Elisabeth King, 2014, From Classrooms to Conflict in Rwanda , lu par Anne Cornet

url6Le dernier opus d’Elisabeth King, politologue et spécialiste des articulations entre prévention des conflits, construction de la paix et développement, est à la fois original et passionnant. Il se situe à la croisée des études internationales, des sciences de l’éducation, de l’histoire et de la résolution de conflits. Questionnant le postulat communément admis selon lequel l’éducation (et plus spécifiquement l’éducation scolaire) est un outil de construction de la paix, King scrute de manière approfondie, et dans une double perspective comparative (à la fois dans le temps et dans l’espace), le rôle de l’enseignement dans le Rwanda d’après 1994.

Très bien écrit, clair et structuré, l’ouvrage se penche sur le rôle de l’enseignement dans la naissance de conflits comme dans la construction de la paix à partir de trois marqueurs : inégalités, identités exclusives ou inclusives, stigmatisation des groupes. Ces trois éléments sont questionnés à travers l’histoire de l’enseignement au Rwanda depuis la colonisation jusqu’à aujourd’hui, et l’examen systématique à la fois du contexte politique, de la structure de l’enseignement (qui a accès à l’école, comment les écoles sont-elles organisées), du contenu de l’éducation scolaire (qu’enseigne-t-on et comment : choix pédagogiques, pratiques en classe, langue d’enseignement), ainsi que du cas spécifique des cours d’histoire.

Au final, King affirme que l’enseignement, à chaque époque étudiée, a contribué à promouvoir l’inégalité entre Hutu et Tutsi, à stigmatiser les groupes et à forger des identités exclusives, notamment par une promotion de la conformité, et une non-éducation à l’esprit critique. L’auteure attire également l’attention sur le risque de nouvelles cristallisations ethniques, en raison des choix éducatifs du gouvernement rwandais actuel. Elle épingle, entre autres, le choix du silence sur l’histoire nationale dans les programmes scolaires jusqu’en 2011, source de constructions de mythes ou de déni, puis sa réintroduction dans les programmes scolaires, mais dans un récit narratif qui suscite un sentiment d’exclusion chez de nombreux Hutu, par sa non-prise en compte de la complexité de l’histoire rwandaise. L’auteure observe également les nouvelles fractures, entre anglophones et francophones, qu’engendre l’imposition de l’anglais comme langue d’enseignement, les inégalités d’accès à la mobilité sociale et le sentiment d’injustice provoqué par la politique d’affectation des bourses scolaires aux rescapés du génocide, qui exclut de très nombreux enfants orphelins et contribue à scinder la société rwandaise entre rescapés et génocidaires.

Pour réaliser son analyse, l’auteure a mené un important travail de terrain auprès d’une centaine de témoins en 2006 et 2009, au Rwanda et en Europe. Elle a collecté de très nombreuses informations, tant d’ordre factuel qu’émotionnel, sur l’enseignement pendant la période coloniale, les deux premières Républiques, et la période post-génocide. Ses témoins, auxquels l’auteur a garanti l’anonymat, étaient aussi bien des Rwandais concernés au premier chef par le génocide (rescapés, génocidaires, première diaspora liée aux massacres depuis 1959, seconde diaspora liée à l’exil d’après avril 1994) que d’anciens missionnaires et fonctionnaires coloniaux.

Elisabeth King utilise ces témoignages dans un traitement tout en nuances, qui souligne l’importance du ressenti et de la mémoire dans les situations de conflits. En outre, ces témoignages sont mis en perspective par une comparaison avec d’autres situations en Afrique ou en Asie, au Proche-Orient, en Irlande du Nord ou au Canada. De ce fait, son analyse déborde largement le cadre du cas rwandais, même si, sans nul doute, il intéressera tout particulièrement les spécialistes de la région des Grands Lacs. L’auteur propose en effet une réflexion théorique plus globale et des pistes d’action pour la construction de la paix dont de nombreux pays pourraient s’inspirer (y compris les sociétés occidentales postcoloniales qui font face à la mixité de leurs publics scolaires) pour prévenir ou dénouer les conflits et concurrences de mémoire et d’histoire.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2015/1 (N° 137)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.