Disparition d’Alain Ricard

L’ACPA a la grande tristesse de vous faire part du décès d’Alain Ricard survenu le samedi 27 aout à Bordeaux.  Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste mondial de langues et littératures africaines, Alain fut co-fondateur de la revue Politique africaine et de l’ACPA avec Jean-Francois Bayart, Christian Coulon, Comi Toulabor et bien d’autres. Il a publié abondamment dans les colonnes de la revue mais il a également activement œuvré au sein de l’ACPA et tout au long de sa carrière au décloisonnement disciplinaire entre sciences humaines et sciences sociales notamment lorsqu’il fut co-rédacteur en chef de la revue et directeur de publication de 1993 à 1996. Les parties « magazine » et « informations scientifiques » qui donnaient place à des billets courts, la partie « débat » inaugurée en mars 1996, ouvrant la colonne aux controverses académiques se sont significativement développées sous son mandat. Lecteur insatiable et d’une grande curiosité, ouvert aux objets de recherche les plus divers, contributeur régulier de la revue et membre actif de l’ACPA en dépit de ses multiples engagements dans d’autres associations, il n’a cessé de batailler au sein de l’association contre les dérives bureaucratiques et pour la promotion de la spontanéité et de la liberté académiques. L’ACPA, la revue et le monde de la recherche perdent un de ses membres éminents et un humaniste généreux qui avait toujours table ouverte chez lui à Bordeaux.

Un portait de son histoire et de ses multiples engagements vient d’être publié sur le site de LAM http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/evenement/disparition-dalain-ricard

Alain Ricard, africaniste indiscipliné

Ce texte est la version in extenso de l’hommage publié dans le numéro 143 de Politique africaine, p. 3-4

mini-php

 

 

 

 

 

 

© Thomas Dorn

Continuer la lecture de Disparition d’Alain Ricard

Un sourire, un artiste

Alain Ricard a été notre professeur de littérature africaine au DEA « Etudes africaines » du CEAN. C’est à ce titre que ma promotion 1993-1994 a vécu avec sourire, sa diction, son humour et surtout son immense culture livresque, artistique, philosophique et politique. Il nous faisait découvrir dans leur contexte familial, historique, social et politique des auteurs que nous pensions connaître, il nous ouvrait des champs inexplorés. Chaque texte était un voyage. Chaque auteur était un poème. Je l’entends encore prononcer les noms des écrivains et des philosophes qui devenaient de fait des personnages de romans et de contes. Il était lui-même un personnage de roman et transformait le cours en voyage au pays des batailles, de mille feux de brousse et de bois. Son regard s’illuminait de ses passions de théâtre et de littérature à chaque nom qu’il prononçait. Et toujours avec ce sourire qui accompagnait ses mots, cette exceptionnelle diction d’acteur de théâtre.

Nous regardions parfois la porte en suivant son regard. Pendant un instant suspendu entre son sourire et son regard, nous étions persuadés que Wole Soyinka ou Valentin-Yves Mudimbe allaient pénétrer dans la salle de cours. Sa passion était un appel à la lecture et ses contes de fées donnaient envie de lire et de relire, d’écouter, de l’écouter encore et encore.
Comme tous les magiciens et les artistes il pouvait donner l’impression que les histoires qu’il décortiquait pour nous auraient pu jaillir de nous-mêmes. Les artistes sont des prestidigitateurs dont il faut se méfier des pouvoirs. Je m’étais donc risqué à pondre un poème que je lui ai soumis à la fin d’un cours. Il l’avait lu, sa réponse avait été un sourire qui en disait long sur sa bienveillance et sur la platitude de ma prose. Il riait souvent avec nous, il riait souvent de nous parce que, nous aussi étions pour lui des personnages de roman. Nous étions assignés à travailler en binôme sur des ouvrages que nous choisissions dans une longue bibliographie. Avec un camarade venu de Mauritanie nous avions entrepris de rendre compte de la longue épopée de Chaka par Thomas Mofolo (1876-1948). La recherche effectuée pour cet exposé nous avait révélé l’étendue de notre ignorance en même temps que cette volonté de nous laisser désaltérer par les œuvres soumises à notre curiosité. Au bout de notre exposé qu’avait suivi le sourire d’Alain Ricard, il avait ri en soulignant nos efforts conjugués. La classe, un peu ébahie, ne comprenait pas bien l’éclat de rire d’Alain Ricard. Il nous a regardés mon camarade et moi et il a dit ce qui l’avait fasciné pendant notre exposé. « Vous avez les mêmes oreilles ! ». Le fou rire collectif qui a suivi s’est décuplé lorsque mon camarade et moi, comme par enchantement, nous nous sommes regardés pour sonder cette curieuse ressemblance qui avait fait de nous, le temps d’un exposé, des personnages dépeints par un artiste. Le sourire d’Alain Ricard est vivant. Il accompagnera encore très longtemps le souvenir éternel de cet artiste érudit à qui nous devons les plus belles histoires de notre voyage d’Etudes africaines.

