Dupaquier Jean-François, 2014, Politiques, militaires et mercenaires français au Rwanda. Chronique d’une désinformation, lu par Thomas Riot

polDUPAQUIER (JEAN-FRANÇOIS), Politiques, militaires et mercenaires français au Rwanda. Chronique d’une désinformation, Paris, Karthala, 2014, 478 pages.

Produit de plusieurs années d’observations et d’expertises de terrain, ce livre apporte de nouveaux éléments relatifs au soutien apporté par un groupe de politiques, de militaires et de mercenaires français aux gouvernements rwandais qui ont précédé et encadré le génocide des Tutsi au cours de l’année 1994. On pourrait croire à une revue des nombreuses publications sur la question. Il n’en est rien. La proposition, bien qu’implicitement formulée, vise à entreprendre une analyse stratégique de l’engagement français au Rwanda. Plus encore, elle nous permet de mieux saisir les raisons qui ont poussé un groupe d’extrémistes hutu à associer leur action à celle de la « coopération » française avant, pendant et après le génocide.

Après avoir rappelé la dissimulation de l’information qui entoura l’assassinat programmé du président Habyarimana au commencement du génocide (le 6 avril 1994), cette « chronique » en 19 sections nous plonge dans les entrelacs franco-rwandais d’une coopération adossée à l’idéologie du développement menée par le régime Habyarimana de 1973 à 1994. Bien qu’elle n’apparaisse pas explicitement, la thèse d’une réciprocité idéologique franco-rwandaise se dévoile à partir du troisième chapitre de l’ouvrage. Elle repose sur un premier fait incontestable : une méconnaissance du Rwanda et de son histoire qui « allait peser très lourd sur la suite de l’engagement militaire français » (p. 75). Présenté comme « humanitaire », l’engagement de la France aux côtés d’une administration responsable du plus efficace génocide du xxe siècle a été adossé à une entreprise de dissimulation de l’information, de bricolage de la vérité et de propagande révisionniste.

Moins centré sur les formes de cette « coopération » que sur les acteurs de sa mobilisation, l’ouvrage propose deux lignes d’interprétation de l’engagement français au Rwanda. Du côté rwandais, le récit décrit les stratégies mises en œuvre par une poignée d’extrémistes décidés à « intoxiquer » la communauté internationale. Dans cette opération de propagande mystificatrice, le génocide est présenté par ses idéologues comme une lutte sociale pour la survie de l’ethnie majoritaire (hutu). Du côté français, le récit dévoile comment le groupe politico-militaire concerné a relu la préparation de l’événement comme une « guerre moderne » face à un envahisseur étranger (tutsi). L’aveuglement français, comme la persistance du soutien apporté par Paris aux extrémistes hutu avant, pendant et après le génocide trouveraient là une explication plausible. Mais de fait, ces deux lignes trouvent leur point de croisement dans l’intériorisation réciproque des traditions idéologiques de chacun : quand l’État français trouve au Rwanda un nouveau terrain d’expérimentation de la « guerre psychologique » qu’il mena au cours des guerres d’indépendance de l’Indochine ou de l’Algérie, l’État rwandais présente son « combat » face aux « seigneurs tutsi » comme une version africaine de la révolution française.

Fort d’une quantité impressionnante de sources, d’un important travail de croisement d’informations déroutantes et d’un esprit d’analyse impar tial, l’ouvrage manque pourtant de préciser ce qui fait sa richesse et son originalité : la démonstration que c’est, avant tout, la subjectivité morale et politique de chaque acteur, tout comme ses stratégies les plus rationnelles qui permettent de comprendre plus en profondeur les liens de réciprocité idéologiques entre la France et le gouvernement génocidaire. L’ouvrage propose ainsi une relecture stimulante d’une « désinformation » envisagée comme l’une des médiations essentielles de la reconfiguration d’une idéologie du développement en ordre génocidaire. Il constitue, à ce titre, un jalon important dans la littérature sur les compromissions de la France en Afrique.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/12 (N° 136)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *