Archives de catégorie : Actualités

Call for papers : The Question of Slavery in Africa: Politicisation and Mobilisation

Call-for-proposalsGuest editors: Christine Hardung (Kassel University, Germany) & Lotte Pelckmans (Danish Institute for International Studies, Denmark)

The analysis of political life in a large number of African countries is incomplete if we do not take into account the claims made about the thorny question of slavery and its legacies. With the emergence of recent emancipation movements, political parties, and organisations initiated by groups with slave status, the fight against slavery and its consequences is currently politicised on local, national, and even international levels. This sometimes also goes hand in hand with increased mediatisation. Using different discourses and collective forms of action according to different contexts and regions, the fight for the recognition and the identity (re-)construction of groups with slave origins can no longer be ignored.

The current collective mobilisations co-exist with contestations at the individual and family level which have remained relatively invisible on the national political scene. Simultaneously, important ruptures can be traced. These collective mobilisations have allowed for a critique and, in some cases, even a reversal of social hierarchies by breaking the silence surrounding the sensitive question of slave status in local and (inter-)national public spaces. Does the thesis of the existence of a taboo on this topic still hold true in view of the recent, empirically observed developments? Continuer la lecture de Call for papers : The Question of Slavery in Africa: Politicisation and Mobilisation

Appel à contribution : Faire l’école en Afrique

Appel-polaf1Appel à contribution pour Politique africaine n°139, octobre 2015.
Dossier coordonné par Hélène Charton et Sarah Fichtner

Calendrier

• 15 octobre 2014 : date limite d’envoi des propositions d’article (max. 7000 signes espaces compris) à Hélène Charton (h.charton@sciencespobordeaux.fr) et Sarah Fichtner (fichtnersarah@gmail.com)

• 15 novembre 2014 : notification aux auteurs des propositions retenues par les coordinatrices du dossier

• 15 mars 2015 : date limite d’envoi des articles sélectionnés (max. 55 000 signes notes et esp. comp.) aux coordinatrices du dossier

• Octobre 2015 : parution des articles acceptés par le comité de rédaction de Politique Africaine Continuer la lecture de Appel à contribution : Faire l’école en Afrique

Call for proposals: “Doing School” in Africa

Call-for-proposalsCall for proposals for Politique africaine N° 139, October 2015.
Guest Editors: Hélène Charton and Sarah Fichtner

Calendar

• 15th October 2014: deadline for submission of paper proposals (max. 7000 characters, spaces included) to Hélène Charton (h.charton@sciencespobordeaux.fr) and Sarah Fichtner (fichtnersarah@gmail.com)

• 15th November 2014: selected authors will be contacted by the coordinators of the special issue

• 15th March 2015: deadline for submission of selected papers (max. 55 000 characters, notes and spaces included) sent to the coordinators of the special issue

• October 2015: publication of articles accepted by the editorial board of Politique Africaine Continuer la lecture de Call for proposals: “Doing School” in Africa

L’ACPA présente aux 3e Rencontres des Études africaines en France

L’ACPA est présente aux 3e Rencontres des Études africaines en France qui se dérouleront à Bordeaux les 30 juin, 1, 2 et 3 juillet 2014.

Elle y organisera un débat autour d’un livre et deux tables-rondes.

 

Débat autour d’un livre

Citizenship between Empire and Nation: Remaking France and French Africa, 1945-1960, Princeton, Princeton University Press, 2014, de Frederick Cooper.

Mardi 1er juillet,10h30 – 12h00, Amphithéâtre Ellul

Organisé et animé par Séverine Awenengo Dalberto (IMAF) & Sandrine Perrot (Sciences Po / CERI), avec la participation de Frederick Cooper (New York University), Richard Banégas (Sciences Po – CERI), Pascale Barthélémy (ENS – Lyon) et Emma Hunter, Université de Cambridge.

As the French public debates its present diversity and its colonial past, few remember that between 1946 and 1960 the inhabitants of French colonies possessed the rights of French citizens. Moreover, they did not have to conform to the French civil code that regulated marriage and inheritance. One could, in principle, be a citizen and different too. Citizenship between Empire and Nation examines momentous changes in notions of citizenship, sovereignty, nation, state, and empire in a time of acute uncertainty about the future of a world that had earlier been divided into colonial empires.

Frederick Cooper explains how African political leaders at the end of World War II strove to abolish the entrenched distinction between colonial “subject” and “citizen.” They then used their new status to claim social, economic, and political equality with other French citizens, in the face of resistance from defenders of a colonial order. Africans balanced their quest for equality with a desire to express an African political personality. They hoped to combine a degree of autonomy with participation in a larger, Franco-African ensemble. French leaders, trying to hold on to a large French polity, debated how much autonomy and how much equality they could concede. Both sides looked to versions of federalism as alternatives to empire and the nation-state. The French government had to confront the high costs of an empire of citizens, while Africans could not agree with French leaders or among themselves on how to balance their contradictory imperatives. Cooper shows how both France and its former colonies backed into more “national” conceptions of the state than either had sought.

Frederick Cooper is professor of history at New York University and has been visiting professor at the École des Hautes Études en Sciences Sociales, the École Normale Supérieure, and the Université de Paris VII. His many books include Colonialism in Question and Empires in World History (Princeton).

 

Table ronde des revues

Revues académiques et sciences sociales en Afrique : ancrages empiriques, innovations théoriques et débats disciplinaires

Mardi 1er juillet, 15h45 – 17h15, Amphithéâtre Ellul

Organisée et animée par Laurent Fourchard (FNSP, LAM / Sciences Po Bordeaux), avec la participation de Susann Baller (Africa Spectrum), Didier Péclard (Politique africaine), Camille Lefebvre (Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire), Jean-Fabien Steck (Autrepart).

Cette table ronde de revues souhaite engager une réflexion sur la contribution des revues académiques dans les débats actuels des sciences sociales et humaines en Afrique et ailleurs.
L’Afrique fait l’objet d’un intérêt scientifique renouvelé mais dans un contexte universitaire européen encore souvent dominé par des approches euro-centrées. Il s’agit donc de se demander dans quelle mesure ces revues influencent les débats disciplinaires, théoriques et méthodologiques généraux en cours. Au-delà de cette question commune, il s’agit aussi de mieux appréhender la singularité de chacune de ces revues. Est-ce qu’elles privilégient des approches particulières dans les recherches d’un « terrain » souvent contraint ou difficile ? Suivent-elles une ligne éditoriale identifiée comme telle par le comité de rédaction ? Comment inscrivent-elles leur démarche dans leur discipline respective dans l’actuel consensus pluridisciplinaire ?

 

Afrique-Chine. Les nouvelles frontières de l’extraversion

Table ronde organisée par Antoine Kernen (Univ. de Lausanne) et Didier Péclard (Univ.de Bâle/Swisspeace), pour l’ACPA

Jeudi 3 juillet, 8h45 – 10h15, Amphithéâtre Ellul

À l’occasion de la publication d’un dossier consacré aux relations économique entre l’Afrique et la Chine (juin 2014, n° 134), la revue Politique africaine organise une table ronde en présence du coordinateur du dossier et de trois des auteurs.

L’expression « Chine-Afrique » s’est imposée il y a une quinzaine d’années suite à l’accroissement rapide des investissements chinois en Afrique et à l’explosion de la valeur des échanges commerciaux. Pour expliquer cette évolution rapide, les premiers travaux scientifiques ont souligné le rôle de nouvelles politiques mises en œuvre par le gouvernement chinois. L’explication dominante peut se résumer ainsi : des intérêts stratégiques liés au développement de la Chine ont poussé le gouvernement chinois à promulguer des politiques qui ont conduit à la croissance des investissements et au renforcement de la coopération de la Chine en Afrique. En dépit de leur clarté, ces explications sont insuffisantes pour rendre compte de la diversité acteurs impliqués et de l’impact en Afrique de la multiplication des échanges et des investissements chinois. Loin de l’image d’un État chinois, centralisé, monolithique et tout-puissant dirigeant les manœuvres du capital chinois en l’Afrique tel un général ses divisions, le dossier revient à la fois sur la pluralité des acteurs concernés et sur les stratégies des acteurs africains dans cette nouvelle dynamique d’extraversion.

Animée par Didier Péclard, Université de Bâle / Swisspeace

Avec la participation des auteurs

• Antoine Kernen, Université de Lausanne, coordinateur du dossier

• Guive Khan Mohammad, Université de Lausanne : « La révolution des produits chinois en Afrique : consommation de masse et nouvelle culture matérielle »

• Gernot Klantschnig, School of International Studies, University of Nottingham Ningbo China : « Negotiating Profits and Fakeness: The China-Nigeria Trade in Pharmaceuticals »

• Katy N. Lam, Université de Lausanne : « L’inévitable localisation : les entreprises publiques chinoises de la construction au Ghana »

Appel à contribution : Professionnels du droit et pratiques juridiques sur le continent africain. Héritages coloniaux et dynamiques d’internationalisation

Appel-polaf1Dossier coordonné par Sara Dezalay (Goethe Universität) et George H. Karekwaivanane (Cambridge University)

 

Calendrier

Les propositions de contribution (une page) sont à envoyer aux coordinateurs, Sara Dezalay (sara.dezalay@gmail.com) et George H. Karekwaivanane (ghk22@cam.ac.uk),  d’ici le 13 juin 2014 . Les articles retenus (d’ici le 2 juillet 2014) devront être remis aux coordinateurs au plus tard le 30 octobre 2014 pour évaluation par la rédaction de la revue. Date de publication du dossier, composé des articles acceptés par la rédaction : juin 2015.

Appel

Au cours des dernières décennies, les mobilisations du droit dans les pratiques politiques contemporaines des États africains se sont accrues de manière spectaculaire. Portés par des évolutions politiques internes autant que des dynamiques internationales, le tournant démocratique et la promotion de la « société civile » ont contribué à transformer le politique tout en renforçant l’importance du droit en tant que ressource de contestation et de légitimité dans des luttes politiques et sociales,  notamment via la multiplication d’organisations non gouvernementales (ONG) spécialisées dans la défense des droits (Comaroff & Comaroff, 2006). Cependant, la majorité des travaux consacrés à ce « tournant vers le droit » de l’après-Guerre froide a tendance à déconnecter ces transformations globales à la fois de leurs ancrages locaux ainsi que des processus historiques plus longs de formation de l’État dans lesquelles elles s’inscrivent. Surtout, le rôle joué par les juristes dans ces processus – et la transformation corrélative des professions juridiques – reste en grande partie un point aveugle. S’il existe une littérature riche sur les professions juridiques en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique latine et plus récemment en Asie du Sud-Est, les professionnels du droit sur le continent africain et leurs contributions à la formation de l’État et à ces transformations contemporaines ont été largement ignorés par la recherche (hormis quelques exceptions : Gobe, 2013; Halliday, Karpik et Feeley 2012).

Ce dossier thématique de Politique africaine vise à apporter un éclairage sur les rôles joués par les professions juridiques dans les dynamiques de formation de l’État ainsi que dans ces transformations contemporaines du politique sur le continent africain. Deux dimensions retiennent particulièrement notre attention. Il s’agit, d’une part, de l’historicité des professions juridiques et notamment du poids des héritages coloniaux dans leur structuration. Mettre en lumière le rôle des professions juridiques dans la formation de l’État et certaines transformations contemporaines du politique implique, d’autre part, de les étudier à l’aune de deux dynamiques : celle des espaces de pouvoir nationaux – politiques, sociaux, économiques – dans lesquels elles se sont structurées, ainsi que de certaines dynamiques externes actuelles – promotion de l’État de droit, poursuites pénales internationales, etc. –, contribuant à transformer les pratiques et institutions juridiques et leurs rapports au politique.

Les travaux récents consacrés au rôle du droit dans les politiques impériales ont souligné la spécificité des contextes africains ainsi que les variations entre les différents systèmes juridiques coloniaux (par ex. Ibhawoh 2013; Benton 2002; 2013). Ils ont également ouvert une interrogation quant à l’impact de l’ordre colonial sur la structure des systèmes, institutions et professions juridiques dans l’Afrique postcoloniale. L’instrumentalisation du droit et des institutions juridiques à des fins politiques, y compris de violence, dans certains contextes souligne en particulier l’incidence de ces héritages sur les rapports entre droit et politique et, partant, entre juristes et pouvoir. Ces pratiques de « lawfare » (Comaroff, 2001) mettent notamment en exergue les enjeux spécifiques de la professionnalisation et de l’autonomie juridiques dans des contextes autoritaires et/ou d’effondrement de l’État de droit. Par ailleurs, certaines dynamiques actuelles de globalisation du droit – y compris le rôle croissant des tribunaux pénaux internationaux et la criminalisation des violences d’État et armées – s’accompagnent d’une prolifération d’arènes et leviers de contestation du pouvoir (Sikkink, 2011). Comment ces dynamiques d’internationalisation sont-elles articulées aux héritages laissés par l’ordre juridique colonial (Dezalay & Garth, 2010) et avec quels effets sur le rôle des juristes dans ces processus ? Ces dynamiques sont-elles, en retour, affectées par l’évolution des pays africains en tant que sociétés plus ou moins extraverties (Bayart, 1999) ?

Ce dossier vise à explorer de telles questions en portant la focale sur les juristes et professionnels du droit et leurs divers rôles en tant qu’intermédiaires, courtiers internationaux ou encore entrepreneurs de normes. Son objectif est de contribuer à une analyse comparative des professions juridiques sur le continent africain et ce sur la base d’approches disciplinaires multiples (droit, histoire, anthropologie, sociologie politique et relations internationales). Étant donnée l’importance accordée dans la littérature existante aux anciennes colonies britanniques, les analyses consacrées aux anciennes colonies françaises, portugaises ou encore belges semblent particulièrement opportunes. Des méthodologies et échelles d’analyse variées sont également bienvenues, y compris des études de cas consacrées à des pays ou des institutions donnés, ou encore des analyses de processus de diffusion transnationale de normes, d’agents, de pratiques professionnelles ou d’institutions.

Nous proposons quatre axes qui demeurent largement ouverts et en grande partie imbriqués : (1) les héritages coloniaux et leurs effets contemporains sur la structure des professions juridiques ; (2) le rôle des juristes dans la diffusion de dynamiques actuelles de globalisation du droit et l’impact de celles-ci sur les secteurs et pratiques juridiques sur le continent ; (3) l’évolution historique des professions juridiques, et (4) les rapports entre juristes, sociétés et dynamiques de contestation du pouvoir.

1. Le premier axe s’intéresse à l’impact des héritages coloniaux sur la structure des professions juridiques et, plus largement, aux rôles joués par les juristes dans la trajectoire contemporaine des États africains. Malgré l’importance centrale des juristes en tant qu’ « interprètes autorisés » du droit et intermédiaires dans les politiques coloniales, leurs spécificités en tant qu’agents de l’État et professionnels ont été peu explorées dans la littérature historique et anthropologique. Il semble utile de renouveler ces travaux et d’élargir leur focale analytique en engageant un dialogue avec la littérature consacrée plus largement au droit dans l’Afrique coloniale et contemporaine. Il serait opportun pour cela de contribuer à une analyse empirique systématique des différents régimes coloniaux africains et de leurs rapports à a) la structure des champs juridiques et b) au rôle des juristes dans la construction et la contestation de l’État et de sa légitimité. Y a–t-il une corrélation entre les différents pouvoirs coloniaux (français, britannique, belge ou encore portugais) et la structuration des espaces juridiques des post-colonies ? Par ailleurs, quel a été l’impact de la nature du pouvoir colonial et de ses transformations sur la structure des ordres et professions juridiques ? Quels ont été les effets des spécificités des systèmes juridiques coloniaux sur la trajectoire postcoloniale des États africains ? Les professions juridiques ont-elles vu leurs rôles redéfinis par rapport au politique et à l’égard des sociétés ? Si oui, comment ces glissements ont-ils été opérés et légitimés ?

2. Le deuxième axe met l’accent sur le rôle des juristes et la transformation des pratiques, institutions et systèmes juridiques dans certains processus actuels de « juridicisation », en particulier la diffusion au niveau local de processus de globalisation du droit. La promotion de l’État de droit et de la démocratie comme lingua franca de la « bonne gouvernance » depuis les années 1990 ou encore les dynamiques actuelles de criminalisation des violences d’État et armées via la Cour pénale internationale sont autant d’exemples d’une juridicisation du politique entendue comme déplacement vers le droit d’enjeux et de luttes politiques et sociaux. Les nombreux travaux consacrés notamment à la diffusion de nouvelles normes globales contribuent cependant largement à un double point aveugle que cet axe invite à combler. Peu de travaux étudient, par exemple, l’impact sur les professions et systèmes juridiques africains de l’incorporation du droit pénal international au niveau national et des procédures de poursuites pour crimes internationaux  (voir Nouwen, 2013, pour une exception). Les travaux portant sur les poursuites pénales internationales elles-mêmes, notamment via une ethnographie de procès, pourraient être bienvenues afin de contribuer à une compréhension des effets politiques, sociaux et juridiques, au niveau local, des récits judiciaires produits par ces arènes pénales. Surtout, cet axe entend souligner que la compréhension de ces processus de juridicisation implique d’étudier le rôle des juristes, notamment via l’ouverture d’espaces de pratiques et d’expertises juridiques nouveaux. Les thèmes et travaux empiriques pouvant participer de cet axe restent largement ouverts. Par exemple, la nouvelle « ruée vers l’Afrique » dans la compétition globale pour les minerais et autres ressources naturelles s’est accompagnée de la multiplication d’arènes juridiques, et particulièrement l’arbitrage, pour gérer les différents commerciaux. Quel est l’impact de cette dynamique sur les professions juridiques ? Surtout, comment ces dynamiques concurrentes de globalisation du droit – droit pénal international et arbitrage commercial – sont-elles articulées ?

3. Troisièmement, la littérature sur les professions (y compris les professions juridiques) a dépassé de manière opportune les apories d’une perspective fonctionnaliste et de l’apologie des « vertus des communautés professionnelles ». Certains travaux récents ont ainsi souligné l’historicité des professions juridiques et leur structuration sous l’effet des rapports de force politiques, économiques et savants participant de la construction et de la légitimation du pouvoir (Gobe, 2013 ; Dezalay & Garth, 2011 ; voir également Bourdieu, 2012). Certaines recherches consacrées particulièrement à d’anciennes colonies francophones ont aussi souligné les transformations de l’« international » en tant que ressource pour contester le pouvoir (Siméant, 2013) et l’impact de processus d’internationalisation et de professionnalisation sur des professions et institutions juridiques modelées par un héritage colonial et postcolonial de « lawfare » (Dezalay, 2013). Plusieurs pistes d’analyse peuvent être ainsi ouvertes, en s’attachant par exemple à  l’évolution des professions juridiques et de leur structuration dans différents contextes coloniaux et postcoloniaux ; aux transformations de l’éducation juridique ; ou encore à l’impact de dynamiques de juridicisation globales sur les professions et institutions juridiques.

4. Notre quatrième axe porte sur la nature des interactions entre juristes et sociétés et leur impact politique et socio-culturel. Pour rendre compte de la tendance croissante du recours au droit, au niveau individuel ou collectif, pour exprimer et porter des revendications sociales et politiques, il paraît opportun de s’intéresser aux rapports entre les juristes et leurs clientèles, et plus largement avec la société. En considérant les juristes en tant qu’intermédiaires de « traduction » (Merry, 2006) – à la fois diffuseurs de concepts et interprètes – plusieurs pistes empiriques peuvent être ouvertes pour étudier ces interactions entre juristes et société. Comment les professions juridiques sont-elles perçues ? Quelles ont été leurs stratégies de « traduction » ? Avec quelles limites ? Les juristes ont-ils contribué à des projets politiques et culturels spécifiques et à quelles fins ? Cet axe vise aussi à explorer les relations entre juristes, « mouvements sociaux » et dynamiques protestataires (Agrikoliansky, 2010). Par exemple, quel a été le rôle des juristes dans les révolutions des « printemps arabes », en Afrique du Nord, et avec quelles répercussions en Afrique subsaharienne ? Par ailleurs, au-delà d’une opposition entre « démocraties » et régimes « autoritaires » (Abel, 1998), quels sont les facteurs, opportunités et capacités permettant à des mouvements sociaux de « saisir le droit » ?

Références citées

– R. Abel, « Speaking law to power. Occasions for cause lawyering », in A. Sarat, S.-A. Scheingold (dir.), Cause Lawyering. Political Commitments and Professional Responsibilities, Oxford, Oxford University Press, 1998.
– E. Agrikoliansky, « Les usages protestataires du droit », in E. Agrikoliansky et al., Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte « Recherches », 2010, p. 225-243.
– J.-F. Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, n° 5, 1999, p. 97-120.
– L. Benton et R. Ross (dir.), Legal pluralism and Empires, 1500-1850, New York, New York University Press, 2013.
– L. Benton, Law and colonial cultures. Legal regimes in World history, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.
– P. Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Le Seuil, 2012.
– J. Comaroff et J. Comaroff (dir.), Law and Disorder in the Postcolony, Chicago, University of Chicago Press, 2006.
– J. L. Comaroff, « Colonialism, Culture, and the Law: A Foreword », Law and Social Inquiry, vol. 26, n° 2, printemps 2001, p. 305-314.
– S. Dezalay, « Between lawfare and extraversion. The structuration of the legal field in Burundi under the prism of the articulation between international and national markets of legal expertise », Atelier de travail ‘Professions juridiques et leur internationalisation dans les dispositifs de paix’, Programme IRENE sur les professionnels internationaux de la paix, Institut des Sciences sociales du Politique – CNRS / Université Paris Ouest Nanterre, décembre 2013.
– Y. Dezalay and B. G. Garth, Asian Legal Revivals: Lawyers in the Shadow of Empire, Chicago, University of Chicago Press, 2010.
– Y. Dezalay and B. G. Garth, « State Politics and Legal Markets », Comparative Sociology, 10, 2011, p. 38–66.
– E. Gobe, Les avocats en Tunisie de la colonisation à la révolution (1883-2011). Sociohistoire d’une profession politique, Paris, IRMC-Karthala, 2013.
– T. Halliday, L. Karpik, M. M. feeley (dir.), Fates of Political Liberalism in the British Post-Colony. The Politics of the Legal Complex, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.
– B. Ibhawoh, Imperial Justice. Africans in Empire’s Court, Oxford, Oxford University Press, 2013.
– S.E. Merry, « Transnational Human Rights and Local Activism: mapping the middle », American Anthropologist vol. 108, n°1, 2006, p.  38-51.
– S. Nouwen, Complementarity in the Line of Fire. The Catalysing Effect of the International Criminal Court in Uganda and Sudan, Cambridge University Press, 2014.
– K. Sikkink, The justice cascade: how human rights prosecutions are changing world politics, The Norton Series in World Politics, 2011.
– J. Siméant, « Committing to Internationalisation: Careers of African Participants at the World Social Forum », Social Movement Studies, vol. 12, n° 3, 2013, p. 245-263.

Call for proposals: Law professionals and legal practices on the African continent. Colonial legacies and dynamics of internationalization

Call-for-proposalsGuest Editors: Sara Dezalay (Goethe Universität) and George H. Karekwaivanane (Cambridge University)

Schedule/deadlines

Abstracts (one page) should be sent to Sara Dezalay (sara.dezalay@gmail.com) and George H. Karekwaivanane (ghk22@cam.ac.uk) by June 13, 2014. Accepted proposals (notified by July, 2 2014) should be submitted to the coordinators by October 30, 2014 to be reviewed by the editorial board of the journal. Articles can be written in French or English (the journal will then translate the accepted articles in French). Publication of the special issue, with the articles accepted by the editorial board: June 2015.

Call

Recent decades have witnessed a striking increase in the mobilizations of law in contemporary African politics. Driven by internal political developments and external dynamics, the democratic turn and the promotion of “civil society” have contributed to the transformation of politics to the extent that the law has become an increasingly important resource in political and social struggles, notably with the multiplication of law-oriented non-governmental organisations  (Comaroff & Comaroff 2006). However, predominant accounts of this post-Cold war “turn to law” tend to disconnect these global transformations both from the domestic politics and the longer historical processes of state formation in which they are embedded. Moreover, the roles played by lawyers in these processes – and the correlate transformation of legal professions – remain, largely, a blind spot. Indeed, the wealth of scholarship on legal professions in Europe, North America, Latin America and more recently South-East Asia, contrasts with the dearth of research on lawyers on the African continent and their contributions to the formation of the state and these unfolding transformations (with few exceptions: Gobe, 2013; Halliday, Karpik and Feeley 2012).

This thematic issue of Politique africaine aims at shedding light on the roles played by legal professions in processes of state formation and contemporary transformations of politics in Africa. Two dimensions seem of particular relevance. It is, on the one hand, the historicity of legal professions and particularly the impact of colonial legacies on their structuration. Underlying, on the other hand, the roles of legal professions in the formation of the state and current transformations of politics involves studying them in light of two dynamics: that of the national spaces of power – political, social, economic – to which they are articulated, as well as current processes of legal globalization, such as the promotion of the rule of law or international criminal prosecutions, that contribute to the transformation of legal practices and institutions and their relations to politics.

The recent surge of interest in law and empires has underlined the specificities of, and variations in, colonial legal systems in African settings (e.g. Ibhawoh 2013; Benton 2002; 2013). It has also prompted interrogations as to the ways the legacies of colonial rule continue to shape legal systems, legal professions and the relations between lawyers and the state. The mobilization of law and legal institutions for political and violent purposes in some contexts underlines in particular the impact of such legacies on the articulation between law and politics and furthermore on the relations between lawyers and the state. These practices of “lawfare” (Comaroff, 2001) underscore in particular the specific stakes of legal professionalization and autonomy in contexts of authoritarianism and/or institutional collapse. On the other hand, current dynamics of legal globalization – including the growth of international criminal tribunals and the criminalization of state and armed violence – are contributing to opening multiple legal and judicial avenues of contention (Sikkink 2011).  How are these dynamics of legal globalization articulated with colonial legacies (Dezalay & Garth, 2010) and with what impact on the role of lawyers in these processes? Are these dynamics, in turn, affected by the development of African countries as more or less “extraverted” societies (Bayart, 2000)?

This issue aims at exploring such questions by focusing on lawyers and legal professionals and their varied roles as legal intermediaries, transnational brokers and moral entrepreneurs, among others. It is driven by the objective of contributing to a comparative study of legal professions in Africa by drawing on a range of disciplinary approaches, including law, history, anthropology, political sociology or international relations. Given the emphasis on former British colonies in the existing literature, studies focusing on former French, Portuguese and Belgian colonies, among others, would be particularly timely. We would also welcome a diverse range of methodologies and scales of analysis, including country or institutional case studies or research tracking the transnational diffusion of legal ideas, practices, agents and institutions.

We suggest four interrelated lines of inquiry that remain largely open, focusing on (1) colonial legacies and their contemporary impacts on the structure of legal professions; (2) the roles of lawyers in the diffusion of current dynamics of legal globalization and their bearings on legal sectors and practices on the continent; (3) the historical evolution of legal professions and; (4) the engagements between lawyers and society and dynamics of protest.

1. The first investigates the impact of colonial legacies on the structure of legal professions and more broadly the roles played by lawyers in the post-colonial trajectories of African states. Despite the fact that lawyers played central roles as “authorized interpreters” of the law and intermediaries in legal struggles in Africa, they have received very limited attention in the historical and anthropological literature. There is a need to update this literature, broaden its analytical focus, and bring it into dialogue with the wider literature on law in colonial and post-colonial Africa. We suggest this can be done through systematic empirical work that examines different colonial regimes in Africa and their relation to a) the structure of the legal field and b) the role of lawyers in the construction and contestation of state power and legitimacy. Is there any co-relation between French, British, Belgian or Portuguese rule in colonial Africa and particular professional orientations amongst lawyers?  Alternatively, what role did the nature of colonial rule e.g. settler versus non-settler states play? What implications does the nature of the colonial legal system and legal profession have for the post-colonial trajectory of African states and the role of lawyers?  Have lawyers managed to redefine their role in post-colonial politics and society? If so, how has this shift been justified and negotiated?

2. The second line of inquiry focuses on the roles of lawyers and the transformation of legal practices, institutions and systems under the influence of current processes of “juridification”, in particular the diffusion, at the local level, of dynamics of legal globalization. The promotion of the rule of law and democracy as a handbook for “good governance” since the 1990s or moves towards the criminalization of state and armed violence via the International criminal court are illustrations of a wider process of juridification of politics understood as the displacement towards the law of political and social stakes and struggles. The wealth of scholarship focused particularly on the diffusion of these new global norms contributes, however, largely to two series of blind spots that we wish to contribute to fill. On the one hand, for instance, there is little research on the impact on African legal professions and systems of the internalization of international criminal law rules and prosecutions for international crimes (see Nouwen 2013, for an exception). Studies focusing on international criminal prosecutions per se, in particular through an ethnography of trials, could be timely to contribute to an understanding of the political, social and legal effects, at the local level, of the judicial narratives produced by international tribunals. Above all, our aim here is to underline that accounting for these processes of juridification necessarily implies a study of the roles played by lawyers, including through the opening of new spaces of legal practices and expertise. The themes and empirical foci remain largely open. For example, the new “rush for Africa” in the global competition for minerals and energy resources has been paired with a growth of legal proceedings, predominantly through arbitration. How is this impacting legal practice on the continent? Moreover, how are these concurrent dynamics – international criminal law on the one hand, and business law on the other, articulated?

3. Thirdly, the literature on professions (the legal profession included) has moved away from the weaknesses of the functionalist perspective and its celebration of “the virtues of professional communities” with good cause. Such moves have included studying the characteristics of legal professions as historically related to polarizations between power, economics and knowledge in the construction and legitimation of state power (Gobe, 2013; Dezalay & Garth, 2011; see also Bourdieu, 2012). Recent research on modalities of activism and protests, particularly in former Francophone colonies, is highlighting the transformation of the “international” as a resource to contest state politics (Siméant, 2013) and the impact of internationalization and professionalization processes on legal professions and institutions modelled by a colonial and post-colonial legacy of “lawfare” (Dezalay, 2013). Possible avenues for empirical research could include examining the evolution of legal professions and their organization in different colonial and post-colonial settings; tracing the evolution and transformation of legal education; or exploring the transformation of professionalization patterns under the influence of external dynamics.

4. Our fourth focus is on the nature of the interaction between lawyers and the public, and the political and socio-cultural impact this has had. The need to understand the growing tendency of individuals and groups to frame popular social and political struggles in legal terms, or to adopt legal strategies, requires that attention be paid to the interactions between lawyers and “ordinary” people. Approaching lawyers as intermediaries and adopting the idea of “translation” (Merry 2006) – both at the level of language and concepts –, opens up useful avenues through which to examine the interactions between lawyers and society, as well as the outcomes of such interactions.  Some of the questions requiring scholarly attention may include: how have lawyers related to the public and with what impact?  How are lawyers perceived by society?  What kinds of strategies have they used in translation and with what limitations? Have lawyers been involved in specific political or cultural projects and to what end?  This line of inquiry also explores the relation of lawyers to “social movements” and dynamics of protest (Agrikoliansky 2010). For instance, what roles have lawyers played in the “Arab spring” revolutions and their repercussions in North Africa and Sub-Saharan Africa? Beyond focusing on opportunities for legal activism in “democracies” versus “authoritarian” regimes (Abel 1998), what are the factors that enable social movements to “seize the law”?

Indicative Bibliography

R. Abel, « Speaking law to power. Occasions for cause lawyering », in A. Sarat, S.-A. Scheingold (dir.), Cause Lawyering. Political Commitments and Professional Responsibilities, Oxford, Oxford University Press, 1998.
E. Agrikoliansky, « Les usages protestataires du droit », in E. Agrikoliansky et al., Penser les mouvements sociaux, Paris, La Découverte « Recherches », 2010, p. 225-243.
J.-F. Bayart, « L’Afrique dans le monde : une histoire d’extraversion », Critique internationale, n° 5, 1999, p. 97-120.
L. Benton et R. Ross (dir.), Legal pluralism and Empires, 1500-1850, New York, New York University Press, 2013.
L. Benton, Law and colonial cultures. Legal regimes in World history, 1400-1900, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.
P. Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Le Seuil, 2012.
J. Comaroff et J. Comaroff (dir.), Law and Disorder in the Postcolony, Chicago, University of Chicago Press, 2006.
J. L. Comaroff, « Colonialism, Culture, and the Law: A Foreword », Law and Social Inquiry, vol. 26, n° 2, printemps 2001, p. 305-314.
S. Dezalay, « Between lawfare and extraversion. The structuration of the legal field in Burundi under the prism of the articulation between international and national markets of legal expertise », Atelier de travail ‘Professions juridiques et leur internationalisation dans les dispositifs de paix’, Programme IRENE sur les professionnels internationaux de la paix, Institut des Sciences sociales du Politique – CNRS / Université Paris Ouest Nanterre, décembre 2013.
Y. Dezalay and B. G. Garth, Asian Legal Revivals: Lawyers in the Shadow of Empire, Chicago, University of Chicago Press, 2010.
Y. Dezalay and B. G. Garth, « State Politics and Legal Markets », Comparative Sociology, 10, 2011, p. 38–66.
E. Gobe, Les avocats en Tunisie de la colonisation à la révolution (1883-2011). Sociohistoire d’une profession politique, Paris, IRMC-Karthala, 2013.
T. Halliday, L. Karpik, M. M. feeley (dir.), Fates of Political Liberalism in the British Post-Colony. The Politics of the Legal Complex, Cambridge, Cambridge University Press, 2012.
B. Ibhawoh, Imperial Justice. Africans in Empire’s Court, Oxford, Oxford University Press, 2013.
S.E. Merry, « Transnational Human Rights and Local Activism: mapping the middle », American Anthropologist vol. 108, n°1, 2006, p.  38-51.
S. Nouwen, Complementarity in the Line of Fire. The Catalysing Effect of the International Criminal Court in Uganda and Sudan, Cambridge University Press, 2014.
K. Sikkink, The justice cascade: how human rights prosecutions are changing world politics, The Norton Series in World Politics, 2011.
J. Siméant, « Committing to Internationalisation: Careers of African Participants at the World Social Forum », Social Movement Studies, vol. 12, n° 3, 2013, p. 245-263.

Journée d’étude de la revue Politique africaine

Vendredi 14 mars 2014

CERI, Sciences Po

Salle de conférence

Entrée : 56 Rue Jacob, 75006 Paris

 

9h30 : Introduction à la journée

Politiques de la nostalgie. Futurs passés et autres expériences affectives du temps en Afrique

Guillaume LACHENAL (Univ. Paris Diderot) et Aïssatou MBODJ (CNRS, IMAF)

 

10h00–12h00 : Nostalgie et traces urbaines de la modernité

Modérateur : Didier Péclard (Swisspeace, Bern)

« Pour les écoles : tant mieux qu’ils sont là ». Writing a biography of Kinshasa’s colonial/postcolonial educational landscape

Johan LAGAE, Kim de RAEDT (Université de Gand), Jacob Sabakinu KIVILU (UNIKIN)

Au bon temps des SICAP : traces mémorielles et matérielles d’un programme de cité idéale à Dakar

Séverine AWENENGO DALBERTO (CNRS, IMAF)

 

12h00–12h30 : Présentation du nouveau blog/site web de Politique africaine

Fabrice Melka et Léa Barreau-Tran

 

14h30–17h00 : Au-delà de la nostalgie : évitements et utopies

Modérateur : Vincent Bonnecase (CNRS, LAM Bordeaux)

Infrastructures of Utopia: The École William Ponty and the University of the African Future

Brian QUINN (Ucla) & Ferdinand DE JONG (University of East Anglia)

Entre nostalgie et mobilisation : des pasteurs dans l’Etat au Niger, région de Zinder

Yolaine Ferrier (EHESS)

Les années écroulées. Vestiges, développement et autonomie à Faya-Largeau, Tchad.

Julien BRACHET (IRD, Université de Paris 1) et Judith SCHEELE (Université d’Oxford)

Appel à contribution : L’Algérie, aux marges de l’État

Dossier coordonné par Tarik Dahou et Nedjib Sidi Moussa

Les travaux sur le politique en Algérie ont accordé une place de choix au paradigme rentier. La rente pétrolière serait dotée d’un pouvoir de structuration du champ politique, depuis les niveaux centraux jusqu’aux niveaux locaux, et expliquerait les difficultés de sortie du régime autoritaire. Malgré l’impact heuristique de la notion de rente lors de son apparition dans le champ de la science politique sur le monde arabe, ce paradigme a contribué à forger une vision stato-centrée de la politique algérienne, revigorée par la remontée des cours du pétrole depuis une dizaine d’années et l’absence de changements à la tête de l’Etat, malgré les récents bouleversements régionaux. On pourrait voir dans la longévité des élites politiques algériennes et la perpétuation de la fermeture du jeu partisan une validation de cette approche stato-centrée et de son double, l’hyper-centralisme de la politique algérienne. Les jeux de pouvoir autour de la présidentielle de 2014, qui se déroulent dans la plus grande opacité (fuites dans la presse sur les scandales de corruption et affrontements entre réseaux) et confortent la perspective d’un quatrième mandat de Bouteflika, entérinent la vision oligarchique d’un pouvoir, partagé entre élites politiques, économiques et sécuritaires ayant gagné en autonomie depuis la lutte contre le terrorisme des années quatre vingt-dix.

A contrario, une démarche méthodologique qui puise dans le local une analyse des modes de régulation politiques révèle plus aisément des formes d’autorité qui dépassent les cadres légaux et administratifs et permet de rendre compte des interactions entre pouvoirs hors l’Etat et dans l’Etat. Il s’agit dès lors d’appréhender le gouvernement au sein des marges spatiales, économiques et politiques de l’Etat 1  , à travers une dialectique des normes et des pratiques concrètes, d’autorités de régulation étatique et non étatique, et enfin du légal et de l’illégal. Les tensions entre dynamiques centripètes et centrifuges des institutions de régulations politiques et les interactions entre ces dernières (par nature plurielles au niveau local) induisent une relecture de la façon dont le politique a traditionnellement été appréhendé en Algérie. Et cette relecture est rendue encore plus nécessaire dans un cycle historique de transnationalisation des phénomènes sociaux.

Si la trajectoire des élites et le fonctionnement politique de l’Etat central présagent de l’impossibilité de réformes ou de l’inertie politique à l’égard des changements globaux, les modes de gouvernement n’en sont pas moins dynamiques, et l’observation des sphères locales mène à reconsidérer les paradigmes de la rente et de la centralité de l’Etat. La prolifération et l’inventivité des modes de mobilisation actuels, dans un contexte de restriction de l’espace public et de retranchement des acteurs du pouvoir, témoignent de la relative autonomie du centre politique constitué autour du périmètre de l’Etat. Le champ politique local apparaît moins déterminé par l’Etat central que résilient à ce dernier, et marqué par une concurrence entre élites qui puise parfois davantage dans les compétitions des pouvoirs locaux que dans les luttes entre factions nationales. On l’observe dans l’intrusion du phénomène tribal dans le politique ou dans les concurrences religieuses et leurs impacts sur les scrutins. Même le fonctionnement de la justice révèle les accommodements locaux du droit positif dans son application, atténuant le caractère omnipotent des lois nationales et révélant la négociation des modalités d’intervention de l’Etat.

En outre, la transnationalisation du politique s’est accentuée au cours des deux décennies passées en Algérie, depuis les flux institutionnels et sécuritaires jusqu’aux flux sociaux et migratoires qui obligent l’Etat à se reconfigurer vis-à-vis de son environnement global et des arènes locales. Si des écrits ont pu mettre en évidence l’évolution de la contrainte externe et l’adaptation de l’Etat algérien à celle-ci, on perçoit plus difficilement comment les scènes locales réagissent à ces nouvelles configurations de pouvoir et comment elles influencent le politique national. Si l’Etat central a jusqu’à présent traité la question migratoire par une stratégie de pénalisation de la migration illégale et d’inflexion des politiques européennes de visas, la migration pose des défis aux sociétés de départ, ou de retour, des migrants algériens, repartis par vagues importantes il y a moins d’une décennie. Leurs effets politiques, encore difficilement perceptibles, car sous-étudiés, pourraient croître avec le temps du fait des trajectoires de réussite (avec des flux de normes et de ressources) ou d’échec (dans une conjoncture où l’immigration en Algérie est de plus en plus visible).

A un autre niveau, les bouleversements du champ sécuritaire depuis les « révolutions arabes » et la chute du sanctuaire djihadiste du Nord Mali auront un impact sur les stratégies de l’Etat et sur ses tentatives de contrôle du champ politique. On perçoit déjà des réactions à ce contexte, qui traduisent une reconfiguration de l’Etat face à des évolutions sociales. La résurgence de la menace terroriste et les émeutes quotidiennes placent l’Etat devant des difficultés politiques auxquelles il doit trouver des réponses adaptées aux différentes scènes locales. Par exemple, dans le Sud, au-delà de l’urgence à traiter de la contrebande, l’intégration de régions périphériques aux centres économiques et politiques apparaît comme une revendication majeure à prendre en charge. On peut également se demander comment cette conjoncture affectera les politiques de pacification, notamment la loi sur la concorde civile qui est aujourd’hui mise en débat.

L’extension de l’illicite, dont l’Etat est également partie prenante, est un autre défi politique structurant autant le champ central que local. Si l’Etat central peut être considéré comme souverain de ses espaces et institutions de frontière, sa matérialité peut être utilisée illégalement pour servir des intérêts hétéroclites, arrimés à l’Etat et en dehors, susceptibles d’éroder les régulations légales-institutionnelles. Nous questionnerons ainsi les modes de gouvernement locaux par l’illicite en identifiant leurs impacts politiques, notamment dans la gestion des zones frontières et la régulation de la contrebande par l’Etat. Dès lors comment évoluent les éthiques politiques en relation à la manière dont l’Etat module ses propres régulations entre légal et illégal en concédant des activités illégales à des corps publics et des groupes locaux ? On pourra ainsi débattre des modes de régulation politique à l’œuvre dans les pratiques associant logiques légales et illégales, qui tout en servant de manière opportune l’Etat central dans ses moyens de gouvernement mettent en débat sa légitimité au niveau local au gré des insertions dans les activités illégales, sapant parfois une partie de son autorité.

Enfin nous pourrons traiter des rapports entre histoire et historiographie pour dénouer les liens entre histoire et politique qui ont forgé une vision centralisée et hégémonique de l’Etat algérien. Nous pourrons ainsi interroger les réévaluations des Master fictions et de leurs effets parfois performatifs (martyrologie, dette de sang, nationalisme, nationalité…) afin d’analyser le rapport complexe de légitimation politique et contre-légitimation des acteurs sociaux. La période du cinquantenaire de l’indépendance est propice à ces réflexions, puisqu’elle est paradoxalement marquée par la réaffirmation du discours de légitimité révolutionnaire, et son essoufflement révélé par la multiplication de modes d’expression critiques à son égard.

Ces phénomènes de « détotalisation » de l’Etat résultant de son fonctionnement local témoignent de dynamiques politiques en dehors des conflits sur la gestion de la rente. Traduisent-ils des changements inéluctables dans le sens d’une plus grande ouverture politique et internationale de l’Algérie ? La production du politique national par ses différentes scènes locales pourrait-elle avoir des effets inattendus en termes de changement de modes de gouvernement du régime, ou simplement révéler leur remarquable plasticité ? Sans se limiter aux pistes thématiques évoquées plus haut – migration, violence, justice, contrebande, mémoire – nous accueillerons des propositions ouvertes à d’autres problématiques qui traiteraient des marges de l’Etat. Nous privilégierons des textes ancrés dans les sphères locales et attentifs à la transnationalisation de la société et du politique pour essayer de formuler des hypothèses sur le devenir des dynamiques politiques en réponse à ces interrogations.

Calendrier :

–        31 mars 2014 : date limite d’envoi des propositions d’article (max. 7000 signes espaces compris) à Tarik Dahou (tarik.dahou@ird.fr) et Nedjib Sidi Moussa (Nedjib.Sidi-Moussa@univ-paris1.fr)

–        15 avril 2014 : notification aux auteurs des propositions retenues par les coordinateurs du dossier

–        15 juillet 2014 : date limite d’envoi des articles sélectionnés (max. 55 000 signes notes et esp. comp.) aux coordinateurs du dossier

–        Mars 2015 : parution des articles acceptés par le comité de rédaction de Politique africaine

  1. Das V. and Poole D. (eds.), Anthropology in the margins of the state, Santa Fe, School of American Research Press, 2004. []

Call for papers: The Politics of Blackness: Atlantic Worlds Circulations and « Black Consciousness » in Africa

Guest-editors: Thomas Fouquet (Université Paris 7 et EHESS, Paris) and Rémy Bazenguissa-Ganga (EHESS, Paris)

African Sub-Saharan societies, particularly their urban spaces, are shot through with transnational cultural dynamics. However, these links to a “world society” – whether they take the form of musical styles, clothing, languages, or poses and postures – are far from being undifferentiated: they are both selective and elective, and can commonly be identified as part of a popular “black” culture.

From here, a question arises: paraphrasing Stuart Hall, what is this “black” in African popular culture (Hall, 1992)? In other words, what linkages do African women and men, and urban youth in particular, maintain with the socio-historical and political entity that Gilroy has described as the Black Atlantic (Gilroy, 1993)? How can we empirically investigate meanings and issues – moral, aesthetic, political – which are projected in the process of the domestication of black (European and American) diasporic cultural trends in Africa? How can we analyze these reverberations on the continent, in terms of narratives of Africanness that represent alternatives both to models promoted within colonial governmentalities, and to those emerging in the wake of the construction of postcolonial states? More generally, how do African societies think and express their ties with such transnational identities – often articulated in terms of a “black condition” or “blackness” – that are strongly asserted today, but still shaped by long-term historical processes?

This special issue of Politique africaine focuses on the – complex and ambivalent, often polemical – notion of “blackness”. In order not to be confined to an essentialist conception of (black) identities, we will favor approaches that rely on strong empirical and/or historical bases. Our overall aim is thus to achieve a “heuristic reversal”: while notions of blackness have been extensively studied from the perspective of the diaspora, they have been largely ignored by scholars in the context of African local dynamics. Moreover, considered from the diaspora, Africa, arguably, is primarily a fantasy and ideological referent – the utopian space that many imagine in order to build their blackness. It is the reversibility of this proposal that holds our attention: cultural trends of “transnational blackness” (Marable and Agard-Jones, 2008), mainly located in the West, yield the imaginary referents from which many young Africans reinvent their relationship to world society, whilst claiming their membership in it. Looking specifically at the success of Hip-hop sounds, clothing and attitudes for instance, should such developments be seen only as a local variant of US cultural hegemony? What specific questions can be asked about African youth in particular: can focuses on blackness, in this context, be regarded as positive ways of reclassifying an Africanness that remains negatively and/or condescendingly perceived on a global scale?

The shift in focus that we propose implies that we “think globally”. Indeed, notions of blackness such as these have emerged in the diaspora are typically associated with countercultures born in response to a so-called “dominant consciousness”, or “whiteness”. Thus, we may interrogate the effects of this dominant consciousness on a global scale – by focusing on colonial histories and postcolonial legacies, the globalization of capital, prosperity gaps between West and South, etc. – and the counter-dynamics that it prompts locally.

This investigation will serve to shed light on the production of hierarchies and Otherness, but also to highlight ways of representing oneself and to consider the place one occupies within the broader context of world society. It gives a central place to transnational dynamics, while emphasizing their very specific local effects. These configurations are, in sum, indicative of the cosmopolitics that African youth engage in their interface with both the “Here” and the “Elsewhere”. In this respect, we insist on the necessity not to consider this blackness as a new illusory place for the re-enchantment of African societies. Indeed, what draws our attention is primarily the politics of blackness, including its implications in terms of generational conflicts, boundary-making within African societies, symbolic struggles and so on. We aim to develop a social, political and cultural mapping of blackness, and to explore the ways in which blackness distinguishes itself from the much broader notion of Africanness. This special issue will expose and interrogate this critical and dynamic field of study in which blackness is perceived both as a space for contestation and as a contested space.

We propose three provisional lines of thought to be explored in this special issue: blackness as (1) lifestyle, (2) transnational “moral region” and (3) strategic resource.

  1. We will first explore the new narratives of Africanness that are at play through the affirmation of belonging to a global black identity/consciousness. It is assumed that these narratives are reflected in the evolution of lifestyles, which must be accounted for in their verbal, physical, artistic etc. expressions. Such configurations become intelligible in the light of “politics of style” embodying quite tangible physical, social and political effects. This “cultural stylistic” (Ferguson, 1999) approach, at the crossroads of structural social forces and individual performances, should make it possible to identify and to analyze deep popular aspirations and associated the social dynamics. What new spaces of identity emerge through these performative expressions? Beyond an appetite for what comes from elsewhere (particularly the West), what manner of self-narratives are at work? And what is their critical dimension?
  2. By placing this topic in the context of global circulations and related symbolic struggles, the aim is to engage black cosmopolitanism as a very specific “form of reflexivity” (Ulrich Beck). The issue of a dominant consciousness or whiteness may be questioned here in terms of its transnational effects and offshoots. In this regard, a historical approach will help to nuance ideas about the ‘newness’ of such cosmopolitanism, as these ideas are equally rooted in a long history of links with and debates about the Other and otherness in African societies. It proves interesting to reflect upon ways in which black cosmopolitanism itself is fragmented and traversed by centrifugal dynamics that are developed over time. In the case of newly independent Senegal in the sixties for instance, if Senghor insisted on his commitments to certain African-American intellectuals (thinkers and practitioners associated with the Harlem Renaissance, notably), he nevertheless denounced the so-called harmful influence of certain artists, such as James Brown, whom he accused of influencing the youth of his country in negative ways by distancing them from their authentic African cultural references… In other words, the construction of a transnational “fictitious ethnicity” was reinserted and reinterpreted within local class and political struggles (elite/popular, seniors/cadets, etc.).
  3. Finally, the issue of blackness deserves to be considered in terms of social and geographical mobility. In other words, can blackness be engaged as a resource? And of what nature, against what constraints, to serve what purpose and in what ways? This approach requires analysis in terms of investment, in the most literal sense: what one might term Black-busi-ness. One may test the idea that African modernity is characterized by a move towards new sites for the expansion of wealth and individual value: from production to consumption (Comaroff and Comaroff, 2009). Blackness as a “consumer product” supports the building of a highly valued space of identity, as well as the building of a market whose laws of supply and demand remain to be defined. We hope to identify ways in which people access the resource-dimensions of blackness, especially through individual experiences of transnationalism. Raising the question of social and geographical mobility in relation to black-business brings in a wide range of social fields: religion, arts, sports, tourism, sexuality and seduction, development and associations, intellectual/academic work, etc. Empirical studies will allow insights into the hypothesis that subaltern groups or individuals call upon their sense of transnational belonging in attempts to influence local fields of power. For youth on the African continent, the affirmation of their ‘global blackness’ may allow the challenging of existing social relations. A sociology of actors and internal power relations in African society will bring nuance to the complexity of patterns of blackness in everyday expressions: who claims blackness, from what positions, under what conditions and for what purposes?

 

Schedule/deadlines

– 22 December 2013: deadline to submit paper proposals (max. 7000 characters including spaces) to the coordinators (thomas.fouquet@free.fr and bazengui@ehess.fr).

– 8 January 2014: notification to the authors of accepted proposals.

– 18 May 2014: deadline for submission of the full papers by the selected authors to the journal (50 000 characters including blank spaces and notes).

– December 2014: publication of the papers accepted by Politique africaine’s editorial board.

 

References

Beck, U., Qu’est-ce que le cosmopolitisme, Paris, Aubier, 2004.

Cervulle, M., « La conscience dominante. Rapports sociaux de race et subjectivation », Cahiers du Genre, n° 53, 2012/2, p. 37-54.

Comaroff, J. and Comaroff J., Ethnicity, Inc., University of Chicago Press, 2009.

Ferguson, J., Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, University of California Press, 1999.

Gilroy, P., Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Editions Amsterdam, 2010.

Hall, S., Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, Paris, Editions Amsterdam, 2007.

Marable, M. et Agard-Jones, V. (Eds) , Transnational Blackness : Navigating The Global Color Line, New York, Palgrave McMillan, 2008.

Ndiaye, P., La condition noire. Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Appel à contribution : Blackness. Circulation des mondes atlantiques et conscience « noire » en Afrique

Dossier coordonné par Thomas Fouquet (Université Paris 7 et EHESS) et Rémy Bazenguissa-Ganga (EHESS)

Les sociétés subsahariennes, leurs espaces urbains singulièrement, sont traversées et travaillées par des dynamiques culturelles transnationales. Mais qu’il s’agisse de styles musicaux, vestimentaires, langagiers, de poses et de postures, ces rapports à la « nouvelle société mondiale » sont loin d’être indistincts ; ils se déclinent massivement sur un mode à la fois sélectif et électif, à l’aune d’une culture populaire « noire ».

Sur ce constat, une question surgit : « quel est ce “noir” dans culture populaire noire ? » (Hall, 2007). Autrement formulé, à l’aune des réalités africaines passées et présentes, quels rapports les individus africains, les jeunes urbains en particulier, entretiennent-ils à l’ensemble sociohistorique et politique que Gilroy a nommé l’Atlantique noir (Gilroy, 2010) ? Empiriquement, comment rendre compte du sens et des enjeux passés et présents – moraux, esthétiques, politiques – investis dans la domestication de tendances culturelles nées et véhiculées au sein des diasporas des Amériques noires et européennes ? Comment analyser les effets de réverbération de ces tendances sur le continent lui-même, en termes d’énonciations de l’africanité alternatives aux modèles promus aussi bien par les pouvoirs coloniaux que dans le cadre de la construction de l’Etat postcolonial ? Plus globalement, comment les sociétés subsahariennes pensent-elles et manifestent-elles leur lien avec ces identités transnationales qui s’énoncent dans les termes d’une « condition noire » (Ndiaye, 2008), ou d’une « blackness », de plus en plus affirmée et néanmoins inscrite dans des processus historiques de longue durée ?

C’est autour de cette notion de « blackness », complexe et ambivalente, volontiers polémique, que ce numéro de Politique africaine sera organisé. Une traduction nécessairement imparfaite ou biaisée du terme pourrait être identité ou conscience noire – noir-ité ou noirit-ude étant des néologismes sans doute trop audacieux, et négritude, trop chargée de sens historique. Sur le fond, la difficulté à traduire cette notion est révélatrice de conceptions différentes des “identifications chromatiques” – et des dynamiques sociales, politiques et culturelles sous-jacentes – dans les mondes académiques francophones et anglophones respectivement. C’est, pour une large part, le risque d’une conception figée et réifiante des identités qui est ici en jeu.

Afin d’éviter un tel écueil, nous privilégions l’approche constructive et compréhensive, articulée à des études empiriquement et/ou historiquement situées. Alors que la blackness a été beaucoup étudiée ou au moins évoquée depuis les diasporas américaines et européennes, notre ambition générale est d’opérer un renversement du regard. Si, depuis les diasporas, le continent africain apparait d’abord comme un référent fantasmatique et idéologique – l’espace utopique que beaucoup imaginent afin de construire leur blackness –  c’est la réversibilité de cette proposition qui retiendra notre attention. En quoi les tendances culturelles fondatrices d’une « blackness transnationale » (Marable et Agard-Jones, 2008) constituent-elles des référents imaginaires à partir desquels de nombreux jeunes du Continent réinventent leur rapport au monde et à soi ? Concernant plus spécifiquement le succès des sonorités, vêtements et attitudes hip-hop, ne doit-on y voir qu’une variante locale de l’hégémonie culturelle nord- américaine ? Quelles questions plus spécifiques peuvent être posées au sujet des jeunesses africaines, par comparaison avec celles issues des diasporas noires des Amériques ou d’Europe ? Cette blackness, vue d’Afrique, peut-elle être considérée comme une manière positive de requalifier une africanité perçue négativement – sur le mode de la minoration sociologique – à échelle globale ?

On le comprend, ce déplacement du regard implique de « penser global ». En effet, la blackness au sein des diasporas est classiquement envisagée comme une contre-culture, dans son rapport à ce que certains qualifient de « conscience dominante », ou whiteness, domaine de recherche en plein essor. Il conviendra en ce sens d’interroger les tribulations de cette conscience dominante à échelle globale – à l’aune des histoires coloniales et de leurs legs postcoloniaux singulièrement – et, incidemment, les réponses qui lui sont localement adressées. Cette question introduit bien sûr des interrogations plus larges et problématiques : que signifie être Noir-e, en Afrique certes, mais dans un monde de plus en plus déterritorialisé, où les frontières de l’Etat-nation sont cesse débattues et débordées ? Comment interpréter ce jeu permanent sur les frontières, politiques et géographiques, mais aussi sociales, morales et identitaires ? Dans ces configurations, quelle est la part du désir de franchir ou de s’affranchir des limites par la projection, au moins imaginaire, dans des mondes plus vastes, et quels nouveaux espaces du soi ou de l’entre-soi s’en dégagent ?

Cette investigation fait une place centrale aux dynamiques transnationales, tout en insistant sur leurs effets locaux très concrets. Dans tous les cas, nous plaçons au cœur de notre réflexion des débats contradictoires de la modernité, dont l’identification ou la conscience noire constitue l’un des moteurs cruciaux. A cet égard, il est nécessaire de ne pas considérer cette blackness comme le nouveau lieu, illusoire, de ré-enchantement des sociétés africaines. Ce sont bien les politiques de la blackness qui mobilisent notre attention, avec tout ce que cela entend en termes, notamment, de conflits générationnels et d’effets de frontière internes aux sociétés africaines, de compétitions distinctives, de guerres morales mais aussi de « guerre des sexes ». A cet égard, on pourrait s’attacher à élaborer une cartographie sociale, politique et culturelle de cette blackness, afin notamment de bien montrer ce qu’elle a de spécifique par rapport au thème, à la fois plus large et différent, de l’africanité (ou african-ness). C’est, en somme, un espace dynamique et critique que nous souhaitons interroger et mettre au jour, ce qui implique, nécessairement, qu’il s’agisse d’un terrain de contestation tout autant que contesté.

Face aux nombreuses lignes de pensée qui se dégagent ainsi, nous proposons trois axes qui demeurent néanmoins largement provisoires et ouverts. Il s’agit ainsi d’appréhender la blackness entre (1) style de vie, (2) région morale transnationale et (3) ressource stratégique.

1. On s’attachera d’abord à comprendre les nouvelles narrations de l’africanité qui sont à l’œuvre à travers l’affirmation d’appartenance à une identité/conscience noire globale. On fait l’hypothèse que ces narrations se donnent principalement à voir dans l’évolution des styles de vie, dont il faut rendre compte dans leurs expressions langagières, matérielles, artistiques, corporelles, etc. En d’autres termes, ces configurations deviennent intelligibles à l’aune, notamment, des politiques du style et de la signification dont elles témoignent, et qui emportent des effets matériels et sociaux tout à fait tangibles. Cette entrée par les « stylistiques culturelles » (Ferguson, 1999) doit permettre de saisir des aspirations sociales et identitaires qui sont ainsi mises en actes, en mots et en objets de manière expressive. De quelles allégeances et de quels récusations ou rejets ces styles sont-ils le reflet ? Quels nouveaux espaces d’identité se dessinent à travers ces expressions performatives ? Au-delà d’un constat d’appétence pour ce qui vient d’ailleurs (et du Nord singulièrement), quelles narrations de soi sont à l’œuvre, et de quelles critiques sont-elles porteuses ?

 

2. En interrogeant le cosmopolitisme noir comme une « forme de réflexivité » (Beck, 2004) bien spécifique, qui sous-tend des rapports non moins particuliers à la société internationale, nous proposons d’appréhender des luttes symboliques afférentes. La question déjà évoquée de la conscience dominante pourra être ici explorée sous l’angle de ses ramifications et effets transnationaux. L’investigation historique doit également permettre, à ce niveau, de ne pas crier coûte que coûte à la nouveauté au sujet de configurations qui s’ancrent dans une histoire longue du rapport à l’Autre et à l’extranéité. Il est intéressant de voir, notamment, comment ce cosmopolitisme noir est lui-même fragmenté et traversé de dynamiques centrifuges qui se révèlent sur la durée. Dans le cas sénégalais, si Senghor revendiquait ses accointances avec certains courants intellectuels afro-américains (la Harlem Renaissance, etc.), il n’en stigmatisait pas moins l’influence néfaste de certains artistes – James Brown notamment – sur une jeunesse sénégalaise dès lors considérée comme étant en perte de repères culturels authentiquement africains… Autrement dit, la construction d’une « ethnicité fictive » transnationale était toujours-déjà réinsérée et réinterprétée à l’intérieur de rapports de classe et politiques locaux (élite/populaire).

 

3. Cette question gagne enfin à être envisagée sous l’angle des aspirations à la mobilité géographique et sociale. Autrement dit, la blackness peut-elle être abordée comme une ressource : de quelle nature, face à quelles contraintes, pour servir quels objectifs, et suivant quelles modalités ? Cette approche appelle notamment des analyses en termes d’investissement, dans le sens le plus littéral : ce que l’on pourrait nommer, de manière volontairement facétieuse, le Black-buis-ness. Il s’agirait, à cet égard, de mettre à l’épreuve empirique (et historique) l’idée selon laquelle la modernité africaine se caractérise par un déplacement des lieux d’élaboration de la richesse et de la valeur individuelles : de la production vers la consommation (Comaroff et Comaroff, 2009). La blackness comme « produit de consommation » sous-tendrait en ce sens la construction d’un espace d’identité valorisé, valorisant, mais aussi valorisable sur un marché dont les lois d’offre et de demande restent à définir. Plus largement, et en accord avec notre objectif d’empirisme, il nous apparait nécessaire d’identifier des canaux et des registres concrets permettant l’accès aux ressources de la blackness, via notamment l’inscription individuelle dans la dimension transnationale. Cet examen peut s’adresser à un ensemble très vaste de domaines : religieux, de l’art, du sport, du tourisme, de la sexualité et de la séduction, du développement et de l’associatif, du travail intellectuel/académique, etc.

Une hypothèse, qui demande à être vérifiée par des études empiriques précises, reconnait ces revendications comme étant celles de groupes ou d’individus subordonnés, qui tentent de peser sur les rapports de force locaux en se réclamant d’une appartenance transnationale. Ainsi, pour beaucoup de jeunes du continent, l’affirmation d’appartenance à cette blackness globale permettrait de contester la minoration sociologique dont ils font l’objet au niveau mondial, mais aussi au sein de leur propre société. C’est là, par exemple, toute la richesse du rap comme objet d’analyse : à la fois parole de contestation voire de dissidence (sociale, culturelle, politique) éminemment locale, et esthétique transnationale du subalterne. Cet examen ne s’épuise toutefois pas dans cet objet ; l’ambition de ce numéro est notamment de mettre en lumière des expressions sociales et culturelles peut-être moins évidentes que le registre hip hop, mais qui témoignent pareillement de la banalité de la circulation des mondes dans les sociétés africaines contemporaines, et des espaces critiques qui s’en dégagent localement. Une sociologie des acteurs et des rapports de pouvoir internes à chaque société s’avère en ce sens nécessaire pour rendre compte de ces configurations dans leurs nuances et complexité : qui se revendique de cette blackness, depuis quelles positions, en quels termes et pour quels objectifs ?

 

Calendrier :

– 22 décembre 2013 : date limite d’envoi des propositions d’article (max. 7000 signes espaces compris) aux coordinateurs : thomas.fouquet@free.fr et bazengui@ehess.fr

– 8 janvier 2014 : notification aux auteurs des propositions retenues

– 18 mai 2014 : date limite d’envoi des articles sélectionnés (max. 55 000 signes esp. comp.)

– Décembre 2014 : parution des articles acceptés par le comité de rédaction de Politique africaine

 

Références citées

Beck, U., Qu’est-ce que le cosmopolitisme, Paris, Aubier, 2004.

Cervulle, M., « La conscience dominante. Rapports sociaux de race et subjectivation », Cahiers du Genre, n° 53, 2012/2, p. 37-54.

Comaroff, J. and Comaroff J., Ethnicity, Inc., University of Chicago Press, 2009.

Ferguson, J., Expectations of Modernity. Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, University of California Press, 1999.

Gilroy, P., Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Editions Amsterdam, 2010.

Hall, S., Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, Paris, Editions Amsterdam, 2007.

Marable, M. et Agard-Jones, V. (Eds) , Transnational Blackness : Navigating The Global Color Line, New York, Palgrave McMillan, 2008.

Ndiaye, P., La condition noire. Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.