Archives de catégorie : Billets

Actualité de Fanon dans les mouvements étudiants sud-africains contemporains : un entretien avec Achille Mbembe

1303689873_2da8611b3c_oEntretien avec Achille Mbembe par Claire Bénit-Gbaffou paru dans le n° 143 de  Politique Africaine

Achille Mbembe, professeur à l’université du Witwatersrand à Johannesburg, est une des grandes figures intellectuelles à s’être activement engagée dans le débat sur la « décolonisation » des universités sud-africaines, en mobilisant explicitement la pensée de Franz Fanon. Cet entretien revient avec lui sur l’invocation mais aussi l’actualisation de Fanon dans les transformations contemporaines de l’université sud-africaine et dans les mouvements étudiants qui en sont le fer de lance depuis 2015…

Lisez l’intégralité de l’entretien sur CAIRN

Photographie : © François Van Zon

Le Monde Afrique, entretien avec Jean-Nicolas Bach, coordinateur du dossier « L’Éthiopie après Meles Zenawi »

Éthiopie : « Privilégier la stabilité économique à l’ouverture politique a créé une situation explosive »
Un miracle économique. Un « lion africain ». Jusqu’à récemment, l’Éthiopie était citée en exemple par de nombreux économistes du continent. Avec une croissance officielle à deux chiffres sur la dernière décennie et une stabilité encensée par Barack Obama lors de son séjour africain en août 2015, le discours sur la renaissance d’un pays assimilé à la famine des années 1980 était porteur d’espoir. Mais la sécheresse et la succession de manifestations, violemment réprimées, depuis près d’un an viennent noircir le tableau. Le chercheur Jean-Nicolas Bach, spécialiste du pays et coordinateur du dossier de la revue Politique africaine consacré à « L’Éthiopie après Meles Zenawi » [l’ancien premier ministre décédé en août 2012] revient sur ce modèle éthiopien : est-il à bout de souffle ?

Disparition d’Alain Ricard

L’ACPA a la grande tristesse de vous faire part du décès d’Alain Ricard survenu le samedi 27 aout à Bordeaux.  Directeur de recherche émérite au CNRS, spécialiste mondial de langues et littératures africaines, Alain fut co-fondateur de la revue Politique africaine et de l’ACPA avec Jean-Francois Bayart, Christian Coulon, Comi Toulabor et bien d’autres. Il a publié abondamment dans les colonnes de la revue mais il a également activement œuvré au sein de l’ACPA et tout au long de sa carrière au décloisonnement disciplinaire entre sciences humaines et sciences sociales notamment lorsqu’il fut co-rédacteur en chef de la revue et directeur de publication de 1993 à 1996. Les parties « magazine » et « informations scientifiques » qui donnaient place à des billets courts, la partie « débat » inaugurée en mars 1996, ouvrant la colonne aux controverses académiques se sont significativement développées sous son mandat. Lecteur insatiable et d’une grande curiosité, ouvert aux objets de recherche les plus divers, contributeur régulier de la revue et membre actif de l’ACPA en dépit de ses multiples engagements dans d’autres associations, il n’a cessé de batailler au sein de l’association contre les dérives bureaucratiques et pour la promotion de la spontanéité et de la liberté académiques. L’ACPA, la revue et le monde de la recherche perdent un de ses membres éminents et un humaniste généreux qui avait toujours table ouverte chez lui à Bordeaux.

Un portait de son histoire et de ses multiples engagements vient d’être publié sur le site de LAM http://www.lam.sciencespobordeaux.fr/fr/evenement/disparition-dalain-ricard

Alain Ricard, africaniste indiscipliné

Ce texte est la version in extenso de l’hommage publié dans le numéro 143 de Politique africaine, p. 3-4

mini-php

 

 

 

 

 

 

© Thomas Dorn

Continuer la lecture de Disparition d’Alain Ricard

Un sourire, un artiste

Alain Ricard a été notre professeur de littérature africaine au DEA « Etudes africaines » du CEAN. C’est à ce titre que ma promotion 1993-1994 a vécu avec sourire, sa diction, son humour et surtout son immense culture livresque, artistique, philosophique et politique. Il nous faisait découvrir dans leur contexte familial, historique, social et politique des auteurs que nous pensions connaître, il nous ouvrait des champs inexplorés. Chaque texte était un voyage. Chaque auteur était un poème. Je l’entends encore prononcer les noms des écrivains et des philosophes qui devenaient de fait des personnages de romans et de contes. Il était lui-même un personnage de roman et transformait le cours en voyage au pays des batailles, de mille feux de brousse et de bois. Son regard s’illuminait de ses passions de théâtre et de littérature à chaque nom qu’il prononçait. Et toujours avec ce sourire qui accompagnait ses mots, cette exceptionnelle diction d’acteur de théâtre.

Nous regardions parfois la porte en suivant son regard. Pendant un instant suspendu entre son sourire et son regard, nous étions persuadés que Wole Soyinka ou Valentin-Yves Mudimbe allaient pénétrer dans la salle de cours. Sa passion était un appel à la lecture et ses contes de fées donnaient envie de lire et de relire, d’écouter, de l’écouter encore et encore.
Comme tous les magiciens et les artistes il pouvait donner l’impression que les histoires qu’il décortiquait pour nous auraient pu jaillir de nous-mêmes. Les artistes sont des prestidigitateurs dont il faut se méfier des pouvoirs. Je m’étais donc risqué à pondre un poème que je lui ai soumis à la fin d’un cours. Il l’avait lu, sa réponse avait été un sourire qui en disait long sur sa bienveillance et sur la platitude de ma prose. Il riait souvent avec nous, il riait souvent de nous parce que, nous aussi étions pour lui des personnages de roman. Nous étions assignés à travailler en binôme sur des ouvrages que nous choisissions dans une longue bibliographie. Avec un camarade venu de Mauritanie nous avions entrepris de rendre compte de la longue épopée de Chaka par Thomas Mofolo (1876-1948). La recherche effectuée pour cet exposé nous avait révélé l’étendue de notre ignorance en même temps que cette volonté de nous laisser désaltérer par les œuvres soumises à notre curiosité. Au bout de notre exposé qu’avait suivi le sourire d’Alain Ricard, il avait ri en soulignant nos efforts conjugués. La classe, un peu ébahie, ne comprenait pas bien l’éclat de rire d’Alain Ricard. Il nous a regardés mon camarade et moi et il a dit ce qui l’avait fasciné pendant notre exposé. « Vous avez les mêmes oreilles ! ». Le fou rire collectif qui a suivi s’est décuplé lorsque mon camarade et moi, comme par enchantement, nous nous sommes regardés pour sonder cette curieuse ressemblance qui avait fait de nous, le temps d’un exposé, des personnages dépeints par un artiste. Le sourire d’Alain Ricard est vivant. Il accompagnera encore très longtemps le souvenir éternel de cet artiste érudit à qui nous devons les plus belles histoires de notre voyage d’Etudes africaines.

Fred Eboko

Le mouvement musulman turc de Fethullah Gülen en Afrique subsaharienne : faire l’école au transnational, par Gabrielle Angey-Sentuc

9782811115340Article paru dans la revue Politique Africaine, n° 139

Lien vers l’article sur Cairn

Résumé en français

Cet article porte sur l’insertion d’un acteur religieux transnational originaire de Turquie dans les champs éducatifs d’Afrique subsaharienne. Le mouvement musulman de Fethullah Gülen est composé d’hommes d’affaires, d’intellectuels et d’enseignants turcs qui centrent leur action sur l’ouverture d’écoles dans le monde. L’insertion de ces écoles en Afrique subsaharienne, à partir de la deuxième moitié des années 1990, s’intègre dans le cadre d’une libéralisation des secteurs éducatifs du sous-continent. Nous examinerons comment le caractère transnational du mouvement conditionne la manière de « faire l’école » en Afrique subsaharienne, entre ouverture internationale, circulation des ressources (humaines et financières) et adaptation aux différentes offres et demandes éducatives africaines.

(English)

The Turkish Muslim Movement Fethullah Gülen in Subsaharan Africa: Education, Schooling and Schools at Transnational LevelThis article focuses on the role of the Fethullah Gülen movement in the education sector in Sub-Saharan Africa. Fethullah Güllen is a transnational Muslim organisation, originating in Turkey, which focuses on the creation of schools worldwide. The insertion of these schools in Africa dates back to the second half of the 1990s, in the context of the liberalization of education. We examine how the transnational dimension of this movement impacts on the way it manufactures education, schooling and schools in Sub-Saharan Africa, through international alignment, (human and financial) resource flows and adaptation to the education market of specific African countries.

Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

histoire environnementaleBLANC (Guillaume), Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 320 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine n° 139, 2015/3

En faisant dialoguer l’évolution de trois parcs nationaux, tous créés au début des années 1970 et sur trois continents (le parc du Semen en Éthiopie, le parc des Cévennes en France et le parc Forillon au Canada), c’est d’abord une entreprise de définition de ce qu’est l’objet « parc national » que propose Guillaume Blanc, chercheur affilié à l’Institut des mondes africains (Imaf). Si un parc national correspond, dans tous les cas, à un processus de patrimonialisation du territoire, au sens où la nature devient un haut lieu du patrimoine national, et donc de la nation, il possède de multiples facettes. Territoire « saisi par la puissance publique » (p. 47), il constitue « un environnement façonné par la société, espace à la fois naturel et culturel, territoire investi par diverses logiques identitaires » (p. 25), il est « un dispositif narratif susceptible de susciter un sentiment d’appartenance à la nation » (p. 219), il représente « un territoire local préservé pour être consommé par une collectivité nationale, voire internationale » (p. 132). Mais un parc national, c’est aussi « un appareil coercitif » (p. 219) qui, « avant d’être un espace naturel, […] est aussi et surtout, pour les hommes et les femmes qui l’occupent ou l’occupaient, un territoire de violence » (p. 270). Cette kyrielle de définitions montre combien les parcs nationaux sont des objets plastiques, investis de logiques, d’intérêts et de visions du monde pluriels et bien souvent antagonistes. Ce sont des territoires matériels, institutionnels, mais aussi idéels.

Continuer la lecture de Une histoire environnementale de la nation. Regards croisés sur les parcs nationaux du Canada, d’Éthiopie et de France (2015) , lu par Rozenn N. Diallo

Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

ErythreeJEANGÈNE VILMER (Jean-Baptiste) et GOUÉRY (Franck), Érythrée. Un naufrage totalitaire, Paris, Puf, 2015, 344 pages.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 139, 2015/3

Publié quelques mois avant la crise des migrants qui a pris forme durant l’été 2015, ce livre propose une analyse sans compromis, ou plutôt un acte d’accusation du régime érythréen, qualifié de totalitaire, et l’un des principaux producteurs africains d’exilé(e)s. Les théoriciens du totalitarisme, Hannah Arendt et Michael Walzer notamment, sont ainsi mobilisés pour décrire les mille et une facettes de cette réalité. Et les auteurs, sans trop de modestie, nous invitent même à lire ce livre comme un traité de philosophie politique sur ce thème. On le lira ici simplement en sociologue.

Continuer la lecture de Érythrée. Un naufrage totalitaire (2015), lu par Roland Marchal

Hommage à Stephen Ellis

Stephen EllisStephen Ellis est mort comme il a vécu : en philosophe, en homme de foi, en parfait gentleman. Ethniquement, il était historien, et il l’est resté jusqu’au bout, en dépit de ses mues professionnelles successives, par son souci des sources et la diversité de celles qu’il mobilisait. Grâce aux différentes fonctions qu’il a occupées tout au long d’une carrière particulièrement riche, à son entregent, à sa chaleur humaine et à sa discrétion absolue, il possédait sans doute l’un des meilleurs carnets d’adresses dont peut se targuer un spécialiste des questions africaines. S’y côtoyaient les sommités de la communauté scientifique internationale, des fonctionnaires de toutes nationalités, des militants, des journalistes, des banquiers, des traders, d’anciens mercenaires, des hommes d’affaires parfois issus de la lutte armée, des prêtres et des pasteurs, des environnementalistes, des diamantaires, une foule d’anonymes rencontrés au fil de ses voyages, notamment en Afrique, et auxquels il vouait un respect qui n’aveuglait pas sa clairvoyance. Travailler avec Stephen était un plaisir, mais aussi une nécessité tant son érudition était toujours précieuse pour les recherches des uns et des autres. J’en ai moi-même fait l’expérience à de multiples reprises, notamment en écrivant avec lui et Béatrice Hibou La Criminalisation de l’État en Afrique. Bien que j’en aie personnellement tiré de grands enseignements en rédigeant mes propres livres, d’autres sont mieux placés que moi pour saluer son œuvre d’historien de Madagascar et de la République sud-africaine, sa contribution à la compréhension de la guerre civile au Liberia, son apport décisif – réalisé de pair avec Gerrie ter Haar – à l’étude du fait religieux en Afrique.

Continuer la lecture de Hommage à Stephen Ellis

Appel à Candidature – Chaire d’études africaines comparées – ACPA

acpaCHARE 

 APPEL A CANDIDATURE 

Programme tri-annuel (2016-2019) de formation à la recherche « Historicité et temporalités du politique en Afrique », Association des chercheurs de politique africaine (ACPA) et chaire d’Etudes africaines comparées (UM6P-Rabat).

L’Association des Chercheurs de Politique Africaine (ACPA) et la chaire d’Etudes africaines comparées (Université Mohammed VI Polytechnique, Rabat) lancent un appel à candidature pour un programme de formation à la recherche tri-annuel, de janvier 2016 à juin 2019, sur le thème : « Historicité et temporalités du politique en Afrique ». Continuer la lecture de Appel à Candidature – Chaire d’études africaines comparées – ACPA

Hommage : Disparition de Mathieu Hilgers

Mathieu Hilgers nous a quitté le 28 février 2015, une perte incommensurable pour sa famille, ses amis, ses collègues et pour les sciences sociales en général. Il fut, entre mille choses, un collaborateur régulier de Politique africaine. Mathieu était un jeune anthropologue belge de l’Université Libre de Bruxelles. Il était entré dans la recherche par une remarquable ethnographie à l’échelle de la ville1 . Koudougou, troisième ville du Burkina était alors son terrain qu’il avait arpenté dans tous les sens, s’inscrivant dans cette longue tradition de l’anthropologie urbaine de l’école de Manchester, dont le rêve d’approche totale était supposément rendue possible par la petite taille de l’échelle d’analyse. Il milita très tôt pour déplacer le regard loin des grandes métropoles, trop au cœur des attentions académiques et médiatiques, pour réhabiliter les villes secondaires dans l’analyse théorique, objet de plusieurs articles dont un paru dans nos colonnes en 2013 2  et d’un manuscrit inachevé dont il se demandait récemment si un éditeur serait intéressé, tant le sujet lui paraissait hors mode académique. Anthropologue de l’urbain, Mathieu fut aussi anthropologue du politique, sans doute nourri par sa triple formation de philosophe, de sociologue et d’anthropologue et par cet engagement ethnographique qui lui tenait tant à cœur. Il forgea ses armes dans le Burkina de Blaise Compaoré. Encore doctorant il devint, sans vraiment le vouloir, coordonnateur avec Jacinthe Mazzocchetti, du numéro de Politique africaine sur le Burkina en proie à la tourmente après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, posant la question cruciale de la possibilité de la révolte et de la critique en contexte autoritaire 3 . Il s’engagea ensuite dans une réflexion plus large en devenant un promoteur des recherches pluridisciplinaires sur l’historicité de l’État et en replaçant l’Afrique au cœur des débats actuels sur le néolibéralisme planétaire 4 . Ces dernières années, Mathieu était en fait devenu un anthropologue mondialisé, socialisé à grande vitesse aux réseaux de la recherche anthropologique européenne (via l’APAD et University College London) et américaine (universités de Berkeley et de Harvard).

En un temps fulgurant, il devint simultanément un passeur de Pierre Bourdieu et un théoricien des sciences sociales, dialoguant avec Loïc Wacquant, Jean et John Comaroff 5 . Mathieu restait cependant un insatiable curieux, initiant des recherches dans les directions les plus variées (citoyenneté et autochtonie, sociologie de l’éducation, méthodes de l’anthropologie), sans vouloir en apparence n’en abandonner aucune. Son incroyable productivité force l’admiration tout en laissant songeur : son CV mentionne 46 articles et chapitres parus dans des ouvrages et des revues internationales en moins de dix ans sans compter les tâches d’enseignements, d’encadrement et les trois années passées sur différents terrains africains, une production qui augmente encore en 2013 et 2014 6 . Il n’y a évidemment pas d’explication monocausale à sa disparition : des failles intimes insondables se cachaient à l’évidence derrière l’être sociable, curieux, prêt à faire la fête, ouvert au monde et à la recherche des autres. Un rapport devenu compulsif au travail nous oblige néanmoins à interroger sur ce qu’induisent les pratiques du métier de chercheur dans un contexte internationalisé toujours plus compétitif, diffusant de manière imperceptible et en chacun de nous les normes du management universitaire et de la productivité. Mathieu avait 35 ans, il laisse une veuve, deux enfants et un vide désespérément immense pour tous ses amis.

 Laurent Fourchard

  1. Une ethnographie à l’échelle de la ville. Urbanité, histoire et reconnaissance à Koudougou (Burkina Faso), Karthala, Paris, 2009. []
  2. « À qui appartient la ville ? Urbanisme néolibéral et propriété dans trois petits centres urbains au Burkina Faso et au Ghana », Politique africaine, n° 132, 2013, p. 95-113. []
  3. « Burkina Faso : l’alternance impossible », Politique africaine, n° 101, 2006, p. 42-62. Voir aussi M. Hilgers et A. Loada, « Tensions et protestations dans un régime semi-autoritaire : croissance des révoltes populaires et maintien du pouvoir au Burkina Faso », Politique africaine, n° 131, 2013, p. 187-208. []
  4. « The Historicity of the Neoliberal State », Social Anthropology, vol. 20, n° 1, 2012, p. 20-94. []
  5.  M. Hilgers et E. Mangez, Bourdieu’s Theory of Social Field : Concepts and Application, Routledge, Londres, 2014 ; Conférence internationale « Theorizing the Social World from Africa : a Day with Jean and John Comaroff », organisée par Mathieu Hilgers, Université Libre de Bruxelles. Décembre 2014. []
  6. Quinze articles publiés dans différentes revues internationales. []