Archives de catégorie : Appels à contributions

Appel-polaf1

 

Techniques des corps politiques

Dossier coordonné par Thomas Riot et Nicolas Bancel

Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne (ISSUL-SSP), Institut des mondes africains (IMAF-CNRS)

« L’Afrique a échoué. Vous les sportifs avez été les seuls à réussir et vous nous avez montré la voie à suivre à nous les hommes politiques », Mälläs Zénawi lors de la cérémonie de clôture des XVIe championnats d’athlétisme d’Afrique (le 4 mai 2008, à Addis Abäba).

Depuis la fin des années 1990, de nombreux Etats subsahariens – parfois démarchés par des organisations non gouvernementales et divers fonds d’investissement privés et internationaux – ont élaboré des pédagogies physiques et sportives inscrites dans leurs politiques de « développement » et de « reconstruction » post-conflictuelle. Cette « politique du survêtement » n’est pas nouvelle : dès les années 1950 (et bien plus ardemment dans les décennies qui suivirent les décolonisations), de nombreux pays ont développé des parties de football (Alegi, 2004), des jeux de piste et de capture (Honwana et de Boeck, 2005) ou encore des danses d’affrontement (Ranger, 1975) qui ont contribué au mûrissement de mobilisations politiques des plus pacifiques aux plus radicales  (Bancel, Denis et Fatès, 2003 ; Fair, 1997). Le Rwanda offre un exemple révélateur des trajectoires obliques que peuvent prendre ces activités. Du début des années 1990 au mois de juillet 1994, le transfert de conduites sportives, chorégraphiques et guerrières vers la mise en œuvre du génocide a été grandement conditionné par l’engagement (volontaire, conseillé ou forcé) de plusieurs milliers de danseurs, de footballeurs et de supporters dans les groupes extrémistes qui menèrent les pogroms anti-Tutsi (notamment interahamwe). Dans le contexte d’une politique développementaliste transformée en ordre génocidaire (Viret, 2009 ; Straus, 2006), ces groupes miliciens se sont engagés dans une articulation dynamique de savoirs corporels acquis dans le monde du « loisir » et de dispositifs miliciens issus de la société civile (Riot, 2014). De nos jours, et tandis que ces activités furent précédemment affectées à des processus de socialisation politique des plus radicaux, le gouvernement du Rwanda post-génocide convoque les mêmes pratiques (via le dispositif itorero, inspiré de pratiques précoloniales et qui mêle danses guerrières, football et veillées de défis) afin – selon ses propres termes – de combattre la « mentalité génocidaire » et de reconstruire une société profondément marquée par la violence de masse (Riot, Boistelle et Bancel, 2016).

Ce dossier voudrait entreprendre une relecture inédite de ces usages multiples et en apparence contradictoires des techniques du corps et des dynamiques d’interaction entre processus de socialisation politique et modes d’engagement des acteurs. Il y a presque dix ans, le dossier « Politiques du corps » de Politique africaine (coordonné par Danielle de Lame, 2007) présentait une analyse multi-focale des biopouvoirs, gouvernés par des répertoires esthétiques, technologiques, professionnels ou plus clandestins. Dans le cadre de ce dossier, nous proposons d’approcher les biopouvoirs au prisme d’une palette de « techniques réflexives du corps » (Crossley, 2005), c’est à dire d’un ensemble d’actions motrices, sensorielles et affectives qui ont le corps pour objet, et qui attribuent à la corporéité une intelligibilité socioanthropologique. Il souhaite orienter le regard sur l’incorporation préalable et (dis)continue de plusieurs formes possibles d’activités : des pratiques ludiques et compétitives (football, athlétisme, jeux d’exploration), capables de favoriser la cohésion entre les individus et de diviser les communautés en présence (concurrence confessionnelle, paternalisme, domination masculine…) ; des pratiques belliqueuses (sports de combat, danses guerrières, tir à l’arc, jet de lance), évoquant le potentiel glissement vers la violence politique et/ou armée ; des pratiques d’entraînement paramilitaire (renforcement musculaire, initiation au tir, courses, jeux de capture), qui participent bien plus directement au mûrissement des mobilisations combattantes. Entre bien d’autres – techniques de soin, de séduction corporelle, d’appareillage moteur –, ces pratiques du corps peuvent permettre une analyse plus fine des processus de subjectivation politique impliqués dans le contrôle social et politique des acteurs et – dialectiquement – la formation de techniques et d’imaginaires corporels affectés à leurs propres trajectoires. Il s’agit donc de se focaliser sur un aspect peu étudié de la sociohistoire, de la sociologie du politique et la sociologie des mobilisations. De telles relations ne sont pas mécaniques. Elles nécessitent d’interroger le rapport que chaque pratique entretient au pouvoir et si – le cas échéant – des savoirs corporels peuvent favoriser l’engagement politique des acteurs. Dans certains territoires comme en République centrafricaine et au Rwanda, le football est instrumentalisé dans une double dynamique de dépolitisation des minorités radicalisées et de mobilisation armée. Au Rwanda, il s’agit dans le même temps de combattre la mentalité génocidaire et de renforcer les rangs de l’armée ; en République centrafricaine, il s’agit de retisser du lien social entre les populations musulmanes et chrétiennes, et de nourrir les réservoirs du mouvement anti-balaka (Riot et al., 2016). De tels réservoirs sportifs ont ainsi la possibilité d’alimenter une « politique de l’apolitisme »  (soit une instrumentalisation politique des pratiques, qui peut être destinée à favoriser l’adhésion aux politiques du parti au pouvoir) et de nourrir de nombreux engagements politiques et (para)militaires.

Nous explorerons ces questions par le médium d’un apprentissage « par-corps » (Faure, 2000), c’est à dire selon les processus d’incorporation de savoirs issus de la mise en action des corps. Ces « techniques réflexives du corps » pourraient constituer un point de contact entre des savoirs incorporés, des processus de socialisation politique et les modes d’engagement des acteurs. Ce dossier propose de l’aborder sous l’angle des interactions potentielles entre des dispositifs qui ont le corps pour objet, des processus corporels de socialisation politique et les modes d’engagement des pratiquants afin d’explorer la fongibilité de ces acquisitions dans leur rapport au pouvoir. Comment pourrait-on caractériser – si elle existe – la part « sportive » d’une carrière militante ou d’un processus plus ordinaire d’adhésion politique ? Existe-t-il un lien entre la violence (politique, compétitive, de masse) et l’incorporation d’habiletés motrices ? Ces activités pourraient-elles, de même, efficacement participer de la reconstruction sociale et politique des sociétés post-conflit ?

Il s’agit en cela de suivre les voies de socialisation, de mobilisation, de réappropriation ou de radicalisation de ces techniques, mais aussi de creuser de leur relation au politique et à l’Etat selon l’autonomie relative qui les gouvernent. Il est ainsi question de mener un travail diachronique et synchronique susceptible d’éclairer – des années 1950 à nos jours – les formes et les conditions d’un tel transfert. D’une technique de saut à un engagement politique, d’un apprentissage chorégraphique à une mobilisation combattante, il s’agit aussi de ne pas oublier que la transférabilité n’est pas systématique, et que les interactions entre jeux, sports et politique sont plus sinueuses qu’on pourrait le croire.

Il sera question d’aborder ces activités selon leurs formes spécifiques, les trajectoires sociales et politiques qu’elles impulsent et les modes particuliers d’engagement qu’elles façonnent ; et conjointement, d’explorer leur réappropriation éventuelle par l’Etat et d’autres organisations politiques (locales, nationales et internationales), afin d’observer leur contribution à la diffraction ou à la cohésion des sociétés subsahariennes.

Les « techniques réflexives du corps » posent également la question de leur ajustement à des imaginaires politiques. Certaines activités (tels les sports d’origine britannique ou les jeux du scoutisme, qui contiennent dès leur genèse de puissants répertoires mérito-démocratiques) pourraient-elles se fondre plus que d’autres dans les fictions réalistes de la démocratie (Erenhberg, 1991) ? Et si tel était le cas, comment expliquer que de telles capitalisations du mérite individuel et collectif puissent s’inscrire dans les trajectoires les plus radicales des acteurs en présence ? Il semble en effet qu’un certain nombre de techniques incorporées soient susceptibles de cheminer depuis la société civile jusque dans les sphères les plus mobilisatrices (voire les plus violentes) de l’engagement politique (contraint, volontaire ou forcé). Les miliciens hutu du Rwanda ou les groupes d’enfants-soldats de l’actuelle République démocratique du Congo, de la Sierra Leone et de la Côte d’Ivoire sont de parfaits exemples de la manière dont des techniques ludo-motrices communautaires intègrent l’univers corporatiste guerrier de ces formations juvéniles (De Boeck 2004, Hoffman, 2007 ; Kourouma, 2000).

En ce sens, les caractéristiques formelles des techniques incorporées semblent moins déterminantes que les espaces de socialisation dans lesquels elles circulent ; dans une même société, une même pratique peut s’inscrire dans l’appropriation la plus inégale des ressources du pouvoir et, conjointement, favoriser l’éclosion d’espaces personnels d’initiatives. Si une telle situation n’est pas forcément paradoxale, elle demande d’explorer les conditions précises d’adhésions des acteurs à ces dispositifs.

Nous privilégierons, dans la sélection des articles, ceux qui s’inscrivent dans les quatre axes ici présentés :

Des engagements séquencés par les techniques des corps politiques

Dans les sociétés subsahariennes comme ailleurs dans le monde, les parcours des acteurs du politique (des plus ordinaires au plus exceptionnels) comprennent bien souvent des séquences corporelles (si l’on pense, par exemple, au parcours « boxé » de l’ancien dictateur ougandais Idi Amin Dada (Mazrui, 1977) ou, plus « ordinairement », aux nombreuses élites africaines qui ont connu de longues expériences ludiques et sportives au sein des mouvements de jeunesse). Il ne s’agit pas d’un processus linéaire, et il est nécessaire de douter de sa centralité dans le mûrissement de ces trajectoires. Néanmoins, il est possible de reconstituer ces biographies selon des étapes pendant lesquelles des « techniques réflexives du corps » se sont associées au cheminement social et politique des individus concernés. Il s’agit d’un processus singulier et complexe, dans lequel s’entrelacent des éléments structurels, des contingences et des mécanismes d’hybridation entre des techniques et des modes plus ou moins affirmés d’engagement politique. Nous utiliserons et articulerons différents niveaux d’analyse (Sommier, 2012 ; Fillieule et al., 2010 ; Gayer, 2009 ; Becker, 2006 ; Della Porta, 1995 ; Tarrow, 1989 ; Collovald et Gaïti, 1986) : indicateurs d’adhésion politique (macro) ; organisations mobilisatrices de ressources corporelles (méso) ; dispositions corporelles des acteurs et processus individuels de subjectivation politique (micro). Il s’agit ici de reconstituer des parcours singuliers, séquencés par des techniques, grâce auxquels pourraient éclore des situations biographiques plus générales d’apprentissages « par-corps ».

 

Des corps transnationaux

Depuis la conquête occidentale des territoires subsahariens, la fabrique des corps colonisés – soit le processus d’incorporation du savoir colonial par les sociétés colonisées – s’est appuyée sur des circulations sociales et culturelles transnationales (de la métropole à la colonie et réciproquement, en plus des échanges transfrontaliers entres les territoires colonisés). De là, on assiste à l’introduction de pratiques d’origine européenne (comme les sports d’origine britannique, les jeux du scoutisme ou de nouveaux savoirs paramilitaires), dont l’indigénisation s’opère sur un mode profondément hybride : l’appropriation du football, par exemple, a généré l’émergence de nouveaux répertoires guerriers, ancrés dans les cultures autochtones (post)coloniales (Riot, 2010 ; Boer, 2004). On observe conjointement la (ré)invention de pratiques locales (danses, luttes, pratiques athlétiques), dont les nouvelles formes répondent d’une intégration sélective des savoirs étrangers. Ce fut le cas du dispositif Beni ngoma  – une danse inventée en référence au comportement politique et militaire de l’occupant étranger (Ranger, 1975) – ou de l’itorero colonial au Rwanda – une pratique pastorale et guerrière transférée dans les missions catholiques (Riot, 2011). Ces dispositifs ont ainsi pris certains de leurs codes de conduite aux Occidentaux (missionnaires, administrateurs, colons), et ont incarné des modes inédits de résistance vis à vis de la domination étrangère. De nos jours, ces techniques (trans)nationales poursuivent leur cheminement au gré des projets politiques auxquels elles peuvent être affiliées : la mobilisation des scouts dans les dispositifs de surveillance de l’Etat (comme c’est le cas dans de nombreux pays de l’ex Afrique occidentale française) opère ici selon une longue continuité postcoloniale. Ces savoirs peuvent de même offrir de sérieuses trajectoires d’ascension sociale et politique aux individus qui s’en emparent, si l’on pense par exemple aux lutteurs du Sénégal, incarnant au pays et à l’échelle internationale de « nouvelles figures de la réussite »  (Havard, 2001). Il serait à ce sujet passionnant d’inscrire les savoirs du corps dans une relecture transnationale de leur subjectivation, afin de comprendre, au delà des frontières géographiques, comment peuvent se façonner des « corps connectés » aux frontières poreuses de l’histoire et du politique.

 

Matière à guerre ?

Il s’agira ici de considérer une large gamme de pratiques (jeux guerriers, tournois d’adresse, techniques de force) afin de comprendre comment ces rivalités interagissent avec des processus de subjectivation belliqueuse (Bayart et Warnier, 2004). Il appartiendra aux auteurs de mesurer la part motrice de ces acquisitions guerrières (qui se trouve au cœur de la construction des sujets de l’expérience) et d’observer les éventuelles procédures «  d’assujettissement affranchissant » (Banégas, 2007) qui peuvent s’en dégager : une même technique peut en effet conduire à une très nette mise sous contrainte du sujet et, conjointement, lui offrir des opportunités politiques et de nouvelles chances d’accès à l’honneur social (Illife, 2005). Afin d’éviter toute entreprise téléonomique, il convient de préciser que toutes les modalités pratiques ici étudiées ne s’articulent pas systématiquement à des mobilisations armées. Le cas des sports est à ce sujet révélateur. Il est en effet à première vue déroutant que des situations guerrières puissent comprendre une pratique historiquement et sociologiquement inscrite dans une dynamique de refoulement des « pulsions agressives » (Elias et Dunning, 1994). De plus, est-il envisageable que des pratiques issues des actions et des imaginaires de la mérito-démocratie se convertissent en armes de l’autoritarisme ou de la violence totale ? Tenant compte des dynamiques potentiellement cathartiques des sports, serait-il possible qu’ils offrent d’une part, la possibilité de concentrer d’une façon non violente les ressources des pratiquants, et d’autre part, des façons inédites de transférer des savoirs corporels dans l’exercice de la guerre (soit, en d’autres termes, la relative fluidité des pratiques qui oscillent entre l’espace « civil » des sports et celui des mobilisations politiques et armées) ?

 

La forge corporelle de l’Etat

L’apprentissage de pratiques sportives d’origine occidentale à l’école coloniale – où ont été formées une grande partie des élites subsahariennes – participe-t-elle à éclairer la trajectoire des États postcoloniaux, largement assise sur différentes formes de mimétisme vis-à-vis de l’ancienne puissance dominante ? Par ailleurs, les techniques ici étudiées semblent entretenir des relations relativement autonomes avec l’Etat. Tandis que certains clubs et associations sont articulés à ce dernier, d’autres se développent indépendamment des arènes étatiques du politique. Au Libéria, la quasi totalité des associations sportives sont administrées par des « humanitaires » qui entretiennent des relations avec un Etat essentiellement gouverné par la communauté internationale (information détenue par l’Observatoire international des politiques sportives de Lausanne, OIPS). En Afrique du Sud, au contraire, de petits groupements (par exemple des coureurs cyclistes) s’organisent en marge (dans et aux abords des townships), ouvrant des voies d’émancipation aux franges les plus fragiles de la population noire et Coloured vis à vis des centres blancs (Beecroft, 2015). Les agents intermédiaires (directeurs de clubs, d’associations sportives par exemple) tiennent ici une place importante. Selon leur positionnement social et politique et leur relation à l’Etat, ils agissent (parfois en concurrence) comme de puissants relais entre les adeptes des activités et les organisations plus larges dans lesquelles ils circulent. Quel est leur rôle dans cette « forge corporelle » de l’Etat ? A l’instar du Burundi et du Rwanda, le cas du Libéria soulève aussi la question de l’utilisation des «  techniques réflexives du corps » dans le cadre des politiques de reconstruction de la paix. Y a-t-il une façon « sportive » – soit une manière d’utiliser ces techniques et sociabilités dans de nouveaux dispositifs de contrôle ou de rééducation – d’envisager la recomposition sociale et politique d’un Etat post-conflit ? Des contributions pourraient éclairer ces mécanismes de forge corporelle de l’Etat, éclairant les (dés)articulations entre des politiques sportives et la fabrication du citoyen formé à de nouvelles techniques de gouvernement.

 

Calendrier

  • 30 novembre 2016 : date limite d’envoi des propositions d’article (max. 7000 signes espaces compris) à Thomas Riot (Thomas.Riot@unil.ch) et Nicolas Bancel (Nicolas.Bancel@unil.ch)
  • 15 décembre 2016 : notification aux auteurs des propositions retenues par les coordinateurs du dossier
  • 15 mars 2017 : date limite d’envoi des articles sélectionnés (max. 55 000 signes notes et esp. comp.) aux coordinatrices du dossier

 

Bibliographie indicative

Alegi, Peter. 2004. Laduma. Soccer, politics and society in South Africa, from its origins to 2010. University of KwaZulu-Natal Press.

Bancel, Nicolas, Daniel Denis et Youssef Fatès, éd. 2003. De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial. Paris: La Découverte.

Banégas, Richard. « Côte d’Ivoire : les jeunes se lèvent en hommes. Anticolonialisme et ultranationalisme chez les Jeunes patriotes d’Abidjan », Les études du CERI, n° 137, 2007.

Bayart, Jean-François et Jean-Pierre Warnier, éd. 2004. Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses. Paris: Karthala.

Becker, Howard S. 2006. Le travail sociologique. Méthodes et substances, Fribourg: Academic Press.

Baker, William and James Mangan, éd. 1987. Sport in Africa: Essays in Social History. New York: Africana Publishing.

Boer, Wiebe. « A Story of Heroes, of Epics: The Rise of Football in Nigeria », in Armstrong Gary and Richard Giulianotti éd. 2004. Football in Africa: Conflict, Conciliation and Community. London: Palgrave Macmillan, p. 59-79.

Collovald, Annie et Brigitte Gaïti, éd. 2006. La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique. Paris: La Dispute.

Crossley, Nick. « Mapping reflexive body techniques: on body modification and maintenance », Body & Society n°11(1), 2005, p. 1-35.

Della Porta, Donatella. (1995). Social Movements, Political Violence and the State, New- York: Cambridge University Press.

Ehrenberg, Alain. 1991. Le culte de la performance, Paris: Calmann-Lévy.

Elias, Norbert et Eric Dunning. 1994. Sport et civilisation: la violence maîtrisée. Paris: Calmann-Lévy.

Fair, Laura. « Kickin’it: Leisure, Politics and Football in Colonial Zanzibar, 1900s-1950s », Africa n°67 (2), 1997, p. 224-251.

Faure, Sylvia. 2000. Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse. Paris: La dispute.

Fillieule, Olivier, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, éd. 2010. Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris: La Découverte.

Gayer, Laurent (2009). « Le parcours du combattant : propositions pour une analyse des récits de vie des militants sikhs du Khalistan », Questions de recherche, n° 28, Centre de recherches internationales, 63 p.

Havard, Jean-François. « Ethos bul faale et nouvelles figures de la réussite au Sénégal ». Politique africaine, n° 82, 2001, 63-77.

Honwana, Alcinda et Filip De Boeck, éd. 2005. Makers and Breakers. Children and Youth in Postcolonial Africa, Oxford; Trenton; Dakar: James Currey; Africa World Press ; Codesria.

Illife, John. 2005. Honour in African history. Cambridge: Cambridge University Press.

de Lame, Danielle, éd. « Politique du corps », Politique africaine, n°107, 2007.

Mazrui, Ali A. 1977, « Boxer Muhammad Ali and soldier Idi Amin as international political symbols: the bioeconomics of sport and war », Comparative Studies in Society and History,  n°19 (2), 1977, p. 189-215.

Ranger, Terence. 1975. Dance and society in Eastern Africa, 1890-1970. The Beni ngoma, Berkeley: University of California Press.

Riot, Thomas. « Les politiques de loisir et le génocide des Rwandais tutsi. Du racisme culturel aux donjons de la mémoire », Politique africaine, no. 133, 2014, p.131-151.

—. « Le football au Rwanda. Un simulacre guerrier dans la créolisation d’une société », Revue canadienne des études africaines, n°44 (1), 2010, p. 75-109.

Riot, Thomas, Herrade Boistelle et Nicolas Bancel. « Les politiques d’itorero au Rwanda : un dispositif éducatif et guerrier à l’épreuve de la reconstruction nationale », Tiers Monde, 2016, sous presse.

Sommier, Isabelle. « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture », Lien social et Politiques, no. 68, 2012, p.15-35.

Straus, Scott. 2006. The order of genocide. Race, power and war in Rwanda. Ithaca: Cornell University Press.

Sundberg, Molly. 2014. Training for model citizenship. An ethnography of civic education and state-making in Rwanda. Uppsala University Library.

Tarrow, Sidney, 1989. Democracy and disorder: Protest and politics in Italy, 1965-1975, Oxford: Oxford University Press.

Viret, Emmanuel, 2011. Les habits de la foule. Techniques de gouvernement, clientèles sociales et violence au Rwanda rural (1963-1994), Thèse de doctorat, Paris: Institut d’études politiques.

 

 

Call-for-proposals

Techniques of Political Bodies

Issue coordinated by Thomas Riot and Nicolas Bancel

Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne (ISSUL-SSP), Institut des mondes africains (IMAF-CNRS)

« Africa has failed. You, the athletes, were the only ones to succeed and you have shown us the way, to us, the political leaders », Mälläs Zénawi during the closing ceremony of the XVIth African field championships (4 May 2008, Addis Ababa).

Since the end of the 1990s, many sub-Saharan states have elaborated pedagogies about physical activities and sports as part of their policies for « development » and post-conflict « reconstruction ». Non-governmental organisations and various private and international investment funds have sometimes been instrumental in these efforts to build these programmes. This « tracksuit politics » is not new. As early as the 1950s (and with greater fervour in the decades that followed decolonization), several countries developed football games (Alegi, 2004), paper chase and games of capture (Honwana and de Boeck, 2005), or even dances of confrontation (Ranger, 1975), that contributed to the maturation of political mobilization – whether pacific or confrontational (Bancel, Denis and Fatès, 2003; Fair, 1997). Rwanda provides a relevant example of the oblique trajectories these activities can follow. From the early 1990s to the month of July 1994, sports practices as well as choreographic and warlike behaviours were mobilized to implement the genocide; this shift rested upon the engagement – be it voluntary, advised or forced – of several thousands of dancers, footballers and spectators in the extremist groups that led the anti-Tutsi pogroms (notably the interahamwe). In the context of this shift from a developmental order to a genocide order (Viret, 2009; Straus, 2006), militia groups  articulated in varied ways bodily knowledge acquired in the sphere of sports and hobbies, and militia dispositions as developed within the civil society (Riot, 2014). While these activities previously informed some of the most drastic processes of political socialization, Rwanda’s post-genocide government summoned the very same practices (through the itorero device, inspired by precolonial practices, that combines war dances, football and contest nights) in order to fight the « genocide mentality » – as the regime says – and reconstruct a society deeply affected by mass violence (Riot, Boistelle and Bancel, 2016).

This special issue aims to revisit these multiple and seemingly contradictory uses of bodily techniques and give insight, in an innovative way, on the dynamic interaction between political socialization and actors’ engagement. Almost ten years have passed  since Politique africaine’s issue entitled « Politiques du corps » coordinated by Danielle De Lame (2007) introduced a multi-focal analysis of biopowers, showing how they were governed by esthetical, technological, professional or more clandestine repertoires. In this issue, we wish to explore biopowers through the prism of a range of « reflexive body techniques » (Crossley, 2005), namely, as a combination of motor, sensory and affective actions having the body as object, and assigning socio-anthropological intelligibility to corporeality. It aims to shed light first and foremost on the preliminary and (dis)continuous incorporation of several possible forms of activities: recreational and competitive practices (e.g. football, athleticism, or exploration games), which can favour cohesion but also divide communities (religious competition, paternalism, male domination,…); belligerent practices (combat sports, warrior dances, archery, lance throwing) that may drift towards political and/or armed violence; paramilitary training (muscle reinforcement, shooting initiation, races, capture games) that contribute more directly to the maturation of combatant mobilization. Amongst many other practices – like techniques of care, bodily seduction, or human motor devices –, studying these bodily practices makes it possible to explore the processes of political subjectivation that take part in the social and political control of actors and – dialectically – in the formation of bodily techniques and bodily imaginaries that accompany their trajectories. This issue therefore focuses on an aspect poorly studied in sociohistory, the sociology of politics and the sociology of mobilization. Such relationships are not mechanical. They require interrogating the link between each practice and power, as well as asking – where necessary – if bodily knowledge can favour the political engagement of actors. In some territories like the Central African Republic and Rwanda, football is manipulated through a double dynamic: it is used to depoliticise radicalized minorities and mobilise armed groups. In Rwanda, the objective is to fight the genocide mentality and simultaneously build up the army; in CAR, the regime aims to restore the social fabric between Muslim and Christian populations, but also feed the reservoirs of the anti-balaka movement (Riot & al., 2016). In this way, these reservoirs of sports foster some « politics of apoliticism » (that is, the political instrumentalisation of practices intended to bring people to adhere to the policies of the party in power) and provide for numerous forms of political and para(military) engagement.

