Appel à contribution : Sortie de crise en Côte d’Ivoire

Sortie de crise en Côte d’Ivoire:

Défis et modalités sociopolitiques d’une réécriture de soi

 Dossier coordonné par Francis Akindès et Séverin Kouame

Le décès de Félix Houphouët-Boigny a ouvert, en Côte d’Ivoire, l’arène d’une lutte pour le pouvoir qui a duré un peu plus d’une décennie. Dans cette arène se sont constamment affrontés son seul et unique Premier Ministre (M. Alassane Ouattara), son dernier Président de l’Assemblée nationale et alors dauphin constitutionnel (M. Henri Konan Bédié), son dernier Chef d’État-major des armées (Feu le général Guéï Robert) et son opposant historique (M. Laurent Gbagbo). En plus d’introduire dans la praxis politique un usage important de la violence, ces affrontements, de par leur excessive brutalité, ont fortement écorné l’image d’un pays présenté jusqu’alors comme modèle de stabilité sociopolitique dans la sous-région. Pis, ils vont même inscrire dans la trame historique du pays ses pages les plus sombres avec son lot de phénomènes politiques traumatisants comme la production de charniers, les coups d’état à répétition et une rébellion armée. Ces modalités « nouvelles » de structuration de la compétition politique en Côte d’Ivoire n’ont certainement pas inauguré la mobilisation de la violence dans le champ politique local. Mais elles signent une escalade dans la « brutalisation » de ce champ. Restant dans la continuité de cette violence politique, la crise postélectorale de 2010 et ses 3 000 morts ont légué un trauma collectif et un héritage lourd de défis conjoncturels pour l’État.

Ces défis portent, entre autres, sur la relance de l’appareil économique fortement affecté par la crise sociopolitique, sur fond d’une administration publique déstructurée et pillée ; la légitimité du nouveau Président de la République dans une société politiquement polarisée (48 % de l’électorat était pro-Gbagbo, selon les chiffres de la commission électorale indépendante) et traversée par des fractures sociales de tous ordres ; l’insécurité liée à la présence menaçante des milices, des Dozos notamment, mais aussi aux incertitudes autour du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion des ex-combattants ; la réconciliation nationale dans une société ivoirienne traversée par des haines de nature diverse; les défaillances graves de l’appareil judiciaire et les difficultés à mettre en route une justice transitionnelle alors que des auteurs d’exactions se retrouvaient aussi dans les rangs du nouveau pouvoir et même de l’équipe dirigeante. Ces contraintes conjoncturelles se rajoutent à des défis plus structurels que sont : les conflits fonciers dans le sud-ouest, exacerbés pour certains par le renversement des rapports de force entre propriétaires terriens et usufruitiers et les accaparements de terres appartenant aux populations déplacées ; l’épineuse question du manque d’emploi pour les jeunes, certains d’entre eux ayant trouvé dans la violence politique une fenêtre d’opportunité et des rentes de situations.

Pour une analyse en profondeur des transformations sociétales depuis le début de l’ère Ouattara, quelques clés de lecture non exclusives sont proposées. L’objectif est ici de comprendre à travers ces thématiques les grammaires sociales et politiques permettant de rendre intelligible la Côte d’Ivoire de l’après-Gbagbo ainsi que l’économie politique et morale de la gouvernance de Ouattara, en portant une attention particulière aux ruptures et aux continuités. Étant entendu que les dynamiques à l’œuvre depuis 2011 ne sauraient être comprises sans référence à celles plus anciennes dans lesquelles elles s’inscrivent ou qu’elles tentent de renouveler. Dans le cadre de ce numéro spécial sur la Côte d’Ivoire, les modalités d’écriture politique de soi peuvent être analysées en s’inscrivant dans un des axes suivants :

  1. La rhétorique de l’Émergence et de l’Ivoirien nouveau

Au cours de la campagne présidentielle, en octobre 2015, Alassane Ouattara a lancé le concept d’«Ivoirien Nouveau ». Et après sa réélection à la tête de l’État, ce concept s’est voulu un leitmotiv de la société ivoirienne désormais engagée politiquement sur le chantier de l’« Emergence à l’horizon 2020 ». Mais que signifie l’engagement pour l’Emergence en 2020 pour un État qui a besoin à la fois de stabiliser ses bases et de soigner ses fragilités après plus d’une décennie de crise sociopolitique ? Par quelle politique économique spécifique se traduit-t-elle ? Et quelle en est l’économie politique ? En quoi se démarque-t-elle du concept de « Refondation » (Laurent Gbagbo) ou des « Chantiers de l’éléphant d’Afrique » d’Henri Konan Bédié ? En quoi les deux concepts mis depuis peu sur le marché politique (« l’Emergence » et/ou « l’Ivoirien nouveau ») réussissent-ils ou non à fédérer les énergies sociales par rapport à l’objectif politique de la création d’une « Côte d’Ivoire prospère » et « plus équitable dans la redistribution de ses richesses » ? Comment la mobilisation de ces concepts participe-t-elle à la structuration de l’économie politique du nouveau pouvoir, en lien avec ses bases sociales et politiques, tant à l’échelle nationale qu’internationale ?

  1. La place des jeunes dans la société ivoirienne

Entre 2000 et 2011, pour avoir été des acteurs en première ligne de la violence, de nombreux jeunes ont pris une part active à la crise sociopolitique. Pour réduire leur capacité de nuisance, en quoi et comment leurs attentes (tout comme celles de tous ces cadets sociaux ou autres qui entrevoyaient dans la chute du régime Gbagbo ou dans l’amorce de la période de conflit la possibilité d’accéder à des ressources dont ils étaient dépourvus auparavant) ont-t-elles été prises en compte dans les politiques publiques depuis 2011 ? Existe-t-il en direction des jeunes en particulier des réponses politiques en termes de politique d’emplois-jeunes qui réduisent ou soient pour eux une alternative au recours presque systématique à la violence comme modalité d’expression de leur désarroi ? Le traitement réservé aux jeunes au sein des partis politiques aurait-t-il connu une évolution depuis la fin du parti unique et particulièrement depuis l’ère Ouattara ? Comment décrypter la vague de migration de jeunes qui s’intensifie au départ de la Côte d’Ivoire pour échouer à Lampedusa ? Et comment doit-on comprendre l’activisme politique des jeunes dans la percée des candidats « Indépendants » aux élections législatives de 2011 et de 2016, notamment par la mobilisation des réseaux sociaux ?

  1. La problématique du foncier rural

Les conflits fonciers, surtout dans le sud-ouest ivoirien, furent l’une des causes majeures du conflit militaro-politique. Alors que la loi de 1998 avait vocation à lever toute équivoque sur les modalités d’usage et de propriété foncière, la problématique est restée pendante, les tensions étant toujours vives sur la question. D’ailleurs, profitant du vide de gouvernance induit dans certaines parties du pays durant les années de crise, un colonat agricole massif s’est mis en place, investissant même de façon méthodique certaines aires protégées. Quelle est la situation actuelle du foncier rural et quelles sont les réponses politiques qui y sont apportées ? A quelles lectures politiques se prêtent les politiques de déguerpissement/évacuation des aires protégées menées entre 2013 et 2016 : Parc national du Mont Péko, forêt classée de la Niégré, forêt classée du Téné, etc. ?

  1. Travail mémoriel et investissement dans la justice transitionnelle

En arrivant au pouvoir, et face à la charge de violence que la société ivoirienne a connue durant deux décennies, Alassane Ouattara n’a pas fait mystère de sa volonté de mettre fin à l’impunité. Mais en même temps, il est accusé d’entretenir une « justice des vainqueurs ». Quel bilan critique peut-on dresser du processus de justice transitionnelle engagé depuis les transfèrements de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, leader du mouvement des Jeunes Patriotes, à la Cour pénale internationale (CPI), de la mise en place de la Commission nationale d’enquête et de la CDVR ? Quels sont les enjeux de la mémoire politique en Côte d’Ivoire, les usages et traitements politiques qui en sont faits ?

  1. Défis sécuritaires, violences post-conflits et leçon du processus de DDR

Pour un coût total de l’ordre de 210 millions de dollars, le processus de DDR a pu permettre le désarmement, la démobilisation et la réinsertion socioéconomique de quelques 60 000 ex-combattants. Vers la fin de l’opération, une activité complémentaire de resocialisation a même été mise en place pour préparer le retour à la vie civile de certains de ces ex-combattants. Cette activité, à la suite de la suppression de l’ADDR (Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion des ex-combattants), a été transférée à la CCSR (Cellule de Coordination, de Suivi et de Réinsertion) qui s’est vu confier les « enfants dits en conflit avec la loi » communément appelés « Microbes » dont certains ont été suspectés d’avoir été des supplétifs d’au moins l’une des factions combattantes pendante la crise. Cependant, si le processus DDR ivoirien est cité en exemple, la quantité d’armes encore en circulation dans le pays, les complaintes récurrentes au sein des populations et les mouvements contestataires de certains ex-combattants s’estimant mal pris en compte questionnent la durabilité de la réponse apportée. Quels sont les facteurs de risques qui subsistent au processus ? Comment gère-t-on la question des Dozos et les répercussions négatives que leur présence peut avoir sur la cohabitation communautaire, notamment dans l’ouest du pays ? Quelle est, d’une façon plus générale, la situation sécuritaire du pays, sept ans après les violences post-électorales ?

Les propositions d’article (1 page maximum) sont à envoyer à Francis Akindès (francis.akindes@gmail.com) pour le 20 février 2017 au plus tard.

CALENDRIER

5 mars 2017 : notification aux auteurs des propositions retenues

31 mai 2017 : envoi des articles retenus par le comité de rédaction de la revue (50 000 signes, espaces et notes de bas de page compris)

Le dossier sera publié dans le numéro de Décembre 2017. Les contributions et résumés peuvent être soumis en français ou en anglais. La publication finale sera en français.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

F. Akindès, Les racines de la crise militaro-politique en Côte d’Ivoire, Dakar, CODESRIA, 2004.

F. Akindès (dir.), Côte d’Ivoire : la réinvention de soi dans la violence, Dakar, CODESRIA, 2011.

R. Banégas, « Côte d’Ivoire: les jeunes « se lèvent en hommes ». Anticolonialisme et ultranationalisme chez les Jeunes patriotes d’Abidjan », Etudes du CERI, no 137, 2007.

R. Banégas, et B. Losch, « La Côte d’Ivoire au bord de l’implosion», Politique africaine, n° 87, 2002, p. 139-161.

T. Basset, « Containing the Donzow : the politics of scale in Côte d’Ivoire », Africa Today, n°4, 2004, p. 31-49

J.-P. Chauveau, « Question foncière et construction nationale en Côte d’Ivoire. Les enjeux silencieux d’un coup d’État », Politique africaine, n° 78, 2000, p. 94-125.

C. Vidal, Sociologie des passions: Rwanda, Côte dIvoire, Paris, Karthala, 1991.

O. Dembele, « Côte d’Ivoire : la fracture communautaire », Politique africaine, n° 89), 2003, p. 34-48.

P. Hugon. « La Côte d’Ivoire : plusieurs lectures pour une crise annoncée », Afrique contemporaine, n°206, 2003, p. 105-127.

A. Langer, « Horizontal inequalities and violent group mobilization in Côte d’Ivoire», Oxford Development Studies, vol. 33, n° 1, 2005, p. 25-45.

M. Le Pape, « Les politiques d’affrontement en Côte d’Ivoire 1999-2003», Afrique contemporaine, 2003, n° 206, 2003, p. 29-39.

M. Le Pape, et C. Vidal (dir.), Côte dIvoire: lannée terrible, 1999-2000, Paris, Karthala, 2002.

M. McGovern, Making war in Côte d’Ivoire, Londres, C. Hurst, 2011.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *