Archives de catégorie : Introductions aux dossiers

Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration

Introduction au thème au thème du numéro 146, paru le 02/2017, par Amin Allal et Marie Vannetzel, page 5 à 28.

 Restauration » : quiconque voit « à peu près » de quoi il s’agit. Soit que l’expression paraisse claire en elle-même (on « restaure » ce qui a été abîmé), soit qu’elle remue un vague souvenir de cours d’histoire sur la Révolution française. Pourtant, que l’on cherche à en donner une définition succincte et l’on s’aperçoit très vite de la labilité de l’objet : la restauration, on le pressent, n’est pas le simple retour d’un ordre ancien. Marqués « du sceau de la transaction, de la recomposition autant que de la nostalgie 1 », traversés par des « tensions symboliquement fortes entre (passés concurrents) d’une part, et entre ces passés-là et l’avenir, de l’autre 2 », ces processus ont en effet en commun d’être autre chose que le rétablissement du statu quo ex ante. L’ordre restauré a ceci de paradoxal qu’il est à la fois ancien et nouveau. Il relève du retour vers le futur.

Dans ce dossier, nous considérons les restaurations comme des moments où se produisent des changements capables d’affecter en profondeur, et sans orientation historique prédéfinie, les structures sociales, politiques et culturelles – changements que masque souvent l’impression d’un retour à l’ordre précédent ou d’une fermeture de parenthèses exceptionnelles. Nous les définissons plus précisément comme des moments de forclusion des processus d’effervescence politique pluraliste envisagés dans leur variété. Par processus d’effervescence pluraliste, nous entendons des situations marquées par des soulèvements populaires d’importance qui conduisent à des défections au sein des blocs historiques 3  et qui viennent perturber les agendas et la stabilité des oligarchies régnantes ; et/ou des situations de renouvellement des cercles des élites dirigeantes autour d’anciens opposants, l’orchestration d’un pluripartisme, et l’effusion d’expressions et de prises de position politiques dans les espaces publics.

Cette définition nous permet d’embrasser des moments aussi différents, du point de vue de leur historicité, que les « Printemps » tunisien et égyptien de 2011 et leurs suites contrastées (E. Klaus, A. Boutaleb et F. Ramzy dans ce dossier), ou les « Conférences nationales » des années 1990 en Afrique subsaharienne (le cas camerounais est ici traité par J.-M. Manga et A. Mbassi). On aurait pu tout aussi utilement aborder la clôture de « l’expérience démocratique » algérienne de 1988-1992 4 , l’alternance civile avortée en Mauritanie en 2007-2008 5 , le cycle répressif engagé au Burundi suite aux manifestations contre la troisième candidature du président Nkurunziza en 2015 6 , voire la séquence post-Compaoré au Burkina Faso au cours de laquelle les dynamiques insurrectionnelles sont aux prises avec les mécanismes anciens de contrôle et de domination politiques.

Aussi variés soient-ils, ces moments peuvent être rapprochés du point de vue du vécu illusionnel qui les traverse de façon analogue. Ce sont des « lendemains qui déchantent ». Or, cette forclusion de l’effervescence pluraliste impacte les logiques de situation selon deux paradoxes. Le premier est que l’impression partagée de fatalité et de fermeture des possibles ne met en réalité pas un terme au dynamisme des « potentialités » et des conflictualités. Le second est que la restauration d’une façade d’immuabilité – qui donne, précisément, l’impression que l’ordre est de retour – occulte de multiples déplacements et repositionnements des acteurs et des règles constitutives de cet ordre. La forclusion de l’effervescence pluraliste peut être étudiée comme un moment conflictuel d’institutionnalisation de normes en redéfinition. Ce dossier défend l’idée que, derrière le retour à l’ordre des « anciens », le musellement des initiatives politiques frontales ou le contrôle des expressions et des revendications dissonantes au bloc historique, derrière l’unanimisme que le projet de restauration de façade semble façonner, demeurent des pratiques et des représentations politiques dans la société qui ne relèvent pas strictement de l’organisation du contrôle par les dirigeants de l’ancien régime.

En ce sens, l’ordre restauré ne peut pas, a priori, être décrété « autoritaire ». Le parti pris est ici de dissocier les deux termes, dont l’adjonction ne va pas de soi. Si le caractère autoritaire de la prise du pouvoir qui orchestre la fin d’un processus pluraliste est souvent manifeste – par un coup d’État notamment –, nombreuses sont les situations où la forclusion de l’effervescence pluraliste advient de façon plus insidieuse, moins définitive. Que l’on pense, par exemple, au scénario bien connu de l’ancien dirigeant qui revient au pouvoir par les urnes. Les moments de restauration ont également ceci d’intrigant que les pratiques les plus répressives peuvent y cohabiter avec des dynamiques de pluralisation politique. Ce sont des moments de tiraillements, de tumultes. Or c’est bien l’ambition de ce travail que d’étudier ces tensions en cours dans le moment présent, sans s’inquiéter de la destination finale des recompositions politiques à l’œuvre. La proposition s’inscrit ainsi dans l’approche par les modes d’exercice du pouvoir – le raisonnement en termes de « régimes » étant résolument mis en échec par ces moments inclassables 7 .

La restauration sera donc ici orpheline de son qualificatif courant. Elle devient dès lors un opérateur de questionnement plutôt que de typologie 8 . Interroger des situations, que d’aucuns pourraient tenir comme relevant davantage d’une trajectoire de démocratisation réussie (comme la Tunisie, déjà érigée en « modèle démocratique »), n’a pas pour but de ranger celles-ci dans une quelconque catégorie, mais bien de donner à voir, et à penser, « d’autres énigmes à résoudre 9 ».

La gageure de ce dossier est en somme d’informer le moment de restauration à penser comme « devenir », tout en laissant de côté la question du futur de ces régimes. L’expression que nous proposons de « devenir-restauration » s’inspire du sens particulier que donne Gilles Deleuze à la notion de devenir. Cela nous permet d’insister sur les dynamiques contradictoires qui forment la singularité de ces moments – et expliquent que ces derniers se dérobent si facilement à la pensée dès qu’on croit les tenir. Comment penser la restauration s’il y a changement ? Comment rendre compte du changement sans prendre acte de ce passé si présent ? Quel est le présent d’une restauration ? Quand commence-t-elle ? Lors d’un coup d’État, de la réélection de l’ancien dictateur, ou bien faut-il chercher son point de départ en amont, dans les faits qui ont ouvert la voie à ces événements ? « N’y a-t-il jamais eu de révolution ? », se demandent ainsi les observateurs et les acteurs militants des scènes égyptienne ou tunisienne. Les conférences nationales n’ont-elles été que vaines façades, un présent démocratique qui n’a jamais débuté ? Bref, le présent se dérobe dans les réinterprétations du passé et les anticipations de l’avenir. Il faut donc l’admettre, le devenir-restauration ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après, de la veille et du lendemain. C’est bien le moment présent qui nous intéresse ici, un présent fondamentalement tiraillé entre des temporalités et des processus discordants.

Les tumultes de la restauration

L’on doit aux travaux des chercheurs africanistes de riches analyses pour penser les restaurations. Notre réflexion se situe à l’intersection de deux perspectives théoriques, qu’il importe donc de restituer soigneusement. D’une part, le paradigme initial de la « restauration autoritaire » (là, le qualificatif est de rigueur), cherchant à saisir des recompositions de long terme, a mis en relief comment les processus d’exacerbation de pratiques (criminelles, punitives, ethnicisantes…), souvent déjà présentes dans la configuration antérieure, créaient un nouveau mode d’exercice du politique, non réductible à une simple reproduction intensifiée de l’ordre ancien. D’autre part, une seconde série de travaux s’est davantage intéressée aux moments spécifiques de restauration lui-même, en adoptant un focus temporel resserré et une échelle d’analyse microsociologique qui permettent d’éclairer les ambivalences propres à ce moment – et d’en nuancer la dimension autoritaire.

Le paradigme de l’exacerbation : penser le temps long des restaurations

C’est à Jean-François Bayart que revient la paternité du paradigme de la restauration autoritaire. Dans l’esprit de la sociologie historique comparée du politique, il la décrit comme un « chronotype 10 » visant à mettre en regard des situations éloignées dans le temps et dans l’espace, en l’occurrence ici, la Restauration française et l’avortement des expériences démocratiques des années 1988-1992 au sud du Sahara. Ces processus prêtent également le flanc à l’inconfort d’une lecture a posteriori ou téléologique, contre laquelle, précisément, J.-F. Bayart met en garde par l’usage précoce, dès 1990, de l’expression « restauration autoritaire ». Catégorie d’intervention, formée dans l’urgence politique imposée par « la médiocre incurie de [la] politique africaine [de la France] 11 » et l’ambiguïté du discours de la Baule (juin 1990), elle s’est peu à peu muée en catégorie analytique, forgée au gré d’une série de textes qui, sans nécessairement en proposer une définition explicite et synthétique, l’ont néanmoins élaborée par apports successifs. Le paradigme de la restauration autoritaire entendait rompre avec les études transitologiques, qui certes prévoyaient le scénario du « retour à l’autoritarisme 12 », le plus souvent par un coup d’État, mais sans l’élaborer conceptuellement. La clé de voûte de ce paradigme, tel que nous le comprenons, réside dans la notion d’exacerbation, déclinée dans trois grandes dimensions.

L’accent est tout d’abord mis sur « l’exacerbation de la “politique du ventre” » dans ses pratiques les plus prédatrices. En somme, l’auteur attirait ainsi l’attention sur le fait que les « stratégies d’invention de la démocratie » observables dans les révoltes alors en cours – au Togo, au Gabon, au Cameroun, en Guinée, au Niger… – demeuraient contraintes par une économie politique particulière de l’État qui laissait présager des capacités de rétablissement autoritaire des dirigeants 13 . Celle-ci était façonnée par des trajectoires d’exploitation économique reposant sur des pratiques contestables (trafics en tous genres, pillage des minerais, etc.), n’intégrant la jeunesse que sur le mode de la délinquance ou des phénomènes miliciens. La « criminalisation de l’État 14 » apparaissait donc comme un processus pleinement constitutif des restaurations autoritaires.

De façon indissociable, la deuxième dimension du paradigme renvoyait aux liens internationaux, à la fois économiques et politiques, que les dirigeants, à l’instar de Paul Biya, d’Omar Bongo, de Juvénal Habyarimana, de Gnassingbé Eyadema ou de Joseph-Désiré Mobutu, pouvaient manipuler afin de maintenir leur emprise. Les intérêts politico-affairistes des gouvernements occidentaux – au premier rang desquels certains réseaux français 15  ou des réseaux alors récemment (ré)implantés (chinois, indo-pakistanais, israéliens, libanais…) – et la faiblesse des conditionnalités de l’aide financière internationale n’auguraient pas un « lâchage » international des régimes autoritaires africains, à la façon dont l’URSS venait de le faire vis-à-vis des pays d’Europe de l’Est, permettant une « rupture démocratique 16 ». À l’inverse, une certaine exacerbation des usages prédateurs de l’international était repérable, dans le détournement des plans d’ajustement structurel au profit des coteries présidentielles, ou dans l’arrivée d’opérateurs économiques peu scrupuleux, attirés par la faillite économique et s’accommodant volontiers de la criminalisation de l’État.

Enfin, troisième avatar de l’exacerbation, le « dédoublement des structures de pouvoir », sur lequel se sont notamment fondées les stratégies d’enrayement des mobilisations démocratiques 17 . Ce dédoublement « se manifeste dans les cas extrêmes par l’existence d’une structure occulte et collégiale du pouvoir. Celle-ci entoure, voire contrôle, le détenteur officiel de la magistrature suprême. Pour défendre ses intérêts, elle recourt impunément à la violence par l’intermédiaire de l’appareil policier ou par le biais d’organisations paramilitaires et des milieux de la délinquance 18 ».

Ce paradigme de la restauration autoritaire a été repris et prolongé par d’autres auteurs qui ont insisté, selon les cas, sur l’une ou l’autre de ces facettes 19 . Achille Mbembe, notamment, signait en 1993 un chapitre éponyme, auquel bon nombre de publications ultérieures référeront l’emploi de l’expression « restauration autoritaire 20 ». Dressant un tableau complet des luttes factionnelles et des stratégies d’ethnicisation sous-jacentes au système multipartiste naissant au Cameroun, il y développe les hypothèses du dédoublement des structures de pouvoir, de l’exacerbation de la gestion rentière de l’économie au détriment des réseaux concurrents, de la criminalisation de l’État à travers la généralisation des pratiques punitives et la privatisation de la violence.

Plus récemment, à l’occasion des « Printemps arabes », J.-F. Bayart dégageait plusieurs partitions susceptibles d’être jouées en même temps 21 . Celle de la « restauration autoritaire », et des « stratégies de la tension » qui l’accompagnent, s’est jouée sur un mode majeur en Égypte avec l’emprise de l’armée sur les positions de pouvoir et d’accumulation, et la répression des Frères musulmans ; mais aussi, peut-être, sur un mode mineur, en Tunisie, au travers des stratégies politiques et économiques des anciens soutiens de Ben Ali, du potentiel rôle des groupes occultes de pouvoir dans la série d’assassinats politiques de 2013 et de l’intrigante inaction des services algériens face au développement des trafics transfrontaliers en tout genre. Et pourtant, l’auteur concluait sur un contrepoint jusqu’alors peu évoqué dans le cadre de ce paradigme : « il est improbable que les événements de ces deux dernières années n’aient pas affecté en profondeur les sociétés et n’aient pas semé les graines d’autres transformations, d’autres ruptures. […] Une révolution, un soulèvement populaire sont des moments d’enthousiasme, d’espérance, de romantisme dont l’expérience, fût-elle fugace, s’imprime dans la conscience de leurs acteurs et dans la mémoire sociale 22 ». Ce contrepoint a davantage été exploré par d’autres travaux, qui, précisément, ont cherché à comprendre ce qui demeure de l’expérience fugace de l’effervescence pluraliste dans les moments de restauration.

De l’ambivalence des moments de restauration… aux processus de forclusion

Cette interrogation sur ce qui, dans les imaginaires comme dans les pratiques et les structures, persiste de l’expérience pluraliste au cours des moments de restauration travaille les recherches de Robert Buijtenhuijs sur la transition en trompe-l’œil au Tchad 23 , de Mamoudou Gazibo sur le Niger après le coup d’État de 1996 24 , de Matthieu Hilgers et Jacinthe Mazzocchetti sur le Burkina Faso de « l’après-Zongo 25 », de Didier Péclard sur l’Angola post-guerre 26  ou, plus récemment, d’Alice Aterianus-Owanga et Mathilde Debain sur le Gabon d’Ali Bongo 27 . Mais c’est sans doute Zekeria Ould Ahmed Salem, qui, en 1999, dans un article remarquable mais étonnement peu cité, a livré la conceptualisation la plus poussée de l’ambivalence propre aux moments de restauration. Il interrogeait le « scénario maintenant bien connu de l’ouverture politique contrôlée à la restauration autoritaire 28 » à partir du cas de la Mauritanie. Le régime issu du coup d’État militaire de 1984 avait en effet consenti à l’ouverture pluraliste en 1991, tout en assurant la continuité au pouvoir du général Ould Taya, élu et réélu en 1992 et 1997. Scénario qui devait, d’une certaine façon, se reproduire quinze ans plus tard, avec l’élection du premier président civil depuis la chute de Mokhtar Ould Daddah en 1978, et le début d’une nouvelle expérience de démocratisation qui se soldera par un coup d’État en 2008. Constatant que « l’hypothèse du reflux [de la démocratisation] et de la restauration autoritaire ne souffr[ait] pas d’objection décisive », l’auteur refusait de « congédier la question sans autre forme de procès » et entreprenait d’analyser « l’espace de conceptions, de langages et de conduites politiques dessiné par et autour de l’expérience démocratique mauritanienne 29 ». Plus précisément, c’est à la constitution d’une « croyance collective dans le jeu » ou illusio, suivant la notion proposée par Pierre Bourdieu, que l’auteur s’intéresse : « Dans la logique de la restauration autoritaire dont la routinisation de la démocratie est à la fois un terme et une modalité », se construit « la croyance en un ensemble de principes généraux dont tous s’accordent à reconnaître la valeur relative, mais qui ne dispensent pas moins de jouer le jeu comme s’il était vrai et, à force de le jouer, d’y croire fortement 30 ». Même le régime, souligne-t-il, développe sa propre croyance dans la légitimité du montage fictionnel qu’il introduit, et dont une multitude d’acteurs, jusqu’aux plus profanes, contribuent à entretenir « le caractère mystificateur 31 », qui en devient par là même réalité. Ainsi, l’auteur lançait une piste de recherche 32  sur les modalités par lesquelles gouvernants et gouvernés produisent cette fiction collective du jeu pluraliste tout en reproduisant une logique unanimiste, faite d’adhésion autant que de cynisme, qui disqualifie la parole dissidente autant qu’elle ancre « un espace de débats, de clivages, de concurrence aussi, toutes choses qui font le quotidien de la démocratie 33 ». Euphoriques, bernés, désenchantés, et derechef pris au jeu, investis avec la dernière énergie, les acteurs politiques et sociaux font preuve d’une grande ambivalence. Elle n’a d’égale que celle du moment de la restauration qui, paradoxalement, signe la fin de l’expérience pluraliste tout en implantant une fiction démocratique, et, en même temps, engendre le fatalisme alors que l’espace des possibles n’est pas totalement refermé.

Deux pistes lancées par ce texte sont cruciales pour notre propos. Tout d’abord, il met en garde contre le risque encouru de réduire les tumultes de la restauration à une confrontation entre forces autoritaires et démocratiques. Ambivalente, la restauration l’est aussi parce qu’elle porte en elle la confusion de ce qui la précède. « Tout se mêle dans le cri du peuple », écrivait très justement Guy Hermet. En particulier, « la confusion la plus pernicieuse et en même temps la plus compréhensible : celle qui conduit les peuples à la fois pauvres et asservis à attendre de la démocratie moins la faculté d’agir comme citoyens que le miracle soudain de l’abondance matérielle après des décennies de disette “autoritaire” 34 ». Autrement dit, les tensions entre dispositifs objectifs et dimensions cognitives ne doivent pas être appréhendées en regroupant, sous le premier terme, tout ce qui ressortirait de la pesanteur des structures autoritaires et des stratégies des dirigeants pour rétablir leur pouvoir, et sous le second les visions discrètement mais sûrement émancipatrices qui seraient cultivées par les gouverné-e-s et les acteurs de l’opposition. Les germes autoritaires peuvent aussi se loger dans l’effervescence populaire. En somme, ce qui nous intéresse ici, ce sont autant les aspirations que les déceptions démocratiques, les demandes d’ordre et de liberté qui se combinent plus souvent qu’elles ne s’opposent, les positions bigarrées, intenables que beaucoup se mettent à tenir, dans le tumulte concomitant de l’exacerbation des pratiques de pouvoir et de leurs transgressions.

Ensuite, ce texte met très utilement l’accent sur la question de la croyance. Car ce qui est singulier, dans ces moments de restauration, ce sont bien les flux et les reflux de l’imagination politique. Rappelons que les situations d’effervescence pluraliste ne sont pas arrimées à un changement institutionnel précis qui serait uniforme d’un contexte à l’autre (passage au multipartisme, transparence électorale, libéralisation des médias, etc.) ou à un bouleversement radical des rapports de force (alternance au pouvoir, incapacité du régime à réprimer, etc.). Bien plutôt, elles sont circonscrites par la croyance partagée qu’il se passe quelque chose de différent, quelque chose qui fait subjectivement événement 35 , et qui est donc nécessairement relatif à la configuration propre à chaque contexte. En reprenant cette piste fertile, nous proposons d’appréhender les situations d’effervescence pluraliste comme des situations d’illusio conjoncturelle définie comme « une croyance collective dans le jeu 36 », ici moins produite par les logiques d’un champ donné que par une conjoncture fluide qui, précisément, perturbe les routines.

Or le moment de la restauration correspond au moment où se produit la forclusion de l’illusio conjoncturelle. Celle-ci peut survenir de plusieurs façons. Par exemple, en raison de l’irruption « hors procédure » d’acteurs militaires, de l’autonomie des appareils sécuritaires, des tentatives de rétablissement hégémonique des anciennes élites dirigeantes ou des modifications exceptionnelles des règles qui ébranlent la « croyance au jeu » des acteurs. Évidemment, la répression, plus ou moins sanglante, joue un rôle prééminent dans la forclusion. Mais celle-ci peut aussi intervenir sans que le processus démocratique ne soit perturbé d’une façon majeure. Les mobilisations peuvent même se poursuivre et, pourtant, rien n’y fait : leur impact s’affaiblit, la croyance qu’il se passe quelque chose de différent s’évanouit, l’illusio conjoncturelle se dissipe. Le terme de forclusion traduit donc ce mécanisme du « hors délai » dont il est difficile de saisir, précisément, comment et quand il se produit. Ce terme ne vise pas à introduire de rupture nette entre un avant et un après : il permet au contraire de travailler les temporalités complexes de ces moments.

Les moments de restauration comme devenir

L’équation posée est la suivante : comment tenir ensemble les temporalités de long et court terme, passées et futures, sécantes dans les moments de restauration ? Comment aborder « ces lendemains qui déchantent » sans introduire arbitrairement un « avant » et un « après » ? Comment penser, sans nécessairement les opposer, les processus d’exacerbation autoritaire, mais aussi de transformation des espaces, des pratiques et des représentations sociopolitiques qui se condensent dans ce moment ? Comment restituer les logiques ambivalentes des acteurs, leurs repositionnements, leurs vécus illusionnels ? Comment, aussi, parvenir à opérationnaliser empiriquement cette synthèse ? C’est la notion de « devenir », telle qu’établie par Deleuze, que nous proposons de mettre au travail. Si son niveau d’abstraction et sa focale micropolitique laissent de prime abord perplexe, le défi est ici de la rendre sociologiquement malléable et productive.

Devenir-restauration : une conceptualisation

Partons de Deleuze lui-même, pour saisir la subtilité de l’idée de devenir, et donc, son intérêt. Le paradoxe de la restauration est un paradoxe de « pur devenir 37 », au sens où il s’agit bien d’un moment qui « esquive le présent 38 ». Tourné vers le futur par l’espoir que suscite l’ouverture, objective ou subjective, à laquelle il cherche à mettre fin ; ancré dans le passé par les structures et les rapports sociaux, économiques et politiques sur lesquels il s’appuie et qu’il exacerbe, le devenir-restauration est, par excellence, un moment « qui tire dans les deux sens à la fois 39 ». Or, écrit plus loin Deleuze, ce paradoxe « qui détruit le bon sens comme sens unique » est aussi « ce qui détruit le sens commun comme assignation d’identités fixes 40 ». L’identité du devenir-restauration est « infinie ». Car la situation « se met à fondre », « entraîné[e] de biais » qu’elle est par ce verbe – « restaurer » – qui est un verbe de pur devenir, et qui imprime à son identité « la structure objective de l’événement lui-même, en tant qu’il va toujours en deux sens à la fois, et qu’il écartèle le sujet suivant cette double direction 41 ». La restauration rétablit et transforme, ferme et ouvre des possibles, consolide le régime et l’ébranle, écartèle son identité dans une double direction.

La première conséquence de cette « identité infinie 42 » est qu’il est impossible de trancher a priori sur ce qui relève, ou non, d’une restauration. Ce dossier inclut donc un texte sur le cas de la Tunisie post-2011, cas dont on pourrait douter de prime abord de la pertinence au regard de la problématique de la restauration. Après tout, les processus constituants et électoraux y ont suivi leur cours en dépit de quelques incidents dramatiques (assassinats de leaders de la gauche en particulier), une alternance s’est déjà produite et le président actuel, Béji Caïd Essebsi – plusieurs fois ministre de Bourguiba –, n’était pas central dans le régime Ben Ali. Parler dans ce cas-là de restauration, n’est-ce pas céder à la tentation d’une téléologie autoritaire, tout aussi nocive que sa jumelle démocratique, qui condamnerait l’Afrique, au nord et au sud du Sahara, à un destin dictatorial, certes maintes fois reconfiguré, mais implacable ? N’est-ce pas aussi, en ramenant la situation tunisienne sur le même plan que, notamment, la situation égyptienne, minimiser la gravité de la répression qui sévit en Égypte sous le régime du maréchal al-Sissi ? Il pourrait alors être tentant d’établir une distinction entre « restaurations objectives » et « restaurations subjectives » : la première catégorie renverrait alors aux situations dans lesquelles on repérerait les marqueurs du paradigme de J.-F. Bayart (exacerbation de la politique du ventre, criminalisation de l’État, dédoublement des structures de pouvoir, ethnicisation des luttes factionnelles…) ; la seconde aux situations dans lesquelles le label de la « restauration autoritaire » serait mobilisé par une partie non négligeable des acteurs pour dire leur désenchantement face à la routinisation des rapports politiques en contexte post-crise, sans que l’on puisse pour autant y observer les marqueurs objectifs du paradigme. Toutefois, trois objections se dressent contre cette option.

D’abord, il est parfois difficile d’établir avec fermeté la présence concomitante de tous les marqueurs d’une restauration objective. Prenons l’exemple égyptien. L’expansion économique de l’armée, qui caractérise nettement ces dernières années, peut en effet être lue à l’aune d’un processus d’exacerbation des pratiques prébendières de l’État, ce qui montre toute l’utilité de mobiliser le paradigme : par un décret passé en février 2016, le président accordait la possibilité à l’Agence des projets fonciers des forces armées de former des co-entreprises (joint-ventures) pour mener à bien des mégaprojets d’infrastructures, ce qui lui a permis d’allouer des terres désertiques en sa possession à des entreprises elles-mêmes liées à l’armée 43  . Si le renforcement des prérogatives de l’armée est donc clair, la relation de celle-ci avec les organes présidentiels, administratifs et législatifs y est-elle véritablement justiciable d’un phénomène spécifique de dédoublement des structures de pouvoir ? Le contrôle exercé par les agences de renseignement sur les élections législatives de 2015, qui a été démontré par ailleurs 44, relève-t-il de même d’un dédoublement ou d’un classique dispositif d’encadrement des scrutins ? L’élection présidentielle, qui a institutionnalisé la prise de pouvoir d’al-Sissi en 2014, n’a-t-elle fait que valider le choix de ce dernier comme « fondé de pouvoir » de l’armée, comme inciterait à le penser l’hypothèse du dédoublement ? L’article d’Assia Boutaleb dans ce numéro suggère pourtant que le processus électoral, dans l’Égypte de Sissi, n’est pas vidé de sa substance sous la férule de l’armée : au contraire, il s’inscrirait pleinement dans la trajectoire historique de l’institution présidentielle égyptienne, selon laquelle l’élu, parce qu’il est l’élu du peuple, doit se soustraire à la compétition électorale.

Ensuite, à l’inverse, certains des marqueurs objectifs se rencontrent bien dans la situation tunisienne. À travers l’analyse de l’Agence Tunisie Afrique Presse, Enrique Klaus montre ainsi la prégnance de pratiques et de modes de structuration relevant de l’ordre médiatique benaliste, qui incite certains agenciers mobilisés pour la réforme de l’institution à brandir l’accusation de « restauration autoritaire ». Mais, au-delà de cette dimension subjective, il est en effet possible de s’interroger sur la permanence de ce que la littérature sur les changements de régime en Amérique latine a qualifié d’« enclaves autoritaires 45 ». Suivant cette littérature, l’Agence TAP correspond bien à une agence bureaucratique créée par le régime autoritaire dont les dispositifs et les pratiques résistent au changement politique et maintiennent une coalition d’intérêts (reconduction des anciens dirigeants et rédacteurs en chef) préservant certaines caractéristiques de l’ordre médiatique précédent (pratiques propagandistes, cooptation clientéliste).

Enfin, la troisième objection qui s’oppose à l’option dichotomique « restaurations objectives/subjectives » est qu’il importe précisément d’observer la dialectique entre ces deux dimensions : l’interaction entre formes de restauration subjectives et objectives finit par créer des discours sur la restauration qui ont un effet de vérité, même dans des contextes où des processus de transformation politiques sont en cours et où leur résultat est loin d’être clairement défini. En Tunisie, le désenchantement militant survient par anticipation du « retour des vieux démons ». Enrique Klaus montre bien comment, au sein de l’Agence TAP, dès la fin 2011, alors que le parti islamiste Ennahda remporte les élections de l’Assemblée constituante, les agenciers réformateurs anticipent déjà le retour de « la mentalité du parti unique », ce qui rétrécit leur perception de l’espace des possibles. La prophétie est alors presque auto-réalisatrice : les acteurs parlent « déjà » de restauration alors que les mécanismes de la domination autoritaire n’ont pas vraiment repris le dessus. À l’inverse, le travail de Farah Ramzy sur les mobilisations estudiantines en Égypte montre comment, pour certains groupes militants, la réduction subjective des possibles se produit à retardement, presque deux ans après le coup d’État militaire du 3 juillet 2013. En effet, si la répression s’est bel et bien rapidement abattue sur les campus, restreignant objectivement les possibilités d’action, elle a touché différemment les étudiants islamistes et leurs concurrents ; or c’est la répression des premiers qui a permis aux seconds de rester mobilisés, non pas pour soutenir le régime mais pour dénoncer la violence d’État subie par leurs rivaux. Si l’illusio conjoncturelle s’étiole progressivement, pendant deux années au moins elle « continue en eux » et les empêche de se résigner à la fermeture des possibles. Les deux textes montrent à quel point il est heuristique de rentrer dans les détails des interactions entre groupes sociaux et politiques, ainsi que d’explorer les temporalités propres aux diverses arènes, qui diffractent différemment les processus objectifs d’ouverture et de fermeture, et expliquent les différentiels de perception.

À la limite, par conséquent, c’est le rapprochement de ces situations contrastées qui suscite les questionnements spécifiques au devenir-restauration et qui incite à tenir compte de ces interactions et temporalités situées. Pour opérationnaliser cette approche, nous optons pour une démarche de sociologie événementielle, combinée à l’hypothèse « continuiste » chère à Michel Dobry 46.

Devenir-restauration : une opérationnalisation sociologique

En nous appuyant sur les travaux de William H. Sewell, notre parti pris est de considérer les moments de devenir-restauration comme des moments au cours desquels se produisent un ou plusieurs événements qui transforment significativement les structures « en constituant et donnant du pouvoir à de nouveaux groupes d’acteurs, ou en redonnant d’une autre façon du pouvoir à des groupes existants 47 ». Parler de restauration véhicule, intentionnellement ou non, l’idée que les événements n’auraient pas beaucoup d’importance par rapport aux « processus recteurs » plus profonds. L’humour populaire au Maroc le dit autrement : « Ce n’est pas la peine de faire la révolution, car une révolution c’est un tour sur soi-même. Regardez en Tunisie, tout repose sur la Constitution, et ils sont revenus à la Constitution ; en Égypte, sur l’armée et revoilà le régime militaire ; alors, nous, au Maroc, on sait déjà qu’on retombera sur le Roi ! » Mais la blague fataliste ne peut être prise pour argent comptant.

La perspective sociologique événementielle suppose que la séquence temporelle des faits survenus a une importance pour l’interprétation des processus sociaux à l’œuvre au cours de ce moment-restauration. L’analyse gagne alors à prendre la forme d’une narration causale qui consiste à reconstituer des trajectoires et leurs inflexions au cours du temps, sans présupposer de clôture temporelle. C’est un moyen concret d’opérationnaliser la mise en garde deleuzienne : si le présent se dérobe et que le devenir-restauration « ne supporte pas la séparation ni la distinction de l’avant et de l’après », alors la production de narrations heuristiques peut permettre de dégager d’autres points d’inflexion des trajectoires et/ou d’enchevêtrement de temporalités, qui produisent le mécanisme de forclusion. Plus que l’arrivée au pouvoir d’al-Sissi en juillet 2013, dans les universités égyptiennes, c’est, selon F. Ramzy, la démobilisation des étudiants Frères musulmans en janvier 2015 qui entraîne le changement de perceptions et de stratégies des groupes contestataires concurrents. A. Boutaleb situe quant à elle le point d’inflexion du leadership présidentiel égyptien non pas lors de la destitution du président Morsi à l’été 2013, mais lors de la compétition électorale du printemps 2012. Si ce moment consacre la victoire de ce dernier, en même temps il sape déjà les bases de son autorité puisque la compétition en fait un « vainqueur des élections » et non un « appelé du peuple ». En Tunisie, comme le montre E. Klaus à travers le cas de l’Agence Tunis Afrique Presse, l’alternance politique qui se produit avec la victoire électorale du parti islamiste Ennahda en octobre 2011 et la formation d’un nouveau gouvernement marque, en interne à l’Agence, la fin des espoirs de réforme et la confortation des positions des « anciens », bien avant l’élection d’Essebsi à la présidence. En banalisant les césures qu’introduisent les coups d’État ou les réélections d’anciens dirigeants, en ne posant pas a priori qu’elles distinguent nettement un avant d’un après (mais sans l’exclure a posteriori), il s’agit finalement d’appréhender ces séquences sans exceptionnalisme méthodologique, c’est-à-dire de mettre en œuvre l’hypothèse continuiste et de restituer les logiques de situation des acteurs au cours de ces séquences.

Bref, que se passe-t-il dans ces moments de tiraillements ? Précisément, la forclusion de l’illusio conjoncturelle produit une première série d’incertitudes quant aux perceptions de « ce qui se passe ». Bien que la thématique du désenchantement et de la fatalité ait souvent été soulignée par les travaux répertoriés dans la première partie de ce texte, force est de constater qu’elle a rarement été traitée en tant que telle. Le joli titre de l’ouvrage de Guy Hermet, Les désenchantements de la liberté, en dit finalement assez peu sur le contenu lui-même. Quels sont les effets des processus de désillusion sur les modes d’énonciation du politique ? La seconde série d’incertitudes est relative à l’ébranlement des routines et des règles qui cadrent les logiques d’action des acteurs. Cet ébranlement est provoqué par la conjonction de l’effervescence pluraliste et de l’exacerbation des pratiques autoritaires. Dans le « retour à l’ordre », les cartes sont en fait largement rebattues, les « joueurs » se repositionnent et les règles sont renégociées.

Fatalité et potentialités : ce que la désillusion fait aux énonciations du politique

Comme l’a bien montré M. Dobry, il est possible de caractériser les situations d’effervescence pluraliste par « l’incertitude structurelle 48 » induite par les difficultés qu’ont les protagonistes, en conjoncture fluide, à procéder à des évaluations, à anticiper les « coups » que vont jouer les autres acteurs. À cette incertitude structurelle, se combine ce que Michel Camau appelle quant à lui la rupture de « l’ignorance pluraliste » spécifique aux régimes autoritaires : les préférences et les opinions « privées », d’ordinaire dissimulées sous les apparences d’un consensus public, se mettent tout à coup à devenir visibles 49 . Cette combinaison entre incertitude et dévoilement rend difficile les calculs, mais engendre une confiance partagée dans les possibilités d’agir – confiance qui nourrit les mobilisations ou d’autres formes de participation.

À l’inverse, la forclusion de l’illusio conjoncturelle correspond au brouillage de la confiance des acteurs en l’existence de possibilités d’action. Les moments de restauration combinent incertitude structurelle et invisibilisation de la distribution des préférences et des opinions propre à l’ordre autoritaire. Cette invisibilisation a certainement partie liée avec l’image réduite et simplifiée de la distribution des opinions que donnent les coups d’État réussis ou les résultats électoraux paraissant rétablir une hégémonie (« retour des anciens »). Elle a pour effet de plomber la confiance des acteurs dans la fluidité du jeu – et donc dans les possibilités qu’il offre – alors même que parfois la conjoncture demeure objectivement fluide et que les potentialités d’action sont vivaces. Telle serait donc la particularité des « lendemains qui déchantent » : le paradoxe entre érosion de la confiance et permanence des potentialités. Celui-ci nourrit une impression de fatalité tout en produisant des modes spécifiques d’énonciation du politique qui transforment la configuration. Il faut donc prendre au sérieux ses formulations émiques, souvent énoncées simultanément par les militants révolutionnaires en Égypte comme en Tunisie, selon lesquelles « tout ça n’a servi à rien » mais que « rien ne sera jamais plus comme avant ». Toute une série d’interrogations se posent au chercheur : que deviennent, dans les moments de forclusion, les processus de libération de la parole et d’intenses délibérations enclenchés durant la séquence d’effervescence pluraliste ? Quelles combinatoires se créent dans la conjonction entre ces dynamiques d’expression et la contraction coercitive des contestations ? En quoi le flottement propre à ces moments reconfigure-t-il les catégories de perception et de jugement de ce qui est autorisé, légitime, juste, crédible, vrai, possible ? Quelles temporalités conflictuelles (perceptions de l’urgence de l’action ou à l’inverse attente…) sont engendrées par ce flottement ? Comment les événements sont-ils réinterprétés et réappropriés pour construire un récit de ce qui se passe et tenter de donner un sens à l’Histoire ? Comment, par exemple, comprendre l’effet de substitution consistant à projeter des espoirs et des regrets sur le leader d’hier ou d’avant-hier ? Quelles reconfigurations produisent les expressions répétées et multiples des désillusions ? Comment, par exemple, le cynisme, le « complotisme » ou le « réalisme » deviennent-ils des modes énonciatifs privilégiés du politique ? De façon singulière, ces registres ne sont pas uniquement investis par des acteurs contestataires ou des gouvernés déçus : les dirigeants, journalistes, universitaires, experts internationaux et gouvernants des puissances étrangères y ont recours, selon des modalités variées, pour produire un récit de ce qui se passe et, partant, de ce qui peut se passer à l’avenir. Un puissant exemple en est le discours sur la stabilité, sur le retour au calme, survenant comme la seule option rationnelle après une période de « troubles » qu’il faudrait bien clôturer. La désillusion peut alors se décliner au négatif (déception) ou au positif (retour au « rationnel », loin des utopies irréalistes qui seraient porteuses de chaos). Il est particulièrement intéressant d’explorer la façon dont ce registre positif de la désillusion comme retour au « rationnel » peut s’articuler aux efforts du nouveau régime pour faire usage des commémorations et des martyrs, ou créer de nouveaux symboles, célébrations, images de « foules en liesse 50 », afin de produire un imaginaire de changement dans l’ordre restauré.

Les articles ici réunis apportent plusieurs éléments de réponse à ces questionnements, sans forcément les épuiser. Analysant les recompositions du leadership en Égypte, Assia Boutaleb aborde la question du mélange des discours sur le retour au calme et de l’évocation nostalgique du passé. Elle met au jour comment la capacité des dirigeants à « raconter une histoire » fait d’eux des leaders charismatiques, s’articule à des configurations « d’impasse politique dont la sortie n’est possible qu’avec une figure présidentielle forte ». Au lendemain du coup d’État du 3 juillet 2013 par lequel il destituait le président Mohammed Morsi élu un an plus tôt, le général al-Sissi se met en scène aux côtés d’une pluralité de personnalités politiques et religieuses aux orientations très variées – allant des salafistes à certains leaders de la gauche. Il « opère un cadrage de l’événement de la destitution sous l’angle du retour au calme et, quelque part, de la refondation d’un ordre politique stable » alors même que la répression s’abat sur des milliers de personnes dans le pays, et qu’une guerre civile qui ne dit pas son nom démarre dans une partie du territoire – le Sinaï – tenue loin des médias. Tandis que le président islamiste n’est pas parvenu à s’ajuster au « costume présidentiel », notamment parce qu’il n’arrivait pas à imposer sa capacité narrative même à son propre camp, al-Sissi renoue avec « les grands récits historiographiques nationalistes » en jouant avec emphase le rôle du soldat au service de sa nation. Mais, d’une certaine manière, ce sont les déboires narratifs du premier, dans la configuration de crise racontée comme une impasse par de nombreux acteurs, qui permettent la virtuosité du second, lequel n’a, au fond, que peu d’attributs charismatiques propres. On retrouve la nécessité de réhabiliter l’héritage du leader d’avant-hier, al-Sissi se posant comme le descendant de Nasser et Sadate 51  – Moubarak étant significativement évacué de la lignée.

Cette promotion du discours du retour au calme et aux fondamentaux de l’histoire nationale s’accompagne d’une dévalorisation de l’événement révolutionnaire en Égypte. Celui-ci est décrié par le régime en place et les médias qui le soutiennent comme une grande illusion, un complot fomenté par les Frères musulmans ou par des puissances étrangères. Or, comme le montre Farah Ramzy dans sa contribution, les militants étudiants qui font face à la désillusion – « tous les espaces sont fermés » – trouvent dans les stratégies de sauvegarde de « l’esprit révolutionnaire » une façon de poursuivre leurs actions. Documenter l’événement, « patrimonialiser l’expérience » constituent des manières d’affronter le désenchantement en œuvrant à ce que « les prochaines générations d’étudiants ne partent pas de zéro ». Ainsi, alors que les précédentes générations avaient échoué à transmettre, qu’elles étaient devenues des « mort-nés », ceux qui se pensent comme la génération du 25 janvier se revendiquent de ce passé militant tout en refusant de commettre la même erreur. La mémoire révolutionnaire devient moins un refuge nostalgique que le vecteur d’une action à venir – et protège singulièrement de la démobilisation.

Cette dynamique de la déception/démobilisation, dont on voit bien qu’elle n’est pas automatique, est également examinée par Enrique Klaus à partir du cas des acteurs de l’Agence Tunisie Afrique Presse. L’auteur analyse tout d’abord la façon indirecte dont l’euphorie révolutionnaire touche finalement ce bastion de l’ordre médiatique du régime Ben Ali : c’est par peur des représailles que les agenciers, confinés, vivent ensemble le moment révolutionnaire, « naviguent à vue » en craignant pour leur sort, puis se saisissent d’une affaire contre un magnat des médias proche de la clique du président déchu pour engager une rupture avec l’ordre ancien. Ce coup d’éclat ouvre une « parenthèse enchantée et enchanteresse », qui n’est paradoxalement possible que parce que l’ancien P.-D.G. est maintenu à la tête de l’agence, mais la baisse justement, sa tête, essayant de se faire oublier pour ne pas se la faire couper, ce qui laisse champ libre à des agenciers porteurs de demandes de réforme. La forclusion de l’illusio conjoncturelle se produit au fur et à mesure que ces derniers voient leurs requêtes rester lettres mortes et ouvrent petit à petit les yeux sur le faible renouvellement des cadres dirigeants – ce qu’ils semblaient étrangement ne pas voir pendant la parenthèse enchanteresse. C’est alors l’exit qui prime, dès janvier 2012, de façon prématurée, comme si le « hors délai » était en avance sur le temps politique du pays.

Le texte de Jean-Marcellin Manga et Alexandre Mbassi sur les (post-) manifestations au Cameroun nous invite à explorer plus avant les effets de la temporalité sur les perceptions changeantes des possibles et des impossibles. Dans le temps long, les auteurs mettent en évidence les jeux de trompe-l’œil pratiqués autour du droit à manifester depuis 1992 au Cameroun, tant par les représentants du pouvoir local que par les manifestants, selon des modalités différentes, bien sûr, mais qui se font miroir. Le discours sur « l’ordre public » des autorités se teinte d’une interprétation infantilisante des manifestants qui formeraient une « société civile » illusoire alors qu’ils ne seraient que « voyous et casseurs », « marchands d’illusions » usurpant le droit à manifester. Le registre positif de la désillusion – au sens de dévoilement de la réalité des choses – bat son plein, tout en fabriquant sa propre illusion démocratique. Symétriquement, les manifestants font mine de se leurrer de cette illusion, de croire donc que l’illusio pluraliste n’est pas forclose, car il s’agit là de la stratégie la plus payante : se comporter selon cette attente infantilisante, dire « merci à Biya », et « en demander deux fois plus ». À l’inverse, les manifestants qui ne feignent pas l’illusio de l’illusion éprouvent de plein fouet les signes de la forclusion. Qu’ils tentent de se mobiliser, qu’ils y parviennent parfois, ne change rien à l’affaire.

Immuabilité et mobilités : ce que le retour à l’ordre change à l’ordre autoritaire

Les moments de restauration sont, par excellence, ceux où se définissent les règles du jeu politique alors que celles-ci sont encore un enjeu publicisé (ce qui en situation autoritaire routinière est moins visible, lisible ou accessible à la majorité). C’est le moment où les lignes rouges sont en train d’être tracées, où des marges de manœuvre, des frontières et des interdits sont en cours de fixation. C’est aussi une période de purge dans les rangs de ceux que l’on considère comme étant de l’ancien régime, et simultanément d’émergence, appelée de ses vœux dans la crise précédente, de nouveaux profils de recrutement (pour faire face et incarner le « changement », la « révolution » ou la « transition »). L’intérêt de regarder ces situations hybrides tient donc au fait que ce sont des moments de fixation des nouvelles règles (formelles-informelles) et de nouveaux ordres qui autorisent ou non les acteurs à tenter des coups. La question de recherche devient dès lors : qu’est-ce que ces nouvelles règles, en train de se fixer, font aux acteurs de l’ancien régime et aux nouveaux challengers, et qu’est-ce que la permanence des modes de gouvernement fait aux nouveaux et… aux anciens ?

En effet, l’erreur classique consiste à considérer que les mêmes acteurs, parfois les mêmes individus, sont les acteurs du même jeu. En deçà de la cooptation des « grands » ou des gestes symboliques centraux de la restauration (libération des prisonniers, amnistie, « cadeaux » pour la réhabilitation des « anciens », etc.), la focale doit être mise aussi sur les mobilités politiques, souvent imperceptibles si l’on en reste à un discours englobant. Nous faisons ainsi l’hypothèse que, derrière la façade de la restauration et son impression d’immuabilité, se trament de multiples repositionnements, nouveaux répertoires et pratiques politiques qu’il est primordial d’étudier pour la compréhension de l’ordre politique en train de se constituer. Les mêmes personnes ne sont pas les acteurs de la même chose ou, pour le dire autrement, les tenants du pouvoir formel sont (partiellement) les mêmes mais ils ne jouent pas la même partition.

Là encore, toute une série de questions s’offrent à nous : quelles ressources sont valorisées dans les processus de reformation – ou de mutation – des routines et des règles ? Quels profils sociologiques, quels réseaux et groupes affinitaires (sectaires, tribaux, régionaux, professionnels ou liés à des parcours particuliers de socialisation), quelles générations tirent leur épingle du jeu, et au détriment de quels autres ? Que dire, par exemple, des styles d’hommes ou de femmes publics que la nouvelle donne rend saillants dans le bloc historique en reconstitution, à l’instar du député salafiste moderne et télégénique 52 , de l’entrepreneur émergent ou de la cheffe d’association de quartier devenus icônes du « nouveau développement », ou encore des figures artistiques et sportives qui fondent un nouveau récit de légitimation ? Il est également intéressant d’étudier les phénomènes de règlement de comptes, voire de vengeances, que l’opportunité politique nouvelle rend possible : des segments professionnels au cœur du régime (police, armée) qui se livrent à des luttes plus ou moins frontales, ou encore des jalousies historiquement nourries entre groupes ou personnalités des partis au pouvoir ou de l’ancienne opposition. On peut encore utilement penser, dans cette perspective sur la renégociation des règles, aux nombreux « faits accomplis » que l’effervescence pluraliste a permis et sur lesquels le nouveau régime essaie ou non de revenir : comment par exemple sont renégociés les illégalismes caractéristiques de « l’empiétement silencieux » (quiet encroachment)53 , ces résistances quotidiennes qui défient l’ordre établi et la répression, et qui se sont intensifiées pendant la séquence d’effervescence (petits commerces sans licence, vendeurs ambulants…) ?

Sur ces aspects aussi, les contributions à ce numéro livrent de précieux éclairages. En Égypte, l’intensité des débats sur les lois électorales et leur juridicisation montrent à quel point les règles deviennent le support des règlements de compte : comme l’écrit A. Boutaleb, « les batailles se jouent dans les tribunaux, notamment sur la question de la constitutionnalité de la loi électorale qui aboutit à la dissolution de l’Assemblée nationale, ou encore sur la question de la loi d’ostracisme des piliers de l’ancien régime ». Ironiquement, alors que l’élection présidentielle au suffrage universel est la seule règle qui fasse consensus, elle ne parvient pourtant pas à normer l’institution du leader présidentiel : celui qui « tire son épingle du jeu », qui s’ajuste au rôle institutionnel, c’est celui qui, précisément, se soustrait à la compétition électorale et à ses règles, se fait oublier comme candidat pour apparaître comme celui qui assume le pouvoir sans le revendiquer. Résistance de l’institution aussi, dans le cas de l’Agence TAP examinée par E. Klaus, en dépit, tout à la fois, de la profusion interne de nouvelles procédures proposées par le « comité de réforme » et du changement constitutionnel environnant. Cette activité normative se heurte aux habitus professionnels transmis d’une génération d’agenciers à l’autre et aux poids des structures organisationnelles, qui tendent à reconduire le modèle de « l’agence boîte postale » de la période bénaliste. Plus encore, le changement des règles du jeu – comme la dissolution des organes de propagande de l’ancien régime – entraîne, en interne à la TAP, le retour, au sens propre, d’agenciers précédemment promus et détachés à des postes d’influence. Réintégrés à la TAP, ils jouent une nouvelle partition : c’est désormais au sein de cette institution, et non pas en détachement ailleurs, qu’il leur faut reconstruire des positions de pouvoir… quand le détachement devient, à l’inverse, le lieu de « l’exit » des réformateurs déçus.

Au Cameroun, J.-M. Manga et A. Mbassi interrogent les pratiques de détournement de la règle sur les manifestations publiques. Bien que la loi, issue de l’effervescence pluraliste de 1991, prévoie que les manifestations doivent faire l’objet d’une déclaration préalable – et non d’une autorisation préalable –, les sous-préfets mettent leur véto à la plupart des demandes qu’ils reçoivent. Mais ils s’emploient à maintenir la fiction d’une effectivité de la règle pluraliste, en justifiant les interdictions qu’ils prononcent par le souci du respect « des institutions politiques » et de « l’État de droit ». Chaque dépôt de demande, chaque interprétation de la règle, engendre une intense activité procédurale et met en jeu des rapports de force avec les gouvernés, mais aussi entre les sous-préfets et leurs hiérarchies. Les acteurs protestataires ne sont pas en reste pour se saisir de l’espace de ruse qu’ouvre le droit et obligent de plus en plus souvent les sous-préfets à répondre de leurs décisions devant les juges. La règle, même instituée depuis plus de 20 ans, est donc toujours en renégociation et permet aux manifestants d’imposer des « faits accomplis », comme dans l’exemple décrit du cortège funèbre de Charles Ateba Eyené, déclaré comme tel en amont mais transmué, au cours de l’action, en épreuve de force avec le régime.

L’approche narrative et comparatiste pour laquelle nous optons dans ce dossier vise à parer tant aux écueils de la téléologie démocratique qu’à ceux de la téléologie autoritaire. La première reprend les illusions, maintes fois critiquées mais toujours attractives, des « consolidologues » qui font de la tenue de deux scrutins « transparents » et d’une alternance le critère comptable d’une démocratisation aboutie 54 . La seconde voudrait que, si consolidation il y eut, avec les « Printemps arabes » par exemple, ce fut seulement celle des oligarchies sécuritaires et néolibérales assurant depuis des décennies la « résilience » autoritaire dans la région. Au contraire, ce dossier analyse « les formes nouvelles en gestation 55» dans le présent pluriel des moments de restauration.

Ces moments relèvent des fausses évidences. En les abordant comme des moments de tiraillement et en prenant au sérieux ce qu’il s’y passe, on se retrouve confronté aux incertitudes que soulèvent ces « lendemains qui déchantent ». Une sociologie des acteurs, des trajectoires et des situations en train de se produire sans fixation mécanique d’un avant et d’un après… telle est la proposition épistémologique de ce travail. La démarche adoptée ici nous a conduits à repérer, au gré des narrations analytiques, une analogie centrale : les devenir-restaurations sont des moments de forclusion de l’effervescence pluraliste qui a marqué des séquences précédentes. Ces dynamiques complexes ont pu être saisies à la croisée de deux axes d’analyse, l’un portant sur les processus de désillusion, l’autre sur la renégociation des règles.

Enfin, faut-il le préciser ? Ce dossier se veut programmatique et, d’une certaine manière, en devenir. Il n’épuise bien entendu pas les questions des « changements politiques 56 » qui échappent à la « fin de l’histoire ». Contrairement aux théories libérales des années 1980 qui visaient à interpréter l’histoire de la fin des deux blocs comme une victoire idéologique et pratique de la démocratie libérale occidentale, la réalité contemporaine nous donne à voir une multiplication des situations politiques hybrides et versatiles, caractérisées par des dynamiques autoritaires, autant que par des mobilisations populaires et des expérimentations démocratiques. Si les travaux, aujourd’hui nombreux, sur l’hybridation des régimes ont permis des avancées importantes, l’élaboration d’outils conceptuels plus spécifiques reste nécessaire pour analyser plus précisément ces revers de l’histoire. Ainsi, l’entreprise de conceptualisation des moments de restauration que propose ce dossier cherche à ouvrir la voie à un travail analogue sur les « dérives » ou « resserrements » autoritaires non immédiatement consécutifs à des effervescences pluralistes dans des situations plus ou moins démocratiques (cas du Bénin 57 , du Botswana 58 , de la RDC 59 , de l’Éthiopie 60 , de la Hongrie, de la Turquie 61 …). De même, il faudrait interroger la spécificité des situations de guerres faisant suite à de telles séquences d’effervescence et dans lesquelles, qu’on le voie ou non, des processus politiques concomitants à la violence sont à l’œuvre (Libye, Yémen). Enfin, la montée des extrêmes droites, nationalismes et populismes en tout genre, en Europe, en Russie, aux États-Unis ou en Inde, doit certainement faire l’objet d’une réflexion qui dépasse les aires géographiques afin de comprendre en quoi elle se rapproche, ou s’écarte, des « dérives autoritaires » évoquées ci-dessus. Autant de points de départ à des histoires sociologiques qui permettrait de diffracter la geste autoritaire actuelle dans sa pluralité, et peut-être de trouver des termes plus adéquats pour la qualifier.

 

  1. C. Christen-Lécuyer et E. Fureix, « Introduction », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 35, 2007, p. 10. []
  2. J.-Y. Mollier, M. Reid et J.-C. Yon (dir.), Repenser la Restauration, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 9. []
  3. Nous reprenons ce concept de Gramsci en référence aux usages qu’en ont fait Richard Banégas (La démocratie à pas de caméléon. Transition et imaginaires politiques au Bénin, Paris, Karthala, 2003), ou Michel Camau et Vincent Geisser (Le syndrome autoritaire : politique en Tunisie de Bourguiba à Ben Ali, Paris, Presses de Sciences Po, 2003). Pour ces derniers, examinant le cas tunisien, le bloc historique reposait sur l’interdépendance profonde des élites sectorielles et sur « l’infrastructure centrale du système », par définition intersectorielle, formée par le « Palais », l’appareil sécuritaire, l’armée et le milieu des affaires. Loin d’en livrer une image figée, fidèle à la « surface immobile » que le bloc historique entendait donner de lui-même, les auteurs soulignaient les multiples et conflictuelles mobilités qui le traversaient. []
  4. Voir M. Aït-Aoudia, L’expérience démocratique en Algérie, Paris, Presses de Sciences Po, 2015. []
  5. R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État. Hégémonie et subalternité en Mauritanie », Politique africaine, 2009, n° 114, p. 5-23. []
  6. Pour une analyse centrée sur les médias, voir M.-S. Frère, « Silencing the Voice of the Voiceless : The Destruction of the Independent Broadcasting Sector in Burundi », African Journalism Studies, vol. 37, n° 1, 2016, p. 137-146. []
  7. M. Camau et G. Massardier (dir.), Démocraties et autoritarismes. Fragmentation et hybridation des régimes, Paris, Karthala, 2009. []
  8. Nous suivons ainsi Michel Dobry dans sa critique de « la logique classificatoire ». Ce dernier mettait en garde contre l’idée que penser équivaudrait à classer, et que l’attribution (ou le retrait) des étiquettes constituerait la seule question de recherche légitime. Voir M. Dobry, « La thèse immunitaire face aux fascismes. Pour une critique de la logique classificatoire », in M. Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003 : « [Cette] opération intellectuelle, qui peut paraître anodine, mais qui en réalité sous-tend l’ensemble de [l’interprétation historique de la “thèse immunitaire” face au fascisme] consiste avant tout dans le simple acte de classer, classer tel mouvement ou tel courant politique dans la catégorie “fascisme” – ou “fascisme authentique” – et classer tel autre mouvement ou courant en dehors de cette catégorie, en faisant passer entre les phénomènes ainsi catégorisés une frontière nette. La pente de cette logique intellectuelle est par ailleurs d’attribuer aux phénomènes ainsi classés, c’est-à-dire séparés et opposés, des différences de “nature” ou d’“essence” », p. 17. []
  9. Ibid., p. 66. []
  10. J.-F. Bayart, « Note sur la notion de restauration autoritaire », correspondance personnelle avec les auteurs, 19 septembre 2016. []
  11. J.-F. Bayart, « France-Afrique : la fin du pacte colonial », Politique africaine, n° 39, 1990, p. 47-53 ; « France-Afrique : aider moins pour aider mieux », Politique internationale, n° 56, 1992, p. 141-159. []
  12. G. O’Donnell et P. C. Schmitter, Transitions from Authoritarian Rule. Tentative Conclusions about Uncertain Democracies, Baltimore/Londres, John Hopkins University Press, 1986. []
  13. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. “La Baule, et puis après ?” », Politique africaine, n° 43, 1991, p. 5-20. []
  14. J.-F. Bayart, S. Ellis et B. Hibou, La criminalisation de l’État en Afrique, Bruxelles, Complexe, 1997. []
  15. J.-F. Bayart, « La politique africaine de la France : de Charybde en Scylla ? », Politique africaine, n° 49, 1993, p. 133-143 ; du même auteur, « Réflexions sur la politique africaine de la France », Politique africaine, n° 58, 1995, p. 41-50. []
  16. J.-F. Bayart, « La problématique de la démocratie en Afrique noire… », art. cité, p. 17-18. []
  17. J.-F. Bayart, « L’Afrique invisible », Politique internationale, n° 70, 1995-1996, p. 291. []
  18. Ibid., p. 292. []
  19. Voir aussi la formulation plus synthétique de ce paradigme proposée dans un texte ultérieur, J.-F. Bayart, « La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne », Pouvoirs, n° 129, 2009, p. 34-36. []
  20. A. Mbembe, « Épilogue. Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’État », in P. Geschiere et P. Konings (dir.), Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Karthala, 1993, p. 373. Voir aussi : sur les inconséquences de la diplomatie française dans la crise togolaise, J. Heilbrunn et C. Toulabor, « Une si petite démocratisation pour le Togo… », Politique africaine, n° 58, 1995, p. 85-100 ; sur les exacerbations des structures dédoublées et des pratiques criminalisées, P. Quantin, « Congo : transition démocratique et conjoncture critique », in J.-P. Daloz et P. Quantin (dir.), Transitions démocratiques africaines : dynamiques et contraintes (1990-1994), Paris, Karthala, 1997, p. 139-191 ; S. Randrianja, « Madagascar : entre restauration autoritaire et réseaux mafieux », L’Afrique politique 1997. Revendications populaires et recompositions politiques, Paris, Karthala/CEAN, 1997, p. 21-38 ; et sur l’ethnicisation des rapports politiques et sociaux, R. Otayek, « L’Afrique au prisme de l’ethnicité : perception française et actualité du débat », La revue internationale et stratégique, n° 43, 2001, p. 129-142. []
  21. Ces partitions renvoient aux trois autres concepts qui complètent chez J.-F. Bayart celui de restauration autoritaire et qui ont tout autant, sinon plus, été investis par l’auteur pour analyser les rapports entre autoritarisme, révolution, libéralisation et démocratisation : celui de situation thermidorienne (processus de libéralisation ambivalente des régimes autoritaires nés d’une révolution populaire ; voir J.-F. Bayart, « Le concept de situation thermidorienne : régimes néo-révolutionnaires et libéralisation économique », Questions de recherche, n° 24, mars 2008, Paris, Ceri/Sciences Po), celui de révolution passive (processus d’instauration de « dictatures sans hégémonie » ; J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 1989 ; J.-F. Bayart et R. Bertrand, « Avant-propos », in R. Banégas, J.-F. Bayart, R. Bertrand, B. Hibou, F. Mengin et J. Meimon, Legs colonial et gouvernance contemporaine, Volume II, Paris, Fasopo, décembre 2006, p. 4-12) et celui de révolution passive démocratique (processus de démocratisation sans rupture avec les régimes autoritaires). Cette dernière notion a été élaborée par Richard Banégas, à partir de l’étude de la transition politique béninoise des années 1990, pour montrer comment celle-ci s’est opérée sur le mode « d’une assimilation réciproque des élites anciennes et nouvelles, de la cooptation et des transactions collusives entre acteurs issus de diverses générations et strates sociales, collusions facilitées par le “nomadisme” partisan, la corruption grandissante et la marchandisation électorale ». Mais si continuité il y a, elle ne signifie en aucun cas immobilisme, puisque les « matrices morales du pouvoir » sont bien modifiées et mises en cause dans ce processus. Voir R. Banégas, La démocratie à pas de caméléon…, op.cit. ; « L’autoritarisme à pas de caméléon ? Les dérives de la révolution passive démocratique au Bénin », Afrique contemporaine, n° 249, 2014, p. 99-118. []
  22. J.-F. Bayart, « Retour sur les Printemps arabes », Politique africaine, n° 133, 2014, p. 175. []
  23. R. Buijtenhuijs, Transition et élections au Tchad, 1993-1997. Restauration autoritaire et recomposition politique, Paris, Karthala/ASC, 1998. []
  24. M. Gazibo, « La vertu des procédures démocratiques. Élections et mutation des comportements politiques au Niger », Politique africaine, n° 92, 2003, p. 145-156. []
  25. En 2006, M. Hilgers et J. Mazzochetti soulevaient une question similaire : le rétablissement du pouvoir de Blaise Compaoré et la marginalisation de l’opposition politique institutionnelle en 2005, à la suite des révoltes liées à l’assassinat du journaliste Norbert Zongo (1998), pouvaient-ils « pour autant réduire une opposition de conscience, une opposition populaire présente dans les pratiques quotidiennes ? ». Voir M. Hilgers et J. Mazzocchetti, « L’après-Zongo : entre ouverture politique et fermeture des possibles », Politique africaine, n° 101, 2006, p. 5-18. []
  26. D. Péclard, « Les chemins de la “reconversion autoritaire” en Angola », Politique africaine, n° 110, 2008, p. 5-20. []
  27. A. Aterianus-Owanga et M. Debain, « “Demain, un jour nouveau ?” Un renversement électoral confisqué au Gabon », Politique africaine, n° 144, 2016, p. 157-179. []
  28. Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie. Une “illusio” postcoloniale ? », Politique africaine, n° 75, 1999, p. 131. On retrouve certaines dimensions du paradigme de J.-F. Bayart lorsque l’auteur évoque l’exacerbation des pratiques de l’homo manducans, la vampirisation et la criminalisation de l’État, ou encore le transformisme à l’œuvre dans le renouvellement des élites. []
  29. Ibid., p. 132. []
  30. Ibid., p. 133-134. []
  31. Ibid., p. 135. []
  32. Cette piste a en partie été reprise par R. Ciavolella et M. Fresia, « Entre démocratisation et coups d’État… », art. cité. []
  33. Z. Ould Ahmed Salem, « La démocratisation en Mauritanie… », art. cité, p. 136. []
  34. G. Hermet, Les désenchantements de la liberté. La sortie des dictatures dans les années 1990, Paris, Fayard, 1993, p. 170-171. []
  35. A. Bensa et E. Fassin, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, n° 38, 2002, p. 5-20. []
  36. « Une certaine forme d’adhésion au jeu, de croyance dans le jeu et dans la valeur des enjeux qui fait que le jeu vaut la peine d’être joué, est au principe du fonctionnement du jeu, et […] la collusion des agents dans l’illusio est au fondement de la concurrence qui les oppose et qui fait le jeu lui-même. Bref, l’illusio est la condition du fonctionnement d’un jeu dont elle est aussi, au moins partiellement, le produit ». P. Bourdieu, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 89, 1991, p. 22-23. []
  37. G. Deleuze, Logique du sens, Paris, Éditions de Minuit, 1969 (version électronique 2013), p. 9-10. []
  38. Ibid. []
  39. Ibid. []
  40. Ibid., p. 12. []
  41. Ibid., p. 11. []
  42. Ibid., p. 11. []
  43. L. Sawaf, « The Armed Forces and Egypt’s Land », Madamasr, 26 avril 2016. []
  44. H. Bahgat, « Anatomy of an Election. How Egypt’s 2015 Parliament Was Elected to Maintain Loyalty to the President », Madamasr, 14 mars 2016. L’auteur, militant des droits de l’homme, a fait l’objet de plusieurs arrestations en raison de ses travaux d’investigation sur l’armée. []
  45. M. A. Garretón, La posibilidad democrática en Chile, Santiago, Flacso, 1989 ; O. Dabène, « Enclaves autoritaires en démocratie : perspectives latino-américaines », in O. Dabène, V. Geisser et G. Massardier (dir.), Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au xxie siècle, Paris, La Découverte, 2008, p. 89-112 ; A. Allal et V. Geisser, « La Tunisie de l’après-Ben Ali », Cultures & Conflits, n° 83, 2011, p. 118-125. []
  46. M. Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 [3e édition]. []
  47. W. H. Sewell, « Trois temporalités : vers une sociologie événementielle », in M. Bessin, C. Bidart et M. Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, 2009, p. 140. []
  48. M. Dobry, Sociologie des crises politiques…, op. cit., p. 133. []
  49. « La distribution des opinions et dispositions n’[y] est connue de personne. Les individus opposés au régime croient que la plupart des autres y sont favorables ou l’acceptent alors même qu’en réalité la majorité peut y être hostile. Il en résulte, sauf chez une minorité d’opposants résolus, en butte à la répression, une inclination au mutisme, qui contribue au maintien du statu quo et nourrit un sentiment d’impuissance ». M. Camau, « Un printemps arabe ? L’émulation protestataire et ses limites », L’Année du Maghreb, vol. 8, 2012, p. 27-47 ; voir aussi T. Kuran, Private Truths, Public Lies : The Social Consequences of Preference Falsification, Cambridge, Harvard University Press, 1995. []
  50. N. Mariot, « Foules en liesse et “maréchalisme” des populations. Les images des voyages officiels de Pétain montrent-elles des mouvements d’opinion ? », Sociétés et représentations, n° 12, 2001, p. 143-159. []
  51. Des affiches, diffusées un peu partout en Égypte, montrent les portraits des trois hommes sous-titrés par le proverbe suivant : « hadha al-shibl min dhak al-asad », littéralement « Ce lionceau tient de ce lion » ou « Il en est le portrait tout craché ». []
  52. Voir par exemple les travaux de Stéphane Lacroix sur le salafiste Emad Abd al-Ghaffour, président du parti al-Nour en Égypte, nouvel entrant du bloc historique : S. Lacroix, « Sheikhs and Politicians : Inside the New Egyptian Salafism », Policy Briefing, Washington, Brookings Institution, juin 2012. []
  53. A. Bayat, « Un-Civil Society : The Politics of the “Informal People” », Third Word Quarterly, vol. 18, n° 1, 1997, p. 53-72. []
  54. S. Huntington, The Third Wave : Democratization in the Late Twentieth Century, Norman, University of Oklahoma Press, 1991. []
  55. S. Heydemann, « La question de la démocratie dans les travaux sur le monde arabe », Critique internationale, n° 17, 2002, p. 62. []
  56. M. Camau, « Changements politiques et problématiques du changement », Annuaire de l’Afrique du Nord 1989, tome 28, Paris, Éditions CNRS, 1991, p. 3-12. []
  57. R. Banégas, « L’autoritarisme à pas de caméléon… », art. cité. []
  58. I. Taylor, « Le Botswana face à la montée de l’autoritarisme », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 116-129. []
  59. F. Polet, « Kinshasa, les 19, 20 et 21 janvier 2015. Une révolte démocratique », Revue Tiers Monde, n° 228, 2016, p. 23-43. []
  60. J.-N. Bach, « L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ? », Politique africaine, n° 142, 2016, p. 5-29. []
  61. A. Insel, « Turquie : la dérive autoritaire », Esprit, n° 3, 2016, p. 13-16. []

Planifier en Afrique

Depuis 2000, la lutte contre la pauvreté et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), remplacés par les Objectifs de développement durable (ODD) en 2015, ont induit l’emploi d’une ingénierie planificatrice censée permettre un retour du volontarisme en matière économique et sociale en rupture avec la rigueur macroéconomique de l’ajustement structurel 1 . Après des décennies 1980 et 1990 dédiées à la privatisation et à la « décharge 2 », les interventions directes de l’État sont à nouveau au goût du jour. L’« inclusion », devenue un des nouveaux mots d’ordre des organisations internationales depuis les printemps arabes de 2011, se traduit par la mise en place de subventions à la consommation, de programmes d’emploi de jeunes chômeurs, de programmes de transferts sociaux aux « pauvres 3 ». Sur le plan économique, les bureaucraties étatiques font de l’attraction des investisseurs internationaux un enjeu prioritaire, et elles revitalisent en conséquence les directions, agences ou commissariats en charge de la promotion de l’investissement, lancent des programmes d’infrastructure, d’aménagement du territoire, de développement des communications, accompagnées en cela par les organisations internationales, qui ont remis l’investissement public au cœur de leur doctrine 4 .

Ces changements doivent être pris au sérieux. Alors que de nombreux observateurs considéraient que « tout changeait pour que tout reste pareil 5 » au moment où sonnait la fin officielle de l’ère de l’ajustement structurel, l’entrée dans le nouveau siècle a ouvert une période de pluralisation des pratiques et des discours économiques en Afrique. Les procédés néolibéraux de la « gestion axée sur les résultats » se sont généralisés dans la conduite des politiques publiques du continent. L’emploi de nouvelles techniques est susceptible de transformer les formes de la citoyenneté et de la justice sociale : des transferts publics sont désormais alloués à des individus identifiés par des procédés de « ciblage » socioéconomique, tandis que le financement des programmes de développement n’intervient qu’après des « expérimentations aléatoires 6 » sur des groupes cibles, parfois pour tester les chances de modifier leurs comportements 7 . Les taux de croissance élevés affichés par de nombreux pays du continent permettent en outre au « transformisme » de l’État africain 8  de se renouveler, comme le suggèrent les cas du Rwanda, du Mozambique ou de l’Éthiopie, promoteurs d’un style de gouvernement fondé sur des héritages autoritaires mais aussi chantres d’une Afrique « émergente », et à ce titre pays modèles pour le développement 9 . Cette évolution fait débat sur le continent : les faux-semblants des rhétoriques de l’émergence sont aussi en cause dans les révolutions du Burkina Faso ou de la Tunisie, où l’inégalité et l’injustice sont apparues comme les corollaires des discours officiels de ces « bons élèves » de l’aide (voir l’interview de Kako Nubukpo dans ce dossier).

Pour éclairer le sens que peuvent recouvrir de telles transformations, le présent dossier étudie les pratiques africaines de la planification. Par planification, nous entendons les techniques quantitatives, les modèles et les procédures utilisés pour la formulation des politiques économiques et sociales. Étudier ces procédés techniques par le biais des sciences sociales, c’est questionner les « façons d’agir sur l’économie » qui mettent en lien les outils économiques et de quantification, les manières de penser la société et les interventions de l’État 10 . Les savoirs et ingénieries du développement forment des technologies de gouvernement 11 . Que nous révèle la planification des processus de formation de l’État en Afrique ? En quoi les pratiques de la planification structurent-elles les relations sociales et politiques et les modes de gouvernement en Afrique ? Les techniques récemment apparues sont-elles le signe de l’avènement de nouvelles formes d’interventions ?

Les trajectoires de la planification depuis le colonialisme tardif

Évoquer le plan, c’est bien sûr faire référence à la planification centralisée qui, dans l’après-guerre, entend employer des modèles scientifiques pour piloter les politiques nationales et impulser des transformations économiques et sociales. En Afrique, ces techniques sont associées au développementalisme qui prévaut du colonialisme tardif aux années 1970. Le Colonial Development and Welfare Act de 1940 dans l’Empire britannique et l’institution du Fonds d’investissement économique et social (Fides) dans l’Empire français en 1946 engagent la confection de plans, supports des nouvelles politiques d’équipement et de développement. L’époque, marquée par le Plan Marshall et l’essor de la planification et du keynésianisme en Europe, connaît dans les colonies une multiplication de grèves et de mouvements sociaux qui sont la manifestation d’une demande sociale pressante 12 . Plus tard, dans la période qui suit les indépendances, l’élaboration de plans, quasi-généralisée, incarne la souveraineté. Ceux-ci sont la clé de voûte des projets de transformation des sociétés qui, socialistes ou capitalistes, entendent rompre avec le pouvoir colonial en même temps que promouvoir le développement.

Au terme des années 1970, de multiples bilans estiment que les plans n’ont pas produit les résultats escomptés 13 . En pleine crise de la dette, la dénonciation des systèmes de planification contribue à justifier les orientations libérales des programmes de stabilisation, puis d’ajustement structurel 14 . Elle est aussi au cœur de la désillusion vis-à-vis des théories de la dépendance, y compris pour l’OUA (Organisation de l’unité africaine) et la CEA (Commission économique pour l’Afrique) qui se rapprochent des positions des institutions de Bretton Woods au milieu des années 1980 ((J. Ravenhill, « Adjustment with Growth : A Fragile Consensus », The Journal of Modern African Studies, vol. 26, n° 2, 1988, p. 179-210.)) . Utiliser le terme de planification pour évoquer l’Afrique contemporaine peut dès lors sembler anachronique. Avec l’établissement d’une hégémonie de la pensée macroéconomique orthodoxe, la promotion du laisser-faire et l’emploi des technologies néolibérales de la privatisation, la raison planificatrice peut sembler avoir été reléguée à un passé révolu. Une telle lecture est pourtant normative et insuffisante. Les décennies 1980 et 1990 sont un moment où s’opère une diffraction bien plus qu’un abandon des approches de la planification. Les effets de la rigueur drastique des politiques économiques du début des années 1980, menées sous la houlette du FMI, obligent à redonner très vite une place à la croissance et à l’investissement public dans les pays africains, pour piloter les projets et relancer les politiques sociales notamment 15 . Des politiques d’éducation ou de santé, considérées comme prioritaires, sont de manière croissante couplées aux politiques d’ajustement. En outre, les outils évoluent : la conduite d’enquêtes sociales et sur la pauvreté devient régulière sous l’égide de la Banque mondiale 16 , tandis que la France, capitalisant sur les technologies élaborées au cours des années 1970 par des organismes paraétatiques – comme la Sedes (Société d’études pour le développement économique et social) mentionnée ici par Louise Barré par exemple –, promeut des outils de programmation de l’investissement public ou des modèles macroéconomiques fondés sur une conception plus keynésienne que celle promue par le FMI 17 . Les mesures du développement sont en outre questionnées, à l’instar du Pnud qui conteste la prééminence de la croissance en publiant l’indice de développement humain à partir de 1990. Les nouvelles doctrines libérales ouvrent enfin la voie à un important renouveau dans l’approche du développement, en donnant un rôle de premier plan à l’amélioration de l’efficacité de la dépense au détriment du volontarisme. L’interventionnisme étatique est donc refaçonné, contrairement à la vulgate néolibérale qui suppose la disparition de l’État 18 .

On peut le formuler de manière plus générale : les innovations de la planification n’ont cessé de participer des transformations des modes de gouvernement africains depuis le milieu du xxe siècle. Dans les années 1960, les théories de la modernisation américaines ou les coopérations techniques avec les pays socialistes s’étendent au gré des coopérations nouées par les jeunes États et favorisent l’importation de techniques par l’Afrique. En période de guerre froide, ces innovations contribuent à la constitution des imaginaires économiques et sociaux sur le sous-développement, le panafricanisme ou l’avènement d’une société capitaliste 19 . Des approches du développement sont aussi élaborées pour promouvoir l’unité africaine 20 . En 1962 en outre, l’Institut africain de développement économique et de planification (Idep) est créé à Dakar sous l’égide des Nations unies 21 . À compter des années 1970 est initiée l’importation des outils dérivés des réformes américaines de la planification et du budget (réformes connues sous le nom de Planning, Programing and Budgeting System), qui finissent, dans les années 2000, par reformuler toute la terminologie du développement autour de la question de la « gestion axée sur les résultats ». Quant aux années 2000, elles connaissent un retour en force des techniques et de la terminologie de la planification volontariste : cadres stratégiques de lutte contre la pauvreté promus par la Banque mondiale, plans d’atteinte des OMD, stratégies d’accélération de la croissance sont au centre de la gestion publique des pays africains. Comme le remarque Kako Nubukpo dans le présent numéro, un mouvement historique de réhabilitation de l’État 22 , à la fois lié à la fin de l’ajustement structurel et à la crise financière de 2008, a récemment permis aux États africains de réintroduire le long terme dans la formulation de leurs politiques, ce qui s’est notamment traduit par un foisonnement de stratégies « d’émergence » sur le continent 23 .

La planification est aussi demeurée un site majeur d’énonciation du politique dans les pays dits « en développement ». La figure de l’État planificateur, au cœur de répertoires et d’imaginaires politiques, y reste un horizon de pensée : mémoires de l’État bienfaiteur, frustration de son affaiblissement sous le coup de l’ajustement, ou appel au retour du volontarisme développementaliste orientent les demandes d’État et les débats publics 24 . Comme l’ont démontré Vincent Bonnecase et Daniel Speich en outre, les outils techniques, comme le calcul de la croissance ou les objectifs sociaux par exemple, véhiculent des imaginaires du progrès 25 . Dans les travaux administratifs, comme dans les imaginaires politiques, le « Plan » recoupe donc une réalité sociale et politique multiforme. Il est d’ailleurs symptomatique que les administrations en charge de la programmation des politiques et des investissements puissent aujourd’hui être désignées par le terme de « plan », et leurs fonctionnaires par celui de « planificateurs », dans des pays qui ne possèdent plus officiellement de direction du même nom, comme je l’ai observé en Mauritanie. À l’inverse, l’importance du passé planificateur et développementaliste peut aussi être oubliée, comme le défend Alden Young pour le Soudan contemporain 26 . Mais pour lui cet oubli est le signe d’une difficulté à admettre le rôle progressiste et modernisateur que l’État a joué dans le passé de ce pays, ce qui confirme en creux le rôle de la planification dans les trajectoires et les imaginaires historiques.

« Chaînes planificatrices » : la multiplicité des pratiques et des acteurs

Ce dossier ne considère donc pas que les formes de « planification centralisée » promues lors de la période développementaliste doivent constituer l’idéal-type auquel tout questionnement sur le plan se rapporte. Outre le fait que la planification semble désigner un ensemble changeant au cours de l’histoire, elle renvoie à des approches plurielles et peu aisées à circonscrire. À l’époque de la planification centralisée déjà, de multiples définitions normatives de ce que doit être un « bon plan » existaient, qu’il s’agisse de la planification impérative d’inspiration soviétique 27 , de la planification indicative 28 , de la planification développementaliste liée aux théories de la modernisation 29   ou des plans inspirés des théories de la dépendance 30 . Ces différentes approches ne renvoient pas aux mêmes conceptions. Le sens donné aux objectifs n’est par exemple pas le même : dans la planification impérative, ils fondent un principe d’autorité, le futur devant advenir conformément à ce qui a été décidé (comme dans le texte de François Enten sur l’Éthiopie contemporaine) ; dans la planification d’une économie libérale, ou dans la planification indicative, l’État tente de faire tendre l’économie vers un certain équilibre, en incitant les acteurs à effectuer des choix optimaux, comme sur des marchés 31 , ainsi que le montre Geoffrey Traugh à propos de la figure des « agriculteurs maximisateurs » au Malawi. Les pays africains ont eux aussi développé des modèles spécifiques de planification lors de l’indépendance, certains d’entre eux ayant notamment cherché à redéfinir une science économique plus adaptée aux environnements africains, contrairement à la planification coloniale 32 . Les acceptions normatives de ce qui relève de la planification peuvent aussi changer : ainsi les prix ont été un des éléments essentiels des plans jusqu’aux années 1970, les États corrigeant les imperfections du marché par leur biais 33 . Mais, depuis que la recherche de la « vérité des prix » a guidé les politiques durant l’ajustement structurel, agir sur les prix est considéré comme du ressort d’une politique sociale ou d’aide à des filières (d’où l’invention de la notion de « subvention 34 »). Les techniques planificatrices peuvent encore être portées par des acteurs divers, notamment privés : pour la planification marxiste, dans les années 1960, la gestion des entreprises est une question centrale 35 . Les techniques de gestion des entreprises se sont évidemment immiscées au cœur de la formulation des politiques nationales, par exemple l’emploi du « cadre logique 36 », tout comme les procédés financiers (cas des fonds d’investissement agricole documentés par Antoine Ducastel 37 ). Dans de nombreux pays en outre, le travail technique peut être réalisé par des cabinets de conseil, comme l’évoque le texte de Kako Nubukpo. Aussi, analyser les interventions menées au nom de la planification demande-t-elle de comprendre un ensemble de pratiques vaste, changeant et aux contours flous.

Le raisonnement par le biais de « modèles » ou d’idéaux-types n’est donc pas pertinent. Le présent dossier entend échapper aux écueils des jeux de catégorisation en ayant recours à trois approches méthodologiques. Premièrement, en approchant les travaux de planification dans les cadres sociaux spécifiques qui leur ont donné naissance. Les mêmes outils ont des significations très différentes selon les contextes dans lesquels ils s’insèrent. Un cas classique est la comparaison que fait Alain Desrosières entre les plans néerlandais et français des années 1950 aux années 1970, pour lesquels les modèles macro-économiques jouent par exemple des rôles très différents : aux Pays-Bas, ils sont vus comme producteurs de vérités objectives, alors qu’en France ils servent à réunir les acteurs sociaux autour d’un chiffre, fût-il simpliste, pour engager le dialogue  38 . Comme le montre ici Kako Nubukpo, les usages et techniques des planifications africaines peuvent aussi être comparées d’un pays à un autre et saisies dans les significations propres qu’elles revêtent.

Deuxièmement, le dossier s’intéresse aux « chaînes planificatrices 39  », les modes de « vulgarisation » doivent aussi être considérés pour aborder la planification : les discours officiels des États, les productions des médias ou encore les travaux des partis et des associations contribuent à la légitimation des politiques économiques ; ils les relaient, se les approprient et les réinventent en une pluralité de lieux. Les critiques des discours planificateurs, les controverses qu’ils suscitent ou dans lesquels ils s’insèrent forgent aussi les rapports sociopolitiques induits par les plans. C’est ce que montre Geoffrey Traugh en évoquant les tentatives de constitution d’une figure d’« agriculteur maximisateur » au Malawi, qui se heurte aux refus des paysans, lesquels opposent des alternatives et des demandes précises au gouvernement. L’étude du « hors-champ » n’est pas seulement importante pour informer sur des contextes, mais également pour prendre en compte le rôle des ingénieries étatiques dans les situations de changement, d’instabilité ou de conflit, en étudiant en quoi la planification participe des renégociations du politique 40 . Il s’agit aussi de rendre compte avec justesse de l’influence qu’ont les plans et leurs données sur les sociétés concernées. Les modalités d’appréciation des besoins et la répartition de l’aide en Éthiopie (Enten), les taux de rendement fantaisistes calculés par la Banque mondiale au Malawi (Traugh), les chiffres de population en Côte d’Ivoire (Barré) ou les imprécisions des travaux des administrations économiques dans la période de l’indépendance au Kenya (Speich) construisent le monde social par les chiffres et y font circuler des grandeurs. Aussi, « débusquer la planification dans des endroits inattendus » en cherchant à saisir les occurrences plurielles auxquelles elle donne lieu permet de comprendre la planification par ses usages largement disséminés 41 .

Ces choix de méthode ont une conséquence importante. Il serait tentant d’évoquer l’existence d’une « résurgence planificatrice », en considérant que les techniques de la planification actuelles sonnent comme de nouveaux avatars de pratiques plus anciennes : les nouveaux plans réhabilitent par exemple l’objectif d’accélération de la croissance, comme Charles Bettelheim le promouvait déjà dans les années 1960, tandis que le big push remis au goût du jour par Jeffrey Sachs est une rémanence des théories de la modernisation 42 . Mais une telle expression est évidemment trompeuse, tant le volontarisme d’aujourd’hui emploie des procédés renouvelés à même de redéfinir son contenu – il suffit de penser par exemple aux mesures dites « à gain rapide » (« quickwins » en anglais), peu onéreuses, identifiées par les organisations internationales et mises en œuvre à grande échelle, comme la distribution de moustiquaires imprégnées pour lutter contre le paludisme 43 .

De la formation de l’État à la co-construction entre statistiques et monde social

Travaillant hors de l’Afrique, Alain Desrosières a avancé l’idée que les travaux de quantification « tiennent » lorsqu’ils sont légitimés par des conventions socialement validées. Theodore Porter a pour sa part montré que les techniques statistiques ont structuré les conceptions de la vérité et de la scientificité dans l’action économique en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni depuis le xixe siècle 44 . Ces travaux reviennent à considérer que les mesures statistiques, les façons de penser le monde social et l’action de l’État sont dans un rapport de « co-construction ». Pour avoir une valeur sociale, les conventions de calcul doivent susciter la confiance, en résultant de processus historiques qui les légitiment. Ceci conduit même Alain Desrosières à comparer la confiance dans les chiffres à la confiance dans la monnaie  ((A. Desrosières, « Du réalisme des objets de la comptabilité nationale », in A. Desrosières, Gouverner par les nombres…, op. cit., p. 267-269.)) .

Dans de nombreuses situations africaines, l’existence d’un rapport de co-construction entre les relations sociales et les pratiques de la quantification et de l’ingénierie économique ne va pas de soi. La vision (macro)économiciste de l’ajustement a contribué à rendre hégémonique un savoir technique qui élude souvent les réalités économiques et sociales du continent 45 . Le fait que les représentations chiffrées ne peuvent être satisfaisantes à cause des activités informelles, par définition non enregistrées et qui ne peuvent être estimées que de manière fragile, a été largement accepté. Dès lors, quelle portée et quel contenu donner à la notion de co-construction en Afrique, et dans quelle mesure est-elle utile pour comprendre les trajectoires politiques sur le continent ?

Les réponses apportées par le présent dossier sont nuancées. Les textes font ressortir le fait que la planification participe des processus de formation de l’État. Le texte de Geoffrey Traugh sur le Malawi post-indépendance, rejoignant les travaux de Ferguson 46 , met en évidence que les modèles de la Banque mondiale véhiculent des représentations des agriculteurs qui sont très éloignées de leurs comportements et de leurs aspirations effectives, apparaissant comme des packages formatés, désincarnés et sourds aux réalités du continent. Mais il montre aussi que les calculs et les plans ainsi élaborés suscitent le rejet des agriculteurs, si bien qu’ils conduisent à une adaptation des programmes et des actions au gré des luttes et des controverses. Plans et relations sociales et politiques suivent dès lors un processus concomitant de formation. Il rappelle ainsi qu’il est possible d’observer une co-construction même lorsque les catégories et les méthodes que les procédés technocratiques emploient ne sont pas considérées comme légitimes pour refléter ou orienter le monde social 47 . Kako Nubukpo suggère pour sa part que si les politiques de développement d’inspiration internationale sont souvent « hors-sol », avec des conséquences très palpables (notamment en produisant l’exclusion de ceux qui ne sont pas comptés et représentés par les chiffres), la planification a la possibilité de devenir un outil pour le dialogue social et le lieu d’expression d’attentes par les citoyens. Dans un pays comme le Togo, les concertations autour de plans peuvent par exemple donner plus de « voix » aux citoyens que le vote. Dans la gestion des politiques alimentaires éthiopiennes présentée par François Enten, le gouvernement oriente et fabrique des chiffres au gré de ses priorités – et en faisant valoir son autorité –, mais il enrôle ce faisant un ensemble d’acteurs de la chaîne administrative et du parti dans leur construction, à différents échelons hiérarchiques et territoriaux. Leurs contributions à la mise en nombres façonnent l’accès aux denrées de l’aide 48 .

Les plans sont par ailleurs susceptibles de contribuer au renouvellement des pactes sociopolitiques. Les réformes et les programmes de développement menés à partir de 1940 dans les empires français et britanniques ont par exemple répondu à d’amples mouvements sociaux, tout en participant de l’émergence d’un nouveau traitement des questions sociales, notamment autour du travail  ((F. Cooper, Décolonisation et travail en Afrique…, op. cit., p. xx.)) . Les planificateurs des empires ont aussi posé les bases des compromis sociopolitiques des jeunes nations indépendantes, dont les élites étaient largement imprégnées des théories de la modernisation élaborées dans les années 1950 49 . Les textes du dossier l’illustrent également. Daniel Speich le fait sur le Kenya, en expliquant comment les élites nationales kenyanes se saisissent des débats et des savoirs internationaux sur la planification pour affirmer leur légitimité et leur compétence pour diriger le pays. Dans la jeune Côte d’Ivoire indépendante décrite par Louise Barré, les administrations, de plus en plus préoccupées par la croissance économique, se tournent vers la promotion du capitalisme et du marché aux dépens des politiques de population, et leur emploi des techniques d’enquête par sondage redéfinit la place des citoyens au sein d’une communauté et d’un espace national 50 . Geoffrey Traugh montre comment l’intervention des experts de la Banque mondiale, relayée par les autorités politiques locales, fait évoluer le lien entre agriculteurs et État au Malawi au nom d’un objectif de diversification de la production (qui n’est par ailleurs jamais atteint). De tels constats valent aussi pour les périodes contemporaines. Durant la période de l’ajustement structurel, Béatrice Hibou a montré comment des groupes politiques ont pu établir leur domination à la faveur des techniques employées pour piloter la libéralisation économique, qui ont permis à des familles ou à des clans d’avoir la mainmise sur les marchés d’importation ou les anciennes entreprises publiques 51 . Et, sur l’Éthiopie du xxie siècle, François Enten fait ressortir le fait que la maîtrise des techniques de gestion de l’aide alimentaire permet à l’appareil bureaucratique de redéfinir les procédés de contrôle, du plus haut niveau aux plus petites divisions administratives. Si son analyse met en évidence qu’en employant de nouvelles techniques, l’État reconduit des relations de pouvoirs construites sur la longue durée, au contraire, chez Louise Barré ou Daniel Speich, l’emploi d’innovations transforme la sociologie des administrations et participe de la transformation de l’espace national.

La figure de l’État ingénieur, pilote de l’économie et du social, a souvent été éludée des représentations véhiculées à propos du continent 52 , les débats internationaux et les travaux universitaires étant plus enclins à relever les insuffisances et l’opacité des techniques économiques qu’à en analyser les effets sociaux et politiques 53 . La sociologie de la quantification a aujourd’hui beaucoup à apporter pour analyser les trajectoires africaines. L’usage néo-libéral des indicateurs, qui structure désormais la planification en Afrique, conduit par exemple à des difficultés comparables à celles qui sont observées ailleurs. François Egil qualifie l’édifice des ODD (dont les indicateurs sont désormais au nombre de 244 contre 48 avec les OMD) de nouveau « palais de cristal 54  », et Morten Jerven montre qu’il y a très peu de chances que ces indicateurs soient un jour renseignés, notamment parce que le coût en serait bien trop élevé 55 . Ils participent de la sorte d’un mouvement plus global dans lequel aux mesures classiques de la statistique se substitue un foisonnement d’indicateurs de performance, souvent obscurs, qui ne manque pas de susciter des questionnements politiques sur les nouvelles manières de gouverner par les chiffres 56 .

In fine, si la sociologie historique du politique et une part importante de l’histoire africaniste ont montré que la posture d’analyse la plus pertinente pour étudier les transformations de l’État était d’en analyser les processus pluriels de formation, en mettant en lumière l’ensemble des temporalités, des actions qui contribuent à le façonner, le présent dossier montre que les ingénieries de la « construction de l’État », qui portent notamment la planification, méritent d’être prises en compte. En travaillant sur la planification, il s’agit bien de travailler sur des objets construits, et dont le geste de construction importe 57 .

Une ingénierie bricoleuse

Analyser les formes de gouvernement induites par l’ingénierie planificatrice sur le continent demande de ne pas voir dans l’existence de bricolages de la quantification un obstacle à l’analyse sociale et politique. L’État fait face, depuis le colonialisme tardif, à une pénurie de données et à un grand flou quant à la manière de mettre en œuvre les concepts statistiques. Dans des textes classiques portant sur le Nigeria, Wolfgang Stolper et Paul Mosley, respectivement aux moments de l’indépendance et du début de l’ajustement structurel, évoquent tous deux les difficultés et les nécessités du pilotage macroéconomique en l’absence de « données » (« without facts », expression qui désigne à la fois les chiffres et leur capacité à éclairer le réel 58 ). Les calculs économiques réalisés pour la planification ont été l’objet de débats et de controverses incessantes du fait du manque de fiabilité des méthodes, dans les deux premières décennies suivant l’indépendance 59 , dans la période de l’ajustement structurel 60 , ou au xxie siècle 61 . Les planificateurs et les statisticiens n’ont de toute façon pas vraiment d’autre choix que de s’en remettre à des estimations fragiles : comme le résume Geoffrey Traugh dans une belle formule, qui vaut bien au-delà de son cas d’étude, ils sont dans la situation de devoir produire des plans « ambitieux, avec peu de données, et dans des délais courts ».

Une telle situation n’est pas spécifique à l’Afrique : le calcul macro-économique repose sur une part de bricolage, de « cooking » selon l’expression d’un des grands historiens et épistémologues de la mesure macroéconomique, Marcel Boumans 62 . Ceci n’empêche pas que les conventions de mesure et les normes puissent servir de référence au cours du calcul, de sorte que les nombres, même bricolés, peuvent être porteurs d’un cadre de pensée inhérent à l’ordre social 63 . Le FMI ou la Banque mondiale, qui ont participé avec les États aux travaux macroéconomiques africains depuis l’ajustement structurel, ne cachent d’ailleurs pas que les statistiques qu’ils contribuent à établir sont le produit de jugements, voire de négociations. L’anthropologue Richard Harper a montré que le bon économiste au FMI est celui qui sait faire preuve de « jugeote » dans la formulation de ses données et diagnostics, rejoignant les descriptions de Stolper sur le Nigeria ou de François Fourquet sur la France 64 . Tel est le métier du statisticien, dont les travaux simplifient le réel, mais constituent pourtant des outils de gouvernement opératoires 65 . Resituer les travaux planificateurs dans l’histoire des sociétés africaines depuis la colonisation revient alors à analyser des séries d’arrangements, de jeux de composition, d’utilisation de ficelles. Ainsi dans le présent dossier, Daniel Speich rappelle que, dans les colonies de l’Empire britannique, la planification a plus souvent été annoncée que réalisée, et que les travaux étaient en permanence lacunaires ou inachevés. Au Kenya, l’indépendance fait cependant évoluer cette situation, le jeune État étant poussé à produire des données nationales d’une manière plus assidue, tout en étant confronté aux mêmes difficultés techniques. In fine, le gouvernement post-indépendance apparaît mieux à même de porter le projet planificateur que l’administration impériale. Le texte de François Enten montre également qu’une histoire des bricolages peut être entreprise : prolongeant la description des « panachages de méthodes » qu’il avait entreprise à propos des campagnes d’aide alimentaire de 2004 et 2005 en Éthiopie, il défend l’idée que les innovations apportées aux SAP modifient la nature des opérations de calcul et le gouvernement par les chiffres, aujourd’hui plus sophistiqué qu’auparavant. Louise Barré explique pour sa part comment les difficultés de calcul d’indicateurs démographiques dans la Côte d’Ivoire des années 1950 pousse dans les années 1960 à l’emploi des nouvelles méthodes – des enquêtes par sondage qui rendent possible le calcul de la productivité dans le secteur du cacao. Le redéploiement qu’elle décrit influe sur la relation des citoyens à l’autorité administrative, puisqu’il contribue à l’arrêt, au moins temporaire, des décomptes exhaustifs de population 66 . Les textes du dossier incitent ainsi à entreprendre une ethnographie des méthodes empiriques pour saisir la construction des relations sociales et politiques autour des chiffres. Geoffrey Traugh expose les conséquences de l’usage de modèles contestables dans la planification des politiques agricoles au Malawi : le projet Tsabango qu’il décrit a pour objectif de contraindre les agriculteurs à s’adapter à de nouveaux comportements économiques et à être plus proches du modèle de l’« individu maximisateur » à même de tirer parti des fonctionnements du marché. Le bricolage quantificateur qui résulte de l’emploi de cette abstraction est largement non pertinent pour orienter l a production agricole, mais il est le vecteur par lequel s’exerce un pouvoir. Les techniques économiques servent ainsi à exercer une discipline qui paraît injuste, voire arbitraire, aux yeux des agriculteurs. À l’inverse, pour Kako Nubukpo, le fait que les plans d’émergence africains soient fragiles ne les condamne pas à rester des vecteurs d’arbitraire : dans l’Afrique contemporaine, l’ingénierie planificatrice de la prospective peut trouver son utilité dans l’instauration d’un dialogue autour de l’action étatique. Il n’est pas besoin pour cela que des descriptions quantifiées sophistiquées soient convoquées : tout comme Alain Desrosières, Kako Nubukpo suggère que les chiffres peuvent servir avant tout à rendre des questions « débattables 67  ». La situation qu’il décrit n’est cependant pas univoque : les plans sophistiqués promus par les cabinets de consultants internationaux tournent le dos au continent, tandis que le manque de données est parfois si criant qu’il génère des effets d’exclusion, en rendant des régions, des groupes sociaux ou des phénomènes économiques invisibles. Les « déserts statistiques » du Togo rural peuvent par exemple être la cause d’une absence de prise en compte par la Banque centrale des situations de déflation qui se développent en marge du dynamisme de l’économie urbaine.

Ces travaux économiques « sans faits » sont donc révélateurs des modes de formation de l’État en Afrique. Les tâtonnements des plans incarnent l’exercice du pouvoir par un appareil bureaucratique inachevé 68   et en recherche permanente de solutions de planification satisfaisantes. Le fait qu’ils s’inscrivent dans un temps long – ces bricolages peuvent être étudiés depuis la colonisation 69  – en fait une voie d’accès privilégiée pour étudier les trajectoires historiques. En outre, malgré les improvisations et les tâtonnements qui président à leur mise en œuvre, ils sont porteurs de visions sociales, économiques, politiques, voire d’idéologies.

Les répertoires politiques et imaginaires de la planification

La planification africaine est amplement critiquée pour son élaboration de représentations hors-sol, mais elle est porteuse d’imaginaires politiques qui structurent les sociétés dans lesquelles elle est employée. Dans les années 1960, les plans incarnent la volonté de rupture avec les colonisateurs, ainsi qu’avec une Afrique « traditionnelle » et passéiste, suivant en cela le schéma de pensée dualiste des théories de la modernisation, comme le rappelle le texte de Geoffrey Traugh 70 . Le langage de la planification devient parfois afro-centré, comme au Ghana, au Mali ou au Kenya 71 , voire nationaliste, comme au Sénégal 72 . Lorsqu’il est président du Conseil au Sénégal entre 1957 et 1962, Mamadou Dia accorde aussi un rôle central à la réforme de l’islam dans sa conception d’une planification nationale, avec notamment pour intention de faire reculer l’influence des marabouts et de permettre au parti de mobiliser les masses dans des travaux nationaux 73 . Aidé par le groupe français Économie et humanisme (notamment les économistes Louis-Joseph Lebret et François Perroux), il imagine un ample projet de transformation national, en reliant la géographie, les structures de production et la vie sociale 74 . Les visions du monde et les débats politiques qui traversent les sociétés africaines entretiennent ainsi des liens étroits avec les projets de planification. L’ampleur de vue qui guide alors les plans n’empêche pas que les langages mathématisés y trouvent leur place, constituant aussi des moyens d’affirmer la capacité des États à orienter scientifiquement l’Afrique nouvellement indépendante 75 . Ces constatations ne décrivent pas seulement l’imagination de la période des indépendances. Lorsque l’OUA et la CEA adoptent le Plan d’action de Lagos en 1980, la stratégie que ces organisations proposent aux économies du continent est largement irréaliste, mais elle formule une voie africaine de sortie de crise qui s’inspire des représentations dépendantistes 76 . Et Pascal Zagré peut évoquer une « tradition d’ajustement structurel » en Haute-Volta puis au Burkina Faso, car la frugalité y est une qualité associée au pouvoir et à la chefferie 77 . L’ajustement structurel a bien sûr aussi été le siège de luttes entre conceptions et imaginaires opposés. Au Maroc, la résistance fut telle, lorsque le FMI a poussé le gouvernement à supprimer les subventions sur les prix des produits de base en 1981 et 1984, que les « émeutes du pain » qui s’en sont suivies ont dégénéré et entraîné une des plus graves répressions de l’histoire contemporaine du pays. Le statu quo durera plus de trente ans : la réforme a pu être conduite récemment, grâce au fait que le système de subvention est désormais compris comme un instrument au service du clientélisme et de la corruption étatique 78 . En contrepartie, de nouvelles prestations sociales sont mises en place, comme une couverture maladie pour les populations identifiées comme « pauvres ». Le livre de James Ferguson qui est débattu dans le présent numéro, Give a Man a Fish79 , montre d’ailleurs que les nombreuses nouvelles politiques sociales menées sur le continent, qui instaurent des transferts monétaires, charrient de nouveaux imaginaires de la solidarité. Ces techniques sont importées d’autres continents (en particulier d’Amérique du Sud, notamment du Brésil), mais elles sont réappropriées dans les trajectoires historiques singulières de l’Afrique.

Les textes rassemblés dans ce numéro confirment que l’État frugal des plans d’ajustement, l’État généreux et social qui promeut un développement volontariste, l’État porteur d’ordre et de maîtrise de l’espace des programmes urbains ne sont pas que des désignations objectives et rationnelles, mais qu’elles véhiculent (et s’insèrent dans) des interprétations et des imaginaires 80 . Chez Louise Barré, Geoffrey Traugh et Daniel Speich, les plans sont censés permettre l’émergence d’un citoyen nouveau. Louise Barré ou Daniel Speich présentent tous deux l’élan de mesure statistique et de planification comme un des moyens par lesquels les pouvoirs nouvellement indépendants entendent promouvoir la constitution d’un nouvel horizon politique post-indépendance, incarnant la souveraineté économique et politique. Pour Kako Nubukpo, la notion d’émergence est suffisamment évocatrice dans de nombreuses sociétés du continent pour permettre de servir d’« alibi » à des gouvernements qui entendent reconduire leurs mandats. Les plans, même irréalistes, ne sont donc pas désincarnés, mais mettent en scène des lectures du monde et du développement, au risque de nourrir les conflits sociaux. En somme, la planification repose sur des imaginaires qui contribuent à la formation des sujets politiques, et elle est au cœur de l’énonciation du politique. Les plans, leurs promesses et leurs mirages, malgré leur caractère abstrait, doivent aussi être saisis dans la présence de ces imaginaires dans la vie sociale et politique, et dans les pratiques des acteurs 81 .

Quelles sources et quelles méthodes pour une sociologie de l’ingénierie économique en Afrique ?

Pour terminer, une question méthodologique doit être posée. Si les outils, les tâches et les métiers de la planification constituent un point d’entrée fécond pour étudier les relations sociales et politiques, comment, pour le chercheur en sciences sociales, accéder à la fabrique de ces procédés techniques ? En France, l’émergence d’une appréhension fine des liens entre économie, statistique et rapports sociaux a été facilitée par l’engagement d’administrateurs de l’Insee (comme Alain Desrosières, Laurent Thévenot ou Robert Salais) qui ont mis leur pratique professionnelle en dialogue avec les sciences sociales. Sur l’Afrique, l’histoire du développement et l’histoire sociale ont été les premiers angles par lesquels les questions liées à la planification ont été abordées 82 . Mais par le passé, des démarches critiques ont aussi guidé les travaux d’experts en développement et de statisticiens qui ont rendu compte de leurs difficultés à appliquer les méthodes quantitatives sur le continent. Le groupe Amira 83 , né dans les années 1970 autour de l’Insee et du ministère français de la Coopération, a en particulier produit nombre de travaux pluridisciplinaires sur les méthodes et les catégories de l’économie et de la statistique en Afrique. Signe de l’importance, mais aussi de la difficulté, de conduire de tels travaux critiques, ce groupe, dont les activités se sont arrêtées au début des années 1990, a démarré de manière officieuse 84 . Bien que le groupe ait arrêté ses travaux au début des années 1990, l’intérêt de sa démarche reste entier. Dans le présent dossier, plusieurs contributions sont le fait de chercheurs qui sont aussi acteurs des plans : Kako Nubukpo a notamment occupé des fonctions de recherche économique dans différentes institutions africaines et des responsabilités politiques au Togo ; François Enten est un anthropologue également acteur de l’humanitaire.

Geoffrey Traugh, Louise Barré et Daniel Speich suivent des démarches différentes, en historiens. L’exploitation des archives permet à Louise Barré de retracer les débats et les priorités changeantes qui entraînent l’évolution des procédés employés par les administrations coloniales, puis par la jeune Côte d’Ivoire indépendante dans la conduite de leurs travaux statistiques. Les archives du Malawi permettent à Geoffey Traugh de documenter non seulement les raisons politiques, techniques et internationales des redéploiements de la planification, mais aussi les critiques que les paysans de ce pays opposent au programme « Tsabango ». De son côté, Daniel Speich tire parti des jeux d’échelles que permet l’histoire globale : il montre comment se tissent des liens indémêlables entre la circulation internationale des idées planificatrices et les nécessités politiques, sociales et administratives liées à la gestion de l’Empire britannique, ainsi que d’une jeune nation indépendante, le Kenya, qui s’empare de la planification dans la période suivant l’indépendance. Ces différentes démarches méthodologiques sont complémentaires et elles contribuent toutes à présenter des fragments des processus de pilotage de l’action étatique, saisis par l’expérience des acteurs, ou par les traces qu’ils ont laissées dans les sources, qui permettent de retracer les procédés en action à différentes échelles 85 .

L’un des apports du présent dossier est de montrer que des démarches diverses permettent de documenter les travaux techniques de la planification et d’analyser leur place dans les trajectoires historiques. En multipliant les points de vue, les terrains et les époques, en interrogeant finement les liens entre la conduite des travaux experts et les relations sociales, il explique en quoi les activités planificatrices constituent des outils de gouvernement en Afrique depuis le milieu du xxe siècle. Il se positionne ainsi dans un débat en cours. Un courant actuel, la nouvelle histoire économique africaine, voit des historiens s’interroger de manière critique sur les chiffres et les procédés de conduite des politiques économiques. Mais ces derniers questionnent surtout ces sources afin de restituer la capacité explicative des données et pour conduire des analyses quantifiées des tendances de l’économie du continent sur la longue durée. En revanche, ils ne se donnent pas les moyens de saisir finement les logiques et les significations sociales et politiques à l’œuvre au cœur de l’ingénierie économique et statistique 86 , ce qui est précisément l’ambition de ce dossier. Les textes présentés ici reflètent néanmoins aussi la difficulté de la tâche, notamment pour disposer de sources locales, et plus encore de sources autres qu’officielles. Le cas documenté par Geoffrey Traugh confirme la possibilité de se situer à la jonction entre les mondes administratifs et les citoyens, ce qui est permis par la richesse des archives qu’il mobilise ; la participation à des travaux d’ONG internationales permet aussi à François Enten d’effectuer des observations anthropologiques et de multiplier les points de vue, en rendant compte des regards des différents acteurs ; les autres textes (Barré, Enten, Nubukpo, Speich) détaillent très finement les procédés et/ou résultats des calculs, et par là les dynamiques qui président à la construction sociale de la réalité par les plans. Le dossier démontre ainsi l’intérêt d’employer une diversité de démarches pour analyser avec acuité la place des nombres dans les trajectoires sociales et politiques, les rationalités dont ils procèdent, les usages qui en sont faits et les significations qui leur sont attribuées.

  1. La préparation du présent dossier a bénéficié de l’organisation d’un colloque du 14 au 16 décembre 2016 par le Centre de recherche économie société culture (Cresc) et la Chaire d’études africaines comparées de l’École de gouvernance et d’économie de Rabat, Université Mohamed VI polytechnique sur le thème « L’État, l’ingénierie, le social. Les techniques économiques dans l’histoire ». Ce colloque a en outre bénéficié du soutien de l’Institut d’études avancées de Nantes, ainsi que de l’Association des chercheurs de Politique africaine (Acpa). Je remercie chaleureusement ces différents partenaires qui ont rendu possible l’élaboration de ce dossier. []
  2. B. Hibou, « La “décharge”, nouvel interventionnisme », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 6-15. []
  3. J. Ferguson, Give a Man a Fish. Reflections on the New Politics of Distribution, Durham/Londres, Duke University Press, 2015 ; J.-P. Olivier de Sardan, O. Hamani, N. Issaley, Y. Issa, H. Adamou et I. Oumarou, « Les transferts monétaires au Niger : le grand malentendu », Revue Tiers Monde, n° 218, 2014, p. 107-130 ; I. Bono, « L’activisme associatif comme marché du travail : normalisation sociale et politique par les “Activités génératrices de revenus” à El Hajeb », Politique africaine, n° 120, 2010, p. 25-44. []
  4. Voir par exemple A. Rajaram, T. Minh Le, K. Kaiser, J.-H. Kim et J. Frank (dir.), The Power of Public Investment Management : Transforming Resources into Assets for Growth, Washington, The World Bank, Directions in Development, 2014. []
  5. Par exemple J.-P. Cling, M. Razafindrakoto et F. Roubaud (dir.), Les nouvelles stratégies internationales de lutte contre la pauvreté, Paris, Economica/IRD/Dial, 2003, p. 1-18. ; B. Campbell, « Bonne gouvernance, réformes institutionnelles et stratégies de réduction de la pauvreté : sur quel agenda de développement ? », in J. Fisette et M. Raffinot (dir.), Gouvernance et appropriation locale. Au-delà des modèles importés, Ottawa, Presse de l’université d’Ottawa, 2010, p. 35-56. []
  6. La technique des « essais cliniques randomisés » popularisée par les économistes du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Abhijit Banerjee et Esther Duflo ; voir aussi A. Jatteau, « Expérimenter le développement ? », Genèses, n° 93, 2013, p. 8-28. []
  7. J.-M. Servet, L’économisme rampant de la « nouvelle » économie comportementale. Une lecture critique du World Development Report 2015 de la Banque mondiale, Paris, Institut Veblen, novembre 2015. []
  8. J.-F. Bayart, L’État en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard, 2006 [1989]. []
  9. T. Kelsall, Business, Politics and the State in Africa. Challenging Orthodoxies on Growth and Transformation, Londres/New York, Zed Books, 2013 ; L. Mann et M. Berry, « Understanding the Political Motivations that Shape Rwanda’s Emergent Developmental State », New Political Economy, vol. 21, n° 1, 2016, p. 119-144. []
  10. A. Desrosières, « L’État, le marché et les statistiques : cinq façons d’agir sur l’économie », Courrier des statistiques, n° 95-96, 2000, p. 3-10. []
  11. F. Cooper et R. M. Packard, “Introduction”, in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences : Essays on the History and Politics of Knowledge, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 1-41. []
  12. Ibid. ; F. Cooper, Décolonisation et travail en Afrique : l’Afrique britannique et française, 1935-1960, Paris, Karthala, 2004 ; C. Bonneuil, « Development as Experiment. Science and State Building in Late Colonial and Postcolonial Africa, 1930-1970 », Osiris, vol. 15, n° 1, 2000, p. 258-281 ; C. Coquery-Vidrovitch, « L’impérialisme français en Afrique noire : idéologie impériale et politique d’investissement, 1924-1975 », Relations internationales, 1976, n° 7, p. 261-282 ; S. Dulucq, La France et les villes coloniales d’Afrique noire francophone : quarante ans d’intervention (1945 -1985), Paris, L’Harmattan, 1997. []
  13. Voir par exemple P. Jacquemot, « Crise et renouveau de la planification du développement », Revue Tiers-Monde, n° 98, 1984, p. 245-268 ; P. Hugon et O. Sudrie, « La crise de la planification africaine : diagnostic et remèdes », Revue Tiers-Monde, n° 110, 1987, p. 407-434 ; M. Diouf, « Senegalese Development : From Mass Mobilization to Technocratic Elitism », in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., p. 291-319 ; G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes quantitatives de la planification en Afrique », Cahiers de l’Orstom, vol. 12, n° 3, 1975, p. 235-248. []
  14. Notamment dans le rapport Berg : E. Berg, Accelerated Development in Sub-Saharan Africa : An Agenda for Action, Washington, Banque mondiale, 1981 ; R. Agawarla, « Planning in Developping Countries : Lessons from Experience », Staff Working Papers n° 576, Management and Development Series n° 3, Washington, Banque mondiale, 1983, préparé pour le Rapport sur le développement dans le monde de 1983. []
  15. P. Jacquemot, « La planification a-t-elle un avenir en Afrique au sud du Sahara ? », Afrique contemporaine, n° 160, 1991, p. 39-54 ; J. Ravenhill, « A Second Decade of Adjustment : Greater Uncertainty, Greater Complexity », in T. Callaghy et J. Ravenhill (dir.), Hemmed In : Responses to Africa’s Economic Decline, New York, Columbia University Press, 1993, p. 18-53. []
  16. L. Fioramonti, How Numbers Rule the World : The Use and Abuse of Statistics in Global Politics, Londres/New York, Zed Books, 2014 ; M. Ward, Quantifying the World. UN Ideas and Statistics, Bloomington, Indiana University Press, 2004. []
  17. B. Samuel, « D’un PIB à l’autre. Une approche sociolopolitique des calculs macroéconomiques en Mauritanie et au Burkina Faso », Stateco, Insee/Dial/Afristat, juin 2017 (à paraître) ; P. Jacquemot, « La planification a-t-elle un avenir… », art. cité. []
  18. B. Hibou, « La “décharge”… », art. cité ; A. Mbembe, « Du gouvernement privé indirect », Politique africaine, n° 73, 1999, p. 103-121. []
  19. J. M. Hodge, « Writing the History of Development (Part 1 : The First Wave) », Humanity, vol. 6, n° 3, 2015 p. 429-463 ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité ; voir aussi J. Andersson, « The Great Future Debate and the Struggle for the World », American Historical Review, vol. 5, n° 117, 2012, p. 1411-1430. []
  20. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education : Economics, Statistics and the State in Ghana, 1948-1966, Thèse de doctorat, Londres, London School of Economics and Political Science, 2015. []
  21. Sous l’influence de Samir Amin, qui en devient directeur en 1970 ; voir « Institut africain de développement économique et de planification Dakar – Sénégal », Africa Development/Afrique et développement, vol. 2, n° 1, 1977, p. 111-119. []
  22. Voir aussi M. Enguéléguélé, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et sociétés, vol. 27, n° 1, 2008, p. 3-28. []
  23. N. S. Sylla, « Émerger avec le franc CFA ou émerger du franc CFA ? », in K. Nubukpo, M. Ze Belinga, B. Tinel et D. M. Dembele (dir.), Sortir l’Afrique de la servitude monétaire. À qui profite le franc CFA ?, Paris, La Dispute, 2016, p. 159-179. []
  24. G. Lachenal et A. Mbodj-Pouye, « Introduction au thème. Restes du développement et traces de la modernité en Afrique », Politique africaine, n° 135, 2014, p. 5-21 ; V. Bonnecase, « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ? », Politique africaine, n° 130, 2013, p. 89-111 ; J. Siméant, Contester au Mali : formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Paris, Karthala, 2014. []
  25. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique : de la “réussite économique” du colonialisme tardif à la “faillite” des États africains (v.1930-v.1980) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 62-4, 2015, p. 33-63 ; D. Speich, « The Use of Global Abstractions : National Income Accounting in the Period of Imperial Decline », Journal of Global History, vol. 6, n° 1, 2011, p. 7-28. []
  26. A. Young, « African Bureaucrats and the Exhaustion of the Developmental State : Lessons from the Pages of the Sudanese Economist », Humanity, vol. 8, n° 1, 2017, p. 49-75. []
  27. Pour ce qui est des pays en développement, voir par exemple C. Bettelheim, Planification et croissance accélérée, Paris, Maspero, 1967. []
  28. Par exemple, pour la planification d’inspiration française, voir P. Massé, Le plan ou l’anti-hasard, Paris, Gallimard, 1965 ; F. Perroux, Les techniques quantitatives de la planification, Paris, PUF, 1965 ; pour celle d’inspiration britannique, voir J. Meade, The Theory of Indicative Planning : Lectures Given in the University of Manchester, Manchester, Manchester University Press, 1970. []
  29. Voir par exemple A. Lewis, Développement économique et planification : les aspects essentiels de la politique économique, Paris, Payot, 1968 [1966] ou J. K. Galbraith, Les conditions actuelles du développement économique, Paris, Denoël, 1962. []
  30. Par exemple dans S. Amin, Trois expériences africaines de développement : le Mali, la Guinée et le Ghana, Paris, PUF, 1965. []
  31. G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes… », art. cité ; P. Hugon et O. Sudrie « La crise de la planification africaine… », art. cité. []
  32. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité ; A. Roy, Histoire des représentations paysannes au Mali. Pouvoirs politiques et syndicaux et privatisation de la filière cotonnière, Thèse de doctorat en anthropologie, Paris, EHESS, 2012 ; D. Speich « The Kenyan Style of “African Socialism” : Developmental Knowledge Claims and the Explanatory Limits of the Cold War », Diplomatic History, vol. 33, n° 3, 2009, p. 449-466. []
  33. Voir J. Meade, Plans et prix entre socialisme et libéralisme, Paris, Librairie Marcel Rivière et Compagnie, 1962. []
  34. J. I. Guyer et L. R. Denzer, « Prebendalism and the People : The Price of Petrol at the Pump », in W. Adebanwi et E. Obadare (dir.), Democracy and Prebendalism in Nigeria : Critical Interpretations, New York, Palgrave Macmillan, 2013, p. 53-77. []
  35. Voir le débat dans C. Bettelheim, Problèmes théoriques et pratiques de la planification, Paris, Maspero, 1966 [1946]. []
  36. F. Giovalucchi et J.-P. Olivier de Sardan, « Planification, gestion et politique dans l’aide au développement : le cadre logique, outil et miroir des développeurs », Revue Tiers Monde, n° 198, 2009, p. 383-406. []
  37. A. Ducastel, « Le capital-investissement comme instrument de l’action publique ou la financiarisation du développement en Afrique subsaharienne », Politique africaine, n° 144, 2016, p. 135-155. Voir également O. Vallée, « L’économique africain saisi par la finance », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 67-86. []
  38. A. Desrosières, « Naissance d’un nouveau langage statistique entre 1940 et 1960 », in A. Desrosières, Gouverner par les nombres : l’argument statistique II, Paris, Presses des Mines, 2008, p. 61-78. []
  39. En paraphrasant Alain Desrosières et Laurent Thévenot qui invitent à étudier la « chaîne de production statistique » ; voir L. Thévenot, « From Social Coding to Economics of Convention : A Thirty-Year Perspective on the Analysis of Qualification and Quantification Investments », Historical Social Research, vol. 41, n° 2, 2016, p. 96-117 ; sur l’Afrique, voir A. Labrousse, « Poor numbers. Chaînes statistiques et économie politique du chiffre », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, n° 4, 2016, p. 845-878 ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 71, n° 4, 2016, p. 897-922.», en ayant pour souci de faire apparaître les interactions entre la myriade d’acteurs qui participent à la production et à l’usage des plans : services administratifs centraux, sectoriels ou déconcentrés, professionnels de niveaux hiérarchiques divers, informaticiens, économistes, gestionnaires de projets, partenaires financiers, partis, collectivités, etc. L’accent mis sur les chaînes planificatrices permet de prêter attention à l’articulation entre les différents niveaux administratifs qui contribuent à la confection des plans, comme le fait ressortir François Enten en s’intéressant aux systèmes d’alerte précoce (SAP) en Éthiopie. Il permet aussi de rendre compte d’activités qui contribuent à la planification alors qu’elles ne sont pas a priori centrales, comme les chiffres de population décrits par Louise Barré, qui sont employés en Côte d’Ivoire à partir de la fin des années 1950 pour calculer divers ratios sur la productivité agricole. François Enten montre en outre les effets de vases communicants entre la gestion des aides alimentaire d’urgence et les interventions menées au nom du développement agricole sur le moyen et le long terme. Le gouvernement éthiopien les emploie successivement et en combinaison en fonction des priorités politiques du moment.

    Troisièmement, comme le recommandait le dossier consacré par Politique africaine à la « macroéconomie par le bas  ((B. Hibou, B. Samuel (dir.), « Dossier : La macroéconomie par le bas », Politique africaine, n° 124, 2011. []

  40. T. Hagmann et D. Péclard (dir.), Negotiating Statehood : Dynamics of Power and Domination in Africa, Malden, Wiley-Blackwell, 2011. []
  41. Pour une lecture anthropologique de l’approche du futur, voir B. Goldstone et J. Obarrio (dir.), African Futures : Essays on Crisis, Emergence, and Possibility, Chicago, University of Chicago Press, 2017. []
  42. Le modèle d’origine est celui de Paul Rosenstein-Rodan ; voir Projet Objectifs du millénaire des Nations unies, Investir dans le développement : plan pratique pour réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement, Rapport au secrétaire général des Nations unies, New York, Pnud, 2005. []
  43. Voir M. Hunsmann, « Le “plaidoyer fondé sur des preuves” dans l’action sanitaire internationale. Vers un nouveau type d’ingénierie sociale ? », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 10, n° 2, 2016, p. 219-243. []
  44. T. Porter, Trust in Numbers : The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press, 1995. []
  45. T. Mitchell, « Fixing The Economy », Cultural Studies, vol. 12, n° 1, 1998, p. 82-101. []
  46. J. Ferguson, The Anti-Politics Machine : “Development”, Depolitization and Bureaucratic Power in Lesotho, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1994. []
  47. Voir B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []
  48. De même que dans l’URSS stalinienne décrite par exemple dans A. Blum et M. Mespoulet, L’anarchie bureaucratique. Statistiques et pouvoirs sous Staline, Paris, La Découverte, 2003. []
  49. F. Cooper, « Modernizing Bureaucrats, Backward Africans, and the Development Concept », in F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., p. 64-92 ; M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité. []
  50. Voir aussi V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel : du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011. []
  51. B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale en Afrique subsaharienne : du catéchisme économique au fait (et méfait) missionnaire », Les Études du Ceri, n° 39, 1998, p. 1-46 ; voir aussi B. Contamin et Y.-A. Fauré, La bataille des entreprises publiques en Côte d’Ivoire. L’histoire d’un ajustement interne, Paris, Karthala/Orstom, 1990. []
  52. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique… », art. cité ; sur l’État ingénieur, voir A. Desrosières, « L’État, le marché et les statistiques… », art. cité, et en Afrique, A. Labrousse, « Poor numbers… », art. cité. []
  53. Par exemple M. Jerven, Poor Numbers : How We Are Misled by African Development Statistics and What to Do About It, Ithaca/Londres, Cornell University Press, 2013 ; J. MacGaffey (dir.), The Real Economy of Zaïre : An Anthropological Study, Londres, James Currey, 1991. C’est aussi ce qu’illustre le débat récent sur la « tragédie statistique africaine » lancé par le chef économiste pour l’Afrique de la Banque mondiale, Shantayanan Devarajan. []
  54. F. Egil, « Les Objectifs de développement durable, nouveau “palais de cristal” ? », Politique africaine, n° 140, 2015, p. 99-120. []
  55. M. Jerven, « Benefits and Costs of the Data for Developments Targets for the Post-2015 Development Agenda », Copenhagen Consensus Center Working Paper, n° 16, 2014, Copenhague, Copenhagen Consensus Center. []
  56. A. Desrosières, Prouver et gouverner. Une analyse politique des statistiques publiques, Paris, La Découverte, 2014 ; R. Salais, « La donnée n’est pas un donné. Pour une analyse critique de l’évaluation quantitative de la performance », Revue française d’administration publique, n° 135, 2010, p. 497-515 ; M. Morgan, « Poverty Measures : Aggregating Up to Get Back Down Again », IEA de Nantes, conférence du 5 mai 2015 ; R. Rottenburg, S. E. Merry, S.-J. Park et J. Mugler (dir.), The World of Indicators. The Making of Governmental Knowledge through Quantification, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 2015 ; B. Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La Découverte, 2012 ; P. Dardot et C. Laval, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte, 2009. []
  57. Cette tension est aussi fondatrice du programme de recherche ouvert dans F. Cooper et R. M. Packard (dir.), International Development and the Social Sciences…, op. cit., ainsi que dans B. Hibou et B. Samuel, « Introduction au thème. Macroéconomie et politique en Afrique », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 5-28, qui revendiquent une approche généalogique de la macroéconomie. []
  58. P. Mosley, « Policy Making without Facts : A Note on the Assessment of Structural Adjustment Policies in Nigeria, 1985–1990 », African Affairs, vol. 91, n° 363, 1992, p. 227-240 ; W. F. Stolper, Planning without Facts, Cambridge, Harvard University Press, 1966. []
  59. V. Bonnecase, « Généalogie d’une évidence statistique… », art. cité ; G. Winter, « Intérêts et limites des méthodes… », art. cité. []
  60. J.-D. Naudet, « Les guignols de l’info : réflexion sur la fragilité statistique en Afrique », Nouveaux cahiers de l’IUED, n° 10, 2000, p. 31-55 ; J. MacGaffey (dir.), The Real Economy of Zaïre…, op. cit. ; B. Hibou, « Économie politique du discours de la Banque mondiale… », art. cité. []
  61. M. Jerven, Poor Numbers…, op. cit. ; B. Samuel, « Calcul macroéconomique et modes de gouvernement : les cas du Burkina Faso et de la Mauritanie », Politique africaine, n° 124, 2011, p. 101-126. []
  62. Voir M. Boumans, « Built-In Justification », in M. Morgan et M. Morrisson (dir.), Models as Mediators : Perspectives on Natural and Social Sciences, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1999, p. 66-96. []
  63. L. Thévenot, « From Social Coding to Economics of Convention… », art. cité. []
  64. R. H. R. Harper, Inside the IMF. An Ethnography of Documents, Technology and Organizational Action, San Diego, Academic Press, 1998, p. 122 et suivantes ; M. Mussa et M. Savastano, « The IMF Approach to Economic Stabilization », IMF Working Paper, n° 104, 1999, p. 1-42 ; F. Fourquet, Les comptes de la puissance. Histoire de la comptabilité nationale et du plan, Paris, Éditions Recherches, 1980. []
  65. Voir A. Desrosières, « L’opposition entre deux formes d’enquête : monographie et statistique », in A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification : l’argument statistique I, Paris, Presses de l’École des mines, 2008. []
  66. V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel…, op. cit. []
  67. A. Desrosières, La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte, 1993, p. 396 et suivantes ; T. Angeletti, Le laboratoire de la nécessité. Économistes, institutions et qualification de l’économie, Thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 2013. []
  68. J.-F. Bayart, L’État en Afrique, op. cit. []
  69. R. Gervais et I. Mandé, « Comment compter les sujets de l’Empire ? Les étapes d’une démographie impériale en AOF avant 1946 », Vingtième siècle, n° 95, 2007, p. 63-74 ; S. F. Sanchez, « Plans de colonisation, idées chimériques ? Nosy Be et Mayotte dans les projets français d’expansion dans l’océan Indien occidental et vers Madagascar (1839-1857) », in N. Dodille (dir.), Idées et représentations coloniales dans l’océan Indien du xviiie au xxe siècles, Paris, Presse universitaire de Paris-Sorbonne, 2009, p. 167-198 ; A. Appadurai, Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001. []
  70. Voir aussi F. Cooper, « Modernizing Bureaucrats… », art. cité. []
  71. Pays où la tentative de définition d’une science économique plus adaptée aux environnements africains a été conduite. Voir G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. ; A. Roy, Histoire des représentations paysannes au Mali…, op. cit. ; D. Speich « The Kenyan Style of “African Socialism”… », art. cité. []
  72. M. Diouf, « Senegalese Development… », art. cité. []
  73. La coopération et l’éducation rurales doivent par exemple servir à transformer les relations économiques, sociales et politiques à la base. []
  74. Ibid. []
  75. G. Serra, From Scattered Data to Ideological Education…, op. cit. []
  76. J. Ravenhill, « Adjustment with Growth… », art. cité. []
  77. P. Zagré, Les politiques économiques du Burkina Faso : une tradition d’ajustement structurel, Paris, Karthala, 1994 ; voir aussi B. Beucher, Manger le pouvoir au Burkina Faso. La noblesse Mossi à l’épreuve de l’histoire, Paris, Karthala, 2017. []
  78. B. Samuel, « L’argent de la compensation : macroéconomie, administration du social et exercice du pouvoir au Maroc dans les années 2000 », mimeo, Paris, Fasopo/Agence française de développement, novembre 2015. []
  79. J. Ferguson, Give a Man a Fish…, op. cit. []
  80. A. Desrosières, « Pour une politique des outils du savoir : le cas de la statistique », in A. Desrosières, Pour une sociologie historique de la quantification…, op. cit. ; M. S. Morgan, The World in the Model. How Economists Work and Think, Cambridge/New York, Cambridge University Press 2012. []
  81. B. Goldstone et J. Obarrio (dir.), African Futures…, op. cit. []
  82. Avec les travaux de Frederick Cooper ou de Catherine Coquery-Vidrovitch par exemple ; voir le bilan de J. M. Hodge, « Writing the History of Development… », art. cité. []
  83. Abréviation de Amélioration des méthodes d’investigation en milieu rural africain. []
  84. Sur ce point, voir P. Couty, Les apparences intelligibles. Une expérience d’économiste en Afrique, Paris, Éditions Arguments, 1996 ; voir également G. Winter, « Présentation du groupe Amira : bilan et perspectives », in Maîtrise de l’espace agraire et développement en Afrique tropicale : logique paysanne et rationalité technique, Paris, Orstom, 1979, p. 383-386 ; J. Charmes, « L’héritage d’Amira », Stateco, n° 100, 2006, p. 81-85 ; A. Desrosières, Prouver et gouverner, op. cit. ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []
  85. S. Cerutti, « Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin, au xviie siècle », in J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Seuil/Gallimard, 1996, p. 161-186. []
  86. A. G. Hopkins, « The New Economic History of Africa », The Journal of African History, vol. 50, n° 2, 2009, p. 173 ; M. Jerven, « A Clash of Disciplines ? Economists and Historians Approaching the African Past », Economic History of Developing Regions, vol. 26, n° 2, 2011, p. 111-124 ; B. Samuel, « Étudier l’Afrique des grands nombres », art. cité. []

L’archive Fanon. Clés de lecture pour le présent, par Roberto Beneduce

Dresser un inventaire du réel, en pénétrer les moindres replis, mettre en évidence ses contradictions, tout en sachant pertinemment qu’il s’agit d’un travail douloureux et sans fin. C’est en ces termes qu’on pourrait définir le projet et les contenus de ce que j’appelle « l’archive Fanon », archive différente de toutes les autres : excédentaire et insoumise.

Explorer cette archive exige qu’on se libère des schémas préconstitués qui ont tenté d’établir une distinction entre le Fanon psychiatre et le Fanon militant, le Fanon psychanalyste et postcolonial, le Fanon auteur de textes littéraires et le Fanon lecteur de Georg Hegel, Henri Bergson, Maurice Merleau-Ponty et Jean-Paul Sartre, qui l’ont qualifié tour à tour de « psychanalyste de la culture » ou de nationaliste…

On peut penser ici à la formule utilisée par Ernesto de Martino pour demander que sa vie et sa pensée, celles d’un « homme atypique », comme il aimait à se définir, ne soient pas cataloguées en vertu de classements hégémoniques, mais qu’on les considère plutôt comme les différents profils entrelacés d’une même existence 1 .

Revenir à Frantz Fanon, autre homme atypique, et questionner avec lui notre présent veut donc dire en premier lieu penser sa vie et son œuvre dans leur ensemble, en faisant voler en éclats les séparations qui leur ont été imposées et en soustrayant aux archontes 2 , gardiens et interprètes jaloux de sa pensée et de son héritage, la force des intuitions qu’il nous a léguées. Ma propre lecture de Fanon, entreprise il y a déjà longtemps, est née, du reste, de ce besoin de briser les cloisonnements disciplinaires pour mieux questionner le racisme institutionnel, l’aliénation postcoloniale et la violence épistémologique.

La déconstruction des catégories psychiatriques mise en œuvre par Fanon, la sémiotique politique du sujet racialisé, le rôle de la sexualité et de l’intimité dans la production de l’aliénation coloniale 3 , m’ont apporté les clés pour interpréter bien des ressentiments, des symptômes et des conflits du temps présent. Et aussi pour interroger, dans une optique différente, l’expérience de ceux qui se voyaient habituellement attribuer la position d’« objet » dans les savoirs que je pratiquais : l’anthropologie de la violence, la clinique de la migration. Sur la façon dont les subalternes, les damnés, réagissent à un monde d’arbitraire et d’asservissement, Fanon nous a livré des représentations fulgurantes.

Même lorsque ses analyses se révèlent inachevées ou impropres à interpréter les problèmes de notre temps, elles ouvrent de précieuses pistes de réflexion pour qui sait y reconnaître les clés d’une épistémologie subversive et d’une critique implacable des stéréotypes. Depuis sa mort, les idées de Frantz Fanon ne cessent d’être interpellées devant l’histoire (les luttes contre la ségrégation raciale aux États-Unis, les guerres du Congo, l’apartheid en Afrique du Sud 4 , la colonie et les attentats suicides en Palestine 5 , les contradictions de l’Algérie postcoloniale, ou, plus récemment, Boko Haram 6 ), même lorsqu’on avait l’impression qu’elles étaient oubliées 7 .

Ce n’est pas un hasard si Fanon continue d’occuper une place de choix dans les débats internationaux, bien au-delà du cadre des études postcoloniales ; si en Amérique latine on l’appelle à dialoguer avec Paulo Freire pour élaborer des formes de connaissance libérées des modèles académiques « du Nord 8 » ; si Michael Hardt et Antonio Negri s’appuient sur lui dans leur tentative de construire un nouveau modèle de politique en mesure de nous faire passer « de la modernité et l’antimodernité à l’altermodernité 9 », et si, rien qu’en 2015, quatre nouveaux volumes sur son œuvre et son héritage ont été publiés en anglais 10 .

Est-ce encore pure coïncidence si ses écrits psychiatriques – longtemps considérés comme mineurs, parfois jamais publiés – ont fait l’objet de traductions ou de recueils en Italie 11 , ou – plus récemment – en France 12 ? Par ailleurs, Fanon est un merveilleux compagnon de voyage lorsqu’il s’agit de questionner les ombres de notre temps et la condition des « humiliés de tous les pays du monde 13 », lorsqu’on s’oblige à penser la décolonisation de nos savoirs et de nos pratiques. Comme le fait remarquer Peter Hudis, peu importe si Fanon a été parfois cité hors de propos ou de façon inappropriée. Ce qui compte, c’est que « nombreux sont ceux qui voient ses idées parler à l’urgence du moment 14 ».

Dans une époque de divisions déchirantes, d’inimitié diffuse, Fanon reste incontournable, en particulier lorsqu’il laisse son propre corps interpeller, mesurer et connaître 15 . C’est sans conteste dans cette fusion entre « l’analytique et l’affectif 16 » que se trouve la marque de son écriture unique. Il n’est pas surprenant que la diffusion de sa pensée au Maroc doive beaucoup à un groupe d’écrivains et d’artistes, comme l’indique Kenza Sefrioui dans ce numéro.

Si ce vaste projet politique et épistémologique connaît le succès, c’est aussi parce que, de bout en bout, que ce soit dans ses analyses politiques, son rapport avec la souffrance ou dans son interprétation de la situation coloniale, Frantz Fanon demeure un médecin et un psychiatre (rares sont ceux qui ont su ausculter le monde, les échos lugubres qui le traversent ou les murmures de la révolte aussi bien que lui). Il ne s’agit pas d’un paradoxe : c’est plutôt une perspective qui lui permet d’affiner ses outils et d’accroître la sensibilité de son regard. Et d’ailleurs, il connaît l’importance de la sémiotique, des détails, et il sait bien à quel point ceux-ci comptent, lorsque l’enjeu est le diagnostic du pouvoir, de l’aliénation, de l’avenir. Malgré les jugements régulièrement émis sur les limites de ses interprétations ou sur son prétendu anachronisme, Paul Gilroy a raison de soutenir que « l’histoire encore en marche de la décolonisation et la consolidation de relations néocoloniales peuvent être interprétées de différentes manières. Loin de tout jugement accablant ou simpliste […], l’impact des écrits politiques et philosophiques [de Fanon] n’a à ce jour pas encore été apprécié dans toute son ampleur 17 ».

« L’archive a toujours été un gage, et comme tout gage, un gage d’avenir », écrit Jacques Derrida 18 . De quel gage et de quel avenir nous parle l’archive Fanon ?

Pathologies de l’interpellation

Pour comprendre psychanalytiquement la « situation raciale », écrit Fanon, « il faut attacher une grande importance aux phénomènes sexuels 19  ». La sexualité est au cœur de la question raciale, de l’imaginaire qui la gouverne, des formes de subjectivation qui la distinguent. Dans son dernier livre, Frantz Fanon lance une autre observation, tout aussi péremptoire : « Une étude du monde colonial doit obligatoirement s’attacher à la compréhension du phénomène de la danse et de la possession 20  ». L’essentiel de la grammaire de l’aliénation s’exprime dans ces quelques phrases : sexualité et racisme, possession et colonialisme 21 . Entre ces pôles de l’expérience, entre ces « phénomènes », Fanon tisse la trame de sa phénoménologie politique : le regard, la voix, le corps. Ce sont là des thèmes qui parcourent tous ses écrits, mais en particulier Peau noire, masques blancs, et dont je voudrais rappeler ici deux exemples. Le premier concerne l’anecdote du jeune étudiant en médecine :

« Il y a quelques années, nous avons connu un Noir, étudiant en médecine. Il avait l’impression infernale de n’être pas estimé selon sa valeur, non pas sur le plan universitaire mais, disait-il, humainement […] Et puis, un jour, il s’engagea dans l’armée comme médecin auxiliaire […]. Il voulait avoir sous ses ordres des Blancs. C’était un chef ; comme tel, il devait être craint ou respecté. […] Ainsi se vengeait-il de l’imago qui l’avait de tout temps obsédé : le Nègre effrayé, tremblant, humilié devant le seigneur blanc 22 ».

L’image est puissante, ainsi que les mots, tous soigneusement choisis. La formule « impression infernale », en italique, apparaît deux fois en quelques lignes, comme pour marquer l’expérience d’une reconnaissance deux fois niée (en tant qu’homme et en tant que médecin). Le désir obsessionnel du jeune étudiant est d’avoir un jour sous ses ordres des Blancs et de les voir adopter à son égard « une attitude de Noirs », effaçant ainsi l’image qui le hante : celle du « Nègre tremblant, humilié devant le seigneur blanc ». Quelques phrases suffisent pour cristalliser en son entier l’expérience du sujet racial, son désir de vengeance (vengeance qui ne concerne pas seulement sa propre existence, mais la condition de tous les Noirs qui ont été humiliés et qui ont tremblé de peur, de toutes les générations de Noirs qui l’ont précédé) et la certitude d’un drame : qu’il est déterminé par sa seule apparence 23 . C’est le cycle tragique de peur, haine et peur étudié par Horace Cayton aux États Unis 24 , et que Fanon analysera à son tour pour montrer comment la simple confrontation avec le regard du Blanc fait voler en éclats toute « résistance ontologique 25  ». C’est L’expérience vécue du Noir, reprise dans l’article d’Alice Cherki dans ce même numéro, où la scène de la rencontre avec l’enfant blanc introduit le thème de l’interpellation.

L’enfance occupe un rôle décisif dans l’œuvre de Frantz Fanon 26 , surtout dans les pages qui explorent la construction psychique du sujet racial, et encore une fois, ce drame sera mis en scène indifféremment par une enfance blanche ou une enfance noire. Voilà l’autre passage que j’entends évoquer : ce n’est pas un hasard si c’est un enfant blanc, effrayé à la vue d’un Noir 27 , qui prête sa voix au problème racial. Ni si une enfant blanche, traumatisée par les récits de son père, « ancien de la Coloniale », et par les tam-tams qui résonnaient chaque soir autour de sa maison, conçoit, à l’âge adulte, une terreur profonde des « nègres-sauvages-cannibales »…

Fanon élabore un dispositif dans lequel prend corps l’analyse du fantasme racial, avec pour toile de fond la critique inspirée par la leçon de Lacan au modèle de la « constitution » dans le développement de la névrose. Et le fait que la frayeur d’un enfant blanc déclenche la réflexion sur L’expérience vécue du Noir, ou que la « peur du Nègre » d’une enfant blanche clôture le chapitre sur Le nègre et la psychopathologie ne constitue pas seulement un autre de ces écarts imprévus qui ont rendu sa prose célèbre. Il s’agit de quelque chose de plus important : l’aliénation du Noir renvoie nécessairement à celle du Blanc, et celle-ci nourrit à son tour la constellation délirante du premier.

C’est une anatomie minutieuse de l’aliénation raciale, dont les bases lui sont suggérées par la théorie de son adversaire 28  : Octave Mannoni. N’importe quelle analyse de la situation coloniale, avait soutenu Mannoni dans Psychologie de la colonisation, doit toujours et obligatoirement prendre en compte les deux pôles de la relation : les colons et les colonisés. Dans ce chiasme, même les symptômes semblent obéir à une symétrie spéculaire. Ce jeu de miroirs instaure cependant, selon Ghassan Hage, un « perspectivisme confus » (muddled perspectivism), où il devient difficile de dire si l’objet de l’analyse est la victime du racisme ou bien le raciste. Selon moi, il s’agit au contraire d’un perspectivisme éclairant, où racisme et névrose, peur et violence, mépris et ressentiment s’enchevêtrent, en détruisant toute illusion diagnostique qui voudrait ne tenir compte séparément que de l’un ou de l’autre des deux moments et déboucher sur un déterminisme banal en mesure d’expliquer mécaniquement l’apparition de l’aliénation ou du conflit racial 29 .

Ghassan Hage rappelle qu’on peut faire l’expérience du racisme « aussi bien comme déni (denial) d’une spécificité que comme déni d’universalité, et l’émargination de l’autre peut se produire aussi bien en accentuant sa différence qu’en l’ignorant 30  ». Dans ce balancement infernal, Hage voit pourtant se dessiner un autre thème : l’oscillation entre aspiration à l’universel et besoin de spécificité (ou mieux, le besoin de voir reconnaître sa propre différence). En effet, le sujet racial ne craint pas tant – nous dit Hage – qu’on ne le considère pas comme un homme comme tous les autres, ni qu’on nie ses spécificités, mais plutôt qu’il soit obligé à un choix, une sorte d’ultimatum qui aurait pour effet de le figer définitivement dans l’une ou l’autre des positions. Ce « besoin de vacillement » fondamental n’aurait pas été pleinement reconnu par Fanon. Mais Hage semble oublier l’analyse de Fanon sur l’opposition entre « culture » et « coutume », sur les tourments de l’intellectuel colonisé et ses hésitations entre élan et repli 31 .

Cette indécision, scrutée par Fanon à plusieurs reprises, doit être questionnée : elle naît dans le cadre d’une polarité qui, étant constitutive du monde colonial et de ses lois, se place déjà sous le signe d’un choix aliéné ou, pis encore, représente un symptôme de la domination coloniale elle-même.

Fanon refuse toute attitude (tout regard) qui fige et condamne l’Autre (le Noir, le Nord-Africain, l’immigré), à occuper la position que le stéréotype colonial lui assigne. Sa critique de la négritude consiste, tout compte fait, en ceci : le refus d’une philosophie n’admettant qu’une et une seule identification et aplatissant en une identité noire présumée une multiplicité de trajectoires, d’existences, d’historicités. Son affirmation − « C’est le blanc qui crée le Nègre. Mais c’est le Nègre qui crée la négritude. À l’offensive colonialiste autour du voile, le colonisé oppose le culte du voile 32 » −, révèle sa pleine conscience de ce que l’oscillation entre universel et particulier n’exprime pas tant un besoin ontologique du sujet racial ou colonial qu’un mouvement défini par des rapports de domination (politique, économique, symbolique) bien précis. Pour Fanon, être pris dans la malédiction d’un simple réagir est le symptôme d’une condition d’assujettissement. Sortir de l’aliénation coïncide avec la capacité du sujet d’« agir dans l’Histoire » (de Martino) et faire que l’autre soit à son tour contraint à réagir…

Mais il y a un thème décisif que l’analyse de Ghassan Hage met en évidence lorsqu’il distingue trois différentes pathologies de l’interpellation. La première est l’absence d’interpellation (non-interpellation), caractéristique de la forme de racisme qui fait de l’Autre un sujet invisible, qui n’existe pas dans l’ordre symbolique mais uniquement dans le règne du réel. Du moment qu’il n’existe pas, on peut tout faire en sa présence : devant son esclave, le maître pouvait tranquillement épancher ses besoins sexuels.

La deuxième modalité consiste en une interpellation négative. L’admission dans l’espace social et symbolique a lieu, mais au prix d’une représentation radicalement négative (le Noir est infantile, paresseux, sale ; l’Arabe est criminel, impulsif, peu soucieux de l’avenir ou encore menteur ; l’Asiatique est indifférent…). Frantz Fanon déconstruira ces stéréotypes à l’œuvre dans la psychiatrie coloniale, en dévoilant le sens politique de la tension à peine retenue sous le pli d’un sourire (le grin du Noir) 33 , le sabotage camouflé sous l’inertie, la résistance perceptible dans ce qui a l’air d’un simple mensonge 34 .

C’est toutefois la troisième forme qui m’intéresse tout particulièrement ici : la mauvaise interpellation. Nous assistons dans ce cas à un véritable drame, en deux actes. Au cours du premier, le sujet racial est appelé à faire partie d’une collectivité (on lui donne l’illusion qu’il est « comme tous les autres », selon l’adage de la modernité) pour, un instant plus tard, se voir révoquer cette concession et rappeler qu’il est différent, qu’il ne fait pas encore partie du groupe qui pourtant lui avait fait signe, qu’il est encore trop tôt pour l’intégrer entièrement ou pour lui accorder la nationalité 35 . C’est de cette dernière forme d’interpellation que naissent la souffrance, la rage, et surtout l’ambivalence à l’égard d’une modernité qui le fascine, en laquelle il voit une source de reconnaissance et de valorisation, mais envers laquelle il retourne sa rage destructrice lorsqu’il se sent repoussé loin d’elle. On aurait ici, suggère Hage, une clé pour interpréter un certain nombre de cas de terroristes, qui semblent partager l’expérience commune d’une interpellation frustrante tombée dans l’oubli par la suite 36 . Nés et élevés en Europe ou aux États-Unis, ils ont fini par couver une hargne sans fin envers cet Occident qui, après les avoir interpellés, n’a pas maintenu ses promesses. C’est avec des tonalités assez proches que Slavoj Žižek analyse l’explosion des banlieues en 2005, lorsqu’il souligne le trait marquant de ces protestations : l’absence – à la différence de mai 1968 – d’un quelconque moment visionnaire, d’un quelconque projet politique. C’est cette absence, affirme Žižek, qu’il nous faut questionner 37 .

Les années de braise 38

J’aimerais reprendre ici brièvement deux autres critiques parmi celles adressés à Fanon, et m’efforcer ensuite de les réfuter. La première soutient que si Fanon a su scruter dans ses moindres replis la violence de la colonie (« sa part maudite »), il n’a pas manifesté le même intérêt pour « la violence de l’ignorance » (d’après Fanon, la colonie est violence à l’état pur). Par ailleurs, il n’aurait pas suffisamment tenu compte de « son petit secret », à savoir « l’assujettissement du colonisé par son propre désir 39  ». Bien qu’il ait pu déjà disposer, à la fin des années 1950, de certaines traductions partielles des texte d’Antonio Gramsci 40 , Fanon aurait fini par ignorer ce qui, pour Gramsci, constituait un moment fondamental dans l’exercice du pouvoir, à savoir l’hégémonie. C’est ainsi qu’Achille Mbembe peut émettre son verdict : « De ce “petit secret”, Fanon fait peu de cas. C’est peut-être ce qui explique son incapacité à anticiper la postcolonie 41  ».

Évoquant les discours sur la double dette contractée par l’Occident à l’égard de la colonie, la « dette de procréation (développement) » et la « dette d’hospitalité (immigration) », Mbembe offre aussi des rapprochements féconds avec la réflexion d’Hage, notamment lorsque l’un et l’autre envisagent la question de la perte et de la dépossession 42 .

La deuxième critique émane de Nancy Rose Hunt. Dans son dernier ouvrage sur le Congo colonial 43 , Hunt reproche à Fanon d’avoir négligé les stratégies de mobilité qui, malgré l’oppression coloniale, auraient permis aux colonisés d’inventer des espaces de liberté, de résistance et d’invisibilité (par exemple, le cas des guérisseurs et des prophètes qui donnèrent naissance à d’authentiques formes d’« insurrection thérapeutique »). Les exemples fournis par l’historienne montrent de façon très efficace que la colonisation belge n’a pas été ponctuée uniquement par le sifflement sinistre de la chicotte ou par la terreur hébétée des fugitifs aux membres amputés, mais aussi par le son joyeux des fanfares, par des appropriations, des alliances et des transactions qui, bien qu’ayant pour effet de transformer le territoire psychique des colonisés 44 , n’en épuisèrent jamais tout à fait les ressources et le dynamisme. Cependant, Fanon n’aurait pas été en mesure d’appréhender ces tiraillements, écrasé par une vision pathologique et apocalyptique, s’abandonnant parfois à des « raccourcis primitivistes » (primitivist reductions) et proposant un portrait quasi « caricatural » de la décolonisation lorsqu’il la décrit comme un basculement inattendu (sudden reversal)45 .

Demandons-nous à présent : Fanon a-t-il vraiment ignoré les zones grises de la colonie et perdu de vue son « petit secret » (Mbembe) ? A-t-il vraiment oublié l’irréductible besoin de vacillement du sujet racialisé (Hage) ou les tactiques de mobilité adoptées dans le contexte de la domination coloniale (Hunt) ?

J’aimerais proposer ici une lecture un peu différente en commençant par un territoire particulier : celui de la maladie et du corps, du recours hésitant du colonisé à l’hôpital « des Blancs, ou des étrangers, du conquérant en tout cas », celui – enfin – de l’attitude du médecin colonisé, dans des pages où nous rencontrons de nouveau l’ethnographie minutieuse du rapport entre médecine occidentale et colonisés que nous avions déjà relevée dans Le syndrome nord-africain 46 .

Devant son besoin de se soigner en ayant la possibilité de bénéficier d’une ressource dont il perçoit la supériorité technique, le colonisé – écrit Fanon – est indécis : cependant, il n’hésite pas entre, d’une part, une adhésion opiniâtre aux croyances locales ou une idée de guérison miraculeuse, comme se bornait à le répéter une certaine ethnologie, et, de l’autre, les valeurs d’une rationalité médicale, dont il admet d’ailleurs la supériorité technique, mais entre le besoin de sauver la vie d’un proche et le sentiment que dans cette même médecine, dans ces mêmes hôpitaux, couvent le mépris pour sa propre culture, la violence d’expérimentations menées sur des malades à leur insu 47 , la volonté d’humilier. L’analyse de cette ambivalence, qui déchire les choix et la conscience des Algériens, est suivie chez Fanon de l’image d’une autre ambivalence, celle du médecin colonisé : « Le médecin algérien est intéressé, économiquement, au maintien de l’oppression coloniale. […] C’est ce qui explique que très souvent il se transforme en chef de milices ou en organisateur de raids “contre-terroristes” ».

L’intérêt matériel des médecins colonisés, de même que celui des élites, les poussera à des prises de position paradoxales, et les verra souvent s’identifier avec l’occupant, au point de trahir leurs frères. C’est un paradoxe douloureux. Toutefois, ces identifications contingentes et ces désirs sont eux-mêmes le résultat d’une situation bien précise, qui verra justement ces catégories de population, émergeant des décombres des alliances tribales, constituer en même temps le noyau central du mouvement nationaliste et anticolonial 48 .

Étayés par la domination coloniale, les désirs, les ambivalences et les vacillements du colonisé, le fatalisme 49  commun aux « déshérités de toutes les régions du monde », naissent dans une société divisée, empoisonnée par le doute et par le sentiment d’infériorité, par une atmosphère de « mort à bout touchant ». Telle est la vie psychique du pouvoir (colonial).

Il existe une autre image, non moins efficace que celles qui nous sont offertes par les pages de L’an v de la révolution algérienne, c’est celle du retour à la « tradition » (autre exemple de « repli », autre genre de vacillement) dans le chapitre « Racisme et culture », lorsque – en pleine lutte anticoloniale − il décrit le médecin arabe dormant par terre, crachant de-ci de-là et l’intellectuel noir qui retourne consulter un sorcier avant de prendre une quelconque décision. Chaque ambivalence entre imaginaires et épistémologies, chaque hésitation entre des valeurs renvoie à des positions définies par un univers de conflit et de mensonge. Si l’on considère cet espace comme la matrice de significations et de comportements, même les stéréotypes servant à représenter les colonisés seront repris par Fanon pour être analysés dans le cadre des rapports de pouvoir de la scène coloniale et voir ainsi renversé leur signifié : le mensonge du Nord-Africain ? Une révolte contre une autorité non reconnue. Les orgies musculaires des transes ? Une violence accumulée et défoulée au cours des cérémonies mais, comme ceux qui, devant le juge, nient contre toute évidence les délits commis, il s’agit d’opprimés qui, bien qu’ils soient dominés, ne sont pas domestiqués.

L’ethnographie de Frantz Fanon est une représentation pénétrante de l’aliénation coloniale, et ses portraits sont comme des instantanés mettant toujours en évidence le même punctum (dans le sens que Roland Barthes attribue à ce terme) 50 : celui de la violence introduite « dans les maisons et dans le cerveau du colonisé 51  », celui d’une situation où la vie a désormais pris une « allure de mort incomplète 52  », celui d’un flottement structurel des signes et des désirs.

Fanon est donc conscient du besoin irréductible de vacillement, de même que des ambivalences des sujets colonisés, en premier lieu des intellectuels, sujets qui vivent désormais « en porte-à-faux 53  ». Sa phénoménologie est historique, politique et situationnelle ; elle questionne non pas le besoin ontologique de vacillement existant chez tout sujet racialisé, mais plutôt le besoin qui se fait jour parmi les colonisés : dans le cadre de liens sociaux désormais délités, hantés par le soupçon, où même le deuil ne peut plus être formulé à la manière habituelle, et où chaque décès est interprété comme la « conséquence directe ou indirecte de la répression colonialiste ». Son insistance sur l’exigence d’un diagnostic situationnel est le corollaire de cette attention à l’historicité de l’expérience, une historicité qui façonne les sentiments, les rêves, les comportements, les symptômes, les perceptions et qui, par exemple, avant 1939, fait que l’Antillais se sente Européen et perçoive l’Africain comme un Noir pour découvrir tout à coup par la suite, comme en un choc cognitif, que lui aussi est noir 54 .

Dans le « labyrinthe infernal » qu’est la colonie, Fanon ne perd pas de vue les ambivalences ou les désirs des colonisés, loin de là, et pourtant – il faut l’admettre – ils sont parfois comme laissés à l’arrière-plan. Mais quand cela se produit, c’est pour une raison particulière.

Frantz Fanon arrive en Algérie en 1953, un an avant la « Toussaint rouge55  », et il vivra une époque marquée par les atrocités et le désarroi, où le médecin colonial est aussi tortionnaire, où les luttes fratricides se font féroces et le meurtre pour un kilo de sucre est monnaie courante. Ce que Fanon a devant lui est un « point de non-retour 56  ». Ponctuées par les interrogatoires et les « noyades », par les « regroupements », les exécutions sommaires et les viols commis dans l’impunité la plus complète, ce sont des années qui concèdent peu de temps pour analyser les transactions et les appropriations. Lorsque les électrodes sont appliquées aux oreilles ou aux testicules, que le gendarme ou le soldat conseille, « à coups de crosse ou de napalm, de ne pas bouger 57  », il est difficile de s’occuper de tactiques de mobilité et d’autres questionnements s’imposent à l’observateur.

L’extase des damnés

L’œuvre de Fanon s’élabore à l’intersection des deux lames d’un ciseau : épistémologie critique du savoir colonial, de ses dispositifs disciplinaires et moraux, de sa pénétration lente mais inexorable dans les consciences des colonisés, d’une part ; phénoménologie de la résistance, de ses manifestations (politiques, symboliques, religieuses, psychiques), de l’autre. Le long de cette entaille, il faut cerner deux questions : la place de la culture dans son rapport avec la maladie mentale et les soins qui lui sont apportés ; les effets de la violence. C’est dans cette fourchette théorique que naît le projet d’une ethnopsychiatrie dynamique et critique (dans le sens donné à ces formules par Georges Balandier) encore largement inexplorée. Tandis qu’elle attribue aux thérapies locales, aux rythmes quotidiens, aux « croyances » un rôle décisif dans la compréhension du monde culturel des dominés ou dans la mise en place de modèles d’intervention adaptés au contexte social, elle revient enquêter, comme auparavant dans Peau noire, masques blancs, sur les limites des catégories diagnostiques et interprétatives de la psychiatrie et des sciences sociales. Le rapport entre religieux et politique en Algérie et, plus largement, dans les sociétés musulmanes, est sans conteste un chapitre fondamental qui demande encore à être approfondi. Le dialogue entre Ali Shariati, représentant d’un islam politique moderne, et Fanon est, de ce point de vue, décisif, comme le montre Sara Shariati dans sa contribution à ce numéro.

Mais ce qui rend cette perspective unique, ce n’est pas, comme on peut évidemment s’y attendre 58 , le simple recours à la notion de culture pour comprendre les représentations de la folie ou l’efficacité des rites thérapeutiques. Frantz Fanon ne se contente pas d’isoler le dispositif symbolique de la subordination de genre ou de l’honneur pour en analyser ensuite la reproduction au sein de la famille ou de la société paysanne. Il questionne ces différents aspects dans le cadre d’une situation historique bien précise, où les acteurs, les intérêts et les langages sont multiples et s’affrontent depuis longtemps (campagnes et villes, Kabyles et Arabes, colons et colonisés), sans cesser d’interpeller, dans un même mouvement, le développement historique d’une science, l’ethnologie, qui a souvent fini par devenir complice d’une idée de culture dépourvue d’imbrications avec l’histoire et sa violence 59 . Il observe notamment les soubresauts et les paradoxes de la tradition ou de la culture dans les trajectoires suivies par les immigrés ou dans les frictions avec le pouvoir colonial 60 , ou encore – et c’est ce qui mérite notre attention – à partir de l’échec des modèles de psychothérapie institutionnelle introduits à Blida.

La culture et la religiosité des patients ou du personnel soignant semblent, dans ce cas, s’opposer aux pratiques thérapeutiques plus modernes et éclairées parce qu’elles sont intrusives, proviennent d’un univers moral différent et sont associées à un dispositif politico-administratif despotique (celui de la colonie) qui d’un côté opprime, torture et aliène tandis que de l’autre, il prétend civiliser, rationaliser, guérir 61 .

À une médecine complice qui ignore la violence perpétrée par le système colonial, Fanon oppose l’analyse d’autres univers sociaux, d’autres codes de la souffrance, pour conclure, quelques années plus tard, que soigner est littéralement impossible dans le contexte de la colonie.

Nous sommes confrontés à un double mouvement. Dans Peau noire, masques blancs, il avait démoli les limites d’une psychanalyse qui se révélait incapable de saisir la spécificité de la condition noire, les conséquences psychiques de la construction d’un sujet racialisé et aliéné par l’Autre/Blanc. En Algérie, il démontrera qu’on ne peut pas s’attendre à grand-chose de la forme d’intervention la plus avancée dans les institutions psychiatriques de l’époque, la psychothérapie institutionnelle pratiquée à Saint-Alban sous la direction de François Tosquelles. Dans la colonie, même lorsque la structure de l’hôpital semble rendre homogènes les symptômes, les rythmes quotidiens, l’évolution de la maladie, une différence obstinée demeure, et résiste. Le désintérêt des patients, l’absence d’impact des modèles de réhabilitation, l’inertie des infirmiers, révèlent l’hybris thérapeutique de la psychiatrie occidentale, qui pense pouvoir reproduire ses stratégies en négligeant les intérêts et les traditions des patients, les différents idiomes de la souffrance, les hiérarchies symboliques particulières au sein desquelles leur maladie s’est élaborée et, en premier lieu, les rapports de force qui en orientent le sens et la destinée.

Frantz Fanon et Jacques Azoulay ébauchent ainsi une ethnographie minutieuse et avant-gardiste de l’institution psychiatrique dans l’espace de la colonie. Mais en interprétant les raisons de l’échec des principes théoriques de Saint-Alban, les auteurs amorcent en parallèle une analyse des transformations qui ont affecté la société algérienne au cours de la colonisation : la crise de l’agriculture, les transformations du nomadisme provoquées par la présence française, la désintégration des hiérarchies traditionnelles. La sociologie de la misère paysanne et du désagrégement social dans la colonie s’accompagne ainsi d’une analyse des jalons méthodologiques incontournables (le « fait social nord-africain ») dans tout projet de soin :

« À la faveur de quel trouble avions-nous cru possible une sociothérapie d’inspiration occidentale dans un service d’aliénés musulmans ? […] Il fallait exiger cette “totalité” dans laquelle Marcel Mauss voit la garantie d’une étude sociologique authentique. Il y avait un saut à effectuer, une transmutation de valeurs à réaliser. Disons-le, il fallait passer du biologique à l’institutionnel, de l’existence naturelle à l’existence culturelle 62  ».

Il s’agit là d’une réflexion critique écrite un an à peine après son arrivée à Blida. On y décèle, parallèlement au projet d’assistance psychiatrique fondée sur le modèle de l’hôpital de jour, de façon à ne pas séparer le patient de son environnement familial et social 63 , son intérêt pour une analyse du monde religieux et culturel des patients, mais aussi une prise de distance par rapport à d’autrel [s regards ethnologiques ou sociologiques restés ancrés à la perspective coloniale 64 . Le travail effectué avec Azoulay et Sanchez sur les Troubles de la sexualité chez le Nord-Africain reste à ce titre exemplaire. La lecture des textes classiques (d’El Soyouti, par exemple), ou des travaux de Suzanne Taïeb, la psychiatre algérienne élève d’Antoine Porot, qui avait préparé sa thèse sur le rapport entre croyances et thèmes délirants, indiquent sans équivoque l’importance accordée à la connaissance de ce matériel. Le rôle social des experts rituels dans le traitement de ces troubles (« Le médecin est ici en général le dernier consulté »), la valeur des idées religieuses, la symbolique à l’œuvre dans les rites (comme l’inscription de versets sur une lame qui, une fois chauffée à blanc, sera plongée dans l’eau placée sous le corps du malade atteint d’impuissance : la lame sera utilisée, commentent les auteurs, pour couper le sortilège qui le lie et le rend malade…). Mais, répétons-le, ce qui est décrit n’est jamais une « coutume » ou une « religiosité » figée, momifiée dans le calque d’une tradition qui se répète sans soubresauts 65 .

Par exemple, le célèbre travail sur le Test de perception thématique (TAT, Thematic Apperception Test 66 ) indique clairement que si le test de projection échoue dans ses prétentions diagnostiques, ce n’est pas à cause de motifs religieux qui prescriraient aux patientes de respecter la vérité, rendant de la sorte impossible toute libre association, ou d’un « monde culturel exigeant et, en un certain sens, spasmé », ou, encore moins – comme le prétendait l’École d’Alger – à cause de prétendues limites constitutionnelles de l’« intellect nord-africain ». Si cette méthode se révèle inadéquate ou mieux, « fausse », c’est parce qu’elle n’est pas en mesure de comprendre les contraintes que le réel (le réel de la colonie, le réel d’un monde aussi impénétrable qu’inaccessible) impose à l’imaginaire des patientes et à leurs productions psychiques. Les considérations sur l’échec du test se transforment ainsi en une sociologie politique de la perception et de l’imaginaire 67 . J’ai toujours trouvé dans ces réflexions le meilleur exemple de ce qu’Andràs Zempléni qualifie de projet le plus authentique de l’ethnopsychiatrie : une recherche et une pratique ayant pour objectif d’explorer et de modifier des « conjonctures de vie et de mort », en imbriquant trois procédures distinctes, toutes « pareillement intersubjectives : ethnographique, institutionnelle et clinique 68  ».

C’est dans cette fusion que se développe aussi l’analyse des cultes de possession, de l’extase des damnés, décisifs pour comprendre l’expérience psychique de la colonie. La dissociation psychique, les tremblements de la transe, l’habitus hystérique des possédés et des dépossédés, seront encore une fois analysés à partir d’une phénoménologie détaillée du quotidien (l’écriture de Fanon n’élabore jamais au hasard la séquence des thèmes évoqués, des images suggérées ou des citations) 69 .

Dans le chapitre des Damnés de la terre sur la violence, voici surgir les corps des colonisés comme des corps animalisés, des corps-choses (« chose colonisée »), secoués de spasmes, gardiens d’une « agressivité sédimentée dans les muscles » (les rêves aussi sont « musculaires »). C’est une véritable liturgie de la tension musculaire, qui agit comme en contrepoint du flottement psychique que le colonisé expérimente chaque jour devant les signes indéchiffrables du monde colonial. Si l’agressivité envers ses frères lui permet de « défendre sa personnalité face à son congénère », le convainquant que « le colonialisme n’existe pas », sur un autre plan (celui des danses de possession), le recours à la dimension religieuse (les esprits, les ancêtres, les zombies) lui « permet de ne pas tenir compte du colon » : dans ce cas aussi, le fatalisme, lieu commun de toutes les sociologies négatives des opprimés, devient une stratégie paradoxale par le biais de laquelle « toute initiative est enlevée à l’oppresseur, la cause des maux, de la misère, du destin revenant à Dieu. L’individu accepte ainsi la dissolution décidée par Dieu […] Les forces du colon sont infiniment rapetissées, frappées d’extranéité. On n’a plus vraiment à lutter contre elles […] Tout se résout, on le voit, en affrontement permanent sur le plan phantasmatique 70  ». La croyance est conçue comme un acte, et la possession, de même que le religieux en général 71 , est un champ où agir devient possible.

De la violence et de la « répétition sans histoire »

« Ici, plus de dix millions d’hommes à soigner.

Toute la psychiatrie colonialiste à désaliéner 72  »

Voilà comment j’interprète personnellement l’ethnopsychiatrie post-coloniale de Fanon, mais cette analyse sommaire serait incomplète si n’était pas au moins évoquée sa réflexion sur les conséquences psychiques et sociales de la violence et de la torture, réflexion qui distingue la « pathologie mentale produite directement par l’oppression » pendant le temps de la « colonisation non contestée » de celle qui dérive de l’abomination de la torture. Dans ce cas aussi, Frantz Fanon échappe à tous les pièges du manichéisme, en adoptant une approche clinique et politique on ne peut plus moderne de la souffrance, aussi bien des victimes que des tortionnaires, autant des symptômes de ceux qui ont agi pour une juste cause (la guerre pour l’obtention de l’indépendance) que de ceux des bourreaux. C’est un thème qui parcourt presque tous ses écrits, depuis Peau noire, masques blancs, où il ne manque pas de rappeler dans une note les tortures infligées à Madagascar en recourant souvent, pour le sale travail, aux tirailleurs sénégalais. La question de la violence (et de la contre-violence) s’est par ailleurs imposée à Fanon comme une dimension fondamentale de l’expérience, une dimension dont il faut questionner les tenants et les aboutissants 73 .

À la fin de la première Guerre mondiale, Sándor Ferenczi avait mentionné, au cours d’une conférence tenue à l’hôpital militaire Maria Valéria, les troubles des soldats exposés à des traumatismes : le trait saillant de cette « étrange symptomatologie » (c’est ainsi qu’il l’avait définie) consistait en contractures musculaires et en tremblements. Le psychanalyste hongrois mettait en évidence à plusieurs reprises l’« impression d’étrangeté et d’inconnu » chez des soldats qui, bien que n’ayant pas subi de lésions organiques, étaient devenus incapables de marcher et étaient atteints de violentes secousses, de branlements de la tête, de raideur des bras (« les différentes combinaisons de tremblement, de raideur et de faiblesse produisent des types de démarche tout à fait particuliers que seul, le cinématographe pourrait éventuellement reproduire 74  »).

Plus de trente ans après, Fanon reprendra en quelques lignes les éléments essentiels d’un débat d’envergure (sur les névroses traumatiques liées à la guerre), en prenant cependant ses distances dans trois passages décisifs : d’abord, la formule habituellement utilisée, « psychose réactionnelle », privilégie « l’événement qui a déclenché la maladie […]. Il nous semble que, dans les cas présentés ici, l’événement déclenchant est principalement l’atmosphère sanglante, impitoyable, la généralisation de pratiques inhumaines, l’impression qu’ont les gens d’assister à une véritable apocalypse » (c’est moi qui souligne). Dans ce contexte, l’événement traumatique consiste en une guerre « qui très souvent prend l’allure d’un véritable génocide ». Ensuite, quand bien même on voudrait se résigner à utiliser la formule déjà employée dans la littérature psychiatrique (« psychose réactionnelle »), il faut admettre cependant qu’on est confronté à une « physionomie inédite de certains tableaux psychiatriques » qui « confirme, s’il en est encore besoin, que cette guerre coloniale est originale même dans la pathologie qu’elle sécrète » (nous ne sommes pas loin ici de l’« impression d’étrangeté et d’inconnu » dont parle Ferenczi). Et le caractère inédit réside en ceci que, contrairement à ce qu’on a généralement soutenu sur la bénignité des symptômes, dans le cas de la guerre coloniale, la règle est la malignité des troubles, une fragilité psychopathologique facilement reconnaissable, qui l’amènent à conclure : « l’avenir de ces malades est hypothéqué ». Enfin, la troisième réflexion concerne au contraire le rôle de la « responsabilité » individuelle dans le développement de ces troubles, notamment chez les Algériens, c’est-à-dire même quand les actes de violence avaient été commis dans le cadre d’un projet politique légitime (« nos actes ne cessent jamais de nous poursuivre 75 »).

En trois brefs passages, Fanon liquide toutes, ou presque toutes, les prétentions de ce qui fera dans les années 1980 les choux gras du savoir psychiatrique : le trouble post-traumatique lié au stress (Post Traumatic Stress Disorder76 ), en soulignant la spécificité psychopathogène de la guerre coloniale, les caractéristiques traumatogènes d’un climat de violence quotidienne, les retombées du problème moral (ces aspects étant systématiquement ignorés par les gourous du trouble post-traumatique lié au stress et de son traitement). Mais Fanon ne manque pas de rappeler que le pronostic des conditions cliniques est souvent négatif et à quel point l’avenir de ces générations est hypothéqué (le legs tragique de la violence et de la colonie).

Nous avons là des intuitions d’une importance fondamentale pour interpréter non seulement la symptomatologie des militants algériens, des femmes victimes de viol ou des enfants témoins de violence mais aussi la souffrance sociale qui en découle (dont l’une des expressions est le silence et l’escamotage de ces événements dans la société algérienne elle-même après l’indépendance, à l’exception des occasions cérémonielles) 77 .

Fanon nous livre là un texte magnifique où, en même temps qu’une phénoménologie minutieuse de l’expérience traumatique tracée en brèves esquisses cliniques et reprise dans le même « langage haché » que celui de ses patients, est indiquée la généalogie de cette violence qui se reproduit à travers les générations, une violence qui fut à l’origine d’une haine meurtrière 78 , de « pulsions homicides indifférenciées », et qui semble pouvoir resurgir de façon inattendue des années plus tard, auprès de générations qui n’ont pas participé à ces horreurs et qui semblent pourtant les connaître.

Mais toujours, et quoi qu’il en soit, ce qui passe le fera sous le signe d’un amalgame indiscernable, un nœud inextricable où figurent désormais symptôme et Histoire, folie et politique. C’est pour cela que nous ne devons pas nous étonner si, dans les récents cas d’attentats suicides individuels (en Allemagne ou ailleurs), on a souvent évoqué l’équilibre psychique fragile de leurs auteurs, leurs rapports passés avec des services de psychiatrie, leur instabilité (ou simplement leur solitude, leur étrangeté incompréhensible même pour leurs proches). Et c’est ici, dans ces quelques lignes, que l’héritage de Fanon redevient incontournable pour lire la violence de notre présent (la violence des banlieues, par exemple, où il ne semble exister aucun projet politique, aucune utopie), de même que la violence des jeunes nés en Europe, apparemment « intégrés », comme aime à le répéter la rengaine de la République, et qui toutefois se dressent contre cette même Europe avec toute leur haine, leur attitude « hostile, hautaine, méprisante 79 ». Certes, beaucoup d’entre eux révèlent, dans leur implacable folie, cette pathologie de l’interpellation diagnostiquée par Hage, mais aussi la douleur d’une blessure ancienne qui ne parvient pas à guérir 80 .

Les apories de Fanon, le « nœud franco-algérien 81  » et L’Afrique à venir

 

« Ce que je voudrais : de grandes lignes, de grands canaux de navigations à travers le désert. Abrutir le désert, le nier, rassembler l’Afrique, créer le continent. Que du Mali s’engouffrent sur notre territoire des Maliens, des Sénégalais, des Guinéens, des Ivoiriens, des Ghanéens. Et ceux du Nigeria, du Togo. Que tous grimpent les pentes du désert et déferlent sur le bastion colonialiste. Prendre l’absurde et l’impossible à rebrousse-poil et lancer un continent à l’assaut des derniers remparts de la puissance coloniale 82  ».

L’horizon de violence auquel le discours politique est aujourd’hui obligé de se mesurer semble faire écho aux réflexions de Frantz Fanon, en faisant apparaître la valeur et les limites de ses prophéties, de son discours visionnaire, mais dans le même temps en démontrant son indiscutable actualité. Il suffirait d’évoquer le débat grotesque sur le « burkini » pour constater à quel point la question du hijab, au cœur de l’action psychologique dans l’Algérie coloniale, semble revenir périodiquement comme un spectre : obsession républicaine et humanitaire, imprégnée de peur et de fascination, magnifiquement analysée par Fanon dans L’an v de la révolution algérienne. La présence obstinée de ce fantasme, les prises de position et les articles balbutiants qui ont cherché à en parler, dénotent l’urgence d’analyses sociologiques et politiques en mesure d’entrelacer d’une manière nouvelle des univers théoriques, des imaginaires et des langages hétérogènes 83 .

Sans avoir la prétention d’approfondir l’analyse de ce qui figure chez Fanon comme de véritables apories 84 , je me bornerai ici à en évoquer la plus intéressante pour mes considérations, celle qui révèle sans doute davantage la fécondité intarissable de sa pensée, bien que dans un contexte historique et politique radicalement transformé.

La tension qui m’intéresse ici est celle qui se crée lorsque, d’une part, on rapporte le caractère d’une société, la façon d’être de ses membres, leurs modes et leurs désirs aux événements historiques qui ont accompagné ses transformations (la vie psychique de l’Histoire), et que de l’autre, on se rebelle contre le déterminisme du passé, un déterminisme qui asservit et qui engendre la forme d’aliénation la plus atroce. Ou celle qui affirme l’urgence thérapeutique de se soustraire au cycle de violence et contre-violence juste après en avoir dit la nécessité dans le moment de la lutte anticoloniale 85 .

Nous avons, dans cette antinomie, un parcours inestimable pour mesurer avec quelle lucidité Fanon considère le poids inexorable de l’Histoire, les conséquences du passé (l’esclavage, l’expérience coloniale) et la façon dont la violence et l’humiliation (au même plan que l’intimité des rapports de domination) se sédimentent en habitus, en désirs et en tactiques quotidiennes (les subalternes le savent bien, eux).

Dans le même temps, dans chacun de ses écrits, il ne cesse de lutter contre le caractère inéluctable de cette loi (et de nouveau l’aporie se fait spasme, symptôme : c’est là la condition post-coloniale). Son geste s’apparente alors à celui d’un héros qui chercherait à rompre un sortilège (la sorcellerie de l’Histoire) en luttant contre sa reproduction implacable sous les formes du symptôme, ou du mimétisme inconscient de l’ennemi. Ses critiques adressées aux élites nationalistes et son enthousiasme pour les masses paysannes de l’Algérie peuvent nous apparaître comme des analyses empreintes de naïveté et dépourvues de profondeur politique, toutefois les revers subis par tant de projets théoriques et révolutionnaires sont là pour mettre en évidence cette structure contradictoire du réel, devant laquelle Fanon n’a jamais reculé. Les limites de la négritude et de ses représentants les plus qualifiés, d’Aimé Césaire à Léopold Sédar Senghor, les incohérences des partis communistes de l’époque, qui s’inclinaient lorsque la puissance coloniale se faisait entendre, avec ses exigences, ses projets, tout cela a certainement été pour Fanon une expérience douloureuse 86 . C’est une évidence, et pourtant il a réagi en haussant encore davantage le ton de son acte d’accusation, l’ironie cinglante de son écriture (« décolonisons, décolonisons. On décolonise à une telle allure qu’on impose l’indépendance à Félix Houphouët-Boigny »), la force de sa poésie.

Les damnés, les « derniers 87  », les « masses » si éloignées des cadres du Parti, les « humiliés de tous les pays du monde » auxquels il ne cesse jamais de penser (« Nous Africains disons que depuis plus de 100 ans, la vie de 200 000 000 d’Africains est une vie au rabais, contestée, une vie hantée perpétuellement par la mort 88  »), de même que la métaphore d’une nuit dont il faut se dégager et sortir enfin, semblent tout droit sortis indifféremment de Marx, de l’Évangile ou des vers de Jacques Roumain. Le lecteur qui voudrait définir une fois pour toutes ce qui fait la spécificité du discours de Fanon resterait déçu devant ce « perspectivisme confus » qui constitue pourtant, répétons-le, sa plus grande richesse.

Fanon nous dit, simplement et brutalement, que l’horizon de la lutte contre la domination et l’aliénation, pour le droit à la terre et à ses ressources, tout comme l’horizon de la cure, connaît – entre alliés et adversaires dont les profils souvent se confondent – une seule certitude : celle de sa durée infinie. Conclusion décevante pour le politiste, peut-être, moins pour l’historien ou le psychanalyste.

Les catégories qu’il adopte, façonnées dans la chair à vif de contradictions et de conflits atroces, justement parce qu’elles ne prétendent pas être valables dans n’importe quel contexte, sont les plus indiquées pour penser aujourd’hui l’Afrique et ses institutions, le deuil de ses morts sans fin, mais aussi la créativité récalcitrante de ses intellectuels, de ses mouvements politiques : c’est « l’Afrique à venir », pas « celle des poètes », écrit Fanon, pas « celle qui endort, mais celle qui empêche de dormir ». Inévitablement son discours, réfractaire à toute dérive simpliste (qu’il s’agisse d’interprétations psychologiques, sociologiques ou politiques) révèle comme l’ombre d’une solitude obstinée et assumée, où beaucoup ont voulu voir comme un trait de caractère qui aurait fini par l’éloigner inexorablement même de cette Algérie à l’indépendance de laquelle il avait tout sacrifié.

La pensée de Fanon est une pensée qui bouscule, qui ne cesse de surprendre lorsque, quelques lignes avant de fournir sèchement des précisions techniques sur le positionnement de mitrailleuses, de lance-grenades et de commandos, il décrit les changements soudains de la couleur du ciel au-dessus du Sahara 89 . C’est ce Fanon inclassable et insoumis qui pour moi continue d’apporter ses suggestions infinies pour une pensée de la révolte, peu importe si elle prend corps dans les rues de Johannesburg, de Ferguson ou de Paris et pour une cure de l’aliénation : celle des si nombreux émigrés qui déambulent, hésitants, entre les cliniques de l’Europe et les guérisseurs de leurs pays d’origine, tout autant que celle qui couve dans le racisme des institutions occidentales 90 . Frantz Fanon nous aide à penser (et à soigner) la violence de notre temps. Et cela parce qu’il a su observer la violence comme peu d’autres l’ont fait, dans toutes ses manifestations, de la névrose mimétique de l’évolué au récit des tortionnaires de l’armée française, de la brutalité des troupes sénégalaises à l’arrogance de la psychiatrie coloniale, des cauchemars des jeunes militants du FLN ayant commis des attentats, à la douleur des survivants.

La présence de Frantz Fanon dans la pensée des intellectuels africains, tout comme son héritage en d’autres lieux du monde, incitent à l’interroger à nouveau, avec, pour toile de fond, les conflits contemporains et les contradictions de ce que nous appellerons, en hommage à Georges Balandier, la « situation postcoloniale ». Ses travaux ont tissé un parcours unique qui a convoqué la phénoménologie et l’existentialisme, la littérature, la clinique et la sociologie pour mieux arriver au cœur du problème qui le faisait se mouvoir : la question de l’assujettissement, la nécessité d’imaginer une société (une humanité) nouvelle. En psychiatre, il n’a pas manqué de déconstruire les catégories d’un savoir dont il a révélé la complicité avec l’ordre colonial, en niant la possibilité de soigner la folie dans un contexte figé par la peur et ravagé par l’oppression. De ses rencontres avec la violence, le racisme et la mort est né ce qu’Achille Mbembe a appelé une clinique du réel 91 , en mesure d’analyser toutes les facettes de l’aliénation dans le monde noir ainsi que les conflits et les ombres de notre temps. Les intuitions qu’il nous a laissées sur l’enchaînement du psychique et de l’histoire gardent aujourd’hui toute leur valeur, en constituant à elles seules un héritage incontournable, mille fois repris dans les études contemporaines. Les mots qu’il a lancés et le style unique d’une écriture où la poésie du paysage et les préoccupations tactiques se mêlent dans un amalgame indiscernable continuent à nourrir un débat virulent dans lequel il a été présenté comme tout et son contraire : machiste, incapable de régler ses comptes avec son île natale et les fantasmes œdipiens, visionnaire, prophète de la violence. Célébré en Amérique latine et dans les milieux de la contestation sud-africaine, objet de mésusages, le plus souvent oublié, on doit admettre que son nom gêne toujours, un demi-siècle après sa disparition. Même les études postcoloniales et les subaltern studies, qui lui ont pourtant accordé une place d’honneur, ont du mal à classer sa pensée indocile. « Fanon dérange », nous dit Alice Cherki dans ce numéro.

Cependant, si l’on ne cesse de convoquer ce spectre, si l’on persiste à lui consacrer des dizaines de livres, n’est-ce pas que quelque chose de son temps – de sa violence, comme il l’avait lui-même prévu – hante encore notre présent ? N’est-ce pas là le nœud qu’il a su discerner peut-être plus que n’importe qui d’autre, l’imbrication du politique et de l’aliénation, la même que nous sommes aujourd’hui appelés à reconnaître et à démêler ? Désaliéner, pour Fanon, ne consiste au fond que dans l’acte de désarçonner la loi symptomatique de la répétition (la « répétition sans histoire 92  »), peu importe où et comment elle se reproduit. La décolonisation est une rupture radicale. Son projet : « changer l’ordre du monde » (« remplacement d’une « espèce » d’hommes par une autre « espèce » d’hommes », écrit-il dans les premières lignes des Damnés de la terre). La décolonisation à laquelle il ne cesse de penser est incompatible avec tout repli sur un passé enkysté par la rancune, avec toute « imitation caricaturale et dans l’ensemble obscène 93  » de l’Occident. Incompatible aussi avec tout projet de simple « africanisation » ou de retour sur son propre « savoir », comme le rappelle Achille Mbembe 94 .

Les contributions présentées ici veulent être l’occasion de relire Fanon à partir de nos propres questionnements et de notre propre horizon, qu’il s’agisse du débat sur son héritage ou les visages possibles d’un islam libéré par les stéréotypes, sur les ombres d’une violence identitaire aveugle ou d’une cure de l’aliénation à la hauteur des contradictions du présent, en n’occultant pas les limites d’une pensée qui, de toute évidence, reflétait un moment particulier de l’histoire, et notamment la spécificité des rapports politiques et culturels entre l’Europe et l’Afrique dans les années 1950. Son œuvre recèle néanmoins un antidote contre le vieillissement de ses idées. Frantz Fanon ne disait-il pas lui-même, au début de Peau noire, masques blancs, que « l’explosion n’aura pas lieu aujourd’hui. Il est trop tôt… ou trop tard » ? Ne répète-il à la fin de son dernier livre, que ses notes sur les conséquences psychiques de la violence étaient « inopportunes et singulièrement déplacées 95 » ? C’est bel et bien Fanon l’Intempestif que nous souhaitons relire et confronter aux temps présents  ((Je tiens à remercier mes amis de la Chaire d’études africaines et du Centre de recherche économie, société, culture (CRESC) de l’École de gouvernance et d’économie (EGE) de Rabat, Jean-François Bayart, Béatrice Hibou et Mohamed Tozy, pour avoir soutenu avec enthousiasme le projet d’un séminaire sur Fanon, qui s’est effectivement tenu en mai 2016 à l’EGE (« Retour sur Frantz Fanon »), ainsi que les relecteurs anonymes de Politique africaine. Sans leur collaboration et leur patience, ce dossier n’aurait jamais vu le jour. Je remercie également l’Institut méditerranéen d’études avancées (Iméra) de Marseille pour m’avoir donné la possibilité de profiter d’un séjour d’étude en 2016, et Amine Asselah en particulier : le dossier qu’il m’a confié sur son oncle Slimane Asselah, jeune médecin militant du FLN, arrêté le 4 mars 1957 à Alger, torturé et dont le corps n’a été jamais retrouvé, est l’objet d’un travail en cours (voir aussi sur ce sujet M. Khiati, Les blouses blanches de la Révolution, Alger, Éditions ANEP, 2011, pp. 135-136). Slimane Asselah avait écrit avec Fanon l’article « Le phénomène de l’agitation en milieu psychiatrique : considérations générales, signification psychopathologique », Maroc médical, vol. 36, n° 380, p. 21-24, paru peu avant son arrestation).

 

  1. G. Charuty, Ernesto de Martino. Les vies antérieures d’un anthropologue, Marseille, MMSH/Parenthèses, 2009, p. 13. C’est, du reste, à cet ordre taxinomique des savoirs dominants que s’opposaient les paysans du Sud de l’Italie, « personnes à part entière », dont il voulait raconter la vie d’opprimés et l’« histoire culturelle ». Voir E. de Martino, L’Opera a cui lavoro. Apparato critico e documentario alla « Spedizione etnologica » in Lucania, Lecce, Argo, 1996, p. 39. []
  2. J. Derrida, Mal d’archive, Paris, Galilée, 1995. []
  3. Les écrits de Frantz Fanon sur l’aliénation raciale et coloniale entremêlent différentes prises de conscience qui caractérisèrent une époque, dominée par la volonté d’interpréter la souffrance psychique à partir de la condition sociale, des contraintes institutionnelles et des rapports de pouvoir : 1961, l’année où est publié Les damnés de la terre, marque une ligne de partage. C’est en effet en cette même année que sont publiés L’histoire de la folie de Michel Foucault et Asylums. Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates d’Erving Goffman. C’est aussi l’année où Franco Basaglia arrive à Gorizia, et où une autre révolution est amorcée dans la psychiatrie italienne. []
  4. Pour le contexte sud-africain, voir, dans ce numéro, la contribution de Nigel Gibson et l’entretien d’Achille Mbembe avec Claire Bénit-Gbaffou. []
  5. M. Abraham, « The Fanonian Specter in Palestine : Suicide Bombing and the Final Colonial War », South Atlantic Quarterly, vol. 112, n° 1, 2013, p. 99-114. []
  6. W.W. Hansen et U. Aliyu, « Fanon, the Wretched and Boko Haram », Journal of Asian and African Studies, 2013, vol. 48, n° 3, p. 281-296. []
  7. Sur cet aspect de la question, voir M. Giraud, « À quoi ça sert, l’oubli ? Le cas Fanon » [en ligne], La vie des idées, 15 juin 2012, <www.laviedesidees.fr/A-quoi-ca-sert-l-oubli.html#nb8>, consulté le 30 avril 2016. On peut d’ailleurs interpréter le silence autour de sa pensée ainsi que le risque de manipulation de ses écrits comme un reflet du cycle pathologique amorcé par la violence coloniale et par les blessures profondes que celle-ci a laissées dans la conscience historique et la mémoire collective. []
  8. Voir, à ce sujet, les travaux de S. R. Cusicanqui, Ch’ixinakax utxiwa. Una reflexión sobre prácticas y discursos descolonizadores, Buenos Aires, Tinta Limón, 2010 ; J.-P. Cedriani, « Fanon. El cuerpo, la clínica y la colonia », El Laberinto de arena, vol. 2, n° 3, 2014, p. 82-87 ; W. D. Mignolo, Local Histories, Global Designs, Princeton, Princeton University Press, 2000 ; W. D. Mignolo, « On Subalterns and Other Agencies », Journal of Postcolonial Studies, vol. 8, n° 4, 2005, p. 381-407 ; C. Walsh (dir.), Pedagogías decoloniales. Practicas insurgentes de resisti, re(existir) y (re)vivir, Quito, Abya Yala, 2013 ; C. Walsh, « “Other” Knowledges, “Other” Critiques : Reflections on the Politics and Practices of Philosophy and Decoloniality in the “Other” America », Transmodernity : Journal of Peripheral Cultural Production of the Luso-Hispanic World, vol. 1, n° 3, 2012, p. 11-26. []
  9. M. Hardt et A. Negri, Commonwealth, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press, 2009, p. 37 et p. 103. []
  10. P. Hudis, Frantz Fanon. Philosopher of the Barricades, Londres, Pluto Press, 2015 ; L. Gordon, What Fanon Said. A Philosophical Introduction to his Life and Thought, Johannesburg, Wits University Press, 2015 ; C. J. Lee, Frantz Fanon. Towards a Revolutionary Humanism, Athens, Ohio University Press, coll. « Ohio Short Histories of Africa », 2015 ; L. Zeilig, Voices of Liberation. Frantz Fanon, Cape Town, HSRC Press, 2015. []
  11. C. Bernani a traduit pour la revue Alfabeta 2 (2011) l’article inédit daté de 1955 « Introduction aux troubles de la sexualité chez le Nord-Africain », signé par J. Azoulay, F. Sanchez et F. Fanon. Toujours en 2011, un recueil et la traduction de certains travaux psychiatriques rédigés par Fanon et par ses collaborateurs ont été publiés : R. Beneduce (dir.), Frantz Fanon. Decolonizzare la follia. Scritti sulla psichiatria coloniale, Vérone, Ombre Corte, 2011. Voir également N. Gibson et R. Beneduce, Frantz Fanon. Psychiatry and Politics, New York, Rowman & Littlefield, [sous presse]. []
  12. F. Fanon (textes réunis, introduits et présentés par J. Khalfa et R. Young), Écrits sur l’aliénation et la liberté, Paris, La Découverte, 2015. []
  13. F. Fanon, Œuvres, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2011, p. 336. []
  14. P. Hudis, Frantz Fanon. Philosopher…, op. cit., p. 1. Voir aussi J. Améry, « L’homme enfanté par l’esprit de la violence », Les temps modernes, vol. 635-636, n° 1, 2006 [1969], p. 175-189. []
  15. R. Beneduce, « Un savoir insoumis. Du labyrinthe de la colonie à la souffrance postcoloniale », in Cercle Fanon (dir.), Frantz Fanon, un héritage à partager, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 137-165. []
  16. G. Hage, « The Affective Politics of Racial Mis-interpellation », Theory, Culture & Society, vol. 27, n° 7-8, 2010, p. 112. []
  17. P. Gilroy, « Fanon and Améry. Theory, Torture and the Prospect of Humanism », Theory, Culture & Society, vol. 27, n° 7-8, 2010, p. 16-32. []
  18. J. Derrida, Mal d’archive, op. cit., p. 37. []
  19. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 193. Le rôle qu’Antonio Gramsci attribuait à la « quistione sessuale » (question sexuelle) dans l’économie fordienne mérite notre attention (A. Gramsci, Quaderni dal carcere, vol. 3, Torino, Einaudi, p. 2149-2150), mais ce problème ne sera pas abordé ici pour des raisons de place. []
  20. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 467. []
  21. Sur le rapport entre sexualité, domination et possession, voir dans ce numéro la contribution de Joseph Tonda qui, en analysant le contexte gabonais, dessine les nouvelles géométries de la colonisation intérieure. []
  22. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 106. []
  23. Ibid., p. 158. Toutefois, ce sera justement contre ces déterminations (celle de l’apparaître et celle du passé) que Fanon écrit son projet dans la chair (Ibid., p. 249-250). []
  24. H. R. Cayton, « A Psychological Approach to Race Relations », Présence africaine, vol. 2, n° 3, 1948, p. 418-431 et vol. 3, n° 4, 1948, p. 549-563. []
  25. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 153. []
  26. E. Burman, « Fanon’s Lacan and the Traumatogenic Child : Psychoanalytic Reflections on the Dynamics of Colonialism and Racism », Theory, Culture & Society, vol. 33, n° 4, 2016, p. 77-101. []
  27. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 155. Bizarrement, dans son célèbre essai sur les stéréotypes, Homi Bhabha transforme « le beau petit garçon » de Fanon en une petite fille blanche (a white girl) : H. Bhabha, « The Other Question », Screen, vol. 24, n° 6, 1983, p. 18-36. []
  28. Même pour interpréter un rêve, contre Mannoni, Fanon affirme la nécessité toute bergsonienne de le « replacer […] en son temps » (F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 145). Ce bref renvoi entend remédier à l’ironie gratuite utilisée par Didier Fassin lorsqu’il qualifie Mannoni d’« ami » de Fanon, dans un article où l’idée même de culture chez Fanon fait l’objet d’une interprétation douteuse s’il en fût. Voir D. Fassin, « Les politiques de l’ethnopsychiatrie : la psyché africaine, des colonies africaines aux banlieues parisiennes », L’Homme, n° 153, 2000, p. 245. Voir aussi N. Gibson et R. Beneduce, Frantz Fanon, Psychiatry…, op. cit. ; S. Taliani, « Histoires comme ça », Sociétés politiques comparées, n° 37, 2015. []
  29. C’est dans ce labyrinthe que le sujet racialisé peut en arriver à trouver « exaspérante » même une question en apparence banale, comme « Depuis quand êtes-vous en France ? Vous parlez bien le français » (F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 85). []
  30. G. Hage, « The Affective Politics… », art. cité, p. 117. Sur un ton différent, Mannoni avait soulevé le même problème : O. Mannoni, Clefs pour l’imaginaire ou l’Autre scène, Paris, Seuil, 1969, p. 297-299. []
  31. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 600. []
  32. Ibid., p. 286 []
  33. Voir la longue note que Fanon consacre à la signification de ce sourire (ibid., p. 97). []
  34. Sur le mensonge parmi les Nord-Africains, voir A. Porot (dir.), Manuel alphabétique de psychiatrie clinique, thérapeutique et médico-légale, Paris, Puf, 1952, p. 217. Sur la valeur politique du déni de sujets dominés, mais pas domestiqués, voir F. Fanon et R. Lacaton, « Conduites d’aveu en Afrique du Nord », Comptes rendus des médecins et neurologues de France et des pays de langue française, Nice, 5-11 septembre 1955, Paris, Masson, 1955. []
  35. Ibid., p. 699. []
  36. G. Hage, « The Affective Politics… », art. cité, p. 128. []
  37. S. Žižek, Violence. Six Sideways Reflections, New York, Picador, 2008, p. 74-75. []
  38. Chronique des années de braise est le titre d’un film de 1975 réalisé par Mohammed Lakhdar Hamina (Algérie, 177 min.), sur les années précédant le déclenchement de la guerre d’indépendance de l’Algérie, en 1954. []
  39. A. Mbembe, « La colonie : son petit secret et sa part maudite », Politique africaine, 2006, n° 102, p. 114. En reprenant cette idée, Achille Mbembe indique une piste tout aussi décisive quand il écrit : « Le potentat fait miroiter au colonisé la possibilité d’une abondance sans limites d’objets et de biens […] Il n’est d’ailleurs pas exclu que le succès de cet “imaginaire sans symbolique” s’explique du fait que celui-ci trouve de profonds échos et des points d’ancrage dans l’histoire et les catégories symboliques autochtones ». A. Mbembe, « De la scène coloniale chez Frantz Fanon », Rue Descartes, vol. 4, n° 58, 2007, p. 51. []
  40. C’est ce que rappelle H. Bentouhami, « De Gramsci à Fanon, un marxisme décentré », Actuel Marx, n° 55, 2014, p. 99-118. []
  41. A. Mbembe, « De la scène coloniale… », art. cité, p. 54 (c’est moi qui souligne). Jean-François Bayart reprend lui aussi ce passage dans sa contribution à ce dossier. []
  42. Dans une publication récente, Hage interprète le thème de la dette dans l’imaginaire contemporain, en analysant notamment – si on considère le phénomène migratoire – les fantasmes de « colonisation inversée » et d’envahissement vécus en ce moment en Europe (narratives of reverse colonization est l’expression proposée par Arata et reprise par Hage). G. Hage, « État de siège. A Dying Domesticating Colonialism », American Ethnologist, vol. 43, n° 1, 2016, p. 38-49. []
  43. N. R. Hunt, A Nervous State. Violence, Remedies, and Reverie in Colonial Congo, Durham, Duke University Press, 2016. []
  44. N. R. Hunt, « Rewriting the Soul in the Flemish Congo », Past and Present, vol. 198, n° 1, 2008, p. 185-215. []
  45. Il ne m’est pas possible ici de reprendre ces réflexions avec toute l’attention qu’elles mériteraient. Je me bornerai à rappeler que certaines traductions conditionnent les interprétations (et le destin) de la pensée d’un auteur. Par exemple, ce qui chez Fanon est « l’affectivité du colonisé » (F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 467), devient, dans la traduction anglaise des Damnés de la terre par Constance Farrington, « the emotional sensitivity of natives » [sic !] (la nouvelle traduction de Philcox évite cette erreur en restant fidèle à l’original : « colonized affectivity »). S’il y a donc des « raccourcis primitivistes », ils figurent dans la mauvaise traduction de Fanon, pas dans les intentions de ce dernier. []
  46. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 691-703. []
  47. Ibid., p. 366. []
  48. Y. Ben Houet, « Gérer la tribu ? Le traitement du fait tribal dans l’Algérie indépendante (1962-1989) », Cahiers d’Études africaines, vol. 191, n° 3, 2008, p. 487-512. Les travaux des années 1960 de Jeanne Favret-Saada mettent d’ailleurs en évidence que les masses paysannes, même si elles n’ont pas pris part à « l’élaboration de l’idéologie nationaliste », étaient celles qui étaient le plus farouchement opposées au pouvoir colonial : « Les militants urbains qui, lassés des divisions et de l’impuissance des partis nationalistes, montèrent au maquis pour organiser la guerre de libération, furent très surpris de trouver ces paysans − présumés domestiqués par la culture traditionnelle, la misère et l’administration coloniale − beaucoup plus radicaux qu’eux-mêmes et prêts à l’insurrection immédiate » (J. Favret-Saada, « Le traditionalisme par excès de modernité », Archives européennes de sociologie, 1967, vol. 8, n° 1, p. 80-81 – texte repris in J. Favret-Saada, Algérie 1962-1964. Essais d’anthropologie politique, Paris, Bouchène, 2005). Favret-Saada suggérait déjà dans cet article des pistes fondamentales pour comprendre les raisons des « insurrections » paysannes contre l’État après l’indépendance et la nature des institutions traditionnelles, parmi lesquelles l’école coranique. []
  49. Il faut souligner la complexité de cette notion, qui aura aussi, dans les recherches d’Ernesto de Martino parmi les populations du Sud de l’Italie, une place centrale. Si, dans Les damnés de la terre (les pages sur les danses de possession), le fatalisme permet de faire prévaloir la toute-puissance de Dieu sur la toute-puissance du colon en privant ce dernier de son emprise totale et en rétablissant une souveraineté provisoire, dans L’an v de la révolution algérienne (le chapitre sur la médecine coloniale), Fanon écrit : « Les conduites de refus ou de rejet de l’intervention médicale ne sont pas refus de la vie, mais une passivité plus grande devant cette mort proche et contagieuse. Dans une autre perspective, cette absence de comportement éclairé souligne la méfiance du colonisé à l’égard du technicien colonisateur ». []
  50. R. Barthes, La chambre claire. Note sur la photographie, Paris, Gallimard, 1980, p. 148. []
  51. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 454. []
  52. Ibid., p. 361. []
  53. Ibid., p. 365. []
  54. Ibid., p. 706 et suivantes. []
  55. C’est le 1er novembre 1954 : la journée sera marquée par plusieurs incendies de récoltes et de maisons, et l’assassinat d’une dizaine de musulmans francophiles, parmi lesquels le caïd Ben Hadj Sadok, ainsi que de l’instituteur français Guy Monnerot. On considère cette date comme le début de la guerre anticoloniale. []
  56. L’expression est de Fanon, dans Les damnés de la terre. Voir, pour des images de violence analogue, C. Elkins, Imperial Reckoning. The Untold Story of Britain’s Gulag in Kenya, New York, Henry Holt & Co., 2005. Sur l’histoire de désintégration sociale et économique provoquée par la colonisation française, et de « destruction physique » de la société algérienne, voir A. Laroui, L’histoire du Maghreb, tome 2, Paris, François Maspero, 1972, p. 78. De la guerre coloniale en Algérie, Pierre Bourdieu dira : « Telle une machine infernale, la guerre fait table rase des réalités sociales ; elle broie, éparpille les communautés traditionnelles, village, clan ou famille […] Nombre de jeunes […] se trouvent aujourd’hui dans la situation de celui que les Kabyles appellent “le fils de la veuve”, c’est-à-dire de l’homme sans passé, sans tradition, sans idéal de soi ». P. Bourdieu, « Révolution dans la révolution », Esprit, 1961, vol. 1, p. 37-38. Je me limite à ajouter ici que la société colonisée avait été décrite par Balandier dans des termes semblables, comme vivant dans un « état de crise latent », et impliquant « dans une certaine mesure, une socio-pathologie » (G. Balandier, « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 10). []
  57. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 453-454. Voir aussi P. Vidal-Naquet, Les crimes de l’armée française. Algérie 1954-1962, Paris, La Découverte, 2001. []
  58. Voir l’essai d’Alice Cherki dans ce même numéro, ainsi que ses travaux : A. Cherki, Frantz Fanon. Portrait, Paris, Seuil, 2000 (Postface de 2011, Paris, Point, coll. « Documents », 2016) ; A. Cherki, La frontière invisible. Violences de l’immigration, Paris, Elema, 2006. []
  59. Lors de la conférence qu’il prononce à Rome en 1956, Fanon avance : « C’est précisément cette histoire morcelée et sanglante qu’il nous faut esquisser au niveau de l’anthropologie culturelle ». F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 715. []
  60. Ibid., p. 725. []
  61. Danielle Storper-Perez propose une réflexion analogue lorsqu’elle fait apparaître que le dispositif de l’ethnopsychiatrie de l’école de Fann-Dakar prétendait justement pouvoir guérir et pas seulement assister ou soigner les malades mentaux. Voir D. Storper-Perez, La folie colonisée, Paris, François Maspero, 1974. []
  62. F. Fanon et J. Azoulay, « La Thérapie sociale dans un service d’hommes musulmans. Difficultés méthodologiques », L’information psychiatrique, vol. 30, n° 9, 1954, p. 349-361. Il faut insister sur l’originalité d’une analyse qui fusionne en un discours commun l’enquête socio-économique, la réflexion clinique et l’analyse de l’institution asilaire. []
  63. Ces thèmes seront repris dans la publication concernant son expérience tunisienne : F. Fanon et C. Géronimi, « L’hospitalisation de jour en psychiatrie. Valeur et limites », Tunisie médicale, vol. 37, n° 10, 1959, p. 689-732. []
  64. On ne doit pas ignorer le rôle des ethnologues et des sociologues de l’époque aux côtés du gouvernement français : après la Toussaint rouge, le 25 janvier 1955, le président du Conseil Pierre Mendès France nomme au gouvernement général de l’Algérie l’ethnologue Jacques Soustelle. Il acceptera bientôt la thèse de l’intégration. Sa proposition pour résoudre le problème algérien sera de donner la nationalité française à tous les habitants des trois départements. Les remarques critiques adressées par Fanon aux ethnologues visent, très certainement justement, des personnages comme Soustelle ou Bourdieu. À son tour, Bourdieu n’épargnera pas Fanon (et Sartre) dans ses jugements : « Ce que dit Fanon ne correspond à rien. Il est même dangereux de faire croire aux Algériens ce qu’il dit. Cela les ferait verser dans l’utopie », P. Bourdieu, cité in M. Burawoy, « IV. Colonialism and Revolution : Fanon Meets Bourdieu » [en ligne], Conversations with Pierre Bourdieu : The Johannesburg Moment, University of California, <burawoy.berkeley.edu/Bourdieu/5.Fanon.pdf>, consulté le 2 février 2015. Voir aussi Simona Taliani dans ce numéro à propos du rapport entre Fanon et Bourdieu ; K. von Holdt, « The Violence of Order, Orders of Violence : Between Fanon and Bourdieu », Current Sociology, vol. 61, n° 2, 2013, p. 112-131 ; A. Haddour, « Torture Unveiled. Rereading Fanon and Bourdieu in the Context of May 1958 », Theory, Culture & Society, vol. 27, n° 7-8, 2010, p. 66-90 (ce dernier article montre des photos très éloquentes sur ce qu’a été l’action française contre le voile). Mais voir aussi P. Bourdieu, « Révolution dans la révolution », art. cité, où les thèses exprimées semblent reprendre beaucoup de passages de Fanon, notamment les considérations sur la nécessité de « nier la négation de soi, de défendre une personnalité assiégée ». []
  65. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 726. Ces pages contiennent, encore une fois, d’évidents parallèles avec les réflexions d’Ernesto de Martino sur le fatalisme, qu’il ne m’est pas possible de traiter ici pour des questions de place. []
  66. F. Fanon et C. Geronimi, « Le TAT chez les femmes musulmanes. Sociologie de la perception et de l’imagination », IVème Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française, LIV session, Bordeaux, 30 août-4 septembre 1956. []
  67. Ibid. []
  68. A. Zempléni, « Introduction », Psichiatria e Psicoterapia Analitica, vol. 4, n° 2,1985, p. 13. []
  69. C’est une piste qui impose à présent une nouvelle réflexion, telle que la suggère Joseph Tonda dans ce numéro : compte tenu que la possession des corps-sexes et de la terre n’est pas seulement une expérience coloniale, et qu’elle se révèle aujourd’hui sous d’autres masques (la possession par les « maris de nuits », opérant dans le registre d’une famille ébranlée, que la grammaire pentecôtiste s’approprie en devenant complice de ce que l’auteur définit comme « impérialisme postcolonial »). On pourrait ajouter encore que le « mari de nuit », en tant que corps étranger habitant les lits et les nuits postcoloniales, occupant le corps et les cauchemars des femmes comme auparavant il occupait les rêves des colonisés (Fanon), constitue un véritable avatar de la figure du mari blanc. Qu’il s’agisse des femmes prostituées provenant du Nigéria et rencontrées à Turin (R. Beneduce, « Traumatic Pasts and the Historical Imagination : Symptoms of Loss, Postcolonial Suffering, and Counter-Memories among African Migrants », Transcultural Psychiatry, vol. 53, n° 2, 2016, p. 267), ou des femmes dont nous parle Tonda, la même expérience est là pour nous rappeler les formes contemporaines de la colonie intérieure et sa répétition. []
  70. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 466-467. Les pages d’Althabe sur la possession à Madagascar et la « libération dans l’imaginaire » font écho à cette perspective. []
  71. S. Ellis et G. ter Haar, Worlds of Power : Religious Thought and Political Practice in Africa, Londres, Hurst and Company, 2003. []
  72. F. Fanon, « Lettre à Maurice Despinoy » (1956 ?), reproduite comme manuscrit dans Sud/Nord, 2007, vol. 22, p. 115. Dans les dernières lignes de la lettre, Fanon ne manque pas d’ajouter un mot de tendresse : « Je ne vous parle pas de moi. Ça va. Josie en effet est toute à son fils et épisodiquement se trompe et m’appelle Olivier ». []
  73. M. Haddab, « La violence et l’histoire dans la pensée de Frantz Fanon », Insaniyat 2004, vol. 63, n° 25/26, p. 27-35. Pour comprendre comment les écrits de Fanon ont été interprétés au cœur des luttes anticoloniales, il est intéressant de rappeler ici l’article écrit par Yoweri Museveni, à l’époque étudiant de sciences politiques à Dar el Salaam, sur Fanon et le Mozambique : Y. Museveni, « Fanon’s Theory on Violence : Its Verification in Liberated Mozambique », in N. M. Shamuyarira (dir.), Essays on the Liberation of Southern Africa, Dar es Salaam, Tanzania Publishing House, 1971, p. 1-24. []
  74. Voir S. Ferenczi « Deux types de névrose de guerre (hystérie) » [en ligne], 1916, disponible sur Psycha.ru, <psycha.ru/fr/ferenczi/1916/typesnevroseguerre.html#ftn1>, consulté le 20 mars 2015. C’est moi qui souligne. []
  75. Toutes les citations dans ce paragraphe sont tirées du dernier chapitre des Damnés de la terre : F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 625-672. []
  76. C’est le manuel diagnostic de la psychiatrie américaine (DSM) qui a introduit cette catégorie diagnostique en 1980. []
  77. Sur l’expérience des enfants algériens pendant la guerre, voir les témoignages recueillis par une équipe du ministère des Informations du Gouvernement provisoire de la République algérienne (traduction de G. Pirelli), Racconti di bambini d’Algeria, Einaudi, Torino, 1962. Sur le silence à proprement parler symptomatique des institutions algériennes, voir la contribution d’Idriss Terranti dans ce numéro. []
  78. « Il faut tous les tuer […]. Les petits, les grands, les femmes, les enfants, les chiens, les oiseaux, les ânes ». F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 634. []
  79. Ibid., p. 634. []
  80. Je paraphrase ici le titre d’une publication récente de Vincent Crapanzano sur l’histoire des harkis : V. Crapanzano, Harki. The Wound that Never Heals, Chicago, Chicago University Press, 2011. []
  81. L’expression est de Jacques Rancière. Je trouve très pertinent, dans le cadre de ces considérations, ce que Rancière a écrit sur le massacre des manifestants algériens à Paris, le 17 octobre 1961 : « La considération du nœud franco-algérien peut en effet nous aider à analyser la disposition actuelle des figures de l’altérité […] qui définit notre champ ou notre absence de champ politique. […] Du point de vue de l’État français, cette manifestation, c’était l’apparition des Algériens dans l’espace public français. Cet intolérable a eu le résultat que l’on sait. […] Nous ne pouvions nous identifier à ces Algériens brutalement apparus et disparus comme manifestants dans l’espace public français. Nous pouvions en revanche nous désidentifier par rapport à cet État qui les avait tués et soustraits à tout compte ». J. Rancière, Aux bords du politique, Paris, Gallimard, 2004, p. 203-212 (c’est moi qui souligne). []
  82. F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 862. []
  83. Je pense au travail d’Avery F. Gordon (Ghostly Matters. Haunting and the Sociological Imagination, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2008), comme à un exemple particulièrement efficace de l’approche que j’adopte. []
  84. Des exemples de ces contradictions figurent déjà dans Peau noire, masques blancs. Par exemple, quand Fanon affirme qu’à la Martinique, la famille est pratiquement incapable de « donner naissance à une névrose œdipienne » (F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 187), il risque de tomber dans une représentation fréquente dans la littérature de l’époque, selon laquelle les Noirs seraient dépourvus des complexes propres à l’homme civilisé ou, tout court, à l’homme blanc. []
  85. Sur ce thème, voir en particulier l’article de Nigel Gibson ainsi que les propos éclairants d’Achille Mbembe dans ce numéro. []
  86. M. Harbi, « Postface », in F. Fanon, Œuvres, op. cit., 2002, p. 677-683 ; P. Worsley, « Frantz Fanon and the “Lumpenproletariat” », Socialist Register, vol. 9, 1972, p. 193-230. Worsley suggère également qu’un des mots-clés du vocabulaire fanonien (« damnés ») a été inspiré par la lecture du poème de Jacques Roumain, Bois d’ébène (p. 76). []
  87. Ernesto de Martino insiste à plusieurs reprises sur la nécessité de se retrouver à côté des derniers et des opprimés dans la « même histoire », notamment dans L’opera a cui lavoro…, op. cit., p. 116. Sur ce sujet, voir aussi G. Satta, « “Fra una raffica e l’altra”. Il regno della miseria e la vita culturale degli oppressi », aut aut, vol. 366, 2015, p. 185-196. []
  88. F. Fanon, Œuvres, op. cit., 2011, p. 855. []
  89. Ibid., p. 867. []
  90. Sur l’histoire postcoloniale de la psychiatrie coloniale, voir R. C. Keller, Colonial Madness. Psychiatry in French North Africa, Chicago, University of Chicago Press, 2007, p. 191-226. Sur les « désordres postcoloniaux », voir surtout S. Pandolfo, Knot of the Soul Madness, Psychoanalysis, Islam, Berkeley, California University Press (sous presse). []
  91. A. Mbembe, « Préface », in F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 9. Mbembe parle des « trois cliniques du réel » nées de la rencontre entre Fanon et le nazisme, le colonialisme, et les illusions de la France métropolitaine. []
  92. Dans un passage fort intéressant sur le rôle du lumpenproletriat, qui devient allié du colon, Fanon écrit : « Les masses paysannes plongées, nous l’avons vu, dans la répétition sans histoire d’une existence immobile continuent à vénérer les chefs religieux, les descendants des vieilles familles » (F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 530). []
  93. Ibid., p. 676. []
  94. Je me réfère à l’entretien publié dans ce numéro, mais aussi au discours qu’il a prononcé à l’université de Witwatersrand : A. Mbembe, « Decolonizing Knowledge and the Question of the Archive » [en ligne], Africa is a Country, 2015, <africaisacountry.atavist.com/decolonizing-knowledge-and-the-question-of-the-archive>, consulté le 12 octobre 2016. Qu’on se souvienne entre autres des pages de Fanon sur la nécessité d’aller au-delà du « racisme antiraciste » (F. Fanon, Œuvres, op. cit., p. 532). []
  95. Ibid., p. 625. Sur la signification de ces « excuses », voir aussi G. Aching, « No Need for an Apology : Fanon’s Untimely Critique of Political Consciousness », The South Atlantic Quarterly, 2013, vol. 112, n° 1, p. 23-38. []

L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

introphoto142Introduction au dossier « L’Éthiopie après Meles », Politique Africaine, N° 142
Par Jean-Nicolas Bach, Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences  Po Bordeaux

« Nous ne léguerons pas la mendicité à la génération future, mais le développement ! »
Meles Zenawi1

Ce deuxième dossier de Politique africaine consacré à l’Éthiopie paraît au moment où le régime célèbre le vingt-cinquième anniversaire de sa victoire contre le régime militaire de Mengistu Hailé Mariam2. Le 28 mai 1991, face aux efforts conjugués du Front Démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front, EPRDF)3, du Front érythréen, ou encore du Front de libération oromo, les rebelles entrent dans Addis Abeba sans rencontrer de résistance. Mengistu a déjà quitté la capitale et abandonné le pays. L’indépendance de l’Érythrée en 1993, la neutralisation du front oromo par l’EPRDF au fil de la décennie 1990 et l’impossibilité pour les groupes d’opposition de se structurer durablement ont fait de l’EPRDF un parti hégémonique4, jusqu’à aujourd’hui. Le régime ethno-fédéral naît avec la Constitution de 1995 et son originalité réside notamment dans la reconnaissance des « droits des nations, nationalités et peuples » (art. 39) inspirée du modèle stalinien, alors même que l’Union soviétique s’effondrait et que les régimes africains entendaient construire des États-nations5.

Continuer la lecture de L’Éthiopie après Meles Zenawi : l’autoritarisme ethnique à bout de souffle ?

  1. Traduction de la première phrase du cliché en couverture, présenté comme une citation, de « Son Excellence le premier ministre Meles Zenawi ». Ce cliché représente l’une des nombreuses affiches dédiées au premier ministre après sa mort. Merci à Chloé Josse-Durand et Clélie Nallet pour cette photographie (Addis Abeba, octobre 2012), ainsi qu’à Hanna Mebrahtu et Mehdi Labzaé pour leur aide à la traduction. Je tiens également à remercier Didier Péclard et Sandrine Perrot pour leur soutien précieux durant l’élaboration du dossier, ainsi que l’ensemble du comité de rédaction de Politique africaine, les évaluateurs anonymes et Françoise Braud pour leurs commentaires ayant permis l’amélioration des contributions et de cette introduction. Celle-ci a également bénéficié des remarques des auteurs du dossier. []
  2. Voir le premier dossier sur l’Éthiopie publié dans Politique africaine et dirigé par Cédric Barnes et Thomas Osmond, « Éthiopie : le fédéralisme en question », Politique africaine, n° 99, 2005, p. 6-96. []
  3. L’EPRDF, ci-après Front, est composé du Front populaire de libération du Tigray (Tigray People’s Liberation Front, TPLF), du Mouvement national démocratique amhara (Amhara National Democratic Movement, ANDM), de l’Organisation démocratique du peuple oromo (Oromo People’s Democratic Organisation, OPDO) et du Mouvement démocratique des peuples du Sud de l’Éthiopie (Southern Ethiopia Peoples’ Democratic Movement, SEPDM). Le TPLF contrôle les principaux instruments du pouvoir dont la sécurité, l’armée et les services de renseignements. []
  4. On rencontre plus volontiers l’expression « parti dominant » dans la littérature et les discours officiels. Je préfère parler d’hégémonie en suivant la typologie de G. Sartori, Partis et systèmes de partis. Un cadre d’analyse, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011 [1976], p. 320-332. []
  5. Le fédéralisme éthiopien est constitué aujourd’hui de neuf régions-États (killil) auxquelles s’ajoutent deux villes-État (Addis Abeba et Dire Dawa. Les unités administratives inférieures aux killil sont les suivantes, par ordres décroissant : zone, wereda, qebelé (quartier). À propos du fédéralisme éthiopien, voir S. Pausewang, K. Tronvoll et L. Aalen, Ethiopia Since the Derg, Londres, Zed Books, 2002 ; W. James, D. L. Donham, E. Kurimoto et A. Triulzi (dir.), Remapping Ethiopia. Socialism and After, Oxford, James Currey, 2002 ; S. Vaughan et K. Tronvoll, The Culture of Power in Contemporary Ethiopian Political Life, Stockholm, Sida Studies, 2003 ; D. Turton (dir.), Ethnic Federalism : the Ethiopian Experience in Comparative Perspective, Oxford/Athens/Addis Abeba, James Currey/Ohio University Press/Addis-Ababa University Press, 2006. Plus récemment, T. Hagmann et J. Abbink (dir.), « Twenty Years of Revolutionary Democratic Ethiopia », Journal of Eastern African Studies, vol. 5, n° 4, 2011, p. 579-595. []

Cherchez le politique… Polyphonies, agencéité et stratégies du rap en Afrique* 

couv polaf 141 okFin avril 2015, s’ouvrait à l’Institut du monde arabe une exposition intitulée « Hip-hop, du Bronx aux rues arabes ». Réunissant des archives de différentes natures et des créations audiovisuelles conçues pour l’occasion, cet événement mettait en valeur les multiples facettes du hip-hop et de sa discipline orale la plus notoire, le rap 1 . Le projet de l’exposition reposait en grande partie sur l’idée de faire connaître la force de subversion politique de ce mouvement émergeant dans les années 1970 aux États-Unis et propagé tout autour du globe. Le hip-hop y apparaissait comme moyen d’expression « d’un désir grandissant de dignité, de liberté et d’un futur meilleur », et comme « éveilleur de conscience 2 », notamment dans les États d’Afrique du Nord. Dans cette optique, les dispositifs d’écoute et de visionnage du rap nord-africain mettaient au premier plan des artistes dont les productions musicales avaient été reconnues pour leur dimension subversive, dans les révolutions arabes ou dans la révolte palestinienne contre l’occupation israélienne.

En un sens, cette exposition marqua un tournant dans les institutions culturelles françaises : elle faisait entrer le hip-hop dans un musée de premier plan 3 , elle donnait la parole aux acteurs mêmes du mouvement (Akhénaton était le directeur artistique de l’exposition), et elle orientait les regards du public en direction du hip-hop produit de l’autre côté de la Méditerranée, et non plus seulement en France ou aux États-Unis. Parallèlement, en articulant son récit autour de la dimension révolutionnaire du hip-hop, l’exposition perpétuait des visions proposées au cours des dernières années par un ensemble de discours et de publications, qui ont contribué à accroître la visibilité de quelques acteurs du rap africain et les ont institués en hérauts d’une jeunesse africaine contestataire4 . En effet, quelques mois auparavant, les artistes rap et reggae du Burkina Faso s’étaient fait connaître mondialement en se positionnant en première ligne du mouvement « Balai citoyen » et de l’insurrection d’octobre 2014, qui allait conduire à la transition survenue à l’automne 2015. Plus en amont, les rappeurs sénégalais investis dans le mouvement « Y’en a marre » avaient fait l’objet d’articles et de films documentaires 5  qui soulignaient leur rôle dans l’alternance politique de 2012.

Ces différents événements ont donné un coup de projecteur médiatique sur un phénomène en plein essor sur le continent africain depuis la fin des années 1980, celui de jeunesses urbaines s’emparant des sonorités hip-hop pour exprimer leurs regards sur leurs sociétés. Implicitement, les publications et l’exposition mentionnées entérinaient une idée communément admise selon laquelle la musique rap et le hip-hop seraient intrinsèquement porteurs d’une fonction de résistance politique et d’engagement contestataire. Le rap, discours de révolte issu des ghettos américains, se serait diffusé et adapté de par le monde tout en conservant une « authentique » visée d’engagement et de dénonciation, trouvant un terreau fertile dans une Afrique en pleine période de transitions démocratiques. Pourtant, par-delà ces images stéréotypées, les positionnements des rappeurs à l’égard du pouvoir se réduisent rarement au registre de la contestation. Ils s’illustrent tout aussi souvent par des positionnements ambigus ou des alliances stratégiques avec le pouvoir, comme l’ont montrées les implications des rappeurs dans les campagnes électorales de plusieurs États, au Gabon, au Kenya ou en Ouganda.

Notre dossier de Politique africaine choisit d’examiner ces relations polyphoniques des rappeurs à l’égard du politique, en se positionnant à rebours des présupposés réduisant le rap à son image contestataire et en s’écartant de toute simplification dualiste, que ce soit la dichotomie entre résistance et allégeance, ou celle entre politique par le haut et par le bas. Pour ce faire, le fil conducteur des contributions réunies porte sur les relations changeantes qui allient le rap au politique dans différents contextes historiques et étatiques (Angola, Cameroun, Kenya, Ouganda, Tunisie) et sur l’examen des microstratégies qui permettent aux rappeurs de déployer leur capacité à agir dans la sphère politique.

Pour éclairer ce principe d’hétérogénéité des mondes du rap, nous faisons appel à l’idée de polyphonie. Nous la préférons à d’autres notions bakhtiniennes employées auparavant par des théoriciens du politique en Afrique, telles que celle de dialogisme ou d’énonciation 6 , car elle permet de mettre l’accent sur les contextes et conditions de production, davantage que sur les énoncés eux-mêmes. En outre, l’idée de polyphonie peut s’appliquer au domaine du rap selon deux acceptions distinctes. Une première se rattache à l’approche linguistique qui affirme que tout discours surgit dans un contexte donné, qu’il soit concret ou imaginaire, et que les textes véhiculent des points de vue émanant de différentes sources 7 . Cette première dimension apparaît clairement à l’observation des œuvres des rappeurs (en Afrique et ailleurs) qui mettent en dialogue une série de voix et de regards, au travers de la langue ou des technologies du sampling et de la superposition de séquences sonores. Toutefois, hormis cette évidente dimension linguistique et musicale, nous employons surtout ici la notion de polyphonie selon une seconde acception, plus sociologique. En mettant l’accent sur la voix et non sur l’énoncé lui-même 8 , elle invite à considérer les pratiques et processus sous-jacents aux choix et aux discours changeants des individus, plutôt que de s’arrêter à leurs engagements brandis discursivement.

Dans cette perspective, la majorité des contributions de ce dossier favorisent la compréhension des processus au travers desquelles une prise de parole est rendue possible, ainsi que les manières dont elle va se voir attribuer ou non de la valeur politique, plutôt que le contenu textuel lui-même. En corrélation avec nos positionnements théoriques, l’impulsion de ce dossier repose donc aussi sur des partis-pris méthodologiques : l’appréhension des détours, les ambiguïtés et variations du rapport au politique des rappeurs apparaissent dans les cinq articles de ce dossier, par une observation intensive des réseaux musicaux, par une mise en évidence des subdivisions et dissonances en leur sein, et par une entrée sur l’individu plutôt que sur un monde du rap uniformisé. Comme pour le rappeur devenu politicien décrit par Nanna Schneidermann en Ouganda, ou l’artiste kenyan Jaguar évoqué par Daniel Künzler, plusieurs articles retracent des actions individuelles pour comprendre des dynamiques en œuvre dans les régimes politiques concernés. Par ce prisme, les articles de ce dossier éclairent des écarts entre le « texte public » et le « texte caché » de la vie sociale 9 , et ils interrogent la marge d’agencéité et de réflexivité que s’octroient les individus derrière l’apparent masque de la domination. L’idée d’agencéité (agency) est ici comprise comme la capacité d’agir des acteurs sociaux, incluant ces « marges de manœuvre […] en situation sociale de semi-contrainte 10 », mais aussi comme un ressort lié au pouvoir réflexif des individus 11 . Cette dimension réflexive apparaît particulièrement bien dans les discours et entretiens cités par plusieurs contributeurs de ce dossier. Dans le cas de l’Angola décrit par Chloé Buire, cette marge de réflexion et d’expression critique conduit parfois à des « embryons d’élan contre-hégémonique », lorsque se rencontrent les conditions structurelles d’un régime en déclin et des passages à l’action individuels et/ou collectifs.

Ce dossier révèle ainsi la manière dont le rap s’est adapté au sein de différents moments historiques et régimes politiques, accompagnant tantôt leurs déclins, tantôt leurs renouvellements, tantôt leurs reconfigurations. Il souligne aussi les ressorts stratégiques dont les acteurs du monde du rap usent pour négocier une marge d’individuation et d’émancipation dans des espaces verrouillés, au travers de leurs pratiques entrepreneuriales ou de leur capacité à (se) connecter à des réseaux pluriels, à l’échelle locale et transnationale. De la sorte, il éclaire des mécanismes du pouvoir qui avaient, jusqu’à présent, constitué un relatif point aveugle dans les recherches sur le rap en Afrique, bien qu’il résonne avec un plus vaste courant de recherches sur les enjeux politiques des musiques populaires.

Du rap et de ses prédécesseurs : éléments d’historiographie

En apparaissant au moment charnière des transitions démocratiques, le rap a fait écho à d’autres périodes où les musiques se sont érigées en support d’expression de pensées politiques ou de mobilisations collectives. En effet, dès les indépendances, les orchestres et les musiciens ont véhiculé des idées sur la nation, la ville et la citoyenneté modernes, dans la Guinée de Sékou Touré12 , le Mali de Modibo Keïta 13  ou dans l’ex-Zaïre, où Bob White a montré les liens d’interdépendance entre Mobutu, chef national, et les leaders d’orchestres de rumba 14 . Les orchestres ont constitué le creuset de formation des images de la nation, du panafricanisme ou de l’authenticité, et accompagné la construction d’un imaginaire national 15  par la musique, la danse et le spectacle 16 .

Au-delà des groupes musicaux étatiques, il est bien connu que les musiciens ont véhiculé des messages puissants de subversion contre des régimes autoritaires, au travers de dénonciations explicites ou de pratiques plus subtiles de la métaphore. En Afrique du Sud, on a vu comment les espaces de musique transgressaient des frontières raciales érigées par l’apartheid, dans les clubs de jazz de Sophiatown notamment, et comment la résistance s’opérait au travers de circulations de musiciens vers l’étranger 17 . Du côté ouest-africain, plusieurs travaux sur le chanteur et saxophoniste Fela Anikulapo Kuti ont insisté sur la dimension révolutionnaire des messages qu’il injecta dans la société nigériane 18 . Bien avant les rappeurs, celui que l’on surnommait le « Black President » apportait déjà un exemple remarquable de « projection de soi comme incarnation d’une culture jeune porteuse de valeurs de sexualité, d’hédonisme et d’antagonisme avec les autorités 19 ».

Sans se limiter à une perspective opposant des artistes cooptés et des musiciens rebelles, ces travaux sur les musiques populaires africaines ont aussi démontré que les rapports au pouvoir des musiciens ne se reflétaient pas simplement dans les positionnements politiques officiels et les discours publics, et que des micropolitiques plus complexes se manifestaient aussi dans l’organisation sociale des mondes de la musique, les logiques de l’industrie musicale, ou les performances elles-mêmes 20 .

Plutôt que de considérer le rap comme une rupture radicale vis-à-vis de ces précédentes scènes musicales, les contributions réunies dans ce dossier s’attachent à comprendre comment les artistes de hip-hop africain ont interagi avec une plus longue histoire de relations entre musique et politique. Ainsi Chloé Buire, dans son analyse du rap angolais, montre que les scènes de musique populaire contemporaines sont marquées par les décennies préalables de censure et de propagande, autant que par l’incorporation profonde de l’imaginaire national angolais via la musique. De même, Daniel Künzler introduit son étude des stratégies entrepreneuriales des rappeurs kenyans en revenant sur les relations entre musique, média et politique depuis les indépendances, sous Jomo Kenyatta et Daniel Arap Moi. Il montre que bien avant que les rappeurs ne s’affirment comme des « marques » brandies dans le cadre de campagnes politiques, la célébrité de certains musiciens avait déjà pu se poser comme objet de tensions entre les mondes de la musique et du politique.

C’est aussi en observant les scènes hip-hop dans la perspective historique qu’il devient possible de mettre en exergue les singularités du moment où ce genre musical apparaît sur le continent. Dans différents États, l’émergence du rap s’est associée à la période des transitions démocratiques 21  des années 1980-1990. Cette vague de transformations de régime, survenant apparemment par le « haut », constitua un moment de « passage explicite aux revendications » chez différents groupes ou individus du « bas 22 ». Dans cette situation de crise, la politique cessa « d’être l’apanage de groupes restreints pour mobiliser des secteurs plus larges de sociétés africaines 23  », qui purent exercer un rôle et une parole inédite dans l’espace public. Parfois confondue avec un processus de « démocratisation » – qui aboutira souvent à de vives désillusions –, cette période fut surtout source de libéralisation de la scène politique, d’élargissement de l’espace public et de pluralisation des modes d’expression 24 .

À l’instar du zouglou en Côte d’Ivoire 25 , les musiques ont constitué une caisse de résonance puissante de ces transformations des modes d’expression politique dans l’espace public. Dans plusieurs pays où les musiciens précédents devaient user de modes feutrés et de langages métaphoriques pour exprimer leurs critiques, de nouvelles instances nées dans les jeunesses urbaines s’engouffrèrent plus explicitement dans la brèche ouverte par la chute du monopartisme 26 . Des modes inédits d’occupation de l’espace urbain se créèrent autour de la danse, des freestyles, des sound-systems ou des concours de rap, par le canal de cette culture hip-hop importée (dans la plupart des cas) via les circulations des classes aisées. Les jeunes de différentes villes africaines inventèrent alors de nouveaux langages rappés du politique, en s’emparant des techniques vocales observées chez leurs modèles français et américains. Érigés en représentants de la génération des années 1990, ils adoptèrent rapidement les fonctions « d’intellectuels organiques  27 » que d’autres musiciens portaient bien avant eux 28 , en relayant les idées puisées par le biais de leur consommation de discours et idéologies étrangères, ou de leurs dialogues avec des mouvements locaux.

Ces acteurs en mobilité injectèrent parfois leurs innovations dans les paysages culturels africains à partir de positions interstitielles et d’un certain usage de la dérision, comme l’illustraient encore récemment les représentations satiriques du duo de rappeurs ghanéens FOKN Bois 29 . Dans différents cas, c’est aussi par l’ostentation d’esthétiques subversives que se bâtit cette identité hip-hop locale, en jouant sur le port des baggys, bandanas, vêtements amples et bijoux clinquants. Les articles de ce dossier reviennent fréquemment sur le rôle du vestimentaire et du style dans le tournant hip-hop, comme dans le cas angolais où les insignes militaires revêtus par des rappeurs comportent d’éminentes fonctions d’expression d’imaginaires du pouvoir et de la richesse, aux résonances locales et globales.

Par la suite, le hip-hop a continué à accompagner plusieurs mouvements de mobilisation dont il s’est institué en bande-son, dans les Printemps arabes ou dans les processus de transition politique de différents États. Mais il a surtout connu une grande hétérogénéisation interne, allant dans le sens de la diversification des esthétiques et des modes de légitimation. Le cas du Cameroun décrit par Patrick Awondo et Jean-Marcellin Manga offre un exemple évocateur de cette plasticité des scènes rap en fonction des situations historiques et politiques. Au Cameroun, le rap a en effet rapidement été façonné pour exprimer les désirs d’animation, d’hédonisme, de confort matériel ou de sexualité, s’affirmant comme le support d’expression des imaginaires de la jeunesse. Au-delà de cet exemple, dans différents États du continent, les secondes générations de rappeurs adaptèrent souvent le rap dans le sens de l’animation populaire, en lien avec des objectifs de commercialisation pérenne de leurs productions. Pour s’insérer de façon durable dans les industries musicales locales, ils allièrent les sonorités hip-hop en vogue aux États-Unis, telles que le dirty south ou la trap, avec les rythmiques dansantes inspirées du ndombolo, plus favorables dans les scènes musicales locales.

Embryonnaires dans les années 1980, et encore marginales dans les années 1990, les musiques hip-hop occupent depuis les années 2000 une place prépondérante dans les paysages musicaux et les ambiances urbaines africaines. Les réseaux constitués autour des genres hybrides nés de la rencontre entre les styles musicaux locaux et le hip-hop (kwaïto, zouglou, kuduro, hiplife, naija music, etc.) se sont structurés et ont conduit, dans plusieurs pays, à la création de véritables économies musicales, inondant les industries nationales (au Sénégal par exemple) ou continentales (pour le cas des musiques nigérianes et sud-africaines). Le développement des technologies du numérique et la dématérialisation des œuvres ont concouru à de nouveaux modes de consommation, de réception et de circulation de ces sonorités et à une influence croissante des acteurs du hip­hop dans l’espace public.

Les contributions réunies dans ce dossier s’intéressent à ces contours changeants des scènes rap africaines et à leurs articulations avec les moments historiques qu’elles ont accompagnés. En traitant de contextes et au travers d’approches conceptuelles fort différentes, elles possèdent pour ligne commune de s’éloigner de la quête d’une signification politique intrinsèque des pratiques des rappeurs. En cela, notre dossier réagit vis-à-vis d’un champ d’études qui se développe à propos du hip-hop en Afrique depuis le début des années 2000 et qui porte un intérêt croissant à la question politique.

Des rap studies en Afrique

En parallèle de l’expansion des musiques hip-hop sur le continent africain, les chercheurs en sciences sociales n’ont pas manqué de porter leur attention sur ces phénomènes culturels urbains. Comme dans d’autres espaces d’implantation, le rap a d’abord été appréhendé au travers d’études des textes et des contenus langagiers 30 , par exemple par des descriptions des variations linguistiques des jeunes du Gabon, du Sénégal 31  ou d’Afrique de l’Est 32 . Ces premiers travaux ont essentiellement appréhendé le rap comme un énoncé discursif, plutôt que comme un creuset de pratiques sociales et culturelles, sans nécessairement envisager le discours lui-même comme une pratique sociale 33 . Le politique y apparaissait comme l’une des thématiques des textes de rap, liée aux codes subversifs et provocateurs du genre. Mais par-delà les mots, le rapport au politique des artistes n’était pas mis au centre des descriptions, ni problématisé en tant que tel, hormis dans quelques travaux 34 . Comment le rap avait-il fait sens dans ces situations politiques particulières ?

Par quels mécanismes les jeunes Africains étaient-ils parvenus à en faire un outil d’action sur leurs contextes sociaux ? Quelles accommodations aux logiques locales de relation entre musique et politique avait-il rencontrées ? Et à l’inverse quelles nouvelles formes de dialogues avec le pouvoir avait-il engendrées ?

Ces questions commencèrent à éveiller l’attention des chercheurs dans la suite du développement des études sur le rap en Afrique. Progressivement, un lot de travaux a mis à profit d’autres entrées méthodologiques, par des approches ethnographiques de longue durée, concourant à l’édification d’une historiographie plus précise des modalités d’adoption du hip-hop sur le continent 35 . On vit alors se développer d’autres traitements de la question politique, révélant notamment comment les enjeux de pouvoir transparaissaient de façon feutrée et par le truchement d’autres champs du social, dans le registre du religieux par exemple 36 . Dans le domaine des rapports de genre également, plusieurs travaux ont souligné les enjeux politiques contenus dans l’affirmation de la masculinité et la reproduction d’idéologies conservatrices des rappeurs 37 . D’autres études ont éclairé l’équilibre complexe entre la remise en question d’inégalités ou de stéréotypes de genre et la reproduction de systèmes de contrainte et de mécanismes de domination masculine 38 . Parallèlement, la compréhension du positionnement marginal ou « liminaire 39 » des rappeurs dans le champ social a représenté un aspect important de la réflexion sur le pouvoir dans le rap 40 , en lien avec les discussions sur l’idée de « jeunesse » et sur l’histoire des luttes politiques dont elle a pu être le moteur 41 .

Concernant la question du politique, deux schémas interprétatifs dominants semblent s’opposer dans cette littérature sur le rap en Afrique. Majoritaire, un premier type de discours présente le rap comme essentiellement voué à critiquer les maux de la société, porte-voix des classes déshéritées et doté d’une fonction contestatrice garante de son « authenticité ». Cette vision romantique envisage les rappeurs comme inventeurs de systèmes symboliques alternatifs et porteurs d’une force de subversion des régimes dominants. La seconde interprétation, apparemment antagonique, présente ces artistes comme aliénés par un ordre politique et culturel hégémonique, que ce soit celui du capitalisme néolibéral ou des figures dominantes locales.

En réalité, ces deux approches se conjuguent souvent dans des écrits qui condamnent à demi-mot les musiques hip-hop aux accents festifs et hédonistes (R’n’B, bongo flava, ntcham), au profit d’autres artistes qui auraient continué à porter bien haut les couleurs d’un rap critique « authentique ». Se basant sur le binarisme entre hip-hop mainstream et hip-hop underground souvent érigé par les artistes eux-mêmes, Msia K. Clark défend par exemple, dans plusieurs ouvrages, l’idée d’une origine du hip-hop dans la contestation, affirmant que l’Afrique serait aujourd’hui un « espace où réside le hip-hop “authentique” 42 ». Dans l’ouvrage collectif qu’elle dirige 43 , plusieurs contributions reprennent ainsi l’idée du « retour aux origines » que représenterait l’adoption du rap en Afrique, un art « entièrement indépendant des marchés dominants » prônant la solidarité et l’unité 44 .

Au-delà du continent africain, cette vision dualiste a imprégné les premières études américaines qui s’étaient emparées de la culture hip-hop aux États-Unis et qui la voyaient comme l’« authentique sensibilité du ghetto 45 » recherchée pour comprendre les cultures afro-américaines 46 . Loin d’être singulière au mouvement hip-hop, cette division du rap se rattache aussi à une tendance plus globale caractérisant l’interprétation des « cultures populaires », bien connue des sociologues de la culture. Dans un ouvrage classique, Claude Grignon et Jean-Claude Passeron 47  analysaient déjà les contours de ces lectures du populaire, en parlant d’une oscillation entre un « populisme » qui envisage les cultures populaires comme des systèmes symboliques autonomes et une approche « misérabiliste », qui réduit ces cultures à des reproductions du regard dominant. Différents sociologues, y compris ceux travaillant sur le rap français 48 , ont appelé à dépasser cette césure en considérant le rapport au politique comme pratique culturelle et comme expérience sociale  49 .

Dans leur prolongement, plusieurs recherches récentes sur le rap en Afrique ont tenté de résoudre cette équation et d’améliorer la compréhension de la dialectique entre résistance et domination, en commençant par remettre en question l’idée que le rap posséderait des fonctions inhérentes de contestation sociale. Certaines études ont fourni des éclairages nouveaux sur ces questions en documentant des situations d’implication des rappeurs dans les processus électoraux. En Tanzanie, Uta Reuster-Jahn a décrit comment, lors de l’élection de 2005, des chansons de bongo flava relevaient tantôt de la protestation, de la moquerie ou de la louange et avaient offert aux artistes l’opportunité d’élargir le spectre de leurs audiences 50 . La montée en puissance du bongo flava a alors accompagné l’émergence de nouvelles personnalités charismatiques dans les sphères décisionnaires 51 . L’impact des chansons de rap a aussi été discuté au Kenya, notamment à travers l’exemple de la chanson « Unbwogable » de Gidi Gidi Maji Maji 52 , qui « sans être explicitement associée à tel ou tel parti politique », exprimait la volonté de renversement du régime de Daniel Arap Moi en 2005, avant d’être reprise par des groupes d’opposition. Dans ces travaux, les productions musicales étaient appréhendées comme des objets en circulation, employées de façon stratégique par les rappeurs et leurs audiences, et dont il s’agissait de retracer les processus d’attribution de la valeur politique.

Dans le même temps, la connaissance des rapports au politique s’est aussi améliorée par des descriptions des coulisses des participations politiques des rappeurs, au-delà de leurs chansons. L’élection présidentielle de 2009 au Gabon, théâtre d’une scission de la scène rap, a apporté un exemple évocateur à ce propos, révélant comment ces implications relevaient de processus de négociations entre musiciens et politiciens et d’une instrumentalisation mutuelle. La performance rappée d’Ali Bongo lors d’un spectacle de campagne révéla à l’époque que les acteurs politiques remodelaient leurs représentations en incluant les éléments de la culture hip-hop, en vue d’acquérir une légitimité symbolique à l’égard de la jeunesse 53 . L’article de Nanna Schneidermann dans ce dossier poursuit cette réflexion en décrivant, lui aussi, un président transfiguré en rappeur, en Ouganda cette fois­ci. Il relate comment, durant la campagne électorale de 2011, le président Museveni fit paraître un morceau mêlant le rap aux registres traditionnels des comptines locales, qui connut un succès spectaculaire dans les médias. En Ouganda comme au Gabon, les présidents empruntent désormais les codes imposés par la culture hip-hop pour acquérir davantage de capital symbolique, tandis que les rappeurs emploient leur notoriété pour se rapprocher des postes de pouvoir. Dans ces deux États, les performances rappées des candidats-présidents résultaient de collaborations entre politiciens et musiciens, et elles rendaient preuve des modalités inédites de relations du politique aux musiciens induites par l’impact du hip-hop dans l’espace public.

Plus récemment enfin, certains travaux ont rappelé combien les domaines apparemment en dehors du politique étaient eux aussi porteurs d’une forte capacité critique dans le hip-hop. Thomas Fouquet a ainsi traité des « politiques du style 54 » observées chez plusieurs figures dakaroises, en prolongeant les remarques de Christian Béthune sur le pouvoir critique des formes d’expression mineure 55 . Il confirmait ainsi l’importance de chercher le politique au-delà de ses champs d’expression « majeurs », du côté du culturel et du style lui-même.

Dans la continuité de ces travaux, nous suggérons nous aussi, dans ce dossier, que le dépassement des biais subjectifs accompagnant la lecture du rap nécessite de s’extraire des lectures du politique comme seule contestation frontale, engagement formel ou enrôlement explicite. À l’inverse, une partie des contributions de ce dossier éclairent les mécanismes subtils et variés au travers desquels les scènes rap s’encastrent dans des ordres hégémoniques et participent de leur dynamique.

Façonner la voix du rap : hégémonie, domination et consentement

Inscrites dans une longue tradition de sociologie du politique, les notions d’hégémonie et de domination ont été mobilisées dans des études portant sur des contextes européens et américains, avant d’être revisitées par les auteurs s’attachant à des aires culturelles extra-occidentales, en Inde, puis en Afrique. Bon nombre d’auteurs, dans le champ des études africaines, se sont emparés de la notion gramscienne d’hégémonie idéologique ou culturelle afin de dépasser la logique de la violence étatique et de comprendre comment l’adhésion de la population aux valeurs de l’élite dominante s’assoit sur d’autres champs sociaux ou culturels. Dans ce prolongement, Béatrice Hibou a montré comment le maintien de l’État dans la Tunisie de Ben Ali passait autant par la coercition que par la recherche de légitimité, la fabrique du consentement, voire la séduction 56 . C’est ainsi que l’État assure le fonctionnement du binôme commandement-obéissance et ancre son pouvoir sur le socle d’une certaine légitimité. Dans ce registre d’idées, les institutions culturelles et les musiques populaires ont exercé un rôle nodal en Afrique, celui de fabrication d’un imaginaire national et de représentation du corps du pouvoir.

Comme le montrent plusieurs articles de ce dossier, le rap en Afrique s’est, pour partie, inséré dans ces appareils d’État de régimes politiques autoritaires ou semi-autoritaires. Patrick Awondo et Jean-Marcellin Manga apportent des éléments de discussion à ce propos en traitant d’une scène rap dont l’influence et l’impact politique sont restés, en apparence, bien moins revendicatifs que dans d’autres États, celle du Cameroun. Leur contribution montre comment les contenus de la parole rap ont été en partie façonnés par des discours locaux exogènes (des médias, des auditeurs, des amateurs), par les configurations de l’industrie musicale existante et par un régime politique certes vieillissant, mais toujours verrouillé. À l’inverse d’États où il a sonné le glas des régimes autoritaires, le rap a été confronté au Cameroun à une industrie musicale foisonnante, où la fonction de dénonciation politique était déjà portée par plusieurs figures emblématiques. À défaut de se construire comme genre musical engagé, il a revêtu les fonctions d’animation pour négocier avec un régime qui « […] sait, par une propagande minutieusement orchestrée, décrédibiliser des acteurs portant une parole critique » et dont les techniques de contrôle innervent la scène rap, comme le suggèrent Patrick Awondo et Jean-Marcellin Manga (infra).

L’article de Stefano Barone et d’Elham Golpushnezad prolonge les réflexions sur la gestion par les rappeurs de contextes semi-autoritaires, en décrivant l’évolution de la scène hip-hop tunisienne dans la période post-révolutionnaire. Contrairement à l’idée d’une rupture des mécanismes de domination politique qu’aurait accompagnée le rap après la Révolution de 2011, les auteurs éclairent l’existence d’une continuité dans l’exercice de la domination, la fabrique du consentement, et les rapports entre rap et politique. La discipline s’exerce d’un côté grâce à l’inclusion des artistes dans l’appareil bureaucratique et les activités étatiques (festivals, concerts publics) et de l’autre, par la répression des activités survenant en dehors du système. À nouveau, des débats de légitimité et des conflits naissent autour des compromis que développent les rappeurs entre contestation et dissidence, induisant une déstabilisation de la scène locale.

En Tunisie, en Ouganda ou au Cameroun, ces conflits internes aux scènes rap peuvent être considérés comme d’éminents révélateurs de l’hétérogénéité des réseaux musicaux, brisant l’image monolithique qui en est trop souvent donnée. Ils reflètent des polémiques internes au milieu hip­hop concernant le rôle de l’artiste rap ou du musicien « authentique », aussi bien que des lignes de tensions qui caractérisent plus largement le rapport au politique dans la société.

En abordant les contours de la déqualification politique du rap au Cameroun ou les dispositifs d’inclusion des rappeurs au sein du pouvoir en Tunisie, ces articles soulignent par conséquent l’importance de considérer le rap non seulement en lien avec le contexte politique étatique avec lequel il interagit, mais aussi en relation avec les industries culturelles et musicales existantes où il est venu prendre position et dont il a en partie adopté les normes, au niveau local et global. La qualification du rap comme expression politique ou apparemment apolitique s’opère par le biais d’acteurs et de discours extérieurs, ceux des médias, des auditeurs, des rumeurs et des consommateurs. En ce sens, dans le dialogue entre les acteurs des mondes du rap, celui-ci devient bien une arène de discussions sur le pouvoir.

Parallèlement, face à ces situations d’enchâssement des artistes hip-hop dans les rouages de pouvoirs hégémoniques, se pose la question des moyens de négociation d’un espace d’expression, d’émancipation et de réflexivité par les acteurs sociaux. Notre dossier démontre que l’existence de puissants cadres de contrainte n’anéantit pas la possibilité d’une expression critique ou d’une action sur les hiérarchies sociales par les rappeurs.

Célébrité, entrepreneuriat et stratégies néolibérales

Plusieurs articles de ce dossier exposent la façon dont, en vue de s’autonomiser des cadres de domination, les rappeurs jouent de leur célébrité dans une dynamique entrepreneuriale. Daniel Künzler décrit par exemple les rappeurs du Kenya au travers de la figure d’« entrepreneur de lui­même », notion qu’il mobilise en vue de dépasser l’analyse dualiste du rap (comme expression contestataire ou comme manifestation d’une « intimité avec la tyrannie 57 »). Inspiré de Foucault, ce concept-clé lui permet d’éclairer les relations versatiles des rappeurs kenyans à l’égard du pouvoir institutionnel, qui s’organisent autour de plusieurs stratégies telles que le fait de construire une marque autour de sa notoriété, d’adopter des positions versatiles ou d’ouvrir de nouveaux marchés de collaboration. Il affirme que la compréhension de ces stratégies est indissociable de celle des pratiques néolibérales de l’État kenyan contemporain, qui imprègne les relations au politique des rappeurs : ceux-ci vendent leurs œuvres au plus offrant et s’adaptent aux opportunités du marché, en tâchant de se prémunir de tout engagement formel.

Le cas du rap kenyan, tout comme les remarques émises auparavant dans les travaux sur l’entrepreneuriat dans le hip-hop sénégalais 58  ou ghanéen 59 , confirme que le rapport des jeunesses africaines contemporaines au pouvoir s’articule autour d’une certaine appropriation de la pensée néolibérale. Il prouve que des citoyennetés et agencéités néolibérales plurielles se bâtissent 60 , en des lieux où le néolibéralisme n’est pas seulement synonyme de soumission à d’implacables logiques de marchés aliénantes, mais aussi de nouveaux ressorts d’individuation. Ainsi dans le contexte ougandais, des rappeurs se produisent dans les concerts de campagne électorale, considérant cette prestation comme d’ordre professionnel, mais ne s’en réservent pas moins (d’après leurs déclarations), la liberté de voter pour qui bon leur semble le jour du scrutin. De même, un rappeur tunisien cité par Elham Golpushnezad et Stefano Barone reconnaît produire des chansons qui ne reflètent pas ses propres convictions, en réponse aux commandes des bailleurs. L’ethnographie intensive permet ici de distinguer les discours publics des discours privés, et de démontrer que ce qui s’apparente à une dissonance peut être également compris comme une stratégie d’individuation, par un cloisonnement des sphères du public et de l’intime.

Comme le défendent plusieurs articles du dossier, cette démarche entrepreneuriale conduit parfois certains acteurs du milieu hip-hop à faire levier sur les hiérarchies sociales, sur le plan individuel ou collectif. L’article de Nanna Schneidermann sur le rap ougandais offre un exemple très riche de ces manières de se frayer un passage et une marge de réussite dans les ordres de pouvoir par des stratégies entrepreneuriales. Avec l’exemple du producteur et musicien Eddy Yawe et de sa participation aux élections parlementaires de 2011, Nanna Schneidermann montre comment les réseaux d’influence acquis dans les milieux de musique et de la production hip­hop parviennent parfois à s’étendre bien au-delà de l’industrie musicale, jusqu’aux arènes du pouvoir. Pour se hisser dans les sphères de décision politique, les artistes hip-hop font alors usage de leur popularité auprès des classes populaires et de leurs fonctions de médiateurs avec la jeunesse ou le « ghetto ».

Au­delà des cas kenyans et ougandais, cette figure de l’entrepreneur culturel, médiateur connectant les réseaux et s’élevant par ce biais dans les hiérarchies locales, s’applique à bien d’autres rappeurs africains qui se rapprochent des sphères politiques, particulièrement au sein des premières générations de rappeurs. Didier Awadi, au Sénégal, s’impliqua notamment dans l’organisation nationale du Festival mondial des arts nègres (Fesman) de 2010 et dans des projets de la ville de Dakar, ce qui ne l’empêcha pas de rejoindre par la suite le vent de l’alternance. Au Gabon, plusieurs rappeurs et producteurs accédèrent à des postes de conseillers à la présidence suite aux élections de 2009 et d’autres jouent, aujourd’hui encore, de leur emploi au ministère de la Culture pour étendre leurs réseaux d’influence dans la sphère politique. Bien que leurs trajectoires diffèrent, ces rappeurs se rejoignent par le fait d’avoir créé des entreprises autour de leur activité musicale et de concevoir leurs actions politiques selon des intérêts marchands. Ils jouent de façon ouverte de leur faculté à relier différentes sphères et réseaux, ce qui ne les empêche pas, le moment venu, de faire valoir des convictions plus affichées pour entrer en politique.

C’est par des intrications entre réseaux politiques et musicaux que les rappeurs s’engagent dans ces transactions de pouvoir 61 . Celles-ci sont parfois le lieu d’une émancipation et d’une ascension sociale, bien qu’elles restent imprévisibles et potentiellement réversibles, lorsque certaines limites érigées par les discours d’authenticité des rappeurs sont franchies. Ainsi, une autre création réunissant les plus grands noms de la scène musicale ougandaise autour du président Museveni a rencontré un échec notoire. Pour Nanna Schneidermann, le fait que ces artistes soient passés des rôles de « courtiers culturels », « connectant » les hommes politiques et les classes populaires, aux rôles de « clients », explique l’échec de ce projet : la légitimité repose ici, pour les artistes hip-hop, sur le fait de « ne pas s’impliquer dans des relations de patronage classique, mais plutôt de garder la nature de leur engagement ouvert à l’interprétation ». Ainsi, cet exemple rappelle que les stratégies entrepreneuriales des artistes sont certes liées aux idéologies néolibérales des régimes en question, mais que celles-ci sont aussi contrebalancées par des enjeux de légitimité clivant les scènes rap.

Tactiques de l’espace et géographies contre-hégémoniques

 

Une autre clé de compréhension des modes de négociation de l’hégémonie et de déploiement de l’agencéité apparaît à la lecture de ce dossier dans le rapport à l’espace, réapproprié par les acteurs du hip-hop. Même placés sous contrainte, certains artistes parviennent à inventer des espaces de liberté renouvelés, tant dans l’espace public de la ville que par des circulations et des connexions avec des organisations transnationales.

L’article de Chloé Buire offre un premier argument pour penser les espaces de la mobilisation des rappeurs, en traitant de l’apparition d’un mouvement contre­hégémonique dans la scène rap luandaise. Cette tendance se définissant comme un rap « d’intervention sociale » surgit en Angola en réponse à la « reconversion autoritaire » des années 1990 et à l’occupation des scènes musicales par le kuduro ou par des musiques prises « dans le filet institutionnel ». Chloé Buire révèle comment la création d’un contre-pouvoir s’opère par « la patiente réappropriation de sites urbains et leur transformation en véritables espaces publics, au sens fort d’agora citoyenne ». De nouveaux lieux de la citoyenneté, instables mais résilients, émergent ainsi dans divers endroits stratégiques de la ville de Luanda.

Par ailleurs, l’extraversion et le recours à des connexions transnationales constituent d’autres ressorts d’émancipation bien connus, dont les rappeurs savent se saisir. Il en est ainsi pour la rappeuse tunisienne décrite par Stefano Barone et Elham Golpushnezad, qui échappe par le biais de l’exil, à une double oppression : celle du corps politique, et celle de ses homologues masculins. C’est également le cas de quelques rappeurs du Burkina Faso et de personnalités telles que Smockey, pilier du « Balai citoyen 62 ». Leurs inscriptions dans des appartenances plurielles et multiscalaires leur permettent de s’extraire de certains mécanismes locaux de censure ou de cooptation, en forgeant des réseaux de production et d’action alternatifs 63 , qui réunissent une scène d’artistes ouest-africains, des associations et des ONG locales ou internationales.

Ces artistes tirent également profit des connexions tissées plus récemment avec les universitaires étrangers, démontrant le caractère itératif des rapports entre les rappeurs et le monde académique : les rappeurs ont contribué à un mouvement de la société qui a, ces vingt dernières années, retenu l’attention des observateurs, des universitaires et des journalistes. Ces derniers, avec l’appel d’air qu’ils produisent et les opportunités qu’ils provoquent en termes de mobilité, de visibilité et de financements, influent d’une manière non négligeable sur les actions et les discours des rappeurs. Y’en a marre ou le Balai Citoyen en sont des exemples éloquents : leurs leaders sont invités dans des conférences au sein d’établissements universitaires prestigieux (Sciences-Po à Paris, université de Columbia à New York, etc.) ou d’institutions internationales (Unesco, ONU, etc.), ils sont sollicités par les médias les plus reconnus et par des appels à projets qui représentent autant de débouchés lucratifs. Quoique émancipatrices et vectrices d’une nouvelle légitimité locale et internationale, ces mannes financières peuvent parfois avoir une incidence sur les alliances et les positionnements idéologiques des rappeurs. L’exemple de la Tunisie apporte des informations éclairantes à propos des enjeux soulevés par l’implication des ONG et acteurs internationaux dans les configurations locales de la production rap. Elham Golpushnezad et Stefano Barone révèlent la volonté implicite des bailleurs de fonds internationaux de soutenir principalement des activités hip-hop conformes à l’image du rap révolutionnaire, engagé pour la transition démocratique. Ils imposent leur optique « transitologique » aux scènes locales, sans tenir compte des positionnements équivoques que doivent assumer les rappeurs ou des processus politiques en cours. Les artistes et promoteurs locaux jouent en partie le jeu imposé par ces acteurs internationaux, mais ils profitent aussi des fonds obtenus pour soutenir d’autres projets qui leur semblent plus en adéquation avec les réalités locales. Sur d’autres terrains comme au Gabon, les artistes de rap marginalisés par les scènes officielles développent eux aussi des rapports stratégiques avec des ONG impliquées dans la protection de l’environnement ou dans la lutte contre le sida. La réponse à leurs appels à projets et la réalisation de chansons sur ces questions sont parfois conçues comme des opportunités du marché à saisir. Grâce à ces projets, ils financent leurs entreprises musicales personnelles et trouvent une issue aux régimes verrouillés dans lesquels ils évoluent.

Au-delà d’une simple source de revenus, le secteur du développement constitue enfin un débouché professionnel dont s’emparent certains rappeurs. Ceux-ci créent leurs propres structures, s’évertuent à faire entrer leurs actions en adéquation avec les agendas des grandes organisations internationales (Unesco, etc.) ou à adopter le jargon développementaliste que celles-ci affectionnent 64 . Ces entrepreneurs du rap se rendent ainsi acteurs d’un soft power inversé, financé par les puissances internationales, ce qui constitue une stratégie d’extraversion, sans pour autant quitter le territoire local.

Ce dossier retrace la manière dont le rap s’est imbriqué dans les régimes politiques de différents États africains et a accompagné les dynamiques qui les traversent de l’intérieur et de l’extérieur. Sans remettre en question les ordres hégémoniques en présence ni les subvertir de l’intérieur, quelques acteurs de ces scènes hip-hop créent en leur sein des marges de manœuvre individuelles ou collectives, en reprenant selon leurs propres intérêts les règles des systèmes en présence, ou en circulant entre différents réseaux et différentes échelles.

L’un des apports de ce dossier nous semble découler de sa capacité à s’extraire des visions monolithiques et des « terrains surexploités » du rap africain 65 . En révélant des scènes rap (ou des subdivisions de ces scènes rap) jusqu’à présent peu documentées, il met en évidence les modes pluriels d’imbrication et d’adaptation de ce genre musical, en fonction des situations politiques de différents États ou des mutations rencontrées au sein du même État. Par l’entrée rap, on accède alors à une compréhension plus vaste de processus de renouvellement, de transformation ou de déclin des régimes concernés. Parallèlement, ce dossier souligne l’intérêt de comprendre le rap à l’intérieur d’une plus vaste scène culturelle et musicale, avec laquelle elle entretient des rapports variables en fonction des contextes, passant de la concurrence à l’intégration ou à la distinction. Enfin, il met en évidence la participation ambiguë des acteurs internationaux, du côté des ONG autant que dans les médias et le monde de la recherche, à la production du « rap africain », à la fois par les représentations fantasmées des rappeurs qu’ils véhiculent, et par les mannes financières qu’ils apportent.

En creux, ce dossier nous semble finalement et ironiquement confirmer que c’est lorsque l’on évacue la tentation de rechercher le sens politique du rap que se révèlent, de la façon la plus nuancée, les mécaniques du pouvoir des scènes rap et les processus politiques plus vastes qu’elles accompagnent. Loin d’épuiser les discussions, ce dossier laisse en suspens plusieurs problématiques qui requerraient sûrement de faire l’objet d’examens détaillés. Ainsi, l’observation précise des acteurs du rap privilégiée ici mériterait certainement que l’on s’intéresse plus en profondeur à ses publics ou au rôle-clé des médias (radios, télé et Internet), qui constituent une scène d’une autre nature pour des rappeurs transformés en animateurs 66 . En outre, la présence grandissante d’un secteur culturel porté à la fois par le monde du développement et de la coopération internationale pose la question de l’éventuelle conversion des cultures urbaines en instrument efficace de la diplomatie. Enfin, les dialogues avec les acteurs de la diaspora africaine à l’étranger et les collaborations croissantes entre artistes africains et réseaux de production occidentaux pourraient très certainement faire l’objet de recherches approfondies, en lien avec les nationalismes alternatifs et avec les pratiques de l’État dans la diaspora. Le champ de recherches sur le rap en Afrique reste en somme ouvert aux métamorphoses que ce genre musical continuera de rencontrer au gré des soubresauts de l’histoire.

*Nous proposons ce titre en clin d’œil à l’article séminal de Denis-Constant Martin à propos du politique et des cultures populaires, auquel font écho certaines réflexions contenues dans ce dossier. D.-C. Martin, « Cherchez le peuple… Culture, populaire et politique », Critique internationale, vol. 7, n° 1, 2000, p. 169-183.

  1. On reconnaît habituellement quatre disciplines fondamentales au sein du hip-hop : le rap, la danse, le graffiti, le deejaying (art d’enchaîner et de mixer des séquences musicales, souvent à partir de platines vinyles). Le beatboxing (technique vocale d’imitation de sons et d’instruments de musique) s’ajoute parfois à cette liste, de même que la mode et l’élément esthétique. []
  2. Exposition « Hip-hop, du Bronx aux rues arabes », 28 avril-26 juillet 2015, Paris, Institut du monde arabe, <www.imarabe.org/exposition/hip-hop-du-bronx-aux-rues-arabes>, consulté le 5 avril 2016. []
  3. Plusieurs événements ont témoigné, depuis le milieu des années 2000, de l’entrée du hip-hop dans les institutions culturelles et muséales, notamment l’exposition « Hip-hop, art de rue, art de scène » présentée du 17 juin 2005 au 3 octobre 2005 au Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem) à Marseille. []
  4. Voir notamment J.-C. Servant, « L’Afrique conteste en rap », Le Monde diplomatique, 2000, p. 32 ; Courrier international, « Unis par le rap » numéro spécial, mars 2013, ou encore la revue Africultures, « Culture Hip-hop », n° 21, 1999. []
  5. Voir notamment A. Gallet, Boy saloum, la révolte des Y’en a marre, France, YAMI 2, 2013, 73 min. []
  6. J.-F. Bayart, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique, vol. 35, n° 3, 1985, p. 343-373. []
  7. M. Bakhtine, La poétique de Dostoïevski, Paris, Seuil, 1970 ; O. Ducrot, Le dire et le dit, Paris, Éditions de minuit, 1984 ; M. Birkelund, H. Nølke et R. Therkelsen, « Introduction. La polyphonie linguistique », Langue française, n° 164, 2009, p. 3-9. []
  8. À propos de la notion de voix, comme manière processuelle de rendre compte de situations vécues et d’y attribuer ou non de la valeur, voir N. Couldry, Why Voice Matters. Culture and Politics After Neoliberalism, Londres, Sage, 2010. []
  9. J. C. Scott, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, Paris, Éditions Amsterdam, 2009. []
  10. J.-P. Olivier de Sardan et T. Bierschenk, « Les courtiers locaux du développement » [en ligne], Bulletin de l’APAD, n° 5, 4 juin 2008 [1993], <apad.revues.org/3233>, consulté le 5 mars 2016. []
  11. S. B. Ortner, Anthropology and Social Theory. Culture, Power and the Acting Subject, Durham, Duke University Press, 2006 ; R. van Dijk, M. de Bruijn et J.-B. Gewald, « Social and Historical Trajectories of Agency in Africa : an Introduction », in M. E. de Bruijn, R. van Dijk et J.-B. Gewald (dir.), Strength beyond Structure. Social and Historical Trajectories of Agency in Africa, Leyde/Boston, Brill, coll. « African Dynamics », 2007, p. 1-15. []
  12. C. Pauthier, « La musique guinéenne, vecteur du patrimoine national (des années 1950 à 1984) », in D. Gary-Tounkara et D. Nativel (dir.), L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (xviexxie siècles) : acteurs, supports, pratiques, Paris, Karthala, 2012, p. 129-154. []
  13. A. Pourrouquet, « La production du patrimoine musical malien », in O. Givre et M. Regnault (dir.), Patrimonialisations croisées. Jeux d’échelles et enjeux de développement, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015. []
  14. B. W. White, Rumba Rules : The Politics of Dance Music in Mobutu’s Zaire, Durham, Duke University Press, 2008. []
  15. B. Anderson, L’imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 1996. []
  16. À ce sujet, voir aussi l’ouvrage sur la Tanzanie de K. Askew, Performing the Nation. Swahili Music and Cultural Politics in Tanzania, Chicago/Londres, University of Chicago Press, 2002. []
  17. Voir notamment D.-C. Martin, « Postface. La musique au-delà de l’apartheid ? », in D. Coplan, In Township Tonight, la musique et le théâtre dans les villes noires d’Afrique du Sud, Paris, Karthala, 1996, p. 377-402. À propos de ces circulations de musiciens d’Afrique du Sud, voir aussi R. D. J. Kelley, Africa Speaks, America Answers. Modern Jazz in Revolutionary Times, Cambridge, Harvard University Press, 2012. []
  18. M. E. Veal, Fela : the Life and Times of an African Musical Icon, Philadelphie, Temple University Press, 2000. []
  19. J. Labinjoh, « Fela Anikulapo-Kuti. Protest Music and Social Processes in Nigeria », Journal of Black Studies, vol. 13, n° 1, 1982, p. 119-134. []
  20. B. W. White, Rumba Rules…, op. cit. []
  21. La notion de transition démocratique est ici définie, en accord avec Richard Banégas, comme une « période ambigüe de changement de régime », « de flux institutionnel, d’incertitude, où la norme démocratique tend à s’imposer comme critère de légitimation et oriente les perceptions et les comportements de la majorité des acteurs ». R. Banégas, « Les transitions démocratiques : mobilisations collectives et fluidité politique », Cultures & Conflits, n° 12, 1993, p. 105-140. []
  22. J. Siméant, « Protester/mobiliser/ne pas consentir. Sur quelques avatars de la sociologie des mobilisations appliquée au continent africain », Revue internationale de politique comparée, vol. 20, 2013, p. 137. []
  23. J.-P Daloz et P. Quantin (dir.), Transitions démocratiques africaines : dynamiques et contraintes (1990-1994), Paris, Karthala, 1997, p. 15. []
  24. Ibid. []
  25. Y. Konaté, « Génération zouglou » [en ligne], Cahiers d’études africaines, n° 168, 25 décembre 2005 [2002], <etudesafricaines.revues.org/166>, consulté le 4 mars 2016. []
  26. A. Schumann, « Songs of a New Era : Popular Music and Political Expression in the Ivorian Crisis », African Affairs, vol. 112, n° 448, 2013, p. 440-459. []
  27. A. Gramsci, Textes [en ligne], éd. numérique produite par Jean-Marie Tremblay, Université du Québec à Chicoutimi (Uqac), coll. « Les classiques des sciences sociales », Chicoutimi, 2001 [1983] <classiques.uqac.ca/classiques/gramsci_antonio/textes/gramsci_textes.docl>, consulté le 5 avril 2016. []
  28. Cette association des rappeurs ou des musiciens populaires aux intellectuels organiques n’est pas spécifique au cas étudié. Voir J. L Decker, « The State of Rap : Time and Place on Hip-Hop Nationalism », Social Text, n° 34, 1993, p. 53-84. []
  29. « FOKN Bois BRKN LNGWJZ (Broken Languages) », YouTube, 11 décembre 2011, <www.youtube.com/watch?v=wdg-_TRiNkw>, consulté le 5 avril 2016. Les FOKN Bois sont un duo de rappeurs connus au Ghana pour leur style parodique et irrévérencieux. []
  30. Les ethnographies consacrées au rap du continent africain émergent plus tardivement en France qu’aux États-Unis (où existait déjà un champ solide de rap studies), malgré quelques travaux pionniers au début des années 2000. Voir M. Auzanneau, « Identités africaines : le rap comme lieu d’expression », Cahiers d’Études africaines, n° 163-164, 2001, p. 711-734 ; H. Miliani, « Culture planétaire et identités frontalières », Cahiers d’Études africaines, n° 168, 2002, p. 763-776. []
  31. M. Auzanneau, M. Bento et V. Fayolle, « De la diversité lexicale dans le rap au Gabon et au Sénégal », La linguistique, vol. 1, n° 38, 2002, p. 69-98. []
  32. A. Perullo et J. Fenn, « Language Ideologies, Choices, and Practices in Eastern African Hip Hop », in H. M. Berger et M. T. Carroll (dir.), Global Pop, Local Language, University of Mississipi Press, 2003, p. 19-51. []
  33. En termes de thématiques abordées, ce sont avant tout les constructions identitaires et les logiques d’appropriations localisées du hip-hop en contexte mondialisé qui ont retenu l’attention de ces premières recherches. Voir, entre autres, R. Ssewakiryanga, « Imaginer le monde chez soi. Les jeunes et la musique internationale en Ouganda », Politique africaine, n° 75, 1999, p. 91-106. []
  34. J.-F. Havard, « Ethos “bul faale” et nouvelles figures de la réussite au Sénégal », Politique africaine, n° 82, p. 63-77. []
  35. A. Perullo, « “Here’s a Little Something Local” : an Early History of Hip Hop in Dar es Salaam, Tanzania, 1984-1997 », in J. R. Brennan, A. Burton et Y. Qwaray Lawi (dir.), Dar Es Salaam : Histories from an Emerging African Metropolis, Dar Es Salaam/Nairobi, Mkuki Na Nyota Publishers/The British Institute of Eastern Africa, 2007, p. 250-272 ; E. Charry, « Introduction : a Capsule History of African Rap », in E. Charry (dir.), Hip-Hop Africa. New African Music in a Globalizing World, Bloomington, Indiana University Press, 2012, p. 125. []
  36. A. Niang, « Le rap prédicateur islamique au Sénégal : une musique “missionnaire” », Volume !, vol. 10, n° 2, 2014, p. 69-86. []
  37. E. Mwangi, « Masculinity and Nationalism in East African Hip-Hop Music », Tydskrif Vir Letterkunde, vol. 2, n° 41, 2004, p. 5-20. []
  38. J. Shipley, Living the Hiplife. Celebrity and Entrepreneurship in Ghanaian Popular Music, Durham, Duke University Press, 2013 ; A. Aterianus-Owanga. « “L’émergence n’aime pas les femmes !” Hétérosexisme, rumeurs et imaginaires du pouvoir dans le rap gabonais », Politique africaine, n° 126, 2012, p. 49-68. []
  39. S. Moulard-Kouka, “Senegal yewuleen !” Analyse anthropologique du rap à Dakar : Liminarité, contestation et culture populaire, thèse de doctorat en anthropologie, Bordeaux, Université de Bordeaux 2, 2008. []
  40. A. Perullo, « Hooligans and Heroes : Youth Identity and Hip-Hop in Dar Es Salaam, Tanzania », Africa Today, vol. 51, n° 4, 2005, p. 75-101. []
  41. F. De Boeck et A. Honwana (dir.), Makers and Breakers. Children and Youth in Postcolonial Africa, Oxford/Dakar/Trenton, James Currey/Codesria/Africa World Press, 2005. []
  42. M. K. Clark, « Representing Africa ! Trends in Contemporary African Hip Hop », Journal of PanAfrican studies, vol. 6, n° 3, 2013, p. 3. []
  43. M. K. Clark et M. K. Mwanzia (dir.), Hip Hop and Social Change in Africa : Ni Wakati, Lanham, Lexington Books, 2014. []
  44. Dans l’ouvrage collectif qu’il éditait sur le hip-hop africain, Paul Khalil Saucier soulignait cette tendance en parlant d’une difficulté à aborder le phénomène hip-hop sans verser dans l’opposition entre contre-hégémonie et consommation capitaliste. P. Khalil Saucier (dir.), Native Tongues. An African Hip-Hop Reader, Trenton, Africa World Press, 2011, p. xix. []
  45. R. D. J. Kelley, « Looking for the “Real” Nigga : Social Scientists Construct the Ghetto », in M. Forman et M.A. Neal (dir.), That’s the Joint ! The Hip-hop Studies Reader, New York, Routledge, 2011 [1997], p. 134-152. []
  46. Dans une tendance proche, le rap a aussi été assimilé en France par les médias et les premières publications sur le hip-hop à un univers, objet de constructions médiatiques exotisantes, celui de la « banlieue ». Pour des critiques à ce propos, voir A. Pecqueux, Voix du rap. Essai de sociologie de l’action musicale, Paris, L’Harmattan, 2007 ; K. Hammou, Une histoire du rap en France, Paris, la Découverte, 2012. []
  47. C. Grignon et J.-C. Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Seuil, 1989. []
  48. A. Pecqueux, Voix du rap…, op. cit. []
  49. Ibid., p. 10. À propos des liens entre culture populaire et politique, voir les travaux de D.-C. Martin, « Cherchez le peuple… », art. cité ; J.-R. Bennetta et D.-C. Martin, Cultures populaires, identités et politique, Les Cahiers du CERI, n° 17, 1997. []
  50. U. Reuster-Jahn, « Bongo Flava and the Electoral Campaign 2005 in Tanzania », Stichproben. Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien, vol. 14, n° 8, 2008, p. 41-69. []
  51. B. Englert, « Ambiguous Relationships : Youth, Popular Music and Politics in Contemporary Tanzania », Stichproben. Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien, vol. 14, n° 8, 2008, p. 71-96. []
  52. W. Bender, « Le hip-hop au Kenya : créateur d’identité ou nouvelle “musique nationale” ? L’exemple d’“Unbwogable” de GidiGidiMajiMaji », Cahiers d’ethnomusicologie, n° 20, 2007, p. 107-131. []
  53. A. Aterianus-Owanga, « Rap et démocratie dans le Gabon contemporain. Les stratégies musicales d’invention du politique », Émulations, n° 9, 2011, p. 43-55. []
  54. T. Fouquet, « La trame politique des cultures urbaines : motifs dakarois », in K. Tall, M.-E. Pommerolle et M. Cahen (dir.), Collective Mobilisations in Africa. Enough is Enough !/Mobilisations collectives en Afrique. Ça suffit !, Leyde, Brill/Africa-Europe Group for Interdisciplinary Studies, 2015, p. 112-141. []
  55. C. Béthune, « Le hip-hop : une expression mineure », Volume !, vol. 8, n° 2, 2011, p. 161-185. []
  56. B. Hibou, Anatomie politique de la domination, Paris, La Découverte, 2011. []
  57. L’auteur reprend à ce propos les travaux d’Achille Mbembe, De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala, 2000. []
  58. J. F. Mbaye, Reconsidering Cultural Entrepreneurship : Hip-Hop Music Economy and Social Change in Senegal, Francophone West Africa, thèse de doctorat en philosophie, Londres, London School of Economics and Political Science, 2011. []
  59. J. Shipley, Living the Hiplife…, op. cit. []
  60. A. Ong, « Les mutations de la citoyenneté », Rue Descartes, n° 67, 2010, p. 109-117. []
  61. Comme Nanna Schneidermann dans ce dossier, plusieurs chercheurs travaillant sur le rap font, pour cette raison, appel à l’analyse des réseaux. Voir aussi à ce sujet K. Hammou, « Artistes, professionnels, stars. L’histoire du rap français au prisme d’une analyse de réseaux », in B. Joyeux-Prunel et L. Sigalo Santos (dir.), L’art et la mesure. Histoire de l’art et méthodes quantitatives, Paris, Rue d’Ulm, 2010, p. 331-346. []
  62. Voir A. Cuomo, « Circuler pour exister : analyse de parcours de rappeurs burkinabè », communication présentée lors des troisièmes Rencontres des études africaines en France (Reaf), Bordeaux, Les Afriques dans le monde (LAM), 2014. []
  63. J. F. Mbaye, « AURA ou de la production politique de la musique hip-hop », Cahiers de recherche sociologique, n° 49, 2010, p. 147-160. []
  64. Voir le travail de L. Gaudin : « Culture et développement : quel lien l’association Africulturban, qui œuvre pour le développement des cultures urbaines au Sénégal, entretient-elle avec la notion de développement humain ? », mémoire de master 2, Bordeaux, Université de Bordeaux Montaigne, 2014. []
  65. À propos de l’idée de terrain surexploité, voir les travaux d’A. Doquet, « L’enquête en “situation ethnologique” ou l’exercice nécessaire de la réflexivité », in L. Vidal et O. Leservoisier, L’Anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnographiques, Paris, Archives Contemporaines, 2010, p. 205-222. On pense particulièrement au cas du mouvement Y’en a Marre, discuté par de nombreux chercheurs dans les dernières années. []
  66. Ainsi, de nombreux rappeurs animent désormais des émissions d’actualités musicales ou des débats à la radio et à la télévision. Un autre exemple est le « Journal rappé » (JTR) au Sénégal. []

La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations

POLAF_140_L204Introduction au thème: La question de l’esclavage en Afrique : Politisation et mobilisations, par Lotte Pelckmans et Christine Hardung

La question de l’esclavage et de ses héritages en Afrique, longtemps carrefour des traites transatlantique, transsaharienne, ou encore de l’océan Indien, est un élément incontournable de la vie politique de nombreux pays du continent. Depuis plus d’une décennie, on assiste à un regain d’intérêt pour cet objet, aussi bien de la part des chercheurs que des groupes sociaux directement concernés. Nombre d’articles et d’ouvrages témoignent de la diversité des esclavages, de leur histoire et de leur impact sur les sociétés contemporaines 1 . La plupart de ces études traite des discriminations subies par certains groupes définis par leur statut historique d’esclave ou de serviteur dans l’accès aux responsabilités politiques, dans les structures sociales (avec, en particulier, la question de l’endogamie), dans la hiérarchisation spatiale (la répartition des terres cultivables selon le statut) ou dans l’application du droit positif et/ou religieux. Plus rares, en revanche, sont les travaux portant sur les mobilisations de ces personnes dont le lien passé à l’esclavage semble constituer jusqu’à aujourd’hui un facteur essentiel d’identification et de subjectivation au sein de leur propre société 2 .

Ce dossier questionne, à partir d’études empiriques, les différentes formes de mobilisations collectives portées récemment par des groupes de descendants d’esclaves (concernés majoritairement par les traites intra-africaines) et se reconnaissant aujourd’hui comme tels. Il s’attache également à croiser la nouvelle littérature sur l’esclavage et celle de la sociologie des mobilisations pour interroger la manière dont le statut de descendant d’esclaves peut constituer aujourd’hui non seulement une matrice réelle d’exclusion, mais aussi un vecteur de lutte contre différentes formes de domination, y compris quand celle-ci relève d’autres dynamiques politiques, notamment de classe, de race, ou de genre 3 .

Ces mobilisations peuvent aborder l’esclavage comme réalité vécue, comme réalité héritée qui, en tant que telle, continue d’inférioriser des populations, ou comme réalité subsumant d’autres biais d’infériorisation tout en amenant à les relier les unes aux autres dans des espaces publics. Afin d’appréhender sous un angle analytique les ambiguïtés constitutives de ces mobilisations, nous convoquerons la notion de « post-esclavage ». Nous suivons en cela Benedetta Rossi, selon laquelle le post-esclavage ne doit pas être compris dans une perspective linéaire, comme une étape qui suivrait l’abolition des statuts légaux et conduirait irrémédiablement à leur disparition 4 . L’esclavage et le post-esclavage peuvent donc coexister dans une même temporalité, dans un rapport dialogique que met en évidence Baz Lecocq : « Le post-esclavage renvoie aux dynamiques de servitude qui se reproduisent, sous une forme altérée, malgré les ruptures incontestables que l’abolition et l’émancipation ont apportées au système esclavagiste. [L’expression] fait en particulier référence aux pratiques discursives et culturelles qui perpétuent l’esclavage 5 ».

On le comprend, appréhender les revendications qui se formalisent au nom du « post-esclavage » requiert une approche contextuelle et nuancée. Les non-dits persistent, comme le soulignent Salah Trabelsi et Olivier Leservoisier, en insistant sur le fait que « l’étude de l’esclavage ne doit pas se focaliser uniquement sur les mobilisations identitaires et politiques et les discours revendicatifs des acteurs […]. Elle doit aussi nous conduire […] à l’indicible, aux non-dits, aux silences de l’histoire de l’esclavage 6 ». Au cœur des mobilisations politiques et publiques règnent ainsi des non-dits, voire des « semi-dits », des entre-deux qui combinent non-dits et actions revendicatives. Nombre d’entre elles s’attaquent par exemple au racisme sans évoquer l’histoire de l’esclavage et ses séquelles, qu’elles ne font que sous-entendre dans certains contextes. L’évitement de ce sujet peut faire partie des stratégies choisies par les militants d’origine servile mais peut également résulter d’un refoulement, conscient ou non, de la part de ces groupes ou des individus libres.

L’héritage de l’esclavage ainsi que la dimension historique de la traite interne ont, en effet, longtemps fait l’objet d’une autocensure de la part des populations africaines. La négation de ces questions sensibles trouvait son écho dans la recherche, bien souvent marquée par ce qu’Ibrahima Thioub a appelé une « anesthésie de la réflexion 7 ». Mais les mobilisations collectives contemporaines ont permis une critique, voire un renversement des hiérarchies sociales, en rompant le silence autour de la délicate question du statut servile au sein des espaces publics locaux et (inter-)nationaux. Dans ce contexte, la question qui se pose est de savoir si la thèse de l’existence d’un tabou sur ce sujet, jusqu’ici lieu commun de la littérature académique, est toujours pertinente au regard des développements récents empiriquement observables. Et ce d’autant plus que les mobilisations autour du post-esclavage se font dans un contexte marqué par un regain d’intérêt pour les mouvements protestataires en Afrique 8 . Cette attention s’est substantiellement renforcée dans le sillage des printemps arabes et des questionnements relatifs aux modalités de déploiement de ces mobilisations, mais aussi de leurs effets – ou pas – sur l’ensemble du continent 9 . Ce renouveau a pu également entrer en écho avec les débats suscités par les mouvements de contestation citoyenne sur d’autres continents (Occupy Wall Street aux États-Unis ou encore le mouvement des Indignados en Europe du Sud), notamment pour ce qui a trait à la transformation des répertoires d’action collective 10 . Si cette préoccupation scientifique renouvelée participe d’une forme de banalisation théorique du continent – un continent où l’on proteste comme ailleurs –, il interroge sur la pertinence d’y importer des outils de la sociologie de mobilisation, conçues au départ pour analyser la protestation sur des terrains non africains 11 .

La sélection des articles de ce dossier reflète notre volonté de combler deux lacunes observables dans les recherches initiées sur les mobilisations post-esclavagistes. Premièrement, alors que la plupart des travaux anthropologiques et historiques de ce champ se sont focalisés sur des pays sahélo-sahariens (tels que la Mauritanie, le Mali, le Niger) 12 , nous souhaitons attirer l’attention sur d’autres aires géographiques, en particulier l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Est, Madagascar – élargissant même notre réflexion aux Amériques (latine, centrale et du Nord), à titre comparatiste. Deuxièmement, alors qu’un grand nombre d’études ont pour objet les mobilisations post-esclavagistes des Afro-Américains et autres groupes autour de « l’Atlantique noir 13  », nous proposons ici de porter attention aux voix, perspectives et actions collectives qui se font entendre depuis le continent africain 14 .

On constate à cet égard un contraste entre l’Afrique et les Amériques, où les questions autour des héritages et des séquelles de l’esclavage sont plus anciennes et ont été abordées tout au long des xixe et xxe siècles. La comparaison de ces recherches post-esclavagistes distinctes amène ainsi Élisabeth Cunin à se demander, dans la postface de ce dossier, à quel point l’esclavage continue de structurer les rapports sociaux et leur analyse, à l’échelle globale 15 . Elle questionne la pertinence analytique de ce prisme pour comprendre les inégalités actuelles issues des systèmes géopolitiques néolibéraux, certains régimes carcéraux et spatiaux de gouvernance et les références aux États-Unis « postraciaux » incarnés par Barak Obama.

Le recours fréquent à l’esclavage pour expliquer les exclusions sociales contemporaines en Amérique pousse Élisabeth Cunin à appeler à ne pas « sur-esclavager » les analyses et à replacer les hiérarchies dans leur contexte historique et social concret. Pour le contexte africain, notre démarche répond à la volonté contraire de ne pas « sous-esclavager » les dynamiques sociétales à l’œuvre dans les mobilisations politiques africaines. Comme en témoignent les contributions à ce dossier, « l’ombre de l’esclavage 16 » plane sur les revendications citoyennes contemporaines même lorsqu’elle n’est pas invoquée comme cause directe des expériences d’exclusion et de discrimination. Les processus de politisation de l’esclavage varient fortement selon les contextes : d’un côté, l’esclavage et ses héritages sont revendiqués comme un facteur d’exclusion dans certaines sociétés africaines 17  et, de l’autre, le passé esclavagiste est investi par des groupes d’acteurs pour expliquer et combattre l’exclusion. C’est ce paradoxe que Benedetta Rossi appelle « l’esclavage métaphorique 18 ».

Pour ce faire, les différentes perspectives proposées dans ce dossier se basent sur des analyses de terrain approfondies. Les auteurs étudient les contextes variés ayant influencé les décisions de mobiliser sur la question de l’esclavage de manière ouverte ou détournée, de manière collective ou individuelle, tout en dévoilant la grande variété de stratégies mises en œuvre pour surmonter le stigmate de la condition servile. Pour le cas de la Tunisie, Inès Mrad Dali place les mobilisations des Noirs tunisiens à partir de 2011 dans une perspective historique, tandis que l’article sur le Kenya présente des exemples datant de 2007, moment à partir duquel Marie Pierre Ballarin observe des tensions croissantes à propos de l’accès au vote et du patrimoine d’une mission anglicane ayant hébergé les esclaves libérés de Mombasa. Concernant Madagascar, Marco Gardini propose une analyse des héritages contemporains d’un mouvement urbain qui s’est développé à Antananarivo dans les années 1970 et qui, à travers une idéologie marxiste, dénonçait les classes sociales comme étant issues de l’esclavage interne 19 .

Les démarches individuelles et collectives évoquées peuvent coexister sous des formes hybrides. Une posture individuelle de mutisme peut, par exemple, aller de pair avec une « mobilisation ponctuelle », lorsqu’un individu se joint à une revendication active autour de son statut de descendant d’esclaves ou autour des héritages qu’il considère comme liés à ce statut (discriminations raciales, situation socio-économique, ou même installation spatiale). La mobilisation des descendants d’esclaves du quartier de Frere-Town à Mombasa (Kenya), décrite par Marie Pierre Ballarin dans ce dossier, en est un exemple. Alors que, pendant des décennies, ils ont tenté de se distinguer en tant que communauté en mettant en avant leurs mérites intellectuels tout en taisant leurs origines serviles, ils ont désormais recours à ces mêmes origines pour soutenir leurs revendications dans le cadre d’un litige avec l’Église sur des questions de patrimoine. Ils dénoncent également les discriminations dont ils sont victimes et par lesquels ils se voient relégués à leur statut de descendants d’esclaves, faute de pouvoir prouver leur appartenance à un groupe ethnique reconnu par l’État – notamment lorsqu’ils doivent requérir des papiers d’identité pour participer aux élections nationales.

Historiciser les mobilisations

Un regard sur l’histoire des mobilisations en Afrique témoigne de la survivance de la question de l’esclavage qui revient cycliquement comme objet de revendications au niveau local, national et/ou international. On peut supposer que certaines sociétés esclavagistes précoloniales étaient elles aussi animées par des mouvements de protestation menés par les populations serviles, allant parfois jusqu’aux révoltes ouvertes 20  dont on a aujourd’hui perdu la trace. Les sources disponibles pour les périodes coloniale et postcoloniale nous permettent de mettre en relief plusieurs vagues de mobilisations collectives anti-esclavagistes liées aux transitions politiques nationales et/ou internationales, amorcées notamment par les abolitions, les indépendances ou les processus de démocratisation du début des années 1990 et de la période post-2011.

Un des moments-clés de transition historique correspond aux abolitions de l’esclavage à la fin du xixe siècle. Celles-ci sont, sur le continent africain, le fruit des premiers mouvements transnationaux mondiaux : ceux des abolitionnistes 21  . Contrairement à la traite négrière transatlantique, officiellement interdite sur les côtes africaines par la Grande-Bretagne en 1807 et par la France en 1815, la traite intra-africaine est restée légale tout au long du xixe siècle et fut finalement interdite en 1905 dans les colonies françaises ouest-africaines 22  . L’esclavage domestique est également aboli en 1905 dans les colonies françaises et en 1907 dans les colonies britanniques. Néanmoins, les élites locales sur lesquelles s’appuyaient les colons, loin d’encourager l’émancipation des anciens groupes serviles, contribuaient au contraire, de facto, à son empêchement 23  . Bien que l’ère des abolitions en Afrique ait été marquée par d’intenses mobilisations en dehors du continent, les initiatives émergeant sur et depuis celui-ci étaient souvent moins visibles. À cette époque, les protestations s’exprimaient avant tout au niveau individuel ou familial par la fuite, le silence et l’exil 24  . Néanmoins, comme le montre Derek Peterson, l’abolition de la traite a créé des opportunités de mobilisations collectives critiquant l’entreprise coloniale 25  .

Élisabeth Cunin montre dans la postface de ce dossier comment en Amérique latine, le post-esclavagisme coïncide avec le post-colonialisme : l’abolition survient avec les indépendances et donc avec l’initiation à la citoyenneté et à la liberté. En Afrique, au contraire, l’abolition vient avec le colonialisme et la naissance de nouveaux rapports de pouvoir et de domination. Plutôt que de mener à une réelle émancipation, elle coïncide avec la création de nouvelles hiérarchies 26  .

Dans les années 1960-1970, l’accession des États africains à l’indépendance pousse les acteurs d’origine servile de certaines régions à se mobiliser. Comme le montre Marco Gardini dans son article sur Madagascar, les luttes antiesclavagistes qui se sont développées pendant cette période étaient fortement inspirées des luttes anticoloniales. Pendant les mobilisations politiques pour l’indépendance, l’esclavage était devenu une métaphore des relations de pouvoir entre colons et colonisés, ces derniers revendiquant une libération des « chaînes » coloniales. Le mouvement de Zoam (Zatovo Orin’Asa Malagasy, Jeune chômeurs malgaches), par exemple, réunissait une jeunesse urbaine se disant anti-française et pro-marxiste. Cette jeunesse, en partie d’origine servile, s’appuyait sur une base spatiale et symbolique (les bas quartiers de la ville d’Antananarivo), et regroupait un « prolétariat » d’immigrés pauvres mais également issu de groupes statutaires d’anciens esclaves. Leur lutte était une lutte de libération contre plusieurs formes d’oppression et plusieurs sources de stigmatisation : l’héritage de l’esclavage inter-africain, le colonialisme, la xénophobie envers les étrangers immigrés arrivant en ville, allant parfois de pair avec des revendications ou du moins des métaphores raciales (Blancs-Noirs).

Dans cette même conjoncture, comme le souligne Inès Mrad Dali dans le contexte tunisien, les nations en création ont ressenti un fort besoin de privilégier un « discours politique unitaire », occultant et censé subsumer les divisions sociales et historiques de la Nation, dont celles reposant sur la question de l’esclavage interne. Les Tunisiens noirs, issus pour la plupart des traites internes et transsahariennes, préférèrent laisser sous couvert le passé esclavagiste qui pourrait partiellement expliquer leur discrimination latente. En ce sens, écrit l’auteure, ils aspirent « à rejeter toute démarche communautariste et à approfondir le sentiment de cohésion sociale » et tentent, ce faisant, d’« appeler à l’unité et à une harmonisation des identités » plutôt que de souligner les lignes de fracture issues de l’histoire de l’esclavage et de ses catégorisations raciales. En avançant que « la Tunisie n’a pas deux couleurs, [qu’]elle est arc-en-ciel », ils ont choisi une approche égalitaire, ne revendiquant ni réparations collectives, ni discrimination positive. Néanmoins, ce choix a contribué à étouffer la question de l’esclavage en Tunisie 27  .

Avec les processus de démocratisation et de décentralisation, s’ouvre un nouveau chapitre des mobilisations post-esclavagistes. En Afrique sahélo-saharienne en particulier, l’ouverture démocratique permet, à partir des années 1990, la création d’associations et de partis politiques, occasion utilisée par certains descendants d’esclaves pour revendiquer le respect de leur citoyenneté, via des interventions collectives s’adressant à l’État. Si la première organisation anti-esclavagiste africaine, El Hor, est née en Mauritanie en 1979 28  , la plupart des mouvements actuels sont apparus à cette période. La région du Sahel-Sahara constitue l’aire géographique 29  par excellence de leur émergence 30  , notamment parce que cette zone, située au carrefour des trois traites historiques (interne, transsaharienne et transatlantique), compte une proportion plus importante de populations d’origine servile 31  , mais aussi parce que le maillage administratif plus lâche du territoire a permis que s’y maintiennent des situations d’asservissement après les abolitions officielles 32  . Si ce fort héritage de l’esclavage interne peut contribuer à expliquer l’intensité de ces mobilisations locales post-esclavagistes, ces dernières ont revêtu des formes très différentes.

La plupart ont lutté pour la criminalisation de l’esclavage interne en Afrique, et notamment celui qui pouvait se maintenir sous couvert de pluralisme juridique 33  . Mais des groupes ont aussi activement sollicité le maintien de leur statut d’esclave (à distinguer de la condition d’esclave), parce que celui-ci, malgré son caractère stigmatisant, est également protecteur en ce qu’il permet de revendiquer une position d’autochtonie 34  . Au-delà de ces choix stratégiques, ces différents mouvements ont pu aussi s’inscrire dans des dynamiques transnationales de professionnalisation, permettant de ce fait à leurs dirigeants de s’affirmer comme de véritables « courtiers en développement 35  ». Cela montre aussi, comme le notent Inès Mrad Dali à propos du cas tunisien ou Marie Pierre Ballarin à partir de l’exemple kenyan, que les processus de démocratisation ne créent pas partout la même ouverture et n’amènent pas toujours les groupes subordonnés à problématiser leur statut servile ou anciennement servile de la même manière.

Enfin, on assiste aujourd’hui à l’émergence de nouvelles formes de politisation et de mobilisation autour de la question du post-esclavage dans un contexte de mondialisation libérale. Elles se caractérisent notamment par un militantisme plus que jamais transfrontalier et internationalisé, par un factionnalisme et, dans certains milieux, une militarisation progressive, mais aussi par le recours aux (nouveaux) médias comme moyen de mener le combat, par la forte implication d’une jeunesse toujours plus nombreuse et des diasporas au niveau local, ou encore par le « renouveau religieux 36  » au sein des luttes sociales.

Les mouvements sahélo­sahariens les plus récents, apparus depuis la fin des années 2000, tels que l’IRA (Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste) créée en 2008 en Mauritanie, ou MBJEN (Mouvement Bella pour la justice et l’équité dans le Nord) créé en août 2012 au Mali, sont emblématiques de ces transformations. Au moment de la création du MBJEN, en 2012, certaines élites touarègues se sont alliées aux mouvements favorables à l’application de la sharia dans le Nord du Mali. MBJEN a donc vu le jour dans le contexte d’une multiple crise géopolitique et juridico-religieuse. Ce mouvement se présente comme un groupe d’autodéfense armé luttant pour la visibilité des Bellah, et il souligne son attitude pro-républicaine tout en se distanciant des revendications de certains de ses anciens maîtres tamasheq kidalois qui se mobilisent contre l’État via le projet séparatiste d’Azawad 37  . Le mouvement IRA en Mauritanie, quant à lui, a intégré à son discours une critique radicale des concepts religieux légitimant l’apologie de l’esclavage dans ce même espace. « Si l’idéologie esclavagiste se perpétue dans le pays », critique-t-il, « c’est qu’elle puise sa légitimité et ses fondements juridiques dans les enseignements erronés de la version locale de l’islam 38  ». Alors que l’accès aux savoirs religieux avait jusqu’ici plutôt permis la mobilisation individuelle de descendants d’esclaves 39   porteurs de revendications réformistes et émancipatrices, ce sont des mouvements collectifs qui, depuis quelques années, s’appuient sur l’islam pour mobiliser et justifier l’insertion des groupes de descendants d’esclaves stigmatisés, comme c’est le cas au Sénégal 40  et au Nigeria 41  .

Au-delà des opportunités de mobilisation offertes par les tensions géopolitiques et religieuses, d’autres facteurs ont contribué à un changement profond des modes de mobilisation actuels. La communication et la mise en réseau inédites rendues possibles par les nouveaux médias en sont un. On le constate via l’exemple de jeunes femmes luttant pour la cause des Noirs tunisiens sur leurs blogs et sur Facebook, forums sur lesquels elles expriment leur indignation et attirent l’attention d’un large public. Nos enquêtes dans le contexte sahélo-saharien montrent également que les réseaux sociaux ont rendu possible la mise en relation des militants et des acteurs internationaux, permettant aux premiers de représenter un véritable contre-pouvoir au niveau national. La médiatisation des différends sur ces plateformes mais aussi par les médias internationaux a offert à ces groupes subalternes une nouvelle forme de visibilité et d’influence. L’exemple du mouvement abolitionniste IRA en Mauritanie le montre tout particulièrement. L’usage des médias par cette organisation lui a ainsi permis de gagner en visibilité, à la fois à l’échelle internationale et sur la scène politique locale, mais aussi de rendre visible la répression étatique dont elle fait l’objet 42  .

L’IRA est en outre composée majoritairement de jeunes ouvertement fiers de leur statut d’Haratin – qui réfère à une descendance servile. Méfiants envers les institutions politiques, ces derniers expérimentent des formes inédites de représentation et d’auto-organisation au-delà du contexte politique national. En cela, cette nouvelle génération d’acteurs d’origine servile se caractérise par une expression et subjectivation politiques définies par Riccardo Ciavolella et Stefano Boni comme « alterpolitiques 43  ». Avec son objectif de vouloir « déconstruire » le système politique et son soubassement, l’ordre social et religieux, l’IRA, vaste mouvement revendicatif non-violent et à la fois organisation de défense des droits de l’Homme, défie aujourd’hui l’État et la société mauritanienne dans tous ses fondements.

Réactions et contentieux autour des mobilisations post-esclavagistes

Malgré la multiplication de ces mobilisations, rares sont les pays ou régions dans lesquels l’esclavage intra-africain intervient dans les débats publics. Plusieurs articles de ce dossier évoquent la façon dont les élites dirigeantes nationales ont cherché et cherchent encore à détourner l’attention de cette question. Évitant soigneusement cette problématique, elles ont jusqu’à présent préféré culpabiliser les colonisateurs en évoquant les traites transatlantiques. Aujourd’hui, nombre de thématiques en vogue à l’international telles que le terrorisme, l’esclavage moderne et le trafic d’êtres humains leur permettent de continuer à externaliser la culpabilité, tout en évitant les questions et revendications liées aux séquelles de l’esclavage au sein des sociétés africaines.

Évoquées par Marco Gardini, les réactions et interactions des anciens maîtres d’esclaves qui, eux aussi, se mobilisent, doivent faire l’objet d’une attention particulière. Certains anciens maîtres perpétuent le discours ou même les pratiques esclavagistes comme si rien n’avait changé, et se voient, dans certains cas, soutenus en cela par les juridictions religieuses. Ailleurs, comme au Mali, d’anciens maîtres évoquent leurs propres frustrations liées à ce statut qui, noblesse oblige, les contraint à soutenir financièrement certains de leurs anciens esclaves ou à leur offrir les bénéfices de leurs réseaux politiques (pour obtenir gain de cause auprès de la police en cas de litiges par exemple) 44  . Au Mali aussi, l’ancien président Amadou Toumani Touré soutenait en secret la cause de Temedt 45  . D’autres élites, au contraire, disqualifient et condamnent ces mouvements en mettant en avant la violence de leurs membres (voir l’article de Marco Gardini). Au Niger, certains se sont indignés que le nom du pays ait été associé à l’histoire de Hadijatou Mani, une esclave qui, avec l’appui du mouvement Timidria et grâce à la législation en vigueur dans la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, a réussi à faire condamner l’État du Niger, contraint de lui verser une indemnisation pour cause de non-respect des législations anti-esclavagistes dans les tribunaux nigériens 46  .

La manière dont l’esclavage et ses héritages actuels sont perçus peut connaître d’importantes variations. Au sein d’une même société, les différentes catégories d’acteurs ont développé des rapports multiples aux hiérarchies traditionnelles basées sur le système de l’esclavage 47  . Par conséquent, les mobilisations qui en résultent sont elles-mêmes multiples et localement spécifiques. Cette diversité des interprétations qui divise les sociétés post­esclavagistes est difficile à décrire avec la terminologie existante. La plupart des termes usités sont trop homogénéisant ou anachroniques et n’accordent pas assez de place aux dynamiques de créolisation à l’œuvre dans les identités des descendants d’esclaves. La référence au continent « mère » présente dans les catégories utilisées et mobilisées en Amérique latine (« Afro-Brésilien », « Afro-Américain », etc.) et supposant une origine africaine commune et homogène, est impossible en Afrique. Sur ce continent, dans la plupart des cas, il est moins facile de « naturaliser » les liens entre race et infériorité, puisque la couleur de peau du maître et de l’esclave est souvent la même. Bien que la distinction « naturelle » entre maîtres blancs et esclaves noirs soit moins évidente dans son application à l’esclavage interne à l’Afrique, Ibrahima Thioub montre que le concept de « pureté de sang » a fait que ni les abolitions, ni les affranchissements n’ont suffi pour effacer le stigmate du statut servile 48  . D’autres soulignent combien les distinctions sociales étaient et continuent d’être bel et bien exprimées par recours à un vocable racial 49  .

La terminologie est un défi central pour les mouvements et les mobilisations analysés dans ce dossier : comment se nommer, se distinguer, se valoriser avec un appareil conceptuel peu flexible et politiquement très sensible ? Certains groupes remettent en cause – parfois très subtilement – l’assimilation entre « Noir » et « esclave ». D’autres recyclent des expressions aux connotations négatives pour leur donner une signification positive (dans une dynamique de « retournement du stigmate 50  » chère à Ervin Goffman), en allant parfois jusqu’à revendiquer la reconnaissance comme groupe ethnique à part entière 51  , comme le montre l’article de Marie Pierre Ballarin sur le Kenya. Au Mali comme au Niger, les mouvements Timidria et Temedt préfèrent par exemple le terme « Tamasheq noir », plutôt que « Bellah » au Mali et « Buzu » au Niger, pour faire référence et revaloriser, au sein de la société tamasheq, des identités issues de l’esclavage 52  . Ils s’inscrivent donc eux-mêmes dans une approche raciale relative à leur statut.

En Afrique comme ailleurs, on voit donc émerger moult combinaisons subtiles et créatives de critères d’identification : origines, genre, histoire, phénotype, ethnicité, culture, religion, comportements physiques, traits et objets culturels (embellissements matériels et corporels), ou même lieu de résidence, pauvreté, etc. Les revendications des jeunes urbains (de statut servile ou non) et celles des descendants d’esclaves se sont, par exemple, rejointes dans le mouvement Zoam à Madagascar (voir l’article de Marco Gardini). Comme le remarque Élisabeth Cunin dans sa contribution, ces combinaisons sont « mobilisées de façon fluctuante », recomposant de manière innovante des catégories vernaculaires, transfrontalières et identitaires. Cela la conduit à problématiser la pertinence de la catégorie de « descendants d’esclaves » et à se demander s’il ne faudrait pas commencer à « parler des descendants d’esclaves de deuxième ou de troisième génération » comme on le fait pour les migrants.

Regards croisés

Quelles sont les ambitions de visibilité des organisations évoquées dans ce dossier ? Cherchent-elles l’attention internationale ou s’emploient-elles à mobiliser plutôt à l’échelle locale ? La présence et l’accessibilité des acteurs de développement ont clairement influencé l’émergence d’organisations comme Temedt ou Timidria au Sahel. La coopération avec des organisations internationales a souvent eu pour conséquence l’adoption d’approches orientées vers les droits de l’Homme. Temedt aussi bien que l’IRA ont, par exemple, élargi leur approche à l’origine strictement néo-abolitionniste et/ou antiesclavagiste à des revendications antidiscriminatoires ne concernant plus seulement la communauté identitaire défendue initialement, mais aussi les tranches les plus stigmatisées de plusieurs groupes ethniques. IRA Mauritanie lutte donc aussi pour la cause des « Noirs mauritaniens », cherchant à créer ainsi une unité inédite entre les Haratins et les communautés haalpulaar/peuls, wolof et soninké mauritaniennes 53  .

À l’inverse, certaines collectivités ne mobilisent pas au-delà des structures politiques locales, sur une base spatiale (village, ville) ou sociale (groupe ethnique, lignage), et poursuivent un objectif strictement auto-émancipatoire. Ce constat s’applique, pour les mouvements des descendants d’esclaves en milieu peul décrits pour le Mali, le Bénin et la Mauritanie 54  . Dans le cas de Zoam à Madagascar, on a affaire à l’espace urbain et plus précisément aux bas quartiers d’Antananarivo. Les habitants de Frere-Town décrits par Marie Pierre Ballarin connaissent eux aussi une mobilisation assez restreinte, aussi bien dans l’espace géographique (patrimoine de la mission) que social (elle se limite aux ressortissants de leur communauté). Néanmoins, suggère l’auteure, des projets récents de patrimonialisation, comme celui d’un musée commémorant la traite vers l’océan Indien, constituent un potentiel d’élargissement de l’action collective à d’autres zones du pays, notamment rurales, où se trouvent d’autres populations descendant d’esclaves.

Des efforts ont déjà été fournis pour initier, dans l’espace sahélien, des interactions transfrontalières, par le biais par exemple du Forum de Gao (Mali) du 29 au 31 mars 2008, auquel ont participé des associations de lutte contre l’esclavage et les organisations politiques de différents groupes d’origine servile, tel que Temedt, Timidria et SOS esclave. Ces réunions mettent en relief des opinions divergentes autour des questions telles que la radicalité du combat ou la volonté de se délier des anciens maîtres (au plan linguistique, social et politique). Cette orientation « inter-sahélienne » semble néanmoins s’être presque éteinte à l’heure actuelle. Si, à travers des initiatives académiques 55  et/ou des organismes internationaux de défense des droits de l’Homme, les représentants des organisations les plus reconnues à l’international trouvent parfois des opportunités d’approfondir leurs liens, les échanges restent limités en dehors de telles occasions. Un contre-exemple, assez rare pour être mentionné, se rapporte néanmoins au contexte nigérien : l’association Timidria a commencé à se faire entendre dans les médias internationaux à partir de 2003 en organisant la libération d’esclaves à grande échelle. Elle s’inspirait d’actions similaires au Soudan, ces dernières ayant cependant été initiées par des organisations chrétiennes extérieures finançant les libérations 56  .

En s’appuyant sur des études de terrain menées sur le continent africain, ce dossier met en lumière l’ampleur des mobilisations post-esclavagistes ainsi que leur variété et leurs ambiguïtés. Même si la mémoire de l’esclavage interne, en tant que telle, y reste marginale dans les espaces publics et que la célébration du cinquantenaire des indépendances a par exemple reçu plus d’attention que celle des abolitions, les articles réunis ici montrent que la catégorie de descendant d’esclaves est l’objet de mobilisations citoyennes multiples. Ils suggèrent également que les opportunités de mobilisation se sont inscrites et s’inscrivent toujours clairement dans des moments-clés de transitions politiques.

Afin de mieux comprendre certaines revendications à l’œuvre dans les dynamiques politiques africaines, il nous semble indispensable de prendre davantage en considération l’ombre de l’esclavage planant sur certaines formes de mobilisation aujourd’hui observables en Afrique. La plupart des mouvements analysés ici partagent la quête d’une citoyenneté à part entière. Celle-ci passe, selon les contextes, par l’accès au droit de vote allant de pair avec une reconnaissance de l’identité en question (par exemple pour l’obtention de cartes d’identité au Kenya), par la création d’une base juridique pour criminaliser l’esclavage et ses séquelles (la plupart des mouvements dans la région Sahel-Sahara), ou par la revendication d’un accès égalitaire aux hautes fonctions de l’État, comme le suggère Inès Dali pour la Tunisie.

Selon la conjoncture et l’aire géographique, les mobilisations se situent à l’intersection d’appartenances sociales (ancien statut servile, génération et âge, genre), de discours politiques ou idéologiques (marxisme, réformisme religieux, anti-élitisme politique) et d’expériences d’exclusion économique (les pauvres). Enfin, toutes ces mobilisations collectives deviennent en elles­mêmes des vecteurs d’émancipation dans la mesure où l’adhésion au mouvement contribue en soi à un éveil des consciences. À la différence de celles du continent latino-américain, les abolitions en Afrique ont été tardives, imposées par des acteurs extérieurs, et elles se sont inscrites dans de nouveaux rapports de domination (colonialisme). Il n’est donc pas étonnant que les mobilisations collectives observées varient considérablement dans leurs objectifs : stimuler la valorisation de l’identité d’esclave/noir et la fierté de son histoire/statut, « retourner le stigmate 57  », ou revaloriser l’histoire de l’esclavage au sein des groupes d’origine servile, par exemple à travers le patrimoine.

La composition sociale des collectivités décrites est très variée. D’un côté du spectre, on observe des mouvements fortement focalisés sur la lutte identitaire spécifique aux groupes d’origine servile. De l’autre, on retrouve des collectivités très inclusives rassemblant, à travers des idéologies « parapluie », plusieurs franges de la société partageant des conditions semblables. Les luttes anti-esclavagistes en Afrique s’associent parfois à d’autres thèmes mobilisateurs : le trafic d’êtres humains, le travail forcé, les discriminations raciales ou encore les hiérarchies sociales de castes en Afrique et ailleurs dans le monde (Inde, Amériques). C’est donc bien sous le signe de la diversité – historique, sociale, politique – que se font entendre les voix des descendants d’esclaves et que se développent et se politisent les mobilisations au nom du post-esclavage.

 

  1. Pour ne citer que quelques ouvrages collectifs récents, voir : O. Leservoisier et S. Trabelsi (dir.), Résistances et mémoires des esclavages. Espaces arabo-musulmans et transatlantiques, Paris, Karthala, 2014 ; A. Bellagamba, S. E. Green et M. Klein (dir.), The Bitter Legacy. African Slavery Past and Present, Princeton, Markus Wiener Publishers, 2013 ; C. Coquery-Vidrovitch et É. Mesnard, Être esclave. Afrique-Amériques, XVe-XIXe siècle, Paris, La Découverte, 2013 ; H. Médard, M. L. Derat, T. Vernet, M. P. Ballarin (dir.), Traites et esclavages en Afrique orientale et dans l’océan Indien, Paris, Karthala, coll. « Esclavages », 2013 ; R. Botte et A. Stella (dir.), Couleurs de l’esclavage sur les deux rives de la Méditerranée (Moyen Âge-xxe siècle), Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », 2012 ; P. J. Lane et K. C. MacDonald, Slavery in Africa : Archaeology and Memory, Oxford, The British Academy by Oxford University Press, 2011 ; S. Beswick et J. Spaulding (dir.), African Systems of Slavery, Trenton, African World Press, 2010 ; M. Cottias, É. Cunin, et A. de Almeida Mendes (dir.), Les traites et les esclavages. Perspectives historiques et contemporaines, Paris, Karthala, 2010. []
  2. Parmi les principales exceptions, voir M. Tidjani Alou, « Démocratie, exclusion sociale et quête de citoyenneté : cas de l’association Timidria au Niger », Journal des Africanistes, vol. 1-2, n° 70, 2000, p. 173-195 ; Z. Ould Ahmed Salem, « Bare-Foot Activists : Transformations in the Haratine Movement in Mauritania », in S. Ellis et I. van Kessel (dir.), Movers and Shakers. Social Movements in Africa, Leyde, Brill, 2009, p. 156-177 ; A. E. McDougall, « The Politics of Slavery in Mauritania : Rhetoric, Reality and Democratic Discourse », The Maghreb Review, vol. 35, n° 2, 2010, p. 259-286 ; R. Botte, « Riimaybe, Haratin, Iklan : les damnés de la terre, le développement et la démocratie », in A. Bourgeot (dir.), Horizons nomades en Afrique sahélienne, Paris, Karthala, 1999, p. 55-78 ; E.-A. Ould Saleck, Les Haratins. Le paysage politique mauritanien, Paris, L’Harmattan, 2003. Voir également les travaux de É. K. Hahonou, en particulier « Culture politique, esclavage et décentralisation : la demande politique des descendants d’esclaves au Bénin et au Niger », Politique africaine, n° 111, 2008, p. 169-186 et « Past and Present African Citizenships of Slave Descent : Lessons from Benin », Citizenship Studies, vol. 15, n° 1, 2011, p. 75-92. Il existe enfin quelques études qui abordent la question de l’esclavage dans les politiques nationales à l’ère des indépendances, notamment B. Lecocq, « The Bellah Question : Slave Emancipation, Race and Social Categories in Late Twentieth-Century Northern Mali », Canadian Journal of African Studies, vol. 39, n° 1, 2005, p. 42-68. []
  3. L. A. Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power : Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press, 2010 [2002] ; J. Butler, Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 2006 [1990]. []
  4. B. Rossi, « African Post-Slavery : a History of the Future », International Journal of African Historical Studies, vol. 48, n° 2, 2015, p. 304. []
  5. B. Lecocq et É. K. Hahonou, « Introduction. Exploring Post-Slavery in Contemporary Africa », International Journal of African Historical Studies, vol. 48, n° 2, 2015, p. 184. []
  6. O. Leservoisier et S. Trabelsi, « Expériences singulières et collectives des esclavages et de leurs héritages. De l’intérêt du croisement des échelles d’analyse dans l’étude des processus d’émancipation et de mémoire », in O. Leservoisier et S. Trabelsi (dir.), Résistances et mémoires…, op. cit., p. 18. []
  7. I. Thioub, « Préface », in C. Coquery-Vidrovitch et É. Mesnard (dir.), Être esclave…, op cit., p. 12. []
  8. Voir en particulier G. Abbink, M. De Bruijn, K. Van Walraven (dir.), Rethinking Resistance. Revolt and Violence in African History, Leyde, Brill 2003 ; S. Ellis et I. van Kessel, Movers and Shakers…, op. cit. Voir aussi le colloque international organisé par Richard Banégas, Marie-Emmanuelle Pommerole et Johanna Siméant, « Lutter dans les Afrique », Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 22-23 janvier 2010, qui a donné lieu à la publication, notamment, de deux dossiers de revues : « Social Movement Struggles in Africa », Review of African Political Economy, vol. 37, n° 125, 2010, p. 251-359 ; « Lutter dans les Afriques », Genèses, n° 81, 2010, p. 2-83. []
  9. A. Branch et Z. Mampilly (dir.), Africa Uprising. Popular Protest and Political Change, Londres, Zed books, 2015 ; J. Denis, « Taper sur un monde creux, pour le faire résonner » [en ligne], Le Monde diplomatique, avril 2015, p. 10-11, <www.monde-diplomatique.fr/2015/04/DENIS/52836>, consulté le 15 mai 2015. []
  10. D. della Porta et A. Mattoni (dir.), Spreading Protest. Social Movements in Times of Crisis, Colchester, ECPR Press, 2014 ; Z. Harb, « Arab Revolutions and the Social Media Effect » [en ligne], Media and Culture Journal, vol. 14, n° 2, mai 2011, <journal.media-culture.org.au/index.php/mcjournal/article/viewArticle/364%3E>, consulté le 18 septembre 2015. []
  11. J. Siméant, « Protester/mobiliser/ne pas consentir. Sur quelques avatars de la sociologie des mobilisations appliquée au continent africain », Revue internationale de politique comparée, vol. 20, n° 2, 2013, p. 125-143 ; É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements : Citizenship Struggles and the Legacies of Slavery », Stichtproben : Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien, n° 20, 2011, p. 141-162. []
  12. A. Bullard, « From Colonization to Globalization. The Vicissitudes of Slavery in Mauritania », Cahiers d’Études africaines, vol. 15, n° 179-180, 2005, p. 751-769 ; M. Tidjani Alou, « Démocratie, exclusion sociale… », art. cité ; É. K. Hahonou, « Past and Present… », art. cité ; O. Leservoisier, « Nous voulons notre part ! Les ambivalences du mouvement d’émancipation des Saalfaalbe Hormankoobe de Djéol (Mauritanie) », Cahiers d’Études africaines, vol. 15, n° 179-180, 2005, p. 987-1014 ; Z. Ould Ahmed Salem, « Bare-Foot Activists… », art. cité ; A. E. McDougall, M. Brahne, et U. P. Ruf, « Legacies of Slavery, Promises of Democracy : Mauritania in the 21st Century », in M. Smith (dir.), Globalizing Africa, Trenton, Africa World Press, 2003, p. 67-87 ; A. E. McDougall, « The Politics of Slavery… », art. cité ; B. Béridogo, « Compétition des acteurs sociaux pour le contrôle du pouvoir et des ressources dans la commune rurale de Zégoua (Mali) », Bulletin Apad, n° 16, 1998, p. 99-111 ; E.-A. Ould Saleck, Les Haratins…, op. cit., Pour une approche comparative, voir R. Botte, « Riimaybe, Haratin, Iklan… », art. cité ; É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements… », art. cité ; M. Villasante Cervello, « Les droits humains et les tensions sociales en République islamique de Mauritanie. Les cas de l’emprisonnement de Biram Ould Abeid et de la condamnation à mort de Ould Mkhaitir » [en ligne], Essais sur la Mauritanie, n° 1, mars 2015, <www.academia.edu/11341065/Les_droits_humains_et_les_tensions_sociales _en_République_Islamique_de_Mauritanie._Les_cas_de_lemprisonnement_de_Biram_ ould_Abeid_et_de_la_condamnation_à_mort_de_Mohamed_Cheikh_ould_Mkhaiti>, consulté le 27 octobre 2015. []
  13. P. Gilroy, The Black Atlantic. Modernity and Double Consciousness, Cambridge, Harvard University Press, 1993 ; voir aussi A. Reed, Pilgrimage Tourism of Diaspora Africans to Ghana, New York, Routledge, 2015. []
  14. Comme l’a proposé Thomas Fouquet dans l’introduction du dossier « Blackness » de Politique africaine : « Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique », Politique africaine, n° 136, 2014, p. 5-19. []
  15. S. Miers, Slavery in the Twentieth Century. The Evolution of a Global Problem, Walnut Creek, AltaMira Press, 2003. []
  16. R. Botte (dir.), « L’ombre portée de l’esclavage. Avatars contemporains de l’oppression sociale », Journal des africanistes, vol. 70, n° 1-2, 2000, p. 7-341. []
  17. Pour le contexte ouest africain, voir É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements… », art. cité. []
  18. B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery. West African Trajectories, Liverpool, Liverpool University Press, 2009, p. 6 ; S. Miers et I. Kopytoff (dir.), Slavery in Africa : Historical and Anthropological Perspectives, Madison, University of Wisconsin Press, 1977, p. 25. []
  19. C’est aussi dans les années 1970 que sont publiés les premiers ouvrages académiques mettant en cause l’esclavage et son héritage dans une approche néo-marxiste. Voir C. Meillassoux (dir.), L’esclavage en Afrique précoloniale, Paris, Maspéro, 1975. []
  20. Pour l’histoire de mobilisations collectives des esclaves dans le Proche-Orient, voir S. Trabelsi, « Esclaves et dynamiques protestataires. Le temps long des résistances serviles dans le ProcheOrient classique, viiexe siècles », in O. Leservoisier et S. Trabelsi (dir.), Résistances et mémoires…, op. cit., p. 23-36. []
  21. C. Tilly et S. Tarrow (dir.), Contentious Politics, Boulder, Paradigm Press, 2006, p. 1. Comme le remarque Alex de Waal, « il existe une longue association historique entre le christianisme évangélique et l’abolitionnisme […] ». A. de Waal, « Exploiter l’esclavage : droits de l’homme et enjeux politiques », Politique africaine, n° 66, 1997, p. 56. []
  22. J. Suret-Canale, Afrique noire, occidentale et centrale. L’ère coloniale (1900-1945), Paris, Éditions sociales, 1961. []
  23. Pour l’Afrique de l’Ouest francophone, cet argument a également été avancé par plusieurs auteurs. Voir par exemple M. Klein, Slavery and Colonial Rule in French West Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 1998. []
  24. Pour Zanzibar, voir, entre autres, J. Glassman, « Racial Violence, Universal History and Echoes of Abolition in Twentieth-Century Zanzibar », in D. R. Peterson (dir.), Abolitionism and Imperialism in Britain, Africa, and the Atlantic, Athens, Ohio University Press, coll. « Cambridge Centre of African Studies », 2010, p. 175-206. []
  25. Voir D. R. Peterson, « Introduction. Abolitionism and Political Thought in Britain and East Africa », in D. R. Peterson (dir.), Abolitionism and Imperialism…, op. cit., p. 1-37 ; J. Glassman, « Racial Violence… », art. cité. Voir également J.-G. Deutsch, « Absence of Evidence is No Proof : Slave Resistance under German Colonial Rule in East Africa », in J. Abbink, M. E. De Bruijn et K. van Walraven (dir.), Rethinking Resistance…, op. cit., p. 170-187. Voir aussi J. Glassman, Feasts and Riot. Revelry, Rebellion, and Popular Consciousness on the Swahili Coast, 1856-1888, Portsmouth/Londres, Heinemann/James Currey, 1995. []
  26. F. Renault, Libération d’esclaves et nouvelles servitudes : les rachats de captifs africains pour le compte des colonies françaises après l’abolition de l’esclavage, Dakar/Abidjan, Nouvelles éditions africaines, 1976. []
  27. Le même constat se fait ailleurs. Voir notamment B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery…, op. cit. ; B. Lecocq, « The Bellah Question… », art. cité ; M. Rodet, « Mémoires de l’esclavage dans la région de Kayes, histoire d’une disparation », Cahiers d’Études africaines, vol. 50, n° 197, 2010, p. 263-291. []
  28. Z. Ould Ahmed Salem, « Bare-Foot Activists… », art. cité. []
  29. Pour une analyse critique et transversale du Sahel, région perçue depuis longtemps comme une région en crise, voir V. Bonnecase et J. Brachet (dir.), « Crises et chuchotements au Sahel », Politique africaine, n° 130, 2013, p. 5-164. Pour le Sahara, voir D. Casajus, « Sahara en mouvement », L’Année du Maghreb, vol. 7, 2011, p. 5-23. []
  30. Voir S. Miers, Slavery in the Twentieth Century…, op. cit. ; R. Botte (dir.), « L’ombre portée… », art. cité. []
  31. Voir notamment M. Klein, Slavery and Colonial Rule…, op. cit. ; C. Meillassoux, L’esclavage en Afrique…, op. cit., p. 15-16. []
  32. À titre d’exemple, voir G. Klute, « Herren und Sklaven : Zur Frage der kolonialen Sklavenpolitik in Französisch-Westafrika », in H. Willer, T. Förster et C. Ortner-Buchberger (dir.), Macht der Identität Identität der Macht : Politische Prozesse und kultureller Wandel in Afrika, Münster, LIT, 1995, p. 241-253 ; C.Hardung, Arbeit, Sklaverei und Erinnerung. Gruppen unfreier Herkunft unter den Fulbe Nordbenins, Cologne, Rüder Köppe Verlag, 2006 ; B. Lecocq et É. K. Hahonou, « Introduction. Exploring PostSlavery… », art. cité, p. 181-192. []
  33. C’est notamment le cas de Hadijatou Mani, femme de statut servile qui, avec l’appui d’Anti Slavery International et de l’association anti-esclavagiste Timidria, a gagné en 2008 un procès contre l’État du Niger, accusé de permettre des pratiques esclavagistes sur son sol. H. Duffy, « Hadijatou Mani Koroua v Niger : Slavery Unveiled by the ECOWAS Court », Human Rights Law Review, vol. 9, n° 1, 2009, p. 151-170. []
  34. La mobilisation locale d’un groupe composé de descendants d’esclaves de la société haalpulaar, qui luttent pour leur reconnaissance sociale et politique en cherchant à réactualiser le titre de « chef des esclaves », montre bien combien ce statut est devenu un marqueur identitaire à la fois imposé (stigmatisation) et approprié (politisation). Voir O. Leservoisier, « Esclavage et usages… », art. cité. []
  35. T. Bierschenk, J.-P. Chauveau et J.-P. Olivier de Sardan (dir.), Courtiers en développement. Les villages africains en quête de projets, Paris/Mayence, Karthala/APAD, 2000. []
  36. Z. Ould Ahmed Salem, Prêcher dans le désert. Islam politique et changement social en Mauritanie, Paris, Karthala, 2013. []
  37. L. Pelckmans, « Les stratégies du Mouvement Bellah pour la justice et l’équité au Nord Mali (MBJEN) et de Temedt », Communication présentée à la « 4e European Conference on African Studies », Paris, multigr., juillet 2015. []
  38. R. Botte, « République islamique de Mauritanie : feu l’esclavage ? », [en ligne], Libération, 28 mai 2012, <www.liberation.fr/planete/2012/05/28/republique-islamique-de-mauritanie-feu-l-esclavage_821958>, consulté le 15 novembre 2015. Pour une analyse de l’IRA dans le contexte politico-religieux de la Mauritanie, voir Z. Ould Ahmed Salem, Prêcher dans le désert…, op. cit. []
  39. B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery…, op. cit., p. 2 ; R. Botte, « Stigmates sociaux et discriminations religieuses : l’ancienne classe servile au Fuuta Jaloo », Cahiers d’Études africaines, vol. 34, n° 133, 1994, p. 109-136 ; J.-R. Berndt, Closer Than your Jugular Vein : Muslim Intellectuals in a Malian Village, 1900-1960’s, thèse de doctorat, Université Northwestern, Evanston, 2008. []
  40. J. Schmitz, « Islamic Patronage and Republican Emancipation : the Slaves of the Almaami in the Senegal River Valley », in B. Rossi (dir.), Reconfiguring Slavery…, op. cit., p. 85-115 ; I. Thioub, A. Ngaïdé et I. Seck, Endam Bilaali. Renégocier les identités en situation post-esclavagiste, film documentaire, 2014. []
  41. Entretiens avec Benedetta Rossi et Martin Klein, Grèce, juillet 2015. []
  42. Voir par exemple « Biram Dah Abeid-Prix des droits humains de l’Onu » [en ligne], IRA Mauritanie, <biramdahabeid.org>, consulté le 24 octobre 2015. []
  43. R. Ciavolella et S. Boni, « Aspiring to Alterpolitics. Anthropology, Radical Theory, and Social Movements », Focaal. Journal of Global and Historical Anthropology, vol. 72, 2015, p. 3-8. []
  44. Voir par exemple L. Pelckmans, « Negotiating the Memory of Fulbe Hierarchy among Mobile Elite Women », in M. E. de Bruijn, R. van Dijk et J.-B. Gewald (dir.), Strength beyond Structure. Social and Historical Trajectories of Agency in Africa, Leyde, Brill, coll. « African Dynamics », 2007, p. 285-311. []
  45. É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « History Must Be Rewritten : Revisionist Ambitions Among West African Slave Descendants », in D. Hamilton, K. Hodgson et J. Quirk (dir.), Slavery, Memory and Identity : National Representations and Global Legacies, Londres/Vermont, Pickering & Chatto, 2012, p. 96-97. []
  46. H. Duffy, « Hadijatou Mani Koroua… », art. cité. []
  47. Pour une analyse plus développée de la nécessité d’aller contre toute approche linéaire et contextuelle et de privilégier plutôt des approches contextuelles et relationnelles, se référer à L. Pelckmans, « Introduction », in L. Pelckmans, Travelling Hierarchies. Moving in and out of slave status in a Central Malian Fulɓe network, Leyde, African Studies Centre, 2011, p. 1-32. []
  48. I. Thioub, « Stigmates et mémoires de l’esclavage en Afrique de l’Ouest : le sang et la couleur de peau comme lignes de fracture » [en ligne], Fondation Maison des sciences de l’homme, Working Paper, 10 octobre 2012, <halshs.archives-ouvertes.fr/FMSH-WP/halshs-00743503>, consulté le 13 juin 2015 []
  49. B. Hall, « The Question of “Race” in the Pre-Colonial Southern Sahara », Journal of North African Studies, vol. 10, n° 3-4, p. 339-367 ; J. Glassman, « Racial Violence… », art. cité. []
  50. E. Goffman, Stigma. Notes on the Management of Spoiled Identity, Englewood Cliffs, PrenticeHall, 1963. []
  51. É. K. Hahonou, « Past and Present… », art. cité. []
  52. É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « History Must Be Rewritten… », art. cité, p. 96-97. []
  53. S. N’Diaye, « The Cause of the Slaves in Mauritania : the Initiative for the Resurgence of the Abolitionist and the Radical Affirmation of a Political and Social Presence », Communication présentée à la « 4e European Conference on African Studies », Paris, multigr., juillet 2015. []
  54. O. Leservoisier, « Esclavage et usages… », art. cité ; É. K. Hahonou et L. Pelckmans, « West African Antislavery Movements… », art. cité. []
  55. Voir par exemple la conférence internationale « L’esclavage en Afrique : histoire, héritages et actualités » qui s’est tenue à Nairobi du 27 au 29 octobre 2014. []
  56. A. de Waal, « Exploiter l’esclavage… », art. cité, p. 55. []
  57. E. Goffman, Stigma, op. cit. []

Penser la fabrique de l’école comme un objet politique, par Hélène Charton

9782811115340Quiconque a voyagé en Afrique ces dernières années a été frappé par le nombre d’écoles, institutions ou autres académies installées dans les grandes villes, à l’entrée des villages les plus reculés, ou perdues en rase campagne – se réduisant parfois à quatre murs recouverts d’un toit de tôle, voire sans murs du tout – et par les nuées d’élèves en uniforme qui marchent le long des routes pour rejoindre leur établissement, ardoise ou sac plastique en main, cartable sur le dos pour les plus nantis. Ces images traduisent l’importance du fait scolaire en Afrique et sa profonde inscription dans l’espace social, corrélée aux dynamiques démographiques du continent. Elles nous rappellent également que c’est là, dans ces quartiers et ces villages, dans ces espaces plus ou moins équipés et fort divers, que se fait l’école chaque jour.

Continuer la lecture de Penser la fabrique de l’école comme un objet politique, par Hélène Charton

Les juristes en Afrique : entre trajectoires d’État, sillons d’empire et mondialisation, par Sara Dezalay

intro138_vignette_JuristesIntroduction au dossier “Juristes, faiseurs d’État”, Politique Africaine N° 138, par Sara Dezalay (Université Goethe, Francfort, Cluster of excellence « The formation of normative orders »).

Bras croisés sur un costume gris et chemise bleue − incontournable cotte de l’avocat d’affaires −, Pascal Agboyibor trahit par un imperceptible sourire le triomphe qui l’a porté à la « une » du mensuel Forbes Afrique en février 20151. Cet avocat togolais de 47 ans est l’un des très rares Africains nommés au conseil d’administration de l’une des plus grandes firmes internationales de droit des affaires. À la tête du département « Afrique » du cabinet américain Orrick Herrington & Sutcliffe LLP, basé à Paris, il y est salué comme un « stratège de l’ombre » de grands contrats aux enjeux aussi discrets que formidables entre États et investisseurs étrangers sur le continent africain. Projets miniers et pétroliers, financements d’infrastructures, fusions-acquisition et contentieux : de Paris à Londres et New York − mais aussi dans ces nouvelles global cities que sont Johannesburg, Luanda ou Casablanca − les grands cabinets d’affaires internationaux se tournent vers l’Afrique comme un nouveau marché du droit. Par contraste, la visibilité médiatique de la Cour pénale internationale (CPI) comme arme juridico-politique contre la mauvaise gouvernance, les investissements massifs des agences de développement occidentales pour réformer l’État de droit dans les pays en crise ou encore la multiplication de tribunaux régionaux sur le continent renvoient également l’image – tout aussi trompeuse – d’une nouvelle mondialisation du droit en Afrique.

Continuer la lecture de Les juristes en Afrique : entre trajectoires d’État, sillons d’empire et mondialisation, par Sara Dezalay

  1. M. E. Ngisi, « Pascal Agboyibor, l’avocat qui murmure à l’oreille des grands », Forbes Afrique, février 2015, p. 33-39. Portrait complété par un entretien de l’auteure avec Pascal Agboyibor, Paris, 22 mai 2015. []

Les marges transnationales et locales de l’État algérien, par Tarik Dahou

intro137_AlgérieFruit de l’héritage de la révolution et de son cortège d’analystes du socialisme, la sociologie politique en Algérie a été influencée par une économie politique centrée sur l’étude des rapports États-société, autour du capitalisme d’État 1 . Dans ses différentes déclinaisons, c’est la bureaucratie qui a été privilégiée dans l’analyse, au détriment du fonctionnement des réseaux d’action en dehors des cadres administratifs. Les analystes politiques sont ainsi longtemps restés prisonniers d’une conception stato-centrée du politique du fait de leur perspective macro-sociologique 2 , empêchant d’apprécier l’ensemble des rapports de pouvoir du champ politique à partir des interactions qui le constituent 3 .

Continuer la lecture de Les marges transnationales et locales de l’État algérien, par Tarik Dahou

  1. K. Farsoun, State Capitalism in Algeria, MERIP Reports, n° 35, 1975, p. 3-30 ; H. Roberts, « The Algerian Bureaucracy », Review of African Political Economy, n° 24, 1982, p. 39-54. []
  2. Sans doute en raison d’approches théoriques, mais aussi parce que l’Algérie a été, pendant la guerre civile, un terrain peu propice aux observations in situ. []
  3.  Je tiens à remercier Nedjib Sidi Moussa et les membres du comité de rédaction de Politique africaine pour leurs remarques sur une version antérieure de ce texte. []

Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique, par Thomas Fouquet

blackness2Introduction au dossier « Blackness », Politique Africaine, N° 136

Depuis quelques années, un effort certain a été produit pour documenter l’insertion des sociétés africaines dans les processus historiques globaux, rompant ainsi clairement avec les présupposés d’enclavement et d’anhistorisme qui leur ont longtemps été attribués. « Lire le monde » depuis l’Afrique 1  constitue désormais un projet intellectuel et scientifique pleinement légitime, resté néanmoins encore assez programmatique. Continuer la lecture de Construire la blackness depuis l’Afrique, un renversement heuristique, par Thomas Fouquet

  1. A. Mbembe et S. Nuttall, « Writing the World from an African Metropolis », Public Culture, vol. 16, n° 3, 2004, p. 347-372. []

Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

intro135Introduction au dossier « Politiques de la nostalgie », Politique africaine n° 135.

Quelque part dans un pays d’Afrique, quelques années après l’indépendance, un village est rassemblé pour la visite du préfet. Alors que les autorités se sont succédé à la tribune pour appeler les citoyens à travailler et à payer l’impôt, une vieille dame se lève et interpelle le préfet : « je voulais demander : l’indépendance va finir quand ? ». La petite histoire a été racontée maintes fois1, située dans les années 1960 en Guinée, dans les années 1990 en Côte d’Ivoire, en passant par le Mali, la République Démocratique du Congo, le Nigeria, l’Angola, le Cameroun ou encore la Gambie, où l’on dit que la vieille dame s’est adressée directement au Président. Les médias occidentaux ont parfois repris l’anecdote, instantané d’un continent perdu pour le développement, trahi par ses gouvernants, mais toujours distrayant, même dans le constat de son échec. Continuer la lecture de Restes du développement et traces de la modernité en Afrique, par Guillaume Lachenal et Aïssatou Mbodj-Pouye

  1. Par exemple : T. Bah, Mon combat pour la Guinée, Paris, Karthala, 1996, p. 313 ; R. L Swarns « Angola Tries to Step Back from War’s Abyss », New York Times, 24 décembre 2000, p. 6, cité dans W. C. Bissell, « Engaging Colonial Nostalgia », Cultural Anthropology, vol. 20, n° 2, 2005, p. 215-248, ici p. 217 ; A. R. Mustapha, « When Will Independence End ? Democratization and Civil Society in Rural Africa » in L. Rudebeck, O. Tornquist, et V. Rojas (dir.), Democratization in the Third World, Basingstoke, Macmillan, 1998, p. 222-234. Les requêtes « When Will Independence End ? » et « quand l’indépendance va finir ? » renvoient à au moins une dizaine d’articles et de forums de discussions sur internet. []

L’Afrique face à la puissance économique de la Chine, par Antoine Kernen

intro134Introduction au dossier « China, Ltd. Un business africain », Politique africaine n° 134.

Depuis une quinzaine d’années, à la suite de l’accroissement rapide des investissements chinois en Afrique et de l’explosion de la valeur des échanges commerciaux, le nombre d’articles de presse puis de travaux académiques consacrés à la présence chinoise en Afrique a lui aussi littéralement explosé. Dans un premier temps, ces différents travaux ont souligné l’exceptionnalité de cette présence. Et l’explication dominante peut se résumer ainsi : des intérêts stratégiques liés au développement de la Chine ont poussé le gouvernement chinois à promulguer des politiques qui ont conduit à la croissance des investissements et au renforcement de la coopération de la Chine en Afrique. Le terme de « colonisation » utilisé parfois dans les médias, et avec un point d’interrogation dans certains travaux de recherche, rend bien compte, au-delà de son très lourd passif, de l’idée selon laquelle la présence chinoise en Afrique est non seulement organisée, mais également le fruit d’une seule rationalité économique1. En reprenant et simplifiant l’argument des théories marxistes de l’impérialisme, ces écrits affirment comme une évidence que ce sont les besoins en matières premières nécessaires pour son développement économique qui poussent la Chine dans cette « aventure africaine ». La relative simultanéité entre le moment où la Chine est devenue importatrice de pétrole et le début de l’internationalisation de « ses » multinationales sert d’argument irréfutable pour construire l’exceptionnalité de l’« offensive chinoise2 » en Afrique. Continuer la lecture de L’Afrique face à la puissance économique de la Chine, par Antoine Kernen

  1. Voir, dans les médias, D. Blair, « Why China is Trying to Colonise Africa », The Telegraph, 31 août 2007 ; S. Johnson, « Angola à l’heure de la colonisation chinoise », Courrier international, 16 juin 2011. []
  2. P. Richer, L’Offensive chinoise en Afrique, Paris, Karthala, 2008. []