Fred Eboko

Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational, par Gabrielle Angey-Sentuc

9782811115340Article paru dans la revue Politique Africaine, n° 139

Lien vers l’article sur Cairn

Résumé en français

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

(English)

The Turkish Muslim Movement Fethullah Gülen in Subsaharan Africa: Education, Schooling and Schools at Transnational LevelThis article focuses on the role of the Fethullah Gülen movement in the education sector in Sub-Saharan Africa. Fethullah Güllen is a transnational Muslim organisation, originating in Turkey, which focuses on the creation of schools worldwide. The insertion of these schools in Africa dates back to the second half of the 1990s, in the context of the liberalization of education. We examine how the transnational dimension of this movement impacts on the way it manufactures education, schooling and schools in Sub-Saharan Africa, through international alignment, (human and financial) resource flows and adaptation to the education market of specific African countries.

Disillusioned tomorrows ? « Authoritarian restorations »

Call for papers for the academic journal Politique africaine

Disillusioned tomorrows ?

« Authoritarian restorations »

Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Call-for-proposals

« Authoritarian restoration ». The term is commonly invoked, yet rarely defined. Is this a sign that it is merely an expression, not claiming to any use but a loose use? The scenario of « authoritarian restoration » has long mainly referred to the so-called « suspended transitions » or « illusive democratizations » that many sub-Saharan countries experienced in the 1990s. It has been brought up to date on the occasion of the « Arab Spring ». How do we account for these « moments » in which authoritarian reconfigurations of power follow democratization processes? What can we do with these tomorrows disillusioned?

Continuer la lecture de Disillusioned tomorrows ? « Authoritarian restorations »

Des lendemains qui déchantent ? Les « restaurations autoritaires »

Appel à contribution pour la revue Politique africaine

Des lendemains qui déchantent ?

Les « restaurations autoritaires »

Coordonné par Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Appel-polaf1

« Restauration autoritaire ». L’expression est couramment invoquée, et pourtant, rarement définie. Est-ce le signe qu’elle ne serait que cela, une expression, ne prétendant à rien d’autre qu’à un emploi relâché ? Le scénario de la « restauration autoritaire » renvoyait surtout aux « transitions suspendues » ou aux « démocratisations en trompe-l’œil » que de nombreux pays d’Afrique subsaharienne avaient connues dans les années 1990. Il a été remis au goût du jour à l’occasion des « Printemps arabes ». Comment rendre compte de ces « moments » dans lesquels des reconfigurations plus ou moins autoritaires du pouvoir succèdent à des processus de démocratisation ? Que faire de ces lendemains qui déchantent ?

Continuer la lecture de Des lendemains qui déchantent ? Les « restaurations autoritaires »

LE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, lu par

9782753542709-frLE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Arts contemporains », 2015, 242 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif, mariant la littérature, l’histoire de l’art, la science politique, la muséologie et les études visuelles, est une contribution de poids à un champ de réflexions sur les liens entre artistes et archives qui, jusqu’alors, s’est principalement développé dans le monde anglo-saxon. Dans un article de 2004 paru dans la revue Octobre, Hal Foster parlait d’« impulsion archivistique » pour rendre compte des pratiques artistiques contemporaines consistant à archiver des documents variés, qu’il s’agisse d’écrits, de photographies, d’images, de sons ou de musiques, voire d’objets, mais surtout à faire usage de corpus existants pour produire des œuvres d’art. Cette production artistique puisant dans les fonds des archives nationales, des bibliothèques ou des musées s’éloigne de la pratique historienne, où les sources sont de stricts supports informatifs, malgré l’attachement sentimental qu’ils peuvent susciter. Chez les artistes, non seulement la valeur esthétique, émotionnelle ou mémorielle des documents prime, mais ces derniers deviennent la matière même de leur art, ils peuvent être recyclés, découpés ou fusionnés et toujours recombinés différemment. Ce n’est donc pas l’intégrité du document qui importe dans l’art archivistique, mais, au contraire, le travail que l’artiste opère sur lui et la création qui en résulte. Comprendre comment et pourquoi, dans l’art, les archives sont mixées et « (re) mixées » est au cœur des treize contributions de ce livre original, portant uniquement sur des cas de pratiques artistiques en Afrique ou sur l’Afrique.

Continuer la lecture de LE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, lu par

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

SpronkAmbiguous

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, New York/Oxford, Berghahn Books, 2012, 310 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le premier ouvrage de Rachel Spronk, qui traite de la sexualité des classes moyennes à Nairobi, est novateur à plusieurs égards. D’emblée, il propose de dépasser un traitement des sexualités africaines que l’épidémie de VIH a trop longtemps circonscrit aux seuls registres médical et pathologique. Dans le sillage d’un « emotional turn » qui depuis une dizaine d’années anime les sciences sociales américaines, Rachel Spronk s’intéresse en effet à la manière dont le sentiment amoureux et les pulsions érotiques sont à la fois déterminés et constitutives de changements sociaux et culturels qui affectent plus largement la société kenyane. Elle s’attache ainsi à montrer qu’à Nairobi, la sexualité est l’un des registres par lesquels s’énonce une appartenance sociale déterminée par la classe, l’éducation et la génération : à travers leurs pratiques sexuelles, les jeunes cadres du secteur privé − les « professionals » − expriment une « identité moderne » (p. 81 et suivantes) et se constituent comme une « avant-garde culturelle » (p. 281) de la société.

Continuer la lecture de SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, lu par Nicole Stremlau

612T8dHVIhL._SY344_BO1,204,203,200_LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, Londres, Zed Books, coll. « Africa Now », 2014, 248 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif offre une plongée unique dans l’un des aspects les plus notables, et pourtant les plus négligés, des conflits contemporains : le rôle des diasporas. Il faut souligner que les études le composant ont été soigneusement rassemblées, dégageant une grande cohérence d’ensemble. Les auteurs, dirigés par deux chercheurs de l’Université d’Helsinki, ont eu la chance de participer à ce qui paraît avoir été un consortium européen très productif, ce qui a, semble-t-il, permis de s’assurer que les contributions dialoguent. Sur la base d’analyses de fond d’universitaires de renom de la région comme Bahru Zewde et Dereje Feyissa, et d’autres ayant un engagement de long terme sur les questions locales, les chapitres sont solides et fournissent des données empiriques nouvelles.

Ce livre encourage à repenser la nature même de ce qui constitue une « diaspora » ou des « communautés réfugiées », des « populations exilées » et des « migrants forcés » : un regard critique sur le vocabulaire des populations violemment déplacées est d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel des débats, en Europe, sur l’afflux des « réfugiés ». Comme le démontre cet ouvrage, les populations concernées sont extraordinairement diverses, leurs interactions avec les sociétés d’accueil et leurs régions d’origine sont complexes et se déclinent selon de multiples facettes.

Bien que les auteurs utilisent des exemples issus de toute la Corne de l’Afrique, l’ouvrage reste fondamentalement une étude comparée de l’Éthiopie et de la Somalie. Une telle comparaison est fructueuse du fait des différences substantielles entre les deux pays : l’Éthiopie et son gouvernement très centralisé, les efforts intenses de ce dernier pour mobiliser et surveiller de manière resserrée sa population diasporique, y compris via l’usage de logiciels espions ; et la Somalie avec son gouvernement en patchwork mais sa diaspora très impliquée en termes de contributions financières, mais aussi en termes de mobilisation politique.

L’ouvrage propose notamment des études de cas sur des initiatives particulières de la diaspora ayant eu une influence sur la politique ou les dynamiques de conflit dans la région. D’autres examinent la manière dont la diaspora s’engage dans les sociétés européennes, et particulièrement comment les acteurs du développement, soutenus par des bailleurs de fonds et des gouvernements européens, créent des liens avec ces populations.

Ces études de cas sont essentielles car la recherche sur les manières dont les mobilisations de la diaspora affectent concrètement les dynamiques locales sont peu nombreuses. À souligner, un chapitre consacré à la Tigray Development Association (TDA), une organisation lancée à Washington mais qui, depuis, est devenue un acteur de développement central dans la partie Nord de l’Éthiopie après la prise de pouvoir du régime actuel. La TDA présente des similarités et fait écho à la Relief Society of Tigray (Rest), qui était fortement articulée au mouvement de guérilla éthiopien ayant mené l’insurrection des années 1980 au début des années 1990. Rest fut établie pour fournir des services, y compris des écoles et des hôpitaux, dans les régions contrôlées par le Front de libération du peuple du Tigray (Tigrayan People Liberation Front, TPLF), afin de s’assurer le soutien des populations. Cette histoire du TDA et de Rest, organisations qui continuent à être actives aujourd’hui, reflète l’histoire de ce qu’on pourrait appeler le gouvernement de la diaspora, l’implication de ces communautés transnationales en politique ainsi que l’approche adoptée par le parti au pouvoir en Éthiopie en termes de mobilisation politique et de participation citoyenne.

Si l’étude de cas éthiopienne est concentrée sur l’établissement d’une organisation de développement formelle, celle sur le Somaliland est dédiée à l’entreprenariat et à l’investissement privé de la diaspora. En examinant l’industrie hôtelière émergente et la prolifération des universités privées à travers le Somaliland, Markus Virgil Hoehne et Mohamed Hassan Ibrahim proposent une interprétation plus générale sur l’activité économique des acteurs de la diaspora. L’histoire complexe du Maansoor Hotel, par exemple, offre une mise en récit sous forme de métaphore sur l’impact plus large de ce type d’investissements sur les relations sociales locales, sur le réseautage international et la coopération, via la mise à disposition de lieux privilégiés pour les réunions politiques et gouvernementales, qui font souvent défaut dans des espaces en conflit ou post-conflit.

Un chapitre comparatif traitant des communautés somalies en Italie et en Finlande permet de comprendre les manières distinctes selon lesquelles les diasporas ont évolué et se mobilisent en fonction de leur implantation géographique. Il y a des différences contextuelles substantielles entre les deux pays (héritage historique et notamment passé colonial, générations de migrants, politiques d’intégration, financement et structures de financement disponibles pour les groupes diasporiques et approche en termes de coopération et d’aide au développement), mais les diasporas y ont joué un rôle stratégique similaire dans le développement d’organisations légitimes qui opèrent à la fois en Europe et en Somalie. Un aspect que j’aurais aimé voir davantage développé est le rôle des nouvelles technologies, notamment les smartphones et les réseaux sociaux, pour bâtir et altérer les relations sociales transnationales décrites dans l’ouvrage. Les auteurs notent avec justesse que l’investissement de longue distance dans les conflits est loin d’être un phénomène nouveau. Cependant, les diasporas sont aujourd’hui en mesure de transcender les institutions formelles et les organisations, de travailler avec leur pays d’origine de manière autonome, ce qui ouvre, on l’admettra, un important chantier de futures recherches.

Nicole Stremlau

Université d’Oxford

Faculté des lettres, Université de Johannesburg

LORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, lu par Lucille Gallardo

9780253015204_medLORWAY (Robert), Namibia’s Rainbow Project. Gay Rights in an African Nation, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press, 2015, 155 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Quelles sont les conséquences de l’implantation d’une ONG d’émancipation et de reconnaissance des droits des gays et lesbiennes sur les subjectivités de « jeunes Rainbow » namibiens et namibiennes pauvres ? Telle est la question à laquelle Robert Lorway s’attache à répondre dans ce premier livre issu de ses recherches de doctorat d’anthropologie réalisé à l’Université de Toronto, complété par des travaux ultérieurs.

Alors que la question homosexuelle est l’objet de polémiques publiques importantes depuis le milieu des années 1990 en Namibie, notamment initiées par le principal parti politique du pays, l’Organisation du peuple du Sud-Ouest africain, (South West Africa People’s Organization, Swapo) l’auteur propose une analyse d’une grande richesse empirique et analytique. Il dépasse les approches fonctionnalistes qui décrivent le traitement de la question (homo)sexuelle dans l’espace public seulement comme un outil politique permettant de détourner l’attention de problèmes sociaux et économiques majeurs. L’auteur décrit plutôt la place essentielle qu’occupe la sexualité dans « la gouvernance politique contemporaine », et plus particulièrement dans « la fabrication de l’autorité traditionnelle, du post-colonialisme et de la démocratie libérale » (p. 13).

La Swapo et les organisations dites « LGBT » sont présentés comme les acteurs-clés de cette fabrication. Si la première défend l’idée d’une culture africaine et namibienne traditionnellement hétérosexuelle, les secondes argumentent au contraire sur l’existence d’une homosexualité africaine traditionnelle et précoloniale : ces deux catégories d’acteurs se rejoignent par leur rhétorique anhistorique de l’authenticité. Ainsi, malgré des objectifs opposés, les deux discours participent à essentialiser et nationaliser la sexualité.

D’emblée, l’auteur porte un regard critique sur les actions de l’ONG The Rainbow Project (TRP) et son approche, qu’il qualifie de néolibérale. En effet, en traitant la sexualité des personnes de manière isolée, c’est-à-dire sans prendre en compte les conditions sociales, historiques et économiques dans lesquelles les jeunes bénéficiaires vivent au quotidien, cette ONG contribue, selon lui, à renforcer leur précarité « en ayant recours aux rationalités néolibérales de l’autonomie individuelle et de la responsabilité personnelle » qui « remettent en cause les chances de mobilisation politique », ce qui a des implications « bien au-delà des Namibiens ayant des relations avec des personnes du même sexe ». Il ajoute que ces programmes pourraient en réalité renforcer les inégalités sociales (p. 3-4). L’auteur s’inspire de travaux qui revisitent les théories de Michel Foucault sur la « gouvernementalité » en contexte postcolonial africain, et de ceux qui s’intéressent à la construction sociale et langagière du désir, pour montrer comment ce projet, dont l’intention est de libérer les sexualités des jeunes, agit, en défi plutôt comme une « violence post-structurelle » impactant leurs désirs et subjectivités.

Cette violence prend la forme de conflits internes entre leurs volontés de libération personnelle et leur appartenance nationale, sociale et culturelle. L’apparition de ces questionnements n’est pas immédiate et c’est la prise en compte diachronique des trajectoires individuelles des enquêtés de 2001 à 2008 qui permet à Robert Lorway d’en déceler les premiers signes.

L’anthropologue s’intéresse d’abord aux conflits intérieurs rencontrés par les jeunes lesbiennes d’un quartier pauvre de la capitale. Celles-ci sont prises entre des désirs globaux de reconnaissance, qu’elles matérialisent à travers une « esthétique de la résistance », et leur condition de femmes évoluant dans un État patriarcal postcolonial familialiste, associant la condition des femmes à la maternité. Il montre également que les plus pauvres d’entre elles sont souvent amenées à se prostituer, augmentant leurs risques de contracter le VIH, sans que ces questions ne soient jamais abordées par l’ONG TRP (chapitre 3). Concernant les jeunes hommes « efféminés », l’auteur décrit comment l’action de l’ONG participe à naturaliser la violence sexuelle qu’ils subissent de la part des « vrais hommes », qui, dans un contexte de construction sociale genrée des relations sexuelles entre hommes, sont leurs partenaires sexuels privilégiés. La domination masculine présente dans la société namibienne et les discours nationalistes anti-homosexuels de la Swapo sont à l’origine de cette violence qui, pour autant, n’est pas abordée par l’ONG (chapitre 4). Le dernier chapitre replace les trajectoires de ces jeunes dans « l’économie transnationale des désirs » et le contexte de l’industrie capitaliste du tourisme en Namibie. L’organisation TRP et ses partenaires internationaux participent alors à produire un « fétichisme de l’étranger » chez les « jeunes Rainbow » pour qui les relations avec des étrangers, bien souvent des blancs, représentent un des accès privilégiés à leurs désirs de libération personnelle. Finalement, l’auteur montre combien cette fascination ne fait que renforcer les inégalités socio-économiques et la précarité de ces jeunes et, en cela, augmente également leurs risques face aux VIH/sida.

En conclusion, cet ouvrage contribue à analyser les effets de la globalisation de la reconnaissance des droits des minorités sexuelles depuis le début des années 2000. Ce travail contribue à dépasser les analyses qui décrivent le continent africain comme intrinsèquement homophobe en montrant comment se construisent et s’alimentent les discours d’acteurs a priori opposés. Il complète les travaux d’Ashley Currier à propos des stratégies de visibilisation et d’invisibilisation des mobilisations collectives LGBT en Namibie. Robert Lorway livre une analyse précieuse des rouages et conséquences de l’implantation de politiques démocratiques néolibérales qui, en voulant politiser l’intime, ici la sexualité, participent à démobiliser et dépolitiser les jeunes citoyens des enjeux économiques et sociaux majeurs de leur pays.

Lucille Gallard

Sophiapol, Université Paris Ouest

Nanterre La Défense

BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? lu par Yves Gounin

14110292692_Afrique-258BRUNEL (Sylvie), L’Afrique est-elle si bien partie ? Paris, Éditions Sciences Humaines, septembre 2014, 192 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le stimulant ouvrage de Sylvie Brunel renvoie dos à dos les présentations afropessimistes et afro-optimistes qui caricaturent l’Afrique. La première remonte au brûlot prophétique de René Dumont (L’Afrique noire est mal partie, Seuil, [1962] 2012). C’est celle d’un continent misérable, lesté par les héritages de l’esclavage et de la colonisation, dévasté par les guerres civiles, les famines et les pandémies. À cette vision pessimiste s’est surimposée, sans totalement l’effacer, une vision plus optimiste : celle d’une Afrique émergente, qui connaît des taux de croissance insolents, où s’enracine une classe moyenne, où s’ancre la démocratie tandis que recule le spectre de la guerre… Cette vision a notamment été portée en France par Jean-Michel Sévérino (Le Temps de l’Afrique, Odile Jacob, 2010). Elle inspire désormais nos politiques publiques si l’on en croit les propositions du rapport Védrine-Zinsou (Un partenariat pour l’avenir : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France, Fayard/Pluriel, 2014), ou celles des sénateurs Lorgeoux et Bockel (L’Afrique est notre avenir, Rapport d’information de la Commission des affaires étrangères, n° 104, Sénat, 29 octobre 2013).

Avec une lucidité bienvenue, Sylvie Brunel tempère les excès de cette nouvelle bien-pensance. Si les Cassandre, tenants de l’afro-pessimisme, avaient tort de peindre l’Afrique en noir, les afro-optimistes se trompent en la peignant en rose : « Encenser l’Afrique paraît […] aussi excessif que l’accablement dont elle était hier l’objet. L’engouement qu’elle suscite est tout aussi caricatural que l’était le catastrophisme à tous crins des quinze ans qui ont suivi la fin de la guerre froide […] » (p. 12).

« Parler de « l’Afrique » au singulier est aussi mensonger que réducteur : il existe bien des Afriques aux personnalités et aux trajectoires opposées » (p. 16). C’est en ayant conscience de l’immense diversité du continent africain qu’on évite, avec Sylvie Brunel, les raccourcis simplificateurs. C’est ainsi par exemple qu’on ne se laissera emporter par un taux de croissance moyen. Sans doute le PIB africain a-t-il, dans son ensemble, connu une croissance annuelle de 5 % depuis une décennie alors que les économies occidentales peinaient à se relever de la crise financière de 2008. Mais ce taux moyen cache bien des disparités. Disparités d’un pays à l’autre, l’essentiel de la croissance étant captée par quelques pays littoraux, riches en matières premières, ouverts sur les grandes aires de la mondialisation alors que les pays enclavés de l’intérieur végètent encore dans la très grande pauvreté. Sylvie Brunel se fait géopoliticienne, montrant que l’Afrique est mitée de maillons faibles : le « Djihadistan » au Sahel péniblement endigué par les opérations Serval-Barkhane, la Somalie dans la Corne de l’Afrique, les Kivus en Afrique centrale, le Zimbabwe en Afrique australe. Disparités à l’intérieur d’un même pays : nombreux sont les États africains qui enregistrent, selon l’expression de l’économiste ghanéen Georges Ayittey, une « croissance sans développement », qui bénéficie à une poignée de riches sans toucher une majorité de pauvres, voire de très pauvres. Cette croissance inégale condamne l’Afrique à rester « un continent riche peuplé de pauvres » (p. 15) : la moitié de la population y vit encore avec moins de 1,25 dollar par jour.

Un exemple illustre à l’envi les erreurs de perspectives que l’Afrique inspire : le Rwanda dont on vante volontiers la stabilité retrouvée depuis le génocide de 1994. Son PIB par habitant a certes été multiplié par trois en vingt ans. Mais avec 700 dollars, il reste parmi les plus bas au monde. Sans parler du bilan polémique du régime Kagamé dans le domaine des droits de l’homme et de l’État de droit.

Sans doute l’Afrique est-elle sortie de ce que Sylvie Brunel qualifie de « décennie du chaos » (p. 68). Pour autant, les hypothèques sont nombreuses sur la voie du développement. Le catalogue qu’elle en dresse est classique : le défi de l’urbanisation, celui de l’alimentation – que l’auteure de l’excellent Famines et politique, régulièrement réédité aux Presses de Sciences Po, connaît bien – la transition vers un mix énergétique moins gourmand en énergies non renouvelables grâce à l’exploitation des rentes bleue (l’hydroélectricité) et jaune (l’énergie solaire), la fragile émergence d’une « classe moyenne »…

Refusant de céder à la facilité des essayistes qui entendent enfermer l’Afrique dans une formule attrape-tout, rose ou noire selon les époques, Sylvie Brunel cherche au contraire à en cerner la diversité. Diversité géographique, culturelle, économique, politique qui interdit les raccourcis simplificateurs et les jugements à l’emporte-pièce. Souhaitons à son essai, d’une lecture limpide, qu’il touche un large public et qu’il ébranle les contre-vérités qui sont trop souvent diffusées.

Yves Gounin

Délégué aux relations internationales du Conseil d’État

PERROT (Sandrine), MAKARA (Sabiti), LAFARGUE (Jérôme) et FOUÉRÉ (Marie-Aude) (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls, lu par Michaela Collord

cover-1PERROT (Sandrine), MAKARA (Sabiti), LAFARGUE (Jérôme) et FOUÉRÉ (Marie-Aude) (dir.), Elections in a Hybrid Regime. Revisiting the 2011 Ugandan Polls, Kampala, Fountain Publishers, 2014, 512 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cette étude empirique, dense, des élections de 2011 en Ouganda, est une contribution importante à la littérature sur les régimes « hybrides » ou « semi-autoritaires ». Elle offre une exploration en profondeur des outils utilisés pour assurer la survie politique de l’immuable président Yoweri Museveni et du Mouvement de résistance nationale (NRM) dans une arène électorale réformée, plus compétitive. Cette contribution vient également à point nommé, fournissant une contextualisation utile pour ceux qui cherchent à comprendre ce qui s’est joué lors des dernières élections ougandaises (février 2016). En effet, un nombre important des forces et des faiblesses potentielles du régime de Museveni, identifiées dans cette étude, ont ré-émergé lors du scrutin de cette année.

Cet ouvrage collectif fournit une approche multidisciplinaire pour analyser et expliquer les résultats des élections qui ont bénéficié à Museveni et au NRM. L’importance de la victoire de 2011 en a surpris plus d’un, qui pensaient que les partis d’opposition consolideraient les gains des élections de 2006, la première à laquelle ils furent autorisés à participer après le retour du multipartisme en 2005. Un premier chapitre examine comment les résultats suivent, en réalité, les sondages pré-électoraux, qui avaient pourtant été critiqués pour leurs distorsions. Un deuxième chapitre écrit par la démographe Valérie Golaz et la géographe Claire Médard fournit une analyse plus systématique des résultats. Leur pointage des fiefs de l’opposition et du NRM à travers une comparaison des résultats aux niveaux local et national est d’un intérêt tout particulier. Leurs résultats permettent de nuancer l’impression initiale d’un monopole national du NRM. Elles montrent au contraire que la profondeur du soutien au mouvement reste relativement superficielle dans des régions stratégiques où Museveni a réussi à reprendre des voix à l’opposition.

L’hétérogénéité des résultats en fonction des régions et l’apparente superficialité du soutien au NRM dans certaines localités sont des questions sur lesquels les chapitres suivants reviennent en détail. Dans son analyse pénétrante des efforts fournis par le NRM pour regagner certaines parties de l’Est de l’Ouganda, Sandrine Perrot explique les décisions des électeurs de soutenir le parti au pouvoir comme une démarche stratégique de leur part, visant à contrecarrer leur apparente marginalisation politique plutôt que comme une expression d’une confiance profonde dans le régime. Paul Omach dresse un tableau similaire de la victoire du NRM dans le Nord de l’Ouganda, où de récentes améliorations au niveau sécuritaire ont aussi joué en faveur du parti au pouvoir.

D’autres chapitres dans l’ouvrage s’intéressent plus généralement aux mécanismes utilisés par le régime pour s’assurer un soutien continu, notamment le maintien d’une commission électorale partisane, l’intimidation des médias ou l’usage intensif de l’argent. Sur ce dernier point, Kristof Titeca détaille la manière dont le NRM manipule les mécanismes de prêt offerts par le gouvernement pour capturer des électeurs sympathisants de l’opposition au sein du secteur informel de l’économie urbaine. Son analyse fournit une réflexion brillante sur les moyens à travers lesquels un régime sortant peut exercer un contrôle politique sur un électorat par ailleurs marginalisé, et qui pourrait − apparemment −, assez naturellement, pencher du côté de l’opposition.

Cela vaudrait la peine de mentionner d’autres chapitres − notamment celui sur les intersections entre la compétition électorale et la politique interne du royaume du Buganda. Mais cela n’est pas possible, faute d’espace. Il y a cependant quelques sujets-clés sur lesquels ce livre fait l’impasse et qui représenteraient un apport conséquent à tout futur agenda de recherche sur ce terrain. Par exemple, il n’y a pas de chapitre sur les questions de mobilisation partisane dans l’Ouest de l’Ouganda, berceau d’une grande partie de l’élite du NRM et également un fief central du parti au pouvoir… qui apparaît cependant de plus en plus vulnérable aux incursions de l’opposition. Un autre sujet-clé : la politique en interne des forces de sécurité, armée et police, qui constituent toutes deux des piliers fondamentaux − bien que parfois factieux − du régime de Museveni. Au final toute étude similaire des élections de 2016 devrait fournir davantage de connaissances sur la politique interne et les efforts de mobilisation des partis politiques, qui ont sans doute dépassé les attentes (certes peu élevées) formulées à leur égard, en ce qui concerne leur capacité à consolider et à étendre leur base de soutien.

Michaela Collord

Université d’Oxford

Département de politique et de relations internationales

DE SAINT-MARTIN (Monique), SCARFO GHELLAB (Grazia) et MELLAKH (Kamal) (dir.),Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains, lu par Françoise Blum

etudier-a-lest-experiences-de-diplomes-africainsDE SAINT-MARTIN (Monique), SCARFO GHELLAB (Grazia) et MELLAKH (Kamal) (dir.), Étudier à l’Est : expériences de diplômés africains, Paris, Karthala-FMSH, coll. « Hommes et sociétés », 2015, 300 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

On connaissait déjà la belle thèse de Constantin Katsakioris, Leçons soviétiques. La formation des étudiants africains et arabes en Union Soviétique pendant la guerre froide (Paris, EHESS, 2015). On en espère d’ailleurs la publication rapide. Étudier à l’Est vient d’une certaine façon compléter cette thèse en élargissant les espaces considérés à d’autres pays d’Europe de l’Est (RDA, Roumanie, Tchécoslovaquie) et en produisant de multiples récits des expériences vécues par les étudiants africains dans le monde du « socialisme réel », mais aussi de leurs expériences de l’effondrement de l’empire soviétique et de ce qui en a découlé pour eux. L’ouvrage est issu d’un colloque tenu à Mohammedia (Maroc) en 2013 et organisé par le programme Elitaf (Élites africaines) de la Fondation Maison des sciences de l’homme, qui a su constituer un solide réseau de recherche sur ces thématiques et organiser séminaires et colloques.

Il est difficile de résumer un tel ouvrage, par ailleurs fort agréable à lire, car il se caractérise par l’extrême diversité des témoignages recueillis et des histoires de vie qui en font la matière. Cette diversité est de plusieurs ordres : d’abord celle des pays d’accueil concernés, nous l’avons dit, mais aussi la diversité des pays de départ et des régimes afférents ; ensuite, la diversité des voies d’accès au séjour en URSS. Elles peuvent être globalement de deux ordres : les bourses pouvaient être obtenues via les différents gouvernements africains (y compris des régimes qui n’avaient pas spécialement d’affinités avec le socialisme) ou via des partis ou organisations militantes amis. La générosité des pays de l’Est en matière de bourses a permis à un nombre important d’étudiants africains d’y suivre leurs cursus. Ils sont 154 en 1959-1960 mais déjà 3725 en 1970-1971 et 18 118 en 1985-1986.

Cette générosité se comprend dans le cadre de la guerre froide et en rapport au désir de faire de l’Afrique postcoloniale une zone d’influence. Mais il y a eu aussi, de la part des autorités soviétiques – sinon des populations – un véritable rêve internationaliste. Enfin, la diversité des types d’études est à relever. On peut d’ailleurs noter que dans le volume, on trouve surtout des témoignages d’étudiants ayant fait des études scientifiques, à l’exception de la contribution de Charles Bowao et Abel Kouvouama qui s’intéresse à des philosophes congolais ayant suivi leurs études en URSS. L’expérience faite à l’Est n’a pas toujours été vécue de la même manière. On en garde un souvenir enchanté ou plutôt amer, cela dépend. Il reste, du côté des bons souvenirs, la qualité des études elles-mêmes, la qualité de la vie liée à des bourses généreuses qui suscitaient parfois la jalousie des étudiants soviétiques, de même que la plus grande tolérance vis-à-vis des étudiants africains qui jouissent d’une liberté de circulation plus étendue et passent souvent leurs vacances à l’Ouest. Cela leur permet aussi de petits trafics de marchandises prisées par les Soviétiques, tels les jeans. Il y a aussi le dévouement des professeurs. Du côté des souvenirs amers, reste le racisme des populations, qui s’aggrave encore après la chute de l’Union soviétique, et ce d’autant plus que les autorités russes se montrent encore moins protectrices que ne l’avaient été les autorités soviétiques. Relevons enfin la diversité des situations au retour au pays, avec les plus ou moins grandes difficultés à trouver des postes correspondants aux formations reçues, à valoriser études et diplômes. Les études à l’Ouest restent encore, largement, la référence.

Il est à noter que, dans ce volume de témoignages, les analyses de la politisation des étudiants restent rares, à l’exception du texte de Tasé Abye sur « la trajectoire d’un guérillero éthiopien ». Et pourtant, ce sont les étudiants africains qui ont fait la première manifestation sur la place Rouge pour protester contre la mort d’un des leurs dans des circonstances jamais élucidées. Ce sont eux aussi qui, au sein d’amicales et de la Fédération des étudiants africains en Union soviétique (FASSS, selon l’acronyme soviétique), ont débattu des mérites respectifs du soviétisme et du maoïsme. Cette – partielle – absence tient sans aucun doute au hasard du recueil de témoignages. Il est vrai aussi que cela avait été largement traité par Constantin Katsakioris.

Cette étude foisonnante est d’un grand intérêt. Elle contribue à la fois à une meilleure compréhension de la guerre froide, en mettant en lumière à quel point la seule vision des seuls deux blocs est réductrice. Elle contribue aussi à esquisser le portrait de la société soviétique, puis russe vue par des personnes qui lui étaient étrangères, et donc à décentrer le regard. Elle apporte sa pierre à une histoire des élites africaines et donc, plus largement, de l’Afrique postcoloniale. Et enfin, elle accroît les connaissances sur les circulations étudiantes et, partant, sur celles des savoirs.

Françoise Blum

Centre d’histoire sociale du xxe siècle

CNRS/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Le carnet de la revue