Le Monde Afrique, entretien avec Jean-Nicolas Bach, coordinateur du dossier « L’Éthiopie après Meles Zenawi »

Éthiopie : « Privilégier la stabilité économique à l’ouverture politique a créé une situation explosive »
Un miracle économique. Un « lion africain ». Jusqu’à récemment, l’Éthiopie était citée en exemple par de nombreux économistes du continent. Avec une croissance officielle à deux chiffres sur la dernière décennie et une stabilité encensée par Barack Obama lors de son séjour africain en août 2015, le discours sur la renaissance d’un pays assimilé à la famine des années 1980 était porteur d’espoir. Mais la sécheresse et la succession de manifestations, violemment réprimées, depuis près d’un an viennent noircir le tableau. Le chercheur Jean-Nicolas Bach, spécialiste du pays et coordinateur du dossier de la revue Politique africaine consacré à « L’Éthiopie après Meles Zenawi » [l’ancien premier ministre décédé en août 2012] revient sur ce modèle éthiopien : est-il à bout de souffle ?

N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

couv142La disparition de Meles Zenawi en 2012 a ouvert une période de doutes et d’ajustements pour l’État ethnofédéral en Éthiopie. Ce dossier propose une réflexion sur les défis de « l’après-Meles » et invite à une discussion autour des héritages de celui qui était l’homme fort du régime depuis 1991.
Au-delà de la disparition du chef en tant que telle, c’est bien la dernière décennie de règne de Meles qui représente un moment historique pour l’Éthiopie contemporaine. Ce moment, marqué par l’élaboration et la mise en œuvre d’un vaste plan de transformation du pays inspiré des succès asiatiques, a placé le développementalisme au cœur de la rhétorique et de l’exercice du pouvoir d’État, tout en permettant à celui-ci de renforcer ses capacités d’intervention, d’étendre le champ de son déploiement et de réaffirmer ses modalités de domination autoritaire. Meles laisse ainsi à ses successeurs le soin de mener à bien un projet ambitieux mais difficile à conduire et impossible à réformer, au risque de remettre en cause le plan hégémonique du parti au pouvoir.

Continuer la lecture de N° 142, juin 2016 – L’Éthiopie après Meles

L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

introphoto142Introduction au dossier « L’Éthiopie après Meles », Politique Africaine, N° 142
Par Jean-Nicolas Bach, Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences  Po Bordeaux

« Nous ne léguerons pas la mendicité à la génération future, mais le développement ! »
Meles Zenawi1

Ce deuxième dossier de Politique africaine consacré à l’Éthiopie paraît au moment où le régime célèbre le vingt-cinquième anniversaire de sa victoire contre le régime militaire de Mengistu Hailé Mariam2. Le 28 mai 1991, face aux efforts conjugués du Front Démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front, EPRDF)3, du Front érythréen, ou encore du Front de libération oromo, les rebelles entrent dans Addis Abeba sans rencontrer de résistance. Mengistu a déjà quitté la capitale et abandonné le pays. L’indépendance de l’Érythrée en 1993, la neutralisation du front oromo par l’EPRDF au fil de la décennie 1990 et l’impossibilité pour les groupes d’opposition de se structurer durablement ont fait de l’EPRDF un parti hégémonique4, jusqu’à aujourd’hui. Le régime ethno-fédéral naît avec la Constitution de 1995 et son originalité réside notamment dans la reconnaissance des « droits des nations, nationalités et peuples » (art. 39) inspirée du modèle stalinien, alors même que l’Union soviétique s’effondrait et que les régimes africains entendaient construire des États-nations5.

Continuer la lecture de L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

  1. Traduction de la première phrase du cliché en couverture, présenté comme une citation, de « Son Excellence le premier ministre Meles Zenawi ». Ce cliché représente l’une des nombreuses affiches dédiées au premier ministre après sa mort. Merci à Chloé Josse-Durand et Clélie Nallet pour cette photographie (Addis Abeba, octobre 2012), ainsi qu’à Hanna Mebrahtu et Mehdi Labzaé pour leur aide à la traduction. Je tiens également à remercier Didier Péclard et Sandrine Perrot pour leur soutien précieux durant l’élaboration du dossier, ainsi que l’ensemble du comité de rédaction de Politique africaine, les évaluateurs anonymes et Françoise Braud pour leurs commentaires ayant permis l’amélioration des contributions et de cette introduction. Celle-ci a également bénéficié des remarques des auteurs du dossier. []
  2. Voir le premier dossier sur l’Éthiopie publié dans Politique africaine et dirigé par Cédric Barnes et Thomas Osmond, « Éthiopie : le fédéralisme en question », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 6-96. []
  3. L’EPRDF, ci-après Front, est composé du Front populaire de libération du Tigray (Tigray People’s Liberation Front, TPLF), du Mouvement national démocratique amhara (Amhara National Democratic Movement, ANDM), de l’Organisation démocratique du peuple oromo (Oromo People’s Democratic Organisation, OPDO) et du Mouvement démocratique des peuples du Sud de l’Éthiopie (Southern Ethiopia Peoples’ Democratic Movement, SEPDM). Le TPLF contrôle les principaux instruments du pouvoir dont la sécurité, l’armée et les services de renseignements. []
  4. On rencontre plus volontiers l’expression « parti dominant » dans la littérature et les discours officiels. Je préfère parler d’hégémonie en suivant la typologie de G. Sartori, Partis et systèmes de partis. Un cadre d’analyse, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011 [1976], p. 320-332. []
  5. Le fédéralisme éthiopien est constitué aujourd’hui de neuf régions-États (killil) auxquelles s’ajoutent deux villes-État (Addis Abeba et Dire Dawa. Les unités administratives inférieures aux killil sont les suivantes, par ordres décroissant : zone, wereda, qebelé (quartier). À propos du fédéralisme éthiopien, voir S. Pausewang, K. Tronvoll et L. Aalen, Ethiopia Since the Derg, Londres, Zed Books, 2002 ; W. James, D. L. Donham, E. Kurimoto et A. Triulzi (dir.), Remapping Ethiopia. Socialism and After, Oxford, James Currey, 2002 ; S. Vaughan et K. Tronvoll, The Culture of Power in Contemporary Ethiopian Political Life, Stockholm, Sida Studies, 2003 ; D. Turton (dir.), Ethnic Federalism : the Ethiopian Experience in Comparative Perspective, Oxford/Athens/Addis Abeba, James Currey/Ohio University Press/Addis-Ababa University Press, 2006. Plus récemment, T. Hagmann et J. Abbink (dir.), « Twenty Years of Revolutionary Democratic Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, n° 4, 2011, p. 579-595. []

Disparition d’Alain Ricard

L’ACPA a la grande tristesse de vous faire part du décès d’Alain Ricard survenu le samedi 27 aout à Bordeaux.  Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste mondial de langues et littératures africaines, Alain fut co-fondateur de la revue Politique africaine et de l’ACPA avec Jean-Francois Bayart, Christian Coulon, Comi Toulabor et bien d’autres. Il a publié abondamment dans les colonnes de la revue mais il a également activement œuvré au sein de l’ACPA et tout au long de sa carrière au décloisonnement disciplinaire entre sciences humaines et sciences sociales notamment lorsqu’il fut co-rédacteur en chef de la revue et directeur de publication de 1993 à 1996. Les parties « magazine » et « informations scientifiques » qui donnaient place à des billets courts, la partie « débat » inaugurée en mars 1996, ouvrant la colonne aux controverses académiques se sont significativement développées sous son mandat. Lecteur insatiable et d’une grande curiosité, ouvert aux objets de recherche les plus divers, contributeur régulier de la revue et membre actif de l’ACPA en dépit de ses multiples engagements dans d’autres associations, il n’a cessé de batailler au sein de l’association contre les dérives bureaucratiques et pour la promotion de la spontanéité et de la liberté académiques. L’ACPA, la revue et le monde de la recherche perdent un de ses membres éminents et un humaniste généreux qui avait toujours table ouverte chez lui à Bordeaux.

Un portait de son histoire et de ses multiples engagements vient d’être publié sur le site de LAM http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/evenement/disparition-dalain-ricard

Alain Ricard, africaniste indiscipliné

Ce texte est la version in extenso de l’hommage publié dans le numéro 143 de Politique africaine, p. 3-4

mini-php

 

 

 

 

 

 

© Thomas Dorn

Continuer la lecture de Disparition d’Alain Ricard

Un sourire, un artiste

Alain Ricard a été notre professeur de littérature africaine au DEA « Etudes africaines » du CEAN. C’est à ce titre que ma promotion 1993-1994 a vécu avec sourire, sa diction, son humour et surtout son immense culture livresque, artistique, philosophique et politique. Il nous faisait découvrir dans leur contexte familial, historique, social et politique des auteurs que nous pensions connaître, il nous ouvrait des champs inexplorés. Chaque texte était un voyage. Chaque auteur était un poème. Je l’entends encore prononcer les noms des écrivains et des philosophes qui devenaient de fait des personnages de romans et de contes. Il était lui-même un personnage de roman et transformait le cours en voyage au pays des batailles, de mille feux de brousse et de bois. Son regard s’illuminait de ses passions de théâtre et de littérature à chaque nom qu’il prononçait. Et toujours avec ce sourire qui accompagnait ses mots, cette exceptionnelle diction d’acteur de théâtre.

Nous regardions parfois la porte en suivant son regard. Pendant un instant suspendu entre son sourire et son regard, nous étions persuadés que Wole Soyinka ou Valentin-Yves Mudimbe allaient pénétrer dans la salle de cours. Sa passion était un appel à la lecture et ses contes de fées donnaient envie de lire et de relire, d’écouter, de l’écouter encore et encore.
Comme tous les magiciens et les artistes il pouvait donner l’impression que les histoires qu’il décortiquait pour nous auraient pu jaillir de nous-mêmes. Les artistes sont des prestidigitateurs dont il faut se méfier des pouvoirs. Je m’étais donc risqué à pondre un poème que je lui ai soumis à la fin d’un cours. Il l’avait lu, sa réponse avait été un sourire qui en disait long sur sa bienveillance et sur la platitude de ma prose. Il riait souvent avec nous, il riait souvent de nous parce que, nous aussi étions pour lui des personnages de roman. Nous étions assignés à travailler en binôme sur des ouvrages que nous choisissions dans une longue bibliographie. Avec un camarade venu de Mauritanie nous avions entrepris de rendre compte de la longue épopée de Chaka par Thomas Mofolo (1876-1948). La recherche effectuée pour cet exposé nous avait révélé l’étendue de notre ignorance en même temps que cette volonté de nous laisser désaltérer par les œuvres soumises à notre curiosité. Au bout de notre exposé qu’avait suivi le sourire d’Alain Ricard, il avait ri en soulignant nos efforts conjugués. La classe, un peu ébahie, ne comprenait pas bien l’éclat de rire d’Alain Ricard. Il nous a regardés mon camarade et moi et il a dit ce qui l’avait fasciné pendant notre exposé. « Vous avez les mêmes oreilles ! ». Le fou rire collectif qui a suivi s’est décuplé lorsque mon camarade et moi, comme par enchantement, nous nous sommes regardés pour sonder cette curieuse ressemblance qui avait fait de nous, le temps d’un exposé, des personnages dépeints par un artiste. Le sourire d’Alain Ricard est vivant. Il accompagnera encore très longtemps le souvenir éternel de cet artiste érudit à qui nous devons les plus belles histoires de notre voyage d’Etudes africaines.

Fred Eboko

Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational, par Gabrielle Angey-Sentuc

9782811115340Article paru dans la revue Politique Africaine, n° 139

Lien vers l’article sur Cairn

Résumé en français

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

(English)

The Turkish Muslim Movement Fethullah Gülen in Subsaharan Africa: Education, Schooling and Schools at Transnational LevelThis article focuses on the role of the Fethullah Gülen movement in the education sector in Sub-Saharan Africa. Fethullah Güllen is a transnational Muslim organisation, originating in Turkey, which focuses on the creation of schools worldwide. The insertion of these schools in Africa dates back to the second half of the 1990s, in the context of the liberalization of education. We examine how the transnational dimension of this movement impacts on the way it manufactures education, schooling and schools in Sub-Saharan Africa, through international alignment, (human and financial) resource flows and adaptation to the education market of specific African countries.

Disillusioned tomorrows ? « Authoritarian restorations »

Call for papers for the academic journal Politique africaine

Disillusioned tomorrows ?

« Authoritarian restorations »

Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Call-for-proposals

« Authoritarian restoration ». The term is commonly invoked, yet rarely defined. Is this a sign that it is merely an expression, not claiming to any use but a loose use? The scenario of « authoritarian restoration » has long mainly referred to the so-called « suspended transitions » or « illusive democratizations » that many sub-Saharan countries experienced in the 1990s. It has been brought up to date on the occasion of the « Arab Spring ». How do we account for these « moments » in which authoritarian reconfigurations of power follow democratization processes? What can we do with these tomorrows disillusioned?

Continuer la lecture de Disillusioned tomorrows ? « Authoritarian restorations »

Des lendemains qui déchantent ? Les « restaurations autoritaires »

Appel à contribution pour la revue Politique africaine

Des lendemains qui déchantent ?

Les « restaurations autoritaires »

Coordonné par Amin Allal (CERAPS) & Marie Vannetzel (CURAPP)

Appel-polaf1

« Restauration autoritaire ». L’expression est couramment invoquée, et pourtant, rarement définie. Est-ce le signe qu’elle ne serait que cela, une expression, ne prétendant à rien d’autre qu’à un emploi relâché ? Le scénario de la « restauration autoritaire » renvoyait surtout aux « transitions suspendues » ou aux « démocratisations en trompe-l’œil » que de nombreux pays d’Afrique subsaharienne avaient connues dans les années 1990. Il a été remis au goût du jour à l’occasion des « Printemps arabes ». Comment rendre compte de ces « moments » dans lesquels des reconfigurations plus ou moins autoritaires du pouvoir succèdent à des processus de démocratisation ? Que faire de ces lendemains qui déchantent ?

Continuer la lecture de Des lendemains qui déchantent ? Les « restaurations autoritaires »

LE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, lu par

9782753542709-frLE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Arts contemporains », 2015, 242 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif, mariant la littérature, l’histoire de l’art, la science politique, la muséologie et les études visuelles, est une contribution de poids à un champ de réflexions sur les liens entre artistes et archives qui, jusqu’alors, s’est principalement développé dans le monde anglo-saxon. Dans un article de 2004 paru dans la revue Octobre, Hal Foster parlait d’« impulsion archivistique » pour rendre compte des pratiques artistiques contemporaines consistant à archiver des documents variés, qu’il s’agisse d’écrits, de photographies, d’images, de sons ou de musiques, voire d’objets, mais surtout à faire usage de corpus existants pour produire des œuvres d’art. Cette production artistique puisant dans les fonds des archives nationales, des bibliothèques ou des musées s’éloigne de la pratique historienne, où les sources sont de stricts supports informatifs, malgré l’attachement sentimental qu’ils peuvent susciter. Chez les artistes, non seulement la valeur esthétique, émotionnelle ou mémorielle des documents prime, mais ces derniers deviennent la matière même de leur art, ils peuvent être recyclés, découpés ou fusionnés et toujours recombinés différemment. Ce n’est donc pas l’intégrité du document qui importe dans l’art archivistique, mais, au contraire, le travail que l’artiste opère sur lui et la création qui en résulte. Comprendre comment et pourquoi, dans l’art, les archives sont mixées et « (re) mixées » est au cœur des treize contributions de ce livre original, portant uniquement sur des cas de pratiques artistiques en Afrique ou sur l’Afrique.

Continuer la lecture de LE LAY (Maëline), MALAQUAIS (Dominique) et SIEGERT (Nadine), Archive (re)mix. Vues d’Afrique, lu par

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

SpronkAmbiguous

SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, New York/Oxford, Berghahn Books, 2012, 310 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Le premier ouvrage de Rachel Spronk, qui traite de la sexualité des classes moyennes à Nairobi, est novateur à plusieurs égards. D’emblée, il propose de dépasser un traitement des sexualités africaines que l’épidémie de VIH a trop longtemps circonscrit aux seuls registres médical et pathologique. Dans le sillage d’un « emotional turn » qui depuis une dizaine d’années anime les sciences sociales américaines, Rachel Spronk s’intéresse en effet à la manière dont le sentiment amoureux et les pulsions érotiques sont à la fois déterminés et constitutives de changements sociaux et culturels qui affectent plus largement la société kenyane. Elle s’attache ainsi à montrer qu’à Nairobi, la sexualité est l’un des registres par lesquels s’énonce une appartenance sociale déterminée par la classe, l’éducation et la génération : à travers leurs pratiques sexuelles, les jeunes cadres du secteur privé − les « professionals » − expriment une « identité moderne » (p. 81 et suivantes) et se constituent comme une « avant-garde culturelle » (p. 281) de la société.

Continuer la lecture de SPRONK (Rachel), Ambiguous Pleasures. Sexuality and Middle Class Self-Perceptions in Nairobi, lu par Dominique Connan

LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, lu par Nicole Stremlau

612T8dHVIhL._SY344_BO1,204,203,200_LAAKSO (Lisa) et HAUTANIEMI (Petri) (dir.), Diasporas, Development and Peacemaking in the Horn of Africa, Londres, Zed Books, coll. « Africa Now », 2014, 248 pages

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine N° 141 – 2016/ 01

Cet ouvrage collectif offre une plongée unique dans l’un des aspects les plus notables, et pourtant les plus négligés, des conflits contemporains : le rôle des diasporas. Il faut souligner que les études le composant ont été soigneusement rassemblées, dégageant une grande cohérence d’ensemble. Les auteurs, dirigés par deux chercheurs de l’Université d’Helsinki, ont eu la chance de participer à ce qui paraît avoir été un consortium européen très productif, ce qui a, semble-t-il, permis de s’assurer que les contributions dialoguent. Sur la base d’analyses de fond d’universitaires de renom de la région comme Bahru Zewde et Dereje Feyissa, et d’autres ayant un engagement de long terme sur les questions locales, les chapitres sont solides et fournissent des données empiriques nouvelles.

Ce livre encourage à repenser la nature même de ce qui constitue une « diaspora » ou des « communautés réfugiées », des « populations exilées » et des « migrants forcés » : un regard critique sur le vocabulaire des populations violemment déplacées est d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel des débats, en Europe, sur l’afflux des « réfugiés ». Comme le démontre cet ouvrage, les populations concernées sont extraordinairement diverses, leurs interactions avec les sociétés d’accueil et leurs régions d’origine sont complexes et se déclinent selon de multiples facettes.

Bien que les auteurs utilisent des exemples issus de toute la Corne de l’Afrique, l’ouvrage reste fondamentalement une étude comparée de l’Éthiopie et de la Somalie. Une telle comparaison est fructueuse du fait des différences substantielles entre les deux pays : l’Éthiopie et son gouvernement très centralisé, les efforts intenses de ce dernier pour mobiliser et surveiller de manière resserrée sa population diasporique, y compris via l’usage de logiciels espions ; et la Somalie avec son gouvernement en patchwork mais sa diaspora très impliquée en termes de contributions financières, mais aussi en termes de mobilisation politique.

L’ouvrage propose notamment des études de cas sur des initiatives particulières de la diaspora ayant eu une influence sur la politique ou les dynamiques de conflit dans la région. D’autres examinent la manière dont la diaspora s’engage dans les sociétés européennes, et particulièrement comment les acteurs du développement, soutenus par des bailleurs de fonds et des gouvernements européens, créent des liens avec ces populations.

Ces études de cas sont essentielles car la recherche sur les manières dont les mobilisations de la diaspora affectent concrètement les dynamiques locales sont peu nombreuses. À souligner, un chapitre consacré à la Tigray Development Association (TDA), une organisation lancée à Washington mais qui, depuis, est devenue un acteur de développement central dans la partie Nord de l’Éthiopie après la prise de pouvoir du régime actuel. La TDA présente des similarités et fait écho à la Relief Society of Tigray (Rest), qui était fortement articulée au mouvement de guérilla éthiopien ayant mené l’insurrection des années 1980 au début des années 1990. Rest fut établie pour fournir des services, y compris des écoles et des hôpitaux, dans les régions contrôlées par le Front de libération du peuple du Tigray (Tigrayan People Liberation Front, TPLF), afin de s’assurer le soutien des populations. Cette histoire du TDA et de Rest, organisations qui continuent à être actives aujourd’hui, reflète l’histoire de ce qu’on pourrait appeler le gouvernement de la diaspora, l’implication de ces communautés transnationales en politique ainsi que l’approche adoptée par le parti au pouvoir en Éthiopie en termes de mobilisation politique et de participation citoyenne.

Si l’étude de cas éthiopienne est concentrée sur l’établissement d’une organisation de développement formelle, celle sur le Somaliland est dédiée à l’entreprenariat et à l’investissement privé de la diaspora. En examinant l’industrie hôtelière émergente et la prolifération des universités privées à travers le Somaliland, Markus Virgil Hoehne et Mohamed Hassan Ibrahim proposent une interprétation plus générale sur l’activité économique des acteurs de la diaspora. L’histoire complexe du Maansoor Hotel, par exemple, offre une mise en récit sous forme de métaphore sur l’impact plus large de ce type d’investissements sur les relations sociales locales, sur le réseautage international et la coopération, via la mise à disposition de lieux privilégiés pour les réunions politiques et gouvernementales, qui font souvent défaut dans des espaces en conflit ou post-conflit.

Un chapitre comparatif traitant des communautés somalies en Italie et en Finlande permet de comprendre les manières distinctes selon lesquelles les diasporas ont évolué et se mobilisent en fonction de leur implantation géographique. Il y a des différences contextuelles substantielles entre les deux pays (héritage historique et notamment passé colonial, générations de migrants, politiques d’intégration, financement et structures de financement disponibles pour les groupes diasporiques et approche en termes de coopération et d’aide au développement), mais les diasporas y ont joué un rôle stratégique similaire dans le développement d’organisations légitimes qui opèrent à la fois en Europe et en Somalie. Un aspect que j’aurais aimé voir davantage développé est le rôle des nouvelles technologies, notamment les smartphones et les réseaux sociaux, pour bâtir et altérer les relations sociales transnationales décrites dans l’ouvrage. Les auteurs notent avec justesse que l’investissement de longue distance dans les conflits est loin d’être un phénomène nouveau. Cependant, les diasporas sont aujourd’hui en mesure de transcender les institutions formelles et les organisations, de travailler avec leur pays d’origine de manière autonome, ce qui ouvre, on l’admettra, un important chantier de futures recherches.

Nicole Stremlau

Université d’Oxford

Faculté des lettres, Université de Johannesburg

Le carnet de la revue