L’ACPA présente aux 3e Rencontres des Études africaines en France

L’ACPA est présente aux 3e Rencontres des Études africaines en France qui se dérouleront à Bordeaux les 30 juin, 1, 2 et 3 juillet 2014.

Elle y organisera un débat autour d’un livre et deux tables-rondes.

 

Débat autour d’un livre

Citizenship between Empire and Nation: Remaking France and French Africa, 1945-1960, Princeton, Princeton University Press, 2014, de Frederick Cooper.

Mardi 1er juillet,10h30 – 12h00, Amphithéâtre Ellul

Organisé et animé par Séverine Awenengo Dalberto (IMAF) & Sandrine Perrot (Sciences Po / CERI), avec la participation de Frederick Cooper (New York University), Richard Banégas (Sciences Po – CERI), Pascale Barthélémy (ENS – Lyon) et Emma Hunter, Université de Cambridge.

As the French public debates its present diversity and its colonial past, few remember that between 1946 and 1960 the inhabitants of French colonies possessed the rights of French citizens. Moreover, they did not have to conform to the French civil code that regulated marriage and inheritance. One could, in principle, be a citizen and different too. Citizenship between Empire and Nation examines momentous changes in notions of citizenship, sovereignty, nation, state, and empire in a time of acute uncertainty about the future of a world that had earlier been divided into colonial empires.

Frederick Cooper explains how African political leaders at the end of World War II strove to abolish the entrenched distinction between colonial “subject” and “citizen.” They then used their new status to claim social, economic, and political equality with other French citizens, in the face of resistance from defenders of a colonial order. Africans balanced their quest for equality with a desire to express an African political personality. They hoped to combine a degree of autonomy with participation in a larger, Franco-African ensemble. French leaders, trying to hold on to a large French polity, debated how much autonomy and how much equality they could concede. Both sides looked to versions of federalism as alternatives to empire and the nation-state. The French government had to confront the high costs of an empire of citizens, while Africans could not agree with French leaders or among themselves on how to balance their contradictory imperatives. Cooper shows how both France and its former colonies backed into more “national” conceptions of the state than either had sought.

Frederick Cooper is professor of history at New York University and has been visiting professor at the École des Hautes Études en Sciences Sociales, the École Normale Supérieure, and the Université de Paris VII. His many books include Colonialism in Question and Empires in World History (Princeton).

 

Table ronde des revues

Revues académiques et sciences sociales en Afrique : ancrages empiriques, innovations théoriques et débats disciplinaires

Mardi 1er juillet, 15h45 – 17h15, Amphithéâtre Ellul

Organisée et animée par Laurent Fourchard (FNSP, LAM / Sciences Po Bordeaux), avec la participation de Susann Baller (Africa Spectrum), Didier Péclard (Politique africaine), Camille Lefebvre (Afriques. Débats, méthodes et terrains d’histoire), Jean-Fabien Steck (Autrepart).

Cette table ronde de revues souhaite engager une réflexion sur la contribution des revues académiques dans les débats actuels des sciences sociales et humaines en Afrique et ailleurs.
L’Afrique fait l’objet d’un intérêt scientifique renouvelé mais dans un contexte universitaire européen encore souvent dominé par des approches euro-centrées. Il s’agit donc de se demander dans quelle mesure ces revues influencent les débats disciplinaires, théoriques et méthodologiques généraux en cours. Au-delà de cette question commune, il s’agit aussi de mieux appréhender la singularité de chacune de ces revues. Est-ce qu’elles privilégient des approches particulières dans les recherches d’un « terrain » souvent contraint ou difficile ? Suivent-elles une ligne éditoriale identifiée comme telle par le comité de rédaction ? Comment inscrivent-elles leur démarche dans leur discipline respective dans l’actuel consensus pluridisciplinaire ?

 

Afrique-Chine. Les nouvelles frontières de l’extraversion

Table ronde organisée par Antoine Kernen (Univ. de Lausanne) et Didier Péclard (Univ.de Bâle/Swisspeace), pour l’ACPA

Jeudi 3 juillet, 8h45 – 10h15, Amphithéâtre Ellul

À l’occasion de la publication d’un dossier consacré aux relations économique entre l’Afrique et la Chine (juin 2014, n° 134), la revue Politique africaine organise une table ronde en présence du coordinateur du dossier et de trois des auteurs.

L’expression « Chine-Afrique » s’est imposée il y a une quinzaine d’années suite à l’accroissement rapide des investissements chinois en Afrique et à l’explosion de la valeur des échanges commerciaux. Pour expliquer cette évolution rapide, les premiers travaux scientifiques ont souligné le rôle de nouvelles politiques mises en œuvre par le gouvernement chinois. L’explication dominante peut se résumer ainsi : des intérêts stratégiques liés au développement de la Chine ont poussé le gouvernement chinois à promulguer des politiques qui ont conduit à la croissance des investissements et au renforcement de la coopération de la Chine en Afrique. En dépit de leur clarté, ces explications sont insuffisantes pour rendre compte de la diversité acteurs impliqués et de l’impact en Afrique de la multiplication des échanges et des investissements chinois. Loin de l’image d’un État chinois, centralisé, monolithique et tout-puissant dirigeant les manœuvres du capital chinois en l’Afrique tel un général ses divisions, le dossier revient à la fois sur la pluralité des acteurs concernés et sur les stratégies des acteurs africains dans cette nouvelle dynamique d’extraversion.

Animée par Didier Péclard, Université de Bâle / Swisspeace

Avec la participation des auteurs

• Antoine Kernen, Université de Lausanne, coordinateur du dossier

• Guive Khan Mohammad, Université de Lausanne : « La révolution des produits chinois en Afrique : consommation de masse et nouvelle culture matérielle »

• Gernot Klantschnig, School of International Studies, University of Nottingham Ningbo China : « Negotiating Profits and Fakeness: The China-Nigeria Trade in Pharmaceuticals »

• Katy N. Lam, Université de Lausanne : « L’inévitable localisation : les entreprises publiques chinoises de la construction au Ghana »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *