une dynamique complexe du pouvoir : les réalités sociales offrent nécessairement toujours une résistance − au sens foucaldien du terme5 − à l’emprise des dispositifs mis en place pour les rendre conformes ; mais cette représentation imaginaire du monde, à mesure qu’elle est formulée, devient immédiatement, de ce fait même, une part de la réalité, ainsi que Godelier l’a montré.

Cependant, pour suivre ce dernier jusqu’au bout, ce ne sont pas seulement les représentations de la réalité qui sont une part de la réalité elle-même, mais également les représentations des représentations de la réalité. Comme Lucile Gruntz et Judith Hayem le montrent dans ce numéro chacune à sa manière, en explorant les subjectivités politiques des travailleurs, c’est bien au niveau des représentations des représentations de la réalité qu’il faut se placer pour saisir les évolutions des inscriptions politiques du travail. Les travailleurs se situent bien, eux aussi, dans un monde quadrillé tant par l’imposition idéologique du marché que par l’exercice de l’autorité étatique, et ils s’efforcent d’en interpréter les significations, les cohérences et les contradictions ; ils ne s’y situent pas seulement par la position qu’ils occupent dans l’univers de la production, mais par l’ensemble des champs sociaux auxquels ils participent, qui constituent autant de modes d’inscription politique, dont les liaisons forment une architecture sociale, avec ses failles et ses ruptures.

D’une évidence politique du travail à une autre, un glissement s’est produit : le glissement d’un mode d’existence politique du travail, qui l’érigeait en lieu d’affrontement international, à un autre par son incorporation dans une rhétorique et une gouvernance globales du marché. C’est aussi un glissement de la structuration politique du monde, et un glissement général des orientations épistémologiques, en dépit des efforts et de la prétention de la science à ne pas se laisser berner par ce qu’elle observe. Ce glissement est le passage d’un monde structuré par un affrontement de deux ordres politico-économiques et idéologiques où le travail figure comme l’objet imaginaire de la lutte − comme une sorte de ballon sur un terrain de football que deux équipes se disputent : l’enjeu n’est pas le ballon lui-même mais il est au centre de l’attention − à un monde structuré autour de la restauration du marché comme mode d’expression et de réalisation des rapports de domination, appuyé si nécessaire par l’usage brut de la violence militaire et des démonstrations de force, ainsi que par tout un appareillage technocratique qui s’insinue jusque dans les recoins les plus reculés du monde. Le travail a cessé d’être un objet imaginaire d’affrontement pour être réincorporé au cœur du déploiement du marché.

Le marché comme technique de pouvoir

La mise en œuvre d’une gestion globale du travail − de la pauvreté, du chômage, etc. − repose sur l’instauration du marché comme technique de pouvoir6 qui se substitue à la discipline, ou qui se conjugue avec elle pour assurer la sécurisation des espaces et des fractions sociales que le marché laisse sur ses marges. La microfinance, pour revenir sur cet exemple significatif, est devenue une recette qui s’est généralisée partout à partir de son invention au Bangladesh dans les années 1970, pour tenter d’éduquer et d’intégrer au marché et aux logiques financières une masse de « pauvres » caractérisés moins par leur rapport au travail que par leur insolvabilité (chômeurs, travailleurs pauvres, paysans, femmes…)7. L’instauration du marché comme technique de pouvoir, au niveau global comme au niveau le plus local, est ainsi assurée non seulement par l’ensemble des organisations, des accords, des conventions qui élaborent et imposent à l’échelle internationale des modes de représentation et d’administration du réel, elle est non seulement relayée par les États et leurs appareils locaux, mais elle est aussi portée par tout un ensemble de dispositifs tels que les ONG ou associations dites de la « société civile », qui prennent en charge le traitement de la pauvreté, du chômage, du manque d’emploi, de l’insolvabilité, dépossédant dans certains cas totalement les pouvoirs publics de toute prise en charge sociale, particulièrement dans les pays où celle-ci est demeurée la plus rudimentaire. Ces organisations, étrangères ou locales, qui fonctionnent elles-mêmes de plus en plus clairement comme des entreprises lucratives et se professionnalisent, occupent simultanément une part croissante sur le marché du travail : elles deviennent des pourvoyeurs d’emplois (ou d’auto-emploi) qui peuvent être aussi valorisés que l’était la fonction publique dans la période antérieure, attirant notamment les plus diplômés. Les distinctions entre emploi privé et public, entre secteur marchand et non lucratif, pour tant est qu’elles avaient un sens dans le cadre d’États néopatrimoniaux, achèvent de se dissoudre dans cette juxtaposition et cette confusion généralisée entre le service des intérêts privés et celui de l’État, du public ou des communautés, selon la terminologie anglaise, reléguant l’État dans une figure de défaillance et contribuant ainsi à sa disqualification.

Ces processus sont parallèles aux innovations des méthodes de gestion des entreprises qui circulent rapidement d’une région du monde à l’autre : on y observe, depuis les années 1970, une préséance des logiques financières sur les logiques productives, et les techniques toujours plus sophistiquées d’organisation du travail internalisent le marché et en font le moyen par excellence de modeler les rapports de travail, d’obtenir assujettissement et émulation, de désamorcer les conflits en les reconfigurant autour de compétitions internes entre travailleurs. L’étude que Guillaume Vadot consacre dans ce numéro à la restructuration de la Sodecoton, l’entreprise camerounaise d’encadrement et de commercialisation de la production de coton, en offre une illustration. Sa contribution permet de suivre l’ensemble des étapes et des logiques qui conduit l’entreprise, menacée de faillite et de privatisation dans les années 1990, à l’instar de toutes ses homologues au Cameroun ou dans les pays voisins, à repenser la tutelle qu’elle exerce sur les producteurs de coton dans les termes de professionnalisation et de responsabilisation : elle trouve ainsi les moyens de neutraliser sa dépendance au marché en la transférant sur sa main-d’œuvre paysanne, réorganisée en groupements autonomes. La violence symbolique d’une éducation paternaliste au marché est le ressort de cette professionnalisation. L’opération, qui consiste à internaliser le marché en réorganisant une entreprise autour de relations de sous-traitance internes et par la généralisation des rapports de concurrence entre employés, est dans ce cas précis favorisée par le fait que les travailleurs ne sont pas salariés ; mais elle ne peut, de ce fait même, parvenir à son objectif sans simultanément s’appuyer sur un bouleversement de l’ordre hiérarchique et politique des villages de cotonculteurs, et par ricochet de l’ensemble des liens clientélistes qui, à l’échelle régionale, associe étroitement et entremêle la tutelle de la Sodecoton à celle de l’État par l’entremise des élites locales.

Des cantonnements politiques du travail

Si le métalangage de la gouvernance dissout − c’est sa fonction − la question politique du travail dans une logique techniciste de gestion du marché, les travailleurs ne se laissent pas si facilement berner et enfermer dans les termes qui voudraient assurer leur asservissement. Comme le remarquait récemment Raphaël Botiveau, le travail fait donc perpétuellement « retour » par le biais des luttes syndicales8, mais bien plus généralement sur le front de conflictualités qui se développent directement avec l’État. Par exemple, lorsque les luttes de travail en deviennent tout à la fois le catalyseur, l’expression et le terrain d’affrontement, à l’instar de ce que Judith Hayem montre ici, en analysant les subjectivités politiques engagées lors de la longue grève de Marikana dont l’issue dramatique a attiré l’attention du monde. En 2011, à l’autre extrémité du continent, les révolutions tunisienne et égyptienne, leur propagation dans d’autres pays d’Afrique du Nord et du Moyen Orient, ont également rappelé, à l’attention médiatique comme à celle des scientifiques, l’acuité politique des problèmes d’accès à l’emploi, comme l’importance des conflits dits sociaux et des mobilisations syndicales qui, souvent passés inaperçus9, ont néanmoins eu une importance décisive dans le déroulement des « printemps arabes » et le déploiement des rapports de force qui ont présidé aux basculements politiques ultérieurs. À quelques centaines de kilomètres à peine plus au nord, les émeutes et les vives luttes sociales en Grèce, tout comme les diverses formes de mobilisation dans le Sud-Ouest de l’Europe soumis à la prétendue « rigueur » des ajustements budgétaires attaquant de front le travail, l’emploi et leurs protections pour maintenir à toute force la suprématie des intérêts financiers, ont suscité des interprétations et des analyses distinctes, comme s’il s’agissait de mondes irréductiblement étrangers l’un à l’autre. La triste épopée des harragas10 venant s’échouer sur les rivages espagnols ou italiens, que l’on tente vainement de confiner dans des espaces de cantonnement, la fortification des frontières sur les limites orientales ou méridionales de l’Union européenne renforcent les représentations de deux mondes évoluant séparément, dans la période où se répète en Europe un scénario inauguré trois décennies plus tôt de l’autre côté de la Méditerranée et du Sahara : la crise d’endettement des États est le spectacle dans lequel se révèle leur assujettissement aux institutions et marchés financiers (publics ou privés) et aux conceptions de l’économie dont ils sont les porteurs, le poids de la dette et des remboursements se traduisant très directement par une pression sur le « coût du travail », qui se décline en termes de baisse des salaires, de flexibilité et de réduction des protections du travail, de diminution de la fonction publique, tandis que récession et austérité budgétaire entraînent une destruction de l’emploi, ou ce qu’il est convenu de désigner comme son informalisation, sa précarisation, en fait sa désinstitutionnalisation.

La constante politisation de la question de l’immigration en Europe, l’obsession pour une « gestion des flux migratoires » toujours mise en échec mais toujours renforcée et débouchant par exemple en France sur l’imposition d’une étroite tutelle administrative sur l’emploi de tout étranger « extra-communautaire », signalent que le travail est une question politique aiguë, qui ne se laisse en aucune façon enclore dans le cadre de frontières nationales. « Extra-communautaire » : la terminologie de l’Union européenne − la communauté renvoie ici explicitement aux contours du marché « unique » − est en elle-même significative des processus de délimitation du monde à l’œuvre dans l’imaginaire, qui s’institutionnalisent et s’impriment fortement dans le réel par le biais des législations, des appareils de répression et de contrôle. Ceux-ci complètent nécessairement la mise en œuvre du marché comme technique de pouvoir, là où celle-ci s’avère inefficace ou indésirable. Les contributions d’Ange Bergson Lendja Ngnemzué sur la gestion technocratique et policière du travail des étrangers à l’échelle de l’Union européenne et de Lucile Gruntz sur le contrôle des migrants dans les États du Golfe sont, de ce point de vue, en étroite résonance. Elles soulignent que la question du travail et de ses significations politiques en Afrique − comme partout ailleurs − est d’ordre global. Elle ne s’appréhende pas seulement depuis Le Caire, Douala, Pretoria, Kinshasa ou Monbasa : elle se gère aussi à Paris, Londres, Bruxelles, comme à Abou Dhabi, ou à New York (ONU), Washington (FMI, Banque mondiale), Genève (OIT).

Ces deux contributions montrent également que les modes de domination, d’exploitation et de contrôle s’exercent de multiples manières. Ils se conjuguent et ne sont pas localisés uniquement, voire principalement, dans le champ du travail. Le contrôle des étrangers en France s’effectue par exemple aujourd’hui par une surveillance administrative qui n’hésite pas à s’immiscer jusque dans les chambres à coucher et les salles de bain, mais délaisse largement le domaine des entreprises : si le travail « régulier » des étrangers est placé sous tutelle préfectorale, le travail « irrégulier » que ce filtrage administratif contribue à générer est l’objet d’un assentiment tacite, et les hiérarchies professionnelles de certains secteurs d’activité sont bâties sur une base ethnicisée permettant l’assujettissement de contingents de travailleurs composés, par exemple, partiellement ou entièrement de migrants africains11. Dans le Golfe, l’autorité politique délègue le pouvoir de surveillance aux employeurs (nationaux), de sorte que les dominations dans le cadre professionnel se doublent d’un contrôle sur l’ensemble de la vie sociale des travailleurs (étrangers), et leur emprise est d’autant plus forte et imparable qu’elle prend place dans un univers non seulement structuré sur le clivage nationaux/ étrangers mais aussi morcelé par les logiques d’ethnicisation. Dans le même temps, le travail s’inscrit dans un espace qui déborde et défie toujours les tentatives de le compartimenter géographiquement et bouscule de ce fait en permanence les ordonnancements politiques.

L’ethnicisation des hiérarchies professionnelles et, partant, des catégories, statuts et clivages sociaux12, est un phénomène répandu sous tous les cieux et à toutes les époques, selon des modalités infiniment variables. Dans la période actuelle, il se nourrit d’une des contradictions majeures de la globalisation. Depuis les années 1980, la libéralisation touche tendanciellement aussi bien l’usage des capitaux que celui de la main-d’œuvre, et la domination que la finance exerce au niveau mondial sur les dispositifs productifs impose les mêmes logiques au travail et au capital : l’exigence de flexibilité qui pèse sur l’un est le pendant de la recherche de fluidité de l’autre13. Pour autant, la perte de contrôle des États sur la circulation mondiale des capitaux et des marchandises se double d’une volonté de régir étroitement la circulation des travailleurs. Le cantonnement de ces derniers intervient comme un mécanisme de gestion globale du travail, toujours mis en défaut par les logiques sociales et par les contradictions qu’il génère.

De manière analogue à la période qui a précédé les impérialismes de la fin du xixe siècle14, mais dans une configuration entièrement différente, la conjoncture mondiale actuelle se caractérise par une masse de capitaux superflus qui ne trouve pas à s’investir, aspirée dans la sphère spéculative de la finance, et une masse également considérable de travailleurs inutiles qui ne trouvent pas à s’employer. Aujourd’hui siège de l’économie la plus dynamique au niveau mondial, la Chine exporte pour cette raison aussi bien ses capitaux que ses travailleurs en surnombre, notamment en Afrique. La conjoncture est également marquée par l’importance démesurée de la fraude, son érection en principe économique sur lequel repose l’ensemble du système bancaire euro-américain, et la généralisation de la corruption au cœur des appareils politiques. Les États, qui s’emploient à saper leurs propres institutions pour laisser place à des phénomènes de privatisation de différents types15, tentent de refonder leur légitimité sur des idéologies nationalistes formulées dans le registre de l’identité nationale.

Celles-ci expriment un basculement du mode de légitimation des États et des relations entre nationalité et citoyenneté. Dans une situation d’émancipation de l’économie vis-à-vis d’États qui se sont bâtis en affirmant leur maîtrise du développement économique, ces derniers ont cherché à se démarquer d’une performance économique abandonnée aux hasards de marché capricieux, pour se refonder autour de l’élaboration d’une identité nationale ancrée dans une redéfinition de l’autochtonie. Il s’agit d’un processus généralisé : il en va ainsi de pays africains16 − la Côte d’Ivoire en est un cas d’école17 − comme de l’ensemble des pays du monde18. Les significations investies dans le travail se modifient dans le même mouvement, de même que leur rapport à la politique et aux conceptions de la citoyenneté. En devenant partout un nœud des rapports sociaux, à la fois l’instrument d’une domination brutale échappant à toute régulation, un moyen de hiérarchisation par l’intégration au marché et à la consommation, l’expression unique de la valeur du travail, et l’objet d’un désir infini d’accumulation que l’on contemple dans la fascination de fortunes colossales, l’argent s’infiltre dans les édifices institutionnels et en érode les significations. L’identité nationale intervient alors précisément comme un cache-sexe, pour focaliser des attentions, des désirs, des pulsions sur un objet réduit à son expression fantasmatique. Les « valeurs de la république » deviennent par exemple d’autant plus obsessionnelles en France depuis le moment de leur exhumation dans les années 1980, que la puissance de l’État s’efface pour ne plus s’exprimer qu’à travers une production et une exclusion des « étrangers » (d’Afrique du Nord ou subsaharienne) qui vont en s’accentuant, dans le registre symbolique comme dans la pratique. Le processus n’est guère différent en Côte d’Ivoire : au milieu des années 1990, l’« ivoirité », qui affirme l’ancrage de l’État dans une autochtonie inventée de toutes pièces et cristallise des affrontements qui se feront de plus en plus violents, apparaît comme une tentative de compenser une performance économique devenue négative et de neutraliser les contradictions d’une trajectoire néocoloniale de l’État indépendant, aiguisées par les ajustements structurels19.

Abjections et avilissements

Car la période qui s’ouvre avec les ajustements structurels des années 1980 se caractérise par un retournement des rapports entre la sphère politique et la sphère économique, plus ou moins brusque selon les contextes. Les projections du développement et de la modernisation donnaient sens au nationalisme des années 1950-1970, aux mouvements de libération nationale et aux processus de « construction nationale » qui les prolongeaient ; elles balisaient l’espace-temps du monde, fragmenté selon un affrontement entre des systèmes économico-politiques opposés : deux « blocs » capitaliste et socialiste ; un « tiers-monde » cherchant entre les deux la voie de son émancipation ou négociant ses allégeances. Ces projections se sont effacées dans les années 1980 pour déboucher sur un nouvel imaginaire : un seul monde « global » réunifié par le marché « mondial » qui domine désormais les États, circonscrit le champ de leurs politiques économiques, restreint et disqualifie leur « volontarisme » antérieur, sous l’égide et la surveillance d’organisations internationales attentives à favoriser l’ouverture des échanges économiques, rétablissant par des ajustements structurels à l’échelle nationale les équilibres financiers internationaux régulièrement perturbés par la circulation des crises à travers le monde, de l’Afrique à l’Asie du Sud-est, de l’Amérique latine à l’ex-URSS, de l’Argentine à la Turquie… et à l’Europe aujourd’hui.

On peut estimer que le sentiment d’« abjection » remarqué et analysé par James Ferguson en Zambie20 résulte de cette transformation décisive des rapports entre le politique et l’économique, qui redessine les contours imaginaires du monde, c’est-à-dire les horizons qui s’ouvrent (ou se ferment) aux acteurs sociaux, pour situer leur propre condition sociale et signifier leur rapport à l’État et au travail. En ce sens, l’« abjection » est une expérience commune et banale sur tous les territoires ou dans tous les secteurs sociaux et professionnels, marqués par exemple d’une manière ou d’une autre par des processus de déclassement, de relégation, de désindustrialisation, dans un cadre international où le marché est désormais hégémonique. L’exercice de cette hégémonie ne s’entend pas seulement dans son effectivité, par exemple à travers les fluctuations du cours des matières premières qui déterminent de subites baisses de rentabilité dans la copperbelt zambienne étudiée par Ferguson ou dans le secteur cotonnier camerounais qu’aborde dans ce numéro Guillaume Vadot. L’« abjection » peut être vue comme une traduction imaginaire de la dévalorisation du travail et de l’ensemble des systèmes productifs, des travailleurs aussi bien que des entrepreneurs, des États et des sociétés dans leur ensemble face à l’instauration du marché comme norme, car celle-ci implique une exigence infinie de performance. Cette dévalorisation se combine dans chaque situation nationale avec des dynamiques socio-politiques ancrées dans une histoire particulière, et notamment en Afrique, avec la forme prise par la domination coloniale passée et la manière dont elle a été dépassée, surmontée, conservée, restaurée… c’est-à-dire resignifiée à travers la trajectoire des États indépendants.

Le travail ne peut être la cible perpétuelle de l’abaissement des coûts et du contournement des « rigidités » de ses protections sociales, il ne peut être l’objet et l’instrument d’une domination symbolique s’exerçant violemment à travers le marché sans borne ni retenue, sans devenir dans le même mouvement le support de l’abjection, c’est-à-dire de représentations négatives, infériorisantes, culpabilisatrices, avilissantes. De ce point de vue, mes recherches personnelles en Côte d’Ivoire rejoignent par exemple le constat de Ferguson en Zambie : s’il observe un processus de « dézambianisation », celui-ci peut être mis en parallèle avec ce qui se joue dans une entreprise industrielle ivoirienne au début des années 1990 où, à travers les acteurs idéologiques que sont quelques expatriés français, la domination coloniale est remise en scène pour y être tout à la fois dénoncée et restaurée. Le mécanisme d’auto-infériorisation observé constitue dans ce cadre le déplacement, la traduction et la mise en significations des rapports de domination internationaux dans cette conjoncture particulière des ajustements structurels : le domaine de l’économie dite « moderne » (qui était à l’époque coloniale catégorisé comme secteur « européen »21) redevient le lieu d’exercice d’une domination extérieure, et la logique des acteurs est alors d’en expulser l’autorité de l’État en refoulant les cadres nationaux dans l’illégitimité22.

Sur l’ensemble du continent africain au tournant des années 1980 et 1990, la notion de productivité du travail apparaît soudainement comme un indicateur clé du fait même de l’exigence d’ouverture des économies à la concurrence internationale, et son importance est véhiculée notamment par la multitude d’experts internationaux. Cette notion quitte le domaine des sciences économique dans lequel elle a une signification précise, pour être réappropriée de l’intérieur même des sociétés et traduite en un discours public stigmatisant l’improductivité des travailleurs africains, leur paresse, leur indiscipline, leur culture, leurs traditions, autant de marques de défaillances et d’infériorité dans un monde rehiérarchisé autour du critère unique de performance économique. Il en est allé de même des entrepreneurs, des gestionnaires, des cadres publiquement accusés d’absence de culture d’entreprise, d’esprit d’initiative, de compétences, de professionnalisme, de capacités de gestion23 ; c’est aussi plus généralement les sociétés et leurs « mentalités » dont on se demandait si elle n’avait pas besoin d’un ajustement culturel24. Négatives ou positives, les performances économiques − qui n’avaient aucun sens dans la période antérieure, lorsque par exemple l’implantation d’industries nationales visait un objectif politique de manifestation de la présence de l’État et de distribution d’emplois − sont dotées de nouvelles significations, qui s’inscrivent dans des visions culturalisantes ou ethnicisantes sur lesquelles s’appuient le surgissement d’idéologies de l’identité nationale. Ce ne sont plus les rapports de dépendance internationaux qui fournissent un sens au développement ou au sous-développement, mais l’organisation et les caractéristiques internes − la « culture », les « traditions » − de chaque société : le monde figure comme une compétition d’identités nationales dotées de valences économiques différentielles.

Des significations politiques du travail

Jean Copans rappelle dans sa contribution à ce numéro, en citant l’ouvrage devenu classique de Yann Moulier-Boutang25, que le capitalisme qui a progressivement inventé et institué le salariat comme forme d’exploitation du travail en Europe et en Amérique se nourrissait dans le même temps du développement de l’esclavage dans les territoires coloniaux. L’un et l’autre des régimes de travail s’opposent dans leurs principes, mais ils se sont alimentés mutuellement ; ils se sont développés, sous les mêmes jougs politiques, comme deux régimes différents de subordination de la force de travail et d’assujettissement, par l’octroi ou la privation de protections juridiques et de droits politiques. Il en est allé de même dans les cadres impériaux de l’ère coloniale unissant l’Europe à l’Afrique : l’attribution de statuts juridiques et politiques différents, dans un enrobage idéologique évolutionniste et/ou racialiste affirmant la supériorité d’un monde sur l’autre, assurait une séparation des formes de coercition nécessaires à l’instauration de différentes modalités de rapports entre le travail, sa rémunération et l’extorsion de plus-value. Tandis que les classes ouvrières consolidaient peu à peu leur condition en métropole, les réquisitions publiques et privées de travail, les cultures obligatoires et l’impôt de capitation étaient par exemple les trois piliers de l’exercice de la domination dans l’Afrique coloniale française hors Algérie. Mais ce sont précisément les champs d’exercice de la domination qui suscitent des affrontements, des résistances, des contournements, des fuites dans l’imaginaire et deviennent les terrains d’un déplacement et d’une transformation politiques. Les luttes et mobilisations de travail ont conduit, dans les années 1930, puis après la Seconde Guerre mondiale, les puissances occidentales à former et stabiliser des classes ouvrières africaines sur les modèles européens pour tenter de les affaiblir et de les arracher à leurs ancrages sociaux, laissant cependant la plus grande partie des travailleurs en dehors de toute juridiction du travail26, ce que l’on redécouvrira dans les années 1970 à travers la notion d’informel. Les États qui ont émergé de la décolonisation en Afrique, comme leurs homologues dans le reste du monde, sont ainsi en grande partie le produit des conflits du travail et de la nécessité de leur régulation.

Dans la période postérieure à l’indépendance, les régimes de parti unique ont tenté de neutraliser les clivages sociaux et les antagonismes de classe, en les plaçant sous l’égide commune des appareils d’État en charge de construire la nation, le développement et la modernisation. Ceux-ci associaient du même coup étroitement − comme à l’époque coloniale − l’exercice de la domination portant sur le travail et celui de la domination politique, et fragilisaient de ce fait l’un comme l’autre. L’URSS ayant disparu et le modèle du parti unique devenant obsolète, la « démocratisation » peut prendre place au tournant des années 1990 dans un cadre international renouvelé, dans lequel les États perdent une partie de leur souveraineté sur l’économie et sur la régulation des rapports de production, l’intégration au marché mondial devenant le nouvel horizon utopique. Mais comme Béatrice Hibou l’a bien montré27, il s’agit moins d’un effacement des États que leur redéploiement ou, pour emprunter la formulation de Bruno Théret28, une stratégie par laquelle les États tentent de se débarrasser de la gestion des conflits sociaux en s’internationalisant et en livrant ces derniers à la régulation des marchés. Mais dans le processus de globalisation, pas plus que dans les décennies des partis uniques ou dans l’ère coloniale, le travail n’a cessé d’être une question politique centrale, et c’est bien pour cela qu’il semble devoir faire « perpétuellement retour » : sa réalité politique résiste aux divers moyens et stratégies utilisés pour l’éclipser. En revanche, de même que les réalités du travail elles-mêmes se transforment, la conscience politique se remodèle constamment en fonction des conjonctures et de la manière dont le politique s’y réalise, c’est-à-dire aussi en fonction de la manière dont il se conjugue avec la sphère productive.

Un ouvrage récemment publié en France explore les sens politiques du travail29 à partir de perspectives d’une sociologie du travail française somme toute assez habituelles qui s’efforcent néanmoins d’emprunter aux problématiques anthropologiques des années 1980 et 1990 (cf. la contribution de Jean Copans à ce numéro) une volonté d’appréhender ensemble le travail et le hors-travail30 pour reconstituer des totalités sociales en articulant les différentes sphères d’insertion des travailleurs31. Ces travaux, qui ont le mérite de réintroduire une optique d’analyse politique du travail absente de la sociologie alors qu’elle a toujours été la perspective explicite en anthropologie, tout en s’éloignant des schémas sociologiques classiquement centrés sur les appareils syndicaux, la conscience ouvrière ou les « relations industrielles », semblent néanmoins assez caractéristiques − et les auteurs le soulignent eux-mêmes − d’une sociologie française du travail qui s’est fragmentée à mesure que son objet se trouvait lui-même pris dans un processus de morcellement sous l’effet de l’avancée des idéologies de la flexibilité, des progrès de la professionnalisation, ainsi que du raffinement des techniques de management. L’objectif de renouer avec un comparatisme international pour déjouer l’enfermement dans une singularité nationale se traduit dans ce cas essentiellement par une forme d’exportation des approches et des raisonnements de la sociologie française sur des terrains africains, américains et asiatiques.

Si la fragmentation est le lot commun des expériences de travail − en Europe et en Afrique comme ailleurs − la sociologie ne peut envisager de saisir le(s) sens politique(s) du travail si elle ne parvient pas elle-même à s’extraire de mécanismes d’atomisation qu’elle observe partout. Il est bien sûr important d’appréhender le sens politique du travail au sein de secteurs organisés selon les logiques productives et commerciales propres à chacun d’eux, dans des champs professionnels vecteurs d’expériences individuelles et collectives, de modes de socialisation et de représentation spécifiques. On ne peut cependant saisir pleinement le(s) sens politique(s) dont le travail est porteur si on ne replace pas chaque configuration particulière des rapports de travail dans une architecture sociale globale ; si l’on ne cherche pas à faire apparaître, à travers les représentations que les travailleurs se font de leur situation, leurs visions plus globales du monde et de ses transformations, c’est-à-dire la manière dont ils construisent eux-mêmes le sens de leurs trajectoires et de leurs rapports sociaux en les réinscrivant dans un cadre signifiant plus général. Le sens politique du travail se forge non seulement dans les expériences concrètes du travail et les rapports d’alliance, de défiance ou de conflit qu’elles produisent face aux détenteurs de l’autorité publique à différents niveaux, mais aussi dans un rapport imaginaire entretenu avec l’État, dans l’instauration des inégalités et des hiérarchies sociales, ainsi que dans les efforts d’intelligibilité déployés par les travailleurs pour interpréter les transformations de la conjoncture globale et penser les différents modes de domination qui s’y exercent, qu’ils les subissent directement ou non.

Laurent Bazin (CNRS, IRD-CESSMA)

Paru dans Politique africaine 1/ 2014 (N° 133), p. 7-23.

Crédit image :

  1. L. Bazin et M. Selim, « Travail, sexe, État. Une approche anthropologique », Variations. Revue internationale de théorie critique [en ligne], n° 17, 2012, <http://variations.revues.org/360>. []
  2. Bureau International du Travail, L’Agenda du travail décent en Afrique, 2007-2015, Onzième réunion régionale africaine, Addis-Abeba, Éthiopie, avril 2007, Rapport du directeur général, OIT, Genève, 2007. []
  3. Voir à ce sujet le débat consacré dans ce numéro au livre de M. Jerven, Poor Numbers. How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do about It, Ithaca / Londres, Cornell University Press, coll. « Cornell Studies in Political Economy », 2013, (NDLR). []
  4. Réflexion sans cesse remise en jeu depuis Rationalité et irrationalité en économie, Paris, Maspero, 1966. Voir notamment M. Godelier, Horizons. Trajets marxistes en anthropologie, Paris, Maspero, 1973 ; L’Idéel et le matériel. Pensée, économies, sociétés, Paris, Fayard, 1984 ; L’Énigme du don, Paris, Fayard, 1997. []
  5. M. Foucault, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975. []
  6. L. Bazin, « Relégation, marché et désactivation du militantisme communiste », Journal des anthropologues, n° 96-97, 2004, p. 71-108. C’est aussi le sens général des travaux de Béatrice Hibou. Voir : La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l‘appui / Hors Série », 2006 ; La Bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La découverte, coll. « Cahiers libres », 2012. []
  7. J.-M. Servet, Banquiers aux pieds nus. La microfinance, Paris, Odile Jacob, 2006. []
  8. R. Botiveau : « Le perpétuel retour du travail : penser les syndicats en Afrique entre luttes historiques et actuelles », Politique africaine, 2013, n° 129, p. 157-170. []
  9. S. Ben Nefissa et B. Destremeau (dir.), « Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe », Revue Tiers Monde, n° hors-série, 2011. []
  10. Issu de l’arabe algérien harga (brûler : les frontières, ses papiers…), le terme harraga s’est diffusé en Afrique du Nord aussi bien qu’en France ou en Espagne pour désigner les personnes qui traversent clandestinement la Méditerranée, dans des embarcations de fortune selon le stéréotype. Le terme est aujourd’hui entré dans le dictionnaire français. []
  11. N. Joun in, Chantiers interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui / enquête de terrain », 2008. []
  12. G. Althabe, « Production de l’étranger et xénophobie », in Actes du colloque de l’AFA (9-11 janvier 1986), Vers des sociétés pluriculturelles. Études comparatives et situation en France, Paris, ORSTOM, 1987 (republié in G. Althabe et M. Selim, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998). []
  13. F. Lordon, Fonds de pension, pièges à cons ?, Paris, Raisons d’agir, 2000. []
  14. H. Arendt, Les Origines du totalitarisme. Vol. 2 : L’impérialisme, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 2006, [1951]. []
  15. B. Hibou (dir.), La Privatisation des États, Paris, Karthala, coll. « Recherches internationales », 1999. []
  16. J.-F. Bayart, P. Geschiere et F. Nyamnjoh, « Autochtonie, démocratie, et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, n° 10, 2001, p. 177-194. []
  17. Voir B. Losch (dir.), « Côte d’Ivoire, la tentation ethnonationaliste », Politique africaine, n° 78, 2000, et R. Banégas et R. Marshall-Fratani (dir.), « La Côte d’Ivoire en guerre : dynamiques du dedans et du dehors », Politique africaine n° 89, 2003. []
  18. L. Bazin, R. Gibb et M. Selim : « Nationalisation et étatisation des identités dans le monde contemporain », Journal des anthropologues, n° hors-série, 2007, p. 7-35. []
  19. L. Bazin, « Rébellions enchaînées en Côte d’Ivoire », Chimères, n° 56, 2005, p. 15-34, (entretien réalisé par Monique Selim) ; « Idéologies de l’identité nationale et formes de citoyenneté. Une réflexion comparative (Côte d’Ivoire, France, Ouzbékistan) », in J. Tolan, H. El Annabi, B. Lebdai, F. Laurent et G. Krause (dir.), Enjeux identitaires en mutations (Europe et bassin méditerranéen), Bern, Peter Lang, 2013, p. 35-60. []
  20. J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, coll. « Perspectives on Southern African », 1999 ; « Global Disconnect. Abjection and the Aftermath of Modernism », in J. X. Inda et R. Rosaldo, The Anthropology of Globalization, Malden / Oxford, Blackwell Publishing Ltd, 2002, p. 136-153. []
  21. M. Le Pape, « De l‘“indigène” à l‘“informel”, 1955-1982 », Cahiers d‘études africaines, vol. 23, n° 89-90, 1983, p. 189-197. []
  22. L. Bazin, Entreprise, politique, parenté. Une perspective anthropologique sur la Côte d‘Ivoire dans le monde actuel, Préface de Gérard Althabe et Monique Selim, Paris, L’Harmattan, coll. « Connaissance des hommes », 1998. []
  23. Ce basculement est par exemple très bien analysé par Ali El-Kenz en ce qui concerne la représentation publique des travailleurs en Algérie, et par Yves-André Fauré en ce qui concerne la représentation publique des entrepreneurs en Côte d’Ivoire. A. El-Kenz (dir.), L’Algérie et la modernité, Dakar, Codesria, 1989 ; Y.-A. Fauré, Petits entrepreneurs de Côte d’Ivoire, Paris, Karthala, 1994. []
  24. D. Etounga-Manguelle, L’Afrique a-t-elle besoin d’un ajustement culturel ?, Paris, Nouvelles du Sud, 1991. []
  25. Y. Moulier-Boutang, De l’esclavage au salariat. Économie historique du salariat bridé, Paris, PUF, 1998. []
  26. F. Cooper, Decolonization and African society. The Labor Question in French and British Africa, Cambridge, Cambridge University Press, coll. « African Studies », 1996. []
  27. B. Hibou (dir.), La Privatisation des États, op. cit. []
  28. B. Théret, Protection sociale et fédéralisme. L’Europe dans le miroir de l’Amérique du Nord, Montréal / Bruxelles, Presses universitaires de Montréal / Peter Lang, 2002. []
  29. I. Sainsaulieu et M. Surdez (dir.), Sens politiques du travail, Paris, Armand Colin, 2012. []
  30. M. Agier, J. Copans et A. Morice (dir.), Classes ouvrières d’Afrique noire, Paris, Karthala, 1987 ; R. Cabanes, J. Copans et M. Selim (dir.), Salariés et entreprises dans les pays du Sud. Contribution à une anthropologie politique, Paris, Karthala / Orstom, 1995. []
  31. G. Althabe et M. Selim, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, 1998 ; M. Selim, L’Aventure d’une multinationale au Bangladesh, Paris, L’Harmattan, 1991 ; L. Bazin, Entreprise, politique, parenté. op. cit. ; L. Bazin et M. Selim (dir.), « Anthropologie, entreprise, entrepreneurs », Journal des anthropologues, n° 66-67, 1996 ; L. Bazin et M. Selim, Motifs économiques en anthropologie, Paris, L’Harmattan, coll. « Anthropologie critique », 2001. []

Retour sur les Printemps arabes, par Jean-François Bayart

conjoncture133L’aggravation de la guerre civile en Syrie, la restauration autoritaire en Égypte, la tension politique en Tunisie, la déstabilisation du Liban, la perpétuation du chaos en Irak et en Libye, le raidissement autoritaire de Recep Tayyip Erdoğan en Turquie provoquent des jeux de mots faciles sur l’« Automne » ou l’« Hiver arabe », et des larmes de crocodile, sur l’antienne du « On vous l’avait bien dit (que les musulmans étaient inaptes à la démocratie) ! » 1 .

Du point de vue de la sociologie historique du politique, l’inanité, voire l’infantilisme, de ces commentaires n’ont d’égal que la naïveté de l’enthousiasme qui avait accompagné les « Printemps arabes », au début de l’année 2011. Ayant souligné le caractère pour le moins prématuré de ces emballements dès le lendemain de la « révolution de jasmin » en Tunisie 2 , je me sens aujourd’hui fondé à mettre en garde contre les sophismes de tous les étranges « libéraux » ou « démocrates » et autres « laïcistes » qui cautionnent le coup d’État militaire en Égypte, sous le prétexte hallucinatoire qu’il n’en est pas un, et seraient prêts à en faire autant si l’armée prenait demain le pouvoir en Tunisie ou en Turquie. Manifestement, ceux-ci n’ont rien appris depuis le putsch des généraux algériens, en janvier 1992, et l’horrible guerre civile qui s’en est suivie, bien que la responsabilité directe de la Sécurité militaire dans son déclenchement et sa prolongation soit désormais de notoriété publique.

Nous ne pouvons empêcher ni les intellectuels et les militants du monde arabe d’huiler eux-mêmes les gonds des geôles dans lesquelles ils seront bientôt embastillés, ni leurs homologues occidentaux de faire payer à autrui leurs propres phobies identitaires. Essayons néanmoins d’introduire un peu de raison sociologique dans un débat qui a perdu ses repères.

Peut-on parler d’un « Printemps arabe » ?

Pour intuitive qu’elle fût, l’analogie des soulèvements de 2011 dans le monde arabe avec le « Printemps des peuples » de 1848 faisait sens pour trois raisons  3 . Le rapprochement historique indiquait d’emblée que ledit « Printemps » devait se conjuguer au pluriel bien que l’on en parlât au singulier. D’une situation nationale à l’autre, l’effet d’entraînement était évident, tout comme il l’avait été en Europe, en 1848. Pour autant, chaque cas gardait sa spécificité, tant dans ses origines que dans sa contingence. De même que la révolution de février à Paris n’avait pas grand-chose à voir avec le Risorgimento, la revendication nationale de l’Unité allemande ou le soulèvement de Budapest face à l’absolutisme centralisateur des Habsbourg, tout en se réclamant d’un même Zeitgeist, le renversement de Zine el-Abidine Ben Ali en Tunisie et celui de Hosni Moubarak en Égypte, la rébellion contre la dictature de Mouammar Kadhafi en Libye, la protestation civile contre celle de Bachar el-Assad en Syrie, la contestation de Ali Abdallah Saleh au Yémen, l’occupation de la place de la Perle par les manifestants au Bahreïn, le Mouvement du 20 février au Maroc répondaient à des logiques propres, selon une rythmique régionale.

L’invocation du chronotype de 1848, et singulièrement du cas français, avait également l’avantage de rappeler qu’une révolution politique peut en cacher une autre, en l’occurrence une mobilisation sociale sur laquelle elle surfe et qu’elle ne tarde pas à réprimer une fois qu’elle en a tiré le bénéfice. Le renversement de la monarchie de Juillet, en février, a débouché sur l’écrasement du mouvement ouvrier, en juin, et l’instauration d’une République ultra-conservatrice que supprime finalement son propre président, pour instaurer un Second Empire. Autrement dit, après Février vient Juin… puis Décembre. En Tunisie, c’est bel et bien la question sociale qui a ébranlé le régime de Ben Ali, et l’on ne s’étonnera pas outre mesure que les successeurs de celui-ci n’y aient pas répondu, même s’ils n’ont pas (encore ?) noyé dans le sang les déshérités qui réclament leur dû. En particulier, le bassin minier de Gafsa reste en déshérence, sans que cela semble beaucoup préoccuper Ennahda ni même, chose plus curieuse, la gauche, les « démocrates » et les intellectuels tunisois  4 . Mais que font donc les Adam Michnik et autres Bronislaw Geremek du cru ? En Égypte, le trajet de Février à Décembre a été encore plus rapide.

En troisième et dernier lieu, 1848 a simultanément consacré le triomphe de l’idée nationale, voire de l’État-nation, et celui du capitalisme global. Le « Printemps des Peuples » a démontré qu’il y avait, non pas un jeu à somme nulle, mais une synergie entre l’universalisation de l’un et de l’autre 5 . La leçon demeure valide pour le Moyen-Orient et le Maghreb contemporains. D’une part, l’umma n’a pas d’expression politique notable, sinon sous la forme d’une Organisation de la coopération islamique et d’une Ligue arabe auprès desquelles l’Union européenne fait figure de chœur grégorien. Elle s’est constituée en système régional d’États-nations qu’assument les partis islamistes eux-mêmes, partis nationaux qui ne subvertissent nullement le cadre étatique dont ils entendent prendre le contrôle et qui sont parfois les héritiers les plus zélés du nationalisme, à l’instar du Hezbollah libanais, vainqueur de Tsahal, ou du Hamas palestinien, seule vraie force de résistance à l’occupation israélienne. La trajectoire de la révolution iranienne avait déjà démontré que l’État-nation n’est pas soluble dans l’islam. De même, l’indéniable circulation des combattants d’un front à l’autre, la politique de « franchisation » d’Al-Qaida, l’aura idéologique des fondateurs des Frères musulmans et les échanges entre les mouvements qui s’en réclament aujourd’hui, les financements politiques et les livraisons d’armes en provenance du Golfe n’absorbent pas les logiques nationales ou locales qui demeurent irréductibles, ainsi que l’a précisément illustré l’histoire différenciée des Frères musulmans eux-mêmes en Égypte et en Syrie 6 .

D’autre part, la région est entrée dans l’époque néolibérale depuis les années 1980, et les partis islamiques se sont à leur tour réclamés d’un « islam de marché 7 », sur le modèle du Parti de la Justice et du Développement (AKP) turc, comme l’a vite prouvé l’orientation de la politique économique du Parti de la Justice et du Développement (PJD) au Maroc, d’Ennahda en Tunisie et, de manière fugace, des Frères musulmans en Égypte. Cette conjonction de l’idée nationale et de la globalisation capitaliste, sous le couvert de l’islam, est si évidente dans les sociétés arabo-musulmanes contemporaines qu’elle justifie que l’on parle aussi à leur propos de national-libéralisme, plutôt que de néolibéralisme – un national-libéralisme dont Recep Tayyip Erdoğan et Mahmoud Ahmadinejad ont été des hérauts flamboyants 8 .

Cela dit, il faut bien admettre que l’objet des « Printemps arabes » a été construit idéologiquement et politiquement par les acteurs eux-mêmes, par les médias, par les dirigeants occidentaux pris à contre-pied, et accessoirement par nombre de chercheurs qui ont profité de l’effet d’aubaine et se sont engouffrés dans la nouvelle brèche « transitologique », nonobstant leurs désappointements antérieurs et les critiques sévères dont cette approche normative et téléologique avait été la cible depuis les années 1990 9 . À force de vouloir trouver une nouvelle « vague » de démocratisation, les uns et les autres se sont enfermés dans des débats byzantins sur le sexe des « révolutions arabes », sur leur réalité même et sur leur nature, sur leurs « origines » et leurs « causes », en passant par pertes et profits des décennies de travaux historiques ou sociologiques ayant dégagé la futilité de tels questionnements. Ce faisant, on a aplati l’historicité des différentes situations nationales et locales constitutives des « Printemps arabes » en mettant en avant des catégories génériques anhistoriques et asociologiques, telles que la « jeunesse », l’« islam », la « société civile », les « réseaux sociaux ». L’on a aussi introduit une périodisation arbitraire et biaisée. Pourquoi ne pas prendre comme point de départ des « Printemps arabes », ou du moins musulmans, d’autres mouvements populaires, tels que les émeutes algériennes d’octobre 1988, la révolution politique malienne de mars 1991, l’élection de Mohammad Khatami à la présidence de la République islamique d’Iran en 1997, ou la Reformasi indonésienne en 1998, sinon pour rester fidèle à un imaginaire orientaliste de l’arabité, pour ménager la susceptibilité sourcilleuse d’un grand voisin du Sud dont on craint les colères intéressées, et pour ne pas franchir les bornes du sécuritairement correct ?

Au fond, c’est le qualificatif « arabe » qui pose problème, plutôt que l’idée d’un « Printemps », et plus encore le monstre sémiologique d’un monde supposé « arabo-musulman ». Tous les Arabes ne sont pas musulmans, la majorité des musulmans ne sont pas arabes, et ne vivent pas dans les pays arabes que des Arabes, mais aussi des Berbères, des Kurdes, des juifs, des Arméniens, des chrétiens d’origine européenne et, de plus en plus, des migrants venus de tous les horizons. La question, au demeurant, est moins ethnique ou religieuse que méthodologique. Parlons-nous, à propos de la démocratie ou du capitalisme dans cette région du monde, de l’islam ? Ou d’une historicité particulière irréductible à celle, déjà complexe, de cette seule religion ? Ou encore de structures sociales potentiellement contradictoires avec ce monothéisme universaliste, telles que le principe de segmentarité sur lequel insistait Ernest Gellner et dans lequel il voyait l’un des fondements de l’islam confrérique des saints, en tension avec la religion orthodoxe et savante des ulémas ?

En tout cas, ce serait de la bien mauvaise sociologie historique du politique que de ne pas situer les événements de 2011 dans la continuité de mobilisations antérieures – quitte à relativiser le rôle des « réseaux sociaux » dans le déclenchement de la contestation – et de ne pas mettre en exergue de longues luttes sociales, politiques ou civiques qui attestaient une vieille tradition de militantisme : par exemple, les grèves du bassin minier de Gafsa, en Tunisie, en 2008 ; les émeutes de la faim qui ont freiné la libéralisation économique dans les années 1970-1980, non sans être réprimées dans le sang, en Tunisie, en Égypte et au Maroc ; les mouvements civiques tels que la Campagne pour un million de signatures contre les discriminations à l’encontre des femmes en Iran, depuis 2003, le Mouvement vert de protestation contre la fraude électorale, dans ce même pays, en 2009, ou le « Printemps de Beyrouth », en 2005, après l’assassinat du Premier ministre Hariri.

La question n’est pas seulement d’ordre académique. Elle est politique et d’une brûlante actualité : en Tunisie, le décret 97 de 2011 a défini la période révolutionnaire, ouvrant droit à une indemnisation des victimes de la répression policière, comme allant du 17 décembre 2010 au 14 janvier 2011, et il en exclut donc les militants ou les jeunes du bassin minier de Gafsa qui ont subi les foudres du régime à la suite de la grève de 2008  10 ; la mobilisation de ces derniers a conduit les autorités à accorder aux manifestants qui avaient été blessés au cours de ces événements des compensations monétaires du même ordre, mais de façon discrétionnaire, en dehors de tout cadre juridique, ce qui est de nature à entraîner des contentieux à l’initiative des « martyrs » de la grève générale de 1978 ou des émeutes du pain de 1984.

Plus fondamentalement encore, les « Printemps arabes » ont pu s’inscrire dans la lignée du nationalisme radical des années 1950 – par exemple dans celle du youssefisme en Tunisie, singulièrement dans une ville comme Jendouba −, du réformisme islamique du xixe siècle, et notamment du « moment moderne  11 » de l’islam – dont procèdent très directement les Frères musulmans égyptiens, et plus largement l’idée même d’un « État civil » (madani) que l’on doit au réformateur Muhammad Abduh et que reprennent la plupart des partis islamiques contemporains – ou encore d’histoires locales, comme celles du particularisme de la ville de Gafsa ou de la révolte des djebels Chambi à Kasserine, au début du xxe siècle, en Tunisie.

Les « Printemps arabes » ont moins ponctué un « changement » politique, de type linéaire, qu’ils n’ont condensé des « transformations » de divers ordres, transformations complexes que seule leur historicité propre, d’une situation à l’autre, rend intelligibles 12 . Ils ont participé d’un même moment, à l’aune régionale, d’une même « situation générationnelle 13 » aussi, que caractérisent, peu ou prou, et entre autres facteurs, la grandeur et la décadence de l’autoritarisme, la transition démographique, la mise en œuvre de politiques publiques d’inspiration néolibérale en substitution du nationalisme économique étatiste. Mais chacun de ces facteurs apparaît sous un jour singulier à l’échelle nationale et se conjugue de manière différente dans les provinces des divers États. Les « situations générationnelles » à l’aune de la sous-région sont également médiatisées par des « groupes concrets » auxquels les solidarités militantes ou la fréquentation des mêmes établissements universitaires peuvent conférer une dimension transnationale, mais qui, derechef, se sont forgés avant tout dans les arcanes de l’histoire nationale et locale, au sein des syndicats, des partis, des confréries, des institutions éducatives ou culturelles, des ciné-clubs, des équipes sportives, des milieux d’affaires. En effet, chaque société dite arabo-musulmane a ses histoires singulières, histoires nationales, histoires de terroir, qui se manifestent sous la forme d’une grande hétérogénéité dans l’organisation des rapports sociaux, de la production et de l’échange économiques, des institutions, et dans leur élaboration imaginaire. Aux antipodes des différentes moutures de l’historicisme, qu’elles soient d’inspiration libérale et « transitologique », marxiste ou culturaliste, il convient de partir de ce principe d’historicité si l’on veut comprendre ce que furent et deviennent les « Printemps arabes », dans leur pluralité et dans leur combinatoire.

Scénarios

En s’en tenant provisoirement à la courte durée des événements qui ont agité cette partie du monde, depuis 2011, plusieurs scénarios se dessinent, que l’on doit envisager en dehors des récits normatifs de la transition ou de la trahison, et qui peuvent au demeurant se succéder ou se chevaucher. Autrement dit, rien n’est joué car l’histoire est contingence, et nul facteur explicatif ne la surdétermine.

Le premier scénario qu’a paru sanctionner le cours des choses, notamment électorales, a été celui de la réponse conservatrice à la mobilisation populaire que les partis islamiques furent en mesure d’apporter, grâce à leur implantation dans la société, à leur invocation de principes islamiques, de nature à combler simultanément les attentes religieuses et l’espérance d’une plus grande justice sociale, au prestige que leur conféraient les années de répression de la part de régimes autoritaires désormais honnis, à l’ampleur des financements dont ils ont bénéficié de la part des pétromonarchies du Golfe, et à leur relative virginité politique14 . Ce n’est pas forcer le raisonnement comparatif que de parler à ce sujet de la reconduction de la « révolution passive » qu’a constituée la captation de l’indépendance par l’establishment social, ou par une petite contre-élite d’origine rurale, et du « transformisme » (trasformismo) qui s’en est suivi, en empruntant le concept aux analyses d’Antonio Gramsci au sujet de l’Italie de la fin du xixe siècle. Les victoires électorales d’Ennahda, en Tunisie, et des Frères musulmans, en Égypte, ont, au mieux, illustré ce scénario en 2011-2013, jusqu’à ces derniers mois, de même que celle du Parti de la Justice et du Développement au Maroc, dans le contexte particulier de la monarchie et de la prééminence de son Makhzen 15 . Cette trajectoire n’a pas été sans précédents. L’encadrement de la colère populaire par le Front islamique du Salut, en Algérie, lors des émeutes d’octobre 1988, à la demande d’une armée débordée par le soulèvement de la jeunesse urbaine et dans les trois années de vrai multipartisme qui ont suivi, la confiscation de la révolution iranienne par la figure tutélaire de l’ayatollah Khomeyni et par le Parti de la République islamique qui se réclamait de lui, la participation à la Reformasi indonésienne des principales forces politiques ou sociales musulmanes après le renversement du général Suharto, au régime duquel elles avaient d’ailleurs été associées, furent écrits de la même encre. Par ailleurs, le modèle plus ou moins explicite des partis islamiques engagés dans ce processus de réponse conservatrice à la mobilisation populaire a été le Parti de la Justice et du Développement en Turquie, bien que son accession au pouvoir par le biais des urnes, en 2002, n’eût rien à voir avec une situation de type révolutionnaire et s’inscrivît dans un contexte social, économique et historique radicalement différent 16 .

La réponse conservatrice que les partis islamiques ont donnée à la crise politique n’entretient pas de relation nécessaire ou exclusive avec la religion musulmane. Dans un ouvrage fondateur, Guy Hermet en a dégagé la logique dans l’Europe du xixe siècle, d’obédience chrétienne. Et de conclure : « Paradoxalement, […] les meilleurs stratèges de la démocratisation ne sont pas toujours les démocrates les plus convaincus, tandis que les fauteurs d’échec de la démocratie se rangent dans nombre de cas parmi ses hérauts les plus zélés » 17 . L’islam est susceptible d’inspirer des engagements révolutionnaires – comme chez les militants des Moudjahidines du Peuple et de Foqan en Iran, qui ont affronté les armes à la main le pouvoir jugé conservateur des khomeynistes – ou une sensibilité réformatrice autoritaire, voire socialisante, que l’on a vue à l’œuvre dans divers courants de la gauche turque. Mais l’essentiel est aujourd’hui ailleurs : dans l’orientation néolibérale des partis islamiques conservateurs contemporains, qu’incarnent au premier chef l’AKP de Recep Tayyip Erdoğan et d’Abdullah Gül et la néoconfrérie (cemaat) de Fethullah Gülen, au point de se définir comme des organisations de « service » (hizmet) – une orientation néolibérale qu’ont à leur tour adoptée Ennahda en Tunisie, les Frères musulmans en Égypte ou le Parti de la Justice et du Développement marocain, et qui véhicule une privatisation du Welfare sur le mode de la « charité », y compris dans le cadre de stratégies électorales et clientélistes 18. Cet « islam de marché » n’a rien de cosmétique. Son expression politique repose sur des transformations profondes du champ religieux qui s’est marchandisé depuis les années 1990, tant dans les domaines de la banque ou de la finance et de l’industrie ou du commerce que dans ceux de l’enseignement, de la prédication, du pèlerinage, non sans s’inspirer de l’évolution du christianisme nord-américain19.

Parvenus au pouvoir, les partis islamiques sont confrontés à trois défis, que seul l’AKP est parvenu jusqu’à preuve du contraire à relever, même si son aura, dans la région comme ailleurs, a pâti des manifestations de Gezi et de leur répression, en juin 2013, et de l’énorme scandale dit du 17 décembre (2013), qui a consommé le divorce entre la néoconfrérie de Fethullah Gülen et Recep Tayyip Erdoğan20 : assurer la croissance économique susceptible d’améliorer le niveau de vie des masses populaires, au prix d’une révision drastique du modèle antérieur de développement ; garder le contrôle de l’expression politique de l’islam ; affirmer sa domination politique dans le cadre du parlementarisme, en évitant un antagonisme paroxystique avec les forces laïcistes parties prenantes ou opposantes des régimes autoritaires antérieurs. En Égypte et en Tunisie, les partis islamiques parvenus au pouvoir n’ont pu éviter la scission des salafistes et n’ont pas fait la preuve de leur compétence économique. En outre, les Frères musulmans ont perdu la mise politique, et Ennahda est sous la double pression de l’opposition de gauche et des nostalgiques de l’ancien régime.

En effet, l’arrivée au pouvoir des partis islamiques par la voie des urnes ne s’inscrit pas seulement dans un contexte de tentative de sortie de l’autoritarisme, mais également dans celui d’un Kulturkampf entre religieux et sécularistes. Si démocratisation « pactée » il doit y avoir, de type brésilien, argentin ou chilien, celle-ci devra trouver un compromis entre le parti de Dieu et le « parti de la bière », comme l’on dit à Gafsa, en même temps qu’entre les démocrates et les tenants de l’ancien régime. Telle est l’une des spécificités de l’ainsi nommée « transition » en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Elle appelle un jeu triangulaire, voire rectangulaire, entre Allah, Bacchus, l’autoritarisme et la démocratie, plutôt qu’un chemin linéaire de la dictature à la liberté.

Cela n’est pas gagné d’avance à en juger par l’alacrité de la confrontation entre Ennahda et l’opposition de gauche, en Tunisie. Mais pas non plus perdu d’avance, car les familles, d’une part, les gouvernements de coalition ou les manifestations populaires, de l’autre, sont des lieux d’accommodements réciproques, singulièrement au Maroc. L’exemple de la Turquie, de 2002 à 2014, montre que le rapport de l’islam parlementaire à la démocratie ou aux libertés publiques n’est ni statique ni à somme nulle. Il est bien plutôt évolutif et contingent, une partie de l’intelligentsia libérale étant passée du soutien critique au gouvernement AKP, jusqu’en 2010, à sa contestation, au fur et à mesure que le Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan renouait avec le populisme d’un Adnan Menderes dans les années 1950. En revanche, rappelons-le sans relâche, l’idéologie et le style de vie sécularisé ou laïciste ont cautionné l’autoritarisme et ont été des machines à produire de la subalternité sociale, tant en Turquie kémaliste qu’en Irak, en Syrie, en Iran, en Égypte ou dans les pays du Maghreb.

Le second scénario est celui de la « restauration autoritaire 21 », dont la région a déjà fait l’expérience, en Algérie avec le coup d’État militaire de janvier 1992 et en Tunisie avec la répression sans merci des islamistes et des démocrates après une brève phase de libéralisation postbourguibienne (1987-1989). C’est ce cours qui est en passe de triompher en Égypte, quoi qu’en disent les intellectuels laïcistes en arguant du rejet des Frères musulmans par « le Peuple 22 » – notion asociologique s’il en est – et en oubliant que, démocratiquement parlant, des manifestations de rue ne peuvent effacer la légitimité conférée par plusieurs élections successives, même lorsque le nombre des protestataires est gonflé au gré d’évaluations fantaisistes et physiquement invraisemblables. Au-delà des égarements idéologiques, l’important a trait à la détermination de l’armée et des fouloul – les privilégiés de l’ancien régime – à préserver leur empire économique par l’intermédiaire d’un fondé de pouvoir, en conduisant une « stratégie de la tension » sans merci à l’encontre des Frères musulmans avec l’appui des salafistes du parti Al-Nour, grâce au soutien financier de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis, et à la faveur de la pusillanimité des États-Unis, dont la politique régionale ne débute que là où s’arrête celle d’Israël 23 .

Les regards se tournent maintenant vers la Tunisie, où Ennahda a dû accepter la formation d’un gouvernement apartisan de coalition, en janvier 2014. Les intérêts constitués autour de Ben Ali n’ont jamais baissé les bras, au point d’avoir fomenté la révolution de palais du 14 janvier 2011 dans l’espoir de désamorcer la pression de la rue. Le parti Nidaa Tounes est leur principal porte-voix, ce qui n’exclut pas qu’une partie des cadres de l’ancien régime aient rejoint Ennahda (et certains « démocrates », dont d’anciens communistes du parti Ettajdid, Nidaa Tounes). De son côté, Ennahda – en tout cas, sa composante gouvernementale −, qui dans un premier temps a frayé avec la mouvance salafiste en lui témoignant une certaine indulgence paternaliste et en mettant ses excès sur le compte de la jeunesse, a fini par la réprimer, sans néanmoins couper tous les ponts avec elle, comme tendent à le prouver diverses révélations sur les circonstances des assassinats politiques de 2013. Dans ces conditions, l’on peut s’étonner que la plupart des observateurs et des acteurs politiques prennent pour argent comptant la thèse de la responsabilité d’Ennahda dans ces meurtres, bien qu’ils soient en peine d’expliquer l’avantage que le parti islamique est supposé en tirer. En bonne analyse politique, ne peut être écartée d’un revers de main l’hypothèse selon laquelle l’« État profond » tunisien arme les tueurs pour attiser la fureur des laïcistes et déstabiliser le gouvernement. En outre, l’incapacité de l’armée algérienne à contrôler sa frontière avec la Tunisie pour endiguer les trafics d’essence, de faux billets et de drogue qui la déstabilisent et juguler les maquis islamistes des environs de Kasserine, du Keff et de Jendouba est intrigante 24  .

Les « Printemps arabes » ont également donné lieu à un troisième scénario, celui de la modernisation conservatrice, qui pousse des monarchies à tout changer pour que « tout reste tel que c’est », ainsi que le prônait Tancredi dans Le Guépard de Tomasi di Lampedusa 25 . C’est cette voie qu’avait empruntée le Maroc, Oman ou la Jordanie dès les années 1980-1990, et qu’ont reprise avec brio Mohammed VI et son Makhzen, en 2011, en faisant adopter une nouvelle Constitution et en acceptant la victoire électorale du Parti de la Justice et du Développement pour couper l’herbe sous les pieds du Mouvement du 20 février. Le statut royal de Commandeur des croyants, « tradition » qu’avaient « inventée » des constitutionnalistes français à l’avantage de Hassan II, s’en est trouvé parachevé, et avec lui la centralisation de l’État, puisque la charte fondamentale confère désormais au monarque le monopole du pouvoir religieux 26 . Cela ne signifie naturellement pas qu’il faille prendre au pied de la lettre le souhait de Tancredi et de ses homologues de la région. Singulièrement au Maroc, le scénario de la modernisation conservatrice, bien loin de figer les choses, ouvre de nouvelles opportunités aux transformations sociales et politiques, dont il n’est toutefois pas certain que les partis sachent s’en saisir pour tirer profit de la Constitution de 2011 27 .

Mais le scénario qui marque le plus les esprits, et dont les conséquences seront les plus lourdes, est celui de la guerre civile qui a embrasé la Syrie, après plusieurs mois de contestation pacifique, et avant même la Libye, où l’opposition à Kadhafi s’est armée pour résister à la répression. Aucun de ces deux pays n’est à l’heure actuelle sorti du cauchemar, dont il faut mesurer l’irréversibilité, même si la région a une longue expérience des pactes politiques entre des forces radicalement antagonistes, comme en Tunisie (1857 et 1988), en Jordanie (1989 et 1993), au Liban (1943 et 1989).

Tout d’abord, les guerres dites civiles débordent vite les frontières des États qu’elles déchirent. Elles s’internationalisent, provoquent des exodes de populations, intensifient les trafics d’arme et les flux financiers interétatiques ou transnationaux, déstabilisent les équilibres régionaux. Le cas de la Libye est paradigmatique : la Tunisie, le Sahel continuent d’en subir de plein fouet les effets collatéraux. Les retombées de la guerre de Syrie menacent d’être plus graves encore, et de déboucher sur un conflit international de première importance. Ensuite, le traumatisme qu’une guerre civile laisse dans la mémoire d’une nation est de longue durée, comme l’atteste sa résurgence en Espagne, en Grèce, et même en Italie si l’on en juge par les polémiques qu’a suscitées la publication du livre Una Guerra civile de l’historien Claudio Pavone, en 1991. Un conflit de cet ordre comporte également un coût économique exorbitant, et engendre des catégories de population spécifiques que le retour à la paix devra prendre en charge d’une manière ou d’une autre : les veuves et les orphelins, ou plus largement toutes les personnes qui ont perdu un être cher dans des conditions souvent atroces ; les criminels de guerre et les tenants de l’ancien régime quand celui-ci est finalement renversé ; les réfugiés et les déplacés, qui ne reviendront pas tous et formeront une diaspora dont les remises pèseront dans l’économie nationale et dans les rapports sociaux ; last but not the least, les combattants, qui pour les uns exigeront le prix de leur courage et de leur victoire, et pour les autres paieront celui de leur défaite. De tous les scénarios des « Printemps arabes », celui de la guerre civile est sans conteste celui qui marquera le plus profondément les sociétés concernées, mais aussi leur environnement. Le précédent de l’Afghanistan mériterait ici d’être médité  28 .

Dans tous ces cas de figure, les « Printemps arabes » ne sauraient être réduits à des types-idéaux désincarnés de type politologique. Ils ponctuent des processus complexes de formation de l’État, dans le contexte tumultueux du démantèlement de l’Empire ottoman, de la constitution d’empires coloniaux sur certaines des provinces de celui-ci et de leur propre dislocation quelques décennies plus tard, de l’effondrement de l’Union soviétique, des conflits régionaux qui ont accompagné ce passage général d’un monde d’empires à un monde d’États-nations. Au cœur de ce processus de formation de l’État, intervient celle de la classe dominante qui en devient la tenante, sous le couvert du nationalisme ou du national-libéralisme. Le rapport que cet État et sa classe dominante entretiennent avec l’idée démocratique n’est qu’un aspect particulier et contingent d’une domination plus ample, tant dans sa temporalité que dans son organisation contemporaine. Si l’on veut mieux comprendre les « Printemps arabes », au-delà des emportements et des passions du moment, il convient de s’interroger sur l’historicité des situations dans lesquelles ils sont survenus, et notamment sur l’économie politique et morale de ces dernières.

Le mythe de l’« exceptionnalisme arabo-musulman »

Le nez sur le guidon de l’actualité, journalistes et chercheurs, dopés à l’idéologie culturaliste, ont longuement glosé sur l’« exception » qu’aurait représentée le monde « arabo-musulman », incapable de se délivrer de l’autoritarisme à un moment où l’Amérique latine, l’Europe centrale et orientale, l’Afrique subsaharienne s’en émancipaient, dans les années 1980-199029. Or, cette thèse a l’inconvénient d’occulter la récurrence de la protestation sociale ou politique, dont, nous l’avons dit, les « Printemps arabes » sont les légataires 30 . Ces cinquante dernières années ont été émaillées d’émeutes dites de la faim ou du pain, d’émeutes urbaines, de mouvements étudiants ou lycéens, de mobilisations civiques, de grèves générales ou sectorielles, de campagnes de signatures, et même de manifestations contre la dépréciation de la monnaie nationale, comme au Liban en 1987. Apathiques, fatalistes, les « Arabo-musulmans » ? Cela reste à démontrer, sauf à considérer que la répression sauvage, à balles réelles, qui a prévalu dans les années 1960-1980 – le mois d’août 2013 a prouvé que l’armée égyptienne n’avait pas perdu la main – constitue un motif politiquement illégitime de démobilisation que seule la culture ou la religion explique !

Le raisonnement de la sociologie historique du politique, et son souci de banaliser les sociétés extra-européennes, peuvent nous préserver de ces ratiocinations du Café du Commerce. Admettons d’abord que l’islam n’existe pas du point de vue des sciences sociales 31 . Celui-ci ne représente jamais un facteur explicatif pertinent. En outre, les sociétés dites islamiques sont plurielles. En dehors même de ce fameux monde « arabo-musulman », doivent être pris en considération, dans leur spécificité historique, les Balkans (Albanie, Bosnie, Macédoine), l’Asie antérieure (Turquie, Iran, Afghanistan), l’Asie centrale (de l’Ouzbékistan au Kirghizstan), l’Asie du Sud (Bangladesh, Pakistan, Inde), l’Asie du Sud-Est (Indonésie), l’Afrique subsaharienne (en particulier le Sahel et la côte swahili), et aussi les minorités musulmanes au sein de la plupart des pays à majorité chrétienne, confucéenne, bouddhiste ou autres (à commencer par les pays occidentaux, la Chine, la Birmanie, les Philippines, la Russie).

Si l’on s’en tient au cœur de la terre d’islam, force est de reconnaître un objet politique bien identifié par les chercheurs : la « situation autoritaire »32, susceptible de se reproduire dans la durée sous le couvert de différents régimes, fussent-ils d’apparence démocratique, en tant que système (o sistema, disaient les Brésiliens, à l’époque de la dictature militaire). De prime abord, il est loisible de distinguer deux grandes périodes de celle-ci : sa phase nationaliste, qu’ont incarnée avec superbe Mohammad Mossadegh en Iran, Gamal Abdel Nasser en Égypte, Modibo Keita au Mali, Ahmed Ben Bella et Houari Boumedienne en Algérie, Salah Ben Youssef, Abdelkader Ben Salah et – jusqu’en 1969 – Habib Bourguiba lui-même en Tunisie ; sa phase de libéralisation économique, qu’ont amorcée Anouar el-Sadate en Égypte, Moussa Traore au Mali, Bourguiba – après 1969 – et Ben Ali en Tunisie, Chadli Bendjedid en Algérie, Hachemi Rafsandjani en Iran, par exemple, et qui conduit au moment néolibéral de l’islam, avec Turgut Özal et Recep Tayyip Erdoğan, ou Mahmoud Ahmadinejad, comme têtes de proue, en Turquie et en Iran, respectivement. De la période nationaliste et étatiste à la période néolibérale, la continuité de la domination est patente, même si ses ressorts ont pu changer. Ainsi, l’intervention des institutions multilatérales de Bretton Woods et le rôle des multinationales ont « multilatéralisé » la cooptation des contre-élites potentielles, par l’intermédiaire des organisations non gouvernementales de la « société civile internationale » 33 .

Au sujet de ces situations autoritaires, prises dans leur diachronie, cinq observations peuvent être formulées, qui sont de nature à éclairer le devenir des « Printemps arabes ». En premier lieu, la plupart de ces situations autoritaires, répétons-le, se sont cristallisées lors du passage du monde impérial – y compris celui des empires coloniaux – à un monde d’États-nations, lorsqu’une partie du leadership nationaliste a évincé son aile radicale ou religieuse, ou tout simplement ses compétiteurs. Parmi quelques-uns des épisodes les plus spectaculaires de la captation autoritaire de l’État-nation, citons les procès de 1925-1926 par lesquels Mustapha Kemal s’est débarrassé des survivants politiques du Comité Union et Progrès qui pouvaient se targuer d’une légitimité propre dans la lutte de libération nationale, de l’opposition parlementaire interne au nouveau régime républicain et des autorités religieuses hostiles à ses réformes de sécularisation, à la faveur de l’écrasement de la rébellion kurde de Cheikh Said ; la répression par Nasser, en 1954, des Officiers libres et des Frères musulmans, dont il était lui-même issu et qui avaient contribué à le porter au pouvoir en 1952 ; la liquidation des messalistes et la marginalisation des chefs civils du Front de Libération Nationale en Algérie ; la destruction de l’aile youssefiste du Néo-Destour par Bourguiba, l’assassinat de Ben Youssef lui-même en 1961 et l’arrestation de Ben Salah en 1969 ; la relégation de la gauche et le meurtre de Ben Barka au Maroc.

La situation autoritaire a généralement reproduit l’assignation identitaire de type ethnoconfessionnel dans laquelle le colonisateur avait enfermé certains segments de la population, tantôt pour les cantonner dans leur subalternité, tantôt pour les coopter dans leur système de domination. C’est ainsi que les Libanais furent « parqués dans leurs confessions34 », et que l’Irak reprit à son compte la classification britannique de ses ressortissants sur une base ethnoconfessionnelle. C’est aussi de la sorte que naquirent la « question kabyle » en Algérie, ou celle des Amazigh au Maroc, sans même parler de la « question chrétienne » en Égypte et au Machrek. C’est enfin cette logique que la République kémaliste adopta en Turquie pour parachever économiquement le génocide des Arméniens de 1915, et pour échanger sa minorité grecque avec les turcophones de Grèce, en 1923. Non seulement la région n’est pas sortie de cette ingénierie identitaire dont est également tributaire Israël, mais encore elle est en passe de la réactualiser dans le contexte de la revendication démocratique ou de la restauration autoritaire, processus toujours propices aux problématiques de l’autochtonie politique35, voire au fil de la guerre civile, comme en Syrie et en Irak. Rappelons au passage que les accords de Dayton de 1995 constituent un précédent, puisqu’ils ont construit la « paix » et la « démocratie » en Bosnie par assignation identitaire sur une base ethnoconfessionnelle.

Néanmoins, les conflits identitaires sont une fonction mathématique de la formation de l’État, à l’instar de l’ethnicité en Afrique subsaharienne. Dans le même temps, et au risque de chagriner le lecteur, il faut également se résigner à l’idée que la définition laïque de cet État-nation et la sécularisation « par le haut » de la société ont engendré l’émergence d’un quasi-ethnos, celui des « modernes » éduqués à l’européenne, méprisants à l’encontre de la religion ou en tout cas de sa forme démotique, tournant ostensiblement le dos à la « tradition » (et au peuple), et dont l’idéologie, le souci de « distinction », voire l’arrogance, ont nourri une conception autoritaire du réformisme ou de la révolution constitutive d’une classe dominante « nationale » et réduisant à la subalternité sociale la masse de la population, y compris, à quelques exceptions près, les femmes, longtemps tenues à l’écart de l’école par le colonisateur.

On voit ainsi que l’autoritarisme est né de ce moment précis du passage de l’empire à l’État-nation et qu’il se nourrit de ses idéologies culturalistes. Cas par cas, il est aisé de repérer des « relations génétiques concrètes36 » qui mènent de l’empire à la situation national-autoritaire : la filiation du Comité Union et Progrès à la République kémaliste ; son héritage en Irak, voire en Syrie, par le truchement des anciens officiers de l’armée ottomane ; la concaténation de la modernisation conservatrice de la monarchie chérifienne pendant le Protectorat, sous la houlette de Lyautey, à celle que conduiront l’Istiqlal, puis Hassan II, au Maroc ; la refondation du césaro-papisme ottoman par un colonisateur français refusant d’étendre à l’Algérie le régime de la Séparation institué en métropole par la loi de 1905, et sa reconduite par le FLN, au lendemain de l’indépendance ; l’enchaînement des réformismes islamique, ottoman, colonial et nationaliste en Tunisie ; le poids de la tradition saint-simonienne en Égypte, y compris chez les Frères musulmans ; la mainmise sur le pouvoir et l’économie des élites kolkhoziennes des Républiques d’Asie centrale, fidèles à l’ethnonationalisme stalinien bien après que se fut effondrée l’Union soviétique. Ces « relations génétiques concrètes » ne sont pas exclusives – c’est aussi à leur faveur que se propagent les idées des libertés publiques et des droits de l’Homme – et elles ne peuvent être tenues pour les seules responsables de la cristallisation des situations autoritaires contemporaines, dans la mesure où les péripéties des deux Guerres mondiales, les impératifs de la Guerre froide ou, plus récemment, ceux de la « lutte contre le terrorisme », le complexe de supériorité culturelle des adeptes de la sécularisation les ont également étayées. Pourtant, nous ne pouvons penser l’autoritarisme dans la région si nous l’abstrayons de l’« histoire concrète » du passage de l’empire à l’État-nation, au xxe siècle, et notamment de son rapport aux empires coloniaux.

L’une des manifestations de ce processus, en second lieu, est le caractère asymétrique de la formation de l’État. Cette asymétrie est d’abord d’ordre ethnoconfessionnel, comme nous l’avons déjà souligné, et en l’occurrence l’islam ou l’arabité n’en ont pas le privilège. La Grèce, Israël, la Serbie, la Bulgarie ont pareillement reposé sur des politiques de déclassement politique de leurs minorités, voire de purification ethnoconfessionnelle, que paramètre le culturalisme en tant qu’idéologie majeure de la globalisation. Mais l’asymétrie de la formation de l’État est également de nature territoriale, ce en quoi, derechef, elle ne se distingue en rien des trajectoires qui ont prévalu ailleurs. De même que le Piémont, en Italie, ou la Prusse, en Allemagne, ont été les vecteurs régionaux de l’Unité, la Tripolitaine s’est imposée à la Cyrénaïque en Libye, le Delta à la Haute-Vallée du Nil en Égypte, Tunis et le Sahel aux provinces de l’intérieur en Tunisie, ou encore le Sud au Nord, au Mali. La plupart des conflits qui accompagnent ou que relancent les « Printemps arabes » sont des produits dérivés de cette double asymétrie : la question copte et plus généralement chrétienne, les problèmes kurde et berbère, bien sûr, mais aussi le mécontentement de l’hinterland en Tunisie ou de la Jezirah en Syrie  37 . En outre, la domination que remettent en cause les « Printemps arabes », avec un bonheur inégal, est souvent celle d’une asabiyyah (une faction mue par un esprit de corps, chez Ibn Khaldun) qui se noue autour d’un homme, d’une famille, d’une ville, plutôt que celle d’une classe dominante nationale à proprement parler, même si celle-là sert peu ou prou les intérêts de celle-ci. La Syrie donne une mesure tragique du degré d’autonomie que peut acquérir une telle asabiyya, en l’occurrence celle des Assad, par rapport à la bourgeoisie, en l’espèce sunnite ou chrétienne38.

Ce qui nous amène à une troisième particularité des situations autoritaires de la région. L’exercice du pouvoir y est dédoublé entre des institutions formelles, telles que le parlement, le parti unique ou dominant, voire le chef de l’État lui-même, et des structures occultes ou en retrait qui néanmoins semblent contrôler l’essentiel du jeu. À la limite, le chef de l’État est le simple fondé de pouvoir d’un conseil d’administration auquel il doit rendre des comptes, selon une configuration bien connue des africanistes, et que nous avons déjà évoquée à propos de l’Égypte 39 . Les cas de l’Algérie et de la Syrie sont paradigmatiques, comme l’ont révélé les processus de succession présidentielle. Dans un contexte très différent, on sait la prééminence du Makhzen au Maroc, que n’ont pas remise en cause la nouvelle Constitution, la victoire électorale du PJD en 2011 ou l’ouverture aux partis politiques dans la dernière période du règne de Hassan II. Quant à la République islamique d’Iran, elle est pareillement soumise à des instances aussi confidentielles que compétitives, en dépit de la vigueur de ses institutions représentatives. Les « Printemps arabes » ont sans doute accentué ce dédoublement des structures d’autorité : en incitant l’« État profond » à se faire plus profond encore, le cas échéant dans le cadre d’une « stratégie de la tension » destinée à favoriser la restauration autoritaire ; en étant investis en toute opacité par les pétro-monarchies, dont les ressources financières semblent sans limites ; en pro-pageant le néolibéralisme dont les partenariats publics-privés et les pratiques de sous-traitance dans la gestion des entreprises permettent des montages politiques sur le terrain, aux antipodes de la « transparence » tant vantée par ses thuriféraires, et peuvent être des ressorts de l’autoritarisme, comme l’a illustré dans le bassin minier de Gafsa l’externalisation de certains services de la compagnie de phosphate au bénéfice d’opérateurs appartenant à telle tribu plutôt qu’à d’autres et contrôlant déjà les organismes locaux du parti unique 40 .

Aussi importe-t-il, en quatrième lieu, de nous interroger sur l’économie politique des situations autoritaires, bien au-delà de la thématique éculée et normative de la « corruption » de certaines « mafias » qui a débilité le débat public tout au long des « Printemps arabes41 ». Il s’agit en réalité d’accumulation primitive du capital sous le couvert de régimes dont les tenants « chevauchent » directement, ou par le truchement de leur famille et de leur asabiyya, positions de pouvoir et positions d’accumulation. Configuration classique, à laquelle le capitalisme occidental n’a pas été étranger, tant s’en faut. L’un des enjeux des « Printemps arabes » a alors trait à la capacité des tenants de la situation autoritaire à perpétuer leur emprise sur le monde des affaires en dépit des changements politiques. Un moyen commode d’y parvenir est de ne pas lâcher le morceau, quitte à sacrifier un peu de lest, à l’instar du Parti communiste et de l’armée en Chine, ou de restaurer un pouvoir autoritaire de type policier sous les atours d’un multipartisme de façade, comme l’a fait Vladimir Poutine en Russie. C’est cette voie que paraissent avoir privilégiée les armées égyptienne et algérienne. Telle est également la rationalité de la « situation thermidorienne » en Iran 42 . Mais l’exemple de la Turquie prouve que l’institution militaire peut mettre à profit le néolibéralisme et compenser économiquement les pertes politiques que lui occasionne la démocratisation. Éreintée institutionnellement et judiciairement par l’AKP, l’armée – hormis même le fait qu’elle reste une très grosse propriétaire foncière et immobilière – s’est redéployée industriellement et financièrement depuis les années 1980 grâce à la création de deux fonds extrabudgétaires, le TSKMEV (Fondation Mehmetçik des Forces armées turques) et le SSDF (Fonds de soutien à l’industrie de défense), dans le prolongement du fonds de pension qu’elle avait fondé dès 1961, l’OYAK (Institution d’assistance mutuelle de l’armée), forte de multiples privilèges fiscaux et juridiques, et devenue, à l’intersection des secteurs public et privé, l’une des trois principales holdings du pays, avec les groupes Koç et Sabancı 43 .

En bref, les situations autoritaires s’enracinent dans l’histoire. Elles sont suffisamment complexes politiquement et institutionnellement pour que la notion de dictature n’ait pas de vertu autre que polémique. Et leur assise économique va au-delà de la simple prédation « mafieuse ». Aussi ne s’étonnera-t-on pas, en cinquième et dernier lieu, qu’elles disposent d’une véritable assise populaire et qu’elles soient produites « par le bas » autant que par les politiques publiques d’un État supposé omnipotent. La résilience des situations autoritaires ne s’explique pas seulement par leur recours systématique à la coercition, aussi avéré soit-il. Ces régimes ont également procédé par redistribution – en particulier par le biais de subventions publiques aux produits de première nécessité, dont la diminution ou la suppression a toujours été leur pierre d’achoppement −, par l’octroi de crédits bancaires sélectifs, par l’allocation discrétionnaire de devises en cas de contrôle des changes ou de taux de change multiples de la monnaie nationale, par cooptation, et par une surveillance, un contrôle ou une répression économiques qui ont engendré une part de « servitude volontaire 44 ». Ce que l’on nomme de façon normative et polémique la « corruption » n’est rien d’autre qu’une modalité de cette cooptation, dans le contexte d’une économie politique et morale donnée. Or, celle-ci est portée par des institutions sociales ou des représentations culturelles, y compris religieuses, qui ont gardé leur autonomie par rapport à l’État autoritaire. Il est bien une société civile, c’est-à-dire une société dans son rapport à l’État plutôt qu’indépendante de celui-ci – une société civile que ne subsume pas le monde des ONG internationalement reconnues : celle des guildes du bazar, des ulémas, des syndicats que ne sont pas parvenus à complètement mettre au pas des régimes musclés comme ceux de Moubarak et de Ben Ali. Surtout l’État doit composer avec l’ordre de la famille, autre institution sociale sur laquelle son emprise est des plus faibles, y compris dans le cadre d’une République islamique ou dans un contexte révolutionnaire 45 . C’est la raison pour laquelle les interprétations binaires qui mettent l’accent sur le conflit irréductible entre l’« État » (dolat) et la « nation » (mellat) en Iran, ou sur la domination « mamelouk », puis beldi, en Tunisie, sont si trompeuses 46 . Même le mythe de l’« État fort » en Turquie se dissipe désormais. Celui-ci a toujours été en interaction avec la société, et pénétré par ses composantes, au point de voir menacée son intégrité, comme dans la seconde moitié des années 1970 47 . Aujourd’hui, les allégations sur l’entrisme des fethullahci dans la police et la justice ne sont qu’une manifestation de cette vieille réalité. Les États de la région constituent donc une variante de l’« État-rhizome 48 », dont les échanges avec les sociétés ne se ramènent pas à la seule résistance de celles-ci à leur encontre, sur un mode émeutier ou autres, mais à toute une gamme de « transactions collusives 49 » ou de « transactions hégémoniques 50 » auxquelles peuvent d’ailleurs contribuer ou mener les fameuses émeutes de la « rue arabe ». De nombreuses monographies l’ont démontré dans le détail51.

Le problème crucial est alors de faire les parts respectives de l’agency, en tant que capacité d’action des groupes sociaux subordonnés dans le cadre de la domination qui s’exerce sur eux, selon la définition précise qu’en avait donnée Edward Thompson 52  (mais qui a malheureusement été brouillée par son usage abusif), et de la capacité propre de ces mêmes groupes à produire du social, voire du politique, dans des espaces / temps autres que ceux des régimes ou des États. On retrouve là un débat qui a cours dans les études coloniales53. Sur ce plan, les analyses d’Asef Bayat sur l’« empiétement tranquille de l’ordinaire » à l’initiative des subalternes, par exemple sous les formes de l’habitat spontané ou du commerce informel de rue, sont décevantes, en dépit de leur apport informatif 54 . Elles restent prisonnières de la vision simpliste des « armes du faible 55 » chères à James Scott, de la catégorie restrictive de l’agency et d’une conception univoque de la « résistance ». Le concept de « quant à soi », de « sens de soi » (Eigensinn) qu’a proposé Alf Lüdtke dans son « histoire du quotidien » de la classe ouvrière allemande est autrement plus heuristique pour comprendre la formation de l’État dans son intégralité, dans sa complexité et dans son ambivalence56. Il place sous un jour nouveau non seulement la reproduction de la situation autoritaire au fil des décennies, mais aussi le véritable enjeu des « Printemps arabes57 ».

Car de ceux-ci il ne faut pas désespérer, nonobstant la morosité – ou la joie mauvaise – qui règne désormais dans les esprits. Il est bien possible que les processus de restauration autoritaire, le rechapage thermidorien de l’aventure révolutionnaire, la modernisation conservatrice des monarchies ou la poursuite d’une coercition sans merci finissent par reconduire o sistema et les « démocraties sans démocrates ». Mais il est improbable que les événements de ces deux dernières années n’aient pas affecté en profondeur les sociétés et n’aient pas semé les graines d’autres transformations, d’autres ruptures. Tel fut d’ailleurs le cas du Printemps des Peuples, en 1848. Ses effets se firent sentir dans la durée, bien longtemps après que la fumée des canons qui l’ont étouffé dans les différents pays du Vieux Continent, dès 1852, se fut dissipée. En politique comme dans la nature, les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Néanmoins, il est bien rare que les hirondelles ne reviennent pas sur des terres qu’elles ont fréquentées. Une révolution, un soulèvement populaire sont des moments d’enthousiasme, d’espérance, de romantisme dont l’expérience, fût-elle fugace, s’imprime dans la conscience de leurs acteurs et dans la mémoire sociale. Le souci d’historicité ne doit pas se muer en une nouvelle forme d’historicisme qui érigerait le legs du passé en détermination. Il laisse à la contingence sa part, et aux transformations leur possibilité.

Jean-François Bayart (CNRS – Sciences Po − CERI)

Paru dans Politique africaine 1/ 2014 (N° 133), p. 153-175.

Crédit image : Cairo, Graffiti, Tahrir Square, November 2011, par Denis Bocquet, licence Creative Commons by (CC BY 2.0)

  1. Cet article a fait l’objet d’une publication précédente, dans une version plus développée : J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Mediapart, 31 octobre 2013, <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/311013/retour-sur-les-printemps-arabes> []
  2. J.-F. Bayart, « Indécences franco-tunisiennes », Mediapart, 17 janvier 2011, <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/170111/indecences-franco-tunisiennes> et « Tunisie : la partie n’est pas jouée », Mediapart, 29 mars 2011, <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/290311/tunisie-la-partie-nest-pas-jouee>. []
  3. Perry Anderson compare également le « Printemps arabe » avec les Guerres de libération de 1810-1825 en Amérique hispanique et avec la chute des régimes du bloc de l’Est en 1989-1991 : « On the Concatenation in the Arab world », New Left Review, n° 68, mars-avril, 2011, p. 5-15. []
  4. Voir B. Hibou (dir.), « Mouvements sociaux : refus de l’économisme et retour au politique », Economia, n° 13, novembre 2011, p. 21-58 et « Le moment révolutionnaire tunisien en question : vers l’oubli du mouvement social ? », Paris, CERI, mai 2011, <http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/art_bh.pdf> ; B. Hibou (en collaboration avec H. Meddeb et M. Hamdi), La Tunisie d’après le 14 janvier et son économie politique et sociale. Les enjeux d’une reconfiguration de la politique européenne, Copenhague, Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme, juin 2011, p. 92. []
  5. J.-F. Bayart, Le Gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris, Fayard, 2004. []
  6. O. Carré et G. Michaud, Les Frères musulmans. Égypte et Syrie (1928-1982), Paris, Gallimard, Julliard, 1983. []
  7. P. Haenni, L’Islam de marché. L’autre révolution conservatrice, Paris, Le Seuil, 2005. []
  8. Sur le concept de national-libéralisme, voir J.-F. Bayart, Le Gouvernement du monde…, op. cit. et Sortir du national-libéralisme. Croquis politiques des années 2005-2012, Paris, Karthala, 2012. []
  9. Pour une discussion sérieuse des « Printemps arabes » dans les termes de la sociologie et de l’économie politiques, voir B. Hibou (dir.), « La Tunisie en révolution ? », Politique africaine, n° 121, mars 2011, p. 5-67 ; M. Bennani-Chraïbi et O. Fillieule (dir.), « Retour sur les situations révolutionnaires arabes », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5-6, octobre 2012, p. 767-939. La Ve Rencontre européenne d’analyse des sociétés politiques (Paris, 2 au 3 février 2012), « Les Printemps arabes : mythe et fictions », a également donné lieu à des échanges très riches : Réseau européen d’analyse des sociétés politiques, <http://www.fasopo.org/reasopo.htm#jr>. []
  10. A. Allal, « Réformes néolibérales, clientélismes et protestations en situation autoritaire. Les mouvements contestataires dans le bassin minier de Gafsa (2008) », Politique africaine, n° 117, mars 2010, p. 107-126. []
  11. N. Picaudou, L’Islam entre religion et idéologie. Essai sur la modernité musulmane, Paris, Gallimard, 2010. []
  12. Sur la distinction entre le « changement » et les « transformations », voir M. Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 224-228. []
  13. K. Mannheim, Le Problème des générations, Paris, Nathan, 1990. []
  14. Voir M. Tozy et B. Hibou, L’Offre islamiste de justice sociale au Maroc et en Tunisie, Paris, Fonds d’analyse des sociétés politiques, multigr, décembre 2012 et novembre 2013, qui démontrent à la fois l’ambivalence, voire les contradictions, de la littérature politico-religieuse en la matière, et l’inanité des politiques menées par les gouvernements issus des événements de 2011 dans ces deux pays. []
  15. Sur le Sonderweg marocain, voir M. Tozy, Monarchie et islam politique, Paris, Presses de Sciences Po, 1999. []
  16. J.-F. Bayart, L’Islam républicain. Ankara, Téhéran, Dakar, Paris, Albin Michel, 2010, chapitre 3. C. Tuğal, Passive Revolution. Absorbing the Islamic Challenge to Capitalism, Stanford, Stanford University Press, 2009, se réfère explicitement à la problématique gramscienne du trasformismo. []
  17. G. Hermet, Aux frontières de la démocratie, Paris, Presses universitaires de France, 1983, p. 207. []
  18. Sur le cas turc, voir A. Buğra, « Poverty and Citizenship : an Overview of Social Policy Environment in Republican Turkey », International Journal of Middle East Studies, n° 39, 2007, p. 33-52 ; sur les cas du Maroc et de la Tunisie, voir M. Tozy et B. Hibou, L’Offre islamiste de justice …, op. cit. []
  19. Voir, outre P. Haenni, L’Islam de marché…, op. cit., Fariba Adelkhah, Être moderne en Iran, Paris, Karthala, 1998 et Les Mille et une frontières de l’Iran. Quand les voyages forment la nation, Paris, Karthala, 2012 ; G. Njoto-Feillard, L’Islam et la réinvention du capitalisme en Indonésie, Paris, Karthala, 2012 ; A. Buğra et O. Savaşkan, « Politics and Class : the Turkish Business Environment in the Neoliberal Age », New Perspectives on Turkey, n° 46, 2012, p. 27-63 ; I. Bono et M. Wazif, Nouvelle visibilité islamique et dynamique du capitalisme contemporain au Maroc, Paris, Fonds d’analyse des sociétés politiques, mai 2010, multigr. []
  20. J.-F. Bayart, « La crise politique en Turquie, une combinatoire complexe », Mediapart, 8 janvier 2014, <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/080114/la-crise-politique-en-turquie-une-combinatoire-complexe> et « La Turquie entre crispation et ouverture », Mediapart, 26 févr ier 2013, <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/260213/la-turquie-entre-crispation-et-ouverture>. []
  21. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique africaine, n° 43, octobre 1991, p. 5-20 et « L’Afrique invisible », Politique internationale, n° 70, hiver 1995-1996, p. 287-300. []
  22. Voir l’interview consternante de M. Hussein [B. Elnadi et A. Rifaat, pseudo], « Ce sont les Frères musulmans qui ont voulu l’affrontement », Libération, 16 août 2013, p. 6-7. []
  23. Sur la « stratégie de la tension » conduite par Ahmad Shafiq, le dernier Premier ministre de Moubarak, et candidat malheureux aux élections présidentielles de juin 2012, à partir des Émirats arabes unis, voir E. Al-Amin, « The Grand Scam : Spinning Egypt’s Military Coup », Counterpunch, 19-21 juillet 2013. []
  24. L’impuissance de l’armée algérienne sur la frontière tunisienne est d’autant plus curieuse qu’elle se montre au même moment beaucoup plus efficace sur la frontière marocaine, si l’on en juge par divers témoignages et reportages : voir par exemple I. Mandraud, « À la frontière entre l’Algérie et le Maroc, la guerre de l’essence est déclarée », Le Monde, 3 octobre 2013. En novembre 2013, le président Moncef Marzouki a évoqué des tentatives de déstabilisation émanant de « partisans de l’ancien régime » et un « veto de puissances arabes qui ne veulent pas que la transition démocratique réussisse en Tunisie » : Le Monde, 7 novembre 2013, p. 3 et Libération, 7 novembre 2013, p. 7. Voir aussi l’enquête de S. Daniel, « La vérité sur les prostituées d’Allah », Le Nouvel Observateur, 7 novembre 2013, p. 10-14, rendant compte d’une campagne de rumeurs dans laquelle seraient impliqués les partisans de Ben Ali et les services secrets algériens. []
  25. T. di Lampedusa (nouvelle traduction par J.-P. Manganaro), Le Guépard, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 2007, p. 32. []
  26. M. Tozy, « Des oulémas frondeurs à la bureaucratie du “croire”. Les péripéties d’une restructuration annoncée du champ religieux au Maroc », in B. Hibou (dir.), La Bureaucratisation néolibérale, Paris, La Découverte, 2013, p. 129-154. []
  27. B. Hibou, « Le Mouvement du 20 février, le Makhzen et l’antipolitique. L’impensé des réformes au Maroc » <http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/art_bh2.pdf> ; M. Tozy, « Islamists, Technocrats and the Palace », Journal of Democracy, vol. 19, n° 1, 2008, p. 34-41. []
  28. F. Adelkhah (dir.), « Guerre et terre en Afghanistan », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n° 133, 2013, p. 19-41. []
  29. Pour une critique de cet éclairage, voir G. Salamé (dir.), Démocraties sans démocrates. Politiques d’ouverture dans le monde arabe et islamique, Paris, Fayard, 1994. []
  30. M. Bennani-Chraïbi et O. Fillieule (dir.), Résistances et protestations dans les sociétés musulmanes, Paris, Presses de Sciences Po, 2003. []
  31. J.-F. Bayart, L’Islam républicain…, op. cit. []
  32. G. Hermet, « Dictature bourgeoise et modernisation conservatrice. Problèmes méthodologiques de l’analyse des situations autoritaires », Revue française de science politique, vol. 25, n° 6, décembre 1975, p. 1029-1061. []
  33. J. Elyachar, Markets of Dispossession. NGOS, Economic Development, and the State in Cairo, Durham, Duke University Press, 2005 et « Finance internationale, micro-crédit et religion de la société civile en Égypte », Critique internationale, n° 13, 2001, p. 138-152. []
  34. E. Rabbath, cité dans G. Salamé (dir.), Démocraties sans démocrates…, op. cit., p. 147. []
  35. J.-F. Bayart, P. Geschiere et F. Nyamnjoh, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, n° 10, 2001, p. 53-70. []
  36. M. Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, coll. « Agora », 1985 [1964], p. 44. []
  37. Voir, sur le cas tunisien, J.-F. Bayart, « La Tunisie vue de l’ouest, ou le trompe-l’œil électoral », Mediapart, 24 octobre 2011, <http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-francois-bayart/241011/la-tunisie-vue-de-louest-ou-le-trompe-lœil-electoral> ; B. Hibou (en collaboration avec J.-F. Bayart et H. Meddeb), La Révolution tunisienne vue des régions. Néolibéralisme et trajectoire de la formation asymétrique de l’État tunisien, Paris, Fonds d’analyse des sociétés politiques, décembre 2011, multigr. []
  38. M. Seurat, L’État de barbarie, Paris, Le Seuil, 1989. []
  39. J.-F. Bayart, B. Hibou, S. Ellis, The Criminalisation of the State in Africa, Oxford, James Currey, 1998 ; 40. B. Hibou, « Tunisie. Économie politique et morale d’un mouvement social », Politique africaine, n° 121, mars 2011, p. 5-22. Voir aussi, sur le « quatrième secteur » dans l’Iran contemporain, F. Adelkhah, Les Mille et une frontières de l’Iran…, op. cit. []
  40. B. Hibou, La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006 et « Le moment révolutionnaire tunisien en question…? », art. cité. []
  41. J.-F. Bayart, L’Islam républicain…, op. cit., chapitre 4. []
  42. J.-F. Bayart, La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, La Découverte, 2006 et « Le moment révolutionnaire tunisien en question…? », art. cité. []
  43. G. A. Côrte-réal Pinto, Armée sans frontière. Redéploiement économique du pouvoir militaire dans la Turquie néolibérale, Paris, Institut d’études politiques de Paris, 2012, multigr. []
  44. B. Hibou, La Force de l’obéissance…, op. cit., et Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011. []
  45. F. Adelkhah, Être moderne en Iran, op. cit., et La Révolution sous le voile. Femmes islamiques d’Iran, Paris, Karthala, 1991. []
  46. F. Adelkhah, Être moderne en Iran, op. cit. et Les Mille et une frontières de l’Iran…, op. cit. ; J. Elyachar, Markets of Dispossession…, op. cit. ; P. Haenni, L’Ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, Paris, Karthala, 2005 ; D. Singerman, Avenues of Participation. Family, Politics, and Networks in Urban Quarters of Cairo, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; A. Bayat, Street Politics. Poor Peoples Movements in Iran, New York, Columbia University Press, 1997 ; B. Hibou, La Force de l’obéissance…, op. cit. ; H. Meddeb, Courir ou mourir. Course à el khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, Paris, Institut d’études politiques de Paris, 2012, multigr., <http://www.fasopo.org/reasopo/jr/th_meddeb.pdf> et « L’ambivalence de la “course à el khobza”. Obéir et se révolter en Tunisie », Politique africaine, n° 121, 2011, p. 35-52 ; I. Bono, « Le “phénomène participatif” au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes », Les Études du CERI, n° 166, juin 2010 et « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les “activités génératrices de revenus” à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44 (ainsi que l’ensemble du dossier « Le Maroc de Mohammed VI : mobilisations et action publique » dans ce même numéro). []
  47. B. Gourisse, La Violence politique en Turquie. L’État en jeu (1975-1980), Paris, Karthala, 2014. []
  48. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 [1989]. []
  49. M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1986. []
  50. J.-F. Bayart et R. Bertrand, « De quel «legs colonial» parle-t-on ? », Esprit, décembre 2006, p. 134-160. []
  51. F. Adelkhah, Être moderne en Iran, op. cit. et Les Mille et une frontières de l’Iran…, op. cit. ; J. Elyachar, Markets of Dispossession…, op. cit. ; P. Haenni, L’Ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, Paris, Karthala, 2005 ; D. Singerman, Avenues of Participation. Family, Politics, and Networks in Urban Quarters of Cairo, Princeton, Princeton University Press, 1995 ; A. Bayat, Street Politics. Poor Peoples Movements in Iran, New York, Columbia University Press, 1997 ; B. Hibou, La Force de l’obéissance…, op. cit. ; H. Meddeb, Courir ou mourir. Course à el khobza et domination au quotidien dans la Tunisie de Ben Ali, Paris, Institut d’études politiques de Paris, 2012, multigr., <http://www.fasopo.org/reasopo/jr/th_meddeb.pdf> et « L’ambivalence de la “course à el khobza”. Obéir et se révolter en Tunisie », Politique africaine, n° 121, 2011, p. 35-52 ; I. Bono, « Le “phénomène participatif” au Maroc à travers ses styles d’action et ses normes », Les Études du CERI, n° 166, juin 2010 et « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les “activités génératrices de revenus” à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44 (ainsi que l’ensemble du dossier « Le Maroc de Mohammed VI : mobilisations et action publique » dans ce même numéro). []
  52. E. P. Thompson, The Poverty of Theory and Other Essays, Londres, Monthly Review Press, 1978, p. 280. []
  53. J.-F. Bayart, Les Études postcoloniales. Un carnaval académique, Paris, Karthala, 2010. []
  54. A. Bayat, Life as Politics. How Ordinary People Change the Middle East, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2010. []
  55. J. C. Scott, Weapons of the Weak. Every Day Forms of Peasant Resistance, New Haven, Yale University Press, 1985. []
  56. A. Lüdtke (dir.), Histoire du quotidien, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994 et Des ouvriers dans lAllemagne du xxe siècle. Le quotidien des dictatures, Paris, L’Harmattan, 2000, ainsi que Eigen-Sinn : Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus, Hambourg, Ergebnisse, 1993. []
  57. Voir B. Hibou, « Tunisie. Économie politique et morale d’un mouvement social », art. cité. []

N° 132, décembre 2013 – Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes

couv132Dans la vie sociale comme en politique, peu de choses sont plus fondamentales que ce que nous avons et qui nous sommes : avoir et être, la propriété et la citoyenneté. L’une et l’autre sont intimement liées dans leur constitution. La reconnaissance mutuelle est l’élément central de ces deux concepts. En effet, c’est au travers du processus qui consiste à entériner des revendications de propriété de terres et d’autres ressources ou à reconnaître l’identité politique comme un droit à l’appartenance que l’institution qui produit cette reconnaissance peut acquérir la légitimité et la reconnaissance de son autorité pour le faire. Les luttes pour la propriété et la citoyenneté portent par conséquent autant sur l’étendue et la constitution de l’autorité que sur l’accès aux ressources ou sur l’appartenance. C’est en cela que les notions d’avoir et d’être sont intimement liées au pouvoir. Les articles de ce numéro analysent l’émergence de nouvelles combinatoires de propriété et de citoyenneté dans des villes d’Éthiopie, d’Angola, du Burkina Faso, du Ghana, du Niger et du Bénin et montrent comment elles contribuent à la (re)production de l’État.

Dossier coordonné par Christian Lund

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

SOMMAIRE

DOSSIER

5 – Introduction au thème : Propriété et citoyenneté. Dynamiques de reconnaissance dans l’Afrique des villes
Christian Lund (traduit par Christine Deslaurier)
Résumé / Abstract sur Cairn

27 – La matérialité de la reconnaissance : les mobilisations locales pour la fourniture de services publics à Niamey
Gabriella Körling (traduit par Élodie Escusa)
Résumé / Abstract sur Cairn

49 – « Vamos construir ! » : revendications foncières et géographie du pouvoir à Luanda, Angola
Claudia Gastrow (traduit par Chloé Josse­Durand)
Résumé / Abstract sur Cairn

73 – Propriété, citoyennetés et héritage de l’esclavage au Nord Bénin
Éric Hahonou
Résumé / Abstract sur Cairn

95 – À qui appartient la ville ? Urbanisme néolibéral et propriété dans trois petits centres urbains du Ghana et du Burkina Faso
Mathieu Hilgers
Résumé / Abstract sur Cairn

115 – Entre pouvoir et autorité. Propriété urbaine et production de l’État à Jigjiga, Éthiopie
Rony Emmenegger (traduit par Jean ­Nicolas Bach)
Résumé / Abstract sur Cairn

RECHERCHES

139 – Afrod, le business touareg avec la frontière : nouvelles conditions et nouveaux défis
Ines Kohl (traduit par Armelle Gaulier)
Résumé / Abstract sur Cairn

CONJONCTURE

161 – Somalie, la renaissance manquée
Anna Bruzzone
Résumé / Abstract sur Cairn

LECTURES

175 – Autour d’un livre : Marielle Debos, Le métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 2013, 256 pages.
Résumé / Abstract sur Cairn

197 – La revue des livres

____________________________

Propriété et citoyenneté. Dynamiques de reconnaissance dans l’Afrique des villes, par Christian Lund

intro132Introduction au dossier « Propriété et citoyenneté dans l’Afrique des villes », Politique africaine N° 132.

Porté à l’écran pour la première fois en 1949, Jim comes to Jo’burg 1  a fini par inspirer un véritable genre cinématographique, celui de l’Africain rural rencontrant la ville avec son lot d’occasions et de périls, sa diversité de races, de classes et de croyances, de richesse et de pauvreté, sa kyrielle d’opinions et de droits, de lois, d’illégalité, de violence et d’exclusion. L’hétérogénéité et la densité de ces caractéristiques paraissent bien être les lignes de force de ce qui définit les villes et l’urbanisation. Leur intrication comme leurs dimensions émotives et expérientielles sont souvent saisies par l’art de manière bien plus efficace que ne le ferait la science. Ceci étant, si les représentations artistiques des villes sont souvent si puissantes, c’est que l’espace urbain est la scène privilégiée des contrastes et des dynamiques transformatives, politiques et économiques.

Les villes – depuis les capitales ou les métropoles comme Kinshasa et Harare jusqu’aux localités moins illustres telles Kalalé et Bolgatanga – offrent une foule de débouchés économiques, notamment parce que nombreux sont ceux qui les y poursuivent, contribuant ainsi à les créer. De nouvelles catégories d’employés de services et d’ouvriers spécialisés, mais aussi de professionnels, d’intellectuels et d’administrateurs apparaissent, et l’agglomération démographique elle-même engendre de nouvelles opportunités d’emploi, de commerce et d’enrichissement. Simultanément pourtant, les inégalités sont flagrantes, et l’augmentation du prix de l’espace, de la valeur des biens immobiliers et des opportunités commerciales intensifie la compétition et l’exclusion.

Les villes sont également un espace de formation de nouvelles identités politiques. Les mouvements sécessionnistes ou pour l’indépendance nationale ont fréquemment pris naissance dans les centres urbains, où la présence de jeunes et de travailleurs, ainsi que l’existence de centres d’enseignement supérieur, de syndicats et d’autres formes d’organisation politique ont pu donner de l’élan à une mobilisation pour le changement. La citoyenneté nationale, en particulier, a porté la promesse d’une mise en subordination du patrimoine, de la famille, du genre, de l’ethnicité et d’autres éléments du même ressort. Pourtant, cette promesse n’a jamais été complètement tenue. Au lieu de subjuguer et d’homogénéiser les loyautés affectives, la citoyenneté, la démocratie et la modernité demeurent en réalité en vive compétition avec une variété d’identifications socio­politiques dans les villes. Les habitants enchaînent par conséquent les relations et les connexions, forment des associations, improvisent des cercles sociaux et tentent de gagner de l’argent, leur vie, et de donner un sens à un contexte qu’aucun participant ne peut prétendre connaître parfaitement ou maîtriser vraiment 2 .

La littérature académique sur le développement urbain dans les pays pauvres est variée. Elle comprend à la fois des perspectives apocalyptiques dans lesquelles les relations et les pouvoirs mondiaux ordonnent les conditions du développement urbain, et des analyses plus centrées sur les politiques opérationnelles 3 . Ce champ de recherche a également produit un ensemble de travaux de caractère plus kaléidoscopique, où l’accent est porté sur l’informalité et la multiplicité des contraintes et des possibilités – d’oppression comme d’autonomie 4 .

Notre ambition dans ce dossier n’est ni strictement macro-structurelle ni non plus micro-politique. Nous voudrions plutôt examiner la pluralité et l’épaisseur des relations sociales en milieu urbain telles qu’elles se déploient dans les champs de la propriété et de la citoyenneté et telles qu’elles s’y articulent. Peu de choses sont plus fondamentales dans la vie sociale et politique que ce que nous avons et qui nous sommes : avoir et être. Or, la propriété et la citoyenneté, au sens large, sont sans doute les manifestations les plus évidentes et les plus familières de ces dimensions essentielles. Elles sont, en outre, l’une et l’autre étroitement liées : les prétentions à la propriété sont en partie définies par l’identité sociale et la visibilité politique des personnes, et les revendications de citoyenneté sont quant à elles en partie arbitrées au travers des droits de propriété sur la terre et des revendications à un lieu de vie. En fait, nous suggérons que ce lien dynamique constitue un point d’entrée analytique fort enrichissant pour l’étude du pouvoir dans n’importe quelle société 5 .

Les droits et les pouvoirs publics sont tout particulièrement en jeu dans les milieux urbains en Afrique. Les habitants se rassemblent dans des implantations plus ou moins grandes, ils migrent et s’installent au centre-ville ou dans les périphéries urbaines, et les revendications de propriété et de citoyenneté sont souvent fragiles. Si se déplacer dans les villes affecte les identités des personnes, qui sont vues et « catégorisées » par les autres de différentes manières, en miroir on peut souligner que la ville offre également des possibilités d’ajustements identitaires : des individus peuvent ainsi se construire une nouvelle identité sociale en dissimulant leur origine ou bien en feignant d’appartenir à un autre groupe. Dans son travail sur les femmes entrepreneurs dans la cité naissante de Nairobi, Janet Burja a ainsi montré comment la migration vers la ville avait conféré à ces femmes l’opportunité de se redéfinir elles­ mêmes et de devenir de riches propriétaires foncières, fréquemment par le biais d’une conversion à l’Islam (à cette époque, typiquement une religion urbaine). Elles ont établi de nouvelles relations « parentales » avec d’autres musulmans et sont parvenues à repousser les limites de ce qu’être musulman signifiait d’un point de vue normatif 6 .

Les identités s’affirment en fonction des imaginaires disponibles dans un contexte et une culture politiques donnés. Il peut arriver que des migrants soient identifiés ou étiquetés comme des étrangers disposant de droits moindres et qu’ils se trouvent disqualifiés de différentes manières. Néanmoins, vivre parmi des gens que l’on ne connaît pas très bien semble bel et bien une caractéristique commune de la vie urbaine. Dans la capitale du Kenya par exemple, il est courant d’entendre dire que « personne n’est originaire de Nairobi » 7 . Dans les villes spécialement, aucune institution porteuse d’une autorité publique ne contrôle pleinement la propriété et la citoyenneté ; plutôt, c’est une multitude d’institutions qui rivalisent entre elles à propos de leur compétence et de leur autorité. Par conséquent, ni les droits de propriété et de citoyenneté, ni l’instance qui serait en mesure de les définir et de les faire respecter, ne sont tout à fait établis. « L’élaboration de règles et d’un ordre social et symbolique est une industrie humaine qui n’a d’égal que la manipulation, le contournement, le remodelage, la substitution et la destruction de règles et de symboles dans lesquels les gens semblent presque tout autant engagés 8 . »

La question de l’appartenance s’élabore souvent de manière différente dans les villes et les campagnes. D’abord, parce qu’en ville, les descendants actuels des premiers arrivants ont inéluctablement fini par devenir une minorité. Ensuite, parce que les personnes qui arrivent en ville peuvent, parfois pour la première fois de leur vie, connaître des moments d’anonymat durant lesquels l’importance des identités consacrées est en sursis, jusqu’à ce que de nouvelles identités se dessinent. De ceci découle un certain nombre de conséquences. Cela implique d’abord que les nouveaux citadins disposent de marges de manœuvre pour se redéfinir eux­mêmes et revendiquer des droits au sol et à la participation politique dans des conditions où les restrictions de l’environnement rural sont assouplies (même s’il arrive parfois que certains tentent d’accéder au foncier en manifestant leur affinité ethnique avec « les gens de chez eux », établis dans la ville avant eux). Des terrains peuvent se trouver disponibles selon des modalités qui n’existent pas au village – par le biais d’un achat ou d’une occupation illégale – quand la participation à la vie politique peut être envisageable sous des formes inconcevables chez soi – par exemple « dans la rue 9 ». Cela signifie ensuite aussi que les nouveaux urbains se trouveront parfois engagés dans nombre de nouvelles relations sociopolitiques pour lesquelles ils dépendront de courtiers plus nombreux et différents de ceux qui opèrent dans les zones rurales.

Les relations sociales sont fluides. Elles se reproduisent et se transforment dans le cadre urbain comme dans le contexte rural, mais pas à la même vitesse. La densité des relations sociales plurielles dans les villes et les cités les dote d’une viscosité particulièrement faible : les changements sont rapides, les indéterminations grandes, et les défis aux faits établis nombreux.

Propriété, citoyenneté et autorité publique

La propriété et la citoyenneté sont des expressions omniprésentes dans le discours politique. Toutefois, les variations dans le contenu, dans les dynamiques de reconnaissance et dans la mise en œuvre de ces idiomes défient toute tentative d’homogénéisation et suscitent des malentendus. La propriété et la citoyenneté (de même que « l’État », le « gouvernement » ou le « pouvoir ») sont des concepts qui charrient avec eux un énorme bagage historique, et la simple traduction de ces termes, par exemple entre l’anglais et le français, introduit des points d’incompréhension en raison des divergences de trajectoires historiques. Autant dire dans ces conditions que leur transposition depuis un contexte européo-américain, d’où provient une grande partie de la littérature académique, vers des contextes africains, dans lesquels ces questions ne sont pas moins pertinentes, soulève de bien plus grandes difficultés encore. Un défi particulier de l’emploi de concepts élaborés dans un contexte donné, si l’on veut qu’ils fassent sens dans un autre, est de les appréhender historiquement sans toutefois les transposer de manière téléologique. La solution, à notre avis, n’est pas de nier leur origine historique ou de les purifier de tout contexte afin qu’ils passent pour universels, mais plutôt de les regarder comme des faisceaux de questions heuristiques qui pourront nous donner à voir une cohérence, même approximative, lorsque nous étudions les dynamiques et les luttes historiques, sociales et politiques relatives à ce que nous avons et à qui nous sommes 10 .

La propriété et la citoyenneté sont des principes structurants primordiaux dans toute société, qui engagent des questions comme celle de savoir qui peut avoir des droits, ou encore de quels droits tel ou tel peut disposer. Cependant, l’indéniable pluralisme institutionnel et juridique en Afrique et dans d’autres sociétés postcoloniales nous engage à envisager ceci de manière particulière. Il est clair que pas une seule institution ne peut statuer unilatéralement sur la question de la propriété ou de la citoyenneté. En pratique, aucune institution en tant que telle ne définit et n’applique les droits, ou n’exerce le pouvoir sur ces questions. Ceci a plusieurs implications. Pour commencer, le gouvernement n’est pas l’apanage des institutions légales. Il peut arriver que des institutions (législatives, judiciaires et exécutives) gouvernent effectivement, mais il est mieux indiqué de considérer ceci comme un ensemble de questions empiriques plutôt que comme une donnée préétablie. De même, il nous appartient d’être ouverts à l’éventualité que l’aptitude à gouverner puisse résider dans d’autres institutions que celles du gouvernement légal 11 . En outre, nous soutenons que les luttes de pouvoir pour déterminer les paramètres de la propriété et de la citoyenneté façonnent les différentes institutions et leur confèrent la capacité de définir et de faire respecter les droits. Par conséquent, nous essayons de nous départir des hypothèses faciles selon lesquelles le pouvoir étatique et gouvernemental serait préexistant à de tels droits. Plutôt, nous considérons les revendications de droits comme des manières de développer l’autorité publique et la capacité à gouverner différentes institutions 12 .

Dans une grande partie de la littérature consacrée à la propriété et à la citoyenneté, deux tendances sont communément partagées. L’une privilégie la notion de droits complets ou absolus. L’autre favorise l’idée d’une trajectoire d’évolution aboutissant à cette complétude. Les deux ont tendance à constituer des obstacles à de sérieux travaux empiriques.

Pour ce qui nous concerne, par « propriété » nous entendons davantage que la « propriété privée ». En effet, la propriété est fréquemment – et de manière plutôt sommaire – assimilée à la possession absolue et sans entraves. Pourtant, l’idée de possession en tant « qu’exclusion totale du droit de toute autre personne dans l’univers 13 » est précisément une idée. La possession est toujours restreinte par les droits des autres, ce qui limite l’exercice d’un droit abstrait de propriété absolue. Dès lors, nous concevons la propriété comme une revendication légitimée sur des objets de valeur, sanctionnée par une quelconque forme de pouvoir politique 14 .

Les relations de propriété existent au niveau des lois et des règlements, des normes culturelles et des valeurs sociales. La manière dont les gens acquièrent et protègent leurs droits peut sembler un processus simple. Il s’avère cependant complexe lorsque plusieurs ordres normatifs se trouvent en compétition pour légitimer des revendications concurrentes, et lorsque plusieurs groupes et institutions rivalisent dans la compétence pour régler les différends et établir des normes jurisprudentielles. Le pluralisme est normatif, il est juridique et institutionnel.

Si la terre est souvent le plus patent des objets de propriété, il est néanmoins loin d’être le seul. En Afrique, la revendication de droits de propriété sur des personnes reste significative. Elle a des implications sur les revendications de droits que ces « personnes possédées » peuvent faire valoir et sur leur statut de citoyens (voir l’article d’Éric Hahonou dans ce numéro). Des formes de propriété moins tangibles façonnent également les droits des personnes à la ville. Par exemple, comme le montre Mathieu Hilgers dans ce dossier, la dénomination des lieux en tant que sites patrimoniaux soulève des questions comme celles de savoir qui peut bénéficier d’une telle propriété intellectuelle et comment cela peut se réaliser. Lorsqu’il est question de la terre, c’est souvent en référence, généralement implicite, à une théorie de l’évolution des droits vers une forme de propriété individuelle, absolue, privée et sécurisée.

En aucun cas nous ne nions qu’il existe de puissantes forces qui tentent de privatiser la terre et d’autres types de ressources. Cependant, nous pensons que les luttes et leurs diverses conséquences institutionnelles sont trop importantes pour être balayées comme s’il ne s’agissait que d’un vacarme éphémère. Nous voyons donc dans les villes des acquisitions et des allocations publiques qui s’entrecroisent avec différentes formes de privatisations. Diverses agences gouvernementales, des promoteurs privés, des propriétaires fonciers et des squatters dotés de pouvoirs et de documents variés marchandent le statut d’espaces particuliers à coups de classifications officielles, d’imitations d’actes officiels, de constructions, de présence physique 15 .

En ville, beaucoup de personnes louent leur espace de vie et de travail. Les questions de propriété et de citoyenneté n’en demeurent toutefois pas moins pertinentes. L’accès des personnes aux quartiers et au logement dépend souvent de leur identité sociale et, de même, les droits des propriétaires sont souvent conditionnés par les modalités de location de leurs chambres, maisons ou parcelles, et par l’identité de ceux à qui ils les louent. Par ailleurs, ceux qui sont locataires d’implantations illégales ou informelles auront plus souvent à faire face à des situations précaires que les locataires de terres régularisées 16 . Les contrats de location sont ainsi autant une question d’accès à l’espace qu’une transaction d’achat, et les expulsions ont autant à voir avec une modification des conditions d’occupation des terres que les occupations illégales.

Plusieurs dimensions du contrôle spatial s’imbriquent lorsque l’on parle du foncier. À qui appartient tel espace et qu’est-ce qui appartient à qui sont autant de questions qui articulent le contrôle politique sur le territoire et le contrôle juridique sur la propriété. Ils glissent l’un sur l’autre et deviennent l’un l’autre. Comme le répertoire des revendications est vaste, un large éventail de processus se déploie, dans lequel les habitants s’engagent pour défendre leurs intérêts – depuis les négociations informelles au quotidien jusqu’à des conflits politiques et juridiques à grande échelle. La territorialisation et l’ordonnancement spatial des habitants combinent différentes techniques politiques et juridiques de classification, d’enregistrement et de planification qui ne se contentent pas de structurer l’espace physique, mais qui organisent aussi sa perception sociale et politique. Les stratégies de territorialisation, menées aussi bien par des gouvernements et des organisations que par des individus, autorisent ou interdisent certaines formes d’accès à ou d’utilisation de la terre ; elles régulent certaines formes de mobilité et de transactions ; et, en différenciant les droits des ressources, elles contribuent à la structuration de la citoyenneté (lire Mathieu Hilgers dans le présent dossier).

Nous comprenons aussi la citoyenneté comme quelque chose de plus large que la « citoyenneté nationale formelle ». Si l’on prend au sérieux le pluralisme institutionnel, des droits différents engagent des liens institutionnels différents – dont certains peuvent ne pas s’établir avec le gouvernement officiel. La citoyenneté nationale formelle est souvent décrite comme un plein droit légal, politique et social, acquis au fil de l’histoire 17 . Pourtant, elle n’est qu’une des multiples configurations prises par les identités collectives socialement construites ou par les appartenances de groupe basées sur des critères statutaires comme l’ethnicité, le genre, la religion, la séniorité, la caste, la profession, etc. Ainsi, la citoyenneté peut largement être comprise comme le droit d’avoir des droits 18 . De manière générique, elle désigne une reconnaissance mutuelle et réciproque de catégories de personnes et d’institutions de pouvoir. Un même être humain peut ainsi incarner toute une gamme de subjectivités politiques symbolisant des relations aux institutions auxquelles l’individu est redevable pour tel ou tel statut particulier. Un même être humain est dès lors engagé dans de multiples dynamiques de reconnaissance réciproques.

La citoyenneté décrit l’agencéité (agency) d’une personne et la subjectivité politique qui lui est reconnue. Elle compose la « visibilité » politique et désigne l’institution politique à travers laquelle un individu tire ses droits d’appartenance à telle ou telle communauté. En Afrique, la terre est une ressource à laquelle l’accès n’est pas seulement assuré par l’appartenance à une communauté nationale : la citoyenneté locale et le statut sont souvent tout aussi importants, sinon plus. De même que de multiples ensembles de règles prévalent et que de nombreuses institutions se disputent l’exercice du pouvoir sur l’allocation des droits, dans les sociétés africaines, l’appartenance est stratifiée. Bien que les individus possèdent une nationalité qui leur apporte certains droits, il ne s’agit ni de la forme la plus significative d’appartenance à une communauté politique, ni de la seule source de droits. On peut avoir en commun une nationalité, mais l’idée d’autochtonie ou de citoyenneté locale est souvent invoquée, parallèlement au genre, à la séniorité ou à l’ethnicité par exemple, comme critère d’inclusion ou d’exclusion pour certains espaces et certains droits 19 .
La propriété et la citoyenneté sont donc intimement liées dans leur constitution. Leur essence même est la reconnaissance. Alors que la propriété et la citoyenneté sont essentielles pour la distribution des richesses matérielles et des moyens de subsistance dans la société, c’est en fait la reconnaissance qui les constitue en tant que relations sociopolitiques et juridiques. Les processus de reconnaissance des revendications à la terre ou à d’autres ressources en tant que propriétés, et de l’identité politique en tant que citoyenneté associée à des droits, confèrent en même temps à l’institution qui procure cette reconnaissance la reconnaissance de son pouvoir à le faire. Les luttes pour la propriété et la citoyenneté ont donc autant à voir avec l’étendue et les attributs de l’autorité qu’avec l’accès aux ressources et à l’appartenance. La reconnaissance mutuelle constitue un contrat vertical, si l’on peut dire (n’en déplaise à Rousseau), qui lie la propriété et la citoyenneté à l’autorité politique dans la société. Ce contrat implique aussi l’échange de valeurs matérielles. Contre des droits de propriété reconnus et précieux sur la terre, ou d’autres allocations encore, les gens reconnaissent le pouvoir politique des institutions par le paiement de taxes, sous forme d’argent, de tribut, de travail, d’allégeance ou par d’autres moyens. De tels contrats ne sont pas vraiment volontaires, pas toujours consensuels, ils sont souvent litigieux et toujours voués à la renégociation. Ainsi, ils n’impliquent pas forcément la reconnaissance de la légitimité des conditions contractuelles ; ils articulent tout simplement les notions d’avoir et d’être au pouvoir. Comme les droits et l’autorité publique sont coproduits, l’érosion des uns signifie aussi l’émiettement de l’autre.

Les dynamiques contractuelles verticales et horizontales

La reconnaissance des droits et du pouvoir peut, schématiquement, être perçue comme engageant des dynamiques verticales et horizontales. Par verticalité nous entendons une reconnaissance réciproque entre ceux qui requièrent des droits et les institutions de pouvoir, c’est-à-dire un contrat. Dans l’horizontalité nous comprenons deux aspects : d’une part, les relations entre les différentes institutions d’autorité, incluant la coopération ou la compétition à propos de leurs compétences juridictionnelles ; et d’autre part, les relations établies entre des demandeurs réclamant les mêmes droits. Nous les analyserons successivement en commençant par la dimension verticale.

Les contrats de droits et le pouvoir

Les droits tirent leur origine des revendications qui en sont faites. Ils sont parfois conquis de haute lutte, car ils ne sont pas juste accordés à des personnes par une instance supérieure bienveillante, mais plutôt arrachés au pouvoir. Les revendications sont concrétisées avec plus ou moins de succès, qu’elles soient ou non entérinées par des institutions politiques importantes, et, en conséquence, les droits qui en découlent se consolident et s’enracinent plus ou moins profondément. Le contrat entre droits et autorité n’est donc pas établi une bonne fois pour toutes ; au contraire ses dispositions demeurent sujettes à débat. Il arrive que des droits et des avantages ressortent de normes et de pratiques généralement admises par la société comme légitimes et valables. Il peut s’avérer difficile de repérer de tels liens précis entre droits et institutions dans des situations où règne un consensus tacite, ou dans des cas de forte domination hégémonique. Il semblerait alors que de tels droits « existent », tout simplement. Malgré tout, il semble que parfois ces droits « naturels » soient aussi contestés – par exemple les droits des hommes à contrôler la terre des femmes, ceux des nobles à diriger le travail des esclaves, ceux des premiers occupants à limiter l’implantation des nouveaux venus, ou encore les droits des gouvernements à expulser les squatters. Dans de tels moments de tension, il devient plus aisé d’identifier ceux à qui les personnes sont redevables de leurs droits et, par conséquent, quelles institutions entérinent le sort des défavorisés (femmes, esclaves, derniers venus, occupants illégaux …). Des institutions émergent pour reconduire des contrats anciens et protéger des droits consacrés, tandis que d’autres au contraire les sapent en se montrant sensibles aux demandes de remise en cause des contrats établis. Ainsi, la subjectivité politique ne concerne pas seulement les relations nouées avec les gouvernements officiels, mais encore celles qui se trament avec tout acteur institutionnel en mesure d’octroyer et de garantir le droit de sujets politiques. C’est dans ce mouvement que les dynamiques de propriété et de citoyenneté s’entrelacent.

Quelle institution est susceptible de soutenir quelle demande de droits et, surtout, comment, sont des questions déterminantes. Les droits charriés par la reconnaissance du sujet politique peuvent être limités ou étendus. Ils peuvent s’étendre du mineur légal à la personne dotée d’une personnalité juridique entière, ou du sujet dominé à l’individu émancipé disposant de certaines facultés de participation : même les droits les plus minimes sont des droits. La tension relative entre institutions politiques et sujets politiques varie bien sûr énormément selon les contextes. Elle peut aller de l’assujettissement complet des sujets par des institutions despotiques qui les taxent lourdement, jusqu’à des citoyens demandant des comptes aux organes gouvernementaux. Il s’agit d’un champ conflictuel dans lequel différentes catégories de sujets politiques contestent des positions catégorielles désavantageuses comme celles du genre, de la race, de la caste ou du lignage … Souvent, le but est d’effacer le lien entre ces catégories et les privilèges ou l’infériorité des individus, de manière à ce que les droits ne dépendent plus de ces attributs discrétionnaires. Inversement, les groupes qui tirent avantage de ce type de catégorisations tendent à travailler à leur reproduction 20 . En conséquence les femmes, les gens de basse caste, les esclaves ou encore les nouveaux arrivants se débattront volontiers pour modifier leur contrat afin d’être investis de droits plus complets, alors que les hommes, les membres des hautes sphères sociales, les aristocrates ou encore les primo-arrivants veilleront plutôt à empêcher de tels changements. Le contrôle permanent par les biens nantis et la relative permanence de certains quartiers sont des témoignages de l’inégalité persistante produite par l’entrecroisement des questions de richesse, de pouvoir, d’estime, de séniorité, de genre et d’origine ethnique.

Un individu est redevable auprès d’institutions distinctes pour des droits divers. En retour, différentes entités institutionnelles sont confirmées au travers de ces relations. Dans des sociétés où existent plusieurs institutions concurrentes, des relations multiples sont donc établies, reproduites ou taraudées entre la population et une série d’institutions en parallèle ; aussi le pouvoir de l’une peut­il venir questionner ou au contraire réaffirmer celui d’une autre. Deux individus peuvent par exemple jouir de la même nationalité – voire ils peuvent venir du même village ou vivre dans la même ville – mais leur situation sera différente s’ils sont un homme ou une femme, ou un noble ou un roturier, en d’autres termes selon qu’ils posséderont des caractéristiques plutôt valorisantes ou disqualifiantes. Bien que ces catégories et ces attributs aboutissent à former des groupes ou des collectifs, aucun de ceux-ci n’est indemne de mélanges parce que les critères du groupe et des attributs de valeur culturelle et juridique variés interfèrent les uns avec les autres. Ainsi, les contrats ne sont pas soumis aux seules dynamiques internes. Même si un « contrat de reconnaissance » entre les sujets politiques et l’institution politique est établi, tant bien que mal et au moins temporairement, sa seule reproduction n’assure pas pour autant la stabilité. Le fait que les gens incarnent diverses identités politiques signifie souvent que les droits découlant d’une certaine position interfèrent avec ceux dérivant d’une autre, et à ce titre on peut dire que tous les contrats ne sont pas d’égale importance dans toutes les situations. Par conséquent, de nouvelles revendications émergent au moment où d’autres s’évanouissent, tout comme évoluent aussi les revendications des institutions à l’autorité.

Non seulement la multiplicité des relations crée la disparité et la différence, mais aussi elle fabrique et renforce une inégalité complexe. Lorsque différentes relations se fortifient l’une l’autre, des dynamiques récursives sont en jeu (par exemple être un propriétaire foncier ou un bailleur, et être membre d’une faction politique puissante, d’un groupe ethnique influent ou associé à une confrérie puissante, ou, à l’inverse, être un squatter, un journalier, de bas statut social, et être migrant …). Manifestement, une vaste gamme de combinaisons est possible. Il nous faut donc, pour paraphraser Fraser 21 , explorer les formes de la reconnaissance ou de la méconnaissance qui surgissent lorsque des institutions concurrentes construisent une interaction conformément à certaines normes culturelles et juridiques. Et nous devons aussi accorder une attention particulière aux dynamiques qui font obstacle à l’égalité de participation et excluent certains groupes, comme aux mouvements qui permettent à d’autres groupes de combiner différentes sources institutionnelles de reconnaissance de leurs demandes à leur statut et leur richesse. Dans les villes, spécialement dans celles qui ont englouti les agglomérations rurales et périurbaines, les revendications concurrentes d’accès à la propriété foncière et à la résidence reflètent des modèles anciens ou nouveaux de propriété et de citoyenneté. Bien souvent, des doléances qui se chevauchent sont adressées aux autorités coutumières, anciennes ou récentes, aux bureaux de planification urbaine, aux hommes forts du voisinage ou à d’autres personnes qui, à leur tour, entrent dans des conflits de compétence 22 .

Dans sa contribution à ce dossier, Gabriella Körling montre comment les habitants de Niamey tentent de devenir visibles, c’est-à-dire des citoyens dignes aux yeux de la municipalité. De manière à établir un « contrat » de reconnaissance réciproque, ils agissent en anticipant sur ce que la municipalité s’attendrait à voir de la part de citoyens jugés « convenables ». De manière assez proche, Claudia Gastrow explique que squatter à Luanda est une réaction de frustration face à l’absence d’un gouvernement avec lequel les gens pourraient engager une relation en tant que citoyens. Ces personnes squattent pour avoir un domicile, mais elles le font avec ostentation, de manière à susciter une réaction de reconnaissance de la part du gouvernement. Rony Emennegger, pour sa part, décrit comment l’introduction de la citoyenneté dite ethnique en Éthiopie a ouvert à la population de nouvelles voies pour articuler ses revendications auprès du gouvernement. Les Somali, depuis longtemps « invisibles », sont ainsi devenus des sujets juridiques bien identifiables. Mais cela a également conduit au durcissement des frontières ethniques à l’intérieur du pays. Enfin, une notion de contrat assez subtile est exposée dans l’article de Mathieu Hilgers, où l’on voit des aspirants citadins briguer les ressources matérielles, culturelles et sociales offertes par les villes. Celles-ci peuvent avoir diverses caractéristiques en tant que villes minières, sites touristiques ou centres administratifs par exemple, et Hilgers souligne à quel point ces spécificités jouent sur la manière dont les gens revendiquent leur appartenance.

Les luttes autour des compétences juridictionnelles

Les institutions se font concurrence. Le contrat et la compétition verticale entre les requérants et les autorités se mêlent donc à la concurrence horizon- tale existant entre les différents organes de pouvoir. En fait les institutions (conseils municipaux, mairies, ministère de l’Intérieur, associations de quartier, chefferies …) sont organisées en hiérarchies de pouvoirs, de compétences et de responsabilités formelles, fonctionnelles et structurées qui s’inscrivent dans la constitution ou d’autres textes légaux. Néanmoins, alors que ces relations et ces pouvoirs sont très officiellement consignés dans les législations, les pratiques elles-mêmes s’affranchissent bien souvent du scénario écrit et établissent, concrètement et de manière efficace, les relations de collaboration ou de compétition, de coordination et d’affirmation des compétences. Les relations réelles entre les institutions sont donc toujours « en devenir ». Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas de hiérarchie, qu’il n’existe pas de délimitation des compétences ou de reconnaissance réciproque des pouvoirs. Cela signifie seulement que nous devrions regarder cela comme une dynamique constante : ce sont non seulement les législations officielles, mais aussi le pouvoir et la pratique politiques qui façonnent la définition et la mise en application réelles des revendications comme droits, et qui déterminent les contours effectifs des juridictions et de l’autorité compétente en la matière. La domination coloniale offre à cet égard un bon exemple de politiques mises en place par un « nouveau pouvoir » qui oscillent entre la négation et la réprimande, ou la célébration et la réinvention des chefs traditionnels en tant que dépositaires de pouvoir, et où les dirigeants locaux tentent de se faire une niche au creux de ladite « autorité traditionnelle ».

Ainsi, nous avons affaire à une structure en partie hiérarchique et en partie divisée entre juridictions fonctionnelles distinctes, plutôt qu’à un système de pouvoirs parfaitement imbriqués. Différents ministères, directions régionales et organismes gouvernementaux se disputent un territoire et des compétences sur des questions particulières, que ce soit pour y prétendre (pour le pouvoir, la rentabilité, le prestige …) ou au contraire pour les renier (par exemple pour se soustraire aux reproches et à la responsabilité …). En outre, les institutions coutumières peuvent aussi batailler entre elles, au moment où des agences non gouvernementales comme les ONG ou les organisations internationales de développement peuvent également devenir parties prenantes des rivalités de compétence. Sur le papier, une solution peut être d’en passer par l’arbitrage du gouvernement ou des tribunaux, mais en réalité, dans un contexte local, l’accès à ces organes est souvent limité et difficile pour les gens ordinaires, et d’autres institutions paraissent alors pouvoir exercer une autorité effective sur les problèmes fonciers en question. Par exemple, il peut arriver que les « institutions coutumières » s’efforcent de déterminer qu’une question relève du « coutumier » et dès lors de leurs propres compétences, s’affranchissant ainsi de toute autorité du gouvernement central ou du système judiciaire officiel.

Comme le montre Gabriella Körling dans ce numéro, au sein des nouvelles agglomérations urbaines peuvent émerger de nouveaux pouvoirs par simple effet d’antériorité de leur présence et grâce au sens des affaires que développent certains en allouant des terres à d’autres. Des situations plus spectaculaires peuvent aussi se rencontrer, comme l’explique Rony Emmenegger. Ainsi à Jigjiga, en Éthiopie, les changements du gouvernement local ont ravivé des revendications et des contrats basés sur l’identité et en ont rendu d’autres caducs. Mais on peut aussi observer qu’au sein d’un même organisme légal peuvent exister des mécanismes contradictoires de régulation de la propriété. À propos de la ville de Luanda dans l’après-guerre civile, Claudia Gastrow nous raconte comment une image idéalisée du camp perdant de Savimbi a été forgée par les habitants pour contester la légitimité des politiques du gouvernement actuel. Pendant ce temps, de petites transactions – à proprement parler illégales – sont exécutées et supervisées par des comités de riverains affiliés au gouvernement. Ainsi, même dans ce qui ressemble à un régime de parti unique comme en Angola, des doutes et des incertitudes apparaissent sur ce qu’est le parti, et ce qu’est le gouvernement. Dans certains endroits, des gens ont d’ailleurs l’impression qu’ils sont plutôt sujets du parti que citoyens de droit de la nation. Évidemment, comme le souligne Mathieu Hilgers, la gamme des pouvoirs qui se trouvent en concurrence reflète la taille et les caractéristiques socio-économiques des villes.

La nature fragmentée de l’autorité sur le foncier et les multiples options concernant l’identité politique des individus ont donc des répercussions importantes sur les rivalités entre ceux qui réclament des droits. Cela implique des luttes autour des droits, des identités et des catégories, et cela suppose des stratégies de légitimation, de visibilité et, parfois, de violence. Voyons maintenant ce qui conditionne ces luttes et comment celles­ci influent sur la définition des catégories sociales.

Les rivalités entre requérants, ou comment s’établissent des contrats en situation de concurrence juridictionnelle

La question de savoir qui peut acquérir, posséder et négocier la propriété engage aussi des questions de citoyenneté, à partir du moment où la collaboration avec les institutions s’opère très souvent selon des lignes de démarcation ethniques, genrées, professionnelles et générationnelles, ainsi que sur des écarts de classe et de richesse. Les individus et les groupes travaillent à forger, maintenir, minimiser ou déconstruire leurs propres catégories d’appartenance, mais en l’occurrence pas selon leur propres critères de choix. Des catégories comme celles d’initiés et d’outsiders, de nobles et de roturiers, d’hommes et de femmes, de bons croyants et d’infidèles, d’ethniques­ci et d’ethniques­ça, de vieux et de jeunes, ou d’autres encore, sont importantes pour la légitimation de la population dans ses revendications foncières. De surcroît, les sociétés, les entreprises et les organismes gouvernementaux dotés d’une « personnalité juridique », qui accèdent aux biens et les contrôlent en vertu des textes légaux, font eux aussi partie de la « population » des demandeurs dans la ville. Manifestement, ces attributs s’articulent de manière diverse et complexe – il peut être plus facile pour un chef d’entreprise d’une couleur ethnique particulière d’obtenir du bureau du maire un permis de construire, de louer ou d’acheter, que pour un autre dont les marqueurs identitaires seraient de moindre intérêt 23 .

Ignorer délibérément ou ne pas reconnaître la portée de relations et de contrats multiples conduit facilement à des situations dans lesquelles certains groupes se voient accorder une priorité politique ou analytique. Dans de tels cas, des caractéristiques homogénéisantes telles que l’ethnicité, la nationalité ou la classe sociale, pour ne donner que ces exemples, sont mises en avant pour créer un corps politique visible dont les justifications importent. D’autres éléments de différenciation, comme le genre, la race ou la caste, les croyances ou les convictions, se trouvent alors minimisés ou extraits du tableau bien qu’ils constituent, eux aussi, des marqueurs de l’inclusion ou de l’exclusion.

La fabrication, la reproduction et l’érosion des catégories sont des processus politiques centraux. L’action collective démarre souvent à partir d’un grief ou d’une question spécifiques comme l’accès à la terre, à la vie politique, aux services publics, à la justice, etc. Cependant, souvent aussi, ce type d’action collective se consolide et se reproduit au travers de la catégorisation et de la différenciation des personnes dans des groupes. Ces classifications structurent les idéologies et les aspects juridiques au travers desquels les revendications foncières ou celles d’autres ressources précieuses peuvent légitimement être mises en avant. Bien sûr, les catégorisations sont le produit de processus historiques complexes, plus ou moins longs. Certaines comme la séniorité, le genre ou la caste notamment, datent d’avant la colonisation, alors que d’autres sont plus récentes. Certaines ont été développées à l’époque coloniale, quand les administrations européennes ont établi des tribunaux ayant compétence sur certains groupes de population définis par exemple par leur religion ou leur race. La séparation des populations dans les quartiers selon des critères comme la race, le « stade de civilisation » atteint, l’ethnie, la religion ou le commerce s’est révélée être un travail de Sisyphe pour les pouvoirs coloniaux 24 . En empilant les cartes des droits et privilèges de cette manière, la rivalité et la compétition ont facilement pris une forme communautaire, et la violence a aussi largement suivi ce modèle. Comme le soulignaient Richard Banégas et ses coauteurs dans un précédent dossier de Politique africaine, « la prise de parole est loin d’être antithétique du recours à la violence 25 ». La violence communautaire est ainsi rarement la simple conséquence de la différence de droits ou d’identités politiques ; elle est en réalité alimentée et structurée par des institutions rivalisant dans leur autorité et leur inégalité catégorielle 26 .

Toutes les discriminations n’ont pas une seule source ou un seul responsable facilement identifiables, comme par exemple telle politique officielle ou tel gouvernement. Ou plus exactement, ces différentes paternités peuvent s’estomper au fil du temps. Comme Charles Tilly l’a écrit :

« l’inégalité durable entre les catégories découle de ce que ceux qui contrôlent l’accès aux ressources de valeur et à leur production résolvent les problèmes urgents d’organisation par le biais de distinctions catégorielles. Par inadvertance, ou pour d’autres raisons, ils mettent ainsi en place des systèmes d’isolement, d’exclusion et de contrôle social. Plusieurs parties – pas toujours puissantes et parfois même victimes d’exploitation – acquièrent alors des intérêts dans ces solutions 27 ».

Certaines discriminations seront éphémères ou de courte durée, rapidement compromises ou rendues hors de propos – au moins pour un moment. D’autres, toutefois, se reproduiront avec efficacité, se durciront ou s’institutionnaliseront, et seront renforcées par la loi, les règlements, la force ou d’autres mesures. Elles pourront devenir habituelles et parfois même essentielles pour tous les acteurs impliqués. Dans ce numéro, Éric Hahonou décrit ainsi comment une citoyenneté inégalitaire – en réalité, la forme la plus extrême d’esclavage – est devenue une base de la norme dominante de la société au nord du Bénin. Cet ordre oppressif classant certains comme des sous-hommes est socialement et politiquement débilitant. Mais le discours hégémonique justifiant le bien-fondé de cette segmentation a été reproduit dans les dynamiques économiques, politiques, juridiques et culturelles. Ainsi, des discriminations comme celle-ci seront plus durables si leur reproduction s’aligne sur des intérêts puissants dans la société – encore qu’elles soient moins permanentes que ce que la société des puissants revendique souvent, comme le montre aussi Hahonou. Les choses peuvent changer.

Fréquemment, les acteurs plus puissants que ceux dont les identités sont en jeu manipulent les identités. La nationalité officielle, couplée à la promesse de droits universels, est souvent conjuguée à une pratique gouvernementale concrète d’objectivation et d’instrumentalisation des identités afin de faire la différence entre les groupes de personnes et leurs droits fonciers. Donc, certaines communautés sont considérées, en bloc, comme appartenant à l’un ou l’autre groupe, et des communautés entières, le plus souvent définies en termes d’ethnicité, peuvent être considérées comme dignes de voir leurs droits reconnus, ou au contraire mériter plus de contrôle ou l’exclusion. L’idée des Bantoustans en Afrique du Sud en est un exemple particulièrement pertinent, mais bien d’autres cas pourraient être mentionnés.

Les organes dirigeants fonctionnent souvent à la fois comme des acteurs revendiquant des droits de propriété vis-à-vis de la population locale et comme des institutions ordonnatrices qui décident de la réponse à apporter à ces questions. Cette instrumentalisation du pouvoir décisionnel est banale dans la mesure où les occasions pour le gouvernement et les fonctionnaires de maximiser la rente sont colossales. Comme l’indique Gabriella Körling, selon les possibilités qui existent de lancer des projets de lotissement, les gouvernements profitent de ce double rôle qui rend précaires les requêtes des résidents les plus faibles. La légitimation des demandes de propriété et d’espace dans la ville varie en fonction de la nature des centres urbains et des manières par lesquelles ils se trouvent connectés aux flux nationaux et mondiaux des capitaux, comme le met en lumière Mathieu Hilgers. Dans cette veine, on observe que l’expulsion violente des occupants « illégaux » ne paraît jamais très lointaine quand les enjeux sont pressants, comme Claudia Gastrow le montre par exemple à propos de Luanda, capitale d’une économie en plein essor. Dans l’Éthiopie d’aujourd’hui, Rony Emmenegger décrit bien comment les demandes de restitution ou de compensation pour les terres perdues durant les régimes précédents doivent être appuyées par des attestations de propriété légale au moment de l’expropriation ou de la spoliation si l’on souhaite se voir accorder une indemnisation. C’est seulement en prouvant qu’un contrat social légitime sur le foncier était alors détenu que les revendications deviennent visibles, et donc audibles. La visibilité est essentielle pour être en mesure de posséder et de disposer des terres, ou même pour exercer une fonction et bénéficier d’une intégrité sociale et politique. La reconnaissance d’un être doué de toutes les facultés et potentialités humaines ne peut jamais être tenue pour acquise, ce qui apparaît très clairement dans l’analyse de la trajectoire récente des Gando au Bénin proposée par Éric Hahonou.

Alors que les « catégories dures », telles que la race ou le genre, permettent de distinguer clairement entre les ayant-droits et les autres – une citoyenneté de distinction pour ainsi dire –, les catégorisations de tous les jours en ville sont surtout affaire de degré et de bricolage. Les projets de contrôle, de fiscalisation, de recensement, de confiscation ou d’expulsion rendent, à juste titre, la population très méfiante à l’encontre du gouvernement 28 . Cependant, pour beaucoup de personnes la triste réalité est, si l’on paraphrase Oscar Wilde, qu’il n’y a qu’une seule chose pire que d’être vu par le gouvernement, c’est de ne pas l’être.

Ainsi, on peut dire que la visibilité est à double tranchant, et les choix comme les stratégies de visibilité ou de maintien dans l’ombre dépendent largement du contexte, des ambitions et des ressources des autorités, ainsi que des options disponibles pour la population. Tout en veillant à éviter certains organismes de gestion gouvernementale, la population déploie simultanément beaucoup d’efforts, d’imagination et de souplesse pour être vue par d’autres. Afin d’être vus – ou d’être reconnus, pour le dire autrement –, les demandeurs improvisent des façons de se présenter eux-mêmes et d’exposer leurs revendications de manière à se rendre visibles auprès de l’institution de pouvoir adéquate. En fait, la population revendique et obtient des droits étape par étape, un pas en avant rendant le suivant possible et plus aisé. Ainsi par exemple, occuper la terre peut permettre à un groupe de gagner en visibilité politique et juridique. Par ailleurs, en formant des « clubs » ou des « associations » avec des « présidents de secteurs », les habitants sont en mesure de résister aux expulsions ou de les éviter et peuvent assurer un accès aux services publics. Une présence avérée peut leur permettre d’obtenir des cartes d’identité par exemple, ou encore des documents comme des cartes de votant, de membres d’associations politiques et culturelles, etc. D’ailleurs, payer pour des services permet aux clients de se procurer des reçus certifiant et légitimant leur résidence. On sou lignera aussi que le fait que des habitants occupent des terres et que parallèlement des institutions gouvernementales tolèrent ou fassent mine d’ignorer l’existence d’un marché foncier, autorise un renforcement progressif des attentes en matière de reconnaissance. Dans le même sens, on notera encore que la formation de comités de santé, de groupements de commerçants ou d’associations de parents d’élèves avant qu’il n’existe un dispensaire, un marché ou une école, permet aux citoyens d’entrer dans l’orbite de certains organes de gouvernance et de faire apparaître l’exercice du pouvoir et la reconnaissance en anticipant sur le « contrat » 29 . Enfin, Körling comme Gastrow montrent dans leurs contributions à ce numéro à quel point l’esthétique des documents, des plans et des dessins est importante pour étayer des revendications et les faire entrer en résonance avec la bienséance de la citoyenneté urbaine.

La consolidation des droits est une tâche difficile. Les droits sont souvent établis par le renforcement progressif des plus petites demandes ayant été concédées et par la reconnaissance graduelle accordée par divers organes de pouvoir, entrant souvent en concurrence, comme les cours judiciaires, les autorités de santé, les administrations territoriales, les régies scolaires, les services d’utilité publique, les services fiscaux, l’état­civil, les ONG, les chefs, les tribunaux de quartier, les milices, les « areas boys », etc. Pourtant, ce sont aussi ces nombreuses instances qui peuvent être à l’origine du blocage de telles revendications ou du démantèlement des droits établis. Ces derniers peuvent facilement s’éroder si l’institution censée les protéger est affaiblie. Ainsi, si quelqu’un détient une terre grâce à la coutume, ses droits pourront se réduire si l’autorité coutumière vient à être marginalisée, et si un propriétaire foncier détient une parcelle à la faveur d’un programme de lotissement municipal, ses droits seront pareillement vidés de toute substance si l’exécution du projet n’a finalement pas lieu.

Diverses combinaisons entre propriété et citoyenneté sont produites dans les contextes urbains, et constamment de nouvelles alliances institutionnelles ayant aptitude à définir et faire respecter les règles de propriété et de citoyenneté apparaissent. Ceci nécessite un effort de recherche spécifique, avec des travaux fondés sur le terrain et des données empiriques, ce qui permettrait d’aller au-delà des théories sur l’État modélisées d’après des idéaux-types a-historiques. L’objet de ce numéro de Politique africaine est donc d’identifier et de res(t)ituer les dynamiques et techniques politiques, sociales et juridiques qui instaurent des rapports de propriété et de citoyenneté et renforcent les différentes instances de la puissance publique, de même que celles qui remettent en cause ou sapent les revendications de droits ou d’autorité.

Notes
  1. Aussi connu sous le titre African Jim, ce moyen métrage (50 mn) a été réalisé par Donald Swanson en 1949 (note de la traductrice). []
  2. F. Cooper (dir.), Struggle for the City. Migrant Labour, Capital and the State in Urban Africa, Beverly Hills, Sage, 1983 ; J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, 1999 ; B. Freund, The African City. Cambridge, Cambridge University Press, 2007 ; J. Holston et A. Appadurai, « Cities and citizenship », Public Culture, n° 8, 1996, p. 187-204 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities. Competing Claims on Urban Spaces, Leiden, Brill, 2009 ; A. Marie (dir.), L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala, 1997 ; C. Young, « Nation, ethnicity, and citizenship. Dilemmas of democracy and civil order in Africa », in S. Dorman, D. Hammett et P. Nugent (dir.), Making Nations, Creating Strangers. States and Citizenship in Africa, Leiden, Brill, 2007, p. 241-264. []
  3. M. Davis, Planet of Slums, Londres, Verso, 2006 ; C. Kessides, The Urban Transition in Sub-Saharan Africa, Washington, The World Bank, Workingpaper, n° 97, 2005. []
  4. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground. Kinshasa’s Future in the Light of Congo’s Spectral Urban Politics », Cultural Anthropology, vol. 26, n° 2, 2011, p. 266-286 ; J. Ferguson, Expectations of Modernity …, op. cit., 1999 ; J. Guyer, « Describing urban “no man’s land” in Africa », Africa, vol. 81, n° 3, 2012, p. 474-492 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit. ; G. Myers, African Cities. Alternative visions of Urban Theory and Practice, Londres, Zed Books, 2011 ; J. Rasmussen, « Inside the System – Outside the Law. Operating the Matatu Sector in Nairobi », Urban Forum, vol. 23, n° 4, 2012, p. 415-432 ; A. Simone, For the City Yet to Come. Changing African Life in Four Cities. Durham, Duke University Press, 2004 ; A. Tostensen, I. Tvedten et M. Vaa (dir.), Associational Life in African Cities. Popular Responses to Urban Crisis, Uppsala, Nordic Africa Institute, 2001. []
  5. S. L. Engeman et J. Metzer (dir.), Land Rights, Ethno-Nationality and Sovereignty in History. Londres, Routledge, 2004 ; J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala, 2010 ; A. Pottage, « The Fabrication of Persons and Things », in A. Pottage et M. Mundy (dir.), Law, Anthropology and the Constitution of the Social. Making Persons and Things, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 1-39 ; M. Strathern, Property, Substance and Effect. Anthropological essays on Persons and Things, Londres, The Athlone Press, 1999. []
  6. J. Burja, « Woman “Entrepreneurs” of Early Nairobi », Revue canadienne des études africaines, vol. 9, n° 2, 1975, p. 213-234. []
  7. Nous tenons à remercier Hannah Elliott qui nous a fourni cet exemple. []
  8. S. F. Moore, Law as Process, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1978, p. 1. []
  9. R. Banégas, F. Brisset-Foucault et A. Cutolo, « Espaces publics de la parole et pratiques de la citoyenneté en Afrique », Politique africaine, n° 127, octobre 2012, p. 5-20 ; F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. []
  10. N. Bobbio, The Age of Rights, Oxford, Polity Press, 1996 ; J. Brewer et S. Staves, « Introduction », in J. Brewer et S. Staves (dir.), Early Modern Conceptions of Property, Londres, Routledge, 1995, p. 1-18 ; C. Neveu, Anthropologie de la citoyenneté, Université de Provence, thèse d’habilitation à diriger des recherches, 2005 ; J.-C. Passeron, Le Raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation. Paris, Albin Michel, 2006 (1re éd. 1991) ; A. Pottage, « The Fabrication of Persons and Things », art. cit. ; M. Somers, Genealogies of Citizenship. Markets, Statelessness and the Right to Have Rights, Cambridge, Cambridge University Press, 2008 ; E. P. Thompson, The Poverty of Theory and other essays, Londres, Merlin Press, 1978. []
  11. Se reporter au travail très inspirant de B. Hibou, « From Privatising the Economy to Privatising the State. An Analysis of the Continual Formation of the State », in B. Hibou (dir.), Privatizing the State, New York, University of Columbia Press, 2004, p. 1-46 ; A. Mbembe, On the Postcolony, Berkeley, University of California Press, 2001 ; T. Mitchell, « The Limits of the State : Beyond Statist Approaches and their Critics », American Political Science Review, vol. 85, n° 1, 1991, p. 77-96 ; P. Nugent, « States and Social Contracts in Africa », New Left Review, n° 63, 2010, p. 35-68 ; C. Tilly, « War Making and State Making as Organized Crime », in P. Evans, D. Rueschemeyer et T. Skocpol (dir.), Bringing the State Back in, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 169-191 ; F. von Benda-Beckmann, « Le Monopole d’État de la violence dans la perspective de l’anthropologie juridique », in É. Le Roy et T. von Trotha (dir.), La Violence et l’État. Formes et évolution d’un monopole, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 35-57. []
  12. Le nombre de termes difficiles à traduire est particulièrement élevé dans cette section. Ailleurs, j’ai utilisé l’expression « qualité d’État » (« state quality ») pour définir la capacité effective de l’État à déterminer et faire respecter les droits. Voir C. Lund, « Property and Citizenship. Conceptually Connecting Land Rights and Belonging in Africa », Africa Spectrum, vol. 46, n° 3, 2011, p. 71-75. []
  13. C. Rose, « Canons of Property Talk, or, Blackstone’s Anxiety », Yale Law Journal, vol. 108, n° 3, 1998, p. 601. []
  14. M. Godelier, The Mental and the Material, Londres, Verso, 1986 ; É. Le Roy, A. Karsenty et A. Bertrand, La Sécurisation foncière en Afrique, Paris, Karthala, 1996 ; C. B. MacPherson, Property, Oxford, Blackwell, 1978 ; C. Rose, Property and Persuasion. Essays on the History, Theory and Rhetoric of Ownership, Boulder, Westview Press, 1994 ; T. Sikor et C. Lund (dir.), Politics of Possession, Londres, Blackwell, 2009. []
  15. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; S. Joireman, Where there is no Government. Enforcing Property Rights in Common Law Africa, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; P. Lavigne Delville, Quelles politiques foncières pour l’Afrique rurale ? Réconcilier pratiques, légitimité et légalité, Paris, Karthala, 1998 ; M. Nielsen, « Inverse Governmentality. The Paradoxical Production of Peri-urban Planning in Maputo, Mozambique », Critique of Anthropology, vol. 31, n° 4, 2011, p. 329-358 ; J.-P. Platteau, « The Evolutionary Theory of Land Rights as Applied to Sub-Saharan Africa. A Critical Assessment », Development and Change, vol. 27, n° 1, 1996, p. 29-86. []
  16. C. Rakodi et T. Lloyd-Jones (dir.), Urban Livelihoods, Londres, Earthscan, 2002. []
  17. A. Honneth, The Struggle for Recognition. The Moral Grammar of Social Conflicts, Cambridge, Polity Press, 1995 ; T. H. Marshall, Citizenship and Social Class, Londres, Pluto Press, 1992. []
  18. H. Arendt, The Origins of Totalitarianism, New York, Harvest, 1979 (1re éd. 1948), p. 296. []
  19. H. Arendt, The Origins of Totalitarianism, New York, Harvest, 1979 (1re éd. 1948), p. 296. []
  20. C. Tilly, Durable Inequality, Berkeley, University of California Press, 1998. []
  21. N. Fraser, « Recognition without Ethics ? », Theory, Culture and Society, vol. 18, n° 2-3, 2001, p. 24. []
  22. R. T. Akinyele, « Contesting for Space in an Urban Centre. The Omo Onile Syndrome in Lagos », in F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit., p. 187-217 ; S. Berry, « Property, Authority and Citizenship. Land Claims, Politics and the Dynamics of Social Division in West Africa », in T. Sikor et C. Lund (dir.), Politics of Possession, op. cit., p. 23-45 ; F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; J.-P. Jacob et P.-Y. Le Meur (dir.), Politique de la terre et de l’appartenance …, op. cit. ; A. K. Onoma, The Politics of Property Rights Institutions in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2010 ; J. Ubink, In the Land of the Chiefs. Customary Law, Land Conflicts and the Role of the State in Peri-Urban Ghana, Leiden, Leiden University Press, 2008. []
  23. J.-P. Chauveau et J.-P. Colin, « Customary Transfers and Land Sales in Côte d’Ivoire. Revisiting the Embeddedness Issue », Africa, vol. 80, n° 1, 2010, p. 81-103. []
  24. L. Benton, Law and Colonial Cultures. Legal Regimes in World History, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 ; M. Chanock, « A Peculiar Sharpness. An Essay on Property in the History of Customary Law in Colonial Africa », Journal of African History, vol. 32, n° 1, 1991, p. 65-88 ; J. Comaroff, « Governmentality, Materiality, Legality, Modernity. On the Colonial State in Africa », in J.-G. Deutsch, P. Probst et H. Schmidt (dir.), African Modernities, Portsmouth, Heinemann, 2002, p. 107-134 ; L. Fourchard, « Dealing with “Strangers”. Allocating Urban Space to Migrants in Nigeria and French West Africa. End of the Nineteenth Century to 1960 », in F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit., p. 187-217 ; M. Mamdani, Citizen and Subject. Contemporary Africa and the Legacy of Late Colonialism, Londres, James Currey, 1996 ; T. Mitchell, Rule of Experts, Berkeley, University of California Press, 2002. []
  25. R. Banégas, F. Brisset-Foucault et A. Cutolo, « Espaces publics de la parole … », art. cit, p. 19. []
  26. A. Jega (dir.), Identity Transformation and Identity Politics under Structural Adjustment in Nigeria, Uppsala, Nordic Africa Institute, 2000 ; S. Jensen, Gangs, Politics and Dignity in Cape Town, Oxford, James Currey, 2008 ; F. Locatelli et P. Nugent (dir.), African Cities …, op. cit. ; C. Lund, Local Politics and the Dynamics of Property in Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. []
  27. C. Tilly, Durable Inequality …, op. cit., p. 7-8. []
  28. J. Scott, « La montagne et la liberté, ou pourquoi les civilisations ne savent pas grimper », Critique internationale, vol. 2, n° 11, 2001, p. 85-104 ; J. Scott, The Art of not Being Governed, New Haven, Yale University Press, 2009. []
  29. F. De Boeck, « Inhabiting the Ocular Ground … », art. cit. ; G. Körling, In the Search of the State. An Ethnography of Public Service Provision in Urban Niger, Uppsala, Uppsala University, 2011 ; M. Nielsen, « Inverse Governmentality … », art. cit. []

Somalie, la renaissance manquée, par Anna Bruzzone

new-president-e1347313568243L’achèvement du processus de transition 1 , durant l’été 2012, a été célébré comme l’acte de naissance d’une Somalie nouvelle. Toutefois, s’il y a bien eu un changement dans la configuration de l’espace politique en Somalie, ainsi que dans l’attitude de la communauté internationale vis-à-vis du gouvernement somalien, il s’agit d’un changement dans la continuité. Le soulagement et l’enthousiasme suscités par l’élection de Hassan Cheikh Mohamoud à la présidence de la Somalie ont progressivement laissé place à un sentiment de désillusion et à des critiques croissantes. Les accusations de corruption au sein du gouvernement somalien se sont multipliées, tout comme les signes d’impatience de la communauté internationale à Nairobi. Après une amélioration temporaire, la sécurité s’est à nouveau détériorée à Mogadiscio. Par ailleurs, la mise en place du fédéralisme – une question qui a atteint son paroxysme à Kismayo – risque de provoquer des conflits claniques et de laisser la porte ouverte à une remontée en puissance du groupe armé islamiste al-Shabaab. En outre, elle pose la question des relations entre le gouvernement somalien et son environnement régional.

Ayant fait de la Somalie une illustration de l’efficacité du « New Deal pour l’engagement dans les États fragiles » 2 , les donateurs occidentaux, sous le leadership du Royaume-Uni et des États-Unis, se sont empressés de montrer que ce pays était enfin sur la bonne voie. Le récit d’une renaissance somalienne s’est substitué à l’image d’une Somalie repère du terrorisme islamiste. Poussée par le besoin d’une histoire à succès, la communauté internationale s’est laissée emporter par son propre discours et a fixé des objectifs très – peut-être trop – ambitieux à l’aune desquels la performance du gouvernement somalien doit être évaluée. Malheureusement, une élection ne suffit pas à elle seule pour qu’un pays change du jour au lendemain.

Cet article cherche à analyser l’impact sur le processus de construction de l’État de quelques paradoxes, à la fois internes et externes, qui caractérisent la Somalie de l’après-transition.

La « société civile » au sommet de l’État : atout ou handicap ?

L’élection de Hassan Cheikh Mohamoud (Hawiye/Abgaal/Wa’isle) 3 , en septembre 2012, a été saluée comme le début d’une nouvelle ère 4 . Ce nouveau président a un parcours atypique par rapport à ses prédécesseurs. Il est issu de la société civile, où il a joué un rôle actif pendant plus de dix ans, et il n’est pas un membre de la diaspora, à l’inverse de la grande majorité des nouvelles élites politiques depuis 2008. Il connaît le monde académique puisqu’il a créé une université privée, le Somali Institute for Management and Development (Simad), en 1999. Il est familier des organisations internationales – avant d’entrer en politique, il a travaillé comme consultant pour le Département pour le développement international du Royaume-Uni (DfID), l’Institut de recherche des Nations unies pour le développement social (Unrisd), la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Son ouverture d’esprit et son dévouement à la cause de la Somalie lui ont permis de gagner la sympathie populaire et de susciter un certain optimisme chez les donateurs occidentaux. Cependant, le fait d’être un outsider présente aussi des inconvénients et a progressivement contribué à son isolement.

Les fonctionnaires et conseillers nommés à la présidence sont issus d’un cercle restreint, composé d’anciens élèves de l’université privée Simad, et de membres ou sympathisants d’une organisation islamique, Dammul Jadiid, « Le Sang Nouveau », scission de l’organisation somalienne des Frères musulmans, al-Islaah. Hassan Cheikh Mohamoud est connu comme étant plus tolérant et ouvert d’esprit que la plupart des membres de Dammul Jadiid, mais la forte représentation de ce groupe au sommet de l’État a contribué à suspecter ce régime de velléités islamistes (qu’il n’a pas à présent) et faire craindre un président qui ne se fierait qu’à une petite coterie issue, pour l’essentiel, du Simad. Ceci d’autant plus que les membres de l’entourage présidentiel ont eu un poids déterminant dans le choix du gouvernement nommé en novembre 2012 – six des dix ministres désignés ont des liens, directs ou indirects, avec le président et ses proches collaborateurs 5 .

Un deuxième facteur a contribué à créer la bulle 6  dans laquelle ces derniers sont enfermés : le fait qu’une grande partie des conseillers à la présidence et des conseillers supérieurs dans les ministères est issue de la diaspora. Ces nouveaux hauts fonctionnaires ont obtenu leurs diplômes à l’étranger, plusieurs d’entre eux étant titulaires d’un doctorat. Toutefois, ce groupe reste coupé de la population à cause d’une longue absence hors du pays et demeure incapable de nouer les liens sociaux qui en feraient des opérateurs politiques agissant en faveur du gouvernement. Cette distance est accrue par le choix du président de privilégier les « petits clans » aux dépens de ceux, plus importants, qui ont joué un rôle essentiel dans la guerre civile. Cette option vise à marquer sa différence avec les précédents leaders et son attachement aux valeurs défendues par la société civile somalienne et les donateurs. Mais elle a un coût politique qui a été sous-estimé par le président somalien.

L’isolement de l’élite gouvernementale souligne aussi la faiblesse de la société civile comme instrument de bonne gouvernance. Évoquer cette notion suppose de voir la société civile comme une catégorie distincte du reste de la société, épurée des profondes divisions, sources potentielles d’instabilité et de conflits, qui caractérisent la société « incivile 7  ». Toutefois, le fait d’exclure de la société civile les groupes sociaux représentant des intérêts conflictuels et potentiellement dangereux présente un inconvénient majeur : il est fort probable que ces groupes, eux-mêmes produit d’une trajectoire historique conflictuelle, ne puissent être tenus à l’écart du champ politique dans lequel, quoi qu’il arrive, ils finiront par faire irruption. L’État n’est pas une bureaucratie, ni une ONG. Bien que Hassan Cheikh Mohamoud ait une certaine expérience dans la gestion des dynamiques sociales somaliennes, les règles du jeu politique sont différentes de celles de la « société civile ». Même s’ils n’ont pas un curriculum vitae aussi rempli que le sien, ses adversaires connaissent, eux, parfaitement ces règles. Ils continuent ainsi de jouer leur rôle aux périphéries de l’État, exploitant la question du fédéralisme pour attaquer le gouvernement.

Quand l’appui international amplifie les contradictions

Hassan Cheikh Mohamoud est confronté à de multiples contradictions. Tout d’abord, il est contraint de travailler dans le cadre des règles de la Constitution provisoire, adoptée au terme d’un processus marqué par de nombreux défauts et irrégularités 8 . Les nouvelles règles constitutionnelles limitent les pouvoirs du président et prévoient la mise en place d’un système fédéral auquel Hassan Cheikh Mohamoud et ses partisans sont opposés. Dammul Jadiid, comme la plupart des factions de l’Islam politique en Somalie, est favorable à une autonomie régionale dans le cadre d’un État unitaire décentralisé, plutôt qu’à un système fédéral 9 . Si la communauté internationale est divisée sur la mise en œuvre du fédéralisme, elle pointe l’incapacité du gouvernement à mettre en pratique son propre programme politique et à sortir de son cantonnement à Mogadiscio.

Deuxièmement, le président doit son principal succès, obtenu au cours de la première année de son mandat, à ses appuis internationaux plutôt qu’à une véritable efficacité sur le terrain. Pour la première fois depuis 1991, les États-Unis et le Fonds monétaire international ont officiellement reconnu le gouvernement somalien. Cette décision, pourtant, a été dictée par l’agenda politique des pays donateurs, davantage que par une action décisive du gouvernement et de son président.

La deuxième Conférence de Londres du 7 mai 2013 – la première eut lieu en février 2012 – illustre bien cette contradiction. Contrairement à sa devancière, elle était organisée conjointement par le Royaume-Uni et par la Somalie, et placée sous le signe de l’appropriation somalienne. Elle s’est conclue par un accord formel sur les objectifs du « New Deal » en faveur des États fragiles. Les participants ont annoncé leur engagement commun à favoriser un dialogue politique inclusif ainsi qu’une transition dirigée par les Somaliens. Cependant, comme l’a très justement observé Dominik Balthasar, le fait que cette Conférence ait mis l’accent sur des objectifs préconçus, plutôt que sur des processus, semble avoir finalement restreint la marge de man œuvre politique du gouvernement somalien 10 .

À Londres, la communauté internationale s’est engagée à poursuivre son soutien à la Somalie, mais à deux conditions : qu’un gouvernement fédéral soit créé, et que des élections démocratiques soient organisées en 2016. La construction de l’État peut être définie comme un « processus dans lequel un ensemble autorisé d’institutions et de systèmes socio-cognitifs est standardisé au sein d’une population résidant sur un territoire géographiquement délimité 11  ». Par conséquent, le fait que le gouvernement somalien soit appelé à atteindre des résultats préétablis, sans disposer de la marge de man œuvre politique nécessaire pour affirmer son autorité, peut difficilement aider la Somalie à « sortir de la fragilité ».

L’approche adoptée par la Conférence de Londres reflète, sans doute, la préoccupation du gouvernement britannique de voir son soutien au président Hassan Cheikh Mohamoud se traduire par des résultats tangibles, mais aussi la volonté du Royaume-Uni, et des donateurs occidentaux généralement, de garder une influence politique en Somalie. Cette approche est ambivalente. D’une part, le discours officiel sur l’appropriation somalienne et le changement de paradigme dans l’engagement de la communauté internationale fixe des objectifs et génère des attentes. D’autre part, cette même approche crée les conditions pour que le gouvernement somalien continue de dépendre de la bonne volonté et des ressources financières des pays donateurs. Le fait que la Conférence de Londres ait négligé l’enjeu de la reconstruction économique, qui constitue pourtant le deuxième des six piliers du programme politique du président Hassan Cheikh Mohamoud, est le reflet de cette ambivalence.

Ce manque d’attention pour l’économie aurait dû être comblé par une autre conférence, dédiée au commerce et à l’investissement en Somalie et organisée le jour suivant par le Foreign Office et le DfID. Toutefois, cet événement s’est révélé une simple vitrine pour un public de non-initiés. Tandis que de nombreuses sociétés de conseil somaliennes et étrangères – essentiellement britanniques et américaines – étaient là en quête d’investisseurs en Somalie, deux autres réunions se tenaient à huis clos. Celles-ci étaient destinées à évaluer les opportunités d’affaires pour les grandes entreprises britanniques et multinationales en Somalie. Dans ce cadre, le président Hassan Cheikh Mohamoud et la ministre des Affaires étrangères, Fawziya Yusuf Haji Adan, ont rencontré des sociétés telles que BP, Shell, Tullow Oil, Soma Oil and Gas 12 , Deloitte, PricewaterhouseCoopers, Barclays Bank et De la Rue Currency 13 . Malgré l’accent mis sur le redressement économique pour renforcer l’État en Somalie, le chemin que le gouvernement britannique et les bailleurs de fonds ont emprunté ne semble pas être celui de la création d’une économie productive « appropriée » par les Somaliens.

L’un des points clé de la Conférence de Londres – l’insistance sur la création d’un État fédéral – est un autre élément qui remet en question l’autorité du gouvernement somalien et polarise de multiples enjeux, aux niveaux local et régional. La mise en œuvre du fédéralisme représente un défi à plusieurs niveaux – clanique, territorial et économique. C’est là une question d’autant plus épineuse que le texte constitutionnel reste assez vague à cet égard. La Constitution provisoire stipule simplement que tout État membre de l’État fédéral doit résulter de la fusion d’au moins deux régions (article 48) et que ses frontières doivent suivre le tracé des frontières des régions administratives existantes avant 1991 (article 49) 14 . Elle déclare également qu’il revient au Parlement de déterminer le nombre et les frontières des États membres de l’État fédéral, selon les recommandations d’une commission nationale ad hoc qui doit être préalablement constituée par le Parlement lui-même, suite à l’adoption d’une loi fixant les paramètres et les critères que ladite commission doit utiliser pour la création des États membres. On le voit, la mise en place du fédéralisme dépend pour beaucoup de la conception que les acteurs politiques s’en font.

La notion de fédéralisme, telle qu’elle est comprise et actée par les élites politiques somaliennes, est fondée sur le principe selon lequel le clan qui est « originaire » d’une région donnée représente « la majorité » de la population dans cette région et a donc le droit de contrôler les ressources et d’exercer le pouvoir sur « son » territoire. Elle met donc hors-jeu les clans jugés non autochtones et laisse ouverte la question de l’identité clanique de certains territoires peuplés de multiples clans. De plus, si l’on considère les déplacements de population massifs qui ont eu lieu pendant la guerre civile, les contestations de la prétendue autochtonie de certains clans et donc de l’identité clanique présumée des territoires en question semblent constituer la norme plus que l’exception dans les régions du Sud de la Somalie. Ainsi, le discours sur l’autochtonie utilisé au fondement du fédéralisme risque de provoquer des conflits claniques. Dans ce cadre, l’ambiguïté du texte constitutionnel sur une question aussi importante que le partage des ressources est une autre source potentielle de tensions. Le président Hassan Cheikh Mohamoud et le gouvernement – fédéral malgré lui – voient également dans le fédéralisme fondé sur le clan le risque d’une balkanisation du pays qui donnerait aux pays voisins une prise sur les affaires somaliennes.

La crise qui a éclaté à Kismayo, après que cette ville a été reprise à al-Shabaab, illustre les contradictions des uns et des autres. L’accord signé fin août 2013 entre Mogadiscio et le chef de l’administration provisoire de Kismayo, Cheikh Ahmed Mohamed Islam Madobe, n’offre pas une solution définitive. Mais il a le mérite de souligner le réalisme du gouvernement, un temps isolé sur la scène régionale et internationale, et sa volonté d’avancer politiquement sans recourir à la guerre.

À Kismayo, les contradictions du fédéralisme éclatent au grand jour

Après la conquête de Kismayo, en septembre 2012, par des troupes de l’armée kenyane 15  et leurs alliés somaliens – la milice Ras Kamboni, commandée par Cheikh Ahmed Mohamed Islam Madobe (Darood/Ogaadeen/Mohamed Zubeir) –, une controverse s’est installée entre le gouvernement somalien et l’administration locale au sujet du partage de compétences entre ces autorités pour gouverner le Jubbaland 16 . Pendant de longs mois, la confrontation entre les deux parties a embourbé le pays dans une impasse. D’un côté, le gouvernement somalien envisage la décentralisation comme un processus en trois phases, où des administrations nommées temporairement par Mogadiscio seraient progressivement remplacées par d’autres sélectionnées localement et ensuite par des administrations régionales élues par la population 17 . De l’autre, Cheikh Ahmed Madobe et sa milice, appuyés par le Kenya et l’Éthiopie sous le parapluie de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (l’IGAD), prônent la création de l’État régional du Jubbaland, institutionnalisant un État de fait. Cette controverse a produit deux conséquences majeures : d’une part, la crise de Kismayo est devenue le principal terrain de confrontation entre le président Hassan Cheikh Mohamoud et ses adversaires ; d’autre part, cette crise a détérioré les relations du gouvernement fédéral somalien avec le Kenya et l’Éthiopie.

La crise de Kismayo a polarisé le champ politique somalien. Elle est devenue le point de ralliement de l’opposition au président. À titre d’exemple, on peut citer le mariage de raison que le président du Puntland, Abderrahman Mohamoud Faroole (Daarood/Majerteen/Issa Mahmoud) et l’ancien président du Parlement, Sharif Hassan Cheikh Aden (Rahanweyn/Adan Mirifle/Ashraaf), ont conclu avec Cheikh Ahmed Madobe. Très déçu par le fait que Hassan Cheikh Mahmoud n’ait pas choisi un Majerteen (c’est-à-dire quelqu’un issu du Puntland) comme Premier ministre, Abderrahman Faroole n’a eu de cesse d’appuyer la création d’un État régional au Jubbaland pour renforcer sa propre légitimité. Souvent cité comme un exemple en faveur du fédéralisme, le Puntland a été parmi les principaux bénéficiaires de la politique à deux voies (« dual-track policy ») du gouvernement américain 18 . Cette politique s’est concrétisée par un appui diplomatique, financier et militaire de la part des États-Unis et d’autres pays occidentaux, désireux de trouver un interlocuteur dans leur lutte contre la piraterie et l’influence croissante des djihadistes. De ce point de vue, le Puntland ne peut pas être considéré comme une preuve de la viabilité du fédéralisme 19 . Quant à Sharif Hassan Cheikh Aden, grande figure politique entre 2004 et 2012, il supporte mal d’avoir été marginalisé sur la scène politique à Mogadiscio. Et il est un ardent défenseur du fédéralisme, prônant la création d’un État à majorité Rahanweyn/Digil Mirifle dans les régions de Bas Shabeelle, Bay et Bakool (cette dernière étant la zone dont il est originaire) 20 .

On écrit « fédéralisme », on lit « clan »

La réactualisation de la problématique du Jubbaland remonte à 2009, lors qu’une élite composée d’« anciens », politiciens et hommes d’affaires Daarood /Ogaadeen, a décidé de créer une zone tampon dans le Sud de la Somalie, avec l’appui de certains membres de l’appareil d’État kenyan – y compris des hommes politiques d’origine somalienne 21 . Le but était d’ouvrir un nouveau front dans la guerre contre al-Shabaab. L’armée et les services de renseignement kenyans, avec l’approbation du ministre somalien de la Défense de l’époque, Mohamed Abdi Mohamed Gandhi (Ogaadeen/Tolomoge) 22 , ont alors commencé à recruter des milices composées de Kenyans d’origine somalienne et de réfugiés somaliens destinés à être envoyées en Somalie dans le cadre de l’« initiative Jubbaland » 23 . Au printemps 2011, des délégués claniques se sont réunis au Kenya pour élire l’ancien ministre somalien Mohamed Abdi Gandhi président de l’État virtuel d’« Azanie ». Ce nom a été choisi pour montrer que ce projet de construction politique était nouveau et ne se limitait pas à la domination d’une seule famille clanique – les Daarood – comme le terme Jubbaland l’évoquait historiquement. Suite à l’intervention kenyane en Somalie, en octobre 2011, des négociations pour la création d’une administration régionale à Kismayo ont débuté à Nairobi, en mai 2012, sous la houlette de l’IGAD. À partir de cette date, toutes les conférences organisées sur le Jubbaland, entre l’automne 2012 et mai 2013, d’abord à Nairobi et ensuite à Kismayo, ont vu les clans Daarood en position dominante.

La question du Jubbaland a ramené au cœur du débat politique l’opposition Daarood/Hawiye qui a marqué quinze ans de guerre civile, jusqu’à l’avènement des Tribunaux islamiques en 2006. De plus, cette épineuse question a exposé au grand jour un problème central du fédéralisme, celui du statut des clans étiquetés comme « minoritaires » dans une région donnée. Il est fort probable que ces clans préfèrent l’absence de toute structure à l’existence d’un État régional qui les transformerait en une minorité au statut menacé. Dans le cas de Kismayo, différents clans, dont les Marehaan 24 , les Rahanweyn et les Hawiye qui se sont installés à Kismayo pendant la guerre civile, refusent que leur statut et leurs intérêts 25  soient menacés par les Ogaadeen. Ils l’acceptent d’autant moins que, depuis 1998, sous le règne de factions ou de groupes islamistes, ils avaient gagné un statut de résidents à part entière. Lorsque Cheikh Ahmed Madobe, le chef de la milice Ras Kamboni, a été élu président du Jubbaland 26 , le 15 mai 2013, quatre autres « présidents », dont Barre Adan Shire Hiraale (Daarood/Marehaan) 27 , ont annoncé avoir été élus par des assemblées claniques représentant la population du Jubbaland. Dès lors, de multiples affrontements entre milices rivales ont eu lieu à Kismayo. Pendant de longs mois, le gouvernement somalien n’a reconnu aucun de ces présidents et a rejeté en bloc le processus qui a conduit à l’élection d’Ahmed Madobe.

L’accord signé le 27 août 2013 à Addis Abeba en faveur de la création de l’administration intérimaire de Jubba ne traduit pas, a priori, un changement de paradigme de la part des acteurs somaliens. Il est le fruit d’un certain contexte régional et international et d’une obligation, pour le gouvernement somalien, d’arriver à la Conférence de Bruxelles du 16 septembre 2013 avec au moins une avancée politique significative. Cet accord, signé par le ministre délégué à la Présidence, Farah Cheikh Abdulkadir, et par Ahmed Madobe, a été conçu comme une solution provisoire à une impasse politique qui a paralysé le pays pendant presque un an. Toutefois, il présente des ambiguïtés et risque de poser des problèmes sur le long terme, car il fait référence à un système de gouvernance fédérale sans que les parties prenantes n’aient atteint un consensus sur la notion même de fédéralisme. Au lendemain de sa signature, cet accord a été rejeté par les Marehaan du général Barre Adan Shire Hiirale, par les clans « minoritaires » de Kismayo, dont les Hawiye/Sheikhaal et les Diir/Biimaal, et par les Digil Mirifle/Rahanweyn – ces derniers ayant même menacé de créer leur propre gouvernement dans les régions de Bas Shabeelle, Bay et Bakool. Dans ce contexte, le risque de voir les milices et les clans opposés à Ahmed Madobe conclure une alliance stratégique avec al-Shabaab est réel. L’Éthiopie, qui a joué un rôle de médiateur plutôt neutre en cette occasion, notamment en empêchant le président du Puntland Abderrahman Mohamoud Faroole de compromettre les négociations, a confirmé son statut de puissance diplomatique et d’interlocuteur incontournable au niveau régional.

Le Jubbaland, un sous-produit de la confrontation régionale et internationale

Dès le début, l’engagement militaire du Kenya aux côtés d’Ahmed Madobe a suscité la méfiance des Somaliens. La rumeur veut que le gouvernement kenyan ait essayé de faire élire son candidat, l’ancien Premier ministre Abdiweli Mohamed Ali, à la présidence de la Somalie, à l’été 2012, pour obtenir rapidement un accord sur la délimitation de la frontière maritime entre les deux pays. Le Kenya envisage le Jubbaland comme une zone tampon destinée à stabiliser la région frontalière avec la Somalie et à arrêter les attaques d’al-Shabaab sur le territoire kenyan. Toutefois, l’engagement du Kenya au Jubbaland répond aussi à des intérêts économiques : sécuriser le projet de construction du méga-port de Lamu et, surtout, avoir une influence sur la zone maritime contestée entre les deux pays, où se trouveraient d’importants gisements pétroliers et gaziers 28 .

Des motivations économiques sont également derrière l’appui de l’Éthiopie au Kenya dans le dossier du Jubbaland. Une ligne électrique à haute tension, destinée à fournir aux Kenyans de l’électricité à bas prix en provenance des barrages hydro-électriques éthiopiens 29  devrait être terminée d’ici 2018. L’Éthiopie a également un intérêt à l’accélération de la construction du méga-projet du LAPSSET (« Lamu Port and Lamu- Southern Sudan-Ethiopia Transport Corridor »), qui permettrait de désenclaver le Sud-Ouest de l’Éthiopie d’où est originaire son actuel Premier ministre, Hailemariam Desalegn. D’un point de vue diplomatique, Addis Abeba cherche le soutien diplomatique du Kenya dans sa controverse avec l’Égypte sur la construction du Grand Barrage de la Renaissance et sur le partage des eaux du Nil.

La crise de Kismayo a contribué à l’extraversion du débat sur le fédéralisme. D’une part, elle a cristallisé le malaise de l’Éthiopie et du Kenya envers le gouvernement somalien et le président Hassan Cheikh Mohamoud, soutenus, non sans nuances, par des États islamiques tels que la Turquie, les Émirats arabes unis, le Qatar et le Royaume d’Arabie saoudite. D’autre part, les États-Unis et le Royaume-Uni ont essayé d’utiliser le Jubbaland pour faire pression sur le gouvernement fédéral et déplacer le barycentre de la Somalie vers l’Afrique de l’Est. Selon des sources proches du gouvernement britannique 30 , la poli- tique à moyen/long terme de Londres consisterait à intégrer la Somalie dans un dispositif régional de sécurité pour faire de ce pays la frontière du Commonwealth dans la Corne de l’Afrique. Une telle approche fournit quelques bons arguments à al-Shabaab et aux islamistes, qui accusent les pays occidentaux et leurs « larbins africains » – l’Éthiopie et le Kenya – d’empêcher la création d’une Somalie forte et unie.

Al-Shabaab a encore ses chances

Ce qui s’est passé à Kismayo a souligné l’absence d’une politique pour traiter avec ceux qui ont autrefois soutenu al-Shabaab. Même si, dans certaines zones, cette dernière a été battue militairement par des forces étrangères, les troupes de la force de l’Union africaine en Somalie (AMISOM) ou de l’armée éthiopienne, avec l’appui de services de renseignement occidentaux, sa défaite n’a pas été une déroute politique ou idéologique. Le président Hassan Cheikh Mohamoud a utilisé la crise du Jubbaland pour justifier l’incapacité du gouvernement à étendre sa présence au niveau régional. Cependant, dans les régions où le gouvernement central a commencé à mettre en place des administrations locales, les résultats obtenus ont été très médiocres. Les parlementaires et les ministres que le gouvernement a envoyés dans les régions de Hiraan, Bay et Galgaduud pour nommer les nouveaux gouverneurs et les nouveaux chefs de district ont choisi, une fois sur place, les nouveaux dirigeants locaux parmi leurs proches et alliés. Ce retour à la vieille logique clientéliste risque de compromettre sévèrement tant la légitimité que la crédibilité des nouvelles administrations locales et, par conséquent, d’entrainer une dégradation de la sécurité, d’autant plus qu’al-Shabaab reste présente à la périphérie des villes libérées. Si la situation sécuritaire en Somalie ne parvient pas à se stabiliser, c’est que les victoires militaires ne s’accompagnent pas d’une affirmation politique de l’État.

Le gouvernement somalien tâtonne. Sa tentative d’engager des négociations avec certains membres d’al-Shabaab n’a pas produit, pour l’heure, les résultats espérés. L’arrestation de Cheikh Hassan Dahir Aweys (Hawiye/Habr Gedir/Ayr) 31  à l’aéroport de Mogadiscio, le 29 juin 2013, s’est révélée un échec sur le court terme. Le gouvernement somalien avait entamé des négociations avec Aweys depuis l’automne 2012, grâce à une médiation diplomatique de la Turquie, du Qatar et de la Norvège. Cependant, le gouvernement a pris cette initiative trop tardivement, à un moment où Aweys avait cessé d’être un interlocuteur politiquement influent dans les rangs de l’organisation djihadiste. Fin juin 2013, de violents affrontements ont opposé deux factions rivales au sein d’al-Shabaab. Le chef du groupe, Ahmed Abdi Godane « Abu Zubeir », s’est débarrassé de ses principaux rivaux. Son ancien adjoint, Ibrahim al-Afghani, a été tué, tandis que l’ancien porte-parole d’al- Shabaab, Mukhtar Robow « Abu Mansour », et Hassan Dahir Aweys ont battu en retraite. Après s’être réfugié à Brava, Aweys s’est enfui à Adaado, dans la région centrale. Le gouvernement somalien a alors décidé d’envoyer une délégation d’anciens et de parlementaires Haber Gidir pour convaincre Hassan Dahir Aweys de se rendre, en échange de la promesse qu’il ne tomberait pas entre les mains des Américains 32 . Cependant, une fois arrivé à l’aéroport de Mogadiscio, Aweys a été arrêté, tout comme les membres de la délégation qui l’accompagnait, par les « Alpha forces », un commando de forces spéciales entraîné par la CIA. Finalement, la capture de Hassan Dahir Aweys, au lieu d’être un coup dur pour al-Shabaab, a débarrassé Ahmed Abdi Godane d’un adversaire affaibli.

Pour l’heure, l’arrestation de Hassan Dahir Aweys n’a apporté aucun bénéfice au gouvernement ; elle a plutôt affecté sa crédibilité, d’autant plus que l’interposition des services de renseignement occidentaux a joué un rôle prépondérant. La capture d’Aweys, au moment où il s’apprêtait à négocier, peut être interprétée comme une violation de la loi coutumière, ce qui donne à certains des arguments pour critiquer le gouvernement. L’arrestation d’une figure Haber Gidir par un gouvernement conduit par un Abgaal pourrait aussi, à terme, réveiller les démons de la guerre civile. Enfin, Aweys n’a toujours pas rompu avec al-Shabaab, ce qui souligne que le dialogue tenté par Mogadiscio n’a pas de contenu.

La détention de Hassan Dahir Aweys a aussi révélé un autre paradoxe. Aucun espace politique alternatif n’est envisagé entre le gouvernement et al-Shabaab – on considère qu’on est soit avec l’un, soit avec l’autre. Introduite par les Américains, cette logique présuppose l’existence d’une opposition binaire entre les deux pôles du champ politique en Somalie. Par conséquent, les dissidents d’al-Shabaab et ceux qu’on qualifie d’islamistes modérés n’ont pas d’autre alternative : c’est soit mourir de la main d’al-Shabaab, soit renier leur passé et leurs convictions pour rejoindre le gouvernement, ce qui leur paraît tout aussi inacceptable. Pris dans cette impasse, ils ne voient souvent pas d’autre solution que celle de radicaliser leurs positions, ce que Hassan Dahir Aweys a fait suite à son arrestation. Quant à al-Shabaab, non seulement la capture d’Aweys n’a pas été un choc pour le mouvement 33  – contrairement à ce que les organisateurs de cette opération avaient prévu –, mais elle l’a même poussé à intensifier ses offensives, du moins à court terme 34 . Cette tendance s’est confirmée avec l’attaque du centre commercial Westgate à Nairobi, le 21 septembre 2013. S’il y a bien une leçon à retenir de ce qui s’est passé suite à l’arrestation de Hassan Dahir Aweys, c’est la suivante : tant qu’il n’y aura pas un dialogue politique avec la direction d’al-Shabaab telle qu’elle est, il n’y aura pas de véritable avancée politique et la paix restera extrêmement fragile en Somalie.

Les quelques paradoxes examinés dans cet article n’épuisent pas la complexité des dynamiques engendrées par la fin de la transition et la création du nouveau gouvernement fédéral. Cependant, ils peuvent donner quelques clés de lecture pour mieux comprendre les défis et les obstacles qui entravent la reconstruction du tissu social et politique en Somalie. En particulier, l’analyse de ces paradoxes montre que le gouvernement somalien s’est engagé dans la poursuite d’objectifs qui demeurent en décalage par rapport à la réalité du pays, ce qui a exposé le président Hassan Cheikh Mohamoud aux pressions de groupes d’intérêts rivaux, en limitant davantage sa marge de manœuvre et en contribuant à freiner l’expansion de l’État.

L’affaiblissement progressif du gouvernement central semble également avoir réduit les chances de succès de sa tentative de rapprochement avec le Puntland et le Somaliland. Il est vrai que la stratégie du président Hassan Cheikh Mohamoud consistant à faire de l’économie le pivot du rapprochement entre le gouvernement central et Hargeisa – notamment en essayant de ramener les Issaaq (le clan dominant au Somaliland) à Mogadiscio pour faire des affaires – a fonctionné pendant les huit premiers mois. Cependant les négociations entre le gouvernement somalien et le Somaliland sont aujourd’hui au point mort. La faiblesse et l’inefficacité du gouvernement central ont aussi donné des arguments au Puntland, qui a officiellement rompu sa coopération et ses relations avec Mogadiscio le 5 août 2013. Ce changement d’attitude de la part du Puntland et du Somaliland peut être lu comme une tentative d’accroître la pression sur le gouvernement fédéral et de faire monter les enchères, afin d’obtenir des conditions plus favorables, notamment en matière de partage des revenus et d’allocation de l’aide internationale. Malgré les espoirs suscités par la fin de la transition et par l’élection d’un président « atypique », le rêve d’une Somalie nouvelle s’éloigne. Une fois de plus.

NOTES

  1. Entamé en 2004 avec l’établissement du Gouvernement fédéral de transition (TFG), lors de la conférence de Embagathi au Kenya. []
  2. Conçu pour améliorer l’efficacité de l’aide internationale, ce « New Deal » a été élaboré par le Dialogue international sur la consolidation de la paix et le renforcement de l’État, composé du « G7+ », le groupe constitué de 19 États fragiles ou affectés par des conflits, et de « partenaires au développement », c’est-à-dire des pays donateurs et des organisations internationales. International Dialogue on Peacebuilding and Statebuilding, « Un New Deal pour l’engagement dans les États fragiles », <www.newdeal4peace.org/wp-content/themes/newdeal/docs/new-deal-pour-dans-les-etats-fragiles-fr.pdf>. Voir également M. Tran, « Somalia the Yardstick in New Deal for Conflict-affected Countries », The Guardian, 19 avril 2013, <www.theguardian.com/global-development/2013/apr/19/somalia-yardstick-new-deal-conflict-countries>. []
  3. Selon une convention largement utilisée par les chercheurs, analystes et journalistes, les noms de personnalités somaliennes sont souvent suivis de ces mentions indiquant leur affiliation clanique (déclinée ici en clan, sous-clan et « sous-sous » clan). []
  4. Pour une analyse critique de cette prétendue renaissance somalienne, voir R. Marchal, « Somalia : A New Era ? », The Nordic International Support (NIS) Foundation, non publié, septembre 2012. Voir également L. Hammond, « Somalia Rising : Things Are Starting to Change for the World’s Longest Failed State », Journal of Eastern African Studies, vol. 7, n° 1, janvier 2013, p. 183-193. []
  5. « Hassan Cheikh Keeps It in the Family », Africa Confidential, vol. 53, n° 23, 16 novembre 2012. []
  6. La notion de « bulle » est empruntée à R. Marchal, « Somalia and the Bubble Risk », The Nordic International Support (NIS) Foundation, non publié, avril 2013. []
  7. Voir N. Kasfir, « The Conventional Notion of Civil Society : A Critique », Commonwealth & Comparative Politics, vol. 36, n° 2, 1998, p. 1-20. []
  8. Voir « Somalia : From Troubled Transition to a Tarnished Transition ? », International Crisis Group, 20 août 2012, <www.crisisgroup.org/en/publication-type/media-releases/2012/africa/somalia-from-troubled-transition-to-a-tarnishedtransition.aspx> ; M. Uluso, « Provisional Constitution Heightens Tensions in Somalia », International Policy Digest, 8 août 2012, <www.internationalpolicydigest.org/2012/08/08/provisional-constitution-heightens-tensions-in-somalia/>. []
  9. A. Abdi Elmi, Understanding the Somalia Conflagration. Identity, Political Islam and Peacebuilding, Oxford, Pambazuka Press, 2010, p. 68. []
  10. D. Balthasar, « Somalia 2013 : “New” Deal, Old Principles », African Arguments, 29 mai 2013, <http://africanarguments.org/2013/05/29/somalia-2013-’new’-deal-old-principles-–-by-dominikbalthasar/>. []
  11. D. Balthasar, State-making in Somalia and Somaliland : Understanding War, Nationalism and State Trajectories as Processes of Institutional and Sociocognitive Standardization, thèse de doctorat, The London School of Economics and Political Science (LSE), 2012, p. 79. []
  12. Société britannique créée en 2013, Soma Oil and Gas a signé un contrat pétrolier avec le gouvernement somalien le 6 août 2013. Ce contrat, le premier à avoir été signé par le nouveau gouvernement, prévoit la réalisation d’une étude sismique pour la prospection du pétrole dont le coût est estimé à 20 millions de dollars. En échange, Soma Oil and Gas, qui s’engage à transmettre les données collectées au gouvernement somalien, obtient un accès préférentiel aux blocs pétroliers les plus prometteurs (douze maximum) révélés par l’étude sismique. Le contrat a été signé à Mogadiscio par le président non exécutif de Soma Oil and Gas, l’ancien chef du Parti conservateur britannique et ex-ministre de l’Intérieur Lord Michael Howard. Le directeur général de la société, Robert Sheppard, est conseiller auprès de BP en Russie. Plusieurs sources pointent l’opacité et la nature politique de ce contrat. Voir à ce propos K. Manson, « Somalia Deal Raises Concerns about Oil Risks », The Financial Times, 12 août 2013, <www.ft.com/intl/cms/s/0/b9fd1418-034d-11e3-b871-00144feab7de.html#axzz2fKFw26ut>. []
  13. Entretiens confidentiels avec des hauts fonctionnaires conseillant le gouvernement britannique et des bureaux onusiens, Londres, mai 2013. []
  14. The Federal Republic of Somalia, Provisional Consitution, p. 13-14, <http://www.refworld.org/pdfid/51b6d0c94.pdf>. []
  15. Entrées en Somalie sans mandat international en octobre 2011, elles étaient sous le commandement de l’AMISOM depuis juin 2012. []
  16. Le Jubbaland correspond à l’extrémité sud- occidentale de la Somalie, traversée par le fleuve Jubba. À l’origine, les deux provinces du Haut et du Bas Jubba couvraient une zone beaucoup plus étendue, mais, en 1975, elles ont été découpées par le président Mohamed Siad Barre en cinq régions : Haut, Moyen et Bas Jubba, Gedo, Bay et Bakool. Le Jubbaland actuel comprend les trois régions de Gedo, Moyen et Bas Jubba. Voir « Jubaland in Jeopardy : The Uneasy Path to State-Building in Somalia », International Crisis Group, 21 mai 2013, <www.crisisgroupblogs.org/africanpeacebuilding/2013/05/21/jubaland-in-jeopardy-the-uneasypath-to-state-building-in-somalia/>. []
  17. « National stabilization Plan. Laying Foundations for Functional and Effective Local Governance Structure », Federal Government of Somali Republic, 15 février 2013, <http://somalisentinel.com/wp-content/uploads/2013/03/leakeddoc.pdf>. []
  18. Cette politique, énoncée pour la première fois en 2010, consistait à appuyer des initiatives locales destinées à favoriser la sécurité et la stabilisation, en l’absence d’un État central fort et efficace. Voir D. H. Shinn, « Somalia : U.S. Dual Track Policy », International Policy Digest, 18 mai 2012, <www.internationalpolicydigest.org/2012/05/18/somalia-us-dual-track-policy/> ; A. Arman, « Somalia, US, and the Dual-Track Letdown », The Huffington Post, 18 juillet 2013, <www.huffingtonpost.com/abukararman/somalia-us-and-the-dualtr_b_779322.html>. []
  19. Aujourd’hui, il n’y a pas de système fédéral en Somalie, mais la coexistence de facto de trois formations étatiques : l’État central à Mogadiscio, le Somaliland et le Puntland. []
  20. Ce projet plonge ses racines dans l’histoire. En 1947, le parti Hizbia Digil and Mirifle proposait la création d’un système fédéral basé sur le clan, et prévoyait la partition de la Somalie italienne en deux zones, l’une au nord du fleuve Shabelle, l’autre au sud. Cette dernière zone était contrôlée par les Digil Mirifle qui y revendiquaient la propriété de la terre. Ce projet reflétait un certain opportunisme stratégique, plutôt qu’un désir d’autonomie, dès lors que le parti Hizbia Digil Mirifle était appuyé par les Italiens contre le parti nationaliste et indépendantiste de la Ligue de la Jeunesse Somalienne (Somali Youth League). La proposition fédéraliste du parti Hizbia Digil Mirifle fut finalement rejetée par le Parlement en 1957. Voir I. M. Lewis, A Modern History of the Somali. Nation and State in the Horn of Africa, Oxford, James Currrey, 2002 (2nde édition, 1965 pour la 1ère édition), p. 123-125. []
  21. Dont l’ancien ministre kenyan de la Défense, Mohamed Yusuf Haji, (Ogaadeen/Tolomoge) et l’ancien vice-président du Parlement kenyan Farah Moalim (Ogaadeen lui aussi). []
  22. « Kenya’s Somali Proxies », Africa Confidential, 4 novembre 2011. []
  23. WikiLeaks cable, 09NAIROBI2443, 3 décembre 2009, <http://wikileaks.org/cable/2009/12/09NAIROBI2443.html>. []
  24. Aux Marehaan originaires du Gedo se sont ajoutés les Marehaan du Somali National Front, qui sont arrivés dans le Sud de la Somalie en provenance de la région centrale pendant la guerre civile, dans l’espoir de capturer Kismayo. []
  25. De nombreux Hawiye font des affaires à Kismayo. []
  26. Ahmed Madobe a été élu par une Assemblée constituante que plusieurs clans avaient désertée, dénonçant l’ingérence du Kenya. []
  27. Ancien chef de la Juba Valley Alliance (JVA), la coalition de milices Marehaan et Hawiye/Habr Gedir/Ayr qui a contrôlé Kismayo de 1997 à 2006, et ancien ministre de la Défense du gouvernement fédéral de transition. []
  28. Le 27 juin 2012, Total a signé un contrat de partage de production avec le gouvernement kenyan pour le bloc offshore L22, dans le bassin de Lamu. Toutefois, ce bloc se trouve dans une zone revendiquée par la Somalie. Total exige à présent que la frontière maritime et les zones économiques exclusives (ZEE) où chacun des deux pays est souverain dans l’exploration et l’exploitation des ressources soient clairement délimitées. []
  29. En mai 2013, la Banque africaine de développement a accepté de financer à hauteur de 338 millions de dollars le projet de construction de cette ligne électrique d’une longueur de 1 068 km entre l’Éthiopie et le Kenya. M. Kamau, « Kenya-Ethiopia Electricity Line Gets Sh28b Boost », The Standard Digital News, 8 mai 2013, <www.standardmedia.co.ke/?articleID=2000083200>. []
  30. Entretiens confidentiels, Londres, mai 2013. []
  31. Ancien leader du groupe armé islamiste al-Itihad al-Islami puis de l’Union des Tribunaux islamiques (entre 2004 et 2006), Cheikh Hassan Dahir Aweys a été l’un des membres fondateurs de l’Alliance pour la Re-libération de la Somalie (ARS), créée à Asmara en 2007. Suite à la scission de l’ARS, il est devenu le chef du groupe islamiste Hizbul Islam, jusqu’à la fusion de celui-ci avec al-Shabaab en décembre 2010. []
  32. Hassan Dahir Aweys figure sur la liste noire des terroristes internationaux du Département d’État des États-Unis. []
  33. Voir A. Aynte, « Endgame For Aweys ; But Al-Shabaab Will Continue », African Arguments, 28 juin 2013, <http://africanarguments.org/2013/06/28/endgame-for-aweys-but-al-shabaabwill-continue-–-by-abdihakim-ainte/>. []
  34. Le 24 juillet 2013, al-Shabaab a annoncé, sur son compte Twitter, avoir mené 108 opérations militaires au cours de la première moitié du Ramadan. []

N° 131, octobre 2013 – Micropolitiques du boom minier

couv131De nombreux pays africains ont, à l’instigation de la Banque mondiale, libéralisé leur secteur minier au cours de ces deux dernières décennies, ce qui leur a valu de connaître un afflux d’investisseurs privés d’origines diverses. Comment la mise en oeuvre de ces réformes estelle négociée par les élites politiques, de la présidence aux édiles locaux ? Dans quelle mesure les comptoirs et les sociétés qui organisent l’exploitation minière artisanale facilitent-ils l’implantation de ces investisseurs ? Que deviennent, dans ce « new scramble » des ressources naturelles, les creuseurs artisanaux et les employés des anciennes entreprises minières ? De quelle façon les syndicats se positionnent-ils face à l’ordre économique et politique qui est en train de se mettre en place ? Au-delà des évaluations générales et normatives dont les investissements miniers font habituellement l’objet, ce numéro a pour ambition d’interroger la portée des changements qu’ils induisent en partant des espaces de lutte dans lesquels ils sont pris et des logiques d’action de ceux qui y prennent part. Sur la base de recherches menées au Burkina Faso, au Cameroun, en République démocratique du Congo et en Afrique du Sud, les contributions réunies ici proposent des pistes d’analyse originales pour décrypter les jeux micropolitiques qui président à la « formation » du boom minier en Afrique.
Dossier coordonné par Benjamin Rubbers

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

 

SOMMAIRE

DOSSIER

5- Introduction au thème : Les sociétés africaines face aux investissements miniers.
Benjamin Rubbers

27- « Entrepreneurs de la frontière » : le rôle des comptoirs privés dans les sites d’extraction artisanale de l’or au Burkina Faso
Luigi Arnaldi di Balme et Cristiano Lanzano
Résumé / Abstract sur Cairn

51 – Abjects retraités, jeunesse piégée : récits du déclin et d’une temporalité multiple parmi les générations de la « Copperbelt » congolaise
Timothy Makori
Résumé / Abstract sur Cairn

75- Force et faiblesse de l’organisation syndicale : le cas du National Union of Mineworkers sud-africain
Raphaël Botiveau
Résumé / Abstract sur Cairn

101 – La privatisation de la politique minière au Cameroun : enclaves minières, rapports de pouvoir trans-locaux et captation de la rente
Victoria Licker
Résumé / Abstract sur Cairn

121 – « Les grands poissons mangent les petits » : multiples aspects d’un conflit autour d’une concession minière au Sud-Kivu
Sara Geenen et Francine Iragi Mukotanyi
Résumé / Abstract sur Cairn

143 – Une autre facette de la malédiction des ressources ? Chevauchements entre usages différents de l’espace et conflits au Cameroun
Samuel Nguiffo
Résumé / Abstract sur Cairn

RECHERCHES

163- Les occupations de fermes au Zimbabwe : entre légalité, confrontation et engagement, les expériences des fermiers blancs
Léa Kalaora
Résumé / Abstract sur Cairn

187 – Tensions et protestations dans un régime semi-autoritaire : croissance des révoltes populaires et maintien du pouvoir au Burkina Faso
Mathieu Hilgers et Augustin Loada
Résumé / Abstract sur Cairn

LECTURES

209 – Judith Scheele, Smugglers and Saints of the Sahara. Regional Connectivity in the Twentieth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2012, 286 pages

236 – La revue des livres

 

Les sociétés africaines face aux investissements miniers, par Benjamin Rubbers

intro131Introduction au dossier « Micropolitiques du boom minier », Politique africaine N° 131.

Depuis la moitié des années 2000, les investissements étrangers ont fortement augmenté dans l’ensemble des pays africains riches en ressources minières 1 . Portant pour l’essentiel sur l’or, le cuivre et le platine, ils ont non seulement touché l’Afrique du Sud ou le Ghana, mais également des destinations moins traditionnelles telles que la Guinée, le Burkina Faso ou la République démocratique du Congo. Bien que la pertinence de l’analogie pose question 2 , l’extension et l’ampleur de ces investissements évoquent irrésistiblement un « new scramble for Africa ».

Ce boom des investissements étrangers dans le secteur minier est principalement le fruit des réformes promues par la Banque mondiale 3 . Depuis les années 1980, celle-ci préconise en effet une stratégie de relance du secteur minier africain axée sur la privatisation des entreprises publiques et la cession totale ou partielle de leurs actifs à des investisseurs privés. De manière à attirer ces derniers, les gouvernements concernés ont été encouragés à adopter de nouveaux codes miniers et à développer un ensemble de dispositions institutionnelles, légales et fiscales visant à rendre le « climat des affaires » plus favorable.

Ces réformes néolibérales ont pu attirer, dans la seconde moitié des années 1990 et au début des années 2000, des petites entreprises, des sociétés d’exploration et de grandes compagnies multinationales. Entre 1998 et 2000, avant même le boom minier proprement dit, la proportion des investissements miniers à destination de l’Afrique passait ainsi, sur le total de ceux réalisés à l’échelle du monde, de 12 à 28 % 4 . Réputée disposer d’une part non négligeable des réserves mondiales en différents minerais, l’Afrique représentait alors une nouvelle « frontière » pour ces investisseurs : négocier des contrats miniers avec les dirigeants africains était un pari risqué, mais potentiellement très profitable si la situation politique s’améliorait et si le prix des minerais augmentait. Contre toute attente, c’est ce qui s’est passé dans les années qui ont suivi.

La stratégie élaborée par la Banque mondiale n’a en effet commencé à porter ses fruits que suite à la forte hausse du cours des minerais dans la seconde moitié des années 2000. Le secteur minier africain est alors entré dans une nouvelle ère caractérisée par un afflux d’entreprises étrangères : les multinationales traditionnelles, des sociétés d’exploration canadiennes, australiennes et sud-africaines, mais aussi des entreprises des pays émergents ou de l’ancien bloc de l’Est. Partout, ces investisseurs ont développé des activités d’exploration, de commerce et/ou d’exploitation, qui ont eu des conséquences multiformes dans les régions où elles se sont établies. L’enjeu qui se pose alors aux sciences sociales est de cerner la portée des changements économiques, politiques et sociaux causés par l’implantation de tels investisseurs.

Fondée sur des sources secondaires (rapports institutionnels, sites web, etc.), parfois complétées par des enquêtes rapides (interviews téléphoniques, brefs séjours, etc.), la littérature sur le boom minier porte principalement sur la mise en œuvre des réformes promues par la Banque mondiale 5 , la politique minière de différents pays vis-à-vis de l’Afrique 6 , la gouvernance des grandes multinationales 7  et les initiatives internationales touchant à la Responsabilité sociale des entreprises, la RSE (Initiative pour la transparence des industries extractives, Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’Homme, Processus de Kimberley, etc.) 8 . Ces travaux mettent non seulement en lumière les ressorts des politiques poursuivies par ces différents acteurs, mais également les nouvelles configurations de pouvoir qu’elles induisent et leurs conséquences pour les populations locales.

En termes de conséquences, le constat général est que, si les investissements miniers au cours de cette dernière décennie ont permis à certains gouvernements africains d’afficher des taux de croissance élevés (souvent au-delà de 5 %), ils ont surtout bénéficié aux actionnaires des compagnies étrangères et aux leaders politiques nationaux 9 . Du fait qu’ils se concentrent souvent dans des enclaves sécurisées, qu’ils recourent à une technologie de pointe et qu’ils jouissent de conditions fiscales favorables, ils contribuent peu – comparativement aux anciennes entreprises publiques – à l’emploi, aux caisses de l’État, à l’économie nationale et à la délivrance de services publics à la population – bref, au développement. De surcroît, les compagnies minières sont susceptibles de déplacer les populations de leur site, de priver des milliers de creuseurs de leur principale source de revenus, de recourir à des formes de travail précaire, ou encore de provoquer différents dégâts écologiques. À plusieurs reprises, leur implantation a donné lieu, pour ces différents motifs, à des actions de protestation que certaines compagnies n’ont pas hésité à réprimer violemment avec le soutien des forces de police. Ce bilan globalement négatif a pu alimenter la thèse de la « malédiction des ressources naturelles » (resource curse), qui veut que l’abondance de richesses minérales soit corrélée à un faible développement économique et social, et favorise la corruption, la consolidation du pouvoir des élites, voire l’émergence de conflits armés (conflict minerals) 10 .

Face à ce constat, certains auteurs dénoncent les politiques de ces acteurs extérieurs en dévoilant les mécanismes de pouvoir plus large dont elles participent, tandis que d’autres formulent des recommandations pour que ces politiques puissent effectivement contribuer au développement 11 . L’étude du secteur minier est alors replacée dans le cadre d’une problématique développementiste, dirigée vers l’évaluation normative des effets (positifs ou négatifs) des mesures de libéralisation et des investissements étrangers. À de rares exceptions près 12 , la littérature existante offre ainsi une perspective essentiellement « macro » sur le boom des investissements miniers en Afrique, centrée sur ses principaux instigateurs, les institutions internationales, les gouvernements et les compagnies minières.

Sans remettre en question la pertinence de tels travaux pour comprendre le contexte de ce boom, nous pouvons leur adresser au moins trois critiques. Tout d’abord, ils présentent généralement ces acteurs à l’origine du boom (les compagnies minières, la Banque mondiale, etc.) comme des entités monolithiques sans tenir compte des conflits internes, de la réflexivité de leurs agents et des multiples ajustements que la mise en œuvre de leurs politiques implique à différents niveaux 13 . Ensuite, ils tendent à surestimer les effets des politiques qu’ils étudient, en laissant finalement peu de place à « l’agencéité » des acteurs africains au sens large (hommes politiques, consultants, creuseurs, etc.), volontiers présentés comme des collaborateurs ou des victimes du capitalisme international 14 . Enfin, ils dressent un tableau général du mode opératoire des institutions internationales, des gouvernements et des compagnies minières ainsi que des maux qu’ils occasionnent. Ce faisant, ils passent sous silence la grande diversité des dynamiques occasionnées en fonction des acteurs, des pays et des régions en cause 15 . Dans cette optique, les investissements miniers ont partout des conséquences assez analogues.

Ces critiques ont en commun d’appeler des recherches plus fines sur les jeux d’acteurs auxquels le boom minier donne lieu dans différents pays. Cette introduction a pour ambition de proposer un cadre d’analyse pour de telles recherches en développant une approche socio-anthropologique des investissements miniers, qui s’intéresse à la manière dont ils sont négociés au jour le jour par l’ensemble des acteurs formant la chaîne de l’exploitation minière 16 . Inspirée par la socio-anthropologie du développement (Norman Long, Jean-Pierre Olivier de Sardan, etc.), la sociologie historique africaniste (Jean-François Bayart, Béatrice Hibou, etc.) et, dans une moindre mesure, l’anthropologie de l’exploitation minière (Chris Ballard, Glenn Banks, etc.), cette approche n’a pas pour but principal de déterminer si les investissements miniers contribuent ou non au développement, mais de saisir comment ils sont mis en œuvre, appropriés et modifiés par ceux qui y participent.

Plus précisément, nous voudrions ici interroger la façon dont ils transforment les sociétés africaines et réciproquement, en nous concentrant sur « l’agencéité » 17  des acteurs africains et l’historicité de leurs mondes sociaux : les investisseurs miniers ne colonisent pas une terra nullius ; ils sont pris dans un espace social déjà structuré par différents champs de lutte et logiques d’action. Il s’agit alors de cerner les rapports que les acteurs africains (les creuseurs, les travailleurs, les politiques, etc.) entretiennent avec les compagnies minières et de replacer ces rapports dans le contexte historique qui les a vus émerger. Quatre pistes d’analyse semblent mériter une attention particulière : le devenir de la filière artisanale, les changements du travail, l’emboîtement des arènes politiques et les représentations et rumeurs entourant les investissements étrangers.

Le devenir de la filière artisanale

Dans nombre de pays, les compagnies étrangères n’ont pas pris possession de gisements vierges. À partir des années 1980, dans un contexte marqué par le déclin économique et les politiques d’ajustement structurel, une population croissante de creuseurs a investi ces gisements peu ou pas exploités – des gisements d’or et de diamant, mais aussi de minerais moins précieux tels que le cuivre, la cassitérite ou le coltan. Très vite, une filière de commercialisation s’est constituée autour de l’exploitation de ces minerais, impliquant des négociants, des comptoirs, des sociétés d’exportation et, dans certains cas, des petites industries de transformation. Depuis lors, l’exploitation minière artisanale s’est considérablement développée et a fait l’objet de diverses tentatives de régulation 18 . Mais l’afflux d’investisseurs étrangers depuis une décennie semble remettre progressivement en cause cette évolution et conduire, dans plusieurs pays, à une marginalisation croissante de la filière artisanale : les creuseurs, qui sont de plus en plus stigmatisés, sont progressivement expulsés des gisements. Il est essentiel, dans ces conditions, de mieux comprendre les rapports qui s’établissent entre les creuseurs et les compagnies minières.

Contrairement à ce qui est souvent affirmé, ces rapports ne se réduisent pas à un combat épique de David contre Goliath. Il y a bien eu, nous l’avons dit, des confrontations violentes en République démocratique du Congo (RDC), au Ghana ou en Tanzanie 19 . Mais celles-ci ne doivent pas amener à passer sous silence la diversité des arrangements plus ou moins durables qui peuvent être trouvés entre compagnies et creuseurs. Au Katanga, toutes les compagnies n’ont pas d’emblée expulsé les creuseurs de leur concession. Nombreuses sont celles – y compris des majors – qui ont commencé par s’approvisionner auprès des comptoirs de la filière artisanale, voire financé des équipes de creuseurs dans les gisements de la société publique Gécamines, en collaboration avec cette dernière. Ensuite, elles ont pu trouver différentes formules de compromis : certaines ont recruté des creuseurs comme journaliers, d’autres ont toléré leur présence aux marges de leurs concessions. Au Burkina Faso, la présence de creuseurs sur un site est interprétée par les sociétés d’exploration comme le signe d’un filon d’or à exploiter 20 . Une fois qu’elles ont obtenu un permis d’exploration sur le site concerné, elles bloquent certes l’accès des zones les plus profitables aux creuseurs, mais tout en les laissant travailler dans le reste du site, sous la supervision d’une société burkinabè.

Par ailleurs, comme la contribution de Luigi Arnaldi di Balme et Cristiano Lanzano vient le rappeler, de nombreux gisements miniers – au Katanga, au Burkina Faso et ailleurs – n’ont pas (encore) été alloués à des compagnies étrangères, de telle sorte que l’exploitation artisanale perdure, voire continue à se développer. On constate ainsi que la filière industrielle n’a pas complètement « capturé » la filière artisanale : les deux filières continuent à coexister dans le même espace et à s’enchevêtrer de différentes manières, de l’extraction des minerais à leur commercialisation sur les marchés mondiaux.

Du fait qu’elle repose sur des recherches réalisées avant le boom des investissements étrangers au milieu des années 2000, ou dans des régions qui demeurent peu touchées par ces derniers, la plus grande partie de la littérature sur les creuseurs ne traite pas de leurs rapports avec les compagnies minières. Elle nous offre néanmoins plusieurs pistes de réflexion pour penser le récent boom minier dans une perspective socio-anthropologique.

En premier lieu, certains auteurs voient dans les migrations des creuseurs une « frontière » qui ouvre de nouveaux espaces au commerce des minerais et des biens de consommation avec l’extérieur 21 . Comme le montrent en particulier les travaux sur les « minerais de conflit », la filière de l’exploitation minière artisanale relie en effet, par l’intermédiaire de différents réseaux, les espaces ruraux aux marchés urbains et aux centres de l’économie mondiale 22 . On peut alors penser que le front pionnier des creuseurs a dans une certaine mesure préparé le terrain aux compagnies industrielles et, partant, à une forme de capitalisme plus « moderne » au sens de Karl Marx – tout comme l’économie de comptoir avait été, au xixe siècle, l’avant-garde du capitalisme colonial 23 .

C’est ce que suggère notamment la contribution de Arnaldi di Balme et Lanzano pour le Burkina Faso. Sur la base d’une étude de cas menée à Bantara (commune de Kampti), elle montre que, tout en faisant le lien avec les marchés internationaux, les sociétés de commercialisation burkinabè jouent un rôle crucial dans l’organisation économique et politique des sites d’orpaillage artisanal en milieu rural : elles n’encadrent pas seulement l’exploitation, la transformation et la commercialisation des minerais ; elles négocient également la présence des creuseurs auprès des autorités locales et créent les conditions pour offrir à ces derniers différents services (commerces, lieux de culte, etc.). Rien de surprenant, dès lors, à ce que ces sociétés privées nationales apparaissent souvent comme des intermédiaires incontournables aux compagnies étrangères lorsque celles-ci entendent prendre possession des sites en question.

Il ressort clairement de ces travaux sur les creuseurs, en deuxième lieu, que leurs pratiques et représentations offrent non seulement de nombreux parallèles d’un coin à l’autre de l’Afrique subsaharienne, mais également plusieurs éléments de continuité avec celles du passé précolonial 24 . Ces observations invitent à ne pas surestimer la portée de l’introduction de l’industrie minière depuis le siècle dernier : dans une perspective de longue durée, elle reste un épiphénomène récent et très probablement éphémère. Quant à l’exploitation artisanale, elle est à différents égards, depuis deux mille ans, au cœur de la fabrique des sociétés africaines 25 . Autour de l’extraction de l’or, du cuivre et surtout du fer se sont en effet développés, jusqu’à nos jours, de nouveaux rapports sociaux, des rites, des croyances et plus largement, des espaces politiques et des réseaux marchands aux ramifications plus ou moins étendues.

Cela dit, si elles présentent des éléments de continuité avec le passé, les sous-cultures des creuseurs qui se sont constituées à partir des années 1980 ont pu représenter, dans différents contextes, une rupture. Comme le montre la contribution de Timothy Makori, c’est le cas dans le camp de la Gécamines de Panda en RDC, où l’ethos des creuseurs adopté par certains enfants de travailleurs a provoqué une remise en question des normes de comportement héritées de la période coloniale 26 . Forts de leurs gains dans l’exploitation minière, ils rejettent l’école comme une perte de temps pour préférer partir à la mine et dépenser leur argent dans l’alcool et les filles. Sur le modèle des rappeurs américains ou des musiciens congolais, ils portent des lunettes de soleil, des bijoux, des vêtements extravagants. À ceux qui tentent de les rappeler à l’ordre, ils répondent familièrement, sans égard pour leur âge ou leur statut. Par ce style de vie, ces creuseurs dits « voyous » revendiquent leur autonomie en contestant les valeurs autrefois promues par l’entreprise et l’Église (l’éducation scolaire, la respectabilité, le respect des aînés, etc.). La question qui se pose alors, dans le cadre de ce numéro de Politique africaine, est de savoir comment de telles sous-cultures vont à leur tour être affectées par l’implantation des compagnies minières, l’expulsion des creuseurs des gisements qu’ils exploitaient et l’apparition de nouvelles catégories de travailleurs.

Enfin, plusieurs auteurs mettent l’accent sur la gestion des risques, la circulation des dettes et le problème de la confiance dans l’organisation du travail entre les creuseurs ainsi que dans leurs rapports avec les négociants 27 . À l’évidence, ces thématiques (le risque, la dette et la confiance) jouent également un rôle central dans la filière industrielle : les pays africains sont réputés offrir un environnement risqué pour les investissements, qui nécessitent de ce fait des garanties financières et des dispositifs de sécurité particuliers ; la dette des entreprises publiques et des gouvernements nationaux est ce qui fonde l’intervention des organisations financières internationales et des compagnies minières étrangères ; et la confiance – en l’occurrence, le manque de confiance – revient comme un leitmotiv dans les discours que tiennent les expatriés des entreprises minières sur leurs travailleurs et collaborateurs africains. Nous avons donc là, au-delà des camps de creuseurs et du clivage entre filières artisanale et industrielle, trois thématiques particulièrement fécondes pour analyser les formes d’interdépendance qui structurent le secteur minier dans ses multiples ramifications.

Les changements du travail

Si les travailleurs du secteur minier ont occupé une place centrale dans les recherches sur le capitalisme, les classes sociales et l’urbanisation en Afrique, la littérature récente sur le boom minier a en revanche peu abordé cette thématique. Pourtant, comparativement à leurs prédécesseurs publics ou privés, les compagnies minières recourent davantage à la sous-traitance et licencient plus facilement leurs travailleurs. Elles ne cherchent pas, comme ce fut le cas au Congo ou en Zambie, à « stabiliser » ces derniers avec leurs familles dans des camps : si ces compagnies sont établies loin de toute agglomération, elles préfèrent loger leurs travailleurs seuls, entre eux, pour des périodes de travail déterminées 28 . En même temps, les plus grandes compagnies peuvent offrir à une catégorie restreinte de travailleurs des salaires élevés et des formations à l’étranger, et développer dans l’enceinte de leurs concessions et bâtiments un dispositif disciplinaire impressionnant pour garantir la sécurité au travail – ce qui leur permet d’afficher de bons résultats en termes de RSE. Dans tous les cas, qu’elles soient américaines, chinoises ou indiennes, ces entreprises importent des formes d’organisation du travail souvent éloignées de celles qui ont marqué l’histoire de l’industrie minière dans nombre de pays africains (paternalisme, militantisme syndical, jeux clientélistes, etc.).

On peut dès lors, dans le cadre de ce numéro, s’interroger sur la manière dont les travailleurs africains se sont adaptés à ces organisations de travail. Il y a tout d’abord, dans de nombreuses entreprises, la question de la langue. Au Katanga, l’incompréhension mutuelle entre les travailleurs et leurs supérieurs chinois ou américains donne lieu à de nombreux malentendus, mais aussi à des moqueries réciproques en la présence des uns et des autres. Elle confère également un pouvoir considérable aux interprètes, dont les manipulations sont parfois dignes du personnage de Wangrin dans le roman d’Amadou Hampaté Bâ 29 . Cela étant, nombreux sont ceux qui se mettent à suivre des cours d’anglais (plus rarement de chinois) pour se faire engager dans les multinationales et connaître une ascension socioprofessionnelle. Dans ces circonstances, la maîtrise de l’anglais se diffuse dans la société par le haut et apparaît de plus en plus comme un critère de distinction sociale.

Il y a ensuite la découverte de nouvelles formes d’organisation du travail. En Zambie, celle qui règne au sein de la mine de Chambishi, propriété d’une entreprise chinoise, suscite chez les travailleurs des comparaisons avec celle qui prévalait à l’époque de l’entreprise publique Zambia Consolidated Copper Mines, et inspire de ce fait des sentiments ambivalents 30 .  Héritiers d’une longue tradition paternaliste, mais aussi syndicale, ces travailleurs voient dans leur niveau de rémunération et dans l’emploi de journaliers une « exploitation » inhumaine – en particulier à la suite de l’accident qui a coûté la vie à cinquante journaliers en 2005. À plusieurs reprises, ils ont déclenché des grèves spontanées pour dénoncer leurs conditions de travail, avant que l’entreprise n’accepte d’augmenter les salaires et d’offrir des contrats permanents aux journaliers 31 . En même temps, ils sont reconnaissants envers les Chinois d’avoir relancé la mine et estiment que ces derniers pratiquent moins de discrimination envers les Zambiens que ne le faisaient les Blancs. Plus largement, nombreux sont les Zambiens qui éprouvent une certaine fascination pour l’éthique du travail ascétique des Chinois, celle-ci étant présentée par ces derniers comme le fondement du développement rapide de leur pays.

Depuis le milieu des années 2000 se multiplient partout des actions de grève et de protestation plus ou moins spontanées, qui remettent en cause le nouvel ordre économique et social créé par les réformes néolibérales de la Banque mondiale. Cette observation appelle une réflexion sur le rôle des syndicats dans la nouvelle configuration du secteur minier. L’article de Raphaël Botiveau nous explique pourquoi, après avoir été le fer de lance des intérêts des mineurs noirs durant l’Apartheid, le National Union of Mineworkers a fini par être désavoué par une large partie de ses adhérents à l’occasion des événements de Marikana en 2012 – un exemple édifiant des actions de protestation, et de la répression dont elles peuvent faire l’objet, dans le contexte de transformation du secteur minier. Ce rejet doit beaucoup, selon Botiveau, à la stratégie des responsables depuis les années 1980 qui a conduit à faire de ce syndicat une organisation de plus en plus technocratique, en phase avec la vision du monde légaliste et économiciste des multinationales du secteur minier et du gouvernement sud-africain post-Apartheid. Si cette stratégie lui a permis de devenir un intermédiaire institutionnel et social puissant, elle l’a aussi éloigné de la base, laquelle aspire à une représentation plus militante, voire conflictuelle de ses intérêts devant les employeurs.

L’histoire du champ syndical sud-africain a partie liée avec celle du pays et ses spécificités, de telle sorte qu’elle est difficilement comparable avec celle du champ syndical en Zambie ou en RDC, par exemple 32 . Cela dit, il semble possible de dégager au moins trois lignes de force. Partout, que ce soit dans le secteur platine (Afrique du Sud) ou cuivre (Zambie et RDC), le boom minier a entraîné une résurgence de l’activité syndicale en raison de la hausse de l’emploi. Dans un contexte marqué par une libéralisation relative de la vie politique et associative, les syndicats se livrent à une rivalité accrue pour représenter les travailleurs dans les entreprises, les plus petits d’entre eux n’hésitant pas à adopter un discours plus radical, populiste, pour détrôner les organisations les mieux établies. Pour différentes raisons, ils semblent malgré tout éprouver des difficultés à poursuivre leur agenda militant une fois entrés en négociation avec l’employeur. Du fait de ce décalage entre radicalisme face au personnel et complaisance face à la direction, nombreux sont les travailleurs qui continuent à éprouver une profonde méfiance envers leurs représentants syndicaux et à préférer des actions spontanées, qui ne passent pas par leur intermédiaire. Ainsi, si les syndicats ont pu, à différents moments dans le passé, porter les aspirations des mineurs et jouer un rôle politique majeur sur la scène nationale, il n’est pas du tout évident qu’ils contribueront à changer la donne actuelle.

Au-delà des usines et des syndicats, on pourrait suggérer que l’implantation des investisseurs étrangers a entraîné des disparités économiques et sociales croissantes au sein de la population. D’un côté, elle a permis l’apparition d’une nouvelle classe moyenne jeune, relativement aisée, principalement composée de cadres du secteur privé et de petits indépendants (fournisseurs, sous-traitants, consultants, etc.). Diplômés de l’enseignement supérieur, ces derniers ont réussi à s’insérer dans la nouvelle économie en développant un rapport essentiellement instrumental au travail : en réponse à la politique néolibérale des compagnies minières, ils changent fréquemment d’occupation selon les salaires offerts et les opportunités de marché qui s’offrent à eux. Forts de leurs revenus, ils sont en mesure de développer un style de vie bourgeois cosmopolite : ils construisent de nouvelles maisons, fréquentent les lieux « branchés », passent leurs vacances à l’étranger, etc. Tout se passe comme si les booms miniers, par l’afflux d’argent qu’ils entraînent et les nouvelles connexions globales qu’ils permettent, suscitaient chez ceux qui en tirent parti de nouveaux imaginaires de réussite, de nouvelles formes de subjectivation 33 .

De l’autre, nous trouvons la masse des laissés-pour-compte de la libéralisation du secteur minier : les creuseurs expulsés des gisements acquis par les compagnies minières, les journaliers condamnés à travailler pour cinquante dollars par mois, ou encore les agents des anciennes sociétés publiques, qui ont été licenciés et voient leur situation se détériorer. Rencontrant de plus en plus de difficultés à faire face à l’augmentation du coût de la vie (provoquée notamment par le boom minier), ils tendent – comme le montre bien la contribution de Makori – soit à se replier dans la nostalgie du passé, soit à vivre au jour le jour. L’expérience des ex-agents de la Gécamines rencontrés par Makori est ainsi marquée par le sentiment d’avoir perdu la sécurité matérielle que leur procurait autrefois la politique paternaliste de l’entreprise. Quant à leurs enfants, dont bon nombre sont devenus creuseurs, ils vivent moins, selon Makori, dans la mémoire du passé que dans le présent, au gré des opportunités de gain ou de jouissance qui s’offrent à eux. Dans les deux cas, ils éprouvent des difficultés à se projeter dans l’avenir.

Les arènes politiques

Les investissements miniers représentent un enjeu politique de taille à différents niveaux. Le premier enjeu qui se développe autour de ces investissements est, selon le contexte, la cession des gisements aux entreprises privées ou la signature de contrats de joint-venture. Comme l’a montré Bonnie Campbell, la réforme du secteur minier africain – tel qu’il a été envisagé par la Banque mondiale – ne vise pas tant un retrait de l’État qu’une redéfinition de son rôle comme instance régulatrice : il a pour mission de mettre en place un cadre institutionnel et légal à même d’organiser le transfert des ressources minières du domaine public aux investisseurs privés dans le respect des principes de transparence et de concurrence, et d’offrir à ces derniers des conditions favorables pour développer leurs activités 34.

Dans les faits, ces réformes néolibérales ont été, dans nombre de pays, instrumentalisées par différents acteurs, qui ont trouvé dans la négociation des contrats avec les investisseurs étrangers une source de revenus personnels, et donc un moyen de consolider leur position politique 35 . Ainsi que le suggèrent les contributions de Victoria Lickert et de Samuel Nguiffo pour le Cameroun, tous ceux qui sont en mesure de revendiquer une parcelle du pouvoir souverain de l’État dans la gestion des ressources minières sont susceptibles de faire des promesses à ces investisseurs (voire de signer des contrats avec eux), qu’ils soient en mesure de les honorer ou non. Les cartes qui accompagnent l’analyse de Nguiffo montrent ainsi que l’administration minière camerounaise n’hésite pas à jouer sur le pluralisme légal qui prévaut en matière foncière pour allouer à ces investisseurs des concessions qui empiètent sur celles de sociétés forestières et/ou de parcs naturels.

Néanmoins, le dernier mot revient souvent – compte tenu du caractère éminemment stratégique de ces ressources – à la présidence et à son entourage 36 . Le nouveau code minier camerounais, explique Lickert, n’offre pas seulement des conditions favorables aux investisseurs privés, mais confère également des pouvoirs discrétionnaires au président Paul Biya dans la négociation des contrats. Il s’ensuit que la libéralisation du secteur minier a abouti non pas à sa « dépolitisation », mais au contraire à une multiplication des acteurs politiques qui y interviennent et, dans le même temps, à une recentralisation du pouvoir autour de l’espace présidentiel.

Indépendamment de la négociation des contrats miniers avec les autorités nationales, les compagnies étrangères doivent négocier l’accès au site minier proprement dit avec l’ensemble des acteurs sur place pouvant légitimement revendiquer des droits sur celui-ci : les creuseurs qui l’exploitent, les agriculteurs qui y habitent, les pasteurs qui y font paître leur bétail, etc. 37 . C’est le cas en particulier des chefs traditionnels, dont l’autorité « coutumière » sur leurs terres est, dans de nombreux pays, reconnue par l’État. Comme l’a fait remarquer Rohit Negi, ceux-ci peuvent, en échange de leur consentement, tenter d’obtenir des compagnies qu’elles leur offrent des cadeaux, recrutent en priorité des membres de leur « tribu », ou encore mettent en œuvre des projets de développement dans leur territoire 38 . L’implantation des investisseurs miniers peut ainsi contribuer à la consolidation du pouvoir des chefs et, plus largement, à la résurgence du discours de l’autochtonie.

La contribution de Sarah Geenen et Francine Iragi Mukotanyi rappelle toutefois que les arènes politiques locales sont souvent travaillées par de multiples clivages39 . Dans les conflits qui se développent autour des ressources d’une entreprise étrangère, plusieurs individus ou groupes stratégiques peuvent, en jouant de leurs réseaux et de leurs compétences culturelles, se positionner comme « courtiers » et ainsi rivaliser avec le chef et son entourage 40 . Le jeu politique qui se construit autour des investissements miniers dans l’arène villageoise apparaît alors largement indéterminé. Dans l’étude de cas que Geenen et Iragi Mukotanyi proposent sur Luhwindja, le chef, qui était hostile à l’implantation de l’entreprise canadienne Banro, a été contraint de s’exiler à Kinshasa suite à une opération militaire contre un groupe rebelle auquel il était allié. C’est l’épouse de l’ancien chef – la mwamikazi – qui fut alors appelée par le président Joseph Kabila pour devenir la principale interlocutrice de Banro sur le terrain. Elle a réussi à tirer parti de cette position pour créer des entreprises de sous-traitance, servir d’intermédiaire dans les projets de développement financés par la compagnie minière et devenir une femme politique puissante. Cette ascension lui a toutefois valu des critiques acerbes de la part de la population, qui ont été relayées par des associations à Bukavu. Celles-ci ont même lancé une pétition exigeant le départ de la mwamikazi, avant que leur initiative ne soit bloquée par la police.

Comme le montre cet exemple, loin de se limiter à l’arène locale, les doléances des habitants – mais aussi des travailleurs et des creuseurs – sont susceptibles d’être récupérées par des acteurs qui participent à d’autres arènes (ou champs) à l’échelle régionale, nationale et internationale pour servir leur propre agenda politique 41 . Ce qui est intéressant dans ce processus, c’est qu’en passant d’une échelle à l’autre, les revendications des acteurs locaux sont généralement filtrées et recodées dans un nouveau vocabulaire qui élargit la définition morale du problème en cause 42 . Ce travail de sélection et de traduction tend à reproduire la position subalterne de ces acteurs en déplaçant le débat vers la ville, la capitale, les pays occidentaux, où il est de plus en plus monopolisé par des experts, des activistes et des chercheurs. Mais il permet également de donner à leurs revendications un plus large écho et de mobiliser un plus vaste réseau de soutien. Il est susceptible, pour cette raison, d’avoir des effets sur la manière dont les acteurs locaux perçoivent eux-mêmes les compagnies minières et articulent leurs doléances. Les « entrepreneurs de morale 43 » qui critiquent l’industrie minière à différents niveaux contribuent ainsi, de manière indirecte, à l’apparition de nouvelles normes et de nouveaux discours dans l’arène locale.

En raison de cet emboîtement des arènes, l’ensemble des acteurs doit jouer en même temps plusieurs parties, à différents niveaux de pouvoir. L’engagement des grandes multinationales dans le domaine de la RSE, par exemple, procède autant de leur souci de défendre leur réputation à l’échelle internationale que des multiples pressions dont elles sont l’objet de la part des acteurs africains pour reproduire le régime de la « décharge » instauré à l’époque coloniale 44 . Compte tenu de la défaillance de l’État, ces compagnies suscitent des attentes très fortes en matière d’emploi, d’infrastructures, de projets sociaux – ce qu’illustrent bien les contributions de Lickert pour Sinosteel au Cameroun, et de Geenen et Iragi Mukotanyi pour la Banro en RDC. De ce fait, les élites politiques – de la présidence aux chefs coutumiers en passant par les autorités régionales – tentent de les instrumentaliser pour financer leurs projets au bénéfice de la population et consolider ainsi leur base clientéliste. Quand bien même les grandes multinationales estiment ces requêtes excessives, elles se doivent d’y répondre si elles souhaitent maintenir leur accès aux ressources minières. L’injonction de donner dans l’évergétisme ne concerne d’ailleurs pas seulement ces compagnies, mais également les plus petites de ces entreprises, même si leurs dons restent souvent plus symboliques (construire un marché, réaménager un parc public, etc.).

Représentations et rumeurs

Évaluer la portée du boom minier dans ses multiples conséquences est un exercice particulièrement difficile dans la mesure où il est déjà saturé par les discours, les images et les chiffres produits par les acteurs en présence et les observateurs extérieurs – une problématique riche en perspectives de recherche, que nous pouvons lire en creux dans les contributions de ce numéro.

Tout boom minier dans une région donnée commence par une rumeur. Dans le lancement de celle-ci, les sociétés d’exploration – dont l’objet social est de repérer des gisements prometteurs, de les représenter sous la forme de chiffres et de plans, et de revendre leurs droits sur ceux-ci à des investisseurs avec une plus-value – jouent souvent un rôle déterminant. Compte tenu de leur objet spéculatif, la représentation que ces sociétés offrent des gisements en question ne reflète pas un état objectif : elle est construite et communiquée de manière à attirer l’attention des investisseurs sur eux et à faire circuler des bruits sur leur potentiel. De façon plus insidieuse, les sociétés d’exploration contribuent également à rendre le secteur minier intangible, insaisissable, du fait qu’elles achètent et revendent rapidement les titres miniers et changent elles-mêmes constamment de nom, d’adresse et d’actionnaires 45 . Avant que les gisements ne soient acquis par des compagnies qui décident de les exploiter, l’activité minière d’une région donnée se présente ainsi comme une « économie des apparences » – un marché spéculatif de titres miniers qui passent sans cesse de main en main entre des sociétés à l’identité elle-même changeante 46 .

Comme en témoigne la luxuriance de leurs sites web, le volume de leurs rapports et le soin apporté à leurs exposés en public, les entreprises majors ne s’investissent pas moins que les juniors dans la production de représentations. C’est que l’enjeu n’est pas seulement pour elles de faire miroiter la plus-value que leur projet d’investissement peut apporter aux actionnaires ; il est également de réduire et de contrecarrer les critiques susceptibles de remettre en question celui-ci. D’une part, elles mettent en avant leurs œuvres au bénéfice des communautés locales et les montants qu’elles y ont consacrés en invoquant les best practices en matière de responsabilité sociale des entreprises 47 . De l’autre, elles veillent à contrôler ce qui est publié à leur sujet en limitant l’accès des chercheurs indépendants à leur concession et aux communautés qui l’entourent 48. On pourrait ainsi suggérer, pour reprendre une terminologie marxiste, que le contrôle des moyens de communication est devenu, du point de vue de ces grandes compagnies, une modalité essentielle de leur contrôle continu des moyens de production (le capital, la mine, etc.).

Ces dispositifs mis en place pour monopoliser l’information n’empêchent pas bien sûr la prolifération des commentaires, des critiques et des rumeurs 49 . On parle de la politique de recrutement « tribale » de telle entreprise et de « l’esclavage » imposé aux travailleurs dans telle autre. On soupçonne l’identité des politiciens et des intérêts étrangers qui se cachent derrière tel homme d’affaires, ainsi que leurs liens avec des activités de guerre, criminelles ou terroristes. On a entendu dire que la majorité des Chinois sont des forçats expédiés par leur gouvernement pour travailler en Afrique. Nourries par l’opacité qui entoure les contrats et les acteurs du secteur minier, ces rumeurs, parfois colportées par la presse locale, offrent une critique populaire sur le boom minier. Toutefois, loin de s’épuiser dans les réseaux de sociabilité qui parcourent les régions minières, elles peuvent – au même titre que les doléances des communautés locales – être reprises dans les publications des experts, des activistes ou des chercheurs en sciences sociales (« Un informateur bien placé nous a affirmé que… »), et alimenter ainsi des débats à l’étranger 50 .

À l’échelle internationale, les observateurs étrangers dont nous venons de parler convoquent volontiers des termes forts pour décrire l’implantation des investisseurs miniers étrangers en Afrique : il est question de pillage, de « new scramble », de malédiction des ressources, de nouveau départ de l’Afrique, etc. Ces termes suggèrent que le récent « boom » minier – un autre terme évocateur – est investi par différents imaginaires, ceux de la ruée vers l’or, de la conquête coloniale, du décollage économique, ou encore des bulles spéculatives. Ils témoignent également du fait que ce boom donne lieu à des conflits non seulement autour des ressources, mais également autour des catégories au travers desquelles il convient de le représenter. D’un côté, les compagnies minières soutiennent qu’elles contribuent au « développement durable » de la région dans laquelle elles sont établies, et cherchent à criminaliser les acteurs de la filière artisanale, accusés de recourir au travail des enfants, de polluer les sols et les rivières, etc.51 . De l’autre, les activistes, soutenus par de nombreux chercheurs et journalistes, voient dans les discours de responsabilité sociale et environnementale des entreprises un vernis de légitimation susceptible de dissimuler les abus qu’elles commettent52 .

Pour défendre leur thèse, compagnies minières et activistes lancent des chiffres (souvent invérifiables), citent des témoignages (bien choisis) et reconstruisent l’histoire des pays concernés (à leur avantage). Ce faisant, ils visent à former une « communauté interprétative » qui rallie à leur cause le public, les décideurs politiques et les institutions internationales. Pour l’heure, si la Banque mondiale – qui joue un rôle clé dans la régulation du secteur minier à l’échelle mondiale – reconnaît officieusement les nombreux problèmes posés par l’extraction minière, elle refuse de changer de stratégie et continue donc à soutenir l’ouverture du secteur minier africain aux investissements étrangers 53 .

En développant ces pistes d’analyse, cette introduction a fait en sorte de jeter les bases d’une approche socio-anthropologique des investissements miniers, qui attache une attention privilégiée à « l’agencéité » des acteurs et à l’histoire des sociétés africaines. Dans cette approche, le boom auquel nous assistons depuis le milieu des années 2000 n’est pas seulement le fruit des réformes promues par la Banque mondiale, mais plus largement celui d’un processus de « formation » largement indéterminé, qui implique aussi bien des gouvernements étrangers, des compagnies multinationales et des petites entreprises, que les élites politiques, les travailleurs et les creuseurs 54 . Il ne s’agit donc pas de sous-estimer l’influence des acteurs étrangers, ni même de contester la thèse de l’émergence de nouveaux régimes de dépendance économique et politique, mais bien de sortir de ce que Jean-François Bayart appelait, dans les premières pages de L’État en Afrique, le « paradigme du joug » – un paradigme à ce point focalisé sur les politiques de ces acteurs extérieurs qu’il en vient à dénier toute forme d’historicité aux sociétés africaines 55 .

Dans cette perspective socio-anthropologique, le boom des investissements étrangers offre un excellent point d’entrée pour étudier la trajectoire politique des régions riches en ressources minières. En premier lieu, l’exploitation minière est, dans nombre de ces régions, au cœur de la fabrique des sociétés depuis des décennies, voire des siècles. Dans ce cadre, les conflits qui se développent autour des compagnies minières ne semblent pas entièrement neufs ; ils réveillent, dans un contexte transformé, ce qui apparaît comme de vieux démons. En deuxième lieu, l’établissement de ces entreprises a des effets en chaîne – nous l’avons vu – dans différentes arènes à plusieurs niveaux. La formation du secteur minier participe donc, en même temps, de la formation de l’État, du champ du développement, etc. Suivre la manière dont un conflit passe d’un espace de lutte à un autre, et conduit les acteurs à jouer plusieurs parties en même temps, constitue un dispositif méthodologique particulièrement intéressant pour pénétrer la complexité des sociétés africaines. Enfin, le boom minier offre un champ d’analyse comparative relativement pertinent du fait qu’il met très souvent aux prises, dans différents contextes, les mêmes enjeux, les mêmes acteurs (ou catégories d’acteurs), et les mêmes technologies politiques.

Il reste que tout boom minier est par définition éphémère, comme l’histoire économique des anciennes régions minières en Afrique en atteste : elle s’est déroulée comme une succession de périodes de croissance rapide et de déclin plus longues. Dès lors, si l’implantation des entreprises minières provoque aujourd’hui de nombreux changements, comment évaluer la portée de ceux-ci dans les années, les décennies, qui viennent ? Sans céder aux prophétismes qui prédisent le « nouveau départ » de l’Afrique ou, au contraire, un retour au « cœur des ténèbres », l’analyse gagne ici à évaluer l’orientation prise par les dynamiques en cours et, plus largement, à interroger la manière dont les acteurs eux-mêmes se représentent le futur et le préparent (ou non) 56 . Les espoirs et les craintes que celui-ci suscite sont, dans un certain sens, sous-jacents à l’ensemble des rapports sociaux qui entourent les investissements miniers étrangers en Afrique.

Benjamin Rubbers (Laboratoire d’anthropologie sociale et culturelle, Université de Liège)

Paru dans Politique africaine 3/2013 (N° 131), p. 5-25.

Crédit image : © Raphaël Botiveau, manifestation pour la sécurité au travail dans les mines, Johannesbourg, 4 octobre 2011.

  1. R. Custers et K. Mattysen, Africa’s Natural Resources in a Global Context, Anvers, International Peace Information Service (IPIS), août 2009, <www.ipisresearch.be/att/20090812_Natural_Resources.pdf>, consulté le 16 octobre 2013 []
  2. J. G. Frynas et M. Paulo, « A New Scramble for African oil ? Historical, Political and Business Perspectives », African Affairs, vol. 106, n° 423, 2006, p. 229-251 ; R. Southall, « Scrambling for Africa ? Continuities and Discontinuities With Formal Imperialism », in H. Melber et R. Southall (dir.), A New Scramble for Africa ? Imperialism, Investment and Development, Scottville, University of KwaZulu-Natal Press, 2009, p. 1-35 []
  3. B. Campbell (dir.), Enjeux des nouvelles réglementations minières en Afrique, Uppsala, Nordiska AfrikaInstitutet, Document de recherche 3, 2004 ; B. Campbell (dir.), Mining in Africa. Regulation and Development, Londres, Pluto Press, 2009 ; D. Szablowski, Transnational Law and Local Struggles. Mining, Communities and the World Bank, Oxford/Portland, Hart Publishing, 2007 []
  4. G. Bridge, « Mapping the Bonanza : Geographies of Mining Investment in an Era of Neoliberal Reform », The Professional Geographer, vol. 56, n° 3, 2004, p. 411 []
  5. Nonobstant les nombreux rapports et articles consacrés à des pays spécifiques, voir, dans une visée comparative, B. Campbell (dir.), Enjeux des nouvelles réglementations minières…, op. cit. ; B. Campbell (dir.), Mining in Africa…, op. cit []
  6. La littérature est ici abondante. Pour un aperçu d’ensemble, voir H. Melber et R. Southall (dir.), A New Scramble for Africa ?…, op. cit []
  7. Pour une étude de cas, voir par exemple J. Hönke, « Transnational Pockets of Territoriality. Governing the Security of Extraction in Katanga (DRC) », Working Paper Series, n° 2, Graduate Centre Humanities and Social Sciences of the Research Academy Leipzig, 2009. Les principales références théoriques sur cette question sont J. Ferguson, Global Shadows. Africa in the Neoliberal World Order, Durham/Londres, Duke University Press, 2006, chap. 8 et R. Abrahamsen et M. C. Williams, Security Beyond the State. Private Security in International Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, chap. 4 []
  8. Deux numéros spéciaux ont notamment été consacrés à cette thématique dans Third World Quarterly, « Beyond Corporate Social Responsibility ? Business, Poverty and Social Justice », vol. 28, n° 4, 2007 et Resources Policy, « Corporate Social Responsibility in the Extractive Industries : Experiences from Developing Countries », vol. 37, n° 2, 2012 []
  9. Que ce soit pour le Ghana, la Zambie ou la RDC, de nombreux rapports produits par des ONG aboutissent à cette conclusion. Pour une argumentation plus générale, voir R. Bush, « Scrambling to the Bottom ? Mining, Resources and Underdevelopment », Review of African Political Economy, vol. 35, n° 117, 2008, p. 361-368 ; R. Bush, « Mining, Dispossession, and Transformation in Africa », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism. Boom and Bust on the Globalized Copperbelt, New York, Palgrave Macmillan, 2010, p. 237-268 ; A. Bebbington et al., « Contention and Ambiguity : Mining and The Possibilities of Development », Development and Change, vol. 39, n° 6, 2008, p. 887-914 ; S. Pegg, « Mining and Poverty Reduction : Transforming Rhetoric into Reality », Journal of Cleaner Production, vol. 14, n° 3-4, 2006, p. 376-387 []
  10. Pour un compte-rendu de ces débats, voir M. L. Ross, « The Political Economy of the Resource Curse », World Politics, vol. 51, n° 2, 1999, p. 297-322 ; A. Rosser, The Political Economy of the Resource Curse : A Literature Survey, Institute of Development Studies, Working Paper, n° 268, University of Sussex, 2006 ; A. Bebbington et al., « Contention and Ambiguity… », art. cit []
  11. Un bon exemple pour les premiers est R. Bush, « Scrambling to the Bottom ?… », art. cit. et, pour les seconds, G. Hilson et B. Murck, « Sustainable Development in the Mining Industry : Clarifying the Corporate Perspective », Resources Policy, vol. 26, n° 4, 2000, p. 227-238. On retrouve ainsi pour le secteur minier les deux postures morales et politiques – la posture critique et la posture appliquée – qui polarisent le champ des sciences du développement en général []
  12. Par exemple, A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit. ; S. Luning, « Liberalisation of the Gold Mining Sector in Burkina Faso », Review of African Political Economy, vol. 35, n° 117, 2008, p. 387-401 ; S. Luning, « Corporate Social Responsibility (CSR) for Exploration : Consultants, Companies and Communities in Processes of Engagements », Resources Policy, vol. 37, n° 2, 2012, p. 205-211 ; ou encore S. Geenen et K. Claessens, « Disputed Access to the Gold Sites in Luhwindja, Eastern Democratic Republic of Congo », Journal of Modern African Studies, vol. 51, n° 1, 2013, p. 85-108 []
  13. En ce qui concerne les compagnies minières, voir C. Ballard et G. Banks, « Resource Wars : The Anthropology of Mining », Annual Review of Anthropology, vol. 32, 2003, p. 290 []
  14. R. Southall, « The “New Scramble” and Labour in Africa », Labour, Capital and Society, vol. 41, n° 2, 2008, p. 148 []
  15. Nombreux sont, par exemple, les travaux qui traitent de la politique économique de la Chine en Afrique sans mesurer l’autonomie dont jouissent les sociétés privées vis-à-vis du gouvernement, ou encore la grande hétérogénéité des migrants chinois sur le sol africain. Voir notamment Y. J. Park, « Chinese Migration in Africa », Occasional Paper, n°24, South African Institute of International Affairs, 2009 ; J. Gu, « China’s Private Entreprises in Africa and the Implications for African Development », European Journal of Development Research, vol. 21,n° 4, 2009, p. 570-587 ; J. Jansson, « Views From the “periphery”. The Manifold Reflections of China’s Rise in the D. R. Congo », in X. Li et S. Christensen (dir.), The Rise of China. The Impact on Semi-Periphery and Periphery Countries, Aalborg, Aalborg University Press, 2012, p. 173-203 []
  16. Plusieurs idées développées dans cette introduction sont esquissées et illustrées par des exemples concrets dans B. Rubbers, Le Paternalisme en question. Les anciens ouvriers de la Gécamines face à la libéralisation du secteur minier katangais (R.D. Congo), Paris, L’Harmattan, Cahiers africains, 2013 []
  17. L’agencéité (agency) est comprise ici comme la capacité des individus à agir, à influencer le monde social qui les entoure et, partant, à maîtriser leur propre devenir []
  18. En 1995, 36 pays africains avaient, à l’instigation de la Banque mondiale, édicté des lois et mis en place des institutions pour tenter de la structurer. E. Fischer, « Occupying the Margins : Labour Integration and Social Exclusion in Artisanal Mining in Tanzania », Development and Change, vol. 38, n° 4, 2007, p. 736-737 []
  19. Voir l’article de S. Geenen et F. Mukotanyi, « “Les grands poissons mangent les petits” : multiples aspects d’un conflit autour d’une concession minière au Sud-Kivu », dans le présent numéro ; S. Geenen et K. Claessens, « Disputed Access to the Gold Sites… », art. cit. ; G. Hilson, et N. Yakovleva, « Strained Relations : A Critical Analysis of the Mining Conflict in Prestea, Ghana », Political Geography, vol. 26, n° 1, 2007, p. 98-119 ; R. Bush, « “Soon There Will Be No-One Left to Take the Corpses to the Morgue” : Accumulation and Abjection in Ghana’s Mining Communities », Resources Policy, vol. 34, n° 1-2, 2009, p. 57-63 ; A. Aubynn, « Sustainable Solution or a Marriage of Inconvenience ? The Coexistence of Large Scale Mining and Artisanal and Small-Scale Mining on the Abosso Goldfields Concession in Western Ghana », Resources Policy, vol. 34, n° 1-2, 2009, p. 64-70 ; J. Carstens et G. Hilson, « Mining, Grievance and Conflict in Rural Tanzania », International Development Planning Review, vol. 31, n° 3, septembre 2009, p. 301-326 []
  20. S. Luning, « Liberalisation of the Gold Mining Sector… », art. cit. ; S. Luning, « Gold Mining in Samatenga, Burkina Faso : Governing Sites, Appropriating Wealth », in J. Abbink et A. Van Dokkum (dir.), Dilemmas of Development. Conflicts of Interest and Their Resolutions in Modernizing Africa, Leiden, African Studies Centre, 2008, p. 189-205 []
  21. F. de Boeck, « Garimpeiro Worlds : Digging, Dying and “Hunting” for Diamonds in Angola », Review of African Political Economy, vol. 28, n° 90, 2001, p. 548-562 ; T. Grätz, « Les Frontières de l’orpaillage en Afrique occidentale », Autrepart, vol. 2, n° 30, 2004, p. 135-150 ; K. Werthmann et T. Grätz (dir.), Mining Frontiers in Africa. Anthropological and Historical Perspectives, Cologne, Köppe, 2012 []
  22. Pour l’Est de la RDC par exemple, voir M. Nest, Coltan, Cambridge, Polity Press, 2011 ; J. Cuvelier (dir.), The Complexity of Resource Governance in a Context of State Fragility : The Case of Eastern DRC, rapport International Peace Information Service/International Alert, novembre 2010 []
  23. W. Reno, « Order and Commerce in Turbulent Areas : 19th Century Lessons, 21st Century Practice », Third World Quarterly, vol. 25, n° 4, 2001, p. 607-625 []
  24. F. de Boeck, « Domesticating Diamonds and Dollars : Identity, Expenditure and Sharing in Southwestern Zaire (1984-1997 », Development and Change, vol. 29, n° 4, octobre 1998, p. 777-810 ; K. Werthmann, « “Frivolous squandering” : Consumption and Redistribution in Mining Camps », in J. Abbink et A. Van Dokkum (dir.), Dilemmas of Development…, op. cit., p. 60-76 ; J. Cuvelier, Men, Mines and Masculinities : The Lives and Practices of Artisanal Miners in Lwambo (Katanga Province, DR Congo), thèse de doctorat en anthropologie sociale et culturelle, Université catholique de Louvain, 2011 []
  25. E. Herbert, « Mining as Microcosm in Precolonial Sub-Saharan Africa. An Overview », in A. B. Knapp, V. C. Pigott et E. W. Herbert (dir.), Social Approaches to an Industrial Past. The Archaeology and Anthropology of Mining, Londres/New York, Routledge, p. 138-154 []
  26. Voir B. Rubbers, Le Paternalisme en question…, op. cit., chap. 6 []
  27. T. Grätz, « Gold Mining and Risk Management : A Case Study from Northern Benin », Ethnos, vol. 68, n° 2, 2003, p. 192-208 ; T. Grätz, « Gold Trading Networks and the Creation of Trust : A Case Study from Northern Benin », Africa, vol. 74, n° 2, 2004, p. 146-172 ; T. Grätz, « Moralities, Risk and Rules in West African Artisanal Gold Mining Communities : A Case Study of Northern Benin », Resources Policy, vol. 34, n° 1-2, mars-juin 2009, p. 12-17 ; C. Panella (dir.), Worlds of Debts. Interdisciplinary Perspectives on Gold Mining in West Africa, Amsterdam, Rotzenberg, 2010 ; L. Arnaldi di Balme et C. Lanzano, « “Entrepreneurs de la frontière” : le rôle des comptoirs privés dans les sites d’extraction artisanale de l’or au Burkina Faso », dans le présent numéro []
  28. J. Ferguson, « Seeing Like an Oil Company : Space, Security, and Global Capital in Neoliberal Africa », American Anthropologist, vol. 107, n° 3, 2005, p. 379 ; J. Hönke, « Transnational Pockets of Territoriality… », art. cit, p. 18 ; B. Rubbers, Le Paternalisme en question…, op. cit []
  29. A. Hampaté Bâ, L’étrange destin de Wangrin ou les roueries d’un interprète africain, Paris, Union Générale d’Éditions, 1973 []
  30. C. K. Lee, « Raw Encounters : Chinese Managers, African Workers, and the Politics of Casualization in Africa’s Chinese Enclaves », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 127-154 []
  31. Ces événements s’inscrivent dans un contexte de montée du sentiment anti-Chinois en Zambie. Lors des élections présidentielles de 2006 et 2011, le candidat du Patriotic Front, Michael Sata, a construit sa campagne sur ce thème []
  32. M. Larmer, « Historical Perspectives on Zambia’s Mining Booms and Busts », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 31-58 ; G. Martens, « Congolese Trade Unionism : the Colonial Heritage », Brood en Rozen, vol. 4, n°2, 1999, p. 129-149. Pour un compte-rendu des recherches récentes sur le syndicalisme en Afrique, qui remet en perspective les spécificités du cas sud-africain, voir R. Botiveau, « Le Perpétuel retour du travail : penser les syndicats en Afrique entre luttes historiques et actuelles », Politique africaine, n°129, mars 2013, p. 157-170 []
  33. R. Banégas et J.-P. Warnier, « Nouvelles figures de la réussite et du pouvoir », Politique africaine, n°82, juin 2001, p. 5-21 []
  34. B. Campbell (dir.), Enjeux des nouvelles réglementations…, op. cit. ; B. Campbell (dir.), Mining in Africa…, op. cit. ; D. Szablowski, Transnational Law and Local Struggles…, op. cit []
  35. Sur ces stratégies d’extraversion, voir B. Hibou, « Le “capital social” de l’État falsificateur, ou les ruses de l’intelligence économique », in J.-F. Bayart, S. Ellis et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997, p. 105-158 []
  36. W. Reno, « How Sovereignty Matters : International Markets and the Political Economy of Local Politics in Weak States », in T. Callaghy, R. Kassimir et R. Latham (dir.), Intervention and Transnationalism in Africa. Global-Local Networks of Power, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 197-215 []
  37. Voir G. Hilson, « An Overview of Land Use Conflicts in Mining Communities », Land Use Policy, vol. 19, n° 1, janvier 2002, p.65-73 ; S. Lange, « Gold and Governance : Legal Injustices and Lost Opportunities in Tanzania », African Affairs, vol. 110, n° 439, 2011, p. 233-252 ; S. Geenen et K. Claessens, « Disputed Access to the Gold Sites… », art. cit. Comme l’illustre ce dernier article, cette problématique gagne à être analysée à partir de la théorie générale de l’accès proposé par J. Ribot et N. Peluso, « A Theory of Access », Rural Sociology, vol. 68, n° 2, 2003, p. 153-181 ; voir aussi T. Sikor et C. Lund, « Access and Property : A Question of Power and Authority », Development and Change, vol. 40, n° 1, janvier 2009, p. 1-22 []
  38. R. Negi, « The Mining Boom, Capital and Chiefs in the “New Copperbelt” », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 209-236 []
  39. T. Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), Les Pouvoirs au village. Le Bénin rural entre démocratisation et décentralisation, Paris, Karthala, 1998 []
  40. T. Bierschenk, J.-P. Chauveau et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Paris, Karthala, 2000 []
  41. M. Keck et K. Sikkink, Activists Beyond Borders. Advocacy Networks in International Politics, Ithaca, Cornell University Press, 1998 ; J. Ferguson, Global Shadows…, op. cit., chap. 4 []
  42. Ce que D. A. Snow et al. appellent une amplification de cadre : D. A. Snow, E. Burke Rochford, J. S. K. Worden et R. D. Benford, « Frame Alignement Processes, Micromobilization, and Movement Participation », American Sociological Review, vol. 51, n° 4, 1986, p. 464-481 []
  43. H. Becker, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métaillé, 1985 []
  44. Voir M. Williams, « The Gold Standard of Governance : Mining, Decentralization and State Power in Senegal », Politique africaine, n°117, avril 2010, p. 127-148 ; J. Hönke, « New Political Topographies. Mining Companies and Indirect Discharge in Southern Katanga (DRC) », Politique africaine, n°120, décembre 2010, p. 105-127 []
  45. J.-B. Gewald et S. Soeters, « African Miners and Shape-Shifting Capital Flight : The Case of Luanshya/Baluba », in A. Fraser et M. Larmer (dir.), Zambia, Mining and Neoliberalism…, op. cit., p. 155-184 []
  46. []
  47. A. Tsing, Friction : An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press, 2004, chap. 2 []
  48. J. Hönke et T. A. Borzel, « From Compliance to Practice. Mining Companies and the Voluntary Principles on Security and Human Rights in the Democratic Republic of Congo », SFB-Governance working paper series, n° 25, 2011 []
  49. M. A. Welkker, « ‘Corporate Security Begins in the Community’ : Mining, the Corporate Social Responsibility Industry, and Environmental Advocacy in Indonesia », Cultural Anthropology, vol. 24, n° 1, 2009, p. 142-179 []
  50. S. Jackson, « “Nos richesses sont pillées !”. Économies de guerre et rumeurs de crime au Kivu », Politique africaine, n°84, décembre 2001, p. 117-135 []
  51. On en retrouve une belle illustration dans les travaux de la Commission sénatoriale belge sur le « pillage » au Congo en 2002. En l’absence de preuves, les questions parlementaires visaient avant tout à confirmer les allégations portant sur les hommes d’affaires incriminés dans le financement de la guerre. Voir B. Rubbers, Faire fortune en Afrique. Anthropologie des derniers colons du Katanga, Paris, Karthala, 2009, chap. 4 []
  52. Pour témoigner de ces abus à l’encontre de l’environnement, des droits sociaux ou encore des populations indigènes, ils prennent appui sur des scandales bien documentés tels ceux impliquant Freeport en Indonésie et BHP en Papouasie-Nouvelle-Guinée []
  53. S. Pegg, « Mining and Poverty Reduction… », art. cit []
  54. B. Berman et J. Lonsdale, Unhappy Valley : Conflict in Kenya and Africa, Londres, James Currey, 1992 ; B. Hibou, L’Afrique est-elle protectionniste ? Les chemins buissonniers de la libéralisation extérieure, Paris, Karthala, 1996 []
  55. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989, p. 20. À mon sens, le « paradigme du joug » demeure dominant dans la littérature sur l’économie politique en Afrique, que celle-ci s’inscrive dans une perspective critique ou appliquée. Mais la persistance de ce paradigme – ou sa réactivation sous de nouveaux atours théoriques – se fait le plus souvent sur un mode implicite, en négligeant tout simplement de prendre en considération l’agencéité des acteurs africains. Sur ce problème (la reproduction implicite de schémas d’analyse critiqués depuis longtemps), voir notamment J. Ferguson, Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, 1999 []
  56. J. Smith, « Tantalus in the Digital Age. Coltan Ore, Temporal Dispossession, and “Movement” in the Eastern Democratic Republic of Congo », American Ethnologist, vol. 38, n° 1, 2011, p. 17-35 ; T. Makori, « Abjects retraités, jeunesse piégée : récits du déclin et d’une temporalité multiple parmi les générations de la “Copperbelt” congolaise », dans le présent numéro []

Les « crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales, par Vincent Bonnecase et Julien Brachet

intro130Introduction au dossier « Crises et chuchotements au Sahel », Politique africaine N°130.

Nul ne doute que l’Afrique sahélienne est aujourd’hui une région en crise. C’est en tout cas ce qui ressort des médias internationaux qui, au-delà de la seule guerre au Mali, consacrent régulièrement leurs titres aux multiples maux qui affectent actuellement cette partie du monde. De fait, les signes de désordres larvés ou de conflits ouverts ne manquent pas si l’on considère les évolutions qu’ont connues les pays sahéliens ces dernières années. Plusieurs de ces pays ont subi des coups d’État – la Mauritanie en 2008, le Niger en 2010, le Mali en 2012 – ainsi que des rébellions armées qui ont mené dans le cas soudanais à une partition de jure du territoire en 2011, et dans le cas malien à une partition de facto de plusieurs mois en 2012. Ces troubles politiques et militaires sont intervenus sur fond de tensions sociales et de difficultés économiques : tandis que depuis 2005, plusieurs villes sahéliennes ont été touchées par d’importants « mouvements contre la vie chère » dans un contexte d’augmentation des prix internationaux des céréales, les populations rurales restent soumises à une forte vulnérabilité alimentaire, laquelle s’est traduite par de nouvelles crises alimentaires et alertes à la famine en 2010 et en 2012. Parallèlement, une grande partie de l’espace sahélien est en proie à une criminalité importante et aux activités de groupes armés, dont certains se réclament désormais d’un islam radical. Ces groupes apparaissent comme une menace pour la stabilité des États de la région et la sécurité d’une partie de leurs populations. Et c’est au nom de la lutte contre cette menace que le gouvernement français a engagé en janvier 2013 une intervention militaire au Mali, soutenue par les forces tchadiennes et par la Mission internationale de soutien au Mali (Misma) sous conduite africaine.

Pareil constat d’un Sahel en crise, loin de découler de la seule lecture médiatique de ces divers événements, apparaît tout aussi évident si l’on se réfère aux nombreux ouvrages, articles et manifestations scientifiques récemment consacrés à l’Afrique sahélienne, quand bien même ces derniers s’attachent à analyser la complexité de cette notion de crise 1) . On peut toutefois se demander à quel point un tel constat est nouveau, tant les discours sur les crises sahéliennes semblent être permanents depuis que la notion même de « Sahel » a pris son sens géopolitique, dans le contexte de la famine du début des années 1970 pour désigner un ensemble de pays africains essentiellement caractérisés par la grande pauvreté 2 . L’espace régional ainsi dénommé a d’emblée émergé comme un espace en crise sur la scène internationale et son histoire semble, depuis lors, se caractériser par une série de catastrophes sur les plans politique, économique et social, mais aussi dans les domaines démographique, écologique et, désormais, sécuritaire. C’est finalement la pertinence même de l’emploi du terme crise que l’on peut interroger, dès lors que celle-ci désigne, par une forme d’oxymore, une situation quasi-permanente et structurelle depuis une quarantaine d’années 3 . Certes, un certain nombre de déséquilibres qui affectent aujourd’hui le Sahel paraissent plus aigus que par le passé et davantage susceptibles de se propager à l’ensemble de l’espace régional. Mais ces déséquilibres ne seraient-ils pas aujourd’hui d’autant plus visibles aux yeux du monde que l’Afrique sahélienne n’est plus considérée comme une simple périphérie, mais comme une région hautement stratégique, théâtre de transformations sociales dont les enjeux économiques, politiques et sécuritaires dépassent largement le cadre de ses frontières, et dont la déstabilisation pourrait avoir des répercussions lointaines, notamment en Europe ?

Derrière les cris d’alarme des médias et des politiques, derrière cette vision d’un Sahel qui serait au bord de l’implosion, il convient d’interroger ce qui se chuchote, loin des micros et des projecteurs, dans les rues des villes et des villages autant que dans les couloirs des institutions. Nous proposons, dans ce dossier de Politique africaine, de déplacer le regard porté sur les seuls faits saillants qui mettent actuellement en lumière l’Afrique sahélienne, pour interroger ces derniers à l’aune de la vie quotidienne des populations, ainsi qu’à celle des pratiques habituelles des acteurs institutionnels. Deux enjeux principaux traversent les différents articles qui le composent. Le premier consiste à interroger les perceptions locales des « crises » dans différents domaines. Il s’agit de se demander jusqu’à quel point ce qui est défini comme crise, parfois de manière exogène, est également perçu comme tel par les populations sur place mais aussi, lorsque c’est le cas, en quoi un tel diagnostic va de pair avec une redistribution des rôles et l’ouverture de nouvelles opportunités pour certains acteurs à l’échelle locale, nationale ou régionale. Le second enjeu consiste à interroger les effets des politiques de crise mises en œuvre au Sahel, que ces dernières soient tout à fait nouvelles ou qu’elles ne soient que le prolongement de politiques antérieures par d’autres moyens 4 . Ce qui est désigné comme « crise » ne renvoie pas seulement à une réalité sociale, mais aussi à un mode de gouvernement de cette réalité. Il s’agira ainsi de s’interroger sur ces différents dispositifs nationaux et internationaux de gouvernement mis en place ces dernières années au Sahel, ainsi que sur leurs effets, délibérés ou involontaires, non pas seulement à l’endroit des phénomènes qu’ils prétendent officiellement combattre, mais aussi et surtout sur la vie ordinaire des populations 5 .

De quoi le Sahel est-il le nom ?

Si le terme Sahel, d’origine arabe (signifiant « côte », « rivage »), est assez consensuel dans son usage, il ne l’est pas dans sa définition. Quels États, quelles régions, quelles populations en font partie ? Ce flou et le questionnement qui en découle ne sont pas spécifiques à cette partie du globe, comme le montrent les études sur le monde atlantique 6 , l’océan Indien 7  ou les régions du Pacifique 8 , autant de zones bien délicates à délimiter, comme peut l’être le Sahel. Bien loin de vouloir donner de celui-ci une définition essentialiste, nous voudrions revenir ici sur ce qui fait qu’on a progressivement parlé de l’Afrique sahélienne comme d’une région, dotée d’une cohérence d’ensemble, mais aussi sur la manière dont cette région n’a cessé de voir ses limites se remodeler en fonction des caractéristiques dont elle était affublée.

Dans les grandes chroniques arabes du XVIIe siècle que sont le Ta’rīkh al-Fattāsh et le Ta’rīkh al-Sūdān, il est déjà question des royaumes du Sahel, dans la région de Gao et de Tombouctou notamment, dont certains monarques ont laissé la mémoire d’une immense richesse 9) . Le terme même de Sahel s’est d’ailleurs diffusé de l’arabe à un certain nombre de langues locales, le bambara, le fufulde et le tamasheq notamment. Au cours du xixe siècle, il apparaît cependant assez peu dans les récits des voyageurs européens : si Heinrich Barth l’emploie dans celui qu’il fait de son voyage entre Tripoli, Tombouctou et le lac Tchad 10 , en revanche il n’en est pas fait mention dans le récit de René Caillé qui s’est rendu à Tombouctou et à Djenné 11 , ni dans celui de Monteil qui a voyagé du Sénégal au lac Tchad 12 . Le terme devient plus usuel au cours de la première partie du xxe siècle chez les administrateurs coloniaux français, qui désignent par « Sahel » les régions jouxtant le Sahara, soit au Sud (le « Sahel soudanais » 13 ), soit plus fréquemment au Nord (il peut être ainsi question du « Sahel tunisien » ou encore du « Sahel d’Alger » 14 ). Mais au final, ce terme reste alors moins usité qu’il ne le sera par la suite, sinon de manière endogène par certaines populations qui vivent dans ces régions d’Afrique, et il se rapporte alors à différents endroits plus qu’il ne désigne une région à proprement parler.

Au cours du XXe siècle, le Sahel gagne une relative audience, principalement parmi les géographes et les climatologues qui dénomment ainsi l’espace de transition entre le Sahara et la zone soudanienne. Cet espace se définit alors principalement sur la base des isohyètes, même si nul ne s’accorde véritablement sur les mêmes chiffres pour en déterminer les contours 15 . Le Sahel englobe alors, selon ces critères mouvants, une vaste zone allant de l’Atlantique à l’océan Indien, comprenant non seulement une large part de l’Afrique de l’Ouest francophone, mais aussi une partie de l’Afrique anglophone, ainsi que des territoires éthiopien et somalien. Mais jusque dans les années 1960, il ne désigne toujours pas un ensemble de pays, pris au sens géopolitique du terme. De manière significative, Yves Lacoste ne fait nulle mention du Sahel dans la première édition de sa Géographie du sous-développement, publiée en 1965, où il s’attache à définir les caractéristiques communes et les singularités des pays sous-développés 16 . Le terme apparaît en revanche dans l’édition de 1976 du même ouvrage (dont le titre a été augmenté d’un sous-titre : Géopolitique d’une crise), dans le chapitre consacré à la « géographie de la faim ». Sont alors évoquées à maintes reprises « ces famine survenues en 1973-1974 dans les pays du Sahel et en Éthiopie 17 ». C’est finalement dans le contexte de cette crise alimentaire du début des années 1970, la plus grave qu’aient connue les populations de l’Afrique occidentale depuis les années 1930, que le Sahel a désormais désigné non plus seulement une zone géo-climatique, mais aussi un ensemble de pays frappés par la sécheresse et la famine. Selon les termes du démographe John Cadwell, on s’est alors mis à parler des « pays sahéliens […] pour se référer […] au Sénégal, à la Mauritanie, au Mali, à la Haute-Volta, au Niger et au Tchad 18 ».

Cette émergence de l’espace sahélien dans les représentations internationales a été favorisée par un ensemble hétérogène de mobilisations médiatiques, humanitaires, politiques et scientifiques qui venaient brusquement mettre en lumière l’importance des problèmes alimentaires et nutritionnels dans cette partie de l’Afrique. Les nombreuses organisations humanitaires, tout d’abord, venues porter assistance aux populations victimes de la famine jouent un rôle important dans le processus : les images des enfants sous-alimentés et des camps de réfugiés sont largement relayées par les médias occidentaux, jusqu’à s’imposer assez rapidement comme l’un des symboles les plus communément véhiculés de la pauvreté dans le monde 19 . Les gouvernements africains, ensuite, contribuent à ce phénomène en créant, en 1973, le Comité inter-États de lutte contre la sécheresse dans le Sahel (CILSS) 20 , nouvelle organisation régionale dont l’objectif initial est de susciter et de coordonner une réponse internationale face à la famine 21 . Des universitaires français, enfin, en lien avec le milieu associatif, concourent à identifier le Sahel comme une région spécifique. En 1973, un collectif de chercheurs, le Comité d’Information Sahel, se constitue notamment autour de Claude Meillassoux pour « informer sur les causes profondes de la misère qui frappe l’Afrique sahélienne et sur les résistances et les luttes que suscite la domination impérialiste 22 ». C’est à la suite de cette initiative qu’est publié en 1974 Qui se nourrit de la famine au Sahel ?, premier ouvrage académique – et militant – à porter spécifiquement sur le Sahel au sens géopolitique du terme, suivi en 1975 par Famines et sécheresses du Sahel publié sous la direction de Jean Copans 23 . Dans ce contexte de famine, le Sahel a donc gagné une visibilité inédite et de nouveaux contours, les idées de grande pauvreté puis de crises à répétition (suite à la famine de 1984-1985) lui conférant son unité aux yeux du reste du monde.

Si depuis lors, la faim et la pauvreté constituent toujours des caractéristiques centrales accolées à l’Afrique sahélienne 24 , celle-ci apparaît désormais dans les représentations politiques et médiatiques à travers un nouveau prisme qui participe de la modification de ce qui la caractérise sur la scène internationale et conséquemment de ses contours : celui de la radicalisation religieuse, vecteur désigné de déstabilisation politique et, sous une forme exacerbée, celui du terrorisme international. Certes, tout n’est pas nouveau dans de telles représentations. La crainte d’un islam d’inspiration réformiste, soumis aux influences extérieures, qui radicaliserait un « islam noir » supposé plus tolérant était présente au ministère français des Colonies depuis la fin du xixe siècle 25 : la notion de « péril confrérique », et en particulier celui représenté par des confréries créées en Afrique du Nord, avait quasiment été érigée en doctrine officielle, entretenue jusque dans les années 1930 par les services coloniaux de police et de renseignements de part et d’autre du Sahara 26 . Après les Indépendances, cette crainte a continué d’agiter un certain nombre de gouvernements ouest-africains, en particulier celui du Nigeria qui fut confronté à une contestation politique et sociale très virulente de la part de mouvements islamiques fondamentalistes, réformistes et mahdistes, notamment le mouvement Izala à partir de la fin des années 1970 27  et celui des Maitatsine, engagé au début des années 1980 dans une violente rébellion qui se solda par plusieurs milliers de morts 28 . En revanche, l’extension de la perception du risque de radicalisation religieuse et de crise sécuritaire à l’ensemble du Sahel est relativement nouvelle depuis une dizaine d’années. Cette extension est allée de pair avec un remodelage des contours géopolitiques de cet espace, la conception de ladite radicalisation étant indissociablement liée à celle du risque de sa propagation 29 .

Jusqu’à la fin des années 1990, en dehors du Nigeria, la violence politico-religieuse était principalement associée au territoire algérien, théâtre d’une guerre civile meurtrière et lieu de création, entre autre, du Groupe salafiste pour la Prédication et le Combat (GSPC) en 1998, lui-même issu d’une dissidence du Groupe islamique armé (GIA). Après les attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis d’Amérique, l’Afrique sahélienne apparaît rapidement comme un foyer potentiel du terrorisme international. Cela se traduit dès 2002 par la mise en place de nouveaux dispositifs internationaux de surveillance, en particulier la Pan-Sahel Initiative (PSI), établie par le gouvernement étasunien en vue de resserrer les liens de coopération militaire et stratégique avec les gouvernements locaux. À partir de 2005, la PSI devient la Trans-Sahara counter Terrorism Initiative, placée elle-même depuis 2008 sous la responsabilité du United States Africa Command (Africom) basé à Stuttgart 30 . Sahara et Sahel se sont retrouvés presque indifférenciés 31  dans ces nouveaux dispositifs qui, loin de parvenir aux fins qui leur étaient assignées, n’ont fait qu’accompagner l’apparition de différents groupes se réclamant de l’islam radical et de la lutte armée 32 . La multiplication de ces groupes agissant dans une région de plus en plus vaste a conduit à élargir considérablement l’espace compris comme sahélien. Ainsi, à partir du début de l’année 2013, les parties septentrionales du Nigeria, du Cameroun et de la Centrafrique sont apparues sur les cartes du ministère français des Affaires étrangères comme des régions du Sahel « formellement déconseillées », alors que ces cartes ne comprenaient jusqu’alors que de larges parties de la Mauritanie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad 33. D’autres cartes du « Sahel » diffusées par les médias intégraient déjà, en outre, toute une partie de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye et de l’Égypte 34 . Au plus fort de cet étirement, ce qui est désormais dénommé « l’arc de crise du Sahel 35 » recouvre ainsi parfois un petit tiers du continent africain, de la Mauritanie à la Somalie.

Derrière la visibilité des crises, interroger les chuchotements

Mais que faut-il entendre par « crise » ? Le constat de son évidence ne lui confère aucun contenu immédiatement assignable. En l’appliquant progressivement à toutes les composantes de la vie (il est ainsi aujourd’hui régulièrement question de crises politiques, économiques, financières, religieuses, sociales, migratoires, alimentaires ou démographiques, au Sahel et ailleurs), on en vient à se demander ce qui légitime cette unification sous un même qualificatif, voire une même métaphore médicale, de domaines si différents 36 . La limite entre un état supposé normal et un état supposé critique est en outre toujours floue, difficile à définir, voire idéologique en tant qu’elle résulte d’appréciations négociées entre pouvoirs, experts et populations. Pour autant, si l’on admet d’une part le fait que pour qu’il y ait crise, il faut un accroissement brusque et intense des désordres, des incertitudes, des perturbations, des blocages et des dysfonctionnements, en somme un « dérèglement organisationnel » entraînant une rupture d’équilibre 37 , et d’autre part le fait que le Sahel désigne depuis une quarantaine d’années un espace structurellement caractérisé par ce type de phénomènes, en quoi l’Afrique sahélienne serait-elle aujourd’hui particulièrement en crise ? Soit la crise est chronique, c’est-à-dire à la fois condition et contexte et non plus point de rupture momentané dans l’ordre des choses, et constitue de ce fait l’état normal et permanent des sociétés sahéliennes, ce qui transforme l’intérêt heuristique de la notion tout en rappelant que ce qui est perçu comme « équilibre » n’est pas intrinsèquement plus normal que ce qui semble être « déséquilibre » 38 . Soit on parle de crise à tort et à travers sans rien désigner de précis, ce qui ne serait pas nouveau ni même propre au Sahel : lorsque dans les années 1970, suite au premier choc pétrolier, médias et politiques européens se mirent à ne plus parler que de crise dans tous les domaines, Edgar Morin s’étonnait déjà en ces termes :

« Il est de plus en plus étrange que la crise, devenant une réalité de plus en plus intuitivement évidente, un terme de plus en plus multiplement employé, demeure un mot aussi grossier et creux ; qu’au lieu d’éveiller, il contribue à endormir 39 ».

Plutôt que de trancher entre l’une ou l’autre de ces deux postures, ce dossier a pour premier objectif d’interroger les perceptions que les populations sahéliennes peuvent avoir de ce qui tient communément lieu de crise à l’échelle internationale, quelle que soit la validité que l’on puisse par ailleurs conférer à un tel diagnostic. Cet objectif induit inévitablement un questionnement méthodologique sur le rapport au terrain et sur la possibilité de produire des données empiriques dans des zones en crise ou déclarées comme telles. Depuis quelques années, nombre d’institutions scientifiques et de représentations diplomatiques ont en effet interdit à leurs employés et ressortissants de se rendre dans de nombreuses régions sahéliennes et cela pour une durée indéterminée. Touristes, humanitaires, journalistes et chercheurs extérieurs sont peu nombreux à pouvoir encore se rendre dans toute une partie de la Mauritanie, du Mali, du Niger et du Nigeria et observer ce qui s’y passe. En revanche policiers et militaires, notamment européens, continuent de coopérer avec leurs homologues locaux afin de lutter « contre le terrorisme », « contre les trafics », ou plus discrètement « contre les migrations irrégulières ». On se retrouve ainsi dans une situation délicate, avec d’un côté des terrains qui se ferment ou tout au moins ne laissent filtrer que certaines informations, et de l’autre une demande sociale croissante d’études et d’analyses « labellisées » expertes, laquelle ne se préoccupe guère des contraintes et des logiques propres des processus de production des connaissances scientifiques. La difficile accessibilité des terrains n’empêche évidemment pas de mener des recherches 40 . Elle en modifie néanmoins les conditions de réalisation et parfois la nature.

De ce contexte d’accessibilité réduite et de demande accrue, qui n’est pas sans lien avec les agendas politiques nationaux et internationaux, résulte dans le cas présent une production croissante d’expertises reposant sur des points de vue distants sur le Sahel, et une raréfaction des travaux reposant sur une base empirique. D’où, peut-être, une survalorisation des « cris » qui portent loin, que l’on perçoit depuis les abords du Sahel et à travers la friture des téléphones, au détriment des « chuchotements » du quotidien, pourtant tout aussi révélateurs des dynamiques sociales à l’œuvre 41 . Or, les manifestations de crise même les plus patentes ne sauraient être comprises dans leur complexité dès lors qu’elles sont appréhendées isolément, comme si elles faisaient sens en elles-mêmes ou qu’elles marquaient nécessairement une nette rupture par rapport à leur environnement ordinaire, social et historique. C’est pourquoi ce dossier de Politique africaine vise à montrer le Sahel actuel à travers les vies quotidiennes et les perceptions locales de ses populations, et à replacer des faits plus ou moins visibles et médiatisés dans une analyse plus large des processus de déstabilisation, d’adaptation ou de transformation des sociétés sahéliennes contemporaines. Les différents articles qui le composent, même s’il ne couvrent inévitablement pas l’ensemble de l’espace aujourd’hui compris comme sahélien, n’en mettent pas moins en lumière la diversité des domaines où sont aujourd’hui diagnostiquées des crises, en s’intéressant davantage à ce qui se joue dans ces moments ainsi identifiés, aux activités tactiques des différents acteurs pris dans ces lieux et ces temps de crise, qu’aux « causes » de ces situations ou à leurs possibles évolutions futures 42 .

Les perceptions plurielles de la crise politique malienne et les reconfigurations rapides de la légitimité que celle-ci suscite localement sont par exemple interrogées par Julien Gavelle, Johanna Siméant et Laure Traoré, dont l’article se concentre sur un temps court allant de janvier à septembre 2012 et sur un espace resserré couvrant Bamako et la ville-garnison voisine de Kati 43 . Ce faisant, les auteurs déplacent le regard par rapport aux lectures qui feraient de la crise la résultante évidente d’une fragilité structurelle de l’État malien, accentuée depuis le Nord par la rébellion touarègue et les mouvements islamistes. Ils invitent à saisir l’existence de vies politiques dotées de certaines formes d’autonomie dans la capitale malienne, en dehors de celles dont on parle le plus. Cette crise, loin d’être réduite à un face-à-face entre les acteurs les plus visibles que sont les pouvoirs civils, l’armée et les différents groupes rebelles, fait en effet intervenir de multiples autres acteurs que sont, entre autres, les femmes des militaires, les nombreuses associations bamakoises qui se font ou se défont et les autorités islamiques de la capitale. En portant leur attention sur les rumeurs, les slogans de manifestations et les discussions de grins, les auteurs montrent en quoi la crise malienne donne lieu à une multitude de récits concurrents qui ne cessent de se reconfigurer localement au jour le jour, en fonction de l’évolution de la conjoncture politique, des opportunités qui s’ouvrent et de celles qui se ferment.

Dans un autre domaine, le mécontentement social face à l’augmentation des prix des denrées alimentaires, qui a marqué bon nombre de villes du Sahel et du reste du monde depuis le milieu des années 2000, a souvent donné lieu à des labellisations de crise assez généralistes, comme s’il s’agissait d’un même mouvement de protestation qui se serait propagé au gré des fluctuations du marché. Interroger les expressions locales de la colère dans la ville de Niamey, non seulement dans le cadre de mobilisations collectives face à « la vie chère », mais aussi dans des situations plus ordinaires, en dehors des espaces les plus visibles de la contestation, permet à Vincent Bonnecase d’en proposer une autre lecture. L’auteur montre en effet que cette colère face à l’augmentation des prix, loin de constituer une simple réaction induite par la dégradation des conditions de vie, charrie des imaginaires politiques locaux, eux-mêmes liés à la mémoire des politiques de contrôle des prix et d’approvisionnement des marchés qui ont précédé le tournant libéral de la fin des années 1980. Il explique également que les modèles de légitimité bâtis par les autorités nigériennes de l’époque, entretenus par celles qui leur ont succédé, ont alimenté des discours et des pratiques de contestation dès lors que les obligations régulatrices prêtées à l’État n’étaient plus honorées. Vue sous cet angle, la colère face à la vie chère apparaît beaucoup plus construite, plus rationnelle et plus politique que ne peuvent le laisser penser des projections fondées sur sa seule dimension émotionnelle et conjoncturelle.

Des crises entre diagnostic et dispositifs

Le second objectif du dossier est d’interroger l’incidence effective des discours de crise sur la conjoncture critique en Afrique sahélienne, voire la dimension performative de ces discours, c’est-à-dire de réfléchir sur la crise comme situation construite, parfois de manière externe plus qu’interne 44 . Si parler sans cesse de crise peut finir par endormir l’auditoire à force d’accoutumance, un tel diagnostic n’est pas pour autant sans effet et s’avère même souvent lourd de conséquences. Lorsque Henry Bernstein remettait en cause la validité de la description de la « crise » générale de l’Afrique subsaharienne faite par la Banque mondiale dans les années 1980 45 , il tentait ainsi d’invalider l’argumentation qui permettait à l’organisation libérale de justifier la mise en œuvre de ses programmes d’ajustement structurel 46 . Les processus de catégorisation de situations et d’interventions qui en découlent peuvent être étudiés dans la perspective de l’analyse séquentielle des politiques publiques : comment une « crise » émerge-t-elle et est-elle perçue comme telle, comment arrive-t-elle sur un agenda politique et de quelle façon des « solutions » sont-elles invoquées et mises en œuvre, et ensuite, plus rarement ou moins visiblement, évaluées 47 ? Depuis quelques années, l’assignation du Sahel au statut de zone en crise a suscité la multiplication de dispositifs nationaux et transnationaux, en particulier d’aide et de contrôle. Ces dispositifs apparaissent d’autant moins discutables qu’ils prétendent répondre à des situations d’urgence, de drame ou de tensions extrêmes. Pourtant, tout en prétendant sécuriser la région dans leurs différents domaines d’application, ils peuvent aussi constituer des facteurs d’insécurité pour les populations locales ou donner lieu à de multiples instrumentalisations et réappropriations, concourant à redessiner de nouveaux rapports de pouvoir à différentes échelles. Que sait-on en effet des fondements de ces politiques « anti-crises », de leur utilité, de leurs limites, voire de leurs effets pervers, si ce n’est que le seul fait de déclarer la crise est aussi pour de multiples acteurs une manière de gérer certaines situations.

Afin de saisir dans quelle mesure ces dispositifs participent d’une transformation des sociétés sahéliennes, il s’agit donc d’appréhender au mieux l’ensemble de leurs incidences, volontaires et involontaires, non pas seulement sur les objets bien identifiés contre lesquels ils prétendent lutter directement et officiellement (le terrorisme, les trafics marchands ou les famines par exemple), mais aussi et surtout sur l’ensemble des domaines de la vie ordinaire des populations. L’un des exemples les mieux documentés, sur lequel revient Daouda Gary-Tounkara dans le présent dossier à partir du cas malien, est sans doute celui des migrations entre l’Europe et l’Afrique, à propos desquelles on a commencé à parler de « crise migratoire » au début des années 2000. Partant d’une supposée « invasion » de l’Europe par des migrants irréguliers en provenance d’Afrique de l’Ouest et du Nord 48 , annoncée ad nauseam dans les médias et les discours politiques, et malgré les études prouvant l’absence de fondement statistique à ce discours 49 , des politiques migratoires ont été mises en place en Afrique, sur injonctions ou tout au moins incitations européennes. Ces politiques qui depuis lors n’ont fait que s’étendre et se renforcer, ont, entre autres, entraîné un durcissement des contrôles aux frontières septentrionales des pays du Sahel, ce qui a engendré une augmentation de la clandestinité, du coût financier et de la dangerosité des voyages des migrants au Sahara 50 . Sous couvert d’une lutte contre des migrations irrégulières à destinations de l’Europe, extrêmement marginales d’un point de vu relatif (au regard de l’ensemble des migrations entre les deux continents) et absolu (au regard des populations totales des espaces concernés), ces politiques perturbent ainsi un système migratoire et commercial qui existe depuis des décennies et qui est majoritairement intra-africain 51 . Constatant que ces politiques migratoires concourent également à créer de nouvelles catégories « d’indésirables » qui sont amenés à revenir – volontairement ou non – dans leur pays d’origine, Daouda Gary-Tounkara montre à quel point la gestion des migrations de retour constitue un paramètre important et trop peu considéré de l’actuelle crise politique malienne.

La question des dispositifs de crise apparaît également au cœur de l’article de Barbara M. Cooper sur les perceptions des questions de natalité au Sahel. Dans un contexte de médiatisation des projections démographiques qui concernent tout particulièrement l’espace sahélien (qui comptait 31 millions d’habitants en 1950, en compte 100 millions aujourd’hui, et pourrait en compter 300 millions en 2050 52 ), l’auteure analyse le décalage entre la perception endogène de la fertilité par les femmes sahéliennes elles-mêmes et sa perception allogène par les institutions internationales. Elle prend ainsi à revers tout le discours institutionnel actuel sur ce qui est conçu comme une « crise démographique » en montrant que, localement, le premier problème des femmes sahéliennes en matière de fécondité est le manque de fertilité – et plus précisément l’infertilité secondaire –, lequel expose davantage au divorce, à la séparation ou à la polygamie, et plus globalement à la fragilité sociale. De son approche de démographie et d’anthropologie historique résulte un questionnement critique des politiques de régulation des naissances mises en œuvre depuis des décennies dans la région, et en découle en filigrane une interrogation sur la légitimité de ces interventions 53 , mais aussi sur leur simple efficacité. Ces politiques, précisément parce qu’elles ne tiennent aucun compte des problèmes tels qu’ils sont vécus par les premières intéressées, finissent par avoir des effets non voulus qui peuvent être opposés aux objectifs mêmes qui leur sont assignés. La gestion de crise dans ces domaines migratoires et démographiques, comme dans de nombreux autres, constituerait finalement un art bien incertain de la gouvernance internationale 54 .

Le Sahel à travers le prisme de la menace

La question des dispositifs mis en place pour faire face à des situations de crise, indexées et traitées comme telles par différents acteurs institutionnels, rappelle ce que Didier Bigo désignait déjà il y a plus de vingt ans comme « l’idéologie de la menace du Sud 55 ». Si celle-ci se décline dans différents champs couverts par le dossier – à commencer par le risque d’« explosion démographique » dont il vient d’être question –, les faits aujourd’hui les plus visibles désignés comme constituant des menaces au Sahel sont certainement ceux qui relèvent de la radicalisation religieuse et, plus particulièrement, de l’islamisme politique 56 .

L’essor d’un islamisme politique en Afrique sahélienne, que ce soit dans la contestation du pouvoir étatique ou dans sa prise de contrôle, ne peut se comprendre sans tenir compte des trajectoires proprement locales de ses protagonistes. En analysant les « constellations d’intérêts disséminées dans les dispositifs et les logiques économiques 57 » de groupes et d’individus zaghawas impliqués dans le conflit du Darfour, Raphaëlle Chevrillon-Guibert montre ainsi dans son article comment ces derniers ont eu temporairement des intérêts qui s’articulaient avec ceux des islamistes soudanais avant et après qu’ils n’arrivent au pouvoir en 1989. L’auteure reprend l’histoire du conflit et souligne que le soutien zaghawa au régime islamiste n’avait pas forcément de fondements politiques ou religieux, ce qui permet d’appréhender la guerre du Darfour non pas seulement comme un changement d’alliances entre les acteurs à un moment donné, mais aussi dans ses aspects plus structurels liés au jeu économique. De même, Adam Higazi retrace l’histoire des Talibans nigérians, connus sous le nom de Boko Haram (bien que les membres de ce groupe réfutent généralement cette appellation et revendiquent celle de Jamā‘at ahl al-sunnah li’l-da ‘wah wa’l-jihād 58 ), en l’inscrivant dans une économie politique de la violence au sein de laquelle insurrection armée et répression d’État sont étroitement liées. La montée du conflit à partir de 2003 puis plus fortement de 2009 n’apparaît pas, à travers cette analyse, comme le produit attendu et prévisible d’une seule opposition idéologique entre un mouvement islamiste et un État fédéral séculier, mais davantage comme le fait d’interactions qui ne cessent de se redéfinir en fonction d’une trame événementielle proprement locale.

Ces analyses amènent à questionner la peur d’un islamisme qui se développerait en réseau sur l’ensemble de la zone sahélienne. Cette peur semble souvent reposer sur l’amalgame de plusieurs phénomènes, lesquels devraient prioritairement être lus de manière dissociée, même si des liens entre les uns et les autres peuvent naturellement être interrogés. Voir dans les éléments aussi divers que le développement des médersas et des écoles arabo-musulmanes 59 , le déploiement de la finance islamique 60 , l’évolution des pratiques cultuelles 61  ou encore l’essor récent du jihadisme politique 62  les signes d’un seul et même processus de radicalisation religieuse ne rend vraisemblablement pas bien compte des dynamiques réelles. Sur le simple plan organisationnel, les travaux menés sur différents groupes islamistes les dépeignent généralement comme un ensemble de factions disparates jouissant d’une grande autonomie d’action et de pensée les unes par rapports aux autres 63 , et fonctionnant selon des logiques en grande partie locales. L’instauration de la sharī‘ah constitue certes une revendication partagée (sans qu’il n’y ait nécessairement d’accord sur le niveau, l’étendue et l’intensité de son application), mais il est essentiel de rappeler que la vie quotidienne de la très grande majorité des populations sahéliennes est déjà régie depuis des décennies par le droit musulman. Prières, mariages, baptêmes, divorces, héritages, aumônes ou encore décès se font selon les règles de la sharī‘ah, c’est-à-dire les règles du « chemin du respect de la loi de Dieu ». Ce n’est ainsi pas l’application en soi de la sharī‘ah qui a pu poser problème dans le Nord du Mali en 2012, mais bien la manière dont certaines de ses parties y ont été interprétées et appliquées dans la plus grande violence. Quant à l’évolution des pratiques religieuses dans un sens plus rigoriste, il importe de distinguer sa dimension littéraliste, qui s’exprime à travers une volonté de respect de l’orthodoxie qui n’est pas nouvelle 64 , et l’une de ses transcriptions politiques qui consisterait à promouvoir la conquête du pouvoir étatique 65 . Lire ces deux phénomènes comme étant intrinsèquement liés – voire, parfois, les amalgamer sous le seul terme d’islamisme 66 – témoigne sans doute autant de l’évolution des regards portés sur l’islam que de l’évolution de l’islam lui-même 67 .

Ensuite, l’idée de consensus face à une « menace islamiste globale » empêche d’interroger d’autres réalités qui, quand bien même elles seraient d’une ampleur limitée, paraissent pourtant importantes à considérer, notamment celles des arrangements, de la participation ou de l’adhésion sociale. Plusieurs travaux, revenant sur l’instauration de la sharī‘ah dans le Nord du Nigeria à partir des années 1999-2000, ont montré que cette mesure, en plus d’avoir suscité un important débat public sur l’ampleur de son application 68 , avait été favorablement accueillie par une bonne partie des populations, notamment parce qu’elle semblait aller de pair avec la lutte contre la corruption et la restauration d’un État fort, non pas seulement dans les domaines policiers et judiciaires, mais aussi sur les plans économique et social 69 . De même, après la prise du pouvoir par les tribunaux islamiques à Mogadiscio en 2006 – et avant les interventions militaires éthiopienne et américaine –, il semble que les nouveaux pouvoirs aient été perçus, en-deçà de toute forme d’assentiment religieux, comme des éléments de stabilisation et de restauration de l’État face au désordre et à l’arbitraire politiques qui prévalaient dans les années précédentes 70 . Certes, le Mali n’est ni le Nigeria, ni la Somalie, mais jusqu’à présent les seules images des réactions populaires qui ont suivi la fuite des islamistes de Tombouctou et de Gao en janvier 2013, images qui témoignaient d’un rejet des éphémères autorités de ces deux villes, étaient produites et diffusées par l’armée française, ou par des médias soigneusement encadrés. Ces images de propagande d’une armée à ce moment là victorieuse ne laissaient évidemment pas de place au doute ou à la contradiction qui, dans tous les cas, ne devaient plus s’exprimer publiquement tant il est toujours préférable d’être dans le camp du vainqueur, quitte à le rallier tardivement. Pour autant, on peut se demander dans quelle mesure certains services publics n’ont pas continué de fonctionner avant l’intervention militaire, sur un modèle de gouvernement indirect sous la houlette des groupes islamistes 71 . On peut aussi se demander en quoi la nouvelle donne a représenté, pour certaines populations subalternes, des nouvelles opportunités en termes d’accès aux ressources, que ce soit sur un plan matériel ou sur un plan plus symbolique. Comme le remarquait Jean Schmitz lors du débat « Nord Mali/Algérie : trafics, fraude et religion au Sahara » 72 , la question de l’affichage d’une sharī‘ah égalitaire entraînant une adhésion, même minoritaire et partielle, de personnes dont les conduites ne sauraient s’expliquer par la seule subjectivité religieuse, doit être soulevée.

Finalement, à la lecture de ce dossier, force est de constater que tous les articles présentés renvoient plus ou moins directement à trois notions fondamentales de l’étude des crises et de leur gestion, à quelque échelle qu’on se place : la population comme objet, le gouvernement comme cadre politique théorique et pratique, et la sécurité comme objectif 73 . Aussi, en faisant progressivement entrer des pans entiers de la vie et des vivants – à travers leur surveillance, leur contrôle, leur orientation, leur modelage – dans des stratégies politiques qui peuvent être envisagées comme autant de stratégies de pouvoir, les dispositifs sécuritaires anti-crises apparaissent comme autant d’outils majeurs du gouvernement contemporain des individus et des groupes à travers le Sahel.

Vincent Bonnecase (CNRS – Les Afriques dans le monde), Julien Brachet (IRD – Université Paris 1)

Paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130), p. 5-22.

Crédit image : Julien Brachet, Niger, 2005.

  1. Si l’on se réfère aux colloques organisés dans les universités européennes depuis 2012, les intitulés sont parfois éloquents : « Menaces en Afrique du Nord et au Sahel et sécurité globale de l’Europe » (Maison de la Recherche, Paris, 28 février 2012), « Rebels, Terrorists and Refugees : Focus on the Current Crisis in the Sahel » (Roskilde University, Roskilde, 21-22 mai 2012), « The Sahel Crisis : Where do European and African Perspectives Meet ? » (Institute for African Studies, Bruxelles, 27 février 2013). Parallèlement, de nombreux articles académiques ont été publiés sur cette thématique des crises sahéliennes, ainsi que quelques numéros spéciaux de revues d’actualité (Questions internationales, dossier « Sahel en crises », novembre 2012 ; World Politics Review, dossier « Mali’s Conflict, the Sahel’s Crisis », janvier 2013 ; Stability, dossier « Region in Crisis : Stabilizing Mali and the Sahel », juin 2013 []
  2. V. Bonnecase, La Pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2012 []
  3. N. Van de Walle, African Economies and the Politics of Permanent Crisis, 1979-1999, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; au-delà du seul continent africain, voir également M. Revault d’Allonnes, La Crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Paris, Le Seuil, 2012 []
  4. M. Dobry, « Mobilisations multisectorielles et dynamique des crises politiques : un point de vue heuristique », Revue française de sociologie, vol. 24, n° 3, 1983, p. 395-419 []
  5. Michel Foucault définit un dispositif comme étant un réseau formé par « un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref : du dit aussi bien que du non-dit » : M. Foucault, « Le jeu de Michel Foucault », Dits et Écrits 1954-1988, tome III, Paris, Gallimard, 1994, p. 299 []
  6. B. Bailyn, Atlantic History : Concept and Contours, Cambridge, MA, Harvard University Press, 2005 []
  7. M. Pearson, The Indian Ocean, Londres, Routledge, 2003 []
  8. A. Dirlik (dir.), What Is in a Rim ? Critical Perspectives on the Pacific Region Idea, Boulder, Co, Westview Press, 1993 []
  9. A. A. I. A. Es-Sadi, Tarikh Es-Soudan, Paris, E. Leroux, 2 vol., 1898-1900 (édition originale, 1613) ; M. K. M. Kâti, Tarikh el-Fettach, Paris, E. Leroux, 1913 (édition originale, vers 1665 []
  10. H. Barth, Voyages et découvertes dans l’Afrique septentrionale et centrale pendant les années 1849 à 1855, traduit de l’Allemand par Paul Ithier, tome I, Paris, A. Bohné, 1860 []
  11. R. Caillié, Journal d’un voyage à Tombouctou et à Jenné, dans l’Afrique centrale, Paris, P. Mongie, 1830 []
  12. P. L. Monteil, De Saint-Louis à Tripoli par le lac Tchad. Voyage au travers du Soudan et du Sahara accompli pendant les années 1890-91-92, Paris, Éditions Félix Alcan, 1894 []
  13. F. de Zeltner, Mission dans le Sahel soudanais, Paris, Impr. nationale, 1911 []
  14. R. de Lamothe, Les Anciennes lignes de rivage du Sahel d’Alger et d’une partie de la côte algérienne, Paris, Société géologique de France, 1911 []
  15. B. Alpha Gado, Crises alimentaires en Afrique sahélienne. Les réponses paysannes, Cotonou, Éditions du Flamboyant, 2010, p. 35-36 ; J. Gallais, Hommes du Sahel. Espaces-temps et pouvoirs. Le Delta intérieur du Niger 1960-1980, Paris, Flammarion, 1984 []
  16. Y. Lacoste, Géographie du sous-développement, Paris, PUF, 1965 []
  17. Y. Lacoste, Géographie du sous-développement. Géopolitique d’une crise, Paris, PUF, 1976, p. 74 []
  18. J. Cadwell, La Sécheresse dans le Sahel et ses conséquences démographiques, Conseil de la Population du Conseil économique et social des Nations unies, 1975, p. 6. []
  19. J. Copans, « Images, problématiques et thèmes », in J. Copans (dir.), Sécheresses et famines du Sahel, tome 1, Paris, Maspero, 1975, p. 9-39 []
  20. Comprenant à l’origine la Haute-Volta, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Tchad, le CILSS a depuis été rejoint par le Cap-Vert, la Gambie et la Guinée Bissau []
  21. P. Robinson, « The Political Context of Regional Development in the West African Sahel », The Journal of Modern African Studies, vol. 16, n° 4, 1978, p. 579-595 []
  22. Comité d’informations Sahel, Qui se nourrit de la famine en Afrique ?, Paris, Maspero, 1974, p. 8 []
  23. J. Copans, Sécheresses et famines…, op. cit. Voir aussi D. Dalby et R. Harrison-Church (dir.), Drought in Africa, (2 tomes), Londres, SOAS, International African Institute, 1973 []
  24. Depuis les années 1990, les pays sahéliens apparaissent invariablement à la fin des classements annuels du Pnud sur le « développement humain », voire aux tous derniers rangs pour ce qui est du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Tchad []
  25. O. Depont et X. Coppolani, Les Confréries religieuses musulmanes, Alger, A. Jourdan, 1897. Sur la perception coloniale de l’islam en Afrique subsaharienne, voir également V. Monteil, L’Islam noir, Paris, Le Seuil, 1964 []
  26. J.-L. Triaud, La Légende noire de la Sanûsiyya : une confrérie musulmane saharienne sous le regard français, 1840-1930, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1995 []
  27. O. Kane, « Izala : The Rise of Muslim Reformism in Northern Nigeria », in M. E. Marty et R. S. Appleby (dir.), Accounting for Fundamentalisms : The Dynamic Character of Movements, Chicago, University of Chicago Press, 1994, p. 490-512 []
  28. E. Isichei, « The Maitatsine Risings in Nigeria, 1980-1985 : a Revolt of the Disinherited », Journal of Religion in Africa, vol. 17, n° 3, 1987, p. 194-208 ; A. O. Adesoji, « Between Maitatsine and Boko Haram : Islamic Fundamentalism and the Response of the Nigerian State », Africa Today, vol. 57, n° 4, 2011, p. 98-119 []
  29. C’est ce à quoi renvoie implicitement la notion de « Sahélistan » notamment utilisée par le ministre français des Affaires étrangères en juillet 2012, laissant à la fois supposer une analogie entre l’Afghanistan et le Mali, mais aussi l’existence d’un arc islamiste qui irait de Kaboul à Kidal []
  30. Voir notamment B. Lecocq et P. Schrijver, « The War on Terror in a Haze of Dust : Potholes and Pitfalls on the Saharan Front », Journal of Contemporary African Studies, vol. 25, n° 1, 2007, p. 141-166 ; A. Tisseron, « Enchevêtrements géopolitiques autour de la lutte contre le terrorisme dans le Sahara », Hérodote, n° 142, 2011, p. 98-107 []
  31. D. Retaillé et O. Walther, « Guerre au Sahara-Sahel : la reconversion des savoirs nomades », L’information géographique, vol. 76, n° 3, 2011, p. 51-68 []
  32. En particulier les Talibans du Nigeria en 2003 (depuis connus sous le nom de Boko Haram), Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi, directement issu du GSPC) en 2007, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) en 2011, Ansār al-Dīn en 2012, ou encore la katiba des Moulhatamines en 2013 []
  33. Carte « Les zones du Sahel formellement déconseillées par le Quai d’Orsay », Le Monde, 22 mars 2013 []
  34. []
  35. « Paris met en garde contre les risques d’attentats ou d’enlèvement au Bénin », Le Monde, 22 février 2013 []
  36. N. Ameline, Un arc de crise aux portes de l’Europe : un nouveau partenariat stratégique Nord/Sud pour le Sahel, Projet de rapport spécial 063 DSC 13F, Commission de la défense et de la sécurité, Assemblée parlementaire de l’Otan, 10 avril 2013 []
  37. Avant d’être une notion floue des sciences sociales qui, depuis le xixe siècle, a progressivement été utilisée dans les domaines de la psychologie, de la morale, de la politique et de l’économie, puis dans l’ensemble des domaines de la vie, le latin crisis désignait à l’origine la « phase décisive d’une maladie » []
  38. E. Morin, « Pour une crisologie », Communications, n° 25, 1976, p. 149-163 []
  39. H. Vigh, « Crisis and Chronicity : Anthropological Perspectives on Continuous Conflict and Decline », Ethnos : Journal of Anthropology, vol. 73, n° 1, 2008, p. 5-24 []
  40. E. Morin, « Pour une crisologie », art. cit., p. 163 []
  41. F. Bouillon, M. Fresia et al. (dir.), Terrains sensibles. Expériences actuelles de l’anthropologie, Paris, Centre d’Études Africaines, EHESS, 2005 ; E. J. Wood, « The Ethical Challenges of Field Research in Conflict Zones », Qualitative Sociology, n° 29, 2006, p. 373-386 []
  42. Sur la question de l’écriture scientifique sur des crises en cours, voir notamment : F. Bernault, « L’écriture scientifique en temps de crise (Rwanda, Côte-d’Ivoire, Mali) », Afrique & histoire, vol. 2, n° 1, 2004, p. 267-294 []
  43. M. Dobry, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de la FNSP, 1987 ; voir également C. J. Greenhouse, « Introduction : Altered States, Altered Lives », in C. J. Greenhouse, E. Mertz et K. B. Warren (dir.), Ethnography in Unstable Places : Everyday Lives in Contexts of Dramatic Political Change, Durham, Duke University Press, 2002 []
  44. B. G. Jones, « The Global Political Economy of Social Crisis : Towards a Critique of the “Failed State” Ideology », Review of International Political Economy, n° 15, 2008, p. 180-205 []
  45. Notamment dans le rapport intitulé « Sub-Saharan Africa : From Crisis to Sustainable Growth. A Long-Term Perspective Study », Washington, World Bank study, 1989 []
  46. H. Bernstein, « Agricultural “Modernisation” and the Era of Structural Adjustment : Observations on Sub-Saharan Africa », The Journal of Peasant Studies, vol. 18, n° 1, 1990, p. 3-35. Voir aussi J. Ferguson, « From African Socialism to Scientific Capitalism : Reflections on the Legitimation Crisis in IMF-Ruled Africa », in D. B. Moore et G. J. Schmitz (dir.), Debating Development Discourse : Popular and Institutionalist Perspectives, New York, St. Martins Press, 1995, p. 129-148 []
  47. J. W. Kingdon, Agendas, Alternatives and Public Policies, Boston, MASS, Little, Brown, 1984 ; P. A. Sabatier (dir.), Theories of the Policy Process, Boulder, CO, Westview Press, 1999 []
  48. H. de Haas, « The Myth of Invasion. The Inconvenient Realities of African Migration to Europe », Third World Quarterly, vol. 29, n° 7, 2008, p. 1305-1322 []
  49. Voir notamment D. Lessault et C. Beauchemin, « Ni invasion, ni exode. Regards statistiques sur les migrations d’Afrique subsaharienne », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 25, n° 1, 2009, p. 163-194 []
  50. J. Brachet, « The Blind Spot of Repression : Migration Policies and Human Survival in the Central Sahara », in T.-D. Truong et D. Gasper (dir.), Transnational Migration and Human Security. The Migration-Development-Security Nexus, New York, Springer, 2011, p. 57-66 []
  51. A. Bensaâd (dir.), Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Immigration sur émigration, Paris, Karthala, 2009 ; J. Brachet, Migrations transsahariennes. Vers un désert cosmopolite et morcelé (Niger), Paris, Éditions du Croquant, 2009 ; S. Bredeloup et O. Pliez (dir.), dossier « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, n° 36, 2005 []
  52. M. Potts, E. Zulu et al., Crisis in the Sahel. Possible Solutions and the Consequences of Inaction, Oasis Report, Berkeley, University of California, 2013 []
  53. Il est à noter que les services de coopération qui depuis les années 1950 promeuvent le contrôle des naissances dans les pays sahéliens sont issus de pays où, au cours de la même période, des politiques pro-natalistes étaient mises en œuvre. Voir à ce propos J. Gregory, « La démographie africaniste ou la recherche d’une technicité qui devient biais idéologique », Revue canadienne des Études africaines, vol. 13, n° 1-2, 1979, p. 197-208 []
  54. G. Harrison et R. Cline-Cole, « Global Crisis, African Governance and a Sense of Déjà vu », Review of African Political Economy, vol. 36, n° 119, 2009, p. 1-7 []
  55. D. Bigo, « L’idéologie de la menace du Sud », Cultures et conflits, n° 2, 1991, p. 3-15 ; pour une critique des catégorisations « Nord » et « Sud », voir le numéro spécial de la revue Autrepart, « On dirait le Sud… », n° 41, 2007 []
  56. Sur l’islam et l’islamisme politique, voir O. Roy, L’échec de l’Islam politique, Paris, Le Seuil, 1992 ; O. Roy et A. Boubekeur (dir.), Whatever Happened to the Islamists ? Salafis, Heavy Metal Muslims and the Lure of Consumerist Islam, New York, Columbia University Press, 2012 []
  57. B. Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La découverte, 2011 []
  58. Soit littéralement : « Assemblée des gens de la Sunna [du Prophète] pour l’appel [à l’islam] et le jihad ». []
  59. F. Bouhlel Hardy, « Les médersas du Mali : réforme, insertion et transnationalisation du savoir islamique », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 819-830 ; N. M. Baba, « Islamic Schools, the Ulama, and the State in the Educational Development of Northern Nigeria », Bulletin de l’APAD, n° 33, 2011, <http://apad.revues.org /4092 > ; L. Brenner, Controlling Knowledge. Religion, Power and Schooling in a West African Muslim Society, Londres, Hurst and Company, 2002 []
  60. M. Fall Ould Bah, « Les réseaux de la finance islamique en Afrique », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 805-817 ; A. Sounaye, « Doing Development the Islamic Way in Contemporary Niger », Bulletin de l’APAD, n° 33, 2011, <http://apad.revues.org /4084 > []
  61. D. Schulz, « Evoking Moral Community, Fragmenting Muslim Discourse. Sermon Audiorecordings and the Reconfiguration of Public Debate in Mali », Journal of Islamic Studies, n° 26, 2007, p. 39-71 ; A. Masquelier, Women and Islamic Revival in a West African Town, Bloomington, Indiana University Press, 2009 ; A. Sounaye, « Alarama is All at Once : Preacher, Media “savvy”, and Religious Entrepreneur in Niamey », Journal of African Cultural Studies, vol. 25, n° 1, 2013, p. 88-102 []
  62. J.-P. Filiu, « Les quatre fronts d’Al-Qaida », Études, vol. 413, n° 4, octobre 2010, p. 295-305 []
  63. A. Antil, « Introduction au dossier “L’islam en Afrique, un acteur transnational” », Politique étrangère, vol. 75, n° 4, 2010, p. 800-804 []
  64. J.-L. Amselle, « Le wahhabisme à Bamako (1945-1985) », Canadian Journal of African Studies, vol. 19, n° 2, 1985, p. 345-357 ; R. Otayek (dir.), Le Radicalisme islamique au sud du Sahara. Da‘wa, arabisation et critique de l’Occident, Paris, Karthala, 1993 ; O. Kane et J.-L. Triaud (dir.), Islam et islamisme au sud du Sahara, Paris, Karthala, 1999 []
  65. C. Coulon, Les Musulmans et le pouvoir en Afrique, Paris, Karthala, 1983 ; J.-P. Filiu, « Définir Al-Qaida », Critique internationale, n° 47, 2010, p. 111-133 []
  66. Voir également la critique de l’emploi du terme « islamisme » dans R. C. Martin et A. Barzegar, Islamism : Contested Perspectives on Political Islam, Stanford, CA, Stanford University Press, 2010 []
  67. O. Kane, « L’ “islamisme” d’hier et d’aujourd’hui. Quelques enseignements de l’Afrique de l’Ouest », Cahiers d’Études africaines, n° 206-207, 2012, p. 545-574 ; J.-L. Triaud et L. Villalón, « L’islam subsaharien entre économie morale et économie de marché : contraintes du local et ressources du global », Afrique contemporaine, vol. 231, n° 3, 2009, p. 23-42 []
  68. M. O’Brien et É. Smith, « La charia contestée : démocratie, débat et diversité musulmane dans les “États charia” du Nigeria », Politique africaine, n° 106, juin 2007, p. 46-68 []
  69. M. Last, « La Charia dans le Nord-Nigeria », Politique africaine, n° 79, octobre 2000, p. 141-152 []
  70. R. Marchal, « Warlordism and Terrorism : How to Obscure an Already Confusing Crisis ? The Case of Somalia », International Affairs, vol. 83, n° 6, 2007, p. 1091-1106 []
  71. Sur le possible rôle social joué par des groupes jihadistes, voir notamment : A. Norton, Hezbollah : A Short History, Princeton, Princeton University Press, 2007, ou Z. Abuza, « Jemaah Islamiyah Adopts the Hezbollah Model », Middle East Quarterly, vol. 16, n° 1, 2009, p. 15-26 []
  72. Débat autour de l’ouvrage de Judith Scheele, Smugglers and Saints of the Sahara : Regional Connectivity in the Twentieth Century, New York, Cambridge University Press, 2012, organisé par le CERI à Sciences Po, Paris, 15 avril 2013 []
  73. Voir M. Foucault, Sécurité, Territoire, Population, Paris, Le Seuil/Gallimard, 2004 []

Le Tchad entre deux guerres ? Remarques sur un présumé complot, par Roland Marchal

conj130Arx tarpeia Capitoli proxima. L’actualité du début de l’année 2013 sur le continent a mis en exergue le rôle du Tchad dans différentes crises. En effet, reconnu comme puissance tutélaire de la République centrafricaine (RCA), le Tchad qui fournit le principal contingent de la force régionale en RCA a pesé de manière décisive sur l’issue de la crise dans ce pays. Fin décembre 2012, Ndjamena annonçait que les rebelles ne pourraient aller au-delà de la ville de Damara (environ 70 km de Bangui), ouvrant ainsi la voie à une solution politique à Libreville. Trois mois plus tard, Ndjamena décidait qu’il fallait passer outre cet accord mal respecté par le président François Bozizé et laissait les rebelles entrer dans Bangui et conquérir le pouvoir par les armes.

Cette capacité à projeter des forces combattantes et à influencer, voire dicter une solution dans sa région, lui a valu peut-être rapidement de se voir attribué la qualité de puissance régionale, même si c’est le Mali, justement en dehors de son environnement traditionnel, qui a puissamment contribué à crédibiliser ce nouveau statut. La communauté internationale a célébré le courage politique du chef d’État tchadien lors de son engagement dans le conflit malien à un moment où ses collègues d’Afrique de l’Ouest manifestaient de grandes réticences.

Pourtant, à peine célébrée, voici que la nouvelle puissance régionale montre sa fragilité intérieure, si l’on en croit la dénonciation faite le 1er mai 2013 par Idriss Déby Itno d’une conspiration visant son régime organisée par des personnalités civiles et quelques anciens rebelles dont la crédibilité politique n’a jamais été très grande. Les arrestations se multipliaient alors, après un incident armé mineur dans un faubourg de la capitale et, à la mi-mai, près d’une vingtaine de personnalités étaient arrêtées, dont quatre parlementaires, des journalistes (habitués de ces vagues de répression) et des hauts fonctionnaires du Centre et du Sud du pays. à cette vague d’arrestations s’ajoutaient bientôt des mandats d’arrêt visant un certain nombre de personnalités qui auraient été liées aux violations massives des droits de l’homme sous Hissène Habré. Certaines ont en fait occupé pendant des années d’importantes fonctions dans le régime actuel, quelques-unes d’entre elles étant devenues au fil des ans des figures de l’opposition en exil. Comme pour rajouter à la confusion entre différentes affaires et périodes de l’histoire mouvementée du Tchad, les conditions d’arrestation des députés provoquaient une protestation du Bureau de l’Assemblée nationale, pourtant pleinement acquise au régime actuel, alors que le Sénégal s’interrogeait sur le droit du parquet tchadien d’arrêter des gens dans un procès relevant de l’autorité judiciaire à Dakar.

Les allégations de complot ne sont plus exceptionnelles au Tchad : un autre aurait été tenté – sans preuve incontournable ni davantage de succès – en juin 2012. Certaines font l’objet d’une publicité immodérée, d’autres sont souvent tues. Faute d’être toujours crédibles, ces pratiques de l’État doivent être interrogées comme un mode spécifique de gouvernement qui, en instaurant un arbitraire récurrent, vise peut-être autant à se débarrasser d’opposants réels ou potentiels qu’à suggérer aux partisans du régime de serrer les rangs derrière son chef.

L’analyse qui suit a une ambition tout à fait modeste, à savoir décrire cette conjoncture particulière lors de laquelle un pouvoir apparemment fort réagit soudainement et de façon disproportionnée à la perception d’une menace intérieure dont les termes apparaissent incertains à beaucoup. Contrairement à certaines analyses, cette contribution défend le point de vue qu’un tel comportement est causé par l’accession du Tchad au statut de puissance plus que l’inverse. Il ne s’agit pas ici de nier l’effet d’aubaine et la rente diplomatique que représente pour le président Idriss Déby l’intervention de l’armée tchadienne au Mali : on les voit trop à l’œuvre dans les silences occidentaux. Encore faut-il souligner qu’ils ne peuvent seuls fournir l’explication.

Enfin, si l’analyse qui suit se limite à certains aspects très spécifiques de la réalité du Tchad, elle ne peut valoir comme étude des transformations politiques dans ce pays depuis son accession au statut de pays producteur de pétrole.

Une intrigue en trois actes

2003 est l’année du grand tournant au Tchad. Cette année-là voit d’abord la fragilité de l’homme qui a dirigé le Tchad depuis décembre 1990 : Idriss Déby tombe dans le coma lors du sommet de l’Union africaine à Maputo en juillet et n’est sauvé que par l’action décisive et rapide de la France1. Pendant sa convalescence naît un nouveau pacte avec Paris qui resserre une relation distendue par les années de cohabitation entre Lionel Jospin et Jacques Chirac (1997­-2002). Si l’on n’en connaît pas les termes, il est troublant de voir le soutien français se maintenir année après année, alors qu’ailleurs en Afrique la diplomatie française fait souvent preuve d’une plus grande retenue dans son appui à certaines pratiques. Ainsi, il n’est pas courant de voir un ministre français célébrer le changement constitutionnel qui met fin à la limitation de deux mandats pour un président africain. à rebours du silence gêné que l’on observe habituellement, c’est pourtant bien ce qui se passe dans le cas du Tchad2, malgré l’annonce faite par Idriss Déby, après les élections tronquées de 2001, de ne pas se représenter.

L’exploitation du pétrole3 qui débute en 2003 laisse augurer une radicale embellie financière, même si celle-ci est initialement sous tutelle de la Banque mondiale. Lors de son congrès en novembre, le Mouvement Populaire du Salut (MPS), le parti présidentiel, se propose de changer la constitution et demande à Idriss Déby de se représenter, une initiative sans surprise pour beaucoup d’opposants, tout comme la réponse positive du chef d’État tchadien. Cependant cette rupture d’engagement prend les barons du régime à contre-pied et incite parents et alliés politiques à redéfinir les termes de leur allégeance. Certains, et non des moindres, choisissent de basculer dans l’opposition, d’abord feutrée puis ouverte, au régime à l’automne 2005 : parmi eux on citera notamment Ahmat Hassaballah Soubiane, alors ambassadeur à Washington, Tom et Timan Erdimi proches parents du président et parmi ses plus proches conseillers, Mahamat Nouri, ambassadeur en Arabie saoudite qui fait défection en 2006 et de nombreux officiers supérieurs souvent membres du même groupe ethnique qu’Idriss Déby. Timan Erdimi et Mahamat Nouri deviennent les figures clés de l’opposition armée dans l’année qui suit.

2003 est aussi l’année du Darfour. Après des incidents en 2002, le Darfour s’enflamme à partir de février 2003, et ce conflit divise les élites gouvernantes au Tchad. Certains, y compris dans la famille la plus proche d’Idriss Déby, jouent la carte de l’insurrection et parient sur certains de ses chefs, notamment (mais pas uniquement) Khalil Ibrahim Mohamed, le leader charismatique du Mouvement pour la justice et l’égalité (JEM). D’autres, comme Idriss Déby, ne veulent pas remettre en cause les bonnes relations avec Khartoum qui ont garanti une réelle stabilité du régime et craignent également que les conséquences du conflit au Darfour ne modifient les équilibres internes au pouvoir au Tchad. Comme on l’a analysé ailleurs4, on a soudain l’articulation de deux crises différentes. Idriss Déby, qui se conçoit aussi comme le leader des Zaghawa, son groupe ethnique, s’enferre dans une médiation sans but pendant des mois et doit constater que tout lui échappe. Le réchauffement des liens avec le JEM en juin 2005 est une manière de reprendre le contrôle sur les initiatives des uns et des autres pour soutenir la rébellion au Darfour et empêcher une conjonction avec les opposants de son premier cercle. Manœuvre réussie mais qui coûte alors à Idriss Déby l’appui de Khartoum et conduit à la sanctuarisation d’une opposition armée hétéroclite, divisée, et sans autre projet que la fin de son règne.

L’attaque des rebelles tchadiens sanctuarisés au Darfour fin janvier et début février 2008 contre Ndjamena est un autre moment où sont validées différentes options. D’abord, le soutien français et libyen à Déby est confirmé puisque les troupes françaises préservent l’aéroport alors que des officiers supérieurs, dont l’attaché de défense à Ndjamena et le général Benoît Pugat alors à l’état-major des armées à Paris, contribuent de manière essentielle à la sanctuarisation de la présidence tchadienne et à la contre-offensive le dimanche 3 février. Qadhdhâfî, quant à lui, fournit les munitions pour les tanks tchadiens que transportent les avions français. Ce soutien prend également la forme de l’opération Eufor Tchad/RCA dont le seul véritable acquis aura été de donner à Idriss Déby le temps d’acheter de l’armement grâce aux revenus pétroliers et de former les hommes pour obtenir une suprématie militaire contre ses rebelles5.

Cette bataille n’est pas simplement une défaite militaire des rebelles, elle est également une déroute politique. Les chefs de la rébellion, entrés dans la capitale, n’ont pu se mettre d’accord sur le partage du pouvoir. Le dimanche après-midi, c’est l’opposition civile qui est frappée : certains de ses dirigeants sont enlevés et Ibni Oumar Mahamat Saleh, grande figure de l’opposition démocratique et rassembleur national, ne réapparaîtra plus. Son assassinat pèse jusqu’à aujourd’hui dans l’équation tchadienne et souligne la permanence d’une impunité tolérée par les pays occidentaux, la France mais également les États-Unis qui ont poursuivi la formation anti-terroriste de la garde prétorienne du régime.

On oublie trop souvent que ladite bataille de Ndjamena a été précédée d’un autre affrontement, le vendredi 1er février, à proximité de la ville de Massaguet. La colonne d’Idriss Déby était alors pilonnée par l’opposition qui faisait le calcul que, Déby mort, son régime s’effondrerait sans résistance. L’importance de ce moment est dans l’identité des tués au combat : la garde rapprochée de Déby, ses parents et les proches de son sous-clan. La rébellion qui échoue alors peut être lue de nombreuses façons, mais l’une est essentielle et tient aux rivalités internes au sein des Zaghawa, qui dirigent à la fois l’État tchadien et les groupes de la rébellion les plus influents. Pour ces morts, Idriss Déby sera contraint de dédommager les familles, récompenser les survivants et justifier la violence d’un affrontement que certains ne comprennent pas.

Le voyage à Khartoum en février 2010 illustre le paradoxe de la victoire du chef d’État tchadien. Il a défait la rébellion tchadienne sanctuarisée grâce à l’appui de Salah Abdallah Gosh, le chef des services secrets soudanais. Dès le printemps 2009, pourtant, il a montré à Khartoum sa bonne foi et tenté une ultime médiation avec le JEM qui a tourné court. Cet échec lui a permis un double gain tactique : d’une part, il a fait la preuve à ceux des siens qui soutenaient encore Khalil Ibrahim que ce dernier ne voulait pas un accord mais le pouvoir à Khartoum ; de l’autre, il a pu rompre publiquement avec ce dernier et lui refuser même l’hospitalité à Ndjamena en mai 2010. Le réchauffement des relations avec Khartoum est aussi accéléré par la mise à pied de Salah Abdallah Gosh, accusé d’être trop ambitieux et proche des services américains en août 2009. Cette amélioration se traduit dans la suite par la mise en place d’une force conjointe qui surveille la frontière commune et combat les insurgés soudanais du Darfour, voire par le mariage du président Déby et de la fille de Moussa Hilal, un des premiers responsables des Janjaweed soudanais et surtout un des chefs coutumiers de la tribu des Mahamid, également présente au Tchad où elle a été plutôt dans l’opposition.

Cette visite à Khartoum, la première depuis 2004, est aussi le moment d’une illumination si l’on en croit ses proches6. En six ans, la capitale soudanaise dopée par l’argent du pétrole s’est profondément transformée : un nouveau pont sur le Nil, des immeubles en grand nombre, des hôtels de luxe, les rues agrandies et goudronnées. à son retour au Tchad, Idriss Déby se mue en grand architecte, multipliant les projets de réaménagement de la capitale. On dénonce justement la spéculation immobilière, les infrastructures mal construites, les quartiers peuplés de nouveaux riches, les impératifs sécuritaires à peine dissimulés derrière les destructions de certains lieux, sans voir peut-être l’essentiel : la construction d’une nouvelle capitale pour une nouvelle population et la rupture avec l’histoire urbaine de l’avant pétrole.

Au terme de ces quelques rappels, il faudrait donc en conclure qu’Idriss Déby, servi par un sens tactique et un courage physique hors du commun, a réussi à contenir ses opposants et qu’il peut goûter aux délices de l’État développementiste promu par la Chine, devenue depuis juillet 2006 un acteur économique prépondérant. En avril 2011, il est réélu triomphalement avec plus de 88 % des voix, ses principaux adversaires ayant appelé au boycott. Peu importe alors la fraude : les députés d’opposition élus en plus grand nombre permettent de signaler à la communauté internatio­nale sa bonne volonté démocratique quand bien même l’évaluation purement technique soulève nombre de problèmes et indique qu’il conserve avec plus de 71 % des députés le contrôle exclusif du Parlement7.

La remontée des oppositions

Surtout, après ces élections générales de 2011, le climat politique évolue à Ndjamena. La défaite militaire de l’opposition armée permet l’utilisation d’une plus grande fraction des revenus pétroliers pour des usages civils et non plus seulement l’achat de matériel militaire. Par ailleurs, un accord signé avec l’EximBank chinoise en août 2011 ouvre une ligne de crédit gagée sur les ressources pétrolières à venir du Tchad. Même s’il est indexé sur l’avenir, l’argent est bien là et peut couler à flots.

à vrai dire, au Tchad, le gouvernement ne gouverne pas depuis longtemps si bien qu’il vaut mieux considérer le Premier ministre comme un Secrétaire général de la présidence mettant simplement en forme les décisions du président, et les ministres comme de simples collaborateurs. Cette situation qui prévaut depuis de nombreuses années s’est encore intensifiée du fait de la rente pétrolière. Ainsi, une bonne partie du budget des ministères est reversée à la Direction des projets spéciaux, gérée directement par la présidence, et ne suit aucune des règles d’attribution des marchés publics. Dans le même temps, on perçoit une nette évolution dans le personnel ministériel : la génération plus jeune appelée à occuper ces postes a pour caractéristiques son absence d’engagement politique et sa totale dépendance à l’égard du président pour occuper de telles fonctions. Cette concentration accrue du pouvoir décisionnel à la présidence a de nombreux effets.

Tout d’abord, une très forte instabilité ministérielle : l’actuel gouvernement en est à son troisième remaniement en moins de quatre mois, le premier ayant eu lieu deux semaines après l’installation du gouvernement. Les ministres sont ainsi nommés et changés davantage sur la base de l’influence changeante des réseaux de courtisans que de leurs activités ou influence politique.

Ensuite, une forte compétition pour contrôler l’accès au président et à son premier cercle. Cet aspect est particulièrement important compte tenu du rôle joué par l’une des épouses du président, Hinda Mahamat Abderahim, et de son influence sur son époux8. Cette dernière a su, avec un réel brio politique, se construire un réseau influent dans l’appareil d’État et à la présidence afin de marginaliser ses rivaux et accroître sa puissance financière. Cette situation suscite des jalousies et une hostilité à peine contenue de la part de nombreux Zaghawa qui estiment n’avoir pas à passer sous les fourches caudines d’une Arabe9. Ainsi, paradoxalement, l’accroissement des ressources n’aura pas permis un élargissement de la base politique du pouvoir tchadien : elle aura au contraire abouti à sa rétraction.

Cette remarque est corroborée par l’analyse des nouveaux acteurs économiques. Le Tchad peut certes compter sur de nouvelles ressources pétrolières, au point que l’Eximbank chinoise n’a aucune hésitation à financer d’importants projets d’infrastructure dont la rentabilité mériterait d’être attestée. Mais dans ce boom des travaux publics, plusieurs aspects devraient retenir l’attention. Une nouvelle classe d’entrepreneurs a ainsi fait son apparition, pour l’essentiel composée des affidés du pouvoir, en très grande majorité de Zaghawa qui vivent uniquement des contrats octroyés par la présidence (quitte, le plus souvent, à prélever une dîme et à contractualiser une entreprise possédant l’expertise ad hoc). Ce crony capitalism ne laisse pas indifférent les autres milieux d’affaires qui profitent bien moins de la manne, notamment les Goranes qui ont joué un rôle essentiel dans la survie du régime lors de la crise des années 2000. L’absence de planification ou de rationalisation accroît le risque d’un endettement très lourd à gérer de l’État tchadien dès lors que les prêts chinois devront être remboursés10. Cette inquiétude est également nourrie de l’accroissement des subventions au secteur paraétatique et de la corruption au sein des différents secteurs de l’appareil d’État. Les proches du président n’ont pas les pudeurs d’antan et n’hésitent plus à contrôler les régies financières de l’État ou à en privatiser les fonctions les plus rémunératrices.

Enfin, les crises régionales ont eu des effets ambivalents sur le régime tchadien. Idriss Déby a pris sur la crise libyenne une position courageuse et lucide : il n’avait pas d’illusion sur ce qui pourrait suivre et l’a dit pendant des mois avant de s’incliner en juin 2011 et de rallier ses alliés occidentaux. Évidemment, cette posture relevait non seulement de sa clairvoyance mais aussi de ses intérêts bien compris: avec la disparition de Mouammar Qadhdhâfî, il perdait son meilleur (et plus riche) allié dans la région. De fait, malgré des déclarations conciliantes de part et d’autre, les relations avec le nouveau régime à Tripoli restent tendues.

Idriss Déby est soupçonné d’aider les Toubous (un groupe transfrontalier) afin que ces derniers gardent le contrôle des villes de Koufra et Sebha, et de la route commerciale qui les lie et constitue un axe essentiel du commerce sahélien. De plus, une partie des ex-rebelles tchadiens a grossi les rangs de l’opposition à Mouammar Qadhdhâfî sous l’impulsion de Khartoum et vit désormais dans le Sud et l’Est libyens dans l’attente de l’émergence d’une nouvelle rébellion. Enfin, Doha n’a pas oublié le choix d’Idriss Déby, contraire à sa politique, et l’on peut penser que le gel d’importants projets qataris dans la capitale tchadienne est lié à cette différence. L’intervention tchadienne au Mali a revigoré ce mécontentement comme l’illustre en mars 2013 la déclaration de Timan Erdimi (l’une des principales figures de l’opposition armée, en exil au Qatar depuis la fin 2009) annonçant l’apparition prochaine d’une opposition armée, un appel public difficilement possible sans l’accord des autorités qataries. Cette rhétorique guerrière aurait pu ne pas être prise au sérieux tant le crédit politique de cet opposant a été entamé par son attitude dans la rébellion et son échec devant Ndjamena en février 2008. Mais c’eût été sans prendre la mesure de l’activisme militaire du Tchad dans la région.

L’arrivée au pouvoir à Bangui d’une coalition de groupes armés, la Séléka, le 24 mars 2013 n’aurait pas été possible en effet sans l’acquiescement du Tchad. Celui-ci n’a pas été acquis sans engagement de la part des deux principaux dirigeants du mouvement, Michel Am­Nondroko Djotodia (aujourd’hui chef d’État de la transition) et Noureddin Adam (aujourd’hui ministre de la Sécurité). En effet, fin décembre 2012, le chef d’État tchadien annonce que les rebelles de la Séléka ne pourraient dépasser la ville de Damara à 70 km de la capitale centrafricaine. Son inquiétude alors est double11.

D’une part, les pays de la région et les États-Unis ne sont pas insensibles aux déclarations de François Bozizé (chef d’État avant le 24 mars 2013) évoquant la présence de Janjaweed et autres islamistes au sein de la Séléka, ce qui incite à la prudence même si ces déclarations relèvent pour l’essentiel de la pure propagande, comme les semaines suivantes le démontreront. D’autre part, Idriss Déby est conscient que parmi les gens de la Séléka se trouvent de nombreux combattants tchadiens, qui ont servi sous les ordres de Mahamat Nouri, Adouma Hassaballah et Adoum Yacoub Kougou et, pour l’essentiel, appartiennent à des groupes ouaddaïens. De plus, anticipant une victoire militaire de la Séléka, de nombreux opposants tchadiens dans les pays de la grande région s’agitent et parlent de reprendre la lutte armée avec cette fois-ci la RCA comme sanctuaire.

Ce n’est qu’après avoir obtenu de fortes assurances de la part des dirigeants de la Séléka (notamment la nomination à des postes clefs de l’appareil d’État centrafricain de membres des services de sécurité tchadiens)12, avoir remisé l’argument religieux de Bozizé (qui faisait de la Séléka, le cheval de Troie des islamistes soudanais) et assisté aux ultimes tentatives de ce dernier de se remettre en selle, qu’Idriss Déby donne son feu vert à l’attaque de Bangui en mars 2013. L’implication accrue du Tchad dans la force régionale apparaît alors autant comme un signe de puissance que comme l’expression d’une faiblesse face à la possible menace que représente un mouvement comme la Séléka, dont une partie des commandants au niveau intermédiaire n’obéit qu’imparfaitement à la direction et est prompte à vendre ses services aux plus offrants.

L’implication au Mali a également créé des problèmes. Le contingent tchadien dans ce pays est composé d’un peu plus de 900 hommes formés par les États-Unis au contre-terrorisme et, pour le reste, de troupes d’élite de la Garde républicaine (formellement depuis 2005, la Direction générale des services de sécurité des institutions de l’État). La majorité de ces hommes sont des Zaghawa, souvent même du sous­clan Bideyat de Déby, les Bilia. En quelques mois, ces soldats ont combattu dans des conditions difficiles et perdu officiellement 38 hommes, dont une vingtaine lors d’une seule embuscade, peut-être due à une erreur de commandement. Une profonde acrimonie est née du fait du rôle que les médias d’État au Tchad – avec l’acquiescement présidentiel – font jouer au fils d’Idriss Déby, Mahamat, général à 29 ans et commandant en second du contingent tchadien. Une critique souvent formulée à son égard affirme qu’il n’est pas souvent au front bien qu’il soit devenu le héros national de la campagne au Mali13. Les familles des soldats tués ou blessés sur ce même front, souvent proches en termes de parentèle, goûtent mal cette mise en scène qui magnifie la famille présidentielle.

Ce sentiment doit se comprendre dans un double contexte. Le premier est habituel au Tchad. De multiples allégations circulent, y compris à l’initiative de personnalités bien placées pour en parler, pour affirmer que les soldats envoyés au Mali ne sont pas payés et récompensés de la même manière et que les détournements sont nombreux14. De telles critiques doivent rappeler que, malgré une énième tentative de réorganisation en 2010 avec l’aide française, l’armée tchadienne n’est toujours pas une institution, loin s’en faut. Le second est beaucoup plus important : le projet toujours contesté du président tchadien de se prévaloir d’une séniorité «traditionnelle » au sein de son propre clan.

Il faut rappeler que l’hostilité au sein des Bideyat vis-à-vis d’Idriss Déby au début des années 2000 est en particulier liée à la nomination par ce dernier de son frère, Timan Déby, comme sultan et chef de canton. Les frères Erdimi, notamment, ont alors multiplié les sarcasmes sur cette famille plébéienne qui voulait s’anoblir alors même que la mère d’Idriss Déby n’appartenait pas à son clan Bilia (elle est originaire d’un autre clan Zaghawa, Borogate) et qu’en conséquence Idriss Déby n’avait de parents que d’un seul côté. Cette polémique s’est réinvestie après 2005 dans le champ militaire et étatique sans pour autant cesser lorsque les rebelles ont été défaits.

En 2011, sa victoire acquise et les siens dûment récompensés, Idriss Déby s’est à nouveau lancé dans une réforme de l’administration locale en pays Zaghawa avec le même objectif et en provoquant la même ire au sein des Bilia (et plus largement des Bideyat) mais également des Kobé. Ceux-ci forment l’ossature, en termes de recrutement, du JEM et ont une longue histoire d’antagonisme politique vis-à-vis d’Idriss Déby, coupable à leurs yeux d’avoir fait assassiner leur leader Abbas Koty en 1993, exilé l’un de ses lieutenants, Bichara Idriss Haggar, et humilié à de multiples reprises la famille du sultan des Kobé à Iriba.

Cet antagonisme des Kobé, malgré la présence dans l’entourage de Déby d’un de leurs parents, Mahamat Ali Abdalla Nassour, est également nourri par les événements au Darfour. Même si plus grand monde ne prête attention à la situation au Darfour, le conflit s’y poursuit et la communauté Zaghawa en paie un prix important. Idriss Déby avait su regagner une partie du soutien des Kobé en 2009. En 2011, les hostilités au Darfour ont repris, la chute de Qadhdhâfî ayant mis fin à la sanctuarisation du JEM et l’Indépendance du Soudan du Sud ayant mécaniquement dopé la militarisation des oppositions politiques au Nord Soudan. Idriss Déby, pour ne pas refaire l’erreur de 2004, s’est attaché à affaiblir le JEM de mille manières au point qu’il est aujourd’hui accusé d’avoir fait exécuter Khalil Ibrahim et de travailler pour Khartoum sans considération pour les siens. Il a suscité des divisions dans le JEM et œuvré à la signature d’accords de paix entre ces factions et Khartoum. Cette politique a un coût réel d’autant qu’elle est mise en œuvre dans un contexte passablement délétère.

Un coup d’État ?

Si l’analyse qui précède a une validité, on conçoit que l’annonce d’une conspiration visant à mettre à bas ce régime en a moins. Il y a plusieurs lectures possibles des événements du mois de mai 2013. D’abord, celui qui est promu putschiste en chef, Moussa Tao Mahamat, est certes un ancien rebelle du groupe de Mahamat Nouri, mais il n’a jamais eu un rôle significatif dans la rébellion, ni d’ailleurs un crédit politique particulier parmi ses pairs. Les responsables militaires arrêtés sont âgés et dans des fonctions qui ne leur permettraient pas de disposer de troupes ou de faciliter leurs mouvements. Les cadres civils sont quant à eux originaires du Centre et du Sud du pays, mais leur dispersion ethnique et l’absence de sociabilité commune, voire même leurs clivages politiques connus (deux des quatre députés appartiennent au MPS), rendent plus qu’improbable l’existence d’un complot digne de ce nom15. On peut aisément concevoir que des gens au Tchad rêvent d’un changement de régime, et ce d’autant plus que les mouvements sociaux y sont laissés sans réponse, que le dialogue et le compromis ne font pas partie de la culture des gouvernants, et qu’une partie du pays voit ses conditions de vie se détériorer16. L’analyse habituelle de cette péripétie veut que le régime tchadien utilise sa nouvelle stature internationale pour éliminer (ou mettre au pas) son opposition intérieure.

Ce qui précède entend au contraire souligner combien un certain type de gouvernance intérieure et une ambition régionale accroissent les contradictions sociales et politiques et créent un champ d’affrontement que le régime n’avait pas initialement cherché. C’est la conscience d’une menace qui pousse à l’identification d’une conspiration, mais la menace n’est pas celle annoncée dans les médias. Elle est dans la stasis, dans la crise morale et politique, au cœur du régime. L’annonce d’un complot sert surtout à rappeler que sans Idriss Déby, les Bideyat, les Zaghawa ou les affidés du régime auraient à faire face à des jours autrement plus difficiles.

On ne dira rien ici du comportement alambiqué de ladite communauté internationale, de la France socialiste pusillanime comme elle seule sait l’être, d’une politique américaine qui bégaie dans son engouement anti-terroriste et joue l’aveuglement une fois de plus. Alors que l’environnement régional du Tchad est de plus en plus instable, il serait tentant comme on le fait trop vite aux États-Unis d’identifier dans Boko Haram, les islamistes soudanais, et les djihadistes libyens, maliens ou autres, les menaces potentielles qui pèsent sur le Tchad. Le danger tient plus à un certain type de gouvernance intérieure, à l’incapacité du régime de se réformer dans son arbitraire et sa prévarication, bref à toujours se comporter comme s’il était entre deux guerres17.

Roland Marchal (CNRS – CERI – Sciences Po Paris)

Paru dans Politique africaine 2/2013 (N° 130), p. 213-223.

Crédit image : Rond point de la Grande Armée – N’Djamena (Tchad), par Ismouz, licence Creative Commons by.

  1. Un avion médicalisé sera mis à disposition immédiatement. []
  2. Xavier Darcos, ministre délégué à la Coopération, au Développement et à la Francophonie, n’hésite pas à déclarer lors de sa visite à Ndjamena le 28 mai 2004 : « La France soutient la position du président Déby qui a été élu démocratiquement et par deux fois, elle salue le fait que l’Assemblée nationale, à une majorité supérieure à celle qui d’habitude soutient le gouvernement, a approuvé la révision de la Constitution ». []
  3. G. Magrin, Le Sud du Tchad en mutation. Des champs de coton aux sirènes de l’or noir, Montpellier/Saint Maur les Forêts, Cirad et Éditions Sépia, 2001. []
  4. R. Marchal, « Tchad/Soudan : vers un système de conflits », Politique africaine, n° 102, juin 2006, p. 135-­154. []
  5. Voir le témoignage de la journaliste de RFI, Sonia Rolley, Retour du Tchad. Carnet d’une correspondante, Arles, Actes Sud, 2010 ainsi que la collection d’analyses : <http://www.bmlv.gv.at/pdf_pool/publikationen/eufor_tchad_revisited.pdf>, consulté le 10 juillet 2013. []
  6. Entretiens, Ndjamena, mars 2011. []
  7. <http://www.eueom.eu/files/pressreleases/english/rapport_final_MOE_UE_Tchad_270511_fr.pdf>. []
  8. Voir le dossier « Premières dames en Afrique », Politique africaine, n° 95, octobre 2004, p. 5­-124. []
  9. Hinda est la fille de Mahamat Acyl (originaire du Ouaddaï et du même groupe ethnique que le dirigeant de l’opposition Ibni Oumar Mahamat Saleh, tué en 2008). Sa mère est la sœur de la seconde épouse de Acyl Ahmat, le fondateur des Comités de Défense de la République, une importante faction dans les années de guerre civile. []
  10. Voir le dernier rapport du FMI accessible à : <http://www.imf.org/external/np/sec/pn/2013/pn1350.htm>. []
  11. Entretiens, Bangui, avril 2013. []
  12. «Chad: Déby’s Enemies Crowd in», Africa confidential, vol. 54, n° 11, 24 mai 2013. []
  13. Entretiens, Ndjamena, janvier 2013 et Paris, mars et avril 2013. []
  14. On pourrait y rajouter le fait que certains officiers tchadiens dans la région de Kidal aient pris langue avec les trafiquants de drogue, pour louer leur protection comme ils le font déjà à Bangui. []
  15. Pour s’en tenir aux députés, Routouang Yoma Galom est de Bongor, Saleh Makki de Ati, Malloum Kadre de Massenya et Gali Ngothé de Sahr. []
  16. On pourra se reporter aux résultats statistiques du recensement de 2009, récemment publiés, qui montrent combien les bénéfices de la rente pétrolière ne se traduisent pas par une amélioration des services de l’État dans une grande partie du pays. Certes, on construit des écoles ou des hôpitaux, mais sans se préoccuper de l’enseignement et de l’expertise de la force de travail ou encore de l’extension de la corruption à toutes les strates de la société. []
  17. M. Debos, Le Métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 2013. []

N°130, juin 2013 – Crises et chuchotements au Sahel

couv130Nul ne doute que le Sahel est aujourd’hui une région en crise. Cette crise apparaît d’autant plus visible aux yeux du monde que l’Afrique sahélienne n’est plus considérée comme une simple périphérie déshéritée mais comme une région hautement stratégique, théâtre de transformations sociales dont les enjeux économiques, politiques et sécuritaires dépassent largement le cadre de ses frontières, et dont la déstabilisation pourrait avoir des répercussions lointaines. Ce dossier de Politique africaine déplace le regard des seuls faits médiatisés qui mettent actuellement en lumière le Sahel et interroge les « crises » à l’aune de la vie quotidienne et des perceptions locales des populations, ainsi qu’à celle des pratiques des acteurs institutionnels et des effets des politiques qu’ils mettent en œuvre. Ces politiques de crise constituent actuellement des outils majeurs de gouvernement des populations sahéliennes.

Dossier coordonné par Vincent Bonnecase et Julien Brachet.

Lire les articles de ce numéro sur CAIRN

 

SOMMAIRE

DOSSIER

5 – Les « crises sahéliennes » entre perceptions locales et gestions internationales
Vincent Bonnecase, Julien Brachet

23 – Le court terme de la légitimité : prises de position, rumeurs et perceptions entre janvier et septembre 2012 à Bamako
Julien Gavelle, Johanna Siméant, Laure Traoré
Résumé / Abstract sur Cairn

47 – La gestion des migrations de retour, un paramètre négligé de la grille d’analyse de la crise malienne
Daouda Gary-Tounkara
Résumé / Abstract sur Cairn

69 – De quoi la crise démographique au Sahel est-elle le nom ?
Barbara M. Cooper
Résumé / Abstract sur Cairn

89 – Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ?
Vincent Bonnecase
Résumé / Abstract sur Cairn

113 – La guerre au Darfour au prisme des alliances du mouvement islamique : retour sur quelques trajectoires d’hommes d’affaires zaghawa
Raphaëlle Chevrillon-Guibert
Résumé / Abstract sur Cairn

137 – Les origines et la transformation de l’insurrection de Boko Haram dans le Nord du Nigeria
Adam Higazi
Résumé / Abstract sur Cairn

RECHERCHES

165 – “O Governo Está Aqui” : Post-war State-Making in the Angolan Periphery
Ricardo Soares de Oliveira
Résumé / Abstract sur Cairn

189 – « Prendre la rue » : les parcours citadins des Shégués de Kinshasa
Camille Dugrand
Résumé / Abstract sur Cairn

CONJONCTURE

213 – Le Tchad entre deux guerres ? Remarques sur un présumé complot
Roland Marchal

LECTURES

225 – Autour d’un livre. Danny Hoffman, The War Machines : Young Men and Violence in Sierra Leone and Liberia, Durham, Duke University Press, 2011, 320 pages.

248 – La revue des livres

_________________________