This issue will explore these questions via « through-body » (par-corps) apprenticeship (Faure, 2000), that is to say, by studying the processes of knowledge incorporation that derive from the movement and action of bodies. These « reflexive body techniques » constitute a contact point between incorporated knowledge, processes of political socialization, and the engagement of actors. The focus here is put on the potential interactions between devices that have the body as object, corporal processes of political socialization, and forms of engagement in order to explore the fungible character of these acquisitions in their relations to power. How could we characterize – if it exists – the « sporty » side of an activist’s career or of a more ordinary process of political adhesion? Is there a link between violence (be it political, competitive, or mass violence) and the incorporation of motor skills? Could these activities, likewise, effectively contribute to the social and political reconstruction of post-conflict societies?

In view of this, it is necessary to follow the paths of socialization, mobilization, repossession, or radicalization of these techniques, but also to give insight into their relation with politics and the state, taking into consideration their relative autonomy. This implies adopting a diachronic and synchronic approach that can highlight – from the 1950s to the present – the forms and conditions of such a transfer. Jumping techniques and political engagement, or choreographic apprenticeship and combatant mobilization: one needs to remember that transferability from one sphere to another is not systematic, and that the interactions between games, sports and politics are more sinuous than we can imagine.

These activities will be looked into by taking into consideration their specific forms, the social and political trajectories they propel, and the particular forms of commitment they shape; at the same time, how such activities are re-appropriated by the state and other local, national and international political organizations will be explored so as to shed light on their potential « double contribution » to the diffraction and cohesion of sub-Saharan societies.

The « reflexive techniques of the body » equally raise the question of their adjustment to political imaginaries. Could some activities get merged, more than others, in the realist fictions of democracy (Erenhberg, 1991), such as British sports or scout games that, since their birth, have contained powerful repertoires about merit and democracy? If that was the case, how can one explain that capitalizing on individual and collective merit can be part of more radical trajectories of present-day actors? It seems, indeed, that some incorporated techniques can move from the civil society to the spheres of political engagement which are the more likely to bring about mobilisation (even violence), whether such mobilisation is constrained, voluntary or forced. Rwanda’s Hutu militias or groups of child soldiers in the Democratic Republic of the Congo, Sierra Leone an Ivory Coast perfectly illustrate how collective recreational and motor bodily techniques have been integrated into the corporatist warlike universe of the youth (De Boeck, 2004; Hoffman, 2007; Kourouma, 2000).

In this respect, the formal characteristics of incorporated techniques seem less decisive than the socialization spaces within which these techniques circulate; in a given society, a same practice can be part of the most unequal appropriation of power resources and, at the same, favours the growth of personal spaces of initiative. Such a situation should not be seen as necessarily paradoxical, but it requires exploring the specific conditions that made possible actors’ adhesion to these devices.

Articles engaging with one of the four following axes will be selected in priority:

Forms of engagement as sequenced by the techniques of political bodies

In sub-Saharan societies like elsewhere in the world, the trajectories of political actors (from the most ordinary to the most exceptional) often include bodily sequences – let’s think, for instance, of former Ugandan dictator Idi Amin Dada (Mazrui, 1977) and his practice of boxing or, in more « ordinary » ways, the recreational and sports activities of the African elites involved in youth movements. This is not a linear process, and one has to question its centrality in the maturation of these trajectories. Nevertheless, one can reconstitute these biographies following different stages during which the « reflexive body techniques » have been associated with the social and political progression of the concerned individuals. As a plural and complex process, it intertwines structural elements, contingencies, and mechanisms of hybridization to produce techniques and forms of political commitment that can be more or less asserted. Here we will use and bring together several levels of analysis (Sommier, 2012; Fillieule et al., 2010; Gayer, 2009; Becker, 2006; Della Porta, 1995; Tarrow, 1989; Collovald et Gaïti, 1986), most notably: indicators of political adhesion (macro); organisations mobilizing bodily resources (méso); actors’ bodily dispositions and individual processes of political subjectivation (micro). The point here is to reconstitute singular trajectories that are sequenced by techniques and thanks to which biographical situations of « through-body » apprenticeship emerge.

 

Transnational bodies

Since the Western conquest of sub-Saharan territories, the construction of colonized bodies – that is, the process of incorporation of colonial knowledge by colonized societies – has relied upon social and cultural transnational circulations (from the metropole to the colony and vice versa, as well as through transnational exchanges between the colonized territories). In this context, practices originating from Europe were introduced (like sports of British origin, scout games, or new paramilitary knowledge) and were indigenized in ways that were profoundly hybrid: the appropriation of football, for example, prompted the emergence of new warlike repertoires anchored in the autochthonous (post)colonial cultures (Riot, 2010; Boer, 2004). Concomitantly, local practices were (re)invented like dance, wrestling or athletic practices. These new forms resulted from the selective integration of foreign knowledge. It was the case of the Beni ngoma – a dance created in reference to the political and military behaviour of foreign occupation (Ranger, 1975) – or Rwanda’s colonial itorero – a pastoral and warlike practice transferred to the catholic missions (Riot, 2011). These devices thus captured some of the codes of conduct of Westerners (missionaries, administrators, colons) and embodied unprecedented modes of resistance against foreign domination. Nowadays, these (trans)national techniques follow the political projects they are affiliated with: scouts mobilization in the state’s apparatus of surveillance (as is the case in many countries of former French West Africa) unfolds throughout a long postcolonial continuity. Individuals who seize this knowledge can even move up the social and political ladder – like Senegalese wrestlers, for instance, who embody « new figures of success » (Havard, 2001) in their country and at the international level. It would thereon be inspiring to resituate this bodily knowledge within a transnational re-reading of the production of subjectivity so as to better understand, beyond the geographical delineated limits, how « connected bodies » can get shaped at the porous borders between history and politics.

 

The matter of war?

A wide array of practices (e.g. war games, address tournaments, strength techniques) can be explored to better understand how rivalry practices interact with the production of belligerent subjectivities (Bayart et Warnier, 2004). Authors will assess the part played by bodily motor skills in these belligerent acquisitions (seeing that such skills are at the heart of the construction of the subjects of experience) and observe the « freeing subjugation » procedures (Banégas, 2007) that can emerge from them: a same technique can indeed constrain the subject and, simultaneously, give him political opportunities and new chances to access social honour (Illife, 2005). Rejecting any teleonomic perspective, this axis does not consider bodily practices in armed mobilization only. The case of sports is thereupon relevant. At first glance, it is indeed disconcerting to see that situations of war and violence incorporate practices that are historically and sociologically part of the dynamics of repression of « aggressive impulses » (Elias et Dunning, 1994). Moreover, is it possible to consider that practices deriving from actions and imaginaries that undergird the political regimes of merit and democracy get transformed into instruments of authoritarianism and extreme violence? Seeing that sports can be a cathartic power, can it, on the one hand, contribute to condensing the resources of its adherents in a non violent manner; and, on the other hand, can it provide innovative ways of transferring bodily knowledge in the experience of war (or, to say it differently, the relative fluidity of practices oscillating between the « civil » space of sports and the space of political and armed mobilizations) ?

 

The bodily forge of the state

Can the apprenticeship of sports practices of colonial origin in colonial schools, where a large part of the sub-Saharan colonial elites was formed, help to shed light on the trajectory of postcolonial states – a trajectory largely based upon different forms of mimicry of the former dominant power? Moreover, the techniques studied here seem to have relative autonomy from the state. While some membership clubs and associations got associated to the state, others have developed independently of the state’s politic arenas. In Liberia, most sports associations are managed by humanitarian actors linked to a state that is essentially governed by the international community (for this information, see the international Observatory of sports policies in Lausanne). On the contrary, in South Africa, small sports groupings (for example, cycling racers) organise themselves at the margins (in and around the townships), thus opening routes of emancipation for the most vulnerable fringes of the Black and Coloured population in the face of the supremacy of white centres (Beecroft, 2015). Intermediaries like the directors of clubs or sports associations, for example, play an essential role. Depending upon their social and political status and their relation to the state, they can act (sometimes in competitive ways) like powerful intermediaries between activity members and the wider organizations in which they move. What is their role in the « bodily forge » of the state? Like Burundi or Rwanda, the case of Liberia raises the question of the use of « reflexive body techniques » within the framework of policies of peace and reconstruction. Is there a « sporty » manner of considering the social and political reordering of a post-conflict state – that is to say, a way to use these techniques and associated sociability in a new apparatus of control and re-education? Some contributions could shed light on the mechanisms of the bodily forge of the state, illuminating (des)articulation between sports policies and the construction of citizens formed to new techniques of governing.

 

Calendar

  • 30 November 2016: deadline for sending abstracts (7,000 signs maximum, spaces included) to Thomas Riot (Riot@unil.ch) and Nicolas Bancel (Nicolas.Bancel@unil.ch)
  • 15 December 2016: notification of selection or rejection to the authors
  • 15 March 2017: deadline for sending full articles (45,000 signs max notes and spaces included)

 

Indicative bibliography

Alegi, Peter. 2004. Laduma. Soccer, Politics and Society in South Africa, from its Origins to 2010. University of KwaZulu-Natal Press.

Bancel, Nicolas, Daniel Denis et Youssef Fatès, éd. 2003. De l’Indochine à l’Algérie. La jeunesse en mouvement des deux côtés du miroir colonial. Paris: La Découverte.

Banégas, Richard. « Côte d’Ivoire : les jeunes se lèvent en hommes. Anticolonialisme et ultranationalisme chez les Jeunes patriotes d’Abidjan », Les études du CERI, n° 137, 2007.

Bayart, Jean-François et Jean-Pierre Warnier, éd. 2004. Matière à politique. Le pouvoir, les corps et les choses. Paris: Karthala.

Becker, Howard S. 2006. Le travail sociologique. Méthodes et substances, Fribourg: Academic Press.

Baker, William and James Mangan, éd. 1987. Sport in Africa: Essays in Social History. New York: Africana Publishing.

Boer, Wiebe. « A Story of Heroes, of Epics: The Rise of Football in Nigeria », in Armstrong Gary and Richard Giulianotti éd. 2004. Football in Africa: Conflict, Conciliation and Community. London: Palgrave Macmillan, p. 59-79.

Collovald, Annie et Brigitte Gaïti, éd. 2006. La démocratie aux extrêmes. Sur la radicalisation politique. Paris: La Dispute.

Crossley, Nick. « Mapping reflexive body techniques: on body modification and maintenance », Body & Society n°11(1), 2005, p. 1-35.

Della Porta, Donatella. (1995). Social Movements, Political Violence and the State, New York: Cambridge University Press.

Ehrenberg, Alain. 1991. Le culte de la performance, Paris: Calmann-Lévy.

Elias, Norbert et Eric Dunning. 1994. Sport et civilisation: la violence maîtrisée. Paris: Calmann-Lévy.

Fair, Laura. « Kickin’ it: Leisure, Politics and Football in Colonial Zanzibar, 1900s-1950s », Africa n°67 (2), 1997, p. 224-251.

Faure, Sylvia. 2000. Apprendre par corps. Socio-anthropologie des techniques de danse. Paris: La dispute.

Fillieule, Olivier, Eric Agrikoliansky et Isabelle Sommier, éd. 2010. Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris: La Découverte.

Gayer, Laurent (2009). « Le parcours du combattant : propositions pour une analyse des récits de vie des militants sikhs du Khalistan », Questions de recherche, n° 28, Centre de recherches internationales, 63 p.

Havard, Jean-François. « Ethos bul faale et nouvelles figures de la réussite au Sénégal ». Politique africaine, n° 82, 2001, 63-77.

Honwana, Alcinda et Filip De Boeck, éd. 2005. Makers and Breakers. Children and Youth in Postcolonial Africa, Oxford; Trenton; Dakar: James Currey; Africa World Press ; Codesria.

Illife, John. 2005. Honour in African History, Cambridge: Cambridge University Press.

de Lame, Danielle, éd. « Politique du corps », Politique africaine, n°107, 2007.

Mazrui, Ali A. 1977, « Boxer Muhammad Ali and soldier Idi Amin as international political symbols: the bioeconomics of sport and war », Comparative Studies in Society and History,  n°19 (2), 1977, p. 189-215.

Ranger, Terence. 1975. Dance and Society in Eastern Africa, 1890-1970. The Beni ngoma, Berkeley: University of California Press.

Riot, Thomas. « Les politiques de loisir et le génocide des Rwandais tutsi. Du racisme culturel aux donjons de la mémoire », Politique africaine, no. 133, 2014, p.131-151. —. « Le football au Rwanda. Un simulacre guerrier dans la créolisation d’une société », Revue canadienne des études africaines, n°44 (1), 2010, p. 75-109.

Riot, Thomas, Herrade Boistelle et Nicolas Bancel. « Les politiques d’itorero au Rwanda : un dispositif éducatif et guerrier à l’épreuve de la reconstruction nationale », Tiers Monde, 2016, sous presse.

Sommier, Isabelle. « Engagement radical, désengagement et déradicalisation. Continuum et lignes de fracture », Lien social et Politiques, no. 68, 2012, p.15-35.

Straus, Scott. 2006. The order of genocide. Race, power and war in Rwanda. Ithaca: Cornell University Press.

Sundberg, Molly. 2014. Training for model citizenship. An ethnography of civic education and state-making in Rwanda. Uppsala University Library.

Tarrow, Sidney, 1989. Democracy and disorder: Protest and politics in Italy, 1965-1975, Oxford: Oxford University Press.

Viret, Emmanuel, 2011. Les habits de la foule. Techniques de gouvernement, clientèles sociales et violence au Rwanda rural (1963-1994), Thèse de doctorat, Paris: Institut d’études politiques.

 

Disillusioned tomorrows ? « Authoritarian restorations »

Call for papers for the academic journal Politique africaine

Disillusioned tomorrows ?

« Authoritarian restorations »

Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Call-for-proposals

« Authoritarian restoration ». The term is commonly invoked, yet rarely defined. Is this a sign that it is merely an expression, not claiming to any use but a loose use? The scenario of « authoritarian restoration » has long mainly referred to the so-called « suspended transitions » or « illusive democratizations » that many sub-Saharan countries experienced in the 1990s. It has been brought up to date on the occasion of the « Arab Spring ». How do we account for these « moments » in which authoritarian reconfigurations of power follow democratization processes? What can we do with these tomorrows disillusioned?

The authoritarian restoration as a “moment”

The crucial challenge of this special issue is to counter pitfalls of democratic teleology as well as those of an equally harmful authoritarian teleology. Building on the perspective of “eventfull sociology” developed by William H. Sewell, we consider authoritarian restoration as a “moment” in which one or more events occur and significantly transform the structures « by forming and giving power to new groups of actors, or by empowering previously existing groups »1. This perspective invites us to think how change happens « within » restoration. It dispels the false impression that restoration would only consist in the mere reinstatement of the previously existing order. Talking about restoration conveys the idea, intentionally or not, that the events would not alter significantly the persistent stability of social structures upon which the authoritarian order is based. Restoration would only be the end of an illusory interlude of change, and the visible return of unchanged structures or deeper « driving processes », which events could not but affect superficially.

The eventfull sociological perspective provides with another understanding of moments of authoritarian restoration. It involves three assumptions. First, the temporal sequence in which facts happen is important in order to interpret sociologically social processes at work. First, the analysis should take the form of a causal narrative that reconstructs trajectories and inflections over time, without presupposing when the “moment” ends. Second, this approach considers that the different registers of causality (structures, conjunctures, contingent events) are interwoven rather than separate. In this regard, it should for instance leave open the question of whether the arrival in power of new actors does or does not change the tenacious structures of the authoritarian order, or whether the grip of previous incumbents on power prevents or not any transformation of these structures. Special attention should be paid, too, to how events can profoundly and quickly alter categories of perception and judgment, thereby redefining the rules of the social and political game, the value of social resources, the legitimate status of actors, etc., therefore modifying the logic of causality. Third, in order to properly understand how these events reconfigure social relationships, we should take seriously the conflicting ways in which events are retrospectively re-appropriated, commented, and socially constructed as constituting an authoritarian restoration or not. As we argue here, the authoritarian restoration is a moment of intense clashes between conflicting perceptions of what is happening, clashes in which cleavages crystallize.

In short, our major proposition is to consider « authoritarian restorations » as moments in which multiple changes occur that can deeply affect social political and cultural structures, without predefined historical orientation. Misleading impressions that the previous order merely returns or that an exceptional parenthesis is just closed often hides these changes.

The eventfull sociological perspective also paves the way for comparing societies of the North and the South of the Sahara. In no case do we claim to identify constant and generalizable causal mechanisms that would explain, in a nomological and experimental illusion, the success or failure of revolutions or democratization processes. The eventfull sociological perspective rather invites us to produce heuristic narratives that help identify analogies. Hence giving meaning to details, which otherwise could be considered insignificant. It is in this aim that we call here to analyze heterogeneous historical situations through the prism of moments of authoritarian restorations, and building upon detailed empirical descriptions.

From this point of view, can the « Arab Springs » and the 1990s sub-Saharan African « National Conferences » be compared? Does the focus on moments of authoritarian restorations enable us to better understand such varied sequences as, for example, the « democratic experiment »2 in Algeria (1988-1992), the « Dead cities » operations in Cameroon (1991) 3, « the post-Zongo » period in Burkina Faso (1998-2002) 4, or the abortion of civil government in Mauritania (2007-2008) 5 ?

These situations, among others, present an analogy: they appear as « moments » of foreclosure of varied processes of pluralistic political effervescence.

By pluralistic political effervescence, we mean processes that strongly vary in time (ranging from few weeks to several years) and nature. They can be popular uprisings, sufficiently important to disrupt the stability of ruling oligarchies; they can also be situations in which ruling elites are being replaced by former opponents, a multi-party system is being orchestrated, and political expressions of dissent outpour in public spaces. More generally, processes of pluralistic effervescence are not tied up with a specific institutional change that would be the same in every contexts – transition to multi-party system, electoral transparency, media liberalization, etc.; neither are these processes bound to a radical alteration of power relations – like a change in power, inability of the regime to repress dissent, etc. Rather, they are characterized by the shared belief that something different is happening, something that is subjectively perceived as an event6, and which necessarily depends on each specific configuration. Situations of pluralistic effervescence will therefore be understood as situations of conjunctural illusio. The latter is defined as « a collective belief in the game »7, which is not produced by the internal routine of a given social field (as in Bourdieu’s definition of the illusio) but by the fluidity of the situation that precisely disrupts routines.

Papers are expected to deal with the « moments » when this dynamic of belief breaks down and when pluralistic effervescence deflates. The foreclosure of conjunctural illusio can occur in several ways. For example, it can occur due to the illegal intervention of military actors, to the autonomy of security apparatuses, to former ruling elites’ attempts to take back power, or to exceptional rule changes that undermine the actors’ « belief in the game ». Obviously, more or less bloody repression plays a prominent role in the foreclosure process. But it is also the perception of an immutable political economy, reproducing the « historical lines of social inequality »8, which weighs heavily on people’s hopes and undermines the illusio that new possibilities are opened.

These situations have in common to be perceived by some players and observers as an actual or latent restoration of authoritarian modes of control that hinder any devolution of power. We assume, more precisely, that these situations, as varied as they are, are characterized by two paradoxes that underpin their singularity as a « moment ». The first paradox is that the shared feeling of fatality and closure of possibilities does not actually bring to an end the on-going dynamics of « potentialities » and conflictualities. The second paradox is that the restoration of an unalterable facade – which gives the impression that the order is back – masks multiple movements and repositioning of actors and dynamics that shape this order. In view of this, papers will organize around these two axes.

Axis 1: Fatality and potentialities: what disillusionment does to “political utterance”.

Situations of pluralistic effervescence combine, on the one hand, « structural uncertainty »9 caused by a state of fluidity which makes it difficult for actors to carry out assessments; and on the other hand, higher visibility of “private” preferences and opinions10, even though the latter are modified in the course of action. This combination hinders calculations, but, at the same time, it creates a shared confidence in the possibilities of action – a confidence that feeds demonstrations or other forms of participation.

Conversely, with the foreclosure of conjunctural illusio, this shared confidence in the existence of opportunities for action wanes. Moments of restoration seem to combine “structural uncertainty” and invisibility, once again, of “private” preferences and opinions. This invisibility, which is specific to the authoritarian order, is certainly bound up with the simplistic picture of opinions’ distribution that is given by successful military coups or by hegemonic electoral results in favour of former incumbents. It has the effect of compromising the confidence that stakeholders could have in the fluidity of the game – and therefore in the opportunities it offers. This happens even though, sometimes, the situation remains objectively fluid and potentialities of action still exist. Here would reside a main feature of « tomorrows disillusioned »: the paradox of simultaneous declining trust and on-going potentialities. This paradox nourishes impressions of fatality while it produces specific ways of political expression that transform the configuration.

Our proposal is to take seriously the emic formulations of this paradox, according to which « all that was done did not change anything » but « nothing will ever be the same again. » During moments of foreclosure, what happens to the processes of freeing voices and intense deliberation that were engaged during the pluralistic effervescence sequence? How do these dynamics of political expression and the coercive contraction of dissent combine? How do these wavering moments reconfigure categories of perception and judgment about what is permitted, legitimate, fair, credible, real, or possible? Which conflicting temporalities (perceptions of the urgent need to act, or conversely, to wait…) are thus generated? How are events reinterpreted and re-appropriated to construct a narrative of what is happening and try to make sense of history? How, for example, to understand frequent projections of hopes and regrets on past leaders? Which reconfigurations are produced by repeated and multiple expressions of disillusionment? How, for example, do cynicism, « conspiracy theories » or « realism », become widespread repertoires of political expression? It is striking that these repertoires are not simply invested by dissenters or by disappointed people. They are as much used, though in various ways, by rulers, journalists, academics, international experts and foreign governments, etc. in order to produce a narrative of what is happening and therefore what may happen in the future. A powerful example is how the discourse on stability and return to calm, is imposed as the only rational option after a period of « disorder » that should obviously be closed.

How is disillusionment, whether negative (disappointment) or positive (back to « rationality »), produced? And which changes does it entail in the political configuration (repositioning of actors, constraints and opportunities for action, norms of legitimacy…) and social configuration (e.g. on emigration, marriage, education or work projects)? Which practices and scenes (activists, media, arts, community, domestic, professional, etc.) sustain this disillusionment process? How does it transform spaces of expression that flourished during the effervescence sequence (political groups, elected assemblies, street meetings, talk shows, new media, cultural and religious areas, cafes…)? How are discourses of disillusionment used to support the implementation of certain public policies? What are the consequences of it in reframing social classes and lifestyles? How does disillusionment relate to practices such as commemorations of martyrs, or to the regime’s efforts to create new symbols, celebrations, images of « cheering crowds »11, i.e. an imaginary of change within restored order?

Axis 2: Immutability and mobilities: what the return to order changes in the authoritarian order.

The foreclosure of pluralistic effervescence can be studied as a conflicting moment when routines and rules are being redefined and institutionalized. Building on empirical case studies, papers are expected to analyze localized processes of reformation or transformation of these routines and rules, without presupposing either that they are radically new or identical to those of the former order. Similarly, papers can examine how the constituent components and relationships of the « historical bloc »12 are reconfigured. Considering this bloc as not monolithic, it is important to study the arrangements and struggles that sustain it while it is being reshaped.

This perspective helps avoid a common mistake, which is to take it for granted that same actors, even same individuals, are actors of the same play. Below usual features of restoration moments, such as the co-optation of main opponents or symbolic gestures (release prisoners, amnesty, « gifts » to rehabilitate former elites etc.), the focus will be put on those political mobilities that are often imperceptible on the bigger picture. We thus assume that behind the facade of restoration and beyond the impression of immutability, multiple moves and changes occur in political balances and practices. It is essential to study them to properly understand the authoritarian order in the making. Which resources are valued in the emerging socio-political configuration? Which sociological profiles, which networks and affinity groups (sectarian, tribal, regional, professional, educational, etc.), which generations would pin the game to the detriment of others? What about, for example, public men and women’s styles that the new situation makes salient, such as: the telegenic MP, the rising contractor, the successful female head of a local association, who stand for icons of the « new development »? Or as the TV preacher, and arts and sport heroes who deliver new narratives of legitimacy?

It would also be interesting to study how disputes are settled or revenges are taken in the course of restoration: how do professional segments, lying at the heart of the system (police, military), engage in more or less frontal struggles? How do historically nourished jealousies between individuals or groups inside of incumbent or opponent circles gain momentum? What alliances do such groups have to make to avoid drawbacks of the return to order? What becomes of « tribalism » given that it is often reinvented in contexts of the exacerbation of political competition? We can also usefully mention examples of « faits accomplis” that the pluralistic effervescence allowed and which the new regime tries, or not, to go back on. How are being renegotiated spaces of political autonomy and illegalities, which are typical of the « quiet encroachment »13 (unlicensed small shops, street vendors…) and which intensified during the effervescence sequence?

Ultimately, we argue that behind the return to the authoritarian order, behind the muzzling of open political dissent and dissonant expressions, behind the façade of unanimity shaped by the restoration project, many political practices and representations remain that are not strictly put under control the political elites and do not fall within « democratization ». Below the « authoritarian restoration », the challenge is to inform a moment which should be thought of as a “becoming”.

DEADLINES

1st September 2016: Paper proposals (max. 1 page) should be sent to Amin Allal (amin.allal@gmail.com) and Marie Vannetzel (marie.vannetzel@gmail.com)

5 September 2016: Accepted proposals notified to authors

15 November 2016: Papers submitted to the guest editors for review by the editorial board (max. length 40’000 characters, spaces and footnotes included)

Articles can be written in French or English (the journal will translate the accepted articles in French).

Expected publication of the special issue, with the articles accepted by the editorial board: June 2017.

Bibliography

M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, lieu ?, Presses de Sciences Po, 2015.

R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003.

J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine, n° 43, octobre 1991, p. 5- 20.

J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, 1995/1996, n°70, p. 287-326.

J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, 2014/1, n°133, p. 153-175.

A. Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol. 18, n°1, 1997, p. 53-72.

A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 3-46.

M. Camau et V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 27- 47.

R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2/2009, n°114, p. 5-23.

N. De Walle, « Démocratisation en Afrique, un bilan critique », in M. Gazibo et C. Thiriot (dir.), Le Politique en Afrique : état des débats et pistes de recherche, Paris, Karthala, 2009, p.136-163.

M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009.

P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.

T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », 2001.

A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ? », Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146

R. Otayek, « Regards croisés sur les transitions africaines et arabes », Revue internationale de politique comparée, vol.20, 2013/2.

M.-E. Pommerolle « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94.

W. H. Sewell « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart,  Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

E. Smith, « Retour historique sur les “printemps démocratiques” en Afrique subsaharienne », Afrique contemporaine, 2013/1, n°245, p. 100-101.

C. Thiriot, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile resectorisation », Revue internationale de politique comparée, 15 (1), 2008, pp. 15-34.

1 William H. Sewell « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart,  Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

2 M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, Presses de Sciences Po, 2015.

3 The signification of the « Dead cities » operations is still strongly debated among historians and political scientists in Cameroon, as explained by M.-E. Pommerolle (« La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti. », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94 ; A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373).

4 M. Hilgers, J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.


5 Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ?», Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146 ; R. Ciavolella, M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie», Politique africaine 2/2009, n°114, p. 5-23.

6 A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p.5- 20.

7 P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 22-23.

8 J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine 43, octobre 1991, p. 12 et suiv.

9 M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009, p.133.

10 M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 32. ; see also T. Kuran, Private Truths, Public Lies: The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

11 N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », Automne. 2001.

12 About this Gramscian concept, see R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003, and M. Camau, V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

13 Asef Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol.18, n°1, 1997, pp.53-72.

Des lendemains qui déchantent ? Les « restaurations autoritaires »

Appel à contribution pour la revue Politique africaine

Des lendemains qui déchantent ?

Les « restaurations autoritaires »

Coordonné par Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Appel-polaf1

« Restauration autoritaire ». L’expression est couramment invoquée, et pourtant, rarement définie. Est-ce le signe qu’elle ne serait que cela, une expression, ne prétendant à rien d’autre qu’à un emploi relâché ? Le scénario de la « restauration autoritaire » renvoyait surtout aux « transitions suspendues » ou aux « démocratisations en trompe-l’œil » que de nombreux pays d’Afrique subsaharienne avaient connues dans les années 1990. Il a été remis au goût du jour à l’occasion des « Printemps arabes ». Comment rendre compte de ces « moments » dans lesquels des reconfigurations plus ou moins autoritaires du pouvoir succèdent à des processus de démocratisation ? Que faire de ces lendemains qui déchantent ?

La restauration autoritaire comme moment

L’enjeu crucial de ce dossier est de parer aux écueils d’une téléologie démocratique autant qu’à ceux d’une téléologie autoritaire toute aussi nocive. En s’inscrivant, avec William H. Sewell, dans une perspective sociologique événementielle, le parti-pris est de considérer la restauration autoritaire comme un moment au cours duquel se produisent un ou plusieurs événements qui transforment significativement les structures « en constituant et donnant du pouvoir à de nouveaux groupes d’acteurs, ou en redonnant d’une autre façon du pouvoir à des groupes existants. » 1 Cette perspective invite à penser le changement « dans » la restauration en deçà de l’impression trompeuse qu’il ne se produirait qu’un simple rétablissement de l’ordre existant précédemment. Parler de restauration véhicule, intentionnellement ou non, l’idée que les événements n’auraient pas beaucoup d’importance par rapport à la stabilité tenace des structures sociales fondant l’ordre autoritaire. La restauration ne serait que la fin d’une parenthèse illusoire de changement, le retour visible de structures non transformées, de « processus recteurs » plus profonds que les événements ne pourraient altérer qu’en surface.

La perspective sociologique événementielle fournit une autre compréhension des moments de restauration autoritaire. Elle implique trois hypothèses. D’abord, que la séquence temporelle des faits survenus a une importance pour l’interprétation sociologique des processus sociaux à l’œuvre au cours de ce moment. L’analyse gagne alors à prendre la forme d’une narration causale qui consiste à reconstituer des trajectoires et leurs inflexions au cours du temps, sans présupposer de clôture temporelle. Ensuite, cette conception considère que les registres différents de causalité (structure, conjoncture, événements contingents) sont entrelacés plutôt que dissociés. En ce sens, il s’agit, par exemple, de laisser ouverte la question de savoir si l’arrivée au pouvoir de nouveaux acteurs peut ou non modifier des structures tenaces de l’ordre autoritaire, ou si la permanence au pouvoir d’anciens acteurs empêche ou non de transformer ces structures. En ce sens aussi, une attention particulière doit être prêtée à la façon dont les événements peuvent modifier profondément les catégories de perception et de jugement, et, par là-même redéfinir rapidement les règles du jeu social et politique, la valeur des ressources sociales, le statut légitime des uns et des autres, etc., et donc la logique même des causalités. Enfin, les façons conflictuelles dont les événements sont rétrospectivement réappropriés, commentés, construits socialement comme relevant, ou non, d’une restauration doivent être prises au sérieux pour saisir comment ces événements reconfigurent les relations sociales. Comme nous le défendrons ici, la restauration autoritaire est un moment intense d’affrontements entre des perceptions contradictoires de ce qui se passe, affrontements dans lesquels se cristallisent des clivages.

En somme, la proposition majeure de ce dossier consiste à considérer les « restaurations autoritaires » comme des moments où se produisent de multiples changements capables d’affecter en profondeur, et sans orientation historique prédéfinie, les structures sociales, politiques et culturelles – changements que masque souvent l’impression d’un retour à l’ordre précédent ou d’une fermeture de parenthèse exceptionnelle.

La perspective sociologique événementielle permet aussi de baliser le chemin de la comparaison que nous proposons d’emprunter entre le Nord et le Sud du Sahara. En aucun cas il ne s’agira d’identifier des mécanismes causaux généralisables et constants à même d’expliquer, dans une illusion nomologique et expérimentale, la réussite ou l’échec des processus de révolution ou de démocratisation. La perspective sociologique événementielle nous invite plutôt à produire des narrations heuristiques qui permettent de dégager des analogies donnant du sens à des détails, qui, autrement, pourraient passer pour anodins. C’est dans cette visée que nous appelons ici à analyser des situations historiques très hétérogènes au prisme du moment de la restauration autoritaire et à partir de descriptions empiriques minutieuses.

Peut-on, de ce point de vue, comparer les « Printemps arabes » et les « Conférences nationales » des années 1990 en Afrique subsaharienne ? Penser le moment de la restauration autoritaire permet-il d’éclairer des séquences aussi variées que, par exemple, « l’expérience démocratique »2 algérienne de 1988-1992, les opérations « villes-mortes » au Cameroun (1991)3, « l’après-Zongo » au Burkina Faso (1998-2002)4, ou encore l’alternance civile avortée en Mauritanie en 2007-20085 ?

Ces situations, parmi d’autres, paraissent présenter une analogie : celle de correspondre à des « moments » de forclusion des processus d’effervescence politique pluraliste envisagés dans leur variété.

Par processus d’effervescence pluraliste, nous entendons des situations, à la temporalité très variable (quelques semaines à plusieurs années), marquées par des soulèvements populaires d’importance qui viennent perturber les agendas et la stabilité des oligarchies régnantes; et/ou des situations de renouvellement des cercles des élites dirigeantes autour d’anciens opposants, l’orchestration d’un pluripartisme, et l’effusion d’expressions et de prises de position politiques dans les espaces publics. Plus généralement, les situations d’effervescence pluraliste ne sont pas arrimées à un changement institutionnel précis qui serait uniforme d’un contexte à l’autre – passage au multipartisme, transparence électorale, libéralisation des médias, etc. – ou à un bouleversement radical des rapports de force – alternance au pouvoir, incapacité du régime à réprimer, etc. Bien plutôt, elles sont circonscrites par la croyance partagée qu’il se passe quelque chose de différent, quelque chose qui fait subjectivement événement6, et qui est donc nécessairement relatif à la configuration propre à chaque contexte. Les situations d’effervescence pluraliste seront donc appréhendées comme des situations d’illusio conjoncturelle défini comme « une croyance collective dans le jeu »7, ici moins produite par les logiques d’un champ donné que par une conjoncture fluide qui, précisément, perturbe les routines.

Or c’est bien aux « moments » où cette dynamique de croyance s’enraye, où l’effervescence pluraliste retombe que nous nous intéressons dans ce dossier. La forclusion de l’illusio conjoncturelle peut survenir de plusieurs façons. Par exemple, en raison de l’irruption « hors procédure » d’acteurs militaires, de l’autonomie des appareils sécuritaires, des tentatives de rétablissement hégémonique des anciennes élites dirigeantes, ou des modifications exceptionnelles des règles qui ébranlent la « croyance au jeu » des acteurs. Evidemment, la répression, plus ou moins sanglante, joue un rôle prééminent dans ces processus de forclusion. Mais c’est aussi la perception d’une économie politique immuable, consacrant les « lignes historiques de l’inégalité sociale »8, qui pèse lourdement sur les espoirs et sape l’illusio conjoncturelle de croyance en l’ouverture des possibles.

Ces situations ont en commun d’être perçues par une partie des acteurs et observateurs comme une restauration, effective ou latente, des modes de contrôle autoritaire faisant obstacle au processus de dévolution du pouvoir. Plus précisément, nous faisons l’hypothèse que ces situations, aussi variées soient-elles, présentent deux paradoxes qui fondent leur singularité comme « moment ». Le premier est que l’impression partagée de fatalité et de fermeture des possibles ne met en réalité pas un terme au dynamisme des « potentialités » et conflictualités. Le second paradoxe est que la restauration d’une façade d’immuabilité – qui donne, précisément, l’impression que l’ordre est de retour – masque de multiples déplacements et repositionnements des acteurs et dynamiques constitutifs de cet ordre. Ce dossier s’organisera donc autour de ces deux axes.

Axe 1 : Fatalité et potentialités : ce que la désillusion fait aux énonciations du politique. 

Il est possible de caractériser les situations d’effervescence pluraliste par la combinaison entre, d’une part, « l’incertitude structurelle »9 induite par les difficultés qu’ont les protagonistes, en conjoncture fluide, à procéder à des évaluations ; et d’autre part, la visibilité émergente des préférences et opinions « privées » 10, quand bien même ces dernières se modifient dans le cours de l’action. Cette combinaison rend difficile les calculs, mais engendre une confiance partagée dans les possibilités d’agir – confiance qui nourrit les mobilisations ou d’autres formes de participation.

A l’inverse, la forclusion de l’illusio conjoncturelle correspond au brouillage de la confiance des acteurs en l’existence de possibilités d’action. Les moments de restauration semblent combiner incertitude structurelle et invisibilisation, derechef, de la distribution des préférences et opinions, propre à l’ordre autoritaire. Cette invisibilisation a certainement partie liée avec l’image réduite et simplifiée de la distribution des opinions que donnent les coups d’Etat réussis ou les résultats électoraux paraissant rétablir une hégémonie (« retour des anciens »). Elle a pour effet de plomber la confiance des acteurs dans la fluidité du jeu – et donc dans les possibilités qu’il offre – alors même que parfois la conjoncture demeure objectivement fluide et que les potentialités d’action sont vivaces. Telle serait donc la particularité des « lendemains qui déchantent » : le paradoxe entre érosion de la confiance et permanence des potentialités. Ce paradoxe nourrit une impression de fatalité tout en produisant des modes spécifiques d’énonciation du politique qui transforment la configuration.

La proposition consiste à prendre au sérieux les formulations émiques de ce paradoxe, souvent énoncées simultanément, selon lesquelles « tout ça n’a servi à rien » mais que « rien ne sera jamais plus comme avant ». Que deviennent, dans les moments de forclusion, les processus de libération de la parole et d’intense délibération enclenchés durant la séquence d’effervescence pluraliste ? Quelles combinatoires se créent dans la conjonction entre ces dynamiques d’expression et la contraction coercitive des contestations ? En quoi le flottement propre à ces moments reconfigure-t-il les catégories de perception et de jugement de ce qui est autorisé, légitime, juste, crédible, vrai, possible ? Quelles temporalités conflictuelles (perceptions de l’urgence de l’action, ou à l’inverse, attente…) sont engendrées par ce flottement ? Comment les événements sont-ils réinterprétés et réappropriés pour construire un récit de ce qui se passe et tenter de donner un sens à l’Histoire ? Comment, par exemple, comprendre l’effet de substitution consistant à projeter des espoirs et regrets sur le leader d’hier ou d’avant-hier ? Quelles reconfigurations produisent les expressions répétées et multiples des désillusions ? Comment, par exemple, le cynisme, le « complotisme » ou le « réalisme », deviennent-ils des modes énonciatifs privilégiés du politique? De façon singulière, ces registres ne sont pas uniquement investis par des acteurs contestataires ou des gouvernés déçus : les dirigeants, journalistes, universitaires, experts internationaux et gouvernants des puissances étrangères y ont recours, selon des modalités variées, pour produire un récit de ce qui se passe et, partant, de ce qui peut se passer à l’avenir. Un puissant exemple en est le discours sur la stabilité, sur le retour au calme, survenant comme la seule option rationnelle après une période de « troubles » qu’il faudrait bien clôturer.

Comment est produite cette désillusion, qu’elle se décline au négatif (déception) ou au positif (retour au « rationnel »), et quels changements produit-elle dans la configuration politique (repositionnements des acteurs, contraintes et opportunités d’action, normes de légitimation…) et sociale (par exemple, sur les projets d’émigration, de mariage, d’études ou de travail) ? Par quelles pratiques et sur quelles scènes (militantes, médiatiques, artistiques, associatives, domestiques, professionnelles, etc.) est-elle portée ? Comment transforme-t-elle les espaces d’expression ouverts pendant la séquence d’effervescence (groupes politiques, assemblées élues, assemblées de rue, talk-shows, nouveaux médias, lieux cultu(r)els, cafés…)? Comment est-elle mobilisée dans la mise en place de certaines politiques publiques ? Quelles catégories sociales et quels styles de vie s’en trouvent (dé)valorisés ? Comment s’articulent, à cette production de la désillusion, les usages des commémorations, des martyrs, ou les efforts du nouveau régime pour créer de nouveaux symboles, célébrations, images de « foules en liesse »11, bref un imaginaire de changement dans l’ordre restauré ?

Axe 2 : Immuabilité et mobilités : ce que le retour à l’ordre change dans l’ordre autoritaire.

La forclusion de l’effervescence pluraliste peut être étudiée comme un moment conflictuel d’institutionnalisation de routines et de règles, en redéfinition. Les contributions pourront alors analyser, par des études de cas empiriques, les processus localisés de reformation – ou de mutation – de ces routines et règles, sans présupposer qu’elles soient ni radicalement nouvelles ni identiques à celles de l’ordre ancien. De même, il s’agira d’examiner les reconfigurations des composantes et relations constitutives du « bloc historique »12. En considérant celui-ci comme non monolithique, il importe d’analyser les arrangements et les luttes qui le sous-tendent… en train de se faire.

Cette perspective devra permettre d’éviter une erreur classique qui consiste à considérer que les mêmes acteurs, parfois les mêmes individus, sont les acteurs du même jeu. En deçà de la cooptation des « grands » ou des gestes symboliques centraux de la restauration (libération des prisonniers, amnistie, « cadeaux » pour la réhabilitation des « anciens » etc), la focale sera mise sur les mobilités politiques souvent imperceptibles si l’on en reste à un discours englobant. Nous faisons ainsi l’hypothèse que derrière la façade de la restauration et son impression d’immuabilité, se trament de multiples repositionnements et pratiques politiques qu’il est primordial d’étudier pour la compréhension de l’ordre autoritaire en train de se constituer. Quelles ressources sont valorisées dans la configuration politique ? Quels profils sociologiques, quels réseaux et groupes affinitaires (sectaires, tribaux, régionaux, professionnels ou liés à des parcours particuliers de socialisation), quelles générations tirent leur épinglent du jeu et au détriment de quels autres? Que dire, par exemple, des styles d’hommes ou de femmes publics que la nouvelle donne rend saillants dans le « bloc historique » en reconstitution, à l’instar du député télégénique, de l’entrepreneur émergent ou de la cheffe d’association de quartier devenus icônes du « nouveau développement », ou encore du téléprédicateur, et des figures artistiques et sportives qui fondent un nouveau récit de légitimation ?

Il serait également intéressant d’étudier les phénomènes de règlement de comptes, voire de vengeances, que l’opportunité politique nouvelle rend possible : des segments professionnels au cœur du régime (police, armée) qui se livrent à des luttes plus ou moins frontales, ou encore des jalousies historiquement nourries entre groupes ou personnalités des partis du pouvoir ou de l’ancienne opposition. Dans ce contexte que devient le « tribalisme » souvent réinventé lors de l’exacerbation des compétitions politiques ? Quelles alliances ces groupes doivent-ils désormais nouer pour ne pas payer les frais du retour à l’ordre ? On peut encore utilement penser à toute une série de « faits accomplis » que l’effervescence pluraliste a permis et sur lesquels le nouveau régime essaye ou non de revenir : comment sont renégociés les espaces d’autonomie politique, les illégalismes caractéristiques du « quiet encroachment »13 (petits commerces sans licence, vendeurs ambulants…) qui se sont intensifiés pendant la séquence d’effervescence ?

En définitive, ce dossier défend l’idée que derrière le retour à l’ordre autoritaire, le musellement des initiatives politiques frontales ou le contrôle des expressions et revendications dissonantes, derrière l’unanimisme de façade que le projet de restauration façonne, demeurent des pratiques et des représentations politiques dans la société qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle des élites politiques ni d’une « démocratisation ». En deçà de la « restauration autoritaire », la gageure est d’informer un moment à penser comme devenir.

Calendrier

1er septembre 2016: Envoi des propositions d’article (1 page maximum) à Amin Allal (amin.allal@gmail.com) et Marie Vannetzel (marie.vannetzel@gmail.com)

5 septembre 2015: Notification aux auteurs des propositions retenues

15 novembre 2016: Soumission des articles retenus par le comité de rédaction de la revue (50’000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

La publication de ce dossier est programmée pour le numéro de juin 2017.

Les contributions et résumés peuvent être soumis en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

Bibliographie

M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, lieu ?, Presses de Sciences Po, 2015.

R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003.

J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine, n° 43, octobre 1991, p. 5- 20.

J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, 1995/1996, n°70, p. 287-326.

J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, 2014/1, n°133, p. 153-175.

A. Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol. 18, n°1, 1997, p. 53-72.

A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 3-46.

M. Camau et V. Geisser, Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003.

M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 27- 47.

R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2/2009, n°114, p. 5-23.

N. De Walle, « Démocratisation en Afrique, un bilan critique », in M. Gazibo et C. Thiriot (dir.), Le Politique en Afrique : état des débats et pistes de recherche, Paris, Karthala, 2009, p.136-163.

M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009.

P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.

T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », 2001.

A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373.

Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ? », Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146 

R. Otayek, « Regards croisés sur les transitions africaines et arabes », Revue internationale de politique comparée, vol.20, 2013/2.

M.-E. Pommerolle « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94.

W. H. Sewell « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart,  Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

E. Smith, « Retour historique sur les “printemps démocratiques” en Afrique subsaharienne », Afrique contemporaine, 2013/1, n°245, p. 100-101.

C. Thiriot, « La place des militaires dans les régimes post-transition d’Afrique subsaharienne : la difficile resectorisation », Revue internationale de politique comparée, 15 (1), 2008, pp. 15-34.

1 William H. Sewell, « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Grossetti, M. Bessin, C. Bidart, Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140.

2 M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, lieu ?, Presses de Sciences Po, 2015.

3 Ce que les villes-mortes ont représenté demeure très controversé au Cameroun, parmi les historiens et les politistes, comme l’explique M.-E. Pommerolle (« La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, 3/2008, n°40, p. 73-94 ; A. Mbembe, « Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere, P. Konings, Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, p. 345-373).

4 M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, 2006/1, n° 101, p. 5-18.


5 Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une « illusio » postcoloniale ? », Politique africaine 3/1999, n° 75, p. 131-146 ; R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie», Politique africaine, 2/2009, n°114, p. 5-23.

6 A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20.

7 « Une certaine forme d’adhésion au jeu, de croyance dans le jeu et dans la valeur des enjeux qui fait que le jeu vaut la peine d’être joué, est au principe du fonctionnement du jeu, et (…) la collusion des agents dans l’illusio est au fondement de la concurrence qui les oppose et qui fait le jeu lui-même. Bref, l’illusio est la condition du fonctionnement d’un jeu dont elle est aussi, au moins partiellement, le produit. », P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, septembre 1991, p. 22-23.

8 J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. La Baule, et puis après ? », Politique Africaine, n° 43, octobre 1991, p. 12 et suiv.

9 M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, 3ème édition, Paris, Presses de Science Po, 2009, p.133.

10 Michel Camau parle d’une rupture de « l’ignorance pluraliste » spécifique aux régimes autoritaires : « La distribution des opinions et dispositions n’(y) est connue de personne. Les individus opposés au régime croient que la plupart des autres y sont favorables ou l’acceptent alors même qu’en réalité la majorité peut y être hostile. Il en résulte, sauf chez une minorité d’opposants résolus, en butte à la répression, une inclination au mutisme, qui contribue au maintien du statu quo et nourrit un sentiment d’impuissance. » M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, VIII, 2012, p. 32 ; voir aussi T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1995.

11 N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations : les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n°12 « Dramaturgies du politique », 2001.

12 Nous reprenons ce concept de Gramsci en référence aux usages qu’en ont fait Richard Banégas (La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003), ou Michel Camau et Vincent Geisser (Le syndrome autoritaire. Politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003). Pour ces derniers, examinant le cas tunisien, le bloc historique reposait sur l’interdépendance profonde des élites sectorielles et sur « l’infrastructure centrale du système », par définition intersectorielle, formée par le « Palais », l’appareil sécuritaire, l’armée et le milieu des affaires. Loin d’en livrer une image figée, fidèle à la « surface immobile » que le bloc historique entendait donner de lui-même, les auteurs soulignaient les multiples et conflictuelles mobilités qui le traversaient.

13A. Bayat, « Un-civil society: the politics of the ‘informal people’ », Third Word Quarterly, vol. 18, n°1, 1997, p.53-72.

Les anciennes et nouvelles figures de la planification en Afrique.

Appel à contributions

Les anciennes et nouvelles figures de la planification en Afrique.

Dossier coordonné par Boris Samuel

Chaire d’études africaines comparées, EGE-Rabat / SciencePo-CERI

Appel-polaf1

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (remplacés par les Objectifs de développement durable en 2015) ont entrainé l’emploi des procédés néolibéraux de la nouvelle gestion publique (new public management), incarnés en Afrique par la « gestion axée sur les résultats » (Egil 2015 ; Fioramonti 2014 ; Samuel 2013) ; mais ils ont aussi induit des appels au retour d’un Etat planificateur, volontariste, et à l’emploi de techniques rappelant l’ingénierie du développement des années 1960, parfois importée des pays du bloc soviétique (Ward 2004 ; Ziai 2011). Ces hybridations ne doivent pas surprendre : comme l’ont montré des travaux récents, le planisme d’inspiration soviétique et la gestion néolibérale par indicateurs présentent des similitudes dans les formes et les mécanismes (Hibou 2012 ; Salais 2013 ; Supiot 2015). De tels constats incitent à questionner les significations que recouvrent les pratiques de pilotage des politiques de développement. Derrière une apparente unicité de forme, la planification peut être porteuse d’une multiplicité de répertoires politiques qui doivent être compris à la lumière des trajectoires historiques nationales (Laborier et Trom 2003).

Après des décennies 1980 et 1990 dédiées à la privatisation et à la « décharge » (Hibou 1999), les interventions directes de l’Etat sont à nouveau au goût du jour dans le développement. L’« inclusion », devenue un des nouveaux mots d’ordre des organisations internationales depuis les printemps arabes de 2011, se traduit par la mise en place de filets sociaux, de subventions à la consommation, de programmes d’emploi de jeunes chômeurs, ou de programmes de transferts monétaires aux « pauvres » (Bono 2010 ; Ferguson 2015 ; Sardan et al. 2014). A l’heure où les logiques entrepreneuriales et capitalistes prennent le haut du pavé dans les sociétés du continent (Cooper 2014 ; Kelsall 2013), les discours sur l’ « émergence » poussent en outre les Etats à reprendre un rôle de modernisateur et de développeur. Ils revitalisent les directions et agences en charge de la promotion de l’investissement et lancent des programmes d’infrastructure, d’aménagement du territoire ou de développement des communications, tout en les couplant avec des réformes réglementaires et de libéralisation censées attirer les investisseurs. Ces interventions témoignent de l’entrée dans une période de pluralisation des pratiques et discours économiques en Afrique. Le dossier étudiera les modes d’action des Etats qui impulsent, financent et pilotent ces politiques.

Planifier et gouverner en Afrique, de la période coloniale au XXIe siècle

Utiliser le terme de planification pour évoquer l’Afrique contemporaine peut sembler anachronique : l’Etat africain développementaliste et volontariste a connu jusqu’aux années 1970 de très importants échecs, et depuis les années 1980, l’ajustement structurel a fortement affaibli les institutions étatiques (Cooper 2014) si bien que l’Etat planificateur est censé avoir laissé sa place au laisser-faire et aux technologies néolibérales de la privatisation. Pourtant, la planification demeure un site majeur d’énonciation du politique dans les pays dits « en développement ».

Itinéraires planificateurs

La figure de l’Etat planificateur, au cœur de répertoires et d’imaginaires politiques, reste un horizon de pensée : mémoires de l’Etat bienfaiteur, frustration de sa disparition sous le coup de l’ajustement, ou appel au retour du volontarisme développementaliste orientent les demandes d’Etat (Lachenal et Mbodj-Pouye 2014), les débats publics (Bonnecase 2013 ; Siméant 2014) et les discours officiels (Hibou 2011). En outre, au sein des appareils administratifs nationaux les directions du « plan » ont longtemps été de hauts lieux de l’économie politique du développement, jouant un rôle central non seulement dans la formulation des politiques économiques et sociales, mais aussi dans les circuits d’accumulation liés à la gestion de l’argent de l’aide et des « projets », à la rencontre de la « politique du ventre » (Bayart) et des savoir-faire du Gatekeeper State (Cooper). Aujourd’hui, les administrations en charge de la programmation des politiques et des investissements sont encore souvent désignées par le terme de « plan », et leurs fonctionnaires par celui de « planificateurs », même lorsqu’un pays ne possède plus officiellement de direction du plan. Par le biais des réalités institutionnelles ou des imaginaires politiques, le « Plan » continue de recouper une réalité sociale multiforme.

Des techniques aux situations politiques

Aborder l’ « Afrique planificatrice » ne signifie pas limiter les observations aux processus de confection des plans. La compréhension des pratiques et discours planificateurs et de leurs effets appelle une étude des situations sociales et politiques dans lesquelles ils s’insèrent, ainsi que des domaines ou « secteurs » qu’ils entendent gouverner (filières économiques, grandes politiques publiques, villes et territoires, etc.). Les modalités de l’enchâssement de la planification dans les dynamiques sociales doivent en effet être pensées ainsi que, à l’inverse, la manière dont les plans façonnent les rapports sociaux et provoquent des transformations sociopolitiques. Etudier l’Afrique des plans demande donc de recourir à des jeux d’échelles, de prendre en compte les rapports de force qui entourent les plans, de décrire le « hors-champ » qui les accompagne (de Certeau 1990 ; Hibou et Samuel 2011). Cette démarche doit permettre de décrire la variété des situations dans lesquelles la planification est au centre de la vie sociale et politique, et de jeter la lumière sur la politisation de la technique, à l’encontre des arguments sur la dépolitisation (Ferguson 1994 ; Jobert 2003 ; Linhardt et Muniesa 2011).

Partir des techniques en action

Dans ce but, le présent dossier appelle à effectuer un déplacement méthodologique par rapport à ce qui est usuellement envisagé sur le continent : il invite à partir des techniques et outils pour étudier le politique. Les travaux qui étudient les techniques de la gestion économique en Afrique commencent maintenant à se développer, sur le calcul du PIB (Jerven 2013, Samuel 2013, Speich 2008), la mesure de la pauvreté (Bonnecase 2011, Davie 2015, Guyer 2004), l’histoire des technologies du développement (Cooper 2010 ; Desrosières 2014 ; Hodge et al. 2014 ; Morgan 2008), les recensements (Gervais et Mandé 2007). Néanmoins, les outils des administrations économiques africaines restent peu décrits[1]. La spécificité du dossier sera de proposer une description détaillée et une genèse des procédés et catégories qui guident le pilotage de l’économie. A l’instar des analyses élaborées sur d’autres zones que l’Afrique (Blum et Mespoulet 2003 ; Desrosières 2008 ; Fourquet 1980 ; Porter 1995; Tooze 2001), l’objectif sera d’analyser les techniques de la planification comme des pratiques sociales, et de rendre compte de la sociologie des acteurs de la planification, ainsi que de leurs manières de faire et de voir. Pour cela, l’approche du dossier sera bien sûr en dialogue étroit avec les travaux sur les instruments de l’action publique, qui connaissent un renouveau actuellement dans les études africaines (Eboko 2016 ; Enguéléguélé 2008), tout comme avec l’anthropologie du développement (Biershenk et Olivier de Sardan 2014), même si le dossier ne cherchera pas à opposer normes technocratiques « théoriques » et normes « pratiques » mais plutôt, en les approchant par le bas, à montrer que le maniement quotidien des outils techniques et une infinité de modes d’actions et répertoires peuvent se combiner (Hibou et Samuel 2011 ; Mosse et Lewis 2005). Diverses méthodes pourront être employées pour ce faire : sociologie politique ou économique, histoire, anthropologie, économie politique…

Axes du numéro

Plusieurs axes de recherche seront privilégiés :

L’histoire et la circulation des modèles et techniques de la planification :

L’histoire et l’historicité de la planification africaine méritent d’être revisitées. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les moments de volontarisme étatique ont jalonné les trajectoires de nombreux pays et ont donné lieu à des projets de planification ambitieux, du développementalisme post-indépendance, aux périodes socialistes de divers Etats, sans oublier les planifications impulsées dans des cadres impériaux depuis les années 1940 et 1950. Ces projets ont parfois marqué les systèmes administratifs, les histoires économiques et politiques et les imaginaires nationaux de manière durable. La circulation des modèles planificateurs de l’Empire vers les pays anciennement colonisés constitue un sujet mal connu. Plus encore, les échanges de techniques entre les pays du bloc soviétique et les pays africains, socialistes ou non, restent peu explorés. Ces circulations renvoient en outre à un ensemble plus vaste : les trajectoires de l’ingénierie planificatrice ont été portées par le biais des organisations sous-régionales, panafricaines, ou internationales – parfois au nom de coopérations essentiellement techniques (au sein de l’OPEP, ou de l’OCI…) – par des experts (Morgan 2008), par des voies universitaires (Nubukpo 2011), ou encore par des corps et réseaux professionnels (Charoy et Diop 2006) qu’il conviendra d’étudier.

Les outils et acteurs de la planification :

La résurgence planificatrice des années 2000 s’est traduite par l’apparition de nouveaux outils de planification (programmes de lutte contre la pauvreté, « plans d’atteinte » des OMD, « stratégies d’accélération » de la croissance ou de la scolarisation, etc.). Dans le même temps, l’avènement de l’ère néolibérale a induit la montée en puissance de nouveaux corps professionnels et savoirs légitimes – ceux des financiers, évaluateurs ou auditeurs (Bezès 2009 ; Eboko 2016 ; Samuel 2013 ; Strathern 2000). La multiplication des agences nationales, banques d’investissement, grands projets sectoriels a en outre conduit à la dissémination des enjeux de la planification en une myriade de sites plus ou moins émancipés de la tutelle des Etats. Les travaux de planification sont enfin conduits au sein de nouveaux réseaux d’acteurs internationaux, qu’ils soient en charge de faire respecter de nouvelles normes de la « bonne gestion » ou de la conduite d’opérations de développement. Les propositions pourront porter sur ces nouveaux acteurs et pratiques à partir de l’examen détaillé de systèmes de planification nationaux ou sectoriels (éducation, santé, environnement…) à différentes périodes historiques. Elles pourront aussi envisager de décrire la « chaine planificatrice »[2], afin de faire apparaître les interactions entre la myriade d’acteurs et d’institutions qui participent à la production des plans. Par extension, les modes de diffusion, les critiques, débats et controverses suscités par les plans pourront aussi être étudiés. Les modes de « vulgarisation » des récits issus de la planification (discours des Etats, des médias, des partis et associations etc.) doivent en effet être saisis pour analyser leur rôle dans l’exercice du pouvoir. Pour cela, les approches de sociologie des sciences et techniques (Lampland 1996) pourront se combiner à celles de la sociologie, de l’anthropologie, ou la science politique.

Les répertoires politiques et imaginaires de la planification :

Les plans et leurs modèles formalisent des représentations et imaginaires du monde social (Desrosières 2008 ; Morgan 2012). Ils mettent en chiffres les visions téléologiques du progrès social et du développement ainsi que les représentations de l’Etat frugal, de l’Etat généreux et volontariste, ou encore porteur de maitrise l’espace et du territoire, etc. Les articles pourront proposer d’identifier la manière dont ces imaginaires se sont construits, ont cheminé, ou dont ils sont mobilisés dans une diversité de situations sociales. Ils pourront aussi mettre en lumière le fait que les catégories de description de la réalité utilisées par les plans peuvent être saisies par leur généalogie technicienne comme par leur ancrage dans des mondes sociaux pluriels (Bowker et Star 1999), au sein desquels elles se sont forgées et imposées. La planification est en outre un mode d’énonciation du politique (Hibou et Samuel 2011). De nombreux clivages, revendications ou discours politiques plus ou moins contestataires trouvent à s’exprimer au sein des travaux de planification, ou se construisent sur les scènes politiques et sociales autour des figures de l’Etat planificateur. Les récits issus des plans peuvent aussi, à l’inverse, servir d’instrument de normalisation (Bono 2010 ; Hibou et Samuel 2011), en peuplant par exemple les discours d’allégeance aux régimes.

Les marges de la planification :

Enfin, les formes de l’action planificatrice peuvent être très diverses. La planification n’est pas toujours le fait de l’action d’Etats omniscients, volontaristes et visionnaires. Les procédures et travaux de planification de nombreux pays sont, ou ont été réalisés par les agences internationales, qui se substituent aux administrations nationales (Soudan du Sud, Centrafrique, Guinée Equatoriale etc.). A l’inverse, en l’absence de soutien international, des quasi-Etats (comme le Somaliland) parviennent à stabiliser des procédures administratives et institutionnelles qui sont en rupture avec le formalisme économique international, mais permettent la gestion étatique. Les techniques planificatrices peuvent aussi être portées par des acteurs privés dans une logique de décharge, par exemple dans des services publics privatisés au profit d’entreprises, de grandes ONG ou d’Eglises. Par ailleurs, la planification ne s’adresse pas uniquement aux politiques de développement dans leur acception restreinte, sociale ou économique. Dans de multiples situations, la violence ou la guerre sont étroitement reliées, voire organisées par une logique de planification (Rwanda). Nom-breuses sont aussi les situations d’urgence, par exemple alimentaires, dans lesquelles la planification guide les interventions des acteurs. Le lien entre les techniques planificatrices et la gestion d’Etats d’exception ou d’urgence mérite d’être considéré, notamment en mettant au jour les manières dont un exercice autoritaire ou violent du pouvoir peut se combiner avec la promotion d’une rationalité bureaucratique (Blum et Mespoulet 2003 ; Tooze 2001 ; Samuel 2014).

 

Calendrier

10 juin 2016:                          envoi des propositions d’article (1 page  maximum) à Boris Samuel (boris.samuel@sciencespo.fr)

24 juin 2016:                          notification aux auteurs des propositions retenues

25 octobre 2016:                   envoi des articles retenus au comité de rédaction de la revue (50’000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

Oct. 2016-Févr. 2017            Evaluation, révision et traduction éventuelle des textes retenus par la rédaction de la revue

Le dossier sera publié dans le numéro de mars 2017. Les propositions d’articles peuvent être envoyées en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

 

Bibliographie

Anders, In the Shadow of Good Governance: An Ethnography of Civil Service Reform in Africa, Leiden, Brill, 2010.

J.F. Bayart, L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 (1989)

Bierschenk et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), States at Work. Dynamics of African Bureaucracies, Leyde, Brill, 2014, p. 249-269

Bezès, Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), PUF, Paris, 2009

Blum et M. Mespoulet, L’Anarchie bureaucratique. Statistiques et pouvoirs sous Staline, La Découverte, Paris, 2003

Bonnecase, La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011,

Bonnecase  « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey: quels répertoires locaux de la colère ? », Politique Africaine n°130, 2013

Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail. Normalisation sociale et politique par les « Activités génératrices de revenus » à El Hajeb »,
Politique africaine, 2010/4 N° 120, p. 25-44

Bowker et S.L. Star, Sorting Things Out. Classification and its Consequences, The MIT Press, Cambridge, 1999

de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Gallimard, Folio Essai, Paris, 1990 (1980)

Charoy, L. Diop, « Le CESD – Paris : au service de la formation statistique », Stateco, 100, Paris, 2006 pp. 63-68

Cooper (dir.), « Writing the history of Development », Journal of Modern European History, vol. 8-1, 2010.

Cooper, Africa in the World, Capitalism, Empire, Nation-State, Harvard University Press, 2014

Davie, Poverty Knowledge in South Africa. A Social History of Human Science, 18552005, Cambridge University Press, 2015 ;

Desrosières, Prouver et gouverner, Paris, La Découverte, 2014

Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification : L’Argument statistique I. et Gouverner par les nombres. L’Argument statistique II. Paris, Presses des Mines, 2008.

Egil, « Les Objectifs de développement durable, nouveau Palais de cristal ? », Politique Africaine, 140, décembre 2015

Eboko, Repenser l’action publique en Afrique. Du sida à l’analyse de la globalisation des politiques publiques, Karthala, 2015

Enguéléguélé, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et Sociétés, vol. 27, n°1, 2008, p. 3-28

Ferguson, The Anti-Politics Machine.’Development’, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1994.

Ferguson, Give a man a fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Duke University Press, Durham and London, 2015

Fioramonti How Numbers Rule the World : the Use and Abuse of Statistics in Global Politics, Zed Books, 2014

Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, Encres, éditions recherches, Paris, 1980

Gervais, I. Mandé, « Comment compter les sujets de l’Empire ? Les étapes d’une démographie impériale en AOF avant 1946 », Vingtième siècle, n°95-3, 2007, pp. 63-74

Guyer, Marginal Gains: Monetary Transactions in Atlantic Africa, Chicago, University Of Chicago Press, 2004.

Hibou, « La « décharge », nouvel interventionnisme. », Politique africaine n° 73, 1999, pp. 6-15

Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, La Découverte, 2012

Hibou et B. Samuel, « Macroéconomie et politique en Afrique: Introduction au Dossier ‘La macroéconomie par le bas’ », Politique africaine, 124, décembre 2011, pp. 5-28

Hodge, G. Hödl, M. Kopf (dir.), Developing Africa: Concepts and Practices in Twentieth Century Colonialism, Manchester University Press, 2014

Jerven, Poor Numbers: How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do About It. Cornell University Press. Ithaca and London, 2013

Jobert, « Le mythe de la gouvernance dépolitisée », in Pierre Favre et al., Être gouverné. Études en l’honneur de Jean Leca
, Presses de Sciences Po, 2003 p. 273-285.

Kelsall, Business, Politics and the State in Africa. Challenging Orthodoxies on Growth and Transformation. Zed Books, 2013

Laborier et D. Trom (dir.), Historicités de l’action publique, PUF, Paris, 2003

Lachenal et A. Mbodj-Pouye, « Restes du développement et traces de la modernité en Afrique. Introduction au dossier Politiques de la nostalgie », Politique Africaine, n°135, septembre 2014

Lampland, The Object of Labor. Commodification in Socialist Hungary, University of Chicago Press, 1996.

Linhardt, F. Muniesa, « Tenir lieu de politique. Le paradoxe des « politiques d’économisation »», Politix 3/2011 (n° 95) , p. 7-21

Mosse et D. Lewis (dir.), The Aid Effect: Giving and Governing in International Development, Pluto Press, Londres, 2005

Morgan, « On a Mission with Mutable Mobiles », Working Papers on the Nature of Evidence: How Well Do ‘Facts’ Travel?, No. 34/08, Department of Economic History, London School of Economics and Political Science, 2008

Mary S. Morgan, The World in the Model. How Economists Work and Think, Cambridge University  Press 2012.

Nubukpo « Les macroéconomistes africains : entre opportunisme théorique et improvisation empirique », Politique Africaine, 124, décembre 2011, pp. 87-99

J.P. Olivier de Sardan, O. Hamani, N. Issaley, Y. Issa, H. Adamou, I Oumarou, « Les transferts monétaires au Niger : le grand malentendu. », Revue Tiers Monde 2/2014 (n° 218) , p. 107-130

Porter, Trust in numbers: the Pursuit of Objectivity in Science and Public Life.Princeton University Press, 1995

Salais, Le viol d’Europe, Enquête sur la disparition d’une idée, PUF, 2013

Samuel, La production macroéconomique du réel. Formalités et pouvoir au Burkina Faso, en Mauritanie et en Guadeloupe, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2013

Samuel, «Statistics and Political Violence: Reflections on the Social Conflict in 2009 in Guadeloupe », Partecipazione e Conflitto, Vol. 7, no. 2, juin 2014

Siméant, Contester au mali. Formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Karthala, 2014

Speich, « Travelling with the GDP through early development economics’ history », Working Papers on the Nature of Evidence: How Well Do ‘Facts’ Travel?, No. 33/08, Department of Economic History, London School of Economics and Political Science, 2008

Strathern, (dir.) Audit Cultures: Anthropological Studies in Accountability, Ethics and the Academy, Routledge, Londres, 2000

Supiot, La gouvernance par les nombres-Cours au Collège de France 2012-2014, Fayard, 2015

Tooze, Statistics and the German state 1900-1945: The making of modern economic knowledge, Cambridge University Press, Cambridge, 2001

Van de Walle, African Economies and the Politics of Permanent Crisis, 1979–1999, Cambridge University Press, Cambridge, 2001

Ward, Quantifying the World. UN Ideas and Statistics, Bloomington, Indiana University Press, 2004

Ziai, « The Millennium Development Goals: back to the future? », Third World Quarterly, 32:1, 2011

[1] Quelques exceptions notables étant  par exemple Van de Walle (2001) ou Anders (2010)

[2] En paraphrasant Alain Desrosières qui invitait à étudier la « chaine de production statistique »

Call for Papers: Voting materiality: technologies and imaginations of citizenship

Call-for-proposalsCall for papers for the journal Politique africaine

Guest editors: Sandrine Perrot, Marie-E. Pommerolle & Justin Willis

« Voting materiality: technologies and imaginations of citizenship »

At election time, public space is crowded with the stuff of campaigns: posters, tee-shirts, and audiovisual messages flow into the streets, as well as in more specific social spaces like churches, administrative offices, and marketplaces. At the same time, electoral institutions create, buy and circulate technologies meant to ensure « free and fair » elections, from registration to counting of the votes. A variety of objects are conceived and produced to build institutions and citizenship in conformity with the idea of « modern » political representation. This abundance of official and unofficial materials opens new avenues for research in the near-saturated field of electoral sociology. Objects are at the centre of symbolic and material transactions; studying them may help trace changing forms of control, exchanges, subjugation and disobedience which erupt during electoral situations.

Continuer la lecture de Call for Papers: Voting materiality: technologies and imaginations of citizenship

Appel à contributions : Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Appel-polaf1Appel à contributions pour Politique africaine

Dossier coordonné par Sandrine Perrot, Marie-E. Pommerolle & Justin Willis

« Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté »

En période électorale, l’espace public est envahi d’objets. Posters, tee-shirts, messages audio-visuels, manuels de l’électeur circulent aussi bien dans les rues que dans les espaces sociaux plus spécifiques (Églises, administration, marchés…). En même temps, les institutions électorales conçoivent, achètent, diffusent des technologies censées permettre un processus électoral « libre et juste » depuis le recensement électoral jusqu’au dépouillement du scrutin. Un ensemble hétérogène d’objets sont ainsi produits afin de construire des institutions et des citoyens en adéquation avec les représentations politiques « modernes », en constante redéfinition. Cette profusion matérielle, officielle et officieuse, offre une perspective de recherche stimulante dans le champ de recherches de la sociologie électorale saturé. Partir des objets, au cœur de transactions matérielles et symboliques lors du moment électoral, permet de tracer au plus près les tentatives de contrôle, les formes de l’échange, de la soumission et de la désobéissance qui caractérisent les situations électorales, à la fois routinières et toujours exceptionnelles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les matériels du vote: dispositifs et imaginaires de la citoyenneté

Appel à contributions : L’Éthiopie sans Meles Zenawi. Un régime autoritaire « à l’épreuve »

Appel-polaf1Dossier coordonné par Jean-Nicolas Bach
(Les Afriques dans le Monde, Sciences-Po Bordeaux)

« L’Éthiopie sans Meles Zenawi : Un régime autoritaire « à l’épreuve »

Trois ans après la disparition du premier ministre éthiopien Meles Zenawi, en 2012, après 17 ans d’exercice continu du pouvoir exécutif suprême, sa figure trône plus que jamais dans les rues de la capitale et parfois jusque dans les zones rurales les plus reculées. « L’Éthiopie sans Meles » semble aujourd’hui poursuivre sa lancée sur les bases érigées par son père fondateur, et rendre hommage à ce dernier comme pour mieux embrasser l’avenir. Le régime a évité les soubresauts d’une fin de règne, à tel point qu’on doit ici poser la question de la nécessaire réévaluation du rôle de Meles lorsqu’il était à la tête du pays : Qui était Meles Zenawi ? Sa disparition a-t-elle dévoilé ou réactivé des arènes de négociations ou des factions au sein du parti au pouvoir depuis 1991, l’Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front (EPRDF), qui n’étaient pas perceptibles lorsqu’il était au pouvoir ? A-t-elle ouvert de nouvelle structure d’opportunité et de nouveaux possibles ? Quel a été son impact sur le gouvernement « collectif » du Front ? Quels sont aujourd’hui les enjeux et les effets du renouvellement générationnel inachevé, enclenché par Meles au sein du Front au lendemain des élections générales de 2010 ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Éthiopie sans Meles Zenawi. Un régime autoritaire « à l’épreuve »

Call for proposals: Ethiopia Without Meles. “Testing” the authoritarian regime

Guest Editor: Jean-Nicolas Bach
(Les Afriques dans le Monde, Sciences-Po Bordeaux)

“Ethiopia Without Meles: “Testing” the authoritarian regime”

The death of Meles Zenawi in 2012 marked the end of 17 years of his continuous leadership as Prime Minister over the Ethiopian regime. Three years later, one is still likely to see the pictures of the former head of executive, not only in the streets of the capital city, but also in remote rural areas. It seems « Ethiopia Without Meles » has been following the path shaped by its architect and paying tribute to him to better embrace the future. The apparent continuity of the regime and the smooth transition nevertheless raises many questions. It invites us to think about and, if necessary, reevaluate the role played by Meles as the head of the country: Who was Meles Zenawi? Did his death unveil or reactivate arenas of negotiations or hidden factionalisms within the Ethiopian Peoples Revolutionary Democratic Front – the ruling Front since 1991? Has it created new opportunity structures and possibilities? How has it impacted the “collective leadership” of the Front? What are the challenges of the generational renewal initiated by Meles after the 2010 general election? These are some of the key questions this Special Issue would like to address.

Continuer la lecture de Call for proposals: Ethiopia Without Meles. “Testing” the authoritarian regime

Call for papers : « Political Polyphonies of Rap »

Call-for-proposalsCall for papers for the journal Politique africaine, march 2016 issue.

Guest editors: Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly) and Sophie Moulard (Associate researcher at LAM)

This special issue of the journal Politique africaine responds to the remarkable expansion, since the 1980s, of rap music and other hybrid, hip-hop inspired musical genres (hiplife, bongo flava, kwaito, etc.) in Africa. Through a focus on this musical phenomenon, a key feature of African urban landscapes and youth discourse across the continent, the articles collected here will reflect on contemporary politics in Africa. Against presuppositions that tend to take the political aspect of rap for granted, we propose to consider how – through what manner of processes, actors and connections – the musical genres addressed here became a tool and a vector of politics. In a time of shifting modes of expression, control and engagement, what does an in-depth study of rap music teach us about emergent mechanisms of political participation and relationships to power? What kinds of continuities do we encounter, here, with a longer history of urban musical practices in Africa? And what does careful attention paid to these developments tell us about the social and political construction of youth on the continent? Continuer la lecture de Call for papers : « Political Polyphonies of Rap »

Appel à contributions : « Polyphonies politiques du rap »

Appel-polaf1Appel à contribution pour la revue Politique africaine, numéro de mars 2016.

Dossier coordonné par Alice Aterianus-Owanga (Labex CAP, IIAC/LAHIC, Musée du Quai Branly) et Sophie Moulard (Chercheure associée au LAM)

Ce dossier de Politique Africaine réagit au développement remarquable, depuis la fin des années 1980, de multiples scènes autour du rap et de genres musicaux hybrides nés de l’adhésion au hip-hop (hiplife, bongo flava, kwaïto, etc) sur le continent africain. Il propose de s’intéresser à ces phénomènes musicaux devenu centraux, à la fois dans les paysages culturels urbains et dans les discours sur les jeunesses africaines, afin de soulever par ce biais une réflexion sur le politique contemporain en Afrique. A rebours de présupposés qui tendent à appréhender la dimension politique du rap comme allant de soi, nous souhaitons examiner comment – par quels processus, quels acteurs ou quelles connexions – cette musique est devenue un outil et/ou un vecteur du politique. Que nous apprend l’étude approfondie du rap sur les mécanismes de la participation politique et les rapports au pouvoir développés pendant cette période de changement des modes d’expression, de contrôle et de participation ? Quelles continuités entretiennent-ils avec une plus longue histoire de pratiques musicales urbaines dans les Etats africains ? Ce faisant, comment cette expression fréquemment associée à une culture « jeune » (youth culture) nous permet-elle de comprendre les modalités de construction sociale et politique de cette génération ? Continuer la lecture de Appel à contributions : « Polyphonies politiques du rap »

Appel à contribution : « La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations »

Appel-polaf1Dossier coordonné par : Christine Hardung (Kassel University, Germany) & Lotte Pelckmans (Danish Institute for International Studies, Denmark).

L’analyse de la vie politique d’un grand nombre de pays d’Afrique est incomplète si l’on ne tient pas compte des revendications autour de la question épineuse de l’esclavage et de ses héritages. Avec l’émergence récente de mouvements d’émancipation, de partis politiques et de nouvelles organisations de groupes d’origine servile, la lutte contre l’esclavage et ses conséquences connaît actuellement une politisation aiguë et virulente tant au niveau local que national ou international, accompagnée parfois d’une forte médiatisation. Au travers de discours et d’actions collectives multiformes, différents selon les contextes et les régions, les luttes de reconnaissance et de (re-)construction identitaire des groupes d’origine servile sont devenues de plus en plus incontournables.

Les mobilisations collectives actuelles coexistent aux côtés de contestations individuelles ou familiales restées plutôt invisibles sur la scène politique nationale. Simultanément, d’importants changements sont amorcés. Les mobilisations collectives ont permis une critique, voire un renversement des hiérarchies sociales permettant de rompre le silence autour de la délicate question du statut servile au sein des espaces publics locaux et (inter-)nationaux. La thèse de l’existence d’un tabou sur ce sujet, jusqu’ici lieu commun de la littérature académique, est-elle toujours pertinente au regard des développements récents empiriquement observables ? Continuer la lecture de Appel à contribution : « La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